[ Clos ] Chapitre 3 : Éclat dans le désert [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Chapitre 3 : Éclat dans le désert [Solo]

Message par Invité le Mer 15 Sep 2010 - 21:17

[Contrainte n°3 : Faire intervenir des Pokémon étrangers]

Thème du Désert

Haut dans le ciel, une créature élancée, aux ailes étendues et aux muscles puissant, planait dans un tumulte bruyants et dans ce brouillard d'un beige foncé qui fouettait la peau de tout être n'y étant pas habitué. La chose s'élevait ainsi, tel une ombre dans ces tornades endiablées, traversant ce flot opaque et déchirant de petits débris minéral sans en sentir la moindre blessure. Et, comme si cet élément était le sien, sa création, elle voguait, libre de toutes restrictions, dans la pleine capacité de ses moyens. Cette partie de Flamen était pour cette créature un lieu de protection et de repos car ici, son pouvoir de dissimulation est optimal puisque la matière qu'elle utilise pour devenir quasiment invisible y est à profusion, aussi abondant que l'eau salée dans un océan. Elle n'était pas la seule de sa race, ils étaient quelques-uns, rare, à avoir put atteindre ce stade d'évolution à l'état sauvage sans se faire capturer ou tuer. Et comme tous ceux de sa race, telle une mère, l'entité naturelle regardait ses enfants et sa progéniture plus bas, ou quand bien même ce ne serait que de simples enfants de sa race, elle les regardait d'un regard bienveillant qui se voulait protecteur, et assurément, elle ne laisserait personne les approcher. D'où la raison pour qu'elle élève une tempête cyclonique dans le désert, dissimulant ainsi une partie des créatures de son espèce, mais voilà qu'elle ressentait un changement dans l'air, quelque chose approchait, et elle n'était pas seul, leurs nombres était assez variables et leurs allures étaient constantes, leurs destinations : droit sur eux.






Le convoi de marchand, composé de multiple carriole et autre roulote, avançait dans l'épaisse tempête de sable qui faisait rage en extérieure. Protégé par des toiles de tissu qui recouvrait entièrement le véhicule, tel une bâche, les familles des marchands et autres personnes ayant payer pour participer à la traversée du désert se trouvaient être particulièrement à l'abri du vent et des poussières de minéraux qui arrivait tout de même à se frayer un chemin dans une interstice, un trou, ne serait-ce qu'un simple plis. Mais les voyageurs du désert se trouvait être en une plutôt bonne situation pour se déplacer alors que le grand vide naturel se trouvait être contre eux. Killian somnolait sur place, assis sur une banquette à l'intérieur, se faisant légèrement balloté de droite à gauche, ce qui avait tendance à l'endormir. Léon se trouvait sur ses jambes et pour une fois ou il voulait bien dormir sur les jambes de son maître, il ne posa de problème à personnes, enfin, pour l'instant. Tout semblait assez tranquille, outre le cri des bourrasques et les poussées passagères, il n'y avait rien de bien rocambolesque dans cette aventure. Il faut dire que la dernière leurs avaient largement suffit, ils n'avaient nulle besoin d'avoir une seconde épopée palpitante qui finirait par leurs coûter la vie, surtout à l'adolescent.
Ce calme, malheureusement, ne dura pas bien longtemps, car d'un coup, la caravane se vit traverser par un laser jaune et rouge qui sépara l'ensemble en deux parts bien distinctes. Étant donné qu'une carriole n'a que 4 roue, les deux cotés penchèrent vers le sable en formant un biseau interne, laissant ainsi glisser la majorité des choses et des personnes au centres, cependant, les bords avaient commencé à prendre feu, bien que ce ne fussent que de petits brasier, cela ne tarderaient pas à devenir plus important. Le sable se mit à s'engouffrer partout à présent que le véhicule était scindé en deux parties presque égales. Le jeune garçon se réveilla en sursaut lors de l'impact entre le souffle enflammé et le transporteur. S'ensuivit une glissade jusqu'à atteindre le sable ou ses pieds et ses mains s'y enfoncèrent légèrement, la texture semblait vouloir s'échapper à son contact. Là ou il venait de retomber se trouvait un enchevêtrement de valises et autres coffres, de vêtements et d'humains qui essayaient de se dépatouiller de tout cela. Un bout de la toile s'arracha et tomba sur le garçon, lui bouchant la vue et le cachant un peu du mon. L'Evoli, courageuse petite bête, avait trouver un passage entre l'avant et l'arrière de la calèche suffisamment grand pour son petits corps, un enfants de bas âge aurait put y passer. Le garçon réussi à faire ressortir la tête du drap de toile juste avant la fuite de son compagnon. Il se mit alors à creuser à main nue dans le sable épais, tant bien que mal à cause de celui qui se baladait dans l'air, forçant par la suite le passage. Son corps était assez fin et il réussi à sortir dehors. Quand il put voir quelque chose dans ce brouillard beige et sablonneux, il crut voir plusieurs convois en train de prendre feu ou rebrousser chemin, et parfois, une colonne de feu tombait du ciel et traçait un sillage un peu n'importe ou. La vue du garçon était bien trop obscurci, et il ne remarqua pas qu'en s'avançant il se mit à marcher sur quelque chose de dur et mouvant. Il retira son pied juste à temps avant de ne découvrir une bouche remplie de dents et grande ouverte qui aurait happé son pied. Il fit plusieurs pas en arrière, la créature sortant de son cône dans le sable, elle claqua des dents et se mit à marcher d'un pas extrêmement lent. Les Kraknoix sont connus pour se mettre au centre d'un trou creusé par eux-mêmes, tendant un piège à toutes créatures ou choses qui aurait l'inadvertance d'y tomber, se faisant bien assez vîtes gobés par le scarabée orange.

Le garçon tourna la tête de gauche à droite, cherchant son Pokémon du regard, mais ce dernier semblait introuvable, enfin, peut-être parce qu'il se trouvait à deux pas et qu'il fixait son dresseur incapable totalement exaspéré, ses oreilles se faisant méchamment balloter de droite à gauche, mais étant un fennec, le sable et les déserts, ça le connait. En un simple mouvement, le petit être se mit sur l'épaule de Killian, lui signifiant sa présence afin de le rassurer.
Le jeune homme allait caresser son compagnon quand, dans un scintillement, son regard se fixa vers le ciel.
Une forme se mouvait, semblant s'approcher d'eux, l'ombre scintillait par moment et allait finalement pouvoir être perçu quand soudainement, une plus grosse masse noire se faufila entre l'ombre miroitante et le jeune homme, emportant la chose brillante avec elle. Le garçon ne savait pas trop quoi faire. Il pouvait essayer de fuir, mais pour aller ou ? Il ne trouverait pas son chemin au centre du désert et finirait par dessécher et ne pas faire de vieux os. il pouvait rester auprès des débris des carrioles, mais quelque chose lui disait que l'éclat de tout à l'heure n'était autre qu'un Pokémon qui semblait venir chercher la compagnie humaine et dont la mère en à priver le droit.

Il se mit donc à poursuivre la créature qui disparut haut dans la tempête de sable. Il s'arrêta, se demandant bien ou la créature avait bien put passer. Ce fut Léon qui le prévint et lui mordit l'oreille pour le faire s'éjecter sur le coté. Quelque chose d'énorme tomba sur le sol sablonneux à l'endroit même ou il se trouvait il n'y à pas deux secondes. Le garçon tomba, se faisant légèrement ensevelir par le sable, se retourna et fit face à une créature au corps élancés et à la taille démesuré. Au niveau de la ou il devrait se trouver des bras scintillait d'une lueur écarlate l'autre petite créature. L'énorme présence étendit de grandes membranes, des ailes certainement, dissipant soudainement le sable dans une demi-sphère autour d'eux. En face du garçon assis sur le cul et effrayé trônait une créature d'au moins deux mètres au minimum, son corps fin et musculeux était surmonté d'un cou prolongé avec une tête étrange à son final. Le Libegon baissa sa tête en direction du garçon et grogna, l'adolescent pouvant voir les yeux de l'animal derrière une coque de protection rouge qui protégeait les globes oculaires de l'animal. L'enfant ne bougea pas d'un pouce, contrairement à son compagnon qui se mit en face de Killian et commença à glapir méchamment.
Le grand dragon parut surpris, étonné même, approcha sa tête vers l'Evoli et souffla un air chaud de ses naseaux pour calmer les ardeurs de la petite chose inutiles, bien que le Pokémon ne sembla pas se démener, affrontant du regard son adversaire et laissant courir un profond grognement. Dans les pattes du géant vert et rouge trônait une nymphe aux lueurs du soleil, éclat de lumière dans ce monde obscur. La créature semblait vouloir échapper à son évolution supérieure, mais rien n'y fit, ses ailes vibrant de telles manières qu'elles commençaient à causer des maux de têtes au jeune homme. Les deux autres Pokémons se fixaient, cherchant à voir lequel des deux flancherait le premier, quand soudainement, le lézard de jade se releva, relâcha son protégé et sembla esquisser un sourire. Le Vibraninf se posant au sol, ses ailes n'étant pas fait pour voler bien longtemps. Le Libegon poussa un petit sifflement à l'intention de son congénère, comme s'ils essayaient de se parler, son congénère répondit par un sifflement plus rauque. Alors que le dragon allait repartir dans le ciel, le Vibraninf marcha d'un pas assez étrange vers le petit Evoli, le détailla de ses yeux globuleux et le contourna pour ensuite analyser le garçon. Léon ne sembla pas accepter que cette bestiole s'approche de son dresseur, il était à lui ! Même si cela restait un incapable, Killian lui appartenait à lui et à personne d'autre. Mais cela ne semblait pas au gout du garçon qui, après une moue d'hésitation et de frayeur, tendit sa main droite, hésitante, vers le Pokémon orange. La créature poussa un petit cri rauque et fit vibrer ses ailes afin de voleter jusqu'à pouvoir s'accrocher au bras du garçon. Il commença à se relever, ne faisant absolument pas attention aux supplications de son compagnon. Le garçon et la Vibraninf se regardèrent le fond des yeux ainsi durant un petit instant, et, comme si tout avait étais dis, le jeune homme sortit une ball d'un blanc laqué dont la ceinture se trouvait être rouge, aussi nommé Honor ball, généralement utilisé pour les occasions spéciales, et c'en est une, mais qu'importe.
Il présenta la sphère à la créature qui fixa l'objet et décida de s'enfermer seule à l'intérieur. La boule blanche se mit à bouger dans tous les sens puis fini par se stopper avec un petit "pouf" signifiant la capture du bestiaux.


"Je vais te nommer Libra, comme le signe de la balance, et je trouve que ça te va plutôt bien."

Il sourit et rangea la ball dans son sac qu'il avait toujours sur lui depuis le début, bien qu'il ne pèse pas bien lourd. Léon parut plus indécent et méchant que d'habitude depuis quelques minutes, suffisantes pour avoir réussi à retrouver une partie du convoi et continué leurs voyages. Le jeune homme avait regardé une dernière fois le ciel obscurci par la tempête, souriant et rentrant dans le véhicule.




Haut dans le ciel, la même créature qui avait provoqué cette tempête et avait essayé de protéger les siens s'étaient calmé après avoir fait la rencontres d'un jeune homme. Il semblait peureux et faiblard, et la gentillesse de sa fille aux couleurs non naturelles collait parfaitement avec ce caractère hésitant du jeune homme. Et puis, elle n'était pas faite pour vivres en liberté comme eux, tôt ou tard quelque chose l'aurait tué à cause de son aptitude à ne pas vouloir chercher querelle ou se serait fait capturer par des personnes plus mauvaises et malsaines que n'importe quel poison. C'était toujours difficile de se séparer de son enfants, mais lorsqu'on en possède une vingtaine qui vous suive dans les airs ou sur terre, un adieu semble si simple et répétitif, et pourtant si important pour une mère. La femelle Libegon bascula sur le coté, dissipant la tempête, révélant une nuée de Vibraninfs aux couleurs verdoyante se posant sur le sol sableux du désert, se préparant à la nuit à venir. De multiple Kraknoix sortirent de terre et se rapprochèrent de leurs frères et sœurs, ou amis proches, se serrant tous pour se réchauffer. La dragonne redescendit en compagnie d'un autre, un mâle, entourant leur progéniture et protégé de leurs corps, leurs queues et leurs ailes. Les nuits sont fraiches, mais le groupe fait la force. Quand un membre du groupe s'en va, il y à toujours un petit message pour son départ, et chaque créature présente ici lança un sifflement aigu et mélodieux, l'esprit du désert était là et il faisait un adieu à l'un de ses enfants, peut-être se reverraient-ils dans un futur lointain.
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum