[ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Kaito Shin Mekura le Jeu 19 Sep 2013 - 11:41

Post sous contrainte n°10
[Comme je me suis un peu inspirée d'une chanson pour cette contrainte, sous l'avis de Yûn, je la mets ici -> musique]

Le vent souffle sur les plaines
Des landes et terres Terrosiennes
J'ai quitté ma famille et mon domaine
Pour pouvoir découvrir mon eden
Au lieu de ça je décide de marcher
De vadrouiller de m'balader
Je vais partout bon gré mal gré
Je suis loin de Mizuhan
Loin de la terre des Fran
Mais ce n'est pas ça qui va me déranger
Je préfère bien plus ma liberté

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
J'ai cru entendre les échos

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
Du clapotement des points d'eaux

L'endroit est si tranquille
Une véritable terre d'asile
Sans plus personne de vile
Ca fait tellement de bien
D'être plus qu'un vaurien
Plus qu'un moins que rien
Je sens que je vais me plaire
Aimer être libre comme l'air
Il ne manque plus que les vers

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
J'ai cru entendre les échos

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
Du sifflement des oiseaux

Je ne pensais pas que les esprits
Verraient leurs temples détruits
Est-ce que Célébi vit vraiment ici ?
Une fée inter-dimensionnelle
Un être à la vie intemporelle
Il voyage d'un simple battement d'aile
Ce serait surprenant de savoir
Tout ce qu'il a bien pu voir
Pouvait-il s'en émouvoir ?

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
J'ai cru entendre les échos

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
Du bruissement dans les gingko

J'entends de drôles de claquement
Ca crée un drôle de changement
Un climat presque menaçant
Qu'est-ce qui peut bien se passer
Dans ce lieu pourtant de paix
Pour que tout soit ainsi troubler ?
Je peux distinguer des mains
Il y a des Capumain
Dont un sans lendemain

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
J'ai cru entendre les échos

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
Du martèlement du chaos

Le pauvre animal est blessé
Qu'est-ce qu'ils lui ont fait ?
A moins que son peuple souhaite le sauver ?
Pourquoi ne bouge-t-il plus ?
Je me demande ce qui le tue
C'est une improbable cohue
Je ne peux pas m'empêcher
De le saisir, de le toucher
De le prendre pour le sauver

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
J'ai cru entendre les échos

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
Du retentissement d'actes déloyaux

Il faut que je trouve de l'aide
Il faut bien que quelqu'un plaide
Pour les autres, pour obtenir entraide
N'y a-t-il donc personne
Quand le glas mortel sonne
En ce sinistre soir d'automne ?
Tout est gris autour de moi
Qu'importe où je regarde, je ne vois
Il n'y a rien faire, Kiito guide-moi
Il doit bien y avoir quelqu'un
Qui voudra donner un coup de main
Pour qu'il puisse vivre demain

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
J'ai cru entendre les échos

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
De divers propos amicaux

Il faut que nous allions les trouver
Peut-être qu'eux pourront nous aider
A sauver cet être abandonné
Il faut en être certain
Il faut que nous prenions en main
Le destin de ce Capumain
Nous n'avons pas d'autres choix
Dirigeons-nous vers ces voix
Il faut que nous ayons foi
En une lueur de bonté
Quelqu'un plein d'humanité
Perdu dans cette forêt

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
J'ai cru entendre les échos

Dans la forêt oh oh
D'Kabana lalilala
Dans la forêt oh oh
Du clapotement des points d'eaux.


Dernière édition par Kaito Shin Mekura le Lun 23 Sep 2013 - 0:06, édité 1 fois

_________________

avatar
Kaito Shin Mekura
Informations
Nombre de messages : 27

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 20
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Ninj le Jeu 19 Sep 2013 - 23:38

« Mais puisque je te dis que non ! », S’excitait une petite fille aux cheveux blonds, dont la voix enfantine n’enlevait rien au désir d’avoir raison que l’on ressentait dans son timbre.

Pichu et Libegon, toujours accompagnés d’une Feunarde portant sa toute jeune Goupix sur le dos, vagabondaient au gré de leurs envies, comme à leur habitude depuis de nombreux mois à présent. Et chaque jour, le pauvre dragon devait subir les débats incessants des deux femelles aussi têtues l’une que l’autre. Toutefois, la situation d’aujourd’hui était légèrement différente des autres jours… en effet, pour une fois, Pichu savait parfaitement de quoi elle parlait, et elle pouvait apporter de véritables arguments à la Feunarde là où, habituellement, elle se contentait de réfuter tout ce qui sortait de la gueule de la renarde dès qu’elle tombait à court d’argument.

« Mais s’il vous a donné ce pouvoir, c’est bien pour une raison ! Il doit bien vous contacter régulièrement, vous donner des directives, ou au moins vous laisser des pistes ! » , Argumenta l’adulte au pelage de sable, bien plus passionnée par ce débats que par les dix derniers qui l’avaient précédé.

Secouant la tête en lâchant un rire moqueur, la gamine reprit la parole tout en sautillant sur place sur le dos du pauvre dragon.

« Mais Celebi n’en a rien à faire de nous ! Regarde, est-ce qu’il est intervenu quand on a bousillé les trois autres abrutis avec Ys ? Non ! Il ne nous surveille pas, ne nous protège pas, ne nous dirige pas… il ne donne même pas le moindre petit signe de vie ! Il nous a juste balancé ça quand il en avait besoin et basta ! »

Lâchant un profond soupir de désespoir à l’écoute des femelles, le Libegon cessa sa longue marche ennuyeuse à quatre pattes en pleine forêt et se laissa tomber ventre contre terre, manquant de faire passer la gamine par-dessus bord. Heureusement, la longue robe assortie aux couleurs du dragon que portait l’enfant s’accrocha dans la longue crête du Libegon, permettant à la Gijinka de retrouver son équilibre rapidement et d’atterrir avec souplesse sur ses deux jambes.

« Tu vois, même lui, il est d’accord ! J’vois vraiment pas ce que tu veux aller demander à une fée planquée au fond des bois qui perd son temps à déjeuner en famille avec ses autres elles du passé et du futur ! », Continua la Pichu sans même prendre en compte que la réplique silencieuse de son ami volant s’adressait autant à elle qu’à son interlocutrice.

Pour toute réaction, le dragon passa ses pattes avants sur son visage dans un long geste de désespoir et attendit, patiemment, que tout cela ne cesse… mais ce n’était pas près de se terminer, puisque, descendant du dragon à son tour, l’autre reprenait déjà :

« Moi je suis sûre qu’il attend simplement que t’ailles le voir de toi-même ! De toute façon, on n’a rien d’autre à faire, alors quitte à profiter du beau temps en volant au gré du vent, autant en profiter pour aller se renseigner sur des questions sans réponses ! »

« Rien à faire ? »
, Répliqua immédiatement la gamine en ricanant. « T’as peut-être rien à faire, mais moi j’ai une queue qui attend que je m’occupe d’elle chaque jour ! »

C’est à cet instant qu’un humain surprit le petit groupe en pleine conversation. Evidemment, de son point de vue, il n’y avait qu’une jeune enfant s’excitant sur sa Feunarde qui lui répondait en jappant, ainsi qu’un dragon à l’air visiblement très blasé de la situation…
Concernant ses propos, la Pichu parlait évidemment de son nouvel appendice sous forme animale, qu’elle arrivait de mieux à mieux à contrôler à force d’acharnement. Elle était encore loin de s’en servir avec autant d’aisance que ses autres membres, mais au moins, elle ne se prenait plus les pieds dedans…

En voyant un humain s’approcher d’eux, les trois protagonistes eurent des réactions bien différentes. Tout d’abord, parlons du plus inquiétant : Libegon se redressa immédiatement sur ses pattes arrière et fixa l’humain d’un air menaçant, prêt à bondir pour protéger les siens en cas de danger.
Ensuite, il y eut la réaction de Feunarde, dite de la lâcheté : vivant avec pour seul objectif de protéger sa progéniture, elle alla immédiatement se cacher derrière le dragon aux allures inquiétantes.
Enfin, la plus insouciante du groupe, et également celle à l’apparence la plus angélique, se retourna avec étonnement en voyant les autres agir, et se rua immédiatement à la rencontre de l’humain… ou plutôt, du Pichu qui l’accompagnait, tout en lâchant un petit cri digne d’un enfant face à ses cadeaux de fête :

« Regardez, regardez ! Un autre Pichu qui s’est perdu dans les bois ! »

Puis, de façon tout aussi naturelle que s’il avait s’agit de faire un simple sourire, la gijinka reprit sa forme animale dans un éclair blanc pour pouvoir discuter avec ce petit Pokémon. L’humain et ses compagnons eurent donc droit en un instant à la transformation d’une petite fille angélique en une Pichu tout aussi mignonne qui portait d’amusantes lunettes bleues sur le front… et possédait l’équivalent d’une queue de Démolosse métallique balayant le sol derrière-elle.

De leur côté, Libegon et Feunarde se figèrent de stupeur : malgré toutes les épreuves qu’ils avaient traversées, et toute la haine dont certains avaient fait preuve envers les Gijinkas… la souris ne semblait plus ressentir la moindre gêne à afficher son pouvoir en publique, si bien qu’elle le faisait même uniquement pour discuter avec l’un de ses semblables… ignorant de surplus l’humain qui l’accompagnait, et dont le second Pokémon semblait bien mal en point.

Bien que dépitée par l’attitude de l’autre femelle, la renarde décida de faire confiance à son instinct et de refaire une petite apparition après quelques instants seulement, le temps de discrètement déposer sa progéniture entre les pattes de Libegon, là où il ne lui arriverait rien. Puis, d’un pas plus qu’hésitant, elle s’avança lentement en direction de l’humain, fixant ce Capumain blessé. Perplexe, elle observa les alentours avant de détailler l’humain de haut en bas. Il ne semblait pas être l’origine de ces blessures, et il ne semblait pas y avoir d’autres personnes dans les environs pour le moment… mais bien qu’étant incapable de soigner, elle pouvait toujours aider… si un Pokémon en avait réellement besoin… ce qu’elle n’aurait probablement pas fait pour un simple humain.



_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Kaito Shin Mekura le Ven 20 Sep 2013 - 15:22

Kaito avait raison, il avait bien entendu des voix qui venaient de quelque part au beau milieu de la forêt. Enfin, il entendait une voix féminine, d'une fillette probablement, et les jappements d'un Pokémon en réponse. Il ne savait pas s'ils pourraient l'aider avec son Pokémon blessé dans les bras, mais peut-être qu'ils pourraient lui indiquer un chemin à prendre pour rejoindre la ville, quelque chose, n'importe quoi ? Cependant, lorsqu'il découvrit l'improbable groupe, il comprit vite qu'il n'était pas au bout de ses peines. Il y avait un Libégon qui, en l'apercevant, afficha une attitude clairement menaçante. Même son aura avait viré à un léger noir, pour l'avertir qu'un geste déplacé pourrait lui coûter la vie. La Feunard était partie se cacher sans demander son reste, apparemment pour protéger quelque chose. Elle était extrêmement craintive il fallait croire. Par contre, la fillette faillit clairement lui faire faire une syncope, lorsqu'elle se jeta sur eux, en se transformant en Pichu, avec une espèce de queue surdimensionnée derrière elle. Le Mizuhanien écarquilla les yeux et regarda son compagnon qui semblait tout aussi incrédule et surpris que lui. Ca, c'était vraiment, vraiment bizarre.

Ils restèrent en retrait, sans réellement y croire, ne sachant pas comment procéder pour eh bien, communiquer avec eux... Finalement, il devenait clair que le jeune homme, même s'il pouvait parler avec son compagnon, ne le comprenait pas entièrement, alors des créatures qu'il ne connaissait pas, il ne s'attendait pas à pouvoir établir un dialogue concret avec eux. Il soupira.


« Kiito, je crois bien que c'est toi qui va devoir servir de relais. »

Le petit rongeur hocha la tête et alla se placer face à sa consœur, se passant une patte sur le crâne, ne sachant clairement pas par quel bout commencer. Il aurait bien pu parler du Capumain blessé dans les bras de son maître, mais bizarrement, après avoir vu une gamine se transformer en un membre de son espèce, et avec un tel appendice caudale, il n'était plus sûr de savoir par où commencer. Alors il parla, sans savoir comment structurer sa pensée :

« Vous êtes un drôle de groupe. Euh... Enfin... Je ne savais pas que des Pokémon pouvaient devenir humain... Ou des humains qui deviennent des Pokémon. C'est dû à quoi? Et la queue que tu as... Elle te sert à quoi ? C'est pour... Eviter notre problème ? »

Etant bien entendu un Pichu, il connaissait très bien le contrecoup que cette espèce subissait dès qu'une attaque électrique s'échappait de leur corps. La nature devait vraiment être bizarrement fichue pour avoir décidé d'infliger un tel handicap à une espèce. C'est vrai quoi, un Pokémon Glace n'allait pas fondre, rapetisser, ou se geler l'intérieur du corps en utilisant la Glace, pareil pour un Pokémon Feu et les brûlures... Mais cette race venait à souffrir de la moindre attaque de leur type qu'elle utilisait, parce que leur corps était mal fichu, et n'arrivait pas à compenser. Cependant, le rongeur ne devait pas s'écarter du sujet principal, à savoir...

« Mon dresseur et moi-même avons trouvé un Capumain blessé. On ne sait pas si ce sont ses congénères qui lui ont infligé de telles blessures, un Pokémon sauvage ou bien, un autre humain. Vous n'auriez rien vu ou rien entendu de bizarre ?  Et euh... Vous n'auriez rien pour nous aider à le soigner ? Ah d'ailleurs, j'ai oublié... Moi je m'appelle Kiito, et mon humain, c'est Kaito. »

Kaito s'était assis au sol, et fouillait dans son sac à la recherche de quelques baies, pansements, ou n'importe quoi qui aurait pu faire l'affaire. Le singe était dans un bien drôle d'état, il était inconscient, et le Mizuhanien se demandait s'il n'allait pas bientôt tomber dans une sorte de coma profond qui l'entraînerait vers la mort...

Il repéra la renarde qui s'approchait à pas lents, mesurés et calculés de lui. Elle avait apparemment peur, mais elle voulait peut-être faire quelque chose. Le jeune homme réfléchit un peu, et tendit une main, paume tournée vers le ciel, qu'il présenta à la renarde. Un geste montrant son côté inoffensif, et aussi, qu'il attendait qu'elle l'accepte pour ne pas la brusquer. D'une autre main, il essayait de soigner, de façon plus ou moins efficace, le jeune singe. C'était vraiment compliqué, et il commençait à se demander si quelqu'un ne traînait pas dans les parages. Après tout, il n'y avait aucune raison que le Pokémon se fasse rejeter par les autres, tout comme, un Pokémon sauvage aurait peut-être envisagé de s'en prendre au groupe. Et il n'y avait pas l'air d'avoir d'autres humains à part l'étrange gamine qui pouvait devenir une Pichu, et qui n'avait pas l'air responsable d'un tel geste. Kaito ne pouvait pas se résigner à l'accuser. Mais il devait essayer de sauver le Capumain du danger qu'il courait, avec toutes les plaies qu'il avait. Grâce à sa maîtrise de l'eau, il avait pu commencer à les nettoyer, pourtant, il ne savait pas quoi faire de plus pour lui venir en aide. Et puis, il était malgré tout convaincu qu'une menace pesait, quelque part, dans la forêt.


« Toi, qui es une Pokémon, tu ne sens rien de bizarre, d'hostile ? » fit-il à l'adresse de la Feunard.

Il espérait ne pas l'effrayer, mais être averti d'un danger qui traînait, ça pouvait être salvateur, non ? Il ne savait pas comment prouver concrètement qu'il n'était responsable en rien, et qu'il ne serait pas un danger pour eux. Il était aussi surpris de les voir se balader de la sorte. Un Libégon, un Pichu, un Feunard et son petit... Ca n'était pas des Pokémon qui vivaient dans une forêt, et surtout, qui n'étaient pas sensé se rencontrer et rester ensemble à l'état sauvage. Peut-être qu'un dresseur les avait réuni, mais qu'il avait eu un souci lui aussi, et voilà que toute la troupe se baladait bon gré mal gré ? Peut-être... Il se hasarda à poser la question, juste au cas où.

« Vous n'avez pas un dresseur dans les environs qui... pourrait nous aider ? »


Dernière édition par Kaito Shin Mekura le Sam 28 Sep 2013 - 22:47, édité 1 fois

_________________

avatar
Kaito Shin Mekura
Informations
Nombre de messages : 27

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 20
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Ninj le Sam 21 Sep 2013 - 3:16

Malgré l’étonnement, les deux étrangères commencèrent à converser avec le groupe. Il faut dire que malgré son excitation excessive et sa transformation surnaturelle, la Pichu n’avait rien d’effrayant. Au contraire, elle avait tout d’une simple enfant respirant la joie de vivre ! C’est donc avec un large sourire qu’elle accueillit les paroles de l’autre Pichu, et qu’elle s’empressa de lui répondre :

« Haha, oui, on est un peu bizarres nous tous : on se transforme, on améliore nos corps, ou on se retrouve avec une tête plus grosse que ses muscles. », Se sachant visée, la renarde lança un regard noir à l’autre femelle, ce qui n’empêcha pas la souris de continuer : « Mais c’est assez exceptionnel tout ça. D’ailleurs, je te déconseille d’essayer de devenir comme nous, c’est pas forcément rentable. »

Elle disait ça sans le moindre changement d’intonation, comme si tous les malheurs qu’ils avaient dû endurer en devenant ce qu’ils étaient n’étaient plus que de l’histoire ancienne dans son esprit. Puis, faisant remuer sa queue derrière-elle pour montrer qu’elle la contrôlait réellement, elle ajouta en la pointant du doigt :

« Et comme tu l’as deviné, ça, c’est pour me lancer dans un fatal foudre sans rejoindre le monde de Cresselia ! Mais si tu veux, j’ai plein d’autres méthodes en stock que j’ai expérimentées qui sont un peu moins brutale et qui permettent tout de même une légère amélioration de notre défaut de fabrication ! »

Le ton décalé qu’elle employait n’était pas forcément rassurant… pourtant, elle semblait sérieuse. En fait, elle était toujours prête à éviter à un autre Pichu tout ce qu’elle avait vécu. Et étant donné que c’était la toute première fois qu’elle avait l’occasion de le faire, elle s’en donnait à cœur joie ! Même si, au final… elle était presque prête à lui conseiller d’évoluer pour s’éviter tous ces calvaires.

Mais les deux étrangers n’étaient pas venus pour ça. En effet, comme l’expliqua si bien la souris électrique, ils avaient un blessé sur les bras. Observant avec attention l’animal blessé dont l’humain s’occupait, Pichu réfléchit quelques instants à une idée pour aider ce malheureux. Hélas, aucun d’entre eux n’était capable de lui prodiguer le moindre soin… Retrouvant son sourire, elle décida de commencer par présenter le reste du groupe, non sans une pointe d’amusement :

« Pour ma part, je suis Pichu, voici Feunarde la trouillarde et Libegon le pas confiant qui s’occupe de veiller sur la petite Goupix de notre groupe. »

Les surnoms n’étant toujours pas au gout du jour dans l’équipe de Ninj, aucun d’entre eux ne s’était cherché le moindre pseudonyme jusqu’à présent. Evidemment, il y avait bien Libegon qui se faisait appeler par le nom du frère de Ninj sous sa forme humaine, mais cela n’avait rien d’officiel. Bref, Pichu ne prit pas la peine de faire la moindre remarque là-dessus avant d’enchainer :

« Désolé mais je vois pas comment vous aider, on est plus doués pour combattre les gens que pour les soigner…, », Dit-elle d’un air gêné, tout en se passant une main derrière la tête.

De son côté, la renarde n’était pas de cette avis. Après avoir accepté la présence de cet humain étrangement amical, grâce à ce geste de la main qu’elle avait si souvent vu de là d’où elle venait, elle colla délicatement son museau contre la paume de l’humain et s’approcha de lui sans la moindre crainte pour renifler le pauvre singe à la recherche d’une piste. Puis, humant les environs, elle essaya de repérer l’agresseur de ce pauvre Pokémon dans les buissons environnant, tandis que l’humain s’enquérait justement de la présence d’une créature hostile dans les environs.

La dernière question de l’humain fut accueillie d’un signe de tête négatif immédiat : pour sa part, la Feunarde était sauvage et comptait bien le rester jusqu’à la fin des temps. Déjà qu’elle avait accepté de voyager aux côtés d’abominations, elle n’allait pas non plus jouer l’esclave d’un de ces humains dénués du moindre sens commun comme le ferait un simple Arcanin…

Soudain, tournant la tête en direction du seigneur des sables, la renarde jappa. Et immédiatement, le dragon attrapa la petite Goupix camouflée derrière-lui entre ses griffes pour s’envoler dans les cieux, loin au-dessus des arbres. Pichu ne craignait rien… quant à elle, elle n’était pas une priorité. La seule qui devait être constamment éloignée de tout danger, c’était sa petite progéniture. Et à priori, selon ce qu’elle avait repéré, le danger était présent. Jappant à nouveau, la renarde s’adressa cette fois-ci à la Pichu de Ninj : celle-ci sembla tout d’abord refuser la proposition de son amie, avant de finalement céder aux caprices de la renarde. Satisfaite de pouvoir faire d’une pierre deux coups, la femelle au pelage couleur sable leva fièrement la tête et commença à s’enfoncer dans la forêt avant de s’arrêter pour regarder le reste du groupe, comme pour les inciter à la suivre.

Un nouvel éclat de lumière illumina le groupe, tandis que Pichu reprenait sa forme humaine pour traduire à l’humain ce qui venait d’être dit :

« Mon amie Feunarde a eu comme idée de génie de te proposer de nous accompagner jusqu’à l’autel de Celebi, où nous nous rendions. Et si cette idiote de fée daigne bien venir me parler entre deux voyages temporels, on pourra lui demander au passage de soigner ce Capumain, s’il tient jusque-là… »

Hé bien, elle était en forme aujourd’hui ! Sans doute était-ce le fait de croiser un autre Pichu qui la rendait si joyeuse et prompte à vanner les deux personnes qui l’irritaient le plus sur cette terre, à savoir Feunarde et Celebi ? Du haut de sa demi-douzaine d’années, l’enfant s’avança sans la moindre hésitation au milieu des buissons à son tour, suivant la renarde. Ce n’est qu’après quelques pas qu’elle se retourna d’un air légèrement distraite pour ajouter :

« Oh, au fait ! Y’a des branches cassées dans le coin ! Les Pokémon de cette forêt respectent tous la nature, sans aucune exception. Celui qui a fait ça à ce Capumain est passé par-là, quoi qu’il soit, et il ne vient pas d’ici. »

Autrement dit, restez sur vos gardes. Mais tant qu’elle était là, personne ne risquait rien… d’où ce ton léger qu’elle gardait constamment. Et comme si ce qu’elle venait de dire n’était qu’une banalité, elle reprit sa route l’air de rien en direction de l’autel, espérant qu’ils y trouveraient Celebi. Et s’ils trouvaient l’autre idiot avant… tant pis pour lui !

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Kaito Shin Mekura le Lun 23 Sep 2013 - 0:01

Kaito avait vu juste en se disant qu'il ne comprendrait rien à ce que les deux rongeurs se disaient. Effectivement, ils ne cessaient de communiquer, de se répondre, mais le jeune homme n'en saisissait pas un mot. Ainsi, pour l'instant, il attendait que les choses se passent, en essayant de faire au mieux pour le Capumain, avec l'aide de la renarde qui semblait l'étudier de près. Reste à savoir si ça serait amplement suffisant. Et pour patienter, il observait son Pichu, qui semblait très intéressé par sa congénère.

« Hm, je ne vous trouve pas si bizarre que ça. Enfin, vous sortez du commun des mortels on va dire, mais mon dresseur aussi, alors bon, ça ne me gêne pas franchement. Quant aux méthodes pour éviter de mourir dès qu'on utilise une attaque, je veux bien en savoir plus. Je pense évoluer un jour, mais je ne voudrais pas être inutile avant que ce jour arrive, j'aimerais pouvoir protéger mon dresseur, ou les Pokémon comme ce Capumain. Alors je t'écoute volontiers si tu veux bien m'aider. »


Le Mizuhanien était surpris de la sociabilité que pouvait avoir son Pokémon. En réalité, il ne l'avait jamais réellement vu en contact avec d'autres créatures de son espèce, et il restait bien plus souvent sur son épaule, ou bien un peu en avant, pour le guider. Ceci dit, le voir agir ainsi ne le dérangeait pas, ça l'intriguait juste.

Il observa la Feunard, venant d'apprendre qu'elle n'avait pas de dresseur. Il ne savait pas si ça concernait tout le groupe ou juste elle, mais oublia bien vite ce détail lorsqu'elle demanda au silencieux Libégon de s'envoler avec la Goupix. Elle avait apparemment senti la menace qui s'en était prise au Capumain et, après avoir mis son petit en sécurité, partit dans une direction bien précise. Le jeune homme se releva, tenant le singe contre lui, alors que la Pichu étrangère reprenait forme humaine. Décidément, c'était étrange ce pouvoir là... Mais au moins, elle pouvait traduire, et lui pouvait donc comprendre, et agir en conséquence.


« J'espère qu'il tiendra, oui. C'est.... Une idée étrange, et pourtant valable je pense. Même si je me demande pourquoi Célébi viendrait nous voir en particulier. Vous avez quelque chose à lui dire ? »


Tout ceci était réellement intriguant, et il ne comprenait pas tout. Il commençait à se dire, qu'il avait dû passer beaucoup de temps enfermé chez lui sans nouvelles de ce qui avait pu se passer dans le monde extérieur. Il se demandait si sa famille savait que des Pokémon pouvaient devenir des humains. Non pas qu'il comptait leur livrer ce secret, mais c'était curieux de ne pas en avoir entendu parler. Surtout que ça avait dû poser des soucis quelconques, non ? Cependant, il n'osait pas trop aborder le sujet, alors il emboîta le pas à la troupe, songeur. Il entendit la remarque de la jeune souris humaine, et hocha la tête, pour montrer qu'il avait compris. Il y avait donc bel et bien quelqu'un, et peut-être que la personne était encore là.

Ils marchèrent d'un bon pas vers l'autel de Célébi. Le jeune homme vérifiait les différentes traces de branches brisées, et apparemment, le lieu de culte était également la destination, un peu aléatoire, de l'inconnu massacreur de Capumain. Ils allaient potentiellement faire d'une pierre deux coups, ce qui n'était peut-être pas plus mal, à moins de tomber sur un adversaire bien plus fort.

Ils finirent par arriver devant une espèce de construction en pierre qui s'était effondrée avec le temps. Même si un peu de mousse semblait avoir recouvert certaines roches, le cœur du temple lui, avait l'air d'être constamment nettoyé. Les habitants de Kabana et voyageurs devaient faire vraiment attention à l'endroit pour qu'il soit si net. Le jeune homme s'approcha, et observa.


« Célébi va... réellement venir ? »

Cela lui semblait un peu absurde. Il s'agissait d'un légendaire après tout. Pas sûr qu'il se déplace selon le bon vouloir de quelques individus quelconques. Si ? Il serra un peu plus le Capumain contre lui, qui était dans un état réellement déplorable.

Kiito releva la tête, et ses oreilles semblèrent s’aplatir sur son crâne alors qu'il regardait dans une direction, devant lui. Il y avait du bruit, des craquements de branches, des cris et.... et un Balignon qui fut éjecté vers l'improbable groupe à la vitesse d'un ballon de foot. Le Mizuhanien n'eut pas le temps de réagir que le Pokémon plante s'écrasait contre son visage, avant de lentement retomber au sol, pas trop mal en point, mais totalement sonné.


« Eh, Cornèbre, le laisse pas s'échapper, vas-y, poursuis-le ! »

Un croassement accompagna ce cri, et un oiseau totalement noir jaillit des branches pour fondre vers sa cible, avant qu'un éclair ne l'arrête. Eh, fallait pas pousser, non seulement le petit Pokémon ne pouvait plus se battre, mais en plus, lui foncer dessus reviendrait à foncer sur le jeune homme, et ça, c'était quand même trop. La corneille se plaça en vol stationnaire face au groupe, alors que son dresseur apparaissait. C'était un gamin d'une douzaine d'années, tout au plus, qui semblait surexcité et... qui avait étrangement envie d'éclater du Balignon, on dirait, ce que Kaito ne pouvait pas laisser faire.

« Eh m'sieur, votre Pichu il a attaqué mon Cornèbre, c'est pas juste ! Le Balignon est à moi, c'est moi qui ai commencé à l'affaiblir, c'est moi qui doit le mettre K.O ! Si vous le voulez, z'avez qu'à vous trouver le votre ! »


Le jeune maudit resta un instant sans réellement comprendre le sens de ces mots. L'enfant était auréolé d'une aura un peu sombre. Il n'avait pas l'air méchant, juste déterminé et dans la mauvaise direction. Il jeta un coup d'oeil un peu inquiet à la Pichu humaine, et à la Feunard. Peut-être que l'une des deux pourrait coller une dérouillée au gamin, histoire qu'il obtienne le combat qu'il voulait et...

« Eh, Cornèbre, tu trouves pas qu'on dirait le Capumain qu'on a battu tout à l'heure ? »

Bon, le jeune dresseur avait apparemment un grand besoin d'être recadré, et n'entendrait pas raison tant qu'il aurait un Pokémon susceptible de se battre. Il agissait de façon... Etrange. Pour autant, il n'était pas concentré sur ce que des personnes expérimentées, ou plus sages, pourraient lui dire. Tout ce qu'il voulait, c'était un combat. Reste à savoir si quelqu'un aurait assez de force pour lui donner ce qu'il désirait...

[J'le trouve pas terrible ce post ><]


Dernière édition par Kaito Shin Mekura le Sam 28 Sep 2013 - 22:46, édité 1 fois

_________________

avatar
Kaito Shin Mekura
Informations
Nombre de messages : 27

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 20
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Ninj le Lun 23 Sep 2013 - 22:21

Sur le trajet, Pichu resta en forme humaine pour converser avec Kaito. Non pas qu’elle ait oublié sa proposition vis-à-vis de l’autre Pichu, mais elle préférait attendre d’arriver sur place pour pouvoir discuter tranquillement avec lui. De plus, n’étant pas encore habituée à marcher en pleine forêt avec sa nouvelle queue, elle n’avait envie de passer son temps à la décoincer de la moindre fougère qui croiserait sa route…
Intéressé par l’idée de rechercher Celebi, l’humain s’interrogea alors sur la raison qui poussait leur étrange groupe à rendre visite à la fée du temps. A cette question, Pichu éclata de rire ouvertement et s’attira un nouveau regard meurtrier de la part de son amie à quatre pattes. Dire qu’elle se donnait autant de mal à chercher cet autel pour quelqu’un qui n’en avait rien à faire… heureusement que dans l’histoire, elle avait une chance d’obtenir quelques réponses à ses propres questions !

« Si je l’avais devant moi, j’aurais tout un tas de choses plus ou moins agréable à lui balancer ! Mais ce n’est pas pour ça qu’on y va. Mon amie Feunarde s’est mise en tête que, suite à tout un bordel qui a eu lieu récemment que je vais t’épargner, Celebi avait peut-être quelque chose à me dire, mais que Môsieur était trop occupé pour se déplacer et venir me le dire en personne. », Répondit la gamine après une bonne minute de fou rire.

Ils arrivèrent sur place après une courte marche à travers la forêt, et Pichu put redécouvrir non sans une certaine mélancolie cet autel auprès duquel Ninj s’était rendu régulièrement autrefois. Comme toujours, l’endroit semblait empreint d’un calme reposant, et la végétation qui l’entourait était probablement la plus magnifique de toute la forêt. Pourtant, aujourd’hui, cet endroit paraissait comme souillé d’une présence inattendue… et tandis que Kaito s’inquiétait sur l’arrivée potentielle de Celebi, Pichu lui répondit sans détourner son regard de la végétation qui les entourait :

« Il a intérêt à venir ! J’ai pas fait tout ce trajet pour rien ! Mais pour le moment… »

Sa phrase fut interrompue par l’arrivée fracassante d’un Balignon, pour la plus grande joie du visage de Kaito.

Un gamin. Un stupide gamin accompagné de son Cornèbre était la raison de tout ce ramdam… une certaine renarde électrique aurait peut-être déjà réglé la situation en un tour de patte, mais Pichu était légèrement moins expéditive… encore que, en entendant le gamin parler du Capumain, l’idée lui traversa la tête. Toujours souriante, malgré ses arrière-pensées, Pichu s’avança en direction du gamin pour le remettre à sa place.

« Je sais pas d’où tu sors le môme, mais tu vas te calmer de suite et oublier tout ce que tu t’imagines sur les Pokémon… »

Le môme ? Etait-elle au moins consciente que l’autre faisait une bonne tête de plus qu’elle ? Nul doute que si l’adulte n’avait pas été présent derrière-eux, le garçon se serait empressé de remettre en place cette petite fille insolente… à ses risques et périls. Bref, préférant jouer les gros bras de façon vocale, il répliqua en haussant le ton tandis que son Pokémon l’accompagnait de croassements agaçants :

« C’est pas une gamine comme toi qui va m’apprendre quoi que ce soit sur les Pokémon ! Alors maintenant retourne te cacher derrière ton père si tu… »

Pichu claqua des doigts, formant un minuscule brin d’électricité entre ses doigts. Rien de très visible pour ceux qui l’entouraient, à part peut-être le Pichu qui les accompagnait… par contre, Libegon, haut dans le ciel, repéra ce signal d’un simple coup d’œil. Et pendant que le gamin s’excitait dans ses propos, l’immense dragon atterrit de tout son poids à quelques centimètres de lui. Tandis que l’enfant sursautait, surpris de cette apparition, le dragon tourna la tête dans sa direction et lâcha un cri des plus effrayants à quelques centimètres du visage du gamin.

Evidemment, après un sursaut digne d’un film d’horreur et quelques secondes de stupéfaction, le garçon eut pour premier réflexe de s’enfuir… mais l’aile du dragon lui barra la route et l’obligea à rester parmi eux. Le Cornèbre, quant à lui, était allé se planquer dans les pattes de son maître, comme si ce courage exceptionnel dont il avait fait preuve en attaquant Capumain et Balignon s’était soudainement volatilisé…

« Bien, bien, bien. Maintenant que tu es à l’écoute, laisse-moi te prouver que tu ne t’entraines pas comme il faut… », Lança la gamine de sa voix fluette, visiblement plus qu’amusée par la situation.

D’une pierre, deux coups ! C’était bien ça l’expression ? Fouillant dans le sac accroché au dos du dragon, elle en ressortit deux pics métalliques aussi grands que des cure-dents. Et sans un mot, elle retourna auprès de Kiito pour les lui donner : il faut avouer qu’entre les mains d’une minuscule souris, les pics paraissaient soudain beaucoup plus grand… et pour cause ! Elle-même les avait utilisés plusieurs fois pour ses entrainements, à l’époque où la maîtrise de la foudre était encore sa principale préoccupation.

« Tiens, tu voulais quelques exemples… tant que tu tiens ces pics dans tes mains et que tu les garde plantés dans le sol, tu ne sentiras aucun contrecoups. Alors évidemment, c’est pas forcément très utile, vu que ça te cloue au sol… mais ça pourrait te permettre de battre en un coup certains adversaires, comme un Pokémon volant, à tout hasard. »

Ceci dit, elle se redressa pour prendre place entre le gamin et le Pichu de Kiito et annoncer son magnifique plan :

« Bien, puisque ce Pichu t’a dérangé durant cet entrainement stupide que tu ne referas jamais, je te propose de l’affronter directement, ce qui vous sera beaucoup plus bénéfique à tous les deux. Et ne prend pas la peine de refuser… »

Sa dernière phrase se fit beaucoup plus sèche et fut accompagnée d’un petit mouvement de l’aile du Libegon qui poussait doucement le gamin en direction de son adversaire. Cornèbre contre Pichu… officiellement, un oiseau n’avait aucune chance contre un Pokémon électrique. Et officiellement, un Pichu n’avait aucune chance tout court. Autant dire que le match était équilibré ! Tournant la tête vers Kiito pour lui lancer un dernier sourire d’encouragement, elle murmura également à Kaito au passage :

« Ne t’en fais pas, si ça tourne mal, j’interviendrais. »



_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Kaito Shin Mekura le Mer 25 Sep 2013 - 17:59

Eh bien, l'enfant avait une verve particulièrement hargneuse, mais pour le traiter de père, il devait avoir un gros problème de math. La Pichu humaine devait avoir six ou sept ans sous cette apparence, et lui, du haut de ses vingt ans, ça voulait dire qu'il aurait eu la fillette au même âge que ce garçon effronté. Ca n'était clairement envisageable, et puis, après tout, il n'avait jamais rien fait encore... Quoiqu'il en soit, il s'attendait à sermonner l'enfant, et le pousser à rentrer chez lui, mais sans qu'il ait pu réellement comprendre, Kiito se retrouva avec deux pics dans les mains, et une proposition de combat contre le Cornèbre, après que le Libégon soit revenu, et ait effrayé l'enfant avec brio. C'était franchement improbable mais bon, autant y aller, il n'avait pas le choix.

Il se plaça face à l'oiseau, ses joues crépitant. Il n'allait pas se laisser faire, et il ne comptait pas perdre contre ce piaf de malheur. Il était cloué au sol, certes, mais il n'était pas non plus impuissant, il pouvait diriger un minimum sa foudre, et le combat ne devrait pas trop traîner. Pour autant, il avait maintenant en sa possession des outils qui certes devaient l'aider, mais restaient un peu encombrant. Mais il fallait qu'il essaye.

Il planta les deux pics dans le sol, et lança une violente décharge dans les airs, sans rien viser de précis. Cela servirait d'avertissement au dresseur, et ça lui permettait de tester l'impact des pics métalliques. Et effectivement, il ne ressentit aucune douleur, aucun contrecoup, comme si l'acier absorbait le surplus incontrôlable pour le renvoyer dans le sol. C'était quand même bien pratique, ça lui éviterait de se mettre K.O tout seul face à un adversaire sur lequel il avait, normalement, l'ascendant. Ca serait nettement moins frustrant. La souris lança un regard de défi au Pokémon volant, prête à se battre.


« Vas-y Cornèbre, on va les avoir ! Utilise euh... Picpic ! »

Ah, le gamin n'était pas très futé. Non seulement, cela n'était pas très efficace, mais en plus, il allait venir directement au corps à corps, ce qui faciliterait la tâche du rongeur pour le mettre à terre. L'oiseau noir piqua pour lui picorer le crâne, et Kiito encaissa l'attaque sans broncher, ripostant avec un éclair bien senti qui lui procura une immense joie. Il ne sentait rien, absolument rien, c'était vraiment génial ! Son corps recommença à crépiter, et il se retint de sauter sur son adversaire pour le plumer dans les règles de l'art. S'il lâchait les pics, il était fichu. Pour autant, c'était la première fois qu'il laissait échapper sa pleine puissance. Et c'était vraiment divin comme sensation.

Il poussa un petit cri de défi, essayant de voir ce qu'il pouvait encore faire. C'était une sensation qu'il n'avait jamais connu, et il la savourait. En plus, il allait pouvoir écraser cet avorton et son piaf. Il projeta encore des Eclair, alors que le gamin s'entêtait à vouloir l'affronter au corps à corps. C'était risible, au moindre contact, il se prenait une décharge bien senti, et le Pokémon électrique ne se gênait pas pour retenir sa puissance. Il sentait que le métal commençait à chauffer, mais il se dit qu'il s'en sortirait sans problème. Quant au gamin, il s'énervait de ne pas réussir à atteindre le Pichu, et il commençait à taper du pied, sans comprendre comment faire... Mais le Cornèbre, d'une Poursuite, éjecta le rongeur loin de ses précieuses armes.

Le jeune Pokémon roula au sol et se releva prestement, sonné. Il secoua la tête, pour se remettre les idées en place. En face de lui, le Cornèbre semblait devenir totalement fou, et n'écoutait plus son dresseur qui lui criait d'achever le Pichu. Au lieu de ça, l'oiseau de nuit cracha une brume noire qui masqua les deux pics à la vue de tous. Puis, il plongea sur son adversaire, prêt à le mettre en charpie avec ses serres. Heureusement, Kiito était encore assez vif, mais loin de ses pics, il ne savait plus quoi faire, et n'osait plus lancer d'attaques, de peur de ressentir à nouveau le contrecoup. Il resta là, interdit, esquivant en bondissant à droite, à gauche, pour éviter les serres meurtrières du Pokémon.


« Envoie un éclair ! »

Le rongeur regarda son maître, surpris. Il n'avait pas envie, il avait goûté à une puissance sans condition, s'il attaquait, il allait en pâtir, il ne voulait pas de ça ! Et son dresseur sembla le comprendre, puisqu'il s'expliqua :


« Juste un petit, rien qu'un tout petit. Mais normalement, ton électricité sera attirée par le métal, et tu pourras retrouver ce qu'il te faut. Allez, essaye ! »

Le Pokémon réfléchit quelques secondes avant de hocher la tête. Ca valait le coup d'essayer, même si c'était risqué. Il fit une énième roulade pour éviter un autre piqué de son ennemi, et envoya un petit éclair, sans chercher à le diriger. L'électricité plongea aussitôt dans le nuage, avant de percuter l'un des deux pics. Mais la souris jaune n'avait pas pu voir précisément où sa foudre allait, alors elle décida d'en créer un autre, qu'elle essaya de maintenir constante, tout en la laissant se diriger seule. Il finit, bien heureusement, par retrouver les deux pics, et se jeta aussitôt dessus. Néanmoins, il ne voyait rien, et un Cornèbre noir ne serait pas simple à repérer dans cette purée de pois. Il regarda autour de lui, avant de décider de grimper sur le pic qu'il tenait. La surface en haut était un morceau plat qui avait un petit diamètre, mais c'était suffisant pour qu'il tienne s'il s'accrochait. Il resta là, ses oreilles pivotant à droite à gauche pour repérer le battement d'ailes de sa cible. Puis, subitement, il laissa sortir toute l'énergie qu'il avait accumulé, la foudre partant dans toutes les directions. L'oiseau fut foudroyé, et tomba au sol, sans bouger. Il n'était pas mort -le Pichu n'avait réellement pas l'énergie pour- il était juste inconscient.

« Oh non Cornèbre relève-toi ! Ca craint s'il te tape encore ! Allez allez, debout ! »

Kaito resta un peu surpris. Il ne comptait pas continuer le combat. Pourquoi dire ça ? Il fit signe à son compagnon de revenir à lui.

« Je ne vais pas encore attaquer, ton Cornèbre ne peut plus se battre, le match s'arrête là. »
« Mais, non, tu peux encore le frapper. Allez, Cornèbre, debout ! »
« Ca suffit. Ton Pokémon est inconscient. Tu as perdu, c'est tout. »
« Alors ne le frappe pas dans cet état s'te plaît ! »


Le Mizuhanien resta surpris. Qu'est-ce que cet enfant pouvait avoir en tête pour penser qu'il allait s'acharner contre son Pokémon alors qu'il était à terre ? Ca n'était pas ainsi que les choses fonctionnaient...

« Tu crois sincèrement que pour gagner un match, il faut tuer son adversaire ? Que s'il n'est pas au moins dans le coma, tout ce que tu auras fait sera inutile ? »

L'enfant ne répondit pas, et le regarda, en serrant son oiseau qu'il était allé chercher contre lui. Kaito s'approcha doucement et posa un genou à terre pour se mettre à sa hauteur et le regarder dans les yeux.

« Un match ne doit pas être aussi violent. Ca n'est pas en tuant son adversaire qu'on apprend quelque chose. Tu dois différencier les situations qui le nécessitent, et un combat lambda. Ce que tu as fait à ce Capumain est bien pire que l'état dans lequel se retrouve ton Cornèbre. Tu l'as quasiment tué alors que tu ne faisais que t'entraîner ! »
« Mais... On m'a dit qu'il fallait... Qu'il fallait y aller à fond pour gagner de l'expérience, et faire grandir Cornèbre alors je pensais que... »
« Eh bien tu pensais mal. Tu n'as pas besoin d'aller aussi loin. Tu n'es même pas obligé de combattre pour t'entraîner. Tu peux perfectionner le vol de ton Cornèbre en le faisant passer par un chemin d'obstacle par exemple, c'est ça aussi de l'entraînement. Mais en aucun cas, tu ne dois massacrer sans aucune pitié, des pauvres Pokémon qui ne t'ont rien fait. »


L'enfant resta un moment interdit. Avait-il compris ce que le jeune homme essayait de lui dire, ou bien ce dernier parlait-il dans le vent ?


Dernière édition par Kaito Shin Mekura le Sam 28 Sep 2013 - 22:45, édité 1 fois

_________________

avatar
Kaito Shin Mekura
Informations
Nombre de messages : 27

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 20
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Ninj le Ven 27 Sep 2013 - 23:10

La Pichu de Ninj observa le match avec un sourire en coin caractéristique du rire étouffé. C’était un combat… de débutant, ni plus ni moins. Bien loin de tout ce qu’elle avait livré récemment ! Encore que, les derniers mois avaient été plutôt calmes en termes d’affrontements. Bref, elle avait l’impression de se revoir cinq ans plus tôt, alors qu’elle n’était qu’une jeune Pichu ignorante livrée à elle-même dans un monde immense. A la différence près qu’elle, personne ne l’avait jamais aidé à maitriser sa foudre, et qu’elle n’avait pu ressentir le plaisir dont profitait Kiito grâce à l’utilisation des pics que bien plus tard. Finalement, elle était contente d’avoir laissé l’autre Pichu livrer cet affrontement : le match aurait été bien trop déséquilibré si elle avait décidé de réprimander l’enfant elle-même, et il n’aurait certainement pas retenu la leçon. Par contre, elle n’aimait pas particulièrement la réaction qu’avait eue le Pichu lorsqu’il s’était éloigné des pics… lorsque son maître lui avait ordonné de lancer un nouvel éclair.

Mais pour le moment, mieux valait s’occuper de ce gamin. Une fois le match terminé, et la leçon de morale donnée par Keito, Pichu décida d’en rajouter une couche : l’enfant restait dubitatif, et il y avait fort à parié qu’il n’était pas complètement convaincu. Tout en s’approchant de lui les mains dans le dos, elle reprit la parole :

« De toute façon, tu ne gagneras jamais d’expérience en affrontant des Pokémon qui ne souhaitent pas se battre. Une victoire facile n’apporte rien. Si tu veux vraiment t’améliorer, tu dois affronter des adversaires de ton niveau. Et peu importe le résultat du match… ce n’est pas l’état dans lequel se trouvera ton adversaire qui fera que tu apprendras plus de choses, mais simplement ta façon d’agir durant le match. »

Encore que, ce point-là n’était pas toujours vrai… mais il était inutile de comparer sa vie compliquée avec celle de ce jeune gamin. Lui, il ne risquait pas sa vie une fois sur deux, et la défaite n’impliquait donc pas sa propre mort.

« J’irais même jusqu’à dire que ce sera de tes défaites que tu tireras tes meilleurs expériences. », Reprit-elle, avant de prendre pour exemple le match du jour : « par exemple, ta technique d’attaque de front fonctionne sans doute très souvent. Mais aujourd’hui, tu as pu voir que face à un Pokémon électrique, tu devras changer de méthode. »

Bien que toujours gêné à l’idée de se faire réprimander par une gamine, l’enfant semblait un peu mieux comprendre le concept. Et puis, cette fille possédait un Libegon… ça avait de quoi impressionner ! Bien, à présent, il était temps de placer le plus important de toute cette leçon…

« Dernière chose… un entrainement a seulement pour but de tester ses capacités et d’essayer de les améliorer, il n’a jamais pour but de blesser quelqu’un. Ni Pokémon, ni dresseur, ni même la nature qui vous entoure. Ton Cornèbre est fatigué, tu devrais l’emmener se reposer à présent. Et lorsqu’un Pokémon sauvage décide de t’affronter, lui aussi, il pourrait avoir besoin de soins, alors n’hésites pas à l’emmener soigner aussi s’il se blesse par mégarde, plutôt que de l’abandonner comme tu l’avais fait pour Capumain. »

Une fois qu’elle eut terminé, Pichu fit un simple signe de tête à Libegon, et le dragon s’écarta légèrement, laissant le gamin retourner chez lui. Avait-il réellement retenu la leçon ? Ils ne pouvaient que l’espérer… mais avec tout ce qu’il venait de vivre, il allait certainement au moins se remettre en question ! A présent, le groupe pouvait revenir sur son objectif premier… Celebi. Feunarde s’était déjà installée devant l’autel, attendant un signe de l’arrivée de la fée, et elle fut rapidement rejointe par Libegon et Goupix. Attendre… c’était le plan ? Quel magnifique plan. Pour sa part, Pichu n’avait pas du tout envie de rester assise à ne rien faire… c’est pourquoi elle se tourna vers Kiito, prête à offrir un petit cours forcé à son semblable. Reprenant finalement sa forme animale, elle s’avança jusqu’aux pics pour y déposer l’une de ses mains :


« Tu peux les garder, j’en ai plus vraiment besoin. »
, Dit-elle en ricanant. « Comme tu as dû le ressentir, cette méthode a une limite. Lorsque les pics chauffent trop, ils deviennent inutilisables. Pour ma part, je ne peux même pas lancer une seule attaque avec ceux-là… dans le même genre, on m’a déjà conseillé de porter de la laine de Wattouatt : ça accumule l’énergie en gonflant, ça te permet du coup de te déplacer sans encombre. Enfin, jusqu’à ce qu’elle soit entièrement chargée. C’est globalement les deux meilleures solutions qui m’ont été proposées, en omettant celle que j’ai choisie et l’évolution. »

Elle acheva sa phrase en fouettant le sol de cette queue de métal sombre qui remuait constamment dans son dos. Elle la gardait rarement immobile, plus par entrainement qu’autre chose, afin de s’habituer à la sentir remuer dans son dos pour pouvoir la manier au mieux. Pour la Pichu, chaque minute de sa vie était une occasion de s’entrainer… et toute forme d’entrainement était bonne à prendre.

« Par contre, j’aimerais te montrer quelque chose. », Reprit-elle d’un ton étonnamment sérieux.

La souris aux lunettes bleues recula de quelques pas afin de s’écarter du groupe et d’éviter de blesser quelqu’un durant sa démonstration. Sa queue se dressa subitement à la verticale avant de retomber mollement en avant, jusqu’à ce que la pointe n’atterrisse dans la main droite de Pichu.

« Si je tiens ma queue comme ceci, je la court-circuite. Cela revient donc à dire que j’annule son effet… j’imagine que tu vois ce que ça implique. », Expliqua-t-elle, tel un professeur devant son élève.

Chaque solution avait son lot de défauts. Même l’évolution, quoi qu’en disent les généticiens ! Et il était toujours possible qu’un jour, durant un affrontement, un adversaire immobilise la souris avec sa queue collée contre son corps à l’aide d’on ne sait quel matériaux isolant. Aussitôt, elle redeviendrait la Pichu d’autrefois, le temps du combat… elle s’était donc préparée à cette possibilité. En effet, contrairement à ce que l’on aurait pu croire, elle ne profitait pas de la présence de ce membre béni pour ne plus jamais ressentir la douleur du contrecoup…

Alors qu’elle tenait toujours sa queue entre ses petites mains, la Pichu déchaina un fatal foudre des plus impressionnants, allant même jusqu’à faire s’envoler les oiseaux des environs. La foudre éblouit le groupe durant quelques instants avant de se dissiper dans les airs sans atteindre la moindre cible. Si elle avait lancé une attaque de cette ampleur il y a de cela deux ans, elle se serait tout simplement évanouie. Pourtant, aujourd’hui, elle s’était contentée de fermer les yeux et de grimacer sous la douleur sans pousser le moindre cri.

Lâchant sa queue métallique, la souris resta un instant sous le choc de son attaque, respirant profondément, avant de rouvrir les yeux et d’afficher un large sourire de satisfaction. Bon, ce n’était qu’une démonstration… ce choc, bien qu’impressionnant, était loin de ses dernières tentatives. D’ailleurs, malgré tous ses entrainements de résistance à la douleur, elle était et resterait toujours incapable de véritablement se donner à fond sans utiliser sa queue. Une fois l’effet du contrecoup passé, elle reprit la parole l’air de rien, visiblement toujours en pleine forme :

« Je ne suis pas un exemple à suivre, j’ai choisi une voie disons… excessive. Mais ne te repose jamais uniquement sur une méthode secondaire. Tu es un Pichu, tu es un Pokémon électrique… tu es capable d’utiliser la foudre et de l’encaisser, sans artifice. Je sais à quel point c’est difficile, douloureux, et effrayant… et je sais qu’aujourd’hui, tu n’avais aucune raison vitale de le faire… Mais… enfin… je ne sais pas vraiment comment l’expliquer… »

Elle fit une courte pause, avant de finalement trouver une solution détournée pour présenter ses pensées :

« Tu ne deviens pas un Pichu à pics. Tu es toujours toi, et en cas de besoin, tu es capable d’agir avec, ou sans ça. Je me suis assommée des centaines de fois pour aider des amis, et je ne l’ai jamais regretté. »

C’est en insistant qu’on progressait… alors même s’il n’était pas nécessaire d’insister autant qu’elle l’avait fait, il était tout de même important de ne jamais fuir face à cette douleur qu’ils pouvaient ressentir. C’était une habitude à prendre… afin d’être capable d’agir le jour où cela deviendrait une question de vie ou de mort.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Kaito Shin Mekura le Sam 28 Sep 2013 - 22:43

C'était avec soulagement que Kaito voyait l'enfant comprendre ce que Pichu lui disait. On lui avait enseigné que pour devenir plus fort, il fallait attaquer un maximum de Pokémon sauvages, sans réfléchir, et qu'on devait ensuite avancer, quitte à les abandonner là. Pourtant, le petit groupe avait changé de façon un peu forcée sa vision des choses, en montrant qu'il y avait d'autres façons de se battre, et qu'il ne fallait surtout pas tuer tout ce qu'on voyait afin de devenir plus fort. Lorsque le gamin décida de rentrer chez lui, en prenant le Balignon pour le soigner, le Mizuhanien se passa une main dans les cheveux en soufflant un bon coup :

« J'espère qu'on a pu le réprimander à temps, et qu'il n'a pas massacré tant de Pokémon que ça avant notre intervention... »


C'était presque impressionnant que quelqu'un ait pu autant bourrer la tête du gamin d'idées aussi saugrenues sur l'art d'être un bon dresseur. Celui-là, il se serait fait vite jeter des arènes à ce stade. Cependant, il était malléable, et normalement, la leçon d'humilité était bien passée. Il changerait d'attitude dès demain. Enfin, c'était à espérer, sinon, les Pokémon de la forêt auraient tout intérêt à se planquer.

Il regarda la fillette reprendre sa forme de Pokémon pour aller parler avec Kiito. Sachant qu'il n'allait pas comprendre grand chose à la conversation, et que ça ne le regardait pas forcément, il alla s'installer près de l'autel de Célébi. Il commença à caresser le Capumain, tout en observant la discussion entre les deux rongeurs. Il était songeur, perdu dans ses pensées.

Le Pichu regarda sa congénère s'approcher de lui. Quelque part, il espérait un peu de félicitations. Il avait mené là son premier vrai combat, et il s'en était pas trop mal sorti. Bon, bien sûr, ça n'avait pas été du grand art non plus, il n'était pas un débutant pour rien. Mais quand même, il avait fait un plutôt bon travail selon lui !

Elle lui conseilla de garder les pics, et il hocha doucement la tête.


« Merci beaucoup, j'en prendrai soin. C'est vrai qu'ils peuvent vite chauffer, néanmoins, vu la puissance que j'ai actuellement, ils devraient me servir un bon moment. Lorsqu'ils chaufferont vraiment, ça sera quand je n'aurai moi-même quasiment plus d'énergie. En tout cas, merci à toi pour cette technique. »

Il espérait maintenant des propos un peu positifs, et il se décomposa bien vite en constatant, à la voix de la Pichu, qu'il allait se faire gronder. Il resta un peu interdit, regardant ce qu'elle faisait. Lorsqu'elle expliqua avoir court-circuité sa queue, il comprit la démonstration qu'elle allait faire, et il l'appréhenda presque.

La Fatal-Foudre fut réellement impressionnante, et il ferma les yeux, le bruit assourdissant du choc lui rugissant aux oreilles. Il cligna des paupières avant d'oser enfin regarder la jeune souris. Elle n'avait pas crié de douleur, juste grimacé un peu. Il attendit, le cœur battant à tout rompre, de voir si elle allait bien. Finalement, elle semblait en assez bon état, même s'il n'imaginait même pas pouvoir la dégager un jour sous sa forme de Pichu. Néanmoins, il hocha la tête, et la baissa piteusement lorsqu'elle le réprimanda. Bien entendu qu'il comprenait ce qu'elle voulait dire. Mais il avait, pendant un instant, goûté à cette entière libération, et il avait eu peur de souffrir encore. Il avait eu peur de souffrir inutilement alors qu'une solution de rechange était à portée de patte.


« Je sais très bien ce que tu veux dire. Je... Je... J'ai juste pas réussi à me détacher de ça. En situation réellement dangereuse, bien sûr que... que je serai prêt à mourir pour les autres, et à tout donner. Mais là... Je ne sais pas comment expliquer. J'ai ressenti cette liberté, ça m'a plu, je n'ai pas su m'en détacher. Je savais que la situation n'était pas si dangereuse que ça. Je suis désolé. Je ne le referai plus. Je pense évoluer un jour, peut-être pas pour devenir un Raichu mais... Mais un Pikachu, pourquoi pas ? Ca m'apportera d'autres soucis, j'en suis conscient. Mais d'ici là, je dois apprendre. »

Il resta la tête baissé vers le sol, un peu piteux. Il soupira et se passa une main sur la tête, un peu songeur.

« Dis-moi... C'est peut-être indiscret mais pourquoi tu as refusé d'évoluer ? Quelque chose t'empêche d'être heureuse ? »


Il ne s'engageait peut-être pas sur le sujet de conversation le plus recommandé, néanmoins, il devait admettre être un peu curieux du pourquoi, et du comment de la chose. A son niveau de puissance, elle pourrait être une sacrée Raichu, mais elle semblait refuser l'évolution, et ce choix l'intriguait.

Pendant que les deux Pokémon conversaient, Kaito n'avait cessé de surveiller le singe, après avoir récupéré les pics. Et soudain, la stèle derrière lui commença à briller, à irradier une étrange lumière verte qui remplit l'atmosphère d'une aura un peu étrange. Le jeune homme se releva et se retourna, observant le phénomène qu'il avait face à lui. Ceci ne pouvait signifier qu'une seule chose...


« Je crois que Célébi arrive... »

_________________

avatar
Kaito Shin Mekura
Informations
Nombre de messages : 27

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 20
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Ninj le Lun 30 Sep 2013 - 0:53

Pichu compris qu’elle avait été un peu abrupte en voyant la réaction piteuse de son semblable. Toutefois, elle ne s’en excusa pas : elle préférait encore qu’il la boude plutôt qu’il se laisse aller à la facilité et qu’il lui arrive malheur à l’avenir. Gêné, le petit Pichu s’excusa, promettant qu’il ne recommencerait plus cette erreur. Après-quoi, il expliqua que contrairement à elle, il comptait évoluer. Pichu émit un léger rictus, certaine que l’autre pensait qu’elle allait dénigrer cette solution, étant donné qu’elle avait choisi de ne jamais le faire. D’ailleurs, il devança sa remarque, questionnant lui-même la Pichu de Ninj sur son choix. Cette fois-ci, c’est d’un sourire franc qu’elle accueillit la question avant d’y répondre :

« Lors du plus beau jour de ma vie… je me suis demandé ceci : "Je suis parfaitement heureuse à présent, alors pourquoi devrais-je évoluer ?" Je n’étais pas certaine que cette évolution serait plaisante, ni qu’elle conviendrait à mes rêves… bref, je ne voulais pas, justement, briser ce bonheur. »

Evidemment, tout cela était purement personnel, et ne concernait qu’un moment passé de sa vie, celui où elle aurait eu l’occasion d’évoluer : son tout premier vol sur Libegon, aux côtés de Ninj. Mais à présent, elle avait également quelques arguments pour poursuivre dans sa démarche :

« Aujourd’hui, avec tous les progrès que j’ai fait, l’instabilité de mon corps combinée à toutes les… améliorations que j’y ai prodigués font qu’en Pikachu, je serais moins puissante qu’en Pichu. Même en Raichu, je ne suis pas certaine d’avoir la même force de frappe. Par contre, j’aurais beaucoup plus d’endurance, et je pourrais stocker plus d’énergie dans mon corps pour des attaques plus longues et plus précises, mais pas plus puissantes. »

Toutefois, malgré ses rapides analyses, elle ne pouvait qu’admirer cette puissance qu’elle avait ressentie durant la distorsion de Dialga… mais était-ce véritablement du à son évolution, ou simplement à son âge ? Peut-être serait-elle plus puissante en Pichu au même âge… elle n’en savait rien. Et à vrai dire, elle s’en fichait, sa condition actuelle lui convenait parfaitement, qu’il s’agisse de son statut de gijinka ou de son espèce de Pichu. Non loin d’eux, la stèle de Celebi commençait à rayonner, signe que le propriétaire des lieux allait bientôt faire une apparition. Kaito le fit remarquer, et…

« Oui bah il attendra qu’on ait fini de parler, comme n’importe qui. », Répliqua immédiatement la souris électrique avant de reprendre l’air de rien : « Au final, c’est vraiment une simple préférence… mais ce qui me plait le plus dans cette forme, c’est probablement les nombreuses occasions que j’ai eu de montrer à des Raichu arrogants qu’une évolution ne garantissait pas la victoire. Un jour peut-être, je changerais d’avis… mais personnellement, je n’ai pas envie de changer uniquement parce que n’importe qui  d’autre le ferait à ma place. Il y a d’autres opportunités, et j’ai décidé de les prendre, même si elles sont moins accessibles. »

Du côté de l’autel, Celebi venait d’apparaître à travers une distorsion temporelle aux couleurs de l’arc-en-ciel. Il salua la petite troupe rapidement avant de faire un très rapide état des lieux, touchant du bout de ses doigts quelques plantes moins resplendissantes pour leur redonner leur magnificence. Après-quoi, il retourna auprès du groupe et s’approcha plus précisément de Pichu. Il l’observa d’un regard intrigué, incertain de la reconnaître… avant de finalement tendre une main dans sa direction.

« Ma gijinka… l’une des nôtres a besoin de ton aide… », Murmura-t-il avant de soulever la Pichu dans les airs par la simple force de la pensée. Une nouvelle faille temporelle s’ouvrit juste au-dessus d’elle, dévorant la petite souris en un instant. L’instant d’après, la faille se refermait, et Celebi se tournait vers le reste du groupe.

Libegon, inquiet pour son amie, se rapprocha pour comprendre de quoi il retournait. Pourquoi n’avait-il pas été également envoyé avec Pichu ? Lui aussi était un Gijinka ! Il devait…
Celebi observa le dragon en souriant, secouant la tête d’un air calme en faisant signe au dragon de simplement patienter. Pichu n’avait pas été envoyée en pleine bataille… il l’avait envoyée après la bataille. Elle n’avait qu’à observer… après-quoi, elle reviendrait parmi eux. A moitié satisfait, le dragon reprit sa position immobile, surveillant le Celebi du regard. La petite fée se tournait à présent en direction de Kaito, surprise de la présence de cet humain en compagnie de ses enfants Gijinkas. Que voulait-il ?

Tandis que tous les regards semblaient focalisés sur Celebi, Feunarde s’était rapprochée du jeune Pichu.

« Hey », Interpella-t-elle la souris avant d’ajouter d’une voix aussi douce que possible : « Ne te vexe pas pour ce que t’as dit la gamine… crois-moi, si elle n’avait pas été contente de toi durant le match, tu n’aurais eu droit à aucune explication. Mais je crois que sa crainte lui a fait oublier de te complimenter… »

C’était ainsi… elle n’était pas nécessairement la plus douée question social, mais elle faisait attention aux autres. Non pas à ce qu’ils pensaient, mais à ce qui pouvait leur arriver.

« Elle ne veut pas qu’il t’arrive quelque chose ou que tu perdes quelqu’un à cause d’elle, c’est pour ça qu’elle s’est aussi vite reprise sur ses conseils sans même prendre le temps de commenter le match. Elle a l’air joyeuse et plutôt dégourdie quand on la voit… mais elle ne souhaiterait à personne de vivre ce qu’elle a déjà vécu. Pour te donner un simple exemple, étant donné son âge, je pense qu’elle a vécu les deux dernières guerres alors qu’elle était à peine sortie de l’œuf… »

Et encore, elle ne savait rien de la vie de cette enfant. Pichu ne s’étalait pas sur son passé, et Libegon était une véritable tombe. Posant une de ses pattes sur la tête du Pichu pour gratouiller son front, elle reprit d’une voix plus joyeuse :

« De toute façon, tu as été très bon durant ton match, personne ne le niera. »

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Kaito Shin Mekura le Mer 16 Oct 2013 - 10:20

Les explications de la Pichu étaient assez satisfaisantes et... sincères, c'est bien vrai. Kiito ne voulait en aucun cas la juger, juste savoir, comprendre pourquoi elle s'y refusait autant, parce qu'il avait senti que c'était non pas parce qu'elle n'y avait pas réfléchi, mais bien au contraire parce qu'elle avait l'air de détester ça. Néanmoins, il jugeait cela valable. C'était vrai que décider d'évoluer, c'était un choix important, fondamental, qui pouvait changer des vies. Il commença à réfléchir un peu, ne sachant pas où se situer. Et c'est sur ses réflexions que Célébi décida d'apparaître. Néanmoins, sa congénère semblait vouloir poursuivre le dialogue, et elle expliqua l'aspect probablement le plus jouissif de son état : remettre à leur place des rongeurs beaucoup trop assurés et vantards, comme s'ils avaient oublié, qu'un jour, ils avaient été des Pichu souffrant des mêmes handicaps. Et il comprenait que trop bien le plaisir qu'elle avait dû ressentir à cela.

« Pour ma part j'ai envie d'évoluer. Je ne saurai pas expliqué pourquoi. Mais il est vrai que je peux comprendre ton choix. Je pense que ce sont mes parents qui m'ont, inconsciemment, donné envie de devenir celui que je suis désormais. »

Il y avait un peu de vrai là-dedans. Il avait aussi, quelque part, envie de pouvoir fonder une famille s'il le désirait, et ce corps immature ne lui permettait pas de créer la vie. Et puis... C'était une décision qu'il avait toujours eu. Un jour, quand le moment serait venu, il évoluerait. Il avait grandi avec ça, et il ne se voyait pas rebrousser chemin.

La discussion semblait close, et les deux Pokémon électrique se tournèrent vers Célébi qui était en train de redonner vie à des plantes mal en point. Puis, il observa la Pichu à l'appendice caudale démesurément grand, avant de lui parler, et de prendre l'étrange décision de l'envoyer Arceus savait où, parce qu'apparemment, quelqu'un avait besoin de lui. Kiito poussa un petit cri de surprise et d'appréhension, se demandant bien ce que la petite fée pouvait manigancer. Le dragon des sables devait se poser la même question puisqu'il amorça un geste de protestation et d'inquiétude envers son amie disparue. Mais le Légendaire semblait particulièrement serein. Il ne l'avait apparemment pas mise en danger de mort, il l'avait juste envoyé... Ailleurs. Puis, la petite créature posa ses yeux sur Kaito.

Le jeune homme ne savait que penser, ou que dire devant tout ce qui avait lieu devant lui. Il s'inquiétait un peu pour la jeune souris électrique, et le regard du Pokémon divin le mettait mal à l'aise. Surtout qu'il semblait penser, au premier abord, que le manieur d'eau était le responsable de l'état un peu misérable du Capumain. Le dresseur tenta de se justifier, tant bien que mal :


« Je l'ai trouvé dans cet état, entouré par ses congénères impuissants. Ils ne savaient pas quoi faire pour le soigner, et moi non plus, je n'en ai pas les pouvoirs. Est-ce que vous, vous pouvez tenter quelque chose... ? »

Le petit Dieu regarda consciencieusement le duo, puis il alla doucement poser ses pattes sur le corps que tenait le Mizuhanien. Il ferma les yeux et sembla se concentrer. Une aura verte émana de ses membres antérieurs, alors que les plus grosses plaies disparaissaient du corps du petit singe. Pour autant, il ne semblait pas revenir à lui, et son souffle semblait toujours très bas, voire inexistant. Il observa Célébi, interloqué, et celui-ci secoua négativement la tête.

« Je ne peux rien faire pour qu'il se réveille. Mais normalement, il se réveillera. Pas tout de suite, mais il finira par revenir à lui. Il faut lui laisser un peu de temps. »
« Merci... »
souffla le garçon.
« Vous avez été maudit par un Dieu, je me trompe ? Vos yeux... »
« C'est ce que mes ancêtres ont dit oui. Mais je m'en moque. Je ne tiens rigueur à personne et je ne cherche rien. Je ne pense pas que je puisse me défaire de ce mal. »
« Hm... S'il y a un légendaire qui le peut, en tout cas, ça n'est pas moi. Mais il n'est pas impossible que quelqu'un puisse résoudre ton problème. Peut-être Jirachi, Cresselia... Sinon celui qui t'as maudit en personne. »
« Je vous remercie, mais je ne sais pas si je souhaite réellement me débarrasser de cette malédiction... »


Le petit Pokémon le fixa un instant, avant de hocher gravement la tête. Si c'était sa décision, il n'avait pas le droit de le forcer à le faire, il ne faisait qu'énoncer des possibilités. Le jeune homme regarda le Capumain qui allait mieux, et semblait plus paisible, mais toujours inconscient. Il finit par sortir une sphère de son sac, et décida de le capturer, pour pouvoir le protéger le temps qu'il finisse de se rétablir. Puis, il regarda la petite et pourtant si puissante créature.

« Pichu va revenir n'est-ce pas ? »

De son côté, le rongeur du Mizuhanien restait en retrait, ne sachant pas trop quoi faire. Il regarda la Feunard qui s'approchait de lui et l'observa, alors qu'elle venait lui frotter le crâne, comme pour le féliciter. Elle expliqua, à sa manière, les difficultés qu'avaient pu rencontrer la Pichu, et la souris électrique soupira :

« Je sais bien, et je sais que je donnerai ma vie pour Kaito. Vivre des guerres, ça doit être dur. Je suis bien plus jeune qu'elle, je le sais, et je ne voulais pas l'énerver. Juste... Je ne me sentais pas mortellement en danger, alors j'ai hésité. En véritable combat, je n'hésiterai pas. »

Il l'affirmait, et pourtant, dans le fond, il n'en était pas si certain. Peut-être qu'au moment crucial, quelques secondes de doutes allaient l'envahir, et que ça serait là la pire erreur de toute sa vie... Il ne savait pas. Il voulait être capable de protéger son dresseur, comme ce dernier l'avait fait pour lui. Il souffla, dépité malgré tout, et empli de doutes.

« Merci en tout cas. Je ne pensais pas en apprendre autant aujourd'hui. Je ne suis pas mécontent, juste... un peu perdu je crois. Mais merci. J'espère que vous aussi, ça ira. »

[Très peu d'ouvertures, j'en suis consciente, mais comme Pichu risque d'avoir des choses à raconter... ^^']


Dernière édition par Kaito Shin Mekura le Sam 26 Oct 2013 - 15:20, édité 1 fois

_________________

avatar
Kaito Shin Mekura
Informations
Nombre de messages : 27

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 20
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Ninj le Jeu 17 Oct 2013 - 5:02

Voyager dans le temps… quelle étrange sensation. Ce n’était pourtant pas la première fois que Pichu traversait ce couloir temporelle aux reflets de l’arc-en-ciel, mais malgré-tout, la gamine ressentait une certaine appréhension. Qu’allait-elle découvrir ? Pourrait-elle revenir ? Et surtout, pourquoi Celebi prenait-il la peine de l’envoyer elle, après tant d’années silencieuses ?

Le temps d’un clignement d’œil, et Pichu se retrouva au sommet d’une immense tour, dominant ce qui semblait être les vestiges du domaine d’un ancien roi. Celebi ne l’avait pas envoyée sur ces terres pour agir, mais simplement pour observer… observer la défaite des siens. Balayant du regard l’immense cour du château, Pichu remarqua finalement celle dont la fée du temps lui avait parlé : la Gijinka requérant son aide.

Etalée sur le sol, visiblement à bout de force, Voltali faisait face à l’une des créatures que Pichu pourchassait. Un Zoroark… s’était-elle réellement fait battre par un seul de ces mystérieux Pokémon ? Non… il devait y avoir autre chose. Hésitante, Pichu s’approcha du bord de la tour, à la recherche d’un moyen pour rejoindre son ami. Mais Celebi avait définitivement bien choisi l’emplacement : même avec toute la bonne volonté du monde, elle ne trouva aucun moyen de s’échapper de sa geôle de spectatrice improvisée.  Comment était-elle censée intervenir si Celebi ne la laissait pas s’approcher ?

Un mouvement d’agitation attira de nouveau son regard au niveau de la cour. Et comme si un voile d’ombre venait de se retirer, une véritable petite armada de Pokémon ténébreux apparut autour de la Voltali, accompagnée d’un deuxième Zoroark bien plus impressionnant que le premier. Ha ! Voilà donc la raison de la défaite de Voltali ? Elle n’avait pas combattu un Pokémon, mais une armée entière camouflée dans l’illusion de ces puissantes créatures ! Etait-ce là ce que Celebi souhaitait lui montrer ? Les pouvoirs de ses adversaires ? Une personne sage aurait déjà entamé la recherche d’une stratégie dans son esprit, afin de pouvoir parer les pouvoirs d’invisibilité de ces adversaires… mais pour sa part, Pichu avait bien autre chose en tête :

La plus grande des Zoroark s’approchait lentement de Voltali. Derrière-elle, l’autre semblait défendre sa victoire, clamant d’une télépathie aussi forte que possible qu’il avait vaincu son adversaire seul, et que par conséquent, c’était à lui que revenait l’honneur de l’achever. Et pourtant… entourant ses griffes d’une aura sombre des plus inquiétantes, la première ignora les réclamations du plus jeune et planta ses griffes dans le corps déjà meurtri de cette pauvre Voltali.

Serrant les poings, Pichu sentit sa foudre s’éveiller en elle, instinctivement, prête à venger son ancienne amie. Malheureusement, en attaquant maintenant, non seulement sa foudre se perdrait dans les airs avant d’atteindre sa cible, mais elle révèlerait également sa position à l’ensemble de ses adversaires. Elle devait réfléchir… réfléchir pour agir… et pour venger la renarde électrique… de toute façon, il était déjà trop tard pour la sauver, agir de façon inconsidérée n’aurait donc aucun intérêt.

En bas, toute la troupe se dirigea lentement vers l’entrée du château, disparaissant un par un par cette ouverture que Pichu ne pouvait qu’imaginer. De l’autre côté du bâtiment, elle ressentait également une étrange puissance montant en flèche depuis son arrivée. Une puissance qu’elle avait déjà côtoyée… et qu’elle ne pourrait jamais oublier : Soriu. Bien qu’en ce jour, ses pouvoirs semblaient avoir atteint un tout autre niveau. Soriu… Voltali… ensemble ? Seulement tous les deux ? Non… ce n’était pas envisageable. Si Soriu était là, alors…

Un terrible cri humain brisa le silence des lieux, mêlant à la fois peur, douleur et surprise. Qui que soit l’autre homme accompagnant Soriu dans cet immense château en ruines, il venait visiblement d’être rejoint par celle qui s’en était pris à Voltali.
Un éclair dévala la façade du château. Qu’importe la hauteur… qu’importe les risques… qu’importe qu’elle n’ait aucun plan pour combattre ces créatures… à la seconde où Pichu entendit ce cri, elle reprit sa forme humaine et s’élança dans le vide. Ninj… Ninj venait de hurler. Voltali était morte. Soriu combattait pour sa vie. Et là… plusieurs dizaines de mètres sous ses pieds, son dresseur… que dis-je, son père, risquait de rejoindre la renarde dans son destin funeste. Jamais… jamais elle ne laisserait ça arriver. Son corps enfantin laissa rapidement place à un simple assemblage de foudre, prêt à traverser quiconque oserait s’en prendre à l’un des siens.

Hélas, une nouvelle faille temporelle se créa sur sa route, avalant la souris avant qu’elle n’ait le temps d’intervenir, laissant le massacre opérer dans cette dimension-ci du temps et de l’espace…


*******


Celebi acquiesça à la question de l’humain. Cette Pichu reviendrait… très rapidement d’ailleurs, d’ici quelques minutes, tout au plus. Malheureusement, elle risquait d’être plutôt mécontente de son voyage futuriste.

De son côté, Feunarde reporta son attention sur le Pichu mâle qui, malgré ses quelques paroles de réconfort, semblait toujours aussi dépité. Elle sourit, amicalement, et reprit la parole d’une voix douce :

« Hey… ne t’inquiète pas trop quand même… on ne risque pas sa vie tous les jours ! »

Du moins, normalement. Dans le cas de la Pichu de Ninj et de son dresseur, cela restait à vérifier… d’ailleurs, même si leurs conseils se complétaient plutôt bien, Pichu et Feunarde n’avaient visiblement pas le même point de vue sur la vie. Mais cela n’avait rien de très étonnant : l’une était une guerrière au passé sombre, l’autre une mère inquiète de l’avenir de sa fille.

Une fois que Celebi eu terminé de soigner le Capumain, il forma un second vortex temporel au-dessus du vide, destiné à ramener la souris électrique de là où il l’avait envoyée. Et à peine eut-il ouvert la distorsion qu’une boule de foudre la traversa pour aller percuter le sol de plein fouet, carbonisant au passage les pauvres brindilles en dessous d’elle.
L’énergie électrique aveuglante resta vivace quelques secondes après le choc, le temps que Pichu ne comprenne ce qui venait de lui arriver et ne cesse d’utiliser ses capacités. Après-quoi, tous purent redécouvrir la jeune fille de l’instant d’avant, qui avait visiblement laissé son sourire de côté pour laisser place à une expression inquiète et un souffle haletant.

« Je… j’étais quand ? », Eut-elle la perspicacité de questionner.

« Dans trois jours seulement. Tu dois t’y… », Commença à répondre la fée du temps avant de se faire couper par la gamine :

« J’y serais. Libe, notre idiote préférée s’est encore mise dans le pétrin. »

A la seconde où Pichu comprit que tout cela n’était qu’un futur possible, et qu’il ne tenait qu’à elle d’éviter qu’il ne se produise, elle sembla recouvrer sa légèreté habituelle : elle retrouva même son sens de l’humour si particulier. Sans prendre le temps d’expliquer à son partenaire ce à quoi elle venait d’assister, elle grimpa sur Libegon, tout en faisant signe à Feunarde de la rejoindre. Soupirant longuement devant tant de précipitation, celle-ci prit tout de même le temps de saluer l’humain et Celebi d’un signe de tête avant de repartir, ainsi que d’adresser quelques paroles supplémentaire au jeune Pichu :

« Tu vois, tout à l’heure, tu ne l’as pas vraiment énervée. Là, elle est énervée. », Blagua-t-elle avant de rejoindre la gamine.

Une fois que tout le monde fut en place, le dragon secoua ses ailes lentement, préparant son décollage vertical comme il avait l’habitude de le faire… sauf qu’aujourd’hui, il fut forcé de prendre plus de temps que prévu. Et pour cause ! Posant une main sur la tête du seigneur des sables pour la baisser légèrement et dévisager de nouveau Kaito et son Pokémon, Pichu s’exclama de sa voix joyeuse habituelle :

« Désolé de vous quitter si tôt, mais il semblerait que les jours de mon ancien dresseur et des Pokémon qui l’accompagnent toujours soient comptés. »

"Dresseur" ? La renarde au pelage de sable dressa les oreilles à ce mot, renforçant son étreinte sur sa petite protégée. Toutefois, elle ne dit rien sur le moment. Elle devait en savoir plus… avant de… enfin… elle ne savait pas exactement comment réagir à ce qu’elle venait d’entendre. De toute façon, la gamine ne semblait pas avoir remarqué sa réaction, puisqu’elle enchaina sans hésitation :

« Kaito, c’est ça ? Ce jeune Pichu qui t’accompagne a un bel avenir devant lui. Je compte sur toi pour faire en sorte qu’il ne lui arrive rien, et qu’il ne devienne surtout jamais comme moi ! »

Cela voulait dire tant de choses… évidemment, pour les deux autres, cela devait être plus que vague, mais il était aisé de deviner tout ce que Pichu avait déjà dû traverser jusqu’à aujourd’hui. Et à présent qu’ils savaient qu’elle possédait effectivement un dresseur, ils pouvaient également deviner que quelque chose l’avait amenée à se séparer de lui. En bref, si le dresseur devait tirer un seul conseil de cette phrase, ce serait de ne jamais laisser son Pichu s’éloigner de lui comme elle l’avait fait.
Après ce bref conseil, elle tourna la tête en direction de son semblable pour le gratifier d’un dernier sourire et d’un ultime conseil de sa part :

« Quant à toi, j’aurais un tout dernier conseil à te donner. Un truc qui n’a rien à voir avec le combat, et que j’avais oublié jusqu’à ces derniers mois. Profite de la vie, tout simplement. »

C’est sur ses belles paroles que le Libegon s’envola, tandis que Pichu saluait ses nouveaux amis de ses deux bras tendus en l’air. Cette rencontre avait été courte et mouvementée… mais malgré-tout, Pichu espérait qu’au fond, elle avait apporté à son semblable ce dont il aurait besoin pour vivre heureux et ne pas plonger dans les ténèbres dont elle ressortait à peine…

[Fin pour moi, merchi pour ce RP plaisant ^^]

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Kaito Shin Mekura le Sam 26 Oct 2013 - 15:18

« J'espère bien, ça serait triste sinon. » fit la jeune souris à la renarde.

Un sursaut traversa Pokémon et dresseur lorsqu'une boule de foudre s'écrasa dans l'herbe. Pichu était de retour, et elle avait l'air d'être dans un bien drôle d'état. Qu'est-ce qu'elle avait bien pu voir, bien pu découvrir pour avoir voulu lancer une telle attaque, qui n'était pas sans conséquence ? Le jeune homme s'apprêtait à poser la question, mais la petite fille le devança. Elle s'entretint rapidement avec Célébi, avant de se tourner vers le groupe, pour exposer la situation. Et elle ne semblait pas des plus joyeuses, puisque apparemment, quelqu'un avait des ennuis. Kiito sourit à la remarque de la Feunard.


« Je vois ça. Elle a l'air encore plus effrayante maintenant. »

Sans pouvoir intervenir, ils les regardèrent se préparer à partir, sans obtenir plus d'informations. Il était clair que cette histoire ne les concernait pas, et qu'on ne voulait pas les y mêler, pourtant, le manieur d'eau proposa son aide. Qui sait, peut-être pouvait-il leur être utile, d'une quelconque façon. Mais sa demande se perdit dans le vent. Il savait bien que de toute façon il était beaucoup trop faible pour pouvoir faire quelque chose de concret. Mais il aurait aimé être utile à ce petit groupe, qui avait su l'aider, en lui permettant en prime de rencontrer un Légendaire. Il soupira doucement, les regardant s'installer sur le Libégon silencieux.

Le maudit resta un peu surpris devant la vague explication de l'étrange Pichu humanisée. Elle avait donc un dresseur et une ancienne équipe ? Ces mots semblèrent également faire tiquer la Feunard, mais elle ne le manifesta pas plus que ça. Le jeune homme souffla. Ainsi donc, il avait raison, ils avaient un dresseur. Au moins certains d'entre eux. Comment expliquer alors la séparation entre le maître et ses Pokémon, pourquoi s'étaient-ils séparés ? Qu'est-ce qui avait pu se passer ?

Il regarda son propre compagnon de route, et la sphère qui contenait le Capumain nouvellement capturé. Est-ce qu'un jour eux aussi allaient s'éloigner de lui, sans raison, sans explication, juste partir de leur côté, et vivre leurs vies, sans lui... ? Il sentit un petit pincement au cœur à cette idée qui le rendait triste. Il tenait à Kiito, et à moins que le petit singe ne désire partir, il s'attacherait aussi à lui. L'idée qu'ils s'en aillent sans un mot le peinait, même s'il savait qu'ils ne pourraient pas les retenir.

Il fut tiré de ses pensées par la jeune Pichu qui s'adressait à lui, exposant le bel avenir qu'avait son compagnon. Il retrouva le sourire et hocha la tête :


« Promis, je ferai de mon mieux pour qu'il reste sauf ! »

Il ferait tout pour que rien de grave ne vienne les séparer tous les deux. Il ferait de son mieux pour que rien n'arrive.

Le Pichu resta un peu intrigué devant les propos de sa congénère mais hocha néanmoins la tête. Il commençait à sentir le passé sombre qu'avait dû vivre la jeune souris, et comprenait qu'il n'avait pas intérêt à se laisser glisser dans la déprime pour s'en sortir. Il sourit.

« Je compte bien en profiter, compte sur moi ! Et toi aussi, une fois ton problème résolu, essaye de vivre heureuse ! »

Puis, avec Célébi, ils regardèrent cette étrange petite troupe partir en vitesse. Ils espéraient de toutes leurs forces qu'ils arrivent à temps là où ils devaient aller, pour faire ce qu'ils devaient faire. De son côté, le garçon ignorait totalement où il devait se rendre. Il était arrivé à Terros, mais il ne savait absolument pas quoi faire ensuite. Où devait-il aller ? Et où Kiito voulait-il se rendre ? Le Mizuhanien avait envie de faire quelque chose qui serait utile à quelqu'un, histoire de ne pas rester les bras croisés, à ne rien faire. Il souffla doucement, lorsque la petite fée temporelle se tourna vers eux. Elle devait avoir lu dans ses pensées, puisqu'elle décida de parler :

« Si vous le désirez, je peux vous mener là où des gens ont besoin de vous. »

Le jeune homme resta un peu étonné. Puis, il observa son Pokémon, qui hocha la tête. Pourquoi pas après tout hein ?


« Très bien, nous acceptons. »
« Je vais vous renvoyer à Mizuhan, près de chez vous. Mais ça n'est pas là-bas que l'on aura besoin de vous. »


Mizuhan hein ? Misère, il allait encore devoir fuir ses parents, et cela ne l'enchantait guère. Depuis, il devait être un peu cherché. Il allait devoir jouer finement. Mais très bien, puisque la fée désirait le transporter là-bas, qu'elle agisse.

Un portail se créa sous les pieds du duo, et ils furent aspirés devant, envoyés à des kilomètres de là, sur sa terre natale, alors que la petite créature disparaissait aussi.


[Merci aussi, c'était sympa ^^]

_________________

avatar
Kaito Shin Mekura
Informations
Nombre de messages : 27

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 20
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Dans la forêt, oh oh [pv Ninj]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum