[ Clos ] Un pèlerinage intérieur [Solo 2/4 ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Un pèlerinage intérieur [Solo 2/4 ]

Message par Raava Selacor le Mar 18 Nov 2014 - 17:45


Voyager c'est être infidèle.
Soyez-le sans remords.
Oubliez vos amis avec des inconnus.


Contrainte : 7. Se projeter dans le futur.


La rivière Sonata.

La jeune femme s'arrêta, prenant une grande respiration et appréciant l'air frais sur son corps en sueur. Chacun des muscles de corps l'élançaient, lui faisait mal et son corps était en feu, mais elle se sentait terriblement vivante. Elle fit une pause, fermant les yeux et ressentant chacun des vents la ballotté comme l'herbe au vent. La corniche où elle avait pris place lui offrait la plus belle des vues sur la rivière Sonata. Elle soupira une nouvelle fois, laissant ses bras retomber le long de son corps svelte. Elle retira finalement le bandana jaune de sa tête, dégageant dans une petite cascade sombre sa chevelure. Elle la secoua, laissant entendre le tintement particulier des billes colorées s'entrechoquer. L'air caressa à nouveau sa nuque, lui soutirant frisson. Elle sourit doucement et releva son regard vers la cascade initiale de la rivière. L'eau perlait joliment, offrant sous les rayons hauts du soleil des arcs-en-ciel, c'était tout simplement magnifique.

L'air ici haut était frais, les quelques gouttes qui sautaient de la cascade pour venir la taquiner étaient froides et rafraichissantes sur sa peau chaude. Dans le ciel pâle et éclatant, les oiseaux dansaient au gré du vent et jacassaient avec un plaisir certain. D'ici, elle pouvait voir la rivière Sonata sillonner dans l'épaisse forêt. Le contraste des couleurs était agréable et magnifique à regarder. Près de la rivière, elle pouvait voir les vastes étendues de champs fleurs aux couleurs des plus colorés et parfois, elle pouvait entrevoir des clairières tout autant colorées, c'était tout simplement époustouflant ce que la nature pouvait offrir. Elle finit par caresser la surface de la pokéball accrocher à elle, puis un fin filet rougeâtre en sortis pour faire apparaitre le Pokémon oiseau. Ce dernier se secoua un peu, visiblement heureux d'être sorti de cette dernière.

Elle finit par s'asseoir au sol, glissant les pieds dans le vide, profitant un peu de la toile. Au bout d'un long moment d'observation, elle finit part se laisser tomber au sol. De se point de vu, le ciel était encore plus magnifique. Mais toute cette montée l'avait épuisée un peu et elle sentait ses paupières lourdes. Une petite sieste ne lui ferait pas de mal. Nanjac vient se blottir contre elle, montant sur son ventre pour y trouver refuge et fermer les yeux à son tour. Il ne lui fallut point longtemps pour quelle tombe dans les bras de Morphée.


Bien des mois plus tard.

Raava s'étira, laissant un soupir de satisfaction s'échapper de sa bouche. Elle poussa ensuite un cri de joie, laissant la voix ce répercuter contre les parois rocheuses et la cascade. La rivière sillonnait toujours la forêt. Elle avait réussi à retrouver la même corniche qu'elle avait utilisée il y a bien longtemps. Elle n'avait pas eu de difficulté à la retrouver, la forme de demi-coeur qui n'avait pratiquement pas changé et la vue était toujours la même. Elle glissa une main dans sa chevelure, qui caressait maintenant ses épaules et ses omoplates. La mèche auburn qui était décorée des billes bleues lui arrivait un peu plus bas que la poitrine et des plumes, c'était rajouté avec le temps aux deux premières. Mais pourtant, son habillement n'avait presque point changé. Quelques cicatrices, c'étaient rajouté sur son corps, mais rien de bien dérangeant. Un Sonistrelle poussa un cri, attirant l'attention de la demoiselle, levant la tête vers le corps sombre qui survolait le ciel au-dessus de sa tête. Elle lui fit un signe et il fit une des cercles en descendant vers elle pour venir se déposer sur ses épaules. Elle se plia un peu sous le poids puis se redressa. Les ailes de cuir mauve viennent entourer la tête de sa maitresse. Il déposa sa tête sur la sienne. Elle releva la main, caressant le visage du Pokémon. Il frotta ce dernier avec joie avant de reprendre son envol en poussant un cri de joie.

Le regardant avec fierté, elle sentit un étirement sur son pantalon, baisant les yeux sur les deux formes pâles qui l'observaient. Elle sourit, se penchant pour prendre le Togépi et pris place au sol, permettant au Pyronille de se joindre à eux. Elle les serra contre elle, savourant la douceur du Togépi et la chaleur du Pyronille. Elle glissa les doigts dans la toison dorée de la chenille et dans la chevelure de l'oeuf coloré. Ils restèrent ainsi pendant plusieurs longues minutes, à observer le paysage qui se défilait devant eux. Raava savourait chaque moment passé avec eux. Depuis le temps, elle avait su se faire une bonne équipe, il ne lui manquait qu'un seul membre pour la combler et elle avait enfin pris la décision de descendre vers l'autre continent. Elle espérait trouver le dernier membre qui lui manquait. Brusquement, une forme sombre sortir du vide, venant effrayer le trio en poussant un grand cri. Raava agrippa la forme, laissant apparaitre le Magirêve qui riait au grand éclat, en faisant briller le joyeux principal de son collier. Son rire résonna tout autour d'eux puis le Togépi et le Pyronille se jetèrent sur le nouveau venu avant de rouler au sol en jouant.

Raava sourit doucement en les regardant, puis se releva en se rapprochant du vide. Elle pencha un peu son corps vers le vide, observant le vide sous ses pieds, la rivière plus basse d'un bleu éclatant, la forêt verdoyante et vivante. Elle prit une grande respiration, acceptant l'air frais de la cascade pénétrer ses poumons, les gouttes d'eau tomber et frapper son corps. Elle étira les bras puis laissa son corps tomber dans le vide. La chute fut palpitante, son coeur battait la chamade, mais elle n'avait pas peur, plus peur. Son corps était battu par le vent. Elle pouvait voir la forêt se rapprocher à grand pas, mais une forme bien large se dressa au-dessus d'elle. Elle sourit et la forme finit part se glisser sous elle, la déposant sur un dos robuste recouvert de plume. Elle passa les bras autour du cou de l'oiseau géant et s'installe contre le dos chaud de la bête. Elle frotte son visage contre le plumage et la bête se redresse brusquement, remontant les deux corps vers le ciel. Le Gueriaigle poussa un puissant cris, avant de commencer à battre des ailes en dépassant la corniche et les Pokémons qui y jouaient, visiblement habituées à ce genre d'activité. Après quelques tours, le Sonistrelle vient les rejoindre un peu, commençant une danse volante avant de rejoindre le trio qui jouait.

Puis enfin les partenaires de longue date se posèrent sur la corniche, rejoignant le groupe. La demoiselle resta quelques secondes de plus sur le de l'oiseau géant puis sauta au sol, attrapant le Togépi qui sautait dans sa direction. Elle sourit, éclatant facilement d'un grand rire jovial.

Aujourd'hui, était un jour spécial, un des derniers qu'elle passait sur ce continent et avait envoyé une missive à sa ville natale, Linaewen pour son père et une autre personne. Elle étira son corps svelte, fermant les yeux pour savourer les rayons sur son visage. Puis le cri puissant, mais un peu plus aigu d'un Gueriaigle se fit entendre. Tous relevèrent la tête, observant les deux Gueriaigle qui traversaient le ciel pour descendre vers elle. Les oiseaux restèrent en vole stationnaire devant eux, puis son père lui sourit.

-Bonjour ma chérie.

-Heureuse de te revoir papa !

- Et moi donc ! Mais trouvons un endroit plus confortable sur la terre ferme.

-D'accord papa, Mathias, heureuse de te revoir !

-Moi aussi, Raava, tu m'as énormément manqué.

Elle lui sourit doucement puis siffla, appelant Nanjac. Elle remit ses Pokémons en sécurité puis sauta sur le dos de sa monture. Ensembles, ils remontèrent la falaise pour trouver une clairière qui offrait une vue sur le paysage en contre bas. Elle sauta au sol, renvoyant ses Pokémons pour qu'ils puissent profiter de la liberté avant d'être ré-enfermé pendant un temps indéterminé. Le Pyronille et la Magirêve sautèrent sur le dos de Nanjac et le Togépi se précipita vers le Sonistrelle, où il se glissa sur ces pattes et s'accrocha à ces petites jambes. La chauve-souris pâle s'envola, rapidement suivi de Nanjac et des deux autres Gueriaigles. Son père se rapprocha, agrippant sa fille dans une fort câlin. Elle se lova contre lui, heureuse de le revoir après tout ce temps. Il l'embrassa sur le front puis se recula, offrant la place au jeune homme.

Elle l'observa quelques secondes, il avait changé, vieillit, il avait pris de la stature, il en imposait un peu plus et donnait une fière allure. Malgré elle, elle fut charmée par son regard plus sur et confiant. Son regard semblait montrer l'expérience de la vie, celle du combat, mais il restait toujours de ce bleu si calme, le seul qui l'apaisait vraiment. Elle vient caresser ça joue, glissant sans sa mâchoire carrée, marquée par une barbe naissante puis glissa sur la cicatrice qui traversait l'arête de son nez jusqu'à la joue gauche. Il attrapa à main, puis se pencha sur elle, passant un bras autour de ses hanches pour la serrer contre elle. Elle ferma les yeux, se pressant contre lui en glissant son visage dans son cou. Elle respira doucement l'air suave et brut, celle caractéristique de la pierre, sèche mais puissante.

-Tu as bien vieillit, murmura-t-il avec douceur.

-Je te retourne la phrase. Répondit-elle souriante.

Ils finirent part se séparer, elle n'avait jamais réalisé avant qu'il lui manquait autant, elle avait souvent pensé à lui, mais maintenant elle le revoyait, qu'elle le tenait dans ses bras, elle réalisait à quel point sa présence lui était précieuse.

Passer du temps avec eux fut formidable, son père lui offrit du nouveau matériel qui lui serait utile sur le nouveau continent, des vêtements neufs et frais. Le pique-nique entreprit par la suite fut remplir de rires, des discutions et d'aventures qu'elle avait eues. Elle rencontra ses rencontres, les gens plus colorés et divertissants qu'elle avait eu la chance de voir. Elle parla de la rencontre et la capture de ses compagnons de route. Eut même racontèrent quelques anecdotes, son père semblait avoir rencontré une jolie dame, une étrangère qui s'était installée dans la ville. Ils s'étaient rencontrés par pur hasard au marché et avait décidé de faire un peu plus ample connaissance. Elle en fut heureuse et le félicita de cet avancement. Elle apprit au court de la soirée, que Mathias n'avait toujours pas de demoiselle, refusant et n'en courtisant aucune.

Un peu plus tard en soirée, son père quitta, laissant un peu de temps libre aux jeunes gens qui ne c'étaient pas vu depuis un très long moment. Au début, ce ne fut qu'un silence de bien être, un peu timide et gêné. Ils observèrent le soleil se coucher, puis les étoiles prendre place dans le ciel, illuminant avec la lune la noirceur. Sous ce jour, la rivière Sonata donnait l'impression de briller, d'illuminer un passage pour les géants d'un monde inconnu, de pointer une direction. La forêt semblait encore plus vivant que jamais et ce moment serait à jamais gravé dans leurs souvenirs. Elle finit doucement par poser la tête sur son épaule, s'installant un peu plus contre lui. Il passa un bras autour de ses hanches, la rapprochant davantage.

-Pourquoi n'es-tu toujours pas marié ?

- Parce que je pense que ce serais très juste et respectueux envers elle si je ne peux pas partager ces sentiments.

-Je vois...

-J'attendrais...Quoi que tu dis...

-Je reviendrais... Murmura-t-elle

Ils restèrent ainsi sur cette promesse, puis comme des animaux affamés d'un et de l'autre, ils se découvrirent mutuellement, prenant possession un de l'autre comme si c'était la dernière fois qu'ils se rencontraient. Ils apprirent tout ce que l'autre avait à offrit, découvrirent chaque partielle de peau et rien ne vinrent les déranger. La nuit fut longue, mais agréable, chaude et confortable. Puis avant l'heure fatidique, il lui offrit un collier, le seul qu'il portait depuis tant d'années.

Ils se réveillèrent bien après le lever du soleil, mais restèrent ainsi, retardant un peu l'heure du départ. Puis avant l'heure fatidique, il lui offrit un collier, le seul qu'il portait depuis tant d'années. Il le glissa autour de son cou, laissant la pierre et le bois gravé retomber au creux des clavicules. Il laissa ensuite sa chevelure retomber, les caressants doucement avant de l'embrasser sur la nuque.

-Merci beaucoup... Lui murmura-t-elle

Puis ils se séparèrent, remontant chacun sur leur monture et s'envolèrent. Ils effectuèrent une légère danse puis quittèrent finalement dans des directions différentes.


Maintenant

Raava fut réveillée par le poids qui bougeait sur son ventre, ouvrant un œil, elle croisa le regard inquisiteur de son petit Nanjac. Elle sourit doucement, puis se redressa en posant une main dans le dos de l'oiseau. Il jacassa, picorant ensuite son épaule de son bec. Elle ria doucement, puis se leva finalement.

-Ça va, ça va, on repart maintenant !

Puis elle reprit la montée, ravissant la falaise complètement revigorée, elle pourrait ainsi savourer le coucher de soleil tout en haut. L'observer fut satisfaisant, ces couleurs vibrantes colorées le fond qui se dégradait à vue d’œil, l'encre rosé qui prenait la place sur le bleu et l'orange pour finalement virer au mauve sanguin puis tirant sur le bleu marin du soir.

Elle devait définitivement inviter ceux qu'elle appréciait le plus ici.

_________________

F
i
c
h
e

R
a
p
i
d
e




Copyright Galimybé
• Info diverse •


→ Voyageuse, Élémentaliste de l'air et guerrière
→ Femme, 23 ans et originaire d'Aliphyr
Pokémons :

Nanjac  -  Echo
avatar
Raava Selacor
Informations
Nombre de messages : 0

Fiche de personnage
Points: 31
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum