[ Clos ] La nuit des vents du Nord

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Yann le Mer 13 Fév 2013 - 23:41

'
Jour 1 -

L'on parle souvent de ces journées d'hiver et à quel point toutes sont rudes et terribles. Je commence à coucher sur le papier ces lignes car je crois qu'il est important pour moi de me souvenir de ce qui dorénavant se produira au cours de ma vie. Voilà une semaine que j'ai quitté la demeure familiale et trois jours que je n'ai plus vu trace de civilisation. C'est le temps qu'il m'aura fallu pour traverser une bonne partie de la forêt. Quelques Marcacrins rares rôdaient de ci-de là sur mon passage mais nul ne faisait attention trop occupés à éviter les tempêtes de neige et de grêle des derniers jours. Les températures baissent et je sens Miriad trembler le long de ma jambe où elle cherche désespérément de la chaleur.
Il y a peu de temps, nous avons vu de la fumée émerger de derrière les arbres. Je suis persuadé que là se trouve notre salut.Il serait temps ; Miriad semble s'affaiblir de jour en jour et ne semble guère supporter le froid qui règne en cette région.
Le couple de fermiers à l'orée du bois nous avaient pourtant prévenu que l'hiver y était rude et, qu'à moins d'y savoir chassé, sa traversé pouvait être périlleuse en cette saison. Ils ont été généreux et nous ont gracieusement fait dont de ces peaux qui nous ont tenu au chaud jusqu'à présent. Mais nos provisions diminuent et à moins que nous ne tombions sur cette auberge avant la tombée de la nuit, notre situation pourrait devenir critique. A leur qu'il est nous sommes là assis sous un hêtre gelé, les jambes en morceau, épuisés. Pourtant je sais qu'il nous faudra tôt ou tard reprendre la route… Mais déjà, le sommeil me gagne. Il faut que je cesse d'écrire, que nous nous remettions en route. Je terminerai ce soir. '


Yann rangea la plume dans son étuis et le feuillet de parchemin dans son sac avant de laisser sa tête glisser contre l'arbre il devait se remettre en route. Mais ce n'étaient pas les flocons qui tombaient en nuées devant ses yeux ni l'épaisseur de neige qui engloutissait ses bottes qui l'y encourageaient… Miriad émit un petit gémissement faible et sans ardeur. Il ne put que grimacer. Pauvre petite chose ; il aurait dû réfléchir deux fois avant de l'emmener avec lui dans cet enfer glacé. Il s'ébroua en frissonnant et se leva ; il sentit chaque vertèbre de son dos craqué. Il grimaça ; il aurait besoin d'un bon lit, cette nuit. Si nuit il y avait, car les nuages se faisaient de plus en plus menaçants. Il leva la tête et regarda au loin. La fumée était toujours là ; bon, il n'espérait qu'une chose, que le brouillard ne tombe pas comme la veille. Ils s'étaient perdus et avaient dû attendre des heures avant de pouvoir reprendre leur route, le temps nécessaire pour avoir de nouveau une visibilité correcte. Les neiges de l'hiver étaient bien périlleuses. Il saisit son bâton et laissa Miriad grimper sur son épaule. Le petit Tarsal tenait plus du Zigzaton, enroulé dans ces vêtements que du… de… et bien, de ce à quoi il ressemblait d'habitude. Yann planta son bâton dans la poudreuse et en puisant dans ses dernières forces reprit sa route. Il sillonna le plus gros du trajet au cours de la journée, seulement perturbé par un troupeau de cerfrousses qui visiblement ne trouvaient le climat guère à leur convenance et avaient toutes les peines du monde à errer entre les arbres, dans la neige.

Le vent se levait et l'on était plus loin de l'heure du crépuscule. Le jour tombait et le froid s'intensifiait, mais il percevait l'orée du bois devant lui. Enfin.

Ce fut alors que les éléments se déchainèrent et que le tonnerre tonna. Un arbre fut foudroyé à quelques dizaines de mètres, et la détonation le fit rouler au sol… Un instant, il ne bougea plus, puis, se releva, en courant, plein de terreur, alors que Miriad tremblait de terreur sur son dos. Le vent commença à se lever et la tempête à s'intensifier. Yann maudissait le jour où il avait décidé de quitter sa demeure pour prendre la route des aventures. Non, certes, il aurait dû réfléchir quelque peu se jour là.

Il courut un instant, puis, s'arrêta, la respiration sifflante, à cours d'énergie. C'était impossible. Jamais, il ne verrait le bout de cette maudite forêt. Miriad sentait cette souffrance, et elle sentait aussi ce froid mordant qui descendait directement du Nord, et elle sentait que Yann était à deux doigts de s'effondrer et d'être enseveli dans la neige… Alors, elle posa ses petits bras sur ses tempes et Yann sentit soudain une nouvelle chaleur affluer en lui. Miriad ne pouvait soigner le corps, mais de toute son énergie elle put détourner l'esprit du jeune homme du froid et de la douleur. Yann sentant se léger regain de vitalité put de nouveau avancer et, pas à pas il finit par se rapprocher de son but. D'abord, il émergea de la forêt pour se trouver dans une plaine où le vent transportait des volutes de flocons et le ciel éclairait sinistrement le chemin à suivre… L'ombre d'un édifice se dessinait au loin. Le répit fut très bref, car, sur son dos, Miriad perdit soudain connaissance et il sentit la douleur lui revenir… Dans un dernier effort il, se traina, les genoux enfoncés dans la neige jusqu'à l'édifice qui lui semblait bien menaçant. Un grand lézard sombre le dévisageait de ses deux yeux, figés et semblait sur le point d'en faire son dîner. Yann était trop fatigué et gelé pour réellement y faire attention, il avança vers la porte en bois sous le porche de l'établissement, le tout peint en bleu. Un regard en hauteur lui indiqua le lieu où il se trouvait : une enseigne, celle de "l'auberge du dragon bleu". A travers une vitre, l'on percevait des ombres qui se déplaçaient à l'intérieur éclairées par la lumière vacillante d'un feu ou d'une lanterne. Son Tarsal emmitouflé dans ses bras et inerte, il tendit la main vers la poignée et ouvrit la porte. Il sentit une vague de soulagement quand la chaleur de la pièce l'engloutit. Ce fut à cet instant que son corps sembla prendre conscience de toutes les limites qu'il avait outrepassé ce jour. Sous quelques regards ahuris, il s'effondra sur lui même, face contre terre, aux portes de l'inconscient, sans force. Il sentait Miriad contre sa poitrine qui avait émis un faible mouvement ; tout allait bien. Ils étaient sauvés. En théorie…


Dernière édition par Enigma le Ven 10 Juil 2015 - 12:52, édité 4 fois (Raison : Orthographe, fautes de frappe)
avatar
Yann
Informations
Nombre de messages : 5

Fiche de personnage
Points: 19
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Mariza le Sam 16 Fév 2013 - 12:23

Après quelques temps passés à me détendre à Comodo, puis des déambulations de ça de là au Sud du pays, j'avais repris ma quête première : chercher des informations sur l'homme appelé Gareth Ivanoé. Ma mère m'avait dit avoir appartenu à la noblesse de Mizuhan, ou la haute bourgeoisie, mais peu importe. Je décidai donc de me mettre en route vers le Nord, vers la capitale du pays, la Cité d'Arkan. Peut-être aurais-je ainsi pu en apprendre plus sur sa jeunesse, sa famille, donc, par extension, sur cet homme.

Chemin faisant, je notai que de jour en jour, de pas en pas presque, le temps fraîchissait. J'avais quitté les miens vers la fin de l'été et avais ensuite pris du bon temps pendant une période plutôt longue. L'hiver approchait, et le climat du pays de l'Eau n'était pas partout le même. La douceur des plages du Sud était remplacée désormais par le rude froid des plaines. Je me rendis rapidement à l'évidence : si ma tenue, légère et provocante, avait été plus que suffisante jusqu'alors, j'allais devoir en changer si je ne souhaitais pas mourir de froid. Et, effectivement, je ne souhaitais pas mourir de froid. Par chance, et même si je m'étais beaucoup détendue ces derniers temps, je n'avais pas non-plus perdu mon temps sottement et avais gagné de quoi vivre raisonnablement bien pendant un certain temps. Je pus donc m'acheter de quoi rester au chaud, dans une petite bourgade.

Une des étapes sur ma route était une auberge assez réputée, généralement bien fréquentée. L'Auberge du Dragon Bleu. De quel genre de Dragon il pouvait bien s'agir, je n'en avais aucune fichue idée et m'en fichais comme de l'an 40. Mais je pensais pouvoir y trouver quelques renseignements. Ou, à défaut, un peu de divertissement.

Il neigeait lorsque j'arrivai. Je parvins à rester sèche, grâce à ma maîtrise de l'Eau, mais je ne pouvais éviter la sensation de froid. Des panaches de buée s'échappaient de ma bouche à chaque respiration, et je fus de nouveau bien contente d'avoir acheté de quoi me changer. Heureusement pour moi, l'Auberge n'était plus très loin. J'en voyais les lumières et la fumée qui s'échappait de sa cheminée à quelques centaines de mètres devant moi. J'imaginais déjà avec délice la chaleur confortable que j'allais pouvoir y trouver. On a beau passer sa vie entière dans la nature, il est toujours appréciable de dormir sur un vrai lit.

J'entrai brusquement dans l'Auberge, saluant les clients déjà présent d'un regard aussi glacial que la bourrasque gelée qui m'avait suivie, pour me retrouver face à une étrange spectacle. Je ne l'avais pas vu à travers la neige, mais apparemment quelqu'un était rentré peu avant moi, et s'était effondré au sol. Allons bon, avait-il trop subi le froid ou le vent ? Pauvre chou. Ne me sentant pas plus concernée que cela par cet inconnu faiblichon, je l'enjambai, presque sans un regard, et allai m’asseoir à une table par chance vide. Je laissai la chaleur ambiante me réchauffer les membres, et je retrouvai des sensations dans certains, que je n'avais pas remarqué avoir perdues.

Je constatai que malgré la foule autour du jeune homme étendu au sol, personne n'avait l'air d'agir à proprement parlé, si bien que le pauvre était toujours à demi-conscient et étalé par terre. Prise de pitié malgré moi, j'avisai un des serveurs de l'établissement, et lui fis un signe.

"Eh, toi ! Un saké pour ce jeune homme. De ma part."

L'alcool saurait peut-être réchauffer ce pauvre bougre, auquel cas il irait mieux et cesserait d'attirer l'attention. Comment demander des renseignements alors que personne n'avait la tête à m'écouter ?!

_________________
En cours :
1 RP Simple - 1 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mariza
Informations
Nombre de messages : 97

Fiche de personnage
Points: 52
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Yann le Dim 17 Fév 2013 - 18:44

A mi-chemin dans le tunnel séparant le Conscient de l'Inconscient, Yann se reprenait pour ne pas sombrer. Il lui sembla rester face contre terre une éternité. Seuls le frémissement de ses doigts et les spasmes nerveux de ses jambes indiquaient qu'il avait encore un semblant de conscience. Il sentit à un moment que l'on s'approchait de lui. Allait-on le secourir? Mais non ; on l'enjamba comme s'il fut le dernier des ivrognes. Alors qu'il reprenait peu à peu ses esprits et grognait à cause de la douleur qui lui traversait les côtes et le dos, il vit deux grandes bottes s'arrêter devant son nez et sentit une grande poigne lui saisir le coude et le soulever comme une poupée de chiffon. Il sentit qu'on lui appliquait un petit verre de porcelaine à la bouche et but le liquide qui en sortait, trop faible pour, de toute façon se méfier.

Yann eut le sentiment qu'une vague de chaleur venait enfumer ses poumons et que sentit la trace que le liquide suivait dans son oesophage tel une goutte de lave, qui inexorablement avance en ravageant tout sur son parcourt; il eut une quinte de tout.
Il sentit que l'homme qui l'aider à ce soulever le faisait avancer vers un foyer chaud. Il le lâcha devant le feu d'une cheminée, sur un tabouret. Yann secoua la tête pour retrouver ses esprits et regarda le serveur, un homme bourru à l'air grognon le regarder du haut de sa grande stature. Lui, au milieu du tumulte désigna une table en retrait à laquelle était assise une solitaire :

"C'est de la part de la p'tite dame là bas. "

Il n'eut pas le temps d'émettre un remerciement fiévreux qu'il s'en était déjà allé, lui laissant la tasse de Saké à moitié pleine entre les doigts. Yann se retourna et en frissonnant, la leva vers cette mystérieuse créature pour la remercier de cet acte de générosité. Il but la dernière gorgée. Vraiment fort, ce saké ; il ressemblait à une cocotte minute en ébullition. Sur ses genoux, Miriad semblait s'être endormie, blottie dans ses fourrures et respirait régulièrement. Elle semblait récupérer avec la chaleur le l'âtre. Yann lui caressa la tête, pensif ; ils avaient bien de la chance d'être en vie ; eussent-ils été retardés d'une journée, il eut été fort probable qu'ils aient fini leur voyage sous forme de glaçon au milieu de la forêt. Brr, triste fin. Une vague de sensations contradictoires le traversaient. Il avait tantôt chaud, tantôt froid, et cela fluctuait en diverses parties de son corps. Il espérait ne pas être tombé malade. Il n'y avait rien qu'il détestait plus que de se retrouver cloué au lit, traversé par le frisson et terrassé par le mal de crâne et la nausée.

Il confectionna à l'aide de ses fourrures un matelas improvisé sur lequel blottir Miriad devant l'âtre et la déposa délicatement ici. La petite avait besoin de repos après cette dure journée. Puis il se leva, déterminé à… Mais le paysage de la taverne animé, entre voyageurs qui se retrouvaient, entre les braillards, habitués, qui festoyaient et les trappeurs qui faisaient part de leurs découvertes, ces jours-ci, ce paysage semblait légèrement distordu et, en aucun cas stable. La terrible équation affichait ses résultats : L'alcool fort et un ventre vide font rarement bons ménage. Ajouté à cela la fatigue comme catalyseur et le funeste cocktail risquait de bien vite devenir explosif.

Il fit un pas, peu assuré et sentit la douleur de la marche des derniers jours se réveiller en tout point de son corps. Ses côtes le brulaient, son dos était courbaturé, et ses jambes peinaient à le porter… Grimaçant et secouant la tête comme s'il sortait de sous la cascade, il s'approcha de la table de sa bienfaitrice. Il se porta à son niveau, posa cinq doigts sur la table, et prit vaguement conscience, que lui debout, elle assise, ils devaient avoir l'air sacrément ridicules.

Il leva un doigt à son propre menton, l'air de farfouiller dans ses pensées. Qui était-elle? Elle était belle, ses cheveux lui faisaient penser à la clarté de l'astre sur une rivière de sable fin. Mais sous ses habits chauds, elle semblait avoir quelque chose de menaçant… Allez comprendre ; et la manière dont elle fusillait les alentours, laissaient sous-entendre que… Que le premier qui tenterait l'altercation qu'elle soit de nature verbale ou physique devait s'attendre à ramasser le fruit de son toupet. En clair, des baffes. Et tel était le cheminement de la pensée du pauvre cerveau rouillé de Yann.

Et finalement finit par lancer un :

"Euh…"

Oui, c'est tout, un simple "euh". Car quand un esprit fatigué et un rien rendu joyeux par l'alcool se retrouve dans une situation semblable, deux choses peuvent en émerger. Le flot de parole en continu… Ou, comme dans le cas ici présent, l'explosion unilatérale de tous les neurones débouchant sur un trou noir d'éloquence. Il avait oublié ce qu'il voulait dire.
avatar
Yann
Informations
Nombre de messages : 5

Fiche de personnage
Points: 19
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Mariza le Mar 26 Fév 2013 - 17:17

Le jeunot sembla vouloir s'approcher de moi, marchant d'une façon un peu hésitante. Allons-bon, était-il déjà soûl ? Je n'ouvris pas la bouche le temps qu'il atteigne, tant bien que mal ma table, posant sa main sur le bois brun, et ouvrant la bouche pour parler. L'absence de parole doublée du regard un peu flou qu'il me lançait finirent de me persuader que j'avais raison. Il devait vraiment être affaibli pour se retrouver dans un tel état après une soucoupe de saké. Enfin, pour ce que j'en savais, peut-être que l'alcool de cet établissement était particulièrement fort... Il aurait fallu que j'y goûte moi même pour le savoir. Ceci dit, pour le moment, j'avais un autre sujet d’intérêt devant moi. Je regardai le garçon l'air de lui dire "qu'est-ce que je vais faire de toi ?", et lui tirai une chaise.

"Tu m'as pas l'air très dégourdi, hein ? Allez, assieds-toi. Mange un peu. Ressaisis-toi, on va te prendre pour un simplet."

Bon sang, ce que ce jeune homme avait l'air perdu. Ce n'était sans doute pas à lui que j'allais pouvoir demander quoi que ce soit. Je l'observai, silencieusement, attendant qu'il réagisse d'une quelconque façon, qu'il prononce une parole. Tenait-il si mal l'alcool que ça ? Il allait falloir lui remplir l'estomac, à ce bonhomme. Je fis négligemment un signe à l'aubergiste, afin de pouvoir commander, pour moi et ce garçon. Enfin, fallait pas qu'il espère que j'allais payer pour lui, non plus, mais qu'il se réveille un peu, ça ne lui ferait pas de mal.

"Nous voudrions manger. Le homard pour moi, et un plat chaud pour ce garçon. Et du saké !"

Je partis d'un bon rire, comme si je venais de faire une bonne blague, attirant les regards des clients autour de moi. Parfait, qu'ils me regardent. Peut-être que ça dérangeait mon compagnon d'être en compagnie du centre de l'attention générale, mais moi, je n'avais pas honte de me faire remarquer. D'un geste calculé, je secouai mes cheveux d'or et d'ébène, adressant des sourires ravageurs tout autour de moi. N'importe qui aurait pensé que c'était le meilleur moyen pour avoir des ennuis, lorsqu'on est une femme et qu'on voyage seule... Mais je n'avais peur de rien. J'avais mon arc à portée de main... Et même si je ne pouvais l'atteindre, je réservais quelques surprises... Un certain nombre de couteaux à ma ceinture, entre autre.

Après quelques instants, les conversations autour reprirent, et je cessai mon petit numéro. Je fixai mon compagnon du soir. L'alcool lui avait fait reprendre quelques couleurs, au moins.

"D'où viens-tu ? Drôle d'idée de se promener, avec ce temps."

J'étais, certes, un peu mal placée pour critiquer sur ce point, mais je ne m'étais pas évanouie, moi. Bon, oui, j'avais été bien contente de trouver cette auberge sur ma route et n'aurais sans doute pas tenue très longtemps encore dehors, mais... voilà.
avatar
Mariza
Informations
Nombre de messages : 97

Fiche de personnage
Points: 52
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Minato Nakamura le Mer 17 Avr 2013 - 20:58

Cela a déjà été conté de nombreuses fois : les hivers de Mizuhan étaient les plus redoutables. Déjà gelé rien qu'au niveau des Plaines de la Liberté, Minato, originaire de l'Île de l'Étoile, pensait s'être habitué au froid alors qu'il se dirigeait vers la cité de l'eau. Arkan. Là-bas le temps s'était montré clément, presque appréciable, et il avait réussi tant bien que mal à dérober certaines archives de la ville sur d'anciens dresseurs. Dérobé ; car on se refusa à la lui remettre, cette liste de dresseurs. Du coup il s'était introduit la nuit dans l'édifice. Les gardes d'Arkan avaient failli l'attraper ce jour là. C'était d'ailleurs la deuxième fois de la journée qu'il s'était fait courser par l'ordre public. La première fois il y avait gagné un Magicarpe. Pas vraiment un butin méritant que l'on risque son avenir dans les geôles de la garnison... Il avait agi guidé par ses émotions en voyant un énième escroc vanter par tapis entiers de tissus de mensonges la valeur du poisson cramoisi à un naïf Terrosien amnésique.
...
Drôle de séjour qu'il avait eu.

Il découvrait désormais la rudesse des plaines enneigées, où le climat tentait avec ardeur de le tuer par le froid. La déshydratation rapide résultant du fort vent continu ne posait pas encore problème : il lui suffisait de ramasser de la neige et d'en combler sa gourde vide. Avec la chaleur dégagée de son corps l'eau redevenait liquide et donc buvable. C'était par ailleurs son souci premier : pour maintenir cette chaleur il dépensait une quantité phénoménale d'énergie. Environ le double de la perte quotidienne habituelle. Il se ravitaillait donc beaucoup plus. Il s'interdisait de faire sortir de leur réceptacles protecteurs ses deux Pokémon autrement que pour les nourrir eux aussi, afin d'éviter un gaspillage d'aliments. La situation ne déplaisait pas à Fly au début, mais elle commençait à en avoir ras la crête plumeuse de l'endroit clos. Heureusement elle en avait encore plus marre du froid extérieur et n'insistait pas pour sortir. Quant à Hikai... cela se passait de commentaire. La temporisation n'aurait pu trouver meilleur incarnation charnelle. À se demander s'il était vraiment un féroce dragon en devenir.

Toujours est-il que de son côté Minato subissait les incisions du froid dans ses muscles, les moindres recoins mal abrités de ses vêtements, et que ses provisions atteignaient un niveau dangereusement bas. L'argent n'était pas un problème. Il lui restait des économies de ses parents et il avait pu vendre quelques objets de valeur trouvés sur la route durant son séjour en Arkan. Principalement des herbes médicinales dégôtées sur le territoire Nalcien et particulièrement rares dans Mizuhan. Ainsi que quelques butins de chasse.
La fumée s'échapant par volutes épais et étirés dans l'atmosphère lui indiqua que sa destination était toute proche. Il avait bien besoin de s'arrêter en ce lieu. Autant pour récupérer que pour se ravitailler. Il ne se doutait pas que le lieu serait bien animé, étant donné sa localisation. Il faut croire que les habitants du coin pouvaient endurer une longue marche harassante pour déguster les plats chauds et revigorants de l'établissement. Leur morphologie s'était sûrement adaptée au climat guère hospitalier de l'endroit, et ils ne faisaient plus grand cas de la "fraîcheur" de l'air.
Le Nalcien poussa la porte sur ses gonds hermétiques, aussitôt une vague de chaleur l'assiégea et manqua de lui faire tourner de l'oeil tant la différence de température entre les deux milieux était prononcée. Il rétablit son équilibre et referma la porte, qui chuinta en s'encastrant dans les joints isolateurs. Cependant qu'il retirait son épais vêtement avant d'étouffer il se dirigea vers le comptoir. Les clients, ceux qui n'étaient pas encore étalés devant leur alcool, le jaugèrent rapidement avant de reporter leur attention, malhabilement camoufflée, vers une jeune femme à la chevelure dorée et ébène. Une couleur, ou plutôt un mariage de teintes, incongrue. Minato ne l'avait d'ailleurs jamais rencontrée par le passé. Peut-être une coloration. Ou pas. La femme de toute évidence plus âgée que lui et consciente d'attirer les regards exposait une musculature que l'îlien avait déjà vue, pour avoir connu de manière très intime une personne possédant la même. Soudain mal à l'aise, il détourna les yeux de la vénus et se reporta sur le tenancier présent à ce moment là. Il ne voulait pas repenser à ça maintenant. Pas le passé. Lorsque ses lèvres, gercées par le vent glacial, retrouvèrent des sensations il articula, dans la douleur et d'une voix rauque, sa commande au barman.

"Le menu du jour s'il vous plaît."

Son plat arriva peu de temps après et passa des mains de l'homme au bois verni du comptoir. Ce dernier aussi jetait parfois de discrets coup d'oeil envers la femme. Et bien ? Les habitués du coin voyaient-ils si peu de voyageuses qu'ils ne pouvaient en détourner les yeux ? Peu crédible. L'intrigante blonde - ou brune ? - avait probablement provoqué leur intérêt d'une manière ou d'une autre. D'un autre côté sa beauté était frappante et même Minato s'en était rendu compte, bien qu'il s'efforçât de ne pas lui prêter une pensée. Ou alors il s'agissait du gaillard en face d'elle. Il l'ignorait ; il avait regardé rien qu'une seconde. Et la douleur physique lui suffisait.


Dernière édition par Minato Nakamura le Dim 28 Avr 2013 - 11:21, édité 1 fois

_________________
Même la pluie ne donne plus l'illusion que je pleure...



En cours :
- 0 RP en cours
- 0 RP solo
- 0 mission
- 0 contrainte
- 0 évènement
avatar
Minato Nakamura
Informations
Nombre de messages : 322

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 22-24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Illumino El Pathos le Mar 23 Avr 2013 - 0:59

[Bon normalement d'ici que j'ai les points pour mes précédents posts, Illumino est déjà Guerrier 1 ici ... donc en clair, si ça tourne mal, il sait se battre ... mais un peu. Comme ça, z'êtes prévenus ! ^^]

Mizuhan, la belle Mizuhan ! Il avait décidé d'écourter son passage à Terros pour venir ici, prendre un peu de recul ... et surtout se faire une petite réputation par-ci, par-là. C'était toujours sympathique d'être connu d'ailleurs, hein ? Alors bon, s'il pouvait obtenir quelques gains intéressants ... pourquoi pas ? Il se trouvait maintenant à l'auberge du Dragon Bleu. Un bel endroit, très admirable et intéressant, vraiment ... très plaisant. Et il y avait plusieurs personnes toutes aussi intéressantes à étudier. Oui, certaines cherchaient des renseignements, d'autres de la compagnie, d'autres quelques échanges commerciaux. Ou alors, tout simplement de l'alcool ou un bon repas à avaler. AH ! C'était la banalité de ce monde.

Des informations, des regards, des oreilles, tout était bon ...à prendre. Il avait remarqué la personne écroulée au sol, l'autre femme qui venait lui offrir sa compassion, un troisième larron. Tellement de personnes intéressantes ... et désireuses de se faire plumer. Car oui, c'était le mot d'ordre. Cela faisait trois bonnes heures qu'il était installé et il n'avait commandé qu'un simple repas pour se sustenter. Bien entendu, hors de question de sortir ses deux pokémon. Ils étaient ses secrets. Pourquoi les dévoiler aussitôt ? Par une erreur hein ? Ca serait tout simplement stupide, vraiment stupide.

La jouvencelle pouvait être une cible de choix. Bien qu'elle était plus âgée que la précédente, rien n'empêchait de la manipuler comme une petite marionnette entre ses doigts. Mais pour cela, il fallait juste une petite chose, la petite étincelle qui lui permettrait alors de savoir ce que cette femme voulait ... car ce qu'elle voulait, il l'avait, qu'importe ce qu'elle désirait. Le tout n'était pas forcément que cela soit vrai, loin de là mais ... il pouvait toujours le faire croire, n'est-ce pas ? Le tout était de rendre la chose plus intéressante. Il suffisait de découvrir le point faible de cette femme, de cet homme, des êtres autour de lui. Ils avaient tous un défaut, un petit quelque chose qui les affaiblissait. Il allait découvrir ce que c'était.


"Hey ... mon gars ... on m'a dit que tu étais là parce que tu avais des informations ... et d'autres choses."

Quelqu'un venait de s'installer en face de lui. Les relents d'alcool étaient toujours présents chez cette personne. Des informations ? Hum ... Pourquoi pas ? Il pouvait toujours jouer le jeu. Cela servirait à attirer le gibier hors de sa tanière. Oui, pourquoi pas ? Il émit un petit ricanement, l'homme reprenant la parole :

"Hey, me fait pas flipper de la sorte ! Je t'ai posé une question, c'est toi ou pas ?"

"C'est le cas ... c'est le cas ... Qu'est-ce que je peux alors faire pour toi ? Dis-moi tout ... tout simplement."

Il se retenait de rire. L'homme, avec l'alcool dans le sang, serait un met de choix pour débuter la lente et délicieuse dégustation qu'il venait de commencer dans l'auberge. Peu à peu, les têtes allaient se tourner, peu à peu, les oreilles allaient se tendre, cherchant à écouter les moindres brides de conversation entre lui et son interlocuteur encapuchonné. Oui, l'être alcoolisé n'intéressait personne ... c'était un poivrot comme tout le monde en voyait tous les jours. Mais maintenant qu'il venait de commencer une conversation avec Illumino, il était devenu tout de suite plus légitime à leurs yeux. Nul n'avait osé faire ne serait-ce qu'un premier pas ... sauf lui maintenant. L’amorce était lancée. Quel poisson allait être le premier à mordre ?
avatar
Illumino El Pathos
Informations
Nombre de messages : 159

Fiche de personnage
Points: 160
Âge du personnage: ?? (Dans la trentaine en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Mariza le Sam 27 Avr 2013 - 16:19

Le garçon n'était pas très bavard, c'était le moins qu'on puisse dire. Il avait fini par s’asseoir face à moi, d'une façon hésitante, comme perdue. Et il n'avait pas daigné répondre à mes questions, peut-être encore sous le choc du froid, de la fatigue, voire de l'alcool. Je soupirai. La soirée, avec un tel compagnon, n'allait pas être très divertissante. Je décidai finalement de l'ignorer. Il n'était, après tout, qu'un inconnu assis à ma table, pour manger son propre plat. Songeuse, j'observai la foule en silence, repérant les ivrognes, les charlatans, les escrocs, les cœurs à prendre, les voyageurs surpris par le froid. Ce soir là, ils n'étaient pas des plus nombreux, étonnamment. Néanmoins, la salle était presque pleine. Si cela augmentait les risques de faire des mauvaises rencontres... Ça me donnait aussi plus de chances de trouver ce que je cherchais.

Une serveuse vint m'apporter mon saké, m'annonçant qu'il allait falloir attendre pour le plat. Vu la foule, cela ne m'étonnait pas, mais ne posait pas de problème. J'avais tout mon temps. Je bus délicatement la coupelle pleine d'alcool, appréciant la sensation de brûlure qui en résulta à l'intérieur de ma gorge. Bon. Il allait être temps de se bouger un peu. Sans aucune gêne, je montai sur la table, debout, dépassant alors largement même le plus grand des bonhommes présents ici. Puis, d'un sifflement bref, bruyant, j'attirai l'attention de ceux qui n'avaient pas encore tourné la tête pour me regarder.

"S'il vous plait !'

La vision d'une jeune femme, grande, blonde, et relativement court vêtue, debout sur une table en train de les interpeller, acheva de faire taire les dernières conversations. Tout le monde me dévisageait alors, avec interrogation, perplexité, surprise. On aurait pu entendre une mouche voler pendant quelques secondes, jusqu'à ce que l'aubergiste, peu habitué à ce qu'on monte sur ses meubles, apparemment, s'avance vers moi, l'air furibond.

"Non mais dites donc !"

"Silence !"

Choqué de se voir répondre ainsi, il n'ajouta rien et s'immobilisa. J'en profitai pour adresser à toutes et tous mon sourires le plus séduisant.

"Je cherche un homme. Un homme du nom de Gareth Ivanoé. Si quiconque sait quelque chose à son sujet, qu'il vienne m'en faire part. Merci pour votre attention."

D'un bond, je me laissai retomber au sol, avant de me rasseoir. La plupart des conversations reprirent l'air de rien, mais déjà un jeune homme, de plusieurs années mon cadet, s'approchait de moi, un éclat lubrique dans le regard.

"Eh, ma toute belle... Je m'appelle justement Gareth Ivanoé. Pourquoi me cherches-tu ?"

Tout en m'adressant ces quelques mots, il commençait déjà à me frôler la joue du doigt, les yeux fixés sur mon décolleté profond. J'observais son visage, le laissant faire. Je ne m'attendais pas à avoir une véritable information aussi rapidement, et j'étais même préparée à ce genre de cas. Il n'y avait vraiment aucun moyen pour qu'il soit l'homme que je cherche, même si j'ignorais tout de lui. Mon... frère... était supposé être plus vieux que moi, pour commencer. Et je ne retrouvais aucun des traits de ma mère dans ce visage vulgaire, à l'expression de désir bestial mal camouflée.

"Je ne crois pas... que tu sois celui que je cherches, non."

"Ah oui ? Mais peut-être que... je saurais te donner plus... que ce Gareth."

Ses doigts avaient glissé, sans aucune tendresse, dans mon cou, sur mon épaule, et se rapprochaient lentement de la courbe de ma poitrine. Je souris du ridicule de ce jeune homme, un enfant encore, qui croyait pouvoir me séduire ainsi et m'apporter le moindre intérêt, le moindre plaisir. J'entrai dans son jeu, pour mieux lui apprendre sa leçon, et posai ma main sur la sienne, la pressant délicatement contre mon corps, en susurrant tout bas. L'autre bavait presque de désir.

"Peut-être, oui... Mais, tu sais... Si tu continues ainsi..."

Ma seconde main, auquel il n'avait pas prêté la moindre attention jusqu'alors, refit son apparition pour plaquer la lame métallique d'un poignard contre son poignet, lui arrachant un hoquet de surprise. Ma voix n'était plus du tout susurrante lorsque je repris la parole, mais glaciale.

"Tu risquerais de ne plus jamais pouvoir toucher la moindre poitrine avec cette main là. Pigé ?"

Le jeunot n'osa pas répondre, choqué, et je repoussai sa main grossière sans façon, ne lui accordant plus la moindre once d'attention. J'espérai ne pas avoir à subir trop de choses de ce genre, ce soir, et peut-être même d'obtenir déjà un semblant de réponse. Je me resservis du saké, pour patienter. Qu'est-ce qui, de mon plat et de ma réponse, allait arriver en premier ?
avatar
Mariza
Informations
Nombre de messages : 97

Fiche de personnage
Points: 52
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Minato Nakamura le Dim 28 Avr 2013 - 13:41

Ha ! Qu'il regrettait de n'avoir jamais été doué pour la guérison... Cela lui aurait épargné la douleur des lèvres gercées, bourrées de crevasses ensanglantées qui asticotaient ses nerfs à chaque bouchée. Repas salvateur ? À voir...
En terme de guérison sa mère excellait, en tout cas dans ses souvenirs d'entraînement c'était ainsi. Dès qu'il se blessait en apprenant à manier le vent ou lors d'un combat élémental, ou encore après une partie de chasse ; sa mère apposait ses mains sur les plaies et elles se refermaient sur-le-champ. De ce temps là, le Nalcien n'en avait que des souvenirs heureux. Mais y repenser maintenant qu'ils avaient disparu tendait souvent vers la tristesse.
D'humeur déjà pas causante en entrant, l'îlien devint carrément morose en entendant une femme siffler pour porter l'attention sur ses paroles à venir. "Impossible de ne plus penser au passé maintenant" se résigna-t-il en tournant sur sa chaise pour regarder la combattante. Elle était décidément très belle. Son coeur n'en subit que davantage de dommages. Elle s'était mise debout sur la table pour être bien en vue. Son compagnon la fixait, un air ahuri sur le visage. Il n'était pas le seul : le patron ne semblait pas apprécier le spectacle et se dirigeait d'un pas déterminé vers l'insolente inconnue. Il entama à peine sa remontrance qu'elle l'admonesta d'un "Silence" on ne peut plus explicite sur son sérieux. L'îlien s'intéressa à la scène du coup. De toute façon il ne parviendrait plus à cesser de la dévisager.

Certaine de ne plus être dérangée, elle reprit son discours. Non sans avoir gratifié l'assemblée d'un sourire éclatant. Qui fit des ravages plus ou moins grands selon les tables. Dans le cas de Minato ça ne changea rien.

"Je cherche un homme. Un homme du nom de Gareth Ivanoé. Si quiconque sait quelque chose à son sujet, qu'il vienne m'en faire part. Merci pour votre attention."

Ayant terminé elle sauta à terre. Elle recherchait donc ce Gareth Ivanoé. Étrange, ce nom parlait à l'îlien. Où l'avait-il donc entendu ? Ne prêtant qu'une vague attention à la tentative de séduction d'un garçon envers la femme il se concentra pour se remémorer les informations. Il y arriva tandis que de son côté la demoiselle plaçait une lame sur le poignet du téméraire. "Eh oui mon vieux, tu es mal tombé. Elle sait se défendre" rigola intérieurement Minato en comprenant quel genre de conversation ils avaient eu.
Gareth Ivanoé était le nom du Champion Terrosien de Seian. Si il s'agissait effectivement de cet homme. La plupart des clients avaient repris le cours de leurs conversations et repas et ne prêtaient plus attention à la combattante. L'îlien fit de même. Il attendrait de voir le fond du plat et d'avoir soufflé un peu pour communiquer avec elle. Toutefois il n'en détourna plus les yeux, détaillant chaque partie de son visage, de ses bras, jambes, ou corps avec mélancolie. Ce qu'il faisait déjà depuis qu'il s'était tourné en vérité. Il aurait pu passer des minutes entières à fixer une seule de ses mèches sauvages.
Il finit par atteindre le fond de l'écuelle et la déplaça sur le côté. Tout en commandant une seconde portion et de quoi manger pour ses Pokémon dans un murmure hagard à la serveuse qui passait. À peine s'il fut perçu et pourtant compris correctement. L'expérience du travail sans doute. Minato cessa bien vite d'y songer et continua de dévisager la belle femme. Même dans cette foule une sorte de sixième sens lui signalerait à un moment ou un autre qu'elle était observée.
L'îlien restait à moitié ancré dans le passé et à moitié dans le présent. Situation qui ne le déplaisait point pour l'instant. Il la rejoindrait lorsqu'il serait lassé d'attendre. Qui se lèverait de table le premier ?

_________________
Même la pluie ne donne plus l'illusion que je pleure...



En cours :
- 0 RP en cours
- 0 RP solo
- 0 mission
- 0 contrainte
- 0 évènement
avatar
Minato Nakamura
Informations
Nombre de messages : 322

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 22-24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Illumino El Pathos le Dim 5 Mai 2013 - 15:25

"HAHAHAHAHAHAHA !"

Un grand rire, presque dément, se fit entendre après que la jeune femme ait repoussé le malotru qui désirait ses formes. Illumino se releva, toute son corps bossu s'étant mis debout d'une seule traite, impressionnant et monstrueux. L'homme qui parlait avec lui émit un petit cri de peur, tombant de sa chaise en arrière. Avec lenteur, il s'approcha de la jeune femme, venant tout simplement s'affaisser sur une chaise en face d'elle. Encapuchonné, son visage n'était pas visible à ses yeux alors qu'elle pouvait apercevoir que quelque chose se déplaçait le long de son corps, de ses bras, quelque chose de bien vivant, comme une pustule gigantesque, mais était-ce vraiment le cas ?

"Qu'est-ce que vous avez à donner pour obtenir des informations sur ce Gareth Ivanoë ? Et ne me parlez pas de votre corps, il est inintéressant aux yeux d'un marchand."

Comme cela, c'était clair et net. Il montrait par là son complet désintérêt pour sa personne. Seules les espèces sonnantes et trébuchantes avaient un certain intérêt. De même, bien qu'elle ne pouvait pas voir son visage, elle pouvait se sentir observer. Non pas pour son physique mais pour ses habits et les choses précieuses qu'elle pourrait posséder. Peut-être avait-elle des pokéballs sur elle ? Ca ne semblait pas être le cas. Il fallait donc espérer qu'elle le paye d'une quelconque manière sinon ... elle allait devoir user de sa personne, non pas pour lui mais pour un potentiel acheteur.

"Faites attention à ce que vous dites, vous pourriez le regretter. Observez les regards de chacun et chacune dès l'instant où je me suis posé en face de vous. Ils savent pertinemment que je suis là pour faire des affaires, oui, n'importe quelles affaires. Qu'est-ce que vous voulez à cet homme âgé de presque une trentaine d'années ? Libre à vous de me répondre mais attention à ne pas essayer de me flouter, nous sommes d'accord pour dire que toute coopération commence par la confiance de l'autre, n'est-ce pas ?"

Pourtant, ce n'était pas une bonne chose, loin de là. Son but était moins glorieux, beaucoup moins glorieux. Il s'était trouvé une nouvelle proie qu'il n'allait pas lâcher. Il allait tout faire pour la briser, comme cette Bahia. Maintenant qu'il avait appris à se battre, cela serait beaucoup moins difficile s'il devait se défendre. Mais bon, peut-être qu'il n'y aurait pas besoin d'utiliser les armes, n'est-ce pas ? Pour arriver à ses fins. Malgré la faim que justifie les moyens, il fallait toujours opter pour la solution la plus bénéfique pour lui. Si elle était liée à ce Gareth, peut-être qu'une petite capture accompagnée d'une rançon serait une bonne idée ? Hahaha !

Pourquoi pas ? Si elle n'avait pas de pokémon, ça serait très aisé de pouvoir la capturer. Une rançon envers un champion d'arène ? Pourquoi pas ? Ca devait rapporter quand même pas mal d'argent comme salaire, non ? Héhéhé, héhéhé ! HAHAHAHA ! Non, il devait se retenir. Et sa petite Rattata devait se calmer sous ses habits. C'était si simple, tellement plaisant. Elle ne savait pas encore qu'il venait juste de lancer l'appât, il fallait qu'elle morde à l'hameçon et il irait alors la pêcher. Nul ne viendrait alors le déranger. Et si tel était le cas, il s'occuperait de l'autre personne en même temps.
avatar
Illumino El Pathos
Informations
Nombre de messages : 159

Fiche de personnage
Points: 160
Âge du personnage: ?? (Dans la trentaine en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Mariza le Dim 12 Mai 2013 - 19:15

La première chose à arriver ne fut ni ma pitance ni ma réponse, comme je l'espérais, mais un rire bruyant, surprenant, inattendu. Il s'éleva du bar, depuis la bouche d'un homme caché sous une cape. Le fait qu'il reste couvert même en intérieur, dans un environnement pourtant suffisamment chauffé, me fit immédiatement songer qu'il n'était pas le genre d'homme bien comme il faut à croiser seule dans une ruelle sombre. Mais je n'avais rien à craindre, pour le moment. Son rire avait attiré l'attention sur lui, comme mon discours l'avait attirée sur moi quelques instants plus tôt. Nous n'étions pas invisibles, les regards d'autrui me protégeaient. C'est donc plutôt sereine que je regardai l'homme se faufiler furtivement jusqu'à moi, effrayant mon compagnon qui décida qu'il était temps d'aller chercher une autre table, laissant la place libre à l'homme. Sous sa cape, quelque chose semblait grouiller... Mais je n'y accordai qu'un regard rapide.

"Qu'est-ce que vous avez à donner pour obtenir des informations sur ce Gareth Ivanoé ? Et ne me parlez pas de votre corps, il est inintéressant aux yeux d'un marchand."

Un marchand, hein ? Sans doute du genre à vendre des produits qu'on ne trouverait pas facilement sur un marché en plein après-midi. La remarque sur mon corps me fit tiquer et perdre mon sourire une seconde. Mon physique désirable, s'il n'était pas mon seul atout, loin de là, était généralement le plus efficace, et celui que j'aimais le plus utiliser. Le plus simple, en fait. Même pour poursuivre ma quête, je n'avais pas la moindre envie d'offrir à cet homme louche la moindre pièce. Et mis à part cela, mes seuls possessions étaient mes armes, dont il était or de question que je me sépare. Payer devenait donc la seule issue... Encore fallait-il que cet inconnu ait réellement quelque chose à vendre.

"Si mon corps ne vous intéresse pas, alors je n'ai que mon or... Mais j'ai bien peu, vous savez..."

Je ne pus continuer mon numéro de charme car l'homme m'interrompit.

"Faites attention à ce que vous dites, vous pourriez le regretter. Observez les regards de chacun et chacune dès l'instant où je me suis posé en face de vous. Ils savent pertinemment que je suis là pour faire des affaires, oui, n'importe quelles affaires. Qu'est-ce que vous voulez à cet homme âgé de presque une trentaine d'années ? Libre à vous de me répondre mais attention à ne pas essayer de me flouter, nous sommes d'accord pour dire que toute coopération commence par la confiance de l'autre, n'est-ce pas ?"

Qu'il me parle de confiance à sa guise, le bougre. Il était hors de question que j'accorde la mienne à un homme comme lui. Non, même au delà de ça, il était impossible que j'accorde ma confiance à un membre de la gente masculine. Ses menaces ne m'effrayaient pas, pas plus que "les affaires" qu'il prétendait pouvoir faire. Je commençai à croire qu'il allait m'être impossible de tirer quoi que ce soit de ce marchand, et, tant qu'il serait à ma table, de n'importe qui d'autre à l'intérieur de cette auberge. Fallait-il que je me résigne, et que je considère que ma chance pour ce soir avait tourné ? Il y avait après tout de nombreuses autres auberges, de nombreux autres potentiels informateurs. Demain serait un autre jour...

Puis je me ravisai, fixai mon interlocuteur. Si cet homme avait de quoi me contenter, il y avait quelque chose à essayer.

"Je suis bien désolée, mais il ne va pas pouvoir être question de confiance entre nous. Enfin, je ne suis pas le genre de femme à tromper..."

Hum, si, je l'étais. Totalement. Mais ce n'était pas le propos, et je savais aussi qu'il y avait des moments pendant lesquels il fallait savoir faire preuve de droiture.

"Je cherche cet homme pour des raisons qui ne regardent que moi. Si vous le connaissez et que cela vous inquiète, sachez que je n'ai pas l'intention de lui faire le moindre tort..."

Enfin, cela dépendrait du genre d'homme qu'il serait. Si ma mère avait été une vraie Amazone, il serait mort à la naissance, et je me voyais mal comment lui porter plus préjudice que ça de toute façon. On parlait de mon frère, de toute façon, un membre de ma famille de sexe masculin, autant dire une hérésie à mes yeux. Si je le jugeai indigne de vivre, je n'aurais aucune hésitation au moment de tirer la corde de mon arc pour lui enfoncer une flèche dans le crâne... Mais, une fois de plus, ce n'était pas le problème de ce marchand louche.

"... En somme, il me faut juste faire sa connaissance. Et si vous avez vraiment des informations, M. le marchand, alors je pourrais éventuellement trouver de quoi vous payer. Mais si ce que j'ai à offrir ne vous convient pas, nous en resterons là, et je trouverai cet homme sans vous."

En rencontrant par exemple des hommes à qui mes formes sauraient plaire plus qu'à vous, me retins-je d'ajouter. Ça ne devait pas manquer, ni ici ni à Terros. Déjà, je levai la tête, observant les gens autour de moi. Je croisai alors le regard d'un jeune homme attablé, qui semblait me fixer jusqu'alors. Lui, peut-être ? Enfin, il me fallait déjà voir comment avançaient les choses avec notre inconnu dissimulé...
avatar
Mariza
Informations
Nombre de messages : 97

Fiche de personnage
Points: 52
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Illumino El Pathos le Sam 18 Mai 2013 - 16:37

"Tss ... Je vois bien ça. Je vois bien ça. Vous ne semblez pas être une nobliau, loin de là même." dit Illumino en pestant légèrement sous sa cape. Il avait encore tellement à faire mais ... malheureusement, il avait trouvé une cible, il valait mieux ne pas la lâcher de toute façon. Hahaha. Son corps s'affaissa de quelques centimètres lorsqu'elle continua de parler alors qu'il l'observait sous sa cape. Puis, elle était en train de le menacer, n'est-ce pas ? C'était amusant ... vraiment amusant et divertissant. Cette femme espérait quand même pas l'impressionner hein ? Il avait maintenant un autre atout si cela devait dégénérer comme la dernière fois. AH !

"Le moindre tort ... Tant mieux, tant mieux, oui. C'est pas ce que vous recherchez, c'est que vous êtes alors une plausible connaissance ou une amie proche ? Quelque chose qui pourrait le concerner, n'est-ce pas ?"

Les propos étaient là pour rassurer cette bonne femme. Mais à côté, c'était juste un certain enthousiasme qui l'envahissait intérieurement. Cette femme était une cible de choix. Elle connaissait le champion de l'arène. Cela voulait dire qu'elle connaissait une personnalité de la ville, assez importante. Tout était parfait. Pourquoi s'attarder uniquement sur la revente de bijoux à la qualité douteuse ? La capture de pokémon ? Il y avait tellement de domaines dans lesquels il pouvait travailler. Il venait juste d'en trouver un autre sur le moment. Mais pour ça, il fallait donc inviter la jeune femme à l'accompagner.

"Vas pour votre corps. alors. Je lui trouverai bien une utilité dans les minutes qui suivent. Tsss, tsss, tsss ... Quant à votre Gareth, on va faire mieux que d'en parler, on va aller tout simplement le voir, ça sera beaucoup plus simple. Héhéhé, je pense qu'il sera surement ravi de vous voir ... ou désemparé. Espérons pour lui que ça soit plutôt une bonne nouvelle héhéhé ? Bon, si vous avez fini de boire ou je ne sais quoi, de mettre vos "atouts" en valeur, on pourra alors envisager d'aller rencontrer votre Gareth. Vous en pensez quoi ? Je vous emmène, vous me payez à l'arrivée. Vous avez rien à perdre, n'est-ce pas ?"

Voilà comment il fallait fonctionner : inciter la jeune femme à accepter. S'il demandait un payement dès maintenant, elle serait réticente et croirait alors qu'il l'arnaque. Ce n'était pas du tout le but. Il fallait juste l'inviter à se joindre à lui pour qu'ils puissent quitter cette auberge. Ensuite, sur la route, ah ben sur la route, il se passait tellement de choses. Il savait parfaitement qui était ce Gareth. Du moins, il ne le connaissait pas en personne mais un marchand comme lui, s'il n'était pas au courant au sujet des "personnalités" de cette ville, comment pouvait-il alors faire correctement son mauvais travail hein ?
avatar
Illumino El Pathos
Informations
Nombre de messages : 159

Fiche de personnage
Points: 160
Âge du personnage: ?? (Dans la trentaine en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Minato Nakamura le Mar 4 Juin 2013 - 17:41

A peine un garçon trop audacieux se faisait rembarrer par la guerrière qu'un rire tonitruant secoua les meubles. La distraction fut suffisante pour arracher la belle inconnue du regard de Minato, qui toisa l'olibrius qui se permettait tant d’indiscrétion. Sacrée surprise de découvrir un... homme...... probablement ; corps dissimulé sous un épais vêtement, le visage entièrement masqué. Mais le plus interloquant était sans conteste l'aura malsaine qui se dégageait de l'individu, presque nauséeuse. Nul doute en effet que cet homme connaisse le fameux Gareth. Dans l'esprit de l'îlien il s'associait parfaitement à l'image des sales types qui se faisaient arrêter par ce dernier. Il reporta son attention sur la femme et observa l'échange. Cela pouvait dégénérer à tout moment si ce type correspondait effectivement à l'image que s'en faisait Minato. Pour des histoires de vengeance, business honteux ou macabre, rançon, ou autre motif quelconque.
Le moins qu'il aurait pu en dire est que cela semblait tendu, chacun jaugeant l'interlocuteur. Les négociations ne se passaient pas dans la confiance, c'était clair. Même si l'homme entrecoupait régulièrement la conversation de rires mi-sarcastiques, mi-amers. A ce niveau d'ailleurs c'était plus un tic que de vrais ricanements non ? Dans le genre qui rajoute une couche de suspicion ce détail faisait son œuvre...

Vraisemblablement ils parvinrent à cesser les questions de prix, le marchand de mort devait avoir fait une proposition à la guerrière. Elle cherchait du regard une autre potentielle source d'information, c'était en tout cas ainsi que l'îlien interpréta le balaiement de la salle par les yeux verts, d'une douceur menthe rafraichissante. Un instant, ils se posèrent sur lui, il y lut qu'il était remarqué. Il se leva.
D'un pas assuré, dégagneant toute la confiance et l'assurance en ses capacités, il avança vers le duo. Ses blessures s'étaient refermées. D'un geste de la main il appela à lui les Poké Ball laissées à sa table.

"Mademoiselle, Monsieur, je détiens moi aussi des informations sur Gareth Ivanoé, s'il s'agit effectivement du même personnage. Toutefois je ne peux vous accompagner, mais laissez moi au moins vous indiquer la ville où il réside."

Son ton était beaucoup trop formel. Ce n'était pas voulu, ses sentiments débordaient sur son langage. Après une seconde de réflexion il opta pour un changement dans ses plans de voyage. il enverrait un messager Pokémon prévenir la personne qui l'attend de son retour tardif.

"Finalement je vais vous accompagner, si cela ne vous dérange pas bien entendu. Ma mère est Terrosienne, il faut que je me rende dans ce pays au moins une fois, pour voir ce qu'elle a vu."



[Yopiyop ! J'ai trouvé ça marrant de qualifier Illumino de "marchand de mort" même s'il ne l'est pas (pas à temps plein). C'est venu tout seul - "pouf !" - alors j'ai laissé. Vous aurez aussi noté "dégagneant" que j'ai laissé tel quel tellement il tranchait avec le reste du paragraphe ^^
Quoi d'autre ? Je pense qu'on sent bien dans le texte l'influence de la musique que j'ai écouté à partir de ce paragraphe. En tout cas moi c'est mon impression du rendu ><" J'avoue que j'avais plus l'esprit à la distance qui sépare deux amants, l'un pensant à l'autre.]

_________________
Même la pluie ne donne plus l'illusion que je pleure...



En cours :
- 0 RP en cours
- 0 RP solo
- 0 mission
- 0 contrainte
- 0 évènement
avatar
Minato Nakamura
Informations
Nombre de messages : 322

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 22-24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Mariza le Mar 18 Juin 2013 - 17:36

Finalement, le marchand sembla revenir son son idée de ne pas se faire payer en nature - après tout, avant d'être un commerçant, il était un homme comme les autres. Cela me simplifiait la tâche tout en m'assurant presque d'obtenir plus d'informations qu'il ne souhaitait en fait me donner. Mais ses actions, son ton, ses ricanements me faisaient de plus en plus douter de sa bonne volonté. Il y avait dans ses paroles trop de précipitation. J'avais beaucoup à perdre si cet homme là me roulait dans la farine. Je n'étais pas réellement sûre de vouloir me dévoiler à Gareth. Voir quel genre d'homme il était, son visage, ça, oui. Mais le rencontrer en personne ? Il me faudrait me présenter, expliquer les raisons de mes recherches. Voulais-je vraiment le faire entrer officiellement dans ma famille ? Clairement pas. 

Un nouveau venu s'approcha cependant, m'offrant une issue de secours. Mon frère devait être une personnalité pour que deux personne coup sur coup viennent me voir en me disant le connaître. Mais après tout, je ne savais de lui que peu de choses. Que notre père -SON père - était une personnalité connue de Terros, entre autre. Néanmoins, le jeune homme lui aussi semblait précipiter les choses à ma place. Il était temps de les retenir, ou bien ils allaient partir à la chasse à l'homme sans me demander mon avis. 

"Ola, mes tous beaux, du calme, commençai-je avec une expression amusée. Vous semblez tous les deux prêts à partir sur le champ, et je vous... euh, remercie... du cœur que vous y mettez, mais je n'ai pas du tout prévu de me mettre en route ce soir. Il fait froid, et nuit, et j'attends un bon repas chaud. Pour le moment, je veux juste des informations. Mais installez-vous à ma table, partageons un verre, causons un peu." 

Une jeune serveuse brune, au visage constellé de tâches de rousseur, s'approchait justement avec mon assiette de homard commandée plus tôt. Les "milles arômes" promis par la carte s'étalaient autour de la bête sous la forme de divers petits légumes, et en ce froid soir d'hiver, il était accompagné d'une soupe fumante. J'en profitai pour commander deux sakés supplémentaires pour mes "invités". L'un d'eux serait bien assez galant pour payer au moment de l'addition. 

Je goûtai mon plat, appréciant la chaleur qui se diffusait au niveau de mon estomac. Une nouvelle et dernière fois, je pris une gorgée de saké. Il n'allait pas être question de se rendre saoule, ce soir. Mais peut-être que l'alcool rendrait mes compagnons plus causants. Une fois qu'ils furent servis, je les observai et entamai mon interrogatoire.

"Ce Gareth, alors... Il est Terrosien, c'est ça ? Ou il y habite ? C'est que, vous avez parlé de votre mère Terrosienne, alors j'ai supposé... Et d'où le connaissez-vous, tous les deux ? Est-il un ami commun ?"

Il était vrai que je ne m'attendais pas vraiment à des réponses positives lorsque j'avais lancé mon appel, quelques minutes plus tôt. Alors deux ?! C'était une sacrée chance. Trop de chance à mon goût. Le premier homme à s'être approché s'était avéré être un pervers, ces deux-là étaient-ils du même moule ? Ils connaissaient mon frère mais ne se connaissaient pas entre eux. A moins qu'ils ne jouent un rôle ? Malgré mes airs détendus, je préférais rester prudente tant que je n'en savais pas plus.

_________________
En cours :
1 RP Simple - 1 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mariza
Informations
Nombre de messages : 97

Fiche de personnage
Points: 52
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Illumino El Pathos le Dim 23 Juin 2013 - 20:56

"Hahahaha ... Tout beau, tout beau ... Hahaha ..."

Il se retenait de rire plus qu'il n'en fallait aux propos de cette femme nommée Mariza. Quelle femme absurde, ridicule ! Elle pensait vraiment qu'il était attiré par la chair flasque de sa poitrine ? Elle pouvait avoir des formes généreuses, ça ne changeait rien au fait qu'elle avait tout d'une greluche si elle pensait pouvoir obtenir tous les hommes de la sorte. Elle se trompait lourdement et c'était ça qui était amusant, plus qu'amusant même. De la voir se tromper d'une telle façon qu'elle en devenait presque ridicule. Mais bon, elle commença à vouloir à servir à boire et à faire plus ample connaissance. Attendre demain ? Mais c'était tout simplement parfait pour ce qu'elle comptait faire ! Plus que parfaite même !

"Si vous n'êtes pas là pour faire des affaires sur le moment, je n'ai pas besoin de rester à votre table. J'ai bien mieux à faire. Nous verrons alors demain matin, humpf !"

Il s'exprimait avec agacement alors que c'était le contraire. Retournant à une table isolée des autres, il commanda un repas des plus frugaux avant de commander aussi un petit morceau de fromage. Lorsque le tout arriva, sans faire ne serait-ce qu'un seul mouvement, il coinça juste le morceau de fromage entre ses doigts pour le regarder pendant quelques secondes. Puis subitement, la nourriture disparait de ses mains, une bosse se déplaçant à toute allure sur son bras, montant aux épaules avant de s'affaisser comme si de rien n'était. Bon ... Visiblement, la soirée allait être longue, très longue même. Après le repas, il décida de se lever, signalant par là qu'il allait se prendre une chambre pour la nuit. Quant il put récupérer la clé, il quitta l'auberge, s'enfonçant dans les ruelles pour se promener ... ou alors peut-être faire autre chose ? Difficile à savoir, difficile à reconnaître.

Simplement pour ceux qui étaient encore présents trois heures plus tad, le bossu était revenu dans l'auberge, grimpant à l'étage sans même se soucier des personnes aux alentours. Il avait beaucoup mieux à faire. Néanmoins, une légère odeur nauséabonde se fit sentir, comme s'il avait fouillé les poubelles. Mais en même temps, malgré ses habits et son allure, il n'avait rien d'un mendiant. Il avait été possible de le voir payer argent comptant sa chambre ainsi que sa bourse à ce moment précis. Néanmoins, s'il avait une telle odeur, c'est qu'il y avait quelque chose derrière tout ça mais quoi ?

Finalement, après quelques minutes, la porte de la chambre se referma à clé, plus aucune acte de présence de la part d'Illumino se faisant entendre ou voir. Pourtant, une aura malsaine continuait de se se faire ressentir dans l'auberge comme s'il était très mal avisé de quitter cet endroit pour la nuit. Mais après ... pourquoi pas ? Certains aimaient prendre des risques non ? Cela pouvait être autant une qualité qu'une folie de la part du courageux fanfaron qui oserait mettre les pieds dehors.
avatar
Illumino El Pathos
Informations
Nombre de messages : 159

Fiche de personnage
Points: 160
Âge du personnage: ?? (Dans la trentaine en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Mariza le Mer 21 Aoû 2013 - 11:50

J'étais plutôt déçue de la tournure que prenaient les événements. D'un geste, le jeune homme qui venait de nous rejoindre déclina mon offre de partager un verre et s'en alla, sans doute pour dormir un peu, ou juste s'éloigner de moi. Le marchand louche déclara ensuite que lui non plus n'avait rien à faire de ma compagnie s'il n'était pas question d'affaires pour ce soir. J'en déduisis que nos négociations et discussions à tous les trois se poursuivraient plus tard, le lendemain. Non seulement j'étais vexée de recevoir aussi peu de considération pour ma personne, chose pour le moins inhabituelle, mais de plus je me retrouvais avec de nombreuses consommations que je ne pourrais pas finir seule et que j'allais, en plus, devoir payer. Et, comble du comble, je n'avais, au final, rien appris sur mon frère. Cette soirée qui avait semblé prometteuse venait de me détromper un peu trop brusquement à mes yeux. Je gouttai du bout des lèvres ma soupe, un simple bouillon, dépitée, seule à ma table, avec mes deux verres de saké pleins en plus du mien. Pour quoi devais-je donc passer aux yeux des gens...

Mais après quelques minutes silencieuses, une nouvelle personne osa finalement s'approcher de moi. Une jeune femme rousse, un peu plus épaisse qu'il ne l'aurait fallu, les yeux déterminés. Elle s'assit à ma table sans me poser de questions et me regarda fixement quelques instants. Que venait-elle faire là, à m'observer ainsi ? Elle baissa soudain les yeux sur l'un de mes verres d'alcool et sourit.

"Un de vos sakés contre quelques informations, ça vous dit ?"

Je haussai les épaules. Après le fiasco qu'avait été cette soirée, et comme je n'allais de toute façon pas boire ce verre, autant que quelqu'un le fasse. J’acquiesçai en silence, prête à entendre tout et n'importe quoi de la part de cette nouvelle venue. Qu'importe qu'il n'y ait aucune part de vérité là dedans, qu'elle ne soit qu'une assoiffée en manque d'alcool. Au moins, cela pourrait me divertir un peu. La rouquine attrapa le récipient et le vida cul-sec, puis, regardant autour d'elle comme pour s'assurer qu'on ne l'écoutait pas, et d'un air de "c'est-pas-moi-qui-vous-l'ai-dit", elle se pencha vers moi pour me faire une quelconque confidence.

"Le type bizarre qu'est venu vous parler, l'encapuchonné, là... moi je serais vous, je lui ferais pas trop confiance... Il était en train de faire des deals bizarres avant que vous n'arriviez."

C'était tout ? Je ne pus m'empêcher de lui montrer mon étonnement mécontent. Si une telle évidence valait un saké, alors j'aurais pu m'en servir des bouteilles entières pour trois francs six sous. Apparemment, la jeune femme dût s'en rendre compte, car elle enchaîna bien vite sur la suite, d'une voix plus détachée.

"Bon, sinon, vot' Gareth là... Je suis pas trop sûre, mais je crois qu' un nouveau Champion, à Terros, s'appelle comme ça..."

Voilà qui était plus intéressant, déjà. Les Champions, si mes souvenirs étaient exacts, étaient des dresseurs particulièrement puissants, possédant un certain pouvoir administratif, et étant au nombre de deux par pays; Cela expliquait la chance que j'avais eu, ce soir, de tomber sur autant de personne qui connaissait son nom. Que mon frère en soit un m'étonna un peu, cependant. Je l'aurais plus vu soldat que dresseur, d'après ce que je savais de son père. D'après le récit de ma mère, les mystérieuses créatures habitant notre monde n'avaient jamais eu une place privilégiée dans notre famille. Mais Calypso, après avoir passé plus de vingt ans loin de son aîné, n'était peut-être pas celle qui le connaissait le mieux et pouvait lui donner les informations les plus exactes. Voilà sans doute une information que les deux hommes qui étaient passés à ma table devaient détenir... Autant je pouvais comprendre que le marchand ait souhaité tenir sa langue le temps de recevoir un paiement, autant pour le second... Pensait-il que j'étais déjà au courant de ce "détail" ?

Je remerciai la jeune femme, qui se contenta de hocher la tête et d'attraper le second verre de saké que je n'avais pas touché. Elle se mit à babiller des propos auxquels je n'accordai presque aucune attention - le temps affreux, le changement rapide de Champion dans la capitale de Terros, le danger sur les routes. En silence, je finis mon repas et réglai ma consommation, dépensant ainsi beaucoup plus que je n'avais prévu. Tant pis. Demain serait un autre jour. Laissant ma compagne à ses délires qui commençaient à partir en vrille, l'alcool aidant, je montai dans une chambre libre de l'auberge. Visiblement, ce soir, les gens étaient là plus pour se nourrir et faire la fête en bas, que pour rester dormir. L'aubergiste parvint à me dégoter une chambrette simple mais tout à fait convenable, et me laissa seule après un "ne montez pas sur les meubles avec vos bottes sales, hein" quelque peu amer.

Après quelques minutes de réflexion, je m'endormis d'un sommeil sans rêve, réparateur et bienvenu.

_________________
En cours :
1 RP Simple - 1 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mariza
Informations
Nombre de messages : 97

Fiche de personnage
Points: 52
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La nuit des vents du Nord

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum