[ Clos ] Quand tu étais là [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Quand tu étais là [Solo]

Message par Peter le Lun 18 Nov 2013 - 10:44

Avec lenteur et application, le champion étalait un baume apaisant sur les plaies de son ami. Ce dernier, sans broncher, ne quittait pas l’humain des yeux, sentant qu’il était plongé dans des souvenirs anciens et à la fois douloureux et nostalgiques. Quand Peter entreprit d’enrouler de longs bandages autour des blessures du Dracolosse, son esprit s’envola.

***

« A... Aïe... »

L’enfant se releva avec peine, tout en regardant ses mains et ses genoux écorchés. La peau meurtrie commençait à pleurer sa douleur en laissant échapper des gouttelettes de sang de plus en plus abondantes, et les larmes qui montèrent aux yeux du garçonnet eurent bien du mal à ne pas dévaler ses joues salies et noircies. Alertée par le bruit sourd qu’elle avait entendu, sa mère sortit en trombe de la maison, avant de se précipiter sur son fils pour voir s’il allait bien.


« Peter, enfin ! Qu’est-ce que tu as fait, encore ? »

Avec une moue boudeuse, le gamin marmonna :

« Bah, chuis tombé, ça se voit, non ? »

Le Nalcien fixa alors le sol, refusant d’ancrer ses yeux encore bleutés dans le regard de sa mère. Polydora n’avait néanmoins pas lâché l’affaire, puisqu’elle le fixait d’un air inquisiteur : elle savait quand son fils lui mentait ou, du moins, ne lui disait pas toute la vérité. Elle insista, croisant les bras devant sa poitrine, attendant qu’il sorte de son mutisme... Mais, contre toute attente, la réponse ne vint pas du garçon aux cheveux acajou. En effet, un rugissement puissant ébranla le sol et résonna dans la vallée, faisant sursauter Polydora, alors que Peter, pas effrayé pour un sou, se raidissait un peu plus, rentrant la tête dans ses épaules pour échapper à sa punition. L’immense Dragon qui obscurcit le Soleil en le couvrant de sa silhouette titanesque effleura l’enfant, d’un souffle, avant de plonger en piqué dans le ravin, ordonnant à ses ailes puissantes de le porter là où personne – ou presque – ne pourrait le suivre. Furieuse, la Mizuhanienne prit son fils par les épaules.


« Tu as ENCORE voulu jouer au Dragon ? Combien de fois faudra-t-il que je te répète que tu ne peux PAS les rejoindre là-haut ? Tu n’as pas de Pokémon qui puisse t’emmener avec lui dans les cieux, et encore moins des ailes pour voler par toi-même. Alors, s’il te plaît, arrête de vouloir te jeter dans le vide. Sans eux, tu ne serais plus là depuis longtemps. Remercie-le, au moins. Il t’a sauvé la vie... Une fois de plus. »

Les lèvres pincées, Peter s’exécuta, hurlant un grand « merci » que l’écho répéta à l’infini en se répercutant contre les parois rocheuses entourant la demeure isolée de tout. Réalisant enfin que Peter n’était pas simplement « tombé » (enfin, si, mais cela ressemblait plus à une chute vertigineuse qu’à un simple étalage dans le sable et les cailloux), Polydora poussa un soupir et reconsidéra la punition qu’elle lui avait réservée au départ... Même si le Dragon avait récupéré le gamin au vol pour lui éviter de se briser le cou, il l’avait jeté sur la terre ferme sans ménagement, histoire de lui rappeler ce qu’il était et sa condition de simple mortel cloué au sol. C’était sa façon à lui de le châtier, sans trop de sévérité, mais suffisamment pour que l’enfant ne veuille pas recommencer... Jusqu’à la prochaine fois.

Finalement, estimant qu’il avait déjà bien été assez réprimandé pour cette journée, elle laissa échapper un long soupir, puis glissa sa main derrière le dos de son fils pour le reconduire à la maison. Connaissant le rituel, Peter, toujours aussi fermé, s’assit sur l’énorme fauteuil autrefois occupé par son père et attendit, en silence, que sa mère revienne avec « tous ces trucs qui faisaient mal ». Au bout de quelques minutes, Polydora s’installa devant lui, à genoux, puis survola les blessures du gamin avec sa paume brillante. Aussitôt, une sensation de picotement se répandit dans les plaies de Peter, qui grimaça, mais ne dit rien, sachant qu’il n’avait pas vraiment le loisir de protester, vu qu’il était responsable de sa propre douleur. Une eau bienfaitrice et apaisante naquit de la main bienveillante, puis disparut, laissant à la jeune femme le temps d’examiner l’aspect des écorchures. Puis, elle se saisit d’une compresse et l’appliqua sur le genou droit du garçon, avant de recommencer avec les autres plaies. Elle finalisa l’opération en enroulant calmement et méthodiquement des bandages propres autour des tissus blancs déjà teintés de rouge, sans que Peter ne change sa moue boudeuse en un sourire gentil ou, au moins, reconnaissant.

Dès l’instant où elle termina son travail, le fils de l’Eternarien des Cieux se glissa hors du fauteuil, puis courut pour retourner dehors, alors que Polydora sentait son cœur se comprimer dans sa poitrine. Marchant d’un pas las jusqu’à la fenêtre, elle s’appuya contre la paroi, puis aperçut son fils, debout, bien droit, au bout du chemin qui donnait droit sur le précipice, observant le ciel et les Dragons dans leur ballet incessant. Elle le savait : n’importe quelle barrière ou mur serait inutile. Rien ni personne ne pouvait empêcher son fils d’être inexorablement attiré par ces grandes créatures mystiques et mythiques qui sillonnaient leur domaine en maîtres absolus.

Le gamin baissa les yeux vers le bandage de sa main droite, qui claquait au vent, et l’arrangea d’un geste agacé en le faisant passer sous le morceau de tissu qui tenait bien, lui. Et puis, bien vite, il se détourna de cette chose blanche et sans intérêt qui le distrayait dans sa contemplation de ces êtres qu’il aurait tant voulu rejoindre, là-haut.


***

Peter sursauta quand la patte massive de son ami effleura son bras blessé, non pas à cause de la douleur, mais parce qu’il venait de revenir brusquement à la réalité. En souriant à Kairyuu, il reprit son mouvement, enroulant lentement et avec soin le bandage immaculé, qui se teinta de rouge. S’absorbant de nouveau dans sa tâche, il se promit de faire de son mieux pour ne pas inquiéter ses compagnons, qui veillaient sur lui avec autant d’attention que sa mère, quand elle était là.

[Post soumis à la contrainte 8 : retourner dans son passé.]

_________________
L'homme-Dragon - Carnet de Vol



1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Peter
Champion de la Course Pokémon Aérienne
Informations
Nombre de messages : 290

Fiche de personnage
Points: 104
Âge du personnage: 35 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum