[ Clos ] Le chien et les bras cassés [Solo/Contrainte]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Le chien et les bras cassés [Solo/Contrainte]

Message par Tyrion Horrendous le Ven 26 Juin 2015 - 17:04

[Contrainte n° 3 : Faire intervenir un Pokémon étranger.]

Tyrion soupira en arpentant la ville d’Arkan, son pied d’acier glissant sur les pavés mouillés. Il était parti de Fla’Or vers la capitale dans l’espoir de retrouver Y, mais il devait se faire une raison : la jeune femme était introuvable. Kéo se remettait très lentement de ses blessures physiques, mais elle restait un poisson fermé, austère. On sentait toute l’amertume qui l’emplissait, à la perte de son amie. Les pitreries de GB n’avaient pas réussi à la dérider, et les maladroites et délicates attention de BoneKnapper non plus. Elle ne manifestait aucun signe de vie, outre sa respiration et son corps qui guérissait.

Le jeune homme ne savait plus quoi faire. Il avait demandé à Fla’Or et à Arkan toutes les informations concernant une « demoiselle aveugle, longs cheveux blancs, membre d’équipage d’un bateau et avec une Magicarpe que voici, regardez comme elle souffre et qu’elle est triste de l’avoir perdu. » mais ça n’avait rien donné, et il avait vite renoncé. Malheureusement, il avait dû annoncer à Kéo qu’ils allaient repartir sur les routes, poursuivre leurs propres objectifs, en espérant croiser Y en chemin, par chance. Il y avait peu de chances pour cela, mais comme disait l’adage, l’espoir fait vivre.

C’était donc son dernier jour à Arkan. Ensuite, il se dirigerait probablement… Il ne savait pas trop. Il voulait agrandir son équipe, et il avait quelques idées de Pokémon pour ça, mais il faudrait encore les trouver. Il voulait se diriger vers Flamen. Pourquoi, il n’en savait rien. Peut-être qu’il aurait besoin de feu pour son processus. Ensuite, il retournerait à Seian pour trouver un Alchimiste ou un Guérisseur maniant la terre, et il pourrait normalement atteindre son objectif. Ensuite… Place à la vendetta.

Il marchait toujours, Fury derrière lui, servant de garde du corps, BoneKnapper collé à lui, comme s’il souhaitait fusionner avec son unique jambe authentique, et GB qui respirait les odeurs. Kéo ne voulait pas sortir, et Tyrion ne pouvait pas la déplacer de toute façon. Le seul à aller bien depuis qu’il l’avait rencontré, c’était bien le Medhyéna. De louveteau maigrichon, craintif et trouillard, il était devenu un jeune loup qui se portait bien, au poil luisant, courageux mais pas très téméraire, et toujours prompt à la fuite. Néanmoins, il s’ouvrait clairement au monde depuis quelques temps et le jeune homme en était ravi. C’était au moins ça de positif.

Sur Arkan, c’était jour de marché –comme pendant de nombreux jours dans la semaine- et les marchands étalaient leurs produits aux yeux et aux nez de tous. Entre les fruits, les légumes, les bijoux, les fromages, les vêtements, les armes, le poisson et la viande, il y en avait pour vraiment tous les goûts. GB s’approcha de l’étal d’un boucher, humant les saucisses, de la salive plein la gueule et des étoiles dans les yeux, mais une main patibulaire le chassa en grondant sévèrement. Le louveteau piaula, effrayé, et alla se cacher dans les jambes de son maître qui s’approcha du marchand pour avoir des explications sur son attitude. Qu’on ne veuille pas qu’un Pokémon croque la viande, c’était une chose. Qu’on risque de lui briser le crâne d’une claque quand on a la main aussi lourde et épaisse qu’un gourdin, ça passait moins. A peine ouvrait-il la bouche que le marchand lança, mauvais.


« Ici, on paye avant de consommer. C’est la règle. Alors rentre tes Pokémon, gamin, avant que je ne m’occupe d’eux. »
« Je ne vous ai rien fait, et mon Pokémon n’a rien touché, vous ne pouvez pas lui en vouloir comme ça. »


Alors qu’ils parlaient toujours, le vendeur persuadé qu’il était dans son bon droit en agressant ainsi tout ceux qui risquait de toucher à sa viande, un éclair rouge passa, se saisit du chapelet de saucisses qui pendouillait, et s’enfuit avec, l’emportant au loin. Le marchand se tourna vers Tyrion et le fusilla du regard. Un regard à la fois mauvais, mais aussi convaincu qu’il était dans son bon droit désormais pour les massacrer, au moins sur le plan métaphorique.


« Ah, les voleurs comme vous, je les connais. Vous voulez me distraire pendant que votre complice me vole de la nourriture. Si vous croyez que je ne vous ai pas vu ! Je m’en vais appeler la garde moi, monsieur ! Les voleurs comme vous, on en fait du petit bois ! »
« Attendez, je n’ai rien fait, vous n’avez aucune preuve. Tous mes Pokémon sont ici et… »
« Ouais, c’est ce qu’ils disent tous. Vous allez voir, vous allez adorer les prisons humides d’Arkan. »


Il était impossible de raisonner l’homme qui montait au créneau beaucoup trop vite et semblait déterminé à vouloir remplir chaque centimètre carré disponible dans les cellules de la ville. Tyrion aurait pu être aussi innocent qu’un nouveau-né, l’homme lui en aurait quand même voulu. Il n’allait tout de même pas finir en prison à cause d’un Pokémon qu’il ne connaissait même pas, si ? … Apparemment si.

Un jappement attira son attention et il vit GB détaler dans les rues. Il s’élança à sa suite, se moquant éperdument des protestations énergiques du boucher. Il suivit donc son Pokémon, qui fila à travers un dédale de ruelles de plus en plus sombres et étroites, où Fury commença à perdre leur trace, ayant du mal à se glisser dans les espaces libres..

Ils débouchèrent dans un cul de sac, envahi par les déchets de différentes natures des hommes. Tout au fond, dans l’ombre, une silhouette était repliée sur elle-même, et grognait à l’approche de Pokémon à moitié sauvage, appartenant probablement à des mendiants. Le voleur prit une grande inspiration et cracha un jet de flamme qui éclaira l’endroit, et fit fuir les créatures chapardeuses. Tyrion profita de la lumière produite par son corps pour reconnaître un Caninos.

Il en avait vu plusieurs déjà, et il connaissait bien l’espèce pour s’être renseigné. C’était des Pokémon loyaux, d’une fidélité sans bornes, et qui pouvaient être désespérés si on venait à les abandonner. Même s’ils n’approuvaient pas les agissements de leurs maîtres, ils avaient du mal à désobéir. Pour autant, le sentiment de justice était tellement fort parfois qu’ils préféraient se sauver. Entre les mains d’un bon dresseur, ils pouvaient devenir extrêmement puissants.

Le spécimen qu’ils avaient devant eux par contre… Il ne semblait pas être dressé, ou alors par une personne probablement très pauvre. Il n’était pas maigre au point d’avoir la peau sur les os, mais son état de sous-alimentation était visible, et il semblait sale. Il avait traîné dans les ordures trop longtemps apparemment.

Le chien releva la tête et observa le loup, l’humain, et le marchand derrière, et ne cilla pas. Lorsque GB, téméraire et voulant jouer aux durs, s’élança vers le Pokémon sauvage pour l’intimider et peut-être le soumettre, Tyrion eut peur qu’il ne se fasse roussir les poils. Mais le Caninos n’en fit rien. Il se contenta de fixer le Medhyéna, et posa doucement à terre le chapelet de saucisse, avant de s’allonger au sol, en signe de soumission.

Le natif de Terros resta surpris. S’il avait repoussé les Pokémon sauvages, pourquoi ne pas s’attaquer au canidé gris et dressé ? Le Pokémon semblait savoir faire la différence entre les deux cas de figure, et respecter le second. Comme s’il savait qu’il avait fait quelque chose de mal, et qu’en présence d’instance supérieure, il se soumettait. Il ne cherchait même pas à se battre, il rendait tout simplement les armes. Tyrion avait du mal à comprendre pourquoi… Avant de croiser son regard.

Le Pokémon Feu avait le regard vide et éteint, l’air absent, plongé dans ses pensées. On pouvait le battre, lui briser les reins, que ses yeux ne changeraient pas d’expression. Il se sentait probablement désespérément seul. Le jeune homme commença à comprendre ce qui avait dû arriver à ce jeune chiot. Après tout, Kéo avait le même regard vide et le même air absent du monde réel.

Le marchand, en voyant le fauteur de trouble, commença à se dire que ça n’était pas grave de ne pas s’en prendre au jeune homme, qui avait l’air innocent, mais qu’au pire il pourrait passer ses nerfs sur le coupable. Il s’approcha, armé d’un maillet dont il devait se servir pour attendrir la viande.


« J’vais me faire une jolie paire de gants avec ta fourrure pour compenser ton vol, petit scélérat ! »

Il s’approcha, transpirant la menace et la violence. Le Caninos ne bougea pas, ne cilla pas, insensible. Il n’avait pas peur, mais il ne voulait pas fuir non plus, pensant que ça ne lui servirait à rien. Il resta là, le regard vide, l’air absent. Il était résigné. Il allait mourir et cela lui importait peu.

Tyrion allait s’avancer pour empêcher l’homme de transformer le Pokémon Feu en vêtements, lorsqu’un éclair blanc jaillit au niveau de sa sacoche. Kéo atterrit au milieu des ordures, fixant le Caninos du même regard vide et éteint qu’il avait. Ils s’observèrent un moment, sans parler, sans bouger, comme s’ils se comprenaient intuitivement. Mais ce long silence ne semblait pas plaire à tout le monde. Lorsque le boucher voulut s’attaquer au chien de feu pour compenser sa perte, la Magicarpe contracta son corps pour se propulser sur lui et le frapper d’une Charge. L’homme recula de quelques pas, mais sa fureur ne cessa pas pour autant. Il leva son bras, prêt à frapper, lorsqu’un rugissement l’arrêta.

Fury le toisait avec un œil mauvais, perché au-dessus de lui. Le dragon grimpeur, ne pouvant les suivre dans les ruelles, avait décidé de passer par les toits. Et le marchand commençait à sérieusement lui taper sur les nerfs. Or, ça  n’est jamais bon d’énerver un dragon agressif de plus de deux mètres, capable de vous broyer la tête d’un coup de dent. L’antipathique homme commença à faire doucement marche arrière pour quitter la ruelle. Le jeu n’en valait plus la chandelle quand on risquait de mourir. Tyrion l’arrêta cependant alors qu’il passait auprès de lui.


« Tenez, je pense que ça vaut largement le prix de vos saucisses perdues. Et n’y revenez pas. »


Il remit à l’homme plusieurs pièces d’or, probablement trop. Mais il ne chercha pas à récupérer la monnaie et au contraire, s’avança vers ses Pokémon, ignorant désormais l’exécrable vendeur.

Kéo et le Caninos avaient repris leur échange de regard lorsque Tyrion s’accroupit pour observer le chien, qui ne broncha pas et ne s’alarma pas à sa vue. Au moins, ça prouvait qu’il n’était pas sauvage à la base et avait été habitué à l’homme. La créature porta son regard empli de souffrance vers le jeune homme, qui sourit doucement. Il approcha sa main de la créature, et le laissa faire le dernier mouvement, pour qu’enfin ils se touchent. Le Pokémon prit la peine de relever doucement la tête pour laisser la main de l’homme l’effleurer.


« Si tu veux, tu peux venir avec nous. Ca fait un peu abrupt comme demande, mais si tu nous regardes bien, tu verras que tu auras ta place parmi nous. On était tous un peu seul, ou rejeté, avant de se rencontrer. »

Le Caninos l’écouta et releva la tête, pour observer le groupe. Le Medhyéna avait profité de la minute d’inattention pour engloutir les saucisses et se vautrer dans les ordures –Tyrion le balancerait dans la première fontaine qu’il verrait sur le chemin du retour pour le laver- pendant que le Drakkarmin, toujours en hauteur, avait le regard plus doux, malgré sa tête pas rassurante à l’origine. La Magicarpe croisa son regard et hocha doucement la tête. Il pouvait leur faire confiance. Après tout, elle aussi avait perdu son maître, et ignorait s’il vivait toujours. Ils n’avaient eu besoin que d’un regard pour comprendre ce que l’autre avait traversé.

BoneKnapper s’approcha doucement, serrant son os massue contre lui. Timidement, il déposa son arme devant le chien, l’invitant à ronger l’os s’il en avait envie. Il n’aurait pas grand-chose à manger dessus, mais cela tromperait peut-être un peu la faim qu’il avait. L’Osselait vert tentait en réalité de réparer les erreurs de GB. Ne sachant trop que faire, et pour ne pas froisser le bébé Pokémon, le Caninos se pencha et commença à mâchouiller un peu l’os. Il s’arrêta pourtant bien vite en sentant sur lui le regard plein de larmes jeune orphelin, et en l’entendant gémir faiblement. L’air un peu désolé, mais esquissant ce qui ressemblait à un sourire, il rendit son os au Pokémon, le remerciant pour son geste, aussi étrange et court fut-il. La créature casquée serra son arme contre elle, n’arrivant décidément pas à s’en séparer, ou à supporter la vue d’un chien rongeant cet os là. Puis, il observa enfin le dresseur.

Le Pokémon tigré s’interrogea. Est-ce qu’il devait vraiment venir avec lui ? Il n’en savait rien. Il n’avait pas d’endroit particulier où aller, et ses Pokémon avaient tous l’air sympathique et… bizarre. De plus, il avait arbitrairement pris sa défense, sans aucune raison. C’était surprenant. Mais pourquoi pas ? Ils avaient tous l’air tellement perdu, et d’avoir besoin les uns des autres pour s’en sortir. Et il savait que lui aussi, il avait besoin de quelqu’un. Alors pourquoi pas eux ? D’autant que la Magicarpe pouvait comprendre ce qu’il ressentait, ce qui jusqu’à présent n’avait jamais été le cas. Alors il continua de fixer l’humain, et doucement, ferma les yeux.

Il poussa un léger cri de surprise en se sentant subitement soulevé de terre. Tyrion lui sourit et lui frotta doucement la tête, geste qui commença à réchauffer doucement le cœur du Pokémon solitaire.


« Voilà, tu es des nôtres maintenant. Bienvenue dans une véritable équipe de bras cassés ! Tu verras, tu vas t’y plaire. »
avatar
Tyrion Horrendous
Informations
Nombre de messages : 23

Fiche de personnage
Points: 31
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum