[ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Mar 19 Nov 2013 - 19:48

Hé bien… visiblement, il venait de toucher le jackpot avec sa petite couverture improvisée ! Non seulement il récoltait des ragots en tout genre, mais il pouvait également manger à l’œil… et cerise sur le gâteau, il était plutôt bien accueilli par tous ceux vers qui il se tournait d’un air innocent ! Profitant de cette position idéale qui lui faisait un peu oublier ses malheurs récents, Reï décida de passer le reste de la journée à récolter d’autres informations, et surtout à suivre les divers mouvements de foule qu’il constatait : après-tout, les gens parlaient d’un festival… le mieux à faire pour sa part était donc de se rendre à ce festival lorsqu’il commencerait pour en apprendre plus. Il trouva tout de même le temps de transmettre quelques informations au groupe de Voltali qu’il repéra brièvement entre deux racolages, sous la forme d’un message écrit très discret qui s’afficha sous leurs pas dans la langue d’Erasia, comme creusé à-même le sol par le vent qui soufflait :

"L’interdiction de quitter la ville est générale, pour la durée d’un festival qui aurait lieu chaque décennie. Et les habitants croient que nous avons été invoqués du futur par le responsable de cette fête. Oh, j’ai aucune idée d’où en sont les autres… je vous laisse leur transmettre."

Voltali s’arrêta pour lire ce message bref et discret avant de reprendre sa marche comme si de rien était, toujours à la poursuite de la star du jour, à savoir, le prêtre. A priori, il n’y avait pas grand-chose à tirer de cet homme, il semblait vouloir garder le mystère sur toute cette affaire et se montra presque désagréable avec les derniers quémandeurs. Par contre, il avait vaguement introduit le sujet d’une personne capable d’invoquer des esprits… devraient-ils attendre cette fameuse cérémonie ? Durant laquelle cette inconnue appellerait un esprit du futur ? Cryptéro, peut-être ? Ou peut-être pas… en fait, appeler CETTE Cryptéro serait assez catastrophique pour leur petite fête… quoi qu’il en soit, attendre semblait être la meilleure solution. Mais si bonne qu’elle soit, elle ne convenait pas à la renarde électrique qui préféra se lancer dans une tentative solitaire.

Quittant les autres femelles d’un bond, la renarde électrique passa devant le cortège de gardes qui entourait le prêtre. Maintenant que la foule s’était légèrement dissipée, elle avait une occasion de lui parler… mais pour cela, elle devait réussir à attirer son attention. Être un esprit ne semblait pas suffire pour l’impressionner, alors soit… malgré tout le dégout qu’elle ressentait pour cette solution, elle se consolerait en se disant que tout cela se passait dans le rêve partagé d’un humain et d’une Cryptéro, et non dans la réalité.

A la seconde où les soldats allaient demander à la renarde de s’écarter pour laisser passer le prêtre, la Voltali s’illumina, et changea lentement d’apparence jusqu’à atteindre la taille d’un humain tout à fait normal. La lumière se dissipa après un instant, tandis que la totalité des lances des gardiens du prêtre pointaient désormais dans sa direction. Usant exceptionnellement de son pouvoir de Gijinka, elle était redevenue cette humaine à la longue chevelure blonde aux pointes hérissées. Sa tenue était parfaitement uniforme, d’un cuir noir qui la recouvrait des pieds aux mains comprises… par contre, elle avait toujours cette aura étrange autour du corps, trahissant sa nature spectrale. Ne souhaitant pas se montrer agressive, elle se fit immédiatement une révérence en baissant la tête, ignorant les menaces des gardes qui l’entouraient.

« Monsieur le prêtre, veuillez pardonner cette interruption, je ne souhaitais pas effrayer vos soldats en prenant cette apparence mais simplement communiquer avec vous. », Lança-t-elle d’une voix forte, dans un langage aussi compréhensible que possible pour les gens de cette ville. « Mais vous semblez être le seul dans cette ville à pouvoir répondre à la requête de l’esprit égaré que je suis. Pour une raison que je ne pourrais malheureusement pas aborder en publique, je dois m’entretenir en seule à seule de toute urgence avec la personne capable d’appeler les esprits à elle avant le début de la cérémonie. Pourriez-vous me mener à elle ? »

C’était on ne peut plus clair. Immobile, elle attendit une réponse, consciente de l’inquiétude que sa transformation pourrait provoquer. Mais après-tout… elle était un esprit, rien ne définissait les pouvoirs dont elle devrait bénéficier. Par contre, elle avait décidé d’exclure le reste du groupe de son initiative… pour le meilleur et pour le pire.

Du côté du temple, la situation semblait beaucoup plus sage. Grâce à la candeur de Moona, le groupe avait réussi à pénétrer dans le temple sans grande difficulté. Ils purent donc visiter les lieux tous ensemble, bien qu’une grande partie du temple semblait leur rester inaccessible.
Alors que faire ? Moona donna l’exemple en priant pour Soriu, éveillant la curiosité des deux jeunes du groupe. Malosse et Germignon étaient d’ailleurs comme de véritables gamins qui venaient de pénétrer à l’intérieur d’un musée : la petite créature verte n’avait cessé d’essayer de toucher les statuettes de ses lianes, à chaque fois rappelée à l’ordre par Emolga. Ils s’émerveillaient devant la beauté des lieux et la qualité des sculptures exposées ici et là et en oublièrent presque la raison première de leur venue.
Finalement, en voyant Moona agir, ils l’imitèrent sans vraiment en comprendre le sens profond, tout comme Emolga qui souhaitait surtout leur montrer l’exemple. Finalement, tout comme Reï, mais à leur façon, ils se fondaient dans la masse et s’accoutumaient à la vie de ce peuple…

Enfin, à l’exception de Pichu. Toujours aussi souriante, la gamine ne pria pas : hors de question de vouer un culte à une quelconque créature… pas après avoir traversé tant d’épreuves à cause de ceux qu’ils appelaient "dieux". Surtout que, rappelons-le, en principe, une bonne partie de leur groupe était ni plus ni moins au service d’un de ces dieux en la personne de Celebi, de par leur nature Gijinka. Bref, ils n’étaient pas près de voir la gamine montrer sa dévotion à qui que ce soit de cette façon qu’elle trouvait… dégradante. Ils ne valaient pas moins qu’un dieu. Peut-être avaient-ils moins d’influence sur leur temps, mais ils restaient aussi importants.

Tandis que le reste du groupe semblait absorbé par cette magnifique statue de Cryptéro, Pichu s’éloigna légèrement. D’autres personnes étaient également venues prier dans cette même pièce… d’un air innocent, Pichu s’approcha d’une de ces étrangères, s’immobilisa à quelques centimètres d’elle, et murmura ces quelques mots :

« Pourquoi… Cryptéro… divine ? »

Emolga n’était pas loin… elle lui ferait la traduction de la réponse si nécessaire, mais sans doute pourrait-elle déjà en comprendre la majorité. Après-tout, depuis le début, ils avaient vaguement compris que Cryptéro était vénérée… mais ils n’avaient aucune explication à ce sujet.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Jeu 21 Nov 2013 - 20:30

Le prêtre s'immobilisa subitement en voyant l'une de ces créatures inconnues prendre une forme humaine. Aussitôt, les gardes dirigèrent les lances vers la Voltali, s'écriant :

"SORCELLERIE ! DIABLESSE !"

"Calmez-vous donc, je vous pries. Vous savez pertinemment que ce genre de propos est déplacé dans notre cité. Comment devrions-nous réagir alors que les pouvoirs de la déesse Cryptero peuvent parcourir un être et aider alors notre Cité à mieux se développer ? Vous devriez vous calmer, abaissez vos armes mais restez toujours auprès de moi."

Même si le prêtre semblait calme et nullement étonné, il était possible de voir que dans le fond, il était tout autant surpris que les soldats bien qu'il ne voulait pas créer une émeute au beau milieu de cette ruelle. D'ailleurs, en entendant les cris, quelques citoyens s'étaient aussitôt tournés vers le prêtre, inquiets et soucieux de sa santé. Pourtant, en vue des paroles de la jeune femme aux cheveux hirsutes, il haussa un sourcil :

"Vos propos méritent la méfiance, mademoiselle. Je ne crois pas vous connaître et vos pouvoirs me sont inconnus. Comment puis-je savoir que vous ne voulez pas servir un être démoniaque et maléfique qui voudrait faire du mal à notre personne si chère à notre Cité ? Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser de parfaites inconnues s'approcher. Néanmoins, votre cas m'intéresse fortement. Est-ce que ces autres créatures sont capables d'une telle chose ? Car vous êtes des pokémon, non ? Mais des pokémon capables de prendre une forme humaine, cela est étrange, très étrange ... et inquiétant. De même, votre aura laisse penser que vous n'êtes pas de notre monde mais d'ailleurs ... Quel est le prêtre qui vous a invoqué ? Est-ce l'un des nôtres ? D'après les gardes, il paraitrait qu'ils vous ont trouvé au-dehors de la ville donc cela m'étonne grandement, je dois bien l'avouer ... mais peut-être que vous auriez des réponses à mes questions, du moins, je l'espère pour vous. Vous pouvez continuer à faire un bout de chemin avec moi. En vous emmenant au temple, nous pourrons surement parler à une table. Je m'appelle Ronor, bien que l'on m'appelle prêtre, je suis le grand prêtre de la Cité et la Voix de Cryptero. Elle se confie à moi, je lui obéis. Mes paroles sont donc comme des évangiles aux yeux des citoyens. Je suis fier de ce titre. Pendant que nous marchons, si vous avez des questions, je voudrai bien y répondre, tant que cela ne concerne pas des secrets. Néanmoins, vous en avez déjà une de ma part ... mais sinon, qu'est-ce que vous êtes donc ? Et ces pokémon ? Nous ne connaissons pas ces espèces par ici."

Lalabelle était restée auprès d'Eoli. Malgré le fait que les couleurs de ses vêtements et son allure lui permettaient de ne pas attirer trop l'attention, elle avait préféré rester muette à cause du geste un peu insensé de Voltali. Néanmoins, maintenant, le mal était fait ... et la confiance ne régnait guère au final tout autour d'elles. Elle vint se placer sur Eoli, évitant de parler tandis que l'Altaria elle-même observait les personnes autour d'elle. Elle se laissa caresser ses plumes de coton par quelques enfants courageux, n'essayant pas de leur faire peur. Ce n'était pas son but et elle avait bien mieux à faire que cela. Stoïque et calme, elle était là, auprès de Voltali, attendant de voir comment la jeune femme allait réagir maintenant. Allait-elle accepter la proposition du prêtre ? Si tel était le cas, tant mieux ... par contre, si elle partait, elle allait encore plus attirer les regards sur elle puisqu'après sa question plus qu'impertinente, si elle décidait de partir, cela pouvait paraître suspect, très suspect même. Mais bon, libre à elle de choisir comme elle le voulait.

Du côté du temple, Pichu avait posé une question à l'un des croyants alors qu'elle attendait une réponse. D'abord pendant plusieurs minutes, elle n'obtint rien, jusqu'à ce qu'une voix lui dise :


"'Car Cryptero est un oiseau tout-puissant, dont les dessins se retrouvent dans nos déserts. Juchés sur nos oiseaux, nous pouvons apercevoir des géoglyphes ! D'où sors-tu jeune fille pour ne pas connaître cela ? Normalement, n'importe qui est au courant ! C'est bien étonnant ! Qui est ton père ? Ta mère ? Toute ton éducation semble à refaire sur ce sujet ! Tu devrais prendre exemple sur tes jeunes amies qui semblent avoir parfaitement l'essence même de la religion de Cryptero. Notre Cryptero est bienveillante mais il existe d'autres cités qui la vénèrent. Seulement, voilà, la nôtre est l'unique Cité qui peur se targuer de posséder l'Âme de Cryptero. Il s'agit d'une personne qui, tous les cent ans, est capable de recevoir les pouvoirs de Cryptero. Lire dans l'avenir, se trouver à un autre endroit en un clin d'oeil, deviner nos pensées les plus secrètes, déplacer des objets à distance. Et encore bien plus ! Il paraitrait que sa force provient des étoiles ! Oui, ces astres lumineux qui perlent le ciel quand il fait nuit ! Elle est aussi capable de modifier la pesanteur ou de distordre le temps de telle façon que ce qui se déplace rapidement va alors plus que lentement et inversement. On dit aussi qu'elle tire son énergie du Solel et qu'elle est capable de faire fleurir quelques parterres déserts par des fleurs et de la végétation. Il y a tellement à dire sur notre déesse Cryptero !"

Pendant que la femme parlait, il était possible de voir que l'une des portes gardées par deux soldats s'ouvrait très faiblement et discrètement. Il était alors possible de voir deux yeux bleu qui regardaient autour d'eux, à gauche et à droite, se posant subitement sur Pichu puis sur les personnes qui l'accompagnaient ... ainsi que le pokémon plus qu'imposant. Une statue de Cryptero se mit à trembler subitement en même temps qu'une petite voix se fit entendre de tous les esprits, qu'importe l'endroit où ils se trouvaient, que cela soit dans la rue, en train de manger dans son coin ou alors dans le temple :

"Vous ... Vous êtes les esprits ... que j'ai invoqués ... pour m'entraîner ? Avant ... avant la grande fête ? Vous ... vous venez du futur, c'est ... c'est ça ?"

Puis plus rien. Tout ce qu'ils pouvaient savoir, c'est que la voix avait été celle d'une enfant en bas âge, presque intimidé. Une voix qui devait voir environ 7 ou 8 ans, pas plus. La porte se referma discrètement, la statuette s'arrêtant de trembler à son tour. Déjà, la majorité des croyants s'était dirigé vers la statue de Cryptero qui avait bougée, se mettant à genoux avant de prier. A croire que cela était monnaie commune et que ça ressemblait à un message de la fameuse déesse Cryptero à laquelle ils vouaient tous un culte. A voir si maintenant, cela était une bonne chose ou non. Tous ce que Pichu et ses compagnes pouvaient voir, c'est qu'elles étaient maintenant les seules face à la grande statue de Cryptero et que les gardes étaient tournés eux aussi vers celle qui avait décidé de trembler pendant un certain temps.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1739

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Jeu 21 Nov 2013 - 22:48

Bon… au moins, son coup de folie avait réussi à attirer l’attention du prêtre. D’ailleurs, il semblait un peu moins stupide que le reste de ces idiots qui crièrent à la sorcellerie après sa petite démonstration. Il prit même la peine de répondre, arrachant un sourire de satisfaction à la Voltali transformée.

« Enchantée Ronor, vous pouvez m’appeler Lisa. », Répondit la Voltali en donnant le seul nom humain qui méritait d’être prononcé sous cette forme. « Avant tout, vous pouvez vous rassurer concernant nos capacités… nous ne sommes actuellement ni humains, ni Pokémon. Comme je vous l’ai dit, nous ne sommes que des esprits, d’où cette apparence spectrale et ces capacités surprenantes. Mais là d’où nous venons, nous sommes de simples Pokémon. Par ailleurs, je ne suis pas encore certaine du lien qui unis nos deux… époques ? Monde ? Il semblerait qu’il soit question de futur, mais nous ne pouvons en être sûrs. »

Elle répondait autant que possible au prêtre, souhaitant le mettre en confiance pour pouvoir se rapprocher de cette fameuse inconnue capable d’en appeler aux esprits. De toute façon, ils n’avaient pas grand-chose à cacher. Toutefois, tout comme cet homme, elle ne pouvait en dire plus tant qu’ils se trouvaient en pleine rue, de crainte de provoquer une véritable débandade du peuple.

C’est à ce moment qu’elle reçut le message télépathique venu de nulle part. Surprise, elle se figea un instant, avant de reprendre sa marche l’air de rien et de poursuivre sa réponse :

« Nous avons été invoqués par la seule personne capable d’une telle prouesse entre ces murs, et vous savez très bien de qui il s’agit… mais justement quelque chose ne s’est pas déroulé correctement. Nous nous sommes retrouvés au beau milieu du désert, au lieu d’être auprès d’elle. C’est pourquoi je dois la voir de toute urgence… il faut que je discute avec elle de l’invocation qu’elle envisage de faire durant votre festival. »

Elle marqua une courte pause avant de tourner son regard en direction du prêtre pour ajouter :

« Mais peut-être connaissez-vous déjà le nom de la créature qui sera invoquée ? Et ce qu’elle apportera après son invocation ? »

Elle n’était pas certaine de pouvoir parler à l’invocatrice… alors autant essayer de récolter quelques informations auprès du prêtre. Elle espérait simplement ne pas perdre son temps… et ne pas avoir à recourir à d’autres méthodes qu’une franchise presque réelle.

A l’intérieur du temple, Pichu eut finalement sa réponse. Une réponse stupide, comme elle s’y attendait. Sa réplique ne se fit pas attendre :

« Donc… comme moi grands pouvoirs… moi déesse aussi ! », Dit-elle d’une voix niaiseuse avant de tirer la langue.

Oh, elle était prête à faire une petite démonstration en cas de besoin… rien que le pouvoir de gijinka serait suffisant pour effrayer une personne aussi crédule. Les peuples d’Erasiens avaient au moins la décence de vénérer des créatures qui leur apportaient la prospérité de façon visible, et non des monstres de puissances uniquement capables de les réduire à néant s’ils reniaient leur culte… Malheureusement, son petit plaisir personnel fut brisé par l’intervention d’une force mystérieuse qui attira à elle l’ensemble des regards environnants, y compris celui de cette croyante : au milieu de la pièce, une des statues se mit à vibrer intensément. Mais Pichu ne regardait pas cela… non, elle semblait bien plus intéressée par cette ouverture discrète à travers laquelle elle ne pouvait déceler que deux petits yeux. Une voix psychique s’insinua alors dans leur esprit, éveillant d’autant plus la curiosité de Pichu.

Malosse et Germignon s’étaient subitement redressés, tirés de leur prière par cette voix innocente. Jetant des coups d’œil dans tous les sens, ils cherchaient la source de ce pouvoir psychique. Germignon posa finalement son regard sur Pichu… qui se garda bien de leur donner la véritable raison de tout ceci, et préféra pointer du doigt la statue vibrante vers laquelle tous les croyants s’étaient tournés.

Aussitôt, le petit Pokémon plante s’élança, persuadé de faire exactement ce qu’il fallait faire : il se fraya un chemin au milieu de la foule d’humains pour s’approcher de la statue... et du bout de ses lianes, il en toucha le socle, comme pour s’assurer qu’elle était bien stable, et qu’il s’agissait effectivement d’une statue.

Pourquoi avait-elle bougée ? Ce n’était qu’une statue de Cryptéro… mais elle faisait exactement la bonne taille ! Et elle était si réaliste… si en plus elle bougeait… c’est qu’il s’agissait forcément d’elle !! Elle leur avait fait un signe, elle avait essayé d’attirer leur attention pour qu’ils puissent l’aider ! Persuadé d’avoir tout compris, le Germignon agrippa les deux ailes de la statue dans ses lianes, sous le regard choqué de la foule, et commença à la secouer de nouveau de toutes ses forces pour la faire basculer d’avant en arrière…

« Cryptéro, Cryptéro ! Réveille-toi ! On est là ! Faut que tu sortes de cette pierre ! », Hurlai-t-il dans son langage animal,  jusqu’à finalement faire ce mouvement de trop qui fit complètement basculer la statue, au point de la faire chuter au sol.

Les gardes, qui avaient déjà rappliqué en voyant le Germignon s’emporter, arrivèrent finalement sur place trop tard pour réagir. A présent, le groupe risquait d’avoir des ennuis… de gros ennuis… d’autant que ni le Germignon, ni la Malosse à ses côtés ne semblaient comprendre l’ampleur du désastre qu’ils venaient de provoquer ! Mais bon sang, que faisaient les adultes ?

L’adulte, en la personne d’Emolga, s’était ramassé une cage éclair avant même d’avoir le temps de réagir. Elle arriva donc sur place bien trop tard pour empêcher le désastre… mais ne manqua pas de réprimander le jeune Germignon d’une gifle qui raisonna dans l’ensemble de la pièce. Et à présent, elle cherchait à s’expliquer avec les gardes et les fervents croyants de Cryptéro qui enrageaient… mais étant donné qu’elle ne pouvait pas parler, elle risquait d’avoir besoin de l’aide d’au moins une des Pokémon de Soriu ! Tss… cette Pichu… elle ne perdait rien pour attendre ! Pourquoi diable avait-elle provoqué une telle catastrophe ?

Bah… simplement pour disparaitre de son côté ni vue ni connue. Dès que les gardes quittèrent leur poste, elle s’élança en direction de cette fameuse porte pour l’ouvrir, s’incruster à l’intérieur, et la refermer sans que personne n’ait le temps de s’en rendre compte. Aussitôt, elle prit la parole aussi discrètement que possible pour murmurer :

« C’est toi, n’est-ce pas ? C’est toi qui nous a parlés ? »

Elle en était persuadée… bien qu'elle ne la voit pas, elle était face à cette personne que Cryptéro les avait envoyés chercher. Restait à présent à savoir… pourquoi ? Imaginant que l’autre la comprenait malgré son dialecte Erasien grâce à ses pouvoirs de télépathie, elle reprit la parole, encore plus sûre d’elle tout en fouillant la pièce du regard :

« Je pense qu’on n’a pas beaucoup de temps… tu dis nous avoir invoqués, mais de notre côté, on a été envoyés ici par une Cryptéro… j’imagine que vos pouvoirs se sont combinés, ou quelque chose comme ça… quoi qu’il en soit, selon ce qu’on sait… tu es la seule à pouvoir nous aider. Est-ce que… en fait, partons au plus simple : est-ce que tu sais quoi que ce soit de toute cette histoire, ou est-ce que tu nous a simplement invoqués sans raison, et que je dois tout t’expliquer sur nous ? »

Voyant qu’elle risquait de s’emporter sur des explications bien trop compliquées, Pichu avait préféré en venir à l’essentiel. Mais à présent, ils allaient devoir faire vite, avant que la petite bêtise du Germignon ne prenne trop d’ampleur…


Dernière édition par Ninj le Ven 22 Nov 2013 - 3:07, édité 1 fois

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Ven 22 Nov 2013 - 3:02

"Vous êtes des esprits, oui ... Mais qui nous dit que vous n'êtes pas des esprits malins, invoqués par des prêtres jaloux de notre cité ? Nous ne pouvons pas prendre le risque de vous emmener voir cette personne sans que l'on en sache réellement plus à votre sujet. Si vous provenez du futur, cela expliquerait alors vos différents accoutrements et surtout aussi que nous ne connaissons pas la majorité de vos espèces. Néanmoins, si tel est le cas, je vais alors devoir faire preuve d'un peu plus de sang-froid et d'autorité envers elle. Normalement, elle seule est capable de cela. Qu'est-ce qu'elle a pu faire pour que ça en arrive ainsi ? Je vous jure ... Ah ... Vraiment ...  Sachez qu'elle n'est pas la seule personne capable d'invoquer des esprits. Il y en a d'autres, dont moi ... Elle seule  peut communiquer avec les esprits du futur. Maintenant, les rumeurs à son sujet sont telles que cela n'aurait rien de surprenant à ce qu'un esprit se fasse passer pour quelqu'un provenant du futur. Quant à l'invocation, qu'est-ce que vous voulez dire par là ? Exprimez-vous mieux. J'aviserai alors la situation par rapport à vos dires. Faites donc attention à vous voulez en venir, cela peut être très dangereux."

Le fait qu'elle parle de cette invocation sembla étonner le prêtre. Jusqu'où en savait-elle ? Si vraiment elle était au courant de quelque chose, alors, peut-être qu'il la croirait. Alors, peut-être qu'il lui permettrait de communiquer avec cette entité que la Cité gardait jalousement auprès d'elle. De l'autre côté, ce que Pichu avait crée comme vacarme était digne d'une atteinte à la Cité. Si elle avait été prise la main dans le sac, il y avait de fortes chance s qu'elle se fasse pendre haut et court, sans autre forme de procès. Mais devant les regards désolés et confus des deux pokémon encore enfants et surtout les explications plus que sincères, les soldats vinrent les pardonner, quelques pokémon commençant déjà à travailler sur la statue pour lui redonner tout son état. Qu'ils étaient fiers, les Ouvrifiers, de leur travail exemplaire ! Pendant ce temps, Pichu, la petite démone, avait réussi à se faufiler de l'autre côté de la double porte. En passant dans le couloir, elle pouvait voir une chose : Vide ... C'était complètement vide. Il n'y avait aucune personne, même pas un domestique. Elle pouvait voir brièvement des jardins fleuris, contrastant alors avec le décor du désert d'hier soir. Etait-elle arrivée ailleurs ? Dans un autre monde ? Enfin, cela était déjà le cas quand on y réfléchissait bien.

Néanmoins, lorsqu'elle tenta de retrouver la trace des deux yeux bleus, Pichu eut une mauvaise surprise ou une mauvaise intuition. Il n'y avait rien ... rien du tout même mais pourtant, elle était là. Une ombre était apparue dans son dos avant que deux lames ne se plantent dans ce dernier, non profondément mais de manière assez forte pour l'ensanglanter. Qu'elle soit une esprit ne changeait rien à sa condition physique. Elle n'avait même pas le temps de se retourner que l'ombre avait disparu ... pour se positionner là, à plusieurs mètres d'elle. Une jeune fille : sept ou huit ans, à la peau noire et aux yeux bleus la regardait. Tenant deux petite fourches dans ses mains, il y avait une trace de sang au bout de chacune. Aucune expression, aucun sentiment n'était visible dans ses yeux bleu, profond comme des saphirs sans âme. Des cheveux blancs et noirs, ces derniers étant attachés en son sommet, elle avait une tiare avec un beau cristal vert sur le sommet du crâne tandis que sa tenue était légère ... comme une danseuse ou autre. Des couleurs chaudes, des lignes de tissu ressemblant aux ailes d'une Cryptero, passant du jaune au bleu puis rouge et encore bleu, elle prit finalement une nouvelle fois la parole pour dire :



"Êtes-vous venu pour me tuer ? Je vous aie parlés ? Vous êtes un esprit. J'ai pu le sentir quand je vous ai planté. Vous êtes un esprit ... mais différent des autres. Je ne peux pas faire confiance à autrui. Je ne peux pas.  Je ne vois pas où vous voulez en venir dans vos paroles."

Etrangement, malgré son très jeune âge, elle parlait comme une adulte ... En fait, elle donnait l'impression d'avoir trop grandi ... d'être déjà une adulte dans un corps d'enfant. Ecoutant encore les paroles de Pichu, elle la regardait de façon des plus stoïques, avant d'attendre qu'elle ait terminé. Quand ce fut le cas, avec la même froideur qu'auparavant, elle vint dire :

"Vous me posez des questions très étranges ... mais il s'avère qu'elles sont confirmées. J'ai invoqué quelques esprits de faible puissance provenant du futur en raison de la cérémonie prochaine qui commencera bientôt. Si elle se déroule parfaitement, je serai alors capable d'invoquer un puissant esprit aux pouvoirs incommensurables provenant du futur et je pourrai alors apprendre à ses côtés. Au fil des années, je serai alors capable de posséder les pouvoirs de la déesse Cryptero et de devenir comme elle. Je suis l'Âme de Cryptero mais ce n'est qu'un titre, je ne suis qu'un réceptacle, une coquille de chair qui ne doit laisser filtrer aucune émotion et aucun sentiment. Maintenant que vous avez fini de connaître cela, il est conseillé pour vous de partir par la voie des domestiques. Il serait bête que vous mourriez ici ... cela vous empêcherait alors de retourner à votre époque. Pendant la cérémonie d'invocation de cet esprit, je me chargerai alors de vous renvoyer là d'où vous provenez."

Pour elle, la discussion était close. L'enfant ne vint plus s'attarder devant Pichu, les deux armes quittant ses poignets avant de se mettre à tournoyer autour de son corps. Malgré son très jeune âge, sa maîtrise psychique semblait surprenante et phénoménale. D'ailleurs, son absence de ton dans sa voix aussi laissait paraître un contrôle parfait de ses émotions et de ses sentiments. Le bruit de ses pas résonna dans l'immense couloir vide alors qu'elle marchait. Un bruit sinistre ... qui laissait paraître une chose : était-elle constamment seule dans cet endroit ? Ou presque ? N'y avait-il personne avec elle pour l'occuper ?

"Dites, c'est moi ou il ne manque pas une personne dans le groupe de ces esprits ?"

"Maintenant que tu le dis, une petite hystérique et un peu survoltée. Elle se moquait de la déesse Cryptero d'après les dires des citoyens présents."

"Il vaudrait mieux que tu vérifies au cas où, on ne sait jamais. Tu vas y jeter un œil."

Pichu put entendre un bruit de porte qui s'ouvrait à quelques mètres d'elle. Obligée de se cacher derrière la première porte, elle arriva dans ce qui semblait être une salle de classe ... ou alors un bureau ... ou juste une bibliothèque ridicule. Tout ce qui importait, c'était ça : une fenêtre, une chaise, un bureau avec quelques fournitures d'époque pour écrire (encrier, pot, plume, papyrus) et une bibliothèque remplie de livres à la couverture plus qu'ancienne. Il n'y avait pas âme qui vive mais les bruits de pas du garde se faisaient entendre de l'autre côté de la porte sans pour autant s'arrêter près de celle-ci.

"Je vous avait dit de partir. Vous ne m'écoutez pas. Je vous laisse une minute pour parler avant que je vous emmène de gré ou de force hors de cet endroit."

La voix était lointaine ... dans sa tête ... puis subitement proche. Un simple regard vers la chaise et voilà que la jeune fille était apparue, un livre sur ses genoux, plongée dans la lecture. On aurait presque pu croire à un mirage. Elle n'avait même pas relevé le regard pour parler à Pichu et la mettre en garde ... comme si toute l'existence de la demoiselle était tout simplement hors du monde dans lequel elle était plongé.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1739

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Ven 22 Nov 2013 - 4:49

Comment prouver à cet homme qu’elle disait la vérité ? Voltali réfléchissait, hésitante. Peut-être pouvait-elle donner quelques détails du futur ? Non, ça n’avait aucun intérêt… cet homme ne pouvait rien vérifier. Toutefois, en l’entendant revenir sur l’invocation, une idée lui vint en tête tandis qu’elle reprenait la parole :

« Je pense que Je ne peux rien avancer pour vous prouver que nous n’avons pas été invoqués par d’autres prêtres, d’autant que je n’ai même pas idée de ce dont ces gens pourraient être capables… d’ailleurs, je m’en fiche pas mal. Mais étant donné que nous sommes des créatures visiblement… inexistantes à votre époque, ce n’est peut-être pas de leur ressort. Enfin, vous connaissez mieux tout ça que moi. »

Elle afficha ensuite un sourire, en réponse aux menaces du prêtre.

« Permettez-moi d’être plus claire… étant donné mes connaissances sur l’endroit d’où je viens, je ne vois que deux entités qui  pourraient être invoquées ce soir. Et aucune des deux n’apporterait gloire et fortune à votre cité de par sa simple présence. Qu’espérez-vous de cette cérémonie ? Si vous souhaitiez uniquement montrer les pouvoirs de votre invocatrice, c’est peut-être plutôt à moi de vous mettre en garde sur ce que vous risqueriez d’invoquer… »

Après-tout, imaginez Cryptéro dans un tel monde ! Si par hasard cette invocation ne faisait pas partie de son plan… ce serait tout simplement catastrophique pour la cité. Enfin, ce n’était pas son problème… la mise en garde était offerte. Ce qu’elle souhaitait, c’était retrouver Soriu, et rapidement. Et si cet homme pouvait l’y aider, qu’il le fasse.

Emolga et les femelles de Soriu avaient finalement réussi à se faire pardonner par les gardes. Pfiou… c’était juste ! Un combat n’aurait vraiment pas été une bonne chose au milieu de ce temple. Mieux valait partir à présent, ils avaient fait suffisamment de bêtises pour aujourd’hui. Tout en tirant Germignon par l’une de ses lianes comme une mère trainerait son enfant, Emolga quitta le temple tout en s’excusant une dernière fois auprès de ses occupants. Que faire à présent… ils ne pouvaient qu’attendre. Voltali était on ne sait où dans la ville, et Pichu s’était planquée derrière une porte inaccessible… quant à Reï… tiens, où était-il celui-là ? Aux dernières nouvelles, il vagabondait dans la ville… toutefois, il n’avait donné aucun signe de vie depuis ce mystérieux messages télépathique ! Bah… ils pouvaient lui faire confiance. Il était légèrement moins impulsif que les deux autres folles qu’elle se trimballait comme fardeau…


Pichu plaqua une de ses mains sur sa bouche en sentant les lames de l’étrangère légèrement s’enfoncer dans son corps. Elle avait failli hurler de surprise… et de douleur, un peu. Elle ne s’attendait pas à ça… PAS DU TOUT ! Visiblement très troublée par cette blessure pourtant bénigne, elle reprit son souffle lentement, ignorant parfaitement la gamine qui lui faisait face. Elle manqua même ses premières paroles, trouvant soudain beaucoup plus urgent d’inspecter ces petites coupures qu’elle sentait du bout de ses doigts dans son dos.

« Forme d’esprit de merde… », Murmura-t-elle, coupant à moitié la gamine avant de finalement s’intéresser à son discours.

Le niveau de danger de cette ville venait de grimper d’un bond dans l’esprit de la Pichu. A croire que Celebi et Cryptéro n’étaient pas faits pour s’accorder… sa forme Gijinka avait quelques difficultés à maintenir la totalité de ses capacités physiques.

La folle aux saïs, comme Pichu comptait désormais l’appeler, déblatéra une histoire complètement dissociée de la leur. Elle avait beau "confirmer" ses réponses, la suite de ses propos contredisait ses propos ! Elle n’avait aucune idée de la raison de leur présence ici. Enfin, de la véritable raison de leur présence…

Ils furent interrompus par un mouvement des gardes de l’autre côté de la porte : à priori, son absence s’était faite remarquer, et ils comptaient vérifier cette pièce. Quant à l’autre psycho, elle l’envoyait littéralement promener à présent. Tu parles, tout ça pour ça ? Pour une histoire stupide sans aucun rapport avec Soriu et Cryptéro ? Non mais… elle n’allait pas s’arrêter là.

Pichu se retrouva finalement dans une espèce de bibliothèque, dans laquelle la folle aux saïs lui donna une dernière minute de discussion avant de l’éjecter de gré ou de force.

« En fait, t’as juste aucune idée de ce qui se passe… », Ricana la Pichu. « Tu ne pourras pas nous renvoyer durant la cérémonie… puisque nous ne sommes pas ici par ton unique volonté, et encore moins pour satisfaire ta cérémonie. Et… »

Elle cessa ce débat inutile, venant de remarquer une chose assez troublante. La gamine ne savait rien… pire, elle ne gérait rien. C’était un pion, rien de plus ? Elle était probablement née, avait été élevée et avait vécu dans ces pièces et avec le peu de distractions qui s’y trouvaient, uniquement pour ce jour et cet avenir dont elle parlait, mais qui semblait si irréalisable pour la Pichu, qui connaissait une véritable Cryptéro. Finalement, voyant que l’autre continuait à lire son bouquin, la blonde au visage d’ange frappa le bureau de son poing.

« Toi non plus tu ne m’écoutes pas… tu n’écoutes que cet avenir qui t’as été raconté. Pourtant c’est toi qui m’as attirée ici, en ouvrant ta porte, et en t’adressant à nous… Ça, personne ne t’avait demandé de le faire, si ? »

Elle soupira. La minute allait passer… et étant donné le caractère de l’autre, elle risquait de suivre sa règle sans même réfléchir. Finalement, la Pichu balança une dernière phrase pour conclure sa courte envolée :

« Cryptéro nous a probablement envoyés ici pour aider quelqu’un… si c’est toi, dis-le nous avant qu’il soit trop tard. »

Et si ce n’était pas le cas… et si, au contraire, leur objectif était d’empêcher cette cérémonie ? Comment pourraient-ils le deviner ? Surtout qu’elle aurait bien tenté d’assassiner cette gamine elle-même, d'autant que ce n'était pas l'envie qui lui manquait après cet accueil pitoyable, mais dans ce corps d’esprit à la con, elle se sentait bien moins confiance que sur Erasia. Peut-être Voltali aura-t-elle eu plus de chance avec le prêtre ?

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Sam 23 Nov 2013 - 0:58

"Une seule personne serait capable d'invoquer des créatures issues du futur. Après, vous pouvez peut être provenir d'un autre endroit de notre monde ? Il y a tellement de zones où nous ne connaissons pas ce qui s'y trouve. Il y a tellement de lieux en Tenkeï que l'homme n'a pas encore foulé. Rien n'empêche alors de trouver des choses à ce sujet.  Quant à votre menace au sujet de ce que notre invocatrice pourrait appeler, je vous ait pourtant prévenue à ce sujet. Si vous voulez vous exprimer correctement, dites-moi alors ce que vous savez. Je vais vous emmener au temple de Cryptero, que vous compreniez alors toute la grandeur et magnificence de cette créature divine. Vous verrez alors que ce qu'elle puisse faire ne provient pas de notre peuple ... loin de là, oui. Mais vous ne pourrez toujours pas la voir, il en est hors de question. La cérémonie débutera d'ici quelques jours. Vous n'aurez alors plus qu'à patienter ... car il sera impossible pour vous de la voir autrement. Alors, vous comprendrez que vous soupçons ne sont pas fondés et ne méritent pas alors que l'on s'inquiète pour si peu de choses."

Maintenant, il ne leur laissait pas vraiment le choix. Ils étaient obligés de le suivre alors qu'il commençait à arpenter les ruelles, semblant bien savoir où se rendre. Peu à peu, le groupe de Voltali se retrouvait au final face au temple gigantesque de la divinité Cryptero. Rien que ça ! Lalabelle marmonna faiblement :

"Divinité, rien que ça ... Si elle était capable de faire tout ça ... elle aurait réparé son esprit et l'aurait sauvé sans que tout ça se passe de toute façon ..."

Visiblement, ça ne lui plaisait pas le moins du monde et en pénétrant à l'intérieur, quelques gardes vinrent voir le prêtre, du moins le grand prêtre, lui disant aussitôt :

"Il y a eut un petit groupe d'esprits qui a fait du grabuge par rapport à l'une de nos statues de la déesse Cryptero. néanmoins, plus de peur que de mal, et puis, ces esprits semblaient si jeunes, comme des enfants. Ils étaient terriblement désolés même si ce sont des esprits pokémon que nous n'avions jamais vus auparavant. Et puis, l'un d'entre eux a giflé le responsable de cet acte. Bon, les croyants n'ont pas vraiment apprécié que la statue soit cassée mais les Ouvrifiers sont déjà en train de la réparer donc vraiment ..."

"Vous parlez beaucoup trop, je tiens à vous le dire. Où est donc ce groupe ? Est-ce vos compagnons ?"

En voyant le petit Germignon qui s'était pris une belle baffe, Eoli n'avait même pas attendu les paroles du prêtre pour se diriger vers lui. Avec douceur et tendresse, elle le souleva avant de le mettre dans ses ailes de coton. Elle invita la Malosse à faire de même, écoutant ce qu'ils avaient à dire. Elle était rarement en colère mais elle commençait à comprendre pourquoi Voltali n'arrivait plus à supporter Pichu. Ce genre d'actions où c'était les autres, ses amis, qui prenaient à sa place, elle détestait cette méthode ! Surtout quand il s'agissait d'utiliser des enfants pour arriver à ses fins ! Il valait mieux pour qu'elle ne se présente pas sans s'excuser car sinon, elle allait lui voler dans les plumes et d'une façon des plus violentes. Elle comprendrait que son bec n'est pas là pour la décoration et qu'elle pouvait s'en servir à des fins bien moins sympathiques que le fait de manger. Elle attendit que le grand prêtre les observe tous avant qu'il ne déclare :

"Ne manque t-il pas quelqu'un ? J'ai l'impression qu'ils sont moins nombreux qu'auparavant."

Quand il vint dire cela, il avait tourné son visage vers le groupe réuni, remarquant aussitôt l'anxiété régnante et aussi la colère caractéristique de l'oiseau aux ailes de coton. Elle était énervée mais non pas contre les personnes présentes. C'est qu'il manquait quelqu'un. Pourtant, l'un des soldats vint dire au prêtre :

"Nous avons fouillé au cas où ... enfin, l'un d'entre nous a été voir dans les couloirs et ..."

"Et ? Pourtant, mes consignes sont très strictes à ce sujet. Je ne veux qu'aucune personne à part moi-même et quelques rares domestiques de confiance, ne rentrent à l'intérieur. Vous savez ce que vous encourez à ne pas obéir, n'est-ce pas ?"

"Gloups ... Hum ... Euh .... Oui ... mais ... Il n'y avait rien du tout. Rien de rien."

"Humpf, d'accord, c'est bon. Ca passera pour cette fois. Vous ne l'avez pas vue, n'est-ce pas ?" demanda le prêtre au second garde qui hocha la tête négativement. Tant mieux ... oui ... tant mieux en un sens.

De son côté, la Pichu continuait de déblatérer alors que la jeune fille lisait sans même se sentir concernée par les propos de cette personne qui voulait se montrer agaçante et qui pensait tout savoir. Avec lenteur, elle tourna une page puis subitement, elle tourna toutes les pages à la suite, faisant léviter le livre avant de le ranger. Son regard se posa sur Pichu tandis qu'un second livre revint dans ses mains, la faisant commencer à lire à nouveau. Elle murmura doucement  lorsque Pichu termina son speech après avoir frappé du poing :


"Je pourrai vous renvoyer sans aucune difficulté de là d'où vous venez. Cela ne sera pas un problème à mes yeux. Mais il se peut que vous soyez perdue en chemin. Jouer avec le flux du temps peut emmener des conséquences très graves. Quant à Cryptero, il peut s'avérer que c'est la divinité de notre Cité qui vous a envoyés mais je suis son Âme ... et en tant que telle, je suis porteuse de ses pouvoirs. Vous n'aurez qu'à assister à la cérémonie pour voir l'arrivée de cette entité provenant du futur. Je me demande ... à quoi est-ce qu'elle ressemble. Si vous avez été envoyée ici, c'est pour ... vous le savez qu'il vaut mieux bloquer son esprit en ma présence ? Lire dans les pensées d'autrui est comme lire dans ce livre : je n'ai qu'à tourner les pages des méandres de votre âme. Vous savez alors que je pourrai les déchirer une par une, retirant alors vos souvenirs si précieux pour les faire disparaître à jamais."

Elle s'était finalement relevée de sa chaise, après avoir refermé le livre avec une certaine force. Tenant le bouquin contre son coeur, elle amorça un premier mouvement vers la Pichu, puis un second avant que cette dernière ne disparaisse subitement.

"Déesse Cryptero, pourquoi avoir fait cela ? Vous m'avez aidé à les invoquer ... et maintenant ..."

"Malgré leurs caractères, tu ne dois pas les toucher. L'esprit que tu vas invoquer prochainement est celui d'un être de très grande importance. Ses capacités mentales rivalisent et dépassent celles de tous les êtres de la Cité réunis."

"Déesse Cryptero, ne me mentez pas. Est-ce que cet esprit est spécial ? Est-ce que ... vous venez du futur ?"

"Cet esprit est unique et surtout ... celui qui changera toute ton existence ... et la mienne."

"Déesse Crypero, que vas t-il se passer pour moi ?"

"Je n'ai pas à te le dire. Cela modifierait le passé. Sache ... juste ... non ... je te laisserai découvrir par toi-même."

Plus rien du tout. La jeune fille aux cheveux blancs et noir regarda la porte en face d'elle. Pichu, de son côté, fut tout simplement projetée hors du temple, téléportée dans une ruelle où se trouvait les ordures du temple, autant dire que vu la grandeur du bâtiment, il y avait de quoi se baigner dedans. Maintenant, il était temps pour chacune et chacun, s'ils retrouvaient la trace de Rei, de se réunir pour discuter de ce qu'ils devaient faire. Mais déjà, tous ressentaient quelque chose d'étrange, comme si leurs corps étaient en train de se dissiper légèrement. Un nouveau message mental se fit entendre :

"Alors ? La petite visite vous a plu ? Sachez que vous ne pourrez pas attendre jusqu'à la cérémonie. Il est conseillé pour vous de vous éloigner car d'ici quelques heures, vous ne serez plus parmi eux."

Cette fois-ci, aucun doute, il s'agissait tout simplement de Cryptero, la vraie, l'oiseau maléfique et agaçant. L'oiseau dont ne voyait pas le bec ... mais aussi, en même temps ... Il n'y avait aucune trace du tout de Soriu. Au final, à quoi est-ce que ce voyage avait servi ? Peut-être à en apprendre un peu plus sur le peuple dont provenait l'oiseau psychique ? Mais ça n'allait pas aider Soriu à retrouver ses esprits.

[Je dirai encore 2 posts chacun et zou !]

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1739

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Sam 23 Nov 2013 - 2:47

Voltali porta une main à son menton, hésitante. Elle ne pouvait pas en dire plus… d’abord parce qu’elle ne pouvait pas dénigrer Cryptéro devant son prêtre, ensuite parce que parler de Soriu n’apporterait rien à ce débat. Elle n’arrivait pas à percer la méfiance du prêtre…

C’est alors que les deux groupes se croisèrent. En quelques secondes à peine, la renarde constatât que la situation avait été plus mouvementée au sein de l’autre groupe que du sien… Emolga semblait folle de rage, autant envers Pichu que Germignon, tandis que ce dernier avançait à ses côtés en baissant la tête d’un air honteux. L’absence de Pichu et la panique des gardes laissa vaguement deviner à la Voltali ce qui venait de se passer… en bref, il était inutile d’insister plus longtemps. Bien qu’apparemment, sa façon de faire ne fasse pas l’unanimité, Pichu avait atteint leur mystérieux commanditaire avant elle. En bref, tout ce qu’elle venait de faire n’avait servi à rien…

« Bon, visiblement, nous sommes dans une impasse… », Dit-elle au prêtre. « Vous ne semblez toujours pas nous faire confiance, mais je ne peux malheureusement rien vous dire de plus précis… j’espère simplement que vous savez ce que vous faites. Nous nous reverrons donc à cette cérémonie… »

Finalement, elle salua l’homme et s’éloigna… non pas en direction du groupe, comme Eoli, mais en direction de l’entrée du temple. Le message de Cryptéro se fit alors entendre, tout comme cette sensation très désagréable de disparaître… et bien avant le reste du groupe, Voltali s’évapora au détour d’une rue. Personne n’eut l’occasion de le remarquer : ceux qui la voyaient avant sa disparition la virent simplement emprunter l’une des nombreuses ruelles de la ville, tandis que ceux qui se trouvaient justement dans cette ruelle ne la virent tout simplement jamais apparaître. La raison ? Une illusion, comme bien souvent dans ce genre de situation. Il était temps de disparaître, selon les paroles de l’oiseau psychique… et bien qu’il n’ait que peu agi aujourd’hui, Reï était finalement revenu auprès de la renarde électrique pour qu’ils s’évaporent tous les deux de leur côté, comme ils en avaient l’habitude. Ils échangèrent également leurs informations de leur côté, bien qu’aucun d’entre eux n’ait récupéré d’information capitale.

Pour ceux qui restaient à l’intérieur du temple, l’objectif était simple, et fut rapidement résumé par Emolga :

« Trouvons une maison vide pour attendre le peu de temps qu’il reste à attendre. Oh, et ... », Elle grimpa sur Eoli à son tour, rejoignant le Germignon abattu et la Malosse inquiète qui se mit étrangement à trembler en voyant l’adulte se rapprocher : « Désolé pour la baffe, j’ai un peu laissé la colère m’emporter… mais faites attention tous les deux, nous ne voulons surtout pas qu’il vous arrive quelque chose… »

Enfin, plus de peur que de mal… au final, il n’y avait même pas eu de combat. D’ailleurs, il n’y avait tout simplement rien eu. A croire que Cryptéro s’était trompée en les envoyant ici... Ils n’avaient même pas obtenu d’information, seulement découvert une ville étrange. Enfin, peut-être Pichu avait-elle plus d’informations ?... mais méritait-elle ces informations ? Tsss… Le Germignon n’osait même pas répondre, bien trop déçu que sa prise d’initiative se soit soldée par un échec cuisant.

Du côté de Pichu, ce petit dialogue inutile tournait au vinaigre. L’autre avait visiblement lu dans ses pensées… et à présent, elle la menaçait. Serrant le poing pour laisser échapper quelques petits éclairs devant l’autre gamine, Pichu s’exclama immédiatement :

« C’est ça, essaye un peu pour… »

Pouf… Et voilà qu’à présent elle se retrouvait au milieu d’un tas d’ordure de la ville. Pestant bruyamment, la Pichu attrapa l’un des sacs pour le balancer plus loin, bien énervée par la réaction fuyarde de son adversaire. Après-tout, comment aurait-elle pu deviner que la raison de sa téléportation était la véritable Cryptéro ?
C’est alors que cette dernière prit la parole, déclarant que la visite était terminée.

« Tu… tu te fou de ma gueule, non ? », Lâcha Pichu.

Ils avaient fait tout ça… juste pour revivre un bout du passé de Cryptéro ? Sans aucun lien avec la blessure de Soriu, aucune raison de changer ce qui s’y était déroulé ? Mais pourquoi ne s’était-elle pas contentée de leur balancer une histoire à la con en deux phrases ? Ça aurait été bien plus simple, bien plus clair, et surtout, moins dangereux… Mais soit ! Ils devaient s’éloigner ? Alors elle s’éloignerait.

Un éclair traversa la ville. Au moins, ça, ça marchait toujours… en un instant, la Pichu se retrouva hors des murs de cette cité inutile, à plusieurs centaines de mètres de ce temple inutile qu’elle s’était retrouvée à visiter. Seule, elle poussa un profond soupir avant de se laisser tomber en arrière sur le sable, plongeant son regard en direction du soleil brulant qui surplombait ce désert infini. Elle était venue… juste pour aider. Pour donner un petit coup de main à ce groupe de Pokémon qu’elle n’appréciait même pas… pour aider un humain qu’elle haïssait… uniquement par respect pour son dresseur qui avait bien assez de soucis à s’occuper actuellement. Elle essayait même d’arranger les choses au sein du groupe, à sa façon…
Mais si tout cela ne faisait que la mettre en danger ou lui faire perdre son temps en l’humiliant en prime, alors pour la prochaine scène de cette histoire, elle agirait différemment… très différemment. Dans un éclat de lumière, la gamine reprit sa forme animale.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Soriu Tiadramat le Sam 23 Nov 2013 - 17:04

"Tu as été un peu violente surtout que de ce que je crois comprendre, ce n'était pas dans l'intention des enfants d'agir de la sorte. S'ils avaient vraiment voulu créer des problèmes, ils l'auraient fait. Ils ont fait une bêtise mais ce n'était pas désiré. Dans de tels cas, une petite tape pour leur dire de ne plus recommencer mais pas une baffe. C'est beaucoup trop violent pour un enfant. Et ce n'est pas de toi dont je voulais les excuses mais de Pichu. Si je la retrouve, elle aura intérêt à s'excuser ... sinon, il s'avère qu'il y ait des chances qu'elle ne continue pas à nous accompagner. Mettre en danger la vie des autres pour son petit plaisir personnel, ce n'est pas comme ça que Ninj ou Soriu nous ont éduquées. Nous ne sommes pas ainsi. Ils leur arrivent de commettre des folies et des imbécilités, mais non pas dans l'intention de nous faire souffrir. Ils sont juste parfois un peu trop idiots au point de ne pas comprendre qu'ils se mettent en danger en agissant de la sorte. Maintenant que ..."

Elle s'arrêta, entendant le message mental de Cryptero. Comment cela ? Et Soriu ? Où est-ce qu'il était ? Est-ce qu'elle se moquait du monde ? Car elle n'aimait pas vraiment ce genre de plaisanteries stupides, pas du tout même. Elle avait intérêt à avoir une bonne explication. Vue qu'elle était agacée, elle n'avait pas son calme habituel, à contrario de Nephene qui restait stoïque et neutre. Le transport allait se faire, vite et bien même ... Mais bon, toutes étaient déçues. Personne n'avait trouvé d'informations au sujet de Soriu. Autant dire que c'était une sacrée déconvenue, jusqu'à ce que la voix de Cryptero résonne à nouveau :

"Soriu n'est pas encore arrivé ... mais vous connaissez alors l'endroit où il se présentera. Néanmoins ... je n'ai pas à vous en dire plus à ce sujet. Pichu, la prochaine fois, il vaut mieux ne pas causer plus de troubles. Sachez que tous les actes que vous commettez ici ont des conséquences dans le futur proche. Le futur lointain ? Quelques siècles ? Qu'est-ce qui se passerait ? Je ne peux pas vous le dire."

Un ton sec et morne compléta les propos de la Cryptero alors que peu à peu, tous les corps se dissipaient, bien qu'ils étaient invisibles aux yeux de tous. Comme ils étaient venus, les corps étaient maintenant complètement disparus. Il n'y avait plus aucune trace d'eux et quelques heures plus tard, les gardes comme le prêtre déclarèrent qu'ils étaient retournés là d'où ils venaient. Quelques minutes plus tard, tous se retrouvaient à nouveau dans la chambre où Soriu se reposait. La Solochi n'avait pas bougé de sa position, se trouvant sur le torse du jeune homme. Elle releva la tête en les voyant revenir, baillant un peu. La sieste qu'elle avait faite semblait phénoménale et très appréciable d'après un rapide constat. Elle humidifia sa bouche, comme pour montrer qu'elle avait un peu la gueule pâteuse. Eoli tourna son visage vers la Pichu, sans rien dire, gardant la Malosse et le Germignon dans son pelage, comme Emolga. ll fallait dire qu'elle était furieuse mais qu'elle cherchait à se contrôler maintenant. Se tournant vers Cryptero, tous et toutes pouvaient voir quelque chose : elle semblait exténuée, plus qu'exténuée. D'ailleurs, elle haletait avant de dire :

"Visiblement ... vous avez fini par trouver la ville ... Et quelques personnes ... Sachez qu'elles se rappelleront toutes de vous ... qu'aucune ne pourra oublier votre visage ou presque ... que ce que vous faites aura une incidence sur le futur ... Oui ... Que vous soyez sous forme d'esprit ne cachera pas vos actes. Je vois aussi ... que vous l'avez rencontrée ... du moins, pour l'une d'entre vous."

Comme si cela était rare ... très rare ... Les yeux bleus de la Cryptero, sur son corps central, vinrent se placer en face de la Pichu. Elle la regarda pendant de longues secondes, semblant ne pas détacher son regard d'elle avant de dire d'une voix lente et un peu affaiblie :

"Il vaut mieux pour toi que tu ne penses plus à faire de mal à cet enfant. Même si tu veux tenter ta chance et que tu veux risquer le tout pour le tout, tu risques d'être désagréablement surprise. Cet enfant est spécial, plus que spécial, tu as put le remarquer. Quant à vous autres ... vous avez fini par remarquer que quelque chose clochait dans cette Cité. Je dois ... me reposer ... Oui ... Il faudra recommencer dans quelques jours ... quand il arrivera."

Rien à voir avec l'habituelle Cryptero. Celle-ci vint s'adosser à un mur, ses yeux bleus se fermant pour ne plus rien laisser paraître. Elle s'était endormie, profondément endormie, comme si de rien n'était. Pendant un bref instant, la Pichu pouvait remarquer quelque chose de singulier : elle avait l'impression de la reconnaître. Que ce corps de pokémon n'était qu'une façade en fin de compte mais bon ... Peut-être qu'au final, ce n'était qu'une illusion et rien d'autre ? Ou alors, était-ce au final qu'une simple Cryptero qui avait un rapport avec l'enfant qu'elle avait remarqué ? Tout ce qui importait, c'était que Soriu n'était pas encore en état d'être guéri. Tous venaient d'apprendre aussi que Cryptero ne pouvait pas faire durer ces instants indéfiniment, qu'il fallait se reposer entre eux. Est-ce qu'elle pouvait choisir le moment où tous allaient influencer l'existence de cet enfant ? Mais où tous allaient pouvoir tenter d'aider Soriu ? Quand ils allaient réussir à lui mettre la main dessus ? Le jeune homme respirait toujours aussi paisiblement dans le lit. Même si son esprit n'était plus là, brisé en morceaux, il était toujours vivant ... et en bonne santé. Mais pendant combien de temps est-ce qu'un corps pouvait vivre sans son esprit ? Sans son âme ?

[Fin du RP pour moi ! La suite au prochain épisode !]

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1739

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Ninj le Dim 24 Nov 2013 - 23:12

« Si tu voulais qu’on reste assis à regarder sans rien faire, fallait le préciser au lieu de nous y balancer en nous faisant croire qu’on devait empêcher je ne sais quelle merde pour aider Soriu. Sans compter que je te rappelle que la seule personne qui s’est faite attaquer dans tout ce bordel, c’est pas cet espèce de cocon vide à la con, c’est moi. »

Encore une fois, elle n’avait pas tort… bien que l’idée d’attaquer lui ait traversée l’esprit une bonne dizaine de fois et que l’attaque de l’autre n’ait finalement été qu’un test ou on ne sait quoi d’autre pour l’identifier, parmi tous les protagonistes de cette histoire, elle était la seule à avoir perdu quelques gouttes de sang. Et puis, techniquement, elle ne l’avait pas menacée… c’était l’autre qui s’était infiltrée dans son esprit et s’était sentie agressée sans raison.
Sur ces bonnes paroles, Pichu quitta la pièce sans prendre le temps de répondre aux regards incessants que lui jetaient certains autres participants depuis leur arrivée, notamment Emolga. En fait, elle n’avait même pas idée de ce qu’ils lui voulaient… et en prime, elle s’en fichait. S’ils avaient un problème, ils n’avaient qu’à parler au lieu de se contenter de la mitrailler du regard.

A peine eut-elle franchi l’entrée qu’Arcanin lui sauta dessus pour la léchouiller. Tiens… elle était de nouveau dans l’équipe, donc il semblait avoir oublié sa rancœur due à la distorsion de Dialga… ou peut-être souhaitait-il justement effacer ce mauvais souvenir ? Pour sa part, elle n’avait aucune raison d’en vouloir au meilleur partenaire de Ninj. Agitant sa queue métallique en hauteur, elle gratouilla amicalement le museau du canidé tout en lui offrant un sourire amical avant de se diriger vers l’entrée du bâtiment. Visiblement satisfait, l’Arcanin se rua ensuite à l’intérieur de la chambre pour agresser la totalité du groupe de la même façon, aussi gaiement que s’il les retrouvait après plusieurs mois d’absence.

Reï et Voltali, de nouveau sous forme animale, s’éloignèrent à leur tour. Toutefois, à peine eurent-ils franchis la porte de la chambre qu’Emolga leur demanda d’attendre quelques instants. A présent qu’ils étaient de retour en sécurité, elle pouvait laisser les deux gamins libres de leurs actes. D’autant qu’ils avaient besoin de se détendre, eux aussi… Caressant la petite tête du Germignon et le doux pelage de la Malosse de ses deux mains, elle les salua ainsi que l’ensemble des Pokémon de Soriu avant d’accompagner les deux asociaux à l’extérieur de la pièce.

Emolga entraina Voltali et Reï jusque chez Ninj. Au-dessus du bâtiment, ils retrouvèrent Pichu, perchée en hauteur, qui fixait le ciel avec insistance. Mais une fois encore, elle ne leur accorda pas le moindre regard. Le petit groupe poursuivit donc sa route à l’intérieur du bâtiment : Reï suivait la souris avec curiosité, tandis que Voltali semblait surtout pressée d’en finir pour retourner vaquer à ses occupations… à savoir, marcher au loin et penser à autre chose.
Mais finalement… ils furent bien surpris de ce que l’Emolga leur avait concocté. Elle sortit de sous l’une des commodes du chercheur tout un étrange attirail musical, constitué de petit tambours à sa taille, d’étranges moufles feutrées, et d’une guitare à l’aspect écrasé, comme si les cordes métalliques avaient été fixée à une simple planche de bois.

« Je vous ai fabriqué ça, le temps que vous étiez aux vestiges… j’me suis dit que… enfin… », Bredouilla l’Emolga avant de finalement placer la guitare plate devant Voltali, et le reste devant Reï.

Elle se tourna tout d’abord en direction du Zorua et le força à enfiler les moufles sur ses pattes-avant. Après-quoi, elle accompagna ses mouvements pour le faire frapper la peau des tambourins, faisant raisonner le coup dans la pièce quelques instants avant que ne retombe le silence. Ainsi vêtu, le Zorua n’abimait pas l’instrument du bout de ses griffes… de plus, l’effet du son était bien plus clair que les différentes fois où il avait eu l’occasion de s’essayer aux tambours de l’Emolga.
Ce cadeau, si simple soit-il, représentait beaucoup pour le Pokémon muet. N’ayant jamais réussi à produire le moindre son, ni par sa voix, ni par ses illusions, il venait de se voir offrir une chance, pour la première fois, de se faire entendre des autres. Il semblait si emporté par cette nouveauté qu’il en oublia même de remercier son amie, et qu’il se perdit dans ses nombreux essais de percussions, jouant des rythmes tout à fait chaotiques, puisqu’il ne connaissait rien à la musique.

Riant de l’enthousiasme du Zorua, Emolga se tourna ensuite vers Voltali pour lui expliquer le fonctionnement de son instrument. Le principe était exactement le même que celui du manche réversible de sa guitare : à l’aide de courants électriques modulés et transmis par un Pokémon électrique, un mélange de fer, de résonnances et de peau produisait un son plus ou moins métallique au bout des cordes. Evidemment, il était presque impossible que la renarde atteigne le niveau de la troubadour, d’autant que son instrument n’avait pas la même qualité, néanmoins… cela pouvait peut-être lui occuper l’esprit quelques temps, et lui faire oublier toutes ces peines qu’elle ressassait sans arrêt depuis leur rencontre.

Emolga montra à Voltali comment faire fonctionner l’engin en créant un simple son et invita la renarde à faire de même. Voltali posa ses pattes-avant sur les cordes, intriguée… et resta parfaitement immobile, dans l’attente qu’il se passe quelque chose. Hélas, aucun son ne sortit… et pour cause !

« Euh… c’est à toi de le créer, le courant, il ne va pas sortir du sol. », Blagua Emolga.

Ah… à priori, elle n’avait pas compris ça. Immédiatement, la renarde se désintéressa de l’objet, retira ses pattes et s’éloigna sans un mot. Voyant que l’autre apprentie musicienne s’éloignait, Reï s’interrompit pour la suivre du regard. Ne s’était-elle pas remise de toute cette histoire après l’électrochoc de Pichu ? Il lui avait pourtant semblé voir la Voltali utiliser sa foudre face à Lou ce jour-là…
La renarde se fit barrer la route par la souris musicienne. Cette dernière eut évidemment droit à un regard sombre, plein de reproches… néanmoins, elle resta en place, sûre d’elle et prête à subir une nouvelle fois le courroux de la renarde, comme elle l’avait subi à Abyan. Elle prit même la parole pour essayer de convaincre l’asociale :

« Voltali… on aura besoin de toi pour aider Soriu. Ce n’est pas pour ça que j’ai créé cet instrument, seulement pour que tu penses à toi, et que tu te laisses vivre paisiblement quelques instants… mais si tu as besoin de ça pour te motiver, dis-toi que… cela risque d’être une nécessité dans très peu de temps que tu recouvres la totalité de tes capacités. »

Peu convaincue, la renarde détacha son regard de celui de la souris électrique et fit un nouveau pas en direction de la sortie. Mais à nouveau, elle fut interrompue. Non pas par une nouvelle créature qui se serait interposée, mais par une simple patte qui se posa contre son pelage hérissé. Tournant la tête en direction du Zorua qui venait d’abandonner son nouveau plaisir pour elle, la Voltali sembla hésiter dans sa réaction. Son regard se porta tour à tour sur l’entrée de la maisonnette, puis sur Reï, avant de finalement se reporter sur cet instrument qui trainait derrière-elle. D’un pas hésitant, elle recula, presque à contrecœur. Et aussitôt, une nouvelle main se posa sur son corps, aussi douce et rassurante que celle de Reï.

La renarde reprit peu à peu confiance en elle, accompagnée de ses deux soutiens, jusqu’à finalement retourner au niveau de cet instrument. Elle posa l’une de ses pattes à l’extrémité droite des cordes, puis posa sa deuxième patte au milieu de ces dernières… elle inspira profondément et ferma les yeux, ne pensant plus qu’à ces deux êtres qui l’entouraient, qui la soutenaient, et qui lui murmuraient tant de mots de soutiens dans cette épreuve qui n’aurait jamais dû en être une. Les paroles de Pichu lui revenaient également en mémoire… tranchantes, agressives… mais parfaitement réalistes. Elle se rappelait ces années passées à vivre de foudre et de sang, combattants aux côtés des siens, qu’il s’agisse de Lisa ou de Ninj, protégeant ses amis, jusqu’à… jusqu’à ses différents échecs. Pouvait-elle réellement repartir sur de nouvelles bases ? Pouvait-elle redevenir… elle-même ? Pas simplement une bête destinée à tuer, pas simplement une créature solitaire effrayée par sa propre nature, pas simplement cette jeune rêveuse aux milles cauchemars qu’elle était aujourd’hui… mais simplement, elle ?

Un faible éclair traversa l’instrument. Une attaque si peu maitrisée qu’elle provoqua un bruit métallique affreusement désagréable, digne du bruit d’une craie sur un tableau sec. Les deux apprentis musiciens et leur maître sursautèrent : Voltali sortit même du bâtiment au pas de course. Pourtant, une fois à l’extérieur, elle s’arrêta, tranquillement, comme si cet élan de panique s’était déjà évaporé. Les deux autres la rejoignirent rapidement, un large sourire sur leur visage. Il n’y avait rien de plus à dire… elle était en parfaite forme, alors qu’elle venait de lancer une attaque électrique. Une bien mince affaire en comparaison de leur objectif… d’autant que supporter ce bruit affreux risquait d’être difficile pour les jours à venir. Mais au moins… elle l’avait fait. Ce serait suffisant pour aujourd’hui… mais il y avait fort à parier qu’elle réessayerait dans les jours à venir. Et à chaque fois, ils seraient à ses côtés, tous les deux.

Au dessus du bâtiment, Pichu avait également sursauté en entendant cet horrible bruit. Toutefois, elle ne quitta pas le ciel des yeux, bien qu’un léger sourire ait fait son apparition sur son visage. Voltali revenait… lentement, mais surement. Un bon début… mais et lui, quand comptait-il revenir ?
Les jours passèrent… long et ennuyeux, comme ces veilles de fêtes que l’on attend avec acharnement et qui nous semblent chaque jour plus lointaines malgré le temps passé. Chacun des Pokémon de Ninj vaqua à ses occupations, attendant patiemment que Cryptéro reprenne des forces pour la suite de cette aventure… à l’exception de Pichu, qui resta parfaitement immobile la totalité de son séjour à Dyrinn, à l’exception de ses courtes apparitions aux heures des repas. Le regard plongé dans le ciel, elle l’attendait… leur aller-retour n’aurait dû durer qu’une journée, deux maximum… et pourtant, il n’était toujours pas là. Et pendant ce temps, elle restait clouée au sol, seule, et comme perdue… pourquoi était-elle restée ? Pourquoi n’était-elle pas allée avec Ninj et Libegon ? Pourquoi avait-elle perdu son temps avec ces gens qui ne présentaient aucun intérêt pour elle ? Les soupirs furent nombreux, durant ces quelques jours… et pourtant, il semblait qu’elle comptait continuer l’aventure, puisqu’elle était restée à Dyrinn. Mais son entrain des jours passés semblait s’être évaporée en même temps que son ami libellule…

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comment réparer un esprit ? [Ninj]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum