[ Clos ] Investigation et contemplation [PV Lia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Investigation et contemplation [PV Lia]

Message par Cyrus Garian le Mar 7 Oct 2014 - 21:51

Je m'étais habitué au vent marin, le bateau qui tangue sous les vagues irrégulières, le temps capricieux en nous donnant une bonne brise arrière pour ensuite nous offrir une tempête le jour d'après. Je dois avouer que ça doit être une vie assez palpitante en faite. Il se passe toujours quelque chose, on est toujours en mouvement et, quand on se repose enfin, c'est pour récupérer un peu de force pour y retourner ensuite. Personnellement j'ai touché un peu à tout, que ce soit pour laver le pont, cuisiné pour l'équipage ou même faire le guet en haut du mat. Bien qu'il ne soit pas aussi efficace qu'un Chacripan ou un Miaouss, Galé faisait le garde près des vivres, quelques Ratatas et autre Ratentifs s'étaient infiltrés sur le navire pour y passer une croisière de luxe. La petite Embrylex l'aidait dans sa tâche de temps en temps, prenant ça, comme toujours, pour un jeu, dans ce cas un cache-cache. Ozzy lui arpentait le navire tranquillement, ne demandant rien à personne, comme un soldat qui faisait sa ronde. Une fois par semaine, nous faisions une petite fête pour décompresser un peu. C'est à ce moment où je dégainais ma guitare et jouais quelques notes de musique avec l'aide d'Ozzy, le son si particulier avait l'air de plaire à tout le monde en tout cas. Lia quant à elle semblait comme un Magicarpe dans son lac. La première semaine était difficile pour elle, mais elle a finit par s'y habituer. La deuxième elle s'attelait aux tâches des autres marins, évitant par contre la cuisine au possible ...

Puis finalement, après deux longues semaines passé en mer, Comodo était en vue. En mer, on a pas vraiment la sensation de vitesse car la mer est à perte de vu, difficile donc de prendre un repère. Pourtant, une fois la terre en vue, elle s'approchait bien plus vite que ce à quoi je pensais. Le bateau s'amarra finalement et, depuis 15 jours, nous foulions la terre ferme. Le capitaine était venu tout spécialement pour nous faire nos adieu, notre route étant accompagné par les cris de l'équipage alors que nous les remercions pour ce voyage. Une fois à bonne distance, je remarquais enfin la ville et, à côté, la plage au sable blanc à perte de vu. Je ne pouvais que m'émerveiller par tant de splendeur. Les gens qui s'y trouvaient sembler faire la fête à l'image de la ville elle-même qui était décoré de toutes choses qui nous faisait penser à des festivités. Partout où nous allions, de la musique s'élevait, les gens étaient tous en tenue décontracter, contrastant avec nous qui avions des tenus adapter pour la fraicheur. Les rues n'en étaient pas moins animés, les marchants en tout genre foisonnait, chacun "spécialisé" dans un article spécifique et ... totalement inutile à vrai dire ... Si on avait le malheur de s'approcher d'un peu trop près de l'un d'eux, le dit-marchant nous sautait littéralement dessus pour mettre en valeur ses produits. Arrivé dans un coin plutôt tranquille, je soupirais doucement avant de lancer à Lia.

-Bon, on va où ?

Après plusieurs secondes sans réponse, je me retournais finalement pour me rendre compte qu'elle n'était plus derrière moi ... Seul Galé était à mes côtés, comme toujours. Est-ce qu'elle n'était qu'a quelques mètres derrière moi ou est-ce qu'elle se serait perdue ?

_________________



Spoiler:

Spoiler:
Samourai - Invocateur
avatar
Cyrus Garian
Informations
Nombre de messages : 43

Fiche de personnage
Points: 45
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Investigation et contemplation [PV Lia]

Message par Invité le Mer 8 Oct 2014 - 23:46


•○ Questions ? Réponses ! ○•
•○ Cyrus○•
CONTRAINTE FAIRE INTERVENIR UN PNJ

Deux semaines, la première c'étaient passer à essayer de faire comprendre à son estomac qu'il ne fallait pas renvoyer à la figure des gens ce qu'on lui offrait. Une fois cela compris tout se passa nettement mieux pour la jeune femme qui aida l'équipage, apprenant à nouer les cordages et à briquer le pont. Sa condition de femme les avait poussés à lui demander une seule fois de faire la cuisine. Quand après le repas la moitié de l'équipage se retrouva à vomir leurs tripes par-dessus bord ils comprirent qu'elle n'était pas du tout faite pour cela. Du coup elle avait donné un coup de main à rentrer les voiles lors de la courte tempête, assurée les tours de garde avec les autres sans rechigner, adoptant un comportement sociable de groupe étonnant. En fait la vie sur un bateau lui rappelait sans doute énormément la vie dans son village, l'entre aide instinctives qu'ils avaient toujours tous eu entre eux. Du coup elle se mêlait sans aucuns problèmes à la vie dans la petite communauté du bâtiment. Puis, après deux semaines de trajets les côtes de Mizuhan furent en vue. L'effervescence sur le bateau était à son comble alors que chacun courrait à la tâche de trouver un ancrage correct pour le vaisseau. Les grandes voiles furent rentrer pour ne laisser que les trois voiles directionnelles ralentir la course du bateau et lui permettre de trouver le pont sans abîmer le bâtiment.

Quand le capitaine les salua, Lia eut un léger pincement au cœur, comme si une nouvelle fois elle perdait sa famille, son regard s'embua quand elle salua le marin et son équipage avant de suivre Cyrus, le regard un peu triste. Quand elle entendit la foule elle se figea, tant de monde et de bruits l'effraya presque et au moment où elle se faisait la réflexion qu'elle ne devait pas s'éloigner trop du dresseur elle devint pâle. Il n'était déjà plus devant elle. Un instant de panique plus tard elle sentit les larmes qu'elle avait retenues de la séparation des personnes du bateau couler sur ses joues. Ce n'était que face à une foule qu'elle sentait se sentiment dérangeant d'être seule au monde, dernière rescapées d'un peuple en menace d'extinction. Elle replia ses jambes et s'accroupie, cachée derrière un grand étal, la personne l'observant de manière étrange. La femme s'approcha de la brune et lui posa la main sur l'épaule, un long frisson parcouru le dos de Lia qui leva le regard et hocha la tête. Sous son vêtement la pierre pulsait rapidement, c'est donc oubliant totalement son compagnon de route qu'elle suivit la femme dans l'échoppe derrière l'étal. Est ce qu'il aurait aperçu la lance briller une dernière fois au rayon de soleil avant de disparaître ? L'Embrylex suivit sa dresseuse en tenant un pan de sa jupe longue, cherchant du regard les deux autres avant de s'enfoncer dans la pénombre de la pièce.

La boutique était emplie de flacons de toutes tailles et de toutes sortes, avec des choses étrange parfois en lévitation dans leurs liquides. Lia suivit la femme, celle-ci portait une robe bleu nuit, un peu élimée sur certains côtés, des chaussures de cuir souples de couleur bleu également et sa longue chevelure sombre était retenue par un ruban bleu également. Elle conduisit la jeune femme dans l’arrière-boutique, sans craindre un mal quelconque la terrosienne la suivit, sa Pokémon sur les talons. Elle s’arrêta face au placard imposant qui prenait tout un pan de mur et referma la porte derrière elle sur un signe de son ainée. Les lumières des bougies vacillèrent légèrement pendant que le souffler généré par la porte balayait la pièce. Puis lentement la femme ouvrit les portes du placard et à l’intérieur un vrai autel de prière à l’effigie d’une pierre noire. Celle-ci sous forme d’un parchemin qui paraissait ancien, tellement qu’on en avait presque peur de respirer près de lui représentant un monolithe noir entourer de petits points dans lesquels on pouvait en s’approchant au maximum reconnaitre des êtres humains minuscules. Puis dans une sorte de vase en cristal, mis en valeur par un jeu de lumière et de miroir brillait un fragment identique à celui qui se balançait sur la poitrine de la jeune femme. Elle sortit lentement son fragment et les deux pierres « résonnèrent » ensemble.

« Qui êtes-vous ? » Les premiers mots de Lia vers l’étrangère sonnait comme une intérrogation mêlée de crainte.
« Je suis comme toi, bien que je n’ai pas d’enfant pour le moment à qui transmettre ce bijou, tu es l’une des enfants premières, une de ceux choisi par la pierre n’est ce pas ? »
« En effet, mais comment se fait-il que vous soyez si loin de Terros »
« Je ne suis pas comme vous, je ne suis un sang mêlé depuis si longtemps que nous avons perdu la maitrise de la terre comme vous. »

Lia acquiesça d’un mouvement de tête, elle savait pourtant l’histoire, les clans premiers qui avaient fui, se fondant aux autres populations, mais le voir de ses yeux elle ne savait pas que cela allait être possible durant son voyage. Elle s’agenouilla sur la paillasse que son hôte lui montrait, le regard respectueusement levé vers le parchemin. Il semblait si ancien que rien que de le regarder elle avait peur de le voir s’effriter, pourtant la curiosité et l’envie était largement visible dans le regard de la jeune femme. La personne revint et servit sur la table basse une tassé de thé brulant pour elles deux et s’assit sans rien dire de plus. Elle avait remarqué l’intérêt de l’héritière de la pierre mais n’avait pas fait allusion laissant la jeune femme se prononcer si elle le désirait. Au bout d’un moment Lia regarda franchement la personne et se racla la gorge.

« Je vous remercie de votre hospitalité, j’aurais tant de question à poser que je ne saurais pas comment les dénombrer toutes, je vais donc commencer par le début, vous n’avez personne à qui léguer la pierre si vous ne maitriser plus la pierre ? »
« En effet, la pierre réagit à la proximité de ses semblables mais elle n’a pas fait de pacte. »
« Je peux la prendre si vous voulez bien ma la confier»
« Elle ne peut pas être séparé du parchemin, les deux sont liés, mais je pourrais en effet vous les confier seulement si …»
« Si ? »

Lia resta silencieuse avant de comprendre, elle voulait une preuve qu’elle pouvait prendre les objets sans engendrer de désastre. La jeune femme saisit sa pierre et la passa par-dessus sa tête, ses cheveux courts et souples glissant autour de la corde. Elle se leva et s’approcha de l’autel, s’inclinant avec respect devant la pierre qui brillait face à sa jumelle les deux s’éclairant d’un éclat rougeoyant au centre. D’instinct la jeune femme prit en main la deuxième pierre. Elle savait qu’elle ne pouvait pas faire de nouveau pacte, mais peut-être que les pierres cohabiteraient ensemble ? En les approchant  l’une de l’autre elle sentit le pouvoir des cristaux s’attirer et se repousser à la fois. Sa pierre se mit finalement à briller plus fort et elle dû fermer les yeux. Quand elle les rouvrit son éclat avait comme absorbé l’éclat sombre du cristal maintenant transparent dans son autre main. Elle hésita une seconde et reposa sa pierre de cristal translucide dans le vase et leva la main vers le parchemin qui tomba roulé dans sa paume. Elle se retourna vers la personne qui hocha la tête et finissant son thé se leva à son tour.

« Je ne peux pas vous promettre que la malédiction est levée, cependant le cristal devrait rester terne vu que le pouvoir de la terre n’est plus en contact avec lui …»
« En effet, maintenant il est temps de retrouver tes compagnons de route, va, ils te cherchent. »

Lia plissa les yeux et fit en sens inverse la traversée de la boutique pour ressortir sur la rue commerçante et très vite elle reconnue la silhouette de Cyrus. Elle voulut se retourner pour remercier la personne mais l’étal semblait maintenant se fondre avec tous les autres, elle n’arrivait pas à apercevoir celle qui lui avait confié un trésor ancien. L’Embrylex tirait sur sa robe alors que Lia cédait à la pression de la petite qui se précipita sur le Galekid pour le serrer contre elle après avoir lâcher sa dresseuse. La jeune femme restait silencieuse se demandant comment la femme avait su qu’elle ne voyageait pas seule. Peut-être une mystique de l’eau qui avait reconnu la marque de la mer et des embruns identiques sur elle et sur lui ? Mais c’était un peu gros quand même comme technique. Ou alors … Elle resta dans ses réflexions avant de hausser les épaules, il serait temps plus tard de réfléchir, Cyrus ne semblait pas savoir où aller, elle prit donc les choses en main, se renseignant gentiment auprès des vendeurs pour connaitre l’emplacement du magasin général de nourriture. Les envoyant paître avec les Wattouat du coin quand la réponse se soldait par un « achetez moi quelque chose et je vous le dirais ». Après quelques temps elle obtint sa réponse et dirigea donc le groupe vers l’endroit où il pourrait acheter de quoi manger et s’habiller. Désirant affronter les froids polaires, il leur faudrait au moins pour eux des capes chaudes et légères à transporter afin de continuer leur route sur le continent de l’eau.



Dernière édition par Eliabbesheth ‘ y Atsar le Lun 27 Oct 2014 - 14:01, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Investigation et contemplation [PV Lia]

Message par Cyrus Garian le Mar 14 Oct 2014 - 23:44

Pendant de longues minutes, j'errais à la recherche de Lia, cette dernière ayant soudainement disparu sans crier gare. Même la petite Embrylex n'était plus là et Galé n'arrivait pas à tracer leur odeur, pas étonnant vu la foule en même temps. Puis, en me frottant l'arrière du crâne, j'entendais le son typique de la petite pokémon qu'elle faisait quand elle retrouvait Galé. Cette dernière lui avait sauté dessus tout en le serrant fort contre elle. C'était la première fois que je la voyais faire ça. Galé, tout aussi surpris que moi, resta bouche bée devant cette réaction un peu ... disproportionner ? Certes on s'était perdu de vue, mais depuis 10 minutes, pas depuis 10 ans ... Malgré ça, cette scène me décrocha tout de même un petit sourire alors que Lia, dans un calme olympien, passa à côté de moi comme si de rien était, réfléchissant surement sur la direction à prendre. Soupirant doucement, je la suivais tranquillement sans rien demandé. La demoiselle s'arrêtait à plusieurs étalages pour demander son chemin. Elle fut à chaque fois accueillit par un marchant qui réclamait une compensation contre les informations. Les envoyant bouler à chaque essais, elle finit par trouver une petite dame qui lui indiqua sans rien demandé de plus. Sérieux ... Les hommes sont tous des cons ... Je m'excuse sincèrement au nom de tous les hommes ...

La joie et la bonne humeur de cette ville déteignait lentement, mais surement sur nous. Notre petit groupe gambadait tranquillement avec des sourires qui illuminaient nos visages, les pokémons, rejoint par Ozzy ,que j'ai fais sortir de sa pokéball, jouaient joyeusement entre eux. Pourtant, une silhouette attira mon attention. Un homme, plutôt grand et sacrément mince longeait les murs de la ville, comme si il ne voulait pas être vu. Encapuchonné, il était vêtu d'une longue toge couleur sable qui ne laissait aucunement voir le reste de son corps à part ses mains, qui transportait de la nourriture, et son visage. Son visage ... Je l'avais déjà vu quelque part ... Fouillant dans ma mémoire, je le fixais sans sourciller. Soudain, l'illumination. Ma joie laissant place à la colère et l'incompréhension, mon regard se noircit. Mes yeux étaient ceux d'un prédateur, mes poings serrés alors que je contenais ma rage ...

Embry s'était jeté sur Ozzy lorsqu'il fut à peine sortit de sa pokéball. La petite lui a fait un gros câlin alors qu'il affichait sa joie avec son unique oeil. Durant notre marche, le pokémon acier s'était posé au sol et Embry sauta dessus pour le faire rouler de ses pattes arrières. La petite ne pouvait s'empêcher de rire, Ozzy, lui, semblait apprécié tandis que je gardais un oeil sur eux, souriant à leur bêtise. Sans regarder devant moi, je finis par buter contre la jambe de Cyrus. Pourquoi on s'est arrêté ? Levant ma tête vers le dresseur, je remarquais finalement son visage plus que noir, son regard fusillant un individu qui, semble-t-il, n'aurait pas dû se trouver là. Sans prévenir, il attrapa le bras de m'dame Lia pour l'amener jusqu'à une petite ruelle. Ils jetèrent un coup d'oeil à l'homme qui s'y était engouffré. Je pouvais sentir le visage du jeune homme s'assombrir encore même sans le regarder, la petite Embry s'accrochant à la jambe de sa dresseuse, "son papa lui faisant terriblement peur à cet instant". Imitant les humains, je finis enfin par comprendre le pourquoi du comment. L'homme, on l'avait déjà vu avant. Il était là quand la maman de Cyrus nous a dit au revoir pour la dernière fois à la maison. Alors que j'essayais de me souvenir de son nom, Cyrus se mit à murmurer pour la demoiselle.


-Jarhek Kelmaur ... Un archéologue, l'un des subordonnés de ma mère ... Ils étaient trois a accompagné ma mère jusqu'à son site de recherche en partant de chez nous, Forrix Valmer, Larrana Kroeger et Jarhek Kelmaur ... Tous trois, ainsi que ma mère et son équipe sont portés disparus, leurs familles n'ayant aucune nouvelle ... jusqu'à aujourd'hui en tout cas ...

Pourquoi est-ce que j'étais autant en colère ? Est-ce le fait de savoir qu'il était en vie mais qu'il n'a pas donné de nouvelle depuis 7 ans ? Qu'il est bien là malgré son statut de disparut ? Qu'il pourrait être une des causes de la disparition de ma mère ? Sous tant de questions, la rage s'intensifia. L'homme finit par passer un coin de rue jusqu'à disparaitre. À ce moment, je bondis de ma cachette improvisée pour me poster à l'intersection. Il faisait sombre, mais pas assez pour être dans l'obscurité totale. Un rayon de soleil traversait une fenêtre pour illuminer le pan de mur ou se trouvait Jarhek. Ce dernier semblait vivre en clochard, en paria et autre personne peu fréquentable. L'homme semblait donner à manger à des pokémon errant. Tout en le regardant faire, j'aperçus dans la ruelle d'en face d'autres hommes qui s'approchaient de lui. Ces derniers étaient des petites raclures, des petits caïds qui prenait plaisir à rabaisser les autres et à les dépouiller du peu qu'ils avaient. Apparemment, le sans-abri devait leur "payer une taxe pour pouvoir vivre à cet emplacement". La bonne blague ...

Alors que Jarhek leur apprend qu'il n'avait plus rien, l'un d'eux se saisit de lui pour commencer à le frapper et à le malmener. Mon sang n'a fait qu'un tour que je bondis sur les agresseurs, la rage toujours présente, l'odeur du sang m'appelant alors que mon katana décrivait un arc vertical vers le ventre de la petite frappe. Mais au dernier moment, je retiens mon bras au mieux. Malgré cela, le sang jaillit un instant, l'entaille n'était pas profonde fort heureusement. L'homme s'effondra sous le choc alors que ses amis s'apprêtaient à venger son camarade. Lorsqu'ils me regardèrent, ils y réfléchirent à deux fois. Le rayon de lumière derrière moi me donnait un air malsain, dangereux voir même démoniaque. Attrapant leur copain, ils déguerpirent sans demander leur reste, mon arme retrouvant sa maison. Le pauvre homme s'approcha de moi à quatre pattes, la douleur semblait l'affecter plus que je le pensais. Il se saisit de ma main avant de lever son visage vers le mien, me remerciant avec toute sa gratitude et la bénédiction d'Arceus. Malheureusement pour lui, je n'avais guère envie de ses remerciements. Ma main gauche serra doucement son cou avant de le soulever sans effort du sol, le plaquant violemment contre le mur, le soleil l'aveuglant partiellement. L'envie de le tuer ici et maintenant était tel que je me retenais de toutes mes forces pour ne pas le faire, ma main se resserrant d'elle-même. D'un mouvement brusque, je le plaquais violemment de nouveau sur le mur d'en face. Gémissant tout en tremblant, il finit par me supplier d'une voix fébrile.

-Pitié ... Ne me tuez pas ... Je n'ai rien ... J'ai une femme et des enfants qui m'attendent ...

En entendant ses mots, mon épée sortit instantanément de son fourreau, la pointe de la lame venant se poser à la base de son cou.


-Ta femme ? Tes enfants ? Combien de temps tu ne les as pas vus ? Pas donner de nouvelles ? 7 ans il me semble non ? Monsieur Jarhek Kelmaur ...

-Comment vous me .. connaissez ...? Ses yeux verts croisèrent enfin les miens, rendant l'homme silencieux pendant de longues secondes. Vous ... Tu es ... son fils ... Annia ... Tu as ... ses yeux ...

De nouveau, la rage prit le dessus. Je le jetais au sol avec violence avant d'écraser mon pied sur son ventre. Un gémissement de plainte s'ensuivit tandis qu'un peu de sang coulait le long de sa joue.


-Parle !! Qu'est-ce qui s'est passé ? Où est-ce qu'elle est actuellement ? Est-ce qu'elle est en vie ?!

-Je ... Je ne peux rien dire ... Ils vont ... me tuer ... ainsi que ma famille ...

Mon pied s'abatit encore une fois sur lui, un nouveau flot de sang gicla de sa bouche. Je moulinais un instant mon arme dans le vide avant de prendre la garde de cette dernière à l'envers, la lame scintillante pointer vers le bas, directement sur son coeur.

-Alors, tu ne me sers à rien ... Dis-je d'un ton dénué de toute forme de sentiment.

_________________



Spoiler:

Spoiler:
Samourai - Invocateur
avatar
Cyrus Garian
Informations
Nombre de messages : 43

Fiche de personnage
Points: 45
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Investigation et contemplation [PV Lia]

Message par Invité le Jeu 16 Oct 2014 - 14:03


•○ Questions ? Réponses ! ○•
•○ Cyrus○•
Elle dû cesser d'avancer dans la direction qu'elle avait choisi, et ce parce que Cyrus venait de lui agripper le bras pour l'entraîner ailleurs. Elle allait lui faire remarquer que pour attirer son attention il ferait mieux d'essayer une autre méthode quand elle croisa son regard qui la fit taire. Oui, sans le savoir il venait de réussir l'exploit de museler la jeune femme. Elle fronça les sourcils, d'eux deux c'était elle la folle psychopathe (au yeux de toutes leurs rencontres), pas lui, pourtant il avait à cet instant un regard.. Délicieusement terrifiant. Il ne faut pas chercher à comprendre mais le fait qu'il l'ait ainsi entraîné à l'abri du regard avec ces yeux tout simplement fascinant l'avait électrisée. Elle frissonna avant de comprendre l'objet de son acte n'était autre qu'un homme … QUOIIIII Il était homosexuel ? Elle se tétanisa et leva la tête pour observer le spécimen qui avait tant attiré le regard de son compagnon et se fit aussitôt tirer en arrière par celui-ci. Sa Pokémon vint se plaquer contre sa jambe, un peu quand elle lui avait fait peur et qu'elle s'était réfugiée alors derrière Cyrus.

Son regard passa de la petite au jeune homme et sa main se posa finalement sur la tête de sa Pokémon pour la rassurer attendant le regard posé dans celui qui lui remuait les entrailles. Elle écouta avec attention, prenant la mesure de la haine de Cyrus à cet instant et en aurait presque sourit. Il n'était pas gay, du moins peut-êtrepas .. Elle se mordilla la lèvre pour essayer de revenir au moment présent. Et suivit le jeune homme résignée à l'idée d'un probable retard dans leurs emplettes, mais si cela pouvait lui donner un ^petit bout de piste pourquoi pas s'attarder un moment. Elle n'était venue sur Mizuhan que pour ses antiques parchemin et la bibliothèque royale acambr… visiter. D'ailleurs elle avait zappé de parler de cet arrêt  possible à son compagnon. Dans ses réflexions elle se heurta à son dos et le fixa avant de pencher la tête et d'observer la scène d’un œil plus intrigué qu’outré. Après tout si cette personne se cachait depuis des années, elle n’avait qu’à travailler ? Ou alors se vendre elle-même ? Tout le monde à un talent pour lequel on peut trouver contrepartie, Lia c’était son talent à l’épée et son cerveau rapide. La loque en haillon avait bien des choses à échanger ? Ou apparemment pas, il semblait aussi vide de forces que de fortune, voire d’esprit, lamentable. Et ça avait accompagné la mère de Cyrus ? Ça avait dû décamper face au danger oui …

Elle laissa Cyrus se défouler, mieux valait pour lui qu’il laisse cette haine sortir de lui et la déverser sur les autres que la conserver en lui. Au moins cela pourrait le calmer un peu… Bon ou pas, les mécréants écartés de quelques attaques du katana rapide du terrosiens, les autres n’insistèrent pas et filèrent sans demander leur reste. Dommage, elle aurait bien voulue elle aussi donner quelques cops de lance dans le tas; mais son compagnon avait attaqué pour défendre et se tournait à présent vers le tas de vêtement informe qui remerciait son sauveur … Hummm. Un peu trop tôt vu la réaction de Cyrus qui l'épingla au mur par la gorge, tiens donc il perdait son calme lui aussi, la jeune femme se jucha sur un caisse derrière le jeune homme et son pantin, observant la scène un sourire aux lèvres. Bah quoi ? Elle n'avait pas à intervenir surtout que pour une fois ce n'était pas elle qui demandait gentiment les informations. La scène devant elle semblait terrifier la petite Pokémon aussi elle rappela dans sa noigrume l'Embrylex, jetant un regard sur le meurtre qui allait être commis et finalement se leva. Elle posa lentement une main sur celle de Cyrus, détournant la pointe de l'épée sur le côté et penchant la tête pour lui sourire.

« Voyons Cyrus, on ne va commettre un meurtre ici, ça ne serait pas propre, et le sang est très difficile à nettoyer tu sais ?»

A la loque qui la remerciait à ses pied elle sourit également, un sourire qui le fit cesser immédiatement ses remerciement alors que la jeune femme s'accroupissait devant lui. Elle lui tira la tête en arrière par les cheveux, renversant sa gorge et sourit d'un air sadique avant de lui exposer calmement ce qui allait l'attendre s'il ne racontait pas de suite ce qu'il savait. Devant les yeux noirs qui lui promettait moult tortures l'homme trembla un peu plus. Vraiment pathétique, et dire que cette loque avait accompagné la mère de son ami ? Il avait du faire dans son froc un nombre de fois incalculable pour générer une odeur pareil.

« En gros, soit tu balances ce que tu sais, soit je l'extirpe de manière assez peu traditionnelle.»

Il trembla de nouveau et Lia sortit un poignard de sa poche, les armoiries du clan brillant brièvement sur l'arme elle remarqua le regard de l'homme qui avait du en tant que chercheur deviner d'où elle venait. Elle planta la lame dans le sol à quelques centimètres des outils de procréation de l'homme qui se mit bizarrement à parler de manière rapide et surtout anarchique. Le soucis principal était qu'il ne connaissait justement rien, et elle releva un regard ennuyé vers Cyrus. Ils avaient un dilemme à résoudre, comme face à l'armée terrosienne en fait, laisser ou non une trace de leur passage derrière eux. Elle se redressa et lentement fixa son compagnon dont la colère ne semblait pas apaiser devant ce manque certain d'information.

« Bon on a le choix, soit on le tue et comme ça personne ne saura ce qu'on cherche ni qui nous sommes, soit on le laisse en vie, mais il faut s'assurer de son silence, donc il vaudrait mieux lui trancher la langue et les mains. Qu'il ne puisse ni parler ni écrire ? A toi de voir. »

Le choix final ne lui revenant pas, elle enfonça une pomme dans le gosier de la personne pour supprimer tout cri possible, puis elle attrapa le Magneti dans ses bras et poussa gentiment le Galekid devant elle. C'était à Cyrus seul de voir ce qu'il devait faire ou pas. Elle ne voulait pas traumatiser les animaux aussi elle les conduisit jusqu'au coin de ruelle, vérifiant que les mécréants de plus tôt avaient bien décamper et attendit Cyrus, tapotant du pied lentement en fixant le muré en face d'elle, se tenant entre le Galekid et son dresseur pour ne pas qu'il voit la scène. Elle préférait qu'il sache lui même ce qu'il allait faire, qu'il découvre s'il était vraiment prêt à supprimer une vie pour continuer sa quête. Elle entendit ses pas et se mit en marche sans regarder en arrière, marchant rapidement jusqu'à sortir de l'étroite ruelle pour rejoindre la lumière du jour. Elle ne brisa pas le silence, ne voulant pas connaître le choix de Cyrus sauf s'il voulait le lui dire, après tout il y avait d'autres options, le laisser en vie avec la promesse de se taire mais malheureusement elle doutait fortement de la parole d'une loque humaine réduite à faire les poubelles.

Bon il n'avait pas vraiment un si mauvais fond, après tout il avait donné à manger aux Pokémon sauvages ou abandonnés, mais cela ne les regardait pas vraiment. Enfin elle chassa ses idées et revint à son problème de base trouver de quoi dormir, s'habiller et chercher un moyens d'obtenir de bonnes informations. Dans son esprit une idée germait, certes totalement folle, mais pourquoi pas réaliste, mais est ce que son compagnon accepterait son aide elle l'ignorait. Elle continua jusqu'au magasin de fournitures diverses, mais ne s'y arrêta pas, il leur fallait les informations pour se diriger avant toute chose, aussi elle interrogea les passants sur l'auberge la plus proche. Tout se disait dans les auberges et si elle parvenait à dénicher celle dans laquelle toutes les conversations peuvent être entendues cela permettrait d'arriver à leurs fins. Restait qu'il devaient être discret et si le Galekid pouvait se fondre dans la masse, le Magneti qui volait dans tous les sens et l'Embrylex qui faisait des câlins de partout ne savaient pas se tenir. Elle garda donc la petite dans sa sphère et désigna le Pokémon volant à Cyrus.

« Essaie de le rappeler qu'on ne se fasse pas trop remarquer ?»

Elle continua ensuite le chemin vers l'auberge qu'on lui avait indiquée, poussant la porte après avoir rabattue sa capuche sur la tête. Elle pénétra dans le lieu qui grouillait de monde et sans demander alla s'asseoir à une table au centre de la pièce, histoire de pouvoir laisser traîner leurs oreilles partout. Certes ils devraient être très prudents et vigilant mais au moins ils pourraient capter ce qui se disait tout autour d'eux. Elle s'installa sur une chaise, ne retirant pas sa cape et attendant qu'on vienne leur proposer à déjeuner, étonnée de ressentir la faim ne s'étant pas vraiment rendue compte que l'heure du repas était arrivée, un peu décalée avec le rythme de vie du bateau.



Dernière édition par Eliabbesheth ‘ y Atsar le Lun 27 Oct 2014 - 14:01, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Investigation et contemplation [PV Lia]

Message par Cyrus Garian le Mer 22 Oct 2014 - 19:18

L'air dans la ruelle était fraiche. L'ombre permanente et le léger vent qui s'y engouffrait renforçait cette impression. La lame de mon arme luisait doucement grâce au petit rayon de soleil qui perçait les ténèbres, ce dernier semblait slalomer entre les bâtiments. L'homme sous moi tremblait de peur, me suppliant de l'épargner et, très certainement, faisait dans son froc. Mon regard froid et chargé de haine le fixait sans aucune forme de pitié puis, finalement, mon arme fendit l'air, prenant la direction de son coeur. Pourtant, au dernier moment, ma lame dévia de sa trajectoire pour se loger dans le sol, juste sous son aisselle. Mes yeux se posèrent alors sur Lia avec incompréhension. Tout en me reculant, je la laissais faire son tour d'intimidation, elle semblait joué avec Jarhek, avec ses peurs. Puis, le plus naturellement du monde, elle me laissa de nouveau le champ libre après avoir enfoncé une pomme dans sa bouche. Bien que la finalité sera tout de même la même à la fin, elle me laissa reprendre contrôle de ma rage, ou en tout cas un peu. Lorsque la demoiselle s'éloigna avec les pokémons, je me postais devant la loque avant de lui poser de nouvelles questions après lui avoir arraché violemment la pomme, ce qui lui arracha un gémissement de douleur.

-Est-ce que les deux autres sont encore vivants ? Lui demandais-je d'un ton froid

-Oui ... Surement ... La dernière fois que je les ai vus, ils l'étaient ... Il ne me regardait même plus, fixant le sol, certainement par peur de mon courroux.

-Où sont-ils ?

-Je ... Ne sais pas ...

-Est-ce que ma mère est toujours en vie ?

-Elle l'était ... quand on l'a quitté ... C'est tout ce que je peux te dire ... Pitié ...

Je finis par soupirer lentement, un sentiment d'espoir m'envahit un moment, bien que très faible.

-Tu sais ... Ta femme ... Après toutes ses années, elle a été officiellement reconnue veuve faute de savoir si tu étais toujours en vie, j'ai appris qu'elle s'est remariée il y a 5 ans. Je m'agenouille à ses côtés pour lui murmurer ensuite. Tes enfants ont trouvé un nouveau père a aimé et qui les aime en retour. Bien trop jeune il y a 7 ans pour véritablement se souvenir de leur père biologique. De plus, ils ont maintenant une bien jolie petite soeur ...

Le visage de l'homme se décomposait à mesure de mes révélations sur sa famille. Le désespoir l'envahit, bien trop choqué pour dire ou faire quoique ce soit. Tout en me redressant, j'ai posé doucement la lame sur l'homme, cette dernière caressant avec tendresse sa gorge tendis qu'un fin filet de sang coulait. S'en suivit un flot plus important du liquide. Essuyant mon arme sur les vêtements en lambeau de Jarhek, je me permis une dernière phrase à son encontre en le regardant mourir lentement avec indifférence.

-Sens le désespoir avoir raison de toi lâche.

Tout en tournant les talons, un trou béant se formait sous le corps à qui la vie se retirait. Ce dernier tomba à l'intérieur sans broncher, seul un choc lourd mais bref se faisait entendre. Tout aussi lentement qu'il était apparu, le trou s'en alla, se refermant sur lui-même, ne laissant aucune trace de notre passage ou même de Jarhek.

Cyrus revient à nous quelques minutes plus tard, mains en poches, l'air penseur. L'aura noire autour de lui avait disparu au profit de la mélancolie. Embry l'avait bien senti et se risqua à s'approcher de lui pour faire un câlin à sa jambe. Le jeune homme sourit tristement avant de se baisser pour caresser la petite tête de la pokémon. M'dame Lia ne s'était pas retourné, restait silencieuse. Surement qu'elle voulait que ce soit Cyrus qui en parle le premier, ce qu'il ne fit pas tout de suite. Pourtant, je pouvais en deviner les grandes lignes rien qu'à son regard plein de peine. En colère, Cyrus est capable de choses qu'il ne pourrait aucunement faire d'habitude. Il y a longtemps, un tout jeune Skitty s'était effondré non loin de la maison ou l'on habitait. Cyrus accouru à lui pour l'aider et le soigner. Le jeune Skitty était vraiment docile avec tout le monde et finit par s'installer non loin de la maison, nous allions tous les jours lui rendre visite pour voir comment il allait. Pourtant, un jour, un Férosinge avait attaqué le petit pokémon. Lorsque nous arrivions sur les lieux, le pokémon était encore en train de massacrer le pauvre petit à coups de poings et autres griffes, le Skitty ne bougeait plus depuis un moment. Pris d'un accès de rage, Cyrus utilisa sa maitrise de la terre pour empaler le Férosinge sur une lance de pierre qui jaillit du sol. Une autre apparu, puis une deuxième. Ce n'était pas moins de 6 lances qui transperçaient le pokémon. Une fois la tuerie finie, Cyrus s'effondra devant le corps sans vie du Skitty, enterrant son corps. Tout ce que je sais du corps du Férosinge, c'est qu'il a été enterré, mais jamais je ne saurais ou et comment ...

Alors que Lia s'attelait à nous trouver un abri pour la nuit, je restais plongé dans mes pensées. Ces dernières dérivèrent à divers souvenirs sans vraiment aucun rapport les uns aux autres. Est-ce que ça semblait vouloir dire que j'allais pas bien à ce moment précis ? Très certainement. Après un long moment à marcher dans les rues, je redressais la tête pour apercevoir une auberge. Lia me demanda de rappeler Ozzy, ce que je m'attelais à faire, tandis que la demoiselle cachait son joli visage sous sa capuche. Devinant ses intentions, je fis un petit signe de la tête à Galé qui nous talonna tranquillement dans le bâtiment. Une fois installé, je laissais mes oreilles porter leurs attentions sur toutes les conversations du coin. Cependant, ça n'eut pas l'effet voulu. En effet, les conversations tournaient surtout sur des suppositions et des commérages du voisinage pour dire que tel gugus est allé rendre visite à madame machin pendant que son mari, monsieur truc, était parti travailler ... Vachement intéressant n'est-ce pas ? Un peu plus loin, une discussion de poivrots qui essayaient de philosopher avec 14g d'alcool dans chaque petits doigts ... Puis, sans grande surprise, ça a finit en bagarre ... Soupirant longuement, je posais ma tête sur ma main accoudé à la table.

-Lia ... on en tirera rien ici ... C'est juste des commérages de bonnes femmes et des poivrots ... Et puis on cherche quoi en faite ?

Puis mon ventre se mit à gargouiller comme si je n'avais pas mangé depuis un long moment. Il faut dire que la journée a été assez émotionnelle. Mais cela faisait déjà de longues, très longues minutes qu'on attendait. Je finis par m'impatienter alors que je frappais mon poing sur la table avant de beugler vers les cuisines.

-On peut venir prendre nos commandes ou faut qu'on les fasse nous-mêmes ?!

_________________



Spoiler:

Spoiler:
Samourai - Invocateur
avatar
Cyrus Garian
Informations
Nombre de messages : 43

Fiche de personnage
Points: 45
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Investigation et contemplation [PV Lia]

Message par Invité le Lun 27 Oct 2014 - 14:00


•○ Questions ? Réponses ! ○•
•○ Cyrus○•
Quel déconfiture que les conversations et commérages qu'elle captait, rien à voir avec ceux qu'ils recherchaient. Peut être qu'elle aurait du bifurquer vers les docks de nouveau, les marins savaient en général où étaient les personnes peu recommandables.  Elle soupira et s'intéressa malgré elle aux aventures extra conjugales d'une jeune femme qui apparemment avait en tête de se faire toute la ville si on en croyait les ragots de ces messieurs. Elle retint un rire d'un d'eux qui disait qu'il ne l'avait pas encore rencontré, racontant d'ailleurs avec moult détails ce qu'il voudrait lui faire s'il arrivait à croiser son chemin. Ce qui ne fut pas vraiment du goût de l'un de ses interlocuteur qui se leva pour frapper le premier et s'ensuivit une bagarre d'ivrognes durant laquelle Lia se retenait d'éclater de rire. Les hommes ne songeait donc qu'à mesurer la taille de leur sexe ou quoi ? Ce serait à celui qui a le plus long , le plus gros et le plus performant ? Honnêtement ils croyaient vraiment que c'était ce qui importait à une femme ? Elle se mit à rire sous cape puis reporta son attention sur son compagnon de table qui semblait toujours sombre. Elle le regarda s'énerver contre la lenteur du service et posa une main apaisante sur son épaule avant d'aller d'un pas aérien jusqu'à l'aubergiste. Une fois devant lui elle lui demanda poliment (à sa manière c'est à dire à grand renfort de menace et de pics de terre dressés vers les parties de l'homme) de se presser de venir prendre leur commande.

Elle revint ensuite l'air de rien à la table et rappela les armes élémentales, regardant la personne se dandiner rapidement vers eux. Elle commanda un repas simple mais nourrissant, un bouillon de viande et de légumes laissant son compagnon choisir ce qui lui faisait envie. Elle fixa le vague le temps qu'il se décide regardant les bagarreurs se faire mettre à la porte sans autre débordements. Puis une fois l'aubergiste partit elle reposa son attention sur son compagnon. Elle ne dit rien pendant un temps, après tout il avait besoin  avant tout de se calmer mais elle ne cherchait pas à apaiser sa colère. Il devait trouver en lui ce qu'il devait faire, parce que sa pierre luisait elle face aux émotions du jeune homme comme si elle voulait par extension dévorer celles du compagnon de la terrosienne. Aussi elle devait opposer un calme neutre pour permettre à Cyrus de se reprendre. Si cela avait toujours été dans les gênes de la jeune femme d'être de nature sanguine, il lui semblait que ce n'était pas le cas de son compagnon de route. Elle prit finalement la parole une fois que les plats furent servis avec une diligence exemplaire. Elle prit un morceau de pain et le trempa dans la soupe, croquant un bout dedans avant de lui répondre lentement.

« Ce qu'on cherche ? Des informations, en général dans les endroits comme celui ci on sait tout sur la ville dans laquelle on se trouve. Enfin du moins c'est ce que les conteurs racontaient dans leurs histoires.»

Elle mangea une autre bouchée avec appétit, dévorant finalement son plat comme si elle n'avait pas manger depuis dix ans. Elle termina en raclant de pain le fond de son récipient et s'adossa à sa chaise, le repas avait promptement avalé et elle aurait bien fait une sieste de digestion. Elle cligna des yeux, ce n'était pas normal, elle n'avait jamais été aussi calée par une soupe, elle regarda en direction de l'aubergiste qui semblait discuter avec des personnes en capes noires. Elle n'arrivait pas à distinguer ce qu'ils faisaient ou disait mais le regard de l'homme était clairement tournés dans leur direction. Elle n'hésita pas, renversant la table elle agrippa Cyrus pour le rapprocher d'elle tandis que d'un regard elle appelait le Galekid puis fit appel de toutes ses forces à la magie de la pierre. Celle ci étincela sur la poitrine de la jeune femme, créant un éclair lumineux puissant comme un flash et la jeune femme usa de son talent d'élémentaliste pour créer une boule de terre qui les entoura, roulant ensuite vers la sortie en pulvérisant ce qui se trouvait sur son passage. Elle fit même en sorte qu'ils puissent suivre leurs traces laissant des particules de boue, son but n'était pas de fuir, mais de retrouver leurs sens le temps qu'ils ne soient plus vulnérables à cause du somnifère. Elle faisait en sorte que leurs corps restent droit alors que la boule dévalait à une rapidité effarante les rues, tournant au hasard avant d'aller si'mmobiliser dans un hangar abandonné. Quand elle immobilisa la boule elle puisa dans ses dernières forces avant de s'effondrer de sommeil, scella la boule à la terre et laissant celle ci recouvrir tout le hangar. Comme le ferait une mérule sur une charpente, recouvrant tout les espaces sauf un long conduit qui amenait de l'air jusque dans le cercle central. L'espace était totalement fait de terre, nul n'aurait pensé que des êtres vivants puissent survivre dans cet espace restreint. La main de la dresseuse tomba sur le sol, dernière tentative de prier le Galekid de veiller sur eux.

avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Investigation et contemplation [PV Lia]

Message par Cyrus Garian le Mar 11 Nov 2014 - 23:54

Je grognais, râlais et m'irritais tout seul en faite. Certes le service savait se faire attendre, mais ce n'est pas comme si j'avais faim. Pour tout dire, je ne pouvais rien avaler à ce moment. Lia posa sa main doucement sur mon épaule, pensant calmer mon ardeur encore frais. Pour une raison ou une autre, cela faisait effet, enfin un peu. La demoiselle partit donc vers l'aubergiste pour lui réclamer notre diner tandis que moi et Galé attendions à la table. Coude posé sur la table, ma main retenait ma tête posée dessus, regardant avec un regard désintéressé la bagarre d'ivrogne qui continuait, la sécurité, s'il y en avait une, savait elle aussi se faire attendre. Lorsque la terrosienne revenait à la table, les saoulards se faisaient enfin mettre à la porte tandis que le serveur dédaignait enfin venir à nous. Lia commanda son repas et, toujours sans la faim, commandais la même chose qu'elle. Le regard dans le vague, je finis par soupirer doucement, repensant aux derniers évènements. Le temps semblait soudain s'accélérer. Ce fut la jeune femme qui me sortit de mes songes, sursautant doucement, me répondant enfin à ma remarque. Des informations ? Dans cet endroit pourri ? Un bref sourire s'incrusta sur mon visage pour finalement remarquer enfin les plats servis sur la table. Toujours pas faim ... Rien ne me faisait envie en faite. Je ne savais même pas ce que je voulais à ce moment-là. Finalement, je me forçais un peu à manger. Prenant la fourchette, je fis couler un peu de soupe dans cette dernière avant de la porter lentement à mes lèvres. Mais avant même que j'engloutisse le tout, la table se renversa soudainement. Lia était debout, le visage crispé et sur ses gardes. Toujours sans que je puisse faire quoique ce soit, Lia nous enferma, elle, moi et Galé dans ce qui semblait être une sphère de terre, rappelant vaguement un Grolem en boule puis roula à grande vitesse en dehors de l'auberge, écrasant et/ou détruisant tout ce qui se trouvait devant.Les parois de la sphère se mélangea avec les murs de la bâtisse. L'effort était louable, mais avec la trainer qu'on a laissé derrière nous, on va nous retrouver assez rapidement. J'ai atterri lourdement au sol quand la boule s'est ouverte. Tout en me redressant sur mes jambes, je me retournais vers Lia, allongé. Rapidement, j'approchais d'elle, soulevant délicatement sa tête.

-Lia ... Lia ? Je sentais son souffle, il était rapide suite à son effort, merde ...

Dans tout ce remue-ménage, les pokémons scellés dans leur pokéball étaient sortis. La petite Embry s'empressa de courir vers sa maitresse, Ozzy planait autour de nous tandis que Galé frottait sa tête métallique contre la main de la demoiselle endormie. Le calme était revenu dans le hangar. Mais cela ne dura pas. J'entendais qu'on grattait la roche à l'extérieur, là où nous sommes arrivés en fanfare. Je déposais délicatement la tête de Lia au sol avant d'effleurer la terre du bout de mes doigts. Tout en fermant les yeux, j'analysais les ondes sismiques de dehors. Je pouvais distinguer les pas de nos poursuivants. Une dizaine à vue de nez et ils avaient des pokémons avec eux. Rouvrant les yeux, je me retournais vers la paroi la plus éloigner de nos poursuivants avant d'ouvrir une petite brèche dans la terre pour pouvoir faire passer les pokémons. Une fois fait, je m'agenouillais près de Galé avant de le regarder avec un air grave.

-Galé, emmène la petite et Ozzy loin d'ici, attend que le calme soit revenu et reviens à moi. Protège les tous les deux et surtout, ne quitte pas Embry des yeux. Puis je me redresse pour regarder Ozzy. -Je compte aussi sur toi mon grand, soutiens Galé autant que tu peux s'il te plait ... Une dernière caresse sur leurs têtes de métal avant de me lever de toute ma hauteur. -Aller !

Les deux pokémons s'approchèrent de la petite pokémon, la poussant de toutes leurs force pour la faire sortir, cette dernière se débattant tout en pleurant à chaudes larmes pour pouvoir rester avec Lia. Une fois les trois pokémons dehors, je refermais la faille que j'avais ouverte. Délicatement de nouveau, je soulevais Lia telle une princesse endormie pour la déposer dans un coin du hangar, ma veste se posant sur elle tel une plume délicate. J'étais alors en débardeur. Dégainant mon katana, je déposais le fourreau près de la demoiselle avant de faire face au mur derrière lequel se trouvait nos poursuivants. Il leurs fallut pas moins de 15 minutes pour pouvoir créer une brèche dans le mur. Alors que les premiers adversaires pénétraient dans l'enceinte, je m'étais préparé mentalement et physiquement à subir des dommages et, pour ça, j'en souris. Leur chef s'avança vers moi, gardant une bonne distance de sécurité avant de soupirer tout en croisant les bras.

-Où est la terrosienne ? Me demanda-t-il sans détour.

-Qui sait ? Répondis-je en haussant les épaules.

-Remettez-la nous tant qu'il en est enco-

-Va en enfer.

-Allez-y .. dit-il en claquant des doigts avant de sortir.

C'est alors que les premiers hommes se ruèrent sur moi avec frénésie. À cet instant précis, le temps se mit à ralentir, j'étais serein, mais en même temps animé d'un feu intérieur que je n'avais jamais ressenti avant. Tout en écartant un peu mes jambes, j'étreins le manche de mon arme à deux mains, la lame du katana séparant mon visage avec une parfaite symétrie pour quiconque était en face de moi. De légère secousse sismique Mes muscles se contractèrent soudainement et, avec une vitesse surhumaine qui me surpris moi-même, je tranchais les deux premiers adversaires en deux d'un coup d'épée. Les cadavres s'effondraient lourdement au sol. Cependant, ce n'était pas ça qui arrêtait les autres. L'un d'eux avait bondit en l'air pour espérer me surprendre. Malheureusement pour lui j'avais anticipé ce genre de manoeuvre et je bondis rapidement en l'air en m'aidant de ma maitrise de la terre, l'homme subit le même sort que les deux premiers. Un autre m'attendait à la récéption et tenta de me donner un coup de taille avec son épée que j'esquivais de peu grâce à une acrobatie, j'atterris juste dans son dos et sans me retourner, planta ma lame directement dans son coeur. Relevant ma tête vers la brèche, je me rendis compte que ce n'était même pas la fin de la première vague ... la nuit allait être longue ...

Il nous aura fallu trainer la petite sur un bon kilomètre pour avoir sa coopération. La petite Embry était bien décidée à retourner auprès de m'dame Lia mais Cyrus avait été clair, on l'aurait plus gêné qu'autre chose. De plus, il était bien résolu à protéger la demoiselle. Son regard ... Il allait se lâcher complètement ... Devant les gens, il est gentil, très gentil même, on peut dire que c'est sa nature. Par contre, lorsqu'on est seul, il se laisse aller, comme s'il montrait son véritable visage. Fondamentalement, il est le même, gentil comme il faut et tout, mais il a dans son regard quelque chose qui nous fait dire qu'il fait ce qu'il veut quand il veut ... Nous nous éloignons toujours du lieu de la bataille, la petite galopant à quatre pattes comme je le faisais, Ozzy nous survolant en observant les alentours. Soudain, Embry s'effondra de fatigue, elle n'avait pas vraiment l'habitude de courir autant et si vite. La soulevant difficilement, je la traînais jusque derrière un arbre qui nous dissimulait à la route principale. Là où nous étions, c'était à la lisière d'une petite forêt, parfait pour se cacher tout en observant de loin ce qu'il se passait.

Tout à coup, Ozzy émit son grincement métallique pour m'avertir que quelque chose s'approchait rapidement. Toujours dissimulé dans l'ombre, je remarquais qu'un Medhyena flairait notre piste alors qu'un Snubull le suivait en inspectant les alentours du regard. Nous restions silencieux autant que possible pour qu'ils passent leur chemin. Pourtant, un petit cri juste au-dessus de nous attira mon attention. Un Kungfouine surgit de l'arbre, abattant son pied sur nous. Poussant la petite sur le côté, je me concentrais un instant pour renforcer ma carapace. Le pied du Kungfouine frappa donc mon dos, mais sans être réellement efficace. Lorsqu'il atterrit au sol, Ozzy s'empressa de l'écraser de tout son poids contre l'arbre avant de lâcher une décharge électrique fulgurante qui laissa le pokémon inconscient. Les deux autres fondirent alors sur nous. En premier le Medhyena, plus rapide. Cependant je l'interceptais avec une charge, tête contre tête. La sienne s'envola en arrière avec son corps, Ozzy le finissant en chargeant à son tour en plein sur son ventre, le ramenant à terre avec violence. Heureusement qu'on avait tout deux une tête d'acier ...

Le Snubull ne fut pas impressionné du moins du monde et fonça sur Ozzy, le plaqua au sol avant de le mordre violemment. La morsure s'enflamma d'un coup et Ozzy paniqua tandis que le Snubull sauta en l'air pour écraser son front sur la tête du pokémon métallique, laissant ce dernier au sol, k-o. Nous nous faisions donc face, la petite Embry apeurer par ce qui se passait autour d'elle. Puis mon adversaire sauta en l'air de nouveau, voulant me mettre un violent coup d'boule mais avant l'impact, je durcis mon corps d'acier pour réduire les dégâts. Malgré ça, je sentis une vive douleur sous le choc, mon adversaire étant légèrement sonné dû à la violence. Profitant de ce délai, je le chargeais de tout mon poids mais, à son tour, me piégea en sentant sur mon dos, me plaquant à mon tour au sol. Il ouvrit sa mâchoire, voulant la refermer sur moi, ses dents suintant le feu liquide. Un long cri de rage se fit entendre non loin alors que dans la seconde d'après, Embry fit un roulé-boulé avec le Snubull pour finir au-dessus de lui, ce dernier étouffant sous le poids de la petite. Cette dernière enchaîna les coups avec ses petits poings sur la mâchoire du pokémons qui, au bout d'une dizaine de coups, resta inconscient à son tour. Une fois finit, la petite courue vers moi pour me faire un gros câlin et, lançant un regard vers Ozzy, fit de même pour lui.

La nuit passa rapidement. Nous nous sommes trouvé un petit coin où nous reposer malgré l'inquiétude pour nos maitre qui nous empêchait de dormir, blottit les uns aux autres. Le calme semblait être revenue près du hangar et c'est donc d'un pas rapide et maladroit que nous approchions du lieu du carnage. Déjà, l'odeur du sang et de la mort sentait à plusieurs centaines de mètres de là. Au détour d'une ruelle, quelques curieux s'amassait devant l'entrée maintenant béante. Il n'y avait en faite plus de mur sur la première façade, là où il y avait les deux portes coulissantes qui formait l'entrée. Plus nous nous approchions, plus le sang et les cadavres se faisaient nombreux, l'odeur était nauséabonde. Finalement, et grâce à nos petites tailles, nous nous faufilions au travers des paires de jambes humaines pour pouvoir observer une scène venue directement d'une peinture. . Le sang repeignait joyeusement les trois murs restant, ou en tout cas ce qui en restait. Ici et là on pouvait voir des traces de maitrise de la terre, des impacts de rochers ou bien même les rochers eux-mêmes et des lances de pierre. Le sol était rempli de cadavres démembré, décapité, tranché et, au milieu de tout ça, une sorte de trône de pierre auquel était assis Cyrus, couvert de sang, le sien et celui de ses ennemis, d'entailles en tout genre partout sur lui, ses habits étant en lambeau. Sur ses genoux, m'dame Lia qui dormait toujours paisiblement, sans une goutte de sang sur elle ni de trace de blessures, envelopper dans la chemise du jeune homme qui, de sa main gauche la tenait fermement contre lui, la tête de la demoiselle reposant contre son épaule, alors que sa main droite empoignait toujours fermement son katana encore ensanglanter, les gouttes de sang glissant lentement le long de la lame. Cyrus était à demi-conscient quand on s'approcha de lui, pas à cause des blessures, mais la faute à la fatigue. De grosses cernes se dessinaient sous ses yeux et, lorsqu'il nous remarquait enfin, nous sourit avec tendresse.


Les premières lueurs du jour se levait. Les rayons du soleil m'aveuglaient, me brûlaient presque les yeux. Il fallait que je baisse la tête pour que ça aille mieux. Dans mon champ de vision, les trois pokémons qui semblait en bonne santé. Cela me rassura sincèrement, un sourire se dessinait sur mon visage malgré moi. Puis mon regard se posa sur la belle demoiselle qui se réveillait lentement sous les caresses du soleil levant. La première chose qu'elle verrait était mon visage. Je ne voulais pas qu'elle voit ce carnage dès son réveil, bien que mon visage fatigué et plein de sang n'était pas mieux. Je l'avais donc placé de façon que lorsqu'elle ouvrit les yeux. Pour une raison inconnue, je la contemplais, là, blottit contre moi, le soleil illuminant son visage déjà embellit par son profond sommeil. Lorsqu'elle émergea finalement, je lui souris tendrement. Je ne sais pas si c'était à cause de la fatigue, de la perte de sang ou des deux à la fois, mais je voulais lui dire tant de choses à ce moment-là. Malgré tout, aucun son ne sortit. Seul deux mots sortirent difficilement de ma gorge.

-Bonjour Lia ...

_________________



Spoiler:

Spoiler:
Samourai - Invocateur
avatar
Cyrus Garian
Informations
Nombre de messages : 43

Fiche de personnage
Points: 45
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Investigation et contemplation [PV Lia]

Message par Invité le Mar 18 Nov 2014 - 20:48


•○ Questions ? Réponses ! ○•
•○ Cyrus○•
L'avantage quand on n'a plus de forces, c'est qu'au moins on ne se préoccupe plus de ce qui est était et sera. Et vu qu'elle ne servait plus à rien, elle ne bougea pas de l'endroit où elle s'était écroulée. La jeune femme avait agit et réagit d'instinct, l'armoirie sur les armes des personnes près d l'aubergiste l'avait fait réagir. Comment des terrosiens avaient ils pu être mis au courant de son arrivée et de qui elle était ? C'était pour ainsi dire impossible, après tout, ils n'avaient pas donné de nom réel depuis leur départ de la forêt, et elle n'avait pas de signe réellement distinctif à part … A part son collier … Est ce que la femme qui lui avait offert la pierre plus tôt n'avait été là que pour lui tendre un piège ? C'était de la folie pure, après tout le fragment avait perdu de son pouvoir vu qu'elle l'avait éteint avec le sien. Mais l'apparition et la disparition de la personne restait trop mystérieuse pour ne rester qu'une coïncidence. Les soupçons de Lia se confirmaient dans son esprit alors qu'elle n'avait plus conscience de ce qui se passait autour d'elle.

*Maman …. Maman elle va pas bien *, l'Embrylex ne comprenant pas vraiment ce qui se passait essaya d'aller vers sa dresseuse mais en fut empêcher par le dresseur. Elle essaya bien de se débattre pour rejoindre la jeune femme mais les bras puissant du guerrier la poussèrent avec les deux autres hors du cocon. Elle battit des bras et des jambes, * NANNNN Je ne veux pas m'en aller, maman a besoin de moi *. Elle essaya par tout les moyens de rejoindre le trou mais celui-ci se referma, elle n'avait plus de choix, elle devait creuser le trou et rejoindre sa maîtresse, elle ne voulait pas partir ! Mais les deux autres semblaient déterminés à l'éloigner, déjà les bruits venant du hangar terrifiaient la petite. * MAMANNNN Elle est évanouie elle ne pourra pas se défendre, !!! Et Papa est tout seul … Je veux pas qu'ils meurent !!!! *. Malgré tous ses efforts les deux autres réussirent à l'entraîner loin du combat, même si elle ne savait pas quoi faire elle ne voulait pas perdre sa "mère". Elle se laissa choir sur le sol quand les deux autres tentèrent de lui faire comprendre de ne pas faire de bruits. Elle renifla misérablement et se tassa dans le coin protégée par le Galekid et le Magneti qui eux restaient sur leurs gardes. En effet les trois Pokémon avaient été pris en chasse par un duo assez peu amical. La petite ne regarda pas le combat, trop angoissée pour les humains avant d'entendre le couinement de Galekid. Ni une ni deux elle sauta sur son adversaire et déversa sa colère et sa peur sur lui en le mitraillant de ses petits poings *Touche pas a mes frèreeeeeessss !!!!!*. Quand elle se redressa l'adversaire était Ko, elle s'assura que ses deux compagnons n'avaient rien avant de retourner se prostrer dans son coin.

C'est après une nuit passée dans les bois que les trois comparses retournèrent au hangar, celui ci semblait avoir traversé une guerre sanglante. Tout un pan de mur manquait et au centre, parmi les nombreux cadavres trônait Cyrus ensanglanté qui tenait dans ses bras Lia. L'Embrylex se figea lentement, seul le dresseur semblait avoir été blessé et pas la dresseuse. Dans ses yeux les larmes se formèrent avant de ruisseler sur ses joues, elle se mis ensuite à courir vers le jeune homme * PAPAAAAAAAAAAAA* et s'accrocha à sa jambe sans pour autant le serrer trop fort, heureuse de le voir en vie. Enfin presque en bon état vu les multiples plaies qu'il avait de partout, * maman va pas être contente * pensa brièvement la petite avant de frotter sa tête contre le morceau de pantalon restant.


Revenant lentement à elle, c'est une Lia assez fatiguée qui émergea avec un air indéfinissable. Surtout que le lit était doux, si doux qu'elle serait bien restée endormie longtemps contre ce matelas si accueillant. Les différents murmures qui traversaient son repos la poussèrent à quitter le sommeil réparateur pour battre des yeux lentement. Les événements de la veille lui revenant également peu à peu. Est ce que sa protection avait tenue assez longtemps ? Elle battit des cils plus fort, le soleil naissant l'empêchant de distinguer où elle se trouvait. Puis elle croisa son regard, des yeux d'un bleu qui lui faisait battre le coeur beaucoup trop vite, d'ailleurs il lui manqua plusieurs battements en dévisageant le jeune homme. Notant ces cernes d'abord, les marques de sang séché sur son visage ensuite, sa voix, qui lui semblait plus rauque d'ordinaire, tout ces petits rien qui lui firent monter le rouge aux joues. Puis sans qu'elle s'en rende vraiment compte sa main qui se lève et qui frôle les traces de coupures, ses yeux qui semblent prêt à laisser cours à sa tristesse de le voir une fois de plus dans cet état (elle allait commencer une réserves de plantes médicinales, cela vaudrait mieux pour eux, et surtout pour lui.) Lentement ses doigts traçaient sur le visage du terrosien une ligne d'une blessure à l'autre, s'inquiétant de certaines plus profondes. Elle fit la moue et le fixa sans lui laisser déterminer son expression et haussa un sourcil.

 « Tu ne peux pas t'en empêcher hein ? Il faut toujours que tu en fasses trop!»

Elle se redressa et déposa un baiser rapide et furtif au coin des lèvres du jeune homme, détachant doucement ses bras de son corps pour poser pied par terre. Elle fixa d'un regard belliqueux les quelques badauds attroupés et gronda vers eux.

« Vous n'avez rien d'autre à faire ?»

Est ce que c'était les flammes qui dansaient dans son regard ou l'atrocité de la scène qu'elle piétinait sans états d'âmes qui firent détaller les voyeurs, rien ne saurait le dire. Elle fixa les cadavres sans même sourciller, cherchant parmi eux un survivant sans en trouver, et faisant allègrement les poches des mercenaires à la recherche de leur ordre de mission. Seuls quelques uns d'entre eux semblaient appartenir à l'armée du peuple de la terre, le reste n'était qu'un ramassis de chair à canon recruté dans des endroits sans doute peu fréquentables. Peu lui importait ces personnes, qu'ils aient essayé de les duper et les tuer dans leur sommeil était déjà une preuve de leur lâcheté. Elle fit appel à son pouvoir, ouvrant une fosse de terre dans laquelle les corps basculèrent les uns après les autres grâce au tapis roulant qu'elle avait créé. Voilà une première chose de faites, elle ramassa leurs bagages, les chargeant sur son dos avant de faire signes à leur Pokémon de la suivre. Elle avança doucement près de Cyrus et d'une main douce mais ferme le fit se lever et l'entraîna à sa suite dans la forêt. La première chose à faire était de s'éloigner du lieu du combat, la deuxième serait de rafistoler le jeune homme, tant qu'il tiendrait debout ils avanceraient.

Même l'Embrylex avait compris que le moment était d'importance et faisant en sorte de ne pas laisser de traces trop marquante derrière elle. Une fois parmi les arbres la jeune femme rappela son Pokémon et fit un signe de tête au Galekid, pour perdre leur traces ils allaient remonter un cours d'eau, l'animal d'acier n'allait sans doute pas supporter ce traitement aussi le faire disparaître dans sa noigrume était important. Elle préférait garder le Magneti avec eux, simplement pour une raison de lumière, les étincelles qui brillaient à ses fragments projetait une lumière réconfortante dans ce bois profond. Ils restèrent donc dans l'eau, Lia ayant retiré ses bottes à Cyrus et les portant parmi tout le reste. Même si le cours d'eau glacé n'était pas profond, la fraîcheur de l'eau revigorait les sens. Ils continuèrent la marche pendant cinq ou six kiilomètres, histoire de perdre leurs poursuivants s'il en restait puis montèrent sur la berge où Lia déposa les sacs et laissa Cyrus se reposer. Elle retourna au cours d'eau, plongeant sa gourde dedans pour en ramener une grande  quantité, puis elle prit un linge propre dans son sac et commença à nettoyer le corps de son compagnon. Sans trop rougir, elle murmura à son attention doucement, peut être trop bas pour qu'il ne l'entende.

« Merci…»
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Investigation et contemplation [PV Lia]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum