[ Clos ] Sur les traces du héros perdu [Solo/Capture]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Sur les traces du héros perdu [Solo/Capture]

Message par Prayasi Gunaguna le Dim 27 Juil 2014 - 16:05

[Contrainte n°1 : Insister sur la description des lieux et des personnages]

Enfin ! Prayasi avait enfin quitté Flamen, après des années de recherches infructueuses pour retrouver son héros. Elle était persuadée que la chance allait lui sourire, malgré tout ce que le caneton ardent pouvait penser. Elle réussirait à le trouver, elle en était sûre et certaine !

Mais en attendant… La gamine au corps d’adulte était perdue au milieu des collines de Nalcia. Enfin, perdue n’était pas vraiment le mot. Disons plutôt qu’elle marchait vaguement dans la direction d’un village en bordure de forêt qu’on lui avait indiqué à Eternara.
En effet, après avoir accosté, la Flamenoise avait passé des semaines à errer dans les rues de la ville portuaire nalcienne, à la recherche d’indices sur son sauveur d’antan. Et, à la grande surprise de Kôyalâ, qui en était resté bouche bée de constater que l’idole imaginaire de sa dresseuse ne l’était peut-être pas tant que ça, on avait effectivement pu lui donner des informations à son sujet. Des étoiles plein les yeux à l’écoute de cette bonne nouvelle, Prayasi avait aussitôt demandé où il se trouvait. Sa moue dépitée, quand on lui annonça qu’il avait quitté la ville, laissa place à une nouvelle détermination, plus forte encore qu’auparavant, lorsqu’on lui avait donnait de vagues renseignements sur sa nouvelle destination. Cependant, pour la jeune femme, cela valait tout l’or du monde, après des années de recherches vaines qui avaient conduits le Magby à penser qu’Illumino n’avait jamais existé.
Ignorant les avertissements de ses indicateurs sur la dangerosité de cet homme –peuh ! Son héros, dangereux ? Ce qu’il ne fallait pas entendre, vraiment-, la gamine au corps d’adulte s’était immédiatement lancée à sa poursuite. Ce n’était plus qu’une question de temps –et de chance… Comme toujours en fait- pour qu’ils soient enfin réunis ! Rien qu’à cette idée, Prayasi était toute enthousiasmée.

Mais en attendant, il lui fallait marcher. Encore et toujours.
Heureusement, les collines nalciennes étaient agréables. Un vent doux soufflait et faisait mollement avancer les géants de coton, hauts dans le ciel. Parfois, l’un d’eux passait devant l’astre solaire, voilant pour un temps sa vision et jetant une faible ombre sur la terre. L’herbe verte et grasse faisait la joie des créatures du lieu qui, profitant de la météo idéale de cette journée, paissaient tranquillement, gambadaient, s’occupaient de leurs petits. Elles ignoraient royalement le duo de Flamen qui s’aventurait sur leur territoire. Ils étaient loin d’eux, et ne constituaient pas, a priori, une menace d’une quelconque envergure. Dans le pire des cas, ils les verraient venir de loin, et auraient donc tout le temps de s’enfuir ou de se cacher.

Cependant… Un habitant des vastes étendues herbeuses considérait la jeune femme à la robe crème et pourpre avec intérêt. Cela n’échappa pas au caneton ardent qui, ressentant un frisson dans son échine se retourna pour tenter de repérer l’individu. Peine perdue, car ce dernier s’était aplati au sol, le rendant invisible.


« Bah alors Kôyalâ, qu’est-ce qui t’arrive ? » lui demanda son amie humaine. « Allez, grouille-toi ! »

Le Magby s’apprêta à dire quelque chose… Mais y renonça, finalement. A quoi bon, de toute façon, Prayasi ne l’écoutait jamais. Et pourtant, il était certain qu’on les épiait.

***

Finalement, le roi diurne s’apprêta à dire au revoir au monde, incendiant les collines verdoyantes d’une lumière de feu. A l’opposé, sa compagne nocturne avait déjà débuté son règne, jetant sur le ciel et la terre son manteau de nuit, alors que ses premières suivantes répondaient à son appel quotidien.
La Flamenoise s’étira avant de s’asseoir sur le sol. Il était temps de s’installer pour la nuit.


« Kôyalâ, tu veux bien faire du feu, dis ? »

Le caneton vermeil leva les yeux au ciel en écartant les bras. Encore une fois, c’était à lui de s’occuper de ça, tandis que Prayasi resterait tranquillement là pour préparer le repas. Ce qui, en réalité, consistait simplement à sortir les différentes victuailles dérobées quelques jours plus tôt du sac de cuir, lui aussi volé sur un marché.
Néanmoins, sachant qu’il devait assumer les responsabilités pour deux, le Magby obtempéra et commença à s’éloigner à la recherche de brindilles et de bois. La Reine d’Argent n’avait pas encore clamait toute la voûte, si bien que les ultimes rayons incandescents du Soleil suffisaient pour y voir clair.

Cela faisait désormais plusieurs minutes que le Pokémon feu s’était mis à sa tâche, rassemblant un tas de bois assez conséquent pour sa taille, lorsqu’il entendit un cri. Un éclat de voix humaine, qui ne pouvait appartenir qu’à une seule personne. Prayasi.
Lâchant son fagot, le caneton se précipita jusqu’au campement, faisant déjà remonter du feu de son brasier intérieur pour lancer une première attaque. Il n’était plus qu’à une centaine de mètres quand il vit une créature imposante qui avait plaqué la gamine au corps d’adulte au sol et la faisait crier. Kôyalâ s’apprêta à cracher ses flammes… Quand il les ravala, étonné. Les plaintes de la Flamenoise n’exprimaient pas la peur ou la douleur… Non, en fait, aussi incroyable que cela puisse paraître, elle riait à gorge déployée.


« HA HA HA !! Ah non, arrête je te dis, tu me chatouilles ! »

Confus, le Magby s’immobilisa un instant avant de s’approcher.
C’était un gros molosse de couleur lilas qui avait ainsi bloqué sa dresseuse, ses deux pattes avant massives posées sur ses épaules pour l’empêcher de se dégager. Une langue humide sortait de sa gueule aux deux crocs menaçants, pour venir lécher le cou et le visage de la jeune femme aux forts atouts.

Avisant le caneton, la Granbull délaissa enfin sa
proie pour s’intéresser à lui. Elle le renifla brièvement avant de pousser un aboiement sonore mais qui, a priori, se voulait amical. Mais, avant que Kôyalâ ait pu dire quoi que ce soit, sa partenaire humaine s’était elle aussi approchée, et avait entouré le cou fortifié d’une excroissance en forme de collier noir de ses bras à la peau laiteuse.

« On peut la garder ? Hein, dis Kôyalâ ? J’te promets que je m’en occuperai bien ! »

Le Magby resta un instant interdit. Qu’est-ce qu’elle voulait qu’elle lui dise ? S’il refusait, il voyait déjà la crise que ça allait engendrer. Surtout, il risquait aussi de mettre l’imposante chienne en rogne, et de faire plus ample connaissance avec sa mâchoire puissante…
Poussant un soupir, il finit par hausser les épaules, tandis que Prayasi explosait de joie. La Granbull parut elle aussi comprendre, car elle vint le gratifier d’un grand coup de langue, dont il se serait bien passé. Et tandis que les deux repartaient dans leurs jeux, après que la Flamenoise ait utilisé une sphère chapardée un jour dans une boutique pour la faire définitivement sienne, lui se reconcentra sur sa tâche. Elle n’avait pas intérêt à se plaindre de leur nouvelle compagne dans les jours qui allaient venir, sinon elle allait en entendre parler…
[/i]
avatar
Prayasi Gunaguna
Informations
Nombre de messages : 71

Fiche de personnage
Points: 130
Âge du personnage: 21 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum