[ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Message par Soriu Tiadramat le Dim 24 Aoû 2014 - 4:21

Etrange, c'était étrange. C'était la première fois que ça lui arrivait. Recevoir une lettre par un Xatu qui était apparu devant lui en se téléportant, c'était la première fois. La chose, c'est que cette première fois, c'était aussi dans un autre domaine. Est-ce qu'il avait vraiment l'allure d'un professeur ? De quelqu'un qui devait faire passer des tests ? C'était étrange qu'on le contacte pour ça. Malgré ses déboires et autres, est-ce par hasard, il s'était fait un nom dans le monde d'Erasia et de Tenkei ? Etrange, vraiment très étrange mais bon, ce n'était pas si déplaisant. Un coup de bec le tira de ses rêveries tandis que la Cryptero s'exclamait :

"Non mais je rêve ou alors, tu es en train de t'imaginer cinquante mille choses, c'est bien ça ? Fais attention à pas avoir les chevilles qui gonflent hein ?"

"Aie ! Il y a d'autres façons de me le dire hein ? Que de picorer la tête ! Ca fait plutôt mal quand tu réagis de la sorte. Je suis désolé mais je suis plutôt anxieux, c'est la première fois que je dois m'occuper de quelqu'un dans le domaine du psychisme. Je n'ai jamais fait cela auparavant ..."

"La première fois ? Vraiment, Soriu ? Première fois ? Tu ne t'es pas occupé de quelqu'un pendant plus de quinze ans ?"

Et étrangement, les ailes la Cryptero vinrent se refermer autour de lui. Elle était toujours dans son dos tandis qu'il restait parfaitement immobile et droit. Doucement, il vint placer une main sur le coin de son bec, comme pour le caresser avant de chuchoter avec une certaine tendresse :

"Je ne l'ai pas oublié mais disons que tu es un cas à part, très spécial et très unique, si tu vois ce que je veux dire."

Un petit piaillement de contentement se fit entendre et visiblement, elle se laissait parfaitement caresser par le jeune homme. De toute façon, il n'y avait personne, n'est-ce pas ? Alors pourquoi est-ce qu'elle devait s'en cacher ? Entre ce qu'elle était en public et ce qu'elle était en privé, lorsqu'ils étaient vraiment seuls et isolés de tous, tout un univers la différenciait, transcendant le temps et l'espace. Mais voilà, il n'y avait personne et subitement, elle fit un demi-tour sur le corps de Soriu, se retrouvant face à lui Elle était toujours collée à lui, ses ailes autour de son corps bien que par rapport à cela, il était possible de le voir en vue de la forme de ses ailes. Elle posa son cou sur l'épaule de Soriu, le jeune homme murmurant :

"N'en profite pas trop non plus, d'accord ? Tu sais à quel point je m'en veux ... encore et toujours."

Elle retira sa tête de l'épaule du jeune homme avant de venir claquer du bec à quelques centimètres de son visage, comme pour lui montrer son mécontentement. Qu'il s'en veuille ? Qu'importe ! Elle s'en fichait car il n'avait pas à s'en vouloir ! Grrr ! Elle entendit des bruits de pas qui se dirigeaient vers eux et elle arrêta aussitôt de faire un cocon protecteur autour de Soriu. Les gens n'avaient pas besoin de remarquer ça ! NON ! Le jeune homme remit correctement ses habits. Normalement, il avait pris un endroit assez facile d'accès pour que son élève puisse venir. Pfiou, son élève, il n'avait d'ailleurs aucune indication sur de qui il s'agissait. Le jeune homme passa une main dans ses cheveux, un peu confus. L'entrée du donjon, non-loin du lac Seian, c'était normalement pas une si mauvaise idée que ça non ? En plus, c'était la première fois qu'il venait dans cet endroit. Pendant qu'il ferait passer l'épreuve, il n'allait pas mentir, il allait en profiter pour s'instruire et découvrir de nouvelles créatures et histoires En même temps, il devait le reconnaître : il se sentait bien ici. Il avait l'impression qu'un certain flux psychique était présent. Peut-être était-ce alors la raison de ce lieu comme endroit pour l'épreuve ? Hum ... Pourtant, il se sentait bien ... mais quelque part, il était anxieux. Il ne savait pas exactement pourquoi. Quelque chose le ... titillait mais quoi ? Bon, il verrait ça après l'épreuve, de toute façon.

[Bon ben, première fois que je fais comme épreuve en tant que PJ Soriu ! Donc espérons que je joue bien mon rôle !]

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1741

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Message par Jiyuu le Mer 27 Aoû 2014 - 13:46

La jeune fille ouvrit lentement les yeux. Elle ne distingua d’abord aucune forme, simplement une intense lumière blanche, qui l’aveugla et la força à cligner plusieurs fois ses paupières pour s’y adapter. Elle était allongée sur un matelas en paille recouvert d’un drap blanc, changée dans des vêtements de la même couleur. Elle essaya de se rappeler comment elle avait pu arriver là, en vain. Ses pensées étaient complétement floues ; elle se souvenait d’une fille, d’une course, d’un ciel rouge, d’animaux énervés, de son frère… Toutes ces images se bousculaient dans sa tête, passaient et venaient sans y être invitées, rendant la remémoration non seulement difficile, mais aussi douloureuse. La chevaucheuse sentit sa respiration et son rythme cardiaque s’accélérer, et tenta de se contenir, sans bien y arriver.

« Fuuu… »

La demoiselle tourna la tête vers le son qu’elle venait d’entendre, jusqu’à ce que son vieil ami entre dans son champ de vision. Elle lui sourit, rassurée. Instinctivement, l’animal vient s’enrouler autour de son bras droit, comme il avait l’habitude de le faire. Comprenant par son geste confiant qu’elle n’avait rien à craindre – il se serait déjà planqué en tremblotant sous le lit sinon – la Nalcienne tenta de faire bouger ses muscles pour se redresser. Ils étaient engourdis, mais réagissaient sans peine, lui permettant de lentement s’assoir sur sa couche. Sans se presser, elle regarda ses membres, constatant qu’hormis un bandage au flanc, elle n’était pas blessée ou meurtrie. Elle regarda son compagnon, puis lui murmura dans une voix éraillée.

« Où sommes-nous ? »

« Au Donjon de Celosia, dans son infirmerie ! » lui répondit un homme d’une trentaine d’année qui venait de rentrer dans la pièce. « Vous avez enfin repris vos esprits, je suis heureux de voir que vous allez bien ! »

Les yeux de la demoiselle se plissèrent légèrement alors qu’elle essayait de comprendre ce que signifiaient ces paroles. Tant de questions se bousculaient dans sa tête, elle avait du mal à les formuler et encore plus à les prononcer. Voyant sa moue très perplexe, le monsieur lui sourit et entreprit de lui répondre.

« Je m’appelle Olivier, je suis infirmier dans cet établissement. Vous avez été amené ici après the Great Havock, par une femme aux longs cheveux bruns qui vous a transporté depuis le lac, alors que vous étiez inconsciente. »

Son affirmation ressemblait plus à une interrogation, alors qu’il essayer de stimuler les souvenirs de la fille. Elle contemplait le sol, les yeux perdus dans le vide, tentant d’assimiler ces informations aux flashs d’images qu’elle avait parfois. Elle voyait la fille oui, elle se souvenait courir à ses côtés, alors qu’elles fuyaient…

« The Great Havock ? » demanda-t-elle avec un accent à couper au couteau, explicitant qu’elle n’était pas du coin.

La figure de l’homme s’obscurcit. Il n’avait clairement pas envie de parler de cela, mais c’était son devoir d’aider ses patients.

« Il y a plusieurs semaines maintenant, certaines espèces sont devenus hors de contrôle et se sont mises à s’en prendre aux humains et même à s’attaquer entre elles. Selon les dires de la fille qui vous accompagnait, » continua-t-il en consultant une série de feuilles posées sur une petite étagère, blanche elle aussi, dans la salle, « vous vous êtes retrouvé entre les deux feux d’Elecsprint et Kangourex furieux. Elle vous a alors caché sous terre, où vous avez vidé une pierre de son énergie pour calmer les animaux des alentours. »

La demoiselle écarquilla les yeux. Ça y est, elle se souvenait de tout, ou presque : la pluie de grêle qu’elle avait causé, la femme qui les avaient abandonnés, la gemme rayonnante, la course à travers la plaine… Et à partir de ce moment-là, ses idées étaient à nouveau confuses. Elle se souvenait de la maîtresse de la terre l’enfermant sous la surface, loin de l’air, et puis tout était flou. Elle se mordit la lèvre, ce n’était pas la première fois qu’un événement comme celui-ci lui arrivait ; lorsqu’elle s’était retrouvée prisonnière des bandits, victime de sa phobie, elle avait aussi perdu conscience et n’était pas capable de se souvenir clairement des événements. Cependant, un élément restait encore obscure ; relevant la tête, elle contempla le médecin un instant.

« Il n’y avait personne d’autre avec nous deux ? » demanda-t-elle d’une voix encore faible, pensant à son frère.

L’homme leva les sourcils, puis regardant à nouveau ses notes, avant de lui répondit simplement. « Non, selon votre camarade, il n’y avait que vous et vos Pokémon qui avaient été coincés là-dedans. »

La demoiselle tourna alors la tête vers l’être désigné, qui poussa un faible « Fuuu » en se faisant tout petit, comme s’il avait peur de représailles de la part de sa maîtresse. Elle lui posa gentiment la main sur la tête se mit à jouer avec sa touffe blanche, ce qui ne semblait pas le rassurer beaucoup.

« L’autre demoiselle est-elle encore dans le coin ? »

« Je suis désolée, mais non. Elle n’est pas restée longtemps, ses blessures étaient bénignes par rapport aux vôtres, mentalement en tout cas. »

La nouvelle fit l’effet d’un coup de tonnerre dans la tête de la demoiselle. « Mentalement ? »

« Oui, » répondit calmement l’homme. « Vous étiez coincée dans une sorte de réveil paradoxale, comme si on vous avait lancé un sort de confusion trop puissant, qui vous empêchait d’en sortir seule. Il a fallu qu’un de nos Marcheurs aille vous récupérer. »

L’animal aux côtés de la fille se mit à trembloter, comme effrayé et honteux. Jiyuu sentit sa gorge se serrer un peu, mais essaya de ne rien laisser passer. « C’est toi qui m’a fait ça, Fuusen ? »

Pour toute réponse, le ballon se mit à trembler davantage.

« Comment as-tu fait ? Et pourquoi ne m’as-tu pas désenvoutée ? »

Ne supportant plus la pression, l’animal s’auto-rappela dans sa noigrume, s’y cachant timidement. La demoiselle prit un air attristé, puis se tourna à nouveau vers le docteur, cherchant un peu d’aide. Il secoua tristement la tête.

« Je suis désolé, mais je ne peux pas vous aider sur ce coup-là, je n’y connais pas grand-chose à toutes ses histoires, » expliqua-t-il. Puis, voyant la mine déconfite de sa patiente, il hésita un instant, avant de se décider. « Je ne peux pas vous guider, mais il est peut-être possible de contacter quelqu’un qui en soit capable. » Voyant qu’il avait l’attention de la fille, il continua. « Je connais des gens, qui en connaissent d’autres, qui en connaissent d’autres, qui seraient éventuellement disponibles pour essayer de résoudre votre souci. Cependant, je ne puis rien garantir, depuis the Great Havock les relations entre pays sont tendus et les personnes de ce rang très demandées. »

La Nalcienne prit un moment pour réfléchir. Fuusen avait depuis toujours eu peur des gens, et maintenant il commençait même à être effrayé par elle. Depuis que son frère lui avait confié, elle s’était juré de le soigner, mais n’était plus certaine de pouvoir faire cela seule.

« S’il n’y a ne serait-ce qu’une petite chance que quelqu’un là-bas puisse m’aider, j’aimerai tenter, même si je comprends bien que cela a peu d’espoir d’aboutir, » détailla-t-elle lentement.

L’homme hocha la tête. « Très bien, de la part de qui est-ce que j’envoie le message ? » demanda-t-il simplement, sortant un crayon de sa poche.

« Jiyuu. Jiyuu no Seishin. »

***
La chevaucheuse du vent passa les plusieurs journées qui suivirent son réveil en rééducation, pour se remuscler après ces semaines sans bouger d'un poil. Rapidement, elle put à nouveau se déplacer sans soutien, et s’amusa à partir en balade dans la tour et ses environs. Elle ne s’aventurait jamais bien loin ; les médecins lui avaient donné un emploi du temps à respecter, qu’elle se devait de suivre si elle ne souhaitait pas subir une rechute de son état. Sage et disciplinée, elle attendit donc patiemment que les docteurs la jugeaient à nouveau suffisamment remise pour partir.

Un matin, Olivier entra dans sa chambre avec une lettre, lui annonçant qu’un Maître de l’Esprit avait répondu à sa demande, et devrait arriver le lendemain pour tenter de l’aider. La jeune femme accueillit la nouvelle avec enthousiasme ; depuis que Fuusen s’était enfermé dans sa ball, il avait strictement refusé d’en sortir, en tout cas devant sa maîtresse. Il s’échappait la nuit pour se nourrir et la regarder dormir, avant de rejoindre tristement sa prison.

Jiyuu se rendit donc au point de rendez-vous, pour retrouver ce mystérieux maître. En sortant de la tour, elle ne prit pas la peine de remettre ses chaussons, laissant l’herbe fraiche caresser ses pieds. Un homme se tenait non loin, accompagné d’une créature étrange que la fille ne connaissait pas. Quand elle fut assez proche pour être entendue, elle s'exprima avec une voix presque musicale.

« Vous êtes le Maître de l’Esprit, Soriu Tiadramat ? » demanda-t-elle en hésitant à plusieurs reprises, incertaine de comment se prononçait ce nom. Quand il acquiesça, elle sourit tendrement avant de légèrement s’incliner en signe de respect. « Je suis Jiyuu no Seishin, c’est un honneur de vous rencontrer, » assura-t-elle avant de se relever.

_________________
- I am the master of my fate : I am the captain of my soul -
~ Spirit Master ~




avatar
Jiyuu
Informations
Nombre de messages : 121

Fiche de personnage
Points: 76
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Message par Soriu Tiadramat le Dim 31 Aoû 2014 - 15:04

"Hein que quoi ? Du ... vouvoiement ? Pour moi ?"

Le jeune homme parut choqué. Au départ, qu'on l'appelle par son rang, il n'en avait pas l'habitude, loin de là. Mais plus que ça, c'était juste le fait qu'elle le vouvoie. Il se regarda pendant quelques secondes puis observa la jeune femme en face de lui. Zut. Il était plus que confus maintenant. Ca n'échappa pas à la Cryptero qui émit un petit rire railleur tandis qu'il passait une main sur sa joue, la grattant pendant quelques secondes. Bon alors, la première chose à faire, c'était de dire :

"C'est bien moi ! Je suis bien un Maître de l'Esprit ! Je suis bien Soriu Tiadramat aussi. Enfin, la dernière prononciation était la bonne. Donc vous êtes ... euh ... mademoiselle Jinyuu ? Euh Jiryuu ? Non, non, le papier ... disait ... Jiyuu ? Quatre voyelles à la suite, ce n'était pas vraiment quelque chose de commun. Euh enfin, je ne veux pas me moquer bien entendu hein ? Pfiou ... Bon, vous avez l'honneur d'être la première personne dont je vais faire passer l'épreuve !

Il n'avait pas précisé première personne de la journée ou autre, pour qu'elle se fasse des idées. Car bon, il était tellement néophyte qu'il trouvait cela un peu risible de son côté. Bon, par contre, heureusement pour lui, pour l'épreuve en elle-même, il avait déjà quelques idées en tête et il pensait faire cela par plusieurs étapes. Faisant un petit geste de la main, il invita la jeune demoiselle à le suivre avant de prendre la parole, comme un guide le ferait :

"Savez vous que ce donjon est celui où décide de se reposer quelques fois l'oiseau de la foudre : Electhor ? Dans ces moments, il vaut mieux éviter d'aller à sa rencontrer. Souvent très hargneux, il est très difficile d'espérer pouvoir communiquer avec lui mais surtout de se lier avec lui ... déjà rien que pour arriver jusqu'à son être. Il me rappelle un peu Mewtwo, souvent intouchable ou presque. Je me demande d'ailleurs ce qu'il devient, il ne doit même pas savoir que je suis devenu Maître de l'Esprit. Depuis sa folie ... Ah ... La folie ... II me fait penser à moi. Mais lui, c'était plutôt bestial et ... Ah . .. Les Regis, il faudra aussi que j'aille les voir et ... AH ! Désolé, je parle, je parle, je suis bête, j'oublie un peu ce pour quoi nous sommes là. Bref, ce donjon est un parfait endroit pour initier les jeunes Lieurs. J'ai juste une petite question : Est-ce que tu as déjà un pokémon avec qui te lier ? De quel type ? Ici, principalement, je ressens des flux psychiques, ce qui veut dire que pour ceux ou celles qui veulent se lier à des pokémon psychiques, c'est l'endroit parfait. D'ailleurs, première partie de l'épreuve : Je voudrais que tu me définisses ce qu'est un Lieur. Attention, je ne veux pa que tu me déclares que c'est le fait de se "lier" à son pokémon, cela serait beaucoup simple, d'accord ?"

Il n'était franchement pas folichon comme maître de l'esprit ... et surtout comme lieur. Il passa une main derrière son crâne, poussant un léger soupir désabusé. Si Jiyuu, cette demoiselle se sentait prête à devenir une Lieuse, lui-même ne se sentait pas encore prêt à devenir un Passeur d'épreuves. Peut-être parce que malgré les apparences, il ne pouvait pas être considéré comme un exemple ? Le fait de s'être lié à sa pokémon psychique ... Non. Il hocha la tête négativement : c'était du passé, cela faisait plus d'une année, peut-être deux bientôt ... qu'elle n'était plus là. Il devait arrêter de s'y rattacher. Mais c'était difficile, tellement difficile. Alors être dans un domaine où les pouvoirs psychiques pouvaient être rois ... cela serait une épreuve horrible. Mais pour l'heure, la seule épreuve dont il devait se préoccuper était celle de Jiyuu. Lui-même, ses problèmes pouvaient bien attendre. Le jeune homme fit un léger sourire en direction de Jiyuu, attendant alors sa réponse avec une certaine impatience. Il allait tout faire pour qu'elle ne répète pas les erreurs que lui avaient commis. Il se prit un coup d'aile sur le derrière du crâne, lui arrachant un cri de douleur. Cryptero venait de le cogner sans ménagement, comme pour montrer qu'elle était en colère par rapport aux pensées du jeune homme. NON ! Le fait qu'il soit maître de l'esprit n'était pas une erreur ! Elle lui interdisait de penser de la sorte, c'était aussi simple que ça ! Surtout pas après tout ce qu'il avait fait ! Toute son histoire était la plus belle preuve qu'il était lié à ses pokémon, par des sentiments qui dépassaient la compréhension humaine et pokémon ! Et ça, il ne pouvait pas le renier ! JAMAIS !

[Alors première épreuve tout ce qu'il y a de plus basique : l'oral ! Juste expliquer ta vision (selon Jiyuu) du rôle de Lieur Pokémon, la raison qui pousse Jiyuu à le devenir, toutes ces petites choses. Ca permet de donner une certaine impression à Soriu ! T'en fait pas, les autres seront un peu moins intellectuels, plus physique !]

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1741

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Message par Jiyuu le Lun 15 Sep 2014 - 18:09

Au début, la demoiselle fronça légèrement les sourcils de surprise devant la confusion de l’homme suite à son appellation. Avait-elle dit quelque chose qu’il ne fallait pas ou fait un propos déplacé ? Elle allait s’excuser quand son interlocuteur enchaîna directement, ne lui laissant pas le temps de répondre. Petit à petit, la confusion se transforma en amusement, lorsqu’elle observait cet étrange individu en face d’elle. Il avait l’air un peu perdu, comme si une centaine de choses lui passaient par la tête en même temps et qu’il était incapable de les trier. Il avait l’air un peu empoté et distrait, ce qui donnait curieusement un charme d’enfant à cette personne qui avait l’air tout à fait adulte. Comme il l’avait fait pour elle, elle l’aida à prononcer son nom correctement, rigolant de sa remarque. Il était vrai qu’elle n’avait pas un nom tout à fait ordinaire, et si elle en était fière, elle comprenait qu’il pouvait poser des soucis à ceux qui n’étaient pas habitués à cette langue, et qu’il était un peu bizarre.

La demoiselle suivit l’homme lorsqu’il incita le faire, et écouta avec une curiosité juvénile les histoires qu’il avait à raconter sur ce fameux donjon. Maintenant qu’elle y réfléchissait, cela faisait plusieurs semaines qu’elle était là, et elle n’avait même pas essayé de se renseigner sur ce lieu. Son esprit avait été tellement préoccupé par les événements récents et leurs conséquences qu’elle avait oublié la raison pour laquelle elle avait décidé de partir en voyage pour commencer. Le monde recelait de merveilles bien plus impressionnantes que tout ce qu’elle avait pu lire dans ses livres, elle n’en doutait pas et avait même pu en avoir un avant-goût, et c’était bien pour ça qu’elle avait quitté son petit village isolé, dans le but de découvrir toutes ces richesses. La jeune femme ne s’inquiéta pas de savoir si tout cela avait un lien ou pas avec l’enseignement qu’était censé lui donner l’homme. Elle apprécia le moment présent, et lui fit confiance : il savait de quoi il parlait et ce qu’il cherchait à démontrer.

Finalement, il se tourna vers elle et lui posa quelques questions a priori évidentes pour quelqu’un souhaitant devenir Lieur. Elle avait un Pokémon dont elle était proche oui, mais c’était bien à cause de lui que l’homme se trouvait devant elle à ce moment-là. Fouillant dans son sac, Jiyuu sortit une petite sphère rouge qu’elle fit grandir en appuyant sur son centre. Elle n’osa cependant pas l’ouvrir, soucieuse de l’état de son ami.

« En réalité, je n’ai la charge que d’une seule créature, que je connais depuis bien longtemps. On est très proche, on l’a toujours été, mais récemment il agit un peu bizarrement, et j’ai peur de ne plus réussir à le comprendre aussi bien qu’avant. »

Elle soupira, ne sachant pas exactement ce qu’elle pouvait divulguer ou pas. Elle aurait aimé pouvoir tout dire à cet homme et soulager un petit peu sa conscience, mais elle avait peur que Fuusen interprète mal ses intentions. Elle ne voulait pas qu’il pense qu’elle trahissait ses secrets ou l’abandonnait à un autre, pour une raison ou pour une autre.

« Il s’appelle Fuusen, et c’est un Baudrive, donc, malheureusement, il n’a pas vraiment d’attribut psychique, et préfère arpenter le monde des ombres. »

Jiyuu espérait franchement que le type de son Pokemon ne poserait pas de problèmes, et que dans le pire des cas Soriu pourrait quand même lui donner quelques conseils. Elle hésitait à libérer l’animal, ce dernier refusant de répondre à ses appels depuis quelques temps déjà. Il s’était auto-enfermé dans cette boîte et dans ce cercle vicieux, et la demoiselle n’était même pas sûre qu’il accepterait de sortir même à ce moment important.

La seconde question de son examinateur était un peu plus intéressante, dans le sens ou il fallut quelques secondes à la chevaucheuse du vent pour réfléchir à une réponse digne de ce nom. Pour être honnête, elle ne s’était jamais interrogée sur ce point, trouvant sa situation et son lien avec son animal on ne peut plus naturel. C’était comme se demander tout à coup pourquoi le ciel était bleu ou pourquoi l’herbe était verte ; c’était des choses que l’on considérait comme acquises et qui étaient innées, pourquoi donc revenir dessus ? Au bout de plusieurs instants à fixer la ball, la réponse finit par apparaître assez clairement dans l’esprit de la Nalcienne.

« Lier, c’est partager, » énonça-t-elle simplement. « Partager ses joies, ses forces, ses douleurs, ses émotions… »  Elle pausa un instant, puis dans un murmure, conclut sa phrase. « Partager ses peurs. »

Elle savait que le ballon de baudruche avait du être traumatisé dans son enfance, vu la manière dont il agissait la moindre petite panique. Elle s’était jurée de l’aider, mais n’avait jamais réussi à lui soutirer des informations à ce sujet. Ce n’était pas faute d’avoir essayé, mais l’animal restait très secret et distant sur cette partie là de sa vie. Mais maintenant que cela commençait à affecter leur propre relation, elle ne pouvait pas laisser couler cette histoire longtemps, et comptait bien prouver à Fuusen qu’elle était digne de confiance et qu’elle pouvait l’aider, qu’elle allait l’aider. Sa définition est assez concise, mais elle espérait qu’à travers ses mots simples son passeur arriverait à comprendre les sentiments qu’à essayer d’exprimer.

_________________
- I am the master of my fate : I am the captain of my soul -
~ Spirit Master ~




avatar
Jiyuu
Informations
Nombre de messages : 121

Fiche de personnage
Points: 76
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Message par Soriu Tiadramat le Mar 16 Sep 2014 - 16:12

"Baudrive, Baudrive, Baudrive ... Pokémon Spectre ressemblant à un ballon. Ne vous en faites pas, mademoiselle, même si ici se trouve un lieu parfait pour les êtres psychiques, rien n'empêche de se lier aux spectres qui parcourant nos existences. D'ailleurs, pour la peine, je pense que je me dois de vous la montrer. Frieyendia ?"

Il sortit une noigrume avant de la projeter devant lui. Néanmoins, cela ne fut qu'un bref instant mais Jiyuu put voir qu'il s'agissait d'une Momartik. Après ces quelques secondes, elle avait pris une forme humaine, vraiment humaine, regardant la jeune demoiselle en face d'elle. Remarquant que tout cela semblait officiel, elle ne vient rien dire, s'inclinant tout simplement pour saluer Jiyuu. Soriu se rendit complètement transparent, montrant par là qu'il pouvait traverser aussi les choses solides avant de retourner auprès de Friyendia.

"J'ai aussi quelques dragonnes mais disons que je ne suis pas aussi ... liée par mes pouvoirs avec elles. Mais bref, ne vous en faites pas, les pokémon spectres, contrairement aux apparences, ne sont pas néfastes et ne cherchent pas à faire souffrir. Ils sont d'ailleurs très souvent attachés à ce monde ... et à leur dresseur ou dresseuse. Ce que tu dis est vrai, parfaitement vrai. Être un Lieur ne consiste pas en unique bout de tissu joignant deux êtres ou une simple métaphore. Être Lieur, c'est considéré la vie de son pokémon comme la sienne et inversement. Quand ton pokémon est blessé, tu l'es tout autant. Quand il ... ... ... meure, une partie de toi disparaît pour toujours. Ne l'oublie jamais. Si tu veux devenir une Lieuse, il faut que tu sois prête à faire ce "sacrifice" et à te préparer pour le meilleur comme pour le pire."

Les dernières paroles ne laissèrent guère réellement planer le doute. L'unique oeil du jeune homme regardait longuement le sol, pendant une bonne trentaine de secondes. A côté de lui, la femme en kimono blanc passa une main sur son dos, comme pour le frotter. Seule la Cryptero restait parfaitement stoïque à tout ça, comme imperméable à tout flot de bons sentiments. Soriu se donna de petites claques sur la joue avant de reprendre la parole :

"Nous allons considérer que tu as réussie la première partie de l'épreuve puisque tes paroles semblent concorder avec la vision que j'ai des Lieurs. Avançons donc un peu dans ce temple si tu le veux bien."

Qu'elle le veuille ou non, cela n'était pas un problème. Pour cette épreuve, il valait mieux qu'elle le suive. Oralement et dans son coeur, elle semblait avoir la conviction nécessaire pour être une Lieuse. Il l'avait remarqué, il l'avait senti ... mais voilà ... ce n'était pas suffisant. Des fois, le coeur ne suffisait pas pour réussir à atteindre certains objectifs. Marchant sur les dalles de pierre du temple, il désigna quelques pokémon psychiques : Des Natu, qui picoraient le sol pour récupérer quelques baies d'un arbre. Un Xatu était juché sur l'une des branches, faisant tomber les baies pour ce qui semblait au final être ses enfants.

"Grâce à mes pouvoirs psychiques, je suis capable de communiquer avec ces pokémon mais de façon verbale. Je leur parle et inversement. J'aimerai que tu discutes avec eux et leur mère, mais comme si cela était une conversation normale. Je ne veux pas que tu entendes quelques "Natu Natu" et "Xatu", il faut que tu entendes la voix de leurs âmes et de leurs coeurs. Ainsi, il n'y aura pas de meilleure façon pour comprendre et se lier à un pokémon même sauvage. Tu te demandes peut-être pourquoi je te fais communiquer avec un pokémon psychique ? Car ce sont eux, qui sont le plus à même de te comprendre. Tu auras plus de facilité avec la Xatu donc je te conseille de commencer par elle. Ensuite, peut-être que tu pourras communiquer avec les Natu. Et ne t'en fait pas, une session avec un spectre t'attendra ensuite. Je ne pense pas que ton pokémon veuille sortir de sa sphère, n'est-ce pas ? Généralement, les Lieurs aiment bien se promener avec leur pokémon, surtout pendant une épreuve. Mais ne t'en fait pas, tu pourras bientôt pouvoir mieux le comprendre."

Pour un oeil aussi exercé que le sien, il n'était pas difficile de voir la situation des pokémon oiseau. Oui, bien entendu que la Xatu nourrissait ses enfants mais pas seulement. Elle avait quelques difficultés à choisir les bonnes baies pour ne pas empoisonner les petits Xatus. De plus, ces derniers cherchaient un compagnon de jeu pour s'amuser à rouler sur place et se percuter. Quelqu'un avec des mains pour les pousser gentiment les uns sur les autres après le repas.

[Alors l'épreuve maintenant consiste tout simplement à faire comme "moi". Comme souvent, on peut remarquer que je communique sous forme de dialogues avec mes pokémon (et pas forcément les Gijinkas). Ici, il faudrait faire de même de ton côté. Avoir une conversation avec la Xatu pour l'aider à trouver de bonnes baies puis plus difficilement les Natu car ce ne sont que des enfants aux pouvoirs psychiques moins développés pour jouer avec eux. Si Jiyuu finit par comprendre cela et donc aider la petite famille, je considère cette partie comme réussie.]

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1741

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Message par Jiyuu le Mar 23 Sep 2014 - 15:19

Jiyuu s’inclina respectueusement lorsque la Pokémon présentée fit la même. Elle était très belle et semblait posséder une grande sagesse, puis se métamorphosa en jeune fille, sous les yeux ébahis de l’élève. La Nalcienne cligna plusieurs fois des yeux, cherchant à comprendre ce phénomène, qui ne semblait alerter personne d’autre qu’elle. Mais avant qu’elle ne puisse poser la question, son tuteur enchaîna sur son discours, laissant la quémande en suspend. Comprenant que ce n’était pas le moment, la jeune fille plaça la remarque dans un coin de son esprit, se promettant d’enquêter sur cette histoire ultérieurement.

Le monologue de l’homme était d’ailleurs passionnant et plein de vérités. Jiyuu se souvenait avoir lu que les Pokémon Spectre seraient issus des âmes qui auraient refusé de quitter cette terre après leur mort, donc il était on ne peut plus naturel de penser qu’en effet, ils étaient accrochés à la vie et à ce qu’elle représentait, paradoxalement ! La jeune fille avait même bien pu déceler ce trait de caractère dans son ami.

Lorsque Soriu s’avança sur les contre coups que pouvaient impliquer une telle relation, la fille pouvait ressentir la détresse et la lourdeur des paroles qu’il lui contait. On sentait la peine que c’était pour lui de simplement évoquer le phénomène, et Jiyuu compris qu’il parlait d’expérience. Elle sentit un boule se nouer dans son torse alors qu’elle se remémorait elle-même la mort de Kaito, le Caninos de la famille. Accepter cette réalité avait été une des choses les plus dures à faire de son existence, et elle ne pouvait même pas imaginer la peine créée par la disparition d’un ami encore plus proche. Rien qu’être incapable de parler et être avec son Pokémon pour quelques jours creusait un grand vide dans son âme, alors sa disparition totale, elle ne pouvait contempler. Toutefois, elle garda sa contenance et répondit calmement à son examinateur.

« Je… je connais aussi cette souffrance, même si je dois avouer ne jamais l’avoir ressentit à ce niveau là. Cependant, je pense qu’il ne faut pas qu’on laisse la “peur de souffrir” guider nos pas, car sinon, on n’avance pas… »

C’était une des leçons essentielles que lui avaient enseigné les moines du temple du vent. On ne pouvait être heureux que si on acceptait de parfois souffrir en échange. Le monde était régit par cet équilibre : pour chaque pensée heureuse, il y en avait une triste pour la contrebalancer. C’était l’ordre des choses, et il fallait s’y plier, en se réjouissant de chaque bonne nouvelle, et en acceptant chaque mauvaise posture, car c’était ainsi qu’on pouvait trouver une juste harmonie à son existence. Elle assumait donc les choix qu’elle avait fait jusqu’à présent, et ne comptait pas reculer ou se cacher. Elle préférait vivre.

Jiyuu esquissa un sourire lorsque l’homme se recomposa et l’invita à le suivre, essayant de laisser la bonne humeur reprendre le dessus après ce tournant terne dans la conversation. Ils arrivèrent rapidement sur une petite scène agréable et mignonne, où une mère Neiteio* – ou Xatu comme semblait l’appeler l’homme – nourrissait ses enfants, encore incapables de voler. Soriu lui détailla ce qu’il attendait d’elle, et ce qu’elle avait à faire. Jiyuu hocha la tête, pas complétement sûre d’elle, mais ce n’était pas ce qui allait l’empêcher de tenter. L’homme lui avait donné cet exercice comme si elle possédait déjà ce genre de don, alors que c’était loin d’être le cas. Toutefois, s’il pensait qu’elle pouvait y arriver, c’est qu’elle en était peut-être capable…

Elle se rapprocha du tronc de l’arbre, puis, s’appuyant sur sa maîtrise, bondit agilement de branches en branches jusqu’à arriver à la ramure sur laquelle se trouvait l’oiseau. L’animal détourna son attention pour la regarder, apparemment incertaine de ce que lui voulait l’étrangère. Ne souhaitant pas donner l’impression de s’imposer et donc faire fuir la créature, la chevaucheuse s’assit simplement sur la souche, à quelques mètres du Neiteio, et se mit à regarder au loin, sans prêter beaucoup attention au volatile. Ce dernier ne broncha pas un instant, la contemplant, puis reprit son œuvre, comme si convaincue que l’intruse ne lui ferait pas de mal.** Ils restèrent quelques instants ainsi, puis finalement, Jiyuu détourna son regard de ce point à l’horizon qu’elle était la seule à voir pour revenir à l’oiseau. Elle semblait avoir des difficultés à choisir les baies qui s’offraient à elle : elle s’en approchait d’une, s’apprêtait à la cueillir, hésitait, reculait, puis finalement la prenait quand même. Il était possible qu’elle ait du mal à juger celles qui étaient mures des autres. La femme en saisit quelques unes, puis les ouvrit, cherchant à les distinguer. Les baies d’ici lui étaient inconnues, mais aucune d’entres elles ne semblaient pourries. Elle en leva une pour la mettre à sa bouche, avant de se retenir ; et si elle n’était pas comestible ? La fille reposa le fruit sur le tronc, un peu déçue. Son grand frère lui avait appris une technique pour pouvoir repérer les bonnes des mauvaises baies, mais pour ce faire, il fallait…

Les pensées de la demoiselle se stoppèrent, alors qu’elle sentait l'atmosphère changer autour d’elle, comme si une sorte de présence inexplicable venait d'apparaître autour d'elle. Quelque chose avait changé, mais elle était incapable de mettre le doigt dessus. Elle se tourna pour voir que l’oiseau la fixait, sans bouger, comme s’il espérait une réaction de sa part. Il avait posé les baies devant lui comme elle venait de le faire, et patientait en attendant la suite des instructions. L’homme lui avait dit d’essayer d’écouter l’âme même des personnes ; cet oiseau était-il déjà capable de le faire ? Une sorte d’énergie positive poussa Jiyuu à reprendre son fil de pensées, et, guidée par ce flux, elle continua.

Pour ce faire, donc, il fallait utiliser une capacité que seul quelques animaux connaissent, et elle ne savait pas si le Neiteio ou même un autre Pokémon du coin était capable de s'en servir. L’attaque Don Miracle permettait de faire sortir la force d’une baie, et en interprétant les résultats, il était possible de savoir si le fruit était apte ou pas à la consommation.

La fille ne détacha pas ses yeux de l’oiseau, alors que celui attendit quelques instants, écarta brièvement ses ailes, avant de retrouver la même position. Jiyuu n’en était pas sûre, mais le volatile semblait avoir envoyé une sorte d’appel ou de signal. Au bout de quelque secondes, un drôle d’animal composé de ce qui semblait être six œufs*** se tenait à leurs côtés, pendant d’une des branches voisines. La chevaucheuse sentit un lien se former entre les deux, mais avait du mal à le saisir. Se concentrant, elle finit par réussir à capter cet échange de flux qui se faisait entre les deux créatures.

Et qu’est-ce que j’y gagne moi ?

Les yeux de la fille s’écarquillèrent. La voix était feinte et lointaine, mais elle avait résonné distinctement dans son esprit. Elle saisit immédiatement qu’il s’agissait des pensées du Pokémon qui venait de les rejoindre. Ses paroles n’étaient pas une suite logique de mots mais plutôt d’émotions, qui n’était pas compréhensible par le cerveau mais seulement par le cœur.

Je te donnerai une partie de mes récoltes, si tu m’aides.

À nouveau, la fille entendit la « voix », mais l’interlocuteur était différent. Elle regarda l’oiseau, toujours immobile, qui a priori était en train d’essayer de marchander avec cette créature. Soudain, le lien entre les deux s’estompa, alors que le nouveau venu descendit d’un cran pour se trouver au même niveau que les femelles. Apparemment, ils avaient trouvé un arrangement, et avaient donc brisé le lien qui les permettait de communiquer de la sorte. L’oiseau décrocha une série de baies et les disposa devant elle, avant de reculer d’un cran. Le tas d’œufs percuta d’un coup la première baie, qui relâcha un jet de flammes au moment de l’impact. Le feu se calma immédiatement, et instantanément les deux animaux se tournèrent vers la jeune fille, attendant son interprétation.

La fille les regardait tous les deux à tour de rôle, l’air un peu perdue. Elle était incertaine de ce qu’elle devait répondre, ou plutôt, de comment elle devait répondre. Elle se mordit la lèvre, avant de prendre une profonde inspiration. Cela ne servait à rien de paniquer, il fallait juste se concentrer un petit peu… Fixant l’oiselle, elle chercha à recréer ce flux qu’elle avait pu ressentir à peine quelques instants auparavant. Elle laissa ses émotions sortir, mais sans guide, elles se perdirent en s’évaporant dans l’air. Comprenant ce qu’elle tentait de faire, la Neiteio s’appliqua à attraper ces pensées, pour les réorienter vers elle. Jiyuu arrivait alors à sentir ce qui ce passait dans l’âme de la créature, des sentiments qu’elle portait aux petits jusqu’à son ventre qui réclamait de la nourriture. La fille comprit qu’elle n’était pas d’ici et avait migré avant de se retrouver avec une portée sur les bras, et était inquiète de ne pas assez bien connaître ce lieu pour les y élever. Heureusement, elle avait trouvé ce coin tranquille et n’avait pas peur des prédateurs, mais ce n’était pas le seul danger qui pouvait guetter une bande d’oisillons.

Celle-là est hautement épicée, tenta Jiyuu, surprise d’entendre sa propre voix, elle risque de leur donner mal au ventre s’ils n’y sont pas habitués ou sont trop jeunes.

Le Pokémon mystique ne répondit pas, envoyant le même genre de vague d’énergie qu’elle avait émise plus tôt pour encourager la demoiselle. Ils continuèrent ensuite à briser les baies et trier, mettant de côté celles qui n’étaient pas bonnes à manger. À la fin de l’opération, ils avaient une sélection de plusieurs baies à leur portée, que la mère se mit à récolter et donner à ses enfants joyeusement.

Merci.

Jiyuu lui sourit ; c’était la première fois qu’elle lui répondait, et cette fois-ci, la voix ne lui paraissait pas lointaine ou fade. Comme la sienne, elle résonnait dans son esprit, profitant de cette chaîne créée entre elles deux.

Je vous en prie, cela me fait toujours plaisir d’aider ceux qui en ont besoin.

La fille se mit à ramasser des fruits elle aussi, cherchant autre chose à dire. Soriu lui avait demandé de faire la conversation avec l’oiselle, mais son silence laissa penser qu’elle n’était pas du genre pipelette, et Jiyuu n’avait pas envie de la forcer à lui parler. Soulevant son petit butin, elle se tourna à nouveau vers l’oiselle. Puis-je leur apporter ceci ? demanda-t-elle, préférant obtenir l’autorisation de la mère avant d’aller directement nourrir ses petits.

Elle s’attendait juste à recevoir cette sensation positive comme l’animal avait eu l’habitude de faire, mais cette fois-ci, elle sentit à nouveau la conscience de l’autre faire écho dans la sienne. Oui, bien sûr…

Souriant, la fille redescendit de son perchoir, puis s’agenouilla à côté des petits, qui se précipitèrent vers elle, en voyant les provisions qu’elle apportait. Elle se mit à rire lorsqu’ils la picotèrent, lui chatouillant le flanc. La chevaucheuse se mit alors à distribuer la nourriture, cherchant en même temps à instaurer ce lien qu’elle avait pu développer avec leur mère. Toutefois, comme l’avait indiqué Soriu, leurs pouvoirs psychiques étaient bien plus faibles, et si la Neiteio arrivait à rediriger les pensées de la fille vers elle, les petits en étaient encore incapables, et Jiyuu elle-même n’était pas encore assez entrainée pour y arriver sans aide. Cependant, elle continua d’essayer, refusant de renoncer, tout en continuant à s’amuser avec les petits.


[* Xatu, Jiyuu ne connaît que les noms japonais des bestioles Razz
** Comme les Xatu ont la capacité de voir le passé, j’ai donc imaginé que celle-là aurait pu explorer celui de Jiyuu, et, n’y voyant rien de compromettant, aurait décidé qu’elle n’était pas une menace.
*** C’est un Nœunœuf, je l’ai choisi car il a aussi des pouvoirs psychiques :-x
J’espère que tout te convient, sinon n’hésite pas à le faire savoir o/]

_________________
- I am the master of my fate : I am the captain of my soul -
~ Spirit Master ~




avatar
Jiyuu
Informations
Nombre de messages : 121

Fiche de personnage
Points: 76
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Message par Soriu Tiadramat le Dim 28 Sep 2014 - 14:31

"J'aimerais dire que c'est parfait mais ce n'est pas vraiment cela mais en même temps, tu as parfaitement ... euh non. Enfin, tu as réussi l'épreuve, mes félicitations."

Il était un peu confus et gêné et il passa une main derrière son crâne. Après quelques secondes, il reprit la parole sur un ton plus posé et calme :

"Tu n'as pas réussi à dialoguer avec les Natu mais cela n'est pas à la portée de chaque Lieur au départ. Mais tu as réussi à communiquer avec un Xatu et un Noeunoeuf en même temps. Rien que pour cela, c'est déjà bien. Mes félicitations de ce côté, je ne peux dire que cela. Nous avons donc réussi la seconde épreuve. Si tu veux bien me suivre, nous allons donc nous diriger vers un autre domaine, bien moins plaisant et rassurant : celui des spectres. Je t'en avais légèrement parlé et malheureusement à ma connaissance, il n'y a pas de pokémon spectral dans les environs. Nous allons donc devoir nous déplacer plus profondément pour trouver une meilleure "ambiance" dira t-on."

Le jeune homme aux cheveux blancs avait perdu son sourire, se remettant à marcher comme si de rien n'était. Etrange, très étrange. Puis soudainement, la jeune femme pût sentir son corps quitter cet endroit ... avant de se retrouver dans ce qui semblait être un cimetière de taille ridiculement petit. Il devait y avoir une cinquantaine de pierres tombales au grand maximum et encore. Mais l'endroit était plus que décemment fleuri et entretenu. En fait, en y réfléchissant bien, tout ce qui se trouvait autour ne faisait guère l'impression d'un de ces cimetières sinistres et lugubres. Le jeune homme murmura :

"C'est ici que reposent certain pokémon et humains en paix. Il n'est pas rare qu'à côté d'un temple se trouve généralement un cimetière joint à ce dernier. Cela permettait alors d'éviter les déplacements et surtout de remercier ceux qui avaient oeuvré pour le temple. Bien entendu, il ne faut pas oublier que ces êtres ont leurs corps tachés de sang et qu'il s'agissait aussi d'un donjon mais nul n'est pur de tout soupçon. Pour cette épreuve, j'aurais besoin que tu sortes ton Baudrive. Il est dans son élément mais en même temps, cela est maintenant nécessaire pour la réussite de l'épreuve. Connais-tu les rumeurs sur les Baudrives ? Il paraitrait qu'ils cherchent à s'accrocher aux bras des enfants pour les kidnapper et les faire disparaître. Ils sont signe de mauvais présage ... mais pourquoi se focaliser uniquement sur les enfants et non les adultes ? Il y a d'autres légendes, bien moins connus ... Ce cimetière, quelques âmes résident encore dans ces lieux. Des âmes qui sont perdues, plongées dans la tourmente. Des âmes qui veulent continuer à veiller sur le donjon malgré la mort. Je veux que tu les libère et qu'elles puissent trouver la paix. Fais attention, comme il s'agit d'humains ou pokémon aux capacités psychiques, il se peut que ton esprit se retrouve tourmenté et manipulé."

Il avait encore commencé à sourire envers la demoiselle mais cette fois-ci, c'était un sourire triste alors qu'il chuchotait :

"Les Baudrive sont des créatures bien moins effrayantes qu'on ne le croit. Le coeur d'un jeune enfant est pur et ils confondent cela avec une âme. Les Baudrive sont chargés d'attraper les âmes qui restent attachées au sol pour les emmener dans les cieux. Il faut que tu te lies à ton pokémon pour faire comprendre à ces âmes qu'elles ont servi ce donjon depuis assez longtemps et qu'elles méritent d'aller au ciel. Ton Baudrive se chargera de ce transport. Cela sera assez éreintant physiquement et mentalement mais si tu y arrives ... je pourrais alors considérer que tu as réussi tout ce que je t'avais demandé et donc que tu es prête pour devenir une Lieuse. Je te souhaite bonne chance."

Il avait alors finit tout simplement par s'asseoir sur un muret, fermant alors son unique oeil valide. La jeune femme, en vue de ses faibles progrès, pouvait alors voir qu'il laissait émaner une légère aura psychique, comme pour se charger de surveiller ce qu'elle allait accomplir mais surtout que tout cela n'allait pas dégénérer dans es proportions dramatiques. L'aura avait aussi une teinte un peu mélancolique et triste, comme si se retrouver dans un tel endroit affectait plus que la normale le jeune homme.

[Dernière partie de l'épreuve : Ma façon à moi pour les Baudrives. Il faut que tu arrives à faire "apparaître" les âmes des pokémon et humains dans ce cimetière. Il n'y en a pas cinquante mais au moins quelques unes. Ils ne sont pas belliqueux de base mais ils sont un peu "automates", ils parlent de défendre le donjon et le temple, de continuer à le servir. Comme cet endroit est lié au psychisme, ils ont encore des résidus psychiques. Il va falloir que ton Baudrive fasse l'effort de t'aider car je considère qu'en tant que sa qualité de Spectre, il peut "attraper" les âmes au sol pour les transporter dans les cieux et alors les libérer ! Bonne chance !]

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1741

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Message par Jiyuu le Dim 5 Oct 2014 - 18:10

Jiyuu fut finalement interrompue dans son travail par son mentor du moment, qui décida que l’exercice avait suffisamment duré. Malheureusement, comme il le souligna, elle n’avait pas réussi ce qui était demandé dans son intégralité, mais, apparemment, ses succès étaient suffisants pour compenser ses échecs et l’homme accepta de continuer la formation. Elle le suivit donc dans les entrailles du donjon, un frisson parcourut son échine alors qu’elle contemplait le décor halloweenien dans lequel elle avait atterri. En réalité, c’était la première fois qu’elle se tenait dans un tel endroit ; dans son village, il n’y avait pas de cimetière ou lieu où se regroupaient les morts. Lorsqu’une personne décédait, elle était brulée dans un grand feu et, à l’endroit où se trouvaient ses cendres, ses proches y plantait un arbrisseau afin que son corps puisse nourrir une nouvelle vie et se réincarne dans l’arbre qui en naîtrait. C’était une cérémonie très noble et belle, et les légendes racontaient que chacun des arbres de la forêt était issu d’un ancien humain qui protégeait les terres et les êtres vivants qui l’entouraient et trouvaient refuge dans son domaine.

La chevaucheuse était donc assez inconfortable dans ce lieu. Elle sentait comme une présence pesante sur son esprit qui compressait son corps. Par reflexe, sa respiration et son rythme cardiaque s’accélérèrent, alors qu’elle avait l’impression d’être retenue prisonnière. Toutefois, en même temps, tout ces sens lui répétaient que tout allait bien, créant une sorte de paradoxe dans la conscience même de la demoiselle. Elle finit par réussir à se calmer, et avait l’air de se contenir, même si elle n’arrivait pas à échapper de ce sentiment d’oppression qui l’envahissait.

Soriu lui présenta les lieux, puis l’incita à sortir son compagnon de sa sphère. La fille hocha la tête et saisit la pokéball qu’elle observa un instant, avant d’appuyer sur le bouton central. Rien ne se passa, alors que Jiyuu laissa échapper un soupir. Fuusen refusait encore de sortir, malgré la situation. Serrant la sphère contre elle, elle murmura quelques paroles dans l’espoir que cela convint son ami de la rejoindre.

« S’il te plait, j’ai besoin de toi… Je suis perdue ici, j’ai besoin de ton aide, de ton soutien et de ta présence… »

Après encore quelques secondes d’angoisse, l’animal finit par sortir de sa cage, et se mit à virevolter sans trop savoir où se mettre. Il ne voulait pas confronter sa maîtresse en face, mais ne souhaitait pas non plus la laisser tomber. Doucement, Jiyuu saisit les petits filaments de son ami, et les enroula autour de son bras, comme il avait l’habitude de le faire seul. Tout de suite, la demoiselle commençait à se sentir mieux, comme si les choses reprenaient leur place naturelle. L’animal restait encore inquiet, mais la fille resta calme et rassurante. Elle savait que maintenant qu’il était là, il n’y aurait aucun problème.

La Maître de l’Esprit lui expliqua ce qu’il savait sur les Baudrive, et tout à coup tout semblait faire plus de sens dans la tête de la jeune demoiselle. Mais elle n’eut pas beaucoup de temps pour réfléchir à ces paroles qu’il l’envoyait à l’assaut d’une nouvelle quête. La fille se mit donc à vaquer dans le cimetière, sans vraiment s’éloigner, cherchant juste à « ressentir » ces âmes errantes. Cependant, elle ne repérait rien, et se tourna donc vers son Pokémon.

« Tu sens quelque chose toi ? »

L’animal ne répondit pas immédiatement, puis, comprenant qu’il fallait qu’il fasse quelque chose pour faire avancer la situation, ses yeux se mirent à briller d’un éclat bleu alors qu’il analysait les environs. Il y avait en effet plusieurs spectres dans le coin, et le plus proche – et surtout moins dangereux – était un jeune garçon qui se tenait non loin. Le Pokémon guida sa maîtresse jusqu’à ce qu’elle se trouve en face du fantôme, mais au grand désarroi de la jeune fille, elle ne ressentait toujours pas ses autres présences, seulement le sentiment de compression permanent.

« Il y a quelqu’un là ? » murmura la chevaucheuse à son Pokémon, qui répondit en hochant légèrement tout le corps. Elle hésita un instant, incertaine de la marche à suivre, avant de finalement décider qu’il serait plus intéressant de tenter quelque chose que juste attendre que le temps passe. « Et bien… tu peux l’aider à rejoindre le royaume des morts ? » demanda-t-elle à Fuusen, ayant saisit que c’était dans ces habitudes de faire ce genre de pratique.

L’animal décrocha ses filaments du bras de la demoiselle, et allait saisir le jeune spectre, lorsqu’une voix résonna dans la tête de Jiyuu, faisant hérisser ses cheveux sur sa tenter et frémir tout son corps.

« Ma poupée… Il me faut… Ma poupée… »

La demoiselle remua sa tête comme pour faire sortir le son de sa tête, ses muscles tremblotant encore de l’expérience. Elle n’était pas certaine de ce qui venait de se passer, mais son cerveau analysa assez rapidement les possibilités. Si certains défunts refusaient de quitter ce monde, c’était généralement car ils avaient une tâche à finir, une raison plus forte que la mort elle-même de rester. Et maintenant qu’elle y pensait, il était possible que cette « poupée » soit la cause qui empêchait cet être de trouver le repos éternel.

Elle se dépêcha d’arrêter Fuusen qui avait déjà agrippé le spectre pour le re-convoquer à son bras. Sans chercher à comprendre, l’animal obtempéra, trop inquiet pour oser aller à l’encontre des instructions. Jiyuu ne voyait toujours pas les esprits, mais l’avoir entendu lui prouvait d’une part leur existence et de l’autre sa capacité à communiquer avec eux. Si elle les entendait, cela était aussi probablement vrai dans l’autre sens.

« Où est ta poupée ? » questionna-t-elle dans le vide, espérant obtenir une réplique qu’elle pourrait exploiter.

Mais seul le vent répondit à sa question, alors que l’endroit restait désespérément vide et désert. La Nalcienne regarda autour d’elle, cherchant des indices, mais ne trouva rien d’autre que des feuilles mortes et des pierres sur lesquelles étaient inscrits des marquages qu’elle était incapable de lire. Elle se gratta la tête, secouant ses courts cheveux blancs, avant de décider d’au moins essayer. C’était peut-être un plan stupide, mais ça restait néanmoins un plan. Ramassant plusieurs feuilles ainsi que des tiges chiens-dents morts, elle se mit à fabriquer une poupée d’herbes comme elle avait eu l’habitude de le faire à la maison. Le résultat laissait à désirer ; elle avait travaillé avec les moyens du bord, et les buissons secs et cassants ne donnait guère envie de tenir cette peluche dans les bras ou même de la serrer, de peur de la faire tomber en milles morceaux. Toutefois, cela restait une tentative.

Avec sa poupée un peu bancale – elle avait une jambe plus longue que l’autre et une tête deux fois plus grosse que son buste –, elle retourna à l’endroit où Fuusen lui avait indiqué la présence du fantôme la première fois. Elle tendit son œuvre devant elle, dans le vide, espérant que le spectre serait capable de la voir et de l’entendre, ce coup-ci.

« Tient, c’est une poupée que j’ai faite pour toi. Elle n’est pas très jolie, mais elle saura te protéger dans ton voyage et restera toujours fidèlement à tes côtés. »

Après plusieurs secondes d’angoisse pendant lesquelles il ne se passa rien, Jiyuu ouvrit les yeux grands et se retint de bondir sur place lorsqu’elle vit apparaître de mains translucides flottant dans les airs venir attraper son présent. Petit à petit, des bras, un torse et un corps accompagnèrent les mains, et finalement la demoiselle put contempler devant elle un jeune garçon blondinet, d’à peine sept ou huit ans. Elle se mordit la lèvre en imaginant la vie qu’il avait du avoir, et l’injustice d’avoir eu sa vie volée alors qu’il n’était encore qu’un enfant. Il avait saisi la peluche et la tenait maintenant serré contre lui.

« Comment s’appelle-t-elle ? »

Le ton fit encore frémir la jeune fille, qui se passa la langue sur les lèvres alors qu’elle sentait sa gorge se dessécher. Elle avait du mal à s’habituer à cette ambiance et à ce qu’elle témoignait, mais faisait tout pour garder sa contenance.

« Coraline, » répondit-elle en se remémorant un de ses romans préférés.

Le garçon ne répondit plus, contemplant la chose, puis sa moue sembla quelque peu changer. Son aura était moins sombre et cynique, et Jiyuu pu saisir une once de lumière et d’espoir dans son esprit. Comprenant que cette fois-ci il était vraiment prêt, elle se tourna vers son ami et lui demanda une seconde fois d’accompagner ce gamin vers la paix. L’enfant se laissa faire alors qu’il se faisait attraper, puis les deux s’envolèrent haut derrière la brume. La demoiselle attendit avec angoisse le retour de son ami, qui ne tarda pas.

« Tu vois qu’ensemble, on est capable de tout ? » s’amusa-t-elle à l’intension de son coéquipier lorsqu’il se fixa à son épaule. Il lui répondit en rougissant, ce qui arracha un sourire à l’humaine. Ils étaient à nouveau complice, comme avant, et même si Jiyuu ressentait encore l’urgence de régler le traumatisme de son ami, elle n’avait plus l’impression qu’il bloquait leur relation. Quand elle releva la tête, elle put voir toutes les autres âmes errantes du cimetière, tristes et mornes. Regroupant tout son courage, elle lança un coup d’œil à Fuusen, qui l’accompagna vers les autres fantômes encore trop inquiets pour daigner quitter cette terre.

Les deux continuèrent donc leur exercice, réussissant à convaincre deux des trois autres revenants – un Étouraptor et une jeune fille – encore présents de prendre leur envol. Contrairement au garçonnet, elles étaient toutes préoccupées par le fait qu’une fois partie, il n’y aurait personne pour garder et surveiller les lieux. Jiyuu s’appliqua, en prenant son temps, à leur démontrer le contraire, en expliquant que le grand oiseau légendaire dont Soriu lui avait parlé plus tôt avait élu demeure ici et s’occupait de repousser tous les intrus. Fuusen intervenait seulement au moment où elle détectait à nouveau cet éclat de lumière, qui faisait comprendre que ces âmes étaient enfin prêtes à être aidée.

Assez fière de son travail et refusant de s’arrêter dans une si bonne lancée, la demoiselle se dirigea alors vers l’ultime apparition qui hantait ce lieu. Elle était un peu plus grande des les autres, et surtout plus noire et sombre. Son aura sentait le désespoir et la frustration, de manière plus forte et plus intense que toutes les autres réunies. Jiyuu sentit l’inquiétude monter en elle au fur et à mesure où elle avançait, mais refusait de reculer. Elle allait aider cette pauvre âme comme elle avait aidé toutes les autres. Le Baudrive, lui, paniquait de plus en plus sur le bras de la fille, la tirant en arrière et la suppliant de s’arrêter. Elle finit finalement par l’écoutant, se stoppant dans son élan lorsqu’elle fut à quelques mètres de la forme obscure.

« Allez-vous en. »

La voix était dure, sèche et sans appel. Ne souhaitant pas céder si facilement, Jiyuu avala sa salive, puis commença à essayer de résonne le spectre, comme elle l’avait fait avec les autres.

« Qui êtes-vous ? » commença-t-elle, ayant saisit que s’adresser au fantômes par leur ancien nom aidez à les faire recouvrir la raison. « Vous n’êtes plus obligé de rester ici. Vous avez le pouvoir de vous libérer. »

« Nous sommes le Slear. Nous gardons les terres jusqu’au retour du Maître. »

Il avait presque le même discours que les autres, mais possédait une conviction et une détermination cent fois supérieures à toutes celles que Jiyuu avait déjà rencontré.

« Votre Maître est parti, il ne reviendra pas. Vous êtes libres désormais, il n’y a rien qui vous retient ici. »

« Le Maître revient toujours. »

« Votre loyauté est louable et votre courage plus grand que celui de tout ceux que j’ai pu croiser sur ma route, mais les terres sont protégées par un oiseau de foudre qui… »

« Est-il le Maître ? »

Prise de court, la fille ne sut que répondre. « Et bien, non… C’est le gardien de… »

« Nous sommes le Slear. Nous sommes les gardiens de ces terres jusqu’au retour du Maître. »

Comprenant qu’elle n’arriverait à rien de la sorte, la fille fit quelques pas en avant s’enfonçant dans la zone d’ombres créées par le fantôme, en continuant d’essayer de se justifier. Elle sentait les protections de Fuusen autour d’elle, luttant pour repousser l’intrus, et faisait confiance qu’il serait capable de la soutenir si besoin.

« Votre Maître vous a abandonné, il… »

« Le Maître revient toujours. »

Puis, une forme sembla se dessiner dans les ténèbres, imposante et terrifiante.

« Allez-vous en. Ceci est le domaine du Maître. »

« Je ne partirai pas d’ici sans vous. » répliqua-t-elle, déterminée, Fuusen complétement affolé à son bras. « Je veux vous aider à retrouver la paix intérieur. Je pense que… »

Soudain, elle sentit comme ceinture s’enrouler autour de sa tête et la serrer de toutes ses forces, lui arrachant un cri de souffrance alors qu’elle s’agenouilla au sol de douleur, tenant ses cheveux et essayant d’arracher se bandeau invisible qui lui garrottait le crâne.

« Allez-vous en. Ceci est le domaine du Maître. »

Mais elle ne pouvait plus bouger. Le mal était de plus en plus fort, alors que des voix s’incrustaient dans son esprit et qu’elle se mit à ressentir les douleurs des travailleurs qui avaient été esclavagé ici. Fuusen, ne sachant pas quoi faire, s’agita dans tous les sens. L’esprit était bien trop fort pour lui, et il avait déjà manqué de tuer sa maîtresse la dernière fois qu’il était entré dans sa conscience, même avec l’intension d’aider. Il avait réussi à repousser les manœuvres de la créature jusque là, mais en s’approchant de trop, la fille avait franchi le territoire de la bête et celle-ci était en train de se déchainer sur elle pour la punir de son affront. Le ballon prit alors une très grande expiration, puis recracha tout l’air d’un coup, s’expulsant en arrière avec sa maîtresse pour s’éloigner de la chose.

Ils sortirent ainsi des limites des terres du Slear, et lentement la prise que le fantôme avait sur la fille s’atténuèrent jusqu’à s’éteindre, la laissant reprendre le contrôle de ses membres. Elle cligna plusieurs fois des yeux, un peu sonnée, puis leva à nouveau la tête pour voir la masse sombre s’essouffler dans les profondeurs du cimetière

« Allez-vous en. Ne revenez jamais. »

Sa respiration revint à la normale, et doucement, elle se tourna vers son ami qui l’avait sauvé.

« J’ai fait une bêtise, j’aurais du te faire confiance… » dit-elle avec un faible sourire, un peu honteuse. « Je suis désolée, j’ai encore beaucoup à apprendre… »

Elle se releva, puis se tourna vers son mentor du moment. Au moment où le Slear l’avait torturé, elle avait ressenti sa peine et son espoir, et surtout revu ses souvenirs et frôlé sa conscience.

« Je… Je ne pense pas qu’il soit possible de convaincre le Slear de partir. Il a vécu trop de chose ici et à besoin du retour de son Maître pour reposer en paix. Je ne sais pas si ce Maître reviendra effectivement un jour, mais il a besoin de cet espoir… »

Elle baissa la tête, honteuse de ne pas avoir complétement réussi l’exercice. Il avait bien commencé et, comme pour le précédent, elle avait réussi la « première partie », mais sa bavure aurait pu lui coûter cher. Cependant, elle n’allait pas se laisser abattre, et allait se servir de ce que le Slear lui avait appris pour continuer à essayer d’aider ses gens dans le besoin, et en particulier son petit compagnon rond.


[Hommage à The Graveyard Book de Neil Gaiman, que je conseille vivement à ceux qui l’ont pas lu ^-^ Sinon, j’espère que ça convient ; en réalité, le Slear n’est pas vraiment un ancien être vivant, c’est plutôt une sorte de spectre-golem littéralement programmé pour attendre le retour de son maître, et donc impossible de le raisonner.]

_________________
- I am the master of my fate : I am the captain of my soul -
~ Spirit Master ~




avatar
Jiyuu
Informations
Nombre de messages : 121

Fiche de personnage
Points: 76
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Message par Soriu Tiadramat le Sam 11 Oct 2014 - 0:05

"Ce n'est pas grave ... Parfois ... Se rattacher au passé ne nous permet pas d'aller de l'avant et d'avoir un avenir. Je vais m'en occuper Tout le reste me semblait très bon. Si tu veux bien patienter ... je vais m'en occuper maintenant ... Recules au cas où."

Il avait dit cela avec monotonie. Pour lui, elle avait déjà réussi son propre examen mais ce n'était pas suffisant. Le Slear pouvait créer d'effroyables problèmes s'ils décidaient de se charger de lui le plus tôt possible. Avec lenteur, il s'avança, jetant un bref regard à Jiyuu. Celle-ci put voir que le jeune homme avait ses yeux deux yeux ouverts, complètement roses. L'un d'entre eux avait une lueur blanche, signe qu'il n'était visiblement toujours pas guéri de cette cicatrice qui parcourait son oeil ... mais le plus étrange résidait peut-être aussi dans le troisième oeil sur son front. A côté de lui, la femme-Momartik et la Cryptero s'étaient présentées, signe qu'elles allaient se battre elles aussi pour régler son compte au Slear. Il ne connaissait pas cette créature mais qu'importe, elle risquait de mettre la vie de la jeune Lieuse, bien qu'elle ne savait pas encore qu'elle avait réussie, en danger. Et pour cela, il ne devait alors pas hésiter un instant à la défendre et à la protéger.

".. ... ... Allons-y." se souffla t-il à lui-même avant de se téléporter subitement. Il arriva près de la zone d'ombre, la fixant longuement. Une créature surprenante et imposante, dans un territoire spectral. Et visiblement qui attendait son maître. "Ton maître ne reviendra pas. Que tu le désires ou non."

Pour toute réponse, la créature fit agrandit la zone de quelques mètres, enveloppant Soriu qui émit un grognement. Bien sûr qu'il sentait les pouvoirs de l'être sur son corps ... et qui tentait aussi de le manipuler pour qu'il souffre mais ... ça ne serait pas suffisant. D'un geste de la main, il fît se dissiper l'aura autour de lui-même, celle-ci se rétractant au niveau de ce golem maléfique.

"Moi aussi, j'attends son retour ... mais je sais que c'est inutile. Je me suis fait une raison. Et pourtant, je ressens toujours sa présence ... son fantôme à mes côtés. Elle veut que je me libère de son esprit, elle est libre, elle peut partir mais elle veille sur moi. Pourtant, rien de tout cela n'arrange la situation. Au final, je suis plus enchaîné qu'autre chose à elle. Je ne peux pas avancer si je ne me libère pas."

A qui parlait-il ? A lui-même sûrement. Il se retrouva projeté dans l'obscurité, comme Jiyuu auparavant mais il faisait face à son adversaire. Ses poings se retrouvèrent auréolé d'une aura rose avant qu'il ne frappe le golem. Celui-ci répliqua aussitôt mais son poing se retrouva ralenti, gelé par la puissance de la femme-Momartik. Il se tourna vers elle, prêt à réagir en criant que tous les ennemis du maître doivent périr mais voilà qu'il fut projeté en arrière par les pouvoirs psychiques de Cryptero. Rapidement, son corps se retrouva paralysé complètement, le golem ayant les bras et les jambes tendues, comme s'il se trouvait sur une table de torture ... bien que celle-ci était invisible et dans les airs. Soriu soupira :

"Pauvre âme ... Retourne en paix."

Il se tourna vers le Baudrive de Jiyuu, l'intimant de se préparer avant qu'il ne claque des doigts. Le corps du golem se dispersa, une fumée noire se formant là où il se trouvait, le Baudrive pouvant la récupérer avant de l'emmener dans les cieux. Même si ... ce n'était pas ce que l'être voulait, certains esprits pouvaient être dangereux, très dangereux s'ils n'étaient pas en paix. Lorsque tout se termina, il revint auprès de Jiyuu, les yeux toujours roses avant de poser ses mains sur ses épaules.

"Je considère que tu as réussi cette épreuve. Ce qui s'est passé n'était pas vraiment prévu. J'espère que je ne t'ai pas paru trop pitoyable comme professeur. Je vais t'avouer une chose : tu es la première personne à qui je faisais passer mon épreuve.  C'est pourquoi j'étais anxieux. De plus cet endroit est parcouru par des afflux psychiques. Ce qui fait que pour ceux qui ont eut une affinité particulière avec un pokémon psychique, cela leur permet de se rappeler des souvenirs ... des meilleurs comme du pire. Je pense que tu as bien cerné les différents liaisons entre les pokémon psychiques et spectraux mais je dois te prévenir d'autre chose. Les liens sont aussi possibles avec des pokémon capables de créer leur propre poison ou ténébreux ... ainsi que les dragons. Dans tous les cas, même si tu te focalises principalement dans un domaine, ton travail t'affinité fera que tu auras toujours un certain "lien" par rapport à ces cinq genres de pokémon. Un peu comme si un élémentaliste de terre avait une affinité avec les pokémon d'acier. Moi-même, j'ai aussi une Solochi ... une créature ténébreuse et dragonne. Même si ce n'est rien par rapport à mes pouvoirs de maître de l'esprit, j'ai donc la particularité d'avoir une certaine condition physique un peu plus forte qu'un humain ... et aussi une relation avec les ténèbres. De toute façon ... Celles qui m'entourent sont toujours présentes. Enfin, je m'excuse, mademoiselle Jiyuu. Je pense que vous devez être impatiente de signaler la bonne nouvelle à vos compagnon. Vous voilà aujourd'hui devenue une Lieuse à part entière, mes félicitations à vous. Je vais vous guider vers la sortie."

Il avait fait un sourire des plus chaleureux alors que ses yeux avaient repris leur éclat normal ... voire l'absence d'éclat pour celui qui paraissait crevé. Il se plaça à côté d'elle, remerciant Friyendia et la Cryptero pour leurs aides. Pour la nouvelle Lieuse, quelque chose pouvait paraître étrange. Dans le dos de Soriu, une forme translucide et spectrale était visible, semblant le suivre. Le sourire était tendre comme son visage était gracieux.  Des plus féminins, il avait deux yeux rouges qui exprimaient un amour infini envers l'homme qui n'avait jamais remarqué cette présence derrière lui. La femme avait des cheveux verts, assez longs, un haut de couleur vert ainsi qu'une robe blanche qui descendait jusqu'à cacher même ses pieds. Au niveau de sa poitrine, un cristal rouge était visible, taillé en pointe. Avec douceur, elle passa ses bras autour du cou du jeune homme, ses lèvres se rapprochant de son oreille comme pour lui chuchoter quelque chose. Elle se dissipa ensuite, Soriu se retournant, regardant autour de lui d'un air intrigué, se grattant l'oreille. Il continua son chemin, un peu étonné avant d'emmener Jiyuu à la sortie.

[Message de fin ! Tu m'as permis de faire un petit truc que je voulais depuis des mois. Et puis, félicitations à toi ! Je te laisse faire un dernier message, je ramènerai alors le topic et tu auras mes félicitations ainsi que ton job !]

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1741

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Message par Jiyuu le Mer 22 Oct 2014 - 11:18

La fille laissa échapper un sourire et hocha la tête lorsque son mentor lui demanda de reculer, comprenant qu’il allait s’occuper de cette bestiole. Elle le regarda faire de loin, impressionnée, curieuse et tout de même inquiète. Elle se doutait que si l’homme se jetait dans la gueule du loup de la sorte, c’est qu’il avait confiance en ses talents et était capable de venir à bout de la chose. Toutes ses expériences lui avait sans doute enseigné ses limites, mais l’atmosphère qu’elle avait ressentie lors de sa propre tentative la laissait malgré tout un peu anxieuse concernant la suite des événements. Toutefois, sa peur ne lui donna pas raison alors que le Maître de l’Esprit réussit à repousser la créature, non sans avoir auparavant fait de drôle de choses avec ses yeux. La fille n’était pas certaine de ce dont il s’agissait, ayant lu seulement quelques références à ce sujet dans certains livres, mais savaient que ce n’était pas tout à fait le moment de poser la question, et qu’elle aurait sa réponse en temps voulu. Il suffisait de s’armer de patience.

Le discours tenu par l’homme lui rappela les quelques phrases qu’il avait partagées avec elle à son arrivée.

« Quand il ... ... ... meure, une partie de toi disparaît pour toujours. Ne l'oublie jamais. »

Elle avait déjà compris avec cette simple parole qu’il avait déjà pu subir ce genre de perte, et son sermon détaillait cela davantage. La violence et la facilité avec laquelle il put repousser et contrer les coups du spectre fascinait la Nalcienne, qui se demandait si, un jour, en travaillant dur, elle serait aussi capable de réaliser ce genre de grande démonstration. Pas que cela l’intéressait d’avoir de puissants pouvoirs, mais elle avait compris avec le temps que si elle voulait être capable de protéger ceux à qui elle tenait, il lui faudrait se surpasser, et ne jamais penser son entrainement terminé.

Lorsque Soriu le quémanda, Fuusen hésita un moment, ne voulant pas laisser sa maîtresse toute seule, avant de se décider à remplir son rôle dans cette histoire ; s’il voulait la garder en sécurité, la meilleure des choses à faire était de repousser ce monstre, qu’on lui servait presque littéralement sur un plateau d’argent. Il se dépêcha donc, enroulant ses filaments autour de ce qui semblait être les épaules de la créature, puis tenta de l’emporter avec lui vers les cieux. On pouvait voir que le tout petit ballon de baudruche avait du mal à soulever cette bête qui devait faire cent fois son poids, et même et se concentrant sur ses capacités de vol, le Baudrive peinait à hisser son colis de plus de quelques mètres. Son visage était en train de virer au rouge alors qu’il se forçait à continuer, inquiet de débarrasser le monde des vivants de cette créature qui mettait en danger sa compagne. Il pouffait en s’élevant petit à petit, essayant d’aller le plus vite possible sans vraiment y arriver. En bas, la fille se mit à froncer les sourcils d’inquiétude, voyant son ami se tuer à la tâche sans que le résultat soit au rendez-vous. Elle envisagea de l’aider en créant une bourrasque d’air, mais savait que ce n’était pas son rôle, et qu’elle n’avait pas à intervenir. C’était à Fuusen d’y arriver.

Toutefois, elle n’allait pas le laisser seul face à son défi. Se concentrant comme elle l’avait fait auparavant, elle tenta de canaliser ses pensées pour créer ce fil entre eux qu’elle avait réussi à mettre en place avec la Xatu un peu plus tôt. Comme lors de sa première tentative, ses paroles muettes se dispersèrent de manière un peu confuse autour d’elle, rendant la communication difficile, sinon impossible, d’autant plus que son ami n’était pas juste à côté d’elle. Soudain, elle vit un mouvement parcourir la masse sombre qu’était le Slear, comme s’il était subitement parcouru d’un spasme. Le cœur de la demoiselle se mit à bondir, tandis qu’elle imaginait la créature reprendre connaissance alors que son Pokémon y était encore accroché. De manière un peu désespérée, elle continua sa manœuvre, tentant d’envoyer des signaux d’alarme à Fuusen, pour le prévenir du danger et l’inciter à se dépêcher. Ses réflexions étaient encore plus brouillonnes qu’auparavant, mais cette fois-ci, l’animal finit par réussir à capter quelque chose. Il ne discernait ni les mots ni les images qu’on essayait de lui envoyer, mais il ressentait l’inquiétude et l’anxiété qui émanait de sa maîtresse. Redoublant d’effort, il continua à pouffer de l’air pour finir son travail, ne voulant mettre personne en danger, et, surtout, ne voulant pas décevoir sa dresseuse.

Tout à coup, une lumière blanche très intense se mit à émaner du Pokémon spectre, forçant la chevaucheuse à cligner et à détourner les yeux. Effrayée, elle exclama le nom de son ami, et du attendre quelques secondes avant de pouvoir percevoir ce qui se passait dans la pièce. Son compagnon de route avait disparu, et elle avait beau observer frénétiquement tous les coins et recoins de l’étrange lieu où ils se trouvaient, Fuusen restait introuvable. Complétement paniquée, elle hurla son nom à nouveau, priant pour une réponse. Ils restèrent plusieurs instants ainsi, dans l’angoisse la plus totale, cherchant juste un signe…

« Fuuu… »

Finalement, ils purent voir le ballon violet réapparaitre au milieu de la brume, et soulagée comme elle ne l’avait jamais été, Jiyuu bondit pour attraper son camarade et le serrer fort. Il était un peu plus grand et pas tout à fait le même que quand il était parti, mais cela n’avait aucune importance pour le moment. Soutenus par leur allié le vent, le duo tombait lentement vers le sol, et ce n’est que quand elle remit pieds à terre que la demoiselle décida enfin de libérer un peu son ami, tendant les bras devant elle pour mieux l’observer.

« Hé bien, regardez qui est tout grandi maintenant… »

Spoiler:

Le ballon rougit devant les grands yeux perlés de la fille, qui rigola à sa réaction. Elle lui caressa lentement les joues et sa touffe blanche sur la tête, lui répétant qu’il lui avait fait peur et, surtout, qu’elle était très fière de lui et de ce qu’il avait réussi à accomplir. Finalement, elle guida deux de ses quatre nouvelles bandelettes pour l’enrouler autour de son bras, signifiant ainsi que même s’ils grandissaient un peu tout les deux, cela ne changerait rien à ce qu’ils ressentaient l’un pour l’autre.

Elle écouta sagement la conclusion de Soriu, comme une bonne élève, souriant lorsqu’il évoqua son angoisse de ne pas être à la hauteur. Cela avait un côté un peu rassurant, elle n’avait pas été la seule à craindre cette épreuve, et s’ils l’avaient réussi, c’est parce qu’il l’avait faite ensemble. Bien sûr, il lui avait plus donné à elle que ce qu’elle avait pu aider lui, mais elle comptait bien lui rendre la pareil un jour. Surtout quand elle vit ce fantôme apparaître… Elle crut rêver d’abord, comme si l’atmosphère de cet endroit était en train de lui monter à la tête, mais en ce concentrant davantage elle put presque distinguer la forme d’une femme, qui disparu subitement avant qu’elle ne puisse finir de la distinguer. Incertaine de ce qu’elle avait vu, elle lança un coup d’œil à son compagnon, qui lui répondit un léger « Fuuuu », apparemment aussi confus qu’elle. Mettant cela sur le compte que l’émotion, elle ne pensa pas cela nécessaire de s’y attacher plus que cela, et suivit le jeune homme pour retourner à la lumière du jour. Avant qu’ils ne se séparent, la fille s’inclina une dernière fois devant son tuteur.

« Merci infiniment pour votre temps et vos connaissances, vous pouvez me faire confiance pour les utiliser sagement, » elle pausa un instant, avant de se corriger. « Nous faire confiance, en réalité. » reprit-elle, désignant son ami. « Lorsque nous nous rencontrerons à nouveau, vous pouvez compter sur nous pour vous rendre autant que vous nous avez donner aujourd’hui. »

Sur cet au revoir, les deux amis à nouveau réunis rejoignirent leur chambre, et au lieu de s’exclure dans sa sphère, le ballon resta au côté de sa dresseuse, appréciant le repas en sa compagnie. Il avait beau avoir arboré une nouvelle forme, il restait encore très petit par rapport aux autres de son espèce, indiquant qu’il n’avait pas encore tout à fait fini de grandir, et que la route était encore longue avant qu’il ne soit complétement guérit. Mais grâce à cet entraînement, la fille le comprenait déjà mieux, et c’était pour cette raison, avec une motivation renouvelée, qu’elle allait s’appliquer à continuer à arpenter cette voie pour aider ceux dans le besoin, et en particulier son petit ami d’air chaud.


[Cela clôture pour moi aussi ! J’ai trouvé cette épreuve et ses exercices géniaux (sans compter ton interprétation des Baudrive qui est juste parfaite :-o), je te remercie beaucoup pour tout ça, j’ai hâte de pouvoir recommencer prochainement ! o/
PS : note au noteur, non Jiyuu et son Baudrive ne sont PAS des amants, même si c'est l'impression qui en ressort à le relecture ^^" xD]

_________________
- I am the master of my fate : I am the captain of my soul -
~ Spirit Master ~




avatar
Jiyuu
Informations
Nombre de messages : 121

Fiche de personnage
Points: 76
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Lieur [Jiyuu] L'esprit en paix

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum