[ Clos ] Comateen [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Comateen [Solo]

Message par Miku Hatsune le Mer 3 Sep 2014 - 20:04


« Tu seras tombée dans les crystals,
Parfois trop seule parmi les brutals »


Assommée par un rocher... Et elle avait sombré dans l’inconscience. Elle n’avait rien pu faire contre la fureur de la créature aliénée qui avait saccagé Omatsu. Même les efforts d’Hugo, même l’aide de ses propres compagnons n’avaient pu empêcher son sommeil. Autour d’elle, l’effroi et le chaos... Mais elle n’y participait pas, ne luttait pas contre eux, ne pouvait se démener. Comme si elle était ailleurs, loin de ce monde-là.

À deviner que tout est fragile
Découvrir que c’est trop difficile


Son corps avait disparu quelque part entre Terros et Nalcia, enlevé par l’oiseau devin pour le soustraire à ce qui le menaçait. Alors, elle ouvrit les yeux, et elle découvrit l’éther qui l’entourait. Ce n’était ni le noir absolu, auquel elle s’était préparée, au fond, ni le blanc létal qui guettait chaque être. C’était... Autre chose. Quelque chose qu’elle ne connaissait pas, mais qu’elle avait l’impression de savoir, depuis toujours. Tout était flou, vaporeux et léger, et elle ne vit son propre corps que lorsqu’elle en reprit conscience. Peu à peu, ses doigts fins se redessinèrent, ses bras d’albâtre, sa poitrine fine, sa taille menue, ses jambes à peine musclées, ses pieds nus... Ses mains nouvellement reformées touchèrent son visage, qui redevint palpable, tandis que ses longs, très longs cheveux bleus se remettaient à virevolter, agités par une brise insondable. Le décor changea, se précisa, se mua en quelque chose d’urbain, de moderne, de futuriste pour la jeune fille actuelle. De grandes tours d’acier et de béton s’élevèrent du sol comme des arbres à la croissance accélérée, et des milliers de lumières scintillèrent, myriade de petits signes de vie dans cette ville qui l’avait vue naître. Soudain, un murmure.


« Je me souviens que tu faisais... Parfois comme si c’était vrai... »

Caressée par cette voix autrefois aimée – mais s’en souvenait-elle encore -, la prêtresse chercha l’origine du souffle et aperçut un jeune homme à la chevelure d’un bleu foncé qui lui rappelait le fond de l’océan, et qui lui semblait... Terriblement familier. Pourtant, son expression désolée et ses yeux tristes lui étaient étrangers, ou plutôt... C’était comme si elle ne les avait vus qu’une fois. Et qu’elle avait voulu oublier.

« Ne... Qui es-tu ? Qui... Veux-tu ? »

Un abîme de chagrin s’ouvrit dans le regard de « l’autre » qui, d’un geste ample de la main, lu désigna tout ce qui emplissait leur espace. Sans comprendre, la Nalcienne observa attentivement un point précis, qu’elle avait choisi arbitrairement, du moins le pensait-elle. En plissant les yeux, elle distingua une femme aux cheveux rosés, des jumeaux blonds comme les blés, une jeune fille aussi flamboyante que sa crinière, vu son attitude et ses gestes enthousiastes... Ils étaient tous en parfaite santé, s’entendaient à merveille et conversaient joyeusement... Mais lorsque l’un d’entre eux, une adolescente au regard fatigué et à l’allure déprimée, ouvrit la bouche pour leur dire quelques mots, que la prêtresse ne put entendre, tout le groupe se renfrogna, comme si une chape de plomb lui était tombé dessus. Alors, d’un même mouvement, ils levèrent tous la tête, et ils croisèrent le regard de leur camarade, sans la voir.

« Pourquoi... Ai-je si mal ? »

Sans s’en rendre compte, l’apprentie du Temple s’était mise à pleurer à chaudes larmes. Elle avait l’impression d’oublier quelque chose de très important... Et elle sursauta lorsque le garçon qui lui paraissait totalement désespéré la prit dans ses bras. Le cœur bien réel rata un battement dans sa poitrine.

« Tu m’as tant manqué. »

Quelque chose se brisa en elle à ces mots. Une vague douloureuse la submergea, envahissant et retournant son âme dans tous les sens. Elle planta son regard d’azur dans celui de cet être qui lui avait été cher, mais dont elle était sur le point de se souvenir... Quand une décharge lui court-circuita toute pensée et tout mouvement. Ce fut alors comme si tout s’altérait et se brouillait : les buildings, les lumières et les gens, même la musique qu’elle venait seulement de percevoir – c’était sa propre voix ! Tout se mêla en un tourbillon de couleurs et de sons incompréhensibles. Elle ne flottait plus, mais était happée par quelque chose qui la tirait en arrière...

« Mais dites-moi quand elle reviendra... Si elle me sent si elle m’entend... »

La prêtresse tendit la main pour saisir celle de K. Mais ses doigts se refermèrent sur du vide. Et puis, ce fut le noir.

Allongée dans la pièce sombre réservée aux moines et aux prêtresses malades, Miku ouvrit les yeux, sentant une présence rassurante à côté d’elle. Ravie de la voir réveillée, Nebula se blottit contre elle, non sans se frotter à sa maîtresse. Cependant, une seconde présence gênait la jeune fille... Qui tomba d’emblée sur une créature étrange. Toujours étendue sur un tissu fin, mais confortable, la Nalcienne mit quelques instants à comprendre ce qui lui arrivait. D’abord, elle avait dû être secourue par Promantis, puisqu’elle était rentrée chez elle, et pas par ses propres moyens. Ensuite, elle était dans la Chambre Saine, ce qui signifiait qu’elle avait probablement quitté Terros à cause d’un mal assez grave pour que son oiseau prenne la peine de la téléporter ici. Et enfin, la bestiole jaune penchée au-dessus de son visage avait apposé ses mains sur ses tempes, en y faisant circuler une magie puissante. Voilà donc d’où venait ce sentiment d’intrusion pendant son... Rêve ? De quoi avait-elle rêvé, d’ailleurs ? Impossible de s’en rappeler.

Elle se redressa avec lenteur, balayant la pièce du regard. S’y réveiller était bien différent de s’y rendre pour visiter un patient, il fallait l’avouer. Maintenant qu’elle avait conscience de sa convalescence, elle pouvait détailler avec précision le moindre recoin de l’endroit... Qui était finalement bien plus grand une fois qu’on y séjournait, en vérité. Ici, point de décoration superflue ou de mobilier luxueux. Fidèle au dépouillement dont faisaient vœu ceux qui entamaient un apprentissage au Temple, la Chambre Saine avait des murs nus pour décor, rendant les lieux plus majestueux et plus sobres, dans un curieux mélange. Alignés, des tissus pauvres en couleurs, mais non moins efficaces pour isoler les malades, grâce à la magie qui les parcourait, faisaient office de couches de fortune. Affairés, les autres habitants du Temple préparaient des cataplasmes, trempaient des bandages et murmuraient des prières de guérison pour leurs camarades souffrants, dans un calme et dans un silence remarquables. Miku remarqua que les deux seuls Pokémon présents dans la Chambre étaient sa Tylton et... Cette créature aux yeux plissés, dont de nombreux spécimens vivaient là.

L’être psychique lévita jusqu’à elle et lui tendit un parchemin scellé.


« Dis... Qu’est-ce que c’est ? »

Les yeux clos, le Pokémon ne lui donna aucune réponse. En revanche, il se dirigea droit sur une sphère qu’il faisait flotter jusqu’à lui, se tourna vers la jeune prêtresse et, sans un mot, s’enferma à l’intérieur. La capsule fusa dans les airs, seule, pour se poser dans la paume de Miku.

« Eh bien... On dirait que Nestor t’a choisie. »

La missive dans une main, la Ball dans l’autre, Miku regarda, ahurie, le doyen du Temple, son maître, qui lui souriait d’un air bienveillant.

[Contrainte 1 : insister sur la description des lieux et des personnages.]

_________________
Et le Rêve s'ouvrit à ToiTaihei

RP 1 - RP 2 - 1 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match

Spoiler:

Service de vente de Pokémon d'Élevage : c'est par ici !
avatar
Miku Hatsune
Informations
Nombre de messages : 265

Fiche de personnage
Points: 53
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum