[ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Trellia Farron le Ven 27 Nov 2015 - 16:58

archant dans l’herbe haute, l’épéiste gardait un œil sur l’arbre aux Pokémon. Depuis qu’elle s’était réveillée, jamais Trellia ne s’était sentie confiante vis-à-vis de la magie. Le Pokémon étant au cœur du sujet, elle ne faisait pas spécialement confiance aux Pokémon, ce qui n’allait pas vraiment de paire avec la confiance qu’elle avait en Giselle. Mais elle, c’était différent, le raton laveur venait du même monde qu’elle… Son apparence s’était modifiée, sans doute pour s’adapter à ce monde bizarre. Elle-même avait peut-être changé, elle n’en savait rien. Il fallut insister un peu, mais finalement Eden s’arracha à la contemplation de l’arbre pendant que Violette faisait une drôle de tête. Trellia comprit vite que cette fille était peureuse et elle avait l’air en pleine introspection, sans doute pour essayer d’éviter qu’une nouvelle crise de panique ne la gagne… D’un côté, la nouvelle terrosienne comprenait mal qu’on prenne des risques dans ce genre de mission, en sachant qu’il y avait du danger, quand on avait peur de son ombre. D’un autre côté, il était louable d’essayer de passer par-dessus sa peur et d’apprendre à ne pas se laisser ronger.

La jeune femme avait l’avantage de ne pas vraiment avoir peur. Même au début de son réveil, elle avait douté de tout, car elle ne se souvenait de rien, mais peur… Non pas vraiment. Prise par surprise en plusieurs occasions, oui, mais ça s’était arrêté là. Cela tenait peut-être au simple fait qu’elle savait se défendre et utiliser des armes, ce qui n’était pas le cas de tout le monde et de ce fait, elle pouvait comprendre qu’un autre puisse se sentir en position de faiblesse. Puisque les gens d’ici aimaient bien apprendre le combat à leurs Pokémon, ma foi, pourquoi ne pas le tenter à son tour ? Cela règlerait la question. L’esprit pratique, elle regardait Violette en coin, sans réussir à déterminer quelle émotion semblait la plus forte chez elle. Elle était un peu plus jeune qu’elle. Violette n’avait sans doute pas mené la même vie qu’elle, on aurait dit que la nalcienne n’était jamais sortie de chez elle. Enfin, maintenant qu’elle était là… De toute façon, personne n’allait lui demander de rentrer chez elle, ni de les attendre ici, ce qui –soit dit en passant- serait certainement plus dangereux que d’avoir un œil sur elle.

Ils avançaient depuis un bon moment quand Trellia trouva le paysage changé. En quoi exactement ? Malgré tout le temps passé à voyager, à Tenkei principalement, elle n’était pas une spécialiste des espaces verts. Ça tenait peut-être dans la disposition des arbres, penchés, aux branches cassées ou bien au silence de mort… Tiens, c’est vrai ça, Trellia n’entendait plus les Roucool et autres Nirondelle… C’est ça qui était bizarre. Quelques mètres plus loin, sa pensée se précisa : des arbres s’étaient carrément arrachés du sol ! C’était un sacré carnage par ici, on aurait dit qu’une tempête avait éclaté juste à cet endroit.

« Ou bien il y a eu une tempête juste ici, ou… »

Trellia fut coupée, Eden avait remarqué la même chose, mais surtout, un cri inhumain rugit dans cette partie de l’île et ce qui lui faisait dire ça, était la puissance avec laquelle il avait retentit. Quoique ce soit, ça n’était pas loin. Lançant un regard circulaire, Trellia s’apprêtait à sortir son épée quand elle se rappela ses ordres ; ces lieux étaient sacrés, le sang ne devait pas couler. Ça allait être simple de se débarrasser de « ça », sans arme… Avec de la chance, ce rugissement ne leur était pas destiné (même si elle en doutait). Observant donc les alentours, Trellia posa ses yeux sombres sur Violette. Elle avait l’air transit de peur et suivant son regard, elle en vit la source. Un monstre leur fonçait dessus. Oui, un monstre, tant qu’elle ne l’aurait pas identifié, cela resterait un monstre à ses yeux. Enfin de toute façon, ça serait un monstre quand même, A part les montures de l’armée, elle ne connaissait pas du tout les races de Pokémon… Ne quittant pas le monstre des yeux, petit à petit, Trellia vit se dessiner la silhouette d’un insecte immonde, presque aussi grand qu’elle.

La peau bleue, des couperets sur le cou, de grandes lames en guise de pinces et une queue dentelée. Génial. Trellia n’avait aucune idée de la façon dont elle devait s’y prendre, ni par quel bout prendre un adversaire armé sur chaque parcelle de son corps… Mais la créature n’avait pas l’intention de les laisser tergiverser, il leva sa grande pince et trancha l’air pour atteindre Violette. Eden et Trellia réagirent en même temps, lui préféra attraper Violette pour lui éviter d’être coupée en deux morceaux et elle, dégaina sa lame pour bloquer la patte aiguisée de la créature.  Cette sale bête avait une force incroyable en plus et Trellia ne savait pas combien de temps elle tiendrait. Oubliant légèrement ses ordres, elle repoussa l’animal, tourna sa lame et frappa, mais avec deux pattes qu’il savait parfaitement dissocier, son coup ne donna rien de concret… Le monstre trancha l’air une nouvelle fois et Trellia dû se glisser sur le côté pour éviter la taillade. Derrière elle, sur le côté, elle vit des tas de petites choses rampantes dégoûtantes, avec un petit air de famille avec le gros, s’en prendre à Eden qui montait un mur de glace. Ce combat-là serait bien moins simple que celui contre les chiens de feu qu’ils avaient menés à Mizuhan… Par manque de chance, la glace se brisa quelques instants plus tard.

Pour sa part, Giselle s’était glissée dans un trou  et avait disparu. Mais Giselle n’était pas vraiment la préoccupation de Trellia. Devant cette bande de Pokémon en furie, Eden leur demanda de s’occuper du gros, pendant que lui, mettrait les rampants hors d’état de nuire. Trellia voulait bien, mais le problème… Le site sacré, il était là le problème ! Déjà que le moine faisait une drôle de tête en la voyant avec sa  Gunblade, alors… Ne leur laissant clairement pas le temps de monter un plan, le gros rampant les chargeait de nouveau. Comme elle ne pouvait pas le tuer, Trellia choisit une autre voie, elle se rappelait bien comment elle avait utilisé une autre façon de clouer le bec à un Pokémon, il y avait quelques temps de cela et ce n’était pas une façon de parler ! Elle rangea sa Gunblade diamantine et détacha deux cerceaux en acier. Elle fit glisser ses deux Chakrams l’un contre l’autre et enfonça ses pieds dans la boue, attendant le bon moment… Il devait se rapprocher… Encore… Un peu plus près… Elle vit sa pince aiguisée se lever et elle lança les deux cercles. Reliés par une lanière en cuir, le monstre se retrouva avec les pattes liées. Trellia utilisa toute sa force pour serrer le nœud et comme pour le gigantesque monstre qu’elle avait combattu par le passa elle le força à se baisser et sauta sur son dos, tenant fermement la lanière dont elle se servit comme d’un lasso.

Le montre perdit son équilibre et trébucha vers l’avant. Pour ne pas se faire entraîner, elle lui redressa la tête avec force, serra les jambes. Il gigotait dans tous les sens et pour être franche, elle ne savait pas combien de temps elle pourrait tenir, sa position était loin d’être confortable. Entendant les paroles d’Eden, pendant que le grand rampant faisait ce qu’il pouvait pour se débarrasser d’elle et entreprit de charger droit devant, Trellia resserra son étreinte et leva les yeux. Un autre rampant, qui n’avait pas une tête d’insecte, mais qui n’avait pas l’air moins terrible, s’invitait lui aussi. L’autre « chose » leur fonçait dessus, sans savoir s’ils se trouvaient sur leur chemin, Trellia tentait tant bien que mal de maîtriser son rampant qui banda ses muscles et éclata soudain, ses pattes devinrent soudainement aussi grises et brillantes que du métal et tranchèrent net le cuir des chakrams. Tombant  sous son poids, la boue et sa force. I il percuta l’autre grosse bestiole, qui ne sembla pas du tout apprécier la plaisanterie et qui répliqua immédiatement en brillant un instant, sa carapace semblant devenir d’un coup plus résistante et envoya ses propres griffes démesurées vers Trellia.

Ni une, ni deux, Trellia sauta et glissa dans la boue. Elle attrapa la lanière et attira les cercles jusqu’à elle, maintenant qu’ils n’entravaient plus le rampant. Mais à vrai dire, s’ils pouvaient laisser les deux gros se débrouiller entre-eux et faire en sorte de se faire oublier, ce ne serait pas plus mal. Avec des gestes précautionneux ; Trellia se retira vers les autres.

« Si on les laissait se débrouiller et qu’on filait vers le Memorial ? » Suggéra t-elle à mi-voix, pour ne pas déranger les deux géants qui se battaient l’un contre l’autre. Pour l’instant.


[J’espère que ça convient, Skype si besoin ^^ ]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 175

Fiche de personnage
Points: 46
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Violette le Lun 30 Nov 2015 - 17:34

Je brulais d'envie de répondre par l'affirmative à la dernière proposition de Trellia, qui suggérait de partir au plus vite en direction du mémorial en semant les fossiles. Jusqu'ici, les Pokémon sauvages n'avaient pas vraiment fait attention à moi, se concentrant plutôt sur Eden qui leur semblait plus menaçant. Doc s'était courageusement dressée devant moi pour me défendre, mais malgré ses nouvelles capacités, je doutais fort qu'elle soit en mesure de tenir face à ces monstres...

A peine avais-je eu ces pensées que deux jeunes Anorith visiblement très mécontents nous foncèrent dessus. Mais alors que je me croyais tétanisée dep eur, je fis quelque chose qui m'étonna moi-même : j'observai attentivement mes deux adversaire afin de déterminer comment ils allaient frapper. Comme dans un combat Pokémon en somme. Le seul problème, c'est que contrairement à un combat classique, je ne pouvais pas demander à Doc de simplement esquiver l'attaque, sinon les insectes poursuivraient leur course droit sur moi et j'étais à peu près certaine de ne pas pouvoir les éviter. Au lieu de ça, je lançai, avec une surprenante maîtrise de moi, compte tenu de la situation :

"Doc, utilise Reflet !"
Ma fée s'exécuta, et les insectes, se retrouvant soudain devant un mur d'adversaires, s'arrêtèrent dans un instant d'hésitation. Exactement ce qu'il nous fallait !
"Doc, encercle les avec tes doubles"
Passé leur première frayeurs et encerclés par de petites fées blanches, les Anorith ne se laissèrent pas impressionner et arrosèrent copieusement les doubles avec un puissant Pistolet à O, les faisant disparaître un à un. J'eus la présence d'esprit de me baisser pour éviter le jet.

Malheureusement pour eux, la véritable Doc s'était téléportée et se trouvait parmi les images-miroir situées derrières les fossiles. Sans même un ordre de ma part, elle utilisa son PSyko pour les soulever dans les airs, à basse altitude, et les déposa non loin des Armaldo. Les deux petits, manifestement indemnes mais secoués, se réfugièrent derrière leurs aînés. La bonne nouvelle, c'est que nous avions, Doc et moi, deux adversaires en moins à affronter. La mauvaise c'est que l'Armaldo qui s'annonçait semblait bien plus coriace. Mieux valait battre en retraite... A peine avais-je pensé cela que Doc nous téléporta elle et moi à l'abri, derrière un arbre en bordure de la clairière, non loin de là où s'étaient réfugiés les moines.

"Ah vous êtes là ! Lança alors une voix dans ma tête. C'était Lily, qui volait vers nous. Bon sang mais qu'est-ce qui leur prend à ceux-là ? Ya jamais eu des Pokémon aussi violents par ici ! Bon d'accord, eux je les ai jamais vus, donc ils doivent pas être du coin, mais quand même ! C'est un coin paisible ici ! Je vois pas ce qui a pu les mettre dans cet état..."

Soudain, des pépiements interrompirent ses explications. L'Etourmi d'un des moines voletait au-dessus de son dresseur - Yohann, si je ne me trompais pas -en piaillant. Visiblement, il tentait de lui faire comprendre quelque chose, mais le moine semblait ne pas saisir.

"Calme-toi Etourmi voyons ! Je ne comprends rien à ce que tu racontes...
-Doc, intervins-je alors, est-ce que tu peux lire dans son esprit pour essayer de comprendre ce qui ne va pas ?" D'ailleurs j'aurais pu faire pareil pour comprendre la raison de l'ire des fossiles, mais comme ils me chargeaient, ce n'était pas la chose la plus évidente à faire.

Ma fée hocha la tête, se concentra en fixant l'oisillon, et quelques secondes plus tard, pointa le ciel de son petit bras. En haut ? Le problème se trouvait dans le ciel ?

Intriguée, Lily suivit l'oiseau et me lança, ainsi qu'au moine :
"Ooooooooooh c'est joli ! Ya une lumière verte brillante qui s'échappe d'un tas de rochers un peu plus loin ! En fait non, on dirait plutôt qu'elle s'échappe d'une faille dans le sol".

En entendant les mots "lumière verte", Doc se téléporta sur une branche, au sommet d'un pin proche... Apparemment, elle voulait contempler le phénomène de ses propres yeux.

"C'est bizarre, commenta alors Yohann, je n'ai jamais entendu parler de ça avant, et pourtant, je connais bien cette île..."
Doc me livra alors ses impressions depuis son perchoir : selon ses pouvoirs psy, l'énergie qui émanait du sol au loin se trouvait également sur les fossiles qu'elle venait d'affronter... Alors ce serait ça qui les aurait énervés ? L'apparition, récente selon les dires du jeune moine, de cette lumière ? Il fallait tirer ça au clair !

Doc et Lily me rejoignirent et ensemble, nous revînmes finalement sur nos pas. La première que je croisai fut Trellia, à qui j'expliquai succinctement la situation : l'apparition de cette mystérieuse lumière verte serait liée à la colère des fossiles, qui présentaient en eux cette même énergie... Voire même à leur apparition tout court puisque, maintenant que j'y songeai, Lily m'avait affirmé que ces Pokémon n'étaient pas d'ici.

"Et donc, conclus-je, est-ce que vous ne pensez pas qu'il vaut mieux aller voir ce qui se passe avec cette lumière ? Parce que même si on arrive à s'enfuir et à les semer, ils sont tellement énervés qu'ils continueront à semer le chaos sur leur passage et à terme, ils risquent de menacer le mémorial lui-même. Donc il vaudrait mieux les calmer avant de continuer. Enfin, je pense..." Ajoutai-je en rougissant furieusement. Après tout, elle était une guerrière ! Qui étais-je moi pour lui donner des leçons sur notre tactique ! La honte me força bien vite à regarder mes pieds... Je vis alors également ceux de Trellia, de Yohann et de l'autre moine, qui m'avaient suivie, mais pas ce de...

Ciel, Eden ! Avec notre retraite, il était maintenant seul face aux Pokémon furieux ! Il fallait le sortir de là et vite ! Nous étions maintenant tous hors de la clairière dévastée, et à proximité de l'arbre aux Funécire, aussi les fossiles devraient nous laisser tranquille, sous peine de s'attirer la fureur des fantômes...

"Doc, est-ce que tu peux mettre Eden en sécurité ?"

Comprenant le sens profond de ma demande, ma Tarsal se concentra quelque instant, en pleine recherche mentale d'Eden. Puis elle disparut et revint quelques secondes plus tard avec le Mizuhanien, sa petite main accrochée au bas du pantalon du jeune garçon, qui semblait à bout de souffle, mais toujours entier.

"Est-ce que ça va ? Lui demandai-je. Si vous voulez, j'ai de quoi vous rendre des forces dans ma sacoche, n'hésitez pas à demander ! Ajoutai-je avec un sourire. Puis je lui résumai la situation et demandai au groupe :

"Bon euuuh maintenant qu'on est tous là, est-ce que l'un d'entre vous a une idée sur la nature de cette lumière ? Vous pensez qu'elle est responsable de l'enragement de ces Pokémon ? Et... Vous auriez une idée sur la manière de mettre fin à ce phénomène ?"

Tout en parlant, je dus faire d'énormes effort pour ne pas montrer combien j'avais peur de cette mystérieuse lueur...

_________________
avatar
Violette
Informations
Nombre de messages : 115

Fiche de personnage
Points: 41
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Eden Sovial le Mar 1 Déc 2015 - 17:53

C’était vraiment la cata, mais la grosse catastrophe. Comment de tels Pokémon des anciens temps avaient-ils pu surgir, comme ça à cette époque ? Est-ce que ces fossiles appartenaient à un Archéologue ou à quelqu’un d’autre venue sur l’île ? Mais alors pourquoi s’en prendre à des êtres humains ?! Tout ceci n’avait pas de sens, mais clairement pas ! Devant la menace des deux créatures, les jeunes gens ne pouvaient pas faire grand-chose d’autre que de se défendre. Ils avaient beau se défendre, les deux Pokémon fossiles revenaient toujours à la charge, toujours plus furieux qu’au début… Trellia avait bien tenté d’en immobiliser un mais cela avait été peine perdue, ils étaient bien trop puissants. D’ailleurs, cette dernière avait proposé de les laisser « se débrouiller » pour que le groupe puisse se rendre au plus vite au Mémorial mais apparemment, ils ne se battaient pas entre eux mais contre les jeunes gens. Et le pire encore, c’était que les deux fossiles s’en prenaient plus à Eden qu’autres. Non pas qu’il était au centre de toute l’attention jusqu’ici (et c’était bien le dernier de ces soucis) mais sûrement parce qu’il semblait plus « puissant » que ces compagnons de route. Sûrement avaient-ils ressenti cette aura sommeillant en lui ? La poisse songea-t-il.

« Il vaudrait mieux battre en retraite et… Les gars ? »

Eden tourna sa tête sur le côté et constata qu’il était seul. Seul face aux deux fossiles ! Il eut un temps d’adaptation et évita de justesse une attaque tranchante du Kabutops qui n’allait pas attendre sagement qu’il se décide à agir. Roulant sur lui-même, le blondinet reprit une meilleure posture pour se défendre. Mais où était le reste du groupe ?! Comment avait-on pu l’oublier ?! Parce qu’il avait joué le « semblant chef » alors ils avaient décidé de le laisser en plan face aux deux Pokémon furieux pendant qu’ils se dirigeaient vers le Mémorial ?! La peur envahit bientôt l’esprit du garçon qui commença à trembler devant la menace de l’Armaldo. Ce dernier se préparait à le trancher en deux mais avec une certaine agilité qui étonnait de plus en plus le jeune homme, ce dernier esquiva encore l’attaque. C’est alors que Waninoko se mit devant son dresseur et voulut retenter une nouvelle attaque en espérant que son dresseur comprenne quel rôle il devait jouer. Mais avant qu’il n’agisse, Eden le chopa par la taille :

« Oh là, on se calme ! Ca ne marche pas ça alors on va tenter autre chose d’accord ? »

Eden se releva entièrement et brandit son bâton en avant. Il inspira un grand coup et se mit à se concentrer. Il repensa à son ancienne épreuve qu’il avait passé au marais. Là-bas, l’eau avait été mélangée avec la boue donnant cet aspect boueux, comme ici mais s’il se concentrait suffisamment, il pouvait séparer l’eau de la terre. Mais pour ça, il devait se dépêcher car les deux fossiles n’allaient pas attendre sagement que ce petit bout de chou termine. C’était trop limite niveau temps alors finalement, d’un geste brusque en levant son arme en l’air, Eden parvint à invoquer de petites bulles d’eau tout autour de lui mais aussi des Pokémon. Il ne fut pas le seul surpris mais cela semblait déstabiliser les deux géants qui devaient se demander ce qu’il se passait. Tant mieux car c’était le but. Le jeune homme recula doucement pour ne pas trop les effrayer et surtout garder le contrôle de son « invocation ».

Malheureusement pour Eden, il était à bout de souffle, cela lui ayant demandé une trop grande concentration en si peu de temps. Il eut un petit vertige qui le força à mettre genoux à terre. Les gouttes d’eau tombèrent également au même moment, « libérant » ainsi les deux Pokémon fossiles de leur distraction. D’ailleurs, ces derniers se rapprochèrent du jeune homme tandis que Waninoko s’était libéré du bras de son maître et se présentait à eux, pour défendre son dresseur. Le Kabutops leva sa lame droite en l’air et s’apprêta à trancher le jeune homme mais ce dernier disparut dans un étrange éclat de lumière. Lorsqu’Eden redressa sa frimousse, il se trouvait en face du reste du groupe. Il écarquilla les yeux et se redressa, comme s’il avait retrouvé toutes ses forces :

« Mais vous étiez où ?! J’ai eu peur quand je vous ai perdus de vue, vous savez ça ?! »

Puis il eut un autre vertige et se laissa retomber sur les genoux. Quand Violette lui proposa quelque chose pouvant lui rendre des forces, il ne dit pas non. Alors pendant qu’il buvait un étrange breuvage, Violette exposa la situation concernant les Pokémon fossiles : la nature de cette lumière ? Bon Eden avait clairement loupé un épisode là mais apparemment, cela pourrait être la cause du pour quoi les fossiles les attaquent aussi férocement. Tiens d’ailleurs, en repensant à cela, il songea à son expédition sur l’île Perdue. Peut-être que cela avait-il un lien ? Enfin là-bas, les Pokémon étaient devenus fous et s’en prenaient même à leur dresseur. Alors peut-être que c’était un peu le même cas ici aussi…

« Vous vous souvenez des évènements de l’année dernière ? Quand certains Pokémon étaient devenus fous et détruisaient tout… Il y avait une sorte de lumière qui s’émanait d’eux et peut-être que c’est le cas ici… Peut-être devrions-nous arrêter son flux et comme ça les Fossiles se calmeront…Ca vaut le coup d’essayer… »

Eden avait vécu cette tragédie donc il connaissait un peu le domaine bien qu’aucun de ses Pokémon ne se soient transformés devant lui. Seule Azura avait été affectée et s’en était pris à lui. Concernant les autres Pokémon transformés… Bref tout ça, c’était de l’histoire ancienne et il n’avait pas envie que cela se reproduise. Doucement, le blond se redressa en s’aidant de son bâton et remercia Violette pour son cocktail d’herbes.

« Voilà ce qu’on peut faire : se séparer en deux groupes. L’un se rend auprès de cette lumière et trouve un moyen de la reboucher afin d’en stopper le flux pendant que l’autre groupe s’occupe des fossiles pour détourner leur attention et qu’ils ne s’en prennent pas aux autres. Je veux bien m’occuper des Pokémon, j’ai réussi à détourner légèrement leur attention en utilisant l’eau. Pour reboucher le trou, je peux vous proposer Kraknoix, il possède la capacité Eboulement. »

Sur ces mots, Eden invoqua son Pokémon. Il lui expliqua la situation et demanda alors d’apporter son aide au groupe intervenant sur la lumière. La créature des sables approuva en hochant la tête en avant et se dirigea vers les personnes avec qui il allait s’occuper de la faille. Le blond inspira un grand coup et se dirigea vers les deux Pokémon fossiles qui devaient chercher leurs proies. Sur le coup, il avait un peu peur qu’il ne puisse réussir son « tour de magie » mais il devait au moins tout faire pour pas que les fossiles se rendent compte de l’entourloupe.

[ Hrp : j'espère que ça ira. Skypouille pour en discuter sinon ^^ ]

_________________
avatar
Eden Sovial
Informations
Nombre de messages : 237

Fiche de personnage
Points: 57
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Trellia Farron le Lun 7 Déc 2015 - 15:03

lors qu’elle proposait de laisser les Pokémon sur place, il semblait que le Pokémon de Violette entrait en communication avec les autres. Hum… Si elle comprenait bien, une fumée verte, de la lumière ou elle-ne-savait-quoi, s’échappait d’une faille et rendait les Pokémon violents… Même en les laissant se battre entre eux, le problème ne serait pas résolu et le Mémorial ne serait pas un endroit sûr… Ce phénomène semblait également relativement nouveau, ils avaient donc une chance d’enrayer une catastrophe à plus grande échelle, comme par exemple, celle qu’ils avaient vécu quelques mois auparavant. Non, non, c’était assez clair, il fallait refermer cette faille et emprisonner ce qui s’en échappait. Peut-être le temps de trouver une meilleure solution. Trellia se mit à penser frénétiquement ; si c’était un gaz, il risquait de s’accumuler jusqu'à explosion, là était le risque… Mais pour l’instant, sans moyens, sans hommes, ils n’avaient pas beaucoup de solution et ils devaient accomplir ce pourquoi on les avait missionnés.

« Très bien, dans cas… Où est EDEN ? »

Trellia, avait répondu à l’affirmative au moine, mais en se tournant vers ses compagnons de mission, elle avait remarqué l’absence du jeune homme et avait stoppé sa phrase aussi net. Sa voix monta crescendo, très surprise, de ne pas le voir avec eux. Pire : il devait être encore au milieu des rampants furieux. Le cherchant du regard et revenant un peu sur ses pas, elle fini par le voir arriver en catastrophe, essoufflé, l’air complètement hagard –ce qu’elle ne pouvait pas lui reprocher-.

« Mais qu’est-ce qui t’as pris de rester derrière ? » Lança Trellia, étonnée, mais surtout rassurée, et un peu comme si cette idée saugrenue était passée par la tête du jeune homme.

Trellia lui laissa le temps de récupérer, comme il devait avoir couru comme un dératé pour les rejoindre et Violette fit un rapide résumé de la situation, mettant Eden au courant de ce qui semblait être la source du problème. Le plan de celui-ci n’était pas mauvais, comme il avait traîné en arrière, il y avait des chances maintenant pour que les rampants les aient suivis et ne soient pas si loin derrière. Qu’il se propose pour les retenir convenait très bien à l’épéiste, qui n’aurait pas vraiment voulu le désigner. Après tout, c’était plus lui que ces sale bêtes cherchaient à atteindre maintenant, en faisant diversion à nouveau, il aurait toute leur attention… Et sa magie serait plus efficace pour les retenir qu’une épée qui ne pouvait pas servir. Ce plan était bien, Giselle qui était experte en terrier n’aurait plus qu’à trouver cette faille et le machin de Violette là, pourrait toujours en sentir l’influence et leur dire si oui ou non, c’était bien la bonne déjà et si, ensuite, elle était correctement scellée.

« Ne perdons pas de temps. » Dis Trellia en acquiesçant.

Elle jeta un regard furtif à Violette, qui avait l’air de s’être reprise. Ou en tout cas, elle n’avait pas encore fondu en larmes, ce qui apparemment, était un bon signe… Elle s’était reprise on dirait. Trellia n’irait pas jusqu’à dire qu’avec elle, elle ne craignait rien, mais disons que pour l’instant ça allait et du moment qu’elle ne se mettait pas à faire n’importe quoi, à courir partout et attirer tous les monstres de la zone, ils pouvaient s’en sortir. Faisant signe aux Pokémon d’Eden, ainsi qu’au sien qui venait d’émerger d’une touffe de fougères, la jeune femme se mit en route. Giselle savait ce qu’elle avait à faire et la suivre n’allait pas être simple. La Zigzaton était agile et rapide, mais surtout, elle allait et venait à droite, à gauche, à des angles différents, sautant par-dessus des fougères ou disparaissant sous des arbustes. Sa nature l’empêchait de marcher droit et entre la végétation et le terrain accidenté, l’épéiste la perdit de vue plusieurs fois.

La nouvelle terrosienne préférait la perdre de vue, plutôt que de perdre son groupe, dans ce dédales de lianes, d’arbres et de verdure, il serait très facile de perdre Violette et les Pokémon, mais elle savait qu’en revanche, Giselle n’aurait aucun mal à la pister. Plus ils avançaient et plus la jungle lui paraissait profonde, sombre, changée. Ce n’était peut-être qu’une idée, mais la fameuse lumière aurait-elle pu avoir des effets secondaires sur l’environnement directement ? Il était aussi possible que cette idée ne lui vienne que parce qu’elle en avait vu les effets aussi… Dans tous les cas, il faudrait quand même la trouver. Il ne s’agissait pas d’avoir peur ou pas, il fallait le faire quoi qu’il arrive… Ils verraient bien sur place comment ça se passerait et au pire des cas, il y aurait forcément quelque chose à faire. Trellia n’essayait pas de se rassurer, mais d’être pratique, ce qui serait le meilleur moyen d’arriver à quelque chose de concluant.

La terre devenait plus profonde, plus molle, à certains endroits, et la couche impressionnante de feuilles mortes n’était pas pour rassurer, d’une certaine façon, la jeune femme qui faisait son possible pour rendre le chemin sûr. Pourtant, elle se rendait compte que plus elle avançait, moins le terrain lui paraissait stable. Pas très à l’aise, Trellia chercha à sa ceinture une lanière de cuir qu’elle attacha aux deux cercles, en remplacement de la première, au cas où. Ce n’était certainement qu’un geste pour se rassurer. Aussitôt le pensa t-elle que le sol de feuilles se déroba sous ses pieds, l’engloutissant presque entièrement. Pire encore, elle tenta naturellement de se débattre pour remonter qu’elle sentit le sol l’aspirer, la terre trop meuble, presque liquide, ne lui permettait pas de s’appuyer dessus.  Par chance, elle avait un bras au-dessus de la surface de feuilles, mais évidemment, ses gants glissaient complètement sur le sol, à la recherche d’une surface dure.

Pour ne rien gâcher, elle se sentait attirée vers le fond de plus en plus vite… Avec toutes les peines du monde, elle parvint à toucher les chakrams tenus à sa taille. Il lui était très difficile de bouger, avec l’impression de se retrouver dans du béton, la seule bonne nouvelle, c’est qu’elle n’était prise que jusqu’à la taille. Pour l’instant. Délaçant les cercles de métal, elle les envoya autour d’une branche comme il y en avait beaucoup. Dans un crissement, ils s’entremêlèrent et Trellia tira sur sa corde. Petit à petit, forçant comme elle le pouvait, elle parvint à se dégager un bras, pour saisir la corde à deux mains. Finalement, la tension était à son maximum sur la corde quand la jeune femme parvint à se sortir à mi-cuisse des sables mouvants. Elle put, en étirant un bras, attraper une racine et forcer un peu plus. L’épéiste parvint à gagner un peu de centimètres, jusqu’à ce que la racine lâche et, dans un élan de reflexe et de survie, elle attrapa un paquet de ronces, les épines transperçant ses gants, pour se maintenir. Se moquant bien des épines qui s’enfonçaient dans ses mains à présent, Trellia se hissa une bonne fois hors du sable mouvant.

« Il vaut mieux contourner… »

Conseil inutile bien sûr, mais Trellia, qui venait de se faire une sacré trouille, se releva. Giselle surgit d’un bosquet, l’air de se demander pourquoi ils traînaient tant et vint tourner autour des jambes de Trellia avant de disparaître à nouveau derrière les mêmes arbustes. S’assurant que tout le monde était là, que personne n’avait disparu et que personne ne l’imiterait, elle suivit la Zigzaton. Traverser les arbustes hauts et denses se révéla comme passer un portail, songea la jeune femme. Ils se retrouvèrent très soudainement sur une zone venteuse, sans arbre, au sol rocheux. Ils n’étaient probablement pas très loin de la côte… Dans tous les cas, ce drôle de paysage avait de quoi surprendre ! Il n’y avait pas un brin d’herbe, le sol était sec, fissuré de partout et des colonnes de vent en sortaient parfois. Giselle était visible un peu plus loi et hésitait. En se rapprochant, la terrosienne vit facilement pourquoi, il y avait une falaise, un ravin d’une longueur interminable et d’une profondeur abyssale et à intervalle régulier une véritable tornade leur passait devant. On aurait dit un micro-climat, une tempête constante dans ce ravin.

« Il va falloir sauter pour passer. »

Et de référence, en évitant la tornade… Même en regardant attentivement les alentours, Trellia ne voyait aucun pont, aucun lambeau de terrain qui aurait permis un passage. Elle attrapa Giselle et le Kraknoix, les attacha à sa corde solidement reliée à sa propre taille. En reculant, elle s’agenouilla un instant pour enregistrer le bon timing… Pris son élan… Et sauta à travers la tempête. La force du vent la fit dévier, mais elle retomba de l’autre côté sans trop de mal et détacha les Pokémon.

« À toi Violette ! Quand je te fais signe ! Un.. Deux… Saute ! »

Mai elle ne sauta pas. Trellia n’y voyait pas grand-chose à travers la tempête, mais la peur semblait la retenir. C’était trop bête, mais si elle était incapable de passer, elle devrait continuer sans elle… Trellia attendit, mais Violette ne semblait pas capable de la suivre. Secouant la tête, elle tourna le dos et continua sans elle. Quand elle aurait trouvé et refermé la faille, elle irait la rejoindre. Giselle bondit en avant. La seule chose de changée de ce côté-ci, était une grande émanation un peu plus loin, à mi-chemin entre de la lumière et de la fumée, elle était constante, n’éclairait pas, mais ne bougeait pas non plus. En un mot, c’était bizarre. Trellia était certaine de ne jamais avoir vu une telle chose auparavant. Come la Zigzaton s’y précipitait, Trellia la suivit en courant. Escaladant des rochers, c’est la qu’elle la vit, un trou béant déchirant la terre en deux où la chose verte sortait par élan, par pulsion. Elle grava la vision de ce flux dans sa mémoire.

« O.K, à toi de jouer maintenant, lance un éboulement pour sceller cette fissure ! »

Commandant sa tâche au scarabée, Trellia fit un bond en arrière en attrapant Giselle par le collet, qui avait commencé à descendre.


[J’espère que ça vous plaît :p  ]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 175

Fiche de personnage
Points: 46
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Violette le Mar 8 Déc 2015 - 0:01

Lorsqu'Eden proposa que nous nous séparions, je manifestai mon envie de suivre Trellia. Je n'étais pas une guerrière, et Doc ne faisait pas le poids face aux fossiles, aussi serai-je plus utile avec la jeune fille... Alors que nous avancions, Trellia se retournait parfois pour jeter des coups d'oeil dans ma direction, comme si elle voulait s'assurer que je tenais bien le rythme. Jusqu'ici, le sol était bien plat, aussi il m'était assez facile de ne pas me laisser distancer, aussi j'arrivais assez facilement à donner le change... Même si je faisais d'énormes efforts pour ne pas montrer à quel point cette crevasse de laquelle s'échappait la lumière verte m'effrayait.

Malgré cela, tout se passait plutôt bien, malgré les sables mouvants. Mais avant que j'ai pu proposer mon aide et celle de Doc, Trellia s'en était extirpée. Nous fîmes donc prudemment un détour et il n'y eut plus de problème jusqu'à ce que nous atteignîmes les abords rocheux du puits lumineux. Hélas, pour y accéder, il nous fallait franchir une immense crevasse ! Lorsque Trellia m'annonça que nous allions devoir sauter, mon cerveau refusa d'écouter la suite et me répéta en boucle :

"Non, tu ne sautes pas, non, tu ne sautes pas, non, tu ne sautes pas"

Je ne voyais même pas le fond du gouffre ! Si jamais je faisais un bond trop court, j'allais m'écraser au sol et on ne retrouverait jamais mon cadavre...

Non, tu ne sautes pas...

Et puis il y avait de violentes bourrasques ! Avec ça, même si mon saut était parfaitement ajusté, je pourrais tout de même être projetée dans le vide...

Non, tu ne sautes pas...

« À toi Violette ! Quand je te fais signe ! Un.. Deux… Saute !
- Je, je... Non, désolée, je ne peux pas... Je... Je vais trouver un autre moyen de passer. Pars devant."

Trellia n'insista pas et s'éloigna, précédée de sa Zigzaton. Avait-elle senti la terreur qui s'emparait de ma voix ? J'espérai que non. Mais le fait était là. Je ne pouvais pas franchir ce gouffre !

Doc essayait de me transmettre des pensées positive, mais en vain. Finalement je n'en puis plus et, prostrée devant cet obstacle infranchissable pour moi, j'éclatai en sanglots.

Depuis toute petite, les gouffres et autres ravins m'effrayaient Une véritable phobie. Je n'en avais pas trop souffert malgré ma jeunesse passée dans les montagnes parce que je restais la plupart du temps à la maison, mais c'était bien là-bas que cette peur panique s'était déclenchée la première fois.

J'avais six ans et je venais tout juste de me remettre d'une terrible maladie. Mon père était encore sur les routes, mais Nelly, qui veillait sur mon frère et moi m'avait formellement interdit de sortir. Mais dans l'après-midi, elle était descendue dans la vallée la plus proche faire quelques courses, et mon frère, qui souhaitait simplement me distraire et fêter mon rétablissement, m'encouragea à transgresser les consignes et à sortir dehors avec lui.

J'étais petite à l'époque, et mes maladies à répétition me contraignaient souvent à garder le lit, et je dois avouer que j'étais assez envieuse de mon grand frère, qui lui allait et venait à sa guise toute la journée. Mais en dépit de cela, je l'admirais énormément, aussi je n'avais pas réfléchi longtemps avant d'accepter sa proposition, bravant ainsi l'interdit.
Il m'avait donc conduit à un petit plateau situé à moins de cinq cent mètres de notre maison, bordé par un gouffre sans fond. Il m'avait alors demandé de m'éloigner du bord, puis avait annoncé qu'il allait me montrer une surprise, quelque chose de sensationnel.

Puis il avait sorti sa Pokéball de sa poche. Notre père la lui avait offerte lors de sa dernière visite, il y a deux mois pour fêter ses treize ans. Il en avait été ravi. Avec ça, pour la première fois, il allait pouvoir capturer un Pokémon. Devant mon incompréhension, il avait passé des heures à m'expliquer quelles créatures merveilleuses, ce qui m'avait d'ailleurs donné envie d'en avoir un à moi. Puis il m'avait expliqué que grâce à ses balles, on pouvait garder ces gentils monstres auprès de nous et les apprivoiser. A vrai dire, je n'avais encore jamais vu de Pokémon en vrai.

Vu sa mine ravie, il devait en avoir capturé un, et souhaitait me le montrer ! Mais au lieu d'ouvrir la balle devant moi, il l'avait jetée dans le ravin avec un grand sourire en disant : "Regarde qui va en sortir !"

J'avais alors vraiment cru que le Pokémon allait mourir. Pour la petite file que j'étais, il venait de le tuer pour une raison que je ne comprenais pas. J'avais alors éclaté en sanglots devant tant de méchanceté. Silver s'était alors retourné vers moi l'air surpris, et avait tenté de me consoler. Peine perdue. Je pleurais tellement que je n'avais pas remarqué son Pijako s'élever du gouffre pour atterrir sur l'épaule de son dresseur, sa ball dans son bec.

Il fallut à mon frère deux bonnes heures pour me calmer. Quand elle rentra, Nelly remarqua ma petite mine et me demanda ce qu'il s'était passé. Pour la première fois de ma vie, je lui avait menti, prétextant que j'étais tombée du lit pendant mon sommeil et que je m'étais fait mal. Silver avait alors poussé un soupir de soulagement, puis il s'était excusé de sa surprise ratée.

Je lui avais pardonné aussitôt, mais la peur des gouffres m'était restée, comme si une gueule de pierre garnie de crocs allait sortir du précipice pour me dévorer. Et malheureusement, Doc ne pouvait pas nous téléporter en face : à cause de la tempête, impossible de voir ce qui se trouvait en face. Doc pouvait donc se téléporter de l'autre côté sans problème, mais sans voir où elle allait. Si jamais nous atterrissions sur une pente raide, je risquais de basculer et de tomber dans le vide.
Ma pauvre Tarsal comprenait parfaitement bien mon trouble et elle faisait de son mieux pour trouver une solution. Soudain, un sourire illumina mon visage ! Doc m'envoya des pensées rassurante, puis me fit comprendre qu'elle serait vite de retour, et se téléporta.

Mais alors que j'allais redoubler de frayeur de me retrouver seule, je sentis une force me soulever dans les airs... Et me faire léviter en direction du gouffre !

Ne regarde pas en bas, ne regarde pas en bas, ne regarde pas en bas...


Hélas, le vent compliquait les manœuvres aériennes : alors que j'étais presque arrivée, je fus propulsée un mètre plus haut en arrière et hurlai de terreur. Je fus ainsi ballotée de droite à gauche au gré des vents, et hurlai de plus belle ! Par miracle, je finis par toucher terre de l'autre côté, et aussitôt, je m'assis pour récupérer. Je remerciai alors chaleureusement Doc pour son aide avec un gros câlin, puis repartis en direction de la lumière verte où je retrouvai Trellia. Lugia soit louée, celle-ci provenait d'un simple trou dans le sol dont je pouvais voir le fond ! Tandis que j'observai le Kraknoix d'Eden réaliser son éboulement, une voix lança dans ma tête :

"Ah vous êtes là  Avec cette tornade, j'ai dû faire un gros détour pour vous rejoindre. Ca avance bien?" Demanda la Chovsourir

_________________
avatar
Violette
Informations
Nombre de messages : 115

Fiche de personnage
Points: 41
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Eden Sovial le Jeu 10 Déc 2015 - 20:14

Apparemment, l’idée d’Eden de se séparer en deux groupes semblait être validée par chacun. Ainsi, Violette, Trellia, Yohan et le jeune moine partiront s’occuper de la faille pendant qu’Eden ira s’occuper des deux fossiles. Oui, cela semblait être équitable… Pardon ? Mais pas du tout ! Mais absolument pas du tout !! Alors Eden se retrouva tout seul ? Exactement puisque les autres étaient déjà partis en direction de la lumière étrange, s’engouffrant de plus en plus dans la faune de la région. Ainsi il allait devoir distraire les deux montres tout seul ?! Remarque, vu comment les deux créatures s’en étaient prises à lui depuis le début, c’était normal… Ah bon ? Peut-être parce qu’il dégageait une aura plus imposante que ses compagnons mais de là à le laisser seul… Tant pis, il devait tout faire pour divertir les fossiles et permettre aux autres de boucher la faille. Avalant durement sa salive, le garçon se tourna vers le lieu de la précédente « rencontre » avec les fossiles et se demanda comment il allait faire pour tenir le coup…

Le garçon commença à marcher en direction des deux Pokémon en colère mais soudainement, il eut un léger vertige. Il posa sa main sur son front, tentant de reprendre ses esprits et constata alors qu’il n’allait pas tomber dans les pommes. Mais au contraire, ses sens semblaient être « améliorés ». Comme s’il avait été drogué. Mais il ne se droguait pas ?! (à ma connaissance). Puis il repensa à l’étrange breuvage que Violette lui avait donné pour reprendre des forces… Il y avait quoi dedans ?! Peut-être une herbe dont il avait du mal à digérer ou un truc du genre.

Tant pis. Il inspira un grand coup et se remit en marche puisque ce n’était pas le moment de faire marche arrière ; le reste du groupe comptait sur lui pour divertir les deux fossiles le temps qu’ils accomplissent leur mission. Ainsi, le blondinet marcha doucement et surtout, surtout, avec sureté : il avait du mal à évaluer les distances tellement sa vue semblait être en décalage avec l’environnement. Pourtant, il entendait parfaitement, ressentait bien les choses qui l’entourait et voyait avec une telle précision. Oui, il avait été drogué. Au moins, il voyait les choses du bon côté, il était en parfaitement forme pour s’occuper de ses ex copains !

La lumière l’aveugla légèrement quand il sortit de la forêt mais au bout de quelques secondes, il aperçut l’Armaldo et le Kabutops qui faisaient des jeux de mains entre eux. En fait, ils se battaient entre eux mais Eden n’était pas totalement « présent » et pour lui, ils s’amusaient. Mais quand les deux Pokémon sentirent la présence de l’humain, ils cessèrent leur petite querelle et s’approchèrent sensiblement vers leur ancienne proie.

« Bon, à nous mes cocos. »

Ses sens légèrement améliorés, Eden parvint à esquiver la première taillade que lui avait lancée le Kabutops. Puis en se penchant en arrière, celle de l’Armaldo. Il fit quelques pas sur le côté et utilisa son bâton pour invoquer encore une fois l’eau qui pouvait l’entourer dans le coin. Ainsi, des dizaines de bulles d’eau de tailles différentes lévitèrent et avec une certain concentration, Eden parvint à toutes les rassembler en une plus grosse et imposante qui lévita à côté de lui. Malheureusement, il avait bien du mal à en garder une forme correcte puisqu’il n’était encore qu’un novice dans le domaine, et que aussi, il n’était pas totalement « en forme » à cause de l’étrange breuvage qu’il avait ingéré, ainsi il demanda à Myrallis d’user de ses pouvoirs psychiques pour l’aider.

Ainsi, la petite chatte parvint à prendre le contrôle de la bulle d’eau et la fit léviter dans toutes les directions pour déstabiliser les créatures. D’ailleurs, ses dernières tentaient de la couper en deux et lorsqu’elles y parvenaient, ce n’était plus une bulle d’eau qui les gênait mais deux ! Pour le moment, elles semblaient plus agacées par cette nuisance que la présence de l’humain qui semblait prendre un petit plaisir à « jouer » avec elles…


Et pendant ce temps, Kraknoix suivait le reste du groupe, en bon dernier puisqu’il était plutôt lent et il était difficile de le soulever. Il y eut quelques péripéties pour rejoindre la crevasse comme le désistement de Violette à sauter mais en même temps, ce n’était pas chose facile. Et puis finalement, le groupe arriva à bon terme. Sous les ordres de Trellia, la meneuse, le Kraknoix exécuta son attaque Eboulement et recouvrit ainsi la faille. La lumière verte qui s’en dégageait s’estompa au fur et à mesure que les cailloux s’entassaient dessus… Quelques secondes après et le faisceau lumineux disparut… Fier de son geste, le Pokémon afficha un sourire (béat) et s’attendit à des remerciements… avant de reprendre le chemin inverse. Bah quoi ? Il s’inquiétait pour son dresseur, c’était tout à fait normal, non ?


De l’autre côté, les deux Fossiles en avaient plus que marre de faire mumuse avec les bulles d’eau. Puisque cela ne les affectaient nullement, ils se laissèrent toucher volontairement en se rapprochant du jeune homme. Eden roula sur le côté pour éviter leurs attaques successives et espérait vivement que les autres en aient terminé avec le rayon de lumière car là, il était à cours d’idées et de temps aussi ! Ils enchaînèrent alors leurs taillades, espérant désespérément mettre ce petit prétentieux en petits morceaux. Et par-dessus tout, l’effet de la drogue s’estompait progressivement, provoquant ainsi une migraine pas possible au jeune homme. Ainsi, ses mouvements étaient moins précis et il avait bien du mal à se concentrer… Et au bout d’un moment, à force d’esquiver du mieux qu’il pouvait les attaques, quittes à courir comme un abruti pour éviter les taillades de ses adversaires, Eden para une nouvelle attaque de son ennemi avec son bâton in extremis mais le Kabutops s’écroula subitement sur le sol, comme si tout d’un coup, il avait perdu toute son énergie. Son compagnon aussi s’écroula sur ses genoux, comme les autres rampants qui étaient revenus près de leurs congénères. Eden porta son regard plus au loin et en déduit que le reste du groupe avait réussi à trouver la faille et fait le nécessaire pour que le flux soit stoppé.

« Enfin… »

Le garçon eut bien du mal à se tenir debout et se laissa tomber sur les genoux, complètement lessivé et ayant une migraine atroce, comme un lendemain de cuite (mais ça, c’est parce qu’il n’a pas l’habitude, c’est trop pour lui). Eden regarda alors les Pokémon qui s’étaient subitement calmés. Ils avaient vu juste, c’était exactement le même cas que l’année dernière avec cette étrange lumière qui les rendait plus qu’agressifs. Par contre, il resta quand même sur le qui-vive, des fois qu’ils se remettraient à lui foncer dessus… Pourvu que ce ne soit pas le cas, car franchement, aurait-il la force de continuer à se défendre en esquivant ou en courant ?

« Revenez vite… » supplia-t-il.

D’une pour continuer la mission et surtout pour que Violette lui donne un truc contre les maux de tête (si évidemment, elle avait une herbe contre ça).


_________________
avatar
Eden Sovial
Informations
Nombre de messages : 237

Fiche de personnage
Points: 57
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Trellia Farron le Lun 14 Déc 2015 - 16:08

’éboulement fit trembler la terre, secouant ses entrailles bien plus que Trellia ne l’aurait songé. Autour d’elle, elle vit les lumières s’amenuiser, son regard s’attirant sur celle qui les intéressait ; cette grande faille d’où émanait presque une colonne de cette lueur, de ce flux étrange. Et puis plus rien. La terre l’avait engloutie. Pour s’en assurer et en demandant à Giselle de rester en arrière, la jeune femme grimpa sur les remparts et tâta de sa Gunblade le monticule de terre et de rochers. Elle n’était pas une spécialiste de la terre, mais la faille semblait bouchée convenablement, au moins pour laisser le temps aux autorités compétentes de trouver quelque chose de moins sommaire. Elle redescendit en sautant et accorda un dernier regard à cette plaine de la désolation. Les lumières s’étaient évanouis. En redescendant, Trellia aperçu Violette qui avait enfin traversé, mais elle ne se posa pas trop de questions sur la manière dont elle l’avait fait. Dans le fond, ça n’avait pas trop d’importance.

« Bon travail. Allez, il faut rejoindre Eden maintenant. »

Ouvrant la marche, la nouvelle terrosienne entreprit de vérifier le terrain, car avec l’éboulement du Kraknoix, si des galeries s’effondraient, il y avait également un risque pour que le sol s‘ouvre sous leurs pieds, ce qu’elle voulait éviter : ils avaient assez perdu de temps comme ça. Même si le flux n’agissait plus sur les Pokémon, rien ne leur confirmaient que les rampants seraient ravis de voir des humains sur leur territoire, alors mieux valait faire vite et ne pas laisser le mizuhanien seul trop longtemps. Sur la plaine maintenant, des pics de roc s’élevaient comme des crocs, quoi qu’on en dise, l’attaque du Pokémon avait changé le paysage d’une certaine manière. Le paysage sans vie continuait encore assez loin et en revenant sur leurs pas, Trellia fit avec une certaine stupeur qu’un gros tas de rochers pointues s’étaient effondrés les uns sur les autres là où se tenaient la tornade et le gouffre quelques minutes avant. Sans trop de mal, l’épéiste sauta sur les morceaux de rocs, pas forcément très stables, mais assez costaud pour supporter son poids, puisqu’ils avaient un pont de fortune, elle ne voulait pas prendre le risque d’essayer de gagner du temps fictif, en se rendant compte trop tard qu’il n’y avait pas d’autre passage.

Maintenant qu’ils avaient refermé la faille, la jungle paraissait bizarrement vide à la jeune femme. Tout était très calme, très silencieux, beaucoup trop. Après la Catastrophe, elle avait pu observer que les Pokémon plongeait dans une sorte de léthargie, sans doute très épuisé par leur transformation forcée, l’influence du flux, même s’il n’avait pas eu les même effets qu’avant, allait peut-être dans ce sens pour tous les Pokémon. Comment le savoir ? Non, c’était beaucoup trop récent comme incident pou pouvoir spéculer dessus… Avec un soin particulier, elle suivait Giselle, qui elle-même esquivait les mauvais endroits et surtout, les zones de sables mouvants. Ce qui était plutôt une bonne chose du point de vue de Trellia, qui n’avait pas trop envie de renouveler l’expérience subit tantôt. Sans trop de mal, ils se frayèrent un chemin dans la jungle, la jeune femme vérifiant de temps en temps que Violette tenait toujours debout. Avant de passer le pont, pour lui signifier qu’ils devaient de nouveau traverser, elle l’avait encouragée d’une tape sur l’épaule.

Ce geste n’avait rien de bizarre pour elle, se montrant d’un caractère franc et fraternel. Plus qu’une seconde nature, ce genre de comportement assurait sa survie, elle avait cette conviction depuis toujours et ne comptait pas spécialement changer, bien au contraire. Avec le temps, elle renouait avec sa personnalité, les automatismes, la mémoire autre que celle qui se logeait dans une tête, lui rendait ce qu’elle était vraiment. Il fallait être soudé dans un groupe, pour avancer. Ce genre de combats, menés en raid faisaient partie de ses spécialités et elle le savait par le sang froid et l’habitude qu’elle avait en prenant ses positions, ses décisions et lorsqu’elle se rendait compte qu’elle savait exactement comment agir. Par le passé, il était donc tout à fait possible que cette vie-là eut été son quotidien. Elle ne pouvait pas le confirmer, mais ce n’était pas nécessaire. Son corps se souvenait pour elle, des mouvements, des stratégies, des postures à prendre.

Finalement, après un bon moment à marcher dans la jungle, Trellia reconnut l’endroit où ils s’étaient tous retrouvés. Ce que le chemin pouvait paraître long dans ce sens… Enfin… D’une certaine manière, c’était tant mieux, même si elle restait sur ses gardes, Trellia préférait quand même le calme aux cris de détresses. Le fait de ne pas les entendre signifiait que soit Eden les avaient mis K.O, soient la fin de cette transformation les avaient éreinté. À moins bien sûr qu’Eden se soit fait tuer, mais ça… Cela faisait un peu partie des choses auxquelles il valait mieux éviter de penser. L’épéiste marqua un temps d’arrêt, se retournant vers Violette et lui adressa un regard encourageant.

« Eden ne doit plus être très loin. »

Et en effet, quelques poignées de minutes plus tard, ils se retrouvèrent tous enfin. Comme l’avait pensé la jeune femme, les rampants étaient exténués, cette lumière, quoi que ce soit, les avaient rendus aussi forts que fous, mais en contrepartie, elle les avait épuisés. Ce qui était plutôt une bonne nouvelle pour eux… Ils allaient pouvoir avancer vers le Memorial sans plus se soucier d’eux.

« Je serais d’avis de les séparer, tant qu’ils sont H.S… » Dit-elle. « Eden, rien de cassé ? »

Tout en parlant, elle s’était avancée vers l’un des deux grands rampants, celui avec les grandes faux et la collerette, prenant le pouls de l’animal, évanoui. Le traîner n’aurait rien de simple, ce machin-là devait peser plus de la moitié de son poids ! Eden pour sa part n’avait pas l’air trop amoché, mis au moins autant sur les genoux, sans mauvais jeu de mot, que les Pokémon. Or il lui faudrait se reprendre : ils n’en avaient pas terminé avec cet endroit !


_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 175

Fiche de personnage
Points: 46
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Violette le Mar 15 Déc 2015 - 13:34

Alors que nous étions sur le point de repartir vers le reste de notre groupe, je sursautai lorsque je sentis quelque chose me frapper dans le dos. Me retournant, je vis Trellia, qui m'adressait un sourire d'encouragement.

"Merci" répondis-je, pas très sûre de moi et aussi un peu honteuse du cirque que j'avais fait pour traverser le gouffre la première fois. Cirque qui heureusement n'avait pas eu d'autre spectateur que Doc. La tempête qui sévissait dans le ravin semblait s'être un peu calmée depuis que la fissure avait été rebouchée, mais elle était toujours présente.

Sachant ce qui allait se passer, je pris plusieurs longues respirations successives, puis fermai les yeux de toutes mes forces, et tâchai de m'imaginer dans un cadre plus favorable... En train de prendre un bain dans des sources chaudes, par exemple.
Heureusement, Doc s'apperçut de mon malaise et m'envoya des pensées rassurantes. Selon elle, maintenant qu'elle l'avait déjà fait une première fois, elle aurait plus de facilité à m'envoyer de l'autre côté sans accroc. Je n'étais pas totalement rassurée, mais j'avais pleinement confiance en elle, aussi je me laissai faire pour la seconde fois. Malgré toute ma volonté, je ne pus me retenir de pousser un cri bref lorsque je sentis mon corps descendre en piqué alors que Doc avait trop forcé sur ses pouvoirs pour contrer un courant ascendant. Ceci dit, rien à voir avec ce qu'il s'était passé à l'aller. Pour le coup, j'étais plutôt contente de moi.

Le reste de notre trajet se déroula sans incident notable, je passai mon temps à bavarder avec Lily et mon coprs semblait aller beaucoup mieux depuis l'intervention d'Ellio... Ou peut-être était-ce grâce aux nouveaux dons de guérisons de Doc ? Quoi qu'il en soit, je ne ressentais plus les douleurs physiques qui m'assaillaient auparavant lorsque j'entreprenais une longue marche.

Une fois que nous eûmes rejoint Eden et les deux moines, je proposai à nouveau un fortifiant au jeune homme, qui semblait épuisé, mais alors que j'allais ressortir la préparation que je lui avais fait prendre un peu plus tôt de ma besace, je me rendis compte de ma bévue et rougit terriblement puis bégayai :

"Euuuuh... Je... Je... Je suis désolée Eden, en fait, la potion que je vous ai fait boire un peu plus tôt n'était pas la bonne... C'était aussi un reconstituant mais... Pour les Pokémon. En fait, il a pour effet de leur rendre des forces et d'améliorer leur performance en combat en atténuant la fatigue qu'ils ressentent pendant un certain temps... Je vous rassure, je l'ai déjà testée sur moi, il n'y a aucun effet secondaire permanent mais... A vrai dire, je n'aime pas trop utiliser cette mixture parce qu'elle a tendance à rendre ceux qui en consomment assez imprudents... J'en ai fait prendre à un Machopeur une fois. Il a passé la journée et la nuit suivante à briser des rochers, fier de sa nouvelle résistance à la fatigue. Au petit matin, quand il s'est écroulé d'épuisement, ses mais étaient en sang et il ne s'en est pas rendu compte... J'ai bien essayé de l'avertir du danger mais il ne m'écoutait pas... Enfin c'était la version la plus corsée de cette potion, pas celle que vous avez prise mais... Tout ça pour dire que si vous avez une impression de surpuissance dans l'heure qui va suivre, rappelez-vous que ce n'est qu'une impression. Ensuite, cet effet euphorisant devrait se dissiper. Encore désolée. Tenez, voici la bonne potion, elle devrait vous rendre des forces, et rien de plus, promis !".

"Ah, vous êtes là ! Lança alors Yohann, le jeune moine, lorsqu'il nous vit revenir. Pendant votre absence, j'ai réfléchi à ce phénomène étrange et je pense avoir trouvé une explication. Je sais ce qu'est cette énergie verte. C'est de l'énergie vitale, vous savez, la mystérieuse énergie que peuvent manipuler les Archéologues pour ramener les fossiles à la vie.
J'y ai pensé parce que je n'avais jamais vu ces fossiles ici, et je pense que c'est cette énergie qui les a réanimés. Mais ce qui est étrange, c'est que les sources d'énergies vitales sont rares, très rares et aucune n'est aussi conséquente que celle présente sur cette île. D'habitude, une source suffit à peine à ranimer un ou deux fossiles, et un archéologue doit utiliser toutes ses compétences pour la concentrer afin de la rendre exploitable... Alors un véritable geyser qui réanime sans aucune intervention humaine une douzaine d'anciens Pokémon... Je n'en avais jamais entendu parler... Peut-être même que ce trop plein d'énergie n'est pas étranger à leur agressivité. Ou alors, c'est le simple fait de se réveiller complètement déboussolés après des milliers d'années de sommeil qui les a rendus violents ?"


Tout en observant les fossiles désormais inanimés -mais qui me paraissaient toujours aussi menaçants - je répondis à Yohann :

" Peut-être que l'apparition de cette source n'est pas naturelle. Peut-être que ce sont les cataclysmes provoqués par Mewtwo qui ont... Comment dites-vous ? Concentré l'énergie et ouvert la faille ?
- C'est bien possible..."

Trellia interrompit alors nos palabres archéologiques et nous ramena à la réalité en nous conseillant de séparer les fossiles. Puisque tous ces Pokémon vivaient en borde de mer, mieux valait les ramener sur la côté un par un... C'est alors que j'eus une idée. Lors de mon périple vers la faille avec Trellia, nous étions passées à proximité d'une petite crique.

"Doc, est-ce que tu penses pouvoir téléporter un des fossiles là-bas?" demandai-je en sachant qu'elle voyait dans mes pensées l'endroit que j'avais en tête.

Je n'étais pas sûre qu'elle puisse le faire car elle avait déjà beaucoup utilisé ses pouvoirs sur cette île. Rien que me soulever au-dessus du vide sur un telle distance à deux reprise avait dû pas mal entamer ses forces mentales, et si mes potions atténuaient la fatigue physique, elles ne pouvaient rien pour sa fatigue psychique. Sauf à lui faire prendre une potion plus puissante que celle qu'Eden avait absorbée, mais je m'y refusais catégoriquement tant qu'il n'y avait pas de danger immédiat.

Malgré son épuisement, ma fée parvint à sourire puis toucha la jambe d'un des Kabutops endormis. Cinq minutes plus tard, elle était de retour, contente d'avoir accomplie sa mission, mais encore plus fatiguée. Je lui fis alors un gros câlin pour la féliciter, puis elle but une potion qui allait l'aider à dormir et à reprendre des forces. Je la rappelai ensuite dans sa ball. Elle avait bien mérité de se reposer.

Mais alors que je me demandais comment envoyer les autres fossiles ailleurs -le seul autre endroit qui me venait en tête était la plage où j'avais accostée, mais j'avas écarté d'emblée cette idée : si elle était régulièrement utilisée par les voyageurs, mieux valaient qu'ils ne tombent pas nez à nez avec des fossiles furieux ! - je sentis une présence derrière moi, qui semblait curieusement amicale. Une présence que je connaissais !

"Tu es le Lucario d'Ellio, c'est ça ?"
Le Pokémon lupin se fendit d'un sourire puis chargea un Armaldo sur ses épaules comme s'il ne pesait pas plus qu'un Rattata et s'éloigna.
"Je le connais, expliquai-je alors aux autres, c'est un ami et il va nous aider."

Une bonne heure plus tard, après avoir séparé les fossiles - sauf deux d'entre eux que Yohann avait voulu capturer pour les emmener au temple de l'air afin de voir si dans un environnement plus calme, il n'y avait pas moyen de rendre ces Pokémon pacifiques - nous repartîmes en direction de la tombe qui n'était plus très loin. Alors que nous ne marchions que depuis une vingtaine de minutes, le jeune moine, qui se trouvait à l'avant de notre groupe, nous lança :

"Nous y voici ! Le Mémorial de Nalcia !"

_________________
avatar
Violette
Informations
Nombre de messages : 115

Fiche de personnage
Points: 41
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Eden Sovial le Lun 21 Déc 2015 - 20:44

Comme convenu, Eden s’était occupé de deux fossiles les plus agressifs en les divertissant. Heureusement que l’étrange potion que Violette lui avait donné quelques minutes plus tôt avait été aussi efficace car sinon, il n’y serait arrivé à temps. Que ce serait-il passé si l’effet avait été réduit ? Par contre, il y avait les effets secondaires, et ça franchement, il avait du mal à les contenir alors fort heureusement, cela n’était pas arrivé pendant le divertissement. Cette atroce migraine des lendemains de cuite le frappait actuellement alors qu’il tentait de garder quelques forces au cas où, des fois que les deux bestioles en auraient encore après lui… Mais non, elles s’étaient laissées tomber sur le sol humide, complètement vidées de leur énergie… Puis Eden entendit un bruit venant de sa gauche, un bruit de pas et de feuillage. Il espérait que ce soit le reste de la troupe plutôt que des renforts des deux fossiles… Et non, il s’agissait bien de Trellia, Violette et du reste du groupe. D’ailleurs, Kraknoix s’empressa de trottiner vers son dresseur, pour obtenir des compliments compte tenu de sa réussite. Mais la bestiole s’arrêta en voyant son maître dans un piteux état.

« Je vais… bien… merci pour de t’être occupé de la faille mon grand… »

Eden réconforta son ami en lui offrant une caresse sur sa tête. Quelques secondes plus tard, ils furent rejoints par Violette qui sembla chercher quelque chose au fond de sa besace. Elle se mit soudainement à rougir et tenta de s’expliquer : en fait, elle s’était trompée et avait fait boire une lotion pour les Pokémon. Elle lui expliqua qu’elle servait surtout à redonner de la force aux Pokémon et qu’apparemment, cela n’avait pas d’effets secondaires sur les humains. Bon celle qu’Eden avait bu quelques minutes plutôt n’était pas aussi puissante que la « vraie » mais que cette impression de surpuissance était due à un effet psychologique du cerveau. Oui, comme l’alcool, tout dépend de l’organisme qui l’ingère… Eden accepta la seconde potion qui cette fois devrait lui enlever cette impression de « gueule de bois » ;

« Merci beaucoup Violette. Et ne t’inquiètes pas, je vais bien, juste cette mauvaise migraine. » lui répondit-il en souriant.

Le blond but la nouvelle potion que Violette lui avait donné en espérant que cette fois-ci, ce soit une bonne. Mais pour le savoir, il devrait attendre les effets. Et pendant ce temps, le temps qu’il reprenne ses esprits et les quelques forces qu’il avait perdues, l’explorateur Yohan se joignit au reste du groupe. Ce dernier exposa son hypothèse concernant la lumière verte qui était la cause de cet étrange phénomène. Il pensait que cette énergie serait celle que peuvent manipuler des archéologues et ça, c’était bien la première fois qu’Eden entendait ça mais il ne broncha pas, au contraire puisqu’il continua d’écouter attentivement les explications. Un petit débat se lança ensuite entre lui et Violette mais Eden n’en prit pas, il avait eu son lot d’émotions pour aujourd’hui. Il préféra remercier ses Pokémon qui l’avaient grandement aidé jusqu’à présent avant de les ramener dans leur noigrume respective.

Puis Trellia proposa de séparer les Pokémon pendant qu’ils étaient encore dans un état d’inconscience. Eden refusa de les aider par peur de les réveiller et franchement, il n’aurait pas le courage de les divertir encore pour les épuiser. Aussi, ce fut les autres qui s’en occupèrent. Une heure après le « nettoyage », le groupe reprit le chemin vers le Mémorial pour finir la mission. La route fut encore longue et il fallait poursuivre dans la forêt. Et c’est alors que le jeune mois Adrien s’écria : « Nous y voici ! Le Mémorial de Nalcia ! ».

Intrigué, Eden regarda par-dessus son épaule et vit enfin le fameux Mémorial. Ce dernier avait été caché derrière un rideau de lianes qu’il fallait traverser pour y parvenir. Ainsi, le monument historique se trouva en face d’eux, il fallait juste monter quelques marches. Malheureusement, la verdure était bien présente et recouvrait pratiquement tout. Le groupe s’avança alors doucement dans ce lieu mystique et emprunt d’Histoire. Ici, les combats n’étaient pas autorisés et fort heureusement, il ne semblait pas y avoir de Pokémon agressifs. Qui sait, des fossiles auraient très bien séjourné ici aussi…

Le jeune moine s’approcha alors du monument et raconta l’Histoire de ce lieu. Il s’agissait du dernier vestige après la puissante attaque de Mizuhan avec son Harmonium dévastant un tiers de l’Île Nalcienne. En l’écoutant ainsi, Eden ressentit comme une étreinte au niveau de sa gorge. Alors le peuple de Mizuhan avait possédé une telle arme dans le temps ? Cela faisait froid dans le dos… C’est vrai que l’Armée Mizuhanienne était très impressionnante mais il ne s’attendait pas à une partie de cette histoire… Une fois le cours d’histoire terminé, il était temps de nettoyer le lieu.

Ainsi, Eden se proposa pour balayer le chemin menant à la stèle. Il se sentait mal lorsqu’il était trop prêt de la Stèle (peut-être parce qu’il avait combattu quelques heures auparavant et qu’il ne se sentait pas à sa place ici…). Les racines des plantes s’étaient très bien installées sur les marches mais elles gênaient évidemment toute progression vers le monument. Sans utiliser ses pouvoirs, il parvint à dégager le passage du mieux qu’il pouvait, en essayant le plus possible de déplacer les racines et plantes qui pourraient moins gêner. Ce serait dommage de tuer la flore qui rendait le Sanctuaire si mystérieux. Et Comme convenu après un nettoyage du Sanctuaire par le reste du groupe, Adrien grava les récents évènements dessus pour ne rien oublier. Intrigué, Eden le regarda faire et n’hésita pas à lire les inscriptions déjà gravées dessus du mieux qu’il pouvait puisqu’il ne lisait pas le Nalcien aussi bien que son ami Lucas qui en était originaire. Mais il comprit le sens et aussi la nécessité de graver à jamais les évènements pour les générations futures.

L’aller fut bien compliqué et semé d’embuches mais ils y étaient parvenus. Maintenant que le Mémorial était nettoyé et les inscriptions faites, il était temps de rentrer. Lors du départ, Eden ne manqua pas de remercier Trellia mais aussi Violette. Ainsi que l’explorateur Yohan et le jeune moine Adrien pour l’aide apportée. Mais bien que cette mission soit réussite, Eden avait une drôle d’impression, il se sentait tout étrange depuis son retour : peut-être parce qu’il avait découvert ce monument historique, qu’il avait été « en face » de l’atrocité que Mizuhan avait fait… Devait-il avoir peur de son pays ? Pourtant depuis, une Alliance Sacrée avait été formée… Il n’y avait rien à craindre ?

[ Hrp : fin du rp pour moi, merci beaucoup et à bientôt !! ]

_________________
avatar
Eden Sovial
Informations
Nombre de messages : 237

Fiche de personnage
Points: 57
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Trellia Farron le Sam 26 Déc 2015 - 11:17

ur le chemin du retour, Violette et Trellia retrouvèrent Eden et Yohann. Arrivant donc sur les rampants, ils le dispersèrent, prenant soin de ne pas les sortir de leur évanouissement, ils purent ensuite –enfin-, se diriger vers le Memorial de Nalcia. Au long de cette route improvisée à travers la jungle et la terre hostile, Trellia ne parla pas beaucoup, se faisant pour le coup très discrète. En réalité, c’était depuis le discours de Yohann que Trellia s’était tue. Son long monologue ne l’avait au départ pas spécialement intéressée, jusqu’à ce que certains termes, créèrent certaines images dans son esprit. Ce jeune moine parlait d’énergie vitale, visiblement sans vraiment savoir ce quoi il s’agissait… C’est à ce moment précis que Trellia se rappela la connaître. Elle la connaissait même trop bien. Cette énergie, émanant du souffle de la Terre… Une énergie vitale à la vie, mais surtout utilisée, exploitée, devenue un poison. Devant ses yeux, elle revoyait les monstre-machines et même parfois des monstres à l’aspect beaucoup moins animale ou technologique…

L’épéiste sentit en elle quelque chose de très étrange, une sensation sur laquelle elle ne pouvait mettre de nom. Depuis qu’elle s’était réveillée dans ce monde, Trellia avait longuement appris… Elle avait trouvé des points communs avec les rares bribes de souvenirs qu’elle possédait encore, mais là. Elle eut le souvenir d’avoir déjà la lumière verte ailleurs, dans une autre forme, pas un reliquat de fumée ou de rayon… Un trait. Sa mémoire n’était pas plus précise, mais elle savait qu’elle existait là où elle avait vecu. Si elle existait également dans Érasia, qui était –soyons honnêtes- primitive. Aussi primitive que Giselle elle-même… Trellia avait entendu des histoires sur des dispersions de l’espace et du temps, datant de seulement quelques années avant son réveil. Était-il possible qu’ne faille ait pu traverser le monde primitif vers le sien et l’aurait attrapée pour l’engloutir à son tour ? Dans ses songes éveillés, Trellia voyait, ou imaginait, un trou béant se former, des volutes noires l’enserrer pour l’entrainer dans un monde inconnu. Vers le passé.

Au final, Érasia pouvait-il être le passé de son propre monde ? Si c’était vraiment le cas, de combien de millénaires avait-elle remonté le cours de l’Histoire ? Trellia eut un frisson. Elle était certaine que cela se comptait u minimum en millénaire et cette certitude lui fit froid dans le dos. La perspective d’être perdue et de ne plus avoir aucune chance de retrouver les siens et celle aussi se trouver à un « point » dans l’Histoire. Celle où peut-être, on pourrait empêcher la folle perspective d’utiliser cette énergie inépuisable. En source, et en puissance. Elle soupira. Le problème, c’est qu’elle ne pouvait ni expliquer son savoir et encore moins paraître crédible. Non dans ce monde, il fallait du pouvoir, plus que su savoir, pour se faire entendre. Silencieuse, Trellia se demanda si tous ces gens avaient la moindre idée de la catastrophe vers laquelle ils couraient ? Du moins, si cela se passait comme dans son Histoire a elle, « son » Passé. Elle imaginait souvent qu’un choix pouvait laisser la porte ouverte à une alternative. Si elle pouvait changer la moindre chose, pour éviter futur désastreux d’où elle venait… Plus que des souvenirs ou des certitudes, c’était des sensations anciennes qui revenaient.

Leur marche vers le Memorial dura encore un moment, mais finalement, derrière un ultime rideau de lianes et de feuilles, le paysage derrière se métamorphosa complètement. La forêt laissa place à une vallée de roche et de mousse. Des montagnes abruptes se dressaient ça et là, dans une ambiance incertaine et sur l’un des promontoires, une allée de marches taillées régulièrement dans la pierre. Une stèle se dressait en bas des marches et tout en haut de celle-ci, le fameux Memorial. À vrai dire, Trellia était un peu déçue ; elle s’était attendue à quelque chose de plus grand, comme un genre de temple, pas à un rien de plus qu’un caveau. Sur les lieux, la mousse avait entièrement recouvert la stèle, les marches et le Memorial, comme les ronces et diverses fougères et plantes envahissantes. Trellia n’y connaissait rien, en bonne citadine, mais la proximité de la mer devait rendre le coin particulièrement florissant pour les plantes de ce genre.

Ils abandonnèrent la forêt pour s’engager vers le Memorial. Chacun se mit à une tâche. Trellia partit de son côté, escaladant tant bien que mal les marches, couvertes de mousses glissantes. Pour sa part, Trellia s’attela à retirer les ronces, les lianes, le liseron qui s’étaient emparés des murs du monument. L’exercice n’avait rien de simple, comme les armes étaient interdites, elle ne pouvait utiliser ni ses chakrams, qui restaient malgré tout des armes, même si elle s’en servait tout autrement, et encore moins sa Gunblade. Ses gants la protégeait des épines limites meurtrières vu leur taille et leur robustesse et Giselle pouvait sectionner les tiges avec crocs. Du moins, la plupart du temps. Rapidement, Trellia se laissa piéger par les ronces en s’emmêlant les bras dedans, tentant de délivrer Giselle, ligotée et bâillonnée par le liseron. Elle avait voulu se glisser et couper à la racine la longue plante rampante, mais ses nombreuses ramifications s’étaient entortillées atour d’elle. De plus, le liseron était pour ainsi dire, élastique, une vraie plaie.

Trellia mena une véritable bataille contre la flore, les ronces l’agrippèrent, mais elle attrapa Giselle et força sur le liseron pour la rappeler à elle. S’égratignant, elle parvint à reprendre Giselle et écarta les tiges. Qui aurait cru qu’une plante ridicule puisse se montrer aussi retorde ! Finalement, l’élasticité des tiges atteignirent leur maximum et se rompirent, libérant Giselle. La Zigzaton grimpa sur le bras de Trellia, en parfaite équilibriste et trancha les ronces. Au fil des heures, la quantité de mauvaises herbes et de feuilles s’amoncela, tandis que le Memorial retrouvait sa blancheur. Trellia n’aurait jamais dit qu’il était possible de dépenser autant d’énergie pour retirer des plantes… En fait, ce n’était pas du nettoyage, mais une véritable déclaration de guerre menée contre la nature elle-même. Grâce à leurs efforts conjugués, il y eut bientôt une montagne de verdure, à partir de là, il ne resterait que peu de temps avant que le Memorial soit de nouveau complètement sain.

Finalement, après des heures d’efforts à balayer, arracher, couper les mauvaises herbes (et avec des litres de sueur versées pour cela !), la blancheur des pierres  brillait presque au soleil. Les inscriptions étaient donc de nouveau parfaitement lisibles, bien que Trellia ne sache pas lire le Nalcien. Yohann avait gravé les derniers évènements et tout en parcourant les étranges courbes du regard, Trellia elle, pensait aussi à ce qu’elle avait appris de ce monde. Elle pensait bien sûr à cette énergie vitale qui parcourait la planète. Jusque là, elle n’avait pas eu de but dans ce monde… Si ce n’était essayer de retrouver la mémoire. Celle-ci revenait par à-coups et jamais complètement, mais l’épéiste estimait que ce bribes d’informations étaient plus importantes que de tout se souvenir. Comme si son esprit avait gardé les informations les plus importantes pour les ressortir le moment venu, sans les laisser se noyer dans une masse de souvenirs inutiles. Peut-être que sa seule présente dans ce monde primitif avait un but bien précis, empêcher les humains de cette époque de s’embourber dans une idée folle qui détruirait leur futur un jour. Peut-être. Pour quelle autre raison, si ce n’était pas celle-ci…


[Terminé pour moi aussi, merci à vous ^^ ]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 175

Fiche de personnage
Points: 46
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Violette le Ven 1 Jan 2016 - 9:16

Voyant que Eden et Trellia s'attelaient à la tâche, je les suivis. Comme Trellia commençait à arracher les lianes avec ses mains et sa Zigzaton, Doc me lança un regard d'encouragement et se mit aussitôt à la tâche. Si elle était bien plus faible qu'un humain physiquement, ses pouvoirs psychiques lui conféraient une puissance capable de rivaliser sans problème avec celle d'un guerrier, aussi s'appliqua-t-elle à déloger à la force de l'esprit les lianes les plus enracinées dans le monument, dont les multiples tiges, semblables a de petites racines, s'étaient profondément enfoncé dans le monument en pierre avec le temps. L'aide d'un maître de la terre nous aurait été utile pour extraire ce corps étranger du roc. Hélas nous n'en avions pas avec nous.

Quant à moi, je restai debout, immobile, indécise mais également un peu honteuse. Je n'avais pas la force physique de Trellia ou d'Eden, et les grosses racines qu'ils enlevaient sans trop d'efforts m'étaient inaccessibles. Mais alors que je luttais pour ne pas me décourager, j'entendis Yohann derrière moi qui me proposa :

"Ah Violette, parfait, puisque vous êtes disponible, pourriez-vous..."

Me retournant, je vis qu'il brandissait une faux agricole. Je compris aussitôt ce qu'il comptait en faire : Eden s'occupait principalement des herbes les plus coriaces sur le chemin, mais il y avait également une grande quantité de mauvaises herbes envahissantes, mais faciles à couper ! Voilà qui était dans mes cordes. Si je n'avais jamais manié de faux de ma vie, j'avais suffisamment d'expérience avec les outils agricoles pour m'en occuper !

"Oh, oui, je m'en occupe tout de suite !"
répondis-je en souriant.

Et sans attendre de réponse de sa part, je lui pris la faux des mains et me rendis sur la zone à désherber, non loin de celle dont s'occupait Eden. Je pris alors soin d'appliquer un mouvement circulaire à l'outils, en le tenant fermement dans ma main droite, tout en la ramenant vers moi dans le sens inverse des aiguille d'une montre avec mon bras gauche. Etant moi-même une habituée de la faucille, ce mouvement de coupe rotatif ne m'était pas inconnu. En revanche, l'outil était bien plus lourd que ce à quoi je m'attendais, et j'étais déjà épuisé après avoir fauché seulement dix petits mètres carrés...
Remarquant mon trouble, Yohann revint alors vers moi et me dit :

"Ne vous fatiguez pas, ce n'est pas la peine d'utiliser la faux que j'ai apportée ! Regardez !"

Aussitôt, une boule de poils marron blanche et verte qui se trouvait auprès du jeune homme et une fois arrivée dans ma zone de fauchage, commença à brouter les pousses que j'avais laissé passer.
Le jeune moine m'expliqua alors :

"En fait, j'avais juste pris cette faux au cas où ! Cette jeune Cabriolaine est à moi, et elle dispose du talent Herbivore ! Une vraie goinfre ! Elle brouterait tout et toute la journée, si on la laissait faire ! Je me demande combien d'estomacs elle a, pour pouvoir digérer tout ça ! Mais il y a certaines herbes qu'elle n'aime pas, donc j'ai pris de quoi les enlever à la main, au cas où... Mais on dirait qu'on n'en aura pas besoin pour la plupart des pousses.
- Ah je vois... C'est une bonne nouvelle !"

Répondis-je en rougissant. Une fois de plus, je m'étais laissée emporter par mon enthousiasme et ma volonté de me rendre utile... Mais au moins, pour une fois, Lugia soit loué, tout ceci n'avait pas viré au ridicule !

"Par contre, repris-je, mieux vaudrait que nous nous occupions nous-mêmes des plantes les plus racinées, si jamais votre... Cabriolaine c'est ça ?... Les mange, elle n'enlèvera que la surface, et la plante repoussera presque qu'aussitôt !
- Pas de souci, Eden et Adrien s'occupent de ces plantes-là. Mais vous m'avez dit que vous étiez herboriste non ? Donc vous savez vous occuper des fleurs ?
- Oui, Oui... Pourquoi ?
- Suivez-moi !"

Et il m'emmena de l'autre côté du mémorial, dans une zone que je n'avais pas encore vue. A environ cinq mètre du monument proprement dit se trouvait un carré de terre dans lequel poussaient deux magnifiques rosier, l'un blanc et l'autre bleu.

"Ces deux rosiers symbolisent l'alliance entre Nalcia et Mizuhan. Enfin, je suppose, puisque...

-Ces roses blanches ne poussent qu'à Nalcia, dans les montagnes, et ces roses bleues... C'est impossible ! Leur bleu est parfait, tellement pur, tellement réel... Ce n'est ni une variante de noir, ni un mélange... Je croyais qu'il était impossible d'obtenir une véritable coloration bleue pour les roses ?
- Naturellement, c'est en effet impossible... Mais il semblerait bien que la maîtrise de l'eau et des plantes permette un tel prodige... Cette rose est donc censée représenter Mizuhan... Du moins je le crois car ces deux plantes sont apparues ici assez récemment, j'ignore comment. Elles n'ont donc rien d'officiel, mais je trouve leur présence tout à fait en harmonie avec le reste, elles symbolisent bien l'union de nos deux pays et j'aimerais qu'une spécialiste comme vous les entretienne !
- C'est vrai qu'ils ont bien besoin d'être taillés ! Je m'y mets tout de suite !"
- Parfait, me répondit-il en souriant. Pour ma part, je vais aller restaurer les inscriptions abimées sur le mémorial, à ce que j'ai vu, son défrichage avance bien. Et j'irai y consigner les événements récents à la suite. Après tout, vu leur ampleur, ils méritent d'y figurer et puis, c'est aussi pour ça que nous sommes venus ! A tout à l'heure !

Tandis que Yohann s'éloignait pour aller aider les autres, je courus joyeusement vers les deux arbustes, comme une gamine. Une fois mes outils sortis de ma sacoche, à savoir mon sécateur standard, pour les branches les plus épaisses, et un bien plus fin pour les simples tiges, qui ressemblait davantage à des ciseaux à papier, je me mis à l'ouvrage en chantonnant, coupant une tige par ci, une branche par là, ôtant un pétale abimé... Bref, je faisais ce que j'aimais le plus faire, avec les combats Pokémon !

Mais alors que j'avais presque terminé, une voix lança, dans ma tête cette fois-ci :
"Ah Violette, tu es là... Humm, mais c'est que ça sent rudement bon !"

Heureusement, contrairement à son habitude, Lily ne fourra pas son nez dans les fleurs et demeura à distance respectable, ce qui me permit de finir ma taille sans problème. Hélas, la bonne odeur des rosiers jumeaux n'avait pas attiré que la Chovsourir : je me retournai de nouveau quelques secondes plus tard, attirée par un bêlement caractéristique.

"Ah non alors ! Allez Cabriolaine, va manger ailleurs ! Je ne taille pas ces fleurs pour que tu les dévores ensuite !"

Mais c'était peine perdue : si les grosses épines incrustées dans les mémorial ne semblaient pas être à son goût, les fragiles aiguilles ne lui posaient apparemment aucun souci... Heureusement, Lily la repoussa en... plissant son groin ?

"Je viens de lui lancer un léger Choc Mental pour lui faire comprendre qu'elle devait brouter ailleurs ! Mais si je suis ici, c'est parce que je voulais te parler ! Tu sens vraiment très bon, et tu aimes les fleurs, comme moi, et apparemment, il t'arrive des choses intéressantes... Alors j'aimerais voyager avec toi ! J'ai envie d'aventures ! Tu es d'accord ?
-Eh bien... Oui ! Bien sûr, si tu veux ! Avec plaisir Répondis-je en souriant.
- Parfait ! Le seul truc c'est que... Quand je vais dire à ma colonie que je pars, ils vont vouloir faire une cérémonie d'adieu pour me porter bonheur... Le truc c'est que cette cérémonie dure une bonne rotation de lune...
- Un mois ? C'est long non ? Enfin, quoi qu'il en soit, ce que je peux faire, c'est repasser te voir la prochaine fois que je passerai par Nalcia. Mais je n'ai pas d'itinéraire précis donc je ne peux pas te dire exactement quand on se reverra... Probablement pas avant plusieurs mois...
- Oh ce n'est pas grave, je t'attendrai... Et je te reconnaîtrai à ton parfum !
- Alors c'est entendu !"

Je récupérai Doc, puis allai saluer mes compagnons d'aventure, Trellia, Eden, ainsi que les deux moines, et je les remerciai tous chaleureusement pour leur aide. J'expliquai également à Doc la future venue de Lily, puis allai dire au revoir à cette dernière, avant de regagner en compagnie des moines le temple de l'air. Là où toute cette aventure avait commencé. Mais cette fois-ci, je pus dire non sans fierté à Ellio que j'avais accompli ma mission. Le vieil homme en fut ravi, tout comme son Lucario.

[Et voilà, fini pour moi aussi ! Merci à tous pour ce RP, je vais faire la demande de nota^^]

_________________
avatar
Violette
Informations
Nombre de messages : 115

Fiche de personnage
Points: 41
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Devoir de mémoire [Eden/Violette/Trellia]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum