[ Clos ] A song for time [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] A song for time [solo]

Message par Anthere Osarian le Ven 21 Fév 2014 - 21:12

Contrainte n° 9 : Insister sur un sentiment particulier



La découverte du village en ruine avait retourné Anthère. En rejoignant Abigaël à Seian, la jeune fille n'avait pas beaucoup parlé. Pour la première fois, elle avait aussi pu mettre de côté les émotions des autres gens et n'entendre que la sienne, mais Anthère, bien que discrète, se sentait triste. Tout un village condamné, si elle avait pu remonter le temps... Mais cela aurait-il pu épargner le village ? À l'auberge, elle avait déplié une grande carte et avait constaté que ce qui était aujourd'hui des ruines, n'était même pas mentionné... Ce village n'existait pour personne. Était-ce la même chose pour Yiling ? Si son village venait à disparaître à son tour, est-ce que ses habitants et leurs histoires seraient vouées à finir dans l'oubli ? Combien de ville et d'histoires avaient disparu de la sorte, sans que personne ne s'en souvienne jamais ? Anthère replia sa carte négligemment, la jetant doucement sur un coin de son lit et ramena ses genoux sous son menton, entourant ses jambes de ses bras. Elle regardait par la fenêtre, un peu vide. C'était si triste, plus personne pour se souvenir.

Autour d'elle, ses Pokémon ne savaient pas comment réagir, il fallait souligner qu'Anthère était d'un bon vivant et que jamais rien n'avait semblé entacher sa bonne humeur. Sauf une fois peut-être, il y avait de cela trois ans, alors que Persik n'écoutait absolument pas ses ordres en entraînement, malgré tout le mal qu'elle se donnait. Mais là, c'était différent, sa tristesse était profonde et ils pouvaient tous deviner qu'elle avait vraiment été touchée par cette vision. Mais ils ne pouvaient rien faire, seulement attendre que la Mizuhanaise se remette de ses émotions et rester auprès d'elle. Même Quidam se montrait attentif, bien qu'Akasie  soit la plus chaleureuse de l'équipe et Khan semblait comme toujours perdu dans ses réflexions. Pourtant, il était bien plus connecté à Anthère que quiconque, même Persik, qui restait immobile sur le lit en ronronnant, accueillant avec plaisir ses compagnons dans ses plumes de coton immaculées, qui contrastait tant, avec son plumage atypique. Il ne s'entendait pas très bien avec Khan, mais cette fois il mettait ses griefs de côté, pour Anthère.

La jeune fille eut d'ailleurs de quoi penser un peu à autre chose, car un Roucool tapa à la fenêtre pour entrer. Anthère se leva et laissa le moineau se poser sur son bras, pendant qu'elle déposait dans la bourse accrochée à sa patte, quelques pièces de bronze pour le service. Justement, la lettre venait de Yiling. Se laissant doucement tomber sur le lit, Anthère laissa repartir le moineau et entreprit de lire sa missive. De nouveau, elle sentit une grande peine dans sa poitrine. Ravel n'allait pas bien... À priori, cette lettre avait mis longtemps à venir jusqu'à elle, car elle datait déjà de presque six mois. Ce qui était étonnant, car Anthère avait peu bougé. Oui enfin, partie en voyage autour du monde, un si petit oiseau devait avoir eu bien du mal à lui mettre la plume dessus. En réalité, c'était terrible... Parce que si cette lettre datait de tant de temps, Ravel... Si elle l'avait laissé chez ses parents, c'était bien parce que son voyage ne semblait pas lui faire de bien, il lui fallait du repos dans un endroit calme et stable. Cela faisait un an. Un an, elle avait laissé son Pokémon de côté depuis un an... Anthère s'en voulu.

Elle avait voulu sauver ce pauvre petit Pokémon, voué à une mort certaine dans l'état où elle l'avait retrouvé, si maigre, que tous les muscles de son corps avaient fondus, qu'il n'avait plus la force de lever la tête. Il ne restait pas grand-chose sur sa carcasse, pourtant, elle l'avait trouvé vivant, mais sans doute pas pour longtemps, alors en le capturant, elle avait espéré le sauver, mais finalement... Ne l'avait-elle pas abandonné et oublié ? Anthère essuya ses yeux envahit par les larmes et continua de lire. Mais qu'est-ce qui faisait le plus mal ? De savoir cela ? Ou de lire que ses parents avaient fini par le confier à quelqu'un ? Son coeur sembla tomber de deux étages. Eeva Slanzar, de Fla'or. Surprise, Anthère crut avoir mal lu. Mais non... Comment avaient-ils pu ? Anthère connaissait cette femme, pour l'avoir affronté une fois dans son arène. Une femme acerbe et détestable, qui faisait des combats une boucherie. Ses Pokémon avait faillis ne pas s'en remettre. Elle était un si mauvais dresseur pour confier ses propres Pokémon à cette femme ? Ravel était sans doute déjà mort.

Pourtant, ne lui aurait-on pas écrit ? Ne l'aurait-elle pas su d'une manière ou d'une autre ? Tant qu'il y avait un doute... Anthère soupira. Une fois n'était pas coutume, elle devait retourner à Yiling. Ne donnant qu'une explication sommaire, ce qui n'était pas vraiment dans ses habitudes, Anthère laissa Abigaël à ses propres affaires et chercha une monture adéquate. À prix abordable, les recherches n'étaient pas aisées, mais finalement, c'est auprès d'un drôle de jeune homme, un peu plus âgé qu'elle, qu'Anthère trouva son bonheur. Mais elle déchanta en arrivant, une nacelle bizarrement tressée (oui, tressée, reposait derrière pas moins de six gros insectes, presque aussi gros que son poney. What ?! Mais le jeune homme ne laissa pas Anthère se rétracter et la fit monter, la poussa, plus exactement dans la nacelle et donna un coup de rênes (jamais Ô grand jamais un vrai meneur ne faisait ça !) sur ses insectes. Le départ/décollage fut immédiat et Anthère fut propulsée au fond du panier, manquant de tomber à la renverse, tant ce départ canon avait été violent. Attrapant les bords du panier, pour se cramponner un peu, beaucoup très fort ; elle put voir que Seian était déjà bien loin, ainsi que le bon vieux plancher des Ecremeuh.

La jeune fille devait se rendre à l'évidence, elle venait de tomber sur le seul carrossier (ou arnaqueur, elle ne doutait plus qu'il soit un faux diligencier), complètement allumé, qui aimait le voyage express avec six Ninjask, tout aussi atteints, à pleine vitesse. Se sentant mal, Anthère dû se résoudre à regarder vers le fond du panier, ni le cocher, ni les Pokémon attelés ne semblant pas souffrir d'un tel voyage. À peine le temps de se retourner et déjà, même l'île de Terros était loin derrière la ligne d'horizon. Ayant mal au coeur pendant tout le voyage, Anthère n'osa pas regarder le paysage, malgré le babillage incessant du jeune homme, entre deux cris pour relancer ses Ninjask. Finalement, après de longues heures de voyage, qu'Anthère trouva particulièrement lente à s'écouler, comme si le temps prenait un malin plaisir à ralentir au maximum, ils arrivèrent en grand fracas à Yiling. La nacelle manqua de s'exploser par terre, Anthère fut carrément éjectée tandis que l'homme un peu fou, se contentait de rester dans un équilibre sur là-dite nacelle, entraînée par les Ninjask qui commençaient à s'emmêler les pinceaux. Au sol, dans une posture un peu chaotique, la seule chose à laquelle pensa Anthère était simplement « plus jamais. ». Elle balbutia un remerciement, paya le jeune homme et fit sortir ses Pokémon. Elle monta son poney, n'ayant pas la force de marcher elle-même.

Petit à petit, elle s'éloignait du centre du village. Elle vit, de loin, le jeune homme remettre la nacelle debout, remballer les Pokémon insectes et commencer à réparer son bien. Elle en avait croisé des personnes un peu atteinte, mais de ce genre-là, jamais. Affichant quand même un minuscule sourire, elle se détourna pour diriger Ourasi vers les serres. Situées un peu en retrait près d'une colline, une petite maison sans prétention était accolée à un long bâtiment en bois dont une large surface était en verre. Enfin chez elle, Anthère était contente de rentrer, mais elle voulait tout repartir au plus tôt. Elle vit son père partir du puits qu'il avait creusé, il y avait de cela bien des années pour porter deux seaux bien remplis vers la serre. Sentant son envie d'arriver vite, le poney de feu se mit au galop et le bruit régulier de ses sabots interpella l'homme. Il lâcha ses seaux, Anthère sauta de son poney et alla embrasser son père. Cela faisait une éternité et elle eut envie de pleurer. Refoulant ses larmes, William l'entraîna dans la serre, où se trouvait Valériane.

Les retrouvailles furent encore plus chaleureux que dans son souvenir et comme ils ne s'étaient plus vus depuis son retour fugace à Arkan, où elle en avait profité pour gagner son Badge d'ailleurs, contre Tyla, Anthère dû faire un récit extrêmement détaillé de sa vie à Terros et près de Seian. C'était là-bas qu'elle y avait vu la pluie d'étoiles filantes, là-bas qu'elle avait remporté un Ruban Comète Dansante, ce dont sa mère se montra extrêmement fière et consentit enfin à vanter les bons goûts d'Anthère sur ses Pokémon. Évidemment, c'était Akasie qui lui avait fait gagner grâce à sa prestation, une Phyllali... Anthère échangea un regard complice avec son père et dissimula un sourire. Et puis, il y avait aussi sa rencontre avec Abigaël où elle se fit notamment traiter de folle, dévoilant à ses parents qu'elle ne savait pas qui étaient les « d'Alma ». Des notables de Terros, assez pour que ses parents connaissent leur nom. Ah bon ? Mais la jeune fille n'eut pas la curiosité de leur demander comment ils pouvaient connaître des gens dont on n'entendait si peu parler à Seian même... Et puis son récit se tourna vers son nouveau match, contre Gareth de Seian, qui avait été surprenant, parfois déroutant, mais pas si simple et enfin, le malheureux et dernier épisode.

Heureusement, rien n'était arrivé de grave ici, Yiling vivait un peu en retrait du monde et à part quelques Kangourex dans les plaines qu'on s'était gardé d'approcher, tout c'était bien passé. Anthère, encore une fois, s'en voulu. Elle n'avait absolument pas pensé à son village pendant ce temps-là. Et si des Méga-Kangourex étaient venus et avaient tout ravagé ? Se sentant mal, son état d'esprit dû se voir, car son père posa une main sur son épaule, lui faisant remarquer que la disparition d'un village, celui qu'elle avait vu, arrivait rarement, mais que personne n'y pouvait rien. Malgré tout, après une bonne journée de voyage (ses parents n'en revenaient pas que son voyage ait été si rapide, il y avait vraiment des allumés dans les villes !), la soirée passa tranquillement. Les Pokémon furent logés dans la serre, malgré la désapprobation nette de Valériane (mes chères plantes) et seul Khan resta avec Anthère. D'ailleurs, William se lança une bonne partie de la soirée dans un jeu de regard (le premier qui détourne les yeux a perdu), le nez presque collé sur le bec du moineau vert. Après trois heures et des dizaines de revanches, Khan fut déclaré grand vainqueur et William entraîné de force par sa femme pour aller se coucher.

De retour dans sa chambre, lieu hautement sécurisant et familier, Anthère eut pourtant du mal à trouver le sommeil. Plongée dans de vieux souvenirs et des pensées plus ou moins du Présent, sa peine et une forme de nostalgie s'installèrent. Après des heures à regarder la Lune se mettre en mouvement depuis le dessous de sa couette, sa chambre lui remémora de très vieux souvenirs. Anthère le revoyait très nettement, des souvenirs de son enfance, du bon vieux temps. Le vieux temps, était toujours bon, pas vrai ? Les mauvais souvenirs, on les effaçait, tout simplement... C'est entre les ailes de Cresselia qu'Anthère fini par s'endormir, épuisée de résurgence de tant de souvenirs.

Elle ne se leva pas très tôt, le lendemain matin, déjeuna rapidement et rejoignit ses parents dans la serre, où la magie de l'eau de Quidam furent mis à contribution, aidé de Persik qui se contenta de l'imiter. Laissant Phyllali gérer la bonne tenue de la serre pour le matin, Anthère put demander à ses parents de lui prêter une attention particulière ; elle en vint donc à parler de son Medhyena, qui comme elle l'avait bien sûr remarqué, était absent de la ferme. Ses parents se sentirent un peu gênés, mais durent avouer que si le Medhyena s'était un peu remit de son mal, il était devenu vite ingérable, même encore faible. Ne pouvant donc lui donner les soins nécessaires, ils avaient été obligés de s'adresser à divers dresseurs. Malheureusement, il avait fallu se déplacer jusqu'à la ville, Arkan, pour finalement apprendre que la Championne avait rendu son tablier. Surprise, Anthère comprit pourquoi ils s'étaient tournés vers Fla'or, mais cette pension devait leur couter une fortune... Mais si le Medhyena était un danger. Bien qu'elle n'en dit rien, une fois de plus, Anthère sentait le remord poindre. En plus de ne pas les aider, elle commençait à leur coûter cher...

La matinée passa lentement et Anthère profita un maximum de ses parents et de sa maison. Midi passé, elle annonça donc qu'elle partait pour Fla'or, laissant la plupart de ses Pokémon sur place, n'emportant que son poney et le moineau qui avait ancré ses pattes dans ses vêtements. À vrai dire, Anthère connaissait la route et n'avait pas besoin de plus. En cette saison, même s'il faisait un peu frais, la route était dégagée et en ce moment la météo était bonne, alors avec un peu plus d'une journée de voyage tranquille, la jeune fille arriva à Fla'or. Il faisait presque nuit, le soleil descendait sur la mer, projetant une lumière particulière sur la ville, dont la glace la reflétait. Se dépêchant, elle parvint jusqu'à l'Arène dont la porte n'était heureusement pas fermée.

« L'Arène est fermée, c'est l'heure de la fermeture. » Lança une voix qu'Anthère trouva sèche et impérieuse, mais ce n'était peut-être que parce qu'elle connaissait la femme à qui elle appartenait.

Une femme aux cheveux flamboyant s'approcha d'elle, contournant le bassin d'eau glaciale, habillée d'un ensemble blanc. La regardant approcher, Anthère eut une drôle d'impression. C'était bien Eeva Slanzar, il n'y avait pas de doute là-dessus, mais elle avait l'air un peu différente de la dernière fois. Et si autrefois, cette horrible femme avait fait preuve d'une barbarie sans nom, au niveau de ses pouvoirs d'empathe, c'était le calme plat. À l'époque, Anthère était certaine que ça n'aurait pas été le cas. C'était bizarre non ? Du coup, elle se méfiait un peu plus.

« Je viens pour mon Medhyena qui a été déposé ici par mes parents il y a plusieurs mois. »

Peut-être était-ce elle, mais le regard que venait de prendre Eeva ne disait-il pas qu'elle venait enfin s'occuper de lui, après des mois d'abandon.

« Le petit Ravel, oui. Suis-moi. »

Sans mot dire, Anthère suivit Eeva. Elles contournèrent le bassin d'eau glacée et tout au fond de l'Arène, Eeva révéla une porte dont jamais Anthère n'aurait pas soupçonné l'existence. Elles débouchèrent sur un gigantesque patio, comme une prairie au climat plutôt tempéré. Oh ! C'est pour cela que l'Arène semblait bien plus grande vu de l'extérieur, parce qu'il y avait un endroit spécial pour les pensionnaires ? Dans cette biosphère recrée, Anthère put voir de nombreux Pokémon, entre autre, un grand Démolosse, un Pomdépik, un Métamorph, la tête d'un magnifique Lokhlass (elle l'avait affronté celui-là, Anthère s'en souvenait très bien) une espèce de méduse un peu étrange et qui venait sans doute de Tenkei, il avait une bonne tête pour cela et bien d'autres. Et bien... A priori, son affaire tournait bien... Assez pour avoir des pensionnaires variés en tout cas. Eeva prit un sifflet et souffla. Anthère n'entendit rien, mais elle était certaine que Ravel oui. L'animal arriva au galop, son attention centrée sur la rousse. La différence choqua Anthère tant elle était flagrante. Elle l'avait connu mourant, à l'état de cadavre et aujourd'hui, il avait grandi et arborait une belle musculature, même si apparemment, il resterait toujours un peu petit.

« Tes parents l'ont amené ici il y a six mois environ. Il avait été malnutri, tu l'as trouvé presque mort à Terros et tu l'as ensuite confié à tes parents parce qu'il ne pouvait pas voyager c'est bien ça ? »

« Oui. »

« Vouloir sauver une autre vie, ça part d'un beau geste, mais il faut un peu réfléchir avant de se lancer. »


Surprise de ses propos, Anthère ne trouva rien à répondre.

« Sauver un animal sauvage de la mort, c'est joli, mais tu n'as jamais pensé à ce qu'il deviendrait ? Tu l'as confié à tes parents et tu es partie, que tu saches gérer des Pokémon assez faciles, d'accord, mais avec un animal difficile, ça empire très vite. Tes parents n'ont aucune notion de dressage de Pokémon. Rends-toi compte que tu les as mis dans la galère, Ravel est très vite devenu difficile et agressif. Ils n'ont pas eu d'autre choix que de le laisser ici, avant qu'un accident arrive. Cet animal n'avait jamais été éduqué, c'est un dominateur. J'espère que tu as pris du galon depuis notre dernière rencontre, ça ne sera pas facile avec lui. »

Sous le choc, Anthère n'en revenait pas. Elle venait de prendre un savon par une folle furieuse pour avoir laissé son petit Medhyena aux bons soins de ses parents ? Vexée, Anthère ne pouvait pas reconnaître qu'Eeva Slanzar n'avait peut-être pas tous les tords.

« Je vois beaucoup de Pokémon qui finissent abandonnés, faute de compétence de la part de leur dresseur, mais je ne peux pas empêcher les gens de prendre des animaux, même s'ils n'ont pas suffisamment de connaissances pour les maîtriser. »

« Je sais maîtriser mes Pokémon. » répondit Anthère, coupant un peu la parole à la Championne.

« Dans ce cas. »

Eeva lui tendis alors la balle, sa balle. Anthère l'a pris et approcha son Pokémon, qu'elle n'avait pas revu depuis si longtemps. Malgré la vexation que venait de provoquer Eeva, elle était contente de revoir Ravel. La réaction fut immédiate, Anthère ressentit un choc assez violent dans la poitrine, alors que simultanément, la hyène tenta de la mordre. Anthère, qui s'était agenouillée, recula et tomba, hautement surprise. Quoi ? Eeva intervint, faisant reculer la bête et la maîtrisant sans aucune difficulté. La jeune fille, ne pouvait ignorer ce qu'elle ressentait. Enfin, ce que le Pokémon ressentait vis-à-vis d'elle, une grande aversion. Anthère en était choquée, était-ce bien son Pokémon ? Après tout, elle l'avait quand même gardé un moment avec elle, ce n'était pas comme s'ils ne s'étaient vus qu'une ou deux fois !

« C'est ce que je te disais, tant qu'il était faible et qu'il ne pouvait pas avoir le dessus, il était facile. Une fois chez tes parents, qui n'ont aucune connaissance, il a commencé à prendre le dessus et à vouloir les mordre. Tes parents ont vécu un enfer avec lui et il a même été très compliqué de les faire venir, pour finir, j'ai dû aller le chercher moi-même. Les types Ténèbres sont généralement difficiles à dompter. Quel genre de Pokémon tu as ? »

Anthère mit un moment à se relever et à avaler la nouvelle avant de répondre.

« J'ai heu, un oiseau, une Phyllali, un Ponyta, un Nidoran et ce Natu. »

« Des Pokémon plutôt conciliants par nature, type Normal ton oiseau ? Quel genre ? »

« Oui, je l'ai tout petit, il a évolué, mais il n'est pas difficile. Petit c'était plutôt comme un Roucool, le même genre. »

« Je vois. Ravel va te donner du mal, il va vouloir te dominer, à toi de faire ce qu'il faut pour le dresser. »


Anthère se sentit perdue. À la manière dont Eeva en parlait, cela ressemblait d'avantage à mater un Pokémon, plutôt qu'à l'éduquer. Devant elle, l'échine ébouriffée, Ravel avait l'air de la détester, c'était vraiment ça qu'il pensait ? La jeune ne pouvait pas y croire, elle l'avait connu si gentil...

« Mais, il va vouloir me mordre et s'il blessait mes autres Pokémon, si... »

« Si tu n'y arrivais pas ? »

Anthère resta silencieuse.

« Je vais être franche, mais il fallait y penser avant. Maintenant ce Pokémon est à toi. Tu as plusieurs choix, le reprendre bien sûr et le dresser ou te laisser dominer par lui. Tu peux me le laisser, mais il n'y a pas que les Pokémon qu'il faut dresser, les maîtres aussi ont parfois besoin de leçons. Tu peux aussi le relâcher, ou lui trouver une famille. »

« Le laisser ici ? Je n'ai pas les moyens, les pensions sont trop chères pour nous. »

Sa voix se brisa. Luttant pour ne pas avoir à se mettre à pleurer devant Eeva, elle baissa la tête et laissa ses cheveux bruns masquer la vue, tout en ravalant ses larmes. Si elle le reprenait, il risquait de mettre en danger ses autres Pokémon et elle ne connaissait personne qui puisse le reprendre, sans parler du fait qu'elle aurait bien du mal à le transporter... ET si elle le prenait, mais qu'elle ne trouvait personne... Quant à le relâcher, elle n'était pas certaine que ce soit la bonne solution, livré à lui-même, elle était presque certaine qu'il finirait par mourir de faim. Il avait perdu sa meute, il y avait de grandes chances pour qu'il n'en trouve plus.

« Qu'est-ce que tu vas faire ? »

La question était insupportable. Si elle avait pu prédire tout cela... Elle l'aurait confié à un Champion et ne l'aurait pas gardé. Elle était bête. Elle jouait les dresseurs de Pokémon, mais dès que ça se corsait, elle n'était plus capable de rien... Elle ne pouvait même pas l'approcher. En fait, elle n'avait eu que de la chance jusqu'à maintenant... Persik avait un lien de confiance étroite avec elle, mais il n'était pas méchant, Ourasi était un peu compliqué, mais elle connaissait les chevaux. Akasie avait intégré son groupe d'elle-même et les Evoli étaient par nature adorable avec les gens, alors même en évoluant... Et puis c'était elle qui avait battu Nidoran, quant au Natu, il se plaisait avec elle, alors forcément... Anthère baissa les yeux et regardait l'herbe. Que devait-elle faire ? Elle était incapable de dresser un Pokémon un peu moins docile, elle ne pourrait jamais s'en occuper... C'était la pire décision qu'elle avait eu à prendre, qu'allait-elle pouvoir faire de lui ? Sentant le regard d'Eeva sur elle, Anthère reprit la parole, mais sans oser la regarder.

« Si je le reprends, qu'est-ce qu'il se passera ? »

« Ça dépend de toi. Soit tu le dresses et tu t'imposes, soit c'est lui qui s'impose. S'il s'impose et sait que tu n'es pas un dominant, il te remettra à la place qu'il pense être la tienne, il t'attaquera, te menacera. Ça peut aller loin, surtout s'il évolue. Tu as déjà entendu parler des accidents avec des Pokémon devenus incontrôlables, je suppose ? »


Oui, bien sûr que oui... Maintenant, elle était certaine d'être incapable de se mesurer à la férocité de ce Pokémon. Et comment regarder en face un Pokémon qu'elle avait abandonné ? Pas étonnant qu'il la déteste autant...

« Je ne peux pas le reprendre. Trouvez-lui une bonne maison. »

S'esquivant de ses responsabilités, Anthère affronta le regard d'Eeva.

« Très bien. Hum... Ton Pokémon pourrait m'intéresser dans le cadre de mes recherches, je suis aussi Chercheur, j'ai quelques projets aussi divers que l'étude des types ou des évolutions. »

Hé bien ! Cette Eeva Slanzar n'y allait pas par quatre chemins. Encore une fois prise au dépourvu, elle constatait que cette femme était une opportuniste, Anthère venait de faire le choix le plus difficile et douloureux, elle en était d'ailleurs honteuse et avait une peine comme jamais et... Et elle venait de lui annoncer de but en blanc qu'elle voulait se servir de son Pokémon, sans le moindre état d'âme ?!

« Comme vous voulez, de toute façon, il n'a pas envie d'être avec moi. » Dit Anthère, interloquée, dépassée par le comportement de cette femme.

La jeune fille paya la facture, qui comme elle le pensa, était assez lourde, ses parents n'avaient pas pu payer tout de suite et avaient demandé d'attendre une rentrée d'argent. Pour le printemps, bien sûr, grâce à la serre... Mais au moins, Anthère avait pu au moins éviter qu'ils  se ruinent à cause d'elle. Son départ fut... Non pas froid, mais Eeva semblait capable de mettre avec brio une distance avec les choses. Anthère préféra ne pas se retourner et abandonna la Pokéball sur le bureau de la Championne, la remercia sans trop de chaleur et partit. Une fois dehors, sur le dos de son poney, elle ne put s'empêcher de pleurer le Ravel qu'elle avait connu.

Deux jours plus tard, elle était rentrée, déconfite. Au cours du dîner, Anthère avait donc parlé de son entrevue avec Eeva Slanzar et William ne put que rassurer sa fille, lui assurant qu'elle avait fait ce qu'il fallait, que parfois, on était déçu par certains animaux, mais qu'il valait mieux se séparer si les choses n'allaient pas. Anthère cependant, se sentait toujours honteuse et peinée et il lui fallut quelques jours pour se remettre. Et puis, malgré l'avis de son père, il fut temps de repartir... Anthère avait déjà fait rentrer ses Pokémon dans leur balle respective et allait donc au village pour chercher une diligence vers Arkan. Quelle ne fut pas sa surprise de voir le jeune allumé, toujours accompagné de son char de Ninjask.

« Je vous emmène faire un tour ? »

Il la regardait avec un sourire non dissimulé, mais Anthère s'était promis de ne plus jamais remonter là-dedans. Pourtant, elle se laissa séduire par le jeune homme, feignant de rentrer dans son jeu et remonta dans la nacelle infernale, vers Seian. Le temps était magnifique et le soleil éclatait de toute sa brillance sur une mer scintillante.

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 986

Fiche de personnage
Points: 119
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum