[ Clos ] Un enfant dans la plaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Un enfant dans la plaine

Message par Ys Ker le Ven 16 Déc 2011 - 15:07

2. Insister sur la psychologie du personnage.

Perdu dans l’infini, deux êtres pleuraient. Un petit garçon car il était perdu, et une Tadmorv, car elle croyait avoir perdue son unique amour. Au loin le soleil fait ces premiers pas dans le ciel.
Ce fut Antiflheureuse la première qui remarqua l’autre, de l’autre coté de la colline. Elle la gravit, en pensant à Ys, et ce qu’il ferait. Mais Ys n’était pas là, et cela la rendait triste. De l’autre coté, un jeune humain d’à peine une dizaine d’année. Son bras portait des traces de morsures profondes. Elle prit sur elle et sécha ses larmes. Après tout, elle s’était bien promit d’aider les gens pendant son voyage, un peu comme Ys. Et si un sauveur arrivait en pleur, c’est lui qu’on risquait de sauver. C’est pour cela qu’Ys ne pleurait jamais. Il était toujours près à sauver les gens. Mais pourquoi pensait-elle à Ys. Elle devait devenir indépendante, et ne plus dépendre de lui.

-Tad’morv

Une fois son bonjour lancé avec la voix et un mouvement de main, elle descendit lentement la colline. L’enfant eu un mouvement de recul, et regarda à droite et à gauche apeuré.
Antiflheureuse eut peur qu’il ne prenne peur. C’était normal, tous les humains ou presque n’aimaient pas sa race. Elle se décida de ne pas l’effrayer. Elle s’arrêta et lui refit bonjour de la main.

Le garçon fut surprit et se désigna du doigt :

-Moi ?

-T’dmorv.
(Bien sur.)

La réaction de l’enfant étonna la Tadmorv.  

-Bonjour Pokémon que je ne connais pas.

-Mos, c’est Antiflheureuse
.

-Je m’appelle Frédéric.

Il sniffa, et tenta de faire disparaitre les larmes avec le dos de sa manche.

-Dis, tu n’aurais pas vu un Caninos d’en haut ?

Antiflheureuse fit demi –tour, et s’arrêta.

-Attend Pokémon. Je … J’ai …

La Tadmorv s’arrêta en haut et regarda tout autour d’elle. Pas de Caninos, ni même de maison. En fait la seule chose qui dénaturait semblait être une tache de brulé, cinq cent mètres plus au sud.


Antiflheureuse eut un mouvement de recul. De la surprise plus que de la peur. Elle n’avait pas entendu l’enfant arriver. Elle secoua la tête. Et non, pas de trace de Caninos, ni de présence humaine.

-Cela ne fait rien Anti. Je peux t’appeler Anti, je n’ai pas comprit la suite. Et pas sûr de le retenir si tu me le redis.

Ce coup ci, la Pokémon recula de surprise. Il avait comprit ce qu’elle avait dit. Rare étaient les humains capable de la comprendre. Et la plupart était télépathe. En était-ce un ?

-J’ai dit quelque chose qu’il en fallait pas ?

Les larmes montaient déjà dans les yeux du jeune enfant. On pouvait y lire aussi la peur…

-non, non, tu peux m’appeler comme cela. C’est juste que je suis surprise que tu me comprennes. Tu es télépathe, comme les parents de mon mari.

-Telequoi ? Euh je ne pense pas. Tu es mariée ? Tu es donc une fille ? Moi j’ai bien une fiancée, mais elle ne fait que m’embêter.

Elle décida de lui expliquer.  Elle n’en voyait pas l’utilité, mais Ys l’aurait fait lui.

-Télépathe. Des gens qui peuvent parler sans parole, directement dans ta tête.

Le jeune homme secoua la tête, comme si il rejetait l’idée qu’il en était un. En fait, il s’agissait juste d’un enfant pouvant parler avec les Pokémons.

-Oui, je suis une fille. C’est normal que tu ne la comprennes pas. Moi j’aie quittée mon mari pour une quête initiatique afin de lui revenir plus sure, et surtout plus utile. Il est un futur grand éleveur Pokémon.

-Une quête initiatique ?

Mais il était con, ce gamin, il ne comprenait pas grand-chose. Il commençait à l’énerver. Mais que faisait-il au milieu des plaines.

-Un grand voyage dans le but de devenir plus forte. Tu comprends mieux ?

L’enfant secoua affirmativement la tête avant de dire.

-Dis. Tu peux me ramener chez Moi ? Caninos m’a mordu et poursuivit, et je suis perdu. Je ne veux pas redormir dehors seul une deuxième nuit.

Antiflheureuse était embêtée. Une telle demande, elle ne pouvait laisser passer. Pourtant Ys aurait laissé tombé, et aurait poursuivit son chemin, vu qu’il avait un but à suivre, un objectif à atteindre. Mais non, elle décida qu’elle devait l’aider. Après elle ne pourrais plus se regarder dans une mare, si elle laissait un pauvre enfant humain blessé et triste seule au milieu de nulle part.
Alors comment procéderait Bag pour remonter la piste. Il interrogerait la victime puis observerait
Elle écouta le gamin lui raconter comme il s’est fait courser par le nouveau Caninos familial, en belle ligne droite toute la journée. Ce dernier le mordait ou le brulait quand il s’arrêtait pour se reposer. Et ce matin en se réveillant, et n’ayant pas souvenir s’être couché, il était là, où elle l’avait trouvée.

Pas grand-chose à en tirer. Ys, Bag ou Dym aurait trouvé un indice. Mais elle cherchait toujours. Pourquoi était-elle inutile à ce point là. Ah ce rythme, elle n’arriverait jamais à prouver son utilité à Ys. Pourquoi ne pouvait-elle pas trouver un simple Pokéball au milieu de la neige. Pourquoi. Pourquoi. POURQUO… Mais oui, la ligne droite, les traces de brulé au loin, la colline. Si on traçait une ligne droite, il devrait pouvoir remonter la piste.  Mais étais ce la bonne solution, elle n’en savait rien. Après tout l’humain jugerait par lui-même.

-Regarde par là. Il semble y avoir une tache de brulé. Si Caninos en est responsable alors va vers la tache, et continue après, comme si elle n’était qu’un point de repère. Tu devrais y arriver d’ici un jour ou deux. Si ce n’est pas Caninos qui a fait la brulure, Bah tu es perdu.

L’enfant regarda. Tadmorv pensive se demanda si elle avait bien fait. Elle n’en savait rien. Et même si elle avait émise cette hypothèse, elle était toujours inutile. Elle ne savait pas chasser.

-Dit Anti. Tu pourrais m’accompagner pour vérifier. Je suis un grand, j’ai bientôt 7ans et demi. Mais…

Les larmes commencèrent à couler sur ces joues.

-J’ai mal partout, j’ai faim, et maman me manque.

Antiflheureuse ne put résister à ces yeux de chat botté à moitié en larmes. Son cœur n’y résista pas. Bien sûr qu’Ys et les autres l’aimaient. Ils aimaient bien en elle ce coté maternelle, l’air de rien. C’est à elle qu’ils venaient se confier, enfin pas Ys, qui se confiait à tous pour ne pas faire de favoritisme.  Elle craqua.

-C’est bien parce que c’est vers le bord des montagnes. On m’a parlé d’un port humain, où je dois me rendre. Je dois pour cela traverser un marécage au pied des montagnes.
Bon on avance.


Elle avait essayée de paraitre dur, mais cela ne semblait pas avoir marché. L’enfant était content, mais n’arrivait pas à stopper le flot de larmes de joie. Il s’apprêtait à l’enlacer. Mais la Tadmorv recula.

-Euh évite de me toucher. Cela fait plusieurs jours que je ne me suis pas laver, ma peau doit être plus qu’empoisonnée vu que je n’ai pas prit de bain.

Antiflheureuse qui refusait un câlin. Ys aurait du voir cela. Mais non en fait, Elle ferait tout pour que jamais il apprenne qu’elle avait évité de faire cela à l’enfant pour lui sauver la vie.  Avec ces coupures, ces brulures, et sa fatigue, il pourrait en mourir.

Ils partirent. Antiflheureuse n’avait pas de mal à trouver de la nourriture pour elle. Ce fut plus dur pour le jeune homme. Et sans les conseils éclairés de son équipe précédente, lors de leur survol de la région, elle en aurait été incapable. Elle se rendait bien compte que grâce à son voyage, elle avait des compétences supérieures à ceux de la décharge où elle était née. Mais elle relativisait en se disant qu’elle n’avait aucuns mérite, car les autres lui avaient apprit quasiment tout ce qu’elle savait.  La journée fut longue. Elle regrettait de faire fuir énormément de Pokémons sauvage. Un Ponyta aurait été le bienvenu pour le marmot. Il ne passait son temps qu’à geindre, et à pleurer qu’il voulait voir sa maman. Et il lui racontait sa vie, ne prenant même pas la peine d’écouter ces conseils éclairés.
Le soir tomba, et épuisé, le gamin tomba à terre. Antiflheureuse était soulagé que cela finisse enfin. Elle partit à la recherche d’un ou deux Pokémons sauvages. Elle tomba sur un nid de Rattatta qui s’apprêtât à s’enfuir à son approche. Mais un coup de fatal foudre juste devant eux suffit à les faire attendre qu’elle vienne leur parler.

-Désolé d’avoir dû avoir recours à la violence les gars, mais j’ai besoin de vos services, s’il vous plait. J’ai repérer un arbuste un peu plus loin dont les racines sont comestibles par les humains. Je ne peux creuser, et l’enfant humain qui m’accompagne non plus j’aurais besoin de votre talent pour les récupérer et les lui offrir. Je suis preneuse aussi d’un peu d’eau pour lui. Si vous décidez de refuser, je suis preneuse si vous connaissez quelqu’un qui pourrait m’aider. Sinon, tant pis.

Bag lui avait dit : Si tu veux obtenir quelque chose de quelqu’un, montre ta force en premier temps si on ne veut pas t’écouter. Ensuite quand ils hésitent, parle poliment et pose ta demande, voir une seconde options au cas où ils ne seraient disposé à t’aider eux même. Ne leur empêche pas de partir s’ils ne veulent pas t’aider. C’est comme cela qu’on doit aborder les gens, pas en leur sautant dessus pour faire des câlins.

Antiflheureuse avait à de nombreuses reprises appliquée ces conseils. Cela lui permit de savoir pour Tarouga, ou bien pour les points d’eau, ou les dangers. Mais elle n’en tirait aucuns mérites. C’était un conseil des autres. N’empêche que même sans s’en rendre compte, les Pokémons sauvages avaient un peu moins peur d’elle.

Les Rattatta discutaient entre eux à voix basses. Le plus vieux prit la parole :

- Que nous proposes-tu en échange ?

La Tadmorv n’avait rien à proposer. Elle réfléchit, mais avant qu’elle eue le temps de trouver, un vol d’Etourmis mener par un Etourvol arrivait. Pas le moyen aux Rattatta de se planquer, Antiflheureuse était devant le terrier. L’Etourvol piqua en premier.

-Oh le piaf ! Va jouer ailleurs, on négocie ici.

Elle jeta un Coud’boue en plein dans le visage de l’oiseau. Celui ci en piquer, essaya de redresser, mais il ne put échapper à l’arbre servant de terrier à la famille Rattatta. Les petits Pokémons achevèrent le leader de la nuée pendant que la Tadmorv jetait quelques belles de boue afin de faire fuir le reste du groupe.

L’attaque fut rapide. Pour une fois les Rattatta avaient gagnés. Ils découpaient à grande vitesse le cadavre, et rentraient la viande dans le terrier. Le plus ancien vint voir Antiflheureuse.

-Désolé, je ne peux rien vous proposez en échange du service que je demande.

-De quoi tu parles l’empoisonneuse. Tu nous as débarrassées d’un gène non négligeable. Retourne auprès de ton humain.  On fera le nécessaire pour cette nuit et demain matin. Après vous devrez quitter notre territoire.


La Tadmorv, un peu désorientée, acquiesça de la tête. Elle avait du mal à faire le point. Elle avait réagit d’instinct, comme Il le faisait. Pourquoi, peut être parce qu’elle était la plus à même à ce moment d’agir. Ys n’aurait peut être pas fait cela, mais il aurait approuvé le geste.  Elle prit un morceau de bois, et réveilla l’humain.

-Tu as perdu plus de la moitié de ton énergie à parler. J’ai demandé un service pour ton repas de ce soir. Mais même jeune, tu devrais pouvoir monter un camp le soir. Prend en note. Attend les Rattatta ! Remercient les puis dors là bas à l’abri de l’arbuste. Je te rejoindrais un peu plus tard.
Antiflheureuse se retourna et partit. Elle fit attention de ne pas défaillir devant lui. Elle allait récolter quelques baies, puis se coucherait aussi. Il l’avait épuisé mentalement à toujours parler. Si et tant bien qu’elle ne chercha plus à penser ce que ferais un tel ou un tel, mais agissant d’elle-même.  Une longue nuit l’attendait en perceptive.

_________________
En cours:
avatar
Ys Ker
Informations
Nombre de messages : 558

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 17
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un enfant dans la plaine

Message par Ys Ker le Mar 20 Déc 2011 - 16:28

1. Insister sur la description des lieux et des personnages.

Le matin arriva et un soleil magnifique réveilla Antiflheureuse. Un Rattatac semblait attendre, grignotant un morceau de rocher. De mauvaise humeur, il s’adressa au Tadmorv.

-Bonjour semi Pokémon. La vie avec les humains te fait perdre l’habitude des attaques de nuit. Tu aurais au moins dût utiliser le tiens pour faire un feu.

Antiflheureuse avait horreur de se faire agresser, surtout au réveil.

- Que puis-je pour toi qui me juges sans me connaitre.

-Je voulais te remercier d’avoir pris le parti de mon clan hier. Nous, les adultes étions partis chasser et à cause de la présence de ces Etourmis, nous ne pouvions pas faire grand-chose à quasiment 10 contre un. Ils sont maintenant sans Leader, nous aurons donc plus de chance de reprendre notre territoire.


Le rat semblait mal à l’aise. Antiflheureuse le remercia, lui précisant que son humain à elle, enfin sa meute, sa bande, au choix, se trouvait à plusieurs semaines de marches, plein nord.  Son maître devait se trouver très loin, au-delà de la frontière humaine, ou bien de la forêt. Elle ne faisait que rentrer dans un lieu, où il pourrait la retrouver, une fois son voyage finit. Son humain était son chef de meute à elle. Elle n’insista pas beaucoup plus. Un tel concept était difficile à comprendre pour des Pokémons sauvages. Ils se quittèrent et la Tadmorv réveilla l’humain.

-En route, on n’est pas encore arrivé.

La route leur parut longue. Une plaine presque à perte de vue, des traces de passages et aucune idée d’où ils se dirigeaient vraiment. Cela voulait dire que soigner, ce gamin devait courir vite. Mais blessé, il n’avançait pas. Il s’appuyait du mieux qu’il pouvait sur un bâton. Il avait fini par ravaler ses larmes et ses paroles, la douleur étant trop forte. Il est vrai que ses ampoules éclatées ne devaient pas aider, mais aucun des Ponyta rencontrés n’avait voulu l’approcher. Il faut dire qu’à tous les deux, ils faisaient peine à voir. L’humain était blessé, mal en point, malade pour quelqu’un qui ne connaitrait pas sa condition. Et elle, couverte de saletés, ne donnait pas plus envie d’approcher. Ils rencontraient bien quelques flaques, mais juste assez pour que l’humain et elle, ils se désaltèrent un minimum.
Mais la chance était plus ou moins de leur côté. Ils sentirent la douce odeur d’un bois qui brûle, avant de pouvoir voir la ferme. Ils avaient dévié d’un bon quart d’heure, en suivant l’intersection des montagnes et du marécage.  Le vent soufflait de la ferme vers eux, cela cacha en partie leur approche par les chemins de traverses. L’enfant voulait couper directement à travers, mais Antiflheureuse lui rappela que là où elle passait, la végétation avait tendance à mourir et la terre être improductive. La terre devait être fertile dans le coin, car le blé commençait à être suffisamment haut pour cacher leur approche.

-Une deuxième récolte cette année à dit papa. Après faudra laisser la terre se reposer.

Fréderic s’écroula.

-On est presque arrivée, mais je n’en peux plus. Il me faut me reposer un peu. Avance prévenir si tu veux.

Antiflheureuse parti donc prudemment en éclaireuse. Elle n’avait pas rabâché à l’humain que les gens ne l’aimaient que peu, mais bon. Il avait dû remarquer que chez les Pokémons, cela était peu le cas.
Son approche discrète fut une aubaine pour elle. Un Caninos était bien présent à l’attache. Son pelage tigre entre roux et blé semblait avoir subi un arrachage forcé par endroits. Il était à la laisse d’un corps de ferme. A première vue en faisant le tour, pas moyen de rentrer autrement que par le porche que gardait le chien. Il y avait bien un moyen d’accéder à la toiture, mais de là, il faudrait redescendre dans la cour, donc à portée de morsure.
Son exploration ne passa pas inaperçu et quand elle revint aux champs, elle entendit une voix grave aboyer :

-Qui va là ? Je sais qu’il y a un Pokémon du marécage dans le coin. Qu’il se montre.


Elle s’approcha par le tape-cul près du mur pour se montrer, mais resta suffisamment loin pour ne pas se faire attaquer par une lance de feu.

-Une Tadmorv dans un marais, cela devrait bientôt arriver, mais je doute qu’il y en ait. Les miens préférant des endroits plus proches des villes et leur décharge. Je cherchais à savoir si ce lieu était habité. Mais à première vue, cela à l’air. Penses-tu que tes maîtres m’accorderont à moi et à un humain l’hospitalité.

-Ils te l’accorderont. Ici c’est moi le chef. J’ai chassé leur garçon avant-hier. Sur le retour, j’ai reçu des blessures d’une meute d’Etourmis. Maintenant je passe pour un héros. Soumet toi et pour le séjour, je te promets aucun problème. Je parlerais même en ta faveur. Sinon… J’espère que tu as compris ?

-Ils te respectent comme un chef de meute, et pourtant tu es à l’attache ?

-Oui, ils ont peur que je m’enfuis pour rechercher leur fils. Ce Batard voulait me piquer ma place de personne à câliner. Il n’a eu que ce qu’il méritait. Je l’ai perdu, grièvement blessé dans les plaines. Il doit être mort à l’heure qu’il est. Cela te montre bien que je n’aurais aucun scrupule en tant que chef de meute.


Ys aurait dit que c’était un mégalomane, Bag un type à réduire en charpie. Antiflheureuse le plaignait juste, lui et ces grands yeux noirs inexpressifs. En gonflant son poil et en montrant les crocs, il voulait paraitre plus grand, voir plus féroce, mais il n’était qu’une pauvre âme en peine. Ys, avec un peu de temps, l‘aurait remarqué aussi. C’est Lui qui lui avait appris à comprendre le cœur des gens.

-Bien, je vais prévenir mon compagnon. Il chasse peut –être, nous reviendrons quand il aura fini.

Elle oublia sciemment de dire de voyage et menti en lui disant qu’il chassait. Le Caninos découvrirait bien assez tôt quelles ennuies lui ramenait la Tadmorv. Elle parti, attrapant discrètement une couverture qui traînait près du bac à sable. Cela serait une parfaite couverture pour entrer.
Elle rejoint Frédéric avec sa couverture marron. Le pauvre enfant dormait. Il avait beau avoir 7ans, il semblait être un bébé fœtus, replié sur lui-même, ayant besoin d’une personne pour veiller sur lui. Elle ne le réveilla qu’une heure plus tard.

Elle expliqua la situation à l’enfant aux yeux endormis. Ce dernier répondit que malgré ces blessures, il allait tenter de faire le mur, car même ainsi déguisé, le chien risquait de le reconnaitre à l’odeur. Il lui suffisait de trouver un adulte et Caninos serait neutralisé.

Ils avançaient prudemment pendant que le soleil déclinait doucement derrière l’horizon. Le jeune garçon, enveloppé dans sa couverture, reconnue une des deux silhouettes se profilant sur le chemin de terre menant au porche d’entrée. Cet humanoïde, aux épaules carrées et avec une longue chevelure comme cela, cela ne pouvait être que Papa. La deuxième silhouette, cachée derrière le grand panier, n’était pas identifiable avec une luminosité si proche du sol. Elle était en plus dans l’ombre de la première.

Frédéric allait crier pour prévenir son père quand une masse sombre et rougeâtre le plaqua au sol, une patte sur la bouche. Il s’agissait de Caninos, qui ne voyant pas revenir Antiflheureuse, avait senti le piège.

-Je vais te tuer fils d’humain. Je vais te tuer et….

Caninos ne compris pas ce qu’il lui arriva. D’un coup la terre était parallèle à son flanc. Il avait une masse imposante qui l’empêchait de respirer. Mais qui pouvait faire cela ? Le maitre ? Il ne pensait pas, mais il se sentait partir avec cette odeur nauséabonde.

Tadmorv trônait tranquillement assit sur le museau entrouvert d’un Caninos mourant par suffocation. L’écrase face qu’elle avait envoyée n’avait pas été instantanée, le soleil lui ayant, en partie, caché l’action. Maintenant fallait prévenir les parents. L’enfant avait dû faire une mauvaise chute et ne bougeait plus. Et si elle bougeait, elle laissait libre champs à Caninos.
Elle devait donc utiliser une attaque à distance, qui ne soit pas sale. Fatale foudre devrait faire l’affaire. Elle se concentra, appelant en elle la puissance électrique. Un magnifique arc jaune s’échappa de sa personne pour frapper le sol quelque part derrière les clôtures. Cela attira l’attention des humains. Le temps n’était pas à la foudre. Quand ils virent le deuxième éclair s’échapper de derrière les cultures naissantes, ils surent que quelqu’un avait un problème. Les Pokémons électriques ne courraient pas les rues, à l’état sauvage, dans les plaines.

Ils découvrirent dans un choc, une Tadmorv dégoutante assise sur leur Caninos et un jeune humain envelopper dans une couverture.
Depuis que leur fils avait fugué vers le marécage, ils étaient attristés. Les voisins étaient partis se renseigner aux fermes environnantes, mais il y avait de fortes chances qu’il ne soit jamais retrouvé.

Antiflheureuse admira la créature de rêve qui tenait l’enfant. Une dame, près de la trentaine, toute jolie, à la peau rose et ayant l’air douce. Avec sa longue chevelure, elle donnait l‘impression d’une sainte. Le mari, lui, était une armoire à glace. Il sortit la hache de son ceinturon et regarda le tadmorv.

-Descend de mon chien, sinon.

Il balança la hache qui passa près de la jeune Pokémon. Elle essayait, mais eux ne la comprenait pas. C’est alors qu’elle se souvint d’Ys. Elle leva la main, la paume ouverte vers le bucheron. Elle désigna l’humanoïde enveloppé, mima le fait d’enlever la couverture et de regarder le bras.

-Frédéric !

Les larmes coulèrent sur les joues de la jolie Maman. Elle vit aussi, avec horreur, les brulures et les morsures. Elle posa la main sur son front pour dégager ces cheveux et sentit ce qu’Antiflheureuse n’avait pût sentir. : Il était brulant de fièvre.

-Vite il faut le ramener à la maison.

La dame se leva et courut, l’enfant dans ses bras. L’homme regarda le chien et la Tadmorv. Celle-ci descendit. Ce n’était pas la peine d’en rajouté plus pour l’instant.
Elle partit, la tête basse, pendant que l’homme s’occupa du chien presque mort.
Elle partit sans se retourner, vers le marécage. Elle arriverait bien à trouver un coin en chemin pour dormir.

https://www.youtube.com/watch?v=fNg09WYT48I

_________________
En cours:
avatar
Ys Ker
Informations
Nombre de messages : 558

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 17
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum