[ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par PNJ le Mer 24 Juin 2015 - 18:44

La nuit, enfin l'obscurité ambiante était vraiment idéale, le vieil homme s'amusait fortement à fixer la voie lactée dans les cieux. Il n'aimait rien tant qu'admirer cette merveille visible de nuit. Et quel autre endroit s'y prêtait mieux que celui ci ? L'épreuve n'en serait que plus intéressante, peut être d'ailleurs qu'il n'y en aurait pas et que les jeunes filles n'oseraient pas s'aventurer dans les Monts sombres. Quelque part c'était une première partie d'épreuve, et ce fan d'astronomie bien qu'âgé ne laissait pas grand chose au hasard. Il réajusta sa longue pelisse sur ses épaules et fixa le ciel. Sortant de dessous son vêtement un carnet de feuilles qui ne tenaient entre elles que par un miracle, il trempa sa plume dans le petit encrier après l'avoir débouché et le garda en équilibre tout en notant la différence de constellation au dessus de lui. Il avait donné trente jours à chaque participant pour être ici ce soir, et lorsque l'aube pâlirait la fin de l'épreuve serait finit. Restait à savoir combien de temps les jeunes gens comptaient prendre pour parvenir ici.

Ils auraient peut être des soucis à le trouver d'ailleurs ... Il réfléchit et sourit en sortant des noigrumes tout en gardant flacon et plume en équilibre. La lumière révéla un magnifique Voltali qui alla se placer dans un coin de la clairière et s'allongea comme pour s'endormir, libérant un peu de son pouvoir. De l'autre côté une tarentule doré s'éloigna à l'opposée de son compère et produisit le même éclat. Différent des lumières que les Pokémon sauvage libérait ils émettaient des variations de temps et de couleurs, un peu comme un signal pour guider des voyageurs. Parfois ils cessaient, ne voulant pas brûler toute leur énergie dans une seule charge. La lumière faiblissait alors et laissait la nuit reprendre ses droits sur la forêt et ses habitants.  Masento sourit en se rappelant la première épreuve qu'il avait fait passer, il avait du lui même partir à la recherche de l'élève perdu qui avait du remettre à une autre fois son désir de devenir défenseur.

Masento:

----------------------

A vous de préciser comment vous arrivez sur le lieu de l'épreuve, vous avez eu 30 jours pour y parvenir, elle se passera de nuit en forêt. Masento n'est pas à la minute mais ne prenez pas la moitié de la nuit pour venir à lui sinon vous n'aurez pas le temps d'achever toute l'épreuve. Le soleil s'est couché depuis une heure environ.
Bon jeu et en cas de question n'hésitez pas.

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1070

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par Anthere Osarian le Mer 24 Juin 2015 - 23:33

Peu de temps après avoir sauvé la vallée avec Miku, puis avoir de nouveau fait face aux Méga-Pokémon, un autre drame –personnel cette fois, fit basculer la vie d'Anthere. Persik perdit tout sens commun, semblait-il et détruisit presque une auberge pour s'envoler elle-ne-savait-où. Anthere ne perdait pas seulement son premier Pokémon, ami et réconfort… Elle eut l'impression qu'une moitié de cœur lui était arraché. La jeune fille dû travailler pour rembourser les dégâts, en plus de vendre sa selle. Il se trouvait que l'aubergiste ne lui laissa pas vraiment le choix, une fois Gareth partit, une plainte avait été portée contre elle, à défaut de pouvoir punir son Pokémon directement. Alors qu'elle pensait pouvoir reprendre la route en ignorant les lettres incessantes qu'elle recevait de la part de ses parents, la Mizuhanaise, de nouveau clouée sur place, ne pouvait plus faire autrement. Malheureusement, la réputation de Persik, vite forgée par les clients présents ce jour-là, retombait sur elle. Anthere ne trouvait plus aucun travail et à peine entrait-elle dans les boutiques qu'elle se sentait épiée et parfois même, on lui demandait de sortir. Seian était grande pourtant, mais on aurait dit que la malchance voulait l'accabler ces derniers temps.

Un jour pourtant, une journée grise où elle se sentit morose toute la journée, elle reçut une lettre. Son œuf de Gardevoir dans les bras, qu'elle refusait de quitter, elle alla ramasser la lettre qu'un majestueux Heledelle venait de déposer à côté d'elle, comme s'il savait qu'il la trouverait là, de la manière la plus évidente qui soit. L'oiseau fit un demi-tour élégant et disparu. Anthere, surprise de cette arrivée inattendue et aussi fugace qu'une bourrasque, tendit la main vers la lettre, mais Horizon l'attrapait déjà avec ses pattes, la flaira, puis la saisit dans sa gueule et lui apporta. Sans un sourire pour son compagnon, la jeune fille saisit la lettre. Sa surprise grandit, elle reconnaissait le sceau de l'armée de Mizuhan. En se demandant quelle bêtise grave elle avait pu commettre pour la mériter, son cœur se mit à battre si fort qu'elle sentit le sang affluer dans sa tête. À l'intérieur de l'œuf, il semblait que la créature avait senti ces battements, car la créature qu'il renfermait bougea, imperceptiblement à travers sa carapace. La main tremblante, Anthere ouvrit la lettre.
Bureau des Admissions d’État de l’Armée Mizuhanaise
Directeur du Bureau des Admissions : Amano Jin
Secrétaire du Bureau des Admissions : Taketei Atsuo

Chère Mlle Osarian

Nous avons le plaisir de vous informer que votre admission au sein de l’armée de Mizuhan, appuyée par le plaidoyé de Mlle Abigaël d’Alma en votre faveur, a été reçu favorablement. Votre instructeur a accepté en retour la contrainte d’une épreuve afin de juger de vos capacités. Une autre lettre fera suite à votre échec, ou votre réussite, de la dite épreuve.
D’autres informations vous seront délivrées dans l’ambassade Mizuhanaise de Terros, à Seian, où vous demeurez actuellement.

Veuillez croire, chère Mlle Osarian, en l’expression de nos sentiments distingués.

Taketei Atsuo
Secrétaire du Bureau des Admissions

Au fur et à mesure de sa lecture, ses yeux bleus-verts s'étaient agrandis par la surprise. Elle ne croyait pas ce qu'elle lisait ! Mais elle ne put s'empêcher de l'exclamer.

« Elle a fait quoi ? » Cria t-elle, sa voix montant assez fortement dans les aiguës. Les ouverts comme des soucoupes, la bouche entr'ouverte, elle n'arrivait pas à le croire ! Non mais elle n'était pas complètement maboule, si ? Abby avait pété un essieu ?

Non, mais ! Mais ! Mais ! Anthere relut cinq fois pour être sûre. Pas possible… À ses cris, ses Pokémon avaient tous fait un bond, la regardait sans comprendre, les oreilles dressés, avec autant d'intérêt que si une nouvelle tête lui avait poussé. C'était pas possible… Abby ne lui avait rien dis… Certes, la terrosienne était peu expansive, mais de là à l'engager dans l'armée !

« Oh la la… » Gémit Anthere, laissant tomber sa tête dans les mains.

Assise dans l'herbe, elle était heureusement seule dans la prairie, ce qui lui évita d'être regardée bizarrement, même si c'était pour une autre raison que ces derniers temps. L'engager dans l'armée, mais elle avait fumé la mue de son Drascore ? Son regard courut sur la date de la lettre. Deux semaines… Anthere ne pouvait pas y croire, elle devait tirer ça au clair, c'était forcément une erreur ! Aussi, elle fit entrer tous ses Pokémon dans leurs balles respectives, avec la ferme intention de se rendre dans l'Ambassade. Elle enfourna le mors de cuir dans la bouche de son poney, dont la plaisanterie n'était pas du tout à son goût. Il renâcla, protesta, mais Anthere ne céda pas et boucla la gourmette. Après quoi, elle se hissa sur son dos et le lança au galop vers Seian. Elle lança au galop Ourasi, mais il fallut tout de même six jours pour faire demi-tour et retrouver la capitale. Récemment à Sasabe, il était vrai qu'elle n'avait pas laissé cette adresse… Chaque jour, Anthere remontait à cheval avec une angoisse : si les informations concernaient l'épreuve, elle craignait d'arriver trop tard…

Pourtant, elle arriva à Seian, Ourasi épuisé par cette formidable course d'endurance. Elle remercia chaleureusement son poney de feu, le fit rentrer dans sa Pokéball et se rendit derechef à l'Ambassade, épuisée, essoufflée. Son arrivée en furie fit mouche… En revanche, elle n'attendit pas très longtemps et se sentit très très mal-à-l'aise devant toute cette présence militaire… On la fit entrer dans une salle d'attente, puis patienter. Enfin, on la fit entrer dans un bureau et patienter de nouveau. Son sang battait ses tempes et elle commençait à avoir mal à la tête. L'entrevue fut relativement courte, mais on lui confirma bien ce qu'elle avait lu. Ne sachant plus que penser, se sentant prise au piège, elle prit mécaniquement les informations qu'on lui tendit. On lui souhaita bonne chance et Anthere dû se résigner à partir… Elle n'osait pas refuser cette épreuve.

Elle n'osait pas tenir tête à l'armée. Dans l'autre lettre qu'on lui laissait, il lui était indiqué simplement le lieu, le jour et l'heure du rendez-vous. Enfin, de l'épreuve… Elle devait se rendre sur l'Île de la Demi-Lune, au Monts des Étoiles, le soir-même. Le militaire lui avait déjà dis et quand elle lui avait signifié qu'elle n'avait pas d'argent pour s'y rendre, ni aller nulle part si ce n'était pas accessible à pied, il avait seulement esquissé un sourire. Anthere s'était sentie honteuse, mais il ne s'était pas moqué d'elle. L'Armée prendrait en charge les dépenses liées aux épreuves.

Malheureusement, il lui restait maintenant une demi-journée pour se rendre à presque vingt jours de marche, à pied, puisque son Ponyta était hors d'état de courir, surtout sur une si longue distance. C'était mort, avant même qu'elle commence…

« Alors, on broie du noir, ma belle ? »

Anthere se retourna vivement, vers celui qui venait de l'appeler ainsi, grandement surprise. Elle reconnu immédiatement le cocher du « Ninjask Fou ». Un jeune homme un peu loufoque, rencontré des années auparavant. Anthere avait voyagé à bord de son attelage deux ou trois fois, composé de six Ninjask. Ce type demeurait probablement le plus fou qu'elle n'avait jamais rencontré, mais un fou charmant. Dans le fond, elle était contente de le revoir…

« Bonjour… Oui… Je dois me rendre à un endroit que je ne connais pas, à vingt jours de voyage à pied, pour ce soir. » Résuma Anthere.
« Mais tu sais bien que je t'emmènerai au bout du monde. »

Anthere était à la fois perplexe, amusée et… Non mais est-ce qu'il était vraiment sérieux ? Il ne lui laissa pas le temps d'y songer.

« Où est-ce que tu dois aller ? »
« On m'attends dans les Monts Étoilés… »
« Ça fait une sacré trotte. »
Admit-il. « Aller viens. »

Anthere hésita. Les deux fois où elle était montée, elle avait été malade dans cet attelage improbable. Mais les détails de la première lettre lui revenait en mémoire. Abby s'était en quelques sortes battue pour elle. Mais très franchement, elle ne voyait pas pourquoi. Mais en insistant un peu, le cocher fini par la convaincre. Anthere le regretta vite cependant. Comme d'habitude, les Ninjask démarrèrent en trombe et elle se retrouva projetée au fond du panier qui servait de carriole. Les six Ninjask atteignaient une telle vitesse de vitesse de pointe que deux heures plus tard, le « Ninjask Fou » atterrissait dans la Ville Lunaire. Ou s'écrasait, pour être plus exact. Anthre fut littéralement projetée hors du panier pendant que le cocher finissait de ralentir ses Pokémon en glissant sur un côté du panier tombé à plat. Il lâcha les guides.

« Rien de cassé ? Je suis désolé. Le terrain ici est difficile, c'est la première fois que je viens là, je ne pourrais pas t'emmener plus loin. »
« Ça va, c'est pas grave… Merci de ton aide… »


Blanche comme un Lakmécygne, la démarche incertaine, Anthere tremblait de tous ses membres, mais parvint à se relever. Elle ne savait pas qui était le plus fou, le cocher, ou elle-même, pour se laisser avoir à chaque fois ! Elle le paya avec l'argent de l'armée et attendit quelques minutes, le temps de se remettre de cette traversée express. Une heure plus tard, elle marchait dans les fameux Monts. Elle avait cependant ressorti son Ponyta qu'elle avait fait soigner et qui devait encore faire quelques efforts pour lui permettre de se rendre au lieu du rendez-vous. Mais Anthere saurait se montrer reconnaissante, elle n'oublierait pas les efforts du poney, contraint de se surpasser… Elle trouva que la nuit tombait beaucoup trop tôt à son avis et l'angoisse commençait à l'envahir. Elle ne savait pas où se trouvait exactement son « instructeur » et l'ennui, c'est qu'elle ne savait pas vraiment où elle-même était. Au bout d'un moment, elle jeta l'éponge, descendit de poney et le renvoya dans sa balle. Elle le sentait beaucoup trop épuisé pour continuer.

Un autre ennui vint s'ajouter aux deux autres, maintenant privée des flammes d'Ourasi, il faisait si noir qu'elle voyait difficilement où mettre les pieds. Comment se diriger dans cette forêt si sombre ? La réponse lui parut en même temps que la question, elle fit sortir Akasie. Quoi de mieux qu'un Phyllali dans une forêt ? Enfin c'est ce qu'elle pensait… Plusieurs fois, Anthere s'écorcha sur divers végétaux tenant absolument à la ralentir et lui obstruer le chemin, tomba à plusieurs reprises en se prenant les pieds dans des racines, des cailloux, des branches… Le soleil était couché depuis un moment, mais elle se hâtait toujours… À présent, elle avait si chaud que ses vêtements lui collaient à la peau et que les insectes ne cessaient de lui tourner autour, pour l'agacer le plus rapidement possible.

Et c'est quand cela arriva qu'elle envoya un jet d'eau pour écarter une grosse bestiole qui venait lui voler dans les oreilles. Mais les Mucioles et le Lumivoles n'apprécièrent pas la plaisanterie du tout et attaquèrent. Anthere se mit à courir purement et simplement. Elle sortit enfin d'un dédale d'arbres et de racines, se retrouva en terrain complètement découvert et son regard fut attiré par des lueurs en contrebas. Ce faisant, elle ne prit pas garde et glissa le long d'une longue pente caillouteuse. Sur ses talons, la Phyllali sautait avec agilité sur des rochers, faisai quelques foulées de galop, un saut, le temps de retrouver où tomber sur ses quatre pattes.

À bout nerveusement, de fatigue, Anthere toucha enfin le sol, de plein fouet d'ailleurs. Elle retrouva ses esprits en entendant son Pokémon (Phyllali ?) et lui assura aller bien. Mais à la voir, on aurait dit qu'Anthere s'était mise en travers de la route d'un troupeau de Tauros. Tant bien que mal, le corps endolorit, elle fit circuler de l'eau entre se doigts pour au moins essayer de se nettoyer un peu, histoire de ne pas complètement ressembler à un épouvantail en arrivant auprès de son instructeur. Enfin, si elle y arrivait… Et si jamais il n'y avait personne ? Et si elle n'arrivait jamais ? Elle préférait penser être perdue, plutôt que d'arriver alors que tout le monde était déjà repartit !

Mais Akasie attira son attention, elle avait retrouvé les lueurs dansantes. Elles n'étaient pas bien loin de là où avait chuté Anthere, qui avait certainement emprunté le raccourcit le plus efficace ! En arrivant sur les lieux du rendez-vous, bien qu'elle l'ignorait, Anthere ne se sentit pas à l'aise… Est-ce qu'il y avait quelqu'un, quelque chose ? Où étaient les lueurs ? À vrai dire, elle commençait à prendre peur, toute seule dans le noir dans un endroit pareil… Il faisait noir et Anthere ne voyait, ni n'entendait personne. Elle ne percevait pas non plus la présence, toujours traitresse, des émotions humaines.

« Ouhou ? Est-ce qu'il y a quelqu'un ? » Demanda t-elle d'une voix bien moins assurée qu'elle l'aurait voulu. « Ouhou ? Excusez-moi, mais je cherche mon instructeur et je… »

Mais sa voix mourut dans la nuit noire. Elle avait galéré un peu plus d'une heure dans le noir, mais elle avait déjà perdu la notion du temps.



[*bruit de pavé* Voilà ! Pour résumer, je dirais que le temps de recevoir sa lettre, de faire demi-tour, d'être à Seian, puis de prendre le transport jusqu'à la Ville Lunaire et de se rendre sur le lieu des lueurs, j'estime qu'Anthere a mis environ trois semaines ^^ Comme il fait noir et qu'elle n'est pas trop douée, elle n'a vu personne. X)
Sinon pour les détails, c'est Abby qui lui a « obtenu » cette épreuve « parce qu'elle est trop molle » xD, Anthere est aussi empathe, don qui est lié à son pouvoir de l'eau ; ils fonctionnent ensemble. Après, je ne ferais pas intervenir ses autres pouvoirs mentaux.

J'espère que ça convient ^^]

_________________

   
   
   


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1452

Fiche de personnage
Points: 60
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par Juliette Sevaltico le Ven 26 Juin 2015 - 0:02

Juliette foula enfin le sol de la ville lunaire. La jeune femme observait attentivement chaque bâtisse, chaque rue, chaque temple qui s’y trouvait. Elle avait un jour d’avance et cela l’arrangeait bien. Chaque jour d’avance était un jour de préparation supplémentaire mais également un jour de repos. Il lui faudrait des forces pour être en mesure d’affronter l’épreuve du lendemain. Juliette avait rêvé de ce moment depuis si longtemps, qu’elle eut de la difficulté à croire en l’authenticité de la missive qui lui avait été livrée. C’était il y’a de ça un peu moins d’un mois.

-

La défenseur à en devenir avait reçu un parchemin alors qu’elle séjournait depuis quelques jours à Arkan. Après avoir quitté les piémonts pluvieux, c’était vers la capitale que mademoiselle Sevaltico s’était dirigée. Elle dut se familiariser à nouveau avec la foule et le bruit qui allait avec. Elle s’était retirée du monde volontairement, et cette réinsertion promettait d’être délicate. Elle avait loué une chambre dans une petite auberge et n’en sortait que pour prendre ses repas. La jeune femme changeait et cette réalité l’effrayait. Elle ne voulait pas devenir ermite, mais c’est juste qu’elle se sentait mieux seule.

Alors que la jeune femme méditait au centre de la chambre qu’elle louait, le propriétaire toqua à la porte. Juliette eut à peine le temps de se lever que l’homme entrait dans sa chambre, les mains sales et poussiéreuses.

« Ma p’tite, je sais pas ce que t’as fait comme connerie mais un soldat est venu à la tanière y’a d’ça 10 minutes ! Il voulait absolument te remettre un document avec le sceau de l’armée mais comme t’avais demandé à ne pas être dérangée, j’l’ai renvoyé chez lui, ah ah ah! Il m’a quand même dit que ton document attendrait à l’accueil du centre militaire d’Arkan, à toi de voir si tu veux aller le chercher ! »

Juliette n’en revenait pas. Ce rustre se permettait d’interrompre sa méditation mais n’avait pas eu l’intelligence de réceptionner le message ? La jeune femme roula des yeux avant d’enfiler son manteau fétiche, ses bottes, de vérifier sa coupe de cheveux et d’ajuster le corset de sa robe. Si elle devait se rendre à la réception d’une institution militaire, autant qu’elle soit irréprochable.

Elle sourit à l’image que Juliette reflétait dans le miroir et quitta sa chambre. Elle traversa rapidement les bas quartiers de la capitale du royaume, ne voulant pas être abordée par qui que ce soit, et se rendit alors à la base militaire. Ce batiment était d’une taille colossale, d’un gris brut, le sceau de Mizuhan gravé à même la pierre au dessus de la porte principale. La Mizuhanienne était si petite comparée à cete énorme construction. Des gardes étaient postés de chaque côté de la porte principale mais étrangement, aucun des deux ne dirent un mot quand Juliette passa devant eux, entrant alors sans difficulté dans une pièce très vaste. Les tons blancs et bleus roi contrastaient énormément avec l’extérieur bien plus brut.

L’élémentale balaya la pièce du regard quand elle repéra une inscription « courriers » posée sur un table à laquelle était assise une dame d’un certain âge, grisonnante et aux traits durs. Tirant légèrement sur ses longues manches, comme pour se donner du courage, la blonde avança jusqu’à la sexagénaire et lui expliqua qu’un courrier l’attendait ici.

« Votre nom ? » demanda la vieille secrétaire.

« Juliette Sevaltico. » répondit la jeune femme.

L’employée feuilleta rapidement les quelques lettres qui se trouvaient sur son bureau avant de trouver celle correspondant au nom que l’élémentale lui avait donné une minute auparavant. L’ainée tendit alors la missive à la plus jeune, lui souhaitant bonne chance et lui adressant ses félicitations. Juliette dut s’asseoir quand elle lit le contenu du message qui lui était adressé. L’armée de Mizuhan avait bien reçu la candidature qu’elle lui avait adressée quelques mois auparavant. La puissance militaire lui accordait l’occasion de faire ses preuves en tant que défenseur élémentale, en mettant à sa disposition un maître, un examinateur qui la jugera digne ou non d’intégrer les rangs Mizuhanniens.

La jeune femme eut du mal à y croire tellement cela lui paraissait improbable. Elle avait perdu tout espoir de recevoir une réponse à la lettre qu’elle avait envoyé après son départ de Fla’Or, après avoir quitté le colonnel Wang. C’est d’un pas léger que la jeune femme se dirigea vers son auberge, flottant sur un petit nuage. Le lieu de l’épreuve était fixé aux monts étoilés, à l’extrême ouest de Terros. Elle n’avait alors pas de temps à perdre.

Une fois arrivée dans sa chambre, la jeune femme se déchaussa et fit appeler la femme de l’aubergiste, lui demandant de se renseigner sur les différents moyens de transports qu’offraient la capitale. Traverser le royaume de l’eau ainsi que le pays de la terre lui prendrait trop de temps pour envisager de se rendre à son épreuve par ses propres moyens.

Alors que la jeune bourgeoise annonçait la grande nouvelle à ses Pokémon, la femme de l’aubergiste revint, un sourire pincé entre ses lèvres fines et gercées. Elle lui annonça qu’un éleveur de Dodrio permettait aux voyageurs d’utiliser certains de ses spécimens pour faire la correspondance entre son élevage et celui de son frère, qui se trouve au niveau de l’auberge du dragon bleu. Juliette sourit en entendant parler de ce lieu qu’elle aimait particulièrement. Elle congédia la propriétaire et fit ses bagages rapidement. La jeune femme n’étant pas du genre à s’éparpiller, ce fut vite fait.

Elle paya alors l’aubergiste et quitta la chambre d’hôte sans aucun regret. Comment regretter quelque chose quand on s’apprêtait à vivre ce que la jeune femme allait vivre dans un mois ? Juliette se le demandait bien. Arrivant à bon port, Juliette loua un Dodrio et se mit en route rapidement vers l’élevage fraternel. Elle ne se montra volubile ni avec le dresseur de l’oiseau, ni même avec les enfants de ce dernier qui s’enquéraient de la destination de la demoiselle. La maîtresse de l’eau n’avait pas la tête aux politesses inutiles, celles que les gens entendent sans vraiment écouter.

Le voyage en Dodrio ne fut pas si horrible que ce à quoi la jeune femme s’attendait. La selle dont le Dodrio était équipé amortissait les chocs et les rênes qu’elle tenait fermement en main l’empêchaient de vaciller. C’est à fin de la deuxième journée que l’autruche se enfin mit à ralentir (hormis pour dormir, bien évidemment). Les terres se situant entre Arkan et l’auberge du dragon bleu étaient pour la plupart inexploitées, désertes, ce qui arrangeait à chaque fois la jeune femme qui en profitait pour accélerer la course de sa monture. La vitesse de croisière de cette espèce si particulière avoisinait les soixante kilomètres heure, ce qui lui permit de relier ses deux destinations en deux jours, plutôt qu’en une vingtaine.

L’élémentale glissa quelques pièces en guise de pourboire dans une petite bourse que la tête blasée de l’oiseau avait autour du cou. L’oiseau, une fois la cliente posée au sol, détala en sens inverse, se dépéchant pour rentrer chez lui, libéré de ce poids qui l’incomodait. Quand elle pénétra dans l’auberge du dragon bleu, ce fut un véritable flash back qui se déroula devant ses yeux. Rien n’avait changé. Elle se revoyait, virevoltant entre les tables, un plateau à la main, toujours le mot gentil au bout des lèvres. Elle se revoyait aussi occupée de partager un délicieux repas avec Timothy, ce marchand unique à qui elle n’avait pas eu l’occasion de dire au revoir. La jeune femme fut tirée de ses souvenirs par Max, le barman pour qui elle avait travaillé autrefois!

«  Ça alors, Juliette ! Si je m’attendais à te revoir ! Quel bon vent t’amène de nouveau par chez nous ? »

« Bonsoir Max, moi aussi je suis contente de te revoir. C’est dingue comme rien n’a changé ici. » dit la blonde, un léger sourire à la commissure des lèvres. « L’auberge était sur mon chemin, j’ai décidé d’y passer une nuit, comme au bon vieux temps ! Je dois me rendre à l’île de la demi-lune. Oui je sais, ça fait loin, mais on m’a raconté qu’un éleveur de Nostenfer habitait près d’ici et que ces bêtes là pouvaient nous transporter partout dans le monde dans un temps record. »

« Oui, je vois de qui tu parles. Un type un peu étrange, mais sympathique. Il vient de temps en temps boire un verre avec son Nostenfer principal. Je t’indiquerai la route plus en détails demain, mais pour l’instant, je t’offre un verre ? J’ai une chambre de libre pour ce soir, tiens, je t’en donne la clé, en souvenir de ton travail ici. »

Juliette but d’une traite sa boisson sucrée aromatisée à la baie Tronci et dévora quelques tranches de pain avant de monter se coucher, remerciant une énième fois Max de sa générosité. La Mizuhanienne tomba endormie comme une masse, sans même sentir le sommeil la happer, rêvant à ses futures prouesses. Le lendemain matin, comme prévu, son ancien patron l’emmena chez l’éleveur de Nostenfer, négociant pour son ex-employée un prix réduit avec le client qu’il connaissait bien.

La Nostenfer louée s’apellait Penny et allait devenir la compagne de voyage de Juliette. Bien plus grande qu’un Nostenfer classique, Penny permettait à une humaine de taille moyenne de voyager sur son dos sans difficultés. L’envergure de ses ailes atteignait facilement les quatre mètres ! Et si le voyage en Dodrio s’était mieux passé que prévu, celui à dos de Nostefer fut horrible pour la jeune femme. Cette dernière se découvrit une peur du vide prenante, l’obligeant à faire de nombreuses escales.
Le voyage jusqu’à Palma prit près de trois semaines, trois longues semaines pendant lesquelles Juliette haït l’armée de lui avoir donné rendez-vous si loin de Mizuhan. L’élémentale était vaccinée de la hauteur et se promit de ne plus jamais utilisé de tels moyens de transport. Par la suite, Juliette se rassurait en se disant qu’à partir d’ici, plus aucun vol ne sera nécessaire, un bateau faisant la transition entre le continent et le territoire insulaire. Elle dut attendre le lendemain matin pour pouvoir embarquer sur le bateau en bois qu’on appelait l’insubmersible. La navire avançait à l’aide de maîtres de l’eau et de l’air qui, respectivement, grâce à leur maîtrise, donnait de la vitesse à l’embarcation et une direction en soufflant dans les voiles.

La traversée fut relativement courte, deux jours à peine. La nuit que Juliette passa à bord du navire fut elle aussi très courte, cette dernière ne supportant pas les vacillements du bateau. Décidemment, cette traversée aurait été un véritable calvaire pour la jeune femme mais c’était aujourd’hui qu’elle se terminait, car elle arrivait enfin à la ville lunaire.

Cette ville avait quelque chose de magique, d’apaisant et de romantique. De nombreux couples se baladaient, main dans la main. Beaucoup de parents se promenaient avec leurs enfants également. La température était agréable, les ruelles calmes pour une fin d’après-midi. Juliette soupira d’aise, elle allait vraiment bien se sentir ici. En tournant sur elle-même, la Mizuhanienne aperçut le lieu de son épreuve au loin. Le mont des étoiles se dressait en face d’elle, fier et impressionnant. Le sommet de la montagne allait chatouiller les nuages. Juliette eut bien du mal à estimer combien de temps lui serait nécessaire pour atteindre le pic. La maîtresse élémentale apostropha un jeune homme d’une quinzaine d’années :

« Bonsoir ! Dis moi, tu sais combien de temps il faut pour arriver au sommet du mont étoilé ? »

« Euh… Je sais pas vraiment… » bégaya l’adolescent, apparemment intimidée Juliette « Un peu moins  d’une journée, je crois… ll faut être folle pour s’y aventurer… Fin j’dis pas que vous êtes folle hein ! Mais c’est dangeureux pour une fille comme vous. »

L’élémentale lâcha un rire bref quand elle entendit la dernière phrase. Une fille comme elle, qu’est ce que ça veut bien vouloir dire ? Elle parait si faible que ça ? Juliette ne s’en formalisa pas plus que ça et remercia le jeune homme. Elle hésita quelques instants, se mettre en route tout de suite ou profiter d’une dernière nuit dans un endroit douillé avant l’épreuve qu’elle allait affronter ? Elle opta pour la seconde décision. La jeune femme trouva un hôtel bon marché, régla la note pour la nuit et monta se coucher.

La maîtresse de l’eau libéra ses deux Pokémon, se déshabilla et se glissa en sous-vêtements entre les draps. Goupix et Ramoloss montèrent rejoindre leur dresseuse.

« Demain sera une grande journée. Je n’aurai pas besoin de vous puisque cette épreuve est la mienne mais vous savoir à mes côtés me rassurera. Heureusement que vous êtes là. On a tellement évolué depuis nos débuts tous ensemble, je sens que l’épreuve de demain ne fera qu’officialiser tout ça. Dormons à présent, il nous faudra être en forme pour demain. »

Et c’est sur ces paroles que Juliette plongea dans le sommeil et rêva une nouvelle fois de la femme forte qu’elle voulait devenir. La seule différence étant que la première étape de son changement se déroulerait le lendemain. La belle blonde se réveilla à l’aube, les yeux encore gonflés par le sommeil, les traits marqués par la fatigue. Juliette se doucha rapidement et troqua sa robe de style victorien contre un pull et un short en lin beige. Cette tenue serait certainement plus adaptée à ce qu’elle devrait accomplir.

La jeune femme traversa alors la ville lunaire et s’engagea dans un sentier dégagé, commençant son ascension des monts étoilés. Son escalade lui prit toute la journée, et malgré le temps dégagé, l’obscurité régnait sans partage sur ses monts. Juliette utilisa alors Goupix comme éclaireur, ce dernier gardait toujours une petite flamme en vie face à lui. La journée passa sans que Juliette s’en aperçoive. Cette dernière ne s’en rendit compte qu’une fois arrivée au sommet, où elle découvrit que le soleil avait fini sa course quotidienne.

Peu d’étoiles étaient présentes sur la voute céleste ce qui annonçait que la nuit ne devait pas être tombée depuis longtemps. Juliette soupira de soulagement, elle était presque arrivée au point de rendez-vous, et elle n’était pas en retard. D’ailleurs, où était-il, ce lieu de rendez-vous ? Juliette fit volte face et chercha une caractéristique, quelque chose qui lui mettrait la puce à l’oreille. Et c’est quand elle commença à perdre espoir qu’elle aperçut des petites étincelles de couleurs étranges. Ces lumières n’étaient pas jaune comme les queues de Lumivole ou Muciole, mais variaient, passant du vert au bleu en passant par l’orange. La maîtresse élémentale en était sûre, son examinateur l’attendait à cet endroit.

Traversant la distance qui la séparait des signaux à toute vitesse, Juliette déboula sur un plateau où se trouvait un homme assis en tailleur, dont la chevelure blanche contrastait avec les vêtements kakis. S’adressant alors à l’homme qui, elle en était sûr, était son examinateur, Juliette dit :

« Je suis Juliette Sevaltico, je vous ai enfin trouvé. »

Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer.

[HRP: *jette un autre pavé* y'a pas grand chose à redire mis à part que j'suis content de moi /paf/ Juliette est arrivée peu de temps après que Masento se soit installé, elle s'est repérée grâce aux lumières de Votali. Comme Anthère, si questions/remarques à faire, mes MP sont ouverts! (de préférence sous Hugo, je les verrai plus rapidement)]

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 53
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par PNJ le Sam 11 Juil 2015 - 12:52

Calme et patient Masento continuait à noter les emplacements des étoiles, ses acolyte continuant leur spectacle de pyromanie. Il eut un regard intrigué par des bruits lointain qu'il perçu plus loin puis repris son impassibilité alors que les jeunes gens convoqués semblaient prendre leur temps. Enfin le temps, ce n'est qu'une notion abstraite pour lui, seul la vie compte réellement. Et celle de ceux qu'il doit évaluer aussi. Enfin presque après tout s'ils ne sont même pas capable de trouver un être vivant, comment pourraient ils protéger d'autres êtres vivants ? Question simple et réponse tout aussi simple. Pour lui, ne pas savoir se protéger soi même est une élimination d'office. Cependant il n'est pas non plus sans cœur. Aussi quand la jeune fille se présenta, il vérifia juste le prénom et le nom sur la plaquette et se leva. D'un signe de tête il envoya l’araignée inspecter les bruits étranges perçus plus tôt.  

La Mygavolt soupira et rapidement disparue dans les fourrés. Elle savait que la renarde était plus rapide qu'elle mais niveau agilité et détection d'être vivant ses sens à elle étaient plus développés. Aussi elle s'avança vers ce qu'elle sentait d'humain dans la forêt en utilisant ses toiles en guise de lianes pour aller plus vite. Elle parvint devant un duo qui vut l'état semblait avoir déjà rencontrer quelque difficulté avant même que l'épreuve ne commence. Elle s'approcha et resta immobile un instant avant de baisser la tête pour saluer. Son comportement avait du montrer qu'elle n'était pas sauvage et elle rayonna lentement pour éclairer l'endroit. Ce n'était pas si loin de l'examinateur que cela, mais c'était pour autant pas près de lui. Elle sautilla lentement sur place et avança un peu avant de faire le même manège jusqu'à déclencher une réaction de suivit chez la jeune fille. La ramener à son dresseur était sa mission, elle cliqueta légèrement des mandibules en se disant que ce n'était ni la première ni la dernière fois qu'elle partirait à al recherche des postulants égarés. Enfin tant que son maitre s'amuserait à trouver les pires endroits pour faire passer ses épreuves, elle aurait à le refaire de nombreuses fois. Elle arriva dans la clairière où la renarde ne jeta même pas un regard aux nouveaux arrivant la petite araignée allant se placer vers son dresseur et attendit les nouveaux ordres.

C'était probablement l'autre postulant qui s'était perdu malgré les lumières, enfin, peut être que la personne réussira le reste de l'épreuve, pour le moment une seule sur les deux avait le premier point requis de trouver l'examinateur. Quand la petite forme électrique revint avec sa lumière au maximum éclairée il comprit qu'elle avait réussit à trouver l'autre jeune fille et à l'amener. Bien, il ne restait plus qu'à lancer la deuxième partie d'épreuve. Le maitre rangea ses divers outils qu'il avait sortit et se tourna vers les jeunes filles en frappant dans ses mains.

Bonsoir Selvatico, et vous devez être Osarian ? Je suis Masento et je suis votre examinateur. Ne perdons plus de temps, et commençons si vous êtes prêtes.

Il frappa dans ses mains et ses deux Pokemon se placèrent à chaque extrémité de la clairière.

Si vous savez déjà ce qu'un défenseur doit faire cette explication n'est pas nécessaire. Toutefois, au cas où vous viendriez sans même savoir dans quoi vous vous lancez, voici quelques instructions. Un défenseur n'est pas seulement une personne qui se consacre aux autres, c'est également un état d'esprit. Une volonté profonde de donner sans attendre de recevoir, et de sauver tout ce qui peut l'être.

Autour des Pokémon, deux sphères de métal se mirent à luire et se referma sur eux. Les interstices dans lesquels on voyait leur lumière briller donnait le temps qu'il restait aux deux jeunes filles pour tirer les Pokémon de leur prison de métal. Masento quand à lui se rassit et se concentra longuement, grossissant lentement les anneaux pour enfermer les deux créatures qui lui faisait confiance dans un cercueil d'acier. Il ne mettrait jamais la vie des autres en danger, mais tenait à voir quel tactiques emploieraient les deux postulants pour sortir du piège les deux animaux. Jouant le jeu, Spider et Tali se mirent à pousser des cris déchirants autant destinés à pousser les personnes à les secourir qu'à distraire leur concentration.

--------------------------------

Bien vous l'aurez compris, les deux Pokémon sont en danger, les pièges de métal ressemblent à cela et sont autant fermées au dessus qu'en dessous. La lumière émise par les Pokémon est une indication, les trous se rebouchent lentement tous en même temps. Vous disposez de deux posts pour les libérer (j'interviendrais bien entendu à mon tour mais c'est une indication pour vous donner le temps de monter une stratégie en duo si vous le désirez). Masento est en mode "méditation", l'attaquer lui n'est pas une bonne idée (mais vous pouvez toujours vous y risquez (je vous aurais cependant prévenu). Le Voltali est sur la droite de la clairière, son compagnon à son opposé, une distance d'environ 20 mètres les séparent.
En cas de question, mp moi sous Dark.

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1070

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par Anthere Osarian le Dim 12 Juil 2015 - 19:08

[Juliette et moi avons monté notre plan d'attaque ensemble ^^]


Anthere cherchait, elle avait bien vu les lumières pourtant… Son pouvoir ne lui avait jamais permis de pister des gens, ce qui était bien dommage, car un tel talent l'aurait forcément aidée à ne plus se perdre partout où elle allait. Mais il faisait si noir aussi et Ourasi qu'elle ne pouvait plus sortir. Les lumières venaient du coin, elle en était sûre. La Phyllali se fiait à son flair et remarqua rapidement la véritable piste olfactive que les autres avaient laissé. Anthere n'avait pas besoin de faire l'effort de trouver les gens pour les sauver, les ennuis venaient très bien tout seuls jusqu'à elle et de toute façon, Abby aurait dû la prévenir et elle aurait fait l'effort d'apprendre à se repérer ! Anthere poussa une exclamation entre le soupir et le grognement. En réalité la Mygavolt n'eut guère de chemin à faire, car Anthere se trouvait à seulement quelques mètres de là. La Phyllali repéra tout de suite l'araignée et reconnut le Pokémon apprivoisé, elle s'approcha d'Anthere et posa une patte sur sa jambe. La jeune file tourna la tête et vit à son tour l'araignée. Anthere n'y trouva absolument rien de bizarre, une araignée dans une forêt, il n'y avait rien de plus normal, mais l'insistance de la Phyllali lui fit comprendre. Ce devait être un des Pokémon de son instructeur… Et finalement, Anthere se trouvait juste à côté, mais il faisait si noir que les deux personnes qu'elle voyait à présent étaient passées inaperçues. Mais elle était arrivée et c'était le principal.

La jeune femme s’approcha, se pris les pieds dans une racine dissimulées et s’étala dans un nuage de poussière, confirmant par la même occasion que le bruit semblable qui s’était produit quelques minutes auparavant, venaient bien d’elle. Anthere se releva et s’épousseta, tout sourire. Elle n’était pas toujours adroite, mais ne s’en vexait pas le moins du monde. Maintenant qu'elle était là, Anthere vit son instructeur ranger divers outils étranges et elle jeta un regard vers l'autre fille qui se trouvait là. Elle se demanda s'ils devaient encore attendre d'autres élèves, mais les explications qui suivirent lui confirmèrent que non. Elle salua la jeune fille et son instructeur. À vrai dire, Anthere espérait vraiment que ça se passerait bien, elle eut l'horrible impression de retourner à l'école, elle détestait les épreuves… Elle n'avait jamais été bonne élève… Cette idée l'angoissait. Les premières paroles de l'instructeur, de Masento, lui firent peur, elle n'avait absolument aucune idée de ce qu'était censé être un défenseur ! Pourquoi donc Abby avait-elle cru bon de l'envoyer ici ? Pourtant, la suite de l'explication aurait dû lui mettre la puce à l'oreille. Mais sa modestie ne lui fit pas comprendre qu'elle entrait exactement dans la description du Défenseur. Anthere aimait rendre service et s'occuper des autres, humains ou Pokémon, sans se soucier de sa propre personne. Ainsi, elle se mettait souvent en arrière-plan et elle ne demandait rien d‘autre, ça lui faisait plaisir…

Les deux Pokémon de Masento allèrent se placer dans la clairière, Anthere demandait ce qu'il pourrait bien leur demander… Mais comme il ne parlait plus, elle en profita pour chuchoter à sa camarade, façon élève dissidente :

« Salut, Je m'appelle Anthere ! »

Elle se tut aussitôt, ne voulant pas se faire prendre pour bavardage, même si elle n'avait plus douze ans depuis pas mal d'année et qu'ils n'étaient pas en classe. Même si, on aurait dit ! L'exercice n'était pas compliqué en soi, après quelques instants, deux sphères brillèrent autour des Pokémon pour les emprisonner et cela commençait à peine que certains interstices disparaissaient déjà ! Anthere sentit vibrer sa ceinture et comme à son habitude, Khan sortit pour se poser, ou plutôt apparaître, sur un rocher. Les yeux grands ouverts, statique, Anthere eut du mal à deviner ce qui l'avait poussé à sortir… Mais elle n'avait pas le temps de s'occuper de lui. Il n'y eut pas d'explication supplémentaire et la jeune femme n'en eut pas besoin, c'était même plutôt évident, elles devaient sortir les Pokémon de ce piège. Mais bientôt, les deux Pokémon se mirent à pousser des cris à fendre l'âme. Anthere amorça un geste : elle aurait voulu se jeter contre la cage pour en sortir les Pokémon, mais se souvenait être en épreuve, par ailleurs, elle connaissait très bien son don, d'Empathie et la surprise avait stoppé son geste. Si les deux Pokémon avaient réellement peur ou souffraient vraiment, elle l'aurait sentit. Mais… Mais un coup d'œil hésitant vers Khan lui fit comprendre. Elle n'était sans doute pas censée utiliser autre chose que le don de l'eau pour cette épreuve. C'est pour ça qu'il était sortit, pour bloquer ses autres pouvoirs… Elle n'avait donc aucun moyen de savoir si ces cris étaient vrais ou pas, mais de toute façon ça n'avait pas d'importance, il fallait les sortir de là (et elle doutait un peu qu'il fasse souffrir ses Pokémon juste pour une épreuve !).

Anthere se rapprocha de Juliette et les deux filles se concertèrent. Plus d'une fois Anthere avait eu la preuve que l'union faisait la force et puisque Masento ne le leur avait pas interdit, elle lui proposa de mettre leurs efforts en commun. Et peut-être qu'une association d'idées ferait naître une idée brillante pour sortir les Pokémon de là ! Anthere regarda tour à tour le Voltali et le Mygavolt. Malgré le danger imminent pour les Pokémon, Anthere gardait son sang froid, la situation était quand même moins dangereuse que ce qu'elle avait connu il y avait de cela quelques temps et mieux valait un plan bien établit que partir précipitamment. Elles ne devaient pas confondre vitesse et précipitation.

« Oui, je suis sûre qu'on a de bonnes chances. » Dit finalement Anthere, après quelques instants de concertation.

Mais ça ne serait pas facile, parce qu'elles devraient s'occuper de deux Pokémon… Était-elle sûre de réussir ? Anthere doutait un peu de ses capacités, mais d'un autre côté, Abigaïl avait confiance en elle et si elle avait été reçue… Elle devait absolument chasser ces pensées parasites. La Mizuhanaise se mit en mouvement et se rapprocha des deux Pokémon, elle ferma les yeux et commença à se concentrer. Elle l'avait déjà fait une fois, elle pouvait recommencer. Même si cette fois, elle n'appliquerait pas sa magie sur elle, mais sur les deux Pokémon. Captant l'eau dans le sol, dans l'air, des gouttelettes commencèrent à se former à l'intérieur de la cage de fer. Une idée précise en tête, les deux mains tendues, une vers chaque Pokémon, Anthere forma une bulle creuse qui entoura les Pokémon, cette bulle n'était formée que d'eau, mais seulement sur les « parois », un peu comme une bulle de savon, il y avait de l'oxygène à l'intérieur, le Voltali et le Mygavolt ne risquaient donc pas de se noyer, mais l'exercice était plus compliqué que ce qu'elle avait l'habitude de faire. Les Bulles de Faraday prirent une forme satisfaisante, protégeant complètement les Pokémon. Anthere attendit un moment pour stabiliser son œuvre, c'était compliqué de travailler sur deux cibles à la fois.

[J'espère que ça va ! ^^]

_________________

   
   
   


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1452

Fiche de personnage
Points: 60
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par Juliette Sevaltico le Mer 15 Juil 2015 - 12:58

Juliette trépignait d’impatience, tandis que Masento relevait à peine sa présence. Visiblement, ce détachement annonçait qu’une autre personne était attendue. La jeune femme angoissait un peu à l’idée de partager son épreuve, la coordination avec une autre personne n’avait jamais été son fort. Juliette caressait du bout des doigts ses Pokéball qu'elle gardait attaché à sa taille. Une douce chaleur rassurante s'échappait de la sphère qui contenait sa renarde tandis que des ondes apaisantes semblaient provenir de son Pokémon psychique. Elle fut tirée de ses pensées par l’entrée quelque peu fracassante que venait de faire l’autre élève de Masento. L’héritière Sevaltico jaugea alors du regard sa collègue d’un soir. Bizarrement, elle se sentit comme rassurée quand elle se rendit compte que l’élève était une fille, comme elle. Peut-être que la voie de la défense était plus communément choisie par la gente féminine ? Quoi qu’il en soit, Juliette scruta furtivement Anthère du regard. La jeune femme, brune, était plus petite que Juliette. Elle semblait avoir le même âge et être une dresseuse accomplie.

« Salut, moi c’est Juliette ! » lâcha-t-elle à mi mots à Anthère.

Toutes les deux semblaient un peu paniquées à l’idée de passer l’épreuve et la pression que ressentait Juliette ne cessa de s’accroître avec le discours du maître. Avait-elle l’état d’esprit d’un défenseur élémental ? Sur ce sujet-là, Juliette n’avait aucun doute. En avait-elle les capacités ? Elle le découvrirait bien assez vite. C’est ainsi que Masento enchaîna directement en enfermant ses deux Pokémon dans deux cages de métal distinctes. Les interstices qui recouvraient l’ensemble des pièges commençaient déjà à se rétrécir, les deux jeunes femmes n’avaient pas beaucoup de temps.

Juliette commença à réfléchir à un plan d’action quand les deux Pokémon captifs commencèrent à lâcher des petits cris, des feulements déchirants. Ces gémissements empêchaient la jeune Mizuhanienne de réfléchir de manière rationnelle. Un fouet aquatique se formait alors instinctivement dans sa main, prêt à déchaîner sa force sur le métal de la cage. Cependant, Juliette se ressaisit, repensant à la situation dans laquelle elle se trouvait. Elle se retourna alors vers Anthère et les deux jeunes femmes observèrent l’environnement dans lequel elles passaient leur épreuve. Rapidement, elles mirent sur pied une tactique à suivre.

La demoiselle blonde observa alors la lieuse effectuer la première étape de leur plan. Les bulles d’oxygène que venaient de créer Anthère protègeraient les Pokémon pendant qu’elle-même effectuerait la seconde étape du plan. Une fois le travail de la brune stabilisé, Juliette sentit le sang tambouriner dans ses tempes. Les bruits devinrent sourds, les gémissements inaudibles et des picotements se firent ressentir à l’extrémité de ses doigts. Elle était prête, sa maîtrise élémental ne demandait qu’à surgir.
Juliette ferma les yeux tandis qu’elle se concentrait sur sa respiration. Elle laissa couler son chi sans aucun contrôle dans tout son corps. Elle ressentait chaque particule d’eau présente dans les airs, dans les environs. Puis après une légère course vers l’extrémité du plateau sur lequel ils se trouvaient tous, elle effectua un saut gracieux. Au moment où ses pieds touchèrent le sol, les bras de Juliette s’élevèrent dans les airs, passant au-dessus de la tête blonde de la Mizuhanienne.

Une colonne d’eau, puisée à même la mer bordant les monts des étoiles, s’éleva dans les airs, obéissant aux gestes de Juliette. Tout comme Anthère, Juliette avait compris qu’il lui fallait s’occuper des deux cages en même temps pour ne pas prendre le risque que de ne sauver qu’un Pokémon. Elle divisa alors l’eau qui avait répondu à son appel en deux masses aqueuses distinctes. L’une d’elle partit englober la cage de Tali pendant que l’autre englobait celle de Spider. Juliette rejoignit alors Anthère à égal distance entre les deux cages, tout en maintenant l’eau en place. La blonde siffla un encouragement à la brune qui gardait les Pokémon à l’abri de la noyade grâce à ses bulles.

Les mains de Juliette se crispaient tandis que son visage s’efforçait de rester neutre. Elle ne devait pas montrer la difficulté qu’elle ressentait à maintenir tant d’eau en lévitation, et surtout, elle ne devait pas craquer. Encore moins devant son professeur. Elle condensa encore davantage l’eau autour du métal. L’armature des cages n’était pas parfaitement lisse et l’eau tentait de s’infiltrer dans chaque interstice, même le plus minime qui soit. Mais le but de cette étape n’était pas de détruire la cage avec l’eau, non. Les jeunes filles avaient vu ça plus comme une étape de fragilisation. En effet, le sel marin et les différents oxydes présents en grand nombre dans l’eau de mer avaient bien d’autres vertus que les deux disciples comptaient utiliser intelligemment.

Juliette écarta les doigts tandis que l’eau se séparait en plus petites masses qui se dirigèrent à des endroits plus stratégiques, notamment aux différents angles de la cage. L’élémentale était incapable de savoir depuis combien de temps elle était occupée de maintenir l’eau à haute pression contre le métal de la cage. Dix minutes ? Vingt ? Voire une heure ? Après tout c’était possible, Juliette n’avait aucune connaissance en astronomie, elle ne pouvait donc pas déduire l’heure en fonction de la position des étoiles.

Toujours est-il que la réaction chimique tant attendue finit par arriver et des légères traces de rouille, à peine perceptible, commencèrent à apparaître sur le métal de la cage, trahissant le début d’une fragilisation des pièges. Juliette jeta un coup d’œil entendu à Anthère qui sembla comprendre que le travail de sa collègue venait de se terminer. D’un bond élégant, la jeune fille aux yeux vairons rejeta l’eau qui l’avait rejoint de là où elle venait. La troisième étape du plan pouvait alors débuter.

[HRP : J’espère que ça vous va à toutes les deux. Comme toujours, si vous avez une remarque à me faire, MP moi sous Hugo Smile]

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 53
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par PNJ le Jeu 30 Juil 2015 - 11:08

Si l’araignée avait une confiance aveugle dans son dresseur, celle qu'elle avait dans les postulant n'était pas forcément tout à fait égale. En effet, il était arrivée pas mal de fois que le maitre ait du intervenir mais jamais il n'avait échoué dans sa tâche à la protégée elle ou chacun de ses Pokémon. Quand elle vit l'eau s'infiltrer dans la cage, son premier reflex fut de la tapissée de toile et de grimper dedans pour éviter de se trouver en contact avec l'eau. L'électricité qu'elle générait aurait sans doute créé un soucis de plus pour les jeunes filles, et même si elle savait que son dresseur était attentif à toutes les formes de magie, elle préférait éviter d'avoir les pattes mouillées. Elle eut une petite pensée alors qu'elle se trouvait suspendue à l'envers sur sa toile entourée de la bulle d'eau pour la renarde qui allait peut être ( et comme à chaque fois ) péter les plombs. Elle observa l'action de l'eau sur les barreaux et sourit en se disant que son maître n'avait sans doute pas penser à cette solution, ce qui le rendrait grincheux et fier ce qu'il s'éfforcerait de camoufler. Cela allait être très drôle à observer sans aucuns doutes !

Si le Mygavolt subissait l'épreuve dans une relative confiance, il en était tout autre de la renarde qui de couinements faux passa de couinements réels quand l'eau arriva à ses pattes. Si la bulle lui procurait de l'espace elle la confinait un peu plus dans un élément qu'elle n'aimait pas du tout. Aussi après un long couinement plus aigus que les précédents elle paniqua et créa un éclair qui vint frapper sa cage d'acier. L’examinateur n'intervint pas, après tout les complications peuvent arriver dans toutes opérations de sauvetage, cependant il était prêt à intervenir si les jeunes filles face à la terreur de la renarde n'arrivait pas à la gérer. Il aurait pu très bien calmer le Pokémon qui savait que jamais il ne pourrait lui arriver quelque chose en sa présence. Cependant tout son esprit était diriger sur l'épreuve et la réactivité de ses élèves à anticiper et savoir se débrouiller en cas de soucis. Il repensa au sauvetage du bateau Mizyhanien de la semaine passée, dans lequel un Dinoclier avant subitement évolué sous la panique et que son dresseur était hors service. Cela avait été tout un drame de sauver tout le monde et surtout d'éviter de trop grosses avaries au vaisseau. Il regarda donc comment allait gérer les jeunes filles, se disant que la deuxième partie allait être tout aussi passionnante que la première. Il généra de l'acier autour des cages et l'éleva du sol comme des stalagmites, rendant l'approche physique des cages risquée. Et pour finir de corser l'histoire, il relia les deux cages entre elle par un tendon d'acier, se servant de l'électricité générée par la renarde pour électrifier l'ensemble.
----------------------------

Allez en route pour la deuxième partie, les cages sont fragilisées par la rouille, cependant l'action de la Voltali a rendu l'approche plus délicate. L'électricité est maintenant sur l'ensemble des deux pièges, et les nuages qui continuent de s'amonceler au dessus de la clairière laisse présager une attaque Tonnerre si vous ne les sortez pas vite de là.
(En passant bien joué pour la rouille je n'y avais pas penser bien que j'ai imaginer divers scénarios pour l'épreuve ! Wink )

En cas de besoin de présicion skype (sous la conversation de Nina comme ça je peux vous lire plus rapidement ) ou mp !! Bonne continuation d'épreuve !

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1070

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par Anthere Osarian le Jeu 30 Juil 2015 - 13:33

Le seul travail d'Anthere pendant cette phase du plan, serait de maintenir la bulle de protection, parfaitement ronde et assez grande pour que les deux Pokémon ne se sentent pas pris au piège. L es bulles de Faraday étaient grandes, frôlant presque les cages sur leurs côtés. Mais elle ne pouvait pas empêcher l'eau d'être de l'eau, aussi les Pokémon devraient prendre un peu sur eux pour le supporter. Une fois les deux bulles bien stables, elle tourna son visage vers Juliette et lui fit un signe de tête, elle pouvait y aller. Elle vit et sentit Juliette la rejoindre et la concentration se lisait sur son visage. Juliette appela la mer à leur secours, qui répondit à l'appel, puisque bientôt, la rouille commença à gagner les deux cages. Anthere sentit un vif sentiment de joie et dû faire des efforts supplémentaires pour garder son calme et stables les bulles.

Juliette lui rendait son regard, lui indiquant que la seconde phase, la plus délicate, allait commencer, quand les choses commencèrent à se corser. Comme en compétition, il y avait bien un moment où un problème délicat se posait. D'un côté, le Mygavolt se mit hors de portée de l'eau en tissant un simple fils de soie, mais de l'autre, le Voltali paniquait. Anthere fronça les sourcils. Était-ce feint, ou bien … ? Non elle ne croyait pas, elle avait déjà eu l'occasion de voir la vraie peur panique avec Ourasi, même si le renard de foudre n'était pas très loin, on lui voyait le blanc de l'œil. Derrière elle à l'écart, Khan ne bougeait pas, mais Akasie avait levé le museau et une patte. La renarde elle, savait, que le Voltali ne jouait pas la comédie. Elle avait eu dans sa famille son père, qui avait une peur panique du feu. Et que l'on avait forcé à évoluer en Pyroli… La renarde se sentait partagée, elle n'avait pas le droit d'intervenir, mais… À quelques pieds devant elle, Anthere réfléchissait à toute vitesse, si le Voltali se mettait à balancer des éclairs partout... Trop tard…

Au milieu des cris stridents, des éclairs éclatèrent et reliaient à présent les deux cages, totalement électrifiées. Il n'était plus question de les approcher, ce dont, ni Juliette, ni elle, n'avaient eu l'intention de faire. Pour combler le tout, l'instructeur, qui se révéla être un maître de la terre, mit les deux cages hors de portées. Par le sol, personne ne risquait rien, par contre, un roulement se fit entendre, qui attira l'attention d'Anthere. Aïe… Si le mauvais temps s'y mettait… Et en étant surélevée, mouillée, puis combinée avec un métal conducteur, il y avait toutes les chances que si un orage éclatait, ce serait droit sur les cages. Anthere le fit remarquer à Juliette. Elle ne devait pas paniquer, elle devait réfléchir et faire les choses dans le bon ordre. Tout d'abord, il fallait calmer Voltali, sans quoi, ses gesticulations allaient leur poser des problèmes. Malheureusement, le fil d'acier qui reliait les deux cages mettaient un peu à mal leur plan de départ.

Une chose après l'autre. Le Voltali faisait un boucan pas possible, mais il n'était pas non plus devenu complètement hystérique, ce qui était une bonne chose. Ce n'était pas de chance pour lui, il avait l'air d'avoir peur de l'eau et aucune des deux filles n'y pouvaient rien ! Cela dit, Anthere connaissait ce genre de situation ; quand elle avait attrapé Ourasi, il y avait de cela quelques années, il avait peur de la neige. Le problème avait été plus que délicat, puisqu'elle l'avait rencontré à Loukaï ! Il avait bien fallu apprendre au poney à ne plus avoir peur… Ce qu'elle avait plutôt bien réussi, car même si Ourasi n'était pas fan de la neige et gardait ses pieds au sec quand il pouvait, il ne bondissait plus en l'air comme un Kangourex à la vue du moindre flocon ! Il discutait un peu et faisait la mauvaise tête, mais ça s'arrêtait là. Et puis ces cris lui faisaient mal au cœur, alors Anthere n'y résista pas… Elle se mit à parler assez bas, prenant une voix grave et douce, la même qui n'avait jamais manqué de calmer Ourasi et chaque fois que c'était nécessaire, ses autres Pokémon. Elle fit descendre son énergie, incitant au calme le Voltali.

« Doucemeeent… Doucement… Fais-moi confiance… Tu ne crains rien. Ton maître ne me laisserait pas faire, s'il pensait que tu étais en danger. »

Elle prononçait tranquillement, des paroles très simples. Elle n'avait pas besoin de parler fort, l'ouïe du renard était assez fine pour l'entendre et elle devrait se taire pour entendre. De plus, l'argument qu'avançait Anthere était pertinent. Voltali avait confiance en son dresseur non ? Son dresseur qui n'était qu'à quelques mètres d'elles. La jeune fille espérait que ce rappel, ses paroles et le ton employé feraient leur office, mais elle l'avait compris, elles devaient agir au plus vite pour libérer le renard. C'est pourquoi, tout en gardant un œil sur le renard, Anthere passa à la suite du plan. La nouvelle difficulté se situait en trois points, la peur du renard, la surélévation des cages et le tendon qui les reliaient. Rien n'étant jamais parfait, elles allaient devoir s'en accommoder. Elle avisa son idée à Juliette tout en travaillant et écouta ses propres remarques sur les « derniers évènements ». Elle imagina lier les Bulles de Faraday à sa main gauche, ne cessant de maintenir leur stabilité, tandis que de la main droite, elle joua à nouveau avec son don.

« Ne t'en fais pas, tu ne risques rien… » Ajouta Anthere à l'adresse du Voltali.

Comme deux jumelles, deux bulles nouvelles se formèrent, autour des deux cages, ignorant superbement le tendon d'acier. Anthere voulu profiter des aspérités et de l'imperfection des éléments, somme toute naturelle, qui lui serait utile. Elle y glissa les molécules d'eau, qu'elle sentait vivre à travers elle, pour n'englober que les deux cages, ne s'encombrant d'une charge supplémentaire… Lentement, les deux bulles enfermèrent les deux cages. Ces bulles étaient de véritables balle d'eau, cette fois et non pas creuses, comme les Bulles de Faraday, dont la création prenaient maintenant tout leur sens. Et plus encore quand Anthere commença à refermer sa main droite. Réagissant comme une extension de sa volonté, les deux balles d'eau se mirent à exercer une pression sur les cages. D'abord, doucement –en pensant au Voltali-, puis, de plus en plus fort. C'était très simple en soi, la forte pression de l'eau devait mettre à mal les cages, là où elles avaient été fragilisées par la rouille. Juliette n'avait plus qu'à finir le travail. Anthere ne pouvait pas faire plus pour l'instant, car elle devait surtout maintenir ses deux bulles de protection, quoi qu'il arrive !



[Voilà ! Comme pour la première partie, nous avons vu le plan ensemble ^^ Comme je l'ai dit à Hugo, je ne vais pas plus loin, j'avais l'impression d'en faire trop… Du coup, il a toute ma permission pour faire agir Anthere pour la fin, selon ce qu'on a prévu ^^]

_________________

   
   
   


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1452

Fiche de personnage
Points: 60
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par Juliette Sevaltico le Sam 1 Aoû 2015 - 12:40

Juliette fut balayée par un vent de panique quand elle vit la réaction du renard de foudre. Les sautes d’humeur de la bête risquaient fortement de compliquer la tâche de deux examinées. Quand la Mizuhanienne observa l’électricité s’échapper des piquants de la bête, un frisson désagréable lui parcourut l’échine. De plus, les jeunes élémentales n’étaient définitivement pas aidées par maître Masento qui se contentait d’observer passivement le spectacle. Elle hallucina d’autant plus quand elle vit les stalagmites surgir du sol pour élever les cages de métal. Comment allait-elle réussir son épreuve, si Masento, qui était incontestablement un maître de la terre incroyable, ne cessait de mettre des bâtons de leurs roues ?

Les deux jeunes femmes durent se concerter rapidement pour déterminer la suite des évènements car à la vue de l’état d’esprit du renard à piques, les jeunes élémentales n’avaient que peu de temps devant elles. Anthère et Juliette décidèrent de finalement garder le plan initial tout en l’adaptant quelque peu. Quand la cavalière créa deux bulles extérieures, englobant les deux cages de métal. Juliette participa à la formation des balles d’eau pour les consolider au niveau du tendon d’acier qui les reliait afin qu’elles n’éclatent pas. La blonde, plutôt sereine à cet instant, suivait l’évolution du plan d’un œil attentif tandis que la brune se concentrait pour exercer une pression contre les cages d’acier, précédemment fragilisées.

Et le phénomène recherché finit par se produire : le métal s’effritait. Les jeunes femmes arrivaient enfin à bout de l’exercice. Les cages n’étaient plus un obstacle et la question qui se posait maintenant était de savoir comment ramener les Pokémon sains et saufs à leur dresseur. Les piques d’acier qui s’élevaient du sol risquaient d’empaler les Pokémon à la moindre erreur de la part des jeunes femmes. Cet exercice demandait une intense réflexion mais Juliette n’avait pas le temps de réfléchir. Si Voltali semblait s’être calmé suite aux paroles apaisantes d’Anthère, il pouvait recommencer à paniquer d’un moment à un autre, faisant voler le plan en éclats.

Juliette indiqua alors à sa collègue d’un soir qu’elle prenait les choses en main à partir de ce moment. La noble manipula l’eau que la lieuse avait utilisée pour former les bulles extérieures pour en former deux filets de maille aquatique.  Cette technique avait déjà porté ses fruits lors de l’attaque de Grahyena qu’elle repoussa aux Piémonts pluvieux. La jeune noble s’était alors perfectionné dans cette technique qui demandait une grande maîtrise de soi et de son élément. Suivant les indications de Juliette, les filets se mirent à enlacer les cages devenues friables, étreignant de toute leur force le métal. Puis d’un poing refermé, Juliette ordonna à son élément de détruire la création du maître de l’acier.

Son œil droit, son œil couleur rubis, se mit à luire soudainement au moment où l’eau détruit complètement la cage de Mygavolt, le métal tombait au sol dans un fracas pas possible. La cage de Votali offrit un peu plus de résistance. Cette différence de timing entre la destruction des deux armatures d’acier perturba la jeune femme qui lâcha rapidement :

« Anthère, je te laisse Voltali ! »

L’héritière Sevaltico concentra alors son énergie sur Mygavolt. Son filet de maille engloba instantanément la bulle du Mygavolt qui restait calme, comme à son habitude, posée dans sa toile. La future guérisseuse se concentra alors pour faire léviter la bulle, prise au piège dans le filet, auprès de Masento. Elle ne chercha pas à impressionnera son professeur, elle se contenta de juste faire léviter le filet à ras des piques. Juliette croisa pendant un court instant le regard de l’araignée électrique… Et aussi aberrant cela puisse-t-il paraître, la blonde crut apercevoir un hochement de tête de la bête. Juliette prit confiance en elle et déposa rapidement la sphère aquatique à la gauche de Masento. Elle dissipa le filet d’eau puis s’occupa de défaire la pellicule d’eau qu’Anthère avait formée au préalable. L’insecte électrique toucha alors à nouveau le sol, visiblement heureuse que l’exercice se soit terminé sans que son maître eut le besoin d’intervenir.

Juliette jeta un coup d’œil vers la cavalière qui, comme elle il y’a quelques instants, faisait léviter la bulle qui gardait prisonnière la Voltali à la droite de son dresseur. Elle brisa à son tour la bulle ce qui permit au fennec de retrouver son maître.

La première étape de l’épreuve venait de se terminer. Les étoiles étaient désormais innombrables sur le voute céleste, illuminant de leur douce lumière le mont homonyme. La nuit était noire, preuve qu’elle était bien avancée tandis que la lune d’argent conférait ses pouvoirs à ses filles et fils élémentals Une pointe de joie surgit chez Juliette, fière d’avoir sauvé les deux créatures électriques. Mais malgré une première réussite, Juliette restait sur ses gardes, attendant nerveusement le prochain défi de Masento.

[HRP: à la moindre remarque, n'hésitez pas Smile]

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 53
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par PNJ le Jeu 6 Aoû 2015 - 18:28

Il savait qu'elle allait poser problème, surtout face à un élément aquatique, et pourtant il savait qu'elle pouvait se contrôler. N'avait elle pas sauver la vie de ses camarades quand certains avaient perdus l'esprit et s'était jeter dans un fleuve ? Elle n'avait pas hésiter alors, et s'était jeter à l'eau, manquant de s'y noyer plusieurs fois. C'était donc autant une thérapie pour sa renarde qu'une épreuve de plus pour les jeunes femmes. Dans le feu de l'action, certaines personnes perdent complètement leurs moyens, et c'était cela en plus du stress de réussir qu'il fallait savoir gérer. Un coup d’œil à son araignée paisible et immobile et il se rassura, après tout elles semblaient avoir une idée derrière la tête et son travail était de simplement intervenir en cas d'incapacité. Ce qui n'était pas le cas. Les cages étaient sur le point de céder, la renarde les oreilles tournée vers la jeune fille qui lui parlait s'était apaisée suffisamment pour qu'on puisse l'extraire sans risque de sa prison. C'était une façon de faire auquel il n'avait pas penser il est vrai, mais il était très satisfait de voir que les jeunes filles avaient non seulement su faire face à une situation d'urgence mais également faire équipe. C'était essentiel lors de catastrophes d'importance, de parvenir à s'entendre même avec son pire ennemi pour sauver le plus de monde.

Il se redressa en craquant son dos et salua le retour de ses deux Pokémon, contentes chacune que leur rôle soit terminées. il leur caressa la tête et s'attarda un peu sur la renarde, essayant de la motiver à affronter encore sa peur, jusqu'à la dépasser, pour son propre bien et celui de l'équipe. il était fière d'elles, c'était des amies de longues date et jamais il ne les mettait réellement en danger, il avait toujours des trappes de terre prête à intervenir pour enfouir l'eau et la catalyser. Ce qui amenait d'ailleurs à la suite de l'épreuve. L'obscurité devint complète quand il les rappela toutes les deux avant que deux nouvelles sphères ne libèrent leurs occupants. L'éclairage devint presque agressif, quand un Reptincel et un  Chimpenfeu firent leur apparition. Si sauver des animaux électrique n'était pas facile, des détenteurs de feu allait être plus problématique. Sachant ce qu'on attendait d'eux, les deux nouveau arrivant se mirent aussitôt en action. Le singe se mit aussitôt à creuser en utilisant une attaque tunnel. rapidement l'obscurité revint dans la clairière et le silence aussi. Le maitre se tourna vers les jeunes filles et sourit tout en pointant le sol refermé.

Bien, la suite est simple, il y a un éboulement. Il leva les bras et un bruit sinistre retentit sous eux, le sol se crevassant et laissant de longues zébrures dans lesquels on pouvait soupçonner un tunnel en se penchant vraiment au bord du nouveau précipice. Et vous devez les sauver, sachant que le temps vous est compté ...

Il s'installa sur le rebord extrême de la fissure et de ses mains se mit à jaillir de l'eau, remplissant rapidement les rebords avant de s'infiltrer dans le sol dans les fragments duquel les Pokémon étaient piégés.


--------------------------------

Partie deux, en deux voire trois postes il faut que vous : localisiez les deux Pokémon, que vous les sortiez de leur piège de terre avant que l'eau ne les ais atteints et que l'humidité n'ait tarie leurs flammes. Rien de très compliqué, sauf qu'ils sont dans le sol, sans moyens de remonter, et que descendre ... N'est pas très conseiller vu l’effritement de la roche aux alentours !

Toujours en cas de question, mp Wink

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1070

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par Anthere Osarian le Ven 14 Aoû 2015 - 17:38

Pendant que Juliette s'occupa du Mygavolt, Anthere prit soin de faire descendre le pauvre Voltali en douceur. Elle ne manqua pas de regarder comment sa camarade s'y prit. Un filet d'eau. Anthere elle, avait préféré la sécurité en utilisant sa bulle dont elle avait réussi à concentrer suffisamment les molécules, les rendant stables pour quelques secondes, le temps de faire descendre le renard de foudre sur le sol. Ce résultat l'étonnait, obtenu avec tant de concentration, autant qu'il la ravissait. Finalement, sa petite bulle compacte devint plus molle et un petit « ploc » se fit entendre, la bulle venait d'éclater, comme une bulle de savon. Les deux Pokémon électrique s'en allèrent retrouver leur dresseur et sans avoir le temps de se remettre de leurs émotions, Masento les rappelait déjà pour l'exercice suivant !

Mais avant de dire quoi que ce soit, il laissa échapper deux Pokémon et rien qu'en les voyant, Anthere sentit venir la galère. Le doute commençait à l'envahir, des Pokémon de feu… Il n'y avait pas pire pour une épreuve, surtout ceux-là. Anthere n'était pas un dresseur modèle, mais elle savait déjà que quoi qu'il arrive, les flammes de ces deux Pokémon ne devraient pas s'éteindre, risquant de les tuer, purement, et simplement ! Le Reptincel et le Chimpenfeu disparurent sous terre et la jeune fille commença à craindre le pire… Terre, Feu, Eau. Le silence revint. Lorsque Masento reprit la parole, un bruit horrible se fit entendre là où, deux minutes plus tôt, deux tunnels naissaient. C'était pire que ce qu'elle aurait pu imaginer ! Leur instructeur confirma qu'il y avait un éboulement et qu'il fallait sauver les Pokémon. Ça, elle s'en serait douté… Pour couronner le tout, elle commença à se sentir dépasser, inquiète et pressée par le temps. Non, la vraie couronne sur la cerise, elle-même sur le gâteau, c'est que Masento semblait vouloir tout faire pour s'assurer que ses Pokémon ne survivraient pas !

Ce que ressentit Anthere, était confus, il fallait trouver une solution et vite, mais sa tête était vide, elle n'avait réellement aucune idée et l'idée inquiétante, presque de la panique, qui menaçait de la submergée, commençait à faire son chemin. Non ! Non, elle ne devait pas se laisser envahir par la panique ! Elle savait que son pouvoir était intimement lié à ses émotions. Quand elle paniquait ou qu'elle n'y croyait pas, elle était incapable d'utiliser ses pouvoirs… Anthere se rappelait très bien comment il était né. Cette sensation, indescriptible, qu'elle avait ressentit ce jour-là refit surface quelque part au niveau de son estomac. Ou quelque part dans cette région. Finalement, il s'était déjà passé plusieurs minutes pendant qu'elle se demandait quoi faire et doutant de ses propres capacités. Ou même, de leur existence. Elle se rapprocha de Juliette, afin de se concerter, une fois de plus. La nature de l'exercice et la réussite du précédent lui indiquait que l'entraide était une bonne chose.

Elle devait se forcer à réfléchir. Pour commencer, il se pouvait que seule la surface soit rebouchée, car les Pokémon continuaient de creuser et se trouvaient de toutes façons dans l'un de leur tunnel. Ils étaient peut-être dans la montagne, mais ce n'était pas qu'un amas de rochers plantés les uns sur les autres, la terre était présente absolument partout et Anthere savait mieux que personne, les propriétés et la constitution de la terre. Elle avait grandi dans une serre, dans la terre et les plantes. Elle savait donc que quelle que soit la terre, il y avait des agrégats, de l'eau, des nappes, des gouttelettes ou même de l'humidité, c'était obligatoire ; toutes les terres étaient formées de la même façon. Dans la serre de sa mère, elle avait vu des terres venir de tous les pays, de toutes les régions presque, de tous les types. Sa mère avait nourri très tôt l'ambition d'avoir la serre la plus remplie, la plus diversifiée, la plus luxuriante qu'on ait jamais vu et avait travaillé en conséquence. Anthere y avait grandi.

Et puis… Elle sentait sa présence. Ce n'était pas juste une idée ou une impression ou la conviction de celui qui sait, pas seulement, non, elle sentait la présence de l'eau comme un battement, comme un écho au battement de son propre cœur. Ou comme une réponse. L'eau était vivante… Anthere, se fiant à ses perceptions plutôt qu'à ses émotions, se dirigea tout simplement un peu plus loin et posa un genou au sol, puis ses deux mains. Le plus simple, se dit-elle, était de fermer les yeux pour mieux sentir. Après quelques instants, restant immobile et silencieuse, elle sentit. Comme un picotement, mais pas quelque chose de physique, ici et là-bas… Un autre battement, tout autour, elle sentait la présence de millier de gouttelettes, dissimulées dans la terre. Suivant ce « chemin » sensoriel comme une rivière suit son lit, elle trouva à un certain moment comme un vide. À ce moment précis, elle eut une drôle de sensation, comme celle d'avoir loupé une marche, ou de tomber de son lit en dormant. Du vide… La terre n'était jamais vide, cela n'avait aucun sens… Anthere rouvrit les yeux. Mais cela en avait si quelqu'un creusait un trou, repoussant la terre et l'eau qui s'y trouvait !

Lequel des deux avait-elle trouvé ? Elle ne pouvait pas dire, ce n'était pas comme trouver une belle emprunte dans la terre… Peut-être qu'un maître de l'eau pouvait le faire, à un niveau plus élevé que le sien, mais elle se sentait incapable de percevoir une identité de cette manière. Anthere suivit donc ce « vide », regardant devant elle d'un air absent, ne voyant rien d'autre que le monde invisible des perceptions magiques. Bientôt, elle eut l'impression de replonger dans quelque chose de confortable, comme de sortir de quelque chose qui gênait son passage, le tunnel prenait fin. Elle eut la sensation d'avoir suivi le Pokémon un moment et comme elle ressentait à présent que le vide prenait de l'ampleur et la repoussait, repoussait ses perceptions, elle en vint à la conclusion que les flammes faisaient évaporer l'eau présentes entre les agrégats. Elle avait trouvé l'un des Pokémon de Feu, plutôt agile d'ailleurs, selon son idée.

« Juliette, j'en ai un, là-bas. » Dit-elle à sa camarade d'une nuit, montrant du doigt l'endroit précis où elle le sentait. «  Je ne le sens pas très gros, comment dire… Je dirais agile, il a l'air à l'aise. »

Est-ce qu'un Chimpenfeu était plus agile qu'un Reptincel, s'il n'était pas plus rapide ? Le Reptincel serait-il plus frénétique dans sa façon de creuser ? C'était hors de ses compétences et de ses pouvoirs tout court ! Un maître de la terre aurait su analyser cela, mais elle ne pouvait que se fier à la disparition des particules d'eau, leur sens, leur vitesse et rien d'autre… La taille du « vide »… Et Anthere ne connaissait intimement et n'avait pas ce genre de Pokémon dans son équipe, elle n'avait donc aucune information personnelles pour l'y aider.

« Juliette… Il n'y a pas que l'eau, ils vont étouffer là-dedans… »

Cette idée venait de lui traverser l'esprit, comme on étouffe dans les incendies, l'air disparaissait au contact du feu dans un lieu clos ou mal aéré, ce qui était totalement le cas des tunnels. L'eau en suspension lui donnait de précieuses informations, mais hélas, pas de solution pour ce problème. Comment pourrait-elle utiliser efficacement son pouvoir sans tuer les Pokémon, que ce soit en éteignant leur flamme, ou en les noyant ?



[Nous avons conçu le plan à deux et choisi de faire l'exercice en trois post ^^
J'espère que ça sera suffisant et que ça ira ]

_________________

   
   
   


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1452

Fiche de personnage
Points: 60
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par Juliette Sevaltico le Ven 21 Aoû 2015 - 12:38

Juliette observait son professeur récompenser généreusement sa renarde de foudre. Si il lui paraissait détaché de l’épreuve, on ressentait une réelle affection envers sa Pokémon. L’élémentale de l’eau sourit légèrement, après tout, elle avait réussi, avec l’aide d’Anthère, le premier défi que leur avait adressé Masento. Le grisonnant rappela alors ses deux amies électriques, non sans jeter un coup d’œil vers les deux jeunes filles. La jeune noble se sentit comme transpercer par ce regard, comme si l’homme regardait son âme. La blonde regarda alors ses pieds pour dissimuler sa gêne.

Juliette releva la tête quand le maître invoqua deux nouveaux Pokémon. Les deux créatures étaient des fils du feu… Comme si l’épreuve n’était pas assez difficile, il fallait en plus que l’examinateur impose toutes les difficultés possibles. Juliette envoya un regard horrifié à Anthère qui semblait partager son angoisse. Tendue au possible, Juliette attendait les instructions de Masento. Il se révéla être un gardien élémental maîtrisant parfaitement la terre. Ses deux amis de feu s’enfoncèrent dans les entrailles du mont des étoiles tandis que Masento indiqua à ses élèves qu’un éboulement aurait lieu dans quelques instants.

La Mizuhanienne envisageait déjà quelque scénario de sauvetage quand de l’eau commença à jaillir des mains du maître. Il allait vraiment tout faire pour les pousser à bout. Juliette se retourna immédiatement vers Anthère qui semblait perdue dans ses pensées, respirant bruyamment.

« Anthère, Anthère ! » cria la jeune femme tandis que cette dernière revenait peu à peu à elle.

Si elle lui faisait d’autres coups pareils pendant l’épreuve… Toujours est-il que la cavalière était comme toujours de bons conseils et rapidement, les deux jeunes défenseurs en devenir mirent rapidement un plan d’action. Même si celui-ci n’était peut-être pas parfait, la jeune femme était persuadé qu’il fonctionnerait.

L’empathe partit immédiatement à la recherche d’un Pokémon tandis que Juliette se concentra pour déterminer la position de l’autre. Savoir où se localisaient exactement les créatures à défendre était la première étape à accomplir si elle voulait venir à bout de l’exercice de Masento. Juliette ferma alors les yeux, prit une profonde inspiration et imposa les mains près du sol. Si elle ressentait bien les innombrables particules d’eau présentes dans la terre, Juliette ne parvint pas à retrouver la présence d’un compagnon du feu. Même en se concentrant davantage, la blonde n’arriva pas à le localiser…

« Merde… Il est trop enterré trop profond. » laissa-t-elle échapper entre ses dents.

Juliette n’avait pas l’habitude d’être vulgaire mais le stress lui faisait perdre tous ses moyens. L’œil jugeur de Masento, Anthère qui semblait avoir une piste pour retrouver sa cible, elle qui ne réussissait pas à déterminer l’emplacement du deuxième Pokémon… Tout cela était beaucoup pour une jeune femme, en proie en doute. Elle décida d’écouter alors son instinct, disant qu’elle n’avait à perdre. Elle forma alors un tentacule d’eau à partir de son bras. Le filet mesurait plusieurs mètres de long et obéissait au doigt et à l’œil de l’héritière Sevaltico.

Elle s’avança alors d’un pas décidé près du trou où le Reptincel avait creusé et y plongea le bras. En refermant les yeux, elle guida son filet à travers la galerie que le lézard enflammé avait créé. Cette progression n’était pas forcément une chose aisée. Comme prévu, le reptile était parti loin dans les entrailles de la montagne, Juliette devait alors toujours plus se concentrer pour maintenir son filet d’eau tandis qu’elle ne devait pas perdre son objectif de vue.

Elle enfonça alors son tentacule toujours plus loin lorsqu’elle sentit un début d’évaporation à l’extrémité de son bras d’eau. Le Reptincel n’était pas loin. Elle se concentra alors, fermant les yeux, faisant le vide autour d’elle-même et vit à travers le filet d’eau qu’elle entretenait. Elle sentit un cœur battre, d’abord frénétiquement puis paisiblement. Il avait fini de creuser et attendait maintenant la libération. Juliette, divisa alors son bras aqueux pour qu’un mince filet d’eau aussi épais qu’un doigt s’en détache. Ce membre secondaire s’avança alors pour toucher le Pokémon. La tête, le crâne, une excroissance unique à son sommet. Elle avait bien trouvé le Reptincel avant que l’eau de Masento ne l’atteigne. Il s’était réfugié tellement loin qu’il était à l’abri de l’éboulement tandis que l’eau mettrait encore un certain temps avant d’arriver jusqu’à lui. Elle avait à faire à un Pokémon vraiment malin. La Mizuhanienne releva le bras, déterrant son tentacule d’eau qui laissa à son tour un léger filet d’eau au sol, histoire que Juliette puisse rapidement retrouver le chemin vers son protégé.

« J’ai le deuxième, c’est le Reptincel ! Il est enfoncé loin sous terre mais pas difficile d’accès, sa galerie est assez dégagée... Je peux le retrouver facilement. »

Mais Juliette finit à peine sa phrase qu’Anthère mit en exergue un paramètre que la jeune blonde n’avait pas pris en compte… Les Pokémon allaient mourir asphyxiés rapidement si les créatures restaient trop longtemps sous terre… Quelque part, dans un coin du cerveau de Juliette, un compte à rebours se mit en route. Tic. Tac. Tic. Tac. En plus de la difficulté de l’épreuve, les deux jeunes femmes allaient devoir faire les choses rapidement et précisément.

« Alors tâchons d’éviter un accident. » conclu-t-elle en adressant un sourire se voulant rassurant à Anthère.

[HRP : désolé du retard, j'ai eu un peu de mal. Notre premier tour consistait tout simplement à la localisation des Pokémon, on passera au sauvetage par la suite. S'il y'a la moindre remarque, MP ou Skype. Smile]

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 53
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par PNJ le Ven 21 Aoû 2015 - 19:06

Trop dur, insensible, certaines personnes qui avaient perdus leur sang froid et échoué à l'épreuve avaient utilisé ces mots envers lui. Il n'était pas inconscient, certes il mettait les dangers de la vie en scène, et ce n'était pas sans risques, pour autant ses Pokémon croyaient en lui. Il resta concentré, il savait déjà que les être de feu avaient creusés leur galeries et une fois profondément avaient crée des tunnels en vague. Ce que les postulants ignoraient c'était que tous ces exercices étaient répétés maintes et maintes fois, dans des situations plus ou moins extrêmes. Expert en sauvetages de toutes sortes, et surtout demandé dans le monde entier, l'homme d'expérience n'aurait jamais mis ses propres amis en danger. Il savait exactement où se situait chacun d'eux, leur respiration, la force qu'ils mettaient dans la création de leur tunnel. Il s'assurait que l'eau qu'il déversait ne supprimait pas les conduites d'air, nécessaires à la survie de ses Pokémon. Sans avoir l'air il surveillait les filets d'eau de celle qui les glissait dans le sol, elle s'approchait de Torrent alors que l'autre avait localisée Brasier. Les deux Pokémon attendaient ses ordres, d'un signe imperceptible de la main il fit juste un signe négatif. L'épreuve était déjà assez ardue pour le moment, il ne corserait les choses que si elles ne rencontraient pas d'obstacle. Le Reptincel poka le filet d'eau, s'amusant avec plus qu'autre chose alors que le petit singe suspendit temporairement sa galerie attendant la suite des évènements.


--------------------------------
Rien de spécial ce tour ci pour moi, juste observation de vos actions et du déroulement de l'opération, j'interviendrais peut être au prochain qui sait hihihi

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1070

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par Anthere Osarian le Dim 23 Aoû 2015 - 22:56

Sa camarade d'un soir était tendue, mais par chance, cela ne semblait pas altérer ses pouvoirs. Ce qui était une bonne chose, mais pour sa part, Anthere devait lutter contre ses propres sentiments pour ne pas se laisser envahir, un combat épuisant… Lutter contre soi-même était voué à l'échec, on ne pouvait qu'encaisser jusqu'à ce que la vague assaillante ne se disperse… Jusqu'à la prochaine fois. Au bout d'un moment, Juliette parvint elle aussi à trouver « son » Pokémon, elle avait pu l'identifier comme étant le Reptincel. Bien, Anthere héritait donc, en toute logique, du Chimpenfeu. Dans un sens, c'était arrangeant pour elle, elle avait déjà vu le caractère exécrable bien connu des Reptincel à l'œuvre et n'aurait donc pas ce problème avec son primate. Maintenant qu'elles savaient où ils se trouvaient et à quelle profondeur approximativement, il fallait les extirper de là. La phase numéro deux venait de commencer ! Ce serait aussi la plus difficile.

Maintenant, Anthere et Juliette devaient se synchroniser pour être efficaces, et s'aider l'une l'autre. Et surtout ne pas paniquer ! Si Anthere perdait la maîtrise de ses pouvoirs, elle pouvait réellement mettre en danger les Pokémon. Se calmer d'abord, inspirer et garder l'esprit clair. Prendre les choses les unes après les autres, un problème à la fois. Le problème immédiat, l'effondrement. Malheureusement, l'eau déversée par le Gardien accélérait ce processus, il fallait donc le bloquer. Ensuite, bloquer l'effondrement, même temporairement. Les deux Mizuhanaises s'étaient mis d'accord là-dessus. De son côté, Anthere pensait plus à la sécurité des Pokémon, dansant sur le fil du rasoir, qu'à la finalité de cette épreuve. Bien sûr, elle pensait bien qu'ils s'étaient entraînés à ce genre d'exercice, mais l'accident était toujours possible et jamais loin… Il suffisait qu'aujourd'hui, ne passe pas. Son cœur commençait à battre fort et elle commença à concentrer ses pouvoirs, se forçant réellement à penser à autre chose de peur d'en perdre le contrôle.

Elles étaient prêtes. Ou en tout cas, elle, elle l'était ! Les deux Pokémon ne semblaient pas trop loin l'un de l'autre et après la mise au point d'un plan précis, la jeune fille se mit au travail. Il fallait espérer que ça se passerait bien… La manieuse d'eau se déplaça un peu, se mettant à mi-chemin entre les deux Pokémon. Comme précédemment, elle posa ses mains à même la terre et prit une très profonde inspiration. Sans aucun mal, elle suivit la signature aquatique de Juliette et trouva à son tour le Reptincel, tout comme elle retrouva le Chimpenfeu. Attendaient-ils sagement les évènements ? Non, non, faire le vide. À ce contact si particulier, à la fois physique et mental, psychique et émotionnel, Anthere parvint à se faire une sorte image de la situation. La terre ne bougeait pas… Mais c'était difficile à dire, ce n'était pas son domaine et aucune de ses connaissances horticoles ne lui permettait pas de grappiller la moindre information. Alors, Anthere s'enfonça plus profondément dans ses propres pouvoirs. C'était comme plonger dans un tunnel aqueux. Comment expliquer… ?

L'eau était en vie et lui communiquait, pas vraiment ses pensées, mais elle communiquait. Descendant dans quelque chose de sombre et d'envoûtant, la jeune fille sentit que l'eau se mêlait à la terre. Des filets, des larmes, des perles, il y avait une idée d'étroitesse, de piège.

*De la boue.* pensa naturellement Anthere.

Oui de la boue, c'était logique et tout à fait normal. De l'eau plus de la terre… L'ennui… C'est que cette coulée de boue prenait les chemins les plus faciles pour circuler, à savoir, les tunnels creusés par les deux Pokémon… Il allait être difficile d'arrêter cela… Que pouvait-elle faire ? Que pouvait-on faire contre une inondation ? Elle revit sa mère se plaindre, après une nuit de tempête particulièrement violente, de la serre qui avait été noyée. Elle avait balayé et balayé l'eau, mais en vain. Il avait fallu des semaines pour que la terre la boive. C'était différent, son pouvoir éveillé, Anthere pouvait y remédier. Oui elle le pouvait, elle pouvait balayer l'eau à son tour, la malaxer, la déplacer. Elle pouvait lui donner n'importe quelle forme et même n'importe quelle texture –ou presque-. Il fallait protéger les Pokémon de la boue qui leur arrivait dessus, qui entreprenait de boucher l'espace entre les agrégats, de chasser l'air, de l'obstruer. Comment faire ? Elle devait trouver un moyen de faire un barrage.

Elle suivit la boue « du pouvoir » pour ainsi dire, se rapprochant dangereusement de leur cible. Une barrière, un bouclier… Oui ! Un bouclier ! Le souvenir vif d'une attaque dans la Vallée Chamarée lui revint, n'en avait-elle pas usé ? En fait, pour autant qu'elle se souvenait, cette seule fois où elle avait fait une levée de bouclier, il lui avait semblé bizarre, tantôt aqueux, tantôt… Psychique, car il n'avait pas eu ou gardé cette texture si propre à l'eau. Cette fois, elle devait faire le contraire, puise dans l'eau, c'était elle la solution. Elle devait rendre un élément libre et sauvage, fixe et solide comme un rempart, pas facile ! Cette image lui plut particulièrement et ne sachant comment faire, elle décida de faire un dessin, plutôt qu'un long discours de perception magique. Elle imagina, y mettant toute son âme, apprivoiser l'élément le plus insaisissable qui soit, le plus mystérieux. Difficile à décrire, des sentiments… Anthere concentra l'eau, la maintenant immobile, extrayant les molécules de la boue, détachant la moindre gouttelette d'eau pour la figer.

Oui c'était ça, la figer ! Au contraire de lorsqu'elle s'amusait à jouer avec la vapeur d'eau, qui finissait toujours par s'envoler au loin, Anthere rompit l'agitation des molécules, les resserrant, les figeant. C'était un exercice difficile, d'autant qu'elle ne l'avait jamais vraiment mené à son terme, c'était donc, une première fois. Toute la difficulté consistait à empêcher l'eau de bouger et de trouver son chemin. Elle devait dompter le chaos. Depuis combien de temps était-elle là, ? elle avait mal au genou et les muscles de ses jambes s'enflammaient depuis un moment déjà. Mais elle ne voulait pas abandonner, elle y était presque ! Lentement, sous terre, la boue changea de l'intérieur de sa structure. L'eau se détacha et commença à former d'abord une petite pellicule, puis, une véritable barrière. Mais les molécules d'eau qui la composaient, étaient encore trop mobile pour être parfaitement statique comme l'était la glace. Anthere érigeait une barrière d'eau semi-solide, en terme simple. Ainsi, elle protégeait les Pokémon de l'éboulement et de la boue qui risquait de les engloutir. Elle pencha la tête sur le côté, vers Juliette.

« À toi ! »

Seulement… Combien de temps pourrait-elle maintenir ce bouclier d'eau ? La pression avec la terre et les pierres était très forte, les repousser tout en maintenant une certaine solidité pour que le tout ne traverse pas, et n'ensevelisse pas les Pokémon était difficile. D'ailleurs, Anthere puisait déjà dans un autre type d'énergie que la magie pour maintenir son blindage. Juliette allait devoir faire vite, elle ne serait pas capable de tenir longtemps.


[2e message sur 3 ^^ Je vois pas trop quoi ajouter, je crois que j'arrive au bout de ce que je peux décrire, j'ai pas voulu en faire « trop ». C'est du temporaire, va falloir faire vite ! ^^' J'espère que ça va ! Le plan de bataille a été vu ensemble.]

_________________

   
   
   


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1452

Fiche de personnage
Points: 60
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par Juliette Sevaltico le Dim 30 Aoû 2015 - 0:53

Le plan était méthodique, net et précis. Les jeunes filles n’avaient pas le droit à l’erreur. L’eau avec laquelle Masento inondait les tunnels ralentissait une fois au contact de la terre. Les deux éléments entrèrent en communion, fusionnant en parfaite harmonie pour former un torrent de boue. Cette rivière boueuse empruntait à son tour les tunnels creusés quelques minutes auparavant par les enfants du feu. Les deux jeunes maîtresses de l’eau devaient agir vite si elles voulaient réussir leur épreuve.

La lieuse caressa alors à nouveau le sol pour y poser un genou. Elle se concentra pendant un laps de temps qui parut interminable pour la jeune noble. Une fois tous les paramètres prirent en compte, Anthère se leva et s’activa. Les deux jeunes femmes avaient très bien délimité leurs compétences et leurs champs d’actions, mais la blonde restait sur le qui-vive, prête à donner toute son aide à n’importe quel moment.

Anthère semblait souffrir le martyr. Ses muscles étaient semblables à de la pierre. Il lui faudrait du temps pour créer les boucliers d’eau dont il était question dans leur plan, mais Juliette avait une  confiance aveugle en sa collègue d’épreuve. La lieuse avait toutes les capacités pour réussir l’étape qui lui avait été confiée. Pendant ce temps, Juliette faisait le vide dans sa tête. Sa partie à elle ne serait pas des plus simples et nécessitait un calme absolu. Quand elle entendit le « À toi » d’Anthère, elle manqua de s’étrangler. Elle se ressaisit néanmoins très rapidement et reprit ses esprits.

Elle se replongea alors immédiatement dans l’épreuve et la dure réalité lui revint en pleine face. Elle s’accroupit alors et dans un même geste, elle tendit ses bras. La blonde rejeta sa chevelure en arrière et inspira profondément l’air pur du mont des étoiles.  Elle retrouva en un instant la localisation du Reptincel tandis qu’il ne lui fallut qu’une seconde de plus pour localiser le Chimpenfeu… Enfin, à vrai dire, les cibles prioritaires de Juliette n’étaient pas les Pokémon en soi, mais bien les boucliers qu’Anthère maintenait. De l’eau continuait à couler dans les tunnels, augmentant constamment la pression que la brune devait maintenir.

La jeune femme originaire de Fla’Or se concentra alors à son tour sur ces boucliers. Anthère avait réussi à stopper momentanément l’éboulement, Juliette devait quant à elle, se charger de l’arrêter définitivement. La maîtresse de l’eau se concentra alors sur les barrières que son équipière maintenait. La blonde ferma les yeux et plongea à son tour dans la complexité structurelle de l’eau. Si Anthère avait resserré les molécules d’H2O dans le but de rigidifier sa protection, Juliette devrait plonger au niveau atomique de la chose.

Les doigts de Juliette se mirent à trembler. Elle n’arrivait pas à s’infiltrer à un tel degré d’infimité. La maîtresse de l’eau sentit sa gorge se serrer, son cœur tambouriner contre sa cage d’os tandis que le vent se mit lui piquer les yeux. Elle ne devait pas pleurer, elle ne devait pas craquer. Mais c’était si difficile pour elle, elle qui faisait cette épreuve pour se prouver à elle-même qu’elle n’avait besoin de personne pour se défendre. Comment pouvait-elle prétendre apte à se défendre quand elle n’arrivait même pas à effectuer une étape de plan ? Une unique larme perla sur sa joue droite. Une phrase lui revint alors en tête, comme un lointain souvenir murmuré par le vent.

« Tu es une véritable perle alors brille, brille dans ce monde… »

Alexia. Cette femme, ce soldat. Celle qui avait réussi à faire prendre conscience Juliette de son don. Celle qui lui avait permis de manipuler son élément pour la première fois. Elle était à ses côtés aujourd’hui, elle ne l’avait jamais vraiment quittée à vrai dire. Un second chuchotement éolien parvint à l’examinée.

« Trouve le point culminant de la parfaite sérénité. »

Juliette referma alors ses yeux et se laissa guider par sa petite voix intérieure qui la conseillait. Elle sourit, visualisant les mêmes images qu’elle avait vues à l’époque. La Mizuhanienne était en parfaite paix avec elle-même. Elle replongea alors dans les boucliers d’Anthère. En atteignant cette fois-ci le niveau atomique, Juliette sourit. Elle fit valser ses bras tels de jeunes mariés et se mit à dissocier les atomes d’hydrogène des atomes d’oxygène. Cela prit du temps, mais finalement, Juliette réussit. Elle avait la parfaite maîtrise d’une quantité non négligeable de dihydrogène. L’oxygène dégagé par la manipulation permettrait aux deux Pokémon de feu de survivre un peu plus longtemps.

La Mizuhanienne dissout alors les boucliers d’Anthère et, en attirant les bras vers elle, retira l’eau du tunnel sur plusieurs mètres. L’héritière sourit à nouveau. Elle les avait trouvées quand elle était partie à la recherche de Reptincel mais s’était tue. Elle savait que Masento ne prendrait aucun risque quant à la survie de ses Pokémon et que ce grand maître avait toujours un coup dans son sac.

Juliette attira l’eau vers elle sur plusieurs mètres et en fermant les poings, elle ordonna au liquide de forer le sol… Pour tomber dans les tranchées que l’examinateur avait probablement formées au début de l’épreuve. L’eau s’écoulait alors sauvagement dans galeries secondaires, laissant les tunnels creusés par les Pokémon feu obstrués par deux  épais murs de terre solidifiée.

Si la situation n’était plus aussi précaire, l’éboulement étant stoppé, les deux jeunes apprenties devaient user d’ingéniosité pour réussir à extraire les deux captifs. Mais Anthère et Juliette avaient accompli une nette progression dans leur exercice et les deux jeunes femmes touchaient la réussite du bout des doigts.

« Maintenant… Étape numéro trois. » souffla-t-elle.



[HRP: encore une fois, désolé du retard. J'ai un peu de mal avec l'exercice, je crois que ça se sent un peu dans ma façon d'écrire. ^^' Toujours est-il que l'eau ne devrait plus poser un soucis maintenant, l'étape numéro 2 est donc terminée! Normalement avec un post chacun, l'exercice pourra être terminé. Si vous avez la moindre remarque, n'hésitez pas comme d'habitude! Very Happy)

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 53
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve Défenseurs [Anthere Osarian/Juliette Sevaltico] Une pluie... D'étoiles

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum