[ Clos ] Une découverte de taille. [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Une découverte de taille. [Solo]

Message par Juliette Sevaltico le Ven 22 Nov 2013 - 19:19

[Post soumis à la contrainte 7 : Se projeter dans le futur.]

Des semaines s’étaient écoulées depuis que Juliette avait quitté Eeva pour la deuxième fois. Elle avait quitté le drakkar du pirate sans un mot, un simple hochement de tête avait suffi. Il faut dire que la pirate n’avait pas de don particulier pour les longues discussions. Ce n’est que quelques jours après la découverte du rouage mystique que ses Pokémon retrouvèrent leurs formes initiales. Flagadoss était donc retourné sous sa forme de Ramoloss et Goupix grandit pour redevenir le Pokémon adulte qu’elle était.

Malgré sa jambe blessée lors de l’attaque du Léviator, la jeune fille avait réussi à pénétrer dans la cité d’Arkan. Elle fut rapidement prise sous l’aile d’un couple de personnes âgées qui la soignèrent. Elle leur rappelait leur petite fille disparue disaient-ils sans cesse. Elle avait le même regard, la même âme selon eux. À force de vivre avec Paul et Alexia, tels étaient leurs noms, Juliette se demandait souvent ce qu’elle deviendrait quand elle aurait l’âge de ses protecteurs.  Aurait-elle une vie aussi difficile que les deux personnes qui l’aidaient ? Perdra-t-elle également son enfant comme eux l’ont perdu ? Ou bien sera-t-elle heureuse, vieille mais heureuse, avec des tas de bambins courant autour d’elle et son futur mari ?

À vrai dire, s’imaginer vieillir n’avait jamais plu à la jeune fille de l’eau. Elle qui était encore dans la fraîcheur de l’adolescence avait réellement du mal à se projeter dans le futur. Tellement de possibilités s’offraient à elle, elle qui était si jeune, si incertaine quant à son avenir. Mais une chose était certaine, une seule et unique chose l’obsédait : la maîtrise de l’eau. Cette maîtrise qui lui permettrait de ne dépendre de plus personne, d’être indépendante, enfin. Elle s’imaginait déjà grande maîtresse de l’eau, manipulant son élément comme une véritable partie d’elle-même ! Elle s’imaginait comme une magnifique femme aussi agile sur la terre que sur l’eau, elle voudrait devenir celle qui impose le respect à son passage, celle dont la puissance impressionne la foule. Elle aimerait devenir ce genre de femme fatale, forte et autonome. Et sa maitrise l’aiderait vraiment dans son avenir.

Alexia tenta bien d’enseigner de nombreuses fois la maîtrise élémentale à Juliette. Il faut dire que cette femme, malgré son âge et son sexe fut un professeur très respecté à l’époque. Dans ce monde assez sexiste qu’est l’armée, elle avait réussi à s’imposer et former des centaines de soldats. Elle avait bien des méthodes pour enseigner son art aux jeunes gens. Une d’entre elles constituait à les mettre en colère et laisser la rage provoquer le déclic qu’il fallait pour pouvoir contrôler l’eau, une autre les rendait tellement triste que la peine permettait de mouvoir l’élément liquide ou encore les mettre en danger jusqu’à ce que leur don soit leur dernière chance de rester en vie. Mais rien, rien ne semblait fonctionner sur la jeune fille. Cette dernière semblait être privée de ce don mais la vieille dame ne désespéra pas et continua d’enseigner les bases pour une bonne maîtrise. Enormément de facteurs entraient en jeu comme la respiration, la position des mains, des pieds, la plénitude mais tout cela laissa Juliette impassible.

Lasse, la jeune fille allait finir par abandonner, résignée à ne jamais atteindre son rêve. Il fallait se rendre à l’évidence, jamais elle ne deviendra une élémentale. Jamais elle ne sera la femme forte qu’elle rêvait de devenir. Elle s’apprêtait à quitter Arkan, embrassant chaleureusement les deux joues de ses deux bienfaiteurs quand Alexia lui adressa ces dernières paroles :

« Juliette, ma petite, mon enfant, laisse-moi essayer une dernière fois. Je ne pourrais pas te laisser partir tout en sachant que tu n’as pas accompli ton rêve, surtout la partie dans laquelle je peux t’aider. Je n’ai jamais échoué en 50 ans de carrière, je n’ai peut-être plus la puissance qu’à l’époque mais si je peux transmettre mes connaissances une dernière fois, j’aimerais que ça soit avec toi. Viens, assis toi. »

La Mizuhanienne obéit alors, Ramoloss à ses pieds, Goupix sur ses genoux. Elle inspira une grande goulée d’air frais qui lui provoqua un léger frisson sur sa peau de porcelaine. Elle respirait lentement, calmement. Elle écoutait la voix d’Alexia, cette dernière semblait si proche et à la fois si lointaine. Elle écoutait la voix de son professeur claironnait comme un tintement mélodieux.

« La dernière sera peut-être la bonne. Je t’ai instruit toutes les techniques que j’avais utilisées pour mes jeunes soldats mais aucune ne fonctionne sur toi. C’est parce que tu es unique, de ce fait, une technique unique est nécessaire. Calme toi ma jolie, pense à un moment particulièrement agréable de ta vie, trouve le point culminant de la parfaite sérénité. »

Juliette s’imagina instinctivement un des nombreux futurs qui s’offraient à elle. Un avenir radieux. Elle sentait la brise relaxante de mai lui chatouiller le visage. L’herbe se faufilait entre ses orteils nus. Elle s’assit près d’un point d’eau, plongea ses jambes frêles jusqu’aux genoux, barbotant légèrement. La jeune fille croisa son reflet à la surface de l’eau et la personne qu’elle aperçut n’était pas celle qu’elle connaissait. La femme qu’elle observait avait une cinquantaine d’années, elle avait un visage chaleureux, de longs cheveux encadraient son visage où quelques rides se dessinaient. Feunard apparut à ses côtés, la femme lui caressa son pelage doré et colla son visage près du museau de son renard. Elle appréciait la douce chaleur qui se dégageait de la fourrure de son compagnon. Un homme fit son apparition derrière elle, un bel homme, un homme élégant. Il était grisonnant, il avait les yeux d’un magnifique vert émeraude, un visage carré, un sourire éclatant, les fossettes marquées. Il était magnifique, il représentait l’idéal masculin de la jeune fille. Il s’accroupit derrière elle et l’entoura de ses bras musclés. Juliette flottait dans un nuage de bien-être et son bonheur fut comble lorsqu’elle aperçut une jeune femme sortir de l’eau telle une sirène et s’asseoir à côté d’elle. Elle lui ressemblait énormément mais avait les yeux verts de l’inconnu. Elle avait son sourire également… Serait-ce sa fille ? Ou plutôt leur fille ? Non, ce n’était pas possible, Juliette n’y croyait pas mais elle dut se rendre à l’évidence, elle était la mère de cette sublime créature. Elle enlaça sa supposée fille d’une chaleureuse étreinte et l’embrassa sur la joue.

« Juliette, écoute-moi. Pose tes mains à la surface de l’eau et considère le liquide comme faisant partie de toi. Essaie de la bouger. »

La jeune de Mizuhan exécuta les ordres et apposa ses mains à la surface sous les regards attentifs des nombreux membres de sa famille. Elle dirigeait ses mouvements gracieusement et une sorte de déclic s’opéra en elle. Son cœur se serra et battit de plus en plus fort. Ses mains tremblotaient et l’eau en faisait de même. Elle éleva ses mains et le liquide en fit de même. Elle n’y croyait pas ses yeux, son élément obéissait à ses mouvements. Il suivait ses gestes ! Enfin, un mince filet d’eau s’éleva dans les airs, en se concentrant sur ce filet, en faisant abstraction de tout le reste, de tout le paradis qu’elle s’était créé à l’instant, ce dernier s’épaissit. Il devint aussi épais qu’un poing avant de d’arriver à un joli mètre de diamètre.

Son mari réapparu, lui caressa les cheveux et lui murmura à l’oreille :
« Félicitations mon amour. Ne t’inquiètes pas, on se retrouvera. Deviens la femme que tu as toujours rêvée d’être, vis ta vie pleinement. Nous serons là, nous t'attendrons. »

Cette phrase la sortit de sa torpeur et le magnifique paysage qui s’étendait devant elle disparut subitement. Juliette revint à la réalité, le retour fut si déstabilisant que l’eau qu’elle avait élevée s’écrasa dans le lac qui se profilait devant la jeune fille. Mais quelque chose avait changé en elle, oh oui, quelque chose était radicalement différent.

La vieille dame colla un baiser mouillé sur le front de la jeune fille et lui déclara fièrement :
« Tu as réussi ma petite, tu fais partie des maîtres de l’eau désormais. Sois fière de ce pouvoir et maintenant, va. Le monde n’attend que toi, tu es une véritable perle, alors brille, brille dans ce monde de brutes ! »

Juliette s’essuya d’un geste vif la larme qui roulait sur sa joue et remercia Alexia du plus profond de son cœur. Elle n’oubliera jamais ce que la dame a fait pour elle, jamais elle ne pourra oublier la vision qu’elle a eu. Maintenant qu’elle maîtrisait l’élément du mouvement, une chose lui manquait : l’entraînement. Juliette quitta Arkan, un baluchon sur les épaules, Goupix à ses côtés. Elle ne savait pas où elle atterrirait mais la route était encore longue avant de devenir celle qu’elle voulait devenir.
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 34
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum