[ Clos ] En forme de therion (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] En forme de therion (libre)

Message par Eeva Slanzar le Ven 4 Oct 2013 - 15:14

Contrainte n°8 : Retourner dans son passé.

La rousse se brossait les cheveux, quand une petite fille entra en trombe dans sa chambre. Eeva posa brosse et sortit. Elle devait aller au Lac d'Arkan pour ses recherches et en conséquence, devait partir avant l'aube. Comme l'avait fait remarquer la jeune Hellébore, ils allaient rarement à Arkan et ce, pour une raison bien précise et sans qu'Eeva ne lui réponde, ils se mirent en route sans plus tarder. En vérité la rousse n'avait jamais aimé cette ville, qui était aussi grossière que ses habitants. Et pour cause, elle n'y avait que de mauvais souvenirs.


Elle se rappelait sans mal l'orphelinat où elle avait grandi, mais recouvert dans sa mémoire d'une bonne couche de poussière qu'elle n'avait pas l'intention de nettoyer. Le lieu était froid, parce que les murs étaient malfaits, les murs recouverts d'un horrible papier peint voulant faire croire à du velours, qu'il était bien sûr impossible de nettoyer correctement. Dans certaines pièces, cela sentait la poussière, voire carrément le renfermé. Le bois brut, mal taillé où l'on pouvait se planter des échardes, était omniprésent et le laver ne lui rendait pas service en vérité. Mais c'était ce couloir d'entrée qui offrait le plus de possibilité de cachettes, car la bâtisse était si mal construite que les pièces ne rendaient pas faciles du tout la poursuite d'un mauvais enfant et encore moins la perquisition. On n'avait aussi essayé de cacher certaines salles, parfois simplement des placards, inutilisés ou remplit d'un foutoir impressionnant, en collant sur la porte le papier peint, immonde, en velours d'une couleur incertaine et mettant des poignées les plus discrètes possibles. Comme aucune n'était jamais fermée à clef, c'était un jeu d'enfant de s'y cacher et pour échapper à la tutrice légale, se faufiler sous les tables, les chaises de pailles, les cartons, les morceaux de bois et toutes sortes d'ustensiles, était un véritable parcours du combattant. Mais une fois à l'abri dans les ténèbres du dépotoir... Aucun adulte ne pouvait plus faire ; il leur était impossible d'entrer et d'y faire ne serait-ce qu'un pas.

Plus agile qu'un Pachirisu, la petite fille rousse s'était jeté du haut de l'escalier pour retomber dans le couloir d'entrée et se ruer vers la première porte venue. À quatre pattes, elle passa sous une table et se faufila entre pieds de chaise, poutre et autres meubles. Maigre, les petits espaces ne pouvaient lui refuser leur passage et ce fut sans mal qu'elle parvint à se réfugier au fond de la pièce largement surexploitée. Dehors, on lui hurlait après, mais la fillette était loin de vouloir se laisser impressionner. Butée, elle s'enfonça aussi loin qu'elle put, arrachant au passage d'un clou, un peu de son chemisier déjà largement élimé. Après les hurlements vinrent les coups contre les murs, la porte et après les meubles. Mais la petite Eeva était trop bien cachée et même si elle faudrait bien en sortir un jour, elle ne le fit pas avant plusieurs heures. Se glissant furtivement hors de la salle, on la vit pourtant, mais le pion fut trop lent pour l'attraper, les cheveux roux de la fille lui glissèrent entre les doigts et la fautive, en quelques pas, était déjà hors de la petite propriété. S'enfuyant à toutes jambes, Eeva bouscula plusieurs passants indignés, qui froncèrent les narines comme s'ils avaient un relent dégoût sous le nez. Dans sa course, elle rentra littéralement dans une dame qui tomba à la renverse et continua sa route sans même se retourner. Habilement, elle avait réussi à glisser sa main dans la poche de son manteau, pour en soustraire un petit paquet.

La furie rousse atteignit un vieux pont délabré, plusieurs dizaines de minutes plus tard. S'asseyant à son pied, sur les pavés sales, la fillette balançait les jambes en ouvrant le paquet. Il n'y avait dedans, qu'un carré de soie brodé. Dépitée de tomber sur un truc aussi nul, Eeva le laissa tomber à l'eau et le mouchoir fut emporté par le courant. Remontant ses genoux, elle appuya ses pieds sur le rebord d'un pavé cassé et posa sa tête. Tout cela était ennuyeux, à quoi bon rester dans cet endroit morbide ? Elle détestait Arkan et ne rêvait que d'en partir. Le seul ennui, c'est qu'il était difficile de le faire, car si ce n'était pas les pions qui l'enfermaient, c'était les gardes qui l'empêchaient de partir... Soi-disant que les enfants ne devaient pas se promener tout seul... Ha non ?! Et ces fils à papa et ces fifilles pourrit gâtées accompagnées d'un animal débile, c'était quoi ça ? Genre une limace ou un rat allait être capable de les défendre ! Les gens vivaient en pleine féérie ! Elle s'essuya le visage d'un revers de manche, regardant l'eau prendre une teinte rouge et un peu orangée ; elle n'avait pas l'intention de rentrer pour la nuit et quand celle-ci tomba, elle était toujours sur sa pierre. Mais elle avait froid, aussi pour se réchauffer, elle décida qu'elle devrait marcher un peu et pourquoi pas essayer de trouver un coin reculé de la ville, des fois qu'elle trouverait une cachette...

Il faisait complètement nuit quand elle était sortie des quartiers, disons, sans être totalement respectables, plutôt corrects. Rasant les murs pour éviter les gardes, elle en escalada un grâce à un vieux tonneau et sauta de celui-ci. Une grande rue devant elle, vide, l'incita à avancer sans crainte. On l'interpella. Un garde. Dès qu'elle aperçut le garde, Eeva prit la poudre d'escampette et une fois de plus, était poursuivit. Mais elle courait plus vite et sema le garde d'Arkan assez rapidement, suivit la rue en courbe et percuta à pleine vitesse un morceau de métal.

Le Capitaine de la Garde, pas de bol.


C'était des souvenirs comme les autres, la femme qu'elle était aujourd'hui, s'en souvenait et s'en souviendrait probablement toute sa vie. Une grande partie de la journée avait passé. Eeva fouillait les abords du Lac, quand, sortant d'on ne sait où, une chose rose et molle apparut derrière elle. Hellébore lui cria « qu'il y en avait un » et Eeva se retourna.

« Pourquoi tu en veux un ? » Demanda la fillette brune.
« Je m'intéresse à leur capacité à reproduire ce qu'ils voient. » Répondit Eeva. La rousse s'approcha du petit tas rose et s'agenouilla. « Ça te plairait de participer à des expériences sur le morphing ? On va jouer à se métamorphoser. »

Le Métamorph émit un bruit, avisant la femme qui sortit une balle. Jouer à se transformer était son passe-temps préféré. La rousse déclencha la le faisceau, qui avala le Pokémon.
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 391

Fiche de personnage
Points: 216
Âge du personnage: 32 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] En forme de therion (libre)

Message par Lucilla Sin le Mer 13 Nov 2013 - 18:39

Un mouvement furtif dans une touffe de plantes fit lever la tête de la jeune fille. Assurément, n'était un Pokémon sauvage, mais elle haussa les épaules et continua son chemin. Kim sur ses talons en flottant à même pas cinq centimètres du sol, une habile utilisation de ses pouvoirs télékinésiques calquée sur son attaque Téléport, elle avançait en écartant les branches recouvertes de poudreuses qui se trouvaient sur son chemin. Lucilla faisait tournoyer sa dague entre ses doigts et sifflotait d'un air absent, prenant garde à ce que la neige ne tombe pas sur son amie. Au bout d'un petit moment, elle déboucha sur une jolie clairière, qui laissait filtrer les agréables rayons du soleil. Plusieurs souches recouvertes de givre étaient éparpillées ça et là, aussi Lucilla décida de prendre un peu de repos en s'asseyant prudemment sur l'une d'entre elles. Elle posa ses doigts longs et fins sur la souche, et hissa son corps pâle dessus. Si elle n'avait pas porté ses habituels vêtements sombres, on aurait pu la prendre pour un fantôme avec toute cette neige autour.
Elle pencha la tête en arrière et ferma les yeux, laissant son insolente coiffure flamboyante pendra dans le vide. Kim lévita et vint se poser sur son ventre, attirant machinalement la pain de la jeune fille sur sa tête afin de lui démontrer encore une fois toute l'affection qu'elles se portaient. Lucilla réfléchissait. Voilà deux ans que sa vie avait pris un tournant décisif et qu'elle-même avait décidé de disparaître dans l'espoir de trouver des indices sur ce qu'il s'était passé. Après avoir fait chou blanc durant toute cette période, elle avait pris la décision de réfléchir à ce qu'elle savait afin d'en déduire des choses qui lui auraient échappé durant tout ce temps. Avant son accident, ses parents se privaient pour pouvoir lui fournir à manger. Après, ils vivaient de manière raisonnable, sans excès, mais sans privation. Depuis ce jour-là, elle savait que tout ne s'était pas arrangé sans raison, mais à chaque fois qu'elle questionnait sa mère sur cela, elle était envoyée dans sa chambre. Elle se souvenait d'ailleurs de la première fois qu'elle avait posé la question à sa mère. Son père était absent et elle dévorait son assiette de purée de pommes de terre.
- Maman ? Pourquoi on peut manger bien maintenant ? avait-elle demandé.
- Ca ne te regarde pas. Finis tes pommes de terre et va dans ta chambre !
- Mais... Et mon dessert ?
Le regard que sa mère lui avait alors lancé lui fit comprendre qu'elle n'aurait pas de dessert ce soir-là, en dépit des larmes qu'elle avait commencé à versé. Elle avait bien tenté par la suite de découvrir ce qui s'était amélioré dans leur vie, mais le résultat ne fur guère différent. Un petit gémissement de Kim lui fit quitter ses rêveries. Un regard vers elle et Lucilla comprit que son amie avait soif. Elle sourit et tendit un doigt au dessus de sa tête et en fit couler un léger filet d'eau directement dans sa bouche. Elle n'était pas capable de mieux avec ses pouvoirs et s'en fichait un peu. Ses yeux se posèrent sur une des souches non loin, où un Tylton piaillait gaiement. Tout en l'écoutant, elle reprit le cours de ses pensées. Il y avait de très grosses chances pour que l'amélioration de leur vie soit liée à cette terrible nuit, mais elle n'avait aucune preuve ni aucune idée de ce que cela pouvait être. Lucilla soupira.
- Tu vois Kim... Ca fait deux ans qu'on cherche, mais on ne trouve rien, même en réfléchissant... Tu crois qu'on devrait aller fouiller en profondeur ?
Pour toute réponse, l'intéressée bâilla et se roula en boule sur elle. Souriant, Lucilla la prit et la posa sur son épaule tandis qu'elle descendait de la souche pour reprendre sa route. Oui, elle devait absolument renouer avec la vie sociale pour trouver quelque chose. Epier ne servait à rien, s'isoler non plus. Ses pas la menèrent au bout de quelques instants de marche, sur les bords du lac. Elle était venue souvent par ici, pêcher et tenter de se laver. Rarement. Il faisait froid, et l'eau était gelée, et elle détestait cela. Cependant, si elle voulait renouer avec le monde extérieur, il fallait être présentable. En soupirant, elle laissa descendre les légères étoffes qui recouvraient sa peau fraîche et claire, parcourue de frissons et elle se glissa vers l'eau. Le froid de celle-ci lui mordit la chair, et elle poussa un petit cri, mais continua de s'avancer en sentant sa respiration s'accélérer. Kim dormait toujours sur le bord du lac où elle l'avait posée. Elle ferma les yeux lorsque le niveau du lac lui arriva au niveau de la taille puis écarta les bras. Elle aimait se donner l'air d'une princesse ou autre qui s'avançait dans une eau sacrée. Elle finit par s'immerger totalement et le froid lui fit ouvrir la bouche et recracher tout l'air qu'elle avait conservé. Elle battit des pieds et perça la surface de l'eau en hurlant. Elle n'aimait vraiment pas le froid. Pourtant, il fallait bien se laver.
Au bout de quelques minutes à nager, elle s'aperçut qu'il y avait de l'animation de l'autre côté du lac. Intriguée, elle plissa ses yeux embués par l'eau, des gouttes d'eau tombant de ses cils, et elle ne voyait qu'une tache floue et colorée. Elle sortit du lac et attrapa son sac dans lequel se trouvait une peau de Tauros tannée qu'elle utilisait pour se sécher. Une fois l'eau enlevée de son corps, elle remit ses draperies et récupéra Kim qui semblait rêver : elle poussait de petits cris comme si elle courait après quelque chose. Lucilla se mit en route, longeant le bord du lac, et espérant que la personne qu'elle avait vue ne serait pas partie. Il fallait bien commencer quelque part, quelque soit la personne qu'elle allait rencontrer.
avatar
Lucilla Sin
Informations
Nombre de messages : 18

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 19
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] En forme de therion (libre)

Message par Eeva Slanzar le Sam 23 Nov 2013 - 20:01

Eeva fit ressortir le Pokémon tout de suite. Avant de commencer ses recherches sur les Métamorph, elle voulait connaître les connaissances de bases de la créature. La bestiole rose, plongée dans son regard, attendait ses directives, se transformer était son jeu préféré.

« Mais à quoi ça sert ? Tu as déjà tous les Pokémon que tu veux. » Reprit vivement la fillette.

Eeva arqua légèrement un sourcil, Hellébore n’était pas du genre jalouse, mais l’idée d’être imitée ne semblait guère lui convenir.

«  À approfondir nos connaissances sur les Pokémon. »

Cqfd. Elle était chercheur non ? Et le travail du jour se concentrait sur les Métamorph et puis un tel Pokémon en Arène ou en mission pouvait être extrêmement intéressant. Quoiqu’il en soit, elle devait connaître savoir ce qu’il connaissait pour l’instant. Eeva renonça à la tentation de faire sortir ses autres Pokémon et demanda à Hellébore de rester sous sa forme hybride. Eeva entendit un cri, pour perturba la steppe environnante, mais n’y accorda aucune importance. Elle reporta son attention sur le Métamorph.

« Nous allons nous livrer à un petit duel tous les deux, je voudrais que tu utilises les formes que tu connais et les attaques que tu peux utiliser avec. J’utiliserais mes propres pouvoirs. »

Eeva tourna le dos à la petite gelée qui sembla acquiescer (en réalité on ne savait pas trop, la chose sembla plus rebondir sur elle-même…) et s’éloigna de plusieurs pas. La fillette, son grand manteau triangulaire sur le dos, alla s’asseoir dans la neige, en lévitation cachée par son manteau orange, car la neige ça mouille les fesses et ce n’est pas forcément très agréable. D’un air septique, la petite fille brune voulait voir ce que cela donnerait, mais elle n’était clairement pas convaincue que le Métamorph ne sert à quoique ce soit. Eeva donna le signal et leva les mains, comme elle l’avait demandé, le Métamorph prit l’une forme qu’il connaissait et se changea en Noeunoeuf. Engageant le combat, le Noeunoeuf commença l’expérience avec une attaque classique, Pilonnage. Pour se protéger, Eeva décrivit une bulle, qui l’entoura comme un bouclier. Les petits projectiles du Pokémon ne passaient plus. Bien à l’abri dans son Aura, Eeva fit deux boucles du doigt et envoya sa main en avant. Devant elle, de l’eau se matérialisa petit à petit et forma un trident qui alla s’écraser droit sur le Pokémon, qui réagit immédiatement avec une Protection.

*Bien. * Pensa t-elle l’air sérieux. * Il est intelligent et il me teste avant d’engager un vrai duel et pense à se protéger.*

Se dégageant de la gerbe d’eau qui avait en partie traversé le bouclier et arrosé l’œuf, la créature cracha une myriade de graine qui s’écrasa sur l’Aura d’Eeva et parvint à l’entamer suffisamment pour le détruire. Surprise de la fragilité de son bouclier, Eeva reçu une unique graine droit sur elle. Réflexe de protection oblige, la chose se planta dans son avant-bras, germa aussitôt et commença à sortir des lianes. Eeva ne pouvait se défaire de cette emprise et le Métamorph en profita, les six têtes tremblotèrent et un nuage scintillant sortit de… C’était une bonne question d’ailleurs, Eeva ne vit pas d’où l’attaque para-Spore sortit en fait. Envoyant sa main en avant, la Chercheuse fit naître une vague qui emporta les spores et repoussa le Métamorph sur deux ou trois mètres. Mais combien de temps Eeva pourrait-elle tenir ? Elle sentait le Vampigraine drainer son énergie au fur et à mesure… Afin d’empêcher son Pokémon d’agir, de l’index elle dessina un vortex qui apparut sous la forme d’un tourbillon d’eau. Rapidement le Métamorph en fut prisonnier et ne pouvait tout simplement plus que subit le courant qui le balotait dans tous les sens.

Pour échapper à la douloureuse pression de l’eau, le Métamorph changea son fusil d’épaule. Le Noeunoeuf disparut, s’affaissa sur lui-même et un Eoko prit sa place. Une force invisible frappa Eeva de plein fouet et l’envoya manger la neige. Elle venait de prendre un Choc Mental.

Edit du 14.02.2014 - 11h43

Le mugissement du vent attira l'attention de la rousse, qui se relevait. Au loin, un amas de nuage sombres s'amoncelaient. Une tempête ou au moins un gros orage se préparait, il fallait maintenant penser à rentrer. Non pas quelle craignait les orages, mais si comme cela en avait l'air,  il se déplaçait vers Fla'or, là bas, les tempêtes de neige pouvaient durer plusieurs jours sans jamais faiblir. Du reste, elle ne voulait pas laisser la Givrali seule trop longtemps, elle était bien entourée, mais la renarde grossissait à vue d'oeil... On lui disait que Lotus avait fait une ventrée de croquettes, mais Eeva était sûr que sa ventrée de croquettes ne tarderait pas à venir au monde.

[Je préfère faire un peu plus court, vu que tu ne m'aborde pas directement et qu'Eeva ne le fera pas spontanément ^^']
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 391

Fiche de personnage
Points: 216
Âge du personnage: 32 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] En forme de therion (libre)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum