[ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Huyana Imala le Lun 11 Avr 2011 - 2:11

Malgré le soleil qui jouait à cache-cache, il était loin de faire froid sur la plaine. C’était une journée qui s’annonçait radieuse, Huyana appréciait la sensation d’herbe encore mouillé sous ses pieds nus. Bon, pour elle il faisait sombre, mais le chant d’oiseau qu’elle avait entendu au loin lui avait confirmer qu’il faisait jour. Bouboule et elle même avait dormi au beau milieu de ce paysage enchanteur. Enfin, pour elle c’était une plaine d’un jaune criard, mais le simple fait de ce l’imaginer d’un vert émeraude, le gazon ondulant sous le vent, c’était fantastique ! Elle tourna la tête vers la boule floue qui semblait toujours dormir. Quand Bouboule dormait, c’était difficile de le tirer de cet état. Il était pire qu’un Ursaring au beau milieu de l’hiver. Avec un léger soupir, elle prit place à côté de lui, pensive. Cela faisait quatre jours qu’ils avaient quitter son grand-père et Tortank. La jeune femme s’ennuyait un peu d’eux, qui étaient deux bouts en train agréables au réveil. Mais elle se consolait en écoutant le bruit du vent et les cris de Keunotor au loin. Elle avait peut-être du mal à distinguer les choses, mais au moins son ouïe était extrêmement développer. Coucher dans l’herbe, Huyana regardait le ciel rose. Des tâches brunes gâchait un peu le tout et c’était vraiment dommage, Bouboule disait que les nuages en blancs étaient très agréable à voir. La dresseuse soupira en pensant que les couleurs semblaient bien plus jolies ensembles dans la réalité des autres. Un léger grognement lui fit comprendre que le Moufouette se décidait enfin à se réveiller. Avec un sourire, elle le glissa dans ses bras et ce mit en position assise, observant toujours le ciel. Bouboule fit de même, les yeux encore un peu fermer.

« Mou-Mou ! »

Huyana se mit à rire. Les nuages étaient trop flous et déformés pour qu’elle voit la même chose que son compagnon, mais celui-ci semblait avoir un plaisir à trouver ceux qui avaient des formes loufoques. Il en pointa un d’une patte et son ventre gargouilla alors qu’il disait.

« Mouf, Mou, Moufouette. » [ Il ressemble au gros gigot saignant que mange Rioc le vendredi soir. ]

Huyana aussi avait faim. Ils avaient passer hier soir les baies et le poisson, il était temps de se trouver autre chose. Ils pourraient très certainement trouver ici des racines et d’autres baies, il suffisait d’ouvrir l’œil. En un rien de temps, ils partirent à pied, Bouboule sautillant devant la jeune femme. Ils avaient encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’atteindre la grande Cité de Seian. Il y avait une bibliothèque imposante là bas qu’elle voulait visiter en premier, ainsi qu’un vieux philosophe qui y avait prit sa retraite. De plus elle avait envie de remplir un carnet au sujet des Queulorior, qui étaient nombreux à habiter dans la cité même. Ce serait un mois bien rempli. La dresseuse posa son regard sur son Moufouette, qui semblait observer vers la droite. Elle prit la même direction que son regard et tomba sur ce qu’elle croyait être les Keunotor qu’elle entendait quelque minutes plus tôt. Bouboule lui confirma ces pensées. Les petites bêtes tournoyaient rapidement autour de ce qui semblait être un arbre, cette vision donna vite mal au cœur à la jeune femme. Ce qu’ils étaient rapide, de vrais boules d’énergie. Moufouette partit en courant dans leur direction, ce qui les fit fuir en un clin d’œil. Celle-ci ne peut s’empêcher de rire : Quand venait le temps de manger, il ne fallait pas ce mettre dans son chemin. Elle l’entendait déjà grignoter.

« Héoh, laisse moi en un peu ! »

Cria t-elle, voyant les tâches de l’arbre disparaitre à chaque fois que Bouboule levait la tête. Quel sale goinfre en plus. Au fond, pouvait-elle lui en vouloir ? Elle mangeait autant que lui ! La pause café fut courte : L’arbre n’avait que de minces réserves. Huyana laissa Bouboule manger une bonne partie des baies, il en avait plus besoin qu’elle. Celui-ci lui donna quelque racines qu’ils avaient déterrer et découper, qu’elle mâchouillait lentement en marchant. C’était caoutchouteux et cela goûtait trop amère pour être agréable sous la dent, mais c’était mieux pour sa ligne que de s’empiffrer du chocolat cacher dans son baluchon. Moufouette s’arrêta subitement devant elle, si rapidement qu’elle faillit lui passer dessus. Il grogna et se mit à gigoter sur place. Quelque chose, ou plutôt quelqu’un, venait au loin. Huyana ne pouvait rien distinguer mais elle se fiait au remarquable regard de son compagnon.

« Mouf-Mou ? » [ Je fais fuir ? ]

Quand Huyana voulait être seule, Moufouette n’avait qu’à dégager son odeur infernale, comme ca elle était sûre que personne ne s’approcherait. Elle lui fit signe que ce n’était pas nécessaire.

« Ca va aller. Allons voir de plus près. »

Bouboule soupira et se mit en marche, guidant sa dresseuse vers ce qu’il voyait au loin.


Dernière édition par Huyana Imala le Mer 20 Avr 2011 - 1:17, édité 1 fois

_________________
avatar
Huyana Imala
Informations
Nombre de messages : 137

Fiche de personnage
Points: 64
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.kirbywebsite.jimdo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Sokka Ask le Lun 11 Avr 2011 - 23:10

- "Calypso ! Arrêtes de faire l'idiote !"

L'Aquali à moitié fêlé du ciboulot n'avait qu'une idée en tête : chasser ! Mais que se passe t-il lorsqu'on ne possède absolument aucune notion de chasse ? Et bien cela fait un très beau raté. Le renard aquatique attendait prêt d'un terrier, à l'affut, cependant Sokka aurait dû lui apprendre les rudiments de la traque, étant lui même un chasseur. Il l'a regardait faire, les épaules arqués, toutes griffes dehors, le fessier se dandinant de gauche à droite, la queue qui frottait sur le sol, faisant donc du bruit et provoquant suffisamment de vibration comme cela pour repousser une créature qui aurait put se terrer là-dedans. Mais vu l'orifice peu entretenu et recouvert d'herbe, ce trou ne doit pas être très fréquemment fréquenté, en somme, le fennec d'eau chassait un animal non existants dans un abri factice. Le jeune homme attrapa sa bestiole et la regarda en face. Elle était toujours en mode de chasseur, les pupilles dilatés et les pattes misent sur ressort. Sokka savait qu'elle avait une araignée au plafond, mais il ne pensait vraiment pas qu'elle pouvait être autant atteinte par la folie. Enfin, c'est l'ivresse de la jeunesse, cela lui passera.

L'adolescent avançait tranquillement sur les sentiers de chasse, les chemins emprunté habituellement par les proies et autre prédateurs, souvent dégarni d'herbes par leurs passages fréquents, donc une certaine facilité pour se mouvoir dans cette grande plaine herbeuse. En fait, Sokka pourrait aller bien plus vite si seulement sa Ponyta n'avait pas un sale caractère. Car oui ! Elle est du genre à ne pas vouloir être considéré comme un objet, en somme, elle prône sa liberté et elle le montre. Elle gambade joyeusement dans la prairie sans même se soucier du reste, broutant par moment, laissant son dresseur prendre une avance qu'elle rattrapait après un petit galop, réduisant significativement la distance les séparant. Sokka n'était pas un si mauvais dresseur. Ce n'est pas parce qu'Evoli à évolué jeune qu'elle agit bizarrement, elle se jetait déjà dans l'eau glaciale de la banquise quand il vivait encore avec son peuple avant d'entreprendre son voyage initiatique afin de devenir un guerrier. Elle avait elle même décider d'évoluer, chipant la pierre eau qu'il possédait. Et le pire dans tout cela, c'est qu'avant son évolution elle ne savait pas nager, une fois évolué, cela semble encore pire. Étant un mammifère, elle ne sait pas garder sa respiration sous l'eau, et aller expliquer cela à un Pokémon qui il y à de cela quelque jour c'est jeté de deux mètres de haut comme si de rien n'était tout en s'écrasant mollement sur le sol. Allait apprendre la vie à un canidé qui, dès qu'il voit un caillou, se met en charge de le mettre en pièce ou de foncer tête la première dessus afin de le briser. Une des raisons qui poussait Sokka à ne jamais allumer de feu de camps, c'est que Calypso, en tant que folle, se jetterait dans les flammes sans se soucier des brulures. Elle à déjà chercher à affronter un golem de roche, Regirock, un légendaire, un dieu de ce monde. Le seul adversaire valable pour ce genre de Pokémon extrêmement puissant et un autre Pokémon aussi rare que lui, quel qu'il soit, Suicune ou Artikodin, Lugia ou d'autre. Et tout ce qui traverse l'esprit du fennec c'est d'arroser cette masse rocheuse, pas étonnant que le garçon ait du s'enfuir dans les grottes, poursuivis par le monstre.

Ce n'est pas parce que son poney aime la liberté qu'elle lui désobéit. Elle accepte ses ordres lors de combats, ou de situation extrême, mais porter quelqu'un sur son dos, ça jamais. Il fallait vraiment la supplier ou que la vie de tous les êtres soit en jeux, et depuis qu'elle se trouve avec le Mizuhanien, elle n'a porté qu'une personne, et cette dernière était bien mal, surtout que son dresseur portait une autre demoiselle, et fuir, à trois humains et quelques six Pokémon, devant un monstre qui cherche à les tuer, cela est une condition extrême. Surtout quand on se perd dans le dédale que forme les boyaux souterrains et quand on arrive à une sortie qui n'est, en fait, qu'une corniche débouchant sur une pente raide.

Sokka avait plus ou moins la paix, a vraie dire, les deux créatures qui l'accompagne à chaque fois sont toujours et continuellement les deux plus bruyants ou plus agaçants. Stalgamin, en grand timide, aurait suivis les pas de son dresseur, cherchant même à poser ses pattes sur les traces de son dresseur. Et dès que le Pokémon glace aurait rencontré un être vivant, il se serait caché derrière le jeune homme. Osselait, lui, ne marche presque jamais, il se trouve habituellement sur le dos de Kirin, qui acceptent sa présence que parce qu'il pourrait rivaliser de force avec elle, et parce qu'ils se respectent mutuellement. Enfin, les deux plus calmes et obéissants sont tranquillement rangés dans leurs balls eux. Il n'avait rien contre le fait de se faire accompagné, cependant, c'est assez gonflant à la fin de la journée quand deux de vos Pokémon, qui n'agissent même pas comme ceux de leurs espèce, s'amusent à vous taquiner ou à vous donnez une peur bleue toutes les dix minutes.

Le jeune homme soupirait d'exaspération, tenant toujours son Aquali, les deux mains passé sous les pattes antérieures de la bestiole. Elle semblait bien plus heureuse quand il la tenait par sa queue de sirène. A croire qu'elle aime avoir le sang qui lui monte à la tête.

- "Décidément, tu ne changeras peut-être jamais ! Enfin, dans un sens tu est original et peu banal, et les journées sont moins ennuyantes ainsi."

Il l'a posa en sac à patate sur son épaule, une position qu'elle adorait. Le postérieur de l'animal face à la destination du jeune homme qui traversait le pays pour revenir à sa terre natale. Il arriva en haut d'une colline et crut apercevoir du mouvement en contrebas. Alors qu'il s'apprêtait à se méfier de l'inconnu, s'il était humain, une petite créature toute frêle et petite traversa son champ de vision. Il n'eu pas le temps de dire s'il s'agissait d'une souris de petite taille ou un plus gros Pokémon qu'une jeune hyène lui courrait après. Ainsi va la loi de la nature. Le plus fort mange le plus faible. Cependant, la hyène semblait rattraper le petit être fragile, certainement un bébé de quelques jours, peut-être une semaine, sa mère avait dû laisser le petit mulot, ou le rongeur, en fait, il n'en était rien. Il s'agissait d'un petit raton, un procyonidé pour être plus précis, ni un rongeur, ni un canin et encore moins un félin. Ils sont des lointains cousins des furets de la famille des mustélidés, et des putois et autre mouffette, méphitidé, très proches des précédents. Sokka eu un peu pitié, voyant le canidé claquer des dents, ratant de peut le pauvre petit raton laveur. Et puis mince !

- "Calypso ! Tu ne fais pas la conne ! Tu va m'envoyer balader ce chien de ma chienne et tu me ramènes le petit être sans le blesser ni le tuer, d'accord ?"

Le ton était autoritaire est direct. Il savait que s'il voulait toucher la conscience de son Pokémon, il devrait lui donner des ordres clairs et parfaitement énoncés avec une force et une voix imposante.
Elle partit donc, sautant des bras du garçon et courut derrière l’hyène qui ne vit pas le vilain coup de queue venir. Et pour un coup méchant, il y avait de quoi sonner la bestiole, mais au lieu d'essayer de résister, elle s'en alla, sa faiblesse et le manque d'aide extérieure ne pouvait pas lui assurer la victoire, surtout face à une femelle qui cachait de la ressource.
La renarde attrapa le raton entre ses crocs, le petit être poussa de violents cris aigus. Sensibles et fragiles, Sokka le prit avec précaution entre ses paumes. Il était vraiment petit, il vient certainement d'ouvrir les yeux il n'y à pas quelques heures, tout comme le chaton, il faut un certain temps au nouveau-né pour ouvrir ses paupières. Il était affolé, et respiré vite, totalement stressé. Il n'était pas habitué au toucher humain, et tout ce qu'il voulait c'était retrouver sa mère. Petit soucis cependant. Le Mizuhanien venait de toucher la petite créature, et toute personne sensée sait qu'un bébé change d'odeur lorsqu'un être différent de la famille le touche, ce qui imposera un rejet de ce dernier par les siens car ils ne le reconnaitront pas. Et voilà le garçon bloqué avec ce petit être à prendre en charge.
Bon ! Avant d'essayer de le nourrir, il devrait essayer de calmer sa peur car il risquait de mourir jeune à voir son cœur battre la chamade. Le garçon caressa donc le petit être, descendant son doigt rugueux et mat de peau le long du dos recouvert de poil hérissé en pique. De toute manière, du moment qu'il suit le sens du poil, il ne pourra pas se faire mal. Le petit Zigzaton ne semblait pas plus rassuré que ça, cependant, il s'habitua à sentir cette chose qui descendait le long de son échine et remontait par la suite. Ce geste répétitif et lent lui permit de se calmer rapidement.

- "Bon ! Je ne peux malheureusement plus te relâcher maintenant que je t'ai touché, donc je vais devoir te garder. Et il te faut un nom. Que dis-tu de Zagan ? Tu ne sais même pas quoi répondre tellement tu es sous le choc, alors c'est décidé. Tu te nommes Zagan."

Dit-il en regardant la petite créature. Il chipa un quignon de pain dans son sac en bandoulière et l'offrit à son nouveau protégé qui hésita un instant puis n'en fit rien. Il avait peut-être les dents trop peu fermes pour mordre dans ce met. Il devait peut-être le ramollir ? Un peu d'eau et ça devrait être suffisant pour que cela passe facilement. Il humidifia donc la nourriture et la remit en face de la bestiole qui cette fois se permit de renifler le drôle de substance. Il passa un coup de langue rapide avant d'agripper férocement la chose et commença donc à manger. Quand Sokka releva les yeux, l'être qu'il avait vu comme un petit point noir dans le vert de la plaine avait grossi au point qu'il puisse suffisamment distinguer qu'il s'agissait d'un être humain accompagné d'un Pokémon inconnue. Il s'agissait même d'une fille. Décidément, ces derniers temps il n'avait rencontré que des demoiselles.

_________________
avatar
Sokka Ask
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 17
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Huyana Imala le Mar 12 Avr 2011 - 3:30

« Mouf-Mouf. » [ Tu l’aime bien ta racine ? ]
« C’est mieux que les biscuits de grand-papa. »

Et Arceus seul savait que ces biscuits étaient les plus toxiques au monde. Plus que les toxines qui coulaient dans ses veines. La première fois qu’il en avait fait, Huyana avait accepté pour lui faire plaisir - on aurait dit qu’un Grotadmorv avait vomis des galettes - et avait été malade pendant une semaine. Rioc avait tenté de recommencer, mais personne n’avait voulu y toucher cette fois-ci, pas même Tortank. Il avait eu beau faire toutes sortes d’expériences, les biscuits n’étaient pas dans sa palette de talent. Le simple fait d’y penser fit frissonner les deux amis : Si on laissait ces biscuits quelque jour dans l’armoire, ils ne seraient pas surpris de les voir marcher. Les racines n’étaient pas très bonnes au goût, mais au moins la jeune femme savait que cela ne la tuerait pas. Alors au lieu de chialer comme une fillette, elle mâchouillait son bout sans discuter. Malgré cela, la dresseuse observait autour, espérant voir un autre arbre à baies. Cette fois-ci elle ne laisserait pas Bouboule grignoter le tout, à continuer au train qu’il allait, son ventre allait frôler le sol dans une semaine. Tous deux continuaient de « discuter » comme si de rien n’était, ce rapprochant de la forme qu’avait vu Bouboule. Huyana croyait distinguer quelque chose, mais le simple fait de ce concentrer dessus attirait la migraine. Un léger soupir traversa ces lèvres. La jeune femme espérait presque que ce ne soit qu’un rocher ou quelque chose dans le genre, mais connaissant la bonne vue de son compagnon, il ne pouvait pas se tromper. Celui-ci s’arrêta une deuxième fois. Il levait la tête vers la forme floue, visiblement concentrer. Puis il tourna la tête vers Huyana, qui c’était arrêter aussi.

« Moufou Mouf Mou. » [ C’est un homme. ]
« ....
Il nous a vu ? »

« Mou. » [ On dirait bien. ]

Zut de Zut. Elle qui n’était pas bien à l’aise avec les gens, il fallait que cela soit un garçon en plus. Que pouvait-elle faire ? Il était en plein sur le chemin pour ce rendre ! Huyana se mordit la lèvre inférieure. Elle pouvait toujours contourner l’endroit... Ou partir en courant. La jeune femme grimaça et se remit en marche, elle n’avait pas envie d’avoir l’air d’une folle non plus. Elle était capable de tout, oui ! Ce n’était pas cette timidité qui allait l’empêcher de monter une colline, oh que non. Bouboule observait sa maitresse avec un drôle d’air : Il savait très bien ce qui ce passait dans sa tête. Malgré le fait qu’elle tentait de ce convaincre, d’autre options déboulaient dans sa tête, aussi étranges les unes que les autres. Le Moufouette était content toutefois qu’elle se dirige droit sur lui. Une petite demoiselle comme elle avait besoin d’un réseau social, si mince soit-il. Huyana était dans le vrai monde, pas dans sa maison reculée en compagnie de son grand-père. Il lui fallait s’habituer maintenant aux rencontres et aux contacts extérieurs. Fier, Bouboule continuait de regarder attentivement Sokka, pour être sûr qu’il ne ferait rien de mal. Un moindre geste suspect et zou, il sentirait la charogne pour une semaine ! Huyana eu enfin raison de sa racine, voilà qui était une chose de fait. À présent, elle pouvait distinguer un drôle d’amas de couleur. Cela devait être le garçon en question. Il n’était pas seul on dirait, Bouboule désigna une Aquali, qui lui faisait froid dans le dos, pour une raison étrangère. Sokka pouvait sentir l’odeur de ce bizarre embarras : Quand Bouboule était nerveux, cela se ressentait à la ronde. Pour le savoir, la jeune femme se basait sur la forme de ces poils : ceux-ci étaient beaucoup trop hérissés en ce moment. Sans un mot, la dresseuse prit Bouboule dans ses bras. Il ne mit que quelque secondes à se détendre et l’odeur se dissipa presque instantanément. Ils s’épaulaient, Bouboule pouvait compter sur Huyana pour se sentir mieux et Huyana pouvait compter sur son Moufouette pour avoir plus de courage. À eux deux, ils étaient forts. L’amas de couleur devint moins flou. La jeune femme pouvait enfin se concentrer pour tenter d’y voir des détails.

« Moufouet, Moufou. » [ Il a quelque chose dans les bras. ]
« Tu peux savoir ce que c’est ? »
« Moufouette, Mouf Mouf Moufou ! » [ Un petit Pokémon. Je dirais même un bébé. ]

La mention du bébé cassa le malaise qui parcourait Huyana. Elle alla gravir la colline qui la séparait de l’homme plus précis à chaque pas, le regard aussi pénétrant que lorsqu’elle pensait à ses théories. Bouboule sauta de ses bras et tomba juste à côté de Sokka, le regard aussi vif que celui de sa maitresse. Il tourna ensuite la tête vers Huyana, qui était arrivée au sommet.

« Mouf ! Moufouette. » [ C’est vraiment un bébé. Zigzaton ]
« Désolé Bouboule, il est trop petit pour que je le vois... »

Elle se tut, surprise. Pendant un bref instant, la jeune femme avait oublier la présence du jeune homme. Elle le distinguait beaucoup mieux à présent, lui et l’Aquali. Habituellement Huyana n’aimait pas trop que les autres autour connaissaient son infirmité : elle savait bien le cacher d’habitude. C’était plutôt raté pour cette fois-ci, même si le bébé était tout petit, il était immanquable dans les paumes de Sokka. Que penserait-il de cette facilité à carrément parler avec son Pokémon ? Bof, d’autre y arrivaient, avec de l’entrainement, ce n’était pas sorcier. Et puis pourquoi pensait-elle à cela... Concentration sur le bébé. Maintenant.

« Vous n’avez besoin de rien ? »

_________________
avatar
Huyana Imala
Informations
Nombre de messages : 137

Fiche de personnage
Points: 64
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.kirbywebsite.jimdo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Sokka Ask le Mar 12 Avr 2011 - 16:36

- "Non merci ! C'est très sympathique mais j'ai déjà tout ce qu'il me faut."

Sokka fut assez surpris que l'inconnue lui parle directement. Il était assez rare de rencontrer des personnes qui engagent la conversation avec des inconnus. Habituellement, Sokka serait passé devant la personne, aurait peut-être dis un simple bonjour et aurait continué sa route. C'est vrai, qu'est-ce qu'un aventurier pourrait dire à un autre aventurier ? Après tout, certains son pressé et d'autre ont tous leurs temps. La majeur partie du temps, les gens préfèrent s'éviter, plus pour laisser les autres tranquilles. Mais il n'est pas rare de découvrir un jeune téméraire qui vous lance un défi. Il est assez rare que l'autre personne refuse, ce serait un peu comme se défiler, mais si c'est un débutant cela est tout à fait normal et généralement, la personne s'excusera de ne pas pouvoir répondre aux attentes du protagoniste.
Il est donc peu courant que quelqu'un engage la conversation avec n'importe qui. Le doute qu'il s'agisse d'une personne peu fréquentable est courant, après tous, les mercenaires, les différents bandits et autres brigands parcourent les zones afin de s'en prendre aux plus faibles.
Peut-être que l'attitude débonnaire du jeune homme envers le petit Pokémon qu'il tenait dans ses mains y était pour quelque chose. Pourtant Sokka, malgré son comportement simple, n'est peut-être pas la personne la plus appréciable. Enfin, il à de quoi faire peur avec une épée rangé dans son fourreau le long de sa colonne vertébrale. Une lance elle aussi fixé à son dos en diagonale de son épaule gauche au bas de ses reins droits par des attaches. Une masse dans le sens contraire, elle aussi fixé en diagonale donc et un boomerang dans un fourreau spécifique situé sur son côté droit. A le voir ainsi armé jusqu’aux dents, on pourrait penser qu'il soit un adepte du combat au point d'aimer voir le sang couler. En fait, il est vrai qu'il se défend pas mal avec une arme, mais ce n'est pas pour autant qu'il aime se battre, il aime juste posséder plusieurs outils de combats différent, lui permettant une certaine versatilité.

- "Qu'est-ce qui vous amène par ici ?"

Tant qu'à faire, autant discuter avec cette personne aimable. Il n'avait pas entendu la demoiselle parler avec son Pokémon, et pour cause, le petit être dans les paumes de ses mains occupait toutes son attention. Enfin ! Pas vraiment. Il faut savoir que Sokka reste quand même aux aguets, toujours prêt à bondir pour éviter une attaque quelconque venant de l'extérieur. Il fut assez surpris d'ailleurs de voir le Zigzaton se lover contre le torse du jeune homme. Le prenait-il pour sa nouvelle mère ? C'était assez peu probable à vraie dire, mais soit, si c'était ainsi qu'il le voyait. Le Mizuhanien leva les yeux vers la demoiselle, la détaillant brièvement, son but n'étant pas de la reluquer mais de repérer tous détails qu'il pourrait retenir, il pourrait ainsi l'identifier plus facilement s’il venait à revoir cette demoiselle. Enfin, rien ne lui disait qu'il ne finirait pas par voyager ensemble, mais autant mémoriser son image maintenant. Il enchaina par une autre formule de politesse, enfin, c'est un soldat, mais ce n'est pas pour autant qu'il ne sait pas parler, du moment qu'il ne lui fait pas la cours.

- "Laissez-moi me présenter, je ne pense pas que vous vous en soucier mais autant que je mette un nom sur votre jolie minois, n'est-ce pas ?" Une technique de drague ? Peut-être. En vérité Sokka ne sait pas aguicher les belles dames, mais il à cependant de belles formules malgré cela. - "Je me nomme Sokka et je suis de la contrée de Mizuhan."

Ponyta fit soudainement son entrée fracassante, déboulant en plein milieu des deux être humains. Et voilà qu'Aquali se jetait sur son dos. L'équin repartit avec le canin sur son dos, comme si de rien n'était. Il y avait vraiment de quoi rire, ou être exaspéré. Sokka lui se tapa le visage de la main droite. Comment avait-il donc fait pour avoir des Pokémon si étrange ?

_________________
avatar
Sokka Ask
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 17
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Huyana Imala le Jeu 14 Avr 2011 - 23:42

« Pardonnez moi. Je n’ai pas l’habitude de m’arrêter ainsi pour discuter, Bouboule m’a décrit la scène de loin, je voulais juste vérifier que cela allait. »

Bouboule grognait, lui reprochant sa nature parfois trop gentille. Il se tourna vers elle, impatient, lançant de léger coup d’œil vers les armes impressionnantes du jeune homme. Mais Huyana les avait déjà remarquer et deviner de quoi il s‘agissait, elle n’en avait pas peur. Des guerriers étaient déjà venu rendre visite à son grand-père, ceux-ci lui avaient même laisser une peluche qui devait se trouver quelque part dans le placard de sa chambre. Et puis, s’il aurait voulu l’attaquer ou l’éviter, se serait déjà fait. Si par hasard elle se trompait, un bon jet de puanteur dans les yeux, cela avait de quoi le calmer un bout de temps, assez pour qu’ils fuient. De toute manière il ne semblait pas ce trouver dans cette catégorie, la jeune femme utilisait son intuition sans même réfléchir et l’écoutait sans discuter. Cela lui avait de nombreuses fois sauver de situations qui aurait pu mal se finir. Le simple fait d’y penser la faisait soupirer : Les gens du village avaient une apparence extérieure sans tâche, pourtant il suffisait de gratter un peu pour y voir de la moisissure. Plus elle s’éloignait de cet endroit, plus la jeune femme se sentait libérer de l’image de la petite fille du fou. C’était bien agréable de ne jamais avoir des gens aux chevilles, mais que ceux-ci se moquent et observent d’un regard trop critique, il y avait une limite. Bouboule continuait de l’observer d’un air pressé et Huyana lui répondit avec un léger sourire. Le Moufouette semblait subitement vouloir partir aussi vite, chose que la jeune femme n’avait pas envie de faire immédiatement. Si elle ressentait de l’impatience ou de l’ennui chez son interlocuteur, la dresseuse partirait sans demander son reste. Même s’il la rendait fort mal à l’aise, Huyana devait tenir le coup, la timidité ne faisait pas partie de son plan de vie. La jeune femme ignora le deuxième regard de son Pokémon, bien qu’un peu inquiète de le voir agir ainsi. Elle lui poserait la question ensuite. La voix de Sokka perça sa bulle et la dresseuse se sentit rougir presque immédiatement. Ouais bon, la timidité ne disparaitrait pas comme ca.

« Hum... Je... »

Bouboule s’éloigna de Sokka et sauta sur les pieds de sa maitresse avec tout son poids. Il n’était pas le plus lourd des Pokémon, mais cela fut assez pour qu’Huyana sursaute en lançant un petit « Aie ». La jeune femme fronça les sourcils et l’observa. Bouboule souriait très souvent, mais quand il ouvra la bouche comme ca et se forçait pour qu’on voit ses dents, c’est qu’il se moquait d’elle. La jeune femme sourit et roula des yeux, le poussant légèrement du pied pour qu’il arrête de sourire comme ca comme un idiot.

« Nous allions vers la Cité de Seian. Serais-ce impoli de vous renvoyez la question ? »
« Mouf Moufouette ette ! » [ D’ailleurs on devrait continuer, non ? ]
« Allons Bouboule, toi qui te plaignait tout à l’heure d’avoir les pattes en cotons. »

Bouboule grogna et posa son popotin sur le sol, boudant à demi. Décidément elle ne comprenait pas pourquoi il n’aimait pas le garçon. Il faut dire que le Moufouette avait toujours été d’un naturel très protecteur, surtout envers les hommes. À croire qu’il avait peur de se faire voler sa place de préféré. Huyana lui caressa la tête avec un geste tendre : Même le plus beau des hommes n’arriveraient pas à battre son petit Bouboule. Il préférait continuer à bouder, tournant la tête en direction du Ponyta qui allait bientôt faire son entrer. Quand Sokka reprit, le Pokémon paru brusquement recommencer à s’intéresser à la conversation. Était-il en train de draguer sa maitresse ? Il cherchait le jet, le petit guerrier ! Huyana pour sa part n’était pas habituée aux compliments, qui en donnerait à la petite fille du vieux fou ? Toujours rougissante, elle jeta un coup d’œil à Bouboule en espérant qu’il ne fasse pas de bêtise. Elle allait gentiment répondre au garçon quand une étrange scène se produisit. Avec cette légère myopie, Huyana n’était pas trop sûre d’avoir vraiment vu ce qui venait se passer.

« Je dois avouer que je suis perplexe... »
« Mouf, Moufou Moufette. » [ Je te l’avais dit que ca ne tournait pas rond. ]
« Le Moufouette de mauvaise foi ici présent se prénomme Bouboule, pour ma part je m’appelle Huyana. Je suis de ce pays. »
« Mouf mouf moufou moufou !? » [ Comment ca, mauvaise foi !? ]
« Vous avez l’air d’avoir des Pokémon originaux.

Dit-elle avec un léger rire nerveux, en espérant qu’il ne le prendrait pas mal. C’était loin d’être un défaut, à dire vrai cela devait rendre ces journées plus intéressantes. Huyana passa une main dans ses cheveux, pensive. Il venait de loin, dit donc. Faut dire qu’avec le Ponyta, cela devait aller plus vite. S’il retournait vers son pays, ils iraient dans la même direction un bout de temps. Mais ca cela restait à savoir et à vouloir. Huyana lança un regard vers Bouboule qui fixait le jeune homme d’un drôle d’air et se tourna ensuite vers l’endroit où était partit les deux Pokémon. La jeune femme tenta de se détendre, un léger sourire amusé aux lèvres, demanda à Sokka.

« Ils sont toujours comme ca ? »

_________________
avatar
Huyana Imala
Informations
Nombre de messages : 137

Fiche de personnage
Points: 64
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.kirbywebsite.jimdo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Sokka Ask le Dim 17 Avr 2011 - 18:50

- "Et Bien je compte revenir au pays et pour cela je dois traverser tout Terros."

Elle se présenta sous le prénom d'Huyana, un nom assez exotiques, peu commun même. Et bien voilà qui n'irait pas pour lui déplaire, mais il n'était pas là pour se faire plaisir à vraie dire, quoi que parler avec une gente demoiselle est largement suffisant. Surtout quand son animal de compagnie commence à bouder. La moufette était mignonne, mais elle devait certainement l'être bien moins si elle venait à lâcher quelques flatulences défensives. Une bestiole charmante et aussi assez horribles, dans le sens ou si elle use de son arme, la créature devient une vraie boule puante à l'odeur nauséabonde. Enfin, cela était plutôt un jet de gaz nocif et toxique, il pourrait même tuer un homme s'il le souhaitait. De quoi faire peur à plus d'un inconscient, aussi Sokka ne se risquerait pas à ennuyer la petite chose ou même à enquiquiner sa dresseuse. La seule chose qu'il voulait faire, c'était parler, il en avait le droit non ? Bon ! Après s'il glisse des mots doux par ci par là, il n'y peut rien, de toutes manières trouver une petite amie n'est pas dans ses prérogatives, chacune de ses histoires c'est soldés par des situations assez étranges et mystérieuses. Et puis, avant de former un couple avec une personne, il faut, avant toute chose, que cette personne soit d'accord, n'est-il pas ?

- "Ça pour être original..."

Kirin trotta en se dandinant. Habituellement elle était calme et tranquille, mais aujourd'hui elle avait l'air de vouloir joue l'idiote avec l'autre femelle du groupe qui d'ailleurs faisait sa ballerine. On aurait put voir dans ces deux être un ballet de cirque, avec la jeune femme sur son poney, par contre la demoiselle et remplacé par une renarde qui se tient sur sa seule patte avant droite. Au bout de dix pas de galop effectué par la Ponyta, la renarde tomba face contre terre. Elle se remit sur ses quatre pattes en lâchant un petit cri. Cela ne ressemblait même pas à un cri de douleur, on aurait même plutôt dit une sorte de rire machiavélique. Elle était vraiment folle cette bestiole. Enfin, heureusement qu'elle à parfois quelques éclair de lucidité.

- "Pour mon plus grand malheur ou bonheur, tant est qu'à ce jour je ne peux pas encore dire si cette situation me plait ou non, oui, ils ont étaient et sont toujours comme ça. Enfin, heureusement que tout le monde n'est pas de sortie encore. Enfin, je parle peut-être un peu trop vite."

Et effectivement, parfois il devrait se la fermer. Le Stalgamin apparut à son tour, venant se cacher derrière les jambes du garçon, ses joues cachées sous sa coupe devenu rouge par la gêne. Décidément, un rien le gênait et le rendait peureux. Il était phobique ou quoi ? Tant est qu'il n'osait se montrer aux yeux de la jeune demoiselle comme de son compagnon. Il n'y à bien qu'avec Sokka et ses compagnons de voyage que ce petit Stalgamin n'ai pas de craintes. Et étant donné que tout le monde était là, voilà que le cinquième de la bande faisait sa grande apparition. L'Osselait entra en scène dans un flash de lumière. Juste devant le Pokémon de l'autre jeune fille. Il regardait la boule de poils mauve, se demandant bien ce que ça pouvait faire s'il essayait de frapper cette créature avec son os. Ce serait certainement efficace, mais quelque chose d'autre attira son attention. Il passa du regard blasé devant le Moufouette au regard perçant de chasseur qui vise sa proie. Son os parti dans les airs, rasant le sol et découpant les hautes herbes sur son passage, tel une faux dans un champ de blé. Pourtant, son os n'est pas du genre coupant, alors comment fait-il pour effectuer ce prodige ?
Il ne valait mieux pas se poser la question. Un cri retentit et l'os revint vers lui. Il avait raté son coup. Des fourrées sortie une bête aux couleurs de l'herbe. La créature, aussi rapide fut-elle, parcourue la migre distance qui la séparait d'Ulysse. Le Pokémon l'attendait, et arrivé à sa hauteur, lui assena un violent coup sur le crane, sonnant la bestiole et la faisant s'étaler sur le sol. Si le Dynavolt était toujours en vie c'était une chance. Sokka attrapa l'os, soufflant d'exaspération, et allait le jeter, cependant le Pokémon sol était resté accroché à son bien le plus précieux. Sokka essaya de le faire lâcher mais sans succès. Il soupira et posa l'Osselait au sol. S'il ne pouvait pas l'éloigner tant pis, mais qu'il laisse tranquille cette pauvre bête. Le chiot devait voir des étoiles à l'heure qu'il est. Il posa le petit Zigzaton sur son épaule et se pencha vers l'autre bestiaux mal en point en un coup de Massd'Os. Son type électrique n'arrangeait rien. Le garçon souleva la pauvre bête dans ses bras, cherchant du regard un endroit pour soigner la belle bosse qu'aurait le chien. Osselait se rapprocha du Moufouette, avec un regard qui en disait long sur ses intentions. Il tentait une attaque nauséabonde et il se prenait un coup d'os. Il était déjà en train faire tapoter le bout de sa mère dans ses mains.
Sokka fixa une nouvelle fois la demoiselle avant de chercher un abri pour soigne le canin dans ses bras.

- "Il y à des jours ou j'aimerais en enchainer certains. Les moins ennuyant sont souvent les plus dangereux."

_________________
avatar
Sokka Ask
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 17
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Huyana Imala le Lun 18 Avr 2011 - 1:00

Huyana en avait assez de sentir ses joues brûlantes. Sans parler du tiraillement au creux de son ventre qui ne partirait pas de sitôt. Oh, peut-être un jour, dans une trentaine d’année. Cette chose était plus qu’une malédiction, combien de fois c’était-elle sauver de quelqu’un? Une bonne dizaine de fois. Huyana se sauverait pas aujourd’hui, de toute manière, il était charmant et se serait bien malpoli de se défiler de cette façon, non? Encore plus brûlantes. Ce n’était pas mal, elle était une jeune femme, il lui fallait bien regarder la marchandise de temps en temps. Elle déglutit avec difficulté, suivant d’un œil Kirin et Calypso. La jeune femme ne pu s’empêcher d’avoir une pensée pour ses parents et leur cirque. Elle se demandait où ils pouvaient bien être en ce moment... Serrant les dents, la jeune femme sursauta quand la renarde tomba directement sur sa tête. Dit donc, elle avait sacré tête dure... Ou vide. Oh non, elle y avait penser. Ce n’était pas bien de croire que l’Aquali était idiote, elle était juste... Hum... Étrange ? Ca personne ne pouvait dire le contraire. Au moins elle ne semblait pas avoir mal, Sokka devait déjà en avoir assez avec le petit. Eh bah non, toute la famille allait brusquement apparaitre sous les yeux médusés de la jeune fille. Cet homme était beaucoup plus avancé qu’elle, cela devait faire un moment qu’il était partit de chez lui, contrairement à Huyana qui était partit depuis quelque jours. La dresseuse se sentait un peu gênée de se retrouver devant quelqu’un avec un niveau bien plus élevé, il lui paraissait à présent bien plus imposant que lorsqu’elle était arriver auprès de lui. Bon, Huyana se força à quitter des yeux son visage et se pencha sur les nouveaux Pokémon apparu. Hum, elle avait du mal à reconnaitre celui cacher derrière Sokka. La dresseuse ne pu s’empêcher de sourire à Boréas, parce qu’elle avait l’impression de se voir dans un miroir. Ils devaient être aussi rouge tout les deux. Bouboule émit un grognement qui lui fit sortir de ses pensées : Le deuxième Pokémon ne semblait pas très accueillant. En tout cas, quand il s’approcha du Moufouette, celui-ci se leva et hérissa les poils de sa queue, menaçant. Lui aussi elle ne savait pas trop quel genre de Pokémon il était, mais il lui semblait un peu agressif, ce qui la rendit nerveuse immédiatement. Il ne fallait absolument pas que Bouboule perde patience, sinon se serait un véritable enfer. Empoisonner Sokka et ses Pokémon était la dernière chose d’on elle avait envie. Elle crut que Ulysse allait frapper son compagnon de son bâton - elle ne voyait pas que c’était en fait un os - mais au contraire, il frappa un autre Pokémon, qu’elle reconnu cette fois-ci.

« Un Dynavolt? Il a l’air sérieusement assommé. »

Bouboule grogna contre l’Osselait, en colère. Quel genre de Pokémon fallait-il être pour s’attaquer ainsi à un autre comme ca? C’était stupide. Il méritait une leçon. Avant de mettre sa menace à exécution, Huyana remarqua le comportement de son ami et l’agrippa par le cou sans ménagement. Ils avaient déjà assez d’un blessé, ce n’était pas le temps d’en rajouter un autre à l’équation. Huyana savait que Bouboule n’aurait aucun problème à se battre contre Ulysse, mais son poison était très toxique et il était hors de question qu’il y est un accident et que l’Osselait meurt ou garde des séquelles. Le Moufouette se calma immédiatement en voyant le regard de sa maitresse : Il réglera se problème plus tard, pour l’instant ils devaient s’occuper de l’autre Pokémon. Son cerveau se mit à rouler à grande vitesse : Son grand-père lui avait parlé d’un refuge cacher qu’il avait remarqué sur la plaine lorsqu’il rendait visite à un ami. Il lui avait expliqué l’endroit exact au cas où elle aurait envie de faire une pause pour dormir. Rapidement, elle demanda à Bouboule d’observer au alentour et de décrire ce qu’il voyait. Il se hissa sur ses épaules et posa ses pattes avant sur sa tête, fixant l’horizon. Heureusement, le dit refuge n’était pas loin. Ils n’avaient qu’à avancer encore pendant quelque minutes et ils devraient enfin y déboucher.

« Suis moi. »

Sans rajouter quoi que se soit, elle se mit en marche, farfouillant dans son sac en même temps. Son grand-papa lui avait donner bon nombre d’herbes médicinales qui pouvaient à présent servir, il lui fallait de quoi produire une baume pour apaiser la douleur et l’enflure de la bosse. Bouboule guidait alors qu’elle sortait une étrange boite en bois, qui dégageait une drôle d’odeur. Vérifiant que Sokka suivait avec les autres, elle ouvrit la dite boite et plongea ses doigts à l’intérieur. Ils ressortirent couvert d’une gélatine verdâtre peu agréable à regarder. Au loin, au flanc d’une très haute colline se trouvait un trou creusé dans la terre. Ce trou menait à une petite grotte étrangement aménager par de nombreuses générations de dresseurs passer par hasard. Là-bas, Huyana pourrait y faire une baume bien meilleure que celle-ci. Mais en attendant, celle là ferait l’affaire. Silencieuse, elle se mit à la hauteur du jeune homme sans se soucier de la maigre distance qui les séparait. Dans une autre situation elle aurait la peau comme un volcan, mais le Pokémon en jeu lui faisait tout oublier. Elle déposa la substance sur sa tête jusqu’à ce que cela forme une bonne couche, juste pour être sûre. Bouboule, toujours percher sur les épaules de sa maitresse, était très proche de Sokka. Le Moufouette l’observait de très près, approchant son visage du sien. Il devait avouer qu’il n’était pas si mauvais, cela faisait deux Pokémon qu’il aidait en moins de quelque minutes. Bouboule avait tendance à s’emporter facilement sans réfléchir. Bon, il avait dit des choses qui l’avait fait tiquer un peu plus, mais il n’était pas quelqu’un de mauvais. Il savait admettre quand il avait fait une erreur, c’était une des qualités qu’Huyana admirait chez lui. Tant qu’il ne draguait pas trop sa maitresse, il ne se fâcherait plus. Bouboule tendit une patte vers le jeune homme, visiblement désireux de se faire pardonner. Lui et Huyana était presque pareil, quand il fallait aider quelqu’un, tout le reste disparaissait. Son regard semblait toujours dire « Fait attention à tes fesses », mais il y avait du respect aussi.

« Mouf moufouf ette » [ On est presque arrivé. ]

Huyana était fière du revirement du comportement de son Pokémon. Elle accéléra son pas et soupira. La jeune femme espérait que cette petite paix continuerait, toutefois. En tout cas la dresseuse devait garder sa garde haute face au Osselait, se serait dommage qu’il se mette à assommer tout les Pokémon du coin. Elle n’avait pas assez de pommade pour tous les soigner. Ils étaient arriver au trou. Il était beaucoup plus gros qu’elle se l’imaginait. Bouboule sauta de ses épaules et entra le premier pour être sûr qu’il n’y avait personne d’autre. Un grognement répondit négativement, le lieu était désert. Huyana descendit la légère pente et se retrouva dans la grotte. Celle-ci était légèrement sombre et sentait la terre sèche. Sans porter plus d’attention au décors, la jeune femme vida son sac sur le sol et se mit à trier les herbes qui lui permettrait de réveiller le Dynavolt et de calmer réellement sa douleur par la même occasion. Tout en faisant le ménage, la jeune femme dit d’une manière tout à fait innocente :

« Vous savez, je me rend dans la même direction. Je peux faire un bout de chemin avec vous le temps de m’y rendre, si vous le désirez... »

Cela lui avait prit toute les fibres de son corps pour dire cette phrase : Elle sentait ses muscles se raidir au point qu’elle ait du mal à bouger les bras. Il lui fallait se battre contre cette timidité envahissante, il y avait deux forces contrairement qui se battaient en ce moment dans sa tête : Le oui, qui avait envie de voyager avec le charmant et aimable jeune homme et le non, qui en avait assez du tiraillement qui crispait son ventre. Tout en attendant une réponse, elle lui fit signe de déposer le Pokémon sur la paillasse au fond de la grotte, continuant à chercher la bonne mixture.

_________________
avatar
Huyana Imala
Informations
Nombre de messages : 137

Fiche de personnage
Points: 64
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.kirbywebsite.jimdo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Sokka Ask le Mer 20 Avr 2011 - 23:49

Il approuva du chef et la suivis, comme si, en tant que supérieur hiérarchique, elle lui avait donné un ordre et lui, en tant que bleu, avait simplement obéis. Il entama donc son pas dans les siens, la suivant adroitement sans trop la coller pour autant, laissant bien deux mètres de distance, histoire de ne pas rentrer dans sa zone intime. Durant leur marche, Ponyta s'approcha et trotta tranquillement aux côtés du jeune homme. Sur son dos, le seul qu'y puisse tenir sans tomber et sans qu'elle ne le refuse, Osselait, qui regardait d'un œil de chasseur les environs.

- "Ulysse ! Tu ose assommer encore une fois quiconque et je te promets que tu ne reverras pas l'os de ta mère de si tôt. J'en arriverais là si tu continues cette habitude à défier tout ce qui bouge ou qui t'importune."

Bien sûr, le Mizuhanien ne ferait jamais une chose pareille. Osselait adopte le crane de sa mère l'un de ses os, cependant, une question se pose. Si un Ossatueur donne naissance à plus d'un petit, qu'advient-il alors ? Ils se partagent le crane ? L'un se fait tuer par l'autre ? Il le pique sur un autre corps ? Et puis, la mère ne peut pas mourir dès la naissance, cela est assez peu probable. Ont peut émettre l'hypothèse qu'il peut piquer celui du père. Ou d'un autre Pokémon. Tant est que ce Pokémon ne nait pas avec ce crane sur la tête et cet os en main, aucun être vivant ne nait ainsi. Cependant, s’ils ne piquent que les os de leurs mère, leurs populations doit être restreintes et doit donc grandement diminué, ou alors, ils prennent aussi ceux du père et à ce moment là, leurs nombres stagne. Mais il y à tout de même plus de probabilité pour qu'ils les volent sur leurs parents décédés ou un corps morts quelconque. Il y à certain mystère de la nature qu'il vaut mieux parfois ne jamais tenter de résoudre. Tout cela pour dire que le jeune homme ne confisquerait jamais l'arme de son Pokémon car cette dernière possède une valeur sentimentale importante pour cette petite créature.

L'adolescent reporta son regard en face de lui et remarqua le Pokémon de la demoiselle qui le fixait étrangement. Soudainement il tendit sa patte en sa direction, comme s'il voulait faire une poigne de main. Sokka aurait aimé répondre mais il avait un peu les bras pris, alors il baissa respectueusement la tête en avant étant donner la situation. Il ne savait pas pourquoi cette moufette avait agit ainsi, mais peut-être l'avait-il vu comme un rival ? Il faut dire que Sokka n'avait pas essayé de mettre à distance la demoiselle mais il n'avait pas non plus hésité à employer des mots assez doux et gênant pour une personne timide. Il était un bêta, mais ça il le savait déjà.

Leurs pérégrination finirent par aboutirent sur un terrier, ou plutôt une sorte de tanière, un trou creusé à-même le sol suffisamment large pour laisser passer un être humain de taille moyenne. Par ailleurs, il fut étonné qu'elle ait un onguent rafraichissant avec elle. Cette gelée verte et froide avait pour vertu de calmer les douleurs par le froid et d'apaiser cette dernière avec les bienfaits des plants utilisés pour cela. Enfin, c'était toujours mieux que rien, il fallait l'avouer, et puis Sokka n'était pas en état pour appliquer ce genre de gelée étant donné qu'il portait le Pokémon en question.
Il installa le canin sur la fameuse civière de fortune et commença à caresser l'animal le long du poil, comme pour réguler sa respiration rapide. Il emmitoufla la chose dans la couverture et se releva. Le Zigzaton sortit de sa cachette et vint se lover à son tour dans la couverture un peu miteuse à force de passer tout ce temps dans cette grotte humide. Il se retourna et posa son sac au sol, s'installant sur ses genoux, en position de salut japonais. Il entreprit de sortir un creuset et un pilon, et sortit une petite sacoche censée contenir une multitude d'herbe différente. Un guerrier solitaire doit savoir se guérir, et la vie sauvage lui à appris beaucoup de chose. Cependant sa capacité à faire des substances censées guérir tiens de son apprentissage avec la vieille de son village. Il sortit des feuilles à longues tiges et quelques herbes touffues séchés, il prit une petite bourse contenant une poudre couleur blanc cassé et humidifia le tout de quelque goutte de sa gourde, et commença à piler le tout. Il tourna la tête vers le fautif de tout cela et le fixa avec le sourire, ce n'était pas un mauvais bougre.

- "Si tu veux te rattraper, cherche moi quelque racines amères, elles sont très cassantes, tu devrais en trouver facilement. Je sais que je peux te faire confiance car c'est ce que tu mange et tu les trouves parfaitement."

Effectivement. La petite créature était le maître dans la recherche de racines et autres tubercules. Il savait déjà de quelles sortes de racines il parlait, celle qui croquait sous la dent et qui avait un arrière gout rance et amère. Le genre de racine qu'il prend quand il à mal au crane, ce qui peut arriver assez souvent avec le casque en os qu'il possède. Si Ulysse partit dans la galerie pour trouver ce qu'avait demandé Sokka, c'était bien parce qu'il s'ennuyait et non pour réellement l'aider. Il n'eut pas à aller bien loin, il sentit bien vite cette odeur... d'asperge. Il gratta la paroi rocailleuse de son os, infiltrant une crevasse pleine de terre pour finir par en retirer les éléments gênant afin de mettre à nu la fameuse denrée. Il donna un coup de sa masse et brisa un bout de cet aliment nutritif naturel mais surtout très amère. Il revint vers Sokka qui se mit en charge de laver la chose de toute terre avant de couper le tout en fine lamelle avec un couteau à dépecer. Il continua à écraser sa mixture. Contrairement à Huyana qui comptait certainement calmer la douleur et réveiller l'animal, Sokka préparait un remontant. A quoi cela aurait servi de préparer deux mêmes remèdes ? Et comment avait-il put savoir qu'elle comptait faire cela plutôt qu'autre chose ? Et bien elle venait de déballer tout son sac sur le sol pour trier les bonnes herbes, il suffisait juste d'en conclure qu'elle comptait soigner la bosse qui enflait encore un peu sur le crane du Pokémon. Il aurait certainement un sacré maux de tête, et la racine pilée très amère agirait directement sur les zones du globe crânien qui aurait tendance à réagir trop furieusement. D'ailleurs, l'animal étant sauvage, il devait être bourré de puce et d'autre saloperie comme ça, il devait certainement avoir quelques contusions, blessures encore fraiches et infectés ou bien une maladie quelconques. Son corps, bien qu'en bon état, semblait plus farouche et hirsute qu'autre chose. Ses poils au toucher, lorsque le jeune homme le portait, était resté en bonne partie dans ses mains. S'il perdait les poils par touffe entière, c'est bien qu'il devait être infecté par quelques choses. Avant de savoir de quoi il s'agit, autant s'assurer de son rétablissement actuel. Voilà qu'un onguent pour guérir et apaiser sa bosse allait arriver et une autre mixture pour empêcher une migraine et accessoirement activé le système immunitaire de l'animal. La poudre de corne de certains animaux des glaces avait cette propriété médicinale de pouvoir accélérer les particules du corps à la régénération. Par contre, cela serait amer, mais plus le médicament l'est, et plus il sera efficace.

Calypso s'était mise dos contre le mur, la tête sur le sol, les pattes arrière en l'air. Encore en train de jouer celle-là, enfin, il valait mieux ça qu'autre chose non ? Le poney était rentré et s'était installé au niveau de l'entrée, diffusant de la lumière et de la chaleur à travers ses flammes ondoyantes. Boréas n'avait pas quitté les semelles du jeune homme et il continuait à se cacher des intrus, décidément celui là. En ce qu'il s'agissait de leurs route communes.

- "Et bien votre compagnie et celle de votre compagnon serait un honneur que vous nous ferrez. On rencontre rarement de personnes aussi serviables !"

[Retard retard D= désolé]

_________________
avatar
Sokka Ask
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 17
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Huyana Imala le Sam 30 Avr 2011 - 20:18

[ Je m'excuse moi même du temps avancé de ma réponse, vivement que les études finissent D= ]

Herbe après herbe, la jeune femme était bien concentrée à présent, laissant le jeune homme faire la même chose de son côté. Parfois elle hésitait, se demandait si elle ne devrait pas rajouter un peu de ceci ou de cela, cherchant dans les mémoires de sa tête à grande vitesse. La jeune femme fronça les sourcils et quand elle eut tout ce qu’elle eu besoin sous les yeux, elle rangea le reste et entreprit de former une sorte de boule pâteuse. Ce n’était pas très difficile, certaines des herbes étaient collantes et gluantes, comme les algues. Elle avait eu à tout simplement mettre les herbes sèches dans le milieu de la boule et les trucs un peu dégoûtant autour. La mixture était fini lorsque Sokka lui répondit. Eh bien, voilà qui était intéressant, elle pourrait tenter d’apprivoiser cette gêne. Cela la rendait heureuse, pouvait-elle le considérer comme une sorte d’ami ? Elle qui n’en avait jamais eu au niveau humain, la jeune femme ne savait pas trop quand elle pouvait le mettre dans cette catégorie. En tout cas il était très gentil, ces armes étaient une fausse image. Huyana avait commencé ce voyage avec Bouboule et cela la surprenait elle même d’être dans cette grotte en compagnie d’une autre personne et de ces Pokémon. La dresseuse sourit pour elle même : Son cas n’était peut-être pas complètement perdu à ce niveau, ce qui était très rassurant à ses yeux. Certains pourrait trouver étrange qu’Huyana ait un tel attirail d’herbes dans son sac. Dans le passé, Bouboule lui avait de nombreuses démontrer qu’il aimait parfois jouer aux endroits où il ne devait pas. Revenant souvent blessé à la maison, il avait été hors de question pour elle de partir sans ces médicaments précieux. Observant la petite boule au creux de sa paume, elle la descendit au niveau de Bouboule, qui la renifla. Il grimaça et hocha la tête, reconnaissant tout les ingrédients qu’elle lui avait déjà fait avalé. Le Moufouette en avait de très mauvais souvenirs, il trouvait le Pokémon chanceux d’être inconscient, comme ca il n’aurait pas conscience du goût affreux qui se dégageait de la mixture quand elle était déposer sur la langue. Aller savoir, les médicaments qui goûtaient bon ne faisait jamais rien mais les mauvais faisaient toujours du bon travail. Bouboule se détourna de la boule en frissonnant, content de ne pas être celui qui allait devoir s’y frotter. Une fois, c’était déjà de trop ! Huyana ne pu s’empêcher de rire, amusée par la tête que faisait Bouboule. En voilà un qui avait retenu sa leçon. Contente du résultat, elle allait s’approcher de Sokka pour donner la boule amère, sauf que des pas très lourds la fit figée.

De la terre leur tombait sur la tête, à cause des secousses. Cela se rapprochait de plus en plus, accélérant le rythme cardiaque de la jeune femme. Il n’y avait aucun Pokémon ici qui avait le poids pour faire trembler la terre. Bouboule se posta près de la sortie, le regard fixant l’horizon. Le Moufouette ne savait pas s’il pouvait osé regarder sur les côtés, car de l’intérieur il ne pouvait regarder de l’avant. Le Pokémon, sous les yeux affolés d’Huyana, sortit de la tanière à pas de loup. Pas de crie, pas de glapissement. Les pas c’étaient soudainement arrêtés. La jeune femme secoua la tête pour y retirer la terre et se dirigea vers le trou, priant pour qu’il ne soit rien arriver de grave. Avant qu’elle n’arrive, une énorme forme boucha celle-ci, coupant tout soleil. Sur le coup Huyana cru qu’elle avait faire une crise cardiaque, mais ces yeux s’habituèrent et ce qu’elle vit la laissa sans voix. Un Tortank. Pas n’importe lequel, oh non, c’était Wakiza, le Tortank de son grand-père. Énorme, il ne pouvait même pas entré dans la caverne. Bouboule passa sous ses jambes avec un grand sourire, visiblement à son tour amusé.

« Mouf Ette Ette. » [ Qui c’est qui a eu peur ? ]
« Refait le, juste pour voir. »

Wakiza. Huyana lui sauta dans les bras, heureuse. M’enfin, cela ne faisait que quelque jours qu’elle ne l’avait pas vu, pourtant elle avait l’impression que c’était des années ! Voilà qui était une belle surprise. Il y avait non loin d’ici un cours d’eau, il avait du le descendre à partir du village pour se rendre sur la plaine. Vu sa vitesse sur l’eau, cela devait lui avoir pris à peine quelque heure, maximum. Le Pokémon lui sourit, tout aussi content de les voir tout les deux. Il jeta un léger regard vers les autres, peu intéressé. Wakiza ne se préoccupait que ce qui avait une valeur à ces yeux, le reste ne lui importait peu. Il tendit son gros bras, déposant une lettre dans celle d’Huyana. La jeune femme, surprise, la glissa sous son bras. Huyana avait momentanément oublier la boule qu’elle avait dans l’autre main, prête à être utiliser. Sans un mot, elle retourna auprès de Sokka et se pencha sur le Pokémon alors que le Tortank gigotait, visiblement déçu de ne pas pouvoir avancer un peu plus. Huyana ouvrit délicatement la bouche du Dynavolt et glissa la boule sous sa langue, le regard attendrit. Elle se tourna ensuite vers la lettre. Celle-ci était un peu humide, très certainement du à la petite baignade. Huyana l’ouvrit et lu rapidement. Ce qu’elle y trouva la surpris : son grand-père avait des petits problèmes et ne serait pas présent à la maison pendant un bout de temps. Il la prévenait juste au cas où elle passerait le bonjour en repassant dans le coin. Il ne donnait aucun détail sur les dits problèmes, ce qui la rendit inquiète. Elle se tourna vers l’énorme Pokémon, qui l’observait attentivement tout en reculant en peu.

« Vous êtes sûr que ca va aller tout les deux ? »
« Tortank ! »
« Et tu ne veux pas rester un peu ? »

Le Pokémon hocha la tête négativement, sa seule mission était de chercher Huyana sur le chemin qu’elle avait donner à son grand-père et de donner la lettre, ensuite il devait repartir au plus vite. C’est alors qu’Huyana remarqua le petit Pokémon qui se trouvait derrière son imposant crâne, qui se dandinait en souriant de manière béante. Huyana s’en approcha et fut surprise de voir que la créature se lassa agripper sans rien dire, souriant encore plus. Voilà qui était intriguant, les Rozbouton étaient du genre timide d’habitude. Celui-ci ne disait toujours rien, les yeux grands ouverts. Huyana se tourna vers Sokka, où le Dynavolt semblait commencer à bouger.

« Oh, pardonnez moi. Je vous présente Wakiza, c’est le Pokémon de mon grand-père. Vous attirez toujours autant les Pokémon comme ca, ou.. ? »

[ Ca fait beaucoup de Pokémon, mais je devais trouver un moyen d'avoir un Rozbouton, Tortank va finir par partir avec et je pourrais aller le rechercher plus tard, ce qui marche beaucoup mieux avec mes autres topics en cours >W< ]

_________________
avatar
Huyana Imala
Informations
Nombre de messages : 137

Fiche de personnage
Points: 64
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.kirbywebsite.jimdo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Sokka Ask le Ven 6 Mai 2011 - 2:00

- "Oh ! Je pense que j'ai pas mal de raisons de croire que nous attirons beaucoup l'attention, n'est-ce pas ?" Fit-il en fixant l'Osselait qui semblait ne rien entendre.

Ce saurien est-une véritable teigne ma foi. Enfin ! Plus de peur que de mal. Quoi que, le mal est bel est bien présent. Un coup de massue comme celui là, on peut dire que ça en stop plus d'un. Une chance qu'il n'y ait qu'une simple bosse sans traumatisme ou autre fracture du crane. Sokka entreprit de garder sa mixture pour quand le chien serait réveillé. Il ne voulait pas l'étouffer avec sa décoction.

Soudainement, le sol trembla. Dans leur abri précaire taillé à même la roche, des morceaux de terre se décrochaient du plafond, des petits cailloux se détachaient à leurs tours et par endroit des puits de poussière s’échappaient de la surface terrestre se trouvant au dessus de leurs têtes. L'endroit était certes une très bonne cachette et un parfait petit espace pour se protéger des jours de pluie, cependant, si la terre commence à trembler, ce n'est pas bon signe, généralement. Le mizuhanien vint recouvrir de son corps le canidé vert et jaune, au cas où un autre projectile toucherait la tête du petit être, ce qui serait ballot.
Les tribulations continuèrent encore un moment puis se stoppèrent lorsque la mouffette d'Huyana s'aventura en extérieur. Vu la cadence et le temps entre chaque secousse, cela devait être un gros Pokémon ou quelque de suffisamment massif pour provoquer ce genre de cahot. Le Moufouette ayant disparu de leurs champs de vision ne reviendrait surement pas, courageux qu'il fut d'aller voir ce qu'il se trouve à l'extérieur. Si les présomptions de Sokka s'avérait être juste, ils allaient avoir de gros ennuis. L'autre boule de poils violette à servit d'amuse-gueule à la bestiole bien plus grosse que lui et les deux jeunes gens et leurs amis se trouvaient sur le menu en tant que plat de résistance.
Il voulut esquisser un geste pour demander à Huyana de ne plus bouger ou pire, de s'approcher de l'entrée, cependant, elle ne sembla pas le voir. Et à la surprise générale, la bestiole mauve revint comme si de rien n'était. Sokka en restait sur le cul. Le petit être avait-il vaincu la grosse bestiole ? Non ! Impossible... enfin...
La seule humaine en ces lieux semblait parler avec l'énorme bête, après s'être approché un peu plus de l'orifice de sortie. Et bien, quel courage, on ne pourrait pas dire cela à ce qui concerne un certain garçon ci-présent. Oh ! Il n'a pas peur ! Il à juste était surpris. De toute façon, personne ne l'a vu non ? Donc pas la peine de se justifier.

Alors qu'Huyana semblait s'occuper de la grosse chose qui se trouvait hors de l'abri, Sokka entreprit quelque pas en avant pour apercevoir ce qui avait provoqué de telles vibrations sur la plaque tellurique. Il n'eut pas le temps de jeter un coup d'œil, la jeune demoiselle revint vite engouffre la boule qu'elle avait préparé pour soigner le chien. Quand elle revint, il put enfin distinguer un bout de la bestiole avant qu'elle ne passe une seconde fois face à l'entrée. C'était un Tortank. Il n'en avait, à ce jour, vu qu'un seul, et c'était celui de son père. Il avait tellement pris l'habitude de jouer sur sa carapace robuste qu'il aurait put reconnaitre cette espèce même avec un seul bout de corps. Il ne put, par contre, pas voir le bouton de rose, il ne connaissait d'ailleurs pas cette race.
Il tourna le dos à l'orifice de sortie et se rapprocha du blessé. Même si la lumière du jour était obstruée par le Pokémon aquatique, il restait le poney de feu comme lanterne artificielle. Il commença à caresser le corps du petit être fragile, pouvant sentir sous ses doigts la faiblesse de son petit corps. Décidément, il n'avait pas eu de chances ce Pokémon. L'adolescent comptait bien le remettre sur pied, mais un chien à l'état sauvage, sans alpha ou sans expérience, n'a presque aucune chance de survivre. Cela peut déjà se voir à la maladie qui commençait à le ronger. La vermine, encore et toujours.
Le médicament de la terrosienne sembla faire effet car la réaction suivit très rapidement après l’admission dans l’orifice buccal. Ouvrant faiblement les yeux, le toutou semblait revenir d’entre les morts. Il avait l’œil vitreux et les paupières lourdes, et certainement un profond mal de tête. Le jeune homme attrapa sa propre mixture. L’animal devait l’avaler s’il voulait être soulagé de la douleur et prévenir certains maux. Le jeune homme engouffra la tête de la créature sous son bras et la garda ainsi cloitré entre son membre habile et ses côtes. Le canidé devait boire malgré lui la décoction, qu’il le veuille ou non. Cette manière de tenir un animal parait assez rustre certes mais elle empêche se dernier de pouvoir trop se trémousser. Et au bout de quelques minutes d’effort et de bataille, l’animal se résigna à avaler le liquide pâteux et affreusement amer. Sokka le relâcha quand il fut assuré que la bestiole en ait avalé assez. Il faut souffrir pour vivre, c’est la loi de l’existence.

[Encore une réponse tardive TuT
A propos, tu peux prendre le Rozbouton maintenant hein... ah non tu manque de point D=]

_________________
avatar
Sokka Ask
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 17
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Huyana Imala le Dim 15 Mai 2011 - 17:53

Huyana ne pouvait pas lâcher le Rozbouton des yeux. Quelque chose clochait, on aurait dit qu’elle était figée avec ce gros sourire sur les lèvres. La jeune femme avait du mal à croire que le Pokémon restait ainsi entre ces mains, assis sur ses paumes de manière confortable. Bouboule s’approcha de la fleur visiblement lui même intéressé par ses yeux ouverts de manière exagérés. Huyana se pencha pour déposer le Pokémon au sol mais il sauta sur sa tête, se dandinant toujours aussi gauchement. La dresseuse n’osait plus bouger, de peur de la faire tomber au sol. Tortank observait le tout, se grattant la tête. Lui devait chercher comment la petite chose c’était rendu sur sa carapace sans même qu’il ne le remarque. Mais bon, il n’était certainement pas ici pour réfléchir. Alors qu’Huyana vérifiait que le petit Pokémon n’était pas blesser ou malade, Wakiza lui jeta un regard empreint d’affection et se tourna, près à retourner auprès de son maitre maintenant que sa mission était entièrement accomplie. La jeune femme leva immédiatement les yeux, fixant le Pokémon alors que le grondement de la terre reprenait. Wakiza n’avait jamais été très bavard ou expressif, mais Huyana savait que si quelque chose lui arrivait, Tortank serait un des premiers à agir. Il était courageux et fort, lui et Rioc étaient des partenaires depuis des années. En fait la jeune femme avait eu beau tenter de poser la question, ceux-ci rigolaient comme des idiots, la faisait toujours marinée en inventant des dates au hasard. Ce que le grand-père ne savait pas, c’est qu’elle avait trouvé un vieux dessin dans le grenier, représentant un petit garçon et un Carapuce. Leur amitié dépassait les 50 ans, ca la jeune femme en était absolument sûre. Quand les tremblements s’arrêtèrent tranquillement, la dresseuse ressentie un vide. Bouboule leva la tête vers elle, partageant visiblement la même émotion. Le lien qui unissait la petite famille était difficile à mettre de côté. Huyana eu une pensée pour ces parents, qui disparu bien assez vite. La dresseuse tentait de se le cacher, mais il n’y avait pas de liens entre elle et ses deux parents. Elle ne ressentait rien à leur égard et c’était quelque chose qu’elle ne pouvait pas s’avouer. Elle considérait son grand-père comme son père, l’autre biologique elle ne l’avait vu que deux fois par années, à peine. Ces pensées disparurent dans le trou noir protecteur de son crâne, engloutissant toujours les mauvaises pensées quand elles se pointaient gentiment à l’horizon. Déglutissant avec difficulté, Huyana entreprit de remettre son regard sur le Rozbouton qui l’observait à présent de très près. En fait le petit Pokémon avait le nez coller sur le sien. La jeune femme était tellement concentrée au début qu’elle ne l’avait même pas remarquer. Elle cligna des yeux, surprise. La dresseuse l’éloigna doucement, toujours aussi intriguée par ce comportement anormal. À première vu n’importe qui aurait pu dire qu’elle était tout simplement stupide, avec sa grande bouche béante. Mais Huyana penchait pour une autre option. Il y avait quelque chose qui lui disait que le Pokémon était tout simplement étonnée. Sa manière de fixer les choses donnait l’impression qu’elle aimait le monde qui l’entourait, découvrant tout comme une première fois. La jeune femme se dit donc que la plante n’était pas très vieille, encore une jeune pousse. Huyana ne pouvait pas s’empêcher de l’apprécier, pour une raison qu’elle ignorait, le Rozbouton l’attirait. Était-ce le même sentiment qu’elle avait ressentie quand elle avait enfin agrippé Bouboule ? La dresseuse se tourna vers le Moufouette, qui semblait lui même apprécier la petite chose. Il faut dire que tout les deux partageaient un type, qui était le poison. Le poison...

Huyana secoua la tête et déposa le Rozbouton au sol. Elle était en pleine forme, il faut dire qu’ici les périodes de soleil et de pluie étaient bien équilibrés. La jeune femme pensait que la petite chose finirait par partir d’elle même, mais ce ne fut pas le cas. Au contraire, quand la dresseuse se rendit compte que le chien c’était enfin réveillé et qu’elle se déplaça près de Sokka avec Bouboule, la plante suivit ces pas et grimpa sur la paillasse, juste à côté de l’autre Pokémon. Toujours avec ses grands yeux ouverts, la bosse sur sa tête s’ouvrit, dégageant un parfum réconfortant. Évidemment Huyana ne pouvait rien sentir, mais elle connaissait les capacités des Pokémon vivant dans la région. Elle hésita à prendre la plante dans ses bras au cas où le chien serait agressif, mais la laissa finalement faire. Le parfum de sa minuscule fleur avait des propriétés très relaxante, qui permettrait de tenir le Pokémon blessé tranquille s’il se sentait effrayé. Concentrée sur le canidé, le cerveau de la jeune femme continuait quand même d’analyser en arrière plan la lettre de son grand-père, s’inquiétant. Rioc était bien celui qui pouvait s’en sortir le mieux dans une situation précaire, la jeune femme s’avait qui si elle retournait vers la maison malgré ces recommandations, elle serait pour lui un boulet de plus de à trainer, quelque soit son problème. Il fallait le laisser venir lui même, peut-être finirait-il par lui en parler. La jeune femme fronça les sourcils Une autre sensation étrange parcourait son corps. Elle se gratta la tête, tentant de s’en défaire. Cela prit à peine quelque secondes, disparaissant aussi vite que c’était arrivé. Sans un mot, la jeune femme prit place au sol, Bouboule se couchant à côté d’elle. Le Rozbouton revint vers la dresseuse, visiblement elle n’était pas la seule à ressentir une sorte de lien. Peut-être que c’était la raison pour laquelle le Pokémon ne partait pas. Huyana ne s’en rendait pas compte, mais depuis l’arrivée du petit Pokémon, des tâches mauves c’étaient mises à apparaitre dans ses yeux verts, certaines très grosses. La présence des deux Pokémon poisons avait un effet sur le propre poison de son corps, et ce sans qu’elle ne le remarque. Elle leva ses yeux étranges vers Sokka, peu surprise de voir qu’il était plus embrouillé que la seconde d’avant. Il y arrivait parfois que sa vue change un peu, dans une heure ou deux elle serait redevenu comme avant. Fronçant les sourcils comme si cela allait l’aider à mieux voir, elle laisse le Pokémon plante s’asseoir sur ses genoux.

« Il a l’air un peu mal en point. Pensez-vous pouvoir le garder ? Moi je n’ai même pas penser à amener une Pokéball au cas où ... »

La jeune femme grimaca. Au début elle était juste supposée se rendre à la ville, pour avoir des informations précieuses qui lui permettrait de mieux organisé son voyage. C’est pourquoi elle avait laisser certaines choses de côté, qu’elle serait revenu chercher chez son grand-père si cela était nécessaire. La jeune femme pouvait aider le Pokémon à ce remettre sur pied, mais il avait besoin d’un maitre et la dresseuse avait beau en être une, elle avait l’impression qu’elle ne serait pas la meilleure pour cette tâche. Il ne restait plus qu’à voir si le jeune homme accepterait de le prendre.

« Je ne voudrais pas paraitre curieuse mais.. Puisque nous devons attendre un peu le temps qu’il se sente mieux pour reprendre la route, pourquoi voyagez-vous ?

_________________
avatar
Huyana Imala
Informations
Nombre de messages : 137

Fiche de personnage
Points: 64
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.kirbywebsite.jimdo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Sokka Ask le Lun 16 Mai 2011 - 23:12

— Le garder ? Je ne pourrais pas le laisser partir sans être certains qu'il soit bien guéri. De toute manières, cela n'est pas mon choix, mais le siens. S'il veut rester avec moi alors je l’accepterais. Je ne pourrais pas obliger ce chien à me suivre après tout.
Pour les Ball, je n'en ais que lorsqu'un Pokémon se décide à venir avec moi. Donc ce petit –s'il fait parti de mon équipe– n'en aura une que lorsque je rencontrerais un marchand qui en possède.


Il caressait le pelage sinople du chien zébré d'or. Le pelage dru et court aurait put paraitre particulièrement rêche, tout au contraire. La sensation de douceur, comme un linge de satin, dansaient sous ses doigt, comme s'il était en train de toucher de l'eau solide et non pas de la glace.
Il est vrai qu'un Pokémon de type électrique serait utile dans son équipe, mais pouvait-il seulement accepter cela ? Vivre avec Sokka, c'était vivre la vie en plein air, sauvage, continuellement assaillit par le danger. Bien sûr, ce n'est pas comme s'il devait se battre tous les jours pour survivre, mais il avait déjà vécu assez de péripéties comme cela. Bah ! Il le garderait jusqu'à sa complète guérison et le relâcherait –ou le conserverait– s'il le faudrait.

Elle continua la conversation alors qu'il s'abandonnait à une certaine réflexion, lui demandant simplement pourquoi il voyageait. Question pertinentes qui avait sa réponse tout aussi perspicace.

— Mon voyage à un but initiatique. Tous les jeunes de 16 ans doivent quitter le village avec pour but de devenir un adulte mature et capable de vivre dans ce monde qui est le notre.
En fait, depuis notre enfance, on nous apprend à pécher, chasser, se battre, cuisiner, confectionner des remèdes et d'autres tâches plus archaïques, tout cela sont des acquis. Afin d'être sûr qu'on à bien assimiler tous les enseignements que l'on nous à prodigué, on nous laisse guider un bateau composé de trois autres matelots comme autre équipage.


Il prit une petite pause, comme pour être sûr d'être bien écouté mais surtout au cas où le chien se serait réveillé sans qu'il ne l'ai senti bouger. Après s'être assuré que tout allait bien et que tout un chacun n'avait pas bougé d'un cil, il reprit, calmement.

— Cette épreuve consiste à traverser une partie de la banquise entre tous les récifs et les morceaux de glaciers flottant, si nous nous trompons, cela en est fini de nous, l'obstacle nous aura tous tués à cause des courants violents qui convergent dans cette zone. Arriver à la première partie, nous devons tuer un Phogleur, le plus gros si possible, le ramener au village et savoir le préparer.
Durant le combat, en plus de notre propre survie, nous devons faire attention à ne pas trop abimer le cuir de sa peau qui pour être tanné. Sa viande sera salé et servira de réserve à la tribu, ses os serviront de poignées d'armes ou bien de lame osseuses, comme celle de ma lance qui se trouve être le bout de la mâchoire de celui que j'ai du affronté. L'adolescent, au terme de cette épreuve, fera partie intégrante de la communauté et pourra commencer à préparer son voyage qui devra se dérouler un an plus tard.


Il repris une inspiration, légère. Après tout, parler autant ça épuise un gosier non ? Il commençait d'ailleurs à avoir la gorge un peu sèche mais n'en fit pas part. Il pouvait encore discutailler bien longtemps avant que son flot de parole ne soit tarit ou que ça soif ne se fasse réellement gênante.
Relevant la tête vers la jeune fille, ses yeux, comme animé par les fantômes du passé, semblait voilés et semblait regarder autre chose, mais c'était bien elle qu'il fixait. Ce n'était pas un visage dur qui s'affichait, son ton était plutôt neutre d'ailleurs.

— Si je t'ai dit tout cela, c'est pour te dire que ce que nous apprenons en quittant momentanément le village, c'est à comprendre le monde. Après le physique, nous faisons appel à l’intellect. Nous partons avec ou sans compagnons de route, cela dépend si nous avons réussi à en trouver un. Quand nous revenons définitivement, notre équipe et constitué d'un ou plusieurs Pokémon, leurs force n'a aucune valeur aux yeux de mon peuple, seul la complicité qui nous unie à une importance.
Nous ne sommes pas des sauvages, juste un peuple qui conserve ses traditions et qui les appliques strictement. Je peux m'estimer heureux de ne pas être un pirate de mauvaise foi ou un barbare sanguinaire. Je connais la valeur d'une vie et j'en sais suffisamment pour savoir que tuer est un acte difficile plein de conséquence, cependant, je n'hésiterais pas à le faire si le moment m'y oblige.


Il se releva, époussetant son arrière train, anciennement disposé sur la terre meuble de la grotte. Il chercha quelque chose sous les plis de son manteau à fourrure. Il en ressortit un collier avec une dent de phoque gravé et sculpté. Le signe de l'eau était ciselé dans l'ivoire du croc. Il le tendit à Huyana pour le lui montrer.

— Nous honorons chaque créature qui périt sous nos lances, nous leurs offrons une sépulture spirituel, nous aidons leurs âmes à rejoindre un monde meilleur. Habituellement, les Phogleur sont très craintif contrairement aux Kaimorse bien plus violent. Celui que l'on affronte sait qu'il va mourir, il pourrait fuir et survivre mais il c'est conditionné à son tour pour se dire qu'il va tout faire pour survivre. Il est déjà arrivé qu'il réussisse à vaincre et à tuer l'un des nôtres. Il deviendra par la suite l'un des plus importants parmi ses congénères, nous n'iront pas l'ennuyer plus que cela, il s'est battu pour survivre alors il à le droit d'en jouir pleinement, bien que cela puisse nous arracher de la souffrance. Cependant, les morts sont rares.

Sokka se fichait bien que son interlocutrice puisse apprécier ou non son histoire, celle de sa vie, de son peuple, celle qui à fait de lui ce qu'il est aujourd'hui. Après tout, tous les êtres humains et les autres bestioles mangent des Pokémon. Il n'y à pas d'autre nourriture sur cette terre à par les fruits, les légumes et les céréales. Le végétal en somme. Toutes les viandes, les œufs, les laitages et autres production animal proviennent de ces bestioles. Pourquoi l'aurait-on mal vu ? Après tout, il faisait juste une tâche que peu aimait faire mais qui, par hypocrisie, profitait qu'un autre le fasse pour eux, un boucher ou un poissonnier. Il se retourna vers le chien qui semblait revenir à lui. Le garçon ne lui laissa pas le temps de se remettre complètements de ses émotions. Il allait mieux, c'était le principal, à présent, il reprendrait des forces aussi bien immobiles sur une paillasse que dans ses propres bras. Il commença à glisser ses mains sous le corps du canidé, le raton voyant un pont pour escalader le long du bras jusqu'à se fourrer dans le col du jeune homme. Il faisait chaud là et ce n'était pas humide. Il souleva le toutou qu'il prit comme un nouveau-née et le teint fermement pour ne pas qu'il tombe sans pour autant l'oppresser. Il se tourna vers Huyana et lui fit un simple sourire.

— Je pense que nous pouvons y aller.

Mais ? Comment ? Son sac était à son épaule et il avait déjà tout rangé. S'était-il permis de plier bagages alors qu'il narrait l'explication du pourquoi du comment de sa présence ici-même ?

— Et toi ? Pourquoi est-tu ici ?

_________________
avatar
Sokka Ask
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 17
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Huyana Imala le Dim 29 Mai 2011 - 20:02

[ Désolé du retard, je voulais être sûre d'avoir un poste meilleur que ce que j'avais composé la semaine avant, j'ai donc postée ailleurs et recommencer celui-ci. ]

Huyana s’appuya donc confortablement contre le mur de terre, se fichant bien de salir ses vêtements. Elle passa ses doigts sur le sol, le regard plus serein. Cet élément lui faisait cet effet, puis, ne venait-elle pas de Terros ? Les champs la rendait paisible, les forêts lui donnaient l’impression de flotter. La jeune femme se souvenait d’avoir déjà vu grand-père user de pouvoir élémental. C’était un soir, alors que la neige fondait enfin et permettait de voir le sol et les jeunes pousses courageuses, Rioc avait dit vouloir méditer dans la forêt et avait été la mettre au lit plus tôt de prévu. Malheureusement pour lui sa petite fille avait tendance à se glisser en dehors de celui-ci dès qu’il avait le dos tourné, retournant à ces bouquins jusqu’à ce que le sommeil viennent la cueillir aux petites heures du matin. Lui et Tortank ronflaient si fort quand ils venaient de ce coucher que cela l’empêchait de dormir de toute façon. C’est ainsi donc que, dès qu’elle le vit partir dans les bois sombre de la fenêtre de sa chambre, qu’elle retourna à sa table pour prendre son bon vieux livre d’histoire. Elle s’en était contenter pendant une heure, mais un tremblement de terre la fit se cacher sous son bureau. Cela arrivait de temps en temps, ils vivaient sur le continent du sol tout de même. La petite fille décida de ne pas s’en formalisé, de toute manière si cela recommençait elle n’aurait qu’à descendre sa chandelle et le gros livre sous ce bureau. Huyana remonta donc tranquillement pour se rasseoir, jetant tout de même un coup d’œil à la fenêtre. Elle fut surprise de voir que grand-père était là, faisant d’étrange mouvement. Habituellement quand il faisait de la méditation c’était loin de la maison et en position assise. C’est alors qu’elle vit de ses yeux ébahies la terre se soulever autour de lui, créant des barrières. Puisqu’elle était bien plus haute que lui, elle pouvait bien voir que la terre suivait le mouvement de ses bras. C’est à partir de ce moment qu’Huyana se rendit compte que Rioc avait eu une vie remplie d’on elle ne connaissait bien moins que la moitié. C’est ce qui l’inquiétait par rapport à cette lettre. La jeune femme posa la main sur le papier qui dépassait de son sac, près du Rozbouton qui semblait occupé à tout regarder en même temps. Il s’en sortirait, ca elle en était sûre. Mais parfois, comme une pensée rapide qui disparaissait de sa tête, l’envie d’en savoir plus lui prenait. Il était son grand-père, il était normal qu’elle s’intéresse à lui.

La voix de Sokka fit éclater sa bulle. Presque immédiatement, ces doigts quittèrent son sac et ses yeux se mirent à le fixer, toute ouïe. Cela ne se voyait peut-être pas, mais elle buvait littéralement ces paroles. S’il avait bien quelque chose qu’elle aimait, c’était d’apprendre. Ces écrits concernaient pour la plupart son propre pays, elle avait donc que de minces connaissances des autres. Attentive au moindre mot, Huyana ne se rendit même pas compte que sa main c’était repose sur son sac, en sortant un parchemin tout neuf. Bien vite ce fut une plume et un peu d’encre qui rejoignit ces mains. Sokka parlait donc et la jeune femme écrivait avec une rapidité surprenante, alors que les deux Pokémon poisons semblaient intéresser à savoir ce qu’elle couchait sur ce papier, regardant par dessus son épaule. Même en jouant de la plume, la tête d’Huyana était concentrée sur le récit. Quand il lui montra la dent, la jeune femme la regarda attentivement pour ne pas manquer un seul détail. Peut-être se serait-il attendu à des réactions de dégoûts, mais il n’en fut rien. Huyana savait ce que c’était la vie mais parfois c’était malheureux, quelqu’un se devait de le faire. La dresseuse se sentait d’ailleurs extrêmement insulter lorsque des gens jugeaient les personnes qui devaient tuer les Pokémon d’on la plupart considéraient surtout comme des amis, mais ils mangeaient de la viande et refusaient de devenir végétariens. Il fallait des personnes pour le faire, avec respect. Un certain émerveillement brûlait dans le regard de la jeune fille, alors qu’elle reproduisait avec rapidité la dent de Sokka sur le papier, faisant craquer le bout de sa plume. Elle ne se rendait pas compte que cela pouvait peut-être mettre le jeune homme mal à l’aise, voir même le fâcher qu’elle écrive ainsi sur ce qui avait bâtie sa vie, mais Huyana ne pouvait pas s’en empêcher. C’était plus fort qu’elle même, ce qui l’entourait la fascinait, même minuscule. Ce fut lorsqu’elle releva la tête pour écouter qu’elle se rendit compte qu’il l’observait, visiblement prêt à prendre la route. Elle cligna des yeux, sentant brusquement le feu s’en prendre à ces joues. Rouge de gêne, elle fit tout pour se dépêcher, envoyant tout ce qui avait sortit de son sac pèle mêle à l’intérieur. Le parchemin ce tâcha malheureusement, la faisant grogner. Elle fut bien obligée de le ranger tout de même, fourrant tout dans son sac. Les jambes un peu engourdie, elle manqua de retomber la première fois qu’elle se releva, voulant aller trop vite. Le sac en bandoulière, la jeune femme jeta un coup d’oeil à son Moufouette. Celui-ci c’était relever et attendait juste le signal pour partir. C’était plutôt mignon car le Rozbouton était assis sur son Pokémon, voulant visiblement faire du petit galop. Cela ne semblait pas déranger Bouboule outre mesure, qui aimait visiblement la petite fleur. Huyana se gratta la tête, se demandant toujours ce que ferait le Rozbouton plus tard. Il semblait avoir décidé de rester avec eux pour l’instant, pour des raisons qui échappaient la jeune femme. De toute manière le petit Pokémon était d’agréable compagnie et Huyana l’aimait beaucoup, sentant parfois la drôle de sensation revenir. Bouboule se mit donc en marche, faisant un bond en sortant de la grotte pour amuser la plante. Huyana suivit derrière, pour être sûre que le Rozbouton ne tomberait pas de son destrier.

La jeune femme se retourna et observa une dernière fois la cachette, attendant que Sokka sorte à son tour avec toute sa troupe de Pokémon. Un faible sourire étira ses lèvres : Même si ces Pokémon avaient toutes des personnalités spéciales bien à eux, ils semblaient plutôt proches. Elle jeta ensuite un coup d’oeil à son Pokémon, fière d’entretenir une si belle relation avec lui. Il courait un peu plus loin, le Rozbouton rebondissant sur son dos, le regard tourner vers le ciel ensoleillé. Il devait à peine avoir dépasser midi, ils avaient le temps de faire encore beaucoup de chemin, peut-être même de presque atteindre leur but. Huyana savait qu’ils déboucheraient bientôt sur un chemin qui se sépareraient en plusieurs voies, signant la fin de cette rencontre. Voyant que Sokka était sortit, ils se mirent en branlent, avançant dans la plaine. La jeune femme semblait un peu hésiter à parler d’elle même, se mordant la lèvre inférieure. Elle avait toujours été timide pour ce qui se raccordait à elle, mais le jeune homme avait raconter le tout avec une grande franchise et elle se devait de pouvoir lui répondre en retour. Toussotant un peu, la jeune femme regarda une dernière fois son Moufouette faire l’idiot quelque mètre plus loin et commença avec une certaine nervosité dans la voix.

«Hum.. Il y a de ca quelque jours je vivais avec mon grand-père au village de Kamiki. Je suis partie pour plusieurs raisons. D’abord parce que les gens me prennent pour une sorcière démoniaque qui fait apparaitre des statues avec l’aide de mon grand-père fou... »

Elle eut un rire franc, visiblement un peu amusée. Elle soupira ensuite, observant ces pieds. Cela lui faisait néanmoins du bien de pouvoir le dire et en rire comme ca, laissant une partie de la vapeur s’échapper tranquillement. Elle espérait qu’après ce commentaire un peu déroutant Sokka ne ferait pas comme les enfants de son village, la pointant du doigt et s’enfuyant lorsqu’elle était trop près. Marchant un peu plus rapidement, elle reprit son récit, visiblement un peu plus détendue qu’au début.

« Mon grand-père à été occupé toute sa vie et voulait avoir la paix, alors il c’est créer une réputation malsaine pour que les gens ne viennent pas le déranger dans ces travaux. Quand mes parents sont venus me porter pour continuer leur cirque, j’ai du me faire à cette réputation. Je n‘ai jamais réellement eu de contact en dehors de cette maison, les gens avaient plus peur de moi qu‘autre chose. J’aimais beaucoup ces écrits philosophiques et avec le temps, malgré ma grande myopie et mon daltonisme, je suis parvenue à moi même écrire des petites choses. Sauf que je me suis rendue compte que, dans cette recherche à comprendre le bonheur, j’étais dans du théorique pur. Alors Bouboule et moi avons décider de partir pour parvenir à le comprendre et aussi à le donner le plus possible aux gens qui en on besoin. Là dedans je compte essayer de répondre à un tas d’autre de question, même si elles paraissent impossible d’un sens. »

Elle se tut finalement, la gorge sèche. Au loin le Rozbouton était tombé, se mettant à pleurer. La jeune femme courut jusqu’à lui et le prit dans ses bras, alors que Bouboule montait sur ses épaules, posant ses pattes avant sur sa tête. La jeune femme berça la plante jusqu’à ce qu’elle se calme et se remette à sourire, attendant Sokka. Reprenant la marche, elle conclut finalement.

« Bouboule est en quelque sorte ma Moufette guide. Nous avons appris à communiquer pour qu’il me décrive les choses que j’ai du mal à voir. Ensemble, nous allons chercher. »
« Mouf Mouf ! » [ Tout et n’importe quoi ! ]

Lentement mais sûrement, ils avançaient vers leur destiné. Elle cachait encore beaucoup de chose, des surprises pour la plupart. Mais tant que Bouboule resterait près d’elle, rien ne la découragerait. Huyana lui caressa la tête, un sourire aux lèvres. La marche reprit donc sans encombre, les jeunes gens sortant progressivement de la plaine. Huyana savait qu’ils devraient bientôt s’arrêter et partir chacun dans une direction opposée, son destin l’attendant d’abord à Seian. Elle tourna la tête vers Sokka et lui sourit chaleureusement, plus à l’aise que ce matin.

« Je vous souhaite bonne chance pour ce que vous avez à accomplir. Si vous avez besoin d’aide un jour, je serais quelque part ici. »

_________________
avatar
Huyana Imala
Informations
Nombre de messages : 137

Fiche de personnage
Points: 64
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.kirbywebsite.jimdo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Sokka Ask le Jeu 9 Juin 2011 - 23:34

[hrp : désolé, j'ai mis du temps, mais je me suis dis : ce soir, nuit blanche, je dois essayer de répondre à tout comme je suis en vacances ! Donc petite réponse, désolé. Je te laisse faire la demande de point, je suppose que tu veux encore répondre.]

L'attention du jeune homme était toute portée sur la jeune fille. Il enregistrait tout ce qu'elle disait et se rendit compte qu'au final ils n'étaient pas si dissemblables l'un de l'autre. Elle à eu des soucis, et en à encore. Elle n'est certes pas la fille la plus malheureuse qu'il soit mais elle à vécu des choses qui peuvent paraître horrible à des yeux trop innocents. Elle était donc Daltonienne ? Et alors ? Il n'allait pas la rejeter pour ce détail, qu'il n'avait d'ailleurs même pas remarqué. Elle devait très certainement être forte et débrouillarde vu comment elle parlait de comment elle arrivait à s'en sortir. Elle ne ressemblait pas à toutes ces saintes nitouches et autres pimbêches qui ont le regard hautain et supérieur. Elle en avait bavé, tout comme lui, et elle s'en était sorti, se frayant un chemin parmi les obstacles qui s'étaient dressés face à elle. Non ! Ils n'étaient pas pareils. Elle avait eu une vie bien plus compliqué au niveau de sa santé et des mœurs de son ancien berceau. Lui, sa vie avait été plus physique et il n'avait pas subis les moqueries et la peur des gens.
Elle est certainement plus fortes que lui au niveau psychologique, elle pourrait endurer plus de choses, s'énerver bien moins vite. Lui, il n'avait pas vécu tant de méandres, sa vie fut simplement mêlé et unis à l'entrainement du corps, pas vraiment de l'esprit, même s'il pensait beaucoup, à tout.

Il ne lui coupa pas une seule fois la parole, mesure de politesse. Il trouvait relativement triste qu'elle ait eu une telle existence, mais elle ne semblait pas s'en formaliser plus que cela, comme si elle ne regrettait rien, ou presque rien. C'est l’impression qu'elle offrait quand on sait à présent ce qu'elle à vécu et qu'on l'a fixe. C'est cette émotion indéchiffrable sur son visage. Quelqu'un de spéciale.
Lui non plus n'avait rien à redire sur son histoire, il n'aurait échangé avec personne pour rien au monde, il était bien comme il était. Sokka ne remarqua même pas qu'ils avaient marchés suffisamment longtemps pour arriver à une intersection qui allait les séparer. Il devait partir pour Mizuhan, son pays, son chez lui, et elle, elle devait filer vers la cité de Seian s'il se souvenait bien, mais rien n'était vraiment sûr.

— Merci, je m'en souviendrais. De même, si un jour vous avez besoin d'un garde du corps ou simplement d'un ami, vous savez qui sonnez. Je compte devenir un marchand reconnu, peut-être nous recroiserons nous ? Sur ce, bon voyage et à une prochaine fois !

Il commença à s'éloigner, fixant encore la demoiselle et son Moufouette, tenant toujours le petit chien-loup électrique dans ses bras, le petit raton emmitouflé dans la capuche de son manteau, son fennec aquatique s'était étalé sur le dos de la génisse en compagnie du petit lézard qui porte un masque. Seul Stalgamin avait choisi de rentrer dans sa capsule de capture. Tout ce petit monde se défit donc de la Terrosiene, les au-revoirs furent bref certes, mais l'un comme l'autre ne pouvait rêvasser à rester là. Il devait retrouver quelqu'un, il ne savait pas encore comment ni ou, mais allait commencer par Mizuhan. Il se tourna finalement sur sa route et marcha d'un pas assuré vers sa destination. Il devrait peut-être penser un jour à dresser sa Ponyta, histoire qu'elle l'accepte sur son dos.
Se retrouverait-il un jour en face d'Huyana ? Le monde est si grand, il est si facile de s'y perdre, et encore plus d'en mourir. Ils sont si minuscules comparé à la planète. Leurs chances sont infimes, peut-être, après tout, des éléments peuvent rallier deux êtres on ne sait comment !

_________________
avatar
Sokka Ask
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 17
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Huyana Imala le Ven 10 Juin 2011 - 15:23

[ Ca va ^^ Je te remercie d’avoir inauguré mon tout premier topic ici, j’aurais voulu le continuer un peu, malheureusement avec les autres topics qui vont venir, j’aurais manquer cruellement de temps ^^’’ À une prochaine fois, peut-être ! ]

« Un.. Un.. »

La jeune femme se sentit prise au dépourvu, le coeur battant à la chamade. La question qui lui flottait en tête venait de disparaitre. Huyana n’avait jamais eu réellement d’amitié avec des humains, c’est pourquoi elle reste la bouche légèrement entrouverte, observant le jeune homme s’éloigner. Il l’avait vraiment dit ? Un ami ? La demoiselle serra fortement ses mains ensemble, quelque peu émue. Peut-être ne se rendrait-il jamais compte du changement qu’il avait opéré chez elle. C’était pour la dresseuse un grand pas en avant, où les contacts avec les autres finiraient peut-être par entièrement s’améliorer. Qui sait, elle se ferait peut-être d’autre amis. Dit comme ca cela lui semblait étrange, mais fort agréable. Huyana se sentait mieux, le coeur bien plus léger qu’à son départ. Elle se souvenait fortement de ce moment, où elle avait quittée son grand-père pour le monde inconnu. Lorsqu’elle c’était éloignée de la maison, elle c’était demander ce qui arriverait dans ce monde extérieur, bien moins douillet que celui de la demeure familiale. Il lui été apparu impossible avec sa gêne de se sentir épanouie. Mais à présent son avis changeait un peu, solidifiant son envie de créer du bonheur là où elle se rendrait. Parfois se serait difficile, mais elle était déjà passer par bien des obstacles, non ? Il lui fallait être forte, tout simplement. Et c’était en continuant sur cette voie qu’elle finirait par l’avoir. Bouboule émit un grognement, tapotant sur l’épaule de son amie. Celle-ci du s’y reprendre à deux fois avant de ce remettre à ce concentrer, se rendant compte que Sokka allait bientôt disparaitre au loin. À dire vrai il n’était pas si loin que cela, mais la jeune femme le voyait comme un petit point flou qui lui donnait mal aux yeux lorsqu’elle essayait de se concentrer dessus. Huyana avait l’impression d’avoir les deux jambes très lourdes, ne sentant visiblement pas le besoin de recommencer sa route tout de suite. Elle releva la tête vers le Moufouette, se demandant ce qu’il voulait. Il lui pointa Sokka du regard, faisant des mouvements avec sa patte. Quelle idiote, sur le coup elle avait été tellement surprise qu’elle ne lui avait même pas dit au revoir. Sentant la panique s’emparer d’elle d’un seul coup, comme un petit feu de broussaille, elle se plaça sur la pointe des pieds et se mit à lui envoyer la main, le coeur battant toujours aussi rapidement. Elle se rendait compte que malgré le peu de temps qu’ils avaient passés ensemble, elle l’appréciait énormément. Huyana se promit au fond d’elle même de se rendre à Mizuhan. Peut-être pourrait-elle s’y entrainer un peu, de plus elle avait entendu dire qu’ils avaient de grandes bibliothèques bien fournies. Voilà qui serait un voyage fort intéressant. Continuant à lui envoyer la main, la jeune femme cria, même si elle n’était pas réellement sûre qu’il l’entende.

« Je viendrais à Mizuhan ! Et encore bonne chance ! »

La jeune femme se stoppa et prit enfin la décision de prendre le chemin vers sa nouvelle destinée. Elle ne le savait pas, mais là bas ce cachait quelque chose de grand, qui changerait sa vie. Elle caressa la tête de son Bouboule, sentant un certain regret. Il était dommage que la vie donne et reprenne toujours comme ca. Mais la demoiselle ne s’en faisait pas en même temps, tout deux avaient des choses à accomplir et le destin finirait peut-être par les faire revenir. C’est avec un soupir qu’elle se mit en marche, la cité de Seian n’étant plus très loin. Elle fut arrêter au bout de quelque pas par Bouboule, qui l’obligea à se retourner. La petite Rozbouton ne bougeait plus, observant la jeune femme avec un air contrarié. Surprise, Huyana s’en approcha, se demandant ce qui faisait en sorte qu’elle ne voulait plus venir. Peut-être avait-elle décider que sa promenade était fini ? Alors pourquoi restait-elle là, sans bouger, fixant la dresseuse avec un certain air de regret ?

« Tu ne veux pas venir avec nous ? »

La plante était incertaine, se dandinant d’un pied à l’autre. Le Moufouette descendit du sac à Huyana et tenta visiblement de communiquer avec la fleur, qui semblait à présent un peu paniquée. Bouboule resta un instant à l’écouter, la tête pencher sur le côté. Il se retourna ensuite vers Huyana.

« Mouf Moufou Moufouette. » [ Elle dit qu’elle n’aime pas la ville et hésite à venir. Sa maman lui a dit de ne jamais rester trop longtemps avec les humains. ]

Huyana hocha la tête, comprenant parfaitement. C’était une grande décision de partir de chez soi pour parcourir le monde avec des gens qu’on ne connaissaient depuis peu. La jeune femme réfléchit un instant, alors que Bouboule remontait sur ces épaules. Elle fini par trouver une solution qui plairait peut-être au Rozbouton, enfin elle l’espérait.

« Écoute, je vais devoir repasser ici de toute façon. Que dirais-tu d’y penser le temps que je revienne ? Et si tu es d’accord, tu n’auras qu’à reprenne le voyage avec nous. »

Le Pokémon paru réfléchir à son tour, et hocha ensuite vivement la tête. Ils étaient donc entendu. Huyana reviendrait bientôt pour elle, en espérant que sa réponse serait positive. Lentement mais sûrement, la jeune femme se remit en route après avoir dit au revoir à la plante. L’étrange sensation qu’elle ressentait diminua lentement alors qu’elle s’éloignait. Huyana avait l’impression d’avoir perdu deux choses aujourd’hui, mais étrangement cela ne lui faisait pas tant de peine que cela. Elle aurait toujours la chance de revoir si elle le désirait vraiment. Mais en attendant, elle se concentra sur le chemin qui se transforma en route de terre, approchant de la grande cité. Huyana se sentait confiante, Bouboule semblant aussi déterminée qu’elle même. La demoiselle montrerait au monde ce d’on elle était capable. C’est d’un pas décidé donc qu’elle traçait sa route, avec un désir encore plus fort de changer quelque chose.

J'ai reçu la vie comme une blessure et j'ai défendu au suicide de guérir la cicatrice. Lautréamont.

_________________
avatar
Huyana Imala
Informations
Nombre de messages : 137

Fiche de personnage
Points: 64
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.kirbywebsite.jimdo.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Ce nuage ressemble à un gigot ! [ Libreuh ]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum