[ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Mer 16 Juil 2014 - 17:48

"Sincèrement ? Vraiment ? Petite Emolga ... Je crois que tu commences à jouer avec des choses qui te dépassent. Si tu ne veux pas comprendre à quel point ce que tu fais est risible et pathétique, je vais alors devoir te le montrer d'une autre façon et beaucoup plus violente. Bon ! Puisque c'est ainsi, autant y aller franchement hein ?"

Kadora planta sa faux dans le sol, sortant deux sphères de son décolleté avant de faire apparaître ses pokémon. Aussitôt, le Neitram fixa la pokémon avant de la projeter contre un mur, la flûte glissant sur le sol à plusieurs mètres de là, entourées par les pokémon et être ténébreux. Impossible pour elle maintenant d'utiliser sa flûte. Peut-être qu'elle n'avait pas fait assez attention au fait que Kadora avait quelques pokémon avec elle ? C'était dommage et difficile ... mais cela lui montrait alors qu'il fallait tout étudier ... toutes les possibilités même. Et Kadora avait repris alors le contrôle des marionnettes bien qu'elles étaient maintenant moins nombreuses qu'auparavant. Toutes se focalisaient sur Emolga, Kadora reprenant la parole :

"Petite saleté ... Puisque tu t'es amusée à ça, je vais te punir, n'est-ce pas ?"

Et la punir salement. Si personne ne faisait rien pour défendre Emolga, il valait mieux alors ne pas compter sur la survie de la petite créature. Malgré les apparences, Kadora était du genre très revancharde et vengeresse, prête à tout pour pourrir l'existence de la personne qui décidait alors de lui mettre des bâtons dans les roues. C'était dommage que ce n'était qu'une simple Emolga et rien d'autre. Et qu'importe si elle tentait d'utiliser les reflets, elle n'arriverait pas à s'enfuir bien longtemps malheureusement face à la puissance dévastatrice de Kadora. Celle-ci se tournait maintenant vers les autres pokémon qui tentaient de s'en prendre à elle :

"Il faut vraiment que je vous explique, n'est-ce pas ? Je ne suis pas encore sérieuse face à vous. Par contre, il se pourrait que si vous décidiez de m'agacer que je vous le fasses payer amèrement ... Et visiblement, ça serait déconseillée non ? De mourir d'une façon encore plus horrible que prévue. Vous pourriez disparaître d'un simple coup de faux mais vous avez décidé de lutter sans comprendre votre place dans ce monde. C'est pourquoi je vais me charger de refaire votre éducation."

Derrière elle, un cri masculin se fit entendre : Difficile d'ignorer la personne qui en était à l'origine : Soriu. Au même instant, une déferlante d'énergie ténébreuse se fit ressentir, même Kadora ayant quelques frissons avant de dire d'une voix exaltée :

"Oh ... On dirait qu'il vient de le trouver."

Seconde secousse et ce furent des flammes violettes qui sortirent de derrière Kadora, celle-ci les évitant avec aisance. Des flammes liées à la puissance des dragons. Kadora poussa un grand rire teinté de démence, regardant maintenant les pokémon de Soriu et de Ninj avant de reprendre :

"Il ne doit plus rien rester de lui. Enfin débarrassé ... Ca lui apprendra à se jeter dans la gueule du loup ... ou plutôt du dragon dans ce cas précis ! Hahaha ! Mais quel idiot ! J'étais sûre que vous comptiez prendre les devants ... Et grâce à cela, vous êtes tout simplement tombés dans notre piège ! C'est parfait ... Grâce à vous, nous sommes tous réveillés. Je devrais vous féliciter pour votre malchance, n'est-ce pas ?"

Mal ... Cela s'annonçait très mal ...Et les cris ne faisaient rien pour améliorer la chose. Soudainement, quelque chose vient percuter Kadora, la faisant pencher en avant. Avant qu'elle ne puisse réagir, , trois yeux roses se fixèrent sur elle, la projetant en arrière, Soriu se présentant à tous, couvert de blessures et de brûlures, visiblement en piteux état.

"Il faut absolument que l'on parte d'ici ! ET VITE ! SUIVEZ MOI ! Je vous téléportes tous !"

"Où ... comptez-vous vous rendre ?" murmura une voix provenant du fond du couloir dans lequel Soriu s'était engouffré auparavant. Déjà, d'autres flammes étaient visibles mais le jeune homme comme ses compagnons n'étaient plus là. Quelques minutes plus tard, ils étaient tous dehors, le jeune homme s'écroulant, adossé à un mur, la respiration coupée. Il voulut ouvrir la bouche mais aucun son n"en sortit avant qu'il ne ferme les yeux. Presqu'aussitôt, ses pokémon étaient à ses côtés, plus qu'inquiètes et soucieuses. Mais heureusement, pour rassurer les pokémon de Ninj mais surtout elles-mêmes, elles signalèrent qu'il n'était "qu'évanoui". La Milobellus récupéra Soriu, invitant tout le monde à grimper sur elle avant se déplacer avec vélocité jusqu'au temple. Aussitôt arrivé, le premier cri féminin fût pour l'âme de Cryptero, celle-ci téléportant Soriu pour le prendre dans ses bras puis l'emmener dans une chambre pour le soigner et le faire se reposer. Le jeune homme marmonnait juste un mot :

"Triox ... Trioxhydre ... Trioxhydre ..."

Puis plus rien. Pendant ce temps, Nephene racontait ce qui s'était passée, l'échec de la mission mais surtout le fait qu'il semblerait qu'un troisième être, comme Kadora et Otoka Bunaran était visiblement "réveillé d'après les dires de la jeune femme à la faux. Et qu'il était sûrement responsable de l'état actuel de Soriu.

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1739

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Ninj le Jeu 17 Juil 2014 - 20:39

*******
Cette fois-ci, ce fut Voltali qui resta muette devant la réplique de l’autre femelle. Son regard haineux continuait à fusiller la gamine. Et comme Pichu l’avait si justement deviné, elle s’imaginait à présent avec grand plaisir l’état de la gamine au retour du groupe, si par hasard Ninj et Libegon n’en revenaient pas. Cela lui donnerait une occasion rêvée de la remettre en place une bonne fois pour toutes…

« Ce voyage était censé être le plus dangereux de tous… et ils y sont allés sans nous… », Reprit Pichu d’une voix tremblante. « Tu sais aussi bien que moi qu’ils n’ont aucune chance d’en revenir indemne. »

Et malheureusement, il était trop tard pour faire marche arrière. Si seulement Voltali n’avait pas fait sa forte tête… si seulement elle-même n’avait pas tenté quelque chose d’impensable : ramener la renarde à la raison.

« Ça t’inquiètes ? », Ricana Voltali, beaucoup moins touché par ce drame qui se profilait. « Alors peut-être devrais-je t’éviter la mauvaise surprise de leur retour ? »

Inquiète, Pichu reporta son attention sur la renarde électrique, pour découvrir qu’un courant électrique inquiétant parcourait déjà son pelage hérissé. La renarde s’apprêtait à attaquer… et la réponse qu’aurait la gamine ne semblait pas avoir une quelconque importance sur la décision de son agresseur.

« J’en ai assez de t’entendre te plaindre… permets-moi de régler tes problèmes de la façon la plus naturelle qui soit ! », Menaça à nouveau la renarde électrique avant de s’emporter dans un rire sadique…

*******

Malédiction ! Cette Kadora… tout était comme si elle ne faisait que jouer avec eux, n’usant qu’un dixième de ses capacités pour les mettre à mal ! A peine Emolga trouva-t-elle le moyen de retourner la situation que déjà l’humaine aux pouvoirs ténébreux grimpait d’un cran sur l’échelle de sa puissance en envoyant ses Pokémon, rendant une seconde fois l’affrontement ingérable.
En voyant le Neitram apparaître, Libegon abandonna Negapi au sol pour se jeter de toutes ses forces sur la créature psychique. Hélas, l’autre eut le temps de réduire Emolga à l’impuissance et de la livrer en pâture aux créatures ténébreuses qu’elle avait essayé de contrôler.

Livrée à elle-même, Emolga n’eut qu’une courte seconde pour analyser la situation avant d’agir. Toutes les créatures psychiques se focalisaient sur elle… Kadora dominait l’équipe de Soriu toute entière… Libegon était aux prises avec les Pokémon de l’humain… quant à Negapi, mieux valait l’oublier. Elle était seule… seule et désarmée face à une horde de créatures maléfiques. Elle pouvait bien essayer de les éviter, de jouer de flashs et de reflets pour tenir aussi longtemps que possible… malheureusement, cela semblait peine perdue.
L’air désespérée, Emolga jeta un coup d’œil à l’endroit où sa flute lui avait échappé des mains. Une bonne dizaine de ces créatures ténébreuses la séparaient de son seul moyen de survivre à cette situation inextricable. Si elle ne récupérait pas sa flute, elle était condamnée. Serrant les poings, Emolga prit une profonde respiration, comme pour se préparer mentalement au véritable défi qu’elle allait devoir accomplir. Elle s’en savait incapable… pour autant, si un quelconque dieu veillait sur elle, elle le priait à présent d’agir, et de lui offrir ce miracle qu’elle réclamait.

Deux humains encapuchonnés lancèrent l’assaut, bondissant sur l’Emolga pour la déchiqueter de leurs armes tranchantes. Aussitôt, l’écureuil prit appuie de ses jambes contre un mur pour bondir à toute hâte en direction de sa flute, évitant ainsi le premier assaut. Malheureusement, ce n’était que le début…
La souris flottait à ras du sol, comme lancée par un canon en direction de sa cible. Sa trajectoire était presque linéaire, tout juste contrôlée par l’écureuil pour éviter les quelques créatures qui se mettraient en travers de sa route. Tout au long du trajet, la souris lança son attaque coud’jus, frappant ses adversaires avant qu’ils ne se rapprochent suffisamment pour l’atteindre elle.
Mais bien rapidement, le surnombre pulvérisa la stratégie de l’Emolga. Eviter physiquement ses adversaires était une chose… mais quand il s’agissait de boules d’énergie, d’explosions et d’autres attaques ténébreuses aussi rapides qu’elle… Finalement, Emolga fut contrainte de freiner brutalement à quelques mètres de son objectif pour esquiver une puissante Explonuit.

Et à présent… elle était complètement encerclée. Prise de panique, la souris électrique donnait le tour pour le tout, formant une cage-éclair tout autour d’elle pour paralyser ceux qui oseraient s’approcher… mais déjà, une ball-ombre l’atteignait en plein visage, envoyant la souris bourlinguer à quelques centimètres d’un Scalpion aux lames aiguisées. Rouvrant les yeux en gémissant, Emolga eut tout juste le temps de rouler sur le côté pour voir une lame se planter au sol, à l’endroit exact où elle avait atterrit.
Une seconde lame frappa, bien plus proche que la première. Ce coup-ci, Emolga hurla de douleur, tandis qu’un léger filet de sang commençait à couler de sa joue droite dangereusement entaillée. Mais elle n’avait pas le temps de se plaindre de la douleur… D’un bond, l’écureuil évita une nouvelle sphère d’énergie… mais à peine fut-elle dans les airs qu’un homme la renvoya s’écraser au sol d’un violent coup de coude.

Désormais plaquée au sol par un Zoroark, Emolga dut se libérer d’une décharge électrique contre son assaillant… hélas, à quoi bon continuer ? A peine se débarrassait-elle d’un agresseur que trois autres lui bondissaient dessus ! Sa seule chance était… là. Juste là. A moins d’un mètre d’elle. Au sol. Abandonnant toute notion de sécurité, l’Emolga puisa une dernière fois dans ses forces, revigorée par l’espoir de cette flute dont elle avait pu se rapprocher. Poussant une dernière fois sur ses jambes meurtries, l’écureuil ignora la douleur de ces lames qui lui offraient à chaque passage une nouvelle écorchure, plaqua finalement l’une de ses mains au sol à l’endroit exact où se trouvait sa flute, et la porta à sa bouche…

A cet instant, le temps sembla se figer pour l’Emolga. Son cœur, pourtant vibrant dans sa poitrine, semblait battre au ralenti, tandis qu’elle réalisait ce qui était en train de se dérouler devant elle. A la seconde où elle saisit sa flute, une violente giclée de sang lui explosa au visage, l’obligeant à fermer les yeux. Et tandis qu’elle portait l’instrument à sa bouche avec précipitation… quelques larmes commencèrent à perler au creux de ses yeux…

Le son de la flute emplit une seconde fois la pièce… brutal, sec, agressif… ce son n’avait rien d’une de ces mélodies auxquelles Emolga avait pourtant voué sa vie… l’écureuil souffla dans la flute avec tant de hargne qu’une unique note en sortit, assourdissant tous les combattants de la pièce.
Un flash aveuglant prit naissance à l’endroit où se trouvait l’Emolga, électrisant la totalité des créatures présentes. Tous purent sentir cette vive émotion ressentie par l’écureuil… tous purent comprendre ce qu’elle venait de vivre… et lorsqu’enfin tous recouvrèrent la vue… la totalité des créatures ténébreuses s’étaient tout simplement entretuées, ne laissant que Kadora et ses Pokémon dans cette pièce souterraine. Enfin… presque. L’instant d’après, Soriu arrivait avec une mauvaise nouvelle supplémentaire et téléportait tout le groupe en lieu sûr. Hélas… il était déjà trop tard, bien trop tard.

Tandis que tout le monde semblait s’inquiéter du sort de Soriu, Emolga rouvrit les yeux, le visage couvert de sang. Elle était blessée… gravement blessée… mais pas autant que celui qu’elle tenait à présent dans ses bras.

« S’il te plait… », Murmura-t-il faiblement. « Tu lui diras… que je l’aurais fait… pour elle… »

Negapi. Luttant contre ses peurs, sa faiblesse et ses sentiments, venait de sauver l’Emolga d’une mort certaine en s’interposant entre le bras armé d’un Scalpion et sa proie. Suivant les traces de sa sœur, il s’était sacrifié pour sauver celle qui méritait de survivre. Posipi lui avait offert sa vie… vie qu’il n’avait fait que gâcher jour après jour… et à présent, il offrait sa propre vie à cette Emolga qu’il connaissait à peine… mais qui, il le savait, saurait en être digne.

« Elle ?... », Répéta Emolga d’une voix tremblante, tandis qu’un véritable flot de larmes commençait à couler le long de ses joues.

« Pichu… », Reprit Negapi, tandis qu’un sourire s’affichait sur son visage meurtri.

D’un geste malhabile, la souris électrique porta l’une de ses mains jusqu’au visage d’Emolga. Tout portait à croire que dans son esprit, le Negapi venait de substituer les deux Pokémon électriques… Il s’en irait donc ainsi… Dans les bras de celle qu’il aimait…

« Ne pleures pas… », Demanda-t-il finalement d’une voix plus calme avant de s’adresser à l’ensemble du groupe. « Ne pleurez-pas, vous tous… je suis… je suis heureux… tout est pour le mieux… »

De nouvelles larmes apparurent aux creux de ses propres yeux, creusant un mince sillon de peine au cœur du sang qui recouvrait les deux petits Pokémon.

« Je vais enfin… la retrouver… ma sœur… Posipi… », Prononça-t-il dans un dernier soupir.

Ses yeux se posèrent une dernière fois sur l’Emolga. Et tandis qu’il lui offrait un ultime sourire réconfortant, cherchant à lui faire oublier sa peine… ses yeux se fermèrent lentement… pour ne plus jamais se rouvrir…
Le voyage n’était pas terminé, tous avaient encore beaucoup à accomplir dans ce passé ténébreux… pourtant, le corps de Negapi se désagrégea lentement pour se transformer en une myriade de petites lumières aux couleurs de l’arc-en-ciel. Comme l’avaient annoncées ses dernières paroles, il rejoignait sa sœur… tout comme elle, il quittait les siens à une époque qui n’était pas la sienne… tout comme elle, il s’effacerait de l’histoire pour rejoindre le monde de Celebi. Et là-bas… tous les deux… ils vivraient… à leur façon…


Spoiler:
R I P Sad

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Mar 22 Juil 2014 - 21:23

"Où ... est-ce que je suis exactement ?"

Une bonne heure s'était passée depuis les évènements. Et encore, ce n'était pas grand chose par rapport à ce qui allait se passer. Le jeune homme aux cheveux blancs poussa un gémissement, se redressant dans le lit. Torse nu, de nombreux bandages sur la majeure partie de son corps, il savait qu'il était salement brûlé et blessé par la créature qui s'était trouvée derrière Kadora. Cette femme n'avait pas hésité à le piéger. Voilà pourquoi il n'appréciait que moyennement de ne pas pouvoir lire les pensées adverses quand il combattait. Ah ... Ah ... Ah ... La Momartik humanisée tenta de faire un faible sourire, lui murmurant qu'elle était si heureuse de savoir qu'il était encore en vie ... même si ... même si ?

"Même si ? Qu'est-ce qu'il y a ? Pourquoi est-ce que tu ne termines pas ta phrase ?"

Il ne se sentait pas le courage de lire dans ses pensées. Quelque chose était perturbant, très perturbant. Il termina en se relevant, Friyendia venant l'aider à se mettre debout. Elle était là, à ses côtés, lui murmurant que ce n'était pas de sa faute. Les évènements avaient mené à une telle scène et il ne pouvait se sentir responsable de tout cela mais ... de quoi est-ce qu'elle parlait ? Ce fut lorsqu'il décida de rejoindre les autres que ses yeux se posèrent sur l'ensemble des personnes présentes. Rapidement, il remarquait que quelque chose clochait mais quoi ? Il ne se rappelait pas exactement de ce qui s'était passé mais ... il avait l'impression qu'il manquait quelqu'un. Quelqu'un ?

"Negapi ?"

Ce fut le seul mot qu'il prononça alors que déjà, il remarquait les tremblements dans le corps de chacun. Avec lenteur, il posa sa main sur son front, le massant de longues secondes. Ce fut à ce moment que la voix de Cryptero se fit entendre :

"Le premier d'entre vous est tombé ... Mais tout cela va bientôt trouver une fin ... Même si vous n'êtes que des esprits en cet endroit, sachez que la mort est inéluctable ... Vous ne pouvez pas combattre ... ce qui vous attend ... Vous allez devoir mourir ... pour sauver Soriu."

"Un suffit. Je n'ai pas besoin de plus. Toi dont je connais juste la voix, ramènes-les dans leur temps et fait tout pour qu'ils ne reviennent plus dans ce passé. Si je veux être sauvé, je le ferais par moi-même. Une mort est bien suffisante.  Je n'ai pas besoin de plus."

"Pourtant, ils iront tous rejoindre votre compagnon."

Une voix venait de se faire entendre au-dessus de celle de Cryptero. Plus forte et plus puissante, chaque syllabe avait fait trembler le temple, des cris résonnant dans celui-ci alors que des citoyens cherchaient déjà à s'enfuir sans réellement savoir quoi faire. Malgré son état, Soriu quitta l'entrée du temple, l'âme de Cryptero semblant le fixer avec inquiétude, n’arrivant pas à se détacher de lui. Tous les deux étaient devant les pokémon de Soriu et ceux de Ninj, s'ils avaient décidé de voir qui était à l'origine de cette voix. Pour ceux qui étaient resté au temple, elle était inconnue ... mais pour ceux qui avaient assisté au carnage et aux blessures de Soriu, c'était bien différent maintenant. C'était celui qui avait mis Soriu dans cet état.

"Votre dernier bastion est proche de la destruction. Vous ne pouvez plus lutter. Les heures qui arrivent seront celles qui vous emmèneront au terme de votre existence."


Un homme se tenait debout sur le toit d'une maison, à bien cinquante mètres du temple. Pourtant, sa voix était facile à entendre mais pas seulement. Il était accompagné de deux enfants tandis qu'un Trioxhydre flottait à ses côtés, poussant un hurlement bien qu'aucune émotion de rage ne pouvait s'en faire entendre. Un rire accompagna le cri du Trioxhydre, Kadora faisant son apparition mais pas seulement. Elle était à la droite de l'homme tandis qu'à la gauche de ce dernier, Otoka Bunaran était lui aussi présent. Les râles se firent entendre tout autour du temple, l'aura sombre et ténébreuse ayant engloutie la quasi-totalité des alentours, Otoka disant d'une voix calme :

"C'est donc ça ? Vous ne pouvez pas lutter, seulement résister ... mais pour combien de temps ? Nous n'avons pas encore à combattre. Vous disparaitrez, vous et ceux que vous avez appelés. Nous sommes les envoyés des abysses."

La situation n'était guère reluisante et Soriu était retourné à l'intérieur du temple, déclarant aux citoyens et ceux qui ne savaient pas se battre de se mettre à l'abri. Même si cela était le dernier bastion, l'apparition du dernier être montrait par là que leurs adversaires utilisaient toutes leurs forces pour arriver à les briser. Il suffisait alors de tout faire pour les éliminer ... et ça serait alors parfait, oui. Mais avant ça, Soriu se tourna vers Ninj, déclarant :

"Je vais demander à Cryptero de vous ramener dans le futur. Je préfère éviter d'autres morts. Je ne veux pas que cela perdure. J'espère que vous comprendrez. Est-ce que tu veux bien m'aider ... s'il te plaît ? Gar...

Il s'arrêta dans ses propos, fixant la jeune femme aux cheveux blancs. Celle-ci écarquilla ses yeux bleus, ne s'étant pas attendu à cela. Aussitôt, ses yeux devinrent roses mais elle poussa un soupir en remarquant qu'il était impossible de lire les pensées de Soriu. Elle fixa ensuite les autres membres du groupe, prête à les téléporter hors d'ici avec l'aide de Cryptero ... mais ne se produisit. Rien du tout. Ses yeux redevinrent normaux avant qu'elle ne bredouille :

"Qu'est-ce que ... cela veut dire ? Je n'y arrive pas ! Soriu, je n'y arrive pas ! Je ne ressens plus la puissance de Cryptero !"

"Vous ne pourrez pas vous enfuir ... pas cette fois." déclara l'homme accompagné de deux enfants, ces derniers ayant un petit sourire aux lèvres bien qu'ils n'ouvraient guère la bouche.

[Et voilà ... Fin de ce topic de mon côté ! Apparition du troisième gaillard ... et oui ... On ne rentrera pas cette fois, désolé. Neutral]

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1739

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Ninj le Mer 23 Juil 2014 - 1:31

Spoiler:
No problem, j’ai toujours une solution de secours Razz

« Ne pleure pas Emolga.. », Murmura le chercheur en s’approchant de l’écureuil en larmes.

Les bras encore couverts du sang de leur ami, Emolga redressa la tête pour observer le chercheur, incapable de réaliser les paroles de l’humain. Ne pas pleurer ? Negapi venait de se sacrifier pour elle… De donner sa propre vie pour qu’elle vive ! Alors que l’instant d’avant… l’instant d’avant… elle le réprimandait… Comment pourrait-elle continuer à vivre avec un tel poids sur la conscience ? Les mains tremblantes, elle ne trouva même pas la force de répondre au chercheur. Mais ce dernier, quant à lui, su trouver les mots…

« Il souriait… », Murmura-t-il, également au bord des larmes, un sourire illuminant pourtant son visage attristé. « Il n’avait pas souri… depuis la mort de sa sœur… »

C’était vrai. Depuis ce jour, Negapi avait tout perdu. Sa sœur, l’amitié de Pichu, le respect du reste du groupe… Depuis ce jour, la souris aux oreilles bleues n’avait fait qu’errer sur cette terre comme une âme en peine. Et si triste que fut sa mort aujourd’hui… le Pokémon l’avait vécue à la fois comme une libération et un repentir. Alors non… bien que son cœur soit lourd de ne jamais revoir leur ami… il ne pleurerait pas… il sourirait, pour lui, pour sa sœur… et pour leurs souvenirs dans son cœur.

« Les dieux veilleront sur eux… », Murmura-t-il finalement à Emolga en la prenant entre ses bras pour l’amener à l’intérieur, là où Arcanin la réconforterait à coup de grandes léchouilles sitôt que Nephene l’aurait nettoyée du sang et de ses blessures…


*Merci pour tout, les amis… maintenant… avant de vous quitter… permettez-moi de vous offrir mon aide une dernière fois…*

Perdues au milieu de nulle part, là où ni le temps ni l’espace n’avaient d’influence, trois petites créatures formaient une ronde autour de l’horloge du temps. Chacune avait sa place, son rôle… comme si son existence se résumait aujourd’hui au jour de sa mort.
L’une, joyeuse et souriante, représentait le futur, là où les machines remplaçaient la vie.
L’autre, timide et attristé, représentait le passé, là où les ténèbres engloutissaient une histoire dont nulle ne se souvenait.
La dernière, enfin, représentait les liens unissant les deux autres. Un lien fort, fraternel… capable de réunir deux êtres dans la mort malgré les siècles passés. Et lorsqu’enfin la petite fée aux couleurs de la nature ouvrit la bouche, un seul mot en sortit…

« Gijinkas… »

Un appel lointain, à plusieurs siècles de distances… dans une autre époque, nommée présent pour ceux qui y vivaient, dans laquelle deux mondes s’étaient réunis pour n’en former plus qu’un… un monde où les mots volaient, appelant à chaque nouvelle phrase une haine irrationnelle que se vouaient deux sœurs du temps.

« Seule la mort t’entoure… », Murmura Pichu tout en saisissant cette lame qu’elle observait depuis tant de temps.
« Seule la mort me consolera ! », Ricana Voltali, prête à mettre à exécution son plan.
*La mort a déjà frappé… la mort frappera à nouveau… par le passé et dans le futur… jusqu’à aujourd’hui…*, Murmura la voix de Celebi à la façon d’une incantation qu’aucune des deux femelles ne semblait entendre.
« Une seule mort t’a-t-elle déjà réellement atteinte ? Celle de Posipi ? Celle de Lisa ? Celle de son Arcanin ? Ou peut-être souffres-tu uniquement de celles dont tu n’es pas certaine ?... Ninj ? Reï ?... Ou plutôt… tes parents ? Et ton propre frère ? », Reprit Pichu, prête à frapper à son tour.
« JE T’INTERDIS DE PARLER DE LUI ! », Hurla la renarde avant de charger son corps d’énergie, prête à terasser celle qui osait ramener à la surface ses pires souvenirs…
*Aujourd’hui, frappez… Gijinka… Rétablissez le temps qui doit être…*, Murmura à nouveau la voix de Celebi.

Tandis que les deux femelles se fixaient d’un regard haineux, le temps sembla se figer autour d’elles. La moindre poussière resta figée dans les airs, comme maintenue par un fil invisible. Mêmes les éclairs crépitant autour du corps de la renarde chargée n’étaient plus qu’une simple lueur figée autour d’elle, lueur qui se mélangea bien rapidement au reste du décor pour ne plus former qu’un tout difforme aux milles couleurs.

Les femelles ne bougeaient plus… Seule l’étincelle de vie pétillante dans leurs yeux haineux justifiait leur appellation d’être vivant dans ce néant qui les englobait à présent. Aucune d’elle n’eut conscience de ce qu’elles étaient en train de vivre… Tout cela ne durant qu’un dixième de seconde à peine, court instant durant lequel les femelles ne pensèrent qu’à éliminer l’autre.

« Celebi… », Entama Negapi d’une voix suppliante. « Laisse mon corps te guider jusqu’à mon âme perdue dans cette époque dont le temps t’échappe encore. »

Tendant la main en direction des deux souris électriques, Celebi attrapa leurs mains. Aussitôt, leurs corps fusionnèrent en une seule forme lumineuse aux couleurs de l’arc-en-ciel. Le temps… le temps était son domaine. En tant que gardien, il se devait de le protéger, de s’assurer que personne ne changeait le passé et qu’aucune autre créature ne se l’appropriait à sa guise. Aujourd’hui, quoi que représente cette notion pour un dieu du temps, Tenkeï appartenait au temps d’Erasia… Le temps de Tenkeï relevait donc de sa juridiction. C’est pourquoi, par le biais de cette âme perdue… il y enverrait ses Gijinkas pour rétablir l’ordre des choses.

« DISPARAIS ! », Hurla Voltali.

La totalité des personnes présentes tournèrent la tête vers ce cri animal si bestial. Ninj, Soriu, Arcanin, Emolga, Cryptéro… tous venaient d’assister à l’apparition soudaine des deux femelles à leur époque, envoyées par Celebi lui-même. Mais à la seconde où les femelles reprirent leurs esprits… leur affrontement commença, aussi bref que brutal.

Le corps surchargé de Voltali sembla exploser dans une déferlante de foudre qui se ruait en direction de la gamine. Dans un même temps, cette dernière bondissait, lame en main, prête à abattre la renarde en fondant à travers sa foudre en un éclair.
De tous les spectateurs présents… seul le plus instinctif eut le temps de réagir. Celui qui n’avait besoin ni de comprendre, ni de réfléchir… celui qui se laissait guider par ces notions qui étaient les siennes sans pousser plus loin. Celui que tous appréciaient pour ce qu’il était, sans en demander plus.

Les deux attaques se rapprochaient. Voltali hurlait, tandis que Pichu la maudissait silencieusement… chaque dixième de seconde les rapprochait l’une de l’autre, grignotant chaque dalle du temple séparant les deux combattantes avec la violence d’une déflagration.

La foudre frappa, brève, brutale et brulante, arrachant à sa proie un cri de douleur étouffé.
La lame frappa, propre, précise et profonde,  poignardant sa proie en plein cœur sans lui laisser le moindre repentir.

Plus proches que jamais, les adversaires électriques s’affrontaient du regard, chacune fusillant le visage ensanglanté de l’autre en insistant avec fermeté sur la blessure qu’elles venaient de lui faire subir. L’une savourait l’instant de la mort frappant sa proie, tandis que l’autre s’auto-persuadait d’agir pour le meilleur. Et tandis que l’affrontement touchait à sa fin, l’adrénaline des combattantes s’effaçant peu à peu pour les laisser entrevoir la réalité de leurs actes… un cri de désespoir fit trembler jusqu’aux fondations du temple de Cryptéro :

« ARCANIN ! »

Refroidies par l’appel du maître accourant jusqu’à son camarade, les deux femelles reculèrent d’un pas quittant l’autre du regard pour enfin découvrir l’horreur de leurs actes.
Aucune n’était blessée. Mais à leurs pieds… un simple tas de poils foudroyé et couvert de sang gisait, dépossédé de la moindre petite once de vie par ses deux camarades qu’il avait voulu protéger.

Tandis qu’il achevait sa course en se jetant sur le corps de son fidèle compagnon, Ninj grelottait. Ses mains s’enfoncèrent lentement dans ce pelage si raide, plongeant jusqu’au cœur de ce sang chaud qui s’échappait du corps de l’animal à l’endroit où le poignard était encore présent.
Pourquoi ?... Pourquoi ?... Des dizaines de fois, son ami s’était jeté sur lui pour encaisser les coups à sa place… des centaines de fois, il avait risqué sa vie pour sauver celle du chercheur… Pourquoi fallait-il qu’il le quitte aujourd’hui, jour déjà endeuillé du départ de Negapi ? Et surtout… Pourquoi devait-il s’en aller des mains de celles qu’il avait voulu sauver ?

Pichu et Voltali s’étaient figées face à eux, incapable de réaliser ce qu’elles venaient de faire. Même Voltali, tout à l’heure si jouissive à l’idée de la mettre à mort, semblait terrifiée par son geste. Tout était de sa faute… Tout était de leur faute…
Portant ses mains couvertes de sang à sa bouche, Pichu camoufla un cri de dégout qui sut franchir sa stupéfaction. Quant à Voltali… Elle fit un pas en direction d’Arcanin, comme incapable de se faire à l’idée qu’elle venait d’abattre de sa propre foudre celui qui avait pourtant tant compté pour elle il n’y a pas si longtemps… Celui qui refusait jusqu’à aujourd’hui de lui adresser le moindre regard… Celui qui venait pourtant de se jeter devant elle pour l’empêcher de tuer, et de se faire tuer…

« HORS DE MA VUE ! », Hurla Ninj sitôt que la renarde eut fait le moindre mouvement. Puis, tournant la tête en direction de Pichu : « TOI AUSSI ! »

Pichu eut un soubresaut plaintif. C’était… la toute première fois que Ninj haussait la voix pour elle. La toute première fois qu’il l’observait avec tant de haine dans le regard. La première fois… qu’elle voyait en lui un autre homme…

*Car c’est ainsi que l’avenir du passé doit être, car c’est ainsi que le destin des uns doit rejoindre celui des autres, car c’est ainsi que la vie doit suivre son cours, pour une réalité plus plaisante que les tristesses endurées…*, Murmura la voix de Celebi du fin fond de son sanctuaire intemporel…

Suite à cette mort, l’affrontement pour sauver Soriu reprendrait… Suite à cette mort, Ninj deviendrait celui qu’il devait devenir : un homme froid, dur, sérieux… un homme frappé par le drame, pour lequel même la lueur étoilée de sa petite protégée n’était plus qu’une ombre ténébreuse sur un champ de ruines… mais également un homme déterminé, prêt à aller jusqu’au bout pour ses idéaux et pour changer le monde.

Suite à cette mort, Ninj ne serait plus cet insouciant incessant, poussé par son Arcanin joyeux en toute circonstance.
Suite à cette mort, Ninj ne serait plus ce père aimant, torturé par le regard triste de sa chère Pichu.
Suite à cette mort, Ninj ne serait plus cet homme au cœur sur la main, toujours en quête d’un sourire pour sa Voltali au sombre passé.
Suite à cette mort, Ninj deviendrait enfin celui qu’il devait être pour les siens…

*Cette mort devait être, le comprends-tu ? Cette mort… doit survenir.*, Murmura une dernière fois Celebi, l’ensemble de ses paroles s’adressant à la seule qui l’entendait : celle qui n’appartenait déjà plus à ce temps… celle qui errait déjà dans une autre dimension, dans laquelle le temps se courbait pour offrir une nouvelle histoire, bien plus sombre que la première… Et tandis que Celebi clignait des yeux, l’histoire vrilla une nouvelle fois pour se rejouer à la façon dont sa gijinka l’écrirait…


*******


Il est toujours surprenant de voir les répercussions que peut avoir une simple gouttelette d’eau au creux d’un lac. Une simple vibration… Un infime changement, impliquant aussitôt des centaines d’autres dans un gigantesque effet papillon jusqu’à changer la structure entière de l’univers que nous connaissions.
Cette goutte d’eau fut l’apparition du Ninj du futur, le jour de la mort de ses parents. Sauvant son frère d’un destin terrible, le chercheur entraina d’autres hasards bien plus surprenants… d’abord le voyage de Ninj à Flamen… celui de Pichu… sa rencontre avec Thomas, et avec cet Aquali sauvage, qui n’était autre que le frère d’une certaine renarde électrique. Ce fut ce jour-là, par cette simple rencontre, que la vie d’Arcanin fut sauvée. Car ce jour-là, Pichu fit une promesse au Pokémon sauvage… une promesse qui l’empêcherait de s’en prendre à la renarde électrique, et ce, malgré toutes les injures qu’elle pourrait formuler à son intention.

Aucune lame ne traversa le temps et l’espace pour venir poignarder Arcanin. A aucun instant, Pichu n’envisagea de s’en prendre à la renarde. Ses paroles n’en furent pas moins virulentes… mais au moment d’agir, la renarde fut la seule à s’élancer, enragée, pour mettre à mort son adversaire. L’attaque frappa, à nouveau… brève, brutale et brulante… Mortelle ? Certainement, si la gamine ne s’était pas élancée en même temps que Ninj, atténuant le courant électrique frappant le canidé avant qu’il n’en subisse l’ultime contrecoup.

*Laisse le mourir… laisse le partir… laisse l’avenir survenir…*, Murmura la jeune fée d’une voix désespérée.

Mais jamais elle ne l’écouterait… Jamais elle ne laisserait l’un des siens mourir sous ses yeux… Cet avenir que Celebi lui avait fait vivre… n’était pas le sien. Elle n’était pas cette Pichu. Elle ne serait jamais ce monstre hais de Ninj… Elle ne serait jamais cette folle qui donnerait raison à Voltali… Comme chaque jour de sa vie, elle ne serait qu’elle, elle et seulement elle. Un être indéfinissable, ni Gijinka, ni Pokémon, ni humain… ni possédée, ni possédant… juste elle, sans autre subtilité.

Enfin, la fenêtre du temps se referma, laissant les Giginkas libres d’agir selon leur bon vouloir. Ce destin était le leur à présent… Celebi ne pourrait plus y agir, à son plus grand regret… Pichu devrait assumer seule ses choix…

« Comment va-t-il ? », Demanda Ninj d’un air paniqué.

« Oh, il en est plus à sa première électrocution. », Blagua Pichu pour essayer de rassurer l’humain, bien qu’elle ne soit pas certaine du résultat de son sauvetage de dernière minute.

De son côté, Voltali avait simplement reculé d’un pas, effrayée par son propre comportement. Toutefois… personne ne sembla lui accorder plus qu’un regard haineux. Si la renarde était déjà malaimée… la situation ne risquait pas d’aller en s’améliorant après cela.
Ce n’est qu’à ce moment que Voltali eut l’occasion d’observer la situation courante. Emolga était gravement blessée, à l’abri aux côtés de Germignon et Malosse… Ninj semblait en pleine forme, tout comme Arcanin avant ce léger incident… Negapi avait comme disparu… et Reï… était inconscient, aux côtés des premiers.

« Reï ! », Lança la renarde, avant d’être arrêtée d’un signe de la main par Emolga.

Après ce qu’ils venaient de voir ? Voltali ne s’approcherait pas de lui, ni du moindre de leurs blessés. D’autant qu’il était dans cet état en majeure partie à cause de son absence…
Tournant la tête de tous les côtés, Voltali chercha une nouvelle fois à retrouver le fameux Pokémon manquant… mais là encore, Emolga lui donna la réponse d’un simple signe de ma tête accompagné d’un regard plein de reproches. Lui aussi… sa mort était entièrement de sa faute. Si Voltali avait été présente, l’affrontement n’aurait jamais été aussi déséquilibré.
Les pattes tremblantes, Voltali réalisa l’horreur qu’avait provoquée sa courte absence. Negapi… Et Reï… Les seuls touchés par son absence… étaient également les seuls pour lesquelles elle n’éprouvait pas une aversion complète.

« Tu veux te rendre utile ? », Demanda finalement Ninj avec une froideur qu’on ne lui connaissait pas. « Prends-en-toi à ceux qui nous attendent dehors… et ne reviens pas. »

Les derniers mots firent l’effet d’une flèche dans le cœur de la renarde. Pour la première fois… Ninj abandonnait. Il laissait tomber l’idée de ramener à la raison cette renarde perdue dans les abysses de la haine. Qu’elle aille se battre, puisque c’était la seule chose dont elle était capable… Et qu’elle disparaisse à son tour sur le champ de bataille, comme son ancienne dresseuse. Et si par hasard elle y survivait… qu’elle disparaisse de leurs vies, tout simplement, à jamais.
Les yeux embués de larmes qui n’avaient pas coulées depuis bien longtemps, Voltali recula lentement en direction de l’entrée du temple, retrouvant Soriu, l’âme de Cryptéro et l’ensemble des femelles de Soriu prêtes à combattre face à leurs adversaires. Avec Libegon, ils étaient, pour l’instant, les seuls des Pokémon de Ninj en avant… Mais Ninj, Pichu et Arcanin rejoindraient certainement l’extérieur une fois le combat lancé.

En effet, Arcanin venait enfin de rouvrir les yeux. Soulagé, Ninj attrapa l’imposante tête du canidé entre ses bras pour la serrer aussi fort que possible. Toutefois… l’animal ne montra pas la moindre réaction.

« Non, pas ça… », Supplia le chercheur.

Après une attaque électrique… c’était une chose assez commune… le corps se réveillait, mais l’esprit restait endormi, comme déconnecté de son enveloppe corporelle. Une seule chose était plus terrible que de perdre quelqu’un… c’était de le voir errer entre la vie et la mort : un être n’ayant pas encore rejoint la mort, mais sans aucune chance de revenir auprès les siens. Fort heureusement… les yeux de l’Arcanin pétillèrent à nouveau après une longue minute de suspense. Et enfin, le canidé se redressa, bien que légèrement sonné, pour offrir une léchouille à son maître bien-aimé, sous le rire soulagé de Pichu qui se laissait tomber dans son pelage encore ardu.

*L’heure est aux larmes, pas au rire, Gijinka… la mort sombre du destin n’abandonne jamais ses proies…*

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Arcanin… Le destin me demande de te dire Adieu… [Soriu]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum