[ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Vaeros Herès le Sam 23 Juil 2011 - 16:14


La forêt Paopou et cette mission n'étaient maintenant qu'un souvenir enfoui dans le crane du jeune homme. Ptera et Ronflex avaient fait forts en montrant leur force, comme leur agilité dans cette mission, qui s'était révélée être plus intéressante que la simple pancarte qui était affichée dans la ville de Comodo. Cette pancarte avait poussé Vaeros a se rendre sur l'île pour de nouveaux défis et l'avait conduit à cette jeune femme, Yûn. Il avait bien aimé ce personnage, un peu spécial malgré tout. Tout cela avait été marrant à voir et à réaliser aussi.

Peu après cela, Ronflex avait parcouru la mer et les avait emmené jusqu'à Comodo où ils avaient décidés de prendre une chambre dans une auberge non loin d'ici. Un sourire était apparu sur le visage du jeune homme qui avait trouvé un lit douillet et moelleux comme il les aimait tant. Il dégusta un succulent repas dans une auberge – avec néanmoins quelques ivrognes à ses côtés – tout en le faisant partager à ses deux pokémons qui mourraient de faim, eux aussi. Ils étaient tellement imposants que le jeune homme n'avait pu dire autre chose que « oui » quand ils avaient « hurlé » pour qu'on leur donne de la délicieuse nourriture.

Vaeros, avant de se coucher, avait décidé de marcher un peu dans les rues magnifiquement éclairées de la ville. Tout était si beau. Si tous ses ivrognes n'étaient pas là, le cadre de la ville aurait été tout simplement exquis... Vaeros ne fit pas plus attention à tout cela et attrapa le dos de Ptera qui l'emmena un peu plus haut dans le ciel pour admirer la nuit, qui commençait à tomber et à déposer ses draps sombres sur toutes les lueurs de la ville. Une larme de joie se déroba sur le visage du jeune homme, et tomba sur la ville. Une simple larme descendait de son oeil droit. Le pokémon ailé redescendit finalement vers le sol et déposa Vaeros, qui le ramena dans sa pokéball, avant de se diriger vers son lit.


Aux premières lueurs du soleil, l'homme ouvrit les yeux. La journée s'annonçait si belle. Comme tout les matins, le « rituel » commença. Le jeune homme s'étira de tout son long, puis se dirigea vers la salle d'eau où il se doucha et se prépara pour aller déguster son encas matinal. Ce jour-là fut étrange et spécial pour lui. Dans la douche, il remarqua qu'il possédait – de manière étrange – une quantité abondante de poils... de partout. Après sa douche, il se regarda dans un miroir pour terminer sa coiffure et tout ce qui s'en suivait... Le choc fut total. Lui qui était plutôt imberbe au niveau de la barbe, avait une barbe fort impressionnante. Son visage avait vieilli tout comme ses autres membres.

Il ne comprenait pas vraiment ce qui lui arrivait et préféra manger en vitesse avant de sortir de l'auberge, ses affaires en main. Il s'approcha de la plage pour réfléchir. Il fit alors appel à ses deux pokémons. Ptera lança un cri « épuisé ». Le pokémon avait, tout comme lui, vieilli de quelques années... Les différences physiques n'étaient pas multiples mais l'on pouvait apercevoir qu'il semblait avoir plus d'expérience et plus de blessures de combats. Tout semblait avoir changer d'âge. Des perturbations fortes avaient du se produire et il fallait dès à présent trouvé la source du problème.

La surprise la plus importante se trouva être Ronflex. L'immense pokémon avait « désévolué » ou quelque chose de cet ordre. Un simple Goinfrex se trouvait à ses côtés. Tout comme Ronflex, la veille au soir, la couleur du petit pokémon était étrange, d'un bleu électrique impressionnant.

« Arrête un peu de faire ton glouton. »

Nul doute, c'était bien lui qui cherchait à manger. Vaeros laissa simplement un petit sourire apparaître sur son visage.
avatar
Vaeros Herès
Informations
Nombre de messages : 52

Fiche de personnage
Points: 77
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Eeva Slanzar le Lun 25 Juil 2011 - 15:29

Eeva avait été l’un des nombreux témoins qui avaient vus les deux dragons légendaires se déchirer dans le ciel. Tout le monde savait que les deux dragons étaient la source du monde dans le temps et l’espace. Dialga maitrisait le temps et Palkia l’espace. Par un jeu d’espace-temps, les deux pokémons s’étaient retrouvés ensembles et s’étaient jetés l’un sur l’autre. De ce combat, beaucoup de monde n’y voyait rien de moins qu’une fin pour le monde, pour Erasia… La rousse elle, ne savait qu’en penser, mais ces brèches dans le temps qui avaient perdus beaucoup de pirates en mer ne lui laissaient rien présager de bon. Lors de ce sanglant duel entre les dragons, Palkia avait intimé à tous de l’aider. A sauver son ennemi, à sauver Erasia, le temps et l’espace. Une bien étrange requête si vous vouliez son avis ! On avait toujours dit à Eeva, dans sa prime enfance, de respecter et obéir aux volontés divines d’où qu’elles puissent venir ; elle avait toujours craché dessus. Mais cette fois c’était différent. Le premier délire des légendaires avait déclenchés deux guerres successives, mettant tout Erasia à feu et à sang, chose dont Eeva –pirate à l’époque- avait bien profité. Puis les brèches temporelles qui avaient emportées de nombreux « confrères » pirates… Et là… Plus rien n’était pareil, pas sûr de pouvoir profiter d’une quelconque manière de ce qui se passait. Tous les Erasiens devaient aider Palkia… Sauf que la très grande majorité des Erasiens étaient pour ainsi dire mort de trouilles. Certains avaient fuit les villes, pour aller se réfugier on ne savait où. Remarquez, si leur monde entier était menacé de la destruction, il n’y avait bien sûr aucun endroit où ils pouvaient se réfugier… Quitte à mourir, cela ne se ferait pas sans combattre ! Eeva n’avait peut-être plus le sabre symbolique, mais elle avait toujours son cœur de pirate et son caractère revêche. De plus, personne ne menacerait ses terres. Tous les autres Champions s’étaient joints à Palkia et avaient cherchés des dresseurs, des guerriers ou des magiciens prêts à les aider. Les activités de groupe, ça n’était pas son genre, clairement, mais Eeva ne pouvait arriver à quelque chose seule ou du moins, c’est ce que lui firent comprendre ses pokémons. Déchainés, ils avaient harcelés Eeva à leur manière pour qu’elle se bouge. Mais s’associer aux pokémons bénis par Celebi, retrouver « la grande horloge », tout cela serait très compliqué.

La rousse savait au moins une chose, certains pokémons avaient –depuis l’incident avec Celebi- le pouvoir de se changer en quelque chose d’à peu près humain. Instinctivement, elle s’était dit que cela concernait sans doute ces fameux pokémons dont Palkia avait parlé. Restait à les trouver… Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’elle en avait un juste sous son nez. Un soir, elle fit par à ses pokémons, qui l’accompagneraient, de son projet. Ils s’étaient tous montrés très enthousiastes et Eeva avait donné des ordres quant à l’Arène qui serait fermée une bonne partie du temps. Elle partait donc pour la grande quête de l’Horloge et l’Arène serait vide. Elle prépara avec soin son paquetage, elle aussi impatiente de retrouver une situation comme elles les avaient connues autrefois, dont les maitres mots était l’imprévu et le danger. Elle resta tard dans la nuit, mais cela ne l’empêcha pas de se lever tôt le lendemain. Lendemain qui promettait et cela, elle le verrait dès le réveil… Au début, tout allait bien, elle fit comme tous les jours depuis des mois, mais en arrivant devant son grand miroir…

« Hein ? Quoi que c’est quoi ? »

La rousse eut un grand sursaut. Devant le miroir ne se tenait plus une femme de la trentaine, mais une jeune fille d’environ seize ans. Elle resta ainsi à se fixer et commença par hurler après le Motisma. Mais celui-ci, l’air moins fier et joueur que d’habitude –et qui pour une fois n’avait rien fait- attira Eeva dans l’arrière salle. Il passa simplement à travers le mur tandis qu’Eeva marchait à grand pas. Dans la dite salle, le vampire vint immédiatement la harceler. Seul problème, ce n’était plus tellement un petit Nosferapti, qu’un immense Nostenfer ! La rousse eut comme un arrêt sur image, la bouche ouverte, avant de plus ou moins reconnaître son pokémon. S’avançait derrière elle et qui l’interpella, une magnifique Momartik, comme pu le voir la rousse en se retournant. Le Pomdépik, tremblant vint la rejoindre et se coller à elle. Eeva se passa une main dans les cheveux. La spectre tenait dans ses bras un œuf bleu-violet très pâle avec deux marque un peu plus foncées et une grosse tâche noire au milieu. Cette tâche lui rappela son Kokiyas. Eeva se revit devant le miroir et regarda chacun de ses pokémons…

« Là ça pue du cul, mais violent… » Lâcha t-elle, dans un jargon aussi élégant que délicat.

Le Pomdépik sauta de ses bras et se dirigea (« Pom. Pom. ») dans un coin de la petite banquise où se trouvait un terrier, celui de Givrali. Sans cérémonie, la rousse y plongea la main, s’apprêtant à saisir le renard par la peau du cou. Mais elle toucha une chose ronde et glacée. Elle la saisit et l’en sortit… Il tenait dans sa main, un œuf marron et crème. Les yeux de la rousse s’agrandirent ; un œuf d’Evoli… Evidement, Givrali était un Evoli avant d’évoluer… Elle l’avait oublié. Pour couronner le tout, la Momartik et le Nostenfer ramenèrent deux autres œufs.

« Nan mais c’est pas vrai ! » Lança Eeva, voyant que cela ne s’arrêtaient pas.

Elle ferma les yeux, dépitée. Mais quand elle les rouvrit, quelle surprise… Il y eu un grand silence où elle ne put rien dire. Les deux œufs en question… Impossible… L’un était bleu rayé de rose et l’autre d’une couleur violine assez pâle avec quelques tâches plus foncées. Elle n’était pas spécialiste en œufs, mais ces couleurs lui rappelèrent Farfuret et Lokhlass.

« On part tout de suite. »

Eeva se dirigea sans attendre vers ses appartements suivis de ses… « Nouveaux » pokémons et prit son paquetage et fut prête en moins de cinq minutes. Au moment de partir, la Momartik amena à Eeva une carte, ce qui leur fort utile et semblait insister sur une direction en particulier. N’ayant elle-même aucune idée de ce qu’il convenait de faire, Eeva suivit donc l’avis de son spectre, rappela la Momartik, le Pomdépik et le Motisma et grimpa sur le Nostenfer qui pouvait désormais de part sa taille, lui servir de monture ailée. Pour le coup, c’était appréciable… En moins de temps qu’il ne fallut pour le dire, le Nostenfer allant à une allure qui justifiait bien son nom, Eeva débarqua à Comodo. Le climat la choqua : il faisait très chaud et elle du se débarrasser de sa cape fourrée. Restait à savoir maintenant, ce qu’elle devait faire… Il faisait beau, certains profitaient de la plage, ne faisait-elle pas un peu tâche avec son uniforme couleur de glace et ses bottes à talons, cherchant on ne sait quoi ? On la regardait d’ailleurs bizarrement. Sans doute pour avoir attérit au beau milieu de la plage. C’est sûr, elle tranchait royalement avec les autres filles de… « Son âge » seize ans donc, qui, elles, étaient en maillot de bain plus ou moins courts.

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 414

Fiche de personnage
Points: 200
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Juliette Sevaltico le Lun 25 Juil 2011 - 15:52

Lorsque Juliette se réveilla, seule, sur un banc constitué de trois planches de bois miteuses, au fond d’une ruelle, elle ne comprit rien. Comment était-elle arrivée là ? Mais surtout, où était-elle ? Elle avait tellement mal à la tête qu’elle avait l’impression qu’un camion lui avait roulé sur le crâne. Lorsqu’elle se rassit, la jeune fille cala son front sur ses paumes de main, elle essayait de se souvenir… Les souvenirs revenaient par brides qui duraient quelques secondes, par flashs aussi.

*

Après sa rencontre avec Eeva, Juliette avait marché durant cinq jours vers le sud-est, vers Comodo. Malgré tout, elle ne savait rien de la réputation de Comodo, des habitants à la boisson facile. Au soir du cinquième jour, elle foula donc le sol de la ville des fêtards pour la première fois. En se rendant vers le centre, la Mizuhanienne se fit abordée par une jeune fille qui lui proposa une sucrerie qu’elle appelait fleur de lotus. Lorsqu’elle accepta la friandise et la goûta, elle eut l’impression que ces 5 sens s’étaient surdéveloppés. Sa vision des couleurs se troubla, rendant les couleurs plus vives et plus éclatantes qu’elles n’étaient. Elle se retrouva comme déconnectée de la réalité et fut entraînée par la jeune fille aux gourmandises vers une fête. Toutes les personnes présentes dansaient en rond autour d’un grand feu dégageant une colonne de fumée noire vers le ciel étoilé. Juliette les rejoint quelques minutes après, dansant avec la même ardeur que les villageois.   

-   Une partie de la soirée restera un mystère pour mademoiselle Sevaltico.

Le flash-back reprit lorsqu’elle quitta la ronde, prise d’un coup de fatigue soudain. Elle voulait simplement dormir, c’est pour cela qu’elle quitta la fête et se dirigea vers le centre, après tout, il devait bien avoir une auberge quelque part. La jeune femme marchait lentement, la démarche titubante. Alors qu’elle passa devant un renfoncement, un homme qui avait visiblement flashé sur la jeune femme la retint et la poussa violemment vers ce renfoncement qui se révéla être la ruelle où elle se trouve actuellement.

C’est quand l’homme, visiblement éméché commença à vouloir lui déboutonner la chemise cintrée de Juliette, que Goupix et Ramoloss sortirent de leur Pokéball. Ils avaient dû sentir que quelque chose n’allait pas et ces derniers ne s’étaient pas trompés… L’homme d’environ 25 ans ne parut cependant pas impressionné par deux Pokémon de base et envoya valser Goupix d’un coup de pied bien placé dans le flanc. Mais alors qu’il voulut réitérer son action sur Ramoloss, ce dernier stoppa net le coup de pied de l’homme grâce à ses pouvoirs psychiques et le retourna comme un marionnettiste retourne sa poupée. Le Pokémon benêt l’envoya valser à quelques mètres et s’assura de ne plus le revoir traîner autour de sa dresseuse. Cette dernière, à cause des quelques restes de drogue qu'elle avait dans le sang, s'endormit sur le premier banc supportant son poids qui passa.

*

Le flash-back fut interrompu par une présence dans la ruelle. Un homme, l’homme qui avait tenté de la violer accompagné d’un Démolosse balafré. Mais l’homme en question avait changé, il n’était plus l’homme effrayant qu’elle avait rencontré le soir d’avant, non, il avait plutôt l’air d’un jeune adulte tout juste sorti de la puberté. Il avait comme rajeuni…

« Tu comptes faire quoi maintenant avec tes p’tits Pokémon, pétasse ! »

Le jeune homme avançait, sûr de lui, d’un pas déterminé, son Démoloss marchant bien au pied. Bien sûr, les attaques psychiques de Ramoloss ne causeraient aucun dégât sur le Pokémon ténèbre qu’est Démolosse et Goupix ne serait pas de taille face à au Pokémon démon. Elle était à sa merci, vulnérable… Alors que l’homme n’était désormais qu’à un mètre de la jeune Mizuhanienne, une puissante attaque Vibraqua surgit d’à côté d’elle et vint frapper violemment le Démolosse, le faisant voltiger à quelques mètres. Voyant sa seule arme s’écraser lourdement sur le sol, le jeune homme le rappela hâtivement dans sa Pokéball pour s’enfuir immédiatement après.

Juliette tourna alors la tête et découvrit l’auteur de l’attaque aquatique, son sauveur. À côté d’elle se trouvait un Pokémon, en partie cachée dans l’ombre. Un Pokémon rose, un peu plus petit qu’elle, tirant vers le mètre soixante. Ce Pokémon bipède avait l’air fou et à la fois tellement familier. Elle le connaissait, c’est alors qu’un éclair de lucidité la frappa.

« Ramoloss ? »

Le Pokémon souria, toujours avec son air quelque peu effrayant. Comment ? Comment avait-il pu évoluer durant la nuit ? Et pourquoi ? Avait-il senti Juliette en danger au point d’évoluer pour la protéger ?

« Comment… Pourquoi as-tu évolué ? Et où est Goupix ? »

À l’énonciation du mot Goupix, Juliette sent quelque chose lui frôler les chevilles. En baissant la tête, la dresseuse découvrit une boule de poils roux… Contrairement à Ramoloss qui semblait avoir pris de l’expérience, Goupix paraissait bien plus jeune. Sa renarde était identique au moment où elle l’avait obtenue des années auparavant. Elle était tellement petite, elle devait faire un peu moins de vingt centimètres. Elle n’avait plus qu’une unique queue blanche et ses poils orangés sur le sommet de son crâne étaient ébouriffés. Goupix s’assit et contempla Juliette.

Spoiler:

Flagadoss souleva Goupix dans les airs et la déposa dans les bras de Juliette. Le renardeau eut un petit hoquet et dégagea une mini gerbe de flammes de sa gueule, ce qui arracha une petit rire de sa dresseuse. La mizuhanienne commençait à trouver la ruelle terriblement glauque et préféra la quitter sur le champ. Suivit de Flagadoss, Goupix lové dans ses bras, Juliette se dégagea de l’impasse et déboucha sur une incroyable vue sur un magnifique océan. Ici, l’océan servait de miroir au ciel tellement l’eau est claire et pure.  Se référant à la seule chose familière qu’elle reconnaissait ici, Juliette s’approcha vers l’eau. L’eau, même si elle ne la maîtrisait pas pour le moment, elle avait un lien tout particulier avec l’élément.

Alors qu’elle foula le sable de la plage, elle remarqua qu’un homme seul se trouvait également sur la plage. Juliette se rapprocha de ce dernier et arriva rapidement à son niveau. Juliette déposa ses affaires, étala sa serviette et y déposa Goupix. Pendant ce temps là, Flagadoss jouait déjà dans l’eau et souleva Juliette dans les airs pour la poser à côté de lui. C’est à ce moment que la « jeune » fille découvrit son reflet dans l’eau.

Immédiatement, Juliette demanda d’immobiliser une petite surface d’eau pour qu’elle puisse s’y contempler sans que son reflet ne soit troublé par les vagues… Elle n’était plus la fille sortie de l’adolescence qu’elle était hier, elle avait troqué sa fraîcheur de jeune fille à l’élégance d’une femme. Ses traits s’étaient marqués, lui donnant un air sérieux. Sa poitrine avait quelque peu augmentée aussi, le reste de son corps était cependant inchangé. Elle était une femme dans la fleur de l’âge désormais.

Une unique larme traça un sillon sur la joue de Juliette avant de rejoindre l’infinité de l’océan. Cette larme contenait les longues années qui avaient disparu, qui s’étaient envolées en une nuit. S’essuyant la joue d’un revers de la main, la femme blonde quitta les vagues pour rejoindre Goupix qui était parti vers le Goinfrex à la couleur particulière du garçon se trouvant à côté. Elle rattrapa vivement sa petite renarde et adressa ses excuses au dresseur :

« Je suis désolée si Goupix vous a importuné. Elle n’est pas comme cela d’habitude… Durant la nuit, elle a comme rajeuni et mon Ramoloss et moi avons comme vieilli. Auriez vous été victime du même mal, par hasard ? »

Et avant même de recevoir la réponse, Juliette imita, inconsciemment, toutes les personnes présentes sur la plage et tourna la tête en une synchronisation presque parfaite vers une jeune fille qui avait atterri sur un énorme Nostenfer. La trentenaire eut une drôle d'impression en découvrant cette jeune fille, la connaissait-elle ? Peut-être... Elle refixa l'homme auprès d'elle en attendant une réponse, un sourire gêné aux lèvres.
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Vaeros Herès le Mer 27 Juil 2011 - 22:01

Vaeros examinait encore ce petit Goinfrex qui s'amusait sur la plage, en embêtant de plus en plus Ptera, qui agissait comme un pokémon plutôt sain d'esprit. Le nouveau pokémon ailé semblait contrôler sa colère, au contraire de l'ancien pokémon du jeune homme, qui était plutôt impulsif et qui n'aurait pas hésiter à attaquer, alors que Goinfrex lui tournait autour. Un petit rire échappa au jeune homme qui était un peu ému par cette scène tellement émouvante. Pour éviter que Ptera s'énerve, l'homme lança une petite brise qui sépara les deux parties, ramenant Goinfrex à ses côtés pour qu'il puisse garder un oeil sur lui.

Au bout de quelques minutes, un autre petit pokémon – vraiment très mignon – venait d'apparaître aux côtés de Goinfrex pour l'insupporter. Les deux pokémons faisaient étrangement bien la paire. Ils se taquinaient l'un et l'autre pour essayer de s'énerver mutuellement... c'était tellement mignon. Vaeros rit à nouveau, voyant la petite boule de poils qui ressemblait à un Goupix, sauter de toutes ses forces sur le ventre de Goinfrex avant d'être repousser légèrement plus loin par celui-ci, retombant ainsi dans le sable chaud de la plage.

Une femme, dans la fleur de l'âge, semblait suivre le petit pokémon et l'attrapa avant qu'il ne retente une approche du glouton. Elle s'avança ensuite vers Vaeros et s'excusa pour les gestes de son pokémon avant d'expliquer qu'elle avait subi des transformations elle aussi. L'homme, ressemblant physiquement à un homme de presque quarante ans, fut choqué par un premier contact de cette sorte. Il fallait qu'il avoue que cette femme était plutôt directe et ne passait pas par quatre chemins et connaissait ses priorités. L'homme fut donc un peu « choqué » et pris du temps pour répondre, cherchant ses mots.

« J'ai effectivement subit la même chose. Mon Goin... Ronflex c'est étrangement transformé en Goinfrex... »

L'homme marqua une pause, concentrant son attention sur une jeune femme, plutôt osée, qui descendait du dos de son Nostenfer, un peu plus loin sur la plage. La rouquine, à qui il donnerait une quinzaine d'années, était apparu comme par enchantement dans une tenue de fourrure imposante. Il faisait tellement chaud sur la plage, que toutes les tenues étaient légères alors que la sienne était énorme. Vaeros ne pu s'empêcher d'émettre un petit rire – à nouveau – en voyant cette dévergondée apparaître comme une fleur au centre de la plage. Après quelques instants de déconnexion, il reprit la parole.

« Et moi, j'ai vieilli d'une vingtaine d'années environ. »

Ses manières et son vocabulaire peu soutenu laissait comprendre qu'il n'était pas un homme d'une quarantaine d'années. L'homme bredouilla quelques mots à ses pokémons qui s'arrêtèrent de s'amuser et qui se mirent autour de lui.

« On cherche d'où peux venir tout cela, mais on ne sais pas grand chose il faut l'avouer... »

L'homme n'ajouta pas grand chose et regarda simplement devant lui. Il attendait une réponse de la jeune femme quand, finalement, il tendit sa main vers son acolyte.

« Au passage, je me présente. Vaeros Herès, originaire de la région nalcienne. »
avatar
Vaeros Herès
Informations
Nombre de messages : 52

Fiche de personnage
Points: 77
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Eeva Slanzar le Jeu 28 Juil 2011 - 19:34

On la regardait bizarrement. Evidement, avec ses habits (et elle avait de la chance d’avoir pu rester dedans) elle ne s’habillait vraiment pas comme une adolescente. Ce qui en soit était normal, puisqu’elle n’en était pas une… Sauf que les gens eux, ne le savaient pas. Mais là n’était pas le problème. D’où elle était, elle ne voyait rien qui –a part elle- avait l’air de trop ou de moins sur cette plage. Il y avait de tout, des jeunes des vieux, des gosses et des pokémons. Tout le monde allait bien ou semblait. Dans le ciel, sur la met et le sable on pouvait voir des goélise, des krabby, même un stari dans une flaque et deux ou trois kokiyas sur leur rocher. Bref, rien d’extraordinaire sur une plage… La Momartik se serait-elle donc trompée ? Observant un peu plus minutieusement, elle jeta un œil sceptique et peu convaincu à deux adultes non loin d’elle : un homme avec un Ptera et un Goinfrex dont la couleur ne la choqua pas, car elle n’en avait jamais vu et ne s’était jamais intéressée aux ronflex. Et puis une femme du même âge qu’elle –enfin ! du vrai même âge normal qu’elle- accompagnée d’un goupix encore très jeune. Le Nostenfer demanda à être rappelé, vampire de son fier état, il supportait mal le jour et le chaud soleil de Comodo ne lui convenait pas. Nonchalamment, Eeva rappela la bête ailée et remarqua alors, une fois la vue dégagée, la… Zone de sécurité, qui s’était formée autour d’elle. Sur le côté, un groupe de jeune la regardait en riant. C’est sûr, ça les faisait rire… Du genre qui était-elle pour s’habiller de la sorte, se prenant pour une adulte si jeune et se ramener en botte en cuir à talon à la plage ? Pour une Championne de Fla’Or ! Si elle avait été assez près pour l’entendre, les paroles des deux adultes l’auraient interpellée, mais évidement, il y avait bien sûr aussi bien trop de boucan sur cette plage pour pouvoir écouter en toute quiétude la conversation des autres.

« Et maintenant ? Tu es sûre de ce que tu fais ? » Dit-elle dans le vide ?

Le groupe de jeune à sa droite éclatèrent de rire. Pourtant, Dans une aura sphérique blanche, la Momartik qui pourtant n’aimait pas la chaleur, apparut. Coupant net aux rires des jeunes. Eeva afficha un léger sourire à leur égard qui ressembla d’ailleurs plus à un rictus. Qu’ils viennent dans son arène, ils riraient moins… La spectre des glaces resta un instant immobile et se dirigea en flottant droit sur les deux adultes et leurs pokémons et arriva assez vite à côté d’eux.

« Momartik. » Assura la pokémon.

Eeva arrivait sur ses talons et lui demanda si elle était sûre… Tout en ayant l’impression de passer pour une folle aux yeux de toute la foule présente et environnante, qui semblait s’être retournée vers elle d’un seul mouvement. Ce qui n’était qu’une impression, comme à chaque fois qu’on avait l’impression de passer pour une tarée. Ce qui devait être récurrent chez elle, sauf que d’habitude, elle s’en foutait. Quoiqu’il en soit la Momartik répondit par l’affirmative et disparut dans sa pokéball. Maintenant, c’était a elle de trouver quoi dire pour dissiper les doutes quant à sa santé mentale et savoir ce que voulait exactement sa pokémon…

« Hé bien, je ne sais pas ce que vous veux Stalgamin… Mais je viens de Fla’Or pour ça. » Afficha Eeva de but en blanc. « Je suis Eeva Slanzar, Championne de Fla’Or.. » Se présenta t-elle. « Est-ce que, vous auriez remarqué quelque chose de bizarre, dernièrement ? »

Elle demanda cela en détachant bien ses syllabes, d’un air plus qu’interrogateur. Nul doute qu’elle cherchait à savoir quelque chose de précis, mais le demandait avec prudence. Eeva pensait bien sûr à la (des)évolution de pokémon ou comme elle, un rajeunissement… Voir un vieillissement ; si cela était arrivé à ses pokémons cela pouvait arriver aux humains… Et elle n’était sûrement pas la seule à avoir subit de… Changement.

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 414

Fiche de personnage
Points: 200
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Juliette Sevaltico le Ven 29 Juil 2011 - 22:49

Alors comme ça, Juliette n’était pas la seule à avoir subi ces transformations... De plus, cet homme, Vaeros de Nalcia, cherchait la cause de ses transformations… Sûrement pour y remédier. Un léger sourire s’étira doucement sur les lèvres de la Mizuhanniene, tout n’était pas perdu… La nouvelle femme qu’était Juliette écoutait attentivement l’homme qui s’approchait de la trentaine. Lui aussi avait vieilli, quant à ses Pokémon, son Ronflex avait tellement rajeuni qu’il avait comme désévolué. Il ne parla pas de son Ptéra qui avait sûrement vieilli au vue de ses nombreuses cicatrices parcourant son corps. La Mizuhanniene avait totalement omit de se présenter et se fut la main tendue de Vaeros qui la rappela à l’ordre.

« Juliette Sevaltico de Mizuhan. Et bien que ça soit difficile à le deviner, j’ai habituellement 18 ans. Goupix, que vous avez eu l’occasion de voir a rajeuni pour retomber en bas âge. Ramoloss a, quant à lui, évolué.... »

Après s’être présentée, Juliette se rassit et se mit à proposer quelques hypothèses sur les perturbations temporelles au Nalcien. Aucune n’était sensée, aucune n’était réaliste. Dans son élan, elle s’apprêtait à proposer une nouvelle cause potentielle :

« Et si, les Pokémon légendaires… »

Juliette n’eut pas le temps de finir sa phrase que la jeune fille qu’elle avait vu atterrir sur un Nostenfer arriva à leurs niveaux. Elle les questionna froidement, leur demandant si les deux adultes avaient remarqué certains phénomènes étranges… Mais bien sûr ! Cette façon de parler… Un sourire se dessina instinctivement sur le visage de Juliette qui se rappela immédiatement d’où elle connaissait la rousse. Calmement, la blonde se leva et prit la parole :

« Le fait que tu ne me reconnaisses pas est, en soit, déjà assez étrange, Eeva… Rappelle toi, la jeune fille aux terres enneigées pendant que tu coursais Artikodin. » annonça sereinement Juliette.  « Ensuite, quand tu parles de quelque chose de bizarre, je suppose que tu fais allusion à nos changements d’âge respectif, ainsi que ceux de nos Pokémon, bien sûr. » En disant cela, la femme blonde prit sa boule de poils roux dans ses bras. « Comme tu peux le constater, ma chère Goupix a rajeuni et le fait que tu parles d’un Stalgamin alors que le Pokémon qui t’accompagnait était une magnifique Momartik me fait penser que tes Pokémon ont également subit des transformations. »

Juliette enfonça ses pieds plus profondément dans le sable et observa Eeva. À vrai dire, la rousse n’avait pas tellement changé malgré son rajeunissement. Ses traits de visage s’étaient considérablement adoucis, donnant un air plus juvénile à cette dernière. Malgré tout, le ton de voix de la championne, froid et distant, n’avait pas changé, tranchant net avec le doux visage de l’adolescente. Elle avait perdu quelques centimètres et était plus fine, toujours d’une forme olympienne à priori. Ses vêtements, eux, étaient inchangés, trahissant l’âge de leur propriétaire.

« Avec Vaeros, » dit-elle en désignant l'homme à côté d’elle. « nous réfléchissons à ceux qui aurait put causer ses perturbations, en vain. En tant que championne d’arène, aurais-tu des informations qui pourraient nous mettre sur une piste à explorer ? Parce que prendre plus de dix ans en une nuit, c’est impressionnant cinq minutes, mais retourner à mes dix-huit ans ne serait pas refus. »

À ce moment là, la trentenaire sentit la présence de son Flagadoss à côté d’elle. Sereinement, Juliette toisait Eeva du regard et attendait de savoir si, effectivement, elle possédait quelconques informations.


{ Hors RP : C'est ridiculement court mais panne d'inspiration. ToT Et je suis désolé Tyla, j'ai vraiment l'impression que ça ne te laisse pas beaucoup de possibilités. ToT }
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Vaeros Herès le Sam 30 Juil 2011 - 12:25

La femme se présenta finalement sous le nom de Juliette Selvatico, de Mizuhan. Vaeros la regardait en long, en large et en travers pour admirer la beauté qu'elle dégageait. Malgré ses airs de personne mûre, elle était plutôt agréable à l'oeil et méritait celui-ci avec grand plaisir. Finalement, l'homme regarda plus loin rencontrant ainsi la jeune femme qui marchait vers eux avec un air déterminé du regard. Il gardait les mêmes préjugés sur elle mais si elle venait leur parler, il allait tenter de les garder de côté dans le but d'avoir une discussion peut-être constructive avec elle et Juliette.

Alors que celle-ci approchait, elle fut directe, se présentant sous les traits d'une championne d'arène de Fla'Or cherchant la raison qui avait poussé son pokémon à venir vers le petit groupe. Vaeros fut intrigué par cela. Elle parlait d'un Stalgamin alors que se trouvait devant eux un Momartik... Tout cela était étrange. Il se retrouvait dans ce genre de paroles quand il disait Ronflex plutôt que Goinfrex et ainsi, il se posa la question de savoir si elle aussi avait subi un changement, avec ses pokémons... Il allait prendre la parole, pour faire part de sa réponse à la question mais Juliette l'interrompit et prit la parole avant lui.

Les deux femmes se connaissaient apparemment... Vaeros écoutait tranquillement Juliette qui expliquait leur rencontre, parlant d'un Artikodin, de terres enneigées... L'homme semblait avoir compris qu'elles s'étaient rencontrées dans la région de Mizuhan qu'il avait simplement survolé, rien de plus. Elle ajouta qu'avec lui, ils cherchaient des explications à tout cela et en demanda des nouvelles à la championne, qui grâce à son grade, avait peut-être plus d'informations que les deux personnes qui avaient vieilli d'une bonne quinzaine d'années en une nuit.

Regardant la championne, Vaeros prit finalement la parole.

« Je ne peux rien vous dire... Je me suis endormi dans ma chambre d'hôtel à l'âge de dix-huit ans et il semble que maintenant, je suis plus proche de la quarantaine... »

Il n'ajouta rien et montra ses deux pokémons, expliquant que l'un semblait avoir vieilli alors que l'autre avait rajeuni et desévolué, en prime. Ses pokémons se trouvaient là et attendaient. Ptera semblait ne rien ressentir du tout. Comme une moine, le pokémon ne semblait pas choqué par les menaces extérieures et restait là à attendre alors que son compère, Goinfrex, embêtait encore le petit Goupix, jouant avec lui. Un compagnon de jeu était rare pour lui – qui était immense et énorme d'habitude – et il profitait donc de cette petite taille pour pouvoir s'amuser.

« J'espère que vous avez la solution, car j'en ai ma claque d'attendre sur cette plage à ne rien faire. »

L'homme avait lancé cela, sans changement d'air ni rien...
Il sourit aux deux femmes pour calmer un peu l'air qu'il venait de tendre...
avatar
Vaeros Herès
Informations
Nombre de messages : 52

Fiche de personnage
Points: 77
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Eeva Slanzar le Lun 1 Aoû 2011 - 22:52

Eeva avait coupé les deux adultes dans leur conversation et ne s’en inquiétait pas. D’autres en face d’elle auraient pu êtres outrés de son comportement, mais honnêtement, elle n’en avait absolument rien à carrer. Cela lui était parfaitement égal. Elle allait à l’essentiel, sentant comme une urgence. Son caractère, sa façon d’être, contrairement à son physique, restaient inchangés et on pouvait effectivement la reconnaître facilement. D’autant que sa tenue pouvait grandement y aider et c’était là le but recherché : elle ne savait pas de ce qu’il en était pour les autres, ni même si on la croirait… Eeva ne serait jamais quelqu’un de correct, ni même de bien élevé. La blonde sourit à Eeva et celle-ci haussa un sourcil tout en gardant son air sérieux. Elle se releva et fut la première à lui adresser la parole. Première parole qui déplurent à la rousse, pas dans le sens de l’antipathie, mais elle n’aimait pas qu’on sache avant elle a qui elle parlait. Cette femme l’avait reconnue, alors qu’elle ne trouvait pas de nom à mettre sur ce visage. Surtout qu’en plus, elle s’en foutait. Enfin en général, parce que là pour le coup, elle aurait bien aimé savoir. Mais la suite était déjà plus explicite. Eeva dévisageait la blonde sans aucune gêne. Ha oui… la blonde avec son renard… Pour le reste, elle comprit tout de suite, mais visiblement puisque la blonde avait maintenant prit quelques années en une nuit, elle savait de quoi elle parlait. Tout simplement, et cela allait bien lui faciliter la tâche. Juliette la toisait également et c’était presque qu’une lueur de défi qui brillaient dans le regard d’Eeva, défi de quoi ? De rien, on ne toisait pas un pirate de la sorte, c’est tout. Elle était arrivée à point nommé se disait-elle, car ces deux là discutaient déjà des récents évènements. Evidement, ils s’attendaient qu’à ce qu’elle sache, sous le prétexte qu’elle était Championne d’Arène… Eeva roula des yeux en entendant cela, eux aussi avaient été prit par surprise, elle n’avait pas envoyé de missives aux autres Champions pour savoir, mais elle se doutait que c’était le cas pour tous.

Elle ne prit pas la peine de répondre à Juliette. Pour ce qui était de Vaeros, il avait été intrigué par ses paroles. Evidement, il ne s’y attendait pas. Juliette l’avait interrompu et Eeva lui avait jeté un regard un bref instant avant de se retourner vers la femme blonde. Le « garçon » prit finalement la parole et constata. C’était gênant, on pouvait constater, mais pas spéculer et cela n’était pas une bonne chose. Pour ce qui était des pokémons, mis à part les siens, Eeva ne regardait jamais ceux des autres. Jusqu’à maintenant. Elle fixait un par un sans mot dire ceux des deux autres et réfléchissait. Elle fit quelques pas vers le Ptéra et se permit un contact physique, touchant la peau écailleuse de celui-ci avec ses mains encore froides de la banquise.

« Intéressant… » Dit-elle, observant la bête et les multiples traces.

Mais ce qui était le plus fort, c’était les (des)évolutions. Oui, finalement, cela l’intéressait grandement, de savoir, comment une telle chose était possible…

« Je crois que nous avons tous été pris par surprise, alors ne t’attend pas à une réponse toute trouvée. Nous allons devoir la chercher. Il n’y a que Stalgamin qui à l’air de savoir ce qu’elle fait, cela dit. » Dit-elle simplement.

D’un geste unique, Eeva fit apparaître ses pokémons. Sur le sable, reposaient d’abord quatre œufs, qu’elle caressa et observa un moment avant de les « rappeler ». Ceux là allaient bien et c’était l’essentiel… Elle n’était sans doute pas la meilleure dresseuse, paradoxalement, mais cela ne l’engageait pas de voir ses pokémons redevenus œufs. L’immense Nostenfer réapparut, il était imposant, car deux fois plus grand que la moyenne. Puis vint la Momartik, auprès duquel Eeva s’excusa très sérieusement de devoir la garder hors de sa balle. Surgissant du sable par bonds, un Pomdépik alla se coller à la jambe d’Eeva, tandis qu’un dernier pokémon se dirigea vers les deux plus jeune. C’était une créature très étrange, qu’on n’avait certainement jamais vu auparavant. Eeva n’en avait d’ailleurs jamais trouvé d’information. Le Motisma, taquin, disparut sous le sable pour réapparaître sous le nez des bébés pokémons.

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 414

Fiche de personnage
Points: 200
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Juliette Sevaltico le Mer 3 Aoû 2011 - 0:24

Alors que Juliette attendait une réponse, Vaeros s’était interposé entre les deux femmes, essayant de détendre l’atmosphère. À vrai dire, Juliette n’avait pas été antipathique volontairement mais le fait d’avoir perdu la fraîcheur qu’elle arborait encore la veille l’agaçait au plus au point, rendant ses paroles très facilement assimilable à de la provocation. Mais quand elle vit qu’Eeva ne prenait même pas la peine de lui répondre, le rouge lui monta aux joues, fulminant de l’intérieur.

Elle suivait du regard la rousse qui scrutait attentivement les quatre Pokémon présent sur la plage. Elle les observa avant de s’attarder sur le Ptéra du Nalcien. L’oiseau de pierre n’avait pas d’évolution, de ce fait, au lieu d’évoluer, le fossile vivant avait tout simplement vieilli. Ce vieillissement se traduisait par de multiples cicatrices sur le corps du Ptéra. La rousse lâcha un bref « Intéréssant » avant de se retourner vers Juliette et Vaeros. Alors qu'Eeva venait de faire volte face, Juliette rattrapa Goupix dans ses bras. Depuis que sa renarde n’était plus qu’un bébé, son instinct la poussait à l’avoir près de soi, comme pour la protéger. La championne se leur confia qu’elle était tout autant surprise qu’eux et leur annonça que pour trouver la solution, il allait devoir la chercher… Mentalement, Juliette s’exclama :

* Mais bien sûr ! On va chercher une solution à un problème qui a l’air planétaire ! La pauvre, à force de rester dans son arène, elle est carrément givrée ! *

Ceci dit, ou plutôt pensé, elle sentit la patte de son Pokémon benêt dans son dos, comme pour la rassurer… Un sourire béat s’étirait sur le « museau » du Flagadoss, avait-il entendu les pensées de sa dresseuse ? Juliette se replongea directement dans la conversation quand elle apprit que le Stalgamin – ou plutôt la Momartik – saurait ce qu’il se passe. Peu de temps après cette annonce, la championne de Fla’Or libéra l’entièreté de ses Pokémon. Sur le sable résidait quatre œufs. Elle reconnut l’œuf qui devait contenir le Givrali redevenu un Evoli et celui du Kokyias qu’elle avait eu l’occasion d’apercevoir aux terres enneigées. Elle reconnut également le Pomdepix, le Motisma ainsi que le Nosferapti devenu un immense Nostenfer en plus du Stalgamin devenu une magnifique spectre des glaces. Pourtant, sur le sable se trouvaient deux œufs supplémentaires…

* Sûrement des Pokémon qu’elle avait laissé à son arène ce jour là. *

Juliette observa Eeva s’excuser longuement auprès de sa Momartik. La trentaine ne pût se retenir de ricaner intérieurement.

* Tiens, elle sait s’excuser, elle ? Et bien, on en apprend tous les jours. *

À la fin de cette pensée, la blonde reçut un léger coup dans le dos qui la fit avancer d’un grand pas. Goupix en profita pour quitter les bras de sa dresseuse et retourna s’amuser avec le petit Goinfrex de Vaeros. Lorsqu’elle se retourna pour observer le propriétaire de la patte qui l’a poussé, son Flagadoss la fixait avec un regard perçant qui semblait dire : « Ne sois pas si sarcastique Juliette, c’est ta seule chance de redevenir comme avant, et Dieu seul sait comme tu en as envie ! » Alors, doucement, Juliette caressa le crâne de son Pokémon et lui souffla qu’il avait raison et qu’elle ferait de son mieux pour être la plus agréable possible. La blonde reprit la parole et questionna ses deux acolytes :

« Auriez-vous des idées de par où commencer à chercher ? Car je pense comme Vaeros, ce n’est pas en restant sur cette plage à regarder le soleil se coucher, bien qu’il doit être magnifique, qu’une solution va nous tomber toute prête dans les bras. »

Elle ajouta, d’une voix fluette :

« Peut-être que si on prend une barque et qu’on s’avance dans la mer, on trouvera des éléments de réponses, Flagadoss pourrait nous aider à nous propulser… C’est qu’une proposition parmi d’autres… »
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Vaeros Herès le Dim 7 Aoû 2011 - 15:18

Vaeros observait les deux femmes à ses côtés comme s'il les analysait pour ne pas être surpris par un comportement quelconque dans le cas où ils devaient tout trois faire équipe pour tenter de retrouver leurs vraies formes. De ce qu'il pouvait voir et comprendre, les deux femmes étaient totalement différentes. Eeva, la championne, semblait plutôt froide et aggressive alors que Juliette, au contraire, semblait plutôt agréable et généreuse envers les autres. Vaeros trouvait qu'il correspondait bien plus à Juliette, bien qu'il soit néanmoins assez proche de la force d'esprit d'Eeva concernant les pokémons et leurs devenirs.

Un sourire naquit sur le visage de l'homme lorsque la championne s'approchait de Ptera pour toucher son corps abîmé par l'âge. Il s'attendait à ce que le pokémon n'attaque la championne... mais rien de tout cela arriva. Le pokémon ne répondit pas et se laissa simplement « toucher » alors qu'Eeva s'exclamait grâce à un petit « Intéressant ». Vaeros se leva à son tour et caressa son pokémon pour le rassurer et aussi lui dire qu'ils retrouveraient tous deux leurs anciennes formes pour le meilleur, comme pour le pire.

Alors que le jeune homme prenait son temps, la championne répondit de manière sèche à l'envie de Vaeros de résoudre rapidement cette affaire. Elle indiqua simplement que seul son Stalgamin semblait savoir où il fallait aller et qu'ils devraient donc la suivre pour qu'elle les dirige. Vaeros acquiesça alors que Juliette proposa que le groupe commence par enquêter en mer pour tenter de trouver quelque chose. C'était là le problème. Le groupe ne savait même pas ce qu'ils devaient chercher et cela revenait à chercher une aiguille dans une meule de foin, c'est à dire chercher l'impossible.

« C'est une bonne idée mais bien trop limitée. On ne sait même pas ce que l'on doit chercher et l'océan est tout simplement immense. Je suis plutôt d'avis de demander de l'aide à Momartik, qui pourrait peut-être mieux nous aider. Peut-être nous conduira t-elle ensuite vers l'océan, qui sait ? »

Même si ses paroles paraissaient sages, l'homme n'en était pas vraiment convaincu. Il ne savait pas ce que Momartik avait de spécial et pourquoi ils devraient le suivre, mais il avait comme un pressentiment, comme si son instinct lui demandait de suivre ce pokémon, tête baissée. L'homme attendait patiemment une réponse de la part de l'une des deux femmes mais rien ne semblait lui venir en tête. Il tourna donc la tête pour voir qu'un magnifique pokémon venait de rejoindre Goinfrex et Goupix qui jouaient tous les deux. Cette espèce pokémon était plutôt rare voir très rare et c'était d'ailleurs la première fois que Vaeros en apercevait un, autre que dans un livre.

L'homme reprit finalement ses esprits, avant de se tourner à nouveau vers le petit groupe. Bizarrement, son torse semblait lui faire mal, comme si quelque chose s'emparait de lui. Son visage changea comme si l'homme souffrait le martyr. Une main sur le torse, l'homme commençait à suffoquer. Il se tournait tellement que l'on aurait dit qu'il allait mourir. Vaeros s'agitait de plus en plus, suffoquant, se retenant d'hurler comme un goret... Ptera se rapprocha de lui et alors qu'il le prenait sur son dos, l'homme tomba dans l'inconscience. Goinfrex revint dans sa pokéball alors que le fossile poussait les deux femmes à trouver la solution, pour sauver son maître.

Le pokémon s'envola finalement en direction de la ville pour trouver de l'aide médicale. Il avait été préparer pour cela, depuis longtemps.

Il poussa un dernier cri et disparu au loin, le corps de son ami sur le dos.
avatar
Vaeros Herès
Informations
Nombre de messages : 52

Fiche de personnage
Points: 77
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Eeva Slanzar le Mer 10 Aoû 2011 - 22:27

« Et c’est exactement ce que vous allez faire. » Répondit une voix, en réponse aux pensées de Juliette. Une voix calme, cristalline et spectrale à la fois. « Vous la trouvez froide, vous pensez qu’elle manque de cœur et peut-être qu’elle ne mérite probablement pas son titre. Pourtant vous ne la connaissez pas comme je la connais. S’il faut parcourir tout Erasia pour trouver notre cible, Eeva le fera, seule, s’il le faut. Moi je pense que c’est une femme d’une grande intelligence qui ne laisse rien au hasard, qui retient ce qu’elle apprend. Son sang est froid, sa tête est réfléchit et son cœur sombre sait se fondre dans toutes les abîmes. C’est exactement ce qu’il nous faut pour retrouver la Grande Horloge. Palkia vous confie cette mission, ainsi que celle de vous rapprocher des pokémons bénis de Célébi pour la retrouver. Du moins, ses fragments. »

La voix venait d’une femme superbe qui se tenait exactement à l’endroit où était la Momartik, deux secondes juste avant. Elle était grande, avait la peau blanche, de longs cheveux cendrés. Elle portait un kimono blanc aux extrémités des manches bleue glace et avec une large ceinture rouge à la taille. La façon dont étaient noués ses cheveux en deux couettes un peu enroulées ne laissa aucun doute à Eeva. Avec le reste, en plus de cela. La rousse d’ailleurs, avait levé un sourcil très haut. Nul doute qu’elle devait être aussi surprise que les autres.

« D’accord, tu m’expliques là ? » Dit-elle.
« Je l’ai entendu, cette nuit. Palkia nous a appelés. Je suis bénie de Célébi depuis longtemps, mais je ne le savais pas. Mais cette nuit, quand il a appelé, j’ai su… Mais je ne savais pas comment le faire comprendre. »
« Non mais t’as raison, c’est mieux d’attendre le dernier moment et de ne surtout rien dire et de me laisser pédaler dans le sable en attendant que… »
Répondit Eeva, ironique.

La Momartik ne se vexa pas. Eeva était ainsi. Elle était surprise, mais pas choquée et cela soulageait beaucoup la pokémon. Elle se trouvait d’ailleurs bien changée depuis qu’elle vivait avec la rousse. Son assurance était communicative et elle se sentait moins timide qu’avant, avec elle, elle n’avait plus peur. Il y avait une sorte d’aura protectrice autour d’elle, à moins que ça ne soit qu’une simple idée de sa part. Eeva ne se démontait jamais, savait toujours quoi faire. En match, elle n’était pas simple à abattre, car elle était inconstante et savait très bien cacher son jeu et déstabiliser l’adversaire par son silence, sa froideur, sa passivité parfois. On lui avait raconté comme elle aussi avait changé. Elle qui avait fait régner la terreur dans son arène avait également beaucoup évoluée, Stalgamin ne s’en plaignait pas, la rousse lui plaisait ainsi car malgré tout elle avait gardé une part de froid et d’ombre. Elle devait être ainsi. Il y avait des gens plus ou moins faciles à cerner, à prédire et à vaincre, et d’autres beaucoup plus complexes. Etait-ce cette complexité dans la personnalité de la femme qui faisait sa force ? En tout cas, elle inspirait la pokémon qui ne regrettait pas son choix.

Eeva et sa compagne hybride se retourna vers Juliette et Vaeros qui exposaient leurs idées, jetant un œil discret sur sa compagne qui semblait être en réflexion. A vrai dire, c’était plutôt à elle de leur dire quoi faire maintenant, et d’ailleurs, ils ne savaient toujours pas pourquoi eux plutôt que les autres pouvaient mieux les aider. Quoique, si.

« Je suppose que si seulement les pokémons comme toi peuvent démêler ce problème, c’est parce que depuis la guerre vous devez ressentir des tiraillements dans le temps et l’espace ? » Demanda Eeva.
« Quelque chose comme cela. » Affirma Momartik.

Elle-même ne savait pas trop et cela n’expliquait pas forcément bien pourquoi ils se changeaient partiellement en humain. Mais si cela pouvait les aider. En tout cas, Vaeros et Eeva étaient au moins d’accord sur un principe, à Momartik de voir ce qu’il fallait faire. Et c’est tout naturellement vers elle que se tourna Eeva, prête à dire quelque chose quand l’état du « garçon » l’interpela. Il eut l’air subitement mal en point et Eeva eut une expression surprise, mais ne bougea pas tellement pour autant. Et de toute façon, avant d’avoir pu dire quoique ce soit le Ptéra emmenait déjà Vaeros au loin. Un moment de silence plus tard, la rousse reprit enfin la parole.

« Bon… Si tu veux mourir je te suggère maintenant, sinon après, je te laisse dans l’eau. » ironisa t-elle.

Blague de mauvais goût sans doute… Mais quoiqu’il en soit, elles n’étaient plus que toutes les deux. Enfin, deux et demi. Pensive, la Momartik commençait à marcher dans l’eau. Eeva pensa qu’elle devait chercher, en son fort intérieur ou quelque chose comme ça, un sentiment, un tiraillement, un lien, ou n’importe quoi d’inhabituel qui pourrait la rapprocher de leur quête. Il allait peut-être bien falloir se mouiller un peu les bottes.


[Merci de ta délicatesse Tyla ^^, Juliette, j'espère que ça te conviens, j'ai donné un peu de pouvoir télépathique à Momartik juste pour l'introduire, promit elle viendra pas faire sa petite lecture dans ton crâne lol]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 414

Fiche de personnage
Points: 200
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Juliette Sevaltico le Mar 16 Aoû 2011 - 16:33

Wow. Qu’est ce que c’était ce BORDEL ? Juliette avait regardé fixement, une flamme dansante sur sa pupille, la Momartik. De quel droit ce Pokémon se permettait de sonder ses pensées ?! Si il y’a bien une chose qui est privée, c'est nos pensées. Les pensées sont l’engrais qui fait pousser les fleurs de notre jardin secret. Jardin SECRET. Oh, bien sûr, si elle fait ceci, c’était pour défendre sa maîtresse ! Selon le spectre, sa dresseuse serait la personne parfaite pour cette quête, pour la recherche d’un fragment d’une grande horloge. D’ailleurs, ce serait Palkia lui-même qui aurait confié la mission aux humains. Sacré cadeau empoisonné.

Quand Juliette voulut s’adresser à la Momartik, le Pokémons s’était volatilisé, laissant place à une magnifique femme à la peau très pâle. Nul doute possible, il s’agissait bien du Pokémon d’Eeva mais en humain… Ne perdant pas le nord, Juliette s’adressa mentalement au gijinka.

* T’avises pas de recommencer à lire dans mes pensées. *

Net et clair. Pas du tout le style de Juliette, malgré tout, il le fallait. Elle n’accepterait pas de se refaire lire les pensées par un Pokémon étrange se transformant en humain. La blonde jeta un coup d’œil à son camarade, le Nalcien  arborait une mine déconfite. Commença alors le monologue entre la rousse et son « Pokémon ». Si la Momartik possédait la capacité de transformation en humain, c’était car elle était bénie par Célébi... Le lutin des forêts ayant la faculté de traverser les époques. Juliette se demandait comment ce Pokémon avait-il pu obtenir la bénédiction de ce Pokémon rarissime, surtout que sa dresseuse n’avait pas l’air plus au courant que la blonde. Si le spectre de glace était la seule solution pour trouver ce fameux fragment d’horloge, bien, elle la laisserait la guider mais pas question pour elle de rester inactive.

Alors qu’elle s’avançait de quelques pas, Vaeros fut pris d’un mal soudain. L’homme se mit à suffoquer, à chercher son oxygène. Il chuta ensuite, ses jambes ne le soutenant plus et se fut son Ptéra qui le réceptionna sur son dos rocheux. Goinfrex rentra de lui-même dans sa Pokéball et fut contraint d’abandonner son camarade de jeu. Avant de s’envoler, son dresseur sur le dos, le fossile vivant adressa un regard plein de paroles aux deux femmes. Le Pokémon priait les deux femmes de trouver ce fragment d’horloge, afin de sauver son maître. Le cœur de Juliette se serra, et un silence entre les deux dresseuses s’installa.

Et ce fut Eeva qui rompit ce silence en jugeant bon d’ironiser la situation. Si Juliette voulait mourir, qu’elle le faisait maintenant. La trentenaire souria et répondit, du tac au tac.

« Mourir ne fait pas parti de mes projets. »

Et puis quoi encore ?! Elle n’était plus la jeune fille sotte que la championne avait croisée aux Terres enneigées. Ses dix ans pris d’un coup lui avaient fait ouvrir les yeux. Il peut se passer toute sorte de chose dans la vie, c’est ce qui rend ce cadeau si unique. Elle avait pris conscience qu’elle devait profiter de chaque instant de la vie. Elle devait faire ce qu’elle voulait afin de vivre ses vieux jours sans regrets ni remords. Non, elle n'allait pas mourir. Sa vie était loin d’être finie, n’en déplaise à certaines personnes.

Juliette s’avança dans la mer en passant à côté d'Eeva, jusqu’à avoir de l’eau jusqu’au mi-mollet. Elle fit rentrer Goupix dans sa capsule de captivité afin d’éviter de la mettre en danger. Elle fit venir son Pokémon symbiose à côté d’elle.

« Sonde l’eau, aussi loin possible. »

Le Flagadoss s’exécuta et plongea ses pattes avant dans l’eau. À partir de ses extrémités, une grande onde rosée se créa et s’échappa vers l’immensité de l’océan qui se trouvait face à eux. Et comme à un Nosferapti, Juliette vit les ondes revenir à son Pokémon. Le regard du Pokémon psychique était sans appel. Étrange... Elle comprenait son Pokémon rien qu’en le regardant… Elle se tourna vers Eeva.

« En sondant l’eau, Flagadoss a décelé de puissantes ondes d’énergie. Le mieux serait d’aller en mer afin de voir si ta Momartik ressent quelque chose qui pourrait nous aider, non ? »
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Eeva Slanzar le Mer 17 Aoû 2011 - 16:00

Le choc était passé. Evidement, apprendre subitement que son pokémon possède des capacités hors normes une fois en situation… La Momartik n’en avait rien dit de plus, trouvant tout cela peut-être pas normal –un pokémon se métamorphosant en humain ne l’était pas- mais cela faisait désormais partie d’elle, alors… Elle devait le considérer comme normal pour elle. Pieds nus, elle s’amusait calmement à passer ses pieds dans l’eau, elle qui ne pouvait vraiment le faire et qui depuis le matin devait se contenter de flotter spectralement. Les gens autour, yeux ronds et bouche bée observaient la scène sans rien comprendre. Certains préfèrent partir ou s’éloigner, quoiqu’il en soit, personne ne venait les importuner. Les capacités de la Momartik en matière de télépathie n’étaient pas absolues, de nature réservée voire même timide, elle ne se serait pas amusée à violer l’intimité intellectuelle de la jeune fille si la situation ne l’exigeait pas. Quoiqu’il en soit, elle pouvait elle décider d’avoir ce lien vers les pensées des gens, ou pas. Et en répondant à Juliette elle l’avait démontré. Mais elle avait coupé ce lien et à vrai dire, on ne pouvait soi-même entrer en contact avec une créature ayant quelques pouvoirs psychiques sans en avoir soi-même ou sans y être particulièrement liée. Et c’est pourquoi elle n’entendit tout simplement pas Juliette protester en silence. D’ailleurs, celle-ci pu remarquer que suite à ses pensées, la pokémon l’ignora complètement. La legilimencie était un art compliqué, il ne s’agissait pas d’entrer et de « lire » les pensées et les souvenirs des gens comme on ouvre un livre, c’était bien plus complexe que cela… Et de toute façon, qu’aurait bien pu faire la blonde si la Momartik s’étaient obstinée à décortiquer la tête de Juliette ? Elle possédait des pouvoirs que l’humaine n’avait pas… Heureusement, elle n’était pas de ce genre et préféra rester près d’Eeva, le monde humain étant encore relativement nouveau pour elle. Le monde humain, sous forme quasi-humaine.

« Ha tiens, tu as changé tes plans ? » Railla Eeva.

Cette petite phrase s’adressaient directement aux souvenirs de leur première rencontre où Juliette avait bien mourir, endormie dans la neige. Eeva l’avait alors sermonnée sur l’imbécilité de venir se reposer en pleine terre enneigée, alors que les tempêtes y étaient fréquentes. Mais elle n’eut pas le temps d’en dire d’avantage.

« Lui aussi nous demande de retrouver l’Horloge. » Dit la Momartik, sans quitter Eeva d’une semelle.

Pourtant, contrairement à ce que pensait Juliette, elle croyait qu’il ne suffisait pas d’un maléfice pour mûrir subitement. Mais cela ne faisait pas avancer leur problème principal, comment retrouver un fragment d’Horloge ? Cela ressemblait-il vraiment à une Horloge d’ailleurs, ou n’était-ce qu’un nom symbolique posé sur un artefact divin ? La rousse réfléchissait… Elle se trouva d’ailleurs très curieuse sur le sujet et désirait le retrouver rapidement. Après tout son cœur aimait les choses mystérieuses, les artéfacts uniques, les objets divins… Juliette fini par entrer dans l’eau en enfermant son Goupix, ce qui était sans doute une bonne idée. Et le fait que finalement elle ai attrapé ce Ramoloss n’est pas si mal vu les circonstances : un pokémon à la fois amphibie et psychique, associé à l’hybride arctique et spectrale ne pouvait que les aider, les deux avaient des yeux sur un plan qui échappait à la plupart des êtres vivants. Juliette fit sonder l’eau à son pokémon, après tout, s’il y avait un artéfact dans la zone, et vu l’impact qu’il y avait eu visiblement sur toute la planète, il devait bien y avoir des ondes ou des trucs qu’ils pouvaient ressentir… Cela paraissait logique à la Championne. La Momartik était loin maintenant. Eeva se demande où elle était passée, quand elle la vit beaucoup plus loin, de l’eau jusqu’à la taille. Lorsqu’elle tenta de la rejoindre, elle réalisa que la pokémon utilisait son don de lévitation : elle n’avait plus pied. La rousse était plongée dans l’eau jusqu’à la taille et pensa qu’elles auraient besoin d’une embarcation. C’est ce moment que choisit Juliette pour intervenir.

« Allons chercher un bateau. » répondit Eeva.

Eeva ne laissa pas tellement le choix à Juliette. Elle sortit de l’eau et avec le Nostenfer, la planta là, elle et sa Momartik et s’envola directement vers les quais. Son absence ne fut pas très longue, après moins d’une demi-heure, Juliette put voir venir un bateau rapide. Le bateau était symétrique entre l’avant et l’arrière avec un unique mât au milieu. Le fond était plat et il n’avait que peu de tirant d’eau, ce qui permit à Eeva de l’échouer sur la berge. Le drakkar fonça droit sur la plage où les gens s’enfuirent en hurlant, les voiles étaient noires et le sang de beaucoup ne firent qu’un tour… Sur la proue un dragon était sculpté, donnant directement son nom de drakkar au navire. Alors qu’il avançait, Eeva descendit l’ancre avant la plage tout de même… Histoire de ne pas être bêtement coincée sur celle-ci au moment de partir. Le curieux se rassemblaient en bande, mais à l’écart du bateau. Sur le seul côté visible, on vit une forme rouge descendre une barque et ramer jusqu’à la plage.

Eeva l’atteignit finalement. Elle avait l’air différente. Déjà, elle avait changé son habit d’arène contre une tenue, sa tenue, destinée à la mer. Des bottes noires, un pantalon gris-brun surmontée d’une ceinture noire à boucle et un débardeur rouge sang, ses cheveux relâchés volant au vent. Elle descendit avec la prestance de son ancien métier et ordonna aux autres de monter à bord. La barque fut menée au navire qui mouillait patiemment où la Momartik les attendait. La rousse, qui semblait comme en transe et mue de l’immense joie de retrouver son océan, se coiffa d’un tricorne. Elle semblait électrique, alors qu’elle s’installait à la barre.

« Levez l’encre ! Hissez les voiles, étarquez-les ! » Criait-elle.

Sur son visage, tourné vers « son équipage », on pouvait voir qu’elle ne jouait pas un rôle, Eeva ne s’amusait pas… Elle était au contraire extrêmement sérieuse. A sa ceinture, elle sentit remuer trois de ses quatre œufs et eut un sourire en coin en se tournant alors vers l’horizon. Il y en avait trois qui avaient reconnus… Ils savaient, ils étaient en mer et repartaient vers l’océan et même à l’intérieur de leur coquille, cela semblait les remuer. Le Nostenfer, qui volait autour du mât détacha les voiles et les attira fortement afin de les tendres et que Juliette les fixes, pendant ce temps là, avec une certaine excitation, La femme-pokémon remontait l’ancre.

« Momartik ! » Dit Eeva après un moment, alors qu’ils voguaient enfin sur l’océan. « Prend la barre. »

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 414

Fiche de personnage
Points: 200
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Juliette Sevaltico le Lun 22 Aoû 2011 - 22:00

La rousse, égale à elle-même, avait décidé de planter Juliette ainsi que sa Pokémon hybride pour partir chercher une embarcation qui les conduirait à la relique divine. Elle s’était envolé sur le dos de son Nostenfer, indifférente de ce que penserait la blonde. Durant son absence, Juliette avait regagné la plage sous les regards insistants des plagistes. De longs chuchotements circulaient dans les rangs de touristes, des rires et des gloussements ridicules également. Riaient-ils d’elle ? Cette question tarauda la noble. Elle n’en pouvait plus d’entendre ses gens casser du sucre sur son dos. Ses poings se serraient, son visage se crispait. Son Pokémon psychique comprit rapidement et créa une entrave mentale autour de lui et sa dresseuse, empêchant ainsi Juliette d’entendre toutes les paroles prononcées en dehors du bouclier.

Désormais au calme, Juliette s’assit et se relaxa, regardant la Pokémon humanoïde dans la mer. Cette dernière avait de l’eau jusqu’à la taille et restait impassible face à l’horizon. Elle scrutait la ligne qui séparait l’eau du ciel et Juliette se mit instinctivement à l’imiter. Elles regardaient ensemble, sans le savoir, le même point. La blonde se mit à penser à ceux dans quoi elle allait s’embarquer. Elle allait partir en mer, pour la première fois d’ailleurs, avec une fille qui la détestait ou au moins la méprisait. Bien sûr, Flagadoss ferait tout pour la protéger, mais l’enfance de la femme fut nourrit par les récits de marins qui décrivaient les horreurs vécues pendant leur traversée maritime… Oui elle avait peur, mais à quoi ça sert la peur ? Maintenant qu’elle était une femme, la peur n’avait plus de place dans sa vie.

La blonde caressa le crâne de son Pokémon rose et lui pria de cesser de maintenir le champ de force, ce qu’il fit sans se faire prier. Elle se releva et jeta un regard glacial aux quelques mauvaises langues se trouvant dans l’assemblé de curieux. Elle s’avança vers la mer et arrêta sa marche quand elle découvrit un imposant voilier arriver droit vers la plage. Une femme se trouvait à la barre. Juliette sourit. Cette Eeva était décidément pleine de surprises. La pirate descendit l’encre et rama dans une barque pour atteindre la plage.

La rousse était impressionnante. D’une façon, elle n’avait pas vraiment changé si ce n’est ses vêtements, et pourtant, on aurait dit qu’elle était une autre personne. Elle avait l’air… Heureuse. Oui, heureuse, voire excitée à l’idée de partir voguer en mer. Quand la championne arriva sur la plage, Juliette monta dans la barque, un mélange d’anxiété et d’excitation dans le ventre. Flagadoss, quant à lui, préféra nager jusqu’au drakkar. Bien que le Pokémon symbiose était amphibie, l’eau restait son élément de prédilection. Sa dresseuse avait tendance à parfois l’oublier, le forçant à rester sur la terre ferme des heures durant. La barque fut ramenée au voilier de guerre et la blonde y monta aisément pour se poser à côté de l’humanoïde.La rousse se coiffa d’un tricorne et haussa la voix pour ordonner le levage de l’encre et le hissage des voiles. Eeva était plus que sérieuse, elle ne s’improvisait pas pirate, cela se sentait. La chauve souris de la championne détacha les voiles et vint les tendre à Juliette. La blonde les attacha solidement à une poutre horizontale se trouvant à la base du mât. La Momartik remonta l’encre avant de prendre la barre sous l’ordre de sa dresseuse. Le navire commença son périple dans l’océan.

La traversée s’annonçait sans difficulté. Le ciel, sans nuages, promettait même un agréable voyage. Les deux femmes faisaient entièrement confiance à la Pokémon bénie de Célébi qui les guidait à coup sûr vers l’objet divin. Durant les deux premières heures, Juliette s’assura que son Pokémon suivait bel et bien l’embarcation et fut rassurée à chaque fois qu’elle voyait le Kokyias se trouvant à l’extrémité de la queue de son Pokémon refaire surface. La blonde était fière de son Pokémon. Lui qui était si amorphe en Ramoloss était devenu un Flagadoss puissant et énergique.

Vint la pluie. Une pluie torrentielle s’abattit sur le drakkar. Le ciel s’était obscurcit de gros nuages déversant un nombre incalculables de kilos d’eau. Alors que tout le monde était sur le qui-vive, Juliette cherchait désespérément son Pokémon rose du regard, pas un signe de présence. Elle était penchée au dessus du bateau, criant le prénom de son Pokémon quand le navire choqua contre un obstacle, manquant de peu de la faire tomber à l’eau.

Un énorme Léviator surgit de l’eau. Et à voir l’expression que le serpent aquatique arborait, il n’était pas là pour s’amuser. Le dragon d’eau passa à l’attaque le premier avec une attaque Hydrocanon. Le rayon d’eau allait s’abattre sur la proue du bateau quand quelque chose le stoppa. Une sphère lumineuse contra l’Hydrocanon. L’effet de l’attaque absorbée, la sphère disparut. Flagadoss se trouvait là, lévitant grâce à ses pouvoirs psychiques au dessus du dragon taillé sur la proue. Il avait utilisé Abri, protégeant le navire. Juliette sourit une nouvelle fois. Oui, elle était fière de son Pokémon. La blonde rejoignit Eeva.

« Que dis-tu d’un combat contre ce dragonnet d’aquarium ? »

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 42
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Eeva Slanzar le Dim 28 Aoû 2011 - 18:57

Eeva en avait essuyé des tempêtes en mer, mais elle n’avait pas peur… La mer était son domaine depuis toujours, ou du moins, depuis la moitié de sa vie, peu importe ce qui sortait de l’eau, des ouragans, des tsunamis ou un kraken géant ! Elle continuerait de voguer sans se retourner. En fait, dès l’instant qu’ils filaient vers l’horizon, Eeva n’avait d’yeux que pour le large. Cela faisait bien longtemps qu’elle ne s’était pas vraiment retrouvée en haute mer… pas juste pour le traverser et rentrer, mais bel et bien partir, sans avoir aucune idée de ce qu’on faisait, avec cette notion de dangereuse aventure. Son air s’assura, cela datait d’avant qu’elle ne reprenne l’Arène… Evidement, ce n’était pas écrit sur son front qu’elle avait été pirate, pas plus que son vocabulaire ne le signait, n’importe quel marin parlait de la même façon. Mais tous n’avaient pas la même avidité dans le regard, une soif incontrôlable de liberté et un goût du danger aussi prononcé. Il fallait être un peu cinglé pour être pirate… N’avoir rien à perdre ou trop aimer sa liberté. Le vent gonflait les voiles et le drakkar filait, tandis qu’Eeva restait immobile à regarder droit devant eux. C’est ce moment où tout était parfaitement calme que la Momartik-Humaine décida de chanter. Le Nostenfer, qui supportait mal le jour, finit par rentrer de lui-même dans sa balle, mais il fallait dire que sur la mer, le soleil tapait particulièrement fort. C’était pourquoi Eeva avait changé de vêtement et malgré les mois passé à Fla’Or, sa peau avaient encore les marques du soleil, accumulées depuis des années. Mais alors qu’elle s’était accoudée au bastingage, Eeva se retourna assez brusquement et bondit presque sur sa pokémon.

« Le Roi et ses pairs ont enfermés la Reine, à bord d’un bateau de plomb. Nous naviguons et par ses pouvoirs, Moi et mes frères vogueront… Yo ho, sur l’heure, hissons nos couleurs… Hissez ho, l’âme des pi… Hé ! » Chantait la Momartik, jusqu’à ce qu’Eeva ne l’interrompt.
« Mais tu vas te taire, oui ? » Lança Eeva discrètement. « Tu veux nous envoyer la potence ? » Finit-elle entre ses dents, espérant que Juliette n’avait prêté garde aux paroles.

Car oui, ce que chantait la pokémon avait de quoi effrayer, il n’était pas prudent de psalmodier certaines paroles… Les chansons pirates, dont celle-ci des plus connues dans ce monde très enfermé attirait l’attention. Tout pirate qui l’entendait s’intéressait dès lors a celui qui osait la chanter. Il allait sans dire que toute personne sensée représentée l’autorité aussi. Rares étaient les « gens du peuple » qui savaient cela, mais une simple chanson pouvait vous envoyer à la corde. Evidement il fallait des preuves et a priori, personne n’en avait sur Eeva, mais ça n’était pas une raison pour attirer l’attention. Si elle avait entendu, la jeune fille pouvait tout aussi bien se dire qu’Eeva était un peu superstitieuse et craignait d’amener des personnes indésirables jusqu’à elles. Mais la faute, à vrai dire, n’en revenait sans doute pas à la pokémon : elle avait simplement dû entendre Eeva la fredonner distraitement… Quoiqu’il en soit, la rousse, faisant mine de rien, vérifiait que tout le monde était bien là, que le Flagadoss suivait bien et c’était probablement le cas, si elle se fiait au sillon dans l’eau et au Kokiyas qui apparaissait de temps à autre. Tout allait bien jusqu’à ce que la pluie ne se mette à tomber. Eeva rappela ses pokémons restant, du moins, le Pomdépik qui risquait de tomber à la mer et de se noyer, car avec les vagues, le bateau commençait déjà à tanguer. Le Motisma pouvait bien rester dehors, ce n’était pas tellement gênant puisqu’il lévitait. Eeva tenait bon et avant que les choses ne deviennent dangereuse, s’encorda au mât. Elle dû aussi rattraper Juliette par le bras, qui s’était dangereusement penchée et qui manqua de tomber à l’eau. Elle lui conseilla par ailleurs, d’en faire autant si elle ne voulait pas finir au bouillon, tout en marmonnant quelque chose qui semblait vouloir dire qu’on ne savait jamais quand les gens honnêtes allaient faire quelque chose d’incroyablement stupide (comme se pencher par-dessus bord alors que la tempête se levait), mais plus pour elle-même que Juliette. Elle lui cala dans les mains également un couteau.

« Pour le cas où on coulerait. » Dit-elle, sans chercher à rassurer la blonde.

Mais c’était vrai, il fallait penser à se détacher dans ce cas là… Puis le bateau sembla sombrer d’un seul coup, il plongea la proue en avant, puis fut violemment rejeté en arrière. Heureusement, la corde était solide et même si elle lui blessait la taille, Eeva s’en sortait bien. Les deux spectres lévitait, mais dans un cri apeuré, la Momartik avait rejoint Eeva. Une gigantesque colonne d’eau se dirigeait vers eux et derrière, une ombre véritablement monstrueuse. Eeva n’avait pas besoin de plus pour savoir, mais en revanche, il sembla que le Flagadoss fut le plus rapide en contrant l’Hydrocanon du Léviator. Pour preuve que Juliette allait bien, elle lui proposait de défier le dragon d’eau. Dragonnet d’aquarium ? Eeva n’aurait pas dit ça… Elle aurait plutôt parler de ver de mer, mais passons. Ce Léviator l’encombrait et elle allait le dégager de son chemin. La logique aurait voulu qu’elle ne choisisse Motisma, car une attaque électrique pouvait vraiment aider. Sauf qu’elle ne le fit pas.

« A toi de jouer. » Dit-elle à l’hybride.
« Quoi ? Mais tu vas pas m’envoyer moi ? »
« Tu es un pokémon, un pokémon d’Arène qui plus est, de toute façon tu y vas et c’est marre ! »


L’Hybride résistait en s’agrippant à Eeva, mais celle-ci fini tout simplement par la jeter à la flotte. Evidement, comme elle lévitait, elle ne tomba pas dans l’eau mais put lancer un regard à Eeva en reprenant un peu d’altitude.

« Mais je suis en Humain ! »
« On s’en fou, attaque ! Commence avec Poudreuse, ça devrait le ralentir, tant que le vent est avec nous ! » Criait Eeva, couvrant le bruit de la pluie.

Une neige violente commença à s’abattre sur le dragon…

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 414

Fiche de personnage
Points: 200
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] La vie s'écoule, tel un fleuve. [Juliette/Eeva]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum