[ Clos ] [Event Dialga] Civilité de rigueur ! [Abby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] [Event Dialga] Civilité de rigueur ! [Abby]

Message par Kye le Mar 17 Jan 2012 - 18:25

Cité de l’eau, entourée de multiples cascades. Se situant sur un plateau rocheux entre deux chutes, la cité Arkan semblait être une cité complètement irréelle. Le marchand était enfin arrivé à bon port foutrecul de la bourse ballante ! Kye n'aurait pas rechigné à l'étriper s'il l'aurait fallu, mais elle ne pouvait pas non plus tuer tout et n'importe qui, quoi que... Si, elle en avait déjà effectué l'acte plus d'une foi, tuer une personne par simple colère ou envie. En fait, la plupart du temps ou elle tenait tout en restant calme, c'est que la personne l'exaspérée.
Cette odeur. Quelque chose lui faisait remonter des souvenirs anciens. C'était lui. Cette puanteur subtile, elle aurait pu la reconnaitre entre mille. Aurait-elle l'occasion de reprendre sa revanche ? Douloureuse mémoire qui revient à la surface, ré-ouvrant les plaies de son corps. Son moignon se souvient encore de ce salaud. Qu'elle âge avait-elle déjà avant de perdre cette partie essentielle d’elle-même ?
C'était il y à un peu plus de 5 ans, non ? A force de ne plus posséder ce membre entier elle ne savait plus ce qu'était la sensation d'avoir un bras et une main gauche...

Ô désagréable passé...





Déjà une fine lame alors que la jeune fille n'avait pas encore atteint sa majorité, elle se faisait déjà un nom parmi les chasseurs de têtes. D'ailleurs, elle était aussi considéré comme une potentielle tête à faire tomber car elle remplissait ses contrats un peu trop sanglant pour que cela soit accepté, mais il y en avait toujours pour vouloir donner une mort atroce à certaine personne. Elle ne prenait de contrat que si on la payait dans l'immédiat bien sur, il était si facile de se faire avoir dans ce milieu. Elle s'était déjà fait de nombreux ennemis pour si peu d'alliés, se comptant sur les doigts d'une seule main.

Actuellement, à l'instant présent, sa main gauche aurait suffit pour compter les personnes qu'elle sait qui pourrait l'aider, enfin, n'oublions pas qu'elle ne l'as plus. On dira plutôt que son "reste" suffira à compter. Un moignon, donc une personne : Patronne. Et encore, il n'est pas sur qu'elle vienne l'aider un de ces quatre, premièrement parce que ça lui arracherait la gorge d'en demander, et parce qu'Abby-sama et plutôt du genre à avoir à ses cotés des êtres utiles, ne s'encombrant pas d'être totalement inefficaces.

Oui, elle se revoyait, dans les grandes villes de Terros, ses principaux clients se trouvant précisément dans ces immenses capitales du pays de la terre. Elle n'était pas la meilleure mais certainement pas la pire, elle était connu pour les petites frappes mais bien moins pour les parrains et autre boss mafieux. On ne pouvait que parier sur ses compétences naissantes. Si on devait comparer chaque tueur à gages à une partie de la mort, elle n'en serait que son ongle ou l'un de ses poils. Elle sait tuer, et après ? On ne pouvait pas la considérer comme l'ombre même de la grande faucheuse ni comme la mort même, encore moins sa messagère. Elle n'était pas arrivée aux stades les plus importants de ces castes d'assassin.
A l'époque, elle ne connaissait presque rien de ceux qui souhaitaient l'éliminer, et l'un d'eux avait l'art de le faire de la pire manière qu'il soit. Il ne tuait pas lui même ses proies, il préférait largement qu'elles s'automutilent ou se suicide. Il s'arrangeait pour faire tourner l’esprit de ces victimes dans la pire folie qu'il soit, se donnant tout les moyens qu'il soit pour arriver à ses fins.
Alors qu'elle se chargeait d'éliminer sa future proie, il lui était tombé dessus. Déjà bien dérangé par son arrivé impromptu, elle n'aimait guère qu'on l'interrompt lors d'une de ces "chasses".
Alors qu'elle lui sautait dessus, toutes griffes sorties, telle une chatte en colère. L'homme l'enferma dans sa toile, son piège à présent activé. Le seul moyen de tomber dedans et d’agresser ce type, sinon il n'y à rien à craindre, mais qui pouvait le savoir ?
L'homme l’entraina loin de leur point de rencontres, la narguant et l'énervant au mieux. Sa tactique était simple, amener le misérable insecte au centre de ses fils soyeux pour ensuite injecter son venin à travers une morsure qui sera fatale au microbe. Il n'y aura plus qu'à laisser la proie se débattre avec elle même, s’empêtrer dans la toile et s'étouffer par elle-même. Une araignée, voilà ce qu'il était, une saloperie d'arachnide.
Ses attaques ne sont que verbales, mais elles traversent toutes les carapaces. C'est un personnage dangereux capable de deviner en un cours instant qui vous êtes seulement grâce à quelques-uns de vos gestes. Il n’eut pas de soucis à deviner le passé de la demoiselle et à la cerner alors qu'elle n'avait jamais parlé à qui que ce soit de ce qu'il était advenu dans sa jeunesse.
Le corps exprime l'expérience de la vie, et des mouvements qui nous paraissent tout à fait naturel révèle une myriade d’élément sur notre caractère et nos façons d'agir, d'autant plus quand on se retrouve dans une cage d’où on essaye de s'échapper.
Quand la victime se trouve être un peu trop... sauvage et dangereuse, il n'hésite pas à la rendre encore plus folle en détruisant une partie de son corps.
Un bras de ronce rocheux fit exploser le sol et entoura le bras gauche de la jeune femme. Ses longues épines acérées se plantant dans sa chair tendre. Avant qu'elle n'ait pu réagir, la terre primale qui entourait son membre se mit soudainement en mouvement. Les épines telluriques se déplaçant, naissant à la pointe du tentacule minérale pour mourir à sa base planté dans le sol. les pointes s'enfonçant pour mieux ressortir, arrachant et découpant des lambeaux de chair. En un instant, alors qu'un cri inhumain sortait de la gorge de la jeune fille. Les épines avait réduit son bras en charpie, même ses os avait était touché. Tout ce qu'il restait était une bande de chair sanguinolente. Son bras mutilé avait pris une articulation complètement opposé à la normalité.
La jeune fille hurlait encore de douleur, des larmes de douleur roulant sur ses joues pales. Comment un être humain pouvait pousser de tel mugissement, on aurait dit le cri même d'une âme revenue d'entre les morts. Alors que la jeune fille scandait des appels à l'aide noyés dans le sang qui arrivait dans sa bouche, l'homme prit plaisir à la traumatisé bien plus que cela, la torturant selon son bon plaisir. Il n'avait pas lésiné sur les parties à tailladé, laissant des plaies béantes et sanguinolentes. Alors que son esprit commençait à se tourner vers la folie, elle commença vraiment à délirer.

— Maman ! Retire les cailloux de Nana ! Maman ! Les cailloux !

Atteint un stade non négligeable, elle était revenu à un âge ou elle avait encore sa mère à ses cotés. Douloureux souvenir du passé. Oui, Kye ne fut pas toujours Kye, il avait bien fallu qu'elle change de nom pour se morfondre dans la masse, surtout après avoir perdu son bras. Auparavant, Kye se dénommait Naoto et était une jeune fille comme les autres, enfin, jusqu'à un certain moment de sa vie ou elle dut changer de comportement pour survivre et être libre. A une certaine période de son existence, elle avait du se battre pour en être là ou elle en était aujourd'hui.

Ayant perdu la tête, devenu folle au point d'en appeler sa mère défunte, la jeune fille venait d'atteindre l'état de paroxysme mental que souhaitait son exécuteur. A présent, il n'avait plus qu'à la laisser comme ça. Cependant, s'il partait en la laissant saigner si abondamment, notamment pour son bras devenue une simple loque, elle mourrait d’hémorragie plutôt que par suicide et cela, il ne pouvait l'accepter. Toutes les morts qu'il avait provoqué ne devait être du que par la folie mentale et si ses victimes doivent succomber de blessures, elles ne doivent être que celles qu'ils se seront eux-mêmes infligés.
Afin de la traumatiser encore un peu plus, il soigna ses blessures sans pour autant lui éviter de souffrir encore plus de cette guérison accéléré. Ne parlons pas de son bras. Il avait décidé, non pas de le couper, mais de le faire cicatriser tel qu'elle. à présent, son membre gauche ressemblait plus à une malformation dégoutante de naissance plus qu'à un bras. Il l'a laissa là, sur le sol, à demi-évanouie par cette douleur si subtil.
A son réveil, la jeune fille était encore dans son monde de fou, elle n'en sortirait peut-être jamais. Voyant plus une sorte de branche tordue et pourris plutôt qu'un bras, l'horreur de sa découverte finit d'achever sa condition mentale. Elle s'enfuit, ou plutôt, elle se mit à courir dans tous les sens, sans même regarder ou elle aller. Elle bousculer des gens qui crier de surprise et de peur devant l'abomination de son bras. Elle fonçait contre des murs sans se rendre compte qu'il se trouvait là il y à un instant.
Elle hurlait, telle une démente, courant n'importe comment. Soudaine une image s'imposa à elle, comme un guide spirituel. Une licorne aux crins de feu et au sabot tout aussi flamboyant. Son champ de vision se referma sur cette idée : un fond blanc et la licorne, tout le reste, elle ne le voyait pas. Son subconscient totalement dérouté, ne pouvant se raccrocher à plus rien d'existant, elle se focalisa sur cette équidé majestueux. Quand l'animal courait, elle courrait. Quand il sautait, elle sautait. Quand il mangeait, elle mangeait. Et tout comme lui, elle arracher l'herbe sauvage à pleine dent sans même se rendre compte que ce n'était pas une nourriture pour elle. Nul ne saurait dire si cette licorne était réel ou non, mais c'est peut-être la seule porte de sortie que le reste de son subconscient encore intact trouva pour la sauver et la maintenir en vie.

Quand elle revint à la réalité, tout du moins quand une partie d'elle même se fit au monde actuel, elle put enfin voir le monde. Elle se trouvait dans une clairière, seule, et tout ce qui avait autour d'elle semblait paisible. Quand elle voulut s'appuyer sur ses bras pour se lever, elle remarqua que l'un d'eux ne répondait pas. Quand ses yeux se posèrent sur son bras devenu un souvenir même de sa folie naissante, elle crut qu'elle allait retomber dans ce monde ou elle était une démente. Avant qu'elle ne rechute, elle saisit le sabre, avec son seul bras valide, qui pendait à sa hanche. Elle n'hésita pas un instant à trancher cette partie qui n'était plus une part d'elle.
Quand le membre déjà invalide tomba sur le sol, après un cri qui fit fuir les rares êtres vivants des alentours, elle s'en écarta vivement, voulant s'éloigner de cette abomination et mettre le plus de distance entre elle et quelque chose qu'elle portait en horreur.
Attrapant une poignée d'argile, elle avait du s’arrêter non loin d'un court d'eau, elle appliqua la terre sur son nouveau moignon. Elle en fit durcir la surface afin de former une sorte de plâtre dur à l'extérieur mais parfaitement mou à l'intérieur. L'argile ayant de grande propriété de guérison, comme soigner les fractures, la guérison de sa plaie ne devrait pas prendre trop de temps.
Dans ses mains, elle put voir son ancienne lame qui avait du être brisé en deux car elle était de la taille d'un grand tanto, soit plus ou moins 50 à 60 cm. Cette nouvelle forme pèserait moins lourd et lui serait bien plus maniables avec son seul bras. Cependant, elle devait en trouver une autre, enfin, elle ne penserait pas à cela avant un petit moment, elle devait déjà guérir de sa folie, ou un peu tout du moins. Dès ce jour, afin de ne pas rencontrer une nouvelle fois ce type, elle s'était surnommé Kye Zoku.

Douloureux souvenir. Elle avait survécu, surement une des rares proies que ce type à du laisser filer sans savoir. Il avait du pousser un peu trop son traumatisme, c'est surement ce qui lui à valu sa survie, mais à quel prix.
Actuellement à Arkan, elle pouvait reconnaitre sa trace olfactive. Un parfum qui passerait inaperçue pour ceux qui n'y faisait pas attention, et même quand on se concentrer, le capter parmi les autres odeurs était difficile quand on ne connaissait pas ce type. Elle ne l'avait rencontré qu'une fois, à ses dépends, et se rappelait parfaitement chaque détail. Il faut dire qu'un jour aussi marquant ne pouvait que la marquer.
Aujourd'hui elle le tuerait si elle venait à le rencontrer. Elle avait bien changé depuis son adolescence, plus aussi naïve de sa puissance, elle avait appris à se méfier de tout en vivant dans la nature, elle avait acquis l’instinct, elle était devenue un animal et une bête est imprévisible.

— Abigaël-dono ! Ressentez-vous cette aura étrange autour de la ville ?

Cette fois, Kye ne faisait pas illusion à l'odeur qu'elle avait sentie mais à une réelle sensation, comme si la ville était distordue. Comme cette fois ou elle s'était retrouvé dans une bulle temporelle.
avatar
Kye
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Dialga] Civilité de rigueur ! [Abby]

Message par Abigaël d'Alma le Mar 21 Aoû 2012 - 19:58

La mission était enfin terminée, et le groupe était arrivé à Arkan... Dans un état plus ou moins correct. Mais au moins, ils étaient tous vivants, et c’était déjà ça. Le marchand se sépara bien vite des deux folles, pas fâché de retrouver un peu de solitude après ce voyage pour le moins mouvementé. Abigaël n’eut même pas un regard pour l’homme, trop occupée à laisser ses yeux de bête courir sur la ville qui se dessinait devant elle. Une immense ville avec des cascades un peu partout, voilà le spectacle qu’offrait la capitale du pays de l’Eau à ses potentiels futurs occupants. Mais ce n’était pas vraiment ce qui attirait l’attention de la fille du Duc. Et elle n’était pas la seule à sentir une aura étrange en provenance de la cité. En effet, Kye lui demanda si elle aussi percevait cette distorsion qui leur rappelait ce désagréable entre-temps dans lequel elles étaient restées si longtemps emprisonnées.

« Oui... Y’a un truc qui va pas ici. On va voir. »

Aussitôt dit, aussitôt fait, la jeune noble avança d’un pas décidé vers Arkan, dans l’intention d’aller vérifier ce qui clochait...

La boule de bowling essaye, tant bien que mal, de suivre la patronne. Pas évident, elle pèse assez lourd, et elle est beaaaaucoup moins agile depuis son évolution. Mais bon, il sait pertinemment que s’il ne se magne pas, elle n’aura aucun scrupule à le laisser derrière... Alors il cavale, sur ses petites papattes toutes courtes. Il aurait plus vite fait de rouler, mais il a le tournis après... Et il sent qu’elle est sur un coup, sur cette drôle d’impression qu’il a lui aussi, comme si quelqu’un avait pris les bords de la ville et avait tiré dessus jusqu’à la déformer. Pas trop rassuré, mais résigné, quand même, il tente de rattraper la patronne...

Derrière le Drackhaus, les deux serpents rocailleux suivent, l’un plus « métallisé » que l’autre, mais pas forcément plus rapide. Le Steelix continue à se moquer de son aîné dans un rire sarcastique, et d’une voix rauque (ou rock, comme on veut... BREF) alors que l’Onix kaki fait mine de le bouder. C’est pas tout ça, mais il a pas qu’ça à faire, lui, la patronne trace devant et rentre dans la ville ! Elle va droit sur le « petit souci » que toute la troupe a détecté, à savoir cette bizarrerie dans l’espace d’Arkan. Et pas question de protester : quand Abby a une idée en tête, impossible de l’en détourner. Alors, reste plus qu’à suivre...

Et hop, un beau gosse rouge et brillant qui se pavane, sans lâcher le serpent tout mou qu’il tient dans sa pince. Il faut dire que Kuchimi a renoncé à se débattre, si l’autre bellâtre a décidé de la trimballer comme ça, elle n’a plus qu’à prendre son mal en patience et attendre qu’il daigne la poser au sol. Alors elle tourne simplement la tête pour admirer le paysage. Tiens, de l’eau qui tombe avec plein de bruit… MAIS ! Ils sont arrivés à Arkan ! Ah ben oui, le gros type qui râle tout le temps s’en va avec ses cliques et ses claques. Dommage... Au moins, ça mettait un peu d’ambiance et d’animation. Bon, c’est pas comme si les membres de la Dream Team avaient exactement une vie monotone et ennuyeuse, c’était plutôt un défi de chaque jour avec Abigaël. Et puis les derniers arrivés, la poiscaille et le scorpion, ils sont assez marrants et ils se font souvent engueuler, c’est drôle.

En parlant du scorpion, le voilà qui dépasse tout le monde en cliquetant de ses grosses pattes. Sasori les regarde et esquisse un petit sourire narquois... Avant de se faire remettre à sa place par l’habituel petit tremblement de terre que déclenche la patronne quand elle en a ras-le-bol de voir ses Pokémon se chamailler et l’agacer. C’est au tour de l’Abo de se moquer du gros scorpion, dans une succession de petits sifflements. Mais elle aussi est interrompue par un petit sprint imprévu du Cizayox, qui a toujours l’air de tout savoir avant tout le monde. Abby est coiffée au poteau, l’insecte d’acier rouge file vers une rue toute proche, fait plein de zigzags et s’arrête d’un seul coup. Il se penche, ramasse une sorte d’engrenage tout rouillé et l’examine attentivement.

« Ssssa va, tranquille ? Sss’est quoi ce truc ? Et sssssi tu me lâchais, ce serait sssssympa aussi. OH, tu m’écoutes, oui ? Sss’est pas croyable sssssa ! »

Totalement sourd aux protestations du serpent à sonnettes qui s’est remis à s’agiter dans sa pince, Hagane retourne en vitesse vers sa patronne, en voletant à quelques centimètres du sol. C’est qu’il va finir par lui filer la gerbe, à tracer comme ça... Les couleurs défilent trop vite, impossible de suivre...

« T’as trouvé quelque chose, Hagane ? »

En poussant un « YOX ! » sonore, la mante de métal lui tend le petit rouage, que l’humaine saisit et regarde attentivement. Elle n’a pas le temps de faire autre chose : l’objet décolle soudain, puis s’envole dans les cieux d’Arkan... Avant de rejoindre d’autres rouages et choses diverses qui ressemblent, de loin, à des pièces d’horloge. Lentement, les objets s’assemblent, puis reforment la gardienne et garante du Temps… Une onde de choc gigantesque, et la ville retrouve son état normal, tandis que la Dream Team au complet profite du spectacle.

Pour la première fois, l’équipe d’Abigaël a dégagé une impression d’unité.


TOPIC TERMINE

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 149

Fiche de personnage
Points: 33
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum