[ Clos ] Manifesto [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Manifesto [Solo]

Message par Miku Hatsune le Ven 31 Jan 2014 - 19:19


« On deviendra, on deviendra, ces divisions de la joie, et tu verras, et tu verras, la beauté de nos choix »



Alors que des combats faisaient rage à l’extérieur, dans la tanière sombre et sèche, le calme n’était troublé que par les grognements d’une bête bleutée, dont les pattes étaient agitées de soubresauts étranges et saccadés. La chaleur ambiante déjà étouffante s’intensifia, l’air parut se déformer et le temps s’allonger à l’infini. Et puis, le nuage de poussière à l’extérieur retomba. Des couinements montèrent, doucement, faibles. Un colosse violet entra dans l’antre, recouvert de terre, de boue et de sang. Il avait choisi de vivre, et de gagner. Pour elle. Pour eux.

Un mois. Les Nidoran avaient tout juste un mois lorsque le feu ravagea leur foyer. Ils étaient neuf à leur naissance : le destin, la tragédie et leurs parents décidèrent qu’ils ne seraient plus que huit. En sauvant le maximum de leur portée, les deux Pokémon à corne laissèrent le plus petit et le plus chétif de leurs rejetons périr dans les flammes. C’était celui qui, de toute manière, avait les chances de survie les plus faibles, et les arbres tombés autour de lui comme une prison naturelle et impitoyable leur avaient donné raison.

Parmi les rescapés, les cinq femelles étaient les plus débrouillardes et les plus fortes, tant physiquement que mentalement. Ainsi, elles finirent rapidement par quitter le nid et la chaleur de la fratrie pour faire leur propre vie, ailleurs dans le Parc, ou aux côtés de dresseurs qui les avaient choisies pour parcourir les routes à leurs côtés. Seuls les trois frères demeurèrent, semblables mais pourtant si différents, tant par leur caractère que par l’affection qu’ils donnaient et qu’ils recevaient en retour.


******

« Encore des humains qui viennent nous déranger... Et saccager notre Parc... »

Furieux, le Nidoking frappa d’un coup violent la roche solitaire qui se dressait devant lui en le défiant. D’un coup d’œil rapide, il passa en revue ses trois fils, en s’arrêtant d’un air mécontent sur le dernier. Si les deux autres avaient évolué depuis plusieurs semaines, le dernier, lui, restait prisonnier de sa forme ridiculement petite et fragile de Nidoran stupide. Sentant le regard de son père le foudroyer, le petit Pokémon se recroquevilla, comme pour lui échapper, ce qui ne fit qu’énerver davantage le colosse. Mais soudain, une voix mélodieuse s’éleva, portée par les vents, et le Vénépic papillonna des oreilles, attentif à ce son jusqu’alors inconnu... Et agréable.

« Mauviette, ça t’intéresse ? Dire que ton frère est mort à ta place... C’est toi qu’on aurait dû laisser là-bas. Finalement, c’était toi le plus faible de tous... Oh, tu m’écoutes ? »

Il y avait longtemps qu’il ne l’écoutait plus, ne l’entendait plus, ne voulait plus l’entendre. Le Nidoran, sans même un regard pour ses frères, se dirigea droit vers l’origine de la voix, dans le but de la rejoindre. Après avoir échangé un grognement entendu, les Nidorino se lancèrent à sa poursuite, sans tenir compte de la Nidoqueen inquiète qui les implorait de ne pas partir... Ni du monstre qui les sommait de rester là.

Joie. Joie évidente et manifeste. Voilà ce que ressentit le petit Pokémon quand il vit la créature qui avait produit ce son si joli, et qui tranchait tant avec ce que son père lui disait sans cesse. Il savait, depuis toujours, qu’il n’était à sa place nulle part. Que pour son son propre père, il n’était qu’un bon à rien qui aurait dû mourir et laisser leur frère défunt en vie. Que pour sa famille, il était un poids, parce qu’il n’évoluait pas. Même si sa mère était gentille et même si ses deux frères aînés le protégeaient, malgré tout, il n’avait jamais été heureux. Trop faiblard, trop timide, trop chétif... Mais ce jour-là, il avait l’impression d’avoir trouvé son bonheur. De s’être trouvé, aussi. Cet être respirait la gentillesse et la bonté. C’était à ses côtés qu’il voulait rester... Et visiblement, il n’était pas le seul à vouloir vivre avec cette humaine. Non, avec ces humains, ceux qui avaient lutté contre d’autres humains malveillants. Mais tout se brouillait dans son esprit. Tout était confus, il se mit à courir pour la suivre, à demi aveuglé par cette lueur inespérée et que plus personne n’attendait, venant de lui...


«Je pense qu’il vaut mieux que je prenne celui-ci. Il est réservé, et il me semble jeune, il doit avoir évolué il y a peu... Et puis, je connais mal cette espèce. J’aimerais en savoir plus sur eux. »

Le Nidorino, qui semblait mal à l’aise dans ce tout nouveau corps, poussa un cri plaintif, avant de se blottir dans les bras de l’humaine. Elle l’avait choisi, tout autant qu’il l’avait choisie. Elle l’emmena alors avec lui, alors qu’il lançait un dernier regard à ses frères et, au loin, à sa mère... Sous l’œil surpris de son père.

******

« Atlas, ça te va ? Si tu as déjà un nom, n’hésite pas à me le dire. Ce drôle d’oiseau que tu vois là me traduira si je ne te comprends pas. »

Perdu dans les yeux infiniment doux et le sourire plein de bonté de la prêtresse, il acquiesça simplement, avant de tourner son regard vers le Pokémon qu’elle enduisait consciencieusement de baumes et d’onguents divers. Une coccinelle meurtrie et exténuée qui s’était littéralement écrasée contre un mur du Temple de l’Air Boréal... Et qu’elle avait récupérée pour la soigner avec application. Ainsi, assise là, au bord du lac, elle s’occupait de la pauvre bête, qui s’était carrément endormie dans ses bras, trop épuisée pour lutter.

« Quant à toi, nous verrons plus tard pour ton nom, d’accord ? Je suis sûre que tu pourras me le dire. Kawaisou !* »

Le Coxy entrouvrit un œil avec peine pour fixer son regard fatigué sur la jeune fille. Du fin fond de son sommeil, il l’avait entendue, mais il était trop faible pour pouvoir lui répondre, et il doutait, de toute manière, de sa capacité à le comprendre. C’était mal la connaître... Et alors qu’il sombrait de nouveau, Atlas, lui, relevait la tête pour humer l’air autour de lui.

« Tout va bien ? »

Le Nidorino hocha la tête en secouant ses grandes oreilles, puis se frotta doucement à sa maîtresse. Si le Nidoking n’avait pas choisi de vivre... Si ses parents n’avaient pas choisi de lui laisser la vie sauve... S’il n’avait pas choisi de suivre Miku... Tant de « si » se bousculaient dans son esprit pourtant désormais plus serein que jamais. Il était heureux, à présent, de pouvoir profiter de ces instants de partage manifeste, et d’être devenu, réellement, un petit fragment de ces divisions de la joie.

[*Le pauvre !
Post soumis à la contrainte 8 : retourner dans son passé.]

_________________
Et le Rêve s'ouvrit à ToiTaihei

1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match

Spoiler:

Service de vente de Pokémon d'Élevage : c'est par ici !
avatar
Miku Hatsune
Informations
Nombre de messages : 249

Fiche de personnage
Points: 36
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum