[ Clos ] Eien no Shinka [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Eien no Shinka [Solo]

Message par Nina Wang le Sam 7 Sep 2013 - 15:07

« Prodigieux... Genki... Cette vision...* »

Humaine et créature psychique partageaient, encore, la vue de l’esprit désormais familière à l’évolution solaire. Assise au bord du Lac de la liberté, en tailleur, Nina enlaçait le Mentali assis dans le creux formé par ses jambes. Les deux êtres regardaient dans la même direction, droit devant eux... Perdus dans le lointain, du moins le semblaient-ils. Pourtant...

-----------------------------------------------------------------

... Ils couraient ensemble, tous les deux, côte à côte, tandis que le petit Evoli, manquant encore d’entraînement, peinait à suivre le rythme de l’adolescente déjà forte. Nina s’arrêta un instant pour permettre à son Pokémon de souffler, puis se pencha vers lui et le gratifia d’une caresse amicale sur la tête, accompagnant son geste d’un sourire encourageant.


« C’est bien, Genki. Tu t’en sors déjà très bien, pour un militaire en herbe ! Je suis sûre que bientôt, tu pourras faire de l’ombre à Lokaï ou à sa copine aquatique. Tu vas les faire pâlir de jalousie, et crois-moi, il n’y a pas plus susceptible que le Voltali d’Otoosama ! »

Bien qu’essoufflée, la boule de poils marron et blanche rit franchement, imitée par la Mizuhanienne aux yeux d’ambre. Forcés de s’asseoir dans la neige molle pour ne pas tomber, tant ils riaient, les deux compagnons marquèrent une brève pause... Avant de repartir de plus belle, pliés en deux par l’effort qu’ils venaient de faire, mais aussi et surtout par l’image de la moue boudeuse de Lokaï quand il était vexé ou contrarié par quelque chose ; à peine se calmaient-ils qu’un nouveau souvenir leur revenait en tête, imprimant davantage la mine fâchée du Pokémon électrique sur leurs paupières à demi closes, sous l’œil bienveillant de Sergei, un peu plus loin, qui déblayait l’entrée de la demeure... Et sous le regard un peu moins chaleureux du fameux Lokaï, boudeur, affichant exactement l’expression qui empêchait Nina et son Evoli de reprendre une contenance un peu plus adaptée à leur rang de soldats de l’armée de Mizuhan. Sergei aperçut le Voltali, puis se mordit la lèvre, ayant toutes les peines du monde à ne pas rejoindre sa fille et Genki dans leur fou rire interminable. Tout sourire, il reprit sa tâche, tentant à grands renforts de coups de pelle convaincus dans la neige meuble et fraîche de se concentrer sur son travail quotidien, en cet hiver glacial, mais baigné de chaleur.

-----------------------------------------------------------------

« Tu sais, Sidéron, tu peux t’approcher. Le feu ne va pas te manger...  Et Genki non plus, d’ailleurs. »

Avec un sourire mi-amusé, mi-perplexe, Nina lâcha un soupir et laissa le Galékid tremblant là où il était. Depuis sa rencontre avec le Mentali, qui avait également signifié sa capture, le Pokémon Acier n’osait pas s’approcher de cette « bête violette qui me soulève et me fait mal sans me toucher », selon ses dires, ou plutôt, selon le regard affolé que jetait la petite créature musclée à un Genki à la fois gêné et désolé. Ce dernier cherchait désespérément un moyen de convaincre Sidéron qu’il n’était pas là pour s’amuser avec lui et se jouer de lui dès la moindre occasion, et lorsque ses yeux en amande se posèrent sur un biscuit, il décida que ce serait parfait pour amorcer la « réconciliation ». Sans réfléchir, il fit léviter le précieux item de paix en direction du Galékid, qui recula de trois pas, terrifié par cette nouvelle démonstration de puissance et de supériorité. Dépité, Genki croisa le regard de Nina, qui lui fit doucement non de la tête, puis montra sa main. Comprenant le message, le Mentali posa le biscuit, puis le prit délicatement entre ses dents, avant de marcher vers le second Pokémon de Nina, qui était aussi le premier à rejoindre l’équipe. Méfiant, Sidéron banda ses muscles et se tendit, stressé par la proximité de la créature psychique, puis renifla, apeuré, le cadeau déposé juste devant lui. Encouragé par sa dresseuse, il croqua finalement dedans, surpris que cette chose se révèle bien meilleure que prévue, puis osa lever ses petits yeux bleus pour croiser le regard de son aîné. Et puis, malgré sa peur, il lui sourit.

-----------------------------------------------------------------

« Bon sang, décidément, ça ne veut pas guérir... Enfin, pas grave. »

Blasée, Nina sourit en refaisant le bandage sur sa main meurtrie bien trop de fois en un laps de temps bien trop court. La dernière recrue de l’équipe s’approcha lentement, puis lécha la blessure d’un air timide et penaud. Sans se départir de son calme, ni de son sourire, la guerrière s’interrompit, laissant le morceau de tissu pendre un peu, puis caressa la tête de la petite brebis responsable de la réouverture récente de la blessure. Irai poussa un cri plaintif, puis se blottit contre Nina, cherchant un peu de chaleur auprès d’elle, espérant qu’elle lui pardonnerait de lui avoir fait mal, alors qu’elle venait en sauveur pour délivrer la Wattouat de cet enclos où elle n’avait pas sa place. Oui... Qu’elle lui pardonnerait de lui avoir infligé ça.

-----------------------------------------------------------------

Dans une forêt humide et inhospitalière de Flamen, dans une jungle impitoyable, une Mizuhanienne morte d’inquiétude se serrait un peu plus contre son aînée nalcienne, blessée et épuisée. Posée sur une branche toute proche, une Noarfang surveillait le repos des deux guerrières, regardant de temps en temps la boule de poils marron et blanche lovée dans les bras de sa nouvelle dresseuse. De là où elle était, elle sentait la culpabilité de la fille du major Wang... Elle percevait ce poids qui changerait bientôt de nature, mais qui était bien loin de s’alléger, malgré leur voyage imminent vers Kabana, à dos de Roucarnage...

-----------------------------------------------------------------

Dans le froid mordant des terres enneigées de Mizuhan, deux silhouettes se battaient pour prouver à l’autre qu’elles étaient dignes de confiance, de respect et d’amitié. Leur danse projetait leurs ombres floues et confuses sur le sol et sur les parois de la grotte toute proche. Elles s’étreignaient, s’empoignaient, se croisaient, s’effleuraient, se heurtaient, se caressaient, se mêlaient... Se mêlaient. La danse s’arrêta. Elles s’évanouirent. Le loup noir et la double lame émeraude étaient désormais ensemble, alors que la Reine immaculée chantait, de plus en plus proche.

-----------------------------------------------------------------

« Est-ce une preuve suffisante, champion ?** »

Eikallia chanta doucement, immobile sur la banquise de l’arène de Fla’Or. Nina était accroupie, une main posée sur sa Lamantine, sa précieuse Reine, son lien avec sa mère, la reine de son pays, son lien avec son peuple d’origine, caché au fond de l’océan, son lien avec son élément et son tout, l’eaumniprésente, sa parfaite géomètre, qui laissait pourtant de la place pour de nouvelles règles, de nouvelles figures, de nouveaux acrobates venus là pour danser avec elle, avec eux, avec Nina, avec ses compagnons, sa famille, ses buts et ses rêves.

-----------------------------------------------------------------

Nageant au fond du Lac de la liberté, Eikallia décida de remonter, laissant sa douce mélopée envahir les lieux et atteindre l’élémentaliste de l’Eau et son double psychique, parfaitement immobiles dans leur étrange symbiose. Les yeux du binôme retrouvèrent leurs couleurs originelles, alors que d’une main distraite, Nina ouvrait les deux courriers scellés qu’un duo d’oiseaux messagers avaient déposés là depuis un long moment. Le premier était d’Eeva Slanzar, la championne de sa ville.


Spoiler:
Bonjour à toi Dresseur Nina Wang,

Afin d'encourager les plus méritants d'entre vous sur la difficile et longue voie du dressage de Pokémon d'Arène, je tiens à t'offrir pour tes performances passées une CT. Cette Capsule Technique renferme l'un des secrets de mon Arène : Laser Glace, elle consiste en une attaque que je te laisse découvrir et enseigner au Pokémon de ton choix.

Fais-en bon usage.

Eeva Slanzar.

Un peu étonnée de recevoir une telle lettre, mais agréablement surprise, le colonel rangea soigneusement le message et son contenu, ajoutant dans un coin de sa tête une visite à la championne dans la liste des choses qu’elle devrait faire à son prochain passage chez elle. Le second courrier éveilla davantage sa curiosité et son intérêt, puisqu’il était signé de la main d’un vieil ami à elle.

Spoiler:
Chère Nina,

J’espère que tu te portes bien, étant de passage dans la ville de Fla’Or, j’ai essayé de venir prendre de tes nouvelles, malheureusement il semblerait que tu sois en ce moment en voyage à travers le monde. Donc plutôt que de repartir comme ça, j’ai décidé de te laisser cette lettre pour que l’on puisse rester en contact.

Je me suis récemment installé à Tenkeï pour poursuivre mes recherches, dans une étrange ville nommée Dyrinn. Ce continent est une véritable mine d’or de découvertes ! J’ai l’intention d’y passer de longues années avant de redescendre sur Erasia, donc si par hasard tu passes dans les environs, n’hésite pas à venir me faire signe !

L’année passée a été dure, mais je sens que le vent a enfin tourné. J’espère que les choses se passent aussi bien pour toi ces temps-ci, et que ta conquête des badges avance bien. Je suis certain que je perdrais encore plus rapidement que la dernière fois si l’on refaisait un match aujourd’hui !


Quoi qu’il en soit, j’espère avoir de tes nouvelles très bientôt. Tiens, en parlant de nouvelles, j’ai revu Reverie récemment, mais elle m’a semblé avoir quelques troubles de la mémoire… quoi qu’il en soit, elle se porte bien également.

A très bientôt,
Ninj

Alors comme ça, il était sur le continent flottant ! La jeune femme sourit, pas étonnée que son ami chercheur ait décidé de vivre là-haut. Sa soif de connaissances était sans doute intarissable, et elle se promit d’aller le voir dès qu’elle pourrait à nouveau s’envoler vers Tenkei, libérée de ses obligations, ou d’au moins une partie d’entre elles. Le passage sur la défaite probable et rapide du Flamenois si jamais ils venaient à refaire un match fit éclater le colonel de rire, saluant, comme toujours, son humour à la fois drôle et décalé. Un peu plus inquiète pour Reverie, elle parcourut les dernières lignes avec sérieux, avant de rester là, pensive, le parchemin encore déroulé entre ses doigts.

Finalement, elle se leva, puis rappela sa Reine après l’avoir remerciée, comme toujours, avant de libérer Kashi et de se hisser sur son large dos. Genki s’assit à son tour sur le rapace, juste devant Nina, qui donna une impulsion légère avec ses jambes pour indiquer à l’oiseau géant qu’il était temps de partir. En décollant, la Noarfang sentit un courant ascendant s’engouffrer dans ses plumes, et elle choisit de se laisser aller, planant paresseusement en jouant avec les variations dans l’air, portée par le vent.

Un vent de perpétuelle évolution.


[* Voir ce match d’arène pour la référence.
** Voir cet autre match, pour les mêmes raisons.
Contrainte 8 : retourner dans son passé.]

_________________
Inochi wa... Tatakai.


Spoiler:

« Approche, Princesse des Glaces, tranche l'Eau de tes lames, fends l'Air de ton corps et fais jaillir l'Or Blanc du plus profond de ton être pour voler vers la victoire et la demeure des Célestes. Entends l'appel de la voix qui gronde en toi, ne la refuse pas, mais fais-en ton Alliée pour l'ultime explosion dans une transfigurante Métamorphose. »
1 RP - 0 mission - 0 event - 0 match
avatar
Nina Wang
Modo' • Respo Mizuhan
Informations
Nombre de messages : 3940

Fiche de personnage
Points: 19
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum