[ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Ninj le Jeu 9 Mai 2013 - 4:02

L’absence de Ninj ne dura pas bien longtemps. Quelques jours, tout au plus. Mais le plus surprenant fut de le voir revenir avec l’un des deux Pokémon qu’il comptait ramener à son frère : à priori, le jeune Germignon ferait partie du voyage à présent.
Après un repos bien mérité, l’ensemble du groupe de nouveau réuni arriva à Abyan. Et malgré une réticence évidente de certains à l’idée de se rendre au fond d’un lac, tous purent traverser l’étendue d’eau sans encombre grâce aux pouvoirs de Soriu et de sa magnifique Milobellus.

Abyan était une ville particulièrement calme, bien plus connue pour ses fantastiques paysages aquatiques que pour ses festivités. Mais comme le fit remarquer l’Emolga sur le trajet, ils arrivaient à la bonne période de l’année. En effet, à peine eurent-ils traversé la protection aqueuse qui entourait la ville que le petit groupe de voyageur se retrouva plongé au cœur d’une magnifique fête en l’honneur du Pokémon emblématique de la ville, Lakmécygne. Toutefois, l’ambiance qui régnait ici n’avait rien à voir avec celle de Linaewen : pas de bières, pas de débordements… l’ensemble des activités proposées étaient plus proches de jeux en tout genre et d’ateliers de découverte de l’histoire de la ville et du continent. Une aubaine, pour un chercheur comme Ninj qui n’était sur Tenkei que depuis peu de temps !

Dès qu’ils eurent réglé la question des réservations de chambres pour dormir, le groupe se scinda en plusieurs petits groupes selon les préférences de chacun.




Pour commencer, comme cela lui arrivait souvent, Emolga mêla l’utile à l’agréable et offrit ses services à l’aubergiste en échange de chambres gratuites. Ainsi, elle pouvait non seulement jouer à volonté, mais Ninj et Soriu n’avaient plus à se préoccuper du financement de leur séjour. La souris électrique délaissa donc le groupe et entama tout un ensemble de mélodies plus entrainantes les unes que les autres pour se faire acclamer par les voyageurs du jour. Sans surprise, Voltali, enfin remise de ses blessures, fit mine de vouloir écouter l’Emolga pour pouvoir rester dans l’auberge toute la journée plutôt que d’avoir à supporter le reste du groupe.

Ce fut ensuite le tour de Ninj et Reï de s’éloigner des autres. Toutefois, contrairement à Emolga, ils proposèrent à d’autres de les accompagner s’ils le souhaitaient : le chercheur allait visiter l’ensemble des stands historiens de la ville pour en apprendre plus sur Tenkei, mais il se doutait bien que cela n’intéresserait pas la majorité du groupe.
Il était amusant de voir le temps que Ninj avait passé avec l’illusionniste cette dernière semaine… du jour au lendemain, le chercheur s’était rappelé des inscriptions étranges que Reï avait gribouillées sur le sol de la prison, lorsqu’ils étaient emprisonnés au bastion de la religion… et après vérification, il s’agissait bien de l’écriture des habitants de Tenkei. Ce qui était plutôt logique, puisque Reï avait essayé de communiquer avec le chercheur. Résultat, Ninj avait proposé au Zorua de lui enseigner l’écriture d’Erasia, tandis que lui-même enseignerait l’écriture de Tenkei au chercheur. Une proposition qui avait évidemment enchanté l’illusionniste, et qui lui permettrait certainement de mieux se faire comprendre par certains membres du groupe. Depuis ce jour, les deux apprentis passaient des heures et des heures ensemble, s’amusant à traduire chaque mot qu’ils rencontraient, soit sur un bout de papier que Ninj trimballait avec lui, soit sur le sol grâce à une illusion de Reï. Et au cœur d’un festival aussi riche en connaissances, il paraissait évident que les deux zouaves allaient s’adonner à leur nouvelle passion !
Depuis ce jour également, Reï prenait régulièrement une apparence humaine afin de travailler convenablement avec le chercheur. Tout comme sa sœur et Lou, il avait l’apparence d’un jeune enfant. Mais contrairement à eux, il ne cherchait pas à varier à chaque sortie : les yeux et les cheveux verts, il était vêtu toujours d’une tenue sombre ressemblant à celle d’un jeune apprenti-sorcier.




Le dernier groupe était composé de ceux qui, au contraire de Ninj et Reï, souhaitaient profiter de ce festival pour s’amuser, et non pour apprendre quoi que ce soit. On y retrouvait évidemment Lyn, bien que la gamine soit déçue de voir son frère préférer un tas de bouquins à une partie de gags en tous genres. Mais également le nouveau venu, Germignon, qui semblait encore hésitant sur le rôle qu’il devait tenir au milieu de cette équipe pour le moins… disjointe. Enfin, Arcanin surveillait le groupe… mais n’étant pas plus âgé qu’eux mentalement, il paraissait évident qu’il comptait surtout profiter des attractions de la ville.

Les festivités étaient aussi bien ouvertes aux humains qu’aux Pokémon. D’ailleurs, de nombreux Pokémon sauvages sortaient leur tête des canaux pour participer à leur façon, arrosant les passants avant de replonger dans l’eau qui entourait la ville dans les quatre directions.
Par ailleurs, si certains comme Ninj s’émerveillaient de la beauté des lieux, ce n’était absolument pas le cas du Germignon qui regardait le moins possible en direction des cieux. Cette bulle d’air lui faisait le même effet qu’un vertige… mais en sens inverse. Il manquait de lumière ! Brrr… il fallait qu’il s’occupe l’esprit pour oublier ce décor inquiétant. Une activité… n’importe laquelle… sans réfléchir, le Germignon s’approcha du premier stand qu’il vit.
A ses côtés, Lyn avait décidé, pour une fois, de garder sa véritable apparence sans aucune crainte. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’aucun Zoroark ne serait capable d’arriver jusqu’ici. Et pour une fois qu’elle ne craignait rien, elle comptait bien en profiter pour parader avec son magnifique pelage de Zorua sombre, teinté de bleu au niveau de sa mèche, de ses pattes et de ses sourcils. Elle était belle, elle le savait, et ça se voyait.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Dim 12 Mai 2013 - 3:57

"Ce n'est pas vraiment la même fête ici ... mais ce n'est pas déplaisant du tout même."

Il avait laissé tomber ses noigrumes pour que ses pokémon apparaissent, Cryptero n'étant toujours pas capturée concrètement, elle était donc déjà dehors, créant l'illusion de la femme si particulière qu'elle arborait habituellement. Le jeune homme aux cheveux blancs ne fit aucune remarque à ce sujet, continuant de la regarder brièvement alors qu'il observait tout autour de lui. Bon, Emolga avait décidé tout simplement de faire la "fête musicale" pour payer leurs places, c'était bien aimable mais elle ne devait pas s'y forcer. Par contre, Voltali, il devait reconnaître une petite pointe d'agacement envers elle. Il avait l'impression de se revoir et ce n'était pas une bonne chose, pas du tout même.

A côté, Ninj apprenait l'écriture avec Rei qui avait pris une forme humaine. Hum ... Moui, c'était pas mal mais de son côté, il avait une autre méthode puisqu'il puisait dans les pensées de Cryptero comme l'inverse. C'était une méthode d'apprentissage radicale et efficace ... un peu trop même. Car bon, cela voulait dire qu'il pouvait communiquer avec Cryptero sans aucun problème et qu'en vue de son langage, quelquefois, c'était assez ... irritant. Mais bon, il faisait bonne figure et mauvaise fortune pour bon coeur. Il n'était pas sûr que ça se disait comme ça. Néanmoins, Ninj et Rei n'étaient pas seuls, loin de là. Ils étaient accompagnés par Nephene ... et Friyendia. Oui, la princesse des glaces était venue avec eux, contrairement à ce que l'on aurait pu croire.

Par contre, il ne fallait pas se faire d'illusions : Cryptero comme Lalabelle n'allaient pas lâche Soriu d'une semelle. Mai Moona, de son côté était là pour s'amuser comme tous les autres. Et Eoli ? Tout simplement en train de voleter au-dessus d'eux pour profiter de l'ambiance d'Abyan. Elle ne comptait pas se distraire mais il fallait bien un adulte, n'est-ce pas ? Pour surveiller tout ce petit groupe qui pouvait se montrer très turbulent. Car oui, avec Cryptero dans les parages, même Soriu n'allait pas rester inactif et mature très longtemps. Mais d'ailleurs, en voyant la petite Zorua, celle-ci se retrouva subitement soulevée par la pensée malgré sa condition d'être ténébreux. Sans qu'elle ne puisse réagir, Soriu l'avait prise dans ses bras, commençant à passer une main dans sa fourrure tout en sortant un peigne. Pas n'importe lequel ... puisqu'il s'agissait de celui qu'il utilisait pour Elena ... auparavant. Il en avait un pour chaque pokémon, une simple mesure de précaution.

Il chantonna doucement, aucune parole ne sortant de ses lèvres, juste quelques murmures, signe qu'il semblait concentré dans tout cela. La fête battait son plein, il y avait de la joie dans l'air et il se demandait s'il pouvait enfin être soulagé. Ils n'avaient découvert et exploré que quoi ? 25% de cette nouvelle terre promise ? Et il y avait encore tant de pokémon à connaître. Son premier contact avec la faune locale, il s'en rappelait puisqu'il s'efforçait tous les jours de le marquer de ses griffes plantées dans son dos. Autant dire que ce n'était pas forcément la joie de son côté. Si on remarquait aussi le regard agacé et énervé de Lalabelle car elle ne pouvait pas profiter du peigne comme la Zorua, ah ... Bon.

Il promit à la jeune demoiselle sous forme humaine qu'il s'occuperait d'elle après Lyn. Pour l'heure, il était temps de s'occuper. Et surtout, il voulait surveiller le petit Germignon pour être sûr qu'il se portait bien. Avec autant de personnes autour de lui, il était assez difficile de pouvoir lire les pensées de chacun sans s'embrouiller. C'était d'ailleurs un travail plus qu'éreintant. Il fallait peut-être qu'il se rapproche du Germignon et cherche à parler avec lui. Cela ferait un petit sujet de conversation pour qu'ils apprennent à se connaître tous les deux non ? Il entendit une voix déclarer :


"C'est vraiment trop mignon et choupi kawaii... C'est ça que je dois dire ? Trop de mièvrerie me rend malade, Soriu. A vouloir être ami-ami avec tout le monde, tu vas te faire poignarder, pour ne pas changer. Tu es juste particulièrement stupide et navrant. Ce n'est pourtant pas compliqué."

"Si tu es gentille, je te peignerai aussi, Cryptero. Pour le moment, il faut donc que tu te montres plus agréable."

"'Qu'est-ce que ..."

Elle s'immobilisa derrière Soriu, restant neutre avant de marmonner, se remettant à suivre le groupe sans rien rajouter. De son côté, Soriu s'était finalement rapprocher du Germignon, un petit sourire aux lèvres. Il s'était mis à nouveau à ouvrir la bouche, cherchant alors à converser avec lui, lui demandant s'il allait bien ou si le stand l'intéressait. Comme il semblait encore assez jeune mais très motivé, il évitait de se montrer trop brusque. C'était surement la meilleure solution possible. Il relâcha la Zorua, ayant terminé de la peigner avant de ranger son peigne. Lalabelle attendra pour ça. Autant se distraire maintenant.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Ninj le Dim 12 Mai 2013 - 19:00

Alors qu’elle se pavanait gaiement au milieu des rues d’Abyan, la jeune Zorua se sentit soulevée par une force mystérieuse. Sans comprendre ce qui lui arrivait, la petite continuait à remuer des pattes dans le vide… mais au lieu d’avancer, elle sembla s’envoler jusqu’à finalement atterrir… dans les bras de Soriu !

« Hey ! Tu pourrais prévenir avant de… », Commença-t-elle, agacée à l’idée d’être traitée comme une peluche.

Mais elle se calma bien rapidement en sentant le peigne de Soriu plonger dans sa douce fourrure. C’était agréable… et puis, cela ne faisait que confirmer qu’elle était aussi ravissante qu’une petite princesse ! Finalement, plutôt que de garder son air ronchon, Lyn s’étira mollement dans les bras de Soriu avant de s’y étaler de tout son long, laissant à Soriu le soin de la rendre plus belle encore.
Elle resta ensuite parfaitement immobile, remuant seulement la tête de temps en temps pour profiter de la douce caresse du peigne sur son corps. Soriu put même entendre un semblant de ronronnement tandis que l’enfant fermait les yeux et se laissait bercer par le rythme de la marche de l’humain…

Finalement, Lyn ne semblait pas gênée à l’idée d’être traitée comme l’animal qu’elle était. Lou aurait certainement été plus réticent à cette idée… mais pour sa part, elle ne restait sous forme humaine que pour se cacher. Evidemment, elle n’allait pas se retourner et léchouiller Soriu au visage comme l’aurait fait Arcanin, mais elle appréciait la petite attention de l’humain. Quant au fameux Arcanin… il aboya à l’attention de Soriu lorsque le jeune homme s’adressa à Lalabelle. A priori, lui aussi voulait être peigné… non pas que Ninj ne s’occupe pas de son épaisse fourrure, mais le chercheur se contentait de quelques vulgaires coups de brosses pour lui donner un aspect présentable, ce qui était très loin du traitement délicat auquel Soriu s’appliquait.

Le Germignon sursauta en entendant Soriu lui adresser la parole directement. Perdu dans ses pensées, la petite boule verte avait complètement oublié qu’il n’était pas seul !
Loin d’être fâché, il se demanda tout de même ce que cet homme lui voulait ! Ayant rejoint le groupe depuis quelques jours à peine, Germignon n’avait pas encore eu l’occasion de faire connaissance avec tout le monde. Il avait passé un peu de temps avec Arcanin, Lyn et Reï, mais rien de plus.
Lorsqu’il comprit que l’humain ne cherchait qu’à lancer la conversation en lui demandant notamment s’il se portait bien, le petit Pokémon afficha un large sourire avant d’acquiescer de la tête. Malgré son inquiétante cicatrice à l’œil, cet humain avait l’air sympathique ! D’ailleurs, Lyn semblait l’apprécier, alors il n’avait aucune raison de se montrer méfiant.

Concernant la question des stands, le Germignon se tourna immédiatement vers un stand d’adresse. Il courut jusqu’à l’humaine tenant le stand, s’arrêta à ses pieds, se retourna vers Soriu, puis bondit sur place comme pour demander s’il pouvait participer.
L’activité était un long stand de tir tenu par une jeune humaine et son camarade Ouvrifier. Le pokémon s’amusait à déplacer des cibles en hauteur plus ou moins rapidement au fond du stand, sur lesquels les participants devaient tirer à partir du comptoir. Concernant les projectiles, la jeune femme permettait l’utilisation de n’importe quelle capacité à distance, que ce soit pour les humains ou pour les Pokémon. Evidemment, le Germignon comptait bien trancher ces cibles à coup de tranch’herbe ! Mais il remarqua bien rapidement que la tâche était plus compliquée que prévu…

Bien que l’Ouvrifier soit caché derrière un meuble – pour éviter d’être blessé à la place des cibles –, et donc soit incapable de voir les attaques venir, il bougeait continuellement et évitait plutôt bien les coups. Déçu d’avoir raté sa cible plusieurs fois, le Germignon se mit même à tricher, envoyant plusieurs feuilles en même temps pour essayer de cerner sa cible… seulement, lorsqu’une de ses feuilles réussit finalement à atteindre le bord du rond, elle ne sembla même pas l’égratigner. Prenant un air boudeur, le Germignon réitéra son essai… il n’était pas question qu’il perde face à un foutu morceau de bois coloré !

Tandis que le Germignon se prenait aux jeux, la Zorua fut relâchée par Soriu, son pelage étant désormais aussi doux et délicat que celui d’un Feunard. Souhaitant voir le résultat des soins de l’humain, Lyn se rapprocha d’une vitre un peu opaque pour se détailler de la tête aux pattes, non sans une pointe de vanité. Fière de son physique, elle reprit sa route après une bonne minute, la tête dressée, marchant d’une façon plutôt snobinarde. Si bien que le destin décida de se moquer d’elle en la faisant percuter de plein fouet… un mur invisible. Après s’être frottée le museau le temps d’apaiser la douleur, la renarde posa une de ses pattes sur ce qui semblait être un morceau de vitre si transparent qu’elle ne l’avait pas remarqué…
Ignorant ce mauvais coup du hasard, Lyn tourna simplement à gauche et reprit sa route… mais à nouveau, elle percuta un mur invisible. Mais, mais, mais ! C’était quoi, ça ?! Bien plus hésitante, elle tourna une fois encore sur sa gauche et avança à tâtons, bien décidée à ne plus se laisser avoir… et sans surprise, elle découvrit une nouvelle vitre qui la séparait du reste du groupe. Pouvaient-ils au moins l’entendre ? A priori, oui… mais d’où sortaient ces murs étranges ?

Perplexe, elle observa autour d’elle avant d’enfin comprendre ce qui lui arrivait : éparpillés aux quatre coins de cette prison de verre, plusieurs Pokémon semblaient s’atteler à un étrange travail psychique… et à côté de cette première glace dans laquelle elle s’était orgueilleusement regardée, Lyn remarqua également un écriteau indiquant… l’entrée du labyrinthe. Ah ! Elle comprenait à présent ! Tous ces Pokémon utilisaient une capacité protection légèrement modifiée pour créer ce labyrinthe ! Et non seulement ce labyrinthe semblait extrêmement complexe, en plus d’être composé de murs invisibles… mais en plus, il paraissait évident que les Pokémon s’amusaient à changer les couloirs au cours du temps, transformant aléatoirement un trajet vers la sortie en un cul de sac. Parfait ! Il était temps de jouer… sortir ? Non, il y avait bien plus amusant à faire dans ce genre d’endroit !


« Lalabelle, Moona ! », Hurla Lyn par télépathie, à l’intention des deux autres gamines du groupe. « Essayez de m’attraper ! »

Et sans crier gare, elle fit mine de s’enfuir… sauf qu’il y avait déjà au moins une barrière magique invisible entre elle et les deux autres ! Et plus elles s’enfonceraient dans le labyrinthe, plus elles risquaient d’être à la fois proches… et très éloignées !

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Sam 18 Mai 2013 - 20:04

"Est-ce que je rêve ou je suis en passe de devenir toiletteur pour pokémon ?"

Ce fut la première remarque que Soriu balança alors qu'il acceptait la proposition pour Arcanin. Bon, d'après ce qu'il avait compris, cette soirée allait être très épuisante. S'il commençait avec deux pokémon, autant tous les faire, n'est-ce pas ? Ohlala, rien qu'à l'idée d'y penser, autant dire qu'il allait se sentir épuisé, plus qu'épuisé même par tout ce qui allait se passer. Il prit une profonde respiration, commençant à réfléchir à toute cette histoire. C'était assez démoralisant non ? Ou alors, plutôt de l'autre côté ? C'était une bonne nouvelle que chacun arrive à se réunir pour ça. Il observa la réaction de la Cryptero mais celle-ci resta parfaitement stoïque, comme si cela ne la concernait pas le moins du monde.

Lorsqu'il fut question des jeux avec le Germignon, Soriu observa le pokémon qui se concentrait grandement et échouait à toutes ses tentatives. Hum ... Il pouvait bien utiliser ses pouvoirs psychiques pour altérer un tout petit peu ça non ? Du genre guider les feuilles pour qu'elles atteignent leurs cibles et ainsi rendre le Germignon victorieux. Qu'il sache, ce n'était pas interdit. Il connaissait des pouvoirs psychiques qui rendaient magiques les feuilles envoyées sur des cibles. Il ne faisait que renforcer les pouvoirs des tranch'herbe du Germignon. Rien de plus. Mais pendant ce temps, il fallait aussi voir comment se débrouillaient les autres. Il n'avait pas totalement confiance dans la situation.

D'ailleurs, il avait délaissé la Zorua pour qu'elle puisse s'échapper et s'amuser de son côté. Etait-ce une bonne ou mauvaise chose ? C'était à chacun et chacune de voir cela. Tout ce qu'il remarquait, c'est qu'il avait aussi perdu la trace de Lalabelle et Moona. Les deux jeunes femmes pokémon étaient où ? Il regarda à gauche et à droite mais ne les remarqua pas. Maintenant, il était juste seul, avec une ombre plantée dans son dos. Il n'osa pas se retourner pour ne pas faire face à la Cryptero, évitant d'avoir à discuter avec elle. De toute façon, elle était étrangement muette depuis le début des festivités. Il se doutait que ce n'était pas du tout le genre de la créature mais quand même.


"T'attraper ? AH OUI OUI OUI ! J'arrive ! J'arrive ! Je suis ..."

*BAM* La femme aux cheveux couleur de miel se prit un miroir en pleine face alors que Lalabelle perdait son air grochon pour passer à celui de la surprise. Elle s'approcha de Moona qui cherchait encore à comprendre avant de poser une main sur un miroir. Ah oui ... Un mur miroir. Le palais des miroirs hein ? Et la petite Zorua pensait vraiment qu'elle n'allait pas la capturer ? Elle allait lui montrer comment elle était capable de rebondir. Elle prit appui sur ses pieds avant de sauter en avant, ses pieds se posant sur un mur miroir avant de la projeter sur un autre, et encore un autre, encore un autre. Comme une balle rebondissante, la femme-Lockpin se déplaçait à une vitesse tellement folle qu'elle se rapprochait inexorablement de la Zorua avant de dire :

"Où est-ce que tu comptais t'échapper, toi ?"

Réception et voilà, elles étaient maintenant toutes les trois dans le palais des miroirs. Il n'y avait bien que Moona qui avait du mal à se débrouiller alors que Lalabelle avait relâché la Zorua aussi vite qu'elle l'avait récupérée. Car oui, elle lui en voulait terriblement pour avoir pu profiter du peigne de Soriu ! Enfin bon, maintenant, elle devait retrouver comment sortir de ce palais des miroirs. Avec les rebonds, elle avait réussi à aller à l'intérieur mais pour en sortir ... Elle commença à tâtonner devant elle, surtout pour d'abord retrouver Moona pour ensuite qu'elles quittent toutes les trois cet endroit.

De son côté, Soriu avait la surprise de voir que Cryptero avait repris une forme plus humaine, malgré que ce n'était qu'une illusion. Elle regardait autour d'elle, observant Ninj avec les pokémon à côté de lui, pour apprendre le langage de cette nouvelle région. Sans un mot, elle s'invita parmi le groupe, se dirigeant vers lui avant de s'arrêter. Elle tourna son visage vers un stand de barbapapa, Soriu observa la jeune femme, poussant un petit soupir avant de se diriger vers le stand. Quelques minutes plus tard, il en avait pris assez pour toutes les personnes présentes, en tendant un à Cryptero qui ne vint rien dire.

Pour le reste, il observait juste ses pokémons dont Friyendia sous forme humanisée qui mangeaient la barbapapa. Il en avait aussi ramené pour Ninj et Rei. Il se demandait quand même ce que les autres pokémon faisaient. D'ailleurs, Cryptero mangeait sa barbapapa en silence, venant s'asseoir à côté de Friyendia; Quand celle-ci fit une erreur, elle vint la corriger, faisant de même avec Nephene et Ninj. Ce n'était que de brèves paroles mais cela suffisait à corriger tout le monde. Pendant ce temps, Soriu s'éloignait, repartant pour aller retrouver la Zorua et les autres pokémon. Où est-ce que l'Arcanin était parti ? Au jeu des petits Couanetons ? Et aussi, le Germignon se débrouillait comment après la petite aide psychique qu'il avait reçu ? Ca faisait quand même beaucoup de travail hein ? Il ne fallait pas trop l'oublier de ce côté. Pfiou, il avait l'impression de faire gardien d'enfants mais il était motivé à ce que tout se passe bien aujourd'hui. Est-ce qu'il y avait un stand où il pouvait peut-être participer ? Tiens donc ... Faire un concours de force avec un Hariyama ... Maintenir les cornes du Tauros pour qu'il ne nous projette pas au sol ? Ils avaient des attractions issus d'Erasia donc ? C'était pas déplaisant. Au moins, la culture venait vite s'imprégner dans les autres régions, ce n'était pas une mauvaise chose. Cela permettait un rapprochement parmi les nations. Il fallait juste que même niveau militairement ou diplomatiquement, cela se fasse ... et ça, c'était malheureusement plus difficile, bien plus difficile. Un monde en paix ... oui .. . peut-être.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Ninj le Mer 22 Mai 2013 - 21:00

« J’ai réussi ! J’ai réussi ! », Hurla le petit Germignon, tout fier de sa prestation tandis qu’une de ses feuilles fendait mystérieusement la cible avant d’aller se planter dans le mur plus loin.

Comment avait-il fait ? Avait-il appris une nouvelle attaque ? Loin d’imaginer que Soriu l’avait aidé psychiquement, le Pokémon prit pour lui cette réussite et se mit à parader gaiement sur le stand.
Beaucoup moins dupe que le jeune Pokémon, la dirigeante du stand lança un regard suspicieux à Soriu, sans pour autant trahir sa couverture. Elle n’aimait pas l’idée de récompenser un tricheur… mais d’un autre côté, ce jeune Pokémon semblait si heureux qu’elle se refusait de ruiner son rêve ! Abandonnant ses principes pour faire plaisir à cette petite boule verte, l’humaine attrapa un petit sac de biscuits Pokémon et le tendit au Germignon.

Des biscuits ? Qu’importe ! Il se fichait complètement du prix : il était tout simplement heureux d’avoir réussi ce dur challenge ! Fier de pouvoir prouver sa valeur auprès des autres, le Pokémon attrapa le petit sac dans sa gueule et retourna auprès du groupe. Il courait dans tous les sens, avec le sac en évidence, aussi excité qu’heureux. Il fit fièrement le tour du groupe, proposant des biscuits à tous ceux qu’il retrouvait. Par ce petit tour d’horizon, le Germignon espérait également faire connaissance avec tout le groupe. Et étant donné qu’il se présentait en vainqueur, il espérait être bien vu par l’ensemble de ses nouveaux camarades !

Lorsqu’il arriva au niveau d’Arcanin, le chiot le félicita d’un aboiement joyeux avant d’accepter le biscuit. L’animal était resté à regarder le Germignon tout du long, mais il avait rapidement été rejoint par de nombreux enfants. Les premiers s’étaient approchés avec une grande timidité, souhaitant simplement caresser le pelage de ce gros chien – malgré qu’il soit bien plus petit que ses semblables –. Mais l’animal ayant répondu aux caresses par de nombreuses léchouilles, il se retrouvait maintenant avec une dizaine de gamins sur lui qui s’amusaient à le chatouiller, à fuir, à l’attraper, et à toutes sortes d’autres jeux enfantins.

Voyant que son camarade à quatre pattes était plutôt occupé, le Germignon reprit sa route après avoir été acclamé par son ami et se rendit en direction de la taverne. Là-bas, il retrouva Voltali à moitié endormie dans un coin de la salle. Sans surprise, la renarde l’ignora superbement et la petite boule fut forcée de passer au camarade suivant.

Etrangement, il ne retrouva pas l’Emolga dans la taverne. D’ailleurs, l’endroit semblait particulièrement désert, comme si tout le monde était sorti pour profiter de la fête ! Même le bar était vide, le patron étant visiblement de sortie lui aussi. Curieux, le Pokémon plante fit marche-arrière pour essayer de pister sa camarade. Et pour cela, il n’y avait qu’à tendre l’oreille…


Jouant de son instrument fétiche, Emolga était en tête d’un immense cortège où tout le monde se dandinait et marchait à la façon d’un couaneton. La musique tournait en boucle, et une immense queue leu leu s’était créée derrière-elle, au milieu de laquelle d’autres artistes reprenaient en cœur la même mélodie, de sorte que la musique emplisse à présent une bonne partie de la ville. Juste derrière Emolga, on pouvait évidemment retrouver le barman de l’auberge, qui comptait bien faire terminer cette queue leu leu dans son bâtiment… mais pour le moment, même lui, il comptait s’amuser plutôt que de penser à l’argent !
En arrivant aux côtés d’Emolga, le Germignon lui montra fièrement son gain, expliquant comment il l’avait gagné, puis il proposa à la souris de prendre un biscuit. Sans aucune hésitation, la souris s’arrêta, figeant l’ensemble du cortège, pour prendre un des biscuits de son camarade. Après-quoi, elle se tourna vers la foule, et lança un grand « Emo, Emo, Emo ! », auquel l’ensemble des personnes à portée de voix répondirent « Hourra ! », si bien que durant l’espace d’un instant, le Germignon eut l’impression d’être félicité par l’ensemble de la ville. La musicienne fit ensuite un clin d’œil au petit Pokémon avant de reprendre sa marche, ainsi que sa mélodie.

Gagnant en fierté au fur et à mesure de ses réussites, le Germignon retrouva finalement Lyn, Moona et Lalabelle : les trois femelles s’étaient enfermées dans un labyrinthe aux murs invisibles. La petite Zorua s’était rapidement faite attrapée par la Lockpin : elle n’avait eu le temps que de pousser un grand cri de surprise en voyant l’autre se rapprocher d’elle à une vitesse hallucinante. Mais, c’était injuste ! Comment faisait-elle pour rebondir de la sorte sur des murs invisibles ? Grrr !


« Maiiiiis ! », Râla la Zorua chromatique. « Je savais que j’aurais dû demander à Reï de venir ! Lui il aurait su comment t’échapper ! »

Mais contrairement à ce que laissaient croire ses paroles, Lyn n’était pas énervée. Au contraire, elle se mit à rire, abandonnant sa victoire à la grand Lockpin rebondissante. Et au moins, Moona n’avait pas réussi à la rattraper, elle !
N’ayant clairement pas le temps de traverser ce labyrinthe, le Germignon toqua sur l’une des parois invisibles pour attirer l’attention des trois autres. Il sortit trois biscuits à l’aide de ses lianes, tout en se demandant comment les faire arriver de l’autre côté du mur…
Mais il n’eut pas à se prendre la tête bien longtemps ! Guidés par un étrange pouvoir psychique, les trois biscuits s’envolèrent d’eux-mêmes et traversèrent les barrières du labyrinthe sans la moindre difficulté. Voyant un repas potentiel s’approcher d’elle, Lyn tenta d’en saisir un d’un bond… et s’écrasa à nouveau contre une paroi invisible. A cet instant… les trois biscuits se mirent à fuir, contrôlés par les mêmes personnes qui créaient les murs du labyrinthe. Sauf que pour eux, contrairement à pour nos trois femelles, les barrières disparaissaient et apparaissaient en un instant pour leur permettre de se mouvoir sans la moindre contrainte.

Sans vraiment comprendre ce qui venait de se passer, Germignon décida de passer au groupe suivant.
En chemin, il croisa Soriu qui semblait se diriger vers les trois femelles du labyrinthe. Qu’importe que ces biscuits soient pour les Pokémon ! Tout comme il l’avait fait pour les autres, le Germignon montra fièrement le paquet pour en proposer un à l’humain, sans se douter que c’était justement grâce à cet humain qu’il avait réussi cet exploit.

Enfin, après avoir laissé Soriu reprendre sa route, le Germignon arriva au niveau du dernier groupe. Tous semblaient déjà se gaver de barbapapa, mais qu’importe ! Ses biscuits étaient ceux d’une grande réussite, en plus d’être ceux d’une rencontre ! Il en proposa donc à l’ensemble du groupe, en commençant par Friyendia et Nephene, et en terminant par Cryptéro.
Ninj refusa avec un air gêné, ne souhaitant pas vraiment gouter aux biscuits Pokémon. Par contre, il caressa chaleureusement la petite boule pour le féliciter de sa victoire. Reï fit de même : il avait déjà du mal à se dépatouiller avec cette barbapapa, il n’avait pas vraiment l’occasion d’y ajouter un biscuit. Les deux humains retournèrent ensuite à leurs occupations, tandis que Germignon présentait le sac à Cryptéro de la même façon qu’il l’avait fait pour tous les autres. Et voilà ! Il avait fait le tour ! Enfin, normalement ? Il avait l’étrange impression d’avoir oublié quelqu’un… pourtant, il avait bien regardé partout autour de lui, et il n’avait vu aucun autre visage connu… comment ? Lever la tête ? Comment aurait-il pu y pensé ?

Tandis qu’ils grignotaient leur barbapapa, Ninj et Reï continuaient à observer les différents stands. A leur grande surprise, Cryptéro les aidait… personne ne fit la moindre remarque là-dessus, son aide étant plutôt bienvenue, mais Ninj était agréablement surpris de voir que l’oiseau se montrait aussi sympathique aujourd’hui. Toujours est-il qu’à présent, ils arrivaient à un stand purement Erasien, tenu par un homme d’Erasia qui, tout comme lui, s’était installé récemment à Tenkeï. Il y avait de tout… des parchemins sur l’histoire d’Erasia, de magnifiques peintures Erasienne, quelques sculptures de Pokémon Erasiens… et Ninj présentait tout cela à ses camarades de Tenkeï, non sans une certaine mélancolie…

Du côté du labyrinthe, la Zorua venait de pousser un affreux cri de terreur.


« Lààààààà, un démon ! », Avait-elle hurlé.

Mais non, il n’y avait rien de plus face à elle qu’un des nombreux miroirs du jeu. Pourtant, elle aurait juré voir une créature aussi sombre qu’elle, portant une tête de mort sur le crâne ! Mais sans doute n’était-ce qu’une illusion ?... ce labyrinthe devenait de plus en plus compliqué au fur et à mesure que les trois femelles passaient du temps dedans ! Non seulement les murs étaient invisibles, bougeaient et semblaient aussi résistants que de véritables murailles, mais si en plus ils commençaient à leur donner des visions… brrr !

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Dim 26 Mai 2013 - 22:49

"Merci."

Ce fut le seul mot de Soriu à l'intention de la géante de stand par la pensée alors qu'il s'était mis à repartir après que le Germignon ait récupéré son dû. Elle n'avait pas fait de cinéma et c'était tant mieux. Elle savait pertinemment que cela n'avait pas eu pour but de la dévaliser par la tricherie, simplement de rendre heureux un petit pokémon. Il était maintenant un peu fatigué après tous les autres évènements alors qu'il regardait ce que chacun et chacune faisait. Pfiou ... Il y avait du monde, beaucoup de monde même. Peut-être un peu trop ... enfin c'était un peu tard pour y réfléchir à ça.

Il poussa un soupir en voyant les trois femmes dans le Labyrinthe, son oeil devenant complètement rose alors qu'il commençait à se promener comme si de rien n'était à l'intérieur; Ce n'était pas un petit labyrinthe qui allait réellement l'arrêter hein ? Loin de là même, bien loin de là. Il poussa un petit soupir, marchant tranquillement, suivant le rythme de changement du labyrinthe. Quand il fut presque arrivé, la petite Zorua poussa un cri de surprise et il se tourna aussitôt vers ce qui semblait être un monstre ... ou non ? Il avait eut le temps d'apercevoir un pokémon quadrupède mais aucune intention mauvaise. Hum ...

D'un clignement de oeil, il téléporta les trois pokémon dont deux humanisées avant que de se tourner vers la Zorua, cherchant à la calmer pour comprendre exactement ce qui venait de se passer. Ce n'était pas normal et il lui demanda si elle savait à quoi ressemblait exactement la créature qui venait de s'en prendre à elles. Ou presque ... en quelque sorte ... Ce n'était pas aussi simple que ça, loin de là même. Mais bon, dès qu'il avait pu tenter de la rassurer ainsi que Lalabelle et Moona, il allait alors pouvoir repartir vers la Cryptero et compagnie. D'ailleurs,le Germignon avait visiblement offert à tous et à toutes une partie de sa récompenser. La Cryptero ne l'avait pas remercié, faisant juste un mouvement de la main pour récupérer le fruit de sa récompense et l'avaler d'une traite. Elle avait déjà terminé en fait la barbapapa achetée par Soriu donc bon, elle cherchait un nouvel encas. C'était aussi simple que ça et le jeune s'approcha du groupe, demandant :


"Vous comptez faire cela toute la journée ? Je ne sais pas mais ne vous forcez pas trop. Sachez juste que se concentrer trop sur une chose risque plus de vous gêner ... qu'autre chose justement. Si vous ne faites rien à côté, je ne dis pas que vous risqueriez d'arriver à travailler correctement sur les langues. Enfin, c'est juste une proposition."

Pour toute réponse, la Cryptero grogna, tournant son visage vers lui, observant son oeil rose. Enfin, cette fois-ci, il était redevenu comme auparavant mais ce n'était pas vraiment un problème. Pas du tout même. Elle se redressa, marmonannt pendant quelques secondes avant de dire d'une voix lente :

"Mêle toi juste de ce qui te regarde, c'est pourtant aussi simple que ça hein ? Ou alors, tu penses que tu as trop de mal à comprendre ce genre de choses très simple. Qu'est-ce que tu crois ?"

,"Qu'est-ce que tu racontes exactement toi ? Je peux savoir ce qui te prend de chercher à m'agresser ainsi ? Bref, visiblement, ça ne sert à rien et je m'en vais de mon côté. Je vous laisse continuer à bosser. Tsss."

Vraiment une sacrée garce quand elle s'y mettait. Mais bon, il n'avait pas la tête à ce genre de stupidités. Il fit un simple geste de la main, mettant celle-ci dans sa poche ainsi que l'autre avant de se remettre en route. Lorsqu'il fit quelques pas, Crypteroe était tout simplement debout, marchant à côté de lui. Quoi encore ? Elle avait décidé de lui pourrir sa journée jusqu'au bout, c'est ça ? Il en avait déjà assez eu, bien entendu ! Stop, quoi ! Elle voyait pas qu'il avait sa dose de ses conneries avec elle ? Il avait bien mieux à faire que ça ! Il ne chercha même pas à converser avec elle, continuant à bouger sans un regard vers elle. Si elle voulait le suivre, tant mieux.

Ou sinon, tant pis. Pendant ce temps, Friyendia l'avait regardé partir avec un peu d'inquiétude alors que Nephene continuait d'écouter sagement les paroles de Rei et Ninj. Elle suivait attentivement la discussion entre les deux et les cours d'apprentisage. Il y avait tellement à faire. Beaucoup plus à faire même. Hum ... Elle voulait peut-être aller voir comment les autres se débrouillaient ? Eoli avait décidé de suivre tout simplement Soriu. Bizarrement, ce soir, elle ne se méfiait pas plus que cela de Cryptero. Elle ne savait pas pourquoi mais cette impression si mauvaise et malsaine qu'elle avait d'habitude à son égard n'était plus du tout là, étrangement. Oui, très étrange même.

Pourtant, il ne fallait pas rêver. La confiance n'était pas là et elle savait pertinemment que la Cryptero était mauvaise et malsaine, très loin d'être une enfant de choeur. Mais sous cette forme humaine, malgré ses provocations et ses gestes, elle semblait un peu différente ce soir. On aurait pu presque croire qu'elle était docile. Mais comment cela se faisait ? Est-ce qu'il y avait eu quelque chose de spécial aujourd'hui ? Qui la rendait si différente des autres soirs ? Ce n'était pas Soriu puisqu'elle l'avait encore provoqué ... mais alors quoi exactement ? Hum, c'était un vrai mystère.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Ninj le Mar 10 Sep 2013 - 4:30

[Désolé de ce trèèès long temps de réponse ^^"]

« Combien pour cette peinture ? », Demanda Ninj au marchand du stand d’Erasia.

Sa voix avait subitement changée, se faisant beaucoup plus sérieuse… plus hésitante également, presque tremblante. Reï, qui s’était tourné vers Soriu pour lui répondre juste avant que la Cryptéro ne l’envoie promener, sursauta presque en entendant le chercheur. Observant la peinture que Ninj pointait du doigt, il y découvrit une petite créature de foudre perchée au sommet du crâne d’un magnifique dragon aux écailles couleur émeraude. L’artiste s’était, semble-t-il, laissé aller à son imagination pour enjoliver au maximum les deux Pokémon, les transformant presque en véritables divinités. Le dragon était des plus impressionnants : son corps paraissait aussi dur que l’acier, et aussi imposant que Reshiram lui-même. Ses magnifiques yeux rouges vifs brillaient presque, l’artiste ayant joué avec divers effets de lumière pour mettre en valeur les contrastes de couleurs présents sur son œuvre. La petite créature, quant à elle, semblait presque innocente. Elle rayonnait comme un soleil au sommet de ce tableau, affichant un sourire mêlé de malice et de joie. Enfin, en arrière-plan, on pouvait apercevoir tel un mirage deux formes humanoïdes qui se tendaient la main, de part et d’autre des Pokémon. A gauche, on discernait vaguement une petite fille à la chevelure dorée, tandis que l’humain de droite ressemblait plus à un adulte légèrement bossu vêtu d’une longue cape verte pour camoufler la majorité de son corps. Une œuvre inspirée d’une des nombreuses rencontres de cet homme, souligna le vendeur, sans imaginer une seule seconde le choc que pourrait provoquer cette phrase dans l’esprit du chercheur.

La larme à l’œil, Ninj paya sans la moindre hésitation le prix demandé par le commerçant, qui, venant d’Erasia, accepta sans soucis la monnaie de sa terre natale. Récupérant l’œuvre avec précaution, Ninj s’éloigna après avoir remercié le vendeur et s’installa sur un banc non loin d’ici pour expliquer à Reï la raison de son achat. Il remarqua au passage que la Cryptéro était repartie avec Soriu, que Germignon était également reparti de son côté, mais que les deux femelles étaient toujours présentes, bien que moins attentives.
D’une voix mélancolique, Ninj entama le long récit de l’histoire de sa vie, ou plus précisément de celle de Pichu et Libegon. Un récit que Reï avait déjà en partie entendu… mais cette fois-ci, le chercheur décrivit plus précisément ses deux compagnons, que ce soit physiquement, ou mentalement. Il expliqua également que les deux personnes en fond ressemblaient étrangement à l’apparence que Pichu et Libegon avaient prise dans un rêve, et qu’ils étaient visiblement capable de prendre à nouveau, tout comme Voltali. C’était en partie grâce à cela qu’il les avait reconnus… et étant donné l’aspect récent de cette peinture, quelqu’un les avait croisés il y a peu, plus vivants que jamais. A la fois heureux de cette bonne nouvelle, et triste de devoir se consoler d’une simple peinture, le chercheur se plongea dans un long silence, fixant la peinture avec insistance, sous le regard compatissant de son camarade.


Des cris de foule attirèrent l’attention du Germignon, tandis que celui-ci visitait la ville de façon purement aléatoire. Il avait rapidement croisé les autres femelles qui avaient finalement réussi à sortir du labyrinthe mais ne s’y était pas arrêté : la jeune Zorua, bien trop paniquée pour y rester plus longtemps, avait suivi Soriu pour ressortir de cet enfer aussi rapidement que possible. Et à présent, elle paradait gaiement en compagnie de Moona et Lalabelle, affichant aux yeux de tous son magnifique pelage tout en cherchant à rejoindre Ninj et Reï.

Traversant la foule, le Germignon  découvrit avec stupeur un spectacle des plus affligeants. Une pauvre créature au pelage sombre se faisait lapider par les habitants de la ville. En avant de tous, un enfant pleurait toutes les larmes de son corps en pointant du doigt la créature chétive, probablement effrayé par l’aspect terrifiant du canidé. Pourtant, ce dernier n’osait même pas se défendre face aux humains qui l’attaquaient à coup de pierre, tandis que les plus hargneux commençaient à le traiter de tous les maux les plus odieux, voyant en son physique un signe maléfique. Personne n’avait jamais vu une telle créature par ici, et sa présence ne pouvait qu’être source de malheur… et pour cause ! Il s’agissait d’un Malosse. Un Pokémon tout à fait commun sur Erasia, mais qui n’existait pas sur le continent de Tenkeï, et dont le crâne ornant la tête avait de quoi inquiéter les habitant d’Abyan. Recroquevillé sur lui-même, le pauvre animal se contentait de couiner à chaque nouvelle pierre qu’il recevait, attendant patiemment que la haine de ces habitants ne s’évanouisse…

N’écoutant que son instinct, le Germignon de Ninj bondit, fit face à la foule et renvoya de sa feuille quelques cailloux avant que la foule ne stoppe ses attaques. Surpris de cette apparition, les humains échangèrent quelques murmures. Confiant, le Germignon redressa la tête, persuadé d’avoir réussi à sauver cette pauvre créature… malheureusement, lui aussi, il appartenait à une espèce inconnue par-delà ces terres. Il fut donc immédiatement reconnu comme étant un simple complice de cette créature démoniaque, et le flot de pierres reprit de plus belle. Du moins, jusqu’à ce qu’un troisième Pokémon ne fasse son apparition pour stopper cette mascarade une bonne fois pour toute.

Avant même que le premier lancé n’atteigne le pauvre Germignon, un éclair traversa la foule d’humains pour s’interposer et parer ces quelques pierres inoffensives. Cette fois-ci, les humains n’eurent pas le temps de détailler précisément celle qui venait de les interrompre : un tonnerre d’avertissement raisonna, tandis que la foudre s’élevait simplement dans les airs en direction du dôme, et déjà la foule se dissipait dans un hurlement de terreur.

Elle n’était pas venue pour ça… c’est en entendant le cri de la jeune Zorua que la Voltali de Ninj s’était subitement réveillée et avait accourut à toute vitesse. Mais étant donné que Lyn se portait bien, et que ce Germignon avait besoin d’aide, elle n’avait pas hésité à intervenir. Derrière-elle, le nouveau venu n’osait pas remercier sa bienfaitrice, au moins aussi apeuré que les humains qui l’avaient attaqué. D’autant qu’elle ne lui accorda pas la moindre attention, préférant menacer du regard les quelques humains qui l’observaient de loin. Finalement, le jeune Pokémon plante se tourna plutôt vers le Malosse… ou plutôt, la Malosse.

Blessée par les pierres des humains, la petite n’osait plus se relever, de crainte de se faire attaquer de nouveau. Ne sachant trop que faire, le Germignon déposa simplement sa récente acquisition sous le museau de cette pauvre Pokémon abandonnée en espérant que l’odeur la tirerait de sa torpeur…

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Mar 10 Sep 2013 - 21:39

"Je ne comprend pas pourquoi les humains font la fête alors qu'ils ne le méritent pas. Qu'avez-vous de si spécial pour cela hum ?"

"A l'heure actuelle ? Rien du tout pour tout te dire. Mais des fois, les humains veulent fêter tout et n'importe quoi ... pour se distraire, pour oublier ... leurs petits malheurs. Tu n'es pas la seule personne ou pokémon à avoir souffert ou je ne sais quoi. Bref, tu vois ? Bon ... Qu'est-ce que je peux faire de bien de mon côté ? Elles sont toutes occupées à quelque chose pendant que moi, je m'ennuie à moitié. Humpf ... C'est bien mes pokémon ça, elles ne pensent pas toujours à moi mais tant mieux, elles méritent de se préoccuper d'elles ... je ne serai pas toujours là pour elles de toute façon." se murmura le jeune homme à lui-même. Oui ... Un jour, il disparaîtra. Parfois, on l'oublie, parfois non. La Cryptero sous sa forme illusoire humanisée s'arrêta, fronçant les sourcils en regardant le jeune homme. Celui-ci se retourna vers elle, lui demanant ce qui se passait.

Aucune réponse ? Aucun problème, ce n'était pas bien grave. Il ne cherchait pas à communiquer avec elle à la base, de toute façon. Il haussa les épaules, continuant sa route jusqu'à s'immobiliser une nouvelle fois ... Qu'est-ce que ... Des éclairs ? De la foudre ? Des cris ? Il se dirigea vers l'origine de tout ce remue ménage, remarquant finalement ce qui se passait. Hum ... Oui ... Ce n'était pas vraiment très plaisant tout ça. Pas du tout même ... et vu l'humeur de chienne de la Voltali, autant dire que ça ne servait pas à grand-chose de chercher à s'approcher. Restant à distance honorable, il vint dire tout simplement, d'une voix qui se voulait calme :


"Qu'avons-nous là, Voltali ? Un Malosse ? Tu ferais mieux de l'emmener à Nephene ou Moona. Tu sais parfaitement que c'est la meilleure chose à faire. Attends, je vais aller les chercher plutôt. Ca sera plus facile ... Que personne ne s'approche d'eux ... et si la prochaine fois que l'un se décide de se la jouer racisme et xénéophobie pokémon, il aura affaire à moi. Faites attention à ce ... cette Malosse et qu'elle ne bouge pas trop. Elle me semble juste terriblement épuisée. Je vais d'ailleurs prévenir les autres aussi, ça sera mieux. "

Il ne laissa pas vraiment le temps au Germignon et à la Voltali de le contredire. Il se déplaça avec vivacité jusqu'à Ninj, celui-ci semblant presque sur le point de pleurer. Il valait mieux ne pas lire dans ses pensées à ce moment précis. Il posa une main sur son épaule, comme pour lui dire de se retourner. Il attendit quelques instants, les secondes suffisant à ce que la Cryptero revienne jusqu'à lui, étrangement en retard. Elle signala d'une voix calme et neutre :

"Les idiots qui composent votre groupe ont été prévenu au sujet du petit chiot noir que la déglinguée de l'électricité tente de protéger avec son ami herbeux. Elles arrivent tout de suite. Tu as fait pareil de ton côté ou il va encore falloir faire le garde-chiomes tout le temps ? Car je n'ai pas que ça foutre, je tiens à te prévenir tout de suite hein ?"

"Bien entendu ... Bien entendu ... Ah ... Bon ! Nephene ? Je vais avoir besoin de toi ! Moona ! Te voilà ! Tu veux bien prendre ta forme pokémon s'il te plaît ?"

Elle poussa une petite complainte, ne comprenant pas trop pourquoi elle devait faire ça alors qu'elle venait à peine d'arriver. Mais devant le regard plus que sérieux de Soriu, elle savait qu'il valait mieux obtempérer. Elle reprit sa forme d'Apireine, à la surprise des passants avant de se mettre à le suivre. Il espérait que ses autres pokémon mais aussi Ninj et les siens allaient les rejoindre d'ailleurs. Il retourna auprès du Germignon, de la Voltali et de la petite Malosse. Avec lenteur, il montra la chétive créature à Nephene disant d'une voix douce :

"Nephene, doucement ... C'est un pokémon de feu. Tes soins doivent être très légers si possible. Moona, tu veux bien lui offrir un peu de ton miel s'il te plaît ?

Voilà, c'était la meilleure chose qu'il pouvait à faire. Et qu'importe si les badauds se montraient autour d'eux ou tentaient de les menacer, ils n'étaient pas là pour créer des troubles. D'ailleurs, ce sont eux qui devraient être punis. Aujourd'hui était jour de fête et voilà ce sur quoi il tombait ? Il sentit un petit élan de haine monter en lui, un rire sardonique se faisant entendre, chose qui le fit aussitôt s'arrêter. Il se retourna vers la Cryptero sous son illusion humanisée. Cette saleté n'attendait que ça. Malheureusement, il ne lui fera pas ce plaisir, il en était hors de question qu'elle apprécie ça ! Bon, les soins ? Et ensuite ? Il verrait tout simplement. La patience était une vertu.

Les deux pokémon s'approchèrent de la Malosse. Nephene ouvrit la bouche, créant un anneau aqueux qui vient doucement tournoyer autour de la petite chienne. Avec lenteur, l'anneau se rapprocher de la créature quadrupède avant de se s'insinuer en elle, la touchant à peine surtout pour soigner les blessures les plus légères. Enfin, Moona fit apparaître deux petites Apitrini, toutes les trois se rapprochant de la petite Malosse, tenant du miel entre leurs mains. Elles déposèrent le miel près de la Malosse, attendant de voir sa réaction. Avec ça, cela soulagerait ses peines et ses douleurs. Car bon, vue la lapidation qu'elle avait subie, il était certaine que c'était le mental qui avait surement pris un gros choc ... et pour ça ... hum ... Il valait mieux peut-être laisser la Voltali et le Germignon s'en occupent. C'était quand même eux qui avaient réussi à protéger la Malosse au départ. Il ne faisait qu'apporter son soutien.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Ninj le Ven 13 Sep 2013 - 20:01

Soriu arriva rapidement en renfort et s’occupa des soins de la pauvre Malosse. Il mit également le reste du groupe au courant de ce qui venait de se passer, avec l’aide de Cryptéro, ce qui provoqua un rassemblement de leur petite équipe. Seule Emolga resta à son poste, et fit même repasser la foule musicale entre Soriu et les quelques curieux qui les observaient, afin de faire oublier à tous ce petit incident pour que l’ambiance de la fête reprenne ses droits. Ainsi, elle occupait les villageois et évitait qu’ils n’envisagent diverses représailles envers Voltali ou Germignon.

Le jeune Pokémon plante ne quitta pas la femelle de plus d’un mètre, même quand Nephene et Moona s’occupèrent de soigner ses blessures. Inquiet pour celle qu’il avait voulu protéger, il souhaitait être présent lorsqu’elle se sentirait prête à leur parler. Quant à Voltali, elle n’accorda pas le moindre regard à Soriu, ni aux autres membres du groupe. Elle ignora même la Malosse lorsque l’humain décida de la déplacer, comme si la seule chose qui lui importait était de réprimander leurs agresseurs, et non le bien être des siens. Son regard sévère continuait à passer d’humain en humain, attentive à chaque geste qui pourrait signifier une contre-attaque…

En fait, les choses semblaient s’être déroulée de façon tout à fait naturelles, et personne dans le groupe ne s’était étonné du déroulement des choses. Même Ninj avait simplement accroché la peinture à son sac pour aller voir l’état de Germignon et de Malosse sans paraître le moins choqué du monde par ce qui venait de se passer. Il faut dire qu’ils commençaient à s’habituer au rejet de la différence dont les humains ne pouvaient se défaire… mais le problème n’était pas là. La véritable surprise de cette journée, ce fut Reï qui la remarqua. Et tandis que le maître des illusions s’approchait de Voltali, il tapait dans ses mains sans provoquer le moindre bruit, comme pour applaudir discrètement son amie.
La renarde l’observa d’abord avec méfiance, curieuse de savoir ce que signifiait cette moquerie inutile… mais lorsque le faux humain fut suffisamment proche d’elle, le dessin d’un éclair zébra le sol entre eux deux. Affichant le plus gratifiant de ses sourires, Reï pointa son illusion du doigt. Il semblait si heureux de voir enfin la Voltali utiliser sa véritable puissance… il paraissait même prêt à aller l’attraper dans ses bras imaginaires pour la féliciter ! Mais… pour le moment, mieux valait éviter de tels débordements d’émotions. Car en réalité, loin d’être aussi fière que son ami par sa propre réussite, la renarde sembla légèrement décontenancée par ce qu’elle venait de faire.

Ses yeux s’élargirent, sa bouche s’entrouvrit légèrement… et la renarde commença à ressentir quelques picotements au niveau des pattes, suffisamment gênants pour faire trembler l’ensemble de son corps.
Elle n’y avait pas réfléchi… Réveillée par le cri d’un des membres de son groupe, la renarde avait accouru et réagit plus par instinct que par choix. Sa foudre était sortie d’elle-même, sans qu’elle ne réclame réellement d’attaque électrique… et à présent… elle la sentait, comme cette fois-là…

L’électricité parcourait chaque centimètre de son corps, traversant chacune de ses veines, pénétrant le moindre de ses muscles. Et à chaque petit picotement électrique qu’elle ressentait, la Voltali revoyait ses plus grands rêves voler en éclat sous les coups de la Pichu du futur. Rapidement, ses faibles tremblements se transformèrent en véritables secousses de l’ensemble de son corps. La renarde perdit l’équilibre, lâcha quelques couinements honteux… et se perdit finalement dans une véritable crise d’angoisse.

Reï hurla… du moins, en apparence, puisqu’aucun son ne sortit de sa bouche. Mais plutôt qu’une phrase, un simple voile sombre traversa les quelques mètres qui le séparaient de Ninj afin de prévenir l’humain au plus vite.
Surpris de ce message peu commun, le chercheur tourna rapidement la tête en direction de Reï. Mais il était loin de s’attendre à une telle vision ! Voltali, roulée en boule, prise de convulsions, le regard perdu dans le vide, le visage crispé par la douleur… Jamais, au grand jamais, il ne l’avait vu ainsi ! Il accourut aussi vite que possible, posa instinctivement une main sur sa Pokémon… et hurla à son tour, violement électrocuté par l’énergie qui parcourait le corps de la renarde.

Cette fois-ci, tout le monde semblait avoir remarqué la crise de Voltali. Ninj avait reculé de quelques pas et secouait vivement sa main encore douloureuse. Paniquant à son tour, il jetait des regards dans tous les sens à la recherche d’une solution… que faire ? Que faire ? Reï semblait aussi déboussolé que lui : le visage anxieux, il fixait tour à tour la Voltali et son dresseur sans comprendre ce qui arrivait à son amie. Arcanin et Germignon observèrent la scène de loin sans se rapprocher : non seulement ils ne pouvaient rien pour elle, mais ils devaient s’occuper de la Malosse qui n’était pas dans un meilleur état. Quant à Lyn, elle s’était simplement figée, choquée par la scène qui se déroulait sous ses yeux.

Finalement, dans le groupe de Ninj, seule Emolga eut le réflexe de réagir. Elle abandonna sans la moindre hésitation le cortège pour se ruer vers Voltali d’une vive-attaque et essayer de l’aider. Etant donné la surcharge d’électricité que la renarde semblait avoir provoqué dans son corps en faisant… en faisant quoi ? Bon sang, mais comment un Pokémon électrique pouvait-il se retrouver dans un tel état des suites d’une de ses propres attaques ? D’autant que selon ce qu’elle savait des Voltali, et donc selon les dires du chercheur qui les accompagnait, ces créatures étaient censées se revigorer de la foudre, et non la subir… en bref, le corps de cette renarde était encore plus apte que le sien à emmagasiner de l’énergie ! Alors… que s’était-il passé ? Sans doute aurait-elle put réfléchir ainsi des heures durant sans trouver la véritable cause des souffrances de la renarde… mais l’heure n’était pas à la réflexion. Posant ses mains sur le corps hérissé de son amie, l’Emolga tenta de soulager son amie de sa souffrance. Laissant sa queue à même le sol pour faire prise de terre, elle grimaça tout de même sous la douleur : la renarde étant bien plus puissante qu’elle, l’Emolga avait littéralement l’impression qu’un courant de lave parcourait ses muscles. Mais à priori… cela restait toujours moins douloureux pour elle que pour la pauvre renarde.

« Soriu, Soriu, Soriu… je ne comprends pas, je ne comprends rien ! Jamais elle ne m’avait fait ça ! », S’emporta Ninj d’une voix paniquée en se tournant vers son ami.

Pendant ce temps, le regard de Voltali semblait balayer les alentours de façon purement aléatoire, probablement plus contrôlée par sa panique que par son cerveau. Elle observa Ninj, la foule, Soriu, Reï, la taverne, la foule, un stand, Ninj, Emolga…
A la seconde où ses yeux se posèrent sur la souris électrique qui essayait de l’aider, la renarde se redressa brutalement, hurla d’une voix rauque et tremblante, et se jeta sur sa bienfaitrice. Ne s’attendant pas à une telle réaction, Emolga se fit tout simplement massacrer : la Voltali la harcela de coups de griffes et de dards-nuée, blessant la souris électrique jusqu’au sang sans la moindre hésitation. Son regard était celui d’une folle, son corps tremblant rendait ses gestes imprécis, transformant la plupart de ses attaques en une simple chute sur son adversaire… mais Emolga, qui n’avait rien d’une véritable combattante, et qui ne souhaitait pas blesser la renarde plus qu’elle l’était déjà, ne pouvait tout simplement pas réagir.

Ce fut finalement Reï qui intervint, bousculant la Voltali pour laisser à Emolga une chance de s’échapper. La souris gravement blessée au visage, aux bras et au torse recula de quelques pas, et prit tout de même le temps de faire signe au cortège de ne point intervenir avant de s’écrouler au sol en toussotant. Certains humains hésitaient à venir tout de même en aide à leur petite starlette du jour… mais cela ne ferait qu’aggraver la situation. En fait, il n’y en avait qu’une seule personne capable de calmer le jeu…
La renarde folle de rage revint à la charge. Mais cette fois-ci, quelqu’un se tenait entre elle et Emolga. Un Pokémon que personne n’avait encore vu, mis à part elle… du moins, sous cette apparence. Immobile sur ses quatre pattes, Reï avait brisé son illusion humaine et se contentait de faire face à la renarde pour l’empêcher de réattaquer Emolga : il la fixait d’un regard empreint de pitié, espérant intérieurement que la simple vision de sa véritable apparence lui rappellerait sa promesse, et lui ferait oublier sa panique du moment…

Reï, tout comme Lyn, avait à présent l’allure d’un Zorua : un petit renard au museau pointu et à la queue touffue. Mais si le pelage chromatique de Lyn était surprenant… le sien l’était probablement encore plus. Ses couleurs étaient assez semblables à celles qu’il avait empruntées sous sa forme humaine : le bleu foncé de sa cape se retrouvait sur l’épaisse fourrure qui entourait son cou, tandis que le reste de son corps était beaucoup plus clair, tirant presque sur un doux violet. La petite touffe de poils sur son front, ses sourcils et ses pattes, quant à eux, étaient aussi blancs que le pelage d’un albinos, contrastant à merveille avec l’aspect sombre du reste de son espèce. Et enfin, ses yeux étaient d’un magnifique vert émeraude, tout comme l’avaient été ses cheveux humains l’instant d’avant.
Face à cette vision, la renarde cessa son assaut. Quelques larmes vinrent à perler le long de ses yeux, tandis qu’elle observait lentement le monde qui l’entourait, réalisant ce qu’elle venait de faire… et une fois encore, elle tomba au sol, secouée de spasmes moins virulents qu’auparavant, mais toujours aussi inquiétants.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Lun 16 Sep 2013 - 23:30

"Calme-toi ... Si je pouvais lire dans son esprit, je te donnerai bien la raison de son comportement mais je ne pense pas que ça soit une bonne idée dans le fond ... Je préfère éviter, surtout si elle a de tels syndromes en elle. Ah ... Bon ...  Qu'est-ce que je dois faire dans une telle situation ?"

Il se posait la question le plus sérieusement du monde. Comment pouvait-il stopper ça ? Un surplus ? Il avait déjà vu ça ... mais c'était ... hum ... non ... ce n'était pas une bonne chose ... c'était dans ses souvenirs de torture ... appris par ses parents. C'était genre qu'il préférait éviter de se rappeler. Oui ... Alors bon ... Il allait trouver une solution pour la Voltali et ...

"COMME CA QU'ON LES CALME LES POKEMON TROP ANXIEUX !"

Un cri se fit entendre au même moment où la Cryptero avait repris sa forme humaine, délaissant son illusion humaine dans les esprits de chacun. Elle s'était élancée dans les air avant de s'abattre sur la Voltali, coinçant sa tête dans l'une de ses serres pour l'abattre sur le sol une bonne fois pour toutes. La pokémon sans défense se retrouva tout simplement sonné par l'attaque, Soriu poussant un hurlement strident, ses pouvoirs psychiques plaquant la Cryptero au sol avec rage.

"NE RECOMMENCE PLUS JAMAIS CA ?! COMPRIS ?! EST-CE QUE LE MESSAGE EST BIEN CLAIR ?!"

Son pied se plaça dans le dos de la Cryptero, donnant tout simplement un puissant coup qui la fit s'enfoncer en intégralité dans le sol. Il ne s'était pas retenu cette fois-ci et le regard furieux qu'il avait lancé autour de lui inquiéta même ses propres pokémon. Retirant le contrôle psychique sur la Cryptero, il se tourna vers la Voltali et s'en rapprocha, s'adressant à Ninj sans le regarder.

"Pardon Ninj, ce n'était pas prévu ça ... pas du tout même. Cette Cryptero ... je dois vraiment ... Mais d'abord, il faut que l'on l'emmène se faire soigner. Nephene s'en chargera avec l'eau, c'est le plus important au cas où ... ne t'en fait pas ... Mais je crois que la fête va continuer ... je ne vous empêcherai pas de ça. Quant à toi ..."

Même sans avoir à la regarder, tout le monde savait qu'il s'adressait à la Cryptero. Il se leva, prenant la Voltali dans ses bras. Vu que Ninj était choqué, il valait mieux ne pas trop lui en demander de toute façon. Il valait mieux ... qu'elle soit en sécurité. Pauvre bête ... qu'est-ce qui l'avait traumatisé dans le fond ? Il aurait aimé le savoir en un sens ... est-ce qu'il y avait un moyen de plonger dans le passé ? Car la Voltali semblait comme traumatisée. Peut-être que Ninj était au courant de quelque chose ? Car ce qu'elle avait fait avec l'éclair, ce n'était pas rien, rien du tout même ... mais ... c'était vraiment quelque chose qui était ancré et très profond. Bien que tous les regards étaient tournés vers lui, il ne s'en formalisa pas le moins du monde, se dirigeant vers la table d'une taverne, prenant la Voltali sur ses genoux. Oui ... ce n'était pas sa pokémon mais ça ne voulait pas dire qu'il ne l'appréciait pas comme les siennes.

Après tout ce temps passé avec Ninj, les pokémon de ce dernier étaient presque aussi importants que les siens. Il remarqua que parmi ceux qui étaient retournés auprès de lui, Cryptero manquait bien entendu à l'appel ... Il fallait s'en douter. Après la "baffe" qui lui avait administrée, il espérait que le message était vraiment plus que bien passé ... que ça ne se reproduise plus du tout. Puis quoi encore ?  Humpf ... Il demanda à la Milobellus de bien créer un anneau hydraulique, beaucoup moins dangereux qu'avec le Malosse. D'ailleurs, le Malosse avait été dépoé par la Lockpin sur le dos duverteux de l'Altaria. Quoi de mieux pour reposer la pauvre bête ? D'ailleurs, lorsque les premiers soins furent appliqués à la Voltali, Soriu déposa aussi le pokémon adepte de la foudre sur l'Altaria, celle-ci la recouvrant de ses ailes de coton. Visiblement, ils avaient mérité de se reposer tous les deux. Pfff ... La Cryptero, où est-ce qu'elle se trouvait ? Elle avait beaucoup à apprendre, énormément même. Cette colère, cette façon de faire, cette haine ... Lui-même commençait à en avoir grandement assez de tout ça.

Si elle ne se calmait pas, il devait alors envisager d'utiliser les grands moyens. Malheureusement, les grands moyens ... C'était radical, très radical même. Cela consistait à utiliser une violence physique voire mentale ... et ce n'était pas du tout son genre. Ah ... Pfff ... Vraiment, il n'avait pas envie de se compliquer la vie avec ça. Il commanda de quoi boire, quelque chose d'assez fort sans pour autant être alcoolisé. Il n'était pas très café ... bon ben, un chocolat chaud alors. Là, l'humeur n'était pas à la fête mais il continuait de faire un petit sourire à ses pokémon et à ceux de Ninj, espérant en même temps qu'il avait réussi à tous les calmer pour éviter que ça ne dégénère une nouvelle fois. Bon ... Pfiou ... Bon ... Bon bon ... C'était compliqué, très compliqué même.


"Vous pouvez retourner vous amuser, ce n'est pas un problème hein ? Je veux dire par là ... que ce n'est pas grave, je vais tous les surveiller ... pour qu'ils se reposent. La petite fête est finie de notre côté. Je ne vois pas de toute façon comment elle pourrait continuer."

Sans que cela ne dégénère une fois de plus. Il baissa la tête, observant son Altaria. Avec lenteur, il vint la caresser sur le sommet du crâne, poussant un profond soupir. Ca ne servait à rien de se rappeler du passé ... cela lui ferait juste le plus grand mal. Il se demandait quoi faire maintenant ? Il avait prévu quelque chose pour la fin de soirée mais il n'était pas sûr que ça soit vraiment utile ... pas du tout même. Il leva la tête vers les cieux, observant le ciel. Qu'est-ce qu'il ... Ah oui. Il savait quoi faire. Il avait bien prévu quelque chose pour ses pokémon de toute façon. Il s'était répété ça, un peu fatigué par tous les évènements. Il avait promis cela à ses pokémon. Il se releva, s'étirant un peu en gémissant de douleur. C'était mieux ... de ne pas trop se préoccuper de tout ça. Ou alors si ? Qu'est-ce qu'il devait faire ? Aujourd'hui était un jour de fête, non ?

Il devait alors s'amuser ... Ou sortir son peigne ... Oui, c'est d'ailleurs ça ! Il s'en rappelait ! Il avait utilié son peigne pour peigner la petite Zorua. Et il avait proposé de le faire à tous les pokémon, que ça soit ceux de Ninj mais surtout les siens. Oui, voilà ... Tiens, d'ailleurs, la Malosse et la Voltali allaient aussi avoir le droit à cette session. Bon, le mieux était de le faire quand Voltali dormait comme maintenant ... elle serait beaucoup plus docile. Bon, ... Par contre, cela voulait dire qu'il avait beaucoup de boulot, énormément de boulot. Devoir brosser tous les pokémon, il devait se remotiver. Il se donna quelques petites claques sur le visage, reprenant la parole :


"Je commence par qui pour la séance de peigne ? Hum ... Par toi, petite Malosse. Pour te montrer que tous les humains ne sont pas des monstres. Eoli ? Est-ce que tu peux ramener une aile à ma hauteur ? Je ne veux pas la faire bouger de cette position."

L'Altaria s'exécuta, faisant ce mouvement d'une extrême douceur pour présenter la petite chienne au pelage noire. Si elle dormait ou si elle était tranquille, tout serait plus simple. Il avait besoin de se rendre utile, de se rendre vivant. La colère qu'il avait exprimé à l'encontre de la Cryptero ... il n'aimait pas ça. C'était retrouver une marque de faiblesse, une preuve qu'il n'avait pas réussi ce qu'Elena avait voulu de lui après sa mort. Il devait ... faire une activité tranquille, douce, apaisante ... et quoi de mieux que de peigner et coiffer ses pokémon et ceux des autres. Il ne sera jamais comme ses parents ... il ne sera jamais comme la Cryptero. Qu'importe le temps que cela prendra, il fera tout ... pour que celle-ci change comme lui ... et puisse trouver la paix. C'était tout ce qu'il désirait à l'heure actuelle. Mais il avait parlé pour ne rien dire, il avait agit pour ne rien faire. Peut-être que la fatigue l'envahissait ? Pourtant, il gardait le sourire aux lèvres, commençant son travail, regardant voir quel pokémon de Ninj voulait aussi se faire coiffer et peigner. Chacun son tour.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Ninj le Mar 17 Sep 2013 - 23:48

La scène sembla se dérouler au ralenti dans l’esprit de Ninj. Cryptéro hurlant, tout en écrasant la tête de la pauvre Voltali sur le sol… Reï bondissant pour défendre son ami, retenu de justesse par Arcanin… Soriu hurlant à son tour, réprimandant la Cryptéro de façon tout aussi brutale… Lyn qui hurlait derrière eux, toujours plus choquée de tout ce qui se déroulait sous leurs yeux…
Soriu ne tourna pas la tête vers Ninj pour s’excuser… mais s’il l’avait fait, sans doute aurait-il remarqué les flammes qui peinaient à s’éteindre au niveau de son bras droit, et la respiration forte du chercheur. Il s’était rarement autant retenu… sachant parfaitement que cela ne ferait qu’aggraver les choses, il était resté immobile… mais ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Finalement, il resta silencieux et immobile tout du long, respirant longuement, fermant les yeux par moments pour éviter le moindre débordement. Cette Cryptéro… n’avait pas intérêt à se montrer de trop près avant un moment.  

De son côté, l’Emolga semblait étrangement recouvrir la santé sans l’aide des Pokémon de Soriu. Assise sur le sol, elle remuait ses étranges ailes à un rythme régulier : ses yeux restaient clos et lui donnaient presque l’impression d’être perdue dans une forme de transe. Toujours est-il que grâce à ce remède étrange, durant lequel elle occupait ses ailes pour autre chose que planer, ses saignements cessèrent, les blessures les plus bénignes allant même jusqu’à se refermer, au grand soulagement de tous ses fans. Une fois qu’elle fut suffisamment rétablie, elle se redressa pour observer la scène d’un air dérouté. Tout le groupe semblait déjà être retourné dans la taverne, à l’exception de Cryptéro. Bah… pour sa part, elle n’avait pas réellement envie de retourner au chevet de la renarde électrique. Non pas qu’elle lui en veuille pour cet accès de folie probablement non voulu, mais elle ne se sentait plus particulièrement en confiance. Grimpant aux murs de l’auberge avec l’agilité propre à son espèce, Emolga se rendit jusque sur le toit en haut duquel elle s’allongea et ferma les yeux, reposant son corps fatigué de cette dure épreuve.

Elle ne vit rien de la scène qui se déroulait pourtant juste à quelques pas de là, à l’endroit où Cryptéro s’était retrouvée seule. Un homme vêtu d’une longue cape sombre recouvrant la totalité de son corps, et laissant seulement apparaitre d’étranges yeux brillants d’un bleu inquiétant s’approcha de la Pokémon de Soriu.

« Eh bien, eh bien… on dirait que tu n’apprécies pas beaucoup ces insectes qui s’attachent à ce… Soriu, n’est-ce pas ? », Murmura-t-il une fois arrivé à sa hauteur, accompagnant sa phrase de petits rires amusés.

Il s’exprimait dans la langue de Tenkei, et sa voix grave indiquait qu’il s’agissait d’un homme dans la force de l’âge. Malgré les quelques démonstrations de force de Cryptéro et Soriu auxquelles il avait assisté, il ne semblait pas inquiet et continua sa petite discussion : même si cet oiseau avait un caractère exécrable, elle écouterait sa proposition… il en était persuadé.

« Que dirais-tu si je te proposais de te débarrasser de quelques-uns de ces parasites ? »

L’homme afficha un large sourire, révélant de longs crocs pointus dans les ténèbres de son visage, et attendit sagement une réponse de l’oiseau. Dans tous les cas, les choses se feraient… mais avec son aide, tout serait beaucoup plus rapide…

Pendant ce temps, dans la taverne, le Germignon ne lâchait plus la Malosse du regard, comme s’il s’attendait à chaque instant à une rechute due à ses blessures. Même lorsque la petite canidé se retrouva sur le doux plumage d’Altaria, elle fut suivie par le Pokémon plante qui balançait sa feuille de part et d’autre du museau de la Malosse pour la rassurer de ses doux parfums. La petite semblait aimer ça, puisque son premier geste lorsqu’elle sortit de sa torpeur fut d’attraper délicatement la feuille entre ses pattes. Elle remarqua ensuite la présence de Soriu, et de ce peigne avec lequel il brossait son doux pelage : Que faisait-il ? C’était… agréable. Le regard légèrement effrayé de la Malosse à chaque nouveau geste de Soriu montrait qu’elle s’attendait à une nouvelle attaque… mais malgré tout, elle ne fuyait pas, tout comme elle était restée sur place lors de sa lapidation. Une trouillarde résolue, voilà ce qu’elle était… Mais plutôt qu’un coup violent, la chienne se reçut un simple petit biscuit sur le museau. Toujours aussi fier de lui, le Germignon continuait à transporter son sachet de friandises à l’aide de ses lianes. Et puisqu’à présent, cette Malosse était parmi eux, elle allait avoir droit à la plus grosse part du groupe !

Les choses se calmaient… la fête reprenait place dans le reste de la ville… mais contrairement à ce qu’avait cru Emolga, tout le groupe ne s’était pas rendu dans la taverne. A l’une des extrémités de la ville, à l’endroit où l’immense dôme de protection prenait sa source, deux canidé marchaient en silence. Un Arcanin, et un Voltali. Evidemment, il ne s’agissait pas de celui dont Soriu s’occupait en ce moment même…  mais de Ninj, qui n’avait pas utilisé cette transformation depuis les évènements du bastion de la religion. Et à chaque fois qu’il l’utilisait… c’était mauvais signe, très mauvais signe. La dernière fois, il l’avait fait pour protéger les siens. Aujourd’hui, ce n’était que pour se calmer, et essayer de comprendre ce qui arrivait à son amie. A ses côtés, l’Arcanin restait silencieux… ce qui inquiétait d’autant plus son dresseur. L’Arcanin savait. Il en était persuadé. Seulement… il ne dirait rien. Il s’agissait donc de quelque chose qui leur était arrivé à tous les deux, alors qu’il n’était pas présent… autant dire que les possibilités se faisaient nombreuses ! Mais l’instinct de Ninj le guida bien rapidement sur la bonne piste : tout cela avait commencé depuis ce jour étrange où Dialga avait perturbé le temps… ce jour où il avait retrouvé Arcanin et Voltali blessés au milieu de nulle part, juste après que le maléfice ait été conjuré… il devait parler de ce jour à Voltali.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Jeu 19 Sep 2013 - 4:41

"De quoi je me mêle ... vieillard?"

Elle avait répondu sèchement aux propos du vieil homme, tournant son visage vers lui avant de froncer les sourcils. Elle émit un petit piaillement, malgré qu'elle avait repris l'illusion de la jeune demoiselle qu'elle était. Elle se releva, laissant le vieillard reprendre la parole avant de dire d'une voix lente et calme :

"Aies au moins la décence de cacher ton odeur naturelle de pokémon quand tu te camoufles de la sorte. Tu sens la même odeur que la petite ... sauf que tu es assez doué pour cacher complètement tes attributs. Qu'est-ce qu'un Zoruark me veut ? Et surtout, qu'est-ce que tu insinues ? Evoques ta proposition, que je vois si ça vaut vraiment le coup que j'y réfléchisse ou non. Et fais attention à toi, je ne suis pas vraiment d'humeur à m'amuser dernièrement, si tu ne l'as pas encore remarqué hein ?"

Elle avait croisé les bras pour continuer à fixer ... le Zoruark. Pour un oeil non-expert comme le sien, difficile de le repérer. Il faut dire qu'elle était capable de blesser les créatures ténébreuses ... ce n'était donc pas une entité issue de cet élément qui serait capable de se camoufler face à elle ! Tsss ... Vraiment ... Et Soriu dans tout ça ? Qu'est-ce qu'il pensait ? Enfin, ça ne le concernait pas, juste elle ... et ce foutu pokémon qui voulait lui proposer un marché douteux, plus que douteux même. Soriu ? Qu'est-ce qu'il était en trai nde faire exactement en ce moment ? Elle ne voulait pas se poser la question ... et pourtant ...

"Ninj et son Arcanin ne sont pas là ... je ne l'ai même pas remarqué en fin de compte. Il vaut mieux les laisser seuls, on dirait bien."

Il avait dit cela avec une certaine nonchalance, regardant autour de lui d'un air torve. Il fallait ... se motiver un peu ... juste se motiver un peu. Mais au moins, la Malosse semblait s'être calmée, c'était le plus important à l'heure actuelle. Et elle commençait à comprendre qu'il n'était pas un ennemi mais bon ... si c'était bien plus ancien que ça ... ça serait problématique. Pourquoi ? Tout simplement car cela voudrait dire qu'il n'y avait pas une possibilité de la soigner de ce "traumatisme" par un simple coup de peigne. Mais il ressentait aussi le fait que tout ne sera jamais très simple. ll en avait la certitude malheureusement. Il poussa un léger soupir, se tenant le front. Finalement, il arrêta de coiffer la petite Malosse, la déposant sur le lit, mettant un pan de la couverture sur elle avant de se tourner vers les autres pokémon. A qui le ...

Il n'eut pas la possibilité de terminer sa phrase, souriant en voyant Lalabelle qui déboulait à toute vitesse. D'accord, d'accord, il avait parfaitement compris le message. D'abord Lalabelle, ensuite la Voltali ... qui continuait de dormir paisiblement. Enfin, peigner Nephene ne sera pas fait de la même façon que Lalabelle ... ce n'est pas le même "outil" de travail qui allait être nécessaire. Où est-ce que Ninj s'était encore fourré hum ? Il espérait juste qu'il n'était pas parti chercher les ennuis à Cryptero, ce n'était vraiment pas l'idée qu'il avait en tête au départ de la fête. Il termina Lalabelle après quelques minutes, celle-ci lui implorant de continuer mais il fit un petit non tendre de la tête. Ce n'était pas qu'à elle. Il y en avait encore d'autre. Avec douceur, il souleva la Voltali grâce à ses pouvoirs psychiques, gémissant quand elle fut ses genoux. Elle pesait son poids quand même la demoiselle !


"Je vous demanderai juste du silence pour elle ... s'il vous plaît. Vous avez très bien pu voir ce qui se passait, n'est-ce pas ?"

Il savait que tous et toutes allaient respecter son choix. Il savait aussi que cela se ferait calmement et paisiblement ... mais ... c'était quand même assez dur. La fourrure hirsute de la Voltali était un véritable fléau à réussir à démêler. Pourtant, il ne semblait pas en tenir compte. Le plus important résidait dans la paix qu'il voulait instaurer dans la créature. Le plus important ... résidait en elle. Ce qu'elle avait fait ... ce qui s'était produit ... Il n'en savait pas grand chose au départ. Mais heureusement, il avait pu lire brièvement dans les pensées du Germignon bien que tout fut encore assez infantile. Cela n'avait pas aidé à la compréhension mais il avait alors put trouver la raison ... La foudre ... les éclairs ... l'électricité ... tout cela avait été déplaisant ... Quelque chose clochait avec la Voltali au niveau de l'électricité mais quoi ? Seul Ninj et ses pokémon pouvaient le savoir ... devaient le savoir. Ce n'était pas à lui de connaître.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Ninj le Ven 20 Sep 2013 - 3:03

Quelle répartie ! Décidément, cette Cryptéro n’était pas à prendre à la légère ! Pourtant, l’inconnu ne perdit rien de son sourire. Si elle écoutait sa proposition, c’était déjà bon signe… maintenant, il ne lui restait qu’à faire en sorte qu’elle l’accepte.

« Je me cache aux yeux d’idiots, pas à tes yeux… », Expliqua-t-il rapidement à la remarque de la Cryptéro, avant d’enchainer sur le vif du sujet : « Mais qu’importe. Voilà ce que je te propose… »

Sa voix se fit plus discrète, afin d’être certain qu’aucune oreille distraite n’entendrait cette part de la conversation :

« Le jour où Reï prendra l’apparence d’un Statitik, ces petites araignées jaunes… couleur qu’il changera certainement, à son gré… tu n’auras qu’à faire en sorte que Lyn se retrouve seul, isolée du groupe. Ça peut n’être que l’espace d’un instant, ça suffira… »

Ça, c’était pour ce qui était de sa requête. Maintenant, restait à déterminer ce que la Cryptéro gagnerait dans l’échange. Croisant ses bras camouflés derrière de longues manches sombres, le Zoroark reprit la parole pour ajouter :

« Pour le reste, il n’y a qu’à laisser Reï s’en charger… et je te promets que votre groupe sera entièrement dissous en quelques jours seulement. Et quand je dis dissous… cela pourrait bien être au sens propre. Tu n’auras qu’à convaincre ceux dont tu voudras préserver la vie de ne pas suivre Reï, ou de te téléporter avec eux au dernier moment. »

Affichant à nouveau son sourire inquiétant, l’homme resta figé en attendant la réponse de l’oiseau. Il prenait un certain risque en impliquant déjà Reï dans sa proposition… mais il avait confiance en ce petit bout de Zorua. Que la Cryptéro le veuille ou non, tout se déroulerait selon ses plans… il lui laissait seulement l’occasion de sauver ceux qui lui importaient, ce qui ferait autant de personnes dont ils n’auraient pas à s’occuper.


Une ambiance tranquille revint petit à petit s’installer au sein du groupe. Etrangement, maintenant que Voltali dormait, que Cryptéro boudait et que Ninj réfléchissait seul dans son coin, plus personne ne semblait apte à rendre la situation déplaisante. D’ailleurs, malgré ses blessures et sa fatigue, la petite Malosse fut rapidement tirée de son lit par son nouvel ami Germignon : pas question de laisser une si belle femelle s’endormir avec comme dernière pensée la douleur qu’elle avait dû ressentir suite à cette pluie de pierres ! Rassemblant autant de monde que possible, qu’il s’agisse des Pokémon de Soriu non occupés au brossage, de Lyn et Reï sous leurs véritables formes, ou de la petite Malosse, le Germignon organisa sans attendre une série de jeux amicaux. Ils durent néanmoins s’éloigner de Soriu lorsqu’il entama le brossage de Voltali, par respect pour cette dernière, l’auberge redevenant aussi bruyante qu’un camp de vacances pour enfants grâce à leurs rires réunis.

Durant son brossage, Voltali entrouvrit les yeux. Les soins commençaient à faire effet… et malgré qu’elle se demande encore ce qui lui était arrivé, elle semblait enfin calmée. Tournant la tête en direction de celui sur qui elle était allongée, elle fut agréablement surprise en découvrant non pas le visage de Ninj, mais celui de Soriu… de plus, l’humain semblait s’appliquer à brosser son pelage hirsute… depuis quand n’avait-elle pas été brossée de la sorte ? Considérant son pelage hérissé comme étant quelque chose de naturel, Ninj n’avait jamais pris la peine de soigner l’aspect de sa Voltali… d’autant qu’il ne se risquerait pas à la pouponner de la sorte, de crainte de se prendre un de ces coups de crocs dont la renarde avait le secret ! Si bien que finalement, son dernier brossage remontait à l’époque de sa vie auprès de Lisa, sa véritable dresseuse…
Malgré ce que l’on aurait pu croire, la renarde se laissa parfaitement faire. Son pelage se fit même moins hérissé : elle semblait détendue, comme soulagée. Soulagée de ne pas s’être tuée elle-même il y a quelques minutes… la mort, oui, elle l’attendait. Mais pas comme ça…

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Sam 21 Sep 2013 - 2:22

Il avait été étonné, très étonné de voir Voltali se réveiller ... mais surtout accepter sa présence. Pour la peine, il avait alors d'y appliquer ... toute son excellence dans le peignage. Oui, il prenait son temps, tout son temps ... mais il voulait la soulager. Et peut-être qu'alors, il pourrait la questionner. Oui, c'était très important pour lui ... que ça se passe ainsi. Bon ... Quels sont les mots qu'il devait utiliser ? Avec lenteur, il regarda ses pokémon, faisant un mouvement de la tête ... pour leur dire de s'éloigner un peu dans la pièce. Non ... d'ailleurs, il était tellement stupéfait qu'il n'avait pas vu que ses pokémon n'étaient pas là du tout. La majorité était partit jouer. Il ne restait ... plus que lui ... Nephene, Eoli ... et Friyendia. Oui, étrangement, même Friyendia était restée. Pourtant, elle était de la même "mentalité" que Moona et Lalabelle ... du moins, elle ne faisait pas autant adulte qu'Eoli et Nephene sous leur forme de pokémon.

"Voltali ... Pourquoi est-ce que la foudre t'affecte autant ? Tu es une pokémon liée à l'électricité. Cela ne devrait pas te faire ... de mal ... mais plutôt soigner tes blessures. Tu sais, je pense te connaître depuis assez longtemps ... et c'est pour cela que je m'inquiète pour toi, Voltali."

Des paroles sincères, plus que sincères ... mais qui parfois, ne faisaient pas toujours mouche. Avec lenteur, le peigne continua de faire son office. Les pokémon présents autour de Soriu ne firent pourtant aucun mouvement. Nephene était allongée sur le sol, regardant Voltali et Soriu. Eoli avait les yeux bercées bien que de minuscules geste de la tête montraient qu'elle écoutait la conversation. Friyendia, quant à elle, avait pris sa forme humaine, rougissante légèrement en direction de Voltali et Soriu. Elle voulait montrer qu'elle était là pour elle aussi. Soriu continua ses caresses. D'ailleurs, oui, c'était ça en fait toute la différence ... Il peignait ... mais de son autre main, il la caressait. Habitué aux corps des pokémon, il n'avait aucun mal à trouver l'endroit où il fallait la caresser pour soulager sa peine. Et après ? Il ne parlait plus, il n'avait pas à parler. Si Voltali voulait ouvrir son coeur, c'était à elle de le faire, pas à lui de la forcer.

---------------------------

"Lyn ... Reï ... Visiblement, tu connais leur nom, il semblerait bien. J'ai compris le message, tu peux disparaître de ma vue maintenant."

Elle attendit que le Zoruark parte de son côté avant de reprendre sa forme originelle. Déployant ses ailes, elle vint arriver jusqu'à l'auberge, reprenant encore une fois sa forme féminin. Elle voyait les pokémon qui étaient en train de s'amuser, malgré l'heure tardive. Un rapide calcul et elle savait qui était avec Orion. Il n'y avait pas à se méfier, pas du tout ... mais on était jamais trop sûr. Elle alla jusqu'à la chambre de Soriu, flottant un peu au-dessus du sol pour ne pas faire de bruit. Elle s'adossa contre un mur, écoutant la conversation mais surtout par la pensée. Qu'est-ce qui se passait de si spécial avec cette Voltali pour que Soriu lui applique une attention particulière ? En plus, en vue de l'heure qui commençait peu à peu à être tardive ... Humpf ... Non. Ce n'était pas bien important. Comme si ... cela la concernait de toute façon. Soriu avait surement déjà oublié, il valait mieux passer à autre chose.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Ninj le Sam 21 Sep 2013 - 4:25

La  Voltali dressa l’oreille aux propos de Soriu, tout en affichant un faible sourire en coin. Evidemment, il n’avait pas pu résister… seulement laisser la situation comme elle était, sans chercher à lui rappeler ce qui venait de se passer, voilà qui était bien trop en demander… elle n’avait pas envie de parler, encore moins à un humain. C’est pourquoi elle resta muette un bon moment, faisant mine de n’avoir rien écouté tandis que Soriu continuait son brossage.
La raison de sa souffrance… tss… cette Pichu en était la cause. Cette Pichu, et tous ces autres Gijinkas qui avaient rendu à Erasia son aspect normal, malgré la déformation de Dialga. D’ailleurs, les Pokémon de Soriu faisaient également partie des fautifs… mais la plus fautive de tous, c’était celle qui lui avait montré en quelques minutes à peine toutes les faiblesses du corps de ses rêves.

« Ce n’est pas une question d’avoir mal… », Murmura Voltali, sans grande conviction.  

Les caresse de Soriu la rassurait… et surtout, tandis qu’elle fermait les yeux, elle pouvait s’imaginer que tout cela n’était qu’un mauvais rêve… qu’elle était encore à cette époque, il y a si longtemps… de longues années maintenant… et qu’elle pouvait de nouveau choisir sa vie…

« Mais chacun de ses éclairs me rappelle le choix que la vie m’a imposé… », Reprit-elle rapidement avant de plonger dans un nouveau silence.

Si elle n’était pas devenue une Voltali… son frère aurait été tué sous ses yeux. Là était le choix que la vie lui avait imposé… mais ce choix, elle l’avait enduré toute sa vie sans jamais subir un contrecoup aussi violent que celui d’aujourd’hui. Car à présent, elle avait une seconde raison de craindre sa propre existence :

« Je suis morte… le jour où j’ai encaissé mon premier éclair. », Acheva-t-elle finalement.

En effet, ce qu’avait voulu lui montrer Pichu durant cet affrontement… ce qu’elle lui avait imposé sans la moindre hésitation, allant jusqu’à la torturer en poussant son corps dans ses derniers retranchements… c’était qu’elle n’aurait jamais survécu sans ses capacités. Le premier éclair qu’elle avait reçu… une simple attaque, à une époque où elle ignorait encore tout de ses capacités… elle-même avait voulu l’éviter, inquiète de se recevoir un tel choc ! Et pourtant, elle fut frappée de plein fouet : une chance, étant donné qu’elle découvrit ce jour-là le plaisir qu’elle ressentait en absorbant l’énergie d’une attaque électrique. Mais si elle n’avait pas été cette chose immonde qu’elle abhorrait… l’éclair l’aurait tout simplement terrassée comme n’importe quelle autre créature de ce monde. Et rien de ce qui suit n’aurait eu lieu. Elle était morte, tuée par la foudre… car c’est ainsi qu’elle aurait voulu vivre… dans un autre corps…


La porte de l’auberge s’ouvrit, laissant entrer Arcanin et Ninj, toujours sous sa forme animale. Voyant pour la première fois le chercheur sous cette forme, le Germignon et la Malosse ouvrirent de grands yeux abasourdis : d’abord les Pokémon de Soriu qui jouaient avec leur apparence, ensuite les deux Zorua qui changeaient de physique comme les humains de chemise, et maintenant un humain qui se transformait à son tour… mais si les derniers venus étaient sous le choc, ce ne fut pas le cas des Zorua surexcités qui les accompagnaient ! Ninj eut à peine le temps de mettre un pied dans l’auberge que déjà Reï lui sautait dessus, forçant les deux adultes à se joindre à eux dans leurs jeux de Pokémon. L’Arcanin, sans surprise, se prit au jeu immédiatement. Quant à Ninj… il resta figé un instant, le regard perdu dans le vide, hésitant… repensa à la renarde… pesa le pour et le contre… et décida finalement que pour une fois, le reste du groupe passerait en priorité. D’autant que lui aussi, il avait besoin de se changer les idées et de passer une bonne soirée… la dernière fois qu’il avait questionné sa Voltali sur un sujet épineux, il s’était fait mordre au sang par sa propre Pokémon sans aucune raison ! Alors pour une fois, il préférait laisser à Soriu le soin de s’occuper d’elle…
Affichant un large sourire, Ninj tenta de mordiller l’une des oreilles de Reï, avant de se mettre à le poursuivre dans toute la pièce, rapidement rejoint par le reste de la troupe. Voilà qu’il retombait en enfance… vraiment, il n’était pas fait pour tous ces problèmes…

[Fin pour moi, topic suivant Razz ]

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Un peu de calme, c'est la fête [Soriu]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum