[ Clos ] Le marchand. [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Le marchand. [Solo]

Message par Bahia Nur le Ven 31 Mai 2013 - 18:41

Bahia avait finalement décidé après la rencontre avec  Hako de rester sur le territoire de la forêt que les gens d’ici appelaient la Canopée. Elle avait rencontré un autre voyageur qui lui avait dit avoir croisé un homme avec des Ténéfix, qu’il se dirigeait vers un endroit de la forêt où il y avait une petite montagne avec des grottes. Voilà qui était très intéressant, il devait chercher tout endroit capable de cacher un peu de diamants. Ce genre de Pokémon était spécialiste pour ce qui était de les retrouver, cela appâtait souvent les marchands avides d’argent facilement gagner. Enfin, facilement, pour le vendeur uniquement. Les Ténéfix devaient travailler fort pour creuser et chercher ces ressources, pour finalement se les faire retirer. Bahia ne voulait pas que son ami reste avec cet homme plus longtemps, elle avait eu vent de sa réputation à Terros et cela faisait froid dans le dos. Ils avaient passé la journée à chercher cette montagne, la trouvant juste avant le coucher du soleil. La jeune femme était incroyablement nerveuse, elle ne savait pas qu’elle était la force de cet homme. C’était un marchand, avec un peu de chance il n’avait pas de compétence guerrière. Observant la montagne de loin, la jeune femme pouvait voir des veloutes de fumées disparaitre dans le ciel. Quelqu’un là-bas faisait du feu. Alors il y avait bel et bien une personne ou plusieurs à la montagne, il restait à savoir si c’était ceux qu’ils recherchaient. Ils auraient pu attendre le lendemain, mais la jeune femme voulait se promener de nuit. Elle avait rangé tous ces Pokémons, promettant à Topaze de la faire sortir s’il y avait un problème. Pour l’instant, ils devaient être discrets.

-‘ Allons-y, Zoro. ‘

Le Pokémon hocha la tête et ses yeux se mirent à luirent : il créait une illusion pour les rendre invisible. Bahia se mit donc en route, tentant de faire le moins de bruit possible alors qu’elle montait lentement vers la première grotte. La fumée venait de là, alors c’était la première qui devait être vérifiée. Malheureusement pour eux, il n’y avait personne. Ce qui brûlait était un vieux feu abandonné, fumant ses dernières braises. Les gens qui étaient là étaient partis… peut-être vers le haut. La grotte n’était pas très longue, le marchand avait peut-être cherché un meilleur endroit de fouille. Sortant de la grotte, Bahia sentait son courage se volatilisé chaque seconde qui passait. Elle avait les mains moites et le cœur qui battait à la chamade. Elle espérait trouver Rubis, mais de l’autre côté elle avait peur de le perdre à nouveau si elle n’était pas à la hauteur. La montagne devenant plus escarpée, le renard demanda à la jeune femme de monter sur son dos. Bahia s’agrippa doucement à sa fourrure et laissa le Zoroark grimper habilement la pierre. La deuxième grotte était en vue. Pas de fumée, mais il y avait peut-être tout de même des gens. C’était visiblement la seule à cette hauteur, après cela il ne semblait pas avoir d’autres cachettes possibles. Si le marchand n’était pas là, ils recommenceraient à zéro… encore. La jeune femme ferma les yeux quelques secondes, se préparant à entrer dans la grotte. Le renard la déposa au sol et tous deux se glissèrent dans l’entrée, restant toujours aussi silencieux pour ne pas briser l’illusion. Bahia sentit son cœur faire un bond : elle sentait son Pokémon. S’arrêtant, la jeune femme tenta de se concentrer et de lui parler.  Après tout ce temps, cela lui faisait si bizarre à faire… Bahia cru pendant un instant qu’elle avait oublié comment, ne recevant aucune réponse en retour.

* Rubis, où es-tu ? *

Prise d’un mauvais pressentiment, la jeune femme continua son chemin dans le noir, tentant de rejoindre son Pokémon. Il y avait un problème. Elle sentait sa présence, mais elle n’entendait aucune de ses pensées… en fait, on aurait dit qu’il ne pensait pas du tout. Pousser par un sentiment d’urgence, elle se mit à avancer plus vite malgré le léger grognement du Zoroark derrière elle. Lui sentait d’autres présences et cela ne le rassurait pas. Elle vit alors au loin un peu de lumière. Décidant de ralentir, la jeune femme s’étirait le cou pour voir ce qu’il y avait. Elle ressentit un certain soulagement en ne voyant pas trace d’humain dans la lumière, ni ailleurs dans la grotte. Celle-ci se terminait là et il devait y avoir une dizaine de Ténéfix, tout coucher au sol. Aucun d’eux ne bougeait… voilà qui était fort étrange. Puisque le marchand n’était pas là pour l’instant, Bahia décida de s’approcher d’eux. Elle ne savait pas combien de temps elle aurait avant que celui-ci revienne et elle demanda au Zoroark de rester près de l’entrée pour la prévenir si quelqu’un approchait. Il hocha la tête et parti, laissant la jeune femme toute seule.

* Qu’est que ce porc a bien pu vous faire …*

Pensa la jeune femme en observant les Ténéfix de plus près. Quelque chose clochait, ils semblaient endormis, mais même lorsqu’elle caressa l’un d’eux, il ne bougea pas. Leurs joyaux ne brillaient pas, c’était comme s’ils étaient morts… et pourtant elle les voyait bien respirer. Cherchant du regard son ami, elle passait rapidement entre les Ténéfix. Il était là, dans le coin droit. Se penchant vers lui, Bahia le prit délicatement dans ses bras. Le serrant contre elle, celle-ci laissa un sanglot lui échapper. Elle l’avait retrouvé, enfin. Il était blessé aux bras et aux jambes, la jeune femme observait les plaies de plus près. Des coups de fouet. Le bonheur de l’avoir trouvé fut vite remplacé par une colère sourde. Tous les autres Ténéfix souffraient aussi de ce genre de blessures. Déposant son ami au sol, elle tenta de le réveiller… mais rien. Il était aussi étrange que les autres. Voir son meilleur ami ainsi la désolait… si elle avait été assez forte, elle aurait pu le protéger. Elle avait failli à son rôle de dresseur et elle ressentait une immense honte. Caressant avec douceur son Ténéfix, elle se sentait mal de laisser les autres là. Comment faire pour tous les transporter en même temps ? Elle n’avait pas assez de Pokéball et ils devaient déjà avoir été capturés par celles du marchand. Bahia fouilla dans son sac et sortit celle de Rubis, qu’elle avait pris soin de récupérer chez son père avant de l’attaquer. Elle l’avait cachée là-bas et elle était contente d’avoir pris cette décision, ainsi son père n’avait pas pu donner son Ténéfix avec celle-ci.  En attendant de décider ce qu’elle ferait des autres, elle devait mettre son propre Pokémon en lieu sûr. Elle tenterait de voir ce qu’il lui arrivait ensuite.

* Ils sont trop nombreux… je vais avoir besoin d’aide. *

Après avoir mis Rubis dans la Pokéball, elle rangea celle-ci avec le plus grand soin dans son sac. Un bruit attira son attention, était-ce le Zoroark qui revenait ? Ce retournant, Bahia sentit la joie qui l’avait traversé disparaitre. C’était le marchand et il était visiblement capable de la voir. Comment pouvait-il déjouer l’illusion du Pokémon ? Et pourquoi celui-ci n’était pas là ? Sentant la peur la prendre, Bahia recula un peu, sous le regard enragé de l’homme. Une aura noire brillait autour de lui… un maitre de l’Ombre ? C’était mal parti. C’était la seule chose qui expliquait pourquoi il voyait les illusions du Zoroark. Ce genre d’artifices ne le dérangeait pas, il percevait leurs présences. Un sourire se dessina sur son visage, il trouvait visiblement agréable de voir la peur dans le regard de la jeune femme. Il se nourrissait de celle-ci pour se rendre plus fort et même si la dresseuse le savait, elle était incapable de contenir cette crainte. Il tira deux faucilles de sa ceinture et se plaça en position de combat. La jeune femme tira son sabre et le plaça devant elle, les mains légèrement tremblantes. Il s’avérait qu’il savait se battre… sa chance tournait complètement. Il se mit à rire, amusé par cette vision.

-‘ Tu as réussi à me trouver on dirait. Mais sache une chose : ce Pokémon m’appartient. C’est moi qui l’a attrapé le premier et je ne laisserais pas quelqu’un d’autre le prendre. Alors tu as le choix, sois je te tue et je récupère le Ténéfix, sois tu me le laisses gentiment et je te laisse partir. Alors ? ‘

Il avait attrapé Rubis en premier ? Bahia n’était pas sûre de comprendre ce qui se passait. Mais une chose était sûre, elle ne laisserait pas son ami ici. Bahia grogna et sentit la colère prendre la place de la peur. Habituellement elle avait peur de laisser son côté combattif prendre le dessus, mais aujourd’hui, elle s’en fichait complètement. Le sourire de l’homme s’effaça, elle avait donc choisi la mort. À dire vrai la jeune femme voulait sortir d’ici, elle trouverait le moyen de sauver les autres Ténéfix une autre fois. Elle tenterait donc de sa battre et de bouger le marchand pour qu’il ne soit plus devant la sortie. Il restait juste à espérer qu’elle était plus rapide que lui. Celui-ci ne lui laissa pas vraiment le temps de réfléchir à autre chose, il s’élança vers elle avec ses deux armes. Bahia tenta de bloquer la première, mais la deuxième passa facilement sa garde, lui arrachant un gémissement de douleur lorsque la lame la blessa à la cuisse. Tant pis, elle avança sa main et envoya quelques boules de flammes vers son adversaire, qui dû se tasser pour les éviter. Heureusement il ne semblait pas avoir une quelconque maitrise en élément. Il fallait qu’elle se serve de cela à son avantage. Malheureusement elle n’osait pas trop s’en servir, elle ne voulait pas brûler les Ténéfix au sol.

Elle profita de ses flammes pour se mettre à courir, le marchand à sa suite. Elle le sentait près d’elle, tentant de lui l’acérer le dos. Elle cria le nom du Zoroark alors qu’elle s’approchait de la sortie, espérant qu’il était là. Alors qu’elle sortait des parois étroites de la grotte, la jeune femme se retourna et bloqua l’attaque que le marchand tentait dans son dos. Celle-ci sentait la sueur lui couler le long du dos alors qu’elle essayait de répliquer à ses assauts répétés : elle était sur le bord de la montagne et si elle tombait, il y avait fort à parier qu’elle ne survivrait pas. Le souffle court, elle tentait de chercher le renard noir du regard. Il était sur le bord de l’entrée, coucher au sol et inconscient. Donc le marchand l’avait bel et bien attaqué et il avait gagné facilement. Elle cria son nom à nouveau et le Zoroark ouvrit les yeux, poussant un rugissement colérique. Malheureusement il était trop faible pour se lever, il observait le combat tout en tentant de bouger. Il devait aider la dresseuse, ses chances de gagner seule étaient minces. Bahia était assailli de toute part, elle n’avait même pas le temps de sortir ses Pokémons de leurs Pokéballs. Elle entendit un autre genre de rugissement plus loin, mais elle n’avait pas le temps de regarder ce que c’était. Le marchand était si concentré dans ce combat qu’il ne l’avait visiblement pas attendu, trop occupé à lui l’acéré la peau. Bahia se retrouva rapidement au bord du gouffre, sous le regard paniqué du Zoroark. Le marchand arrêta alors son attaque, fixant la jeune femme d’un air sadique. Il semblait profiter de ce moment au maximum, se nourrissant de sa peur avant de la pousser dans le vide.

-‘ Dis-moi, tu sais voler ? ‘

Bahia était complètement figée, incapable de réagir. Elle était comme une souris paralysée sous le regard d’une couleuvre. Il leva alors ses deux armes et les envoya directement vers son visage, levant son pied pour la pousser au même moment. La jeune femme eut tout juste le temps de voir des formes derrière lui, avant de se prendre l’attaque de plein fouet. Les deux faucilles coupèrent son visage, chacune partant de l’œil pour se rejoindre au nez et continuer sur les joues. C’est avec horreur que la jeune femme sentit une douleur aiguë lui prendre à l’œil gauche : il l’avait crevé avec sa lame. Par un heureux hasard, l’autre lame était descendue trop bas et avait commencé sous l’œil droit sans le toucher. Le sang se mit à couler sur son visage et la jeune femme se sentit partir vers l’arrière, ses jambes étant à présent incapables de la soutenir. Avec le coup de pied du marchand, ce fut assez pour la faire tomber en bas de la corniche. Des rugissements se mirent à percer l’étrange silence qui l’entourait alors qu’elle tombait vers le sol. Sa grande blessure en forme de X lui faisait affreusement mal et, avant d’avoir pu toucher le sol, elle s’était évanouie.

_________________

I don't Want to Be
avatar
Bahia Nur
Informations
Nombre de messages : 379

Fiche de personnage
Points: 104
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum