[ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Dim 20 Oct 2013 - 21:01

Du chemin avait été fait ... Un très long chemin, pavé d'embûches, de travail à accomplir et autres ... mais ils étaient finalement arrivés dans une ville que Cryptero avait choisi. Il fallait dire que c'était le meilleur endroit qu'elle pouvait trouver : Dyrinn. Là-bas, elle savait que Soriu pourrait se reposer. Bien entendu, elle n'avait pas dit un seul traitre mot de tout le voyage. Elle n'avait pas envie de parler. Elle n'était pas motivée à cela et elle ne le fera pas. Elle ... humpf ... Les pokémon de Soriu n'allaient pas bien et chacune était exténuée du long voyage ... mais aussi de tous les évènements qui s'étaient produits. Il fallait juste espérer qu'elles puissent souffler un peu. Une heure plus tard, Soriu avait été emmené dans une chambre pour une personne et déposé sur un lit. Laissant les pokémon de Soriu, elle avait décidé de s'éloigner pendant quelques minutes, venant s'installer sur le toit de l'auberge pour regarder l'endroit où ils étaient. Des feuillages, de la verdure, rien de mauvais dans les environs, juste une ville des plus normales ... oui ... normales.

"Quel imbécile que d'avoir voulu faire autant de dégâts. Voilà le résultat ... Il en paye le prix. Ca lui apprendra à réagir de la sorte et à commettre autant de bêtises en même temps. Mais bon ... Ce n'est pas vraiment ça le problème ... C'est pas ça ! Bordel ! Pourquoi est-ce que j'ai mal au crâne maintenant ? Ca veut dire quoi ça ? Ah ... Ah ... Ah ... Avoir gardé son esprit en moi ... ça fait mal ... Pourquoi ? Comment est-ce réellement possible ? Je veux une explication ! Je veux une réponse ! Je veux connaître tout ça ! Je veux savoir ! Je le veux ! Qu'on ne m'embête plus avec ça ! Qu'on ..."

Elle arrête de parler, remarquant qu'elle s'adressait à elle-même. A quoi est-ce que ça servait de se parler ainsi ? Elle poussa un profond soupir ... finissant par s'écrouler sur le toit. Elle était fatiguée, très fatiguée ;.. et lasse ... lasse de tout ça. Qu'ils la laissent tranquille pendant quelques heures, elle en avait assez de tout ce qui venait de se passer autour d'elle. Elle voulait juste ... que ça se finisse. Qu'elle arrive à sortir Soriu ... de ce dans quoi il s'était plongé. Elle ... n'était même plus sûre que cela soit une bonne idée que de l'utiliser pour ses projets. TSS ! Non ! Qu'est-ce qu'elle racontait ?! Elle n'allait quand même pas faiblir maintenant ! Il était hors de question de refuser de continuer ses projets juste pour un état d'âme ! AH ! Une âme ! C'est ce que Soriu ne possédait plus maintenant ... Dommage pour lui. Oui ! Elle en avait rien à faire !

"Mais mais mais ... Qu'est-ce quelle fait cette Solochi ? Elle a pris ma place ! Elle s'est installée à côté de Soriu !"

Voilà que Lalabelle s'exclamait, un peu en colère de voir qu'une autre pokémon était couchée à côté de Soriu. La Solochi, les yeux clos, ne disait plus rien du tout, ne réagissait plus. Elle s'était juste placée sous une main de Soriu, comme pour tenter de sentir sa chaleur. Lalabelle, sous sa forme humaine, fulminait de tous les pores de sa peau, signe d'un agacement de plus en plus grand alors que les autres gardaient leurs visages soucieux et inquiets. La situation ne s'améliorait pas, n'est-ce pas ? C'était ... juste horrible, vraiment horrible ... que ça se passe ainsi.

"Ne t'en fait donc pas, Lalabelle. Soriu ira mieux. J'en suis certaine. Il est hors de question qu'il devienne un Spectre comme moi. Et puis, cette Solochi a décidé de nous suivre, qu'importe s'il fallait se séparer du reste de sa famille ou de ses compagnons. C'est elle qui l'a décidé. On doit respecter son choix. Et arrête d'être aussi jalouse. Tu crois vraiment que c'est le moment de se chamailler entre nous ? Il n'y a pas mieux à faire ? Je vais quitter la chambre, je pars me renseigner aux alentours. il y a surement quelque chose ou quelqu'un capable de nous aider. Soriu n'était quand même pas le seul maître de l'esprit non ? N'est-ce pas ? N'est-ce pas ? Pourquoi vous ne me parlez pas ?"

Elle avait du mal à croire qu'être un maître de l'esprit était quelque chose de rare. On n'en trouvait pas un à chaque coin de rue, loin de là. La Momartik humanisée baissa les yeux, murmurant qu'elle allait marcher un peu. Lalabelle arrêta de grogner en direction de la Solochi avant de partir de son côté. Nephene et Eoli laissèrent Moona, la jeune Apireine humanisée étant assise sur une chaise, juste à quelques mètres de Soriu. Elle lui tenait la main, doucement, sans un mot. Elle semblait ne pas vouloir parler ou rire, contrairement à d'habitude. Elle avait une petite mine, signe de la fatigue qui s'accumulait sur elle depuis qu'elle avait donné de son miel en grande quantité ... mais elle n'était pas là pour se reposer ... simplement pour veiller sur son prince comme elle l'aimait l'appeler. Son prince ... au bois dormant. C'était lui qui dormait ... peut-être un repos éternel. Elle regarda à gauche puis à droite, remarquant que la Solochi dormait paisiblement. Avec lenteur, elle déposa un rapide baiser sur les lèvres de Soriu, n'ayant jamais osé auparavant. Un peu de miel fut visible sur les lèvres du jeune homme alors qu'elle se frottait les yeux. Elle se devait d'être forte pour Soriu ! Elle allait voir les autres ! La Solochi veillait sur lui ! Elle devait se montrer encore plus forte ... elle en était convaincue. Si elle faiblissait maintenant, cela serait la fin de tout ! Elle ne pouvait pas permettre que tout se termine comme si de rien n'était ! Elle n'acceptait pas ça ! Pas du tout ! Elle refusait ... comme toutes les autres. Elle allait trouver Cryptero, elle allait trouver les autres, elles allaient s'entraider, elles allaient communiquer avec les citoyens de la ville. Il y avait une solution ! Il y en avait toujours !

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Mar 22 Oct 2013 - 20:26

« C’est pas juste, pas juste, pas juste, pas juste !!!! », s’excitait une petite voix féminine, brisant le calme ambiant de la magnifique ville de Dyrinn.

Après avoir voyagé pour la première fois depuis longtemps à dos de Libegon et aux côtés de sa jeune Pichu retrouvée, Ninj avait rapidement présenté l’ensemble des nouvelles têtes aux deux gijinkas. Cela concernait évidemment Emolga, Reï, Malosse et Germignon, mais également la Cryptéro de Soriu. C’est ainsi que Pichu fit la découverte d’une petite souris électrique, comme elle, capable de maîtriser la foudre sans danger, pas comme elle, et capable de voler, pas comme elle. Autant dire que la nature se foutait littéralement de sa gueule…

Sincèrement… durant toute sa vie, elle n’avait rêvé que de deux choses : ne plus subir ce contrecoup aberrant, et voler… et elle avait passé les cinq premières années de sa vie à chercher sans relâche un moyen de parvenir à ses fins. Et pendant ce temps, le hasard avait décidé de doter une autre espèce quasiment identique de ses rêves dès la naissance, sans la moindre difficulté… pourquoi ?!
Plus que gênée par la jalousie excessive de la nouvelle-venue, Emolga s’était réfugiée sur le toit du logis de Ninj. Car effectivement, pour une fois, le chercheur n’avait pas eu besoin de s’offrir une chambre à l’auberge, puisqu’il possédait sa propre maisonnette au milieu des branchages. Il l’avait marchandé il y a plusieurs mois maintenant contre diverses pierres rares d’Erasia et bon nombre de connaissances sur la faune et la flore Erasienne qu’il avait partagées avec grand plaisir. Bon, ce n’était pas du grand luxe, mais au moins, il avait un lit et un toit. Malheureusement, l’endroit étant minuscule, Soriu quant à lui avait dû rejoindre l’auberge.

Sitôt que tout le monde fut installé dans une bâtisse de l’un ou l’autre des branchages de l’arbre de Dyrinn, le chercheur décida de se changer les idées en lisant les quelques parchemins accumulés durant son absence dans la petite fente de sa porte d’entrée où son courrier était déposé. Dix minutes plus tard, il poussait délicatement la porte de la chambre de Soriu, ratant de peu le baiser de Moona sur les lèvres de Soriu. D’un rapide coup d’œil, il s’évita une question inutile : l’état de Soriu ne semblait pas s’être amélioré, puisqu’il était toujours inconscient. Le teint livide et légèrement bafouillant, Ninj expliqua tout de même la raison de sa venue soudaine à Moona, puisqu’aucune autre Pokémon n’était aux côtés de Soriu actuellement :

« Je… je viens de recevoir une lettre… je dois aller à Fla’Or… de toute urgence. Vous veillez sur Soriu, d’accord ? »

Fla’Or… et étant donné le parchemin chiffonné qu’il tenait entre ses mains, tout portait à croire qu’une mauvaise nouvelle de plus concernant Draco venait s’accumuler à leurs malheurs du moment. Quelques instants plus tard, Ninj repartait à toute vitesse à dos de Libegon pour se rendre dans la ville de ses inquiétudes, laissant Soriu aux soins de ses amis. Etonnamment, pour une fois, il laissa Arcanin, préférant que le canidé veille sur les siens : le chiot de feu s’allongea donc devant la porte de la chambre du mizuhanien, tel un véritable chien de garde.

Du côté des autres Pokémon de Ninj, la vie semblait reprendre son cours… malgré un terrible vide laissé par Lyn et Soriu. Malosse et Germignon, notamment, profitaient de leur innocence pour agir comme à leurs habitudes : c’est ainsi qu’ils sautèrent sur Lalabelle sitôt qu’elle fut sortit de l’auberge, persuadés qu’elle était justement sortie pour profiter de cette journée ensoleillée et jouer avec eux. Voltali et Reï, quant à eux, vagabondaient au hasard des branches, traversant divers rondins de bois sans vraiment se préoccuper de la direction choisie. Tous deux silencieux, ils semblaient ressasser leurs derniers affrontements. Contrairement à Voltali, Reï avait tout de même pris la peine de remercier tout le monde pour leur aide, et de saluer Emolga à son retour, mais rien de plus. La souris volante n’avait d’ailleurs pas eu droit à plus d’attention de leur part, à sa grande déception. Dire qu’elle avait passé tout ce temps à s’inquiéter pour eux, en particulier… Elle avait même… enfin bref, pour le moment, elle était de toute façon très occupée à éviter cette folle furieuse qui la poursuivait visiblement jusque sur les toits.

« Allez, tu dois bien avoir un truc ! Moi aussi j’veux voler, fait au moins voir comment tu fais ! », Criait la gamine gijinka.

Pichu n’avait pas repris sa forme animale depuis l’affrontement. C’est donc une gamine à la chevelure dorée, dotée de magnifiques yeux aux couleurs de l’océan et d’une tenue qui était pour l’occasion assez légère qui gambadait en ville sans aucune gêne. Une tenue plus que légère en fait. Comme pour se fondre dans l’aspect végétal de cette ville, elle n’était vêtue que d’une espèce de pagne aux couleurs de la nature, ainsi qu’un bout de tissu à peine plus large au niveau du torse. Elle portait également de petites sandales vertes, qui visiblement ne l’empêchaient pas de courir à toute vitesse pour rattraper la souris volante. Pour l’occasion, elle avait également succombé à l’envie de cueillir l’une des magnifiques fleurs roses qui poussaient dans la région pour se l’attacher dans les cheveux, renforçant un peu plus le côté angélique de son visage. Libegon ayant emmené le corps du Zoroark à livrer en même temps qu’il trimballait Ninj à Fla’Or, elle n’avait plus rien à penser, et ça se voyait.

Ne sachant plus où aller pour fuir cette folle, Emolga passa finalement entre Eoli et Nephene sans vraiment remarquer leur présence avant de continuer sa fuite en direction de l’auberge, espérant que l’autre n’aurait pas le culot de la suivre en hurlant ainsi jusque dans la chambre où Soriu se reposait.
Sauf que si… elle aurait eu le culot de le faire. Sauf qu’en voyant les deux Pokémon de Soriu, Pichu s’arrêta dans sa course poursuite pour les saluer d’un large sourire et demander des nouvelles de l’humain :

« Hey, Eoli, Nephene ! Alors, comment ça se présente pour Soso ? La JsaisPasQuoiPtéra a trouvé quelque chose ? »

Loin d’être aussi dévastée que le reste du groupe – autant parce qu’elle était moins attachée à Soriu que par optimisme –, Pichu s’intéressait tout de même à l’état du mizuhanien. Après-tout, Ninj semblait bouleversé par ce qui était arrivé à son ami… alors elle pouvait bien essayer d’aider de son côté pour remonter un peu le moral de ce groupe de dépressifs, non ? C’est vrai quoi, tout le monde tirait la gueule… il n’était pas mort non plus Soriu ! Allez, bougez-vous les gens, on se motive, on le soigne, et on fait la fête !

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Lun 28 Oct 2013 - 2:46

"Elle y travaille, elle y travaille. Elle ne peut pas faire plus vite que ses capacités ... enfin, je dis cela, je dis cela ..."

Mais cela n'allait pas faire avancer la situation, loin de là. La Milobellus continua de regarder la jeune enfant, peu habillée. Si elle avait des sourcils humains, elle en aurait surement soulevé un. Mais ce n'était pas le moment pour cela. Surtout que Ninj n'était plus là ... ce qui était quand même assez grave. Mais oui, il ne pouvait pas être toujours aux côtés de Soriu. Le jeune homme était toujours allongé dans le lit, ne bougeant pas ... il fallait peut-être envisager de se dépêcher ... ou de voir autre chose. Il n'y avait vraiment rien à faire pour arranger la situation ? Rien du tout ? Qu'est-ce que Cryptero allait faire ? C'était si compliqué ... Non. Il fallait juste patienter mais à part ça ... quoi faire ? Même si elle évitait de le montrer, elle était soucieuse, très soucieuse. Peut-être plus que toutes les autres Pokémon réunis. Oui, elles ne comprenaient pas forcément mais ... Soriu était ... comme quelqu'un de sa famille. Un frère ? Un fils ? C'était une relation fraternelle ... qu'elle avait avec lui. Elle le protégeait, elle le choyait, elle le dorlotait ... Elle voulait qu'il soit heureux. Eoli aussi pensait une telle chose en ce qui le concernait. C'était peut-être stupide de penser de la sorte alors que leurs existences étaient totalement différentes. Comment faire ?

"Convoquez tout le monde ... Hum ... Non, quelle idiotie. Je suis en train de m'adresser à vous par la pensée. Bon, ... Ceux ou celles qui veulent aider Soriu viennent dans la chambre où il se reposent. Je commence à être fatiguée avec tout ça. J'ai peut-être une solution pour sortir Soriu de là ... même si elle me déplait plus que tout. Je vous jure ... je ne crois pas vraiment supporter ça très longtemps."

Qu'est-ce qu'elle racontait ? Pourtant ,en vue de ses paroles, cela voulait dire qu'elle avait une solution. Et avec elle donc, quelque chose qui allait permettre à Soriu de revenir. Mais quoi ? Ils n'allaient pas tarder à le savoir. Bien entendu, tous les pokémon de Soriu étaient dans la chambre, il suffisait alors d'attendre ceux de Ninj. Lorsque ceux qui voulaient épauler Cryptero se présenterait, la créature ailée et aux pouvoirs psychiques vint dire d'une voix lente et plus que fatiguée par toute cette histoire :

"Bon ... Je ne vais pas tergiverser trop longtemps à ce sujet. On va rentrer ... dans mon esprit. Si je vois que c'est trop le bordel. je vous vire ... Ah oui, y a d'autres précautions mais je vais d'abord expliquer pourquoi on va faire ça : l'esprit de Soriu est ancré dans le mien. Je ne sais pas où, je ne sais pas à quel endroit mais je sais qu'il est présent. Peut-être même plongé dans l'un de mes souvenirs passés, peut-être même dans mon passé, j'en sais strictement rien. Je sais juste que je peux facilement vous briser si je vois que vous faites les imbéciles en moi. Je pense que le message est particulièrement compris pour chacun, n'est-ce pas ? Vous ne voudriez pas avoir trop de problèmes, non ? Et je ne plaisante pas à ce sujet, est-ce bien clair ? Et au cas où, je vais reprendre encore une fois pour être sûre que vous comprenez bien : tout ce qui est dans mon esprit, reste dans mon esprit. Si par malheur, il s’avère que j’entends des choses à mon sujet ailleurs … je vous exterminerai tous, un par un. Et une par une puisqu’il y a une majorité de femmes. Est-ce que le message est bien passé pour chacun ? Si tel est le cas, je vous laisse en discuter entre vous. On partira dans la soirée. Je vous le jure … vous ne me causez que des problèmes, vous tous."

Elle marmonnait cela, agacé et énervée alors que chacun se dispersait maintenant. Les pokémon de Soriu restèrent bien sagement entre elles, discutant de leur côté. Pour elles, le choix était fait depuis le début. Elles allaient toutes venir. Par contre, le souci résidait dans la petite Solochi qui les accompagnait. Qu’est-ce qu’ils devaient en faire ? C’était trop dangereux de la laisser seule ici quand même. Elle devait venir ! Peut-être que Soriu comprendrait alors ? D’ailleurs, Soriu comprendre cela ?  Est-ce qu’elles allaient vraiment retrouver Soriu ? Cryptero parlait de l’esprit du jeune homme mais comment est-ce que cela marchait exactement ? Elles n’avaient aucun indice à ce sujet ! Rien de rien ! Mais néanmoins, Eoli s’était approchée de Cryptero pour lui dire :

"Nous serons toutes prêtes à partir le plus tôt possible. Je pense que tu as compris qu’il ne sert à rien de nous en empêcher. Néanmoins, tes menaces font que nous ne sommes pas rassurées par rapport à cela. Je pense que tu t’en doutes non ?"

"Je m’en doute et je m’en contrefiche. Plus vite il sera extirpé de mon crâne, mieux je me porterai, compris ? Alors, j’attends de voir ce que la bande de pokémon abandonnés par leur dresseur pour quelques jours va faire puis ensuite, vous vous préparez au grand voyage. Vous allez voir … comme cela risque d’être déplaisant, très déplaisant même. Je ne pense pas que vous voudriez recommencer ensuite."

Eoli ne répondit pas, ne faisant que froncer les sourcils avant de se mettre en position auprès de la Milobellus. Elles étaient toutes autour de Soriu, attendant de voir ce qu’allait penser les pokémon de Ninj. Est-ce qu’ils allaient être de la partie ? D’ailleurs, si ce dernier était là … qu’est-ce qu’il ferait ? La réponse la plus évidente serait qu’il accompagne Cryptero ans ce voyage mais après tout, elles n’étaient pas dans sa tête. Ensuite, il n’y avait pas que ça … pas du tout. Cryptero était étrangement dérangée par le fait de rentrer dans son esprit. Est-ce qu’une chose de son passé était déplaisante ? Car oui, elle avait menacé tout le monde, cela voulait dire qu’il y avait une certaine importance à tout ça. Mais bon, le mieux serait de voir d’ici quelques temps … lors qu’ils allaient plonger dans son esprit.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Mar 29 Oct 2013 - 2:14

Pichu suivit les autres femelles alertées par Cryptéro jusqu’à la chambre de Soriu. Sur place, elle retrouva Emolga et Arcanin, déjà sur place lors de l’appel, ainsi que les deux jeunots qu’étaient Germignon et Malosse qui avaient simplement suivi Lalabelle. Reï et Voltali arrivèrent en derniers, d’un pas lent, et restèrent à l’écart des quelques groupes qui s’étaient formés dans la chambre. Sitôt que tous furent réunis, l’oiseau psychique reprit la parole pour expliquer sa théorie.

« Mais dis-moi, ça a l’air drôlement fun tout ça ! », Ironisa la Pichu à la fin du discours, visiblement d’une bonne humeur qui contrastait avec l’inquiétude ambiante qui régnait dans la pièce. « Bref, nous aussi, on y va tous. Si Ninj était là, il l’aurait fait, et nous l’aurions tous suivi, alors y’a pas de raison. »

La totalité des autres Pokémon de Ninj écarquillèrent les yeux. Pichu… venait de parler au nom du groupe de Ninj, sans même prendre la peine de se concerter avec eux. Après qu’elle les ait aussi lâchement abandonnés des mois-durant, certains ne la considéraient même plus comme l’une des leurs… d’autant que la moitié du groupe ne la connaissait tout simplement pas ! Alors comment osait-elle se prendre pour la voix du groupe sur une question aussi cruciale ? Souhaitant contredire la souris plus qu’autre chose, la renarde électrique prit miraculeusement la parole pour lancer sur un ton cinglant :

« Non, on ne doit pas tous partir. Les gamins n’ont pas à prendre ce risque, et il faut quelqu’un pour surveiller les lieux pendant tout ce temps. »

Pestant contre cette réplique dégradante, le Germignon s’avança en direction de Voltali, vexé, et répliqua à son tour :

« Hors de question qu’on reste à nouveau derrière ! Nous aussi, on sait se défendre ! »

« Justement, vous défendrez cette pièce pendant qu’on ira s’occuper du cas de Soriu. »
, Insista la Voltali en haussant le ton avant de fixer le gamin d’un regard assassin.

Grinçant des dents, le jeune Pokémon chercha une nouvelle réplique à balancer à cette renarde insultante… malheureusement, ainsi dressée face à lui, le pelage hérissé et le regard menaçant, la Voltali l’effrayait légèrement. D’autant que derrière-lui, la Malosse lui faisait de petits signes de tête discrets pour lui demander de ne pas insister, terrifiée par l’adulte face à eux. Finalement, un aboiement brisa cette brève montée d’adrénaline, tandis que l’Arcanin ressortait de la pièce. Abasourdie, la Voltali l’observa faire tandis qu’Emolga concluait ce débat à sa façon :

« Visiblement, on a un volontaire pour rester. Arcanin préfère surement attendre le retour de Ninj pour lui expliquer tout ça, au cas où cette petite expérience tournerait mal. Quant à Germignon et Malosse, je veillerai sur eux, si ça peut te rassurer, Voltali. »

Et voilà qu’elle s’y mettait à son tour… finalement, en un seul débat, tout le monde se rangeait déjà du côté de la Pichu. Pourtant, tous avaient paru aussi choqués qu’elle en la voyant prendre l’initiative de parler pour eux… alors pourquoi refusaient-ils de la suivre dans sa protestation ? Même Ninj aurait été d’accord avec elle ! Ce n’était pas pour rien qu’il avait empêché les deux jeunes de venir aux vestiges d’ébène… alors pourquoi leur faire courir ce risque aujourd’hui ? Pestant discrètement, la renarde abandonna le débat pour retourner dans son coin, aux côtés de Reï. Lorsqu’elle arriva à sa hauteur, ce dernier l’accueilli d’un regard plein de compassion, et posa délicatement l’une de ses pattes sur le museau de la renarde pour la soutenir. Evidemment, la Voltali le repoussa immédiatement avant de s’allonger, dos au reste du groupe. Elle partait avec eux, oui… mais certainement pas en tant que membre du groupe de Ninj, et encore moins sous les "ordres" de cette stupide gijinka. Dire qu’elle l’avait soignée… et qu’aujourd’hui, elle regrettait déjà son geste.

Malgré la réussite apparente de sa prise de position, Pichu ne semblait guère satisfaite du résultat. Pourtant, elle s’était bel et bien attiré en un instant les faveurs de l’ensemble des Pokémon de Ninj, à l’exception de Voltali et Reï… sauf que cela n’avait jamais été son objectif. Pour sa part, elle avait réellement cru que tous partageaient son opinion. Elle n’avait même pas réfléchi au fait que certains d’entre eux étaient trop jeunes pour prendre des risques…  
Mais qu’importe. Cela n’allait pas entacher sa bonne humeur, loin de là ! Non seulement elle se fichait complètement de la vision que les autres pouvaient avoir d’elle, particulièrement Voltali, mais de toute façon, elle avait bien d’autres projets en tête qu’un simple leadership… et Voltali était évidemment au cœur de bon nombre d’entre eux. Toutefois, elle devait désormais prendre en compte l’ensemble du groupe… visiblement, Germignon et Malosse étaient les deux plus jeunes. Selon Ninj, la femelle ne parlait à presque personne, mis à part le Pokémon plante… donc elle aurait probablement besoin de passer par lui pour avoir la moindre information. Emolga semblait s’être rangée dans le groupe du chercheur… pourtant, selon ses dires, elle était encore libre. Et d’après ce bref aperçu, elle semblait être la plus équilibrée du groupe. Restait… ce Zorua, qu’elle devait apprendre à connaître, et Voltali… hum… rajoutons Libegon, Draco et Negapi, et vous obtiendrez le groupe le plus décousu qui soit sur cette terre.
Bref, elle avait tout le temps pour s’occuper de ça. Mais d’abord…

« Bon, tout est prêt visiblement. Tu peux nous donner quelques informations de plus sur l’endroit où l’on va et ce que l’on devra y faire, ou pas ? », Demanda Pichu à Cryptéro.

N’importe quelle information pouvait les aider à mieux se préparer… du moins, psychologiquement. Même si pour sa part, elle était prête à affronter n’importe quelle situation. Mais vis-à-vis des moins débrouillards du groupe, le moindre petit détail supplémentaire était le bienvenu.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Ven 1 Nov 2013 - 21:00

"Où on va ? Où on va ? Hahahaha .... Mais on va dans un endroit où tu n'aimerais pas vivre. On va dans un ancien temps reculé ... rien à voir avec ce petit monde enchanteur dans lequel vous vivez, parcouru par la joie et la bonne humeur. Ce que vous allez y faire ? Tentez de comprendre ... et de sortir Soriu de là. Ah ! Vous allez bien vite saisir toute l'importance de mes paroles lorsque vous vous y trouverez. Alors ... il semblerait que les deux groupes sont décidés. Héhéhé ... Attention à ne pas regretter vos choix ... héhéhé."

De toute façon, c'était déjà trop tard. Ses yeux devinrent roses, son troisième oeil aussi alors que pour chacun, un mal de crâne commença à l'envahir, le faisant s'évanouir. Il n'y avait plus rien dans la chambre ... sauf Soriu, la Solochi auprès de lui ainsi que l'Arcanin et les pokémon de Ninj qui n'avaient pas voulu partir pour faire ce long voyage qui promettait d'être douloureux d'après les dires de la Cryptero. Lorsqu'ils se réveillèrent tous, ils étaient dans un décor ... vide ... en train de flotter comme si de rien n'était. Pourtant, ils avaient l'impression d'être aspirés mais par quoi ? La seule chose qui était facilement visible, c'était la Cryuptero qui lévitait comme eux, mais dotée de mouvement contrairement aux autres.

"Vous vous sentez nauséeux ? Vous avez envie de vomir ? Tant mieux ... Car c'est le but voulu hahaha ... Vous allez finir par comprendre que vous n'auriez pas dû venir l'aider ... qu'importe ce que vous voulez ! De toute façon, tout ce que vous voyez, je vous l'effacerai si nécessaire ... que cela soit de force ou non. Vous allez souffrir ... plus que souffrir !"

Elle éclata d'un rire tonitruant et victorieux alors que pour autant, les pokémon de Soriu ne semblaient même pas inquiètes. Ce fut finalement Nephene, de sa voix enchanteresse, qui prit la parole :

"Si tu voulais te débarrasser de nous, tu l'aurais fait depuis bien plus longtemps, Cryptero. Mais tu sais que tu as besoin de nous pour sauver Soriu ... car oui, c'est ton but aussi ... nous avons un but commun bien que tu ne veuilles pas l'admettre. Tu veux le sauver et l'extirper de cet endroit qui est ton esprit ... alors qu'en même temps, tu sembles vouloir nous cacher quelque chose mais quoi ? Pourquoi autant de mystères ?"

"Cela ne concerne pas les personnes comme toi ... vous n'aurez qu'à le découvrir à vos risques et périls. Je vous rappelle que vous êtes prêts ... à mourir en pénétrant dans cet endroit. De toute façon, il est maintenant trop tard. Il n'y a pas de retour en arrière, aucune possibilité de vous enfuir, vous ne pouvez que pleurer ... en espérant pouvoir survivre, hahaha ... si vous en êtes capables."

Elle voulait les inquiéter, elle voulait leur faire peur, ce que cette Milobellus disait, elle n'en avait que faire. Là où elles se rendaient, elle régnait en maîtresse. D'ailleurs, pour les personnes présentes, enfin les pokémon, il était possible de voir quelque chose de singulier : le corps de la Cryptero semblait se dissoudre légèrement au bout des ailes. Pourtant, cela ne dérangeait guère l'oiseau, celle-ci continuant de parler comme si de rien n'était, disant calmement :

"Là où vous vous rendez, aucune autre personne ne s'y est trouvée ...  Les jours, les mois, les années ... tout cela passera à une telle vitesse que vous aurez l'impression de voyager dans le temps ... mais pourtant, ça sera le cas ! Ne vous bercez donc pas de douces et fausses illusions. Vous ne valez rien du tout ... là où vous vous rendez. Peut-être qu'ils vous remarqueront, peut-être que non ? Et ne prenez pas de tenue trop lourdes et chaudes ... car vous risquez l'insolation. Héhéhé ... Oui ... Bientôt, nous nous retrouverons mais pas sous la forme que vous croyez."

Tout son corps ne semblait devenir que poussière, ses ailes ayant totalement disparu alors qu'il ne restait plus que le tronc et la tête de la créature ailée. La poussière se dissipait dans le vide cosmique alors qu'au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient, elle ne devenait plus rien ... elle n'était plus là. Oui, il n'y avait plus aucune trace de Cryptero, simplement sa voix qui déclara avec lenteur :

"Nous allons tous bien nous amuser, j'en suis sûre et certaine. Vous allez bien finir par comprendre quelque chose à mon sujet ... mais seriez-vous alors capable d'accepter cette vérité ? D'assumer ce qui s'est passé ? De réussir à le délivrer ? Ou tout simplement de pouvoir continuer à exister ? Votre première épreuve est très simple : il vous faudra me retrouver ... peut-être qu'alors, nous pourrons peut-être avancer ... car oui ... pour que Soriu puisse réparer son esprit, ça ne sera pas aussi simple que cela ... il vous faut quelqu'un de bien précis. Mais je ne vois pas pourquoi je vous laisserai découvrir cette personne par vos propres yeux ... Bonne chance ... si vous arrivez à vous en sortir."

Un petit éclat de rire ... non, un grand éclat de rire et voilà qu'ils étaient tous complètement abandonnés. Pourtant, au loin, ils étaient possibles pour eux de voir comme une petite fenêtre ... qui montraient là où ils allaient atterrir. De très loin, cela ressemblait à un désert. Un désert en plein jour. Aucune trace d'architecture, aucune trace de vie, rien de rien. Mais l'heure n'était pas encore à l’atterrissage et il fallait plutôt se préparer mentalement à ce qui allait les attendre. Lalabelle était nerveruse, Moona regardant Friyendia sans rien dire, les deux demoiselles se fixant l'une et l'autre. Eoli et Nephene, pourtant, restaient calmes, plus que calmes. De toute façon, dans le désert, si tous ressentaient la faim, le froid et la soif, elles étaient tlà toutes les deux, bien que non pas sous forme humanisée. Mais ... et les pokémon de Ninj dans tout ça ?

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Sam 2 Nov 2013 - 1:37

Malgré le ton méprisant de la Cryptéro, Pichu sembla satisfaite de cette réponse. A priori, ils ne pouvaient pas en savoir plus pour le moment… donc ils verraient le reste une fois sur place ! Croisant les bras tandis que l’oiseau psychique entamait son puissant envoûtement, elle attendit calmement… tandis que d’autres commençaient déjà à couiner de douleur. Puis plus rien. Tournant la tête en direction de l’intérieur de la chambre, Arcanin remarqua qu’il ne restait plus aucune trace des autres Pokémon… seuls Soriu et la petite Solochi étaient restés sur place. Etrange… dans le doute, le cabot retourna à l’intérieur pour s’allonger aux pieds du lit et monter la garde jusqu’au retour de Ninj, ou de ce groupe de sauvetage improvisé.

Finalement, le groupe se retrouva à flotter dans un néant des plus inquiétants. Flotter, oui… et évidemment…

« WOUHOU, je vole ! », Ricana la Pichu, ignorant cette douleur qui lui martelait le cerveau.

Et malgré son étrange incapacité de se mouvoir dans ce monde dépourvu de matière, elle battit gaiement des bras pour simuler ce phénomène, tandis que leur guide reprenait la parole pour leur balancer autant d’informations que de menaces.
En mettant de côté la gamine qui s’amusait comme une folle de cette expérience étrange, l’équipe de Ninj – que l’on nommera ainsi malgré l’absence de ce dernier – semblait plutôt inquiète. Plus encore, les réactions allaient d’un simple regard médisant de la part de Voltali à un véritable tremblement de terreur pour cette pauvre Malosse. D’autant que suite à cette téléportation, elle s’était retrouvée séparée de son ami Germignon… et puisqu’il était impossible de se déplacer, elle ne pouvait que flotter en solitaire à quelques mètres de lui sans aucune chance de se coller contre lui pour se calmer. Voyant une ou deux larmes discrètes perler le long des joues de son amie ténébreuse, Germignon fit appel à ses lianes pour la rassurer, et la rapprocher de lui.

Malheureusement, il ne se sentait pas beaucoup plus rassuré qu’elle. D’ailleurs, elle put aisément le comprendre en remarquant la force avec laquelle le petit Pokémon plante l’agrippait, comme inquiet à l’idée qu’un d’entre eux ne se retrouve blessé dans cette histoire. Malgré tout son courage et son envie de jouer un véritable rôle au sein du groupe, il commençait à regretter de s’être embarqué dans cette histoire… hélas, comme le faisait remarquer l’autre folle, il n’y avait plus de retour en arrière à présent. Il devait donc faire de son mieux, pour protéger les siens, et pour espérer ressortir d’ici en un seul morceau !

Un sifflement mélodieux se fit entendre derrière-lui. Doux, paisible… il rassura peu à peu l’ensemble du groupe, tandis que la Cryptéro se dissolvait comme par magie devant eux. Tournant la tête, Germignon découvrit Emolga en train de siffloter. Cette dernière lui fit également un clin d’œil pour lui rappeler qu’elle veillait sur eux. Evidemment, intérieurement, elle n’était pas beaucoup plus rassurée… mais son rôle au sein du groupe était évident : elle devait incarner le calme, et détendre l’atmosphère. En repérant le moindre signe d’inquiétude dans son regard, les deux plus jeunes risquaient de prendre peur et d’agir de façon irréfléchie… elle n’avait donc pas le choix et devait sourire, malgré ses craintes et cette douleur au crâne qui la perturbait.

« Et ça l’amuse de nous balancer au milieu de nulle part à coup d’énigmes ?... », Pesta Voltali tandis que la voix de Cryptéro s’éteignait et qu’un paysage désertique d’approchait.

Passablement énervée par toute cette histoire, la renarde comptait bien s’occuper du sauvetage aussi rapidement que possible. Qu’importe que les autres n’arrivent pas à la suivre… non loin d’elle, Reï était resté silencieux. Et puisqu’ils se retrouvaient sous une forme spectrale plutôt étonnante, il avait décidé de joindre ses illusions à la fête et de prendre l’apparence d’un petit spectre blanchâtre surplombé d’une magnifique flamme verdâtre. Un Funécire… étrangement ressemblant à celui qu’ils avaient croisé au cimetière de Tenkeï ! Evidemment, Voltali avait déjà fait le lien entre Reï et ses différentes apparitions camouflées depuis bien longtemps… mais si Ninj avait été présent, sans doute aurait-il été surpris de le voir réapparaitre de cette façon. Quoi qu’il en soit, mis à part cette petite folie, Reï ne semblait pas pressé d’intervenir dans toute cette histoire. Si bien que finalement, Pichu prit une seconde fois les devant pour l’ensemble du groupe :

« Bon, apparemment on arrive bientôt. On fait quoi, on se sépare pour chercher partout, ou on reste ensemble en cas de danger ? On peut aussi essayer d’appeler Soriu et Cryptéro en hurlant, mais j’suis pas certaine que ça ait le moindre intérêt ! », Blagua-t-elle, toujours sur le même ton.

Etonnamment, ce fut Germignon qui répondit en premier pour donner son avis d’une voix hésitante, tout en camouflant tant bien que mal sa voix tremblotante :

« Elle a dit… qu’il fallait quelqu’un… y’a quelqu’un d’autre ici, en plus de nous, Cryptéro et Soriu ? Si on est des fantômes, on ne devrait pas pouvoir être vus… sauf par cette personne, peut-être ? On a qu’à visiter un peu au hasard jusqu’à tomber sur quelqu’un avec qui on peut interagir ? »

Pour toute réponse, Pichu leva un pouce en direction du Germignon, comme pour le soutenir dans sa théorie. Mais à vrai dire, elle attendait surtout l’avis de Friyendia : même si cette hypothèse n’était pas certaine, la Momartik était probablement la plus accoutumée à ce qui leur arrivait actuellement… peut-être serait-elle donc également la plus à-même de les guider ? Tournant la tête vers le spectre, Pichu s’attendait donc à une solution de la part de la Pokémon de Soriu.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Dim 3 Nov 2013 - 22:52

"Restons ensemble au départ. Nous nous trouvons en terrain inconnu. Nous séparer peut nous mener à la mort si nous ne faisons pas attention. Devons-nous prendre un tel risque ? Je ne pense pas. Quant au fait d'appeler Soriu et Cryptero, soyons un peu lucides : si cela était aussi simple, je ne pense pas que Cryptero nous aurait laissé pénétrer dans son esprit. Bref, en priorité, nous devons faire extrêmement attention à ce que nous faisons, est-ce bien compris ? Si tel est le cas ... préparons-nous alors à l'atterrissage."

Elle parlait d’atterrissage car elle n'était pas sûre du tout de ce qui allait se passer. Elle n'était guère vraiment rassurée par les évènements ... mais elle ne devait pas le montrer aux yeux de tous et de toutes. Elle attendit, les yeux fermés, alors qu'elle était avec Eoli la seule du groupe de Soriu à ne pas avoir de forme humaine. Bah, ce n'était pas bien grave de toute façon. Voilà qu'ils ... se rapprochaient tous très dangereusement de ce passage ... Sans crier gare, elle se jeta en première dans le chemin qui s'était ouvert, atterrissant en premier sur le sable chaud. Malgré son long corps, elle le bougeait avec vivacité, réceptionnant tous les pokémon présents en cet endroit, humanisés ou non. Quelques secondes plus tard, elle ouvrait la bouche, crachant un jet d'eau dans les cieux avant qu'une petite pluie ne tombe sur la troupe, contrastant avec la chaleur horrible qui émanait ... du désert ? Oui, ils étaient en plein désert. Et ... visiblement, au beau milieu de ce dernier. Il n'y avait aucune trace de vie aux alentours et le soleil de plomb qui tapait sur leurs crânes n'allaient rien arranger. Pourtant autant, Nephene semblait pas embêtée, faisant tomber la pluie autour d'eux, une fine pluie, juste de quoi les arroser alors qu'elle se mettait à ramper dans le sable. Vu qu'elle était plus grande qu'une Milobellus normale, aucune difficulté alors à prendre tout ce beau monde sur son dos. Comme si elle avait allait se fatiguer. Néanmoins, tous pouvaient voir une chose : bien qu'ils étaient translucide, la faim et la soif étaient bien présentes ... un peu comme s'ils étaient au final ... réellement là ? Mais était-ce un voyage dans le temps comme l'avait insinué Cryptero ?

"J'ai l'impression que tout mon miel risque de fondre à cette allure ! C'est vraiment très étrange ... comment est-ce que cela se fait que l'on ressent toute cette chaleur ? Est-ce que c'est normal, Nephene ?"

"Je n'en suis pas certaine ... mais il semblerait que les paroles de Cryptero sont à prendre en compte. Ici, c'est comme si nous étions dans le monde réel. Je ne sais pas si nous avons fait un voyage dans le temps, si nous ne sommes que des esprits, ce qui est vrai, ce qui est faux. Nous ne devons pas trop perdre de temps dans ces réflexions qui peuvent nous parasiter si nous ne faisons pas plus attention à cela, est-ce bien compris ?"

Son but n'était vraiment de ne pas menacer les autres mais elle voulait se montrer autoritaire ... pour le bien de tous et de toutes. Ils étaient perdus ... ils ne savaient pas où se rendre ... ils ne savaient pas où avancer mais surtout ... une telle puissance de la part de la Cryptero, c'était effrayant, vraiment très effrayant. Comment était-elle capable de faire une telle chose ? Comment est-ce qu'elle arrivait à cela ? Par quel prodige ? Est-ce qu'elle cachait sa force depuis le début ? Ou y avait-il alors autre chose ? Elle avait bien montré souvent des capacités ... qui dataient d'un temps ancien, primordial ... d'une époque révolue voire qui n'existait guère auparavant. Etrange, c'était vraiment très étrange ... mais en même temps, ils n'étaient pas là pour se poser des questions à ce sujet. Les premières heures passèrent et un petit rire se fit entendre ... puis plus rien. Le désert continuait de taper de son soleil de plomb alors que le groupe rampait sur le sable depuis tout ce temps. La faim commençait à les tenailler et voilà que que le ciel commençait peu à peu à perdre de sa lumière. S'ils ne se dépêchaient pas de trouver un abri, ils étaient finis.

Finalement, Moona et Eoli avaient décidé d'utiliser leurs ailes pour prendre de l'avance et de la hauteur, déclarant qu'elles avaient trouvé un endroit qui semblait plutôt bon. Une oasis ! Et pour être sûre que ce n'était pas une illusion, Moona s'était même mise à plonger dans l'eau, revenant complètement trempée, sa robe moulant son corps. Finalement, ils arrivèrent à un petit oasis, il y avait bien quelques arbres fruitiers, rien de bien fameux mais qui pouvaient au moins les sustenter. De même, l'eau ne permettait qu'à peine à Nephene d'y rentrer l'intégralité de son corps. Néanmoins, quelques branches étaient présentes de part et d'autres, Lalabelle disant d'une voix amusée :


"Je vais nous préparer un bon petit feu, ne vous en faites pas ! Hahaha ! Je me disais bien que ... Brrr ! Il fait froid ici non ?"

"Les nuits dans le désert sont très froides. Il vaut mieux alors faire attention ... et ne jamais laisser s'éteindre le feu. Nous pourrions peut-être même préparer deux flammes."

Pourquoi pas ? Lalabelle fit déjà brûler ses deux poings, s'amusant à faire flamber les morceaux de bois,  les réunissant pour former un feu de camp alors qu'il était maintenant l'heure pour chacun et chacune de manger. Bien entendu, les rations n'étaient pas en grande quantité, ils n'avaient aucune information sur l'endroit où se rendre, où ils se trouvaient mais ... cela pouvait attendre demain. D'ailleurs, même la petite Malosse pouvait aider aux flammes si elle le désirait. Peut-être que le Germignon était capable de trouver du bois pour aider à ce que le feu tienne toute la nuit ? C'était à eux de voir ... et à eux de décider ce qu'ils voulaient faire. Autant se serrer les coudes, non ? Surtout dans un lie hostile comme celui-ci, que cela soit déjà par le climat.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Lun 4 Nov 2013 - 1:15

Après réflexion, le groupe décida de ne pas se séparer après avoir posé pied à terre. Et grâce à l’aide de Nephene, ils traversèrent cette longue étendue de sable jusqu’à finalement trouver une oasis miraculeuse.
En chemin, et tandis que la faim et la soif les tiraillaient, les Pokémon de Ninj restèrent silencieux. Malosse et Germignon chuchotaient discrètement, ne souhaitant pas déranger les adultes qui réfléchissaient à diverses solutions. Finalement, la seule phrase qui se fit entendre de leur groupe provint une fois encore de Pichu, tandis qu’elle répondait d’un ton décalé à la Momartik :

« J’espère juste pour elle que cet endroit désertique ne représente pas son cerveau, sans quoi on a du soucis à se faire ! »

S’inquiéter ne mènerait à rien… et puisqu’elle ne pouvait rien faire pour avancer les choses, la Pichu préférait encore détendre l’atmosphère et se reposer en attendant que Nephene les emmène dans un endroit plus agréable.
Toutefois, elle ne se montra pas plus insolente le reste du trajet : s’il y a bien une chose qui pouvait toucher la jeune souris, c’était bien la faim. Le mal de crâne d’auparavant n’était rien pour elle… la chaleur non plus, elle était habituée au désert de Flamen. Par contre, bien qu’elle ne le montre pas, elle était prête à supporter n’importe quelle torture en échange d’une pomme bien juteuse.

C’est ainsi que son souhait fut étonnamment exaucé. Et tandis que le groupe s’organisait autour de l’oasis découvert, Pichu reprit sa forme animale pour grimper au sommet d’un arbre et grignoter l’un des fruits qu’il supportait. A l’opposée, Emolga agissait de la même façon, non pas pour dévorer l’un des fruits des arbres, mais pour s’installer confortablement et entamer une douce mélodie ambiante à l’intention du groupe :




Etonnamment, son violon ne l’avait pas suivie jusqu’ici… mais sa petite flute, oui, toujours accrochée autour de son cou, presque comme une partie d’elle. Alors autant en faire profiter le groupe, puisqu’apparemment ils n’avaient rien d’autre à faire qu’attendre qu’un signe se présente à eux. De plus, entre le son et le feu, cela leur laissait une chance d’être repérés par cette fameuse personne qu’ils étaient censés retrouver au milieu de cette étendue de sable infinie.
Poussée par le Germignon, la Malosse osa s’approcher de Lalabelle pour lui proposer son aide et renforcer les braises du feu de ses petites flammèches, tandis que son camarade plante faisait une courte cueillette de fruits pour l’ensemble du groupe. Toujours aussi attentionné, il les distribua lui-même, espérant qu’il se rendait aussi utile que les autres l’espéraient… Quoi qu’il en soit, ces deux-là, si faibles qu’ils soient, étaient sans contestation les plus serviables de l’équipe de Ninj, en mettant de côté l’Emolga qui aidait à sa façon.

En effet, les deux dépressifs étaient à nouveau à l’écart du groupe… Voltali alla même jusqu’à s’éloigner, refusant de rester assise à ne rien faire.


« Reste-là. », Ordonna-t-elle à Reï sur un ton qui n’acceptait aucune contestation.

Et d’un pas souple, elle marcha en ligne droite à la recherche d’un quelconque signe de vie, tandis que Reï revenait autour du feu d’un air dépité. Tout sourire, le Germignon lui apporta un fruit, qu’il ne sut refuser… mais malgré les protestations de son corps, la faim ne venait pas…

Sortant de nulle part, une douce voix perturba la mélodie de la troubadour du groupe. Surprise, la souris volante cessa de jouer quelques secondes pour relever la tête et observer la source de ce chant. Face à elle, les yeux fermés et les jambes se balançant dans la vie, la Pichu avait repris forme humaine. Et comme si tout cela lui paraissait naturel, elle s’était mise à chanter pour accompagner l’Emolga d’une mélodie tout aussi adaptée à ce décor aussi vide que monotone, dans lequel le groupe attendait patiemment un signe de leur guide. Sans se laisser déconcentrer plus longtemps, l’Emolga reprit sa mélodie : tant que l’autre chantait juste, cela ne la dérangeait pas… au contraire ! Et puis, au moins, cela montrait que cette folle furieuse appréciait la musique, à défaut de se rendre plus utile pour le groupe…

En réalité, la Pichu souhaitait simplement garder la totalité de ses forces. Chanter n’avait rien d’épuisant… d’autant qu’elle gardait les yeux fermés, c’en était presque reposant… par contre, surveiller le feu, porter du bois, explorer les alentours… tout cela l’était. Elle laissait les autres agir à sa place présentement, mais comptait bien se rattraper par la suite. D’autant qu’à priori, ils n’avaient pas nécessairement besoin de son aide jusqu’ici.

S’il en est une qui pensait exactement de la façon inverse, c’était bien la renarde électrique. De là où elle se trouvait, elle entendait cette douce mélodie, et percevait encore la lumière flamboyante du feu de camp… pourtant, elle continuait à marcher, à la recherche de l’origine de ce rire si soudain qu’elle avait entendu sur la route. Elle n’avait même pas pris la peine de manger… il y avait bien plus urgent pour le moment. Elle se sentait observée, suivie… comme si cette personne, qu’ils devaient retrouver, les avaient déjà trouvés depuis bien longtemps, mais qu’elle refusait de se montrer. Balayant du regard l’horizon tout en essayant de se laisser guider par son ouïe et son flair, elle cherchait, sans se préoccuper des occupations de camping du reste du groupe, persuadée qu’attendre était la pire chose à faire dans la situation actuelle.
[/i]

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Mer 6 Nov 2013 - 1:27

"Bah si c'est son cerveau, autant dire que c'est pas fameux !"

"Cessez donc de vous moquer d'elle. Vous aurez l'air fines si vous vous faites repérées. Peut-être même qu'elle est en train de tous nous observer. Si tel est le cas et que vous venez de parler de la sorte, vous comprendrez que vous risquez beaucoup, n'est-ce pas ? Alors, soyez plus calmes et tranquilles. Nous pourrons alors tous nous reposer."

Eoli s'était adressé aux deux demoiselles, l'une bien plus âgée que l'autre pour leur dire de se calmer. Il valait mieux ne pas trop provoquer la colère de Cryptero, surtout dans un domaine où elle était reine. Elle n'avait rien dit quand Nephene avait décidé de servir de monture pour tous et toutes mais ça ne changeait en rien son anxiété par rapport à cette situation. Ce désert ... Si elle était une Cryptero, il y avait quelque chose qui résonnait à ses oreilles ... et dans sa tête. Ce désert ... était vraiment spécial mais surtout, le lieu où ils se trouvaient tous. Il n'y avait qu'une idée qui lui parcourait l'esprit ... mais pour ça, il fallait une preuve tangible ... et pour l'heure, elle ne l'avait pas encore.

De son côté, la Voltali avait décidé d'explorer les alentours. L'idée était simple : du sable, du sable, des dunes de sable, du sable, pas mal de sable ... toujours du sable ... rien que du sable ... que que sable ... du sable ... du sable ... toujours du sable ... Au moins, elle n'était pas dépaysée. Mais par contre, ce qu'elle oubliait, c'est que les nuits dans le désert étaient froides, très froides. Et rapidement, un vent glacial vint la paralyser un peu sur place tandis qu'elle pouvait remarquer quelques lueurs au loin. En y réfléchissant bien ... c'était même ... deux personnes.  Deux personnes qui étaient juches sur des crocodiles rouges humanoïdes plutôt imposants. D'ailleurs, ils ne tardèrent pas à la remarquer mais aussitôt, ils lancèrent une attaque en sa direction. Oui ... Il y avait quelque chose qui clochait bien que les hommes étaient équipés et sortaient leurs cimeterres, elle remarquait qu'ils n'étaient pas belliqueux ou menaçants ... Leurs pokémons non plus, ce n'était qu'un simple coup de semonce, pour prévenir la Voltali de ne pas bouger du tout.


"Qu'est-ce que ça veut dire ? C'est bien un pokémon ça ? Je ne l'ai jamais vue dans le désert. Ce n'est pas une espèce normale."

"T'as remarqué ? Elle est translucide comme ... si c'était un esprit. Tu crois que c'est un esprit du désert ? Si c'est le cas, il nous faut retourner vite en ville pour aller demander pardon à notre dieu ! Et rapidement !"

"Mais qu'est-ce que l'on fait de ... Hein ? C'est moi ou ... y a du feu au loin ? Prends ta longue vue !"

Comme s'ils avaient délaissé Voltali, les deux hommes juchés sur leurs Crocoribles se regardèrent, l'un observant au loin avec son drôle d'outil, d'un temps très ancien. Finalement, il s'exclama :

"Il n'y a que des races de pokémon que l'on ne connait pas ! A part peut-être un Funécire et une Emolga ! Et il y a aussi quelques humaines !"

"Pokémon ? On ne sait pas si ce sont des pokémon ... Il vaut mieux aller vérifier. De toute façon, nos Crocoribles sont là  pour nous défendre."

Ils n'étaient pas rassurés et ils le montraient parfaitement. Délaissant complètement la Voltali, ils passèrent à côté, les Crocoribles accélérant. Ils étaient toujours armés bien que non vindicatifs. Ils voulaient surtout résoudre ce mystère de la présence de plusieurs espèces inconnues sur les terres .... les terres de quoi ? Il n'y avait qu'une certitude : ils étaient à Tenkei mais où ? Y avait-il vraiment un désert quelque part ? Le plus étonnant était le fait que la Voltali avait pu comprendre leurs langages bien que parcourus par des mots très anciens. Finalement, les deux hommes arrivèrent jusqu'à la petite troupe, Eoli s'étant déjà redressée pour voler, Nephene faisant de même. Lalabelle et Moona dormaient déjà tandis que Friyendia restait parfaitement immobile. Parmi le groupe de Soriu, elle était la seule réveillée.

"Qu'est-ce que ça veut dire ? Qu'est-ce que vous faites ici ? En plein désert ? Sans tente pour vous recouvrir ? Vous êtes fous ? Vous allez mourir de froid ! Et quels sont vos pokémon ? Ce sont bien des pokémon, n'est-ce pas ? Oh bon sang ... Qu'est-ce que l'on a trouvé ? J'ai l'impression qu'ils sont complètement perdus."

Les deux hommes descendirent, observant les trois femmes et l'enfant. Il y avait le Funécire et l'Emolga qui pouvaient les aider à comprendre la situation car pour l'instant, ils nageaient en eau trouble. Mais néanmoins, il fallait peut-être avoir quelques précautions ? Comme éviter de dire qu'ils provenaient d'une autre nation ? Encore qu'ils pouvaient tous essayer, pour tenter d'avoir la confiance des deux hommes ... ou leurs méfiances la seule chose qui était certaine, c'est qu'ils étaient suspicieux par rapport à ces créatures dont ils ne connaissaient rien. Qu'est-ce que cela allait donner si les fille prenaient leurs apparences originales ? Pendant ce temps,  les deux hommes regardaient la Milobellus, comme captivés par sa beauté unique. Pour eux, ils avaient l'impression d'avoir affaire à une divinité. Ils portaient un turban brun sur le crâne, devait avoir la trentaine d'années ainsi que des vêtements basiques de tissu vert pour le haut aux manches blanches et un pantalon de toile noire. Ils avaient aussi chacun un cimeterre en main bien que l'une des deux rangea le sien, pour montrer qu'ils n'étaient pas des ennemis.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Sam 9 Nov 2013 - 16:53

Aucune réaction… du moins, aucune de ces réactions si prévisibles que même Pichu aurait pu deviner de la part de Cryptéro. La seule réponse qu’elle eut fut une réprimande d’Eoli à laquelle elle ne répondit pas.
Pourquoi avait-elle balancé cette pique ? Pour vérifier s’ils étaient surveillés. Et étant donné le manque de réaction de Cryptéro, soit elle ne les surveillait pas activement, soit elle ne pouvait définitivement plus interagir avec eux. Ou peut-être également qu’elle s’était retenue… ce qui n’était pas beaucoup plus rassurant. Au moins, à présent, elle était fixée. Ils étaient bel et bien seuls et perdus au milieu de ce désert infini, sans aucune chance d’interagir avec celle qui les avait envoyés ici pour les guider.

Oh tiens, du sable ! Ça faisait longtemps ! Oui, bon, le paysage commençait à devenir un peu répétitif pour la Voltali, et elle commençait à regretter ce bon feu qui brulait au loin… mais visiblement, elle n’avait pas fait tout ce trajet pour rien : en effet, elle tomba finalement sur quelqu’un. Plus précisément, sur un groupe qui décida de lui lancer une attaque préventive… à laquelle elle ne répliqua pas. Ce n’était pas que l’idée ne lui avait pas traversé l’esprit, mais ses adversaires ne l’avaient clairement pas visée directement, et elle n’était pas certaine de pouvoir se battre efficacement dans ces conditions climatique… elle se mit donc simplement en position défensive, au cas où l’un de ces crocos ne déciderait de s’en prendre à elle. Mais comme prévu, ils passèrent simplement à côté d’elle en la détaillant comme un extraterrestre avant de remarquer le reste du groupe un peu plus loin.

Autour du feu, le calme était lentement retombé en même temps que la nuit. De plus en plus discrète, l’Emolga continuait de jouer une mélodie des plus douces pour bercer ceux qui s’étaient endormis, parmi lesquels se trouvaient évidemment les deux jeunots du groupe. Quant à Pichu, elle avait miraculeusement récupéré de nouveaux vêtements bien plus confortables que sa tenue légère précédente pour passer une nuit aussi froide : d’un simple aller-retour de sa forme humaine à sa forme animale, sa tenue avait également changée, comme à chaque fois… quelque chose d’assez gênant par moments, mais de plutôt pratique lorsque le climat était aussi instable. L’enfant était donc à présent dans des vêtements particulièrement chauds, faits d’une laine rose et blanche bien étrange. La tenue était également composée d’une chaude capuche qui recouvrait le haut de ses cheveux, surplombée de petites oreilles en laine rose cousues qui lui donnaient une allure encore plus enfantine qu’à l’habitude.
L’air de rien, c’est donc dans cette tenue que Pichu semblait s’être endormie, un peu à l’écart du feu puisque déjà bien au chaud dans ses vêtements, et c’est donc également dans cette tenue que ces humains venus d’on ne sait où la découvrirent.

Finalement, aux côtés de la Momartik, seul Reï avait décidé de garder l’œil ouvert. Pensif, il fixait le feu face à lui, toujours sous sa forme spectrale… jusqu’à être tiré de ses pensées par ces étranges humains et leurs crocoribles.

Emolga cessa sa musique et resta sur ses gardes. L’un des deux étrangers avait rangé son arme en signe de bonne volonté… mais pouvaient-ils pour autant leur faire confiance ? L’un d’entre eux était-il celui que Cryptéro leur avait demandé de chercher ? Déjà, ils les voyaient, clairement… et d’après leur tenue, ces types étaient… oh bon sang, mais en quelle années cette folle les avait-elle envoyés ? Cette Cryptéro ne paraissait pourtant pas si âgée…
Ne souhaitant pas paraitre impolie ni agressive, Emolga descendit de son arbre en douceur et salua les étrangers d’une révérence un peu ancienne, mais qui aurait certainement plus de sens à cette époque que dans le temps présent. Elle s’adressa ensuite aux Crocoribles :

« Bonjour, comme votre humain l’a deviné, nous nous sommes égarés durant notre voyage, y’a-t-il une ville non loin où nous pourrions passer la nuit dans de meilleures conditions ? »

L’idée était surtout de trouver un signe de civilisation, ce qui simplifierait grandement les recherches… toutefois, Reï semblait avoir une tout autre idée en tête. Et tandis que Voltali revenait auprès du groupe d’un pas lent pour profiter du feu, il se plaça aux côtés d’Emolga pour saluer les humains à son tour. Tout comme elle, il fit ce qui semblait vouloir être une révérence… puis, il décida de parler aux humains à sa façon. N’étant pas certains que ces deux-là pouvaient lire, il opta plutôt pour une forme beaucoup plus claire de langage : levant les mains en direction du ciel, Reï fit apparaître une illusion en deux dimensions représentant Soriu et Cryptéro au milieu d’une plaine tout ce qu’il y a de plus banale. L’illusion était agrémentée de points d’interrogations et des mots "perdus" et "chercher" de la langue de Tenkeï, en plus de montrer les deux êtres disparaitre petit à petit. En bref, de par ce message, Reï expliqua sans trop de difficulté aux humains qu’ils recherchaient ces personnes… ou des gens leur ressemblant. Restait à espérer que ces humains auraient une piste concernant l’endroit où leurs amis se trouvaient !

En arrivant près du feu, Voltali posa un regard hésitant sur le reste du groupe : devait-elle les réveiller ? Sans doute… mais pas pour l’instant. Et puis, Friyendia n’avait qu’à s’en occuper. Pour sa part, elle préférait snober tout ce beau monde et attendre que les choses s’accélèrent… en attendant de trouver une solution pour sauver Soriu et sortir d’ici.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Mer 13 Nov 2013 - 0:27

"Une ville ? Notre cité ? Elle n'est pas proche, loin de là. On n'y arrivera pas avant plusieurs heures de marche et il se fait déjà assez tard. De plus, on ne peut pas vous faire confiance. On ne sait pas d'où vous provenez. A part deux d'entre vous, toutes les espèces de pokémon que l'on voient ... nous sont complètement inconnues. Et vous voudriez vraiment qu'on vous laisse venir dans notre ville ? On ne peut pas prendre le risque, nous ne sommes pas fous. Cela serait beaucoup trop dangereux que de vous laisser venir."

"Pfff, pas bien grave, de toute façon, on devra quand même les emmener, que ça soit pour notre sécurité. Ils passeront surement à la prison tout d'abord. Et si on aperçoit qu'ils ne sont pas dangereux, ils pourront se promener librement là-bas. Faut juste que nos ..."

Le second Crocorible s'arrêta dans ses propos alors qu'il observait ce qui se passait avec Rei. Il tentait d'expliquer par des images qu'ils recherchaient une Cryptero ... et un humain aux atours des plus étranges. Non, ils n'avaient rien vu de cela, comment auraient-ils pu ? Par contre, Cryptero ? Vraiment ? Le second Crocorible reprit la parole :

"Comment aurions-nous pu voir un Cryptero ? Cet oiseau est une créature de légende ! Une Divinité ! Comment est-ce tout simplement possible ? Il semblerait que la chaleur du désert vous ait tapé sur le crâne."

"Pardonnez nous ... mais nos pokémon et nous-mêmes sommes très fatigués. Pourriez-vous nous emmener dans votre ville, je vous prie ?" demanda doucement Friyendia, semblant avoir parfaitement compris les paroles des deux pokémon. Ils se regardèrent, étonnés avant qu'elle ne dise à nouveau :"Ne vous souciez guère à ce sujet ... Nous ne sommes pas dangereux. Néanmoins, par mesure de sécurité, nous vous accompagnerons. Nous n'avons pas d'armes, vous pourrez vérifier."

"Qu'est-ce que l'on fait ? Elle semble venir d'une autre région ... tu as vu ses habits ? C'est une étrangère."

"Bah ... toi, tu voudrais faire quoi ? Moi, je dis, elle arrive à nous comprendre et à dialoguer avec nous. Bon ... Mademoiselle ... vous et vos compagnes ainsi que vos pokémon, nous allons vous demander de nous accompagner jusqu'à notre ville. Je tiens à vous prévenir : pas de mouvement suspect. Que vous soyez plusieurs ne fait pas de vous des personnes capables de lutter contre nous. Nous sommes des membres de la garde d'Eartlor, l'une des plus grandes cités de Tenkeï."

Friyendia s'approcha des autres pokémon, qu'elles soient féminisées ou non, leur demandant de bien vouloir se réveiller. Bien que le réveil fut difficile, elles remarquèrent les nouvelles personnes et comprirent que cela pouvait dériver en quelque chose de dangereux sans pour autant être menaçants. Friyendia prit les commandes de la troupe, grimpant sur le sommet du crâne de Nephene, les deux personnes semblant subjuguées par la beauté de la Momartik humanisée mais aussi de la créature qu'elle montait. Après trois bonnes heures de marche, les demoiselles les plus fatiguées comme les pokémon s'étant endormi sur la Milobellus, ils finirent par arriver à ce qui semblait être une cité bâtie dans le sable et la pierre mais surtout à l'architecture archaïque. Ici, pas de beaux bâtiments, de travail d'une très grande beauté, de monuments aux mille décorations. Non, tout était fait en pierre, en briques mais surtout ... tout semblait provenir d'un temps révolu, que nul n'aurait pu découvrir dans le monde d'où provenait le groupe.

En arrivant aux portes de la ville, les gardes positionnées devant la double porte en bois observèrent leurs deux membres accompagnés d'étranges personnes. Signalant qu'ils allaient passer la soirée en prison par mesure de sécurité, ils les laissèrent passer, les deux soldats l'emmenant à travers les ruelles vides. Malgré l'heure tardive, il y avait pourtant quelques marchands, portant des vêtements gris datant d'une autre époque et de nombreux turbans sur leurs têtes. Ces personnes les observèrent, préparant les étals pour mettre en vente leurs différents produits, beaucoup de tissus, beaucoup de fruits et légumes, beaucoup de viandes. Finalement, ils arrivèrent jusqu'à une grande bâtisse faite de pierre, des fenêtres avec des barreaux étant visibles, dénuées de vitres. A l'intérieur, tous les pokémon et les humains furent réunis au même endroit, dans une seule et même pièce, assez grande même pour entreposer Nephene, chose étonnante. Les deux gardes revinrent avec quelques couvertures, les tendant à travers les barreaux.


"Dormez donc ici en attendant demain. Demain, nous verrons ce qu'il faudra faire de vous. Pardonnez-nous pour l'accueil mais vous comprendrez que l'on reste suspicieux par rapport aux étrangers, surtout quand on ne sait guère d'où viennent leurs pokémon. Bonne nuit à vous."

Ils partirent, laissant seuls alors tout le monde. Il n'y avait que deux fenêtres en hauteur dans le mur de terre, des barreaux poses dans l'espace, bien que la lumière de la Lune filtrait. Déjà, tout le monde dans le groupe de Soriu retournait à son songe, sauf Friyendia et Moona. Un petit mouvement incongru se fit voir dans la fourrure cotonneuse d'Eoli, laissant paraître de petites cornes orange ainsi qu'une fourrure blanche. Visiblement, une passagère clandestine s'était ramené sans demander son autorisation, recommençant à se cacher dans les ailes de l'Altaria. Si les pokémon de Ninj voulaient de la conversation, ils pouvaient toujours en avoir ... De toute façon, après, il suffisait tout simplement de dormir et d'espérer trouver le sommeil ... bien qu'ils ne pouvaient être réellement sûrs de l'endroit où ils se trouvaient. A part Friyendia qui était déjà à la base un ectoplasme, les autres membres du groupe de Soriu pouvaient toucher le mur mais ne pas le traverser. Alors ... étaient-ils des esprits ou alors des êtres de chair et de sang ?

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Ven 15 Nov 2013 - 3:49

Emolga laissa rapidement la suite à la Momartik de Soriu, voyant qu’elle semblait avoir plus de réussite en dialoguant avec les dresseurs plutôt qu’avec leurs Pokémon. A priori, ils étaient partis pour passer un petit séjour en prison avant de pouvoir visiter la ville… mais sans doute était-ce toujours mieux que d’attendre ici, dans le froid et les ténèbres.
Friyendia réveilla un à un les autres Pokémon… ou du moins, essaya. Car les deux plus jeunes tinrent à peine une minute debout avant de s’endormir à nouveau sur le dos de Nephene. Pichu, quant à elle, se leva avant même que Friyendia ne la touche et se prépara à partir, comme si elle avait suivi la totalité de la conversation. Enfin, ce qu’elle en avait compris…

Le groupe se mit en route bien rapidement et traversa de nouveau le désert gelé pendant quelques heures avant d’enfin atteindre cette fameuse ville d’une époque révolue. Eartlor… Emolga commençait à assembler les quelques briques dont ils bénéficiaient, petit à petit… et elle avait déjà sa petite idée sur la suite. En fait, les réponses des humains ne l’avaient pas autant mise sur la route que ce qu’ils avaient déjà vécu en compagnie de Soriu…

Bref, quel que soit le plan, ils étaient bloqués entre quatre murs pour le restant de la nuit. A moins que…

« Qu’est-ce qu’on attend pour sortir… », Soupira Voltali en fixant l’ouverture en hauteur.

Elle enrageait de s’être laissée emprisonner aussi facilement… ils étaient supposés retrouver Soriu rapidement, pas visiter du pays comme de simples vagabonds, et encore moins croupir en prison !

« Les clés ! » , Blagua Pichu qui s’était allongée en solitaire contre l’un des murs de la prison.

Marmonnant quelques injures pour elle-même, Voltali se mit à faire les 100 pas à l’intérieur de la prison, tout en fixant l’entrée à la façon d’un fauve en cage. Ils n’avaient qu’à… défoncer un mur, ou une porte ! Comme si cela représentait la moindre difficulté pour eux… de toute façon, ce passé n’avait rien de réel, ils avaient juste été balancés dans l’esprit de l’autre folle, non ? Alors quel était l’intérêt d’agir de façon minutieuse ?

Profitant de l’occasion d’avoir tout le monde réuni, au calme et sans interruption possible, Emolga prit la parole à son tour pour exposer son point de vue :

« Attendons pour l’instant. De toute façon, je pense qu’on n’aura pas à fouiller la ville de fond en comble pour retrouver la piste de Soriu et Cryptéro demain. »

La majorité du groupe dormait, même Reï avait fini par s’allonger et se laisser aller au songe dans un coin, seul, puisque Voltali refusait pour le moment de rester immobile. Mais nulle doute que les quelques personnes présentes allaient être intéressées par ce qu’Emolga souhaitait soulever :

« En fait, la réaction des gardes à l’illusion de Reï m’a rappelé quelque chose. A Torcan, Cryptéro a réagi vraiment bizarrement en voyant Soriu porter un costume religieux. Ce n’est peut-être pas là-bas que nous les retrouverons directement, mais nous devons absolument nous renseigner sur l’ordre religieux de cette ville. De plus, les Cryptéro semblent être des créatures divines à cette époque… je ne serais pas surprise de trouver un semblant de piste directement dans le temple de la ville. »

Une piste… il n’était même pas question de piste… ils devaient se rendre là-bas, c’était certain. Et une fois sur place, ils trouveraient la suite de leur mission de sauvetage. D’ailleurs, n’étaient-ils pas censés retrouver quelqu’un pour les guider ? Malgré le peu d’informations dont ils disposaient, Emolga était prête à parier qu’il s’agissait d’un prêtre… ou d’un membre du clergé. Quelqu’un étant en relation avec les Cryptéro ? L’homme à l’origine de leur légende peut-être ? Tsss… pauvre Ninj, il risquait vraiment de regretter de ne pas être venu… tout cela était bien plus excitant pour un chercheur que de simples fouilles archéologiques ! Imaginez… un véritable voyage dans le temps, non pas quelques années plus tôt… mais plusieurs siècles en arrière, à une époque complètement oubliée à leur époque !

« D’ici-là, on devrait profiter de ne rien pouvoir faire pour reprendre des forces. Et prier pour avoir un repas gratuit demain matin. De toute façon, les prêtres ne sortent pas la nuit pour prier, si ? » , Balança Pichu en redressant légèrement la tête.

Plus qu’à Emolga, ses propos s’adressaient à la renarde électrique : cette idiote n’avait pas fermé l’œil un instant, et avait même sauté le repas… c’était bien beau d’être pressé et de jouer les durs, mais à l’usure, elle risquait d’être en mauvais état au moment où ils auraient le plus besoin d’elle… s’ils en venaient à avoir besoin d’elle un jour. Pestant de nouveau, la renarde électrique alla finalement s’allonger aux côtés de Reï… avant de murmurer doucement :

« Fait attention à toi… tu joues à un jeu dangereux… »

Son regard sombre fixa Pichu durant quelques secondes avant de finalement  se fermer pour la nuit. Non seulement l’autre revenait dans le groupe après l’avoir humiliée et l’avoir brisée comme personne, mais elle osait la remettre à sa place dès qu’elle en avait l’occasion… certes, Pichu avait progressé, c’était incontestable… mais elle avait intérêt à dormir d’un sommeil très léger si elle souhaitait survivre dans le même groupe qu’elle… car elle n’était pas certaine d’accepter sa présence bien longtemps.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Dim 17 Nov 2013 - 1:03

Finalement, contrairement à ce qu'ils auraient pu croire, la soirée se passa bien tranquillement. Le lendemain matin, les gardes les observèrent, commençant à les réveiller alors que Friyendia était déjà en pleine discussion avec eux. Sans que certains ne puissent comprendre ce qui se passait, il y avait néanmoins une chose qui était sûre : Tout se passait bien mieux que prévu. Quelques minutes plus tard, ils étaient tous dehors à la condition de ne pas quitter la ville, qu'importe le moyen ou la raison utilisée. Ils étaient donc libres de vagabonder dans les ruelles mais non pas de quitter cet endroit. Une mesure de sécurité ... mais pour quelle raison exactement ? Dehors, ils devaient être aux alentours de la fin de la matinée, les marchands comme les citoyens étant déjà dans les rues. Ici, pas de tenues fanfaronnes ou de multiples couleurs. Non, le blanc était la couleur primordiale utilisée en cet endroit, l'unique représentante ou presque dela majorité des vêtements, bien qu'elle dérivait parfois vers le gris ou vers le noir. Un ancien temps, un ancien temps ... plus que révolu même et cela se voyait dans le regard des villageois à leur encontre. Il fallait dire que la différence culturelle était forte, très forte. Et au niveau des dialogues, peu osaient leur parle, même les enfants, qui, habituellement jouaient entre eux, n'osaient pas les regarder droit dans les yeux. La suspicion était forte et on se demandait ce qu'ils faisaient ici. Surtout des créatures que nul n'avaient jamais vues auparavant.

Le problème, néanmoins, c'était bien l'absence complète de Soriu et Cryptero. Aucune trace d'eux, rien de rien, qu'importe ce qu'ils tentaient, nul ne les connaissait, nul ne savait à quoi ils ressemblaient. Le cas de la Cryptero, néanmoins, évoquait le terme de Dieu ... On parlait d'une créature mythique, dominant tous les êtres en ce monde sans même juge. Etait-ce vraiment celle qu'ils connaissaient ? Il n'y avait aucune chance vu le caractère insupportable de la créature au corps coloré de maintes façons. Au bout de plusieurs heures d'enquête, autant dire que tout était inutile, complètement inutile, et ce n'était pas les pokémon de Soriu qui allaient pouvoir aider puisqu'elles étaient autant perdues que le reste du groupe. Finalement, les citoyens s'arrêtèrent, certains disant :


"Le prêtre arrive ! Le prêtre arrive ! Il faut que l'on se prépare à l'accueillir ! Faite vite ! Laissez de la place !"

Un prêtre ? Cela impliquait alors une religion ... était-ce la fameuse religion des Cryptero considérés comme des dieux ? Pourtant, peu à peu, les citoyens s'agenouillaient alors qu'un homme d'une cinquantaine d'années, aux cheveux grisonnants et à la petite barbe en piqué avançait. Accompagné de plusieurs soldats tout autour de lui, il jaugeait les personnes présentes tandis que le groupe de Soriu n'osait guère bouger. Il n'avait pas l'air malveillant ... mais ni bienveillant. Un peu comme si tout cela n'était qu'une banalité pour lui. Lorsqu'il termina son passage, il s'attarda brièvement sur le groupe des pokémon de Soriu et Ninj, continuant sa route comme si de rien n'était. Nullement impressionné, nullement affecté par cela, il disparut à une nouvelle ruelle alors que les citoyens reprenaient la parole :

"C'est bizarre qu'il sorti. Vous pensez que c'est à cause des nouveaux arrivants ? C'est quand même si étonnant en soi ... très étonnant même."

"Le prêtre ne se déplace que lorsqu'il y a une affaire d'esprits. D'ailleurs, il paraitrait que les nouveaux arrivants sont des esprits. Les soldats l'ont remaqué quand ils sont arrivés. Même les pokémon que l'on connait de loin, il paraitrait que oui ... oui oui, c'est vrai."

"Est-ce que tu crois que cela veut dire que l'on assistera à une cérémonie de sa part ? Pour invoquer les esprits ? Et pourtant, ces esprits-là semblent si réels. Il paraitrait qu'elle est capable de faire venir les esprits d'un futur lointain, très lointaine"

"Hey ? Qu'est-ce que tu veux que je te dise ? J'en sais rien moins. Par contre, ça doit donc dire que le haut temple est en ébullition."

Haut temple ? La Momartik humanisée regarda les autres. C'était peut-être un indice. Surtout que cela parlait aussi des Cryptero. Ils savaient où se rendre, ils ne savaient pas comment s'y rendre et surtout ce qu'ils allaient faire. Eoli et Nephene signalèrent qu'il valait mieux éviter de trop se faire remarquer et faire du grabuge. Lalabelle et Moona, quant à elles, étaient tout simplement excitées par ce qui se passait autour d'elles, ignorant complètement le reste du monde. Finalement, c'était au tour du groupe de Ninj de décider un peu. Friyendia se tourna vers eux, surtout la Voltali et la Pichu avant de dire :

"Il semblerait que nous sommes des esprits ... mais des esprits bien physiques, de chair et de sang. Nous sommes envoyés par la futur, d'après les dires de ces villageois ... bien que rien ne nous dit que ça soit faux ou vrai ... mais la seconde option semble la plus raisonnable. Nous pourrions nous rendre au temple mais difficile de paraitre discrets dans nos accoutrements. Si nous jouons le rôle d'esprit, il faut savoir qui ou quoi nous a invoqué. Nous savons que c'est Cryptero mais ici ... qui est Cryptero ? Ou alors, est-ce quelqu'un du monde de Cryptero qui nous a fait ça ? Le mieux est de nous diriger vers le temple. Sauf si vous avez envie de visiter les ruelles marchandes pour changer de vêtements. Le problème, c'est que nous n'avons pas de vêtements et que les pokémon resteront des pokémon. Qu'est-ce que vous en pensez ? Voltali ? Pichu ? Vous avez des idées ? "

Ce n'était pas que pour elle, les paroles des autres importaient peu, loin de là. C'était tout simplement qu'elles ressemblaient plus à deux cheffes dans le groupe de Ninj qu'autre chose. Si elle n'avait pas laissé les autres prendre la parole dans le groupe de Soriu, ce n'était pas parce qu'elle se considérait celle qui dirigeait celui-ci. C'est juste que ... Elle trouvait cela plus normal en vue du fait que son apparence humaine semblait intéresser les personnes autour d'elle. C'était surement la tenue blanche et sa coiffure. Lalabelle passerait bien inaperçue et les couleurs chaudes de la robe de Moona aussi. Mais elle, on pouvait bien ressentir les originales glaciales dont elle provenait. Ce qui n'était pas forcément très rassurant dans le lieu où ils étaient tous réunis ... mais pour le moment le peuple ne semblait pas bien belliqueux. C'était une bonne chose mais pour combien de temps ? Le pire restait surtout cela : aucune trace de Soriu. Qu'importe l'endroit où ils sont ... Il n'y avait aucune trace du jeune homme. Quoi faire ?

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Lun 18 Nov 2013 - 1:12

La nuit s’était passée sans encombre… et le début de cette journée s’annonçait paisible, tant qu’ils ne sortaient pas de l’enceinte de la ville. Bon, ils avaient donc quartier libre ? Après avoir assisté à la traversée à priori exceptionnelle d’un prêtre au milieu de la rue, Friyendia prit la parole pour planifier le programme de cette journée de fouilles à la recherche de Soriu et Cryptéro en s’adressant plus particulièrement à Pichu et Voltali. Immédiatement, cette dernière répondit, toujours aussi peu aimable :

« Wé… le temple pourrait être intéressant… mais ce prêtre m’a l’air plus important. Suivons-le et essayons de lui parler tant qu’il n’est pas loin. »

Sitôt qu’elle se fut exprimée, elle tourna la tête vers Pichu, prête à lui sauter dessus à la moindre réflexion… mais la gamine garda le silence. Pire encore, aujourd’hui, elle ne semblait pas impliquée. Elle s’amusait à triturer la capuche de sa tenue un peu trop chaude pour une journée dans une ville au climat aussi chaud, mais tellement amusante, et qu’elle avait donc décidé de garder pour la journée, ne serait-ce que pour le délire d’être la seule gamine vêtue de rose dans cette ville trop peu colorée à son goût. Elle ne remarqua qu’après une petite dizaine de secondes que tous les regards du groupe s’étaient tournés vers elle… ce à quoi elle répondit :

« Bah quoi ? Je sais pas moi, j’comprends même pas la moitié de ce que les gens racontent ici… »

Son large sourire innocent désespéra Voltali… presque autant que lorsqu’elle la contredisait. Et pourtant, il n’y avait rien d’incohérent dans sa réponse : contrairement aux autres, elle ne captait pas avec aisance les rumeurs qui leurs arrivaient aux oreilles. Finalement, voyant que l’avis de la gamine ne menait à rien, Emolga prit la parole une nouvelle fois :

« Bon… reprenons… on a un temple à explorer, et un prêtre à suivre. A priori, on nous a laissé libres et sans surveillances, donc nous ne sommes pas en danger ici… on peut se permettre de diviser le groupe, non ? On pourrait se retrouver ici même ce soir, par exemple. Un groupe ira au temple, l’autre essayera de parler à ce prêtre… mais pas de gaffe ! Vous en pensez quoi ? »

Du côté des Pokémon de Ninj, personne ne chercha à réfuter. Par miracle, tous semblaient satisfait : en même temps, à partir du moment où ils pouvaient se séparer et donc qu’ils n’avaient plus à se supporter les uns les autres…

« Par contre concernant notre apparence, je ne sais pas trop… d’un côté, on est déjà repérés, alors à quoi bon se cacher… surtout qu’on garderait notre apparence spectrale, même en changeant de vêtements. A la rigueur, Reï pourrait camoufler deux ou trois d’entre nous avec ses pouvoirs, mais… »

« On s’en fiche. »,  Acheva Pichu pour elle. « Pourquoi chercher compliqué ? A priori, Cryptéro est une créature divine. Nous sommes donc des esprits à la recherche d’une créature divine pour apaiser notre ami, qui a déjà eu la chance de la croiser. Ces types sont tous des croyants, j’vois pas pourquoi ils réagiraient mal à une histoire pareille, et ça nous évite d’avoir à mentir et de se faire mal voir à cause d’une incohérence dans notre mensonge. »

Son histoire tenait la route… évidemment, puisqu’il s’agissait presque de l’originale, avec plus de non-dits que de mensonges. Et jusqu’ici, les gens ne s’étaient pas emportés lorsqu’ils avaient parlé de Cryptéro… donc il ne devrait pas y avoir trop de soucis à garder cette version des faits jusqu’au bout.
Concernant la séparation en groupes, sans surprise, Voltali demanda à partir de son côté, à la rigueur accompagnée de quelques-unes des Pokémon de Soriu pour aller discuter avec le prêtre. De son côté, Emolga n’était intéressée que par le Haut temple, et refusait tout simplement que les deux gamins s’éloignent d’elle : elle avait promis d’assurer leur surveillance, elle le ferait jusqu’au bout. Quant à Pichu, elle choisit d’accompagner Emolga : de toute façon, elle n’était pas très utile pour tout ce qui était dialogue… et Voltali n’avait logiquement pas besoin de soutien. D’autant qu’en théorie, il n’y aurait pas d’affrontement. Alors autant laisser la renarde un peu tranquille…
Enfin, plus surprenant, Reï proposa de partir seul glaner quelques informations : comme l’avait fait remarquer Emolga, il était le seul à pouvoir passer entièrement inaperçu, puisqu’en plus de pouvoir se faire passer pour un Pokémon courant, il pouvait donner l’illusion d’être entièrement réel, et non sous forme spectrale comme le restant du groupe. Aussitôt, il prit l’apparence d’un Mascaiman tout à fait normal, – une espèce dont il avait vu plusieurs représentants aujourd’hui – et prit une direction purement aléatoire, dressant l’oreille aux rumeurs qu’il pouvait percevoir. Certains allaient sans doute parler d’eux… même s’il n’aurait probablement aucune information concernant Cryptéro et Soriu, peut-être arriverait-il à être au courant de ce que les gens de cette ville pensaient de leur venue.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Mar 19 Nov 2013 - 18:16

Chaque groupe avait décidé de suivre sa propre voie. Du côté de Rei, il n'y avait pas tellement de choses à dire. Sauf que vu son allure de pokémon, il était accueilli avec appréciation. Il semblerait que les pokémon de son genre étaient grandement aimés. D'ailleurs, il pouvait manger à l'oeil et sans même se soucier de qui il dérangeait ou non. Mais pendant qu'il dégustait et se baladait, les ragots étaient présents, faisant office de petites rumeurs qui pourraient toujours lui être utiles :

"Dites, vous avez entendu les dernières nouvelles ? Il paraitrait qu'il est interdit de quitter la ville pendant le festival. Il semblerait que les soldats ne veuillent pas qu'un citoyen quelconque puisse montrer ce qui va se passer. C'est étrange, non ? Vous ne trouvez pas, vous tous ?"

"C'est pas à cause des nouveaux arrivants ? Ils n'ont pas l'air d'ici, pas du tout. Mais bon, que même les citoyens de la ville ne puissent plus se promener dans les alentours ..."

"A part les gardes et encore, s'ils accompagnent les citoyens pour aller chasser, on ne peut pas, c'est ainsi. Pendant toute la durée du festival qui prendra environ un mois."

"Ce festival, il paraîtrait que cette décennie, la personne chargée d'invoquer les esprits a été beaucoup plus loin que prévu. On parle même d'esprit venu du futur ! Du futur ! Tu imagines ?"

"Foutaises ! Tu crois vraiment que des esprits du futur existent ? Et ils font comment ça ? A part les esprits des morts et de ceux qui savent manier ces derniers, c'est juste n'importe quoi !"

Une personne ? Invoquer les esprits ? Un esprit du futur ? Cela faisait beaucoup dans les ragots ... mais les ragots étant ce qu'ils sont, est-ce qu'il fallait vraiment les prendre en considération ? C'était à Rei de voir ça par lui-même, nul ne pouvait le forcer à y croire et à les accepter. Pendant ce temps, les deux groupes étaient eux aussi occupés à trouver quelques indices. D'ailleurs, pour les groupes, cela avait été assez simple : Friyendia, Nephene et Moona étaient parties avec Pichu tandis que Lalabelle et Eoli étaient parties avec Voltali .Comme ça, elles étaient toutes les deux accompagnées par une personne humaine. C'était beaucoup mieux que de n'avoir personne à côté de soi pour discuter ... surtout prendre la parole. Du côté de Voltali, suivre le prêtre n'était pas bien difficile ... car elles n'étaient pas les seules à faire cela. Et oui ! Une telle "célébrité" faisait que plusieurs citoyens allaient voir le prêtre, lui demandant des nouvelles du temple, de ce qui allait se passer, d'une certaine fête. Le prêtre avait un sourire aux lèvres, déclarant :

"Elle se repose pour le moment. Aujourd'hui, il fut décidé qu'elle préparera la première cérémonie d'ouverture pour appeler un esprit des plus puissants. A partir de là, le reste de la cérémonie pourra commencer en même temps que la fête. Ne vous inquiétez donc pas, je sais que beaucoup sont impatients de pouvoir la revoir."

"Elle ne se montre jamais. Elle ne quitte jamais le temple ! Même pour vos messes hebdomadaires !"

"Vous savez aussi bien que moi que ses pouvoirs nécessitent une grande concentration. Nous ne pouvons pas la laisser quitter le temple comme cela, sans protection, et surtout qu'elle se promène à l'air libre. Si vous voulez bien me laisser passer maintenant ..."

"Attendez, prêtre ! Quand est-ce que nous saurons son nom ? Elle est l'entité la plus importante de notre cité et nous ne pouvons guère connaître son prénom ?"

"Par mesure de sécurité." répondit le prêtre, visiblement de plus en plus agacé. Quelques soldats vinrent repousser les quémandeurs d'informations, leur disant que le prêtre était une personne très occupée et qu'il avait bien mieux à faire que de traîner ici. Les citoyens commencèrent à se séparer, laissant le prêtre et sa garde proche continuer leurs chemins. Finalement, il ne restait plus qu'à voir la situation du côté du groupe de la petite Pichu. Celle-ci avait essayé de se rendre jusqu'au temple et visiblement, elle n'était pas la seule. Là encore, plusieurs personnes se recueillaient devant un immense bâtiment qui semblait presque venir d'ailleurs en vue de l'architecture différente du reste de la ville. Atteignant bien une cinquantaine de mètres de hauteur, fait de marbre blanc, de colonnes et piliers soutenant le plafond, plusieurs vitraux étaient visibles. D'ailleurs, un rapide coup d'oeil aux alentours et il était possible de voir qu'en plus du matériau utilisé pour le temple, il était le seul bâtiment à avoir du verre à ses fenêtres. De nombreux gardes, de très nombreux gardes étaient présents tandis que Moon s'approchait déjà de l'entrée du temple. Les gardes la stoppèrent :

"Interdiction de passer sauf si vous êtes là pour prier la déesse Cryptero de notre Cité."

"Ah ! Ce sont les personnes qui proviennent de dehors ... on les as récupérées hier. Mais ils étaient plus nombreux normalement."

"Je veux bien aller prier moi ! On peut aussi prier pour une personne si on est inquiète, dites dites ?"

Les gardes se regardèrent, un peu étonnés de la demande de la femme-Apireine qui semblait pleine de candeur. Le premier vient dire au second :

"Bien entendu. Allez prier la déesse Cryptero pour la personne à laquelle vous tenez tant. A porter des couleurs aussi chaudes, vous ne pouvez pas être une mauvaise femme. Ils peuvent vous accompagner. Même si ce très long pokémon risque d'être problématique."

"Elle se fera toute petite petite petite !"

Comme pour confirmer les propos de Moona, Nephene vient s'enrouler sur elle-même, ne se déplaçant que lentement pour ne pas déranger les autres personnes. A l'intérieur, la décoration était aussi belle que l'extérieure, laissant paraître de nombreuses statues représentant le céleste pokémon oiseau. Bien différent de celle qu'elle connaissait. Il y avait d'autres statuettes, plus petites, ressemblant à aux Mascaïman et à ses évolutions. De nombreux citoyens se promenaient, parfois accompagnés de leurs pokémon, ces derniers semblant tous liés au désert bien qu'ils provenaient tous de Tenkeï, ce qui rendait pour les jeunes gens la tâche difficile pour les reconnaître. Des gardes étaient présents un peu partout, certains semblant mener la sécurité et la surveillance à trois doubles portes. En y réfléchissant bien, même si ça ne ressemblait pas à une visite touristique, Moona, qui était maintenant la cheffe de la troupe, bien qu'elle ne l'avait pas remarqué, et les autres membres pouvaient voir qu'ils ne visitaient peut-être qu'un quart du temple. D'ailleurs, en y réfléchissant bien, autour du temple, des murs immenses, aussi grands que ce dernier avaient été visibles, comme pour empêcher quiconque de pénétrer à l'intérieur du temple ... qui avait presque plus l'apparence d'un palais en fin de compte. Finalement, la "visite" se termina avec une voie sans issue, une magnifique statue de Cryptero étant visible, les deux ailes tendues et déployées. Sans un mot, Moona vint s'agenouiller, surprenant Friyendia et Nephene. Le petit groupe pouvait l'entendre psalmodier quelques paroles, demandant à ce que Soriu aille mieux et soit sauvé. Friyendia vient la rejoindre tandis que Nephene restait derrière elle pour les protéger.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 26
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum