[ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Ninj le Lun 28 Avr 2014 - 1:28

Il était temps… plus que temps. Chaque jour de la semaine passée avait eu pour seul aboutissement cette nouvelle matinée pour laquelle l’ensemble de l’équipe s’était rassemblée. L’heure du prochain voyage était arrivée ! Les derniers venus avaient été briefés sur l’avancement de l’histoire… Tandis que les autres s’étaient entrainés au maximum pour pouvoir affronter une nouvelle fois l’armée du groupuscule voulant la mort de l’âme de Cryptéro.

Une fois encore, les voyageurs du temps se trouvaient au chevet de Soriu, dans cette chambre qui commençait à devenir un peu trop étroite pour le nombre croissant qu’ils étaient. Pour la première fois, Arcanin les avait rejoints… pour la première fois, Ninj se trouvait également ici… et pour la première fois, Voltali refusait de rejoindre le groupe. Pichu fut d’ailleurs la première à réagir à cette absence, tandis qu’elle clamait haut et fort ce que tout le monde pensait :

« Elle va vraiment rester là ? J’la savais têtue, mais pas au point d’abandonner une histoire en cours de route. », Marmonna Pichu d’un air pensif avant de rajouter, plus sûre d’elle : « Bon, j’vais la chercher ! »

Reï tendit une patte en direction de la gamine, avec dans l’idée  une réplique justifiée expliquant que Pichu était probablement la dernière personne que la renarde électrique souhaitait voir… Toutefois, il venait de passer la semaine à se faire électrocuter à chaque fois qu’il tentait de se rapprocher de celle qu’il pensait être son amie… alors finalement, peut-être devait-il définitivement la laisser tranquille, et ce malgré les sentiments qu’il ressentait ? Des sentiments… bien plus forts qu’il ne l’aurait imaginé. Ce n’est que maintenant qu’elle refusait de le voir qu’il le comprenait… cette séparation brutale le brulait de l’intérieur, à la façon d’une douce flamme que l’on aurait allumé pour embaumer son cœur, mais que l’on aurait oublié de surveiller. A présent, cette flamme ravageait la totalité de son corps, allant jusqu’à lui faire regretter de l’avoir un jour laissée s’allumer…

Pichu n’eut pas à chercher bien longtemps : elle trouva la renarde électrique chez Ninj, allongée sur un des fauteuils du chercheur comme si de rien était. Lorsqu’elle entra en claquant la porte, la gamine aux cheveux d’or s’exclama immédiatement avec sa classe habituelle :

« Hey, la boudeuse ! Ramènes tes fesses, on part dans cinq minutes ! »

Evidemment, la renarde ne lui accorda pas la moindre attention et fit mine de n’avoir rien entendu malgré la voix perçante de l’enfant. Insistante, Pichu alla jusqu’à s’approcher d’elle pour la tapoter d’une de ses mains afin de la forcer à se remuer. Elle attendit ainsi plusieurs minutes, bien décidée à ne pas repartir seule. D’ailleurs, c’était une idée ça…
En voyant que rien n’y faisait, Pichu afficha un large sourire avant de conclure son intervention d’un simple
« D’accord ! » Satisfait avant de se diriger vers un autre fauteuil. Et sans laisser paraître la moindre forme d’explication, elle s’avachit à son tour avant de bailler bruyamment tout en s’étirant à bras tendus. Surprise, Voltali entrouvrit un œil pour observer l’autre chicaneuse et essayer de comprendre ce qu’elle comptait faire en s’asseyant à son tour… Hélas, il n’y avait rien d’évident à déduire de ce geste. Pichu n’était pas patiente… jamais elle ne se serait assise uniquement pour attendre un changement d’avis potentiel de la Voltali. Incapable de deviner la raison de ce geste seule, la renarde poussa un profond soupir avant de céder à ses questionnements intérieurs :

« Qu’est-ce que tu fabriques… », Questionna-t-elle d’une voix irritée qui ne fit qu’élargir le sourire de la gamine.

« Bah rien, comme toi. », Répliqua Pichu, innocemment.

D’ailleurs, rien, ce n’était pas intéressant ! Souhaitant s’occuper, la gamine attrapa entre ses bras l’œuf récupéré par Malosse la semaine passée et commença à l’essuyer longuement à l’aide d’un torchon humidifié de vapeur chaude. Voilà qui était beaucoup mieux… au moins, elle faisait quelque chose d’utile ! Ou presque.
Bref, selon la renarde, il n’y avait toujours aucune logique dans cette réplique… à moins que… non… Pichu n’oserait tout de même pas…

« Tu vas les mettre en retard. », Tenta Voltali, une arrière-pensée en tête…

Et effectivement, la réponse de Pichu fut celle qu’elle avait envisagée suite à sa dernière réplique…

« Pourquoi ? Si tu considères qu’ils n’ont pas besoin de toi, c’est qu’ils n’ont pas besoin de moi non plus… Autant en profiter un peu, pour une fois que tu m’apportes une bonne nouvelle ! », Ricana la gamine.

Les deux yeux de Voltali s’élargirent de surprise. Comptait-elle réellement laisser Ninj et les autres se battre seuls ? Il fallait… il fallait qu’au moins une d’entre elles s’y rende… qui les défendrait, sinon ? Mais elle, elle ne pouvait pas… elle ne pouvait tout simplement pas… Pas après son dernier voyage. Pichu allait devoir céder. Secouant la tête, Voltali soupira une seconde fois avant de reposer son crane sur ses pattes en espérant que clore cette conversation stupide suffirait à faire repartir la Gijinka. Hélas… Pichu semblait déterminée à rester.

Et c’est ainsi qu’après une bonne dizaine de minute, Libegon apparut à la fenêtre de la chambre de Soriu pour expliquer ce qu’il venait d’espionner à la fenêtre de chez Ninj :

« Elles ne viendront pas. », Se contenta-t-il de résumer.

Certains déglutirent à l’idée de perdre deux puissantes guerrières… d’autres se réjouissaient de l’absence du démon… mais au final, les faits étaient là : le voyage se ferait sans les deux têtues du groupe, pour le meilleur et pour le pire. Caressant le crâne touffu de son fidèle compagnon à quatre pattes, Ninj s’exclama d’une voix optimiste :

« Tant pis, on s’occupera de les remplacer, pas vrai mon gros ? »

Arcanin répondit d’un jappement joyeux, éveillant quelques sourires sur les visages de leurs amis. Il était plaisant de revoir ces deux-là réunis… il ne restait qu’à espérer que le choix de laisser Pichu et Voltali en arrière ne serait pas aussi catastrophique qu’il y paraissait.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Mar 29 Avr 2014 - 19:01

"Vous vous rapprochez de la fin ... inexorablement ... vous êtes proches d'en terminer."

La Cryptero murmure cela avec lenteur tandis qu'elle fixait tout le groupe. Elle poussa un profond soupir, comme prise d'une grosse fatigue. Malgré la semaine qui passait, elle ne semblait pas aller tellement mieux et reprit d'une voix lente, très lente :

"Si vous survivez à cette session ... il ne vous en restera plus qu'une. Cette dernière ... est vraiment très problématique. Je remarques ... Qu'elles ne sont pas là. Vous perdez deux forces majeures. Ce n'est pas bon ... du tout."

"Ils peuvent compter sur moi,  Cryptero. Quant à toi, tu as une mauvaise mine, reposes-toi. Je me suis entraînée toute la semaine. Les erreurs de la dernière fois ne se reproduiront plus, je vous le promets. Est-ce que nous ... pouvons nous en aller ?"

"Je vais le faire. Préparez-vous ... et ne la jugez pas pour ce qu'elle a fait. Soriu est sa dernière ancre dans la réalité ... sans lui, elle ne serait plus rien. Soriu ... Merci."

Puis sans laisser le temps aux autres, ils furent tous téléportés. Quand ce fut le cas, la Cryptero, restée seule avec Soriu, posa sa tête sur le torse du jeune homme, fermant les yeux, continuant de murmurer :

"Merci pour tout ... Soriu ... merci."

Quand ils furent de retour, la ville n'avait pas tellement changé au final, loin de là. Quelque chose manquait ... peut-être quelques signes de vie ? Et le ciel était tout le temps obscurci bien que la nuit n'était pas tombée, loin de là. Pourtant, tout semblait plus calme, beaucoup plus calme ... ou presque ... peut-être trop ?

"Vous êtes donc de retour ? De longues années se sont écoulées, n'est-ce pas ?"

La voix était étrangement douce, très douce ... beaucoup trop pour correspondre à celle de la personne encapuchonnée en face d'eux. D'ailleurs, cette personne était anormalement grande. Elle devait bien mesurer deux mètres de hauteur et portait des brassards de toile noire. D'ailleurs, sa peau était aussi plus que foncée alors que dans sa main droite, elle tenait un long sceptre, très long sceptre dont le bout ressemblait à un oeil de Cryptero avec ses ailes. L'oeil était presque comme vivant, chaque déplacement faisant bouger le saphir représentant la pupille à l'intérieur. C'était donc ainsi ? Elle reprit la parole, disant d'une voix tendre :

"Si vous voulez bien me suivre, je penses que Soriu sera ravi de vous revoir. Si vous ne me reconnaissez, c'est moi, l'âme de Cryptero. Je sais que ça vous parait étrange mais ça fait huit nouvelles années. Nous tenons le coup depuis des années même si je suis la grande prêtresse, je fais de mon mieux. Vous savez, sans Soriu, je ne crois pas que j'aurais eut les épaules assez solides. Il est vraiment devenu l'homme le plus impor..."

"Ah ! Friyendia et les autres ! Vous êtes de retour ? C'est toujours difficile de patienter en espérant attendre votre retour !"

La femme encapuchonnée se statufia sur place, son sceptre bien raide alors que Soriu apparaissait d'un toit, tombant devant eux. Encore une fois, malgré huit années passées, son physique n'avait pas changé d'un poil. Ses yeux étaient toujours là, aucune trace de cicatrice bien qu'il arborait maintenant des tenues plus chaudes, que ça soit comme une chemise sans manche laissant ses épaules, ses bras et le centre de son torse nu. Il se tourna vers la femme encapuchonnée, la regardant avant de dire :

"Et bien ? Pourquoi est-ce que tu te caches devant elles ? Ce ne sont pas vraiment des inconnus, non ? Pardonnez-là, malgré les années, elle reste une femme assez timide."

"Je n'ai ... pas vraiment envie de me montrer, Soriu. Je crois que nous avons mieux à faire, non ?" dit maintenant la femme avec une neutralité qui sonnait bien fausse. Elle commença à s'éloigner, faisant quelques pas tandis que Soriu demandait aux autres :

"Mais qu'est-ce que j'ai dit de spécial ?"

"Je ne sais pas si je dois être jalouse ou non, en fin de compte ?"

La Momartik humanisée déclara cela, semblant presque dépitée par la réaction de Soriu tandis que toute la troupe s'avançait en direction du temple. A l'intérieur; contrairement à auparavant, il y avait beaucoup plus de monde mais de toutes les sortes. Que ça soit les soldats, les citoyens ou les religieux, tous semblaient plus unis ... mais en même temps plus exténués et fatigués. Il était possible de voir quelques esprits vagabonds, comme s'ils étaient à peine conscients, accompagnant quelques hommes et femmes. Et que dire des lézardes sur les murs du temple. Peut-être que tous allaient mieux par rapport à auparavant mais ça ne changeait pas une chose : la situation n'était pas aussi reluisante qu'auparavant. Quelques enfants s'approchèrent de Soriu et la jeune femme encapuchonnée, chacun caressant leurs chevelures avant de les rassurer. Lorsqu'ils furent éloignés, la femme encapuchonnée murmura :

"Ils ne survivront pas la semaine. Ce n'est pas la maladie ou les accidents qui les emporteront. Ce sont les Cieux et les Abysses. Ils viendront les chercher. Ces personnes dans le temple espèrent que je puisses toutes les sauver et c'est ce que je tenterais ... c'est ce que je ferais ... du mieux que je le peux. Nous sommes comme un peu le dernier rempart face à l'adversité. Si nous faiblissons maintenant, ce qui nous attends est pire que la mort. Je ne remercierais jamais assez la déesse Cryptero de vous avoir mis sur ma route. Nous avons joué avec des forces qui nous dépassent et je serais prête à subir ma punition. Néanmoins, cela ne veut pas dire que tous ne peuvent pas être sauvés. Merci d'être revenu ... encore une fois. Il y aura une nouvelle cérémonie la semaine prochaine ... mais cette fois-ci, il faudra que vous acceptiez de rester avec nous pendant tout ce temps. Cela sera très dangereux, je suis désolée ... mais je ne pense pas qu'il soit possible de faire autrement."

Finalement, elle retira tout son attirail qui la camouflait, se présentant face aux autres personnes. Huit années s'étaient passées. Huit longues années. Depuis la première foi qu'ils avaient connue l'âme de Cryptero, celle était maintenant devenue une jeune femme. Contrairement aux autres, sa peau était noire comme l'ébène tandis que sa tenue de tissu donnait plus l'impression d'être un mélange de prêtrise et de danseuse, tout cela réuni en un seul accoutrement. Ses yeux fixaient Soriu puis les autres personnes tandis que ses cheveux blancs ne semblaient n'avoir jamais été coupés, deux tresses aux pointes noires étant faites, terminée par des fourches. Le reste de sa chevelure pouvait au moins atteindre ses cuisses, se terminant par un morceau de tissu jaune qui s'ouvrait en plusieurs rubans multicolores. Sa poitrine qui n'avait rien à envier à celle de Friyendia était camouflée en partie par un tissu blanc tandis qu'elle portait un long pantalon de toile doré/orangé, une partie de ses hanches étant visibles elle aussi.  


Taille réelle


Dernière édition par Soriu Tiadramat le Dim 18 Mai 2014 - 15:20, édité 1 fois

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1740

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Ninj le Sam 17 Mai 2014 - 1:44

*******

Elles l’avaient fait… elles étaient toutes les deux restées confortablement assises tandis que Ninj et les autres allaient risquer leur vie seuls. Après plusieurs minutes silencieuses, Pichu avait finalement perdu son sourire moqueur : jamais elle n’aurait cru que Voltali resterait sans rien faire. Il lui aurait paru logique que Voltali refuse de retourner dans le passé si elle-même s’y trouvait… mais visiblement, ce n’était pas sa présence qui dérangeait la renarde électrique. Mais alors qui ? Ninj ? Non… Voltali et le chercheur savaient s’apprécier à leur façon. Arcanin ? Encore moins, les deux canidés s’ignoraient depuis des mois. Alors qui ? Reï ?

Pichu avait surpris quelques échanges survoltés – au sens propre – entre la renarde et son ami illusionniste ces derniers jours. Quelque chose de grave avait dû se passer… mais plus encore, toute cette histoire lui rappelait étrangement ce qu’avaient vécu Voltali et Arcanin quelques années plus tôt. Décidemment… la renarde n’apprenait jamais de ses erreurs.

« Alors tu lui fais vraiment la gueule ? », Questionna Pichu, brisant le silence avec autant de tact qu’un Donphan.

Surprise, la renarde redressa la tête pour foudroyer la gamine du regard. Pourquoi perdait-elle son temps à lui adresser la parole ? Elle ne s’était pas réfugiée ici pour se laisser déranger par la personne qu’elle détestait le plus au monde…
Voyant que Voltali restait muette, Pichu en profita pour enchainer :

« C’est dingue quand même, t’as trouvé quelqu’un d’assez stupide pour t’apprécier, et toi, tout ce que tu trouves à faire, c’est lui casser la gueule dès qu’il s’approche… »

La renarde roula des yeux en soupirant bruyamment avant d’enfouir son visage entre ses pattes-avant. La journée risquait d’être longue… très longue…

*******

« MAIS C’EST MAGNIFIQUE ! »

La voix de Ninj venait de briser l’ambiance morose qui régnait dans le temple, coupant à moitié les paroles de l’invocatrice pour se diriger en courant vers les murs du temple recouvert de magnifiques parures d’une autre époque. Au sein du temple, tout le monde l’observait d’un air abasourdi, presque méfiant… pourtant, le chercheur était seulement en admiration face à ce qu’il découvrait. En effet, c’était la toute première fois qu’il profitait du voyage temporel de Cryptéro… et donc qu’il découvrait cette ville du passé.

« Regardez-moi ces fresques, et ces statues ! Elles sont parfaitement conservées… non, pire ! Elles sont… elles sont toutes fraiches ! Récemment construites ! Vous imaginez ? Est-ce que vous comprenez à quel point ce qu’on est en train de vivre est exceptionnel ?! »

Complètement absorbé par sa passion, le chercheur semblait en avoir oublié la raison de leur venue… et à présent qu’il se perdait en observations minutieuses du moindre petit détail de chaque statue représentant Cryptéro, il risquait d’être difficile de le ramener à la raison… Ce qui n’empêcha pas Emolga de s’y essayer d’une voix fâchée retranscrite par le Pokémon psy le plus proche :

« Ninj, on est pas là pour ça… »

Confus suite à son emportement, Ninj plaqua une de ses mains sur son front avant de se répandre en excuses… et de déraper à nouveau :

« Désolé, désolé ! C’est juste que… c’est magnifique ! Mais regardez-moi ça… Rien que ce plafond ! Et cet espace ! Ce temple est beaucoup plus grand de l’intérieur, non ? »

Il avait beau être absorbé par ses observations, Ninj venait toutefois de remarquer en une seule minute un point que le reste du groupe avait mis bien longtemps à réaliser. Voilà qui prouvait que son aide aurait été bien précieuse auparavant… mais peut-être pourrait-il se rattraper de son absence aujourd’hui ?

A ses côtés, Arcanin semblait tout aussi enthousiaste que son maître et allait de personne en personne pour saluer ces gens qu’il ne connaissait pas. Autant dire qu’à eux deux, Ninj et son fidèle compagnon secouaient bien plus le temple que le reste du groupe réuni…
D’ailleurs, en parlant des autres… tous semblaient concentrés sur leur prochaine épreuve. Germignon alla même jusqu’à réfléchir à voix haute aux paroles de Cryptéro en se basant sur leurs précédents voyages :

« Il va se passer quelque chose aujourd’hui, non ? Avant la cérémonie qui est dans une semaine ! Cryptéro nous envoie toujours le jour-même… ou à un jour d’écart ! On fait quoi ? On se prépare à une attaque ? Ou on doit juste préparer la cérémonie maintenant ? Ou on… »

La jeune Malosse venait de poser une patte sur le museau de son ami pour le faire taire : les gens du temple n’étaient pas loin… mieux valait ne pas les inquiéter en leur parlant d’attaque. Finalement, Negapi prit la parole à la place de la petite boule verte :

« Avez-vous reçu un signe de la part du groupuscule concernant les prochains jours ? », Demanda-t-il à l’intention de Soriu et l’invocatrice d’une voix plus discrète que Germignon.

Pendant ce temps, à l’entrée du temple, Draco et Libegon s’étaient accordé une petite virée dans les airs. Le dragon du sable en étant à son premier voyage, il souhaitait comme toujours avoir un bref aperçu des lieux avant d’envisager la moindre mésaventure par ici. Et puis, d’aussi haut qu’ils le pouvaient à cause du dôme magique, peut-être pourraient-ils repérer quelque chose de douteux au sol ?

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Mer 21 Mai 2014 - 2:00

"Bien entendu ... Ils nous attendent. Ils signalent que cette fois-ci, il n'y aura plus qu'une seule issue possible : la Mort. Et encore, ils parlent de la Mort mais ils nous réservent un traitement encore plus affreux et horrible. Rien que d'y penser, je me sens presque nauséeuse à cette idée. Ils interviendront dans une semaine, comme signalé. Je pense que si vous êtes ici, c'est pour préparer nos derniers remparts. J'imagine qu'il va se passer quelque chose entre temps. Peut-être qu'ils vont lancer un premier assaut pour juger de nos forces, je ne peux pas vous le dire, je ne sais pas."

La jeune femme tentait de garder son sourire, n'y arrivant qu'à peine malgré la situation. Il fallait dire qu'elle était ciblée personnellement. Bon par contre, avec l'arrivé de cet étrange homme, elle ne faisait qu'hausser un sourcil. Et il n'y avait pas que lui ... cet étrange canidé était tout aussi surprenant que son maître. Néanmoins, si les pokémon de Soriu ne disaient rien, c'est qu'ils les connaissaient et que donc, normalement, ils étaient tous dignes de confiance. Normalement ... bien entendu. Mais qu'est-ce que c'était exactement la normalité dans un tel endroit ? Elle ne voulait pas jouer les philosophes en vue de l'heure tardive mais autant dire qu'elle avait du mal à ne pas tenter de se raccrocher à tout ce qui l'entourait.

"Il faut prévenir les soldats, les rares prêtres encore présents, tout le monde s'accroche à la vie. Tout cela parce que nous avons voulu vivre mieux que d'autres, car nous avons des capacités et des pouvoirs que les autres ne possèdent pas. C'est tout ce que nous avons obtenu après tout ce temps. Si le résultat devait être quelque chose de pire que la mort, est-ce que nous l'aurions fait alors ? Je ne penses pas ... Je ne crois pas ... je veux juste pouvoir continuer à passer mes journées avec Soriu. Il est ma dernière attache dans ce monde et inversement. Quand nos liens seront brisés, je sais alors que la fin sera proche. De toute façon, la voix de la déesse Cryptero se fait à peine entendre dorénavant. Je ne pense pas qu'il y aura d'autres âmes après moi. Je ne peux voir dans le futur ... car je sais qu'après moi, il n'y aura plus rien. C'est pourquoi je dois tout faire pour survivre dans ce monde et alors me préparer à ce qui m'attends. Je ne peux pas abandonner maintenant."

Elle semblait un peu perdue. Soriu posa une main sur son épaule, comme pour la rassurer alors qu'il signalait qu'il allait les guider dans les chambres disponibles. Un rapide coup d'oeil de Draco et Libegon permettait alors de voir ce qu'il était advenu de la cité. Oh pour Libegon, tout était nouveau mais pour Draco, c'était différent. La Cité était réduite à 15-20% de ce qu'elle avait été auparavant. Le temple semblait servir de pilier central à tout ce monde alors que les bâtiments étaient ravagés. D'ailleurs, avec une bonne vue, il était possible de voir que des créatures ténébreuses et spectrales avaient envahi ces zones mais pas seulement ... Le dôme semblait lui aussi avoir légèrement rétrécit. Le bout de la  Cité n'en était plus protégé, laissant libre court alors à l'obscurité et au sable qui balayaient tout sur leur passage. C'était une vision cauchemardesque, presque apocalyptique. Lorsqu'ils décident de redescendre, tout le monde les attends.

"Si vous le désirez, vous pouvez envisager de partir en éclaireurs avec quelques soldats. Mêmes s'ils sont très rares, ils sont accompagnés par quelques pokémon psychiques pour les aider et surtout éviter que ce massacre continue. Nous devons trouver un moyen d'exterminer définitivement les Abysses et les Cieux. Mais ... nous ne pouvons pas atteindre les Cieux. Peut-être alors qu'en arrivant à combattre les Abysses, nous pourrons alors espérer que tout se calme une bonne fois pour toutes ? Si nous arrivons à nous montrer plus forts, peut-être qu'alors, cette boucle sans fin s'arrêtera. Mais pour ça, il faudrait que nous tenions le coup lorsqu'ils lanceront toutes leurs forces dans la bataille."

Elle n'était pas rassurée, pas rassurée du tout. Et ce n'était pas ce que les deux pokémon volants avaient vu qui allait les rassurer. En fait, Soriu était même en train de presser la jeune femme dans ses bras. Elle tentait de sourire mais il avait tout du sourire forcé. L'âme de Cryptero était terrorisée et le montrait parfaitement. Pourtant, après une bonne minute dans les bras du jeune homme, elle prit une profonde respiration avant de se retirer des bras de Soriu. Maintenant, il était temps de voir qui chez Ninj allait partir en exploration. Lalabelle avait émit un grognement, signalant qu'elle n'était pas d'accord pour laisser l'âme de Cryptero seule avec Soriu mais qu'en même temps, impossible de ne pas aller se battre. Il fut décidé que Friyendia et Moona allaient rester en retrait avec la petite Solochi tandis que même la petite Pyronille était de la bataille, juchée sur le crâne de la Milobellus, prête à faire son office avec Eoli et Lalabelle. Il fallait juste maintenant attendre qui allait bavarder avec l'âme de Cryptero et So ...

"Je vous accompagne." déclara le jeune homme, à la stupéfaction de la jeune femme."Je connais cette cité et je pourrais vous servir d'éclaireur moi aussi. Et non, ma décision est prise." termina t-il de dire alors qu'elle ouvrait la bouche comme pour parler, les sons s'étouffant à l'intérieur.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1740

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Ninj le Dim 25 Mai 2014 - 17:52

*******

« En fait, t’as peut-être raison de le faire fuir. C’est vrai qu’il est encore jeune, lui. Toi, j’sais même pas quel âge t’as, tu passes tellement ton temps à râler que je t’ai toujours imaginé comme une grand-mère vieille, ridée, et tout ce qui va avec… »

Mais qu’elle arrête… qu’elle se taise ! Les pattes plaquées sur ses oreilles repliées, Voltali grommelait, sentant que sa patience ne tiendrait pas bien longtemps. Ce qui n’empêcha pas la gamine d’enchainer, cette dernière ayant visiblement assez de matière pour continuer ainsi des heures durant, allant d’un sujet à l’autre sans prendre la peine d’envisager la moindre réponse de son interlocutrice. Elle voulait la faire craquer… et elle s’y prenait magnifiquement bien, et ce, aussi bien dans la manière que dans les sujets abordés…

« Quoi que, t’es jeune en humaine… Enfin, de ce que je m’en rappelle, c’est pas comme si ça arrivait tous les jours, hein ? Comment tu dis déjà ? C’est pas naturel, ou une connerie du genre ? Comme les autres quoi ! Enfin, toi et la logique… c’est sûr que c’est beaucoup plus moral de Redevenir une gamine pour changer son évolution plutôt que de prendre une apparence humaine… Ca, ça t’avait pas gêné ! »

Voilà typiquement les deux derniers sujets qu’il fallait aborder avec la renarde électrique. En moins d’une minute, la Voltali passa d’une lassitude extrême à une colère noire. Et tandis que Pichu ouvrait la bouche, probablement pour enchainer sur un autre sujet tout aussi dérangeant… La renarde se redressa d’un bond tout en hurlant d’une voix stridente :

« ASSEZ !! J’ai aucune idée de ce que tu essayes de faire… mais prononce un mot de plus, et je m’assure de t’empaler dans ce fauteuil à vie !! »

Sitôt qu’elle se fut emportée, la renarde électrique grimaça. Sur le coup, son excès de colère l’avait libérée d’un poids… mais le sourire élargi de la gamine face à elle en disait long sur la gagnante de ce bref échange, et sur ce qui risquait d’arriver dans les prochaines minutes…

*******

Draco déglutit en voyant l’état catastrophique de cette ville qu’ils avaient pourtant défendu de leur vie la semaine passée. A ses côtés, Libegon n’y voyait qu’une terre frappée par le désespoir… mais il restait incapable d’imaginer l’ampleur du changement : tout ce qu’il voyait n’était qu’un tas de ruines envahi de spectres et autres démons, rien ne laissait paraître ce lieu paisible – bien que douteux par endroits – qu’avait été la ville quelques années auparavant. Finalement, la seule chose qui pouvait le frapper était la différence marquante entre la version rapportée par ses amis et ce qu’il découvrait de ses propres yeux…

Concernant le reste du groupe, Ninj semblait beaucoup moins inquiet vis-à-vis de cette ville dévastée. D’autant que ce temple magnifique était encore en un seul morceau ! Et ça, ça valait tout l’or du monde ! N’ayant visiblement même pas écouté les paroles de l’invocatrice et de Soriu, Ninj continuait à visiter le monument, toujours aussi émerveillé par ce que le reste du groupe commençait à trouver parfaitement banal par habitude. A priori… le chercheur rejoignait automatiquement le groupe des inactifs qui resteraient dans le temple pendant que les éclaireurs partiraient en reconnaissance. Et par la même occasion, Arcanin resterait avec lui.

« Reï, Libegon, Draco, Negapi, avec moi. Germignon et Malosse, je préfèrerais vous voir en défense avec Ninj : en cas d’attaque, vous saurez les retenir le temps qu’on arrive. », Décida finalement Emolga en voyant qu’une fois encore, personne ne prenait de décision dans leur groupe.

Puis, en se tournant vers Soriu, elle ajouta :
« De toute façon, avec Soriu de notre côté, je ne m’inquiète pas trop pour notre groupe, autant garder quelques forces pour le temple, Cryptéro sera probablement leur cible quoi qu’il arrive… »

Rapidement, les groupes se formèrent… Germignon était plus que satisfait de pouvoir apprendre des choses à son dresseur, tandis qu’Arcanin accueillait la Malosse comme s’il avait s’agit de sa petite sœur. Une belle petite réunion de famille… qui tranchait étrangement avec l’ambiance morose du temple. Finalement, Ninj revint auprès du groupe après quelques minutes pour s’exclamer :

« Ne t’en fais pas Soriu, on veillera sur elle et ce temple. Bonne chance de votre côté ! Emolga, je compte sur toi pour t’assurer que tout le monde revienne en un morceau, tu ne voudrais pas décevoir cette demoiselle ? », Blagua-t-il en désignant l’invocatrice du regard.

Donc finalement, il avait tout de même écouté la conversation ? Moins insouciant qu’il y paraissait le chercheur… Bref, l’équipe de Ninj rejoignit Soriu et les autres combattantes sur les ordres d’Emolga. Prenant la voix d’un air peu sûr de lui, Negapi s’informa sur ce que Soriu avait l’intention de faire :

« Du coup… c’est quoi le plan ? Nettoyer la ville ? Ou doit-on se rendre dans une base similaire à celle que Reï avait infiltré l’autre fois ? »

Relevant la tête en entendant son nom, Reï semblait tout juste sortir de ses pensées. Si Ninj avait fait mine de ne rien écouter tout en restant attentif… ce n’était visiblement pas le cas du Zorua ! Après s’être remis les idées en place d’un bref mouvement tête, Reï expliqua en quelques illusions rapides que leur ennemie avait détruit cette fameuse base… mais qu’il en existait probablement d’autres identiques. Etait-ce là l’objectif du jour ? A moins que Soriu n’ait une meilleure idée…

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Dim 1 Juin 2014 - 2:17

"Ce que l'on va faire ? Un peu des deux. Nous allons essayer de trouver quelques bases ennemies et tenter d'éradiquer le Mal avant qu'il n'en sorte. Et nous irons voir pour trouver des survivants et les aider. Les patrouilles ennemies sont telles qu'il vaut mieux ne pas prendre le risque de perdre d'autres personnes. Comme je vous fais confiance par rapport à votre puissance comme je le fais pour les soldats encore vivants, je préfère alors que l'on évite de trop s'attarder ici si ça ne vous dérange pas. Dépêchons-nous d'y aller maintenant."

Ce n'était pas un ordre mais une recommandation en vue de la situation actuelle. Le jeune homme fut le premier à quitter le temple, emmenant les autres avec lui. Le jeune homme n'hésitait pas à se téléporter, se déplaçant à toute vitesse, que ça soit sur les toits ou sur le sol. Souvent, on entendait un bref bruit d'un corps qui s'écroulait. Souvent, on voyait Soriu revenir avec du sang sur les habits, le sang se dissipant ensuite après quelques secondes. Il semblait habitué à de tels actes et cela pouvait paraître dérangeant et étrange, voire même bien plus. Finalement, ce fut en entendant un cri féminin hurlant de ne pas prendre les enfants qu'il indiqua la marche à suivre. Partir vers la droite où une femme qui devait avoir une quarantaine d'années était couverte d'entailles ensanglantées, serrant ses deux enfants de moins de cinq ans dans ses bras, usant de son corps comme rempart. Autour d'eux, des Zoroark et des Scalproies étaient présents, leur regard complètement vides mais pourtant si vifs puisqu'ils arrivèrent à se retourner juste au bruit des pas de Soriu. Celui-ci s'était mis en position. Là, ce n'était pas contre un pokémon ou un personne mais au minimum une dizaine. Qu'importe le nombre, ils n'hésitaient pas au massacre gratuit pour arriver à leurs fins et ça, il ne pouvait pas laisser faire plus longtemps !

"Je m'occupe des Zoroark, j'ai une certaine ... expérience avec eux. Les autres, je vous les laisses volontiers. Normalement, vous ne devriez pas avoir trop de mal. Ils sont à peu près aussi nombreux que vous ... Et bien entendu ... aucune hésitation sur le fait de tuer. Si vous ne le faites pas, vous pouvez vous considérez comme mort. Maintenant que le message est bien passé ..." dit-il en terminant sa phrase, sortant une épée qu'il serra avec force entre ses deux mains.

Du côté du groupe de l'âme de Cryptero, c'était un peu différent. La jeune femme à la peau de couleur si différente par rapport aux autre faisait les cent pas dans sa chambre. Bien entendu, il n'était nullement difficile de comprendre la raison d'une telle réaction. Soriu n'était plus là et malgré tout cela, elle avait du mal à faire confiance aux personnes qui l'entouraient. Il fallait dire que le jeune homme était le seul être auprès d'elle depuis maintenant plus quinze ans. Cela faisait quinze à ses yeux. Combien de temps chez les autres ? Friyendia lui répondit qu'un mois voire plus s'était écoulé depuis le début chez eux. Et que le corps de Soriu était tellement maigre et chétif que ça en devenait relativement inquiétant. La jeune femme aux cheveux blancs trembla, pensant à cette idée que Soriu ne pourrait jamais revenir chez lui. Mais elle savait aussi que c'était tout ou rien. S'ils s'en sortaient cette fois, tout serait terminé. Elle en était intimement convaincue ! Elle savait ce que cela voulait dire indirectement : l'heure des séparation approchait à toute allure. Finalement, elle se tourna vers Friyendia, bredouillant :

"Est-ce que ... Soriu est attendu là-bas ? Je veux ire ... Là d'où vous venez ? Vous savez ... vous pouvez rester autant de temps qu'il le faudra hein ? Enfin, toutes les personnes que Soriu connaissent. Ca ne me dérange pas vraiment ... vous pouvez rester ... comme ça, il n'y a pas de soucis. Il n'y aura pas à s'inquiéter."

Elle tremblait de plus en plus, n'arrivant plus à se contrôler. Friyendia vient la serrer dans ses bras bien qu'elle était plus petite qu'elle. Elle était à même de comprendre exactement ce que la jeune femme ressentait en ce moment. Pendant ce temps, Moona tentait de mettre de la joie dans le temple, venant amuser les différents enfants tout en faisant apparaître quelques Apitrini miniatures autour d'elle, qu'ils soient sous forme humaine ou alors forme de pokémon. Son but était d'entendre quelques éclats de rire de la part des personnes autour d'elle. Quoi de mieux pour rendre tout le monde heureux, non ? D'ailleurs, elle distribuait aussi un peu de miel pour apaiser les douleurs et les coeurs. Elle semblait faire un excès de zèle ... mais à quel point ? Est-ce que le moral était aussi bas que ça ? C'était visiblement le cas mais Moona allait tout faire pour arranger ça. D'ailleurs, elle comptait aussi sur Arcanin, Malosse et Germignon pour l'épauler ! Friyendia avait visiblement fort à faire à côté.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1740

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Ninj le Mar 3 Juin 2014 - 3:24

*******

« Ah bah enfin, j’commençais à croire que tu t’étais vraiment endormie ! », S’exclama finalement Pichu, définitivement ravie du coup de colère de la renarde électrique.

Folle de rage devant l’insolence de la gamine, Voltali bondit dans un grondement sur la table séparant les deux chaises. Toutefois, contrairement à ce qu’elle s’était imaginé, la gijinka ne se mit nullement en position de combat… au contraire, elle leva les bras en l’air, comme pour écarter quelque chose…
En fait, ce n’est qu’en levant la tête que Voltali réalisa ce qu’elle avait failli faire. Sous la colère, elle avait voulu s’en prendre à cette gamine qui le méritait certainement… toutefois, comme Pichu le fit dûment remarquer :

« Hé, Ho, doucement ! J’ai un œuf entre les mains au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, et j’pense pas que Ninj serait ravi qu’il finisse en omelette, même si j’ai aucune idée d’où il sort ! »

Que cela ait été calculé ou non dans l’esprit machiavélique de la gamine, Voltali avait stoppé son assaut en réalisant la présence de l’œuf, et ce, malgré le grondement menaçant qu’elle laissait échapper en continue à présent.
Toujours sans la moindre crainte, Pichu quitta le confort du fauteuil de Ninj pour aller remettre l’œuf à sa place. Et tout en déposant l’œuf…

« Ah, mais c’est vrai ! Toi, ça te dérange pas de tuer des œufs… pas même quand il s’agit de celui d’un amis avec lequel tu as passé tant d’années et qui t’a sauvé la vie à maintes reprises… », Lança-t-elle dans un rire moqueur.

Un bruit sourd raisonna dans la pièce, tandis que la renarde bondissait à nouveau pour plaquer la gamine au sol sitôt que l’œuf eut quitté ses mains.

*******

Du côté de Ninj, l’ambiance restait au plus bas. L’invocatrice semblait terrifiée à l’idée de perdre Soriu… A ses côtés, les Pokémon de Soriu ainsi que Germignon et Malosse tentaient de lui remonter le moral en l’entourant d’un air réconfortant, la petite boule verte allant même jusqu’à tapoter gentiment l’épaule de la jeune femme de ses lianes. Toutefois, seul Ninj sembla oser prendre la parole pour essayer de trouver des mots réconfortant :

« Tu sais, si tu veux mon avis, tu ne devrais pas trop t’inquiéter pour ça. Si les choses sont bien comme elles paraissent l’être, Soriu ne t’abandonnera pas vraiment en revenant à notre époque... »

Du moins, pas totalement. Il était toujours assez difficile de savoir s’ils étaient en train de changer le cours du temps ou de le rétablir… mais tout portait à croire que cette jeune femme n’était autre que la Cryptéro acariâtre qu’ils se coltinaient dans le groupe. Dans tous les cas, Soriu et elle seraient de nouveau réunis dans le présent…
Bref, Ninj n’étant pas du genre à garder ce ton sérieux et bienveillant très longtemps, il reprit un air plus joyeux très rapidement afin de s’exclamer :

« Mais pour ma part, si je pouvais rester ici même des mois entiers, ça m’irait très bien ! »

Rien de bien surprenant de la part du chercheur, dont les yeux pétillaient toujours à chaque nouveau coup d’œil qu’il jetait sur les magnifiques décorations du temple. D’ailleurs, son compagnon à quatre pattes semblait du même avis… l’Arcanin avait trouvé un groupe de jeunes enfants désespérés : sans foyer ni famille, les pauvres n’avaient plus que ce temple sans avenir comme demeure. Et pourtant, à présent, tous riaient de bon cœur en jouant avec la boule de poils, oubliant pour quelques instants ces souvenirs morbides qui torturaient leurs esprits jour après jour.

Des Rires, des sourires… un mince espoir au milieu d’un monde de misère. Malheureusement, la bonne humeur qui tentait tant bien que mal d’emplir le temple ne dépassait bien évidemment pas les barrières de celui-ci. En effet, à l’extérieur, le combat faisait rage…

Il était bien difficile de reconnaître Soriu en le voyant ainsi ôter la vie sans la moindre rancune. Toutefois, il avait raison : il ne fallait pas hésiter. Le regard de ces Pokémon était aussi vide que celui d’une vulgaire marionnette… peut-être même étaient-ils déjà morts, supposa Emolga d’un air dégouté en s’imaginant qu’ils n’étaient plus à un pouvoir démoniaque près concernant leurs adversaires.
Bref, l’heure n’était plus aux suppositions. A présent, ils avaient une troupe de Scalproies à prendre en charge ! Sitôt que le combat fut engagé, Negapi se dirigea vers Draco, avec comme projet de se rattraper suite à l’échec de son dernier affrontement. Toutefois… le serpent l’esquiva bien rapidement avant de lui porter un regard étonné. Pourquoi prendre des risques ? Pointant Libegon du bout de sa queue, le serpent brulé fit comprendre à la souris électrique qu’une autre monture bien plus efficace l’attendait. Quoi de mieux qu’un dragon de type sol pour transporter une souris électrique ? Pichu l’avait bien compris elle… Ce détail fut d’ailleurs celui qui fit hésiter la souris aux oreilles bleues. Toutefois, l’attaque d’un Scalpion lui fit rapidement prendre une sage décision : il serait bien plus apte à se battre dans les cieux pour déchainer ses attaques électriques.  

Suivant l’exemple de son camarade électrique, Emolga grimpa aussi haut que possible pour survoler la zone en balançant des cage-éclair à tout ce qui bougeait un peu trop vite à son gout. Pas question qu’elle se laisse approcher par le moindre adversaire… Quant à Draco, il se plaça entre cette jeune femme innocente qui protégeait ceux qui lui étaient cher et leurs assaillants. Et d’un souffle brulant, il forma une barrière de glace aux allures de lave face à lui. Petit à petit, le serpent volant s’habituait à ses pouvoirs fusionnés aux compétences de Ninj sans retour en arrière possible… Cela donnait bien souvent d’étranges résultats, surtout pour un dragon habitué à user de la glace… Mais tant que cela donnait quelque chose d’utilisable, il ne pouvait pas s’en plaindre.

Bref, les Pokémon de Ninj se mirent en position bien rapidement pour tenir cet affrontement… du moins, tous à l’exception d’un d’entre eux. A peine Soriu eut-il bondit au cœur de la bataille que le jeune illusionniste se figea subitement, comme tétanisé par ce qui se déroulait sous ses yeux. Des Zoroark… et cette fois-ci, il n’était pas question d’essayer de raisonner qui que ce soit. Pourtant, nul doute que l’idée lui avait traversé l’esprit ! Chamboulé par ces corps découpés par l’humain sous forme d’esprit, Reï en oublia même de créer son illusion habituelle pour se camoufler aux yeux de tous. Et tandis qu’il restait immobile… un des nombreux Zoroark arriva à sa hauteur. Son bras droit était entouré d’une aura sombre bien connue, paré à infliger à son adversaire une blessure dont il se souviendrait longtemps… toutefois, à peine eut-il fait un pas en direction du Zorua que son corps se fit littéralement trancher en deux par la lame de Soriu. Le sang de la bête gicla sur le jeune Pokémon tétanisé, lui arrachant un tremblement de frayeur aussi intense que ceux de ses pires cauchemars. L’instant d’après, le pelage si particulier du Zorua se mettait à vriller, reprenant lentement une couleur beaucoup plus commune, signe que Reï perdait la totalité de ses moyens. Pas une seule fois il n’avait repris son apparence originelle de Zorua tout à fait commun depuis les évènements des vestiges d’ébène. Pour une raison toujours obscure pour la majorité du groupe, Reï gardait constamment l’illusion que les parties rouges de son pelage étaient d’une blancheur étonnante… le voir ainsi se révéler au grand jour sans aucune raison ne pouvait qu’être le signe d’une situation critique à venir.

En Voyant l’un de ses camarades en danger, Draco abandonna son poste sans la moindre hésitation. Tel un véritable serpent de flammes, le dragon traversa son propre mur de lave pour traverser le champ de Scalpion aussi brutalement que possible, frappant la totalité de ses adversaires d’une colère incendiaire. Nombre de coup de lames lui furent rendus, étalant par endroit le sang du serpent téméraire… toutefois, poussé par l’adrénaline, le dragon atteignit son objectif.
En arrivant à hauteur de Reï, le Draco au corps meurtri s’enroula autour du Pokémon terrifié avant de s’envoler dans les cieux pour le garder à l’abri des nombreux prédateurs de l’affrontement.

« Soriu ! », Lança finalement une voix étonnamment calme durant l’affrontement.

L’ordre était clair… Libegon venait d’inviter le Mizuhanien à lire dans ses pensées, ceci pour deviner le plan du dragon et anticiper l’attaque par la même occasion. L’air de rien, la libellule géante s’était élevée haut dans les cieux, presque à hauteur de ce qu’il restait du bouclier entourant la cité. Et à présent, il redescendait en piqué jusqu’au lieu de l’affrontement, frappant le sol de tout son poids amplifié par la vitesse de sa chute, provoquant ainsi un terrible séisme dans les rues de la cité. L’attaque frappa l’ensemble des créatures au sol… et fut notamment dévastatrice sur les nombreux Scalpions qu’ils affrontaient. Qu’importe leur nombre… cette unique attaque avait été bien plus dévastatrice que l’ensemble des efforts de l’équipe réunis. Du côté de leurs alliés, seule Nephene allait probablement subir le contrecoup de l’attaque, Soriu ayant été prévenu et Lalabelle étant suffisamment agile pour sauter au bon moment. Confiant envers les capacités de ses alliés, Libegon avait jugé que l’immense serpent était suffisamment résistant pour encaisser l’attaque et se soigner par la suite. Quant à cette femme et ses enfants qu’ils étaient venu secourir… Sitôt son attaque terminée, Libegon ressortit du nuage de poussière provoqué par l’attaque avec entre ses griffes la petite famille au complet.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Mer 4 Juin 2014 - 3:04

"Nous ne sommes pas du même monde. Nous ne sommes pas du même univers. Je ne vois pas ... comment c'est possible que moi et Soriu soyons réunis de  là d'où il vient. C'est tout simplement impossible. Merci néanmoins de vouloir me rassurer, cela est très sympathique de votre part. Je ne peux que vous dire cela. Je ne suis pas sûre que nous pourrions tenir des mois entiers, néanmoins. Ce n'est pas possible ... ce n'est plus possible. J'espère que Soriu reviendra vite mais en attendant, j'ai du travail."

Elle vint dire cela, cherchant à faire un petit sourire. Elle était mise à danser doucement, son voile se soulevant légèrement sous ses pas de danser tandis que la jeune femme arrêtait de prendre la parole. Maintenant, elle dansait ... et toutes les têtes étaient tournées vers elle. Oui, tout le monde la regardait danser, espérant qu'elle continuerait cela sans jamais s'interrompre. Elle ne semblait plus vouloir s'arrêter. C'était aussi simple que cela ... car ça permettait alors de rassurer les citoyens bien trop inquiets par les évènements. Maintenant que tout cela était alors fait, ils pouvaient espérer passer à autre chose. Du moins, c'est ce qu'elle voulait ... obtenir de leur côté. Mais est-ce qu'elle allait y arriver ? Difficile à dire et à confirmer. Le plus important restait le fait que ça semblait drôlement efficace. Après une trentaine de minutes, elle se stoppa enfin. Reprenant son souffle, elle regarda devant elle, au lointain, ses yeux devenant complètement roses, parcourue par les tremblements :

"Soriu ... est en train de se battre contre des Zoroarks. Je ne sais pas qui gagne, je ne sais pas qui perd ... mais je sais juste qu'il combat. Il ne ressent plus rien. Il veut faire le vide dans son esprit pour combattre d'une façon optimale. Cela m'effraie quand il fait ça. J'ai l'impression qu'il cherche à changer son comportement ... pour pouvoir réussir à se battre sans que cela ne le dérange. Je n'aime pas cela."

Comment est-ce qu'elle aurait put aimer que Soriu se comporte comme les êtres qu'il affrontait à l'heure actuelle ? En ce moment même ? C'était tout simplement horrible ! Elle refusait cela ... et elle tenta de lui envoyer un message télépathique pour qu'il se mette à l'abri. Elle serait alors bien plus rassurée ainsi. Bon, c'était peut-être un peu de folie que d'imaginer que tout allait se résoudre ainsi ... mais elle voulait vraiment y croire. Elle arriva à rentrer en contact avec lui, commençant aussitôt à lui transmettre tout ce quelle pouvait. Qu'il revienne vite en vie, qu'elle s'occuperait de ses bandages, de ses blessures, TOUT ! Mais qu'il revienne en vie surtout, c'était vraiment le plus important ! Finalement, quand elle eut terminée, elle s'adossa à un mur. Les pokémon de Soriu la regardaient étrangement, comme si elles pensaient que c'était impossible qu'elle se préoccupe autant du jeune homme, que ça en était étrange et surprenant. Ah bon ? Pourquoi ? Qu'est-ce qu'il y avait de bizarre ? Elle ne voyait pas en quoi mais bon ...

----------------------------------

"Hors de question qu'elle se laisse blessée !"

Peut-être qu'il n'avait pas totalement retrouvé la mémoire mais il savait une chose : JAMAIS il ne laisserait une pokémon se faire blesser ! Il regarda la Milobellus, incapable de se mouvoir pour éviter cette terrible attaque ... ou presque ! Lalabelle avait bondit, emportant le jeune homme avec elle alors que celui-ci avait ses deux yeux complètement roses. Avec force et rage, il poussa un râle, soulevant la Milobellus qui chercha à se mouvoir au départ avant de comprendre ce que Soriu était en train de faire. Lorsque le carnage fut terminé, le jeune homme était tout simplement en nage, regardant la Milobellus en haletant :

"J'allais ... pas accepter ça ... pas du tout ... tu vas bien ... Nephene ?"

Pour toute réponse, la Milobellus vint le soulever pour l'enserrer de son long corps cylindrique. Rapprochant son museau contre sa peau, elle poussa un petit cri attendri tout en lui disant :

"Tu nous manques à toutes. Oui, même à moi ou Eoli ... Même si nous ne le montrons que peu ou pas ... J'espère que tu reviendras bien assez vite parmi nous. C'est difficile, tu sais."

Il ne répondit pas. Ce n'est pas qu'il ne voulait pas ... c'est juste que la Milobellu ne parlait que peu ... comme Eoli, et encore moins en fait. Il chercha à se libérer mais elle lui signala qu'il valait mieux qu'il reprenne son souffle. Regardant les pokémon adverses qui n'avaient eut aucune chance face à cette combinaison d'attaques, il hocha la tête pendant quelques secondes, se tournant vers le Zorua. Cela n'avait pas été bien difficile de remarquer à quel point le jeune homme pokémon avait été troublé et cela ... il ne pouvait pas l'accepter malheureusement. Il aurait put coûter la vie à autrui qui aurait tenté de le protéger. D'ailleurs, il vint lui dire tout simplement :

"Il vaut mieux que quelqu'un raccompagne ce Zoroa au temple. Je ne me rappelle plus exactement pourquoi mais comme il semblerait qu'il ait une certaine peur des Zoroark ou du moins un traumatisme lié à ces derniers, nous ne pouvons pas prendre de risques à ce sujet. Je suis désolé pour lui mais il vaut mieux qu'il aille retrouver les autres plutôt que de continuer. C'est une mesure de sécurité pour nous tous. On ne sait pas si nous retomberons sur des Zoroark. Maintenant, si le message est bien passé, nous pouvons continuer."

Ce n'était pas dans son intention d'être vexant et cassant ... mais il se devait d'être pragmatique à l'heure actuelle. S'il commençait à se montrer trop faible dès que quelqu'un commettait une erreur, il risquait alors de tuer tous ses compagnons en voulant sauver l'un d'entre eux. Non, le but était la survie de tous ... mais si par malheur, un devait mourir ... il ne pouvait pas alors se permettre de mettre la vie des autres en danger pour tenter de sauver cette personne. Il fronça les sourcils, visiblement n'appréciant guère ce qu'il avait commencé à penser. Ce n'était pas son genre ... Mais néanmoins, pendant la marcher, ou plutôt pendant que Nephene rampait alors qu'il se reposait dessus, il jetait un regard autour de lui, demandant à chacun s'il remarquait une activité suspecté, que cela soit ténébreuse ou spectrale ... ou alors psychique ... ou alors provenant des cieux. C'était tout simplement horrible à essayer d'avoir une vue d'ensemble de tout cela.


Dernière édition par Soriu Tiadramat le Ven 13 Juin 2014 - 19:56, édité 1 fois

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1740

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Ninj le Dim 8 Juin 2014 - 22:54

*******

Une renarde aux crocs acérés juchée sur le torse d’une enfant désarmée… la scène telle qu’on pouvait l’observer présentement promettait un dénouement des plus sanglants. D’un regard meurtrier, Voltali grondait à quelques centimètres du visage de la gamine, prête à lui trancher la gorge au moindre faux pas. De son côté, la gamine ne laissait toujours pas paraître la moindre inquiétude. Contrôlait-elle toujours la situation, ou jouissait-elle simplement d’une confiance en elle démesurée ? Qu’importe… dans tous les cas, elle ne manqua pas de prendre la parole une nouvelle fois, tandis que son sourire s’effaçait pour offrir à son tour un regard courroucé à la renarde agressive.

« Alors quoi ? C’est bon, j’ai enchainé trois ou quatre vérités et tu me hais au point de me tuer ? Assez radicale comme façon de débattre. »

Voltali plissa les yeux, attentive aux paroles de celle qui était toujours à sa merci. Qu’essayait-elle d’expliquer par ces étranges paroles ? Que voulait-elle, bon sang ? La réponse… vint dans sa phrase suivante, tandis que Pichu détournait le regard en direction d’une des fenêtres du bâtiment donnant sur l’endroit où le corps de Soriu attendait son retour…

« Tu peux me haïr, ça ne m’a jamais gêné. Par contre, eux… aucun d’entre eux ne mérite la haine que tu leur voues. Que ce soit Ninj, Arcanin… et surtout pas ce Zorua. »

La renarde eut un soubresaut de surprise. Alors c’était ça ? Tout ça pour ça ? Juste pour lui dire de ne pas réagir avec Reï de la même façon qu’elle l’avait fait avec Arcanin ? Mais… de quoi se mêlait-elle ? Et surtout…

« Penses-tu réellement que tu es en droit de me faire le moindre reproche ? », Commença la renarde avant d’afficher à son tour un sourire narquois des plus inquiétants. Et tout en appuyant d’une de ses pattes sur la gorge de la jeune insolente pour l’empêcher de répondre, elle reprit d’une voix menaçante : « Laisse-moi te conter à mon tour à quel point tu es une créature détestable… peut-être même plus que moi ! »

*******

« Soriu ! », Interpella l’Emolga d’une voix pleine de reproches tandis que l’humain renvoyait Reï au temple comme un malpropre. « Garde ton manque de compassion pour nos ennemis. »

Elle ne prit pas la peine d’en dire plus, le regard mauvais qu’elle lançait au Mizuhanien valant probablement toutes les remontrances du monde. Soriu avait parfaitement raison de renvoyer Reï au temple… mais pas de façon aussi austère. Sitôt que Draco eut redéposé le pauvre Zorua au sol, Emolga s’approcha de lui pour l’examiner.

Aucune marque de blessure n’était visible sur son corps, le pauvre Draco ayant encaissé la totalité des coups ciblant le Zorua. Pourtant, le pauvre sombrenard tremblait de terreur, son regard restant continuellement perdu dans le vide à fixer quelque chose que personne ne pouvait voir. La troubadour eut beau caresser le pelage de son ami en lui murmurant quelques paroles réconfortantes, rien n’y faisait : Reï semblait perdu dans son esprit, emprisonné au sein de ses pires cauchemars.
L’inquiétude de l’Emolga se lisait sur son regard, tandis qu’elle se sentait impuissante devant la détresse de son ami. Sa voix rassurante ne semblait pas suffisante pour ramener le Zorua à lui… ils n’avaient le choix. Quelques instants plus tard, tandis que Soriu et les autres se remettaient en route, le Draco s’approcha discrètement d’Emolga pour lui proposer son aide :

« Je vais le ramener au temple. De toute façon, je risque également de vous gêner plus qu’autre chose dans mon état… »

Effectivement, bien qu’il tienne encore debout, les blessures du serpent volant étaient loin d’être bénignes. Enroulant de nouveau sa queue autour du corps tremblant de son ami, Draco lança un regard gêné à Emolga avant de s’éloigner en zigzaguant dans les cieux…
Tandis qu’elle observait son ami partir au loin dans la même direction qu’avait prise l’humaine attaquée après son sauvetage par Libegon, Emolga fronça le regard. Voltali aurait dû être là pour Reï aujourd’hui… lui avait toujours été là pour elle ! Sitôt qu’elle serait rentrée à Dyrinn, l’écureuil volant comptait bien avoir une petite discussion avec les deux têtes brulées du groupe… puisqu’au passage, Pichu n’était pas plus innocente que sa collègue.

Finalement, malgré l’abandon de deux d’entre eux, le groupe se remit à la recherche de la source de tous leurs malheurs. Silencieuse, Emolga suivait le groupe en planant à hauteur d’homme… tandis que Libegon et Negapi survolaient les cieux à la recherche du moindre signe suspect. Jusqu’ici, Libegon n’avait rien repéré d’autre que de simples attroupements de créatures maléfiques comme celui qu’ils venaient d’affronter. Mais Soriu avait probablement d’autres projets que de simplement nettoyer les rues de cette menace mineure…

Renvoyer Reï au temple… n’était-ce pas une idée magnifique ? Il restait toutefois une minuscule petite faille à cette stratégie : encore aurait-il fallu que Draco soit capable de traverser le chemin séparant leur groupe du bâtiment sécurisé ! Techniquement, il ne craignait rien tant qu’il restait dans les cieux… tout cela était évidemment sans compter l’état mental catastrophique du Zorua traumatisé. Mais après-tout, n’était-ce pas ce que Soriu avait envisagé ? Mieux valait sacrifier le poids mort plutôt que de risquer la vie du groupe…

Alors qu’il survolait la ville, retenu par l’étreinte de son camarade volant, Reï observait la ville d’un regard vide. Plus bas, il pouvait voir un attroupement de Zorua se rassemblant en vue d’une réunion ordonnée par leur chef. Et bien qu’il se trouve à plusieurs mètres de hauteur… il put reconnaître au milieu d’eux nombre de visages connus. Ces Zorua… il avait passé sa vie auprès d’eux. En tant qu’être mal-aimé, rejeté par tous à cause de son infirmité, désigné comme étant un moins que rien, oublié même par certains… pourtant, il se sentait toujours proche d’eux. Jamais il ne les oublierait… Pas un seul d’entre eux… et encore moins cette magnifique femelle au pelage bleuté, rayon d’espoir au milieu d’une horde de ses semblables. Hélas, cette courte vision de Lyn ne fut en rien une source de quiétude pour le jeune illusionniste. Car à présent… il ne pouvait plus penser à eux sans repenser à son pire cauchemar.

Draco bifurqua d’un coup sec dans les cieux, évitant de justesse un Trioxhydre gigantesque qui venait d’apparaître face à lui. D’où sortait cette bête ? Ce n’est qu’à ce moment que le Draco remarqua à son tour l’attroupement de Zorua au sol… et qu’il vit l’un d’entre eux se faire dévorer vivant par cette terrible créature draconique.
Bien que toujours maintenu par le dragon, Reï se débattait à présent. Terrifié par la vision qui s’offrait à lui, le Zorua hurlait de toutes ses forces… sans qu’aucun son ne puisse sortir de sa gorge muette. Cela recommençait… tout était de sa faute… il ne connaissait pas la victime… il ne l’avait jamais vue… pourtant, ce Zorua était mort par sa faute. Pire, cela n’avait rien d’une erreur de sa part… Tout avait été entièrement calculé dans sa tête… il avait délibérément fait mourir cette pauvre créature pour préserver sa propre vie. Et ce n’était pas tout… bien d’autres de ses semblables allaient mourir sous ses yeux et par sa faute.
Il y avait Lou, qui se fit une nouvelle fois transpercer des mains de sa propre mère, suite à son échec face à Voltali… si Reï n’était pas revenu sur leurs terres, jamais Voltali n’aurait affronté Lou… Jamais l’amour de Lyn n’aurait perdu son honneur de la sorte ! Mais même après cela, l’horreur ne s’arrêta pas, Reï voyant tour à tour la mère et le père de Lou se faire tuer des mains de ses amis. Peut-être le méritaient-ils, en un sens… pourtant, le jeune illusionniste ne pouvait s’empêcher de penser que leur mort n’était que la conséquence de son impertinence. Tout aurait pu se passer de façon pacifique… tout aurait pu rester aussi simple qu’auparavant…

Comprenant que l’ensemble de cette scène n’était qu’une illusion particulièrement réaliste créée par Reï, Draco reprit sa route, ignorant tout ce qui se déroulait autour de lui. Il ne risquait rien… n’est-ce pas ? Tout cela n’était qu’illusion… il n’y avait rien de réel…

Un torrent de flammes  bleues traversa le ciel, frappant les deux voyageurs de plein fouet.

Draco hurla. L’attaque avait pourtant été lancée par ce Trioxhydre inexistant… Malgré tout, à présent, le pauvre dragon chutait dangereusement en direction du ciel, abattu en plein vol par une simple illusion, tandis que l’histoire réécrite par Reï se poursuivait un peu plus bas. Les yeux emplis de larmes brulantes, Draco tenta de rééquilibrer son vol… hélas, il fut incapable de poursuivre le vol. Ses paupières se fermèrent… tandis que le Pokémon s’écrasait au sol en compagnie de son partenaire de vol à quelques mètres du temple seulement.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Ven 13 Juin 2014 - 21:48

"Quelque chose est en train de se produire et ce n'est pas bon signe ..."

Sauf qu'il n'arrivait pas à expliquer où et comment ... et aussi pourquoi. Quelque chose le dérangeait sans pour autant qu'il ne puisse donner la raison à cela. Finalement, le jeune homme poussa un léger soupir avant de se remettre en route. Il était accompagné. Il était accompagné par le Draco donc le jeune Zorua ne devait pas être en danger. Voilà, en pensant de la sorte, tout serait bien plus simple pour continuer. S'il ne se posait pas plus de questions, tout était alors parfait, c'est bien ça. Non, quelque chose clochait mais il ne savait pas quoi. En plus, c'était en direction du temple. Il se retourna une nouvelle fois, comme prêt à retourner à ce dernier mais ... non ! S'il ne faisait rien, d'autres personnes allaient sûrement mourir ! Tout cela car il avait décidé de ne rien faire et de retourner au temple plutôt que de combattre ces créatures maléfiques ! Et maintenant ? Qu'est-ce qu'il allait devoir faire exactement ? Difficile à dire, difficile à signaler ... c'est vraiment stupide ... plus que stupide. Il marmonna quelques mots :

"Dépêchons-nous d'en terminer avec ces monstres, je ne peux même pas les appeler pokémon. Dès que nous aurons fini, nous rentrerons. Ne perdons pas de temps avec tout le reste, compris ? Si vous avez compris, nous allons nous dépêcher."

Il était visible et facile à entendre ... de remarquer qu'il se répétait et qu'il était nerveux. Mais aussi de comprendre que malgré les apparences, il était terrifié par rapport à l'idée de laisser la jeune femme seule ... mais aussi le reste de ses pokémons. Haletant légèrement comme pour reprendre son souffle, le jeune homme fit quelques pas à nouveau, retrouvant le rythme. Faire le vide dans son esprit et ça sera alors bien mieux pour tout, c'est la meilleure chose à faire normalement. C'est la meilleure chose à faire, il le sait bien. Il le sait ... Il le sait ... Il le sait ... Ah ... Il prend une profonde respiration avant d'accélérer encore une fois le pas. En fait, il disparaît même de la vue des pokémon, semblant se téléporter à droite et à gauche. Après quelques minutes de ce petit manège, il finit par se retrouver devant les pokémon, les siens étant visiblement très mécontents du petit manège qu'il était en train de faire. Mais pourtant, lorsqu'il reprit la parole, tout fut bien plus calme :

"J'ai trouvé l'une de leurs bases. Je pense que si nous nous y rendons, nous pourrons créer assez de grabuge pour laisser du temps au temple de souffler un peu. Par contre, qui dit base, dit que l'un de ces types se trouve là-bas. Je pourrais surement lui tenir tête pendant que vous ravagez le lieu, d'accord ? Si vous êtes tous d'accord, nous pouvons y aller dès maintenant !"

Il suffisait juste d'avoir une réponse de leur part et ils partiraient. Du côté du temple, les exactions du Zorua et du Draco n'avaient pas laissé indifférentes les personnes à l'intérieur. Presque aussitôt après que cela se fut produit, des soldats crièrent, prêts à se battre mais ce fut Friyendia comme l'âme de Cryptero qui se retrouvèrent téléportèrent à l'endroit où le crash s'était produisit. Comprenant rapidement la scène, l'âme de Cryptero n'hésita pas un seul instant, provoquant un puissant choc mental sur le Zorua avec pour but de le faire s'évanouir et donc de ne plus créer de problème. De l'autre côté, la Momartik humanisée avait déjà soulevé le corps du Draco avec un peu de difficultés avant de le maintenir contre elle. Oh, bien entendu, elle faisait attention à ne pas créer de froid dans ces moments là car son but n'était pas de créer encore plus de souffrance sur le corps du pokémon. Finalement, l'âme de Cryptero souleva le petit Zorua elle aussi, se téléportant à nouveau à l'intérieur du temple pour pouvoir le soigner et surtout comprendre ce qui s'est passé.

Là-bas, les autres pokémon vinrent prendre de leurs nouvelles, Moona faisant très vite les premiers soins avec son miel, principalement pour le Draco qui avait bien souffert. Tout n'était guère arrangeant pour eux et cela n'allait pas améliorer la situation mais dans ce genre de cas, y avait-il vraiment le choix ? La question était légitime et méritait d'être posée, dommage que malheureusement, cela n'allait pas changer grand chose. Maintenant que la situation allait peut-être se calmer pour les personnes du temple, qu'est-ce que cela allait donner pour celles qui allaient pénétrer dans la base ? Rien qu'en faisant un premier pas dans celle-ci avec ceux qui avaient décidé de l'accompagner, Soriu murmura que visiblement, ils étaient attendus par d'autres pokémon ténébreux et spectraux ... mais aussi quelques humains. Sauf que ces derniers étaient entourés d'une aura noire ... tandis que leur visage n'avait aucune face. Ils bougeaient de façon désarticulés, comme des pantins dotés de vie, tenant diverses armes blanches en main, prêts à les utiliser.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1740

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Ninj le Dim 22 Juin 2014 - 21:47

*******

Pichu haussa un sourcil, curieuse d’entendre ce que la renarde avait à dire. Certes, elle avait tout autant de choses à se faire reprocher que son interlocutrice… mais cette dernière allait-elle réellement oser se présenter comme étant moins coupable qu’elle ? Tout en s’éloignant de sa victime d’un air dédaigneux, Voltali entama un long plaidoyer digne d’un bourreau face à son prisonnier :

« Tu es de loin la créature la plus égoïste qu’il m’ait été donnée de rencontrer… Depuis le jour de ta naissance, tu te plains de ta vie et de ce que tu es, alors que Ninj a toujours tout fait pour t’offrir une vie plus que plaisante. Tu te considères malheureuse, mal-née… comme si tous les malheurs du monde t’étaient tombés sur la tête… alors que ta vie est aussi dorée que ta chevelure de gijinka. »

Tandis qu’elle se redressait, Pichu porta son regard sur la renarde électrique. Son sourire avait disparu… pour autant, elle ne chercha pas à l’interrompre, consciente que malgré une certaine exagération, la renarde n’avait pas tout à fait tort. Toutefois, son égoïsme était loin d’équivaloir l’ensemble des actes décadents de son interlocutrice.

« Tu n’as même pas la décence de me contredire… », Reprit Voltali après un regard plein de reproches envers la gamine. « Tu estimes que tu n’as pas à changer… que le monde doit s’adapter à toi… tu es pitoyable. Comme si tu avais la moindre petite raison de te plaindre… de quoi te plains-tu ? Que tu n’es pas née pour te battre ? Quel drame… beaucoup rêveraient de pouvoir passer une vie insouciante sans combat… Tu te sens seule ? Isolée ? Mais que sais-tu de tout cela ? Que sais-tu de la tristesse ? La mort de Posipi t’a à peine chagriné… Negapi, lui, sait ce qu’est la souffrance. Tout comme moi. J’ai des raisons de virer folle, de haïr le monde entier, ou d’abandonner toute logique pour espérer une petite once d’espoir. Toi ?... Ma pauvre petite… avec ta ridicule petite cicatrice à l’oreille, presque invisible à côté des souffrances inutiles que tu t’es toi-même infligée… Tu ne sais rien… tu ne comprends rien… »

Leurs regards se croisèrent un instant, chacune pouvant lire dans celui de l’autre une haine qui ne faisait que s’intensifier au fil du temps. A nouveau, Pichu ne chercha pas à se défendre, l’enfant ne souhaitant pas que la conversation se poursuive dans cette direction. Pour autant… elle n’était pas sans argument. Au contraire, les mots lui brulaient les lèvres… tandis qu’une vive émotion lui faisait détourner le regard. Elle n’était pas devenue celle qu’elle était sans raison, contrairement à ce que la renarde pensait.
Voyant que Pichu ne souhaitait pas débattre là-dessus, Voltali lâcha un bref rire moqueur avant de se diriger vers la sortie du bâtiment, non sans conclure son monologue d’une dernière pique :

« Tu pourras revenir me parler le jour où tu auras une raison de pleurer… »

*******

Le groupe réduit était finalement parvenu jusqu’à l’une des bases de l’ennemi. En arrivant, Libegon poussa un léger grognement de mécontentement : ils allaient devoir combattre en intérieur. Autant dire qu’il était à la merci de nombre d’attaques menaçantes. Si encore Pichu avait été là… peut-être s’y serait-il engagé de façon moins craintive, mais avec deux pâles copies moins puissantes de sa cavalière habituelle comme camarades, il ne pouvait qu’envisager le pire. Si encore ces deux-là s’entendaient bien… malheureusement, Negapi faisait tout pour rester le plus loin possible d’Emolga. Notamment lorsqu’elle fit mine de se rapprocher de Libegon pour préparer une stratégie : aussitôt, Negapi sauta de la monture, contourna Emolga de plusieurs mètres et se dirigea vers les Pokémon de Soriu.

Là, c’en était trop. D’un bond, Emolga rattrapa l’autre fuyard, l’agrippa par la peau du cou et s’exclama d’une voix sévère :

« Assez ! J’en ai rien à foutre de toi… Alors arrête de m’éviter comme ça ! Si je te gène, je peux t’ignorer toute la journée si tu veux, et ignore moi en retour, mais arrête d’agir de façon aussi stupide alors qu’on risque nos vies ! »

Voilà qui semblait être un marché convenable, n’est-ce pas ? Pourtant, cette courte réprimande n’eut absolument pas l’effet escompté. A peine Emolga eut-elle commencé à hausser le ton que l’autre se recroquevilla sur lui-même, le visage aussi pâle que si le pire monstre de la planète était venu le voir en personne. Voyant cela, l’écureuil musicien relâcha immédiatement son emprise en s’excusant… mais là encore, le résultat fut tout aussi surprenant.
Encore tout tremblotant suite à la terreur incompréhensible qu’Emolga venait d’éveiller en lui, Negapi se redressa d’un bond et commença à courir droit devant lui sans réfléchir, comme pour fuir le plus loin possible d’elle. Evidemment, face à eux, il y avait ces monstres contre lesquels Soriu venait d’entamer le combat… Et les cris d’Emolga pour lui ordonner de revenir ne firent évidemment qu’aggraver la situation, Negapi allant jusqu’à fermer les yeux et se plaquer les mains sur les oreilles pour s’évader mentalement.

Heureusement, il en restait un dans le groupe qui ne se laissait pas dépasser par les évènements. D’un battement d’ailes, Libegon franchit l’espace le séparant de Negapi pour atterrir juste devant lui, à quelques mètres seulement de leurs ennemis. D’un mouvement brusque, il plaqua la souris au sol d’une de ses pattes, plaça ses ailes en bouclier devant lui, laissant uniquement transparaître sa tête derrière cette protection improvisée… et cracha un puissant dracosouffle sur tout ce qui lui faisait face. Il était parmi les combattants les plus aguerris du groupe, ce qui lui permettrait certainement de maintenir les foules d’adversaires basiques à l’écart… mais s’il perdait son temps à protéger des idiots, le combat risquait de tourner à la catastrophe très rapidement.


Pendant ce temps, dans le temple, Cryptéro avait ramené Reï et Draco à l’intérieur. Durant sa faiblesse, le jeune Zorua avait subi un puissant choc mental, le plongeant dans l’inconscience pour lui éviter de créer plus de problèmes… ce qui était certainement l’une des pires choses qui auraient pu lui arriver. A présent, malgré les quelques paroles réconfortantes que Ninj pouvait murmurer, Reï restait bloqué dans ses cauchemars, revivant inlassablement les mêmes scènes sans aucune chance de pouvoir se réveiller au son de ceux qui l’entouraient. D’un autre côté, Draco avait certainement été sauvé par l’arrivée de l’invocatrice et les soins prodigués par Moona… alors était-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Tout dépendait de ce qui viendrait par la suite…

Alors que tout semblait redevenu calme, une nouvelle forme fit son apparition aux côtés de Reï. Malgré son inconscience, le jeune illusionniste semblait si concentré sur sa vision dans ses rêves qu’elle était à nouveau apparue aux yeux de tous…

« Reï… Tiens bon… », Murmura la créature tout juste apparue, tout en posant l’une de ses pattes sur le buste vibrant de son créateur.

Ninj et les autres étaient témoins d’un phénomène à la fois déroutant et magnifique. Bien que perdu au milieu de tant d’horreurs, Reï avait réussi à se créer une image de la seule personne capable de lui venir en aide. Et à présent, il semblait essayer de se réconforter lui-même par le biais de cette illusion. Nul doute qu’en ce moment, le Zorua voyait exactement la même chose dans ses rêves… avec en prime nombre d’horreurs sans nom qui ne pouvaient s’échapper de ses songes.

« Je suis là pour toi… Je ne te laisserai pas… Reviens !... », Murmurait la voix de l’illusion.

Ninj fronça les sourcils. Ça n’allait pas marcher. Ca ne suffirait pas. Si Reï était réellement aussi attaché que ça à Voltali… alors sa tentative était vouée à l’échec. Car si effectivement, Voltali aurait pu penser ces mots… jamais elle ne les aurait dits de la sorte. La vision de Reï n’était qu’un rêve… un rêve qui ne pouvait que tourner au cauchemar d’une réalité faussée.

Alors que rien ne semblait le présager, l’horreur reprit place dans le temple. En quelques secondes seulement, le corps de la renarde électrique se fit transpercer de part en part, comme frappé de nombreuses lames invisibles. Ses hurlements de douleurs emplirent le temple, terrifiant les réfugiés autant que les Pokémon de Ninj. Germignon, pourtant si courageux habituellement, hurla à la mort en voyant le corps de la renarde se désagréger lentement, ne laissant derrière lui qu’une mare de sang lugubre dans laquelle le corps de Reï se débattait… bien que toujours plongé dans l’inconscience. La gueule du Zorua s’ouvrit, comme pour pousser un cri dont il était incapable… et à nouveau, les illusions emplirent la salle, l’illusionniste perdant à nouveau tous ses moyens, et ce, malgré son inconscience. D’ailleurs, la situation était certainement bien pire à présent… puisque c’était justement l’inconscient de Reï qui contrôlait tout cela pour faire vivre à tous ceux qui l’entouraient ses pires cauchemars. Et à présent, il n’avait plus aucune barrière.

En un instant, le temple s’embrasa, de nombreux feus naissant aux quatre coins de la salle et sur chacune des statues du temple. Dans un même temps, d’étranges créatures sombres aux allures de Zoroark apparaissaient, prêtes à découper tout ce qui leur passerait sous la patte. Ils étaient évidemment accompagnés de Trioxhydres tout aussi effrayants que les originaux. Et comme si cela ne suffisait pas, toutes les sources de lumières perdirent en intensité pour plonger l’ensemble du temple dans une pénombre menaçante.
Tous savaient que rien de tout cela n’était réel… pourtant, la douleur de chaque attaque était bel et bien présente. Plus ou moins intense, selon la puissance psychique des personnes du temple… mais parfois suffisamment forte pour en devenir mortelle lorsqu’elle frappait les plus faibles d’entre eux. Sans compter que la panique n’était pas pour arranger les choses : Devant cette attaque illusoire, hommes et Pokémon s’armèrent, espérant pouvoir lutter face à ces choses. Ainsi, aux attaques faussées s’ajoutaient plusieurs attaques perdues bien réelles, certaines allant percuter le décor, d’autres frappant un allié malchanceux.
Voyant le chaos qui s’abattait sur la pièce, Ninj se jeta sur Reï pour essayer de le réveiller : à peine se fut-il abaissé qu’une lame le transperça à son tour… sans pour autant stopper son mouvement. Il s’écroula sur Reï sous la douleur, bien que toujours conscient. Et dans un râle de douleur, il lança :

« Il faut le sortir d’ici ! »

Peut-être y avait-il une chance de faire recouvrer ses esprits au Zorua… mais pour le moment, Reï était plus un danger qu’autre chose.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Lun 30 Juin 2014 - 20:55

"Si on ne peut pas le garder conscient ni endormi, il n'y a alors qu'une solution ... Visiblement, tout cela est issu de son subconscient, n'est-ce pas ? Il cauchemarde à ce sujet. Je connais cela, bon nombre d'êtres nécessitent un repos ... forcé. Laissez-moi faire ... cela risque d'être très déplaisant à regarder."

L'aura rose qui se forma autour de l'âme de Cryptero n'avait rien de bienveillante. En fait, c'était tout le contraire. Comme une prédatrice, le regard bleu de la jeune femme à la peau noire se tourna en direction des Trioxhydres. Un claquement de dent sonore se fit entendre avant que le premier Trioxhydre ne se retrouve tranché en deux, comme dévoré par une bouche gigantesque imaginaire. Cela ne tarda pas à être de même pour le reste des pokémon, que ça soit Zoroark ou Trioxhydres. Pourtant, il fallut bien une bonne dizaine de minutes avant que l'âme de Cryptero ne termine cela, posant une main sur son ventre nu en gémissant :

"Je crois que je suis bonne pour avoir un mal d'estomac dans les heures qui viennent. Dévorer autant de rêves ... en aussi peu de temps, ce n'est pas très bon. Normalement, ce Zorua ne devrait plus avoir de soucis. Il dort mais ne rêve pas ... il s'agit juste d'un sommeil réparateur. Il ne pense à rien du tout, c'est le vide complet. J'ai évité de le blesser pendant cette manipulation mais normalement, il ne posera plus de problèmes. Ah ... Quand même, vous causez plus de problèmes que vous n'en résolvez, est-ce que vous le savez ?"

Elle poussa un petit soupir, s'adressant à Ninj bien que cela ne semblait pas la déranger d'avoir dût résoudre ce petit conflit. Néanmoins, il devait faire vraiment attention à ses pokémon. Elle, elle pouvait comprendre, ça ne voulait pas forcément dire que les autres personnes dans le temple allaient le comprendre. Surtout que le Zorua causait plus de troubles qu'autre chose. D'ailleurs, l'âme de Cryptero signala qu'elle allait calmer les ardeurs des habitants pour éviter que le pokémon ne tombe dans la vindicte populaire. Maintenant, c'était à Ninj et aux autres de tout faire pour que ça ne se reproduise plus. Elle ne pouvait pas être partout non plus, malheureusement. Il allait devoir apprendre cela à ses dépends si tout cela continuait. Elle revint au bout d'une trentaine de minutes, visiblement essoufflée, poussant un profond soupir :

"Je me demande ce que fait Soriu ... J'espère que ce n'est pas trop dangereux. J'ai confiance en sa puissance mais ... voilà ..."

Malgré tout ce qui se déroulait, elle n'était pas rassurée. Comment est-ce qu'elle pouvait l'être ? On parlait de Soriu, il était peut-être en danger de mort ! Mais ... non ... Etait-ce à cause des cauchemars avalés par le Zorua mais elle était plus inquiète que d'habitude. Ce n'était pas la première fois que Soriu partait et ce n'était pas son genre de ne pas être prudent mais elle n'y arrivait pas. C'était ainsi et pas autrement, elle n'arrivait pas à se faire à l'idée que Soriu était en danger et c'était ça le plus inquiétant à ses yeux. Elle ovulait être rassurée, elle le voulait mais elle n'y arrivait pas, voilà tout ! C'était tout simplement impossible !

"Revenez par ici vous deux !"

Soriu s'était écrié, tendant une main en direction du Libegon et du Negapi. Les deux pokémon furent téléportés à leurs côtés pour s'assurer une meilleure sécurité mais ça ne changeait pas grand chose à la situation. Soriu venait de s'épuiser inutilement à cause de toute cette histoire et bien entendu, continuer ainsi n'arrangerait en rien la chose mais est-ce que Negapi s'en rendait compte  ? Nullement en vue de l'état émotionnel du jeune homme. PIRE ! L'exaction n'était pas passée inaperçue alors qu'une voix féminine émettait un petit rire, déclarant :

"Ooooooooh ! Mais qui voilà ? Le perturbateur ! Celui qui nous dérange depuis des années ! Celui qui ose s'immiscer dans les histoires du passé alors que son avenir à lui risque de disparaître d'un instant à l'autre ! Mais bravo le jeune homme ! Bravo Soriu ! Laisses-moi deviner : tu pensais qu'en attaquant directement l'une de nos bases, nous arrêterions nos assauts  ? Hahaha ! Voyons, voyons, voyons ... Si tout était aussi simple que cela, nous aurions déjà rasé le temple, n'est-ce pas ? Nous sommes éternels, nous sommes immortels, tu n'as pas encore saisi ?"

Une faux tente de trancher le cou du jeune homme mais celui-ci pare l'arme avec son épée. Néanmoins, le choc rapproche dangereusement les lames jusqu'à son cou, l'ensanglant légèrement tandis qu'il émet un léger grognement. Elle pense pouvoir réussir à l'abattre ainsi, c'est bien ça ? Tsss ... Elle se berce d'illusions et c'est pour cela qu'il compte bien lui montrer que tout ce qu'elle accomplit ne servira à rien. Ses yeux deviennent roses alors que la femme se tient en face de lui. La base en elle-même se met à trembler fortement, Kadora sifflotant d'admiration :

"Je me demande quel effet je te fais donc pour arriver à ce stade de rage et de colère ! Qu'est-ce que c'est savoureux, n'est-ce pas ? Allez viens, je veux voir la dernière lueur d'espoir disparaître dans les yeux de cette femme mais aussi des êtres qui t'accompagnent."

Bon, ce qui était sûr, c'est que le combat contre Kadora allait se faire avec Soriu. Peut-être que d'autres du côté des pokémon de Ninj viendraient l'aider mais cela semblait déconseillé en vue de ce qui s'y passait. D'ailleurs,  le reste n'attendait pas vraiment pour agir du côté de Kadora. Déjà, plusieurs hommes équipés d'épées, de lances et d'arcs ciblaient les pokémon et les êtres humanisés. Leur particularité était bel et bien le fait qu'ils avaient le visage complètement noir ... comme si aucune face n'existait. A croire que cela était de la magie, il n'y avait qu'un pas qui n'était pas si difficile à franchir. Mais il n'y avait pas que cela ... Dans la base, l'ambiance était lourde, très lourde, beaucoup trop pesante et Soriu l'avait remarqué, comme ses pokémon. Du côté de ceux de Ninj, difficile pour eux de l'ignorer aussi. Cette ambiance ... elle n'était pas que pesante, elle était oppressante et visiblement, tout cela se trouvait derrière Kadora. Mais pour ça, il fallait réussir à la passer ... et sachant qu'ils étaient tous dans une grande pièce souterraine, il y avait bien plusieurs rentrées et sorties. De plus, quelques pokémon ténébreux et spectraux commençaient eux aussi à faire leurs apparitions.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1740

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Ninj le Mer 2 Juil 2014 - 3:48

*******

« Oh, tu as déjà fini ? », Reprit Pichu sur un ton innocent, stoppant la renarde avant qu’elle ne quitte le bâtiment. « C’est dommage, en creusant un peu plus loin, on aurait peut-être atteint le moment où je t’ai sauvé la vie, en gros égoïste que je suis… »

« Chose qui n’aurait pas eu lieu si tu ne nous avait pas lâchement abandonnés quelques mois plus tôt ! »
, Répliqua immédiatement Voltali en faisant volte-face.

Le ton venait subitement de monter. Voltali ne supportait pas d’être redevable à celle qu’elle haïssait… d’ailleurs, elle ne considérait pas qu’elle l’était, étant donné qu’elle avait rendu la pareille à la gamine le jour-même. Toutefois, ce simple souvenir allait permettre de rallumer la flamme du débat de façon bien plus virulente, tandis que Voltali s’emportait :

« Tu t’inquiètes pour Ninj, non ? T’a-t-il déjà raconté ce qui lui est arrivé lorsque tu es partie ? Serait-ce toi qui es revenue auprès de lui tandis qu’il avait décidé de tous nous laisser vivre notre vie ? As-tu été là pour lui ne serait-ce qu’une seule fois ?... »

« Evidemment ! »
, Coupa Pichu qui perdait son calme à son tour, tandis qu’elle entendait parler de cette histoire pour la première fois : « Je suis revenue dès que Ninj en a eu besoin, Je suis revenu p… »

« Quand il en a eu besoin ? »
, Ricana la renarde. « Une fois, peut-être… le reste du temps, tu l’as toujours traité comme un moins que rien… peut-être même plus que moi ! TU nous as TOUS ignorés en t’enfuyant ! Toi et Libegon… vous êtes certainement les plus à blâmer du groupe ! »

« Il le fallait ! »
, Tenta d’argumenter Pichu, preuve que les paroles de la renarde ne tombaient pas dans le néant cette fois-ci. « Je n’étais bonne à rien… je n’aurais pas pu l’aider ! Il fallait que je le fasse… il fallait que… »

« Bien sûr que non… je te l’ai dit… Ninj t’offrais une vie en or, et tu lui as ri au nez, ni plus, ni moins. Tu cherches à réprimander quelqu’un ? Tu n’as pourtant pas à chercher bien loin… »


A présent, Pichu serrait les poings. Voltali visait enfin juste, et ce, depuis plusieurs répliques… Elle avait parfaitement détourné la conversation pour reporter toutes les fautes sur la gamine et contrôlait la conversation sans la moindre peine. Restait à savoir si Pichu en viendrait aux poings immédiatement ou trouverait une dernière chose à répliquer…

*******

Ninj se frotta l’arrière du crâne d’une de ses mains tandis que Cryptéro déclarait qu’ils étaient plus gênants qu’autre chose. Elle n’avait pas tort sur ce coup-là… il n’était définitivement pas un dresseur digne de ce nom. Heureusement, son fidèle compagnon à quatre pattes vint rapidement lui certifier le contraire en déposant une énorme léchouille baveuse sur le visage de son maître, avant de reporter son attention sur le pauvre renard endormi aux rêves dévorés. Pauvre Reï… dans quel état allaient-ils le retrouver après toutes ces épreuves ? Une telle accumulation d’horreurs laissait forcément des traces…

Pendant ce temps, du côté des deux plus jeunes du groupe, Germignon revenait d’un air honteux auprès de son amie quadrupède. Comment avait-elle pu rester de marbre tout au long ? Même lui, le grand, fort et courageux Germignon du groupe, il n’avait pu qu’hurler de terreur en voyant tant d’horreurs ! C’était… comme si tout cela n’avait jamais eu lieu pour la chienne aux pouvoirs ténébreux ! D’ailleurs… c’était exactement ce que son regard perdu laissait supposer. Sans vraiment comprendre la raison de toute cette agitation, la femelle murmura finalement quelques paroles pleines de sagesse au Germignon pour leur éviter un soulèvement de foule : D’un mouvement de la feuille sur son crâne, la petite boule verte dispersa un doux parfum dans l’ensemble de la pièce, apaisant les esprits de ceux qui le respiraient.

Tout en caressant son Arcanin, Ninj observa le reste du temple d’un regard songeur. Reï semblait enfin calmé… Mais à présent, il commençait à s’inquiéter pour Soriu. Si même cette femme aux pouvoirs stupéfiants craignait ceux qu’il risquait d’affronter… peut-être y avait-il véritablement un risque pour le groupe d’exploration ?

En réalité, "risquée" était un euphémisme pour résumer la situation. Libegon et Negapi avaient été secouru de justesse par Soriu… mais à présent, le jeune homme ne pourrait plus leur venir en aide : son affrontement avec Kadora risquait de le maintenir occupé un bon moment ! Les autres allaient devoir se débrouiller seuls…

« Vraiment… pourquoi les crétins utiles ne sont jamais là au bon moment ? », Soupira Emolga qui voyait déjà sa dernière heure arrivée.

Qu’il s’agisse de Pichu, Voltali ou Reï… n’importe lequel de ces trois-là aurait pu leur sauver la mise. Mais là… heureusement que la majorité des femelles de Soriu avaient décidé de les accompagner ! Au moins, elles, elles étaient utiles… pas comme ce Negapi roulé en boule aux pattes de Libegon…

La souris aux oreilles bleues était définitivement devenue un boulet supplémentaire pour le groupe, au grand regret de Libegon. Voilà qu’à présent, il ne bougeait même plus… Tout en se tournant vers le reste du groupe, il ordonna rapidement :

« Essayez de trouver ce qui crée ces choses… ça m’étonnerait que les combattre nous apporte quoi que ce soit. Emolga et moi, on s’occupe de les distraire, débrouillez-vous pour aider Soriu à éliminer l’autre ou pour trouver un moyen de nous débarrasser définitivement de ces choses. »

Il était bien rare de voir Libegon prendre le lead de façon aussi significative… mais étant donné qu’il était déjà au cœur de l’affrontement, il n’avait pas vraiment le choix. Suivant les instructions du dragon, Emolga grimpa sur son crâne et commença à s’illuminer d’un flash éblouissant, provoquant ainsi la totalité de leurs adversaires pour les forcer à se diriger vers elle. Pendant ce temps, toujours au sol et bien appuyé sur ses pattes-arrières, Libegon se préparait à balancer une unique attaque pour s’occuper de toutes ces… choses. Lorsque suffisamment d’entre eux furent suffisamment proches, le dragon hurla toute sa rage avant de bondir sur place pour frapper le sol de ses membres, provoquant une terrible abime en direction de ses adversaires. L’attaque était habituellement peu précise… mais puisqu’ils étaient en sous-sol, il n’avait eu qu’à raser la totalité de ce qui lui faisait face pour faire un maximum de dommages.  

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Ven 11 Juil 2014 - 0:45

"Merci pour le parfum. Cela apaisera les esprits ... tant mieux ... oui."

La jeune femme aux cheveux blancs avait adressé un léger sourire au Germignon, montrant par là qu'elle n'en voulait guère au jeune pokémon de n'avoir réagit que plus tard. A l'heure actuelle, ils avaient trop de problèmes pour pouvoir se concentrer uniquement sur la dispute interne entre eux. Ils devaient juste pouvoir calmer les esprits énervés et agacés de chaque citoyen et ce n'était pas en se battant entre eux que cela allait s'arranger. Elle tapa du sceptre sur le sol, tout le monde se tournant vers elle avant qu'elle ne dise :

"Allons nous recueillir , je vous pries, au Jardin. Ce n'est pas en restant coincé dans les couloirs de ce temple que nous pourrons apaiser nos esprits et nos coeurs."

Difficile d'ignorer qu'elle disait cela principalement pour elle. Ses craintes étaient nombreuses et tournées vers une seule et unique personne : Soriu. Elle ne savait pas ce qu'il était en train de faire exactement mais elle avait ... peur ... vraiment très peur ... Elle ne devait pas trembler mais ses craintes s'accentuaient à chaque instant. C'était elle la plus inquiète dans toute cette histoire bien qu'elle cherchait à ne pas le montrer. Dans le Jardin, elle vint s'asseoir doucement sur un banc, le visage tourné vers les cieux obscurcis par les nuages. Elle murmura comme un message pour le lointain :

"Soriu ... s'il te plaît ... reviens moi ... je ne veux pas ... que tu disparaisses ..."

Mais cela semblait plus difficile que prévu à mettre en place. Le jeune homme aux cheveux blancs luttait difficilement contre cette femme avec sa faux ténébreuse. A côté, les pokémon livraient une âpre bataille contre les humains et d'autres pokémon. Emolga avait posé une chose intéressante mais un grand éclat de rire féminin se fit entendre :

"Trouver ? Mais je peux te le dire facilement ! C'est moi et uniquement moi ... ou presque ... Ce n'est pas un artefact étrange ou autre ... Non ... C'est moi qui donne vie à ces créatures et êtres ténébreux. Qu'est-ce que tu penses faire ? Me tuer ? HAHAHAHA ! Quelle idée absurde !"

"Kadora ... Ne perds pas de temps avec ces futilités. Nous avons beaucoup mieux à faire ... Est-ce bien compris ?"

Kadora perdit son sourire, regardant autour d'elle avant de baisser la tête, serrant avec plus d'insistance la faux qu'elle tenait en main. Elle murmura :

"Je veux bien mais il est plus résistant que prévu ... C'est pas aussi simple qu'on ne le croit en le voyant hein ! Mais bon, je vais accélérer le rythme si ce n'est que ça !"

Elle s'exclama avec joie, émettant un grand sourire une nouvelle fois avant que sa faux ne frappe Soriu ... ou presque ... Elle trancha le vide, Kadora levant les yeux en direction du plafond. Vraiment ? Il lui faisait le coup de la téléportation ? Il pensait vraiment qu'elle ne serait pas capable de le repérer ? Pour qui donc est-ce qu'il pensait la prendre ? Elle était bien mieux que lui ... oh que oui ! Et elle allait vite fait le lui montrer pour qu'il comprenne tout ça ! Le jeune homme réapparut sur sa droite et elle donna un coup de faux, percutant bien Soriu ... ou plutôt l'une de des créatures ténébreuses. Le jeune homme réapparut devant elle mais elle arriva à réagir plus que vite, venant donner un nouveau coup de faux qui vint percuter une personne ... de son côté ? Elle frappa le sol avec rage, provoquant un tremblement de terre, bien que mineur. Visiblement très mécontente, elle se tourna vivement sur la droite, tenant sa faux à une main avant que l'autre n'empoigne le visage de Soriu.

"Finit de jouer, compris ? Tu t'es bien amusé avec les autres mais maintenant, on arrêter ça, j'ai pas que ça à foutre !"

Soriu émit un grognement, donnant un coup de pied de la main gauche puis du pied droit sans que cela soit efficace. Le jeune homme prit une profonde respiration avant de donner un coup dans le menton de Kadora. Elle finit par le relâcher, le jeune homme se massant le crâne. Elle n'y avait pas été avec le dos de la cuillère ! Mais surtout, la voix qu'il avait entendu, il était certain qu'elle provenait de la profondeur ... donc il devait s'occuper de cela avant qu'il ne soit trop tard. Il se tourna vers ses pokémon, s'écriant :

"Je vais m'occuper de ce qui se trouve au fond de cette base ! Visiblement, ça déplait à Kadora, ce qui veut dire quil y a une chance que ça soit la solution à tous nos problèmes !"

Comme si elle allait le laisser faire ! Elle tenta de le stopper mais les pokémon de Soriu vinrent la déranger, le jeune homme disparaissant dans les ténèbres, complètement. En fait, on pouvait presque croire qu'il n'y avait plus aucune présence, plus aucune existence, tout simplement. Kadora émit un hurlement de rage , terriblement énervée, allant poser son regard sur les pokémon de Soriu. Ceux de Ninj étaient trop occupés avec les êtres humanoïdes sans visage et les pokémon faits de ténèbres ... mais eux ... EUX ! Ils allaient le payer lourdement ! Si Soriu revenait vivant de là où il s'était plongé, il n'aurait alors plus que des cadavres à voir ... mais pour ça, il fallait déjà qu'il s'en sorte lui-même !

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1740

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Ninj le Ven 11 Juil 2014 - 18:18

*******
Pichu détourna le regard une nouvelle fois. La renarde allait trop loin dans ses reproches… Mais le plus perturbant était ce sourire machiavélique qu’elle renvoyait à sa victime, tandis qu’elle se délectait de sa tristesse. Les poings serrés, la gamine s’était accoudé au plan de travail de la cuisine du chercheur sur lequel trainaient outils et restes de nourriture, comme pour s’évader en portant son attention sur autre chose que celle qui lui rappelait tant d’erreurs et de mauvais souvenirs. Malheureusement, la seule pensée qui lui vint en remarquant la présence d’un couteau à viande aiguisé n’avait rien de libératrice…

Après un silence gêné perturbé par les moqueries discrètes de la Voltali, Pichu reprit enfin la parole, toujours sans détacher son regard du plan de cuisine :

« Est-ce que tu es satisfaite ?... », Demanda-t-elle d’une voix triste.

Bien qu’elle ne le voie pas, Pichu pouvait s’imaginer le sourire grandissant de la sadique, trahison suffisante au cœur d’un long silence pour confirmer cette interrogation. Attristée comme rarement, Pichu reprit d’une voix fébrile :

« Je voulais juste t’aider à pardonner les autres sur leurs erreurs insignifiantes… Mais tu te fiches bien de ce qu’ils peuvent ressentir. Non… pire que ça… tu préfères les voir triste. Tu préfères savoir que tu n’es pas la seule à souffrir, plutôt que d’aider les gens à ne pas vivre ce que tu as vécu… »

« Je ne dois rien à personne… et je n’ai vraiment pas besoin de ton aide pour quoi que ce soit. »
, Répliqua Voltali d’une voix lasse « Occupe-toi déjà de ta vie minable avant de… »

« Si Ninj et Libegon ne revenaient pas de ce voyage… tu serais heureuse… simplement en sachant que je deviendrais comme toi… »
, Coupa finalement Pichu en un souffle de tristesse.

*******

Alors qu’elle semblait vouloir calmer les esprits, Ninj déclina la proposition de l’âme de Cryptéro. Tous pouvaient sortir se recueillir au milieu d’un jardin fleuri s’ils le souhaitaient… mais pour sa part, il resterait aux côtés de ses Pokémon blessés. Que cela soit Draco, ou Reï… il ne les laisserait pas se reposer seuls, de crainte de ne pas être là au moment de leur réveil pour les rassurer.
Le pauvre Zorua dormait paisiblement entre ses bras, d’un sommeil vide de rêves… mais aussi reposant que possible pour son corps. A ses côtés, son Arcanin ne le quittait plus d’un pouce depuis la catastrophe d’illusions provoqué par leur jeune ami. Tel un fidèle compagnon n’abandonnant jamais son maître, le canidé était allongé à ses côtés et se laissait gratouiller le crâne par le chercheur de temps à autre.

Toutefois, Cryptéro ne resta pas seule bien longtemps. Elle fut rapidement rejointe par Germignon et Malosse, le duo d’enfants ne supportant plus de rester sur place. De plus, quoi de plus agréable qu’un jardin pour un petit Pokémon plante ? A peine arrivée dans l’immensité fleurie, Germignon se risqua à marcher sur la pelouse du temple pour encenser les plantes autour de lui de ses nombreux arômes revigorants. Certaines fleurs allaient même jusqu’à se dresser sur son passage, comme réveillée par le passage du jardinier en herbe.
Ce Pokémon avait un don pour la nature… qu’il détenait évidemment de sa mère, cette dernière ayant passé toute sa vie à faire pousser des fleurs plus ravissantes les unes que les autres. Et malgré son tempérament de feu, le Germignon se plaisait à jouer le rôle d’un Celebi sur une terre où ce dernier n’existait même pas.

Tandis qu’elle pouvait observer le Germignon agir, Cryptéro sentit une boule de poil se frotter délicatement contre l’une de ses jambes.
Sentant les craintes de l’humaine, Malosse venait d’agir comme aurait pu le faire Arcanin, attirant l’attention de l’âme de Cryptéro d’un geste doux et réconfortant. Et sans prononcer le moindre mot, elle plongea son regard rassurant dans celui de l’humaine, espérant qu’elle pourrait y lire toute la confiance qu’elle avait pour Soriu, malgré le peu de temps qu’elle avait passé à ses côtés.

Du côté du groupe d’aventuriers suicidaires, Kadora venait de titiller l’imagination d’Emolga.

« Ah, c’est toi qui leur donne vie ?... Mais ça change tout dans ce cas ! », Ricana Emolga. « Du coup, je m’en charge ! »

D’un bond, Emolga sauta du dragon pour atterrir au milieu des créatures ténébreuses, une idée bien précise en tête. Evidemment, peu confiant, Libegon lui hurla immédiatement de remonter sur son dos à l’abri. Son sentiment d’inquiétude ne fit qu’amplifier lorsqu’il vit la souris saisir la flute qui pendait autour de son cou pour la porter à sa bouche au milieu de l’affrontement… et pourtant !

Soriu avait réussi à échapper à Kadora… et à présent, sa terrible adversaire comptait s’en prendre à ses Pokémon. Il y avait de quoi s’inquiéter… si Kadora avait tenu tête à Soriu sans la moindre difficulté, l’équipe réduite de femelle l’ayant accompagné allait-elle suffire à la vaincre ? Ils ne pouvaient que l’espérer. Dans tous les cas, l’humaine allait avoir bien plus d’un groupe de Pokémon à gérer ! Saisissant sa faux à pleine main, Kadora lança sa première attaque sur le groupe de femelles qui lui faisait face. Mais au lieu de trancher le corps d’une de ses cibles, Kadora eut la surprise d’avoir à trancher l’un de ses pantins qui venait de se jeter sur elle, littéralement.

Un simple regard en direction de cette douce mélodie qui venait d’emplir la pièce suffit à comprendre l’origine de cette trahison. D’un pas serein, Emolga marchait au milieu des êtres ténébreux tout en usant de son instrument pour enchanter les créatures qui l’entouraient. Un œil attentif pouvait repérer un bref courant électrique s’échappant de temps à autre de la flute d’Emolga pour aller frapper la créature ténébreuse la plus proche avant qu’elle n’ait le temps d’attaquer la troubadour. Sitôt qu’une créature se faisait frapper de la sorte, elle changeait subitement de comportement et s’en allait sur Kadora, où elle finissait tranchée sans grande surprise.

Jamais Emolga n’avait encore eu l’occasion de mettre en application cette légende urbaine du flutiste… Alors bon, pour une fois qu’une telle aubaine se présenter, elle n’allait pas s’en passer ! Surtout qu’à présent, tous ses camarades avaient le champ libre pour s’occuper de Kadora. Libegon se chargeait de retenir les créatures ténébreuses n’étant pas sous le charme d’Emolga… Tandis que cette dernière diminuait dangereusement leur nombre petit à petit. Quant à Negapi… il restait toujours aussi inutile, à l’abri entre les pattes du dragon des sables.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum