[ Clos ] La clé de l'énigme [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] La clé de l'énigme [Solo]

Message par Sacha le Ven 26 Sep 2014 - 17:29

Sacha était assise, adossée contre le mur en ruine, le regard perdu dans le vide. Kaizoku était roulé en boule à ses côtés, tenant sa petite flamme entre ses pattes avant, comme un doudou. Ils n’étaient pas vraiment dans un bon état, leurs vêtements déchirés par endroit et la boue couvrant certaines parties de leurs corps. Un épais bandage couvrait la jambe droite de la fille, constitué de bouts de tissu ramassés ici et là. Ils ressemblaient à des mendiants, attendant qu’une bonne âme leur laisse une pièce pour pouvoir se nourrir.

Toutefois, curieusement, le groupe entrait bien dans le thème de la ville. Geffen, normalement connue pour son ambiance chaleureuse et conviviale, avait été détruite et brulée jusqu’à ce que plus un seul arbre ne tienne debout. Les animaux fous avaient ravagé la ville, transformant en enfer ce petit bout de paradis. Même une fois les bêtes calmées, il avait fallu un moment aux citadins pour s’en remettre, beaucoup ayant subit de lourdes pertes, et pas seulement matérielles. Cela avait pris des jours pour retrouver et inhumer tous les cadavres, qu’ils soient humains ou Pokémon. Il avait fallu ensuite motiver les troupes à se mettre au travail pour reconstruire la bourgade, recrutant tous les bras valides qu’ils pouvaient trouver. Lentement, la commune regagnait petit à petit sa gloire d’antan, mais les cœurs étaient encore lourds et les labeurs loin d’être terminées.

La corsaire avait été invité à aider à plusieurs reprises, qu’elle refusa à chaque fois. D’abord, ce n’était pas sa ville, et si elle ressentait la peine des habitants, elle avait du mal à l’appréhender et à se l’approprier. Ensuite, elle avait déjà fait sa part du travail, en aidant ce vieil homme et cette fille à venir à bout du monstre responsable de la plupart des dégâts. Aussi, sa cheville s’était fêlée, et elle avait été incapable de marcher correctement pendant plusieurs semaines, sa participation aurait donc été plus une gêne qu’autre chose. Et pour finir, elle n’arrivait pas à sortir l’image de son ami d’enfance de sa tête. Elle avait quitté sa maison dans le but de le retrouver, et si la scène était vague dans sa tête, elle se souvenait avoir vu son visage alors que, dans la panique de la bataille, il s’éloignait du centre de la ville, quand elle courrait après son Salamèche instable. Et maintenant cette vision la hantait.

Après le combat, elle s’était donc isolée avec son ami blessé dans un coin de la ville, cachée, jusqu’à ce qu’il fut assez en forme pour en sortir. Ils consommèrent rapidement toutes ses provisions et tout son argent, et la fille se mit alors à voler de la nourriture pour les faire survivre. Elle n’était pas fière de son acte, voler à des personnes autant dans le besoin qu’elle, mais elle faisait ce qu’elle avait à faire. Vaquant de coin sombre en coin sombre, ils escroquèrent leur repas tout en cherchant Aren, par la même occasion, en vain. La fille avait un sentiment immuable qu’il était déjà loin de cet enfer, mais ne pouvant pas le quitter, elle décida qu’il valait mieux ne pas laisser tomber et tirer le meilleur parti de leur situation.

Kaizoku se mit à gigoter à ses côtés, se réveillant de sa sieste. Il se mit lentement debout puis tira un peu sur le haillon de Sacha, pour avoir son attention. La fille comprit tout de suite sa quémande et sortit d’un des pans de sa ceinture de tissu une miche de pain un peu séché. Elle en coupa un morceau avant de le donner à l’animal, puis s’en servit un morceau.

« Blu… »

Suivant le bruit, Sacha repéra ce qui semblait être une petite Gobou, au milieu des décombres. Elle les observait avec des grands yeux, l’air affamée, probablement victime elle aussi du carnage d’il y a plusieurs semaines. La pirate ne réagit pas, continuant à l’observer. Si elle devait donner à manger à tous les enfants tristes du coin, il ne resterait plus rien ni pour elle, ni pour le Salamèche dont elle avait la charge. Ils se toisèrent un moment comme ça, avant que, assoiffée par l’aridité du pain, la jeune fille saisisse leur gourde.

Elle était vide.

La fille poussa un juron. Le petit lézard réclama la bouteille aussi, et faut aussi déçu qu’elle en constatant qu’il n’y restait même pas une goutte de liquide. Il n’était usuellement pas fan d’eau, mais il fallait avouer que pour survivre, il lui en fallait un peu, et que ce pain n’était vraiment pas bon. Il sembla réfléchir un instant, puis demanda un morceau de pain à Sacha. La demoiselle hésita, avant de lui céder ce qu’il demandait. L’animal, armé de son pain et de sa bouteille, s’éloigna un peu, en direction de la Gobou, avant de se mettre à visiblement lui faire un long discours. L’animal sauvage s’approcha, tapa dans la patte de l’autre sous l’œil consterné de l’humaine, puis utilisa son pistolet à eau pour remplir la gourde. En échange, le Pokémon de feu lui offrit le bout de pain, puis tout deux se délectèrent de leur victuaille, heureux de leur affaire. Sacha poussa un petit rire en regardant la scène, avant d’appeler son compagnon.

« Hé, moi aussi j’ai soif ! »

Kaizoku se retourna d’un bond, presque surpris, puis allait avancer en direction de sa maîtresse jusqu’à ce qu’un glapissement l’interrompe. Lui et la Gobou se relancèrent alors dans une discussion intense, qui se conclue par le Salamèche tirant l’autre jusqu’à arriver aux pieds de la demoiselle. Il aboya dans sa direction, essayant visiblement de lui faire comprendre quelque chose. La fille secoua la tête. Il ne pouvait pas devenir un refuge pour tous les animaux du coin ! Vexé, le lézard se mit à taper du pied, puis à tourner sur lui même en agitant ses petits bras, puis à crier au scandale, puis à faire des gestes qui n’avaient juste plus aucun sens ou signification. Un sourire se mit à grandir sur le visage de l’humaine, jusqu’à se transformer en un léger rire. Cela faisait depuis l’accident que son ami ne s’était pas comporté de la sorte, et elle était contente de voir qu’il commençait à redevenir « comme avant ». Devant la réaction de la corsaire, le lézard lui tourna le dos et se mit à bouder. L’humain s’avança, lui piqua la gourde, et lui tapota la tête.

« Hé bien, s’il faut ça pour que tu recommences à te sentir mieux, je suppose qu’elle peut rester… »

Immédiatement, l’animal se mit à bondir partout, heureux comme un roi, emportant la Gobou encore toute perdue par les événements dans sa danse. Sacha se replaça contre son mur, laissant les deux s’amuser et faire connaissance.

_________________
- L'équilibre se trouve entre un flingue et des roses -
~ Balance Master ~




avatar
Sacha
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 14
Âge du personnage: 20 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La clé de l'énigme [Solo]

Message par Sacha le Lun 20 Oct 2014 - 13:15

[Contrainte n°10 : Insister sur un style de texte.]

***
Sacha se dépêcha de tourner au coin de la rue, se plaquant contre le mur, avant de s'immobiliser instantanément. Ils ne la poursuivraient pas longtemps, mais elle préférait éviter qu’on voie son visage, tout de même. Lorsque les bruits de pas s’éloignèrent, elle poussa une longue expiration avant d’ôter le tissu qu'elle avait placé sur sa tête pour le remettre à sa place, autour de sa taille. À eux trois, ils n’avaient fait qu'une bouchée de leur repas du soir, et la demoiselle était donc repartie faire le plein de vivres. La chasse avait été bonne, et ils auraient de quoi tenir quelques jours, voire même jusqu'à ce qu’ils quittent ce trou. En effet, la cheville de la demoiselle semblait quasiment guérie, et avec la nouvelle venue dans leur groupe, Kaizoku avait passé son après-midi à jouer, montrant qu'il commençait enfin à se remettre de son « épisode ». Évidemment, sa dresseuse craignait toujours une rechute, mais il ne pouvait rester dans cet état de crainte éternellement, il fallait se relever un jour, et se remettre à avancer.

La fille s’éloigna encore un peu du centre, puis choisit une petite ruelle déserte pour s’installer pour la nuit. Elle s’écroula sur les sacs de farine percés, faisant voler un peu de poudre blanche. Activant les deux petites sphères qu’elle tenait dans la main, elle libéra Kaizoku et Nehru – c’était apparemment comme ça qu’elle s’appelait –, qui immédiatement se mirent à bondir autour d’elle pour avoir leur part du butin. Sacha n’avait pas réussi à extirper beaucoup d’informations de la Gobou ; ceci dit, elle n’avait pas vraiment fait l’effort d’essayer. Son père lui avait enseigné que le passé de chacun n’appartenait qu’à lui, et que ce n’était pas ce qui permettait de cerner un homme, ou en l’occurrence un Pokémon. Elle avait juste compris que le maître de la créature était décédé en mer, et qu’elle avait réussi à nager jusqu’à la ville où elle était tombée sur l’étrange duo.

Ils mangèrent leur repas d’un appétit retrouvé, commençant à voir le bout du tunnel de cette série d’événements noirs. La dresseuse les laissa jouer encore un peu, puis, quand le soleil eut finit de disparaître derrière la colline, les rappela pour l’heure de se coucher. Elle dut les gronder un peu, mais ils étaient finalement si fatigués de leur journée qu’ils n’opposèrent qu’une faible résistance, et finirent par se blottirent contre leur maîtresse pour la nuit. Le Salamèche contre son flanc gauche et la Gobou lovée dans son bras droit, elle se força à rester un peu réveillée, le temps que les deux infernaux s’endorment, afin qu’ils n’aient pas la mauvaise idée de partir à l’aventure pendant qu’elle dormait comme un loir. Dans l’obscurité, elle remarqua une lueur sur le cou de Nehru, et en regardant de plus prêt, vit que la Pokémon portait un collier sur lequel pendait une petite clé qui reflétait la lumière de la lune. Elle avait une forme assez atypique, et la demoiselle se mit à se demander à quoi elle pouvait bien servir. Avant qu’elle ne puisse s’imaginer une réponse digne de ce nom, elle se sentit porter par le sommeil, rejoignant ses deux amis dans le monde des rêves en serrant la clé dans son poing.

Spoiler:

***
La pièce en bois sombre n’était éclairée que par une petite lanterne qui tentait péniblement de repousser les ténèbres, alors que part la fenêtre on pouvait observer la noirceur du ciel et sentir la fraîcheur de la nuit. Certains animaux croassaient avec des bruits familiers, qui lui rappelaient un peu les sons qu’on pouvait entendre chez elle une fois le soleil couché. À part une table usée, un tabouret, un miroir et un lit rustique, l’alcôve était vide, laissant à peine la place pour un homme de se tenir debout.

Mais il n’avait pas besoin de place. Il n’avait besoin que de la faible lumière qui émanait de sa loupiote et éclairait tout son bureau, sur lequel papiers, livres, bouteilles d’encre et plumes se disputaient une place. Et lui écrivait, activant inlassablement sa rémige sur un croquis d’une machine qui paraissait très sophistiquée et compliquée. Un peu de sommeil ne lui aurait pas fait de mal, mais il ne pouvait pas se coucher maintenant, il était si prêt du but… Jetant un coup d’œil sur la table, la fille put voir un vieux carnet ouvert, qui ressemblait à une sorte de journal, ou quelques phrases un peu troublantes étaient écrites.

1er janvier
Test AM-T28 est un échec. Ne volera pas plus haut. Fut rattrapé par une fillette. Besoin de recalculer la portance de l’engin.

4 janvier
Revu fillette à Tarouga. M’a parlé de sa mère. Femme atteinte d’un mal inconnu.

5 janvier
Docteur Sven rendu visite pour même femme. Dit que je peux aider. Attise curiosité. Envisage une visite.

7 janvier
Sven annonce que femme jadis contagieuse ne l’est plus. Mal déplacé. Crise de paralysie et de mots de têtes fréquent. Envisage un problème au cerveau.

8 janvier
Cerveau répond correctement. Problème déplacé. Douleurs de dos nouvelles. Crises de plus en plus longue. Risque d’arrêt de cœur. Fillette paniquée. Sven envisage problème de colonne vertébrale.

9 janvier
Tests sur colonne vertébrale font souffrir patiente. Étau se resserre. Sven continue à rechercher dans cette direction.

16 janvier
Cas fascinant. Sven a découvert que maladie aurait causé trou dans colonne. Besoin d’une attèle pour la maintenir.

17 janvier
Attèle en tissu insuffisante. Accentue le déplacement de la colonne. Besoin d’un modèle mécanique plus développé.

En levant les yeux, la fille voyait désormais mieux sur quoi travaillait l’homme. Ou plutôt, sur quoi elle travaillait. Elle finit de tracer un dernier trait, puis, contente de son résultat, se dépêcha de reprendre son carnet, tourna frénétiquement quelques pages pour en arriver à la fin.

31 janvier
Modèle AD-6 terminé. Besoin de trouver de l’aluminium. Débuteront les tests dès que possible.

Lachant son carnet, il saisit une feuille vièrge, puis commença à la gribouiller.

Protocole Tests AD
Test sur porteur sain homme. Taille adaptable, implantation supportée, otage sans séquelles. Test 24h puis 48h.

Test sur porteur sain femme, plus frêle. Voir si poids est supporté. Diminuer injonctions d’installation. Test une semaine.

Elle continuait d’écrire des phrases sans queue ni tête, ne comprenant que certains mots isolés. De plus, la fatigue commençait à peser, et il lui fallu se secouer deux fois avant de concéder qu’il était impossible de continuer dans ces conditions et qu’il manquait plus de faire une erreur de calcul qu’autre chose, et que cela pourrait être dangereux. La personne se leva donc, fit le tour jusqu’au pied de son lit où une bassine d’eau stagnait en face du miroir. Elle s’éclaboussa le visage, appréciant la sensation. Elle prit un pan de sa blouse blanche pour se sécher, avant d’enfin lever les yeux vers la surface réfléchissante.

Ses yeux s’écarquillèrent alors qu’elle contemplait sa réflexion. Ses longs cheveux et ses traits féminins avaient disparus, laissant leur place à un homme un peu plus grand et plus mur qu’elle. Elle tendit la main pour tenter de toucher sa réflexion, mais au moment où ses doigts entrèrent en contact avec le métal froid, la vision se retira, plongeant la fille dans un trou noir qui la happait.


Sacha se leva en sursaut, la respiration rapide et le regard confus. Il lui fallu un moment pour se souvenir de l’endroit où elle était, et ce qu’elle y faisait. Kaizoku et Nehru dormait encore paisiblement sur ses genoux, alors qu’une brise fraîche laissait signifier que le soleil n’arriverait pas avant quelques heures encore. La pirate se laissa lentement retomber en arrière sur les sacs, reprenant le contrôle de son souffle, essayant de se remémorer ce qu’elle venait de vivre. C’était un rêve, juste un rêve, c’était indéniable. Mais les sensations qu’elle y avait perçu et les sentiments qu’elle avait pu avoir semblaient tellement réels qu’elle avait du mal à les effacer. Le froid, le noir, la lampe, l’ampoule à la main causée par la plume étaient juste trop intense pour que cela ne soit que un rêve. Mais dans ce cas, de quoi s’agissait-il ? Le cahier avait été daté de jours qui n’avaient pas encore eut lieu, était-ce donc une prémonition ? L’idée était absurde, et même si ça en était une, pourquoi maintenant ? Pourquoi ce soir ?

Les questions continuaient de se bousculer dans sa tête, alors que lentement, une certitude commença à s’y installer. Il fallait qu’elle rentre à la maison. Elle avait quelque chose à y faire, quelque chose d’important. Elle était incapable de dire de quoi il s’agissait exactement, mais le pressentiment la titilla jusqu’à ce qu’elle décide de l’accepter.

Demain, à l’aube, ils se mettraient en route pour Tarouga.

_________________
- L'équilibre se trouve entre un flingue et des roses -
~ Balance Master ~




avatar
Sacha
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 14
Âge du personnage: 20 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum