[ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre prestation préférée !

43% 43% 
[ 3 ]
43% 43% 
[ 3 ]
0% 0% 
[ 0 ]
14% 14% 
[ 1 ]
 
Total des votes : 7

[ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par PNJ le Sam 1 Nov 2014 - 12:08

Les hommes avaient leurs priorités, en cet automne encore doux, mais précurseur d'un hiver plus rude. Il fallait se préparer au froid et au manque de nourriture un peu partout ; les divertissements comme les Concours étaient souvent relégués au second plan. Pourtant, le Grand Prêtre de Reshiram eut le plaisir satisfait de voir arriver quelques participants et spectateurs pour cette cérémonie tout à fait inhabituelle sur le continent de Midgard. Le festival, s'il n'allait pas être aussi grandiose qu'on lui avait décrit, serait malgré tout animé et palpitant.

Pour l'occasion, on avait fait venir quelques Pokémon de type Psy, ou des interprètes humains, pour qu'Érasiens et Midgardiens puissent se comprendre sans trop de difficultés. Tant mieux : car la plupart des candidats avaient choisi de conter des histoires mettant en scène leur Pokémon.

Le public allait devoir se montrer attentif, car il leur reviendrait de choisir qu'elle était la participation qu'ils avaient trouvée la plus émouvante, intéressante, en accord avec le thème...


Participation n°1 : Lehna et Céleste

* Promenade d'Automne
Musique interprétée par Alexey Nosov, extraite de « Wake me up When September Ends » de Green Day
Photographie de TerrificGirl

Paseo de Otoño *





Sur scène, Céleste hésita, incertaine de sa performance.
Puis, se reprenant, elle décida de raconter,
Sa toute première rencontre,
Avec ce qui suit l'été...


Elle marchait calmement, cherchant quelques graines, appréciant la petite brise au milieu de la plaine. Un jeune Vivaldaim apparut non loin, broutant paisiblement quelques colchiques fleuris. Sa robe était différente, plus brune que d’habitude, alors que sa fleur semblait craquelée et jaunie. Surprise, la cane s’avança vers lui, demandant poliment la cause de ce changement. L’animal la regarda, légèrement intrigué, avant de lui répondre en toute simplicité.

« N'as-tu point vu,
Que l'air se refroidissait,
Et que de pelage,
Il te fallait changer ? »


Curieuse de ces paroles elle continua à avancer, apercevant dans l'allée quelques marrons fêlés. Ils venaient de s’échapper de leur arbre porteur, et un Ratentif affairé s’appliquait à les trier. Il choisissait ceux bien gros et goûteux, pour aller ensuite les cacher dans son terrier. L’oiselle ne comprenait guère ; pourquoi mettre de côté ce magnifique buffet, au lieu de s'en régaler ? Elle questionna donc le rat, qui dans sa besogne s'arrêta, avant de lui répliquer, en toute intimité.

« N'as-tu point vu,
Que les vivres se raréfiaient,
Et que pour survivre l'hiver,
Il te fallait en récolter ? »


Étonnée de ces paroles elle continua à vaquer, avant d’entendre un bruit provenant d'un bosquet. Un Poichigeon y construisait gaiment son repaire, utilisant toutes les branches mortes et feuilles colorées du sentier. La Couaneton s’enquit de pourquoi ce nid, n’avait-il pas déjà un abri ? Confus de son ignorance, le volatile réfléchit, avant de lui confier, avec naïveté.

« N'as-tu point vu,
Que les feuilles des arbres tombaient,
Et qu'une nouvelle maison,
Il te fallait aménager ? »


Surprise de ces paroles elle continua à flâner, découvrant tout à coup une clairière illuminée, où le soleil se couchait dans des teintes embrasées. La lumière dévoilait son ami Gruikui, profondément endormi dans une souche creusée. Tapotant gentiment la tête de l’intéressé, elle lui proposa de sortir un peu jouer. Avachi et fatigué, le cochon rétorqua, marmonnant sa réponse dans un air un peu las.

« N'as-tu point vu,
Que les jours s'écourtaient,
Et que pour te protéger,
Il te fallait hiberner ? »


Troublée par ces paroles elle continua à errer, puis entendit subitement un cri dans l'empyrée. En levant les yeux elle vit d'autres de son espèce, et, enthousiasmée, s'envola les retrouver. Sur son chemin, elle regarda en bas, et put observer la rosée du soir qui brillait sous les reflets de l'astre qui disparaissait. Arrivée à hauteur de ses nouveaux compagnons, elle demanda vers quelle destination voguait le petit groupe formé. Tous la contemplèrent, intrigués de son ignorance, puis décidèrent de compléter l'éducation que ses parents auraient du lui porter.

« N'as-tu point vu,
Que les nuages se rassemblaient,
Et que pour éviter la pluie,
Il te fallait migrer ? »


Céleste redescendit et mit pattes à terre, bouleversée qu'on lui demande de quitter son foyer. Elle ressassa tout ce qu'elle avait appris aujourd'hui, mais plus elle se concentrait, moins elle comprenait.


Elle n'avait pas vu,

    L'air qui se refroidissait,
    Les vivres qui se raréfiaient,
    Les feuilles des arbres qui tombaient,
    Les jours qui s'écourtaient,
    Et les nuages qui se rassemblaient.

Elle avait admiré,

    Les colchiques qui fleurissaient,
    Les marrons qui tombaient,
    Les couleurs qui changeaient,
    Le soleil qui se couchait,
    La brume qui scintillait,
    Et la vie qui s'agitait.

Elle avait découvert,

L'automne.



Participation n°2 : Soriu et Sykhmit

L'Éclosion des Sentiments


Il était une fois, dans un royaume enchanteur d'Edepia, aux mille arbres et fleurs, une jeune princesse du nom de Lylia. Ayant bientôt l'âge de sa majorité, son père, le roi, décida qu'il était alors bon de chercher pour elle un gendre parmi les gens de son royaume. Pour cela, il fût décidé qu'un concours serait lancé. Celui qui amènerait les plus belles fleurs pour la princesse obtiendrait sa main, lors de la fête qui se déroulerait le jour de son anniversaire.

Le royaume d'Edepia était unique en soi : Sans contact avec l'extérieur, ce royaume vivait en parfaite autarcie. Mais surtout, il était reconnu pour être un royaume où la verdure était reine. Que cela soit pour ses forêts, ses lacs, ses jardins ou ses parterres de fleur, la seule chose dont on se souvenait en voyant Edepia, c'était cela. C'est pourquoi les personnes les plus appréciées dans ce royaume étaient celles qui montraient leur amour pour tout ce qui était une plante, que cela soit sous la forme d'un pokémon ou alors tout simplement d'un végétal tout ce qu'il y avait de plus normal.

Lylia était douce et belle, comme le voulaient toutes les demoiselles portant le nom d'une fleur et issue de la famille royale ou de la haute noblesse. Des cheveux verts lui allant jusqu'en bas du dos, des yeux rouges pétillant de candeur, et un oeillet dans les cheveux, la demoiselle avait un charme indéniable que nul ne pouvait contester. Parée de ses plus beaux atours, le fait qu'elle soit une princesse ne changeait en rien son comportement des plus admirables, reconnu dans tout le royaume comme la douceur d'une rose sans épines.

Si son père avait organisé un tel concours, c'est bien parce qu'il savait que sa fille adorée était une admiratrice des pokémon végétaux et des plantes qui ornaient les jardins du palais royal. C'est pourquoi, pour le roi, le seul homme qui aurait la main de sa fille serait celui capable de faire battre son coeur grâce à la flore qui se présenterait devant elle.

« Princesse Lylia, vous venez voir les fleurs encore aujourd'hui ? »

« Bien entendu, Akonys. Et je vois que tu es debout aux aurores comme à ton habitude. »

Ce n'était qu'une simple conversation entre deux personnes de classe différente : un jeune homme, jardinier royal, et la princesse Lydia. Le jeune homme avait des cheveux violets, plaqués sur le crâne ainsi que des yeux dorés, ce qui contrastait grandement avec les autres personnes. Orphelin trouvé à la naissance par un jardinier royal devant les portes du palais. Depuis, il avait été « adopté » par les jardiniers et était devenu dès son plus jeune âge l'un d'entre eux. Ainsi, son enfance avait rejoint celle de la princesse et depuis, les deux personnes étaient proches, très proches, trop aux dires de certaines mauvaises langues.

« Tu n'es toujours pas prêt à adopter un pokémon plante, Akonys ? »

« Toujours pas, princesse. Je ne suis pas fait pour cela, vous m'en voyez terriblement désolé si cela vous blesse. Je considère que je suis seulement apte à m'occuper des plantes. »

« Mais les pokémon plantes sont comme des plantes mais dotées de vie et capables d'évoluer. Ne voudrais-tu pas t'occuper de l'une d'entre elles ? »

« Je suis désolé … mais non. Je ne préfère pas, princesse Lylia. Nous avons déjà eut cette conversation, je crois m'en rappeler, n''est-ce pas ? »

« Oui, c'est le cas mais cela me désole, tout simplement. Je peux te poser une question ? Comment m'imaginerais-tu en tant que pokémon ? »

« Quelle étrange question de votre part ? Mais il n'y a guère vraiment de choix. Celui qui vous correspond le plus est une Fragilady. Fragile et royale, la beauté de sa fleur n'a d'égale que le parfum relaxant qui émane d'elle. De plus, elle reste un pokémon très difficile à s'occuper. »

« Est-ce que tu considères que je suis hors d'atteinte pour toi, Akonys ? »

Il ne répondit pas, ses joues venant rosir aux paroles de la princesse. Récupérant ses affaires, il baissa la tête avant de bredouiller :

« Pardonnez-moi, princesse, j'ai du travail sur un autre pan du jardin. »

« Akonys ... »

Difficile d'ignorer mais beaucoup préféraient détourner le regard. Le lendemain, elle était revenue à la charge, lui posant une autre question des plus étranges :

« Akonys, est-ce que tu vas participer au tournoi de mon père ? »

« Je n'ai aucun titre de noblesse. Je ne suis donc pas apte à me présenter alors. De plus, que pourrais-je faire face à tant de personnes venant de la haute société ? »

« Leur montrer à quel point tu aimes les plantes ? C'est le plus important. »

« Pardonnez-moi, princesse. Je dois aller arroser les fleurs. »

Encore une fois, il venait de s'enfuir, gêna par rapport à la jeune demoiselle. Bien entendu, il était sûr que cela ne lui plaisait pas … mais ce n'était pas bien grave. Les jours passèrent, devenant des semaines. A chaque fois, il faisait tout pour discuter le moins possible avec la princesse et cela jouait sur leur relation ainsi que le comportement de la demoiselle en devenir. Une telle influence ne passa pas inaperçue jusqu'au jour, où en pleine nuit, une personne encapuchonnée vint lui tendre une enveloppe. A l'intérieur, une participation à son nom s'y trouvait pour le tournoi. Il ne savait guère d'où elle provenait mais cette chance était unique en soi et il ne pouvait pas se permettre alors de l'ignorer.

Le jour du tournoi arriva et les participants se bousculaient les uns après les autres pour obtenir les faveurs de la princesse Lylia. Mais celle-ci, d'un geste morne, son sourire ayant disparu, leur posait à chaque fois des questions pointues en ce qui concernait les fleurs que leurs bouquets arboraient. Résultat ? Aucun ne savait de quoi était composé son bouquet ou alors comment s'en occuper. Nul ne savait s'occuper des fleurs et cela la désolait.

« Pour vous, princesse Lylia, si vous voulez bien accepter ce bouquet composé d'iris, de jonquilles et de lierre. Je pourrais mettre tellement d'autres fleurs mais je ne voulais pas tenir la beauté de ce bouquet. »

« Et … d'où proviennent ses fleurs ? » demanda calmement la princesse, ayant reconnu la voix derrière le bouquet bien que l'homme cherchait à se cacher. Celui-ci répondit faiblement :

« D'un jardin personnel que j'entretiens depuis des années à l’insu de chacun. »

Et voilà, il attendait simplement la réponse de la princesse. Il déposa le bouquet de fleurs avant de s'éloigner sans un mot. Elle allait devoir choisir celui qu'elle appréciait le plus et alors, les fiançailles se feraient quelques heures après. Il n'avait aucune chance. Son bouquet n'était pas imposant ou majestueux contrairement aux autres. Néanmoins, il voulait qu'elle sache pour ses sentiments … et c'était le plus important à ses yeux à l'heure actuelle. Eloigné des autres, il ne préférait pas attendre la réponse de la princesse Lylia.

« Bonjour, Akonys. Je ne te dérange pas trop ? »

Surpris, il sursauta sur le moment alors que la princesse se présentait derrière lui, penchée légèrement en avant. Comment est-ce qu'elle avait fait pour le repérer ? Ah, oui, c'est vrai. Comme il s'éloignait, il était plus facilement trouvable. Il n'osa pas lui répondre mais elle parla pour eux deux, déposant un délicieux baiser au goût de pêche sur ses lèvres. Lorsqu'il fût terminé, elle murmura :

« Mes félicitations, Akonys, vous êtes le vainqueur de ce tournoi. »

« Hein ? Mais je n'ai pas de titre de noblesse ou autre. Je ne suis pas fait pour quelqu'un comme vous. Comment est-ce que je pourrais ... »

« S'il vous plaît, veuillez vous taire, futur prince, vous allez vous ridiculiser dans vos propos. Acceptez-donc que vous êtes bien meilleur que les autres prétendants à ma main, cela sera mieux pour chacun d'entre nous. D'accord ? »

Et voilà qu'elle le tirait vers les trônes royaux, là où siégeaient le roi et la reine. Aussitôt, il mit un genou au sol, n'osant pas relever la tête avant de bredouiller quelques paroles. Quelques instants plus tard, le roi lui disait doucement :

« Je ne pouvais pas rêver mieux comme gendre. Ma fille te connaît depuis des années, plus d'une décennie même. Tu es l'exemple même de la personne née pour ce royaume et le servir. Je ne suis on ne peut plus fier. »

« Ma fille m'a souvent parlé de toi, Akonys et j'ai put maintes fois observer ton travail. C'est pourquoi je te reconnais toutes les qualités que ma fille évoquait à ton encontre. Qu'importent les titres si tu as le cœur. Nous préparerons vos fiançailles, oui, mais aussi votre futur mariage. »

Lui ? Se marier avec la princesse ? Est-ce qu'il était en train de rêver ? Est-ce que c'était un rêve dont il ne voulait jamais se réveiller ? Cette pensée se répéta chaque jour, lorsqu'il ouvrait les yeux pour apercevoir le visage endormi ou souriant de la princesse Lylia. Tous avaient accepté ce mariage, même les prétendants qui n'avaient point réussi à conquérir son coeur. Tous le félicitaient. Il était sur un petit nuage dont il voulait ne jamais tomber.

Mais il arrive que des fois, le destin se montre cruel. Après avoir obtenu la chose qu'il désirait le plus au monde, on venait la lui retirer d'une manière des plus violentes. La princesse était tombée gravement malade et aucun remède n'avait été trouvé. Désemparé, le jeune homme était resté à son chevet jusqu'à ses derniers instants. Elle lui murmurait faiblement, d'une voix lente :

« Aime ce dont tu t'es occupé depuis des années comme tu m'as aimée, Akonys. Aimes ce dont tu vas t'occuper pendant des années comme tu m'as aimé, Akony. Aime les pokémon comme tu aimes les plantes. Ils ont tant à t'offrir, surtout pour toi. »

Mais lui n'avait voulu que la jeune demoiselle dont la vie venait de s'éteindre entre ses doigts. L'enterrement fut royal et ses beaux-parents comptaient sur lui pour trouver une demoiselle de la noblesse à épouser. Malgré le fait qu'il n'était que leur gendre, il devenait le légitime successeur au trône et pour cela, il fallait fonder une famille. Mais il n'avait pas la tête à cela, comment aurait-il put l'avoir après sa disparition ?

Perdu depuis l'enterrement de Lylia, il vagabondait dans les jardins royaux sans même savoir ce qu'il voulait, sans même savoir ce qu'il désirait. La seule chose qui fit dériver ses yeux de devant lui fut un petit œuf à ses pieds. Un œuf de pokémon. Il le regarda longuement, venant le récupérer pour l'étudier. Il était principalement de couleur vert pomme clair avec une longue rayure blanche horizontale en son milieu.

« Qu'est-ce qu'un œuf de pokémon fait ici ? »

Il regarda à droite et à gauche. Bien entendu, il n'y avait personne pour cela et il s'en doutait particulièrement. Une main posée sur son crâne, il remarqua que l'oeuf était en train d'éclore, venant s’illuminer avant qu'une petite être n'en sorte. Trois feuilles sur le sommet d'un crâne vert pomme en forme de bulbe, un visage blanc avec deux petits yeux et enfin une « robe »

« Chlorobule ? Chloro ? » demanda d'une voix très faible la pokémon qui venait de naître.

Une Chlorobule. Est-ce que le destin avait décidé de lui pourrir son existence pour se jouer de lui à ce point ? Qu'est-ce qu'il avait fait pour mériter un tel sort ? Qu'est-ce qu'il avait fait pour qu'on se moque de lui ? Il regarda la pokémon très longuement avant de dire :

« Je ne suis pas apte à m'occuper de toi, désolé, je ne suis pas motivé pour cela. Je vais te ramener et … »

Aussitôt, elle s'était réfugiée dans ses bras, poussant un petit cri apeuré tandis que lui-même restait parfaitement de marbre. Pourquoi est-ce qu'il voudrait d'une pokémon ? Lorsqu'il voulut la présenter aux autres jardiniers, tous vinrent dire à l'unanimité :

« Comme tu l'a trouvée et qu'elle semble attachée à toi, pourquoi tu ne t'en occuperais pas ? Cela te ferait le plus grand bien, non ? Et puis, tu …. la comparais à une Fradilady. »

C'est vrai. Il ne l'oubliait pas. Il comparait sa princesse à une Fragilady. Et dans ses mains se trouvait une pokémon qui pouvait en devenir une plus tard. Pourquoi se refusait-il à voir la vérité comme elle était ? Le destin lui avait retiré Lylia pour lui offrir une pokémon. Mais s'occuper de cette pokémon ne reviendrait-il pas à tirer un trait sur Lylia ?

« Je m'en occuperai puisque l'on ne me laisse pas le choix visiblement. Je m'en occuperai car je n'ai rien d'autre à faire, oui. Je m'en occuperai. »

Il répétait inlassablement les paroles des autres, comme s'il voulait se convaincre de tout cela. Il répétait tout cela comme pour se donner du courage qui lui manquait. Finalement, il avait décidé de l'appeler Lily, aussi simplement que cela. Il ne voulait pas que les gens s'imaginent qu'il avait décidé de considérer que Lily était la remplaçante de la princesse. Ce n'était pas cela, elle n'était qu'un passe temps, un simple objet dont il allait s'occuper en attendant qu'il grandisse pour ensuite aller voir ailleurs. Il ne voulait pas la garder et il ne la garderait pas, il se le refusait.

Pourtant, une première année passa où sa principale occupation était la Chlorobule. Celle-ci se montrait sage et attentionnée, comme la princesse en son temps. Toujours apte à recevoir des compliments d'autrui, tous la considéraient comme la plus belle fleur du royaume et cela semblait plaire à la petite pokémon qui ne se lassait pas de tous les commentaires élogieux à son égard.

Il avait trouvé cela surprenant mais avait préféré ne rien dire. Ce n'était pas son genre de s'interroger sur les goûts de sa pokémon. Mais maintenant, qu'est-ce qu'il allait faire d'elle ? Ce n'était pas simple et elle avait assez grandi pour être élevée par quelqu'un d'autre. Mais encore une fois, les jardiniers avaient dit :

« Tu es tout pour elle. Comment penses-tu qu'elle réagirait si tu décidais de l'abandonner maintenant ? Sans même lui laisser une chance hein ? »

« Je lui laisse une chance … mais avec quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui saurait l'élever correctement. Je ne suis pas cette personne, je ne suis pas l'être dont elle a besoin. »

« Arrêtes de t'imaginer des choses. Ça crève les yeux qu'elle ne pense qu'à toi. Elle ne va jamais vers les autres pokémon. Elle est toujours seule quand tu n'es pas là. Seule et isolée. Dès que tu reviens, elle fonce vers toi, si ce n'est pas un signe, expliques-nou ce que c'est. »

Les paroles pouvaient paraître étrange pour s'adresser au gendre de la famille royale mais pourtant, cela n'avait rien d'anormal. Il avait murmuré que depuis ce jour, il voulait que l'on le considère comme ce qu'il avait toujours été : un simple jardinier royal. C'est pourquoi les jardiniers lui parlaient aussi ouvertement et qu'ils se permettaient ce genre d'écarts à son sujet. Car c'était lui qui les recommandait.

« Je ne sais pas m'occuper d'une pokémon pourtant. Cela est si facile à voir, non ? »

« Non, tu sais t'en occuper mais tu ne veux pas le montrer.Si ce n'était pas le cas, pourquoi est-ce que le roi et la reine te complimenteraient eux-mêmes en ce qui concerne la beauté de cette Chlorobule ? »

« Arrêtez donc de la complimenter, j'ai cru remarquer que cela affectait son comportement. Elle semble apprécier beaucoup trop les compliments. »

« Peut-être parce qu'elle les mérite ? D'ailleurs, n'oubliez pas une chose, ça sera dans quelques mois la grande fête du Soleil ! »

La grande fête du Soleil. C'était le jour où certaines pierres dans le royaume pouvaient rayonner d'un éclat ressemblant à celui du Soleil. Beaucoup considéraient qu'un rayon se fossilisait dans ces pierres, permettant alors à certains pokémon d'en devenir un autre. Il n'avait rien dit à ce sujet car lui-même ne possédait aucun pokémon mais il savait que la petite Chlorobule pouvait se transformer et avoir une nouvelle forme. C'est pourquoi maintenant, il pouvait être potentiellement intéressé bien qu'il évitait de trop le montrer. C'est surtout que le caractère de la petite pokémon lui paraissait étrange. Elle était adorable … ou presque. Elle l'était envers lui mais les autres pokémon n'avaient pas cette chance.

« Est-ce que tu comptes y participer au fait, Akonys ? »

« Maintenant que tu as Lily, ça ne devrait pas vraiment te poser un problème non ? »

« Je suis encore libre de décider ce dont j'ai envie … mais oui, je pense que j'irai avec elle. »

Il avait tout simplement murmuré cela tout en regardant la petite créature qui fonçait dans ses bras. Aux yeux de tous et de toutes, il était certain que nul ne verrait la différence mais lui n'était pas aveugle, loin de là. Pourquoi est-ce qu'il pensait tant de mal que ça de Lily ?

« Chlorobule ? Chlorobule chlo chlo ? »

Elle lui demandait ce qui n'allait pas. Est-ce qu'il devait donc lui signaler que c'était elle le problème ? Si cela était dit à voix haute, autant déclarer ouvertement qu'il aurait des problèmes. Mais bon, autant jouer le jeu maintenant.

« Je pensais te faire participer à la grande fête du Soleil. Il se peut qu'à ce moment, tu sois capable d'évoluer. Ca sera à toi seule de décider ce que tu en penses. »

Elle ne comprenait justement pas vraiment ce qu'il était en train de dire. Il s'en doutait. Ça restait une pokémon, il ne l’oubliait pas. Du moins, il aurait aimé l'oublier. Il ne pouvait pas l'apprécier. Pour lui, elle ne remplacerait jamais Lilya, qu'importent les efforts pour cela.

Les quelques mois cités par les jardiniers passèrent à une vitesse folle, le faisant arriver jusqu'au jour fatidique de la grande fête du Soleil. Pour l'occasion, chacun et chacune avait pris ses plus belles parures, des couleurs des plus chaudes aux tenues les moins encombrantes. Tout était fait pour un plaisir visuel comme auditif, les musiciens du royaume parcourant les rues de chaque village pour permettre une floraison des plus magnifiques.

Et Akonys dans tout ça ? Lui-même avait le regard des mauvais jours. La raison était dans ses bras. La Chlorobule n'avait eut de cesse pendant une semaine de le forcer à participer à cette journée bien spéciale. A la base, il y aurait participé maisd l'insistance de la Chlorobule le dérangeait et il était encore prêt à abandonner avant même d'avoir commencé. Le roi était devant les participants à la fête du Soleil, déclarant :

« Bienvenue à tous et à toutes pour cette journée sous les rayons de ce merveilleux astre solaire qui plane au-dessus de nos têtes. Aujourd'hui, pour honorer notre grande fête, vous remarquerez que le Soleil a décidé de nous baigner de sa douce chaleur. C'est pourquoi je vous demanderais de participer à cette journée dans la joie et la bonne humeur. Si vous trouvez plusieurs pierres baignées par l'énergie des plantes ou du Soleil, n'hésitez pas à les partager et à les offrir ! Après ces quelques paroles, que la Grande Fête commence ! »

Et voilà, les plus téméraires étaient déjà partis. Lui-même se déplaçait lentement, comme désabusé par toute cette histoire et cette folie qui s'amplifiait d'année en année. Mais ce n'était pas pour cela qu'il ne voulait pas se dépêcher. C'était à cause d'elle.

La petite Chlorobule avait quitté ses bras, sautillant à gauche et à droite, plongeant dans les buissons alors qu'il la suivait au loin. Elle était prête à tout pour évoluer et cela était déplaisant. Depuis la mort de Lilya, il ne laissait transparaître aucune émotion, aucun sentiment, tout le contraire de cette créature.

Pourquoi la gardait-il ? Qu'est-ce qu'il espérait avec elle ? Il aurait mieux valu s'en débarrasser dès la naissance. Il l'aurait abandonnée à son triste sort et cela aurait réglé bon nombre de problèmes. Est-ce qu'au plus profond de lui-même, il voulait espérer … qu'elle devienne une Fragilady ? Qu'elle devienne le pokémon à qui il avait comparé celle qui l'avait quitté beaucoup trop tôt ?

Peur … Il était vrai qu'il avait peur. Et cette peur se transforma en effroi quand Lily poussa un cri de joie avant que son corps ne s'illumine. Dans ses pattes, il avait aperçu une pierre brillant de mille feux, une pierre qui se dissipa en poussières. Mais le problème n'était pas la pierre mais la pokémon qui venait de l'utiliser. La Chlorobule voyait son corps se modifier, grandir et devenir plus imposant. Une fleur trônait sur le sommet de son corps alors que des petits bras étaient maintenant présents. Et surtout, elle avait plus que doublé de taille.

« Une Fragilady. Bravo, Lily. »

Il aurait voulu dire ces quelques mots sans aucune émotion mais une petite pointe de tristesse avait pourtant parcouru ses paroles lorsque Lily arrêta de s'illuminer. La voilà donc. Elle était devant lui, dans sa nouvelle forme. Une forme radieuse, dont la fleur était ouverte et laissait émettre un parfum délicat et odorant, capable d'apaiser quiconque le sentirait.

« Fragi ! Fragilady fragi fragilady ! »

Non, elle ne fonça pas dans ses bras. Non, elle ne chercha pas à se rapprocher de son dresseur. La première chose qu'elle fit, c'était de se diriger vers une fontaine pour pouvoir y plonger son regard dans l'eau et alors remarquer sa nouvelle forme. Voilà, elle avait obtenu ce qu'elle désirait.

Depuis ce jour ,tout avait changé maintenant. Elle qui voulait se montrer si douce et prévenante était devenue maintenant une Fragilady vaniteuse et prétentieuse. Comment est-ce qu'il le savait ? Tout simplement en voyant ses gestes et actions. Dès qu'une personne se rapprochait d'elle, elle le regardait d'un air hautain et les pokémon pouvaient à peine lui adresser la parole. Il avait laissé la Fragilady tranquille mais elle-même revenait parfois le voir, toute joyeuse et contente de sa journée.

« Akonys, tu devrais peut-être parler avec ta pokémon ? Je veux pas te donner de leçons mais elle n'est vraiment pas du genre très appréciable si je peux me permettre. »

« Je le sais parfaitement mais je n'ai pas à contrôler ses actes et paroles. Elle est libre. Je n'ai jamais déclaré que c'était ma pokémon et je ne la considérerai jamais comme tel. »

« Pourquoi est-ce que tu parles ainsi ? Il s'agit de ta pokémon. Et comment est-ce que tu penses qu'elle réagirait si elle apprenait que tu penses cela d'elle ? Les pokémon aussi ont des sentiments, je tiens à te le signaler. »

« Mais ils ne sont pas réciproques. Je ne l'apprécierai jamais. C'est fini depuis la mort de Lylia. »

« Je … Ah ! » commença à dire le jardinier avant de s'arrêter, visiblement troublé par quelque chose qui se trouvait derrière Akonys.

Le jeune homme aux cheveux violets se retourna, faisant face à Fragilady qui tenait quelques fleurs dans ses mains. Il passa à côté d'elle, l'ignorant complètement alors qu'elle laissait tomber le bouquet. Il n'avait pas jeté un œil à sa composition, n'ayant point remarqué que celui-ci possédait des jonquilles, du lierre ainsi que de l'iris. La pokémon écrasa violemment les fleurs tombées au sol avant de laisser paraître un visage abattu, s'éloignant de son côté.

Tout cela avait changé du jour au lendemain. Alors que la Fragilady avait laissé paraître sa vanité et son arrogance, elle était devenue encore plus exécrable maintenant. Tout ce qui était plus laid qu'elle perdait alors de sa valeur et il n'était pas rare qu'on parle d'arrachage de fleurs commis par une étrange créature qui était nulle autre que Lily bien qu'aucune preuve n'avait été là pour le confirmer.

Pour cela qu'il ne s'en préoccupait guère. Elle pouvait agir comme elle le désirait, il n'en avait rien à faire. Qu'elle disparaisse, ça ne le concernait pas le moins du monde. Qu'elle ne soit plus présente devant ses yeux, cela lui importai peu. Il n'y avait pas de réelle guerre entre eux mais peu à peu, l'ambiance maussade émanant de Lily et Akonys avait eu une influence sur le royaume et principalement ses jardins royaux.

Les fleurs étaient toujours aussi belles mais manquaient de vie. Elles étaient toujours aussi magnifiques mais manquaient d'éclat. Il n'y avait aucune émotion, aucun amour dans tout cela. Comme si les gestes accomplis avaient été fait machinalement, à la façon d'un automate. Comment partager son amour des fleurs quand on en possède plus ? Quand on a décidé de le lui retirer ?

« Fragi … lady ? »

Elle avait posé cette question en se présentant à lui alors qu'il était tout simplement assis sur un banc, le regard perdu dans la vague. Il ne l'écouta pas, il ne lui répondit pas, il l'ignorait, tout simplement. Finalement, elle vint s'installer à côté de lui mais il fit semblant de l'ignorer, comme pour bien montrer qu'il n'en avait que faire d'elle.

« Tu n'as rien à ravager ? »

« Fragilady … Fragi, Fragilady. Fragilady fragi fragilady, Fragilady. »

« Si tu considères tout cela comme un jeu, pourquoi est-ce que tu perds ton temps à venir m'adresser la parole ? Qu'espères-tu de ma part ? Que je te complimente ? Ca ne sera jamais le cas. Tu peux repartir. »

Et elle était repartie comme si de rien n'était. Sans un regard vers lui, l'homme sans un regard vers elle. Il restait tout simplement figé sur place, observant ce qui se trouvait devant lui : les jardins royaux. Magnifique au point que cela était déplaisant à regarder. Il n'appréciait pas ce jardin. Il ne lui inspirait plus rien.

Et ce n'était pas la situation actuelle qui allait arranger le tout. Lily devenait maintenant intenable et les complaintes s'accentuaient au point que même le roi était venu en personne lui adresser la parole. Le regard morne, le jeune homme avait écouté ce qu'il avait à dire.

« Akonys, malgré tout le respect que j'ai pour toi, tu ne peux plus te laisser détruire. Cela va faire bientôt deux ans que ma fille est morte. Même si nous sommes encore dévastés par tout cela, nous devons aller de l'avant ou alors le royaume disparaîtra comme ses habitants. Je te demande de faire un effort, tout simplement pour que tu redeviennes comme avant. Tu sais parfaitement que les jardiniers te considèrent comme leur enfant et il en est de même pour la reine et moi. Tu es là depuis plus de vingt ans, nous t'avons vu grandir et passer tes années aux côtés de ma fille Lylia. Il faut que tu tires un trait sur tout cela. Nous allons organiser une soirée dansante, je veux que tu y participes. »

Il ne pouvait pas refuser une demande du roi. Il hocha la tête de haut en bas. Le jour de la soirée dansante, il avait été habillé par les servantes du roi. Il avait bien vite compris de quoi il s'agissait réellement : une tentative du monarque de lui trouver une demoiselle issue de la noblesse avec qui se marier. Pourquoi cela ? Car les années passaient et le roi comme la reine vieillissaient. Comme la reine ne pouvait plus avoir d'enfant en raison de son âge, la famille royale comptait sur Akonys pour leur faire une descendance.

Il accepta les danses qu'on lui proposait, ne faisant que jeter un bref regard aux femmes qui cherchaient à converser avec lui. Il avait remarqué la petite Fragilady qui l'observait derrière une porte entrouverte du château. La mine boudeuse, le regard froncé, elle n'appréciait pas que d'autres personnes tentent de s'approcher de lui. Une petite bourrasque se fit sentir dans la salle de danse, quelques feuilles venant tomber sur le visage de plusieurs femmes tandis que tous cherchaient à savoir qui en était à l'origine. Nul n'avait trouvé le coupable mais Akonys en avait profité pour quitter la salle.

Il avait retrouvé Lily cachée derrière un arbre, prête à se faire gronder par lui. On pouvait même croire qu'elle n'attendait que ça mais rien du tout. L'homme l'avait remarqué mais comme à son habitude, il avait décidé de faire comme si elle n'existait pas à ses yeux. Finalement, elle poussa un cri strident mais il s'immobilisa sans se retourner. Une violente bourrasque projeta quelques feuilles, venant entailler sa joue. Aussitôt, elle avait regretté son geste, cherchant à aller vers lui avant qu'il ne tourne les talons.

« Je peux savoir ce qui te prends ? »

« FRA ! FRAGILADY LADY FRAGI GILA FRAGILADY ! »

Elle continuait de crier de toutes ses forces, sans même chercher à s'arrêter dans ses propos tandis que le jeune homme la fixait de ses yeux dorés. Elle attendait uniquement un geste, un mouvement de sa part, une parole, une baffe ou autre. Mais quelque chose ! C'est tout ce qu'elle demandait ! Une réaction de sa part !

« Fais ce qui te plaît, cela m'importe peu. »

Il avait décidé de reprendre son chemin, la Fragilady le regardant, stupéfaite. Aussitôt, des racines sortirent du sol, ligotant le jeune homme sur place. D'un geste rageur, elle se plaça en face de lui, des larmes aux yeux tout en continuant de crier. Mais il l'arrêta d'un mouvement de la main, déclarant d'une voix lente :

« Puisque tu ne veux pas comprendre une chose aussi simple que cela, je vais devoir être clair, Lily. Je ne t'aime pas, je ne t'apprécie même pas. Tu es une pokémon que j'ai trouvée il y a de cela plus de deux ou trois ans, je m'en contrefiche car je n'ai pas noté ta date de naissance. Tu voudrais que je te dise que ton existence m'insupporte ? Mais ça serait donner alors une raison pour que tu existes mais il n'en est rien. Que tu sois devant moi ou ailleurs, cela ne me fait rien. Tu n'as aucune obligation de rester auprès de moi et je n'ai aucun besoin de t'avoir à mes côtés. Tu peux continuer à ravager les jardins royaux, à embêter les pokémon que tu veux, cela ne me regarde pas. Tu n'es pas ma pokémon et tu ne le seras jamais. Alors arrête d'espérer quelque chose de ma part que tu n'obtiendras jamais. Tu n'existes pas à mes yeux, tu ne seras jamais celle qui la remplacera dans mon coeur et qui comblera le trou béant qu'elle a laissé. Tu n'es rien, rien du tout et tu resteras rien alors maintenant, tu débarrasses le plancher et tu me laisses tranquille. Je ne veux plus rien avoir à faire avec toi, compris ? »

Il s'était penché en avant, arrachant les racines qui ligotaient ses pieds. Quitte à se faire saigner, il avait assez de force pour se libérer. Il regarda ses mains pendant un bref instant, observant les épines plantées dessus avant de s'éloigner. La Fragilady avait cessé de pleurer, ses racines disparaissant au sol, ses yeux ayant perdu toute lumière émanant d'eux. Il venait de déclarer officiellement qu'il n''avait jamais été celui dont il s'occupait, que tout ce qui s'était passé depuis des années n'avait jamais eu d'importance à ses yeux, que tout … était fini.

« Fra … Fragilady … »

Depuis ce jour, plus aucun incident ne se fit remarquer. Les exactions de Lily avaient complètement disparu … en même temps que son caractère insouciant et vaniteux. La Fragilady n'était plus que l'ombre d'elle-même. La fleur qui ornait son crâne avait perdu du bel éclat qu'elle arborait auparavant.

« On a peut-être été un peu trop loin avec elle. Dans le fond, les haies sont devenus bien plus belles depuis qu'elle a décidé de retirer tout ce qui ne convenait pas et qu'elle trouvait bien trop laid. Même si le comportement n'allait pas, elle aidait. »

Voilà que ceux qui criaient contre la pokémon se sentaient mal de la voir dépérir à vue d'oeil. Il était dit que si on ne s'occupait guère correctement d'une Fragilady, la fleur de celle-ci ne laissait plus émettre de parfum mais aussi irait perdre ses pétales. Chaque pétale perdue venait raccourcir alors la vie de la pokémon. Et Akonys dans tout cela ? Il faisait la sourde oreille à toutes les suppliques des autres jardiniers royaux.

« Où est donc passé ton amour des fleurs, Akonys ? Même si c'est une pokémon et non une « simple plante », tu ne peux pas la laisser ainsi ! »

« Tout le monde nous a prévenu qu'elle ne laissait personne s'approcher d'elle ! A cette allure, elle va mourir, tu te rends compte de ce que tu es en train de faire ? »

« Une Fragilady est une pokémon très difficile à élever ! Pourquoi penses-tu qu'il n'y a que peu de Fragilady dans le royaume. Tu as une chance unique ! »

« UNE CHANCE UNIQUE ?! Ca fait des années qu'elle est morte ! Comment est-ce que tu peux estimer que j'ai de la chance ?! »

Toute cette rage accumulée depuis des années avait fini par exploser. Il avait frappé avec violence le jardinier en face de lui, prêt à continuer tout cela mais les autres l'avaient arrêté. Le roi et la reine avaient rapidement été mis au courant, le monarque lui déclarant :

« Akonys, je ne peux plus te laisser être un jardinier royal. Ton comportement à l'égard des autres mais aussi des fleurs fait que tu n'as plus ta place ici. Tu restes enraciné dans le passé et tu n'arrives pas à t'extraire de l'image de ma fille. A partir de là, ton comportement est irresponsable. »

« Nous pensions que tu serais capable de te relever de la mort de notre fille. Encore aujourd'hui, nous la pleurons. Mais nous devons aller de l'avant. Si un bourgeon décidait de ne pas éclore car celui d'à côté ne pourra jamais fleurir, notre royaume serait bien triste. »

« Faites ce que vous voulez de moi, je le reconnais … Je ne suis plus rien sans elle. »

« Non, tu es capable de vivre mais puisque tu te laisses aller et que tu nous obéiras, j'ai alors un simple ordre à te donner : occupe-toi de Lily, cette Fragilady. »

« Hors … HORS DE QUESTION ! »

Il s'était redressé, perdant toute contenance bien qu'il s'agissait du monarque de son royaume en face de lui. Les gardes étaient prêts à réagir mais le roi fit un geste d'apaisement pour leur dire de ne pas capturer Akonys.

« Et pourquoi cela ? Donnes-moi une raison valide à ce refus. »

« Car elle croit remplacer Lylia ! Voilà son problème ! Elle croit que ... »

« Et tu ne penses pas plutôt que c'est un cadeau du destin pour te faire oublier ta peine ? Te permettre de passer à autre chose ? Tu t'accroches à ma fille tout en malmenant une pokémon qui n'a jamais rien demandé. Une pokémon qui ne doit sûrement pas connaître ma chère fille. Une pokémon, qui, d'après toutes les informations que j'ai obtenues, a toujours tout fait pour attirer ton attention depuis des années. Ses nombreux actes commis se sont toujours produits quand tu étais dans les environs. »

« Ne vous … Ne vous moquez pas de moi, mon roi ! Comment pourrait-elle faire ça ? Qu'est-ce qui la pousserait à agir de la sorte ? Ne vous moquez pas de moi ! Je ne croirais jamais l'un de vos traîtres mots ! JAMAIS ! JAMAIS ! »

« Non … Tu n'es pas perdu par la mort de ma fille, tu es devenu fou. Mais nous ne l'avons remarqué que trop tard. Veuillez l'enfermer. »

Enfermé ? Lui ? Pourtant, il se laissa faire. C'était qu'une simple cellule, isolée de tous les autres. Il n'était pas un criminel, non pas un fou dangereux, il était tout simplement … dans son monde. On aurait plutôt dit une cage. Les barreaux de sa cellule donnaient directement sur l'un des jardins dont il s'était occupé pendant de années. Et depuis ce jour fatidique, il n'était plus que l'ombre de lui-même. Assis près des barreaux, les genoux ramenés à hauteur de son visage, il regardait tout simplement le temps qui passait devant ses yeux, le clair de lune venant éclairer une petite ombre qui cherchait à se déplacer discrètement et faiblement vers lui. Même si ce n'était que de côté, il la reconnaissait. Reconnaître ? Il ne pouvait même plus penser cela. La peau blanche avait perdu de sa pureté, prenant une teinte grise. Ses étamines qui formaient une couronne étaient maintenant affaissés, comme prêts à tomber … au même titre que ses pétales. Des pétales rouges sur le point de se retirer.

« Qu'est-ce que tu me veux ? J'ai tout perdu … »

Il aurait rajouté « par ta faute » mais il était le seul responsable de son déclin. Mais dans sa chute, il avait emmené un autre être un être qui n'avait rien demandé à cela. L'être qui cherchait encore à le voir aujourd'hui. Qu'est-ce que cette Fragilady tenait dans ses pattes ? Des outils de jardinier ? Elle les déposa devant lui, s'apprêtant à partir mais il fit un mouvement en sa direction, tendant sa main.

« Tu peux rester maintenant. C'est bon ... »

Elle s'immobilisa, osant se retourner pour le regarder de ses petits yeux. Tiens ? Ils étaient brillants ? Est-ce qu'elle pleurait ? Un doigt glissa sur la joue de la pokémon puis le reste de la main l'accompagna. Elle ferma ses yeux, soupirant de bonheur.

« Tu n'attendais que ça de ma part ? Est-ce le roi avait dit vrai ? Mais … je n'ai jamais été doué avec les pokémon. Enfin, je n'ai pas été très doué dernièrement … dans tout. »

Elle s'en fichait visiblement complètement. Elle se laissa faire, appréciant ce moment qu'elle avait désiré depuis si longtemps. La main continua de la caresser alors qu'il venait glisser l'autre le long de ses pétales.

« Quel désastre, tu es presque fanée. Tout cela par ma faute. Et regarde moi comment tu es pâle. Humpf, ces barreaux sont trop peu espacés. »

Il avait chercher à l'attirer vers lui comme pour lui montrer qu'il était prêt à faire le premier pas. Mais la pokémon gardait les yeux fermés. Rien au monde ne pouvait la tirer de cette rêverie. Rien du tout. Son corps s'affaissa au sol, Akonys écarquillant les yeux.

« Lily ? Lily ? Hého ? Lily ? LILY ! BON SANG ! LILY ! GARDES ! GARDES ! »

Il s'égosillait, secouant les barreaux de toutes ses forces, hurlant à en perdre la voix jusqu'à ce qu'un soldat se ramène, lui criant dessus tout en désignant la Fragilady :

« Mais c'est quoi ça ? Et qu'est-ce qui te prends, Akonys ?! »

« Il faut la soigner ! VITE ! LAISSEZ-MOI SORTIR ! Je sais comment la soigner ! S'il vous plaît ! Laissez-moi la soigner ou elle va mourir ! Je vous en pris ! Je ne veux pas perdre une autre personne ! Je ne veux pas ! Vous me remettrez en prison après s'il le faut mais laissez-moi m'occuper d'elle ! »

« Je ne peux pas … je dois demander et ... »

« LA FERME ! » hurla l'homme aux cheveux violets, tirant le soldat par le col pour qu'il se cogne aux barreaux, venant le frapper avec violence au visage pour qu'il s'évanouisse. Il récupéra les clés, venant ouvrir la porte de sa « cage » avant de soulever la Fragilady. Avec vélocité, il se dirigea vers le hangar qui servait à entreposer tout ce qui était engrais, arrosoir et autres outils pour le jardinage mais aussi nourriture, sprays et baies pour les pokémon plantes.

Lorsqu'on le retrouva, deux heures plus tard, l'homme aux cheveux violets pressait la Fragilady contre son coeur, des bouteilles vides autour d'eux. Les larmes aux yeux bien que ces derniers étaient fermés, il formait de tout son être comme un cocon protecteur autour de la pokémon. Elle avait maintenant une respiration plus calme et douce mais une évasion ne pouvait rester impunie.

Lorsqu'il se réveilla, il était à nouveau enfermé dans cette cage mais il n'était plus seul. La pokémon à ses côtés, celle-ci se reposait tandis que le roi était de l'autre côté des barreaux, regardant longuement le jeune homme avant de dire :

« Akonys, tes cris ont résonné de partout. Et l'acte que tu as commis est très grave. Tu dois t'en douter, n'est-ce pas ? »

« Je m'en doute … et je l'assume complètement. Juste … merci … mais elle aura encore besoin de soins, il ne faut pas la laisser à côté de moi. Il faut lui redonner ... »

« Tu resteras indéfiniment en prison, Akonys, jusqu'à nouvel ordre. Tu pourras sortir à une unique condition : Que cette pokémon retrouve sa beauté et son éclat d'antan. Pour les soins, tu auras une permission pour sortir uniquement dans le périmètre des jardins royaux et tout ce qu'il faut pour que tu puisses t'occuper d'elle. Tu le sais parfaitement … mais retrouver ce que l'on a perdu est une tâche loin d'être facile. Surtout lorsque cela concerne une Fragilady. »

« J'accepte cet emprisonnement et je ferais de mon mieux pour accomplir cette peine. »

« Lorsque … tout cela sera terminé … nous serons toujours prêts à t'accueillir, Akonys. »

Il avait hoché la tête alors que Lily ouvrait faiblement ses yeux. Aussitôt, il passa sa main sur sa joue, lui murmurant un petit bonjour. Il se le promettait : il allait s'occuper d'elle comme il ne l'avait jamais fait. Il avait des années à rattraper et peut-être que Lily … non. Il verrait en temps et en heure pour cela.

On ne pouvait pas réellement prétendre qu'il était un prisonnier, sauf peut-être la paire de menottes qu'il avait aux pieds. Celles-ci ne le dérangeaient pas pour le mouvement et c'était plus par principe qu'autre chose. Main dans la main, il se promenait avec la Fragilady, lui expliquant chaque origine et chaque langage issu des fleurs. Elle se montra une élève des plus attentives et beaucoup fûrent surpris de voir la différence entre la petite peste d'antan et la douce créature qui se présentait aux côtés d'Akonys.

Deux années plus tard, les menottes tombèrent au sol, Lily venant frotter les marques aux jambes d'Akonys. Le roi lui-même était là, accompagné par sa femme et deux servantes. Lily avait retrouvé des couleurs mais pas seulement. Akonys avait demandé à ce qu'elle dorme dehors, pour pouvoir profiter du soleil bien qu'ils étaient maintenant inséparables. Le délicat parfum qui émanait de la pokémon parcourait l'air des jardins royaux, se diffusant pour apaiser quiconque se trouvant dans son sillage.

Akonys se maria quelques temps après, ayant trouvé une fleuriste qui appréciait autant les fleurs que les pokémon plante. Comme il l'avait dit à à autrui, jamais il ne prendrait une femme qui ne plairait pas à Lily. Le roi accepta l'union de son gendre avec une femme du peuple et bien qu'au final, il s'agissait du premier couple « royal du peuple », celui-ci fût accepté à l'unanimité par la noblesse comme par les citoyens.

Quant à la Fragilady, elle devint le symbole de la monarchie de ce royaume végétal, les écus portant son effigie tandis que de nombreuses statues furent gravées dans les jardins royaux. Pourtant, depuis ce jour où elle avait réussi à atteindre le coeur d'Akonys, elle devint l'exemple même d'une ravissante fleur qui avait poussé pour laisser paraître ses sentiments réels comme ceux de l'homme qui avait été la première chose qu'elle vit à sa naissance.

Participation n°3 : Link et Récupix


Ultime Flamboiement, le premier automne.

« Allez viens Récupix, tu vas voir, ça va être amusant ! Et puis, ça reste une expérience intéressante à faire ! » m'a un jour dit mon dresseur. Un concours Pokémon. Je n'avais jamais eu l'occasion d'en entendre parler. A dire vrai, je n'ai pas entendu parler de beaucoup de choses. Après tout, je ne viens pas de ce monde. Mon monde originel ? Je l'ai oublié, je ne m'en souviens plus. Je crois qu'en arrivant ici, ma mémoire s'est effacée, elle a été intégralement nettoyée, vidée. Mon cerveau était vide, et prêt à emmagasiner de nouvelles informations. Mais si je devais émettre une hypothèse, je dirais que je viens du futur. Un futur lointain, très lointain, à des années-lumières de votre monde. J'imagine un monde pourvu d'une technologie que vous ne pouvez imaginer. L'eau directement dans les maisons, de même que pour l'électricité. Cependant, je crains que dans ce futur, l'homme ne soit plus en contact avec les éléments, comme vous l'êtes. C'est une des rares choses que j'aime chez vous. Vous êtes proches de la nature. Vous pouvez la manipuler, travailler avec elle, donc vous la comprenez. Et vous en prenez souvent soin. J'ai peur que ce ne soit pas le cas dans ce futur. Pour autant, je n'en ai aucun souvenir. Et vous ne le connaîtrez jamais.

Je me demande si c'est pour célébrer la nature et les Pokémon que vous organisez des festivals. Link m'a dit que oui. Que beaucoup de gens aiment les Pokémon, et aiment travailler avec eux, pour offrir de belles choses. Peut-être que l'homme et le Pokémon essayent ensemble, lors de ces prestations, de se rapprocher un peu plus de la perfection de cette nature ? Je ne saurais le dire, mais si c'est à essayer, pourquoi pas ? Même si c'est avec un idiot comme mon dresseur.

Tout le temps que j'ai passé avec lui, je n'ai connu que les murs de sa chambre, ou ceux de la maison de ce, comment ils disent ? Ah, oui ! Flamenois. Je ne suis jamais sorti voir le monde, mis à part pour mon arrivée dans la canopée. Je me suis réveillé là-bas, et j'avoue que ce jour-là, j'ai été très content de rencontrer Link. J'étais perdu, et les autres Pokémon ne semblaient pas trop apprécier ma présence dans ces lieux. Non seulement j'étais étranger, mais ils semblaient me trouver... déplacé. Comme si je n'avais pas ma place ici. Bien entendu, on poserait des questions à un Bargantua perdu dans un champ de blé, mais moi, je n'étais pas si... hors de mon monde. Du moins, c'est ce que je croyais. Mais ils semblaient penser que je n'avais pas ma place parmi eux. Que je n'avais ma place nulle part. Et puis, ce grand dadais blond m'a trouvé. Je n'avais jamais été aussi soulagé. Ensuite, je me suis retrouvé enfermé, car il avait peur de la réaction de ses parents en voyant qu'il avait adopté un Pokémon. En plus, j'étais apparemment unique en mon genre - ce qui, je vous l'avoue, ne me rendait pas peu fier ! ; mais du coup, revoir le monde extérieur, c'était fichu. Interdiction de me mettre à la fenêtre, je devais passer mon temps caché sous le lit, ou sous sa couette, voire dans ma Poké Ball. Alors, lorsque notre voyage a commencé, je me suis dit que je pourrai découvrir ce monde, et celui d'en bas. Au lieu de ça, il m'a enfermé dans une Poké ball - j'ignore qui a inventé ce truc, mais j'ai bien envie de lui faire la peau - et lorsque j'ai à nouveau pu sortir...

Saint Arceus... Les seuls mots qui me sont venus ont été « ultime flamboiement ». La forêt ressemblait à un brasier immense. Les arbres étaient sublimes : ils étaient parés de couleur d'or, de soleil et de flamme. C'était la première fois que j'étais dehors depuis deux ans et... et c'était tout bonnement magnifique. Les feuilles tombaient doucement au sol, bercées par le vent. C'était une véritable pluie de braises. Un spectacle que je n'avais jamais vu. Je ne pouvais détacher mes yeux de toute cette fournaise végétale face à moi. C'était si beau ! D'une fragilité et d'une force extraordinaires. Les plantes séculaires se tenaient droites et fières, fermement ancrées dans le sol, leurs racines profondément nouées très loin sous terre. Ils étaient là, immuables depuis des décennies et pour les siècles à venir. Des géants d'écorce et de sève qui n'allaient jamais bouger. Pourtant, les feuilles sous les bottes de Link craquaient et crissaient comme du verre que l'on brise. Ces feuilles brunes qui se détachaient lentement des branches des êtres sylvestres, ces feuilles désertées par la vie et l'énergie, qui tapissaient le sol, formant une couverture brune... C'était littéralement comme un incendie. Les arbres, traversés par les rayons du soleil à son Zénith représentaient les flammes, le cœur du brasier, son ardeur dévorante qui se communiquait de végétal en végétal comme une traînée de poudre. Et au sol, les cadavres des anciennes parures sylvestres ressemblaient à des cendres, à l'âtre d'un foyer qui se meurt. La confrontation de la vie et de la mort dans une explosion chatoyante d'or et de rubis.

Je ne saurai exprimer ce que je ressens. Tant de sentiments se bousculaient en moi. J'étais émerveillé devant un tel spectacle, une telle œuvre de la nature. Je me souviens avoir regardé Link. Mon regard exprimait de la curiosité, une envie d'en savoir plus, mais cet imbécile ne comprit pas tout de suite où je voulais en venir. Je ne sais pas parler la langue des hommes, il faut bien que j'exprime les choses avec mon visage, non ? Mais ce grand crétin ne semblait jamais comprendre ce que je voulais dire. Je n'étais pas assez expressif, c'était ça ? Ben allez faire un sourire avec un visage lisse, cubique et apparemment pas constitué de chair, on verra si vous êtes plus doué que moi ! Cependant cette fois, Link a compris assez rapidement ce que je voulais dire. Il s'est approché de moi et m'a pris dans ses bras, me collant contre son torse. J'étais dos à lui, je pouvais toujours regarder ce titanesque brasier qui m'éblouissait.

« On appelle cette saison l'automne. Elle précède l'hiver. »

Je levai la tête pour l'observer. Vas-y, dis m'en plus. Raconte-moi cette histoire. Raconte-moi ce que tu sais sur l'automne.

« L'automne marque la fin de l'été. Les feuilles tombent des arbres et meurent, beaucoup de Pokémon se préparent à l'hibernation. C'est la dernière grande agitation avant le sommeil apporté par l'hiver. Si l'on devait parler d'un âge pour cette saison, ça serait celui de la vieillesse, juste avant la mort. Mais ça ne rend pas pour autant cette saison forcément triste. Elle resplendit de mille feux plutôt, comme pour rendre hommage à tout ce que la nature a été capable de faire durant le printemps et l'été. »

Hmm, ça sonne plutôt triste dit comme ça. Ça veut dire que l'on se prépare à la mort ? Mais après ? C'est un peu déprimant comme point de vue non ?

« Après, c'est un rite obligatoire. La mort, symbolique de l'hiver, permet aussi à la nature de se régénérer en quelque sorte. De revenir encore plus glorieuse au printemps suivant. La vie a aussi besoin de repos et de retrouver des forces. »

Je vois... Alors la mort et l'hiver sont des passages obligatoires dans la vie, qu'il faut irrémédiablement accepter. Et dans ce cas, l'automne... Dans ce cas, l'automne ressemble à une grande fête pour célébrer la vie et toutes les richesses qu'elle a pu nous apporter avant la fin ? C'est une sorte de cadeau, de reconnaissance que la nature et ceux qui vivent s'offrent mutuellement et à eux-mêmes, pour accepter plus facilement les choses ? Hmm, je suppose que cela dépend des points de vue. Mais si j'ai tout compris.... L'embrasement des feuilles finira par s'éteindre et par mourir. Il sera alors remplacé par l'hiver - je ne sais pas ce que c'est, mais ça a l'air froid - et quand l'hiver sera fini, alors tout reprendra des couleurs. J'ai le sentiment de mieux cerner les choses... J'ai l'impression que l'automne est une fête, la dernière grande fête de la vie avant le sommeil. Que chaque être réunit ses forces pour offrir un sublime spectacle, haut en couleur et en vitalité. Le dernier sursaut de la vie, cet ultime flamboiement en hommage à la vie, à tout ce qu'elle nous apporte. Je comprends mieux ces couleurs chatoyantes, ces arbres enflammés. Le feu, synonyme de vitalité et d'une force fragile colle bien avec cette saison et avec ce qu'elle représente. Je peux le voir, je peux le ressentir. Je peux percevoir cette vie qui galope d'être en être et qui s'enfuit sans que l'on puisse la retenir.

Voyez-vous, je me suis toujours posé une question, une question qui peut paraître étrange mais qui me perturbe depuis que je suis sur Tenkeï : puis-je mourir ? Après tout, je n'ai pas besoin d'eau ou de nourriture comme les autres êtres vivants pour survivre. Je n'ai pas besoin de respirer non plus, et je peux survivre en milieu aquatique sans problème. J'ai l'impression que peu importe le biome où je vais me trouver, je survivrai. A la base, je doutais même de l'existence d'un cœur chez moi ! Je sais que vous, humains, vous en avez, je suis capable de le sentir et de l'écouter. Mais moi, est-ce que la nature m'en a donné un ? Je n'ai même pas l'impression d'être un membre de cette nature... Et pourtant, là, je sens le cœur de Link battre. Je le sens pulser dans sa poitrine, et chaque battement semble se répercuter dans mon corps, le faisant vibrer. Devant cette manifestation de la vie, devant cette dernière danse avant la fin, j'ai l'impression d'avoir enfin un cœur, d'être enfin vivant, d'appartenir enfin pleinement à ce monde dont j'entendais beaucoup parler mais dont je me sentais irrémédiablement rejeté. J'ai le sentiment que c'est dans cette ultime danse écarlate, dans ce bouillonnant tumulte de la vie que je peux enfin naître, et poser un pied dans ce monde.

Participation n°4 : Yugo et Kimi

Dans la plaine de Terros,
Il y a un Togepi.
Elle joue avec ses amis,
Gentiment, sans plaie ni bosses.

A un moment, elle sent
que cette personne arrive
Avec ses très nocives
Altérations des champs.

Alors le Togépi
Décide de s'enfuir,
Pour espérer finir
de sa part dans l'oubli.

Mais il n'oublie personne,
Et finit par gagner
ceux qui veulent échapper
A son emprise, Personne

Il court, il court, il court,
le petit Togépi.
L'inconnu le poursuit,
Jusqu'au bois, comme un sourd.

Malgré toute sa malice,
Il ne le sème pas.
Mais faut r'garder d'vant soit,
Car sur des feuilles il glisse.

Voilà qu'il est tombé.
Le temps l'a rattrapé.
Au revoir bel été,
L'automne est arrivé.

***

Comme vous le constatez, nous n'avons que 4 participants. Vous n'allez donc pas choisir les 4 finalistes, mais leur ordre de passage.

¤ Un vote par Joueur, sauf les Juges ; les participants ne peuvent pas voter.
¤ Vous avez jusqu'à demain 23h59 pour faire votre choix.
¤ Les votes se font uniquement par le sondage, ne postez pas dans ce topic ^^

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 921

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par PNJ le Lun 3 Nov 2014 - 11:37

[NE PAS EDITER CE MESSAGE]

Malheureusement, pour des raisons de non-respect du thème imposé, la participation de Soriu n'a pas été jugée recevable et il est donc éliminé. Désolée pour le dérangement, et pour les trois personnes qui ont voté pour son œuvre. La Battle Royale se fera de plus à 3 participants au lieu de 4.  

Classement final :  
¤ 1ères, Céleste et Lehna avec 7 voix ! First
¤ 2èmes, Récupix et Link avec 4 voix Second
¤ 3èmes, Kimi et Yugo, avec 1 voix Third


Félicitations et bravo pour vos créations, qui ont beaucoup plu aux Juges (et aux membres aussi, on l'espère).

****

Le Grand Prêtre de Reshiram salua la foule et les trois participants finalistes, debout sur la grande scène centrale. Il s'agissait en fait d'un grand cercle dessiné au sol d'environ six mètres de diamètre. Après avoir félicité les candidats à la seconde épreuve, l'homme de foi proposa à tous une petite explication.

Tout d'abord, il fit porter une sphère de verre, pleine et lourde, au centre du cercle. L'objet pouvait encaisser des coups, mais pas tomber de trop haut sous risque de se briser. Les règles étaient les suivantes : il fallait être le dernier à posséder l'objet pour remporter l'épreuve, mais briser la boule translucide ou la détériorer entrainerait des points de pénalité. Néanmoins, d'autres objets, aux caractéristiques diverses, étaient disponibles en cas de casse du premier.
De même, il n'était pas interdit de faire sortir l'objet de la limite du terrain, mais le dernier Pokémon à avoir touché la sphère perdrait des points.

Par ailleurs, les types des capacités autorisés étaient limités à Roche, Sol, Plante, Eau, Glace, Vol, Feu, Electrik et Normal, sous peine d'élimination.

Le Grand Prêtre désigna les places des trois Pokémon et de leurs dresseurs, en triangle autour du cercle. Puis, d'un geste, il annonça le début de la compétition.


****

Ordre des posts de base : Lehna -> Link -> Yugo -> PNJ. Vous pouvez inter-changer entre vous si l'un de vous ne peut pas poster rapidement, pour essayer de garder un rythme soutenu.

À chaque tour, le PNJ déterminera, avec la balise random, qui est le Pokémon qui possède l'objet à un moment donné, et l'état de détérioration de la sphère (oui parce que, même avec vos pattes de velours, à force de prendre des coups ça va casser, vous n'y échapperez pas Razz). Les objets supportent au plus 5 "points de dégâts" et pourront s'en prendre, à chaque tour, 1, 2 ou 3, encore une fois aléatoirement.

Peut-être qu'aussi de temps en temps je déciderai que vous avez tapé trop fort et que la balle est sortie - PENALITÉ mouhahaha. PNJ sadique inside.

Néanmoins, même si vous n'avez jamais la sphère selon le rand, que vous la cassez ou que vous la faites sortir, ne vous inquiétez pas ! Cela ne vous pénalisera pas pour la sélection IRL du gagnant. Le blabla au dessus, c'est pour le côté RP ^-^ L'important c'est de faire des jolis posts, de se donner à fond et d'avoir la classe Cool C'est ce qui sera regardé par les Juges. Les seules choses qui pourraient vous pénaliser pour de vrai seront d'utiliser des capacités d'un autre type que ceux autorisés, d'être trop bourrin (c'est un concours, pas un match !) ou de ne pas répondre pendant trop longtemps. Faites de votre mieux, et bonne chance à tous ! Vendez-nous du rêve !

****

État de la sphère : 0/5 dégâts
Le Pokémon qui possèdera la sphère le premier sera...
Nombre aléatoire (1,3) : 3

1- Céleste
2- Récupix
3- Kimi

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 921

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par Lehna le Mar 4 Nov 2014 - 13:01

Dès qu’elle avait entendu parler de ce nouveau concours, la princesse s’était dépêchée de plier bagage et prendre la route pour le continent volant. Entre son père qui continuait à la tirer vers le bas et l’autre blandinet qui se mêlait des choses qui ne le regardait pas, elle avait clairement besoin de prendre l’air de tous ces individus qui avaient pour loisir favori de lui mettre des bâtons dans les roues. Elle n’avait pas besoin d’eux pour briller ou même pour survivre, quand est-ce qu’ils apprendraient enfin cette leçon ? Elle allait leur prouver son véritable talent, devenir une coordinatrice de renom et ce sans leur précieuse aide et soutien. Elle n’avait besoin de personne, les seuls qui osaient la confronter n’étaient que là pour la retenir et l’empêcher de fleurir, probablement jaloux de ne pas pouvoir être elle ou déçus qu’elle ne soit pas exactement ce qu’ils avaient espéré pour elle.

« Empruntant » donc à nouveau l’Altaria incompétent de la cour, la championne avait laissé derrière elle famille, équipe, et même les travaux de l'arène qui lui tenaient tant à cœur pour faire route vers ce fameux « concours d’automne » à bord du continent volant. Quand elle avait appris la nouvelle, elle avait été surprise d’apprendre que ce genre de distraction existait aussi dans ces tribus primitives. Après s’être renseignée, elle avait compris que ce festival était en réalité qu’une pâle imitation des spectacles grandioses qu’ils organisaient sur le vrai continent et elle comptait bien leur montrer, à ces amateurs, comment on faisait les choses à la maison.

Au moment de choisir un Pokémon candidat pour la représenter, Céleste se manifesta activement, plus qu’à son habitude. La dresseuse avait hésité un instant, avant de concéder qu’elle était la meilleure option pour se présenter à cette compétition. Elle venait de ce monde et connaissait ses coutumes, ainsi que les préférences et les habitudes de ceux qui y habitaient, sans compter leur langue. Si elle était peut-être un peu jeune et pas tout à fait prête pour un véritable concours, c’était l’occasion ou jamais de s’entraîner avant de passer aux choses sérieuses lorsqu’ils redescendraient sur la terre ferme.

Son premier exercice fut d’ailleurs bien accueillit, sans surprise de la part de sa maîtresse. Ils avaient laissé la seconde place à cette sorte de machine, probablement par chauvinisme, car la pauvre bête n’avait vraiment rien pour elle. Ignorant et perdu, ce Porygon avait été clairement projeté en haut du classement pour qu’un représentant de ce pays y figure, afin de ne pas être complètement couvert de honte lorsque la grandeur érasienne les rattraperait. Les autres candidats ne valaient pas mieux, et on voyait sur la tête du troisième participant que malgré ses tentatives, c’était la première fois qu’il arrivait jusque là dans une manifestation de ce genre, et elle arrivait à lire sur sa figure qu’il n’était clairement pas prêt pour jouer dans la cour des grands, comme le démontrait sa piètre et triste performance.

Toutefois, même avec cette forte confiance, Lehna n’avait pas dans ces habitudes de sous-estimer ses adversaires ; cela conduisait toujours à de mauvaises surprises. Ils avaient peut-être une ruse cachée dans leur sac ou derrière ce masque qu’ils se forçaient à porter, comme elle.


***

Lorsque son nom fut annoncé, la princesse leva sa main à sa bouche, mimant la surprise et l’excitation à perfection. Elle souleva la petite canne au niveau de son visage pour lui donner une petite bise sur le front, avant d’ajouter qu’elle était très fière d’elle. Elle s’avança humblement vers le point que lui indiquait le Grand Prête, avant de s’incliner devant lui dans un signe de respect. À chaque fois qu’un autre candidat fut annoncé, elle les applaudit avec enthousiasme, puis les félicita d’un signe de main et d’un sourire. Elle semblait joviale, innocente, et simplement heureuse d’être là, entourée par ces personnes qui avaient la même passion qu’elle. Elle avait l’air d’être une personne sympathique et aimable, agréable à vivre, en dépit de certains traits, telle sa tenue, qui exhibaient ses origines nobles.

Après avoir convoqués les trois finalistes et mis en place le terrain, le Prêtre leur décrivit quelques règles à respecter, avant de poser une sphère de verre au centre du cercle que formait les candidats. Pour finir, il demanda si tout le monde était prêt, avant de donne le coup d’envoi.

Lehna n’avait jamais participé à un combat avec ce genre de système auparavant, mais elle savait que même si Céleste était plus rapide que les autres Pokémon et pourrait simplement piquer vers la bille pour la récupérer sans grande difficulté, c’était une très mauvaise stratégie à adopter. Le but était d’être le dernier à avoir la balle, pas le premier, et il valait mieux pour cela construire un plan sur le long terme que se ruer sur la première occasion qui se présentait. Elle allait sortir ces gens de leur zone de confort pour installer la sienne, et elle allait commencer avec le terrain au sol. Dépliant élégamment son bras en avant elle demanda simplement.

« Céleste, Tourniquet s’il te plait. »

La petite cane s’avança alors de quelques pas dans l’arène avant de se mettre à pivoter sur elle-même, levant la tête vers le ciel avant de se mettre à la expulser de l’eau par son bec. Les gouttes scintillaient à la lumière du soleil que filtraient les arbres, faisant resplendir la scène. Les spectateurs étaient sous l’illusion qu’une pluie de petits cristaux tombaient élégamment en cascade, pendant que la cane s’amusait à jouer sur l’intensité de son jet, performant ainsi un véritable spectacle de fontaines dansantes.

Si la Couaneton aux drôle de couleurs se rapprochait lentement de la bille en tournoyant, ce n’était pas son intention que de la saisir avec ce stratagème. Non, à cause de son attaque, le sol était maintenant gorgé d’eau et boueux, rendant l’herbe glissante et faisant en sorte qu’il soit maintenant difficile pour les autres de manœuvrer dessus sans tomber ou se salir. Certes, le cube flottait et n’avait donc pas vraiment se soucier de cette mise en scène, mais c’était toute une autre histoire pour le Togépi qui ne pouvait que se reposer sur ses deux petites pattes pour se mouvoir.


HRP:
[Je l’ai déjà dit mais je le répète, il ne faut absolument pas prendre les remarques de Lehna sérieusement, c’est une imbécile avec un point de vu bien particulier et égoïste ^^’ La joueuse et la personnage n’ont pas du tout la même opinion, pour preuve moi j’ai adoré chacune des œuvres présentées, y compris celle de Soriu qui malheureusement n’était pas assez dans le thème et le dernier paragraphe du poème de Yugo :3 Je trouve l’organisation originale et interactive, donc ne prenez surtout pas mal tous les constats fait par Lehna, elle est complètement à côté de la plaque, à son habitude ^^’]

_________________
- La beauté n'est qu'un piège tendu par la nature à la raison -
~ Puppet Master ~




avatar
Lehna
Informations
Nombre de messages : 343

Fiche de personnage
Points: 36
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par Link le Mar 11 Nov 2014 - 21:02

Pourquoi il a voulu commencer son aventure par un concours ? Je me demande bien ce que mon dresseur peut avoir en tête. Pas grand-chose selon les moments, si vous voulez mon avis. Apparemment, ce sont des événements assez rares et qui n'ont pas lieu très souvent, donc il faut vraiment sauter sur l'occasion quand elle se présente. Mais là, j'admets avoir peur que ça soit un peu prématuré. Je n'ai jamais combattu depuis que je suis ici, et je ne sais pas vraiment ce dont je suis capable. Mais bon, il semblerait qu'on soit là pour voir et pour expérimenter. Alors allons-y !

Hm, j'avoue que parmi les autres participants, il y en a qui ont l'air d'avoir du niveau, peut-être de l'expérience aussi. Comme cette femme avec son Couaneton. Un shiney d'ailleurs, vu la couleur de son plumage. Ils sont peu courant, mais je ne suis pas là pour les juger sur leur couleur et donc sur un détail de leur apparence, encore moins vu le physique que je me trimballe ! Tout ça pour dire, si l'oiselle a l'air sympathique, sa maîtresse, elle... Je ne sais pas. Disons que je préfère être avec mon crétin de dresseur qu'avec elle. Une sorte d'instinct. Elle me hérisserait probablement un peu les poils sur l'échine, si j'avais de la fourrure et une échine. Par contre, l'autre avec son Togépi, s'ils ont l'air peu expérimenté -même si ça ne sera jamais pire que la paire que je forme avec Link- ils ont un côté un peu naïf et candide qui leur donne beaucoup de charme je trouve. Ils sont mignons, pour résumer. Il y avait aussi un homme avec sa Chlorobule qui étaient assez sympathique mais nous ne sommes finalement que trois. J'avoue que je n'y connais rien, et je préfère m'abstenir de m'avancer sur le sujet, je ne suis pas là pour ça.

Lorsque nous sommes appelés, Link et moi, il ne peut s'empêcher de m'enlacer en s'avançant, frottant affectueusement ma tête.

« Félicitations mon grand, tu as été formidable. J'espère que tu es prêt pour la deuxième partie, on va voir de quoi on est capable ensemble ! »

Et gagner, tout ça, tu t'en fiches ? On est là pour quoi au juste ? J'ai du mal à te suivre, blondinet. Je ne sais absolument pas ce que tu as dans le crâne. J'ai l'impression que tu pars pour participer mais pas pour gagner, c'est pas que ça me dérange, mais ça m'interpelle on va dire. Je dois faire de mon mieux, ou arracher la victoire coûte que coûte ? Je suis un peu perdu je dois dire, je ne sais pas ce que je dois faire. Enfin, si, je ne suis pas idiot, j'ai écouté les juges, mais j'ignore ce que toi, stupide blond, tu attends de moi. Je suppose qu'on verra bien...

Allez, c'est parti ! On est tous en position, en triangle, avec au centre cette étrange boule de verre. Ca me semble bien fragile ce truc. Faudra que je tente d'y aller doucement. La cane commence déjà par projeter de l'eau, jouant les fontaines. Elle va faire une véritable inondation et transformer la zone en bourbier si elle continue. Quoique, c'est probablement son objectif. Il est vrai que nous sommes là pour être gracieux, pas pour nous recouvrir de crasses. Moi je m'en moque, je lévite, et elle peut voler. Pour la petite Togépi, c'est déjà plus gênant. En attendant, qu'est-ce que je dois faire, moi... ?

« Commence par Affûtage. »

Ah tiens, un ordre, c'est sympathique ! Affûtage hein ? Hm, je vois l'idée. Rendre mes angles plus arrondis, pour que je pénètre mieux l'air et que j'aille plus vite. Et puis, ça allégera ma ligne, elle en a besoin ! Je me concentre en fermant les yeux, sentant un frisson secouer ma carcasse alors que je commence à me sentir plus léger. C'est d'un pratique ! Mais ça n'est pas comme ça que je gagnerai ce concours, ou que je me ferai tout bêtement remarquer. Il faut que je trouve autre chose, que je fasse autre chose. Mais je crois que j'ai une idée, qui devrait faire son effet. Va falloir la jouer fine et que j'arrive à m'approprier les attaques des autres. Cependant, ça se tente.

Le Porygon s'élança vers l'oiselle et s'amusa à zigzaguer avec sa vitesse améliorée entre les différents jets d'eau qu'elle produisait. Pour le moment, il se contentait de simplement esquiver le Tourniquet très inoffensif, jouant simplement avec. Puis, au lieu d'esquiver, il commença à traverser les jets d'eau. Non content de briser un peu l'effet gracieux de certaines fontaines à l'aide de son corps un peu moins cubique mais cubique quand même, il finit par vite se retrouver trempé. Il s'éloigna alors, s'approchant de la ligne de démarcation du cercle. Il ouvrit alors la bouche -et oui, il avait beau ne pas avoir besoin de respirer ou de manger, il avait bien une bouche- et cracha au sol un souffle blanc et glacé. Il longea la ligne qui marquait le contour du cercle et petit à petit, se rapprocha du centre, gelant toute la surface du terrain que la Couaneton avait soigneusement trempé. Il finit sa course au-dessus de la sphère, tête levée vers le ciel à projeter son Vent Glacé. Lorsque celui-ci s'estompa, quelques flocons commencèrent à retomber sur le terrain.

Le sol s'était transformé en une espèce de patinoire. Les zones d'eaux sans trop de terre avaient une surface lisse et glissante, sur laquelle on pouvait facilement déraper. Quant à la boue formée par le Tourniquet, elle s'était solidifiée sous le froid et formait des sortes d'aspérités rendant le terrain inégal ; il ne serait pas impossible de trébucher sur ces fragments de terre glacée et de perdre l'équilibre. La sphère quant à elle était désormais recouverte d'une fine pellicule de glace qui pouvait la rendre légèrement glissante. Celui des Pokémon qui se déciderait à la saisir devrait se montrer prudent afin de ne pas la faire tomber. Mais pour le coup, Récupix venait également de se mettre en difficulté : à moins de faire fondre la couche de givre, il ne pourrait pas la saisir sans risques. Néanmoins, les cristaux de glace lui donnait un aspect plus brillant au soleil et l'étrange bestiole eut un petit hochement de tête approbateur.


Bon, pour un début, c'est pas trop mal. Je pense que je pourrais nettement en faire plus, mais c'est le cas de tout le monde ici, je présume que cette petite oiselle ne sait pas que cracher de l'eau par son bec, et que la Togépi n'est pas non plus tout le temps immobile. Mieux vaut se montrer prudent et voir de quoi les autres sont capables, avant de passer aux choses sérieuses. Une façon de tâter le terrain en quelques sortes...


Dernière édition par Link le Lun 24 Nov 2014 - 21:04, édité 1 fois
avatar
Link
Informations
Nombre de messages : 13

Fiche de personnage
Points: 36
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par Yugo le Sam 22 Nov 2014 - 5:17

La rumeur d'un nouveau concours, voilà qui m'intéresse au plus au point. Je monte sur ma fidèle Keiba. Mais après vérification, un concours a en effet bien lieu, mais sur les terres lointaines de Midgard. Ma première expérience de Midgard a été... on va dire très mauvaise. Mais après réflexion, ne dit-on pas que nos faiblesse une fois affrontée deviennent des forces ? Je regarde la Togépi, et ensemble, nous choisissons de réitérer l'expérience. Un voyage sur les terres célestes... Et alors que je m'apprète à loué une monture soi-disant spécial pour aller au nouvaue royaume un homme m'aborde.

"-Dites moi mon amis, vous avez un Pokémon psy ? Je regarde Kimi sur un air étonné. Je vois. Et bien sachez que pour comprendre le langage de là-bas, il vous faut un Pokémon psy, et vous avez de la chance, je vous en loue ici bas pour pas cher.

Je le regarde un instant en silence. Le prix du vol est déjà assez cher, mais en plus il demande un prix énorme pour me louer un Pokémon psy ? Puis Kimi m'interpelle en me tirant le col. Je la regarde avec un sourire et refuse l'offre de l'homme. Je cours donc récupérer mon Spoink chez mon ami éleveur, non sans quelques coups dans la figure et me voilà enfin parti vers les hautes terres.

...

Lorsque le prêtre annonce mon nom, je reste un petit moment sans voix. C'est la première fois que je réussis à dépasser les qualifications. Je me retiens de sauter de joie pour préférer rester digne et m'avance donc fièrement, avec Kimi sur mes épaules et le petit Spoink à mes côtés. On le dirait presque intimidé. Lui de nature agressive n'ose rien de déplacer parmi tant de monde, ce que je redoutait entre tout. Tant mieux alors. Une fois en place, Kimi et moi nous inclinons respectueusement devant l'homme qui semblait jouer le rôle d'arbitre, puis devant nos adversaires. celui-ci décrit alors les règles, puis, sur un geste, le tournoi commence. Je trouve ce spectacle original. Plutôt qu'un combat par la force, c'est un concours par l'adresse. Mais à peine le signal donné que le petit cannard de la jeune femme se met à asperger tout le terrain.

-Ce n'est pas un problème Kimi. Dis-je en souriant.

Mais le sourire s'efface quand le second Pokémon bizare commence à geler toute la surface. après un petit moment de silence, je demande aussitôt à la Togépi de ne pas se laisser emprisonner dedans. Elle saute alors mais glisse sans arriver à se contrôler. Nous ne nous sommes jamais entrainés sur de la glace non plus. Nous n'avons jamais eu l'occasion en même temps. Et la voilà partie sans pouvoir s'arrêter, attrapant la sphère au passage.

-Kimi essaye de ne pas la casser tout de suite quand même.

Quitte à tomber, elle se retourne et se fait chuter elle-même pour garder le globe en l'air. En effet, ces petits membres ne sont pas forcément utiles pour ce genre d'expérience. Une fois stopper le long d'une aspérité, elle pose la sphère derrière elle, se lève tant bien que mal, et lance d'elle-même une attaque charme à ces deux adversaires. Elle reprend ensuite la boule et essaye tant bien que mal à avancer sans tomber.

_________________




Spoiler:


Pour suivre mon histoire : c'est par ici
avatar
Yugo
Informations
Nombre de messages : 973

Fiche de personnage
Points: 20
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par PNJ le Sam 22 Nov 2014 - 13:53

État de la sphère : 0/5 dégâts

La sphère a subi pendant ce tour tant de dégâts :
Nombre aléatoire (1,3) : 1

Le Pokémon qui récupérera la sphère au prochain tour sera :
Nombre aléatoire (1,3) : 2

1- Céleste
2- Récupix
3- Kimi

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 921

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par Lehna le Lun 1 Déc 2014 - 14:33

Céleste continuait à danser, tournoyant sur elle-même en déversant l’eau de son tourniquet telle une fontaine mouvante, mouillant la terre du cercle jusqu’à ce qu’elle ne soit plus que de la boue. Parallèlement, le Pokémon cube était en train de se faire une beauté – chose à laquelle il aurait dû penser avant de se présenter, pensa Lehna – et l’œuf restait immobile, un peu perdu au milieu de toute cette agitation – un amateur, se répéta Lehna.

Finalement, ses opposants se décidèrent à agir et faire des choses intéressantes. En effet, le Porygon commença par s’avancer pour jouer dans l’eau lancée par la Couaneton, puis décida de geler l’air ambiant, déchainant un Vent Glacé au ras du terrain. La princesse regarda faire, légèrement intriguée. Il aurait pu faire bien plus avec cette attaque qu’une simple patinoire, d’autant plus que Céleste, canard de son état, n’aurait pas plus de difficulté à s’y déplacer que dans la boue avec ses pattes palmées. En réalité, cela ne désavantageait que la Togépi, qui aurait déjà eu du mal à gérer la gadoue glissante, et n’avantageait pas grand monde ; pourquoi alors tant d’effort dans ce mouvement ? Il aurait presque du laisser le terrain ainsi, et les deux au sol se seraient disgraciés en se tachant de boue. Enfin, Céleste était évidemment mieux entrainée que cela, mais l’idée était là.

Cependant, si le Porygon ne savait pas utiliser correctement cette attaque, Lehna, elle, n’allait pas s’en priver ; elle allait se servir de ce vent gelé à son avantage. Le Pokémon futuriste avait couvert la moitié du cercle lorsque la princesse claqua des doigts, faisant stopper le tourniquet d’eau. Céleste s’inclina gracieusement devant le juré après cette petite introduction pour se présenter, le temps que sa maîtresse lui prépare le prochain combo. En lançant un rapide coup d’œil en sa direction, elle vit l’humaine mettre ses mains à sa bouche et souffler, imitant une personne gonflant un ballon de baudruche. La championne avait dressé ses animaux pour répondre à ses mimiques plutôt qu’à sa voix ; cela évitait d’interrompre la performance avec des ordres et des commentaires qui rompaient l’ambiance et la musique du spectacle. Voyant ce signe, Céleste lança une attaque Bulle d’O, essayant de s’appliquer à faire des bulles de la taille de la sphère tant convoitée.

Les bulles se retrouvèrent prisent dans le Vent Glacé, se frigorifiant. Maintenant, une bonne trentaine de sphères, toutes différentes et toutes similaires, flottait au-dessus du cercle, tombant lentement, les plus légère restant suspendues dans les airs à refléter la lumière du soleil qui traversait la cime des arbres. La Couaneton fit une élégante pirouette lorsque le robot s’approcha d'elle, refusant de se laisser prisonnier les pattes dans cette petite banquise. Elle retomba avec style, puis se mit à patiner gaiment sur le nouveau terrain, remuant les sphères sur son passage gentiment avec quelques coups d’ailes bien manœuvrés, de manière à les laisser voltiger dans les airs sans les briser.

La Togepi s’élança aussi enfin, plutôt à cause d’un faux pas qu’une véritable intention d’agir. Elle glissa sur le dos jusqu’à heurter la bille de verre, l’entrainant avec elle. Voyant venir la catastrophe, Lehna fit un claquement de langue d’urgence, attirant l’attention de sa Pokémon sur la situation. Réagissant rapidement, Céleste s’élança vers le petit œuf, se mit sur sa trajectoire puis donna un grand coup d’aile en sa direction pour ralentir sa course. Elle s’avança ensuite lentement, tournant autour de son adversaire pour vérifier qu’il allait bien. Ce n’était pas un combat ou un duel, le but n’était pas de blesser ses opposants. S’embêter, certes, se mettre des bâtons dans les roues, certainement, mais il n’y avait pas besoin de se faire mal, au contraire. C’était une cérémonie pour proclamer la paix et l’interdépendance, donc laisser un camarade dans l’embarras n’était pas une option.

Sa maîtresse n’était pas tout à fait du même avis, et d’un claquement de doigts sec, elle rappela son oiselle à l’ordre. La Togepi allait bien, elle s’était même relevé et avait à son tour félicité les jurés d’un Charme, il était temps pour elle de reprendre son spectacle. La cane réfléchit un instant, avant de décider de se rapprocher davantage du petit Pokémon, lui tendant une aile pour lui proposer une danse. Lehna n’était pas complétement pour l’idée, mais elle laissa faire ; elle n’était pas du genre à se soucier d’autrui, mais la petite Céleste, elle, ressentait en permanence la nécessité de soutenir ceux qui avaient besoin d’elle. Lehna la laissa donc faire, consciente que ce n’était pas une bonne idée de lutter contre la nature même de ses Pokémon, et que de toute façon, montrer et prouver sa solidarité et son soutien aux autres dans un événement mis en place pour clamer ces valeurs ne pouvait rien apporter de mal, et cela l'éloignerait un peu de la sphère, ce qui lui laisserait une ouverture pour la récupérer plus tard.


[Eeeeet je réitère, ne prenez pas mal les réactions de Lehna, c’est une bourge narcissique, je partage en rien son point de vu, juré xD]

_________________
- La beauté n'est qu'un piège tendu par la nature à la raison -
~ Puppet Master ~




avatar
Lehna
Informations
Nombre de messages : 343

Fiche de personnage
Points: 36
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par Link le Ven 12 Déc 2014 - 21:54

Tiens tiens tiens... Apparemment, je ne suis pas le seul à aimer me servir des attaques des autres pour faire de jolies choses. Enfin, si tant est qu'une patinoire c'est joli... Quoiqu'il en soit, l'oiselle mauve avait décidé de faire des bulles qu'elle envoyait directement dans mon souffle givré. Les sphères aqueuses se solidifiaient en entrant en contact avec ma brise glaciale et restaient en suspension dans les airs. Certaines, trop lourdes, tombaient au sol et éclataient en des petits éclats givrés. Et puis la Couaneton semblait danser au milieu de ces sphères étincelantes. Je devais reconnaître que c'était un très beau spectacle. Mais je n'ai pas dit mon dernier mot, crois-moi !

Une fois que j'eus fini de geler le terrain, j'arrêtai mon souffle hivernal pour préparer autre chose. En réalité, je n'avais pas énormément d'atouts dans ma poche. De base, je ne connaissais pas grand-chose en arrivant dans ce monde. Mais peu à peu, j'avais découvert que je recelais un pouvoir caché, des capacités enfouies en moi qui se dévoilaient peu à peu. Link m'avait déjà parlé de Pokémon ayant des attaques improbables grâce à leurs parents, et à la reproduction. Je ne sais pas vraiment si je suis apte à me reproduire, ni même si j'ai des parents ; cependant je suis aussi capable de quelques petites choses assez sympathiques. Et puis, la tête de mon idiot de dresseur était réellement mythique le jour où il a retrouvé sa chambre complètement congelé. Eh, fallait me laisser sortir s'il voulait que je m'exerce dehors et que je fasse quelque chose de mes journées, plutôt que de m'enfermer tout le temps. Quoiqu'il en soit, après le souffle gelé, je me concentrais. J'avais vu quelques insectes faire ça, surtout les Larveyette et leurs évolutions. Ils étaient capable de faire de très belles choses avec leur soie. Moi, ça allait être une version un peu différente.

Après avoir sécrété un filin électrifié, je l'envoyais sur les sphères gelées. J'utilisais ma Toile Elek pour relier certaines des boules entre elles, me transformant peu à peu en un marionnettiste un peu étrange, qui contrôlait certaines de ces Bulles d'O glacées. Les faisant monter et descendre de façon complètement asynchrone. J'accélérais doucement le rythme, regardant ce fil électrifié qui commençait à se propager sur chaque sphère, les recouvrant peu à peu de cette toile gluante légèrement jaune. Ca avait un effet assez joli, faut le reconnaître. Ces sphères bleutées et glacées étaient désormais parcourues de petites étincelles qui leur donnaient un reflet un peu jaune. Mais je n'allais pas jouer cent sept ans avec. D'un mouvement de tête un peu plus grand, j'envoyais les Bulles d'O se fracasser les unes contre les autres. Elles explosèrent dans un petit son cristallin, projetant des cristaux de glace qui s'éparpillèrent dans les airs, retombant en une fine pluie sur le terrain et sur chaque participant. J'aperçus alors le petit œuf se saisir de la sphère de cristal et finir sa course en glissade, sur le dos.

J'avais envie d'envoyer l'un de mes fils électriques pour le rattraper, mais si je faisais ça, il serait forcément électrocuté, au moins un peu. Et la règle était bien de ne pas blesser ses adversaires. Je ne savais pas si cela compterait ou non comme une blessure, mais je ne voulais pas prendre le risque. De plus, un coup de jus ne serait pas une sensation très agréable. Heureusement, l'oiselle était aussi vive que moi, et elle avait réussi à l'arrêter. Voilà que l'oeuf sur pattes faisait du Charme, avant de se mettre à danser avec sa sauveuse.  

Le Porygon observa le duo de danseurs. Il comprenait très bien le but de ce concours, organisé pour la paix. Il savait qu'il ne devait pas attaquer les autres, mais en voyant que les deux Pokémon dansaient ensemble, il ressentit un pincement au cœur qu'il n'avait normalement pas. Lui aussi aurait aimé danser avec eux, prendre part à cette valse. Mais il s'en sentait exclu. Car une danse à trois n'était pas pareille qu'une danse à deux. Car il ne savait pas danser et n'avait pas de vrais membres conçus pour. Il ne pouvait rien faire à part regarder, car il ne ressentait pas l'envie de briser cet instant. Cependant, il ne pouvait pas se permettre de rester sans rien faire. Il devait agir, il n'avait pas le choix. Et il commençait à avoir une petite idée.

Réduisant d'un coup de son museau cubique une aspérité glacée pour la rendre plus plate, il saisit la sphère de verre à l'aide de sa Toile Elek pour la poser en douceur sur la plate-forme nouvellement crée. Puis, il esquissa un sourire. Normalement, ça serait joli.


J'indique d'un signe de tête au Couaneton et au Togépi de me faire confiance, et de ne pas avoir peur. Je sais ce que je fais, et s'ils se tiennent éloignés de la sphère, ça ira, ils ne prendront pas de risques. Mais ils ne doivent pas être trop loin non plus, sinon l'effet serait gâché. A l'aide de mon Souffle Glacé, je façonne des stalagmites un peu partout, suffisamment gros pour qu'on ne puisse pas trébucher dessus. Ils allaient devoir faire un peu attention au cours de leur valse, cependant ça ne devrait pas les gêner. Et comme je suis un être intelligent, j'ai pris soin à ce que la sphère soit au centre de tout cet ensemble. Je les regarde un instant danser. C'est vrai, pourquoi se battre ? On est là pour la paix, non ? Peut-être devrions-nous tenter, tous les trois, de faire quelque chose qui éblouira le public bien plus que si nous nous la jouons individuellement. Pour ma part, voir l'initiative de la Couaneton ne me donne plus réellement envie de me battre à tout prix pour la victoire. Me démarquer, pourquoi pas, mais mon but n'est pas là. C'est ça que tu essayais de me dire, petit blond ? Ahlala, je te jure, il y avait d'autres moyens de me le faire comprendre. Comme de me parler directement. A moins que tu n'en aies pas pris conscience ? Ca ne m'étonnerait même pas venant de toi.

Le Porygon s'éleva au-dessus de la sphère, sagement immobile sur son piédestal. Son plan était risqué. Il ne doutait pas de la capacité qu'il comptait mettre en place, mais il allait attaquer directement la sphère, et il espérait de tout cœur qu'elle tiendrait le choc. Normalement oui, elle n'avait quasiment aucune éraflure. Il l'espérait. Se concentrant, il créa un triangle aux proportions égales face à lui. Chaque pointe commença alors à luire tandis que des boules se formaient aux extrémités : une rouge, une jaune, une bleue. Plus ces boules d'énergies prenaient de l'ampleur, plus le triangle perdait en dimension, tant et si bien que les trois énergies s'effleurèrent. Ce fut comme une explosion et elles libérèrent leur puissance. Trois rayons, l'un de foudre, l'autre de feu, le dernier de glace se dégagèrent et fusèrent droit sur l'objet de verre tant convoité. La Triplattaque atteignit son but, le frappant de plein fouet en une explosion tricolore. Les lumières commencèrent alors à se répercuter, partant de la boule de verre vers les stalagmites, qui eux-même commencèrent à réfléchir la lumière un peu partout. Et au creux de cette espace, les deux danseurs étaient illuminés de ces trois couleurs si particulières. Il esquissa un petit sourire -du moins ce qui y ressemblait- satisfait.

Voilà voilà, le rendu correspond assez bien à ce que j'avais en tête. Mais ce n'est pas tout ! J'ai encore d'autres surprises à leur jouer. Après tout, le but est bien d'obtenir la sphère ! Et puis, avec toutes ces énergies de feu, de foudre et de glace, mon projet devrait pouvoir se faire. Eheh, s'ils savaient tout ce dont je suis capable de faire. Je m'approche doucement de l'objet sur lequel nous devons nous concentrer et j'ouvre mon ventre. La plaque qui le constitue se recule légèrement, me permettant d'avaler la sphère. Elle est donc stockée dans mon ventre maintenant. Et oui, je suis totalement vide à l'intérieur ! Que c'est triste dis comme ça... Quoiqu'il en soit, je laisse tout de même une légère ouverture qui permet de diffuser un peu de lumière, et je me déplace pour continuer d'illuminer les pieux de glace et le duo. Et en plus, c'est moi qui possède la sphère maintenant, je leur souhaite bon courage pour venir la retirer ! Bon par contre, je la sens brinquebaler à l'intérieur, c'est pas non plus hyper agréable comme sensation. C'est même assez dérangeant, mais il faut ce qu'il faut. Je suis une créature creuse, qui peut servir de mule, de porte-bagage en quelques sortes, certaines de mes plaques pouvant bouger un peu pour créer des ouvertures. Du coup, je peux faire passer des rayons de lumières à travers des zones de mon corps, pour illuminer la glace et les piliers. C'est ptêtre pas très utile, mais c'est toujours joli. Mais n'empêche... Je me demande dans quel état est la sphère...

[Oui, je tape un peu la sphère xD Désolée pour le retard, encore ^^']


Dernière édition par Link le Sam 20 Déc 2014 - 22:04, édité 1 fois
avatar
Link
Informations
Nombre de messages : 13

Fiche de personnage
Points: 36
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par Yugo le Mar 16 Déc 2014 - 10:24

Alors que la Togépi glisse sans contrôle, la canne la rattrape et l'invite dans une dance sur glace. Elle hésite une seconde, puis essaie d'avancer. La voilà partie alors dans un spectacle improvisé, comme je lui ai bien souvent appris. De plus, les pas de dance lui permettent même de se déplacer sans trop de mal sur le sol gelé. De son côté, le Pokémon inconnu lance un nouveau souffle de glace pour créer des morceaux suspendus, suivis d'une triplattaque... Directement sur la boule ?

Certes ce n'est pas le but, mais l'effet en est saisissant, illuminant les danseurs de lumières tournantes, tantôt bleu, puis rouge, suivis de jaunes. Kimi, qui semble plus à l'aise dans ses déplacements, se permet même de petits sauts entre chaque couleurs. Le premiers saut est risqué, mais elle réussit à garder l'équilibre, le second, un peu plus stable. Et à partir du troisième, il n'y a plus de soucis à se faire.

Mais pendant ces petits pas de dance, de son côté, l'autre créature a fait disparaître la boule. Comment, je ne saurai le dire. L'instant auparavant, j'étais légèrement captivé sur le spectacle de l'oiseau et l'oeuf. Celui-ci cherche sans doute à marquer des points, ne pouvant se joindre au spectacle. Après tout, c'est un concours qui se veut pacifique, mais ça reste un concours tout de même. Pour ma part, nous avons fait assez d'expérience dans la présentation de spectacles, Kimi et moi, pour avoir confiance en elle sur ce qu'elle compte bien faire pour se démarquer de ses adversaires.

Pour me le prouver, elle se lance en solo dans une petite suite de pirouette, suivis d'un discret Par-Ici au public, pour essayer de capter l'attention sur sa personne particulièrement. et elle repart comme si de rien n'était dans un nouveau pas de dance avec le Couaneton. Pour ma part, je tiens quand même à garder un oeil sur l'autre énergumène. Kimi invite maintenant la canne à continuer le bal, rythmée uniquement par les applaudissements de la foule. Les petits accrocs de glace ne la gène même plus. Les petits morceaux de cailloux gelés qui, quelques instants plus tôt, semblait une épreuve en plus du déplacement, sont maintenant évité par mon Pokémon, comme si c'est une chose naturelle pour elle. Mais la Togépi n'est jamais monté sur la glace, et le seul moyen pour elle de se stopper reste l'oiseau, contre qui elle se jette à chaque instant tout en se mettant dans des positions telles que cela paresse comme faisant parti du spectacle.

Et une fois de plus, elle s'arrête, grâce à la canne, mais cette fois-ci, elle décide de ne pas repartir dans un slow endiablé. Elle s'avance légèrement en glissant et elle se met à lever les bras. Une lumière apparaît alors dans le ciel. En plus de l'effet de guérison de l'attaque, l'aurore illumine le sol, qui se répercute sur le sol et sur les blocs de glaces, et recouvre à son tour tous les environs d'une douce lumière blanche et apaisante.

_________________




Spoiler:


Pour suivre mon histoire : c'est par ici
avatar
Yugo
Informations
Nombre de messages : 973

Fiche de personnage
Points: 20
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par PNJ le Mer 17 Déc 2014 - 19:38

État de la sphère : 1/5 dégâts

La sphère a subi pendant ce tour tant de dégâts :
Nombre aléatoire (1,3) : 3

Le Pokémon qui récupérera la sphère au prochain tour sera :
Nombre aléatoire (1,3) : 3

1- Céleste
2- Récupix
3- Kimi

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 921

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par Lehna le Ven 19 Déc 2014 - 16:56

Lehna crut que Céleste allait faire un malaise en voyant la toile électrique se tisser au-dessus de l’oiselle. Cette dernière cachait son angoisse comme elle le pouvait, mais il fallait avouer que ce n’était pas exactement l’élément avec lequel elle était le plus à l’aise. Elle continuait de danser, ses mouvements un peu moins ouverts et aérés qu’auparavant. Toutefois, elle avait beau être vigilante, ce qui devait arriver arriva : son aile frôla une des bulles congelées, et instantanément la canne sentit une décharge s’échapper de la toile, traversant la bille et parcourir son corps, lui arrachant un cri de détresse. Elle recula tout de suite, regardant son petit bout de plumes brulées avec des yeux plein d’eau. Pourquoi avait-il fait ça ? Pourquoi lui avait-il fait mal ? Avait-elle fait quelque chose qu’elle n’aurait pas dû ? Elle secoua la tête pour faire voler les larmes qui commençaient à tomber le long de ses joues, cherchant à oublier ce mauvais moment et reprendre la danse avec Kimi.

La princesse avait lancé aire de grande tristesse au dresseur de cette chose au moment où sa Pokémon avait couiné sous la douleur. Elle était furieuse à l’intérieur, mais ce n’était pas cette sensation qu’elle devait laissa paraître : dans un cadre censé promouvoir la paix et l’harmonie, il valait mieux faire preuve de mélancolie que de rage. Elle garda donc sa colère pour elle et montra au monde sa figure inquiète et anxieuse, croisant les doigts en interrogeant des yeux sa partenaire pour vérifier qu’elle n’avait rien. N’empêche, cet homme, ne savait-il pas à quel point il était dangereux de manipuler de l’électricité dans une place totalement inondée comme celle-ci ? Était-il donc benêt à ce point ? Gêner ses concurrents était une chose, les mettre en danger en était une autre.

La cane d’eau eut à peine le temps de se remettre de ses émotions que le cube fit voler ses boules de glace, anéantissant et faisant littéralement voler en éclat le travail de la petite Couaneton. Elle regarda tomber ses sphères en miettes avec un regard attristé, se demandant une fois de plus ce qu’elle avait bien pu faire à cette créature pour qu’elle veuille la miner de la sorte. Une boule se forma dans sa gorge ; était-ce à cause de ses couleurs anormales ? Elle avait déjà été persécutée pour son plumage inhabituel, rejetée de son banc pour ne pas être toute bleue, comme les autres...

Elle se secoua à nouveau, essayant de se concentrer en esquissant un sourire difficile, tentant de cacher sa peine. Elle était une actrice, une danseuse, et peu importe ce qui arrivait, on lui avait appris que « the show must go on ». Elle ravala donc ses impressions et ses sentiments pour continuer à danser à côté de l’œuf qui avait pris le soin d’attirer l’attention du public et des jurys avec un Par Ici. Quand tout le monde l’avait rejeté, Lehna et son équipe avaient été ceux qui l’avaient recueilli et intégré dans leur famille, et il était hors-de-question qu’elle les laisse tomber maintenant.

Alors que la poudre de glace et les restes de toiles retombaient sur le sol, des étincelles se mirent à crépiter en rentrant en contact avec la plate-forme glacée. Voyant le danger, Lehna se dépêcha de mettre son pouce et son majeur droit à sa bouche pour pousser deux très courts coups de sifflet, que la canne interpréta instantanément. Elle gonfla ses ailes puis les rabattit de toutes ses forces, dans un Cru-Aile qui la propulsa dans les airs, au-dessus de tout ce bordel. Une fois en hauteur seulement prit-elle le temps de comprendre : l’électricité libérée se propageait dans la patinoire avant de rejoindre la terre, créant un terrain complétement piégé pour elle qui craignait tant ce type. Une fois de plus, elle empêcha ses sentiments de prendre le dessus, se disant qu’elle aurait largement le temps de réfléchir à tout cela une fois le spectacle terminé. Elle avait laissé son compagnon de danse derrière, et ne souhaitant pas l’abandonner de la sorte, elle redescendit lentement vers le sol, prenant le temps d’analyser les environs avant de s’avancer.

Sans atterrir, elle continua à voler autour de la Togépi, tournoyant avec elle sans oser toucher le sol, même si toute la foudre contenu dans celui-ci avait rapidement complétement disparue. Puis, le Porygon créa des piliers de glace, avant de décider de bombarder la perle de verre. De la glace, du feu et encore de la foudre se mirent à fuser dans tous les sens, rebondissant sur le terrain telle une partie de flipper. Voyant cela, la cane remonta dans les cieux, avant de repiquer vers le sol. Les ondes suivaient un courant qu’il était facile de traquer, rebondissant de manière calculé d’un obstacle vers un autre. Suivant le courant de glace et évitant soigneusement tout contact avec la patinoire qui fut à nouveau parcouru d’électricité, l’oiselle se mit à danser autour. Dans un Aéropique sophistiqué, elle accompagna le flot gelé, faisant des figures aériennes impressionnantes. Elle était vive et réactive, bifurquant et pirouettant en même temps le flux continuait à avancer, jusqu’à ce que finalement elle arrive devant le cube, lui faisant face.

Il avait détruit son œuvre, il avait brulé son aile, il avait tenté de l’électrocuté, et pour finir, il avait bombardé l’objet que ce groupe était censé protéger. Clairement, il n’avait aucune idée de ce qu’il faisait ici, ou de ce que représentait cet événement. Refoulant tous les mauvais sentiments de peur, d’angoisse, de tristesse et rancunier qu’elle avait accumulé, elle tendit une aile vers cet être si étrange, l’invitant à danser. Son plumage était tremblant et son angoisse visible, mais elle faisait preuve d’un courage hors-pair en faisant tout ce qu’elle pouvait pour le cacher, lui offrant même un sourire un peu crispé.

Elle avait peur qu’il l’agresse, qu’il la trompe, et qu’il l’électrocute encore, mais tous ces risques valaient la peine d’être pris, que ce soit pour prouver ce que cette représentation signifiait, pour montrer ce qu’ils essayaient d’accomplir, ou pour illustrer ce que ce moment symbolisait. Elle allait peut-être y laisser des plumes, mais c’était quelque chose qu’elle devait faire.

Avoir le courage de faire le premier pas.



[Je le répète une troisième fois ou c’est bon, ça commence à rentrer ? ^^’ xD Oh et Link, ton message était très bien hein, juste qu’il a pas été interprété pareil par Céleste :-o ^-^]

_________________
- La beauté n'est qu'un piège tendu par la nature à la raison -
~ Puppet Master ~




avatar
Lehna
Informations
Nombre de messages : 343

Fiche de personnage
Points: 36
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par Link le Sam 20 Déc 2014 - 18:21

J'étais fier de moi. L'effet était plus que joli, que ça soit la poussière gelée produite grâce à ma coopération avec l'oiselle ou bien la lumière de la Triplattaque qui se répercutait partout. La Togépi était habile, attirer l'attention sur elle et la plaçant sous le feu de mes lumières. Comme le reste du public, je la regardais danser, sans me rendre compte que la chromatique avait disparu. Pourquoi ne dansait-elle plus avec elle ? Elle volait. Qu'est-ce qui provoquait un tel changement d'attitude, elle ne patinait plus ? Pourquoi ? … Et qu'est-ce qu'il a, l'autre blondinet à s'agiter ?! Mon électricité ? Quoi mon électricité, qu'est-ce qu'elle a ? Mais qu'est-ce qu'il déblatère l'autre abru... ?!

Oh putain de merde Récupix, mais quel con ! Ca y est, je viens de comprendre ! Et... Rah mais pourquoi j'ai pas pigé ?! En jouant avec les sphères, je l'ai menacé. Et en tombant au sol, j'ai dû électrifier la glace. Je ne pensais pas que c'était possible. Que l'eau sous sa forme liquide soit un conducteur, je le savais, mais sous sa forme gelée, je ne le savais pas. Et avec ma Triplattaque, qui contient entre autre de la foudre, j'ai dû vraiment lui faire peur. Rah mais quel abruti bon sang ! Je pourrais m'éclater la tête au sol si je le pouvais, mais ça ferait un peu peur aux gens je crois. Je la regarde jouer avec mon jet de glace avant de se poster devant moi.

Elle tremble. Elle n'a pas l'air bien. Pourtant, elle tend son aile vers moi, comme pour m'inviter à danser. Que dois-je faire ? Elle a l'air presque effrayée. Enfin non, pas presque, complètement. L'ai-je blessé à ce point ? Je l'observe, sans réagir, sans pouvoir montrer l'expression de peine et de culpabilité que j'aimerais lui montrer. Je continue de l'observer, avant de remarquer les légères plumes brûlées, au bout de son aile. Ainsi, je l'ai effectivement blessé, sans le vouloir. Je suis désolé, je suis tellement désolé, si tu savais à quel point je voudrais me faire pardonner. Et ton aile que tu tends vers moi... Tu veux que l'on danse ? Je ne sais pas danser. Je ne sais même pas si j'ai vraiment des pattes. Je remue les deux espèces de triangles qui me servent de pattes. Je veux bien danser mais... Pas maintenant, pas comme ça. Je veux faire quelque chose avant.

Je tente de rapprocher mes deux pattes -ou truc approximatif faisant office de pattes- comme pour imiter la gestuelle des hommes quand ils veulent dire « Deux minutes, j'arrive ». Je dois m'excuser, me faire pardonner, et je redescends vers le sol, scrutant ce dernier, l'analysant, cherchant quelque chose du regard. Jusqu'à l'apercevoir. Une belle petite fleur violette. Soufflant dessus, je la gèle, lui donnant une apparence bien plus brillante, mais également plus fragile. Elle resterait intacte le temps qu'elle dégèle, cette couche de glace la préserverait sans pour autant atténuer sa beauté. Une fois la fleur gelée, je la cueille en douceur et retourne rejoindre Céleste. Je me place face à elle, et je la fixe.

Je suis désolé de ce qui s'est passé, sincèrement. Je m'excuse de mes erreurs, de mon manque d'analyse, que tu aies pu mal interpréter mes gestes, et surtout, je suis désolé de t'avoir électrocuté légèrement, surtout que pour toi ça n'est pas rien. Alors c'est bien peu de choses, mais tiens, accepte ceci. C'est de la même couleur que toi, et je suis sûr que cela t'ira bien. Tu as une jolie couleur après tout. Enfin moi j'aime bien. Mais j'ai cru comprendre qu'elle n'était pas normale. En même temps, qu'est-ce qui est normal en ce bas monde ? Tu as vu à quoi je ressemble ? Le rejet, je connais ça. Je trouve ça triste, et je suis désolé si mon attitude a pu te faire croire ça. Je m'emmêle. Mais... Voilà tout ce que je voudrais te dire. Que je suis désolé.

Le Porygon s'approcha doucement de l'oiselle, son visage exprimant autant de douceur qu'il pouvait en montrer. Puis, avec une grande délicatesse, il accrocha la fleur mauve dans les plumes violettes de la petite cane. Ca lui allait rudement bien, même si ça n'était pas grand chose. Il tenta de sourire, et accepta finalement de saisir en douceur l'aile de la Couaneton.

Je te préviens, je ne sais pas danser. Mais je veux bien essayer. Apparemment, mon attitude pouvait prêter à confusion, alors j'aimerais me rattraper. Si je le pouvais, j'aurais utiliser mon Soin sur toi, mais je ne suis pas sûr de pouvoir le transférer. Alors je veux bien danser, si c'est tout ce que je peux faire.

Le Porygon était clairement malhabile, ne sachant pas vraiment comment se mouvoir, et attendant que sa cavalière le guide. Il voulait bien faire des efforts, mais il était clairement très nul. On ne pouvait pas lui en vouloir, il n'avait pas été entraîné à bouger, et son évolution le sauverait peut-être d'une honte cubique et éternelle. Mais pour le moment, il galérait juste comme un perdu. Link ne pouvait s'empêcher de sourire devant ce spectacle. Il trouvait ça bien que Récupix puisse faire ce genre de choses. Partir en voyage lui permettait de s'ouvrir au monde. Et c'est tout ce qu'il leur fallait.

Même si la danse est agréable, j'ai une drôle de sensation. Quelque chose qui fait bling bling. Littéralement. Qu'est-ce que c'est que ce.... Oh mince ! La sphère ! Je l'avais gardé à l'intérieur pour pouvoir déplacer la lumière sur eux, mais maintenant ça ne sert à rien. Faisant doucement signe à l'oiselle de me laisser un peu de temps et je me rapproche du piédestal que j'avais formé. Me posant dessus, j'ouvre la paroi qui me sert de ventre, laissant retomber en douceur la sphère à sa place. Voilà. Et un petit souffle givré dessus, pour la nettoyer des derniers résidus de toile qu'il pouvait rester dessus. On n'est jamais trop prudent après tout... Je peux retourner voir ma partenaire de danse et reprendre où nous nous étions arrêtés, si elle est d'accord.

Je regarde Céleste. Elle est belle. Et en Lakmécygne, elle le sera probablement encore plus. J'observe son aile un peu blessé. Je ne peux pas la soigner mais j'aimerais bien me faire pardonner. Qu'est-ce que je peux bien faire... ? Pour l'instant, je suis à court d'idées. Et je me rends à peine compte que nous avons probablement délaissé la petite Togépi. Qu'est-ce qu'elle peut bien faire maintenant ?

[Fiou, c'est pas top, j'ai rush comme j'ai pu. Pardon Céleste ><]
avatar
Link
Informations
Nombre de messages : 13

Fiche de personnage
Points: 36
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par PNJ le Mar 20 Jan 2015 - 22:04

Tandis que les deux autres Pokémon dansaient, la petite Togépi en profita pour récupérer la sphère de verre que venait de laisser échapper le Porygon.

État de la sphère : 4/5 dégâts

Le joueur dont le nombre sort est celui qui brisera la sphère :
Nombre aléatoire (1,3) : 1

1 - Céleste
2 - Récupix
3 - Kimi


[Vous avez jusqu'au 8 Février pour répondre. Si la sphère est brisée avant votre tour, vous pouvez continuer à jouer avec les éclats, finir votre danse comme si de rien n'était, poursuivre votre performance... Vous pouvez aussi faire plusieurs tours (Lehna - Link - Yugo - Lehna...) si vous en avez le temps. À l'inverse, si vous n'avez pas le temps de poster, je n'attendrai pas que vous finissiez votre tour. Le 8 Février, je posterai, et cela conclura le concours Smile ]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 921

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par Yugo le Mar 3 Fév 2015 - 12:09

Alors que les deux autres Pokémon dansaient ensemble, Kimi, qui ne savait toujours pas s'arrêter sur la glace, essayait d'attirer encore un peu l'attention sur elle seule. Pour cela, elle utilisa une nouvelle attaque Par-Ici, avant de s'apercevoir du coin de l'oeil que l'étrange Pokémon avait fait réapparaître la sphère. Elle entreprit donc un virage pour s'approcher de la sphère. Finalement, elle se rendis vite compte qu'elle ne faisait que tourner simplement autour s'en réussir à la rejoindre. Puis une idée lui vint. Elle s'en éloigna de plusieurs mètres avant de faire un nouvel essai. Cette fois-ci, elle glissa sur l'estrade improvisée et percuta l'orbe, l'emportant avec elle. La Togépi put constater l'état pitoyable dans lequel la boule se trouvait actuellement. Elle comptait essayer de jongler avec mais elle préféra s'en abstenir, mais que faire avec finalement ? A la place, elle se mis rapidement à simuler une dance avec l'objet comme partenaire et finit même par prolonger un court moment une glissade en tenant le globe en l'air au bout de ses petites pattes. Puis elle repris sa dance, essayant de paraître la plus gracieuse possible. Elle avait bien plusieurs idées pour raviver un peu plus le spectacle, mais toutes les fissures qui recouvraient la sphère l'en dissuada fortement. N'osant trop rien en faire de plus, de peur de la casser, Kimi reposa finalement le plus doucement possible celle-ci et sur le réceptacle conçu par le Pokémon cubique et se mit à nouveau à danser autour, s'inclinant régulièrement devant elle et reprenant ensuite une petite dance fluide. Puis, d'un coup, elle se mit à faire des pirouettes en envoyant des Doux Baisers tout autour d'elle de façon totalement aléatoire, espérant ainsi se démarquer encore un peu plus. Mais plus le temps passait et plus la question la plus évidente se faisait sentir en elle. Comment s'arrêter sans casser tout le charme ? Elle ne voyait hélas que deux seules solutions. La première, c'était d'utiliser l'attaque Métronome. Malheureusement, Si Kimi utilisait cette attaque totalement aléatoire, elle risquait beaucoup. D'abord, rien ne disait ce que serait l'attaque, ni qui elle toucherait involontairement. Non, décidément, c'était une mauvaise idée. Elle ne redoutait certes pas de toucher un de ces adversaires, car si elle le faisait, elle perdrait des points et voilà, mais le principale soucis qui l'inquiétait était la foule autour. La première règle d'un vrai artiste n'est-il pas de divertir la foule en laissant celle-ci en sécurité ? La seconde, une chute, tout simplement. Mais dans ce cas, elle devait choisir un moment où le monde se détournerait d'elle, même un simple instant, avant de se vautrer intentionnellement sur la glace. De plus, il lui fallait rester sur le bord, sinon le problème ne serait pas réglé pour autant. Elle s'approcha donc de la foule, ne faisant que glisser sur le bord de la glace, évitant les petits accrocs et cailloux prisonniers, guettant ce moment propice où elle devrait embrasser le sol, mais essayant de ne montrer aucune intention de ce sens. 

[HRP : Toutes mes excuses pour le temps perdu, j'espère que vous me pardonnerez, j'ai eu du mal à arriver à la fin. ]

_________________




Spoiler:


Pour suivre mon histoire : c'est par ici
avatar
Yugo
Informations
Nombre de messages : 973

Fiche de personnage
Points: 20
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par Lehna le Mar 3 Fév 2015 - 16:38

La canne plana dans les airs quelques instants, le temps que l’animal bizarre fasse un rapide aller-retour pour aller lui cueillir une fleur. Elle l’observa avec ses deux grands yeux d’enfants ouverts, toujours méfiante mais beaucoup moins effrayée que quelques secondes auparavant. Il n’avait pas essayé de l’agresser, et visiblement, aucune de ses profondes intentions étaient fondamentalement mauvaises, juste un peu maladroites. Elle savait ce que c’était d’atterrir dans un monde étranger et de ne pas y être le bienvenue, c’était exactement ce qu’elle avait ressenti pendant les toutes première semaines de sa vie, jusqu’à ce que Lehna et son équipe la prenne enfin sous son aile et lui donne non seulement une famille, mais aussi un endroit qu’elle pouvait appeler « maison ». Maintenant qu’elle s’approchait de lui, malgré le manque d’expression dont le robot faisait part, elle retrouvait en lui des tics qui l’avaient longtemps hantés, et qui ne cesseraient pas – voire empireraient – si personne ne tentait de l’aider. Il ne savait pas danser ? Qu’à cela ne tienne, elle lui apprendrait.

Elle lui sourit au moment de relever la tête, une fois couronnée de sa petite fleur gelée. Faisant attention d’éviter les bordures aiguisées de son partenaire, elle le guida dans les airs, se laissant porter par les courants ascendants et descendants jusqu’à ce qu’elle décide enfin de rejoindre la terre – ou plutôt la glace – ferme. Son cavalier en profita pour se décharger de sa cargaison, qui fut saisie par un petit œuf qui avait l’air de simplement « passer par là ». Céleste en profita pour intercepter le Pokémon dans sa lancée, et coordonnant les deux animaux, les invita à la suivre dans une danse à trois. C’était beaucoup plus délicat que de guider un seul partenaire, mais elle ne pouvait se résoudre à en laisser un derrière. Prenant la bille comme point de repère, elle dessinait dans le sol des marques avec son pistolet à eau, permettant ainsi aux trois joyeux alliés de mieux harmoniser leurs mouvements les uns avec les autres.

Toutefois, si elle et le Porygon ne s’en sortait pas mal sur la glace, c’était encore une autre histoire pour Kimi, qui continuait à faire des mouvements involontaires qui la faisait voyager dans tous les sens. Elle l’invita à grimper sur son dos, pour ne pas qu’elle soit blessée par ce qu’elle comptait faire ensuite, fit signe à Porygon de s’élever, attrapa la sphère entre ses pattes, puis canarda la plate-forme d’une eau bouillante. L’Ébullition fit fumer et fondre la glace, et rapidement tous les candidats disparurent dans une épaisse brume artificielle, alors qu’il ne restait plus au sol qu’une large flaque chaude où se tenait avant leur estrade improvisée. Pirouettant, Céleste donna de grands battements d’ailes pour dissiper la vapeur à l’aide de son Anti-Brume, permettant aux danseurs de faire une seconde entrée en scène après ce petit tour de magie.

Elle prit le temps de contempler son travail, puis lentement se laissa porter par les courants vers le sol, testa la température de l'eau, et une fois qu’elle était assurée qu’elle n’était plus brulante – même si toujours un peu chaude –, elle reposa la sphère et eut dans l’idée de reprendre la danse. Peut-être que sur cette base où tout le monde était à nouveau sur un pied d’égalité, ils pourraient danser ensemble en réussissant à combler et supporter tous les défauts de chacun les uns les autres.

Dans l’audience, Lehna applaudissait poliment par moment, comme le reste du public, mais derrière son masque, elle commençait à s’inquiéter. Céleste semblait avoir oublié quel était la vraie finalité de cette bataille, et maintenant qu’elle avait la sphère à porté de main, elle pouvait simplement s’envoler avec, et virevolter dans les airs en attendant que le juge sonne la fin du concours pour le remporter. Elle avait parfaitement dompté ces deux autres bleus, et pouvait maintenant leur faire faire absolument tout ce qu’elle désirait ; il lui suffisait de claquer des plumes pour. Pourquoi n’en profitait-elle donc pas ? La princesse serra les dents. Elle avait été tellement distraite par ces jeux et cette ambiance qu’elle négligeait maintenant le véritable but de sa mission, à savoir dominer cette épreuve. La princesse s’humidifia les lèvres, puis poussa un très léger, très subtil petit sifflement, pour attirer l’attention de la cane vers elle.

L’animal sollicité lança un rapide coup d’œil en direction du bruit, et vi sa maîtresse fixer brièvement la bille de verre du regard, avant de reporter son attention sur la candidate. Céleste avala sa salive, consciente de ce qu’on lui demandait. Plus personne ne se préoccupait de gagner ce concours désormais, et elle avait littéralement le champ libre pour faire ce qu’elle souhaitait de la fameuse sphère. Mais elle ne voulait pas arrêter de danser, encore moins laisser tomber les deux autres au milieu de leur performance… Et encore moins que cela décevoir la femme qui l’avait recueilli et traité comme sa propre fille. Elle voulait que Lehna soit fière d’elle et elle savait que pour cela, elle devait faire tout ce qu’elle pouvait pour gagner cette compétition.

La Pokémon oiseaudo regarda les deux mâles, puis leur mimiqua de la suivre, à la queue-leu-leu. C’était un peu idiot, mais elle n’avait pas de meilleure idée dans l’immédiat pour faire une chorégraphie qui continue à tenir la route avec ce qu’elle s’apprêtait à faire. Elle se mut donc vers la sphère, la saisit entre ses pattes palmées et se mit à se déplacer avec, planant à moins d’un mètre du sol avec pour pouvoir continuer à travailler avec les autres. Cela se passait bien pendant quelques instants, jusqu’à ce que la cane sente la précieuse bille lui échapper de ses palmes mouillées et boueuses pour avoir trainées dans le terrain complétement trempé. Finalement, la boule s’échappa de son étreinte, et malgré un loupé impressionnant pour tenter d’éviter la chute, l’objet heurta le sol, se brisant sous l’impact alors que ses fissures, déjà bien fragilisées, finissaient par rendre l’âme.

Un silence gênant plana sur le cercle, alors que tous contemplaient avec stupéfactions les débris de verres à même le sol. Céleste était la plus paniquée, ne sachant plus où se mettre. Elle avait brisé leur symbole, ruiné leur danse et anéanti ses chances de remporter un ruban à sa maîtresse. Elle avait tout perdu, et ne savait pas quoi faire, alors que le silence s’épaississait autour d’eux. Puis, un claquement se fit entendre, suivit d’un second, et d’autres qui s’intensifièrent. L’oiselle vit sa dresseuse applaudir la performance de ses mains, avec un sourire ravi au visage, débordant de fierté et d’admiration. Ce n’était pas grave qu’elle ait cassé la bille, c’était un objet fragile qui aurait finit par céder à un moment ou à un autre, il ne fallait pas qu’elle s’arrête là dessus.

Bien sûr, au fond d’elle, Lehna frappait des mains presque par sarcasme, ahurit que sa Pokémon ait pu faire une erreur aussi stupide. Toutefois, elle restait techniquement la dernière à avoir touché la sphère, et restait donc favorite pour la première place. Et puis il fallait qu’elle détourne l’attention de ce moment, afin de le dédramatiser et espérer que cela ne retentisse pas sur la position de sa Pokémon au classement. Décidemment, elle était toujours en train de réparer les bêtises des autres, c’était désobligeant.



HRP:
[ Je suis vraiment désolée du temps de réponse, j’ai fait au plus vite :-x

Link, tu n’as pas à t’excuser, et juste pour être clair la glace n’est effectivement pas conducteur, mais j’ai supposé que comme il fait beau et que les animaux patinent, ça a suffi à créer une fine pellicule d’eau sur la glace qui elle conduit l’élec’ tout partout Razz

Yugo, je suis désolée d’avoir détruit la plate-forme de laquelle Kimi compter visiblement tomber, mais si tu veux continuer dans cette idée tu peux la faire tomber du dos de Céleste, je crois que ton effet sera tout autant réussi Wink Par contre, si tu choisis ça, sache que Céleste fera tout pour essayer de sauver la petite Togepi ^-^

N’hésitez pas aussi tous les deux aussi à vous servir de la brume pour faire des effets, si vous le voulez Smile Et je réitère encore une fois, faut surtout pas prendre mal les pensées de Lehna, elle est bête ^^’ xD Aussi, j'apprécierai que les humains n'entendent pas le sifflement de Lehna, il est très discret et il aurait vraiment fallu faire très attention pour repérer la manoeuvre :-x Cela ne vaut pas pour les Pokémon bien sûr, si vous voulez qu'ils l'écoutent et arrivent même à l'interpréter c'est pas un souci, c'est normal ^-^ mais pas trop les humains en revanche :-x

Couaneton n’apprend Ébullition que par CT, et comme c’est une des CT de l’arène de Lehna je me suis permise de l’utiliser :-x Si c’était incorrect, n’hésitez pas à me le signalez, j’éditerai ^-^

Sinon, j’espère que mon message convient, ce sera le dernier pour ma part sur ce sujet (sauf si y’a besoin d’une conclusion), je crois avoir dit tout ce que j’avais à dire et je ne pense pas avoir le temps d’envoyer un autre message avant la date butoir, de toute façon ^^’ Donc, un gros merci aux organisateurs et aux autres participants pour ce concours, et un gros bravo à tous, c’était vraiment très chouette, j’espère pourvoir renouveler l’expérience encore ! Very Happy ]

_________________
- La beauté n'est qu'un piège tendu par la nature à la raison -
~ Puppet Master ~




avatar
Lehna
Informations
Nombre de messages : 343

Fiche de personnage
Points: 36
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Concours] Colchiques dans les prés ~

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum