[ Clos ] La colère de l'oiseau. [Contrainte/Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] La colère de l'oiseau. [Contrainte/Solo]

Message par Bahia Nur le Mer 20 Fév 2013 - 2:09

-‘ RUBIS ! ‘

Son cri fut coupé en deux par un coup de tonnerre. Bahia voulut crier une deuxième fois, mais sa gorge se noua et une simple lamentation traversa ses lèvres. Ses larmes se mêlaient à la pluie torrentielle qui s’abattait sur elle. Son cœur battait si fort dans sa poitrine, Bahia posa sa main où il se situait, ayant l’impression qu’il allait exploser. La dresseuse ne comprenait plus ce qui se passait, ses pensées se mêlaient sans qu’elle ne puisse prendre une décision rationnelle. Elle avait envie de courir, mais vers où ? Elle ne voyait rien à part un rideau d’eau épais entrecouper de lumière. Chaque fois qu’un éclair traversait le ciel, la jeune femme se figeait, raide comme une barre. Jetant des regards à droite et à gauche, la dresseuse se mit enfin en marche, lentement. Un cri la fit immédiatement regretter sa décision. Elle se pencha et se recrovilla sur elle-même, paniquée. Que ce passait-il donc ?

Rubis et Bahia étaient en route vers la cité de Seian. Sur le chemin ils avaient vu le donjon de loin et vu que la nuit tombait, ils avaient décidé de s’y arrêter pour dormir. Les quelques personnes qui restaient partirent lorsque le soleil commença à disparaitre. Ils pensaient donc être tranquilles pour la nuit. Puis, au beau milieu de celle-ci, un cri affreux les avait réveillés en sursaut. En sortant du donjon, ils virent un véritable déluge. Bahia et son Pokémon n’y comprenaient rien, cherchant l’auteur du cri.

Ils virent alors l’immense oiseau électrique.

Bahia avait toujours cru que les Pokémons Légendaires étaient pacifiques. Celui-ci ne le semblait pas du tout. Dès qu’il vit les deux compagnons au pied de son domaine, des décharges électriques se mirent à partir dans tous les sens. Rubis poussa sa dresseuse pour qu’elle évite un de ceux-ci. Lorsqu’elle se releva, il n’était plus là. La panique et la peur avaient gonflé en elle en moins de quelques secondes, lui faisait perdre toutes pensées rationnelles. Où était donc son ami ? Avait-il été frappé ? Trempée jusqu’aux os, elle chercha désespérément sa présence, incapable de prendre une décision. Sans lui, elle était perdue. Tremblante et apeurée, elle se releva et se mit à courir, décidant finalement de retourner vers le donjon. La dresseuse avait pris la solution qui paraissait la mieux : il valait mieux pour eux de ne pas rester à l’extérieur avec la colère de l’oiseau légendaire. Il y avait fort à parier que Rubis aurait la même idée, si rien de fâcheux ne lui était arrivé. Le simple fait d’y penser lui contracta l’estomac. Elle avait besoin de lui, il était son meilleur ami. Bahia se mordit la lèvre au sang et cria lorsqu’un tonnerre plus imposant que les autres fit vibrer le sol. Qu’est qui pouvait bien mettre Electhor dans une telle colère ? Elle tomba à genoux dans la boue, les jambes en coton.

-‘ Relève-toi… Relève-toi bon sang ! ‘

Murmura-t-elle en attendant les battements d’ailes puissants de l’oiseau. Quittait-il ? Ce serait trop beau pour être vrai. Elle n’osait pas relever la tête pour voir où il allait, mais l’impression que le bruit se rapprochait la fit hoqueter. Ses jambes ne voulaient pas bouger, elle était simplement paralysée par la peur. S’il réussissait à la toucher… relevant brusquement la tête, elle faillit crier une autre fois en voyant qu’il s’approchait bel et bien vers elle. Il fallait qu’elle se lève, maintenant ! Bahia sentit le désespoir la prendre en voyant qu’elle en était incapable. Il se rapprochait, entourer d’éclairs. Elle ne pouvait rien faire d’autre que de le regarder fixement, comme une souris sous l’emprise du regard d’un serpent. Du coin de l’œil elle vit un éclat de lumière, impossible de se tromper, c’était Rubis. Le Pokémon ne semblait pas blesser, mais semblait lui-même profondément choqué, courant dans sa direction. Quand il vit Electhor, il se mit à quatre pattes sous la panique, allant plus vite. Il se jeta sur elle et la jeune femme le serra, toujours aussi perdue. Bahia ne comprenait tout simplement pas ce qui poussait l’oiseau à s’en prendre à eux. La jeune femme se rendait compte à quel point elle aurait préféré qu’il y ait d’autres dresseurs, ils auraient pu s’entre-aider. Serrant son Pokémon contre elle, tremblante de peur et de froid, elle releva la tête vers le ciel. L’oiseau s’était arrêté dans les airs, elle sentait sa puissance jusque dans ses os.

Son cri perça l’air une nouvelle fois et le ciel déchargea des centaines d’éclairs en même temps, une certaine partie dans leur direction. Bahia laissa couler ses dernières larmes sur ses joues, voyant l’oiseau charger une attaque. Ils n’avaient aucune chance face à un légendaire. Dans la cacophonie du ciel, Bahia crut entendre des bruits de course. Electhor lança son attaque, sans visiblement les entendre. La jeune femme cria quelque chose, couper par la pluie. Juste avant qu’ils ne soient sur le point de recevoir l’éclair, quelque chose se mit entre eux, absorbant celle-ci et disparaissait ensuite. La dresseuse prit quelques bouffées d’air rapide, fixant avoir stupeur l’endroit où l’attaque venait.

Elle s’évanouit.
avatar
Bahia Nur
Informations
Nombre de messages : 379

Fiche de personnage
Points: 104
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La colère de l'oiseau. [Contrainte/Solo]

Message par Bahia Nur le Mar 26 Fév 2013 - 15:47

Où était donc passé cet oiseau ? Je tentais de voir à travers le rideau de pluie, mais il était si fort que je ne voyais pas à moins d’un mètre. Bahia s’était évanouie et je devais trouver un moyen de l’amener à l’abri sans me faire attaquer. La pauvre n’avait pas tenu le coup… moi non plus d’ailleurs, j’étais tombé à genoux en croyant que l’attaque d’Electhor allait nous avoir. Quelque chose l’avait bloqué, je ne savais pas encore quoi, mais il fallait avoir une sacrée défense pour se prendre une attaque de légendaire. Ce que je n’avais pas. Il valait mieux ne pas me mentir, il y a longtemps peut-être que j’y aurais survécu, à présent il y avait de bonnes chances que je finisse en Ténéfix grillé. Les éclairs zébraient toujours dans le ciel, sans trace du légendaire. Il s’était envolé le temps que je vérifie l’état de Bahia, en espérant qu’il ne reviendrait pas. Je m’approchai de ma dresseuse, glissant un peu dans la boue. Je vous avouerais qu’à présent qu’Electhor n’était plus présent, je me rendais compte à quel point la pluie était un ennemi tout aussi puissant. Bahia avait été gravement malade il y a trois semaines, dans les mêmes conditions. Et si elle avait une rechute ? Je devais m’activer et l’amener à l’intérieur de la tour le plus vite possible, c’était ce qui avait de plus près. Je n’aimais pas vraiment l’idée de la trainer ainsi dans la boue, mais je n’avais personne pour m’aider et j’étais trop petit pour la prendre dans mes bras. Je fouillai dans notre sac et en sorti une couverture déjà trempée, dégoûté. Je décidai de la glisser sous elle, enveloppant le haut de son corps. Même si la couverture était mouillée c’était mieux que rien et même si elle avait été sèche, vu la pluie qui tombait, je n’aurais même pas eu le temps d’amener Bahia à l’abri qu’elle serait gorgée d’eau comme une éponge. Je déposai le sac sur sa poitrine et agrippa ses jambes, essayant de ne pas la blesser avec mes griffes. Une chance que Bahia était très légère, malgré cela je galérais un peu à l’amener. Je tirais et regardais le ciel en même temps, guettant l’oiseau infernal.

Les nuages restaient au même endroit sans se calmer, c’était pour cette raison que je le croyais toujours dans les parages, même si je ne pouvais pas le voir. Une attaque-surprise de sa part nous serait sûrement fatale, je ne devais pas la prendre à la légère. Heureusement Bahia s’était évanouie à quelques mètres de la tour, après quelques minutes je vis l’entrée et la délaissa quelques secondes pour aller ouvrir la porte. Lorsqu’elle fut enfin à l’intérieur, je jetai un dernier coup d’œil dans le ciel avant de refermer. Avec un peu de chance, Electhor n’était pas assez fou pour attaquer la tour. J’étais essoufflé et je ressentais un peu de fatigue, l’attaque avait été brève, mais intense. J’avais failli m’en prendre une en pleine tête deux fois, cette pensée me fit frissonner. Je ne devais plus me concentrer là-dessus, nous étions tout de même bien à l’abri ici, peut-être qu’il ne nous avait pas vu retourner dans le donjon. Bahia avait besoin de mon aide. Je retournai vers elle et retira la couverture. Visiblement celle-ci ne souffrait pas, en fait elle semblait s’être endormie. Je fouillai dans le sac à la recherche de vêtement sec et heureusement quelques-uns dans le fond avaient réussi à échapper au déluge. Je tentai de la changer du mieux que je pouvais, il était important qu’elle ait des vêtements secs. Cela fait, je me demandai comment je pourrais bien faire un feu. Puis je me souvins qu’il y avait du feu déjà préparé un peu partout dans le donjon, si je me souvenais bien il y en avait dans l’autre pièce. Je repris les jambes de Bahia et la traina dans l’autre pièce où il faisait un peu plus chaud, avec un peu de chance elle ne développerait rien. Je lui installai une sorte de petit lit et la glissa dedans. Je l’observai un moment, inquiet de la voir retomber malade.

Alors je me préparais à monter la garde, un tonnerre plus fort que les autres fit légèrement trembler le sol du donjon. Electhor était-il revenu ? Malgré la peur tapie dans le creux de mon ventre, je décidai de vérifier une bonne fois pour toutes. Je retournai à l’entrée et ouvrit la porte, me glissant à l’extérieur. Il pleuvait toujours autant, mais je n’eus aucun mal à voir la forme au loin. Ce n’était pas Electhor, c’était plus petit et au sol. Et ça venait vers moi. Sur le coup je n’eus même pas l’intelligence de me retourner et d’entrer vite fait dans le donjon, je restai planté là, observant la forme s’approcher doucement. Puis je le vis parfaitement.

Raikou.

Je ne pouvais pas me tromper, il était le seul de son espèce. Était-ce l’énorme orage d’Electhor qui l’avait attiré ? Et puis, il était de type électrique aussi. Je ne le saurais probablement jamais. On se fixa un moment sans bouger, malgré le fait que je ne sentais pas de mauvaises intentions de sa part, sa présence était impressionnante. Il était aussi un légendaire, devais-je faire une sorte de révérence à son endroit ? Je me penchai en guise de salut et je vis sa tête bouger légèrement, visiblement pour y répondre. Puis dans un claquement de tonnerre, il avait disparu. Mon cœur se calma un peu alors que je fixais l’endroit où il était il y a deux secondes. Avais-je imaginé tout cela ? Pourtant j’étais sûre qu’il là. Je m’avançai pour voir et il y avait bien des traces de pattes dans la boue et ce n’était pas les miennes. Et si… et si c’était lui qui avait pris l’attaque d’Electhor ? Je secouai la tête, je n’avais pas vu du tout ce qui avait absorbé l’éclair, il y avait des chances qu’il se soit manifesté uniquement lorsque l’autre légendaire était parti. En quelque minute la pluie s’arrêta et les nuages se dispersèrent. Visiblement c’était lui qui avait maintenu l’orage un moment. Deux légendaires dans une journée, c’était assez pour mes dix prochaines années. Dommage que Bahia n’ait pas vu Raikou. Je lui raconterais demain quand elle se réveillerait. Maintenant que tout était redevenu calma, j’allai me coucher contre Bahia, continuant ce que j’avais commencé avant que cet oiseau de malheur se pointe.
avatar
Bahia Nur
Informations
Nombre de messages : 379

Fiche de personnage
Points: 104
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La colère de l'oiseau. [Contrainte/Solo]

Message par Bahia Nur le Mar 5 Mar 2013 - 15:18

-‘ Huh… Huh ? Aaaaaaaah !

-‘ Aaaarrrrrkkkk ! ‘

Moment de silence. Bahia ne bougeait plus, juste après avoir fait un bond de 2 mètres vers l’arrière. Le Pokémon devant elle avait fait de même et ils se fixaient tous les deux sans comprendre, chacun n’osant plus émettre un son. La dresseuse n’y comprenait plus rien. Elle se souvenait d’Electhor et de s’être évanouie, mais la suite lui était inconnue. Visiblement Rubis avait trouvé le moyen de la faire entrer dans le donjon et aucun des deux n’avait de blessures graves, l’histoire c’était donc bien terminé. Bon, c’était déjà ça. Sauf que ça ne réglait pas le problème du Pokémon tout bizarre qui s’était calmé et l’observait à présent avec curiosité. La dresseuse dormait paisiblement quand un grognement étrange l’avait réveillé et en ouvrant les yeux, elle n’avait vu que son visage et c’était à ce moment-là qu’ils avaient hurlé tous les deux. Bahia osa jeter un coup d’œil vers Rubis, celui-ci était tellement fatigué que même les cris des deux idiots ne l’avaient pas réveillé. Bahia releva immédiatement le regard pour surveiller le grand Pokémon noir et donna un léger coup de pied en biais au Ténéfix, espérant que cette fois-ci il se lèverait. Peut-être que lui savait ce qu’était ce Pokémon. Il grogna et se retourna de l’autre côté, ignorant sa dresseuse qui essayant de le chatouiller du bout des orteils. Tant pis, pour une fois elle essayerait de faire sans lui, hier soir devait vraiment l’avoir épuisé.

Comment faire pour communiquer avec un Pokémon comme celui-ci ? Elle avait beau chercher dans son crâne, elle était incapable de dire son espèce. Il était plus grand qu’elle et presque tout noir, le bout de ses griffes et son épaisse chevelure à l’arrière était rouge. Son aspect rappelait un canidé. Il ne semblait pas méchant du tout, il était aussi intrigué par elle qu’elle l’était par lui. Ils se jugeaient donc du regard, le Pokémon hésitant visiblement à bouger lui aussi. Bahia resta elle-même stoïque un moment avant de faire quelques pas pour voir s’il partirait. Le Pokémon noir ne bougea pas et se pencha même vers l’avant, ses oreilles pointées vers elle. Il y avait dans son regard une lueur de curiosité, mais surtout de grande intelligence, ce qui poussa la jeune femme à tenter d’essayer de communiquer avec lui, pour décider une bonne fois pour toutes s’il était réellement une menace ou juste un Pokémon un peu perdu. Celle-ci leva son bras et le pointa du doigt, attirant toute l’attention de celui-ci sur ce geste.

-‘ Huh… hum… Bon.. bonjour ? Tu as un nom ? ‘

Le Pokémon ne répondit pas sur le coup, elle le pointa avec insistance et celui-ci finit par poser ses mains griffues sur son torse l’air de dire ‘ moi ? ‘ et Bahia hocha la tête, contente de voir qu’ils seraient peut-être capables d’en venir à une communication de base.

-‘ Zoroark ! ‘

-‘ Zoroark, huh ? Jamais entendu parler… ‘

-‘ Eh Zoro, t’es passé où espèce d’idiot ? ‘

Une voix d’homme. Le Pokémon se retourna subitement et ce qui devait être son dresseur entra dans la pièce. Il observait tour à tour Bahia et le renard, surpris. Il fallait avouer que la dresseuse n’avait jamais vu un style aussi excentrique, il portait des vêtements de toutes les couleurs avec un chapeau haut de forme. S’il souhaitait se faire remarquer, il avait réussi. Celui-ci retira son chapeau et fit une sorte de petite révérence qui gêna un peu Bahia, celle-ci ne sachant pas trop comment le saluer en retour. Elle finit par faire pareil, ne voulant pas paraitre impolie.

-‘ Bonjour bonjour mademoiselle ! Pardonnez Zoro, il est très curieux. Il vient du monde au-dessus, tout ce qui se passe ici le fascine. Je m’appelle Ugo. Et vous ? ‘

-‘ Ba.. bahia… euh, enchanté ! ‘

C’est à ce moment-là que Rubis décida de se réveiller et se leva, visiblement tout surpris de voir du monde dans le donjon. Le jour était levé depuis longtemps et il se frotta les yeux, demandant à Bahia ce qui se passait. À ce moment-là le Zoroark fit quelque chose qui lui coupa le souffle, il se transforma en Ténéfix. Sous le regard surpris de Rubis, celui-ci sautillait autour de lui en ricanant, identique à lui. Voyant le regard de Bahia, Ugo se mit à rire, s’approchant du groupe.

-‘ Ne soyez pas effrayé. Zoroark est le maitre de l’illusion, il est capable d’obtenir presque toutes les formes de Pokémon et peut créer des paysages. Il est particulièrement doué, je l’ai eu en l’échangeant contre un de mes anciens Pokémons là-haut sur Tenkei. J’aimerais participer avec lui à des concours. Eh Zoro, montre leur quelque chose de plus impressionnant. ‘

Le faux Ténéfix sourit et après un tourbillon de lumière, Bahia ne put qu’applaudir l’illusion qui lui faisait face : Raikou. Rubis lui ne riait plus, il fixait le faux Pokémon légendaire et celui-ci lui rendit son regard avec un sourire mystérieux. La dresseuse ne remarqua pas le malaise de son Pokémon, trop impressionnée par la prestation du Pokémon renard. L’homme hocha la tête, visiblement content de la réaction de son petit public. Il ne remarqua pas lui non plus l’air du Ténéfix, qui fixait toujours intensément l’illusionniste. Celui-ci lui rendait son regard et passa de Raikou à Entei, sous les applaudissements de Bahia.

-‘ Pas mal, n’est-ce pas ? C’est un Pokémon rare, dommage qu’il soit parfois trop curieux. Je n’arrête pas de le perde. Juste hier soir, on ne campait pas loin d’ici dans la forêt, et là pouf, un énorme orage ! Je crois qu’il a eu peur, il est parti en courant le pauvre. Il est revenu après et quand je me suis levé ce matin, il était encore parti. Enfin on discute on discute, nous devons continuer notre route. Allons y Zoro, ne dérangeons pas la dame plus longtemps. Passer une belle fin de journée, madame ! ‘

Discuter était un grand mot, l’homme parlait tellement que Bahia n’avait préféré ne pas ouvrir la bouche, celui-ci ayant tenu un grand monologue. Il repartait comme si de rien n’était, le Zoroark restant un moment sans bouger. Il repassa dans sa forme normalement et salua les deux compagnons, toujours avec ce petit sourire en coin. Puis pour faire plaisir une dernière fois à Bahia, il prit la forme d’un grand Dracaufeu noir et ouvrit ses ailes, l’illusion donnant réellement l’impression qu’il s’envolait, passant la porte derrière son dresseur. Bahia était émerveillée par ce Pokémon, elle espérait réellement un jour en revoir un autre. Peut-être irait-elle sur Tenkei elle aussi, qui sait ? Celle-ci s’assit et décida de se rendormir encore un moment, sachant qu’ils auraient encore un peu de marche à faire avant d’arriver à la Citée. Elle prévint son Pokémon, Rubis restant assis contre le mur, toujours aussi pensif. Avait-il été victime d’une illusion hier soir ? Cela concordait. Electhor lui devait être le vrai, Rubis ne croyait pas le renard capable de créer une telle mise en scène. Mais il avait prouvé être capable d’imiter le trio légendaire de canidés et Rubis ne savait pas ce qui avait poussé l’oiseau de malheur d’arrêter de les attaquer. Est-ce la vision d’un autre légendaire ou simplement que le Pokémon avait créé l’illusion qu’ils n’étaient plus là ? Rubis soupira et se massa le crâne, il y avait trop d’éléments qu’il ne connaissait pas. Il décida de simplement ne pas parler à Bahia de cet évènement, il n’avait pas envie de passer pour un idiot. Il se recoucha lui aussi et soupira à nouveau, remontant les couvertures par-dessus sa tête.

Il ne saurait jamais ce qui s’était réellement passé ce soir-là.
avatar
Bahia Nur
Informations
Nombre de messages : 379

Fiche de personnage
Points: 104
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La colère de l'oiseau. [Contrainte/Solo]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum