[ Clos ] Un passé qui ne pardonne pas tout

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Un passé qui ne pardonne pas tout

Message par Ys Ker le Sam 31 Déc 2011 - 18:53

8. Retourner dans son passé.

Antiflheureuse arrivait à l’orée du marécage. Le chien la suivait encore. Elle posa son corps dans un coin tranquille.  Déjà le Pokémon feu parti ramasser du bois pour faire un feu de camps. Elle avait déjà essayé de le semer, même fait des écarts, mais à chaque fois il l’avait retrouvé.

-Que fais-tu ?
-Du feu chef de Meute.
-je ne suis pas Chef de meute. Mon chef de meute est plus au nord.
-tu m’as vaincu, tu es donc ma chef de meute jusqu’à ce que je te vaincs et à ce moment, tu seras sous mes ordres.
-Dans tes rêves….


Le même rituel chaque soir. Mais ce soir-là, le Caninos décida de parler d’une nouvelle chose.

-Bien, je vais donc te conter mon histoire. Tu verras que je puis t’être indispensable après.
-m’en fout.
-Bien alors ferme ta gueule et écoute Immondice de chef de meute.


Le Caninos s’allongea et en déchiquetant les chairs de l’Etourmi qu’il avait capturé.

-Je chui né peut après le vol de mon Œuf dans une pension canine avec de nombreux frères et sœurs. En fait mon premier maître cherchait à refaire sa meute de Démolosse décimé par la guerre. Je naquis joyeux et content d’avoir un maître, mais celui-ci ne fut pas heureux de me voir naitre. Contrairement à mes frères et sœurs, je n’étais pas un Malosse. Mon maitre m’en voulut pour cela. Mais très vite, je sus me montrer indispensable. Je savais trouver des choses cachées. Je chassais avec les anciens. Mais cela ne suffisait jamais pour mon maitre. Il obligea mes frères et sœurs à se battre contre moi, faisant de moi le dernier de la meute. Mais cela me convenait. Et tant que je ramenais des choses utiles, j’avais le droit à ma part de nourriture. Je vécue plusieurs semaines comme cela, recevant une correction si je faisais quelque chose de mal, devant me battre contre mes frères et sœurs jusqu’à épuisement. Mais nous nous soutenions les uns les autres.  Après deux mois, nous fûmes formés au vol. C’est à ce moment-là que les discriminations furent les plus forte. Je n’étais jamais rouspéter pour avoir raté un exercice, le maître ne me donnait jamais de conseil. J’étais le privilégié, celui qui subissait l’entrainement le plus dur en dehors de cela, en devant combattre les anciens et mes frères et sœurs. Et celui avec qui le maitre était le moins sévère. Mais je partageais mon savoir, aidant les autres du mieux que je pouvais. Je savais la jalousie à mon encontre, mais personne ne disait jamais rien. Certes étant le moins fort de la meute, je mangeais en dernier, voir je chassais.  Mais j’étais avec ma famille et mes amis. On se soutenait dans les moments difficiles. J’avais le droit à un traitement privilégié par le maître pour augmenter mon endurance à grands coups de bâton et de caresses/baffes. Le maitre passait vraiment plus de temps avec moi qu’avec le reste de la meute, si ce n’est les anciens.
Je devins très vite le meilleur de ma génération. Je participai même au vol d’autres œufs de Malosse. Le maitre m’offrit même des entraînements spéciaux, où je devais voler le butin et retrouver la horde avec. Quelque chose de passionnant pour un jeune chiot. Certes les caresses ressemblaient plus à des claques, mais j’avais le soutien de ceux de ma génération et la génération en dessous qui ne tarda pas à naitre. Seul les anciens semblaient me mépriser et m’ignorer. Mais je savais qu’ils m’avaient toujours à l’œil.  J’étais devenu dur, pour être comme eux, une vraie teigne pour mes ennemis, n’hésitant pas à user de coups bas pour parvenir à mes fins.
Mais le jour de l’évolution arriva. Mes frères et sœurs se mirent à m’ignorer et le maitre a se consacrer aux générations plus jeunes. Après plusieurs semaines de voyage, nous nous posions près d’une ville. Le maitre, accessoirement, était aussi le chef de meute. Il me donna des missions plus périlleuses les unes que les autres. Je les accomplis toujours avec succès. Mais un jour alors que je revenais avec le butin, je ne fus pas accueillit par le maitre, mais par mes frères et sœurs en mode attaque. Je ne compris pas pourquoi, ils m’en voulaient, ni même pourquoi le maitre était avec d’autres humains. Je fus vite capturé et enchaîné à un arbre. J’apprendrais plus tard que mon maitre m’avait vendu en personne. Et que mes frères et sœurs ne me voyaient que comme un parasite ayant un semblant d’utilité.
Pour punition de mes bons services, le maître et d’autres humains me rouèrent de coups plusieurs jours de suite, pendant que les Démolosses de mon maître prenaient un malin plaisir à m’uriner dessus, comme si j’étais leur propriété. Cela faisait mal sur les plaies ouvertes. J’eu beau me défendre, cela ne faisait qu’empirer les coups de bâton.
Mais mon maître avait oublié qu’il m’avait formé. Je réussis à me libérer et je m’approchai de son camp. J’entendis le plan qu’il hourdissait avec des vilains humains que je ne connaissais pas. Je pris un malin plaisir à faire échouer la tentative de vol qu’il avait organisé dans la grande bâtisse. Mon ancienne meute et les citoyens luttèrent les uns contre les autres. Il y eut beaucoup de morts. J’ai même achevé personnellement quelques fidèles frères et sœurs. Puis je m’enfuis non s’en m’être montré à mon maître prisonnier pour qu’il comprenne ma vengeance. Ce fut le fermier qui me récupéra mourant dans les herbes à plusieurs jours du village. Il m’adopta et me choya. Mais je n’avais pas oublié. Quand le jeune tomba malade, ils me laissèrent tomber pour s’occuper de lui. Je n’allais pas laisser cette génération me voler ma nouvelle meute. Je l’ai donc pourchassé. Mais tu l’as ramené et tu m’as vaincu. J’aie été chassé. Me voilà donc dans ta meute, sans commandement d’humains.


Le Caninos regarda la Tadmorv qui semblait dormir. Il émit un reniflement de dédain et s’apprêta à se coucher quand il entendit.

-Crétin, il est normal qu’une espèce protège ceux de son espèce. Ce n’est pas pour cela qu’ils ne t’aimaient plus. Tu avais guérit, ils ne t’ont pas chassé. Ils avaient surement besoin d’un gardien. Et toi tu as trahi leur confiance comme ton maître envers toi. Et tu veux que je m’apitoie sur ton sort ?  Tu n’es juste qu’un crétin qui a eu une mauvaise expérience de la vie. Tous les humains ne sont pas comme ton maître. Pour l’instant tu es plus dispensable qu’indispensable. Surtout que je me dirige vers une ville humaine, en passant par un lieu dangereux.

Puis Antiflheureuse se tue et s’endormie, laissant le jeune Caninos réfléchir à ses paroles si dures.

_________________
En cours:
avatar
Ys Ker
Informations
Nombre de messages : 558

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 17
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum