[ Clos ] On my way... [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] On my way... [Solo]

Message par Jiyuu le Jeu 9 Juin 2011 - 16:05

[Contrainte n°8 : Retourner dans son passé]

Tell everybody I'm on my way, and I'm loving every step I take...


Caressant l’épaisse rampe de pierre, elle montait vivement ces marches qu’elle connaissait par cœur à force de les emprunter. Le bruit de ses pas contre le marbre blanc laissait disparaître un léger écho dans la nature, se mêlant au bruit des feuilles qui se froissent. Le ciel était blanc de nuage, mais l’atmosphère n’était ni lourde ni humide, simplement empreinte de la douceur et de la pureté caractéristique du lieu. Les pétales de fleur de cerisiers envahissaient le lieu, alors que les grands arbres ondulaient lentement au rythme d’une petite brise.

Poussée par le vent, elle arriva rapidement au sanctuaire, contourna la statue du moine fondateur du temple, et le traversa pour arriver sur un petit balcon, d’où on pouvait savourer la vue de l’océan infini.
La jeune femme fit une pause. Au milieu de la petite plate forme, le Maître Mihano méditait, assis, les jambes croisées et les mains délicatement posées sur ses genoux. Elle savait qu’il l’avait repéré, et attendait un signe de sa part pour qu’elle puisse lui échanger quelques dernières paroles.

Elle avait déjà salué le village et ses parents, versant quelques petites larmes alors qu’elle leur disait au revoir, le sourire aux lèvres. Elle avait confiance en l’avenir et savait qu’elle les reverrait, mais son voyage serait long, et elle allait beaucoup les manquer en attendant de revenir.

Doucement, elle s’avança vers le balcon et d’un mouvement souple grimpa sur la rambarde, pour admirer la vue. Le vent venant de la mer s’agitait dans ses cheveux, elle le laissa la caresser et secouer les pans de son kimono ouvert.

C’était sur cette plate-forme même que la jeune femme avait appris qu’elle possédait le même don que son père. Une fois par an, les enfants de plus de six ans du village étaient accompagnés en ce lieu où les vents ne cessaient jamais de souffler, pour voir s’ils avaient hérité de ce que les moines appelaient la bénédiction.
La première fois, la gamine fut accompagnée de son frère et son père, en plus des autres bambins. Ishi lui avait tenu la main pendant toute la montée, sous prétexte que si elle tombait par dessus bord, son père l’avait prévenu qu’elle se ferait très mal. D’habitude, elle n’aimait pas qu’on la tienne, mais quand il s’agissait de son frère, tout était inversé. Elle s’était laissée guider en poussant des cris de surprise et d’étonnement, ravie de découvrir ce lieu magnifique.
Arrivée en haut, les moines avaient demandé aux enfants et à leur famille de patienter dans le temple, alors qu’ils feraient passer un à un tous les candidats. Jiyuu, admirative devant la construction, avait décidé que tant qu’à attendre, autant visiter. Faussant compagnie à leur père, les deux gamins de six et neuf ans étaient partis explorés les alentours.
Le temple possédait beaucoup de salles vides, et le début de leur quête ne fut pas très fructueux. Cependant, en montant le grand escalier en colimaçon pour aller au deuxième étage, les choses commencèrent à devenir plus intéressantes. Il y avait là les dortoirs et donc toutes les chambres des moines, qui n’étaient point fermés car, par principe, aucun d’entre eux n’avaient rien à cacher.
Ou soi-disant.
Ils trouvèrent, en furetant un peu partout, surtout des jouets et des livres, mais leur butin le plus intéressant fut les paquets de friandises dissimulés sous un matelas, dont les enfants ne se privèrent pas pour se servir.
« Non mais, vous vous croyez où ! » avait retenti une voix dans leur dos.
Surpris, les deux frère et sœur se retournèrent, et sans se démonter, Ishi répondit tranquillement : « Ben dans un temple ! »
La réponse ne parut pas plaire au moine, qui s’apprêtait à les attraper par les oreilles et à les faire descendre en les réprimandant. Sauf que sa corpulence un peu large le limitant dans ses mouvements, Jiyuu n’eut aucun effort à saisir la main de son frère et de contourner l’homme avant de se lancer sur la rampe de l’escalier et de la dévaler aussi rapidement qu’elle pouvait se lancer. Ishi eut du mal à retenir le cri de détresse dans sa gorge, pas tout à fait à l’aise avec ce genre d’acrobatie.
Arrivés en bas, ils se ruèrent derrière la longue robe traditionnelle de leur père, se réfugiant du moine énervé qui descendait les marches une à une, en se balançant comme une pendule.
« Ah, vous vous croyez malins ? » demanda-t-il sous les yeux ébahis de tous, « vous croyez vous en tirer si facilement ? »
D’un ton calme, alors que ses enfants se tenaient fermement à son kimono, Jouri demanda quelle était la cause de tout ce raffut. L’homme allait répondre quelque chose, mais eut du mal à trouver une manière de formuler son souci sans mettre tout le monde au courant de son petit secret.
« Ce gros monsieur il veut pas partager ses bonbons avec nous ! » reprit Ishi, certain de sa victoire.
« Ce monsieur a un nom, petit. »
Le Maître du sanctuaire était rentré dans la salle, revenant du balcon, cherchant un nouveau candidat potentiel à évaluer.
« Oui mais quand même ! » reprit le garçon.
Il allait continuer à débattre, mais son père, d’un bref signe de main, l’incita au silence. Jiyuu, qui n’avait encore rien dit, resta concerné devant le supérieur. Il avait invité tous les trois à le suivre sur le balcon, et la fille avait vu l’océan pour la première fois. C’était une vision à couper le souffle. Si immense, si insaisissable, si lointain mais pourtant juste à porté de main.
« Alors, c’est toi la demoiselle à l’origine de la rupture de l’équilibre fragile de notre frère Ghanda ? »
« C’est pas mon frère, » s’était contenté de répondre l’enfant, en haussant les épaules.
Le moine avait alors poussé un long rire, si joyeux et si gai, qu’il résonnait encore dans les oreilles de la jeune femme qu’elle était devenue.

« Je suis heureux de te voir, Jiyuu. J’espérais que tu prendrais le temps de venir dire au revoir. »
Décollant enfin son regard de l’océan, la fille pivota sur elle même, puis sauta de son piédestal, utilisant un faible souffle pour atterrir légèrement, se retrouvant au même niveau que son maître.
« Comment aurais-je pu ? » expliqua-t-elle avec un de ses sourires dont elle avait le secret.
Il lui rendit un regard chargé d’amitié en retour, et inclina à peine la tête en signe de respect. Elle aurait fait de même, si son premier principe dans la vie n’aurait pas été de refuser tout signe de soumission. En échange, son sourire s’élargit, prenant toutes les significations qu’elle voulait bien lui donner.

« Si jamais tu te perds en chemin, » reprit le maître au moment où Jiyuu allait repartir, « n’oublie pas que tu es toujours la bienvenue au sanctuaire, et que si les vents t’abandonnent, le pokémon qui nous a tout enseigné peut toujours te remettre sur la bonne voie d’ici. »
La jeune femme comprit tout de suite qu’il parlait de Mew, celui qui, selon les légendes, avait enseigné la maîtrise de l’air aux premiers moines. Certains disaient même que le Maître Mihano avait déjà aperçu et appris de la créature mystique.

Elle hocha la tête en signe d’accord.
« Aligato, Mihano-sama »
Puis la femme s’élança une bonne fois pour toute dans l’aventure, sortant du temple en dévalant les marches à la vitesse du vent. Arrivée en bas, elle ne s’arrêta pas, et continua sa course folle à travers la forêt, sans un seul regard un arrière.
Elle savait qu’elle reviendrait, et que ce jour là, tout le monde serait là pour fêter son retour.

_________________
- I am the master of my fate : I am the captain of my soul -
~ Spirit Master ~




avatar
Jiyuu
Informations
Nombre de messages : 140

Fiche de personnage
Points: 76
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum