[ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Invité le Ven 6 Juin 2014 - 14:44

J'ai passé ma vie à servir Dyrinn, à obéir et exécuter les ordres. Je n'ai jamais quitté de mé vie les abords de la cité. Et maintenant que j'en était banni, qu'est-ce que je pouvais bien faire? Je marchais donc sans but, ni destination depuis quelques heures. Je levai la tête. Le soleil était hait au-dessus des arbres. Il faisait chaud, même sous le couvert de cette végétation. J'entendis soudainement un bruit derrière moi. Ce n'était qu'un Vivaldaim. Mon coeur battait la chamade. Je ne m'étais jamais éloigné seul dans la forêt. Même en groupe, je ne m'étais jamais éloigné autant de l'arbre-mère.

Je lançai un regard à Galahad. Le Carabing ne semblais pas affecté par tous les bruits environnant. Je m'essuyais le front du revers de la manche et continuai d'avancer droit devant moi, ne sachant pas encore où me mènerais mes pas. Quelques instant après, je m'arrêtais de nouveau. J'apercevais un point d'eau, où je courus me raffraîchir.

Je bus une, puis deux, et trois gorgées fort révigorante. Quand je levai la tête, je vis en face de moi, encore à mi-immergé, une petite créature bleu. Il avait un visage rond, avec deux algues de chaque côté. Jusqu'à maintenant, je ne m'étais jamais intéressé aux Pokémon. En même temps, qui aurai pu dire que j'aurai été reconnu coupable d'un crime que je n'ai même pas commis?

Il fallait d'ailleurs que je m'y mette, à apprendre ce que je pouvais du monde autour de moi. Je décidai à commencer dès maintenant. J'avançais donc la main.

-Viens là toi. Dis-je d'une manière assez sèche.

La bestiole aquatique ne dus pas apprécier, car elle me cracha de l'eau au visage. Galahad, lui était mort de rire. Je fus pris d'une nouvelle crise de colère. Je pris une pierre que je lançai pour faire fuir la créature, mais joyeusement il l'évita en sautant en l'air et ma lança une autre giclée d'eau, cette fois avec sa queue, au moment où il entrai dans le lac. Le Carabing n'en pouvais plus, il était étalé sur le dos. Rouge de honte, je pris un peu d'eau dans ma main que je lançai à l'insecte.

Regardant autour de moi, je remarquais qu'un groupe de Muciole et de Lumivole s'étaient arrêté eux aussi, intéressé par la scène en contrebas. Je me levai d'un coup et reparti avec hâte. Je longeai le lac, et vis l'axoloto sortir de l'eau et me suivre. Je m'arrêtai, il s'arrêta. Je courus vers lui, il m'esquiva. Je gliçai et plongeai à mon tour dans l'eau accompagné d'un "Axoloto" qui avait l'air enjoué. Il se moquai de moi! J'essayai de le faire fuir et de le blesser, et lui prenais ça pour un jeu. Je me levai, l'eau ne m'arrivai que jusqu'à la taille, et hurlai de colère. Puis, sous le coup de l'émotion, je sortis de l'eau et continuai comme je pouvais le long de l'étendue d'eau en passant par dessus des racines ou sous des branches basses. Je tournai la tête et fut légèrement rassuré de voir que c'était Galahad, qui essayais de se calmer de son fou rire.


Dernière édition par Kiba Tokaï le Jeu 19 Juin 2014 - 8:14, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Sylver Belister le Lun 9 Juin 2014 - 15:29

Un fier Pokémon ailé appartenant  à une compagnie de Pokénavettes m’avait finalement conduit jusqu’au mystérieux continent flottant avec mon équipe, dans la ville d’Abyan, point de départ de mes investigations. Là, j’avais découvert sans grande surprise que les Midgardiens parlaient une langue commune différente de celle d’Erasia. Mais cela ne m’avait pas vraiment surpris. Après tout, à l’origine, deux peuples aussi proches que Flamen et Terros n’avaient pas le même idiome et ne se comprenaient pas. Heureusement, Tétrocruchamoule et ses pouvoirs psy m’avaient évité un apprentissage certes intéressant mais qui m’aurait néanmoins fait perdre de précieuses semaines. Grâce à lui, non seulement mais tractations avec les habitants du continent volant étaient facilités, mais encore, je développais chaque jour mes connaissances de leur langue, et ce, bien plus vite que si je l’avais apprise en autodidacte.
Une semaine de recherche me fut nécessaire pour en apprendre davantage sur la sorcière rouge. Apparemment, comme me l’avait dit Silver, les gens d’ici n’aimaient pas parler d’elle, et encore moins de sa famille, les di Neralitha. Cependant, on m‘indiqua finalement que d’après les dernières rumeurs, la sorcière, poursuivie par le gouvernement de la cité pour charlatanisme mais aussi par la vindicte populaire, bien plus dangereuse, s’était enfuie il y a quelques années aux fins fonds de la Canopée, l’immense forêt Dyrinnoise, dans un endroit où l’on prétendait que nul humain n’avait mis les pieds avant elle.

Bien sûr, ces légendes étaient fortement exagérés : la plupart de ceux qui les faisaient circuler étaient des Abyanais pure souche n’ayant jamais quitté leur cité ! Néanmoins, il y avait là matière à récit, aussi gardais-je précieusement ces informations dans un recoin de ma capricieuse mémoire.
Finalement, au terme de mes investigations, je me mis en quête de celle que les Abyanais nommaient la première sorcière. J’avais désormais une vision basique, mais suffisante, de l’organisation et du fonctionnement du continent volant.

Ainsi, en fuyant dans une forêt appartenant à une autre tribu, la Sorcière était sortie de la juridiction de son pays d’origine, comme si un criminel de Flamen avait embarqué pour Nalcia afin d’échapper à la justice… Non, je ne devais pas y penser. Pas maintenant. Cette piste non plus n’avait mené nulle part… Je n’avais plus qu’à m’en remettre à cette mystérieuse jeune fille… Mais il y avait plus… Silver avait laissé sous-entendre que sa mère pourrait peut-être m’aider dans mes propres recherches…

Il me fallut deux semaines supplémentaires pour atteindre la Canopée. Cette forêt aux arbres immenses ressemblait peu à celles que j’avais visitées jusque-là : comme la jungle, cette étendue boisée était composées d’arbres immenses au feuillage épais qui masquaient le ciel. Mais la ressemblance s’arrêtait là : en effet, la Canopée était bien plus humide que son homologue erasienne : l’air était saturé de fines gouttelettes en suspension, qui ne manquaient pas d’attirer des foules d’insectes bourdonnants. BalckJack et moi-même arrivions à les chasser sans trop de mal en faisant de grands gestes de la main, mais Yuko n’avait pas cette chance : elle n’arrêtait pas de se gratter pour essayer de faire partir les nuisibles qui s’accrochaient à ses poils. Malheureusement, plus elle s’agitait pour les faire partir, plus ils revenaient. Tétrocruchamoule, lui, n’avait pas ce problème : à l’aide de sa Puissance Cachée, il avait érigé un bouclier psychique qui repoussait efficacement les insectes. D’un certain côté c’était une bonne nouvelle qu’il ne fût pas importuné par ces bestioles, car j’avais un service à lui demander…

« Excusez-moi, Mister T, de vous demander cela, mais seriez-vous capable de détecter des vies humaines dans cette forêt ? Il ne devrait pas y avoir beaucoup de mes semblables en ce lieu…
-En temps normal, je vous aurais répondu oui. Mais les Abyanais nous ont dit que cette femme est une maîtresse des ombres. Elle est donc experte dans l’art de la dissimulation et dans la fabrication de charmes protecteurs. Il ne m’étonnerait pas qu’elle ait déjà trouvé un moyen de se soustraire à la vision de certains imbéciles qui auraient eu la mauvaise idée de la rechercher à l’aide de la puissance de leur esprit !
-Elle ne peut tout de même pas vous faire de mal ? Psychiquement parlant, je veux dire ?
-Non. La maîtrise des ombres, contrairement à la maîtrise de l’esprit, possède très peu d’attaques longue portée. De plus, elle peut se cacher, mais elle n’a aucun moyen de savoir que quelqu’un l’épie à distance. En revanche, rien ne nous garantit qu’elle ne va pas surgir d’une ombre juste derrière nous…


Cette idée me fit frissonner et je dus faire un gros effort sur moi-même pour ne pas me retourner afin de vérifier si l’ombre projetée par l’arbre géant n’allait pas prendre forme humaine…
Non, me raisonnais-je, il n’y avait aucune raison de penser que les rumeurs au sujet de cette femme étaient fondées. Sa malédiction en faisait peut-être un être spécial mais pas plus que sa fille, fille qui malgré son caractère quelque peu lunatique et sa vision très personnelle de la justice était très sociable. La mère ne pouvait être bien différente… N’est-ce pas ?

Un message de Tétro me tira de ma réflexion : « Seigneur Belister, je capte une présence humaine pas très loin de nous… Et il y a un Pokémon avec lui !
-Eh bien allons voir. Cette forêt est un peu trop grande pour y cheminer seul.


Effectivement, au détour d’un arbre, je vis un jeune homme d'une vingtaine d'années qui avançait en grommelant, un drôle d’insecte ressemblant à un petit scarabée perché sur son épaule. Il était tout de noir vêtu, veste, pantalon et même chapeau. Il n’avait pas l’air de très bonne humeur. En fait, il semblait regarder obstinément le sol de telle sorte que je n’étais même pas certain qu’il m’eut remarqué… Faisait-il partie des fanatiques chasseurs de sorcière ? Ma foi, il n’y avait qu’un moyen de s’en assurer. Et puis, s’il n’est était pas, peut-être pourrait-il me fournir des indications sur la localisation de la demeure de la femme que je recherchais. Sinon, j’admettais bien volontiers qu’un peu de compagnie ne me serait pas de refus.

« Bonjour, me présentai-je, je me nomme Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant originaire de Flamen, en Erasia. A qui ai-je l’honneur ? »

[Je poste donc en 2e, si un truc ne vous convient pas MP Wink ]

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1732

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Hako le Lun 16 Juin 2014 - 23:32

L'ambiance dans la forêt semblait bien différente de la première fois qu'Hako y était venue. Était-ce la saison, plus chaude que l'année précédente, qui faisait que la Canopée semblait moins sombre et plus accueillante qu'un an plus tôt, lorsque la Terrosienne s'en était approchée ? Ou bien était-ce la jeune fille qui avait fini par s'adapter à l'aura de Tenkei ? En tout cas, cette fois là, La Dompteuse n'hésita pas. La présence de Léto à ses côtés lui donnait de la force et de l'assurance à revendre. Ce n'était pas une sensation transcendante, quelque chose qu'elle ressentait vraiment. Ça l'empêchait plutôt de se poser trop de questions, comme si sa réussite était une évidence et qu'elle n'avait pas à la remettre en cause. Enfin, sa réussite... Il ne s'agissait jamais que d'avancer dans une forêt pleine d'eau ! Sa véritable quête était, elle, un peu plus remise en cause...

Depuis l'incident, quelques mois plus tôt, Hako ne laissait plus sortir Gaé et Io que pour qu'ils ne se nourrissent, ou se dégourdissent les pattes, puis les renfermait. Elle prenait bien garde à ne pas les avoir tous les deux en même temps en liberté et les surveillait comme du lait du le feu. Elle se rendait bien compte que ce traitement était dur, presque cruel, mais ses deux Pokémon étaient, déjà, très affaiblis. L'enfermement constant et le manque d'exercice y était sans doute pour quelque chose, mais ils ne pouvaient pas rester sortis trop longtemps de toute façon. Ensuite, quelque chose s'était brisé entre eux et leur dresseuse. Pour le moment... elle ne parvenait plus à avoir confiance en eux. Léto ne disait rien et se contentait de regarder la jeune femme en silence, droit dans les yeux, chaque fois que l'un ou l'autre de ses camarades profitait d'un peu de liberté. Pomone, lorsqu'elle était elle-même de sortie dans ces moments là, tentait de son mieux de requinquer les troupes et d'apaiser l'ambiance à coup de parfums légers et calmants. Les deux malheureux, de leur côté, avaient tentés de plaider leur cause pendant un temps. Mais désormais, et pour longtemps si la situation de changeait pas, la Guerrière avait le dessus sur eux. Ils n'étaient plus de taille à rivaliser, surtout dans leur état, et n'essayaient même plus. Ils se contentaient de jeter des regards tristes, haineux ou résignés, puis regagnaient leurs sphères sans avoir pu être pardonnés.

Il fallait dire qu'Hako n'avait pas eu vent du rôle des météorites dans les agissements de ses disciples. A ses yeux, leur coup de folie était de leur fait seul. Comme lorsqu'elle avait cru, dans sa plus grande arrogance, qu'elle aurait été capable de vaincre à mains nues les Ursaring de sa forêt. Elle s'était retrouvée bien vite détrompée, à moitié morte, faible pour de nombreuses semaines. Et Iolem... Maître Iolem l'avait probablement méprisée, sa confiance envolée pour longtemps.

Une sensation fraîche et humide le long de sa jambe la secoua, et Hako fit un pas en arrière avec un frisson dû au brusque changement de température. Elle n'avait pas fait attention au chemin qui descendait en pente et son pied en avait payé le prix. Un prix pas trop désagréable, la journée étant heureusement assez douce. La Terrosienne soupira et s'essuya sommairement. Une forêt de boue et d'eau, une forêt presque vide d'herbe, avec des arbres si grands qu'on n'en voyait pas les feuilles. Les créateurs de cette île volante avait une drôle de sens du mot "forêt". Mais l'endroit était calme, parfumé, frais. Même s'il n'avait rien à voir avec l'île d'Io Maï, le lieu n'était pas si déplaisant, une fois qu'on avait appris à l'apprécier. Hako se demanda si elle pourrait apprécier les villes, un jour, mais cela lui paraissait tellement peu probable qu'elle sortit cette question de sa tête.

Soudain, Léto attrapa dans sa gueule le bras de sa dresseuse, avec autant de délicatesse que des mains humaines n'en aurait eu pour tenir un vase de porcelaine, mais cependant une certaine force, et la tira vers l'eau. La jeune femme ne put retenir un cri - de surprise, de colère, de refus - mais cela ne l'empêcha pas de finir trempée, dans le lac, battant des bras pour retrouver son équilibre et ne pas s'enfoncer trop profondément. Le fond était couvert de vase, là où elle se trouvait, l'empêchant d'avoir pied et de prendre appui. Elle maudit silencieusement sa hyène noire, se contentant de grommeler extérieurement. N'ayant trouvé rien ni personne pour apprendre à nager, Hako avait fini par prendre exemple sur la Grahyena, qui prenait des fois son rôle de professeur un peu trop au sérieux, proposant des exercices surprises à son élève n'importe quand, tant qu'il y avait de l'eau à proximité. Ainsi, la jeune fille ne se noyait pas, mais pour se déplacer la partie était loin d'être gagnée. Pour être discrète, aussi, c'était plutôt mal parti. Arrosant la berge à grands coups de bras, la Dompteuse parvint à se sortir du lac, dégoulinante, presque furieuse contre Léto. Une nouvelle fois, elle essaya de se sécher, mais cette fois la surface dont il fallait s'occuper était beaucoup plus importante, la jeune femme ne savait pas trop par où commencer.

Tandis qu'elle y réfléchissait, elle entendit une voix, non loin.


[Voilà, vous pouvez voir, entendre, ressentir Hako sans souci, tenter d'engager la conversation si vous voulez, en tout cas je vous rejoint au prochain post Smile]

_________________


En cours :
0 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Supervisable
avatar
Hako
Informations
Nombre de messages : 263

Fiche de personnage
Points: 15
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Invité le Jeu 19 Juin 2014 - 7:05

J'arrivais à me calmer au fur et à mesure que je m'éloignais de cet Axoloto. Quant à mes vetements, ils avaient bien séchés, mais le pantalon avait encore besoin d'un peu plus de temps pour être complètement sec. Alors que j'avancais entre les racines, me voilà interpelé par un homme que je n'avais jamais croisé auparavant.

« Bonjour, je me nomme Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant originaire de Flamen, en Erasia. A qui ai-je l’honneur ? »

Je regardais l'homme de haut en bas. La seule impression qui me venait était... étrange. Il ressemblait à un domestique, mais le seul être vivant que je voyais autour de lui était... Une lettre ? Ou une clé ? En tout cas la créature volait, mais sans ailes, comme par magie. Et que faisait-il là ? Il disait venir de... D'une contrée que je ne connaissais pas. Avait il besoin de voyager autant pour venir chercher des aventures à conter ? Ou était-ce la curiosité qui l'a poussé à voyager ? Même s'il était un homme de spectacle, une homme tel que lui, d'âge mûr, je veux dire, ne s'éloignait presque jamais de leurs contrées, et encore moins aussi loin. Il me paraissait suspect sur plusieurs points.

-Enchanté de vous connaitre, Monsieur. Je suis Kiba Tokai, ancien garde du clan de Dyrinn, en voyage depuis peu. Puis-je vous demander ce que vous faites si loin de chez vous, sans vouloir paraître effronté ?

Je parlais poliment, mais avec un ton quelques peu cassant, habitude restante de la période en tant que garde. Rester poli mais démontrer que l'on avait l'autorité nécessaires, c'était ce que j'avais appris depuis quelques années, alors autant que ça me serve un peu.

Mais à peine ai-je fini de parlé, qu'on entend un cri pas loin. Laissant l'homme, je courais voir l'origine de cette voix. Au détour de quelques arbres, une jeune femme, complètement trempée, essayait de sortir d'un petit étang, un canidé derrière elle. J'accours pour lui donner mon aide en lui tendant la main, comme tout chevalier le ferait pour une princesses de rang royale, afin de la sortir de la vase.

-Oh, gente dame, laissez-moi l'honneur de vous venir en aide, m'ecrai-je en lui tendant la main. Quels jeux diaboliques ont pu pousser une si belle princesses dans ces eaux souillés ? Dites-le moi et je pourchasserai le malin qui à causé une telle vilénie. Je retirai ma veste, me laissant une chemise sans manche sur le dos. Laissez moi vous couvrir. Il ne faudrait pas que votre santé en soit diminué. 

Je ne pus m'empêcher de regarder le bestiole derrière elle. Il ne paraissait que peux rassurant. Je sentais Galahad sur mon épaule se serrer contre ma tête, comme pour que je le rassure. Mais je ne décidais de ne rien entreprendre, le Pokémon doit être à cette jeune femme, enfin, c'est ce que je pensait dans l'immédiat. Je restait sur mes gardes, tout en paraissant sur de moi. Il faudrait pas que mon image de chevalier servant soit détruit par une simple méfiance, voire laisser croire à une humiliante trouille.
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Sylver Belister le Jeu 19 Juin 2014 - 23:46

-Enchanté de vous connaitre, Monsieur. Je suis Kiba Tokai, ancien garde du clan de Dyrinn, en voyage depuis peu. Puis-je vous demander ce que vous faites si loin de chez vous, sans vouloir paraître effronté ?

L’homme prétendait avoir appartenu par le passé à la garde de la cité de Dyrinn et vu l’autorité naturelle qui transparaissait dans sa voix, il ne me mentait pas. Un soldat… Intéressant… Pourtant, son ton et la manière dont il s’était présenté, en mettant en exergue sa tribu, montraient clairement qu’il restait très attaché à sa patrie. En ce cas, pourquoi avoir quitté l’armée alors qu’au vu de son comportement, il avait choisi de continuer à en respecter les us et codes ? Avait-il malgré tout était lassé par la compagnie de ses camarades au point de vouloir partir explorer le vaste monde en solitaire, ou bien, à mon image, avait-il été, d’une certaine manière contraint à l’exil ? Toutes ces questions tournoyaient dans mon esprit. Mais il aurait été fort importun de les poser maintenant : vu le ton employé, l’homme se méfiait de moi. Doutait-il que je fusse réellement un conteur ou trouvait-il simplement étrange qu’un homme de mon âge se promenât dans une contrée aussi inhospitalière ? Bah, l’avenir me le dirait. Je n’eus pas toutefois le loisir de continuer ma conversation avec ce jeune homme prénommé Kiba qu’un cri retentit non loin de nous. Aussitôt, l’ancien garde se précipita vers sa source.

« Et c’est reparti ! Maugréa Tétrocruchamoule ! Pourquoi ai-je l’impression que nous allons encore récupérer un autre chien perdu sans collier ?

Yuko lui lança un regard réprobateur et le Zarbi se tut… Pour quelques secondes, jusqu’à ce que j’aperçoive enfin la jeune fille qui avait poussé ce cri. C’était une jeune fille assez grande et athlétique aux longs cheveux noirs. Apparemment, elle avait plongé involontairement dans un des marécages qui recouvraient cette forêt.


-Autant pour moi, reprit Tétro, il s’agit d’un loup perdu !

Effectivement, un Grahyena se tenait derrière la jeune fille. Mais je n’eus pas le temps de réagir que déjà Kiba était sur elle, lui proposant son aide avec force emphase. Ses intentions étaient tout ce qu’il y a de plus louables. Mais à sa place, j’aurais attendu que la jeune fille sorte de l’eau avant de lui proposer assistance : visiblement, vu la profondeur de l’étendue dans laquelle elle était tombée, elle ne risquait pas de se noyer. En revanche, il était important de veiller à ne jamais froisser la fierté féminine si on voulait prétendre être un vrai gentleman. Et pour cela, une des choses à éviter à tout prix était de surprendre une demoiselle dans une position inconfortable…
Apparemment, la jeune fille restait assez insensible aux paroles du jeune soldat, aussi impassible que les arbres qui nous entouraient. Cependant, malgré son apparente froideur, il eût été fort discourtois de ma part de ne pas me présenter sur le champ et de feindre de l’ignorer. Aussi me dirigeai-je vers et fis-je une révérence tout en me ôtant mon nouveau chapeau à plume selon les usages en vigueur à Tenkeï, que j’avais pris le soin d’apprendre.

« Bien le bonjour, mademoiselle ! Je me nomme Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant, originaire de Flamen en Erasia. C’est la première fois que je visite ce continent flottant et ma curiosité a été piquée par une étrange légende concernant une sorcière aux cheveux écarlate qui vivrait dans cette forêt. En auriez-vous, par le plus grand des hasards, entendu parler ? Mais je manque à tous mes devoirs ! Puis-je vous être d’une aide quelconque mademoiselle ? »

La courtoisie m’interdisait d’omettre une telle proposition, relevant de la galanterie la plus élémentaire. Pourtant, je crus voir dans le regard de la jeune fille une expression qui signifiait qu’elle se débrouillerait bien mieux toute seule. Par acquis de conscience, je demandai également à Kiba :


« Et vous monsieur ? Auriez-vous l’obligeance de me dire si vous en avez par le plus grand des hasards, entendu parler, s’il vous plaît ? »


Soudain, BlackJack, qui était montée sur un arbre non loin de moi commença à miauler en faisant de grands gestes avec ses pattes avant. Intrigué, le Zarbi la rejoignit en lévitant et m’informa de la situation :


« Seigneur Belister, j’aperçois de la fumée au loin. Il se pourrait que nous ayons trouvé son repaire…
-Bien, merci à vous deux
, répondis-je en retour. »

Je m’interrogeais sur la suite de mon parcours : allais-je laisser là mes nouveaux compagnons pour partir seul à la recherche de ce mystérieux foyer ? Certainement pas ! Un telle grossièeté de ma part serait impardonnable ! En ce cas, soit je leur proposai de venir avec moi, soit les accompagnai un moment sur leur route, quitte à faire demi-tour plus tard pour revenir enquêter en ce lieu.

Finalement, Yuko trancha pour moi : contrairement à son habitude, elle ne se jeta pas au cou de la jeune fille mais s’approcha prudemment de son grand chien noir. Puis, elle poussa un aboiement presque timide par rapport à la vigueur de ses salutations habituelles. Quiconque ne la connaissait pas aurait dit qu’elle agissait ainsi par peur, un peu comme le curieux scarabée de Kiba, qui s’était recroquevillé sur l’épaule de son dresseur. Mais je la savais bien plus fine que cela : elle se comportait ainsi pour ne pas braquer son interlocutrice, afin que celle-ci soit sans doute mieux disposée à lui communiquer quelques informations quant à ce qu’elle savait de ce mystérieux endroit.

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1732

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Hako le Dim 29 Juin 2014 - 23:35

Hako avait renoncé à se sécher à coup de feuilles lorsque des hommes, accompagnés par des Pokémon, s'approchèrent d'elle l'air surpris, voire inquiet. Elle ne s'était pas du tout attendu à la présence d'autres humains dans cette forêt, aussi près d'elle. Décidément, ces créatures étaient vraiment partout... Encore dans l'eau, Léto ricanait de sa bonne blague, d'autant plus qu'elle avait eu un public, sans le vouloir. Elle sortit du lac et se secoua dans tous les sens, comme pour narguer encore plus sa maîtresse qui, elle, ne pouvait pas régler son problème aussi vite. La jeune femme se contenta de hausser les épaules devant tant de moqueries.

Un premier homme l'avait rejointe, lui tendant la main.

"Oh, señora, déjame el honor de ayudarle. ?Qué juegos diabòlicos pudieron bringar tal hermosa princesa en esos aguas sucios ? Dìgamelo y perseguirà al malicioso que causò tanta villanìa. Déjame abrigarla. No habrìa que su salud serìa disminuida."

La Terrosienne leva à peine un sourcil d'incompréhension, refusant la main tendue et la veste offerte. Elle était habituée... Ce n'était pas la première fois qu'elle croisait des autochtones qui lui adressaient la parole en pensant qu'elle comprendrait leur charabia. Généralement, son silence ou quelques mots de Terrosien suffisaient pour qu'ils réalisent qu'elle ne parlait pas leur langue, et qu'ils la laissent tranquille. Sans un mot, ou un regard, pour l'autre homme, qui était vraisemblablement quelqu'un du coin lui aussi, la jeune femme réfléchissait au meilleur moyen de résoudre rapidement son problème... Elle avait toujours de quoi se changer... Mais, avant qu'elle n'agisse, l'autre homme s'était lui-même mis à parler.

"Bien le bonjour, mademoiselle ! Je me nomme Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant, originaire de Flamen en Erasia. C’est la première fois que je visite ce continent flottant et ma curiosité a été piquée par une étrange légende concernant une sorcière aux cheveux écarlates qui vivrait dans cette forêt. En auriez-vous, par le plus grand des hasards, entendu parler ? Mais je manque à tous mes devoirs ! Puis-je vous être d’une aide quelconque, mademoiselle ?"

Étonnamment, elle comprit ce qu'il venait de lui dire en Erasien, sans la moindre trace d'accent. Néanmoins, cela faisait beaucoup d'informations en une seule tirade, et il lui fallut quelques instants pour se remettre de sa surprise, et tout analyser. L'homme était de Flamen, ce qui expliquait l'usage de leur langue commune, et était, comme elle, en visite. Alors pourquoi était-il avec un autre homme qui ne semblait pas parler le même dialecte ? Était-ce un guide ?

Bah, peu importe. Hako essora ses cheveux qui gouttaient sur le sol, et répondit à ce vieillard.

"Je suis Hako, de Terros. Je ne sais pas du tout de quoi vous me parlez."

Voilà qui était quand même un moyen beaucoup plus simple de transmettre des informations, non ? Quel aurait été l’intérêt d'ajouter des excuses ou des politesses pour, au final, lui faire savoir qu'elle n'était au courant de rien concernant une quelconque légende ? Se désintéressant un instant de ces deux hommes, la jeune femme commença à se déshabiller, sans la moindre pudeur, afin de faire sécher sa tenue sous un rayon de soleil. Elle se retrouva rapidement nue, à essorer et secouer ses habits, puis les posa au sol, avant d'extirper sa tenue de coton de son sac pour l'enfiler. Sans doute que, si elle avait pu voir les réactions des deux hommes, la Grahyena se serait roulée au sol de rire, consciente du décalage de coutumes qui existaient entre sa Dompteuse et eux, mais elle était trop occupée à observer l'autre chien roux, qui l'observait.

Léto n'était pas méprisante envers les plus petits ou particulièrement méchante, mais elle aimait bien faire des blagues parfois moqueuses. Alors, sa première réaction lorsque la bestiole s'approcha enfin d'elle pour la saluer fut de lui envoyer de l'eau dessus d'un coup de patte, puis de se mettre à rire en regardant le chien sursauter. Evidemment, jamais elle n'aurait réagi comme ça avec un Pokémon montrant clairement des intentions agressives, mais celui-là semblait plutôt... timide. Alors, c'était bon. Lorsqu'elle se calma un peu, elle s'adressa au canidé.

"Mouarf ouarf, désolée, je ne pensais pas que tu craindrais autant l'eau. C'était pour rire."

En signe de bonne foi, elle consentit même à s'éloigner définitivement de l'étendue d'eau. Cela rassura aussi sa dresseuse, même si elle ne l'avoua pas : elle n'avait pas l'intention de refaire un plongeon surprise...

"Oh, ouais."

Maintenant qu'elle était habillée, elle se tourna vers le vieil homme, qui lui avait proposé son aide. Elle désigna ses vêtements au sol d'un signe de la main.

"Vous êtes de Flamen. Vous pouvez m'aider à sécher ça ?"

Avec un peu de chance, cet homme serait maître du Feu. Après tout, il avait bien proposé son assistance.

_________________


En cours :
0 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Supervisable
avatar
Hako
Informations
Nombre de messages : 263

Fiche de personnage
Points: 15
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Invité le Sam 26 Juil 2014 - 11:29

La jeune femme m'ignora de la façon la plus parfaite possible, comme si je n'était même pas présent. Mais quand l'homme parla, elle lui répondit après un instant.

"Ich bin Hako, Terros. Ich kenne gar nicht, worüber sie mit mir sprechen."

Voilà qui expliquait tout. Elle ne parlait pas ma langue et elle ne m'avait pas compris. Alors que je réfléchissait à comment la courtiser avec la différence de langue, voilà qu'elle commençait à se déshabiller. Rougissant légèrement, je ne pus détacher mon regard de son corps, extirpé de tout vêtements dégoulinant encore et ruisselant sur son corps. Je léchais des yeux les courbes sensuelles de la jeune femme, tout en essayant de paraître discret pour ne pas sembler discourtois. Santant mes joues rouges comme des baies Tamato, je me tournais pour avoir les deux étrangers dans le dos jusqu'à ce que je réussis à me calmer. Je pris alors l'insecte dans mes bras, qui me lançait un sourire moqueur.

"Qu'est ce que tu as toi ?" Lui murmurai-je d'un ton sec mais gêné.

Quand je me retournais de nouveau, elle avait déjà remis ses vêtements. Je me tournai alors vers le vieillard lorsque je sentais que mes joues ne chauffaient plus, et je lui demandai.

"Cette jeune femme est une de vos compatriote ? Si vous pourriez lui dire, s'il vous plait, que si elle cherche une quelconque aide, je serai son chevalier servant ?..." D'un coup une nouvelle question se posa auprès de cet étrange vieillard et me coupant dans mon élan. "Et comment puis-je vous comprendre, vous, si vous parlez une langue différente de la mienne d'ailleurs ?"

Cette question ne faisait qu'avouer mon ignorance sur le monde extérieur à ma cité. J'ai passé ma vie à profiter des affres des jolies roses et à m'entraîner à servir mon clan, le grand peuple de Dyrinn. Maintenant que je l'avais quitté, je pouvais me permettre d'explorer le monde, mais je ne devais pas pour autant nuire à mon honneur ni celui des miens.

Je secouai alors la tête pour chasser cette question idiote. Je pourrai savoir ça plus tard. Ce n'était pas si important. Et donc, sans attendre la réponse à la question que je venait de poser, je répondit à celle que Sylver avait poser quelques instants auparavant.

"Pour votre histoire, je m'excuse mais je n'ai jamais entendu parler d'une telle sorcière. En tous cas, pas à Dyrinn. Puis-je vous demander comment en avez-vous eu connaissance, Monsieur ?"

Plus le temps passait plus j'étais captivé par l'étrange... chose qui flottait près du vieil homme. C'était une simple lettre, mais étais-ce une créature ou autre chose ? Au bout d'un moment, je ne pouvais même plus détacher mon regard de cette créature. Elle tournais près du vieillard, volait mais sans ailes. Qu'est ce qui lui permettait de flotter de la sorte ?

Puis me rendant compte que je restait fixé dessus sans discrétion, je m'excusait :
"Excusez-moi, l'ami, si je suis indiscret, mais cette créature fascinante que vous possédez m'interpelle au plus haut point. Pouvez-vous me dire comment elle fait pour planer de la sorte ? Et comment vous l'avez rencontré ?" Je m'arrêtait aussi sec. Puis après un court instant où je reprend mon calme, je continue. "Excusez-moi, vous devez me trouver indiscret."

[Désolé d'avoir mis du temps à répondre. J'espère que ça ira. Dites moi si quelque chose gène.]
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Sylver Belister le Mar 29 Juil 2014 - 15:59

Le climat de Tenkei avait-il un effet… désinhibiteur sur la gent féminine ? Seule la bienséance m’empêchait de creuser plus en avant cette question pourtant fort à propos : à l’instar de la jeune Silver, cette jeune demoiselle, prénommée Hako, commença à se déshabiller devant moi, sans doute pour se sécher… Heureusement, j’avais désormais bien malgré moi un entraînement à ce genre de situation et je détournai le regard sans même rougir.

« Vous devriez sérieusement songer à regarder, seigneur Belister, commenta une voix que je ne connaissais que trop bien. Je ne suis pas expert en ce qui concerne la beauté humaine mais son corps… Bon d’accord, au cours de notre route, nous avons déjà croisé des minois plus charmants que le sien selon les standards humains, mais… Ah, regardez-moi ce corps ! Aussi lisse qu’une feuille, aussi solide qu’un chêne, aussi fin qu’une branche de lierre. Assurément cette femme est plus que qualifiée pour la reproduction de votre espèce… Au contraire de vous… Pardonnez-moi de vous dire cela mais votre temps semble un petit peu dépassé pour cela… Mais tout de même, un tel spectacle ne doit pas être négligé, oui, c’est décidé, je vous le transmets, profitez-bien ! »

Tétrocruchamoule avait, au fil de nos aventures, essayé diverses méthodes pour m’asticoter. Mais là, sa blague était quelque peu exagérée ! Heureusement, depuis le temps, j’avais appris à bloquer mon esprit lorsqu’il souhaitait me faire partager des pensées… Désagréables.

Mais le Zarbi cessa sa transmission avant même de l’avoir débutée, car son attention comme la mienne fut attirée par un curieux spectacle : Yuko, qui s’était approchée de la Grayhena de la jeune fille afin de faire connaissance, fut accueillie par une grande gerbe d’eau en pleine poitrine, puis le chien-loup poussa une série de grognements brefs, qui ressemblaient à s’y méprendre à des ricanements. Elle lui avait fait une blague ! Aussitôt, l’attitude de Yuko changea du tout au tout : elle se mit à remuer la queue et à tirer la langue, tout en suivant la Grayenha dans le moindre de ses déplacements. De temps en temps, elle poussait quelques aboiements… Il me fallut quelques instants pour comprendre…. Mais oui bien sûr ! Elle ne cherchait pas à jouer, elle voulait simplement discuter avec un autre membre de son espèce ! Il est vrai que nous n’avions pas croisé beaucoup de Pokémon chiens depuis le début de notre périple et voir un des siens faisait très plaisir à Yuko ! Ce charmant spectacle me fit légèrement sourire.
La réaction de Tétro fut tout aussi enjouée, puisqu’il lâcha un simple : « Pathétique… » Avant de replonger dans ses pensées empreintes de savoir absolu, selon ses propres dires…

Je fus interrompu par mes pensées par la jeune fille. Apparemment, elle avait fini de se changer et me dit :
"Vous êtes de Flamen. Vous pouvez m'aider à sécher ça ?"
-Mais avec grand plaisir, mademoiselle !


Il m’était maintenant beaucoup plus facile de regarder la jeune fille, puisqu’elle s’était rhabillée. Je pris alors ses vêtements humides que je suspendis à une branche d’arbre, tandis que, me postant en dessous, je fis apparaître une flamme sur la paume de ma main. Récemment, j’avais constaté que mon pouvoir avait grandi : désormais, je ne produisais plus de simples flammèches, mais de petites boules de feu aussi grandes que mon doigt. C’était encore très loin de faire de moi un Elémancien, mais au moins, cela prouvait que je progressais dans ma maîtrise. Je restai dans cette position quelques minutes et je notai que ces vêtements était semblable à ceux que la demoiselle, prénommée Hako, portait en ce moment : des habits dans des teintes simples, taillés pour le confort lors d’un exercice physique. Ses vêtements étaient à l’image de son parler : simples mais efficaces. Etant donné ce trait de caractère et vu qu’elle m’avait affirmé ne rein savoir au sujet de la sorcière, il aurait été inutile et impoli de ma part d’insister.
Une fois secs, je rendis ses vêtements à la jeune Terrosienne.

Soudain, le jeune Kiba sortit de son mutisme. Apparemment, le fait de ne pas comprendre le langage de la demoiselle l’avait plongé dans un état de profonde perplexité. Il me demanda :

« Cette jeune femme est une de vos compatriote ? Si vous pourriez lui dire, s'il vous plait, que si elle cherche une quelconque aide, je serai son chevalier servant ?..."
Mais il ne termina pas sa phrase et continua avec une autre question, qui venait, sans aucun doute, de lui venir à l’esprit :
"Et comment puis-je vous comprendre, vous, si vous parlez une langue différente de la mienne d'ailleurs ?"
-Sachez, mon cher Kiba, lui dis-je courtoisement, que cela fait quelques semaines que je suis arrivé sur Tenkei et j’ai mis à profit ce temps pour me familiariser avec votre langue commune. De plus, un des Pokémon qui m’accompagnent est de type psy et il est parfaitement capable de traduire vos mots par télépathie, si jamais mes connaissances me font défaut, ce qui arrive encore quelquefois, hélas. Quand à votre phrase, je pourrais la traduire mais je vous suggère simplement de la dire à ce Pokémon qui la traduira directement. »

Faisait-il bien d’insister ? Au vu du caractère de la demoiselle, je pensais que non… Mais tant qu’il ne l’importunait visiblement pas, je n’avais aucune raison valable pour le lui signifier.
Le jeune Dyrinnois répondit ensuite à ma question première, m’expliquant qu’il ne savait rien au sujet de la sorcière… Humm, à bien y réfléchir, cela n’avait rien d’étonnant… Abigail di Neralitha était recherchée uniquement en Abyan, pas dans les autres tribus et puisqu’elle était experte dans l’art de couvrir ses traces, il était logique que personne n’ait entendu parler d’elle…
Tandis que je réfléchissais, je remarquai que le jeune garde était fort intrigué par Tétro, et mes soupçons se confirmèrent lorsqu’il me demanda :

« Excusez-moi, l'ami, si je suis indiscret, mais cette créature fascinante que vous possédez m'interpelle au plus haut point. Pouvez-vous me dire comment elle fait pour planer de la sorte ? Et comment vous l'avez rencontré ? "Excusez-moi, vous devez me trouver indiscret."

Aïe ! Comment lui expliquer tout cela sans déclencher l’ire du principal intéressé?… Mieux valait calmer la situation, aussi commençai-je ainsi :

« Eh bien je ne vous trouve pas le moins du monde indiscret mais…
Aussitôt, une voix mentale retentit dans toute la clairière, de sorte que personne ne pouvait l’ignorer
-Mais il aurait été bien plus approprié de votre part de poser la question à l’objet même de votre curiosité, martela Tétrocruchamoule. Cependant, vu son ton, il ne semblait guère énervé. Au contraire, il semblait flatté que l’on s’intéressât autant à sa personne. Je plane, reprit-il, en utilisant mes pouvoirs psychiques, qui me confèrent un talent que vous nommez, vous, humains, la lévitation. Je suis le chef de ma propre colonie de Zarbi, la Multitude, qui ne compte pas moins de cinq mille individus, située dans les ruines du temple du volcan en Flamen. Notre but ultime est de retranscrire avec l’exactitude la plus parfaite la totalité de l’histoire du monde. Cela répond-il à vos questions ?

Me désintéressant de ces propos que je connaissais par cœur, je remarquai alors que Yuko, qui était toujours à Proximité de la Grayhena, négligeait également les propos du Zarbi. Son regard était fixé sur quelque chose perché sur un arbre, mais je ne voyais pas ce dont il s’agissait.
Sans bruit, un Migalos descendit de l’arbre que fixait Yuko et, utilisant ses pouvoirs psychique, il s’adressa à tout le monde en disant :

« Alors c’est vous le fameux Sylver, dit-elle d’une voix chaleureuse et féminine, qui apportez des nouvelles de Silver à sa mère ? C’est ce que vient de me dire votre Caninos. C’est très gentil de votre part. En revanche, dit-elle d’une voix toujours aussi accueillante, j’aimerais que vous m’en disiez plus sur les raisons de votre présence dans cette forêt, s’il vous plaît, tous les deux, dit-elle en fixant tour à tour Hako et Kiba.
Puis elle ajouta : « Je m’appelle Nyla, enchantée. Ma dresseuse n'est autre que celle que vous recherchez. »

[Tapez pas sur l’araignée, SVP, elle est gentille^^]

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1732

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Hako le Lun 11 Aoû 2014 - 12:25

Tandis que le vieil homme avait accédé à sa requête, bien gentiment, Hako le reconnaissait volontiers, l'autre homme se remit à parler dans cette langue dont elle saisissait les intonations, mais pas le sens. Le temps qu'elle avait passé sur le continent volant n'avait pas été mis à profit pour communiquer avec d'autres et ainsi apprendre leur dialecte. Au contraire, la guerrière avait profité de cette barrière pour ignorer ceux qui s'approchaient d'elle avec encore plus de facilité qu'en Érasia.

Étonnamment, le conteur semblait comprendre parfaitement son interlocuteur, mais sa réponse était dans leur langue commune érasienne, que pourtant l'inconnu ne semblait pas parler. Peut-être la comprenait-il malgré tout, un peu comme elle saisissait certains mots presque malgré elle ? Sa réponse éclaircit certains de ses doutes, lui fournissant quelques informations - le nom du jeune homme, entre autre. Mais lorsqu'il parla de son Pokémon de type Psy... Hako n'était pas certaine de suivre. Il fallait dire qu'elle ne connaissait pas vraiment ce genre de créatures, ou leurs pouvoirs, mais elle comprit, sans savoir comment, que c'était en fait lui qui transmettait l'information de façon compréhensible d'un côté ou de l'autre... La fin de la déclaration du vieillard l’interpella. S'il était question d'une phrase qu'il était capable de traduire, c'était donc probablement parce qu'elle lui était adressée, à elle. Elle préféra jouer les ignorantes et ne demanda rien de plus.

L'autre, Kiba, continua à parler dans sa langue étrange, à laquelle la Terrosienne n'y comprenait rien. Apparemment, la créature de Sylver ne souhaitait pas, ou n'avait pas pris le temps de la mettre dans la confidence. Cela lui importait peu, même si, puisqu'elle était plus ou moins contrainte à rester à cause de la présence du Flamenois, l'incluant malgré elle dans cette conversation, elle ressentait une pointe de frustration sourde à ne pas savoir de quoi il retournait. Une nouvelle fois, le conteur reprit la parole pour répondre de façon compréhensible, mais il fut interrompu par son Pokémon - au grand étonnement de la jeune femme. Un Pokémon parlant, ça, c'était quelque chose... En tout cas, un Pokémon aussi... simple. Le jour de son arrivée sur Tenkei, elle avait eu l'occasion de croiser une autre créature parlante, mais il s'agissait d'une divinité locale, qu'on ne pouvait ni dompter, ni attraper, et qui ne se serait probablement pas laissée utiliser comme traducteur de cette manière.

En plus, cette chose était bavarde... Hako n'y comprenait pas grand chose, plutôt choquée et intéressée par le don de la créature que parce que qu'elle pouvait bien raconter. Io parvenait, parfois, à communiquer avec sa dresseuse, via l'Aura, lui avait-il expliqué. Mais ce n'était pas ce que faisait ce Pokémon, la communication n'était pas si nette, si proche d'un dialogue humain.

Un frémissement. Hako se retourna vers la source du bruit, un arbre, non loin de l'endroit où Léto et l'autre canidé se trouvaient. Les deux chiennes avaient elles aussi levé la tête pour chercher des yeux et de la truffe qui ou quoi s'approchait d'eux. Une araignée qu'elle avait déjà pu voir sur sa terre natale descendait le long du tronc, délicatement, sur ses quatre pattes. Sèchement, Hako sortit de sa ceinture son éventail et l'ouvrit en grand, prête à se défendre s'il s'agissait d'un Pokémon sauvage venu leur chercher des noises. La Grahyena frémit, montra le bout de ses crocs, mais ne réagit pas aussi vivement que sa dresseuse. Cette créature avait l'odeur d'un humain sur elle.

Une nouvelle fois, le Pokémon se mit à parler. À force, Hako en venait à se demander si elle n'était pas, en fait, en plein rêve éveillé. Sa voix était douce, il s'agissait d'une femelle, mais il y avait quelque chose de séducteur, dans le mauvais sens du terme, qui résonnait derrière ses mots. La guerrière abaissa son arme sans la ranger.


"Alors c’est vous le fameux Sylver qui apportez des nouvelles de Silver à sa mère ? C’est ce que vient de me dire votre Caninos. C’est très gentil de votre part. En revanche, j’aimerais que vous m’en disiez plus sur les raisons de votre présence dans cette forêt, s’il vous plaît, tous les deux."

Cette dernière phrase s'addressait aux deux plus jeunes apparemment. Il y eut un silence que la Terrosienne ne prit pas la peine de briser. Qu'est-ce que sa présence dans une forêt pouvait bien faire à cette arachnide ? La jeune femme lança un bref regard au guerrière Tenkeien. Qu'il réponde si ça lui chantait. Cependant, la créature reprit la parole.

"Je m’appelle Nyla, enchantée. Ma dresseuse n'est autre que celle que vous recherchez."

"Enchantée"... Depuis quand les Pokémon s'abaissaient-ils à reprendre des coutumes humaines ? Comme si parler n'étaient pas suffisant, ils imitaient en plus la façon de faire de leurs dresseurs... Néanmoins, ces mots finirent d'apaiser la Terrosienne, qui rangea définitivement son éventail d'acier. Les ennemis n'étaient pas souvent "enchantés" lors d'une rencontre. Voyant cela, Léto elle-même cessa de considérer l'autre comme une adversaire potentielle, même si elle continuait de la surveiller du coin de l'oeil.

Le silence avait repris sa place, mais cette fois, c'était bien elle, Hako, qu'on attendait. Alors, bon gré mal gré, elle se décida à reprendre la parole.


"Ici ou ailleurs... Qu'importe ? Si ma présence est gênante, si j'empiète sur un territoire, je partirai. Je suis ici parce que je m'y sens bien. Je n'ai pas tout à fait cette chose que les humains appellent un but."

L'Érasienne songea un instant à l'avis de mission qui se froissait au fond de son sac. Pouvait-on considérer ça comme une raison à sa présence ? Ce n'était pas cette demande faite par un inconnu, transmise par une jeune femme rencontrée purement par hasard, qui l'avait fait choisir d'entrer dans la Canopée. Personne ne pouvait encore se vanter de décider de la vie de l'enfant des forêts. Elle, le destin, et l'ambition de devenir toujours plus forte, étaient les seuls capable de choisir la direction que prenait son parcours. Si cette Nyla - dont elle ignorait d'ailleurs l'espèce, mais passons - tenait tellement à le savoir...

"À terme, cependant, je chercherai peut-être à me rendre dans un lieu appelé... Lagon... Corail."

Cela viendrait en temps et en heure, lorsqu'elle en aurait l'envie ou le besoin. Pour le moment, ce n'était pas le cas.

[Kiba, je propose que nous soyons maintenant "connectés" par le Zarbi, et que chacun de nous soit capable de comprendre l'autre ^^ On ne va peut-être pas demander à sylver de traduire tout le temps Wink]

_________________


En cours :
0 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Supervisable
avatar
Hako
Informations
Nombre de messages : 263

Fiche de personnage
Points: 15
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Sylver Belister le Mer 17 Sep 2014 - 21:49

J’observai attentivement la Migalos qui semblait très intéressée par les propos de la jeune demoiselle prénommée Hako. Elle semblait être en train de jauger la demoiselle, et il ne faisait nul doute que sa réaction dépendait uniquement de ceque la jeune Terrosienne allait lui révéler. Finalement, l’arachnide déclara :

« Bien. Je préfère quelqu’un qui n’a pas de but à quelqu’un qui a un but néfaste. Nous avons eu la isite régulière… d’importuns, dernièrement, et je me suis chargée de les chasser. Je suis heureuse de voir que vous n’en faites pas partie.

-Excusez-moi de m’immiscer dans votre conversation, mais… de qui parlez-vous, au juste ? demandais-je,, intrigué.

L’araignée reporta alors son regard pénétrant sur ma personne

-Vous connaissez la personne que vous recherchez de réputation, n’est-ce pas ? On la dit sorcière. Et ces dernières années s’est développé une sorte de sport, ou plutôt de concours : la « chasse à la sorcière ». Les règles en sont affreusement simples : celui qui rapportera au clan Helliwell la tête de la sorcière recevra un millier de pièces d’or en récompense. Abigail n’a jamais été très populaire, mais depuis ces eux dernières années, nous n’avons pas eu une semaine sans une tentative d’attaque de la part de ses illuminés ! Aussi, et je ne vous le dirai pacifiquement qu’une seule fois, si vous avez des intentions belliqueuses, partez d’ici MAINTENANT et oubliez cet endroit.

Alors que la Pokémon Insecte finissait sa tirade, une autre insecte jaillit de derrière un arbre proche et sembla se ruer sur Hako.

-Du calme, Gaï, tempéra Nyla, ce ne sont pas des ennemis. Veuillez l’excuser, continua-t-elle. Il n’est pas méchant, simplement un peu trop désireux de nous protéger. Je l’ai recueilli alors qu’il errait tout seul dans la forêt. De toute évidence, il était perdu et n’était pas d’ici. »

Mais le Ningale ne semblait pas hostile envers la jeune fille. J’aurais plutôt dit qu’il l’étudiait attentivement, comme s’il cherchait à confirmer quelque chose à son sujet. Finalement, le petit Pokémon, qui se trouvait jusque-là aux côtés d’Hako lança de petits cis brefs…

-Il… Il dit qu’il veut rester avec vous, traduisit Nyla. Est-ce que vous acceptez sa compagnie ? C’est un bon Pokémon, et si son aide m’a été précieuse, il ne fait aucun doute que Gaï a déjà eu un dresseur auparavant et il ne peut rester indéfiniment dans cette forêt. Il est trop habitué à voyager. Sans doute une caractéristique de son dernier maître… Quoi qu’il en soit, il est bon de voir que les malfrats ne sont pas les seuls à arpenter ces bois. Désirez-vous faire une pause ? Ma dresseuse serait ravie d’avoir de la compagnie qui ne lui est pas hostile, pour une fois.

Des pensées peu rassurantes m’envahirent alors la tête à ce moment précis : une sorcière, une araignée, une toile… Et si tout ceci n’était qu’un immense piège ?

-Et gna gna gna !
Râla Tétro.Je vous avais dit que ce n’était pas une bonne idée de venir ici . Est-ce que vous m’avez écouté ? NAON ! Alors maintenant, vous choisissez : soit nous partons d’ici maintenant, soit vous terminez cette fumisterie et vous rencontrez cette femme. Ne me dites pas qu’un vieillard sénile comme vous croit encore au sorcière ? Ou alors c’est votre sénilité justement, qui explique votre crédulité ?
-Ce n’est pas de cette femme dont j’ai peur, mais des dangers qui pèsent sur elle.
-Mais à quoi pensez-vous à la fin ! Il n’y a personne d’autre que nous ici ! Sinon je l’aurais senti !


Mais quelque chose me titillait… Quelque chose qui ne tenait pas…Après tout, Tétro avait admis lui-même qu'il était incapable de repérer les maîtres des ombres...
Soudain, je saisi enfin ce que je trouvai étrange : quelque chose dans le discours de l’araignée ne collait pas. Pourquoi avait-elle d’emblée dévoilé ses intentions ? J’ignorais totalement où se trouvait le repaire de la sorcière et donc la direction que je devais prendre, et il en allait de même pour mes compagnons. Donc si nous étions dans la mauvaise direction, l’araignée n’aurait eu qu’à nous observer pour jauger nos intentions. Et si nous avions été dans la bonne direction, il aurait mieux valu pour elle nous neutraliser afin de vérifier nos intentions, par exemple en nous attirant dans un piège. Alors pourquoi avait-elle tout dévoilé à Yuko dès qu’elle l’avait rencontrée ? Certes, Yuko lui avait affirmé que nous apportions des nouvelles de Silver. Mais pourquoi l’aurait-elle crue ? Sur les trois personnes présentes, j’étais le seul à connaître la jeune fille, et j’avais avec moi un Pokémon Psy qui aurait facilement pu fausser toutes les tentatives de sondage psychique de la Migalos…
L’araignée allait-elle nous précipiter dans un piège ? Mais… Si elle ne nous faisait pas confiance, alors pourquoi avait-elle confié ce Ningale à la jeune Hako ? De plus, un autre détail me gênait : aucun des Midgardiens avec qui j’avais discuté n’avait pu m’indiquer où se trouvait la maison de la sorcière, que j’avais prétendu chercher par curiosité. Après tout, il est bien connu que les troubadours ont des coutumes étranges ! Or, certains d’entre eux s’étaient pourtant vantés devant moi d’avoir plusieurs fois participé aux battues et d’avoir aperçu cette femme. Donc, pour ne pas que ses poursuivants la rattrapent, elle devait… changer fréquemment de cachette !Avec notre arrivée, ou pour une autre raison, elle avait dû se sentir menacée et avait cherché à déménager mais elle avait dû tomber sur nous par hasard…

Et BlackJack, perchée sur son arbre, dont les yeux furetaient partout depuis que nous avions cette clairière… Elle avait déjà compris… Ou du moins, elle avait une bonne idée de ce qu’il se passait ici, et ce depuis le début. Quel sot avais-je été !

Nyla n’était pas venue à notre rencontre pour nous accueillir ou pour savoir pourquoi nous étions ici. Elle ne voulait pas non plus nous attirer dans un piège quelconque : elle cherchait simplement à faire diversion pendant que sa dresseuse fuyait. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle avait cru que le Ningale se montrait agressif : une telle attitude de sa part nous aurait fait comprendre que la sorcière était juste à côté de nous…
Je me retournai alors vers BlackJack, toujours perchée sur son arbre et demandai à Tétro de lui transmettre un message mental. Voyant que je partageais son appréhension, elle sauta au sol, souplement devant moi, prête à me protéger si besoin.

« Yuko, appelais-je, pourrais-tu venir s’il te plait ?

Aussitôt, ma Caninos cessa ses jeux avec la Grahyena et revint vers moi en trottinant et en battant de la queue.
-Dis-moi, lui demandais-je, pourrais-tu utiliser ton attaque Flair pour nous dire s’il y a un autre humain ici ? Mademoiselle, puis-je avoir l’audace de vous demander votre concours, ainsi que celui de votre louve dans cette entreprise ? Votre Pokémon étant de type ténèbre, il sera plus à même de repérer une maîtresses des ombres qui se cache dans les ténèbres que Yuko. Et les ombres, ce n’est pas ça qui manque ici…
-Quant à vous
dis-je à la Migalos, vous n’avez pas d’inquiétudes à avoir. Je ne viens que pour vous apporter des nouvelles. Vous cherchez à faire gagner du temps à votre dresseuse, c’est bien cela ? Soyez assuré que je ne lui veux aucun mal. D’ailleurs, vous pouvez accéder à mes pensées, si vous cherchez confirmation de mes dires, dis-je, et je m’assis au sol.

L’araignée avait dû apporter un minimum de crédit à mes propos, sinon, elle n’aurait eu aucune raison de discuter avec nous. J’allais lui prouver définitivement que je ne mentais pas. Mais il me fallait également forcer sa maîtresse à se montrer. Sinon, jamais je ne pourrais tenir ma promesse !

-Si jamais elle tente un coup fourré, fulmina Tétro, je lui grille le cerveau ! Elle n’est pas psy elle, alors elle a intérêt à bien se tenir ! Et ne croyez pas vous en tirer à si bon compte, vous ! Me dit-il !Nous en reparlerons !

Tandis que Yuko enquêtait, BlackJack restait devant moi, sur le qui-vive, prête à contrer toute attaque éventuelle de Nyla.

[Libre à toi si tuveux débusquer la sorcière^^ ]

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1732

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Hako le Mer 22 Oct 2014 - 16:11

Hako se demanda si on lui tiendrait rigueur de partir de son côté, puisque cette conversation semblait se faire entre le vieil homme et l'araignée, comme si la jeune femme et l'autre local n'existaient pas. Elle se posait d'ailleurs la question de savoir si l'homme comprenait quoi que ce soit de l'échange, puisqu'il ne disait mot, où si, comme elle, il n'en avait rien à cirer. La Terrosienne n'écoutait même pas la conversation, observant la Canopée en silence.

Jusqu'à ce que quelque chose fuse vers elle, dans un coin de son champ de vision. La Dompteuse expérimentée fit un pas de côté au dernier instant, libérant son éventail métallique pour riposter face à cet ennemi sournois... Mais la première araignée s'interposa avant même que la plus petite n'achève son offensive. Tandis que la Migalos s'excusait du comportement de son acolyte, Hako rangea son arme et observa son assaillant. Outre le fait qu'elle en connaissait l'espèce, même si elle n'était pas certaine de pouvoir la nommer, la Terrosienne crut reconnaître l'individu lui-même, comme si elle l'avait vu peu de temps avant. Prise d'une intuition semblable, Léto s'approcha pour renifler l'insecte, et fit un signe de tête à sa dresseuse.

Nyla confirma ce que pensait la jeune femme : les véritables intentions de Gaï n'avaient pas été belliqueuses, malgré les apparences. Il avait lui aussi reconnu la Terrosienne, rencontrée quelques semaines plus tôt lors de l'épisode de folie des Pokémon. L'insecte était alors avec l'un des garçons que la jeune femme avait rencontré, ceux qui l'avaient aidée à calmer Gaé et Io, et qui avait découvert la roche à l'aura néfaste qui en était la cause. Hako se mit à hauteur du Pokémon, approcha sa main de lui. Avec confiance, il s'approcha, confirmant les dires de sa protectrice à propos de sa volonté de la suivre. Pourquoi pas, après tout ? Elle laissa la minuscule créature lui grimper sur le dos, s’accrochant à ses vêtements grâce à ses petites pattes, jusqu'à son épaule. Tandis qu'elle se relevait, elle constata un changement d'ambiance entre le vieil homme, ses Pokémon, et l'araignée parlante. Le symbole télépathe semblait agacé, et Sylver paraissait inquiet ou suspicieux...

Finalement, il se tourna vers la jeune fille, et lui demanda son aide pour chercher quelqu'un dans les environs. Hako haussa les épaules et fit signe à Léto de répondre à la requête du Flamenois - tout en gardant un œil sur lui. Il avait prétendu ne pas avoir de mauvaises intentions à l'égard de celle qu'il cherchait, et la créature arachnide semblait y avoir cru, mais elle ne voulait pas qu'une erreur de jugement de sa part conduise à un drame. Malgré sa gentillesse, ses formules de politesse et ses sourire, le vieillard n'avait pas acquis la confiance de la Guerrière. Tandis que sa louve lançait elle aussi une attaque Flair pour détecter une odeur humaine aux alentours, la Terrosienne gardait à l’œil les Pokémon du Dresseur, en particulier celui qui parlait de "griller le cerveau" de leur cible.

Le Flair de la Grahyéna ne lui fut pas d'une grande utilité. Des fragrances de créatures vivantes se firent plus précises, mais elles étaient atténuées et floutées  par les parfums, inconnus pour la Pokémon, de la forêt immergée. L'humain âgé avait demandé à ce que la créature des Ténèbres sonde les ombres du bois pour détecter la présence de celle qu'ils cherchaient. Léto n'était pas certaine de ce qu'elle devait repérer, mais elle se prêta au jeu. Elle s'approcha de l'arbre le plus proche et se glissa dans son ombre, avant de fusionner avec elle. Dans cet état immatériel, la louve pouvait se déplacer d'ombre en ombre, à la recherche de l'humaine dans l'une d'elle...

Un mouvement léger attira son attention. Quelque chose venait de quitter l'ombre dans laquelle Léto se matérialisa. Quelque chose, ou plus probablement quelqu'un. La fuyarde voulait donc jouer à cache-cache dans les ombres avec une créature née des Ténèbres... C'était ambitieux. Ou alors c'était un piège. Dans l'obscurité, la Grahyena se lança dans la course-poursuite sans regret.

En bas et dans la lumière, Hako n'avait aucune idée de l'endroit où se trouvait sa Pokémon. Cela ne l'inquiétait pas outre mesure ; elle la savait parfaitement capable de se débrouiller seule. Au lieu de songer à la louve, elle préféra s'approcher de l'araignée télépathe. Si elle avait bien compris, Nyla avait elle-même reconnu que Sylver n'était pas un "chasseur de sorcière" que redoutait sa maîtresse. Pourtant, elle - ou sa dresseuse - refusait que la rencontre n'ait lieu. Et cela, la Terrosienne ne parvenait pas vraiment à le comprendre. Pourquoi avoir déclenché la rencontre en ce cas ? Pourquoi n'avoir pas simplement ignoré cet homme, s'être cachée dans une ombre - même si ce pouvoir était extrêmement abstrait et incompréhensible pour la jeune femme - et avoir attendu qu'il ne passe et s'éloigne ? Hako ne comprenait pas, et pour une fois qu'elle se posait une question, cela la frustrait énormément. Elle se décida enfin à sortir de son mutisme.


"Pourquoi être intervenue et rester pourtant... passive, si vous ne voulez pas que la rencontre ait lieu ? Vous sembliez pourtant croire en la bonne foi de Sylver."

Gaï gigota sur son épaule, mal à l'aise. Sans doute savait-il quelque chose qu'ils ignoraient, ayant passé du temps avec leur cible. À moins que ce ne soit un signe en direction de son camarade insecte dans les bras de l'autre garçon, lui aussi resté silencieux.

_________________


En cours :
0 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Supervisable
avatar
Hako
Informations
Nombre de messages : 263

Fiche de personnage
Points: 15
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Sylver Belister le Sam 25 Oct 2014 - 18:28

"Pourquoi être intervenue et rester pourtant... passive, si vous ne voulez pas que la rencontre ait lieu ? Vous sembliez pourtant croire en la bonne foi de Sylver."

La question de la jeune fille me fit tourner la tête. A qui donc s’adressait-elle ? Soudain, Yuko poussa un jappement et BlackJack descendit de sa branche et se posta devant moi, l’air peu commode. Stupéfait, je me relevai pour mieux observer le spectacle : face à Hako, l’ombre était en train de se mouvoir. Mais contrairement à ce que j’avais toujours cru sur les maîtres des ombres, elle n’émergea pas du sol à la manière d’une vague qui se détacherait de la mer étale. Non, l’ombre semblait former une sorte de vortex, de spirale tournoyante, qui avait pour centre de gravité… Un point situé à hauteur de ma poitrine. Finalement, je compris ce qu’il se passait : le trou noir semblait absorber en on centre l’ombre, qui laissa alors apparaître une femme. Celle-ci répondit, en Erasien :

-C’était un test.

Même sans le petit tour qu’elle venait de jouer, la femme qui venait d’apparaître restait impressionnante : âgée d’une petite quarantaine d’années, elle avait les yeux d’un bleu vif, et c’était là le seul trait de son apparence que l’on pouvait qualifier de « commun ». Elle était grande, presque autant que moi, et avait de long, très longs cheveux rouges écarlates et lisses, telles des pailles de fer, qui lui arrivaient quasiment jusqu’aux reins. Mais le plus surprenant restait sans doute sa tenue : en effet, elle ressemblait trait pour trait aux sorcières qui peuplaient les contes que j’avais l’habitude de raconter aux enfants. Elle portait un chapeau noir et une robe très simple, assortie. Un néophyte aurait sans doute pris cet accoutrement pour celui d’une jeteuse de sorts maléfique, mais je ne fus pas dupe. Je reconnaissais ce chapeau.

Il appartenait à la Confrérie du Savoir, une confrérie d’origine érasienne qui s’était donné pour mission de réunir tout le savoir humain contenu dans le continent, et de le mettre à la disposition de ceux qui étaient à sa recherche. Un but hautement louable en soi, et qu était assez proche  de celui d’un certain Pokémon de ma connaissance. D’ailleurs, jetant un coup d’œil vers ce dernier, je m’aperçus qu’il ne disait rien, chose fort inhabituelle. En revanche, son unique œil restait rivé sur le fameux couvre-chef. Visiblement, lui aussi connaissait sa véritable signification…

Ironie cruelle, l’histoire de cette Confrérie fut semblable elle aussi à celle de la Multitude : frappée du sceau de l’hérésie pour des raisons encore obscures, la confrérie avait été réduite à la clandestinité. Les Gardiens du Savoir, comme ils s’appelaient eux-mêmes, étaient maintenant des nomades qui arpentaient Erasia, et maintenant Tenkei, dispensant leur savoir à ceux qui voulaient bien les écouter…

Mais il eut été fort impoli de ma part de demander des informations complémentaires à ce sujet : je devais tout d’abord me présenter et transmettre le message qui m’avait conduit jusqu’ici- et bien sûr, attendre que la dame ait fini de parler…

-La plupart des chasseurs qui viennent ici n’ont pas les… compétences intellectuelles nécessaires pour penser à un tel stratagème expliqua-t-elle d’une voix froide. Mais pas tous. Les plus doués de ces tueurs sont également extrêmement malins et retors et ils ont bien failli m’avoir. Vu la façon dont vous vous comportez avec lui, vous ne faites pas pleinement confiance à cet homme, dit-elle à Hako d’une voix neutre, tout en me désignant d’un signe de la tête, pas vrai ? Eh bien il en va de même pour moi. Qu’est-ce qui me prouve que vous venez ici en paix ? Si vous aviez, vous et le vieil homme, bêtement accepté de suivre Nyla, elle vous aurait conduit dans un de mes pièges qui vous aurait fait redouter cette forêt à jamais. Mais soit. Puisque vous m’avez démasquée sans m’attaquer, dites ce que vous avez à me dire, et déguerpissez ! Éructa-t-elle. Qu’a donc encore fait ma fille ? demanda-t-elle en se tournant vers moi, d’un ton sévère.

Hum, vu son état d’énervement, mieux valait remettre les salutations d’usage à plus tard et répondre directement à sa question :
-Eh bien madame, elle se porte bien et vous envoie son meilleur souvenir. Elle veut que vous sachiez qu’elle tient toujours à vous malgré son absence et qu’elle est désolée de tous les ennuis qu’elle vous a causés…

A peine avais-je prononcé ces mots que je sentis que je n’aurais pas dû : les yeux de la femme crachèrent des éclairs. D’une voix pleine de colère, elle s’écria :

-Elle est DESOLEE ! De quoi ? De m’avoir forcé à me cacher pendant plus de 15 ans ? D’avoir fait en sorte que tous les Abyanais me détestent ou d’envoyer ses tueurs à mes trousses ???
-Attends Abby,
intervint soudain mentalement son araignée, et sa voix psychique était apparemment audible de tous, il ne parle pas d’elle. Il parle de Silver !

Aussitôt, l’attitude de la femme se modifia radicalement : la colère disparut de ses traits, remplacée par ce qui semblait être de la perplexité et de l’incompréhension.

-Non, rétorqua-t-elle, encore hésitante. C’est… c’est impossible ! Silver est morte en se jetant de Midgard il y a plusieurs mois.
-Madame, je puis vous jurer que votre fille est bel et bien vivante, et en parfaite de surcroît. Du moins ‘était-elle lorsque je l’ai rencontré il y a un mois… Si vous ne me croyez pas, demandez à votre Migalos de vous transmettre les souvenirs d’elle qu’elle a trouvés dans mon esprit !


Apparemment, la sorcière avait eu cette même idée, car suite à un signe de tête, l’araignée s’approcha d’elle, et elle posa ses mais sur sa tête cornue. La dame en noir resta silencieuse et interdite quelques instants, et je la laissais à ses pensées. C’était le moins que je puisse faire pour elle.

-Mais comment… Comment va-t-elle ?
-Elle va très bien, madame, soyez en assurée,
dis-je tout en m'inclinant et en me découvrant. Mais permettez-moi de me présenter. Je me nomme Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant originaire du Cosmo Canyon, ville du pays de Flamen, en Erasia.

Intérieurement, j’espérais que Nyla n’avait pas eu le temps de capter la totalité de mon échange avec Silver. Car si tel était le cas, sa mère saurait alors que j’utilisais une fausse identité, et elle ne manquerait pas de trouver cela étrange…

-Et elle est désolée…
-Oui, elle s’excuse de tout ce qu’elle a pu penser de vous auparavant, et de ne jamais avoir cherché à vous recontacter, mais elle craignait de vous mettre en danger…
-Alors ce qui se dit sur elle est vrai ? Elle est bel et bien une assassin qui tue pour le plus offrant ?
-Eh bien… Oui et non. Elle tue des gens, mais uniquement des criminels et certainement pas pour de l’argent. C’est plutôt… son sens personnel de la justice qui la fait se mouvoir, si j’ose m’exprimer ainsi,
conclus-je.
Il y eut un silence. Puis…
« Je vois… »

Soudain, deux nouvelles voix, masculines, se firent entendre :

-Tiens, regarde, je t’avais dit que ce serait elle ! Tu vois ! Mon Malosse ne se trompe jamais !
-Ouais, t’avais raison ! Salut la compagnie !


Un simple coup d’œil vers les deux nouveaux arrivants me suffit pour les identifier : sales, vêtus comme des explorateurs malchanceux mais armés pour l’un d’une lame et pour l’autre d’un arc, il ne faisait aucun doute que nous avions à faire aux fameux chasseurs de sorcière. L’ d’entre eux avait un Malosse à ses pieds, l’autre, un Médhyèna. Tandis que j’observai les deux hommes, examinant les options qui s’offraient à moi, Yuko et BlackJack se rapprochèrent de mois et montrèrent les crocs en directions des deux hommes et de leurs Pokémon.

-Bouge pas la sorcière, répondit l’homme à l’épée. Ou mon ami aura tôt fait de t’envoyer une jolie flèche droit dans ton cœur pourri.

L’ignorant, Abigail dégaina l’arme qu’elle portait à sa ceinture : un simple couteau dont la lame mesurait moins de 30 centimètres.

-Hé là, gronda l’autre homme, t’es pressée de crever ou quoi ? On t’a dit pas bouger ! Tu comprends, la récompense double si on te ramène vivante au conseiller alors tant qu’à faire on aimerait t’y emmener en un seul morceau, tu vois… Alors tu LACHES ce couteau ! TOUT DE SUITE !

Pourquoi diable avait-elle agi de manière aussi suicidaire ? Il y avait quelque chose là-dessous... Tandis que je m’interrogeais là-dessus, Abigail sembla revenir à la raison et, après avoir fait passer la lame de son couteau sur sa main droite, elle le laissa tomber au sol.

-C’est bien. Gentille fille. Dis, les trois autres on en fait quoi ?
-Chais pas… Vous êtes qui, vous d’abord, des chasseurs, comme nous ?
répondit-il en Midgardien. Vous arrivez trop tard les gars… Et la fille, ajouta-t-il en reluquant ouvertement Hako ce qui ne manqua pas de m’irriter. Cette sorcière était pas si dure à choper en fin de compte… C’est juste une simple maîtresse des ombres ! Un Pokémon Ténèbres à nos côtés et hop, trouvée ! Et le tour est joué.

Tétro intervint alors pour la première fois dans cet échange. Il lança simplement : « Abrutis… »
Les deux hommes ne se méfiaient pas de nous. Si nous voulions tenter quelque chose, c’était maintenant qu’une contre-attaque serait possible. Mais seul, je n’avais aucune chance. Kiba et Hako allaient-ils m’aider ? Soudain, une voix me coupa dans ma réflexion :

-Imbéciles, enchaîna la sorcière, qui tournait toujours le dos à ses agresseurs. Je suis aussi alchimiste. Alchimiste du sang.

Aussitôt, un jet de sang jaillit de la coupure qu’elle s’était infligée avec son couteau un peu plus tôt, et, tel un fouet, il cingla les deux hommes, les éclaboussant d’un liquide rouge et entailant légèrement leur peau au niveau des bras.

-Argh, salope, et c’est tout ce que tu sais fa…f eeeeeeee…
Les deux hommes portèrent aussitôt leurs mains à leurs gorges en suffoquant.
-… Mais je suis effectivement aussi une maîtresse des ombres. A ce titre, mon sang contient un venin similaire à celui de ma Migalos, qui peut tuer en quelques secondes à pleine dose. Et mon sang s’est introduit dans votre organisme lorsque mon fouet écarlate vous a frappé, en passant par la légère blessure provoquée par le claquement. Vous mourrez d’asphyxie d’ici une minute.

Horrifié, je vis quelques secondes plus tard les deux hommes s’effondrer, le visage bleu et convulsionné, empreint de terreur. La sorcière ne leur avait pas accordé un regard. Les Pokémon des chasseurs, visiblement encore jeunes, ne savaient comment réagir. Abigail sorti d’une poche de sa robe deux Pokéball qu’elle laça dans leur direction, capturant ainsi les deux chiots.

-Seuls ici, ils ne survivront pas longtemps. Ils n'ont pas l'air agressifs, alors je préfère autant les emmener avec moi, expliqua-t-elle.

Ainsi, voilà comment faisait la sorcière pour échapper depuis tout ce temps à ses agresseurs. Le spectacle auquel je venais d’assister, bien que probablement nécessaire, me glaçait le sang et me rappelait la première mort à laquelle j’avais assisté, dans cette auberge avec Prayasi…
Mais un cri venu du ciel m’interrompit dans ma réflexion : un Corboss venait vers nous. Levant les yeux, Abigail dit simplement :

« Il y en a d’autres dans les parages. Bien, puisque vous n’avez pas profité de cette irruption pour m’attaquer, j’imagine que je peux vous faire confiance… Jusqu’à un certain point. Vous pouvez venir avc moi, jusqu’à ma cachette, si vous le souhaitez. Vous pouvez aussi rester ici et tomber nez à nez avec les chasseurs, mais je vous le déconseille. Tous sont loin d’être aussi stupides, inexpérimentés et patients que ces deux-là. Sylver, je ne vous oblige à rien, mais j’aimerais que vous veniez avec moi. Nous avons encore à parler. Vous autres pouvez venir aussi, si vous souhaitez me poser des questions…
-Bien, dis-je après une seconde de réflexion. Je vous suis. »

Tout en me mettant en route derrière la sorcière, je me demandais quel choix feraient mes compagnons…


[Et une petite course-poursuite pour ceux que ça intéresse ! N’hésitez pas à PG Abby si vous en avez besoin, maintenant que vous voyez à quoi elle ressemble Wink ]


Dernière édition par Sylver Belister le Dim 7 Déc 2014 - 16:42, édité 1 fois

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1732

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Hako le Sam 6 Déc 2014 - 23:51

Une femme apparut, sortie de nulle part au milieu de la forêt. Son entrée en scène, son apparence, son speech de présentation - en Érasien, étonnamment ! -, tout en elle sortait de l'ordinaire : en réaction, Hako, comme sa Léto, tout juste sortie des ténèbres, se mirent immédiatement sur la défensive, comme agressées par cette arrivée inattendue. Gaï, lui, était au contraire habitué à ce genre de visions, puisqu'il vivait avec la sorcière depuis quelques semaines. Il fit simplement cliqueter ses mandibules pour saluer la dame en noir.

La suite se résuma en un blabla incompréhensible pour quiconque n'était pas dans le délire - et Hako n'était vraiment pas dans le délire en question. Elle ne cacha même pas son ennui, songeant à partir sans demander son reste pendant que les deux plus âgés conversaient en Érasien, ne laissant même pas une chance pour le Tenkeien de les comprendre, et semblaient se disputer au sujet d'une jeune fille. Franchement, elle commençait à regretter de ne pas être partie plus tôt. Ignorant les règles de politesse les plus élémentaires en lesquelles elle n'avait jamais particulièrement cru de toute façon, la Terrosienne fit signe à sa louve qu'elles partaient en laissant les trois autres sur place. Ce n'était pas comme s'ils avaient besoin d'elle, après tout. Mais alors que Léto faisait demi-tour pour suivre sa dresseuse, elle repéra quelque chose qui se rapprochait, quelque chose que la jeune fille remarqua elle aussi quelques instants plus tard. Elles s'immobilisèrent toutes les deux tandis que deux individus devenaient visibles et s'avançaient vers eux, déblatérant quelques paroles en Tenkeien.

L'humaine ne pouvait pas les comprendre, mais la vision des armes qu'ils portaient, le comportement de leurs Pokémon - dont un Medhyéna - et son propre instinct suffisaient pour donner une traduction relativement claire de leurs intentions. Après tout, l'araignée de la femme que Sylver cherchait un peu plus tôt avait parlé de chasseurs de sorcière ; la Terrosienne ne doutait pas qu'elle en avait deux spécimens sous les yeux. Deux Guerriers mal fagotés, qui tenaient leurs armes comme des débutants, et deux Pokémon jeunes et, à vue de nez, peu entraînés. Du menu fretin en quelque sorte. Il lui suffisait de tirer son éventail et de les hacher menu, surtout qu'ils avaient clairement l'avantage du nombre. Mais Léto lui retint le bras entre ses crocs, comme pour l'empêcher d'agir. Cela agaça la jeune femme, qui fit malgré tout confiance au sixième sens, bien plus aiguisé que le sien, de la Grahyéna. Même si la Dompteuse ne saisissait que quelques mots de l'échange, elle comprenait - elle sentait - que quelque chose se passait.

Et, quand un instant plus tard, un fouet de sang s'abattit sur les deux hommes et les tua en quelques secondes, elle ne fut donc pas surprise. Un peu secouée, malgré tout, car elle avait développé une certaine part d'humanité à force de vivre parmi les hommes, et assister à une mise à mort aussi brutale la perturbait un peu, toute Guerrière sauvage et surentraînée qu'elle était. D'un autre côté, elle l’intéressait aussi. Hako s'approcha des deux corps sans vie, curieuse de comprendre ce qui avait causé leur décès. Les plaies sur leur visage n'expliquait pas l'instantanéité de la chose... Et leurs visages bleutés...


"Du poison ?"

Elle avait posé la question à voix haute, sans forcément attendre de réponse. Surtout que, pour le moment, tous les autres étaient bien trop agités pour lui accorder de l'attention. Les dialogues étaient repassés en Érasien, et la Guerrière aînée annonçait une nouvelle offensive proche... Sans pour autant semble vouloir rester pour se battre. Pourtant, avec la démonstration de puissance qu'elle venait de leur faire, Hako ne comprenait pas trop qu'elle préfère battre en retraite... À moins que les ennemis ne soient beaucoup trop nombreux. La vie de la jeune femme lui avait appris que la fuite était parfois la meilleure voire la seule solution, loin d'être un déshonneur. Elle accepta la proposition d'Abigail et la suivit lorsqu'ils s'éloignèrent dans l'obscurité de la Canopée. Malgré la réticence qu'elle avait d'abord ressentie, cette femme lui inspirait un minimum de confiance - et ses pouvoirs fascinaient la Terrosienne. Elle souhaitait en apprendre davantage, c'était vrai.

Utilisant de nouveau son don obscur, Léto se mêla aux ombres des arbres pour pouvoir se déplacer avec plus d'aisance, tout en couvrant les arrières du groupe. Hako n'avait pas pu le comprendre, dans le charabia employé par les deux chasseurs, mais apparemment ceux-ci avaient compris qu'utiliser des Pokémon de type Ténèbre permettait de débusquer plus facilement leur cible : la Grahyéna avait pris conscience de ce point, et pouvait donc y faire obstacle. Voir sa louve se fondre dans l'ombre laissa la jeune fille encore plus interrogative qu'avant : la dame en noir avait semblé faire usage du même type de pouvoir, comme si elle était un Pokémon.

Des éclats de voix se firent entendre, et un autre son caractéristique suivit, que Hako identifia trop tard comme une flèche. N'ayant pas le temps de l'esquiver, ni de penser à ce qui allait lui arriver, elle ne put réagir en conséquence... Mais au dernier moment, un voile noir l'entoura, et elle se sentit fondre dans l'obscurité et se rematérialiser, plus loin. Le projectile venait de se ficher dans un arbre à une dizaine de mètres, là où la jeune fille était censée se trouver, et son épaule était fermement tenue par Abigail... Apparemment, celle-ci l'avait protégée en l'emmenant avec elle dans un portail de ténèbres. Mais désormais, elle regardait loin derrière, marmonnant quelques mots.


"Ils sont rapides."

En effet, on ne voyait toujours pas les assaillants, mais on les entendait de plus en plus clairement. Et le fait que l'un d'entre eux ait pu viser Hako avec autant de précision était de mauvais augure. Les deux femmes se remirent en route au pas de courses, rejoignant Sylver, tandis que l'autre soldat, le Dyrinnien, restait introuvable aux yeux de la Terrosienne, concentrée sur leur fuite. De temps en temps, Nyla crachait quelques toiles pour ralentir les poursuivants. Gaï était bien incapable de l'imiter, malheureusement ; il se contentait de s’accrocher aussi fort que possible aux vêtements de sa porteuse. Celle-ci, de son côté, regrettait que les arbres de la Canopée soit si larges, avec leurs branches si hautes. Ils aurait fait d'excellentes cachettes, si seulement elle avait pu les escalader. Hako souhaitait que la cachette de la sorcière ne soit pas loin... Mais n'était pas sûre qu'ils pourraient semer leurs poursuivants, même une fois arrivés.

_________________


En cours :
0 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Supervisable
avatar
Hako
Informations
Nombre de messages : 263

Fiche de personnage
Points: 15
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Sylver Belister le Dim 7 Déc 2014 - 20:42

Je n'avais parcouru que quelques centaines de mètres, mais déjà, mes jambes âgées me faisaient souffrir. La longue marche que j'avais entreprise à travers Tenkei pour arriver jusqu'ici commençait à se faire sentir. D'ailleurs, Yuko et BlackJack, qui galopaient devant moi, voyaient bien que je peinais à suivre le rythme, et parfois, ralentissaient l'allure pour revenir à ma hauteur, et surtout, vérifier que j'allais bien. Je les rassurais à chaque fois d'un signe de tête, qui les exhortait aussi à prendre les devant sans plus se préoccuper de moi. Seules, elles avaient vie plus de chances de survivre que si elles restaient avec moi. Mais bien sûr, toutes les deux m'étaient bien trop fidèles pour me laisser derrière.

Soudain, jetant un regard en arrière, je m'aperçus tout d'abord avec surprise, qui laissa rapidement la place à la peur, qu'à mes trousses se trouvaient uniquement les fameux chasseurs de sorcières. Nulle trace d'Abigail, d'Hako ou encore de Kiba. Mais où étaient-ils donc passés?

Je n'eus pas le temps de m'inquiéter bien longtemps, puisque soudain, les deux femmes émergèrent des ombres, à mes côtés. La maîtrise des ombres était décidément bien surprenante. Sans perdre de temps, Abigail, qui courrait bien plus vite que moi, me fonça dessus et m'attrapa par le bras, tandis que de son autre main, elle tenait toujours fermement Hako. C'est alors que nous atteignîmes une zone ombragée, où les rayons solaires étaient presque totalement occultés par les feuillages denses.

"Rappelez vos Pokémon!"


M'ordonna alors la sorcière. Sur le coup, je restai interdit. Tétro et BlackJack n'étaient pas habitués à rester enfermés, mais l'un et l'autre pourraient s'en accommoder malgré quelques protestations. En revanche Yuko... Depuis que j'avais entrepris mon voyage, elle n'avait jamais été dans sa Pokéball. Elle était le symbole de mon lien avec ma famille, le dernier témoin, mis à part ma soeur et moi-même d'un passé heureux mais révolu. La faire rentrer dans sa Pokéball était pour moi commettre le pire des sacrilèges: en faisant cela, en faisant disparaître le dernier lien que j'avais avec les miens j'aurais l'impression, certes irrationnelle mais bien réelle, de profaner leur mémoire... Mais Yuko résolut mon dilemme en entrant d'elle-même dans sa ball, qui se trouvait à ma ceinture. Et à mon grand étonnement, Tétro et BlackJack firent de même, le Zarbi m'ayant lancé un "Mais vous êtes sourd ou quoi vieux débris! Faites ce qu'elle dit au lieu de rester là à bailler aux Cornèbre!" avant de disparaître dans sa sphère.

Finalement, je finis par m'enfoncer dans le sol avec mes deux compagnes. Avant de m'évanouir complètement dans les ténèbres, j'entendis distinctement un "Par Ici! Ici!" Qui provenait de nos poursuivants. Ils nous avaient presque rattrapés!

Le voyage dans les ombres fut une expérience très étrange. J'avais l'impression de progresser dans le monde réel, à ceci près que tout était noir et que le décor me paraissait... inversé: la cime des arbres semblait s'enfoncer dans le sol, tandis que nous semblions courir à plusieurs mètres de hauteur. Abigail remarqua mon trouble et m'en expliqua la raison, tout en continuant de courir:

"C'est tout à fait normal. N'oubliez pas que les ombres où nous nous déplaçons sont en deux dimensions, la hauteur n'y existe donc pas mais il m'est possible de nous y "enfoncer" plus profondément, mais cela se rapprocherait plus d'une fusion que d'un plongeon en contrebas. Actuellement, nous sommes au niveau le plus proche de la "surface", du monde "réel" si vous préférez. Je pourrais nous faire "plonger" plus et ainsi rendre nos ombres invisibles pour nos poursuivants, mais cela me couterait trop de force. Je ne peux maintenir deux personnes en plus de moi dans les ombres trop longtemps... Mais nous n'allons pas loin."

En effet, après ce qui m'apparut être comme une dizaine de minutes, nous émergeâmes de l'ombre dans ce qui se révéla être un cul de sac! Ici aussi, d'épais feuillage cachaient presque totalement les rayons solaires, ne nous laissant distinguer que ce qui se trouvait à moins de deux mètres au-dessus de nos têtes. Devant nous se trouvaient de curieuses fleurs translucides, ou plutôt des bulbes, qui ne semblaient pas avoir encore fleuri.

Quelque seconde plus tard, quatre chasseurs émergèrent à l'entrée de la clairière où nous étions. Un Absol se trouvait avec eux, qui leur avait sans doute servi à nous pister. Tous affichaient des sourires de satisfaction malsaine. Pour eux, la messe était dite. Mais alors qu'ils approchaient lentement, savourant leur victoire déjà acquise, en cheminant parmi les bulbes, je réfléchissais à un plan d'urgence pour nous sortir de là. Mais rien ne me venait, à mon grand désespoir. ALors que les bandits n'étaient qu'à quelques mètres de nous, mes trois Pokémon sortirent de leurs balls, sans doute pour me protéger. Mais je craignais que leur aide ne suffît malheureusement pas.
Soudain, Abigail fit un geste étrange avec ses doits, et les fleurs s'ouvrirent libérant un gaz verdâtre en plein sur nos assaillants... Encore du poison! Les hommes s'effondrèrent. Pour autant, notre situation n'était guère reluisante...

"Excusez-moi madame, veuillez pardonner mon audace mais... Comment allons-nous sortir d'ici? Nous ne sommes pas, contrairement à vous, immunisés au poison et si nous revenons sur nos pas, même en passant par l'ombre, nous finirons par être rattrapés par les autres!
-Suivez-moi",
répondit-elle simplement. Et elle se dirigea vers le seul arbre qui nous était accessible. Mais même s'il communiquait avec ses voisins, ce qui m'était impossible à déterminer, puisque le bas feuillage m'empêchait d'apercevoir les hauteurs, il semblait bien trop lisse pour être escaladé. De toute manière, je pensais hélas ne plus être capable de fournir un tel effort. Mais Abigail se dirigea vers l'arrière du tronc, qui à ma grande surprise, était affublé d'une échelle de corde en fil blanc. Ce fil semblait un peu fin pour supporter le poids d'un homme, mais Abbigail commença à grimper dessus sans effort et sans le rompre. Ce stratagème était bien conçu car la largeur de l'arbre nous cachait d'éventuels nouveaux arrivants, que les cadavres de leurs compagnons dissuaderaient de toute façon d'avancer, compris-je tout en grimpant à mon tour.

A peine avais-je posé la main sur l'échelle que je compris sa spécificité: elle était gluante, légèrement collante, et extrêmement résistante. De a soie de Migalos, à n'en pas douter. Je grimpai donc sans le moindre problème sur l'arbre, cédant toutefois ma place à Hako. Après tout, même dans les situations désespérées, un gentleman e devait jamais oublier les règles de base de la galanterie.

Arrivé sur une branche porteuse, en haut de l'arbre, je remarquai un immense pont en toile d'araignée qui serpentait entre les arbres. A chaque fois, un épais feuillage se trouvait juste en dessous, ce qui expliquai pourquoi ce dispositif n'avait pas été repéré jusque là. Avec Yuko sur mon épaule, BlackJack à mes pieds et Tétro flottant à mes côtés, nous avançâmes en suivant la sorcière, jusqu'à une autre échelle de corde, qui nous permit de descendre jusqu'à une autre cabane, nichée au sommet d'un arbre géant.

"Bienvenue chez moi,
révéla sommairement Abigail. Comme vous pouvez le voir, ce n'est pas le grand luxe, mais nous y seront en sécurité. Nyla, demanda-t-elle ensuite à sa Migalos, peux-tu aller remplir à nouveau les fleurs de poison, s'il te plait? Et si en chemin tu croises le Dyrinnois, fais-le venir ici en passant par les arbres. Si jamais les chasseurs l'ont vu en notre compagnie, il est en danger."

Avec stupeur, je me rappelai que Kiba ne nous avait pas suivi. J'espérai alors qu'il ne lui était rien arrivé.

"Bien, je vous en prie, installez-vous, dit-elle en désignant un table parée de quelques chaises de mauvaise qualité. Ne vous en faites pas pour votre ami. Comme il vient de Dyrinn, les chasseurs le prendront surement pour l'un des leurs. Vous aviez beaucoup plus à risquer en restant là-bas que lui. Mais je manque à tous mes devoirs et je crois que vous méritez quelques explications. Vous jeune fille, dit-elle en s'adressant à Hako. J'ai cru comprendre que mon attaque empoisonnée de tantôt vous avez intriguée? Allez-y, posez-moi vos questions. Je ne vous promets pas d'y répondre, mais Gaï a l'air de vous apprécier. Et j'ai suffisamment confiance en lui pour avoir un minimum confiance en vous."

Elle avait cependant dit cela sur un ton froid, qui n'invitait pas vraiment à la discussion. Pourtant, pas un instant je ne doutai de sa sincérité.

-Quant à vous,
me dit-elle, nous n'en avons pas fini. J'aimerais, si vous le voulez bien, avoir plus de nouvelles de ma fille.

On sentait dans ses propos toute l'inquiétude d'une mère. Mais elle était plus perceptible dans ses traits tendus que dans sa voix, toujours neutre.

-Mais très volontiers,chère madame, dis-je chaleureusement.

Puis je me tus, laissant Hako poser ses questions.

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1732

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Hako le Lun 26 Jan 2015 - 12:05

La sorcière avait tiré Hako et Sylver sur plusieurs centaines de mètres dans l'obscurité, tandis que Léto les suivaient par des chemins d'ombre parallèles. Puis, elle avait de nouveau tué plusieurs chasseurs avec du poisson, issu cette fois d'imposantes fleurs ayant probablement une origine naturelle, mais qui répondaient pourtant parfaitement au contrôle de la femme vêtue de noir. La Terrosienne ne pipait mot, mais elle observait, sans trouver de réponses à ses interrogations de plus en plus nombreuses. Consciente qu'elle ne pouvait contrôler la situation pour le moment, elle se laissait porter par le mouvement général plutôt que d'essayer d'y résister. Néanmoins, le monde retrouva un semblant de familiarité lorsque Abigail, guidant les deux Érasiens, disparut derrière un arbre massif, apparemment pour escalader une échelle de fil jusqu'au sommet. La guerrière sentit un poids léger sur ses épaules s'envoler, et suivit la femme vers les branchages, Gaï toujours sur son épaule. Sa louve était hors de vue, mais parviendrait sans doute à les rejoindre... En tout cas, l'humaine ne s'inquiétait pas.

L'échelle avait une consistance étrange, légère mais robuste, et collante. Cela lui rappelait les secrétions que laissaient les insectes de la forêt d'I'o Maï derrière eux. Il lui était déjà arrivé de s'empêtrer dedans, étant plus jeune, et elle avait eu l'occasion d'en tester la solidité, contre son gré. Pourtant, elle n'aurait jamais imaginé s'en servir ainsi ; Iolem ne lui avait jamais parlé d'un telle utilisation. À vrai dire, lorsque feu son maître était encore de ce monde, il lui avait enseigné à se débrouiller seule... Mais pas vraiment à réfléchir beaucoup plus loin. Tandis qu'elle montait, mètre par mètre, vers les branches porteuses, elle se demandait si elle regrettait cette absence d'apprentissage. D'un certain côté, oui. De l'autre, elle savait que c'était désormais à elle d'apprendre par elle-même désormais, et ce n'était pas plus mal.

Hako rejoignit la sorcière Tenkeienne devant un pont construit lui aussi avec cette étrange matière d'origine Pokémon, puis repartit en direction d'un autre arbre une fois que Sylver fut lui aussi arrivé. Encore une fois, les fils blancs et gluants prouvaient leur résistance, puisque les trois humains et quatre de leurs Pokémon (parmi les plus petits, mais quand même) tenaient ensemble sur la passerelle. Ils grimpèrent ensuite un nouvel arbre pour atteindre une cabane dissimulée, qu'Abigail appela sa maison. Dans un coin à l'ombre des feuilles, Léto se matérialisa soudain, peut-être un peu surprise et mal à l'aise d'être si loin au dessus du sol.

Tandis que la sorcière proposait à ses invités de s'installer, la louve se coucha au sol en frissonnant, sujette au vertige, et Hako inspecta la demeure avec intérêt. Elle lui rappelait la cabane qu'elle avait partagée avec Iolem pendant ses vingt premières années. Qu'importait le luxe, puisqu'il y avait un toit, un sol, et la forêt autour ! À défaut d'avoir sa confiance, la femme avait au moins un peu de sa sympathie - et connaissant le personnage, ce n'était déjà pas mal. Lorsqu'elle lui proposa de poser quelques questions, la Terrosienne n'hésita pas. Elle n'était certes pas bavarde de nature, n'ouvrant la bouche que lorsqu'elle l'estimait nécessaire ; mais elle était curieuse, désireuse d'apprendre et de comprendre, et suffisamment intelligente pour savoir lorsque quelqu'un était en mesure de lui apporter des réponses. Toujours debout malgré la proposition de la maîtresse de maison, elle se plaça face à celle-ci et chercha à ordonner ses mots.


"Oui... Le poison, les ombres... La matière étrange aussi... Vous... semblez utiliser des créations et des capacités typiquement Pokémon comme si c'était les vôtres. La fusion dans l'obscurité, par exemple, j'en savais Léto capable, mais des humains ? Et puis, l'attaque toxique. J'ai bien vu : vous ne leur avez pas lancé du poison venant d'une fiole, ou de Nyla ; c'était vous, votre sang. Il m'est déjà arrivé d'avoir du poison dans le sang suite à des attaques de Dardargnan, et non seulement j'aurais été bien incapable de l'utiliser comme arme, mais en plus... J'étais malade, à ce moment-là. La pire fois, j'ai manqué de mourir. Vous ne me semblez ni malade ni mourante. Tout cela m'interpelle. Je ne sais pas trop si ma question est plutôt le pourquoi, ou le comment."

Après tout, les humains étaient capables de se battre de leurs poings ou à l'aide d'armes. D'autres parmi eux savaient même dompter les éléments de leur environnement. Alors pourquoi développer des pouvoirs supplémentaires utilisés par les créatures avec qui ils partageaient leur planète ? Cela lui semblait absurde. Mais en même temps...

_________________


En cours :
0 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Supervisable
avatar
Hako
Informations
Nombre de messages : 263

Fiche de personnage
Points: 15
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Promenons-nous dans les bois

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum