La vie en noir et blanc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La vie en noir et blanc

Message par Kaito Shin Mekura le Mar 16 Juil 2013 - 21:12

VOUS
- Pseudo : Minuw
- Âge : 19 ans maintenant, eh oui
- Loisirs : Musique, lecture, écriture, jeux vidéos, la paix chez soi au fond de son lit et loin des cours...
- Autres (si vous voulez donner d'autres indications...) :
- Comment avez-vous connu le forum ? Sincèrement, je dois encore le rappeler ? x)
- Quelle est la couleur du chat ? Mangé par Nina !


VOTRE PERSONNAGE
- Prénom : Kaito
- Nom (optionnel) : Shin Mekura (branche des di Neralitha, le nom de la mère remplace le patronyme « honteux » du père)
- Sexe : Homme
- Âge : 20 ans
- Pays : Mizuhan
Job de base (maître élémental, guerrier ou dresseur/coordinateur) : Elemental

Biographie, histoire du personnage (15 lignes PLEINES minimum) :

« Votre robe est vraiment magnifique ma chère. »
« Oh vous trouvez aussi ? Il faut dire que pour son prix, elle pouvait bien être de qualité, mais aussi d'une couleur suffisamment flamboyante pour être vu de loin. J'apprécie beaucoup ce qui peut aveugler tous ces pleutres dans la rue. »
« Je vous comprends bien. Kaito, dis quelque chose à la dame sur sa jolie tenue. »
« … Je suis vraiment désolé qu'un membre de votre famille sois mort et euh... Notre famille vous soutient de tout cœur dans votre deuil, et nous sommes prêts à vous aider. »
« Oh, petit insolent ! »


Une claque s'abattit avec fracas sur la joue du dénommé Kaito, qui gémit de douleur et commença à se masser là où sa peau le brûlait. Il n'eut pourtant pas le temps de se remettre du coup qu'il sentit une main sèche et violente le saisir au col, et le jeter par terre en avant, devant les pieds de la dame qu'il avait apparemment offensé.

« Présente des excuses immédiatement ! »

L'enfant releva un visage baigné de larmes vers sa mère qui attendait, droite et rigide comme un morceau de bois. Il cria alors, ne sachant comment se défendre autrement :

« Mais c'est pas de ma faute si sa robe est toute noire ! »

Avec prestance, le garçon eut le bon sens de se relever vivement pour esquiver la seconde gifle qui le menaçait, et il sortit du grand salon à toute vitesse, filant se réfugier dans sa chambre. Pendant ce temps, sa mère continuait de casser du sucre sur son dos auprès de son invitée outragée.

« Je suis vraiment désolée, c'est toujours pareil avec lui. Ce n'est qu'un sale gamin capricieux, je n'arrive pas à l'éduquer. »
« Oh, ma chère, vu son père, ça n'est pas étonnant, nous ne pouvons pas vous blâmer. Il est toujours porté disparu ? »
« Oh pitié, ne m'en parlez pas... Vous ne savez pas... ? Il est mort... »
« Mort ?! Oh ma chère... Et malgré ce deuil, vous organisez toujours ces soirées. Que de courage ! »
« C'est ce qu'il aurait voulu, il adorait recevoir du monde comme cela. Lars, viens donc nous dire ce que tu penses de la robe de Madame. »


Le garçon concerné -qui ressemblait étrangement à l'enfant qui s'était sauvé- s'approcha et s'inclina face à l'invitée endimanchée. Il lui fit un bref baisemain en prononçant des propos très cliché. Mais après tout, c'est ce qu'on voulait de lui non ?

« Ma Dame, votre habit vous donne la prestance écarlate et flamboyante de Sulfura, et la majesté d'Artikodin. Est un grand homme celui qui a cousu ce vêtement. Mais est plus grande femme encore celle qui parvient à faire ressortir toute la noblesse de cet ensemble. »

*****

Cette scène mondaine, pouvant paraître dure, était pourtant très quotidienne. La famille Shin Mekura appréciait particulièrement ce genre de soirées où l'on devait mettre ses plus beaux apparats -ou ceux correspondant le plus à un thème précis- afin de voir qui était le plus respectable de la ville. Car oui, dans la famille, c'est ce qui importe le plus, de savoir qui est le plus noble parmi les nobles. La deuxième chose la plus importante étant la réputation -qui pouvait se savoir grâce au premier point mentionné plus haut- et les ragots sur la plèbe, ou bien sur les confrères de richesse. Un monde d'hypocrisie et d'égoïsme faussement ignoré, et pourtant bien présent, et conscient chez tout ce beau monde, qui savait à quoi s'en tenir. De fait, la famille Shin Mekura avait fort à faire si elle voulait maintenir sa réputation à flot, et non pas sombrer dans la déchéance honteuse du mari. Car ici, c'est la mère qui fait tout. C'est son nom qui fait parler les bouches de Mizuhan. C'est elle qui organise les soirées, les repas, participe à des activités dont le but est de la rendre plus appréciable aux yeux des manants. Elle ne fait que les mépriser, mais elle sait qu'ils lui sont utiles, et si, pour se faire bien voir, elle doit les menacer de prime abord d'un couteau afin de s'assurer de leur docilité avant de s'afficher en public avec eux, elle le fera. A monstre égoïste, progéniture égoïste, les fils et filles Shin Mekura ne dérogent pas à la règle. Famille froide, sans cœur, qui se met presque en compétition familiale pour savoir qui aura le mérite d'être invité chez telle personne avant le frangin. Dans ce cas, pourquoi tant de cruautés envers le jeune Kaito ? Tout simplement car il est victime d'une malédiction à cause de ses ancêtres, et qu'il est le souffre-douleur, celui sur lequel on s'acharne et sans lequel, aucun microcosme ne tiendrait debout. Kaito est le symbole de la honte de la famille. Il permet aux autres de se faire mieux voir. Une sublime brioche sera toujours appétissante, mais elle le sera d'autant plus si elle est placée à côté d'un quignon de pain rassis. Le quignon, c'est Kaito. C'est la malédiction. Le paria. Celui qui n'aurait jamais dû naître et qui, étant quand même sur terre, se retrouve affublé du rôle du bouffon, du gueux, celui qui met en relief les autres par sa laideur, sa condition, son existence même. Le pire, c'est qu'il est loin d'être vilain. Il est même gentil. Comment un enfant élevé dans ces conditions peut-il être gentil ? Tout simplement grâce à son père. C'est son père qui a décidé de lui montrer le bon côté des choses, et de la vie, qui lui a appris que la bonté et la noblesse d'âme valaient toujours mieux que la noblesse factice, superflue, et peu digne de l'apparence. Kaito a beaucoup appris de l'homme. Mais voilà, l'homme est parti. Enfin, mort selon les propos de sa mère. Mais il ne peut se résoudre à croire en la mort de cet homme. Peut-être qu'il est simplement parti, par dépit, parce que sa vie n'était pas celle dont il rêvait. Il s'était épris d'une femme qui lui avait promis monts et merveilles, mais qui au final, l'assommait de reproche sur sa condition d'homme maudit par un Dieu, et dont la malédiction se répercutait sur les enfants. C'était certain que ce genre de dossier, ça faisait un peu tâche dans les réunions mondaines.

Manque de chance pour Kaito, la malédiction est tombée aussi sur lui. Une terrible malédiction, touchant les yeux, sa propre vision, altérant à jamais sa vie et sa réalité. Ses frères n'ont pas été touchés, ou alors, il est possible de vivre avec la malédiction sans en laisser paraître quoi que ce soit lors des mondanités. Mais lui, il voit le monde en noir et blanc. Alors lorsqu'on lui demande des choses sur les couleurs, il ne peut rien répondre. Il ignore ce qu'est le bleu, le vert, le rouge... Toutes ces subtilités, toutes ces couleurs qui peuvent rendre le monde plus beau, susceptible de susciter des émotions. Le monde est froid pour Kaito, vraiment très froid. Et on lui demande de faire abstraction de tout ceci pour complimenter des femmes et des hommes pourris jusqu'à l'os. D'autant que sa mère ne l'aide pas. La malédiction est quelque chose dont on ne doit pas parler, et qui ne doit surtout pas se savoir. Autrement dit, Kaito ne doit pas montrer qu'il a un problème, et il doit se débrouiller tout seul pour y palier. Pour cette femme, si la malédiction n'est pas visible, alors elle n'existe pas. Il ne supporte pas cette vie, mais a du mal à partir pour autant, car il sait qu'on ne le lâchera jamais. Mais s'il ne part pas, il n'y a pas d'histoire, or, ici, il y en a une, ce qui signifie qu'il a donc trouvé le courage de partir. Il suffit juste de savoir comment.

Le comment, il est d'ailleurs très simple, et très banale quelque part. Lors d'une soirée où il avait encore froissé quelqu'un à cause de son handicap que personne ne voulait comprendre, il s'était enfui dans le jardin. Il avait alors aperçu une vive lumière blanche, et s'en était approché, sans comprendre pourquoi il était attiré par ça. Il avait ensuite pu constater que ce qui émettait cette lumière, c'était un Pichu. Ca n'était pas le scintillement dû à la caractéristique chromatique de la bestiole -et de toute façon, Kaito aurait été bien incapable de percevoir le changement de couleur- mais plutôt comme si la gentillesse, ou du moins, l'absence de sentiment agressif de la souris se dégageait dans une sorte d'aura autour de lui. Le garçon avait décidé de le prendre avec lui, et en retournant dans le salon, passage obligée pour atteindre sa chambre, il avait constaté que beaucoup de gens émettaient une aura eux-aussi, la plupart d'un noir particulièrement sombre, qui ne le rassura pas. Et en effet, les personnes entourées de ces signes -entre autre sa mère et ses frères- commencèrent à le houspiller parce qu'il avait fui, qu'il était parti de la réception pour aller se cacher Arceus savait où. Il avait caché la souris de foudre dans son manteau, de peur que son aura blanche se voit, et sans répondre, il était parti s'enfermer dans sa chambre. C'était là qu'il allait désormais cacher le Pokémon meurtri. Il tentait toujours de cacher son aura blanche, qui se voyait à travers la plupart des vêtements. Cependant, il semblait être le seul à la percevoir. Tout comme il était le seul à voir sa mère entourée d'ombres noires lorsqu'elle l'appelait avec une voix douce. Comme il ne pouvait parler de ses problèmes à personne, exception du rongeur de foudre, il avait appris tout seul ce que signifiait toutes ces choses. Ainsi, il avait vite compris que les personnes en noires étaient mauvaises, et celles en blanches étaient bonnes. Les grises étaient neutres, et il fallait surveiller que la couleur ne change pas en cours de route, au cas où. En même temps, c'était quelque chose d'assez simple à déduire, mais on n'était jamais trop prudent, il valait mieux vérifier.

Le Pichu se remettait bien de ses blessures, et reprenait des forces jour après jour, s'entendant à merveille avec Kaito, quoique s'étonnant de son problème. Le Pokémon était le premier pas pour pousser le garçon dehors, le second étant que, jour après jour, il avait noté que les auras de sa mère et de sa famille continuaient de s'assombrir. Tellement qu'il avait commencé à se sentir vraiment menacé par tout ça, ce qui l'avait poussé à prendre la poudre d'escampette. Il n'allait pas non plus attendre que sa famille lui tombe sur le dos pour prendre la clé des champs. Il ne voulait plus rester dans cet environnement très si ce n'est trop néfaste pour lui. Alors il était parti. Avec le Pichu bien sûr. Il ne savait pas trop quoi faire, ni où aller, mais il y allait. Au pire, en chemin, peut-être qu'il pourrait retrouver son père, dont il était convaincu de la survie. Sinon, il aiderait les personnes autour de lui. Il avait envie de se rendre utile, au moins une fois, alors il ferait ça. Il soutiendrait les personnes qu'il croiserait sur son chemin.

Caractère (10 lignes PLEINES minimum) : S'il y a bien un terme pour résumer ce qu'est Kaito, c'est celui de la résignation. Il semble avoir définitivement accepté sa condition et son handicap, et se montre aussi résigné que possible face à ce qu'il est. Il est particulièrement conscient de sa réalité en tant qu'être humain. C'est pourquoi, estimant qu'il n'a guère de valeur, son but reste de venir en aide aux autres. Il voue sa vie aux autres, servant de psychologue, de souffre-douleur, arborant n'importe quel rôle, tant que ça leur permet de se soigner. Il viendra toujours en aide à quelqu'un qui en a le besoin, s'occupant toujours de la veuve et de l'orphelin, au détriment de sa propre santé. Il n'est pas pour autant un super-héros. Un super-héros lui, agit parce qu'il sait qu'il fait le bien, parce qu'il se sent poussé par un sentiment de justice, aussi peut-être pour être reconnu. Lui non. Il veut être utile aux gens, et pense que la seule façon d'y parvenir, c'est d'utiliser tout son être à cette tâche. Il est pourvu d'une très large ouverture d'esprit. Comme il n'a qu'une vision atrophiée de la réalité, son esprit compense en étant très large, très ouvert, il peut donc accepter beaucoup de situations sans les trouver choquantes, s'il a les explications qui vont avec. Il peut se faire piétiner sans rien dire. L'injustice est répugnante quand elle est sur les autres, pas sur lui. Il a un grand cœur, et se fait un peu dévorer par ça. Il reste pourtant malheureux du handicap qu'il subit, mais garde beaucoup ces choses pour lui. Il va très souvent vers les autres mais ne parle pas beaucoup de lui. Il attire un peu les autres pour les « secourir », mais ne se laisse pas aider pour autant. C'est quelqu'un de très renfermé sur ses problèmes, et qui sait mentir pour faire croire au monde qu'il va bien. A dire vrai, il ne tient pas à être aidé, convaincu qu'il est impossible de trouver un remède à son problème. Quelque chose en lui, comme un processus, s'est fait, de telle sorte qu'il ne pense pas du tout devoir ni pouvoir être sauvé. Il n'est qu'une ombre parmi les ombres, mais s'efforce de faire ressortir les autres à la lumière.

Description physique (6 lignes PLEINES minimum) : Kaito est un jeune homme aux cheveux rouges, assez longs, lui arrivant aux épaules. Il a la peau très pâle, et plutôt douce au toucher. Ses yeux sont d'une très belle couleur d'ambre, qui peut peut-être attirer le regard de certaines personnes. Il porte des vêtements simples, en général rouge, pour aller avec sa coiffure. Il a souvent un sac en bandoulière, dans lequel il range pêle-mêle ses affaires. Lorsqu'il est en tenue de combat, il porte une armure noire, munie d'une longue cape, avec une épée assez impressionnante pour sa taille, et par rapport à la musculature pas forcément marquée qu'il possède. Il a une voix plutôt douce, et des traits fin, qui sont rarement brutaux. Il n'y a aucune trace de noblesse dans son attitude, et il préfère passer pour une personne totalement normale.

Particularités : Achromatopsie. Autrement dit, il voit tout en noir et blanc. Néanmoins, il peut distinguer les auras des gens : plus ils sont bons, plus ils irradient d'une lumière blanche, plus ils sont mauvais, plus l'aura est noire. C'est un pouvoir totalement subjectif, ainsi, même s'il peut voir la vraie nature des gens, il peut aussi juste voir ceux qui lui veulent du mal, mais qui seront inoffensif envers quelqu'un d'autre, et inversement. Les variations de gris et de densité lui donnent des indications sur l'humeur actuelle des gens.

- Futur envisagé (job supérieur visé) : Guérisseur ou Marcheur– Chevalier (dans un futur tellement lointain qu'on le voit pas) ou un rang 3 d'Archer – Fusionneur Elemental ou peut-être Chercheur
- Premier Pokémon (optionnel) : Pichu
- Sexe du Pokémon : Mâle
- Surnom du Pokémon (optionnel) : Kiito
- Image ou dessin (optionnel) :
Autres (détails ne figurant pas au dessus/ce que vous aimeriez trouver sur le forum, ce qu'il faudrait améliorer, votre avis nous intéresse) : Ce personnage est clairement un personnage test, ou défi, au vu de son handicap. J'espère juste m'en sortir avec lui.
avatar
Kaito Shin Mekura
Informations
Nombre de messages : 27

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 20
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie en noir et blanc

Message par Nina Wang le Mar 16 Juil 2013 - 22:09

Il se sera fait attendre, celui-là !

Je connaissais déjà l'histoire, la lecture m'a donc été plus simple. Et vu que le bg de la malédiction des yeux est de moi, forcément, ça aide.

C'est un peu short pour le physique, mais ça passe.

10 points + 5 de pays, ça fait 15. Amuse-toi bien avec ton perso sans couleurs !

_________________
Inochi wa... Tatakai.


Spoiler:

« Approche, Princesse des Glaces, tranche l'Eau de tes lames, fends l'Air de ton corps et fais jaillir l'Or Blanc du plus profond de ton être pour voler vers la victoire et la demeure des Célestes. Entends l'appel de la voix qui gronde en toi, ne la refuse pas, mais fais-en ton Alliée pour l'ultime explosion dans une transfigurante Métamorphose. »
0 RP - 0 mission - 1 event - 0 match
avatar
Nina Wang
Modo' • Respo Mizuhan
Informations
Nombre de messages : 4060

Fiche de personnage
Points: 2
Âge du personnage: 26 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie en noir et blanc

Message par Kaito Shin Mekura le Mar 16 Juil 2013 - 22:52

J'avoue que le physique était plus gros sur mon traitement de texte, ça m'a surprise quand j'ai posté ^^" Enfin merci du coup o/

_________________

avatar
Kaito Shin Mekura
Informations
Nombre de messages : 27

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 20
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: La vie en noir et blanc

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum