[ Clos ] Une journée sans vent [Pv. Aisling]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Une journée sans vent [Pv. Aisling]

Message par Catarina le Lun 26 Oct 2015 - 5:21

[Contrainte : L'intervention du climat]

Le festival des lumières devait battre son plein en Erasia. Le festival pour commémorer la mort des humains et des pokémons lors de l’évènement Mewtow. Une célébration en la mémoire des défunts qui ont pliés face à l'adversité. En mémoire aux faibles qui ont perdu le contrôle de leurs créatures. Il n’y avait que sur Erasia qu’un tel phénomène s’était produit. Midgard avait été plus fort qu’eux et avait même dût descendre à leur rescousse. C’était ainsi que ses parents avaient péri… pour protéger des Erasiens, ils avaient combattu et étaient morts. Aller en ces terres pour célébrer leur mémoire? Jamais. Si les Erasiens avaient besoin d’une journée pour se rappeler de ceux qui avaient été trop faibles ou qui s’étaient sacrifiés, c’est qu’ils ne vivaient pas, comme elle, avec la tristesse constante, le souvenir qui la hantait tous les jours. On avait eu beau prier (offrir en réalité) Catarina de descendre sur le continent pour offrir ses hommages à tous les morts, elle s’en balançait royalement. S’ils avaient péri sous les coups de pokémons, soudainement devenus sauvages, c’était leur faiblesse. Et si ses parents étaient morts pour en sauver d’autres, c’était par leur faute. Et de toute manière, qui se souviendrait de deux Aliphyriens, deux habitants de Tenkei qui s’étaient sacrifiés pour eux?

Catarina se leva, la douleur lui étreignant la poitrine. Voici ce qui était le plus douloureux pour elle. Qui se souviendrait de ses parents? Aujourd’hui, c’était le festival des lumières. Mais demain? Dans un an? Elle, elle leur survivait. Si au début elle s’était laissé dépérir, elle avait trouvé la force dans une chose. Le maniement des lames. Elle déposa par habitude sa main sur Shiavona avant de se lever. Il était temps pour elle de s’activer un peu. Elle ouvrit les portes de la maison qui l’abritait depuis maintenant un an avant de s’immobiliser sur le pas de la porte. Quelque chose clochait. Elle regarda autour d’elle, pourtant, rien n’était hors de l’ordinaire. L’agitation propre à Aliphyr, avec ses enfants qui courraient sur les passerelles suspendues, les femmes qui parlaient dans la rue, les autres qui marchaient dans le but qui leur était propre. Rien de spécial, mais en même temps. Elle fit un pas de plus et c’est alors que quelque chose la frappa. C’était le soleil sur sa peau,  la chaleur de ce dernier, le son des Poichigeons que l’on entendait distinctement. C’était les rayons de soleil qui venaient jouer sur ses avant-bras dénudés. Mais c’était surtout l’absence de vent alors que la ville était à ras de montagne. Perchée sur le vide, au rebord du continent, c’était une ville dangereuse, mais qui plaisait aux gens de l’air. Et pour la première fois depuis qu’elle habitait ici, c’est-à-dire depuis l’évènement Mewtow, le vent ne soufflait pas sur Aliphyr. Ses cheveux restaient plaqués sur sa tête sans le moindre frémissement.  

Elle ferma la porte avant de s’avancer de quelques pas, on la sentait perdue, comme si elle avançait sans buts et c’était le cas. À tout hasard, elle prit le chemin de droite et traversa un groupe de personne en train de bavarder. De loin, cela ne paraissait pas, mais une certaine tension se lisait sur leurs visages. Eux aussi l’avaient remarqué. Que le vent, aujourd’hui, était absent. Elle prit une passerelle pour aller vers le bloc d’habitations suivant et se surpris à être débalancée. La passerelle ne tanguait pas comme à son habitude et elle se surprit à prendre la rampe pour se stabiliser. Elle traversa un second groupe de personnes avant d’arriver à une grande plateforme rocheuse. C’était l’endroit parfait pour reprendre ses esprits. Aliphyr, le toit du monde, la ville aux mille vents, cet Aliphyr-là était aujourd’hui totalement immobile. Le calme plat. Assise sur une roche, elle regarda autour d’elle. Pas une feuille ne bougeait, c'était comme si le monde avait cessé de respirer.

Ses pas l’avaient amené à un endroit bien connu, sur une plateforme tranquille où elle s’entraînait habituellement. Une plateforme rocheuse  en altitude, fouetté par les vents. Pourtant, aujourd'hui, pas la moindre brise pour la réconforter. Le vent n'était pas plus présent qu'en ville. Habituellement, elle se serait levée, étiré correctement avant de prendre sa Shianova pour esquisser quelques bottes et parades pour délier ses muscles correctement, mais quelque chose dans l’air l’en empêchait. Peut-être était-ce le fait que le vent ne fouettait pas ses oreilles comme d’habitude, ce sentiment de hâte et de mouvement perpétuel. À moins que c’était les rayons de soleil, qu’elle sentait pour les premières fois danser sur sa peau, cette douce chaleur se répandre sur son corps ferme et ciselé qui la retenait, clouée au sol. Quelque chose ici, aujourd’hui, la poussait à la paresse.  

Catarina ne sentit même pas ses paupières se fermer  sournoisement. Quelques minutes plus tard, elle se retrouva à dodeliner de la tête avant de se perdre dans les bras de Morphée. Quelques secondes, dormir seulement quelques secondes lui dit son esprit avant de s’éteindre.…  Une journée de soleil, sans vent, ça n’avait rien de bon pour elle, vraiment rien de bon.
avatar
Catarina
Informations
Nombre de messages : 0

Fiche de personnage
Points: 37
Âge du personnage: 19
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Une journée sans vent [Pv. Aisling]

Message par Aisling Hops le Lun 26 Oct 2015 - 17:50

La « preuve » qu’elle avait ramenée de la Tour n’avait clairement pas réussi à lever sa punition. En même temps, elle s’était aventurée sur le continent d’Erasia sans permission, sans prévenir personne… Mais quand même, elle était bien plus mûre maintenant ! La gamine ruminait dans sa chambre tout en feuilletant son carnet où elle notait et dessinait toutes les choses impressionnantes soit elles qu’elle voyait. La page où elle ne cessait de lire ses notes portait sur Mizuhan et son passage à la Nouvelle-Gilnéas. Elle y avait écrit ses péripéties, ses rencontres et n’en avait oublié aucune miette. Elle avait même écrit en bas de la page « J’y retournerai. ». Mais pour le moment, elle était bloquée dans sa chambre et elle n’avait pas vraiment le droit d’y sortir sans la permission de sa mère. C’était elle la chef de la famille, même son père n’osait la reprendre quand celle-ci avait tord. Aisling songeait que du côté de son père, c’était que des poules mouillées…

« Non, j’ai pas envie de jouer… Laisse-moi tranquille… »

Le Pokémon en forme de lettre (ou en forme de poisson) lévitait à côté d’elle et semblait vouloir « jouer », du moins attirer son attention qui ne cessait de se porter vers sa fenêtre grande ouverte. Certes elle pourrait passer par là et s’éclipser en douce mais elle était tout de même au premier étage et franchement, elle pourrait se faire mal… Non, elle n’y avait jamais songé mais si cela devait se produire, elle demanderait l’aide à l’un de ses Pokémon. Peut-être que Caethon pourrait la porter sur lui dans un futur proche, ou lointain. Très lointain car elle n’avait pas l’impression qu’il pourrait la supporter, elle et son léger surpoids… Dans long soupire, la rouquine se laissa abattre. Elle perdait son temps à rester cloitrer ici…

« Je viens de parler avec maman. Tu as l’autorisation de sortir de la maison et de te promener dans Aliphyr. Par contre, tu es surveillée alors pas d’escapade en dehors des montagnes. »

Lefay était rentré dans sa chambre sans vraiment frapper, comme à son habitude en fait. Son grand frère n’était pas de garde aujourd’hui, comme les prochains jours. Les jeunes guerriers ne travaillaient plus vraiment depuis un moment et c’était chose étrange. Mais bon, pour Aisling, c’était une chance d’avoir son frère avec elle, au moins, il était du côté de sa petite sœur. La rouquine se leva alors de son lit et demanda plus d’explications quant à sa levée de punition. Lefay garda le silence avant de quitter la pièce.

« Bah, au moins, je peux sortir d’ici. » dit-elle en haussant les épaules.

Aussitôt, elle passa sa veste au-dessus de ses épaules et rangea son carnet dans sa petite sacoche. Quelques minutes après, Aisling était dehors pour respirer l’air frais et… Tiens, il n’y avait pas une brise aujourd’hui mais juste un soleil tapant un brin trop fort à son goût. La gamine haussa à nouveau les épaules et quitta la demeure familiale, Kircheis la suivant de près. Depuis qu’il était là, Voodoo ne sortait plus trop mais jamais Aisling ne lui avait interdit de sortir à son bon plaisir. Peut-être que les deux Pokémon ne s’appréciaient pas.

Aisling traversa les maisons d’Aliphyr et observa les quelques habitants discutant entre eux. Une étrange atmosphère se dégageait de la ville, comme si le vent absent en était la cause principale. Et pour vrai ! Les habitants d’Aliphyr étaient réputés pour manier le vent aussi bien pour se défendre que pour voler avec les Pokémon oiseaux. Mais bon, pour Aisling, ce n’était qu’un détail ; elle ne savait pas maîtriser son élément comme sa mère ou son frère. En tout cas, elle ne s’initia pas plus dans les discutions des adultes et se dirigea vers les hauteurs de la ville. Elle s’y sentait mieux car elle était seule et… Pas cette fois on dirait. Une jeune fille visiblement pas plus vieille qu’elle s’était allongée sur une roche plate. Kircheis voulut voir de plus près cette belle créature mais Aisling le rattrapa en plein vol et lui fit comprendre qu’il ne devait pas y aller seul. C’était peut-être dangereux. Clairement que non lui fit comprendre son Pokémon mais Aisling était tout simplement jalouse que celui-ci se soit épris d’une jeune femme. Aisling n’était pas mignonne quand même ?

Cependant, elle était tout de même intriguée et donc elle de sa cachette pour s’approcher de la belle endormie. Elle était vraiment jolie et elle avait de beaux cheveux longs et si bien coiffés… Aisling était jalouse car elle avait hérité de la couleur de son père. Ils étaient si rouges et peu normaux… En plus, elle avait des rondeurs… Accroupie, cette dernière regarda la demoiselle d’un air curieux, puis finalement décida de la réveiller.

« Dis… Tu vas bien ? »

Kircheis se cogna volontairement sur sa dresseuse, légèrement en colère car elle venait de déranger une très belle créature et la voir endormie le rendait toute chose. Kircheis était clairement tombé amoureux d’une humaine et cela consternait sa maîtresse… Idiot de Pokémon en forme de poisson pensait-elle.  

_________________

> <
avatar
Aisling Hops
Informations
Nombre de messages : 141

Fiche de personnage
Points: 37
Âge du personnage: 20 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Une journée sans vent [Pv. Aisling]

Message par Catarina le Lun 9 Nov 2015 - 15:46

Elle était sur une grande plaine, telle qu’elle n’en avait jamais vu. L’herbe grasse s’étendait à perte de vue et des Pokémons qu’elle ne connaissait point étaient en train de brouter ou de paître tranquillement. Le vent soufflait d’une douce brise, venant briser avec la chaleur ambiante. Ici, on était bien et, même si elle n’avait aucune idée d’où était ce « ici » elle se sentait à sa place, sereine. Elle leva les yeux et vit le ciel comme elle ne l’avait jamais vu. Les nuages semblaient si loin, les cris des oiseaux si lointains, tout semblait parvenir à ses oreilles comme à travers un filtre. Même les mouvements de la jeune femme semblaient au ralenti, comme si elle luttait contre la pression de l’air. Mais quelque chose attira son regard vers la droite. Une silhouette à contre-jour. Un Tauros qui l’observait sur le haut d’une colline, monté par un cavalier. Sa poitrine se serra et elle fit un geste dans la direction de la bête, mais cette dernière fit demi-tour alors que le cavalier la salua (était-ce vraiment un salut? À cette distance, difficile de percevoir) avant de…

Catarina se réveilla en sursaut, tout en cherchant sa respiration. Sa poitrine se souleva et s’abaissa à toute vitesse alors qu’elle cherchait simplement à reprendre ses esprits. Un pincement de douleur à la poitrine, elle cherchait à comprendre ce qui s’était passé. Elle était là, pourtant, assise sur le rocher, comme tout à l’heure, à fixer l’infini… où était-ce bien le cas? Dans son champ de vision, une jeune fille aux cheveux roux (ou rouge plutôt) était apparue avec son visage un peu rond, ses grands yeux un brin mal à l’aise. Bouboul… Non, faites que ces mots n’aient pas échappés à sa bouche. Cette jeune fille, elle la connaissait ; elle l’avait vue entourée par des enfants qui la traitaient de noms et qui se moquaient d’elle. Avant. Il y avait de cela plusieurs années. Elle avait voulu intervenir, protéger la petite mais sa mère, à chaque fois lui disait que ce n’était pas la place d’une fille d’agir ainsi. Pourtant, n’était-elle pas de la tribu de l’Air? Les femmes ici pouvaient agir à leur guise… non?

Il fallait absolument que Catarina retrouve contenance. Elle se redressa, ouvrit les épaules et prit un air un peu plus sérieux. Sérieux, hautain? Quelle expression se reflétait sur son visage, elle n’en savait rien et ça ne l’intéressait pas, il ne fallait juste pas qu’elle montre de faiblesse, qu’elle ne divulgue ses pensées.

-Bonjour, dit-elle tout simplement pour répondre à la question. Parler la mettait mal à l’aise, elle n’avait jamais été très douée à cela. Habiter loin de la ville avec seule sa mère, ça ne développait pas vraiment les interactions sociales. Des amis, elle n’en avait pas, mais en avait-elle vraiment besoin? Son épée lui suffisait. Quoi qu'il en soit, briser la glace lui avait fait un peu du bien, son visage se détendit un petit peu jusqu’à ce qu’un mouvement attire son regard. Caché derrière la jeune femme se trouvait une créature pour le moins étrange, comme elle n’en avait jamais vu. Des traits noirs avec un gros œil… Un Pokémon? Ou plutôt une invention plutôt étrange? Sans le vouloir, elle eut un mouvement de recul face à la chose. S’il était avec l’humaine, elle devait être gentille, mais qui sait… Catarina préférait rester sur ses gardes, des Pokémons agressifs, elle en avait déjà vu. Elle mit sa main glissa de sa hanche au pommeau de sa Shinova alors qu’elle se relevait de son séant. Rester assis sur une roche, ce n’était guère confortable et ses fesses semblaient être endolories. Combien de temps avait-elle dormi ici? Et combien de temps d’entraînement avait-elle perdu.

Maintenant debout, voici que Catarina se sentait encore plus mal à l’aise sous le regard de la jeune fille. Elle se sentait observée, et elle-même, ne nous en cachons pas, détaillait la jeune fille avec ses simples habits, son petit surplus de poids, sa figure joviale et son air bon enfant. Comment avait-elle fait pour grandir en une jeune fille épanouie alors que Catarina l’avait vu se faire moquer par les jeunes du coin? Enfin, d’une voix claire mais ferme, la jeune blonde initia la conversation

-Drôle de journée, ne trouvez-vous pas? On dirait que le vent s’est essoufflé. J’espérais trouver une petite brise en venant ici, mais seul le silence m’a accueillie.

Banal dialogue, qui mènerait sur une conversation tout aussi banale et anodine, elle le savait. Mais elle n’avait rien trouvé de mieux à dire. Elle glissa avec une assurance qu’elle était loin de ressentir une mèche de ses cheveux derrière son oreille, essayant de discipliner sa coiffure déjà impeccable avant d’esquisser un petit sourire en coin. Elle gardait le Pokémon à l’œil mais quelque chose lui soufflait que Bouboule avait besoin de parler. À moins que ce soit elle, Catarina, qui voulait parler à quelqu’un?
avatar
Catarina
Informations
Nombre de messages : 0

Fiche de personnage
Points: 37
Âge du personnage: 19
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Une journée sans vent [Pv. Aisling]

Message par Aisling Hops le Mer 11 Nov 2015 - 21:20

La demoiselle s’était finalement réveillée et Aisling constata qu’elle était vraiment belle, bien proportionnée et avec un très joli visage fin et surtout… de très beaux cheveux blonds ! Mais bon, elle était née ainsi, on ne pouvait choisir sa famille mais ses amis, oui ! Peut-être que la rouquine venait de se faire une nouvelle amie. Ou pas… Car la jeune femme qui venait de se faire réveiller par une gamine ne semblait guère apprécier. Aisling cessa de sourire et prit une mise triste et songea que ce n’était sûrement pas la meilleure approche pour interpeller quelqu’un. Pourtant elle n’avait nullement eu envie de la déranger. Enfin elle était allongée ! Peut-être avait-elle eu un malaise ou autre chose ? C’était normal de s’inquiéter non ? Un simple bonjour s’échappa de sa bouche qui fit frissonner Aisling. Elle était en colère ! Et en plus, elle dévisageait Kircheis d’une étrange façon, comme s’il lui faisait peur… En même temps, il était étrange comme Pokémon avec sa forme de poisson et son œil immense vous dévisageant. Et en plus de ça, c’était un pervers aimant les jolies et jeunes filles… Voyant que cela la mettait sûrement mal à l’aise, la rouquine prit son Pokémon dans ses bras pour l’empêcher de léviter trop prêt (et par pur jalousie) de la jeune femme.

« Tu n’as rien à craindre de lui. C’est mon Pokémon, il doit m’obéir, enfin normalement car il prend un peu trop ses aises en sortant de sa noigrume… Mais jusqu’à présent, il n’a fait aucun dégât et n’a blessé personne… Du moins je le pense. » termina-t-elle en souriant, l’air gêné.

Car au final, elle ne connaissait pas le passé de son Pokémon. Peut-être avait-il déjà agressé des jeunes filles dans la Tour de l’Eternité ? Enfin quand même ! Il fallait qu’elle tombe sur LE Pokémon pervers ! Surtout qu’en plus, il ne lui faisait pas de jolis yeux (ou un joli œil) quand ils étaient ensembles. Non cet imbécile reluquer les belles jeunes femmes… Déjà qu’Aisling était complexée de son corps alors là, c’était le pompon ! En tout cas, cette dernière le tint suffisamment bien entre ses bras pour que celui-ci ne reluque la jeune femme qui semblait être agacée qu’on l’ait dérangée.

Aisling se redressa à son tour afin d’être plus à l’aise pour communiquer. Elle était beaucoup plus grande que la gamine et elle avait une épée. Une arme quoi alors qu’Aisling n’avait absolument rien pour se défendre. C’était donc une guerrière ?! Enfin elle n’irait pas l’attaquer juste parce qu’elle l’a réveillée ? Visiblement non, enfin pour le moment. La blonde commença alors la discussion, vouvoyant alors Aisling qui n’en revint pas. Peut-être parce qu’elle était guerrière et qu’elle suivait un code particulier ? Cela la dérangeait un peu mais bon, elle continua cependant à l’écouter et elle aussi avait remarqué pour le vent qui ne soufflait plus.

« Oui… C’est plutôt étrange, surtout que nous sommes en altitude… Certaines personnes en bas sont inquiètes et n’arrêtent pas d’en parler. Mais c’est sûrement passager. »

La rouquine baissa les yeux, un peu gênée par le regard que lui portait la blonde. Elle semblait être plus autoritaire qu’elle ne le pensait… Mais bon, ce n’était sûrement qu’une simple impression qu’elle donnait, par méfiance. Elle pouvait très bien être sur la défensive mais énormément de personnes au village connaissaient Aisling, cette gamine ne ferait pas de mal à un insecte !

« Dis moi… Tu as une épée, tu es donc une Guerrière ? Tu viens souvent ici pour t’entraîner ? Il m’arrive de venir dans le coin quand je ne me sens pas bien et voir le monde d’en haut me fait un bien fou. » dit-elle en souriant.

Des souvenirs peu joyeux lui revinrent en mémoire. Les garnements qui ne cessaient de l’embêter à cause de son physique, ses nombreuses escapades pour se retrouver seule et pleurer à s’en faire mal aux yeux. Mais maintenant, Aisling avait mûri, ses expériences à l’extérieur d’Aliphyr l’avaient renforcée et puis, c’était du passé maintenant. Oui, du passé alors quand elle revoyait ses « anciens camarades », cela ne lui faisait plus rien. Bien au contraire, les ignorer en se souvenant de la tête qu’ils faisaient en ayant fait la rencontre de Voodoo, c’était trop marrant !

Aisling porta son regard sur le paysage qui se trouvait derrière la jeune femme. Il n’y avait aucun nuage, les herbes ne dansaient pas au rythme du vent. Non, cette journée n’était pas « banale », il manquait quelque chose. Le vent. Mais peut-être était-ce un effet naturel et qu’il reviendrait plus tard… En tout cas, le soleil tapait fort et le ciel bleu n’était guère rassurant. Surtout pour les Guerriers Ailés, ils étaient à découvert pendant leur volée et le vent les guidait. C’était sûrement à cause de cela que son frère n’était pas retourné à Linaewen…

« Au fait, je m’appelle Aisling Hops. Et toi ? On a dû se rencontrer mais jamais se parler. C’est bizarre non ? »

_________________

> <
avatar
Aisling Hops
Informations
Nombre de messages : 141

Fiche de personnage
Points: 37
Âge du personnage: 20 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Une journée sans vent [Pv. Aisling]

Message par Catarina le Jeu 10 Déc 2015 - 5:27

[Désolé du retard, j'ai fait du mieux que j'ai pu. Mon message est pas mal entre-coupé, j'ai eut de la difficulté à garder le rythme et le focus à écrire sur une si longue période de temps. Espérons que ce soit plus fluide par la suite Smile ]

Rien à craindre? Les lèvres de la jeune fille se retroussèrent dans un sourire un peu incrédule. C’était vrai qu’elle n’avait rien à craindre des dresseurs du Continent céleste. Jamais ces derniers n’avaient perds le contrôle de leur Pokémon lors de l’évènement MewTow mais c’était autre chose des Erasien et la jeune guerrière en gardait un peu de rancœur. (et un peu de peur aussi). Enfin, Aisling était une habitante de Midgard, elle n’avait pas à s’en méfier (de elle et de ses Pokémons… en principe) mais le poisson aux arrètes noirs ne lui était pas familier. Ce ne devait donc pas être un Pokémon du continent céleste. Une source de danger potentiel? Peut-être, surtout que la jeune dresseuse semblait avoir de la difficulté à garder son emprise sur l’étrange créature… Et que le Zarbi la regardait d’une drôle de manière aussi. Prémices d’une attaque? Qui sait. Une drôle de sensation lui chatouillait l’échine, comme si elle se sentait épiée d’une drôle de manière. Au moins, le reste de la phrase rassura un peu Cat, la drôle de créature noire n’était donc pas une de celle qui s’était rebellée contre les humains, normalement, elle n’avait fait de mal à personne… normalement…

« Tu es donc allé sur Erasia. Il est étrange ton Pokémon, j’en ai jamais vu dans le coin. » Demanda Catarina d’une voix neutre voire un peu curieuse. Parler aux personnes n’avaient jamais été sont fort, sa Shianova était son interlocutrice favorite et parler avec les gens de son âge n’était pas dans ses habitudes. Habiter à l’extérieur de la ville, seule avec sa mère, ça l’avait marqué. « Mais oui, je suis Catarina, je m’entraîne pour prendre les armes et pour protéger ma tribu. » dit-elle avec un brin de fierté. Mieux valait ne pas ajouter qu’elle prenait aussi les armes pour défendre le continent contre les Erasiens. Si sa supposition était bonne, la rondelette petite demoiselle devait avoir des attachements avec les habitants du continent d’Erasia. Mieux valait aussi ne pas ajouter qu’elle de méfiait de ces Erasiens qui, de jour en jour, envahissait le territoire céleste pour soi-disant découvrir le monde. « Enchanté de te rencontrer Aisling » ajouta-t-elle en tendant symboliquement la main (tout en évitant d’entrer en contact avec le Pokémon). Le contact de la main de la jeune fille était plutôt chaud et doux, contrairement à ses mains à elle, légèrement rugueuses dû au contact avec les armes. Catarina n’avait pas le loisir d’être douillette et de prendre soin d’elle-même comme les jeunes filles de son âge le faisaient actuellement. Enfin, celles qui cherchaient à se mettre en couple avec un beau grand guerrier. Les hommes, elle, ça ne l’intéressait pas plus qu’il faut. Il y avait bien le jeune Juan, qui portait déjà sa première plume et qui maniait l’épée comme un vétéran mais ce dernier préférait les jeunes femmes à la peau douce comme Aisling. Enfin, c’était probablement la seule chose qui aurait pu intéresser Juan chez son interlocutrice pensât-elle sans méchanceté.

« Je me souviens de t’avoir vu à plusieurs reprises, effectivement, mais ça doit être la première fois qu’on se parle. Alyphir est un grand village, mais si petit en même temps. J’habitais dans les Obsidiennes jusqu’à l’année passé » finit-elle avec une note de tristesse dans la voix. « Mais toi, que viens-tu faire ici? J’ai beau t’avoir entraperçu quelques fois dans le village, c’est bien la première fois que je te vois ici. Tu viens souvent sur ce promontoire? » finit-elle, un peu jalouse qu’une autre personne qu’elle profite de son endroit secret.
avatar
Catarina
Informations
Nombre de messages : 0

Fiche de personnage
Points: 37
Âge du personnage: 19
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Une journée sans vent [Pv. Aisling]

Message par Aisling Hops le Lun 21 Déc 2015 - 15:56

Pendant que la jeune guerrière était sûrement perdue dans ses pensées après toutes les révélations que la rouquine lui avait fournie, Aisling regarda son Pokémon qui lévitait toujours à ses côtés. Rien à craindre de ce poisson volant ? Pour le moment, il s’était plutôt montré pot de colle qu’agressif, un brin pervers aussi, surtout quand il parvenait à sortir de sa noigrume pour aller reluquer sa mère dans la salle de toilettes. Il avait beau s’être fait enguirlander des dizaines de fois, il ne pouvait arrêter son petit numéro. Enfin, plus maintenant car la mère de sa dresseuse s’en était rendue compte et lui avait fait regretter à sa façon de recommencer. Elle avait les mots (et sûrement les gestes) pour se faire comprendre (et surtout respecter). Aisling ne sut jamais comment elle y était parvenue à l’en dissuader de recommencer. Mais il n’avait plus jamais retenté le voyeurisme. Mais Aisling comprit rapidement qu’elle n’avait pas encore le contrôle sur tous ses Pokémon ; seuls Voodoo et Caethon semblaient l’obéir jusqu’à présent, Kasha n’en faisait qu’à sa tête (peut-être parce qu’elle n’avait pas besoin de ses services…) et Kircheis… lui, ce n’était même pas l’à peine.

Catarina répondit à la rouquine et déclara que son Pokémon était bizarre et qu’elle n’en avait jamais vu. C’était normal puisqu’elle ne l’avait pas capturé dans la région. Puis Aisling la regarda puis son Pokémon et pouffa de rire, ça pour être bizarre, il l’était ! Voyant que sa dresseuse se moquait de lui, Kircheis bouda en « fronçant » l’œil. Quelques secondes de fou rire et la demoiselle reprit son calme et s’adressa calmement à sa camarade :

« Désolée, ce n’était pas contre toi. » dit-elle en montrant du doigt son Pokémon boudeur. « Oui, j’y suis allée au moment où un festival se déroulait à Mizuhan, à la Nouvelle-Gilnéas. C’était vraiment sympa ! Même si on a eu quelques soucis sur le moment… Et malheureusement, j’ai dû rentrer alors que j’avais prévu de faire autre chose là-bas… »

Aisling accepta de serrer la main de Catarina sans trop comprendre où cela pourrait aller. En tout cas, la rouquine comprit que la guerrière semblait être plutôt distante avec son Pokémon. C’était plutôt étrange comme attitude, surtout que le peuple d’Aliphyr vivait avec des Pokémon sauvages. Peut-être parce qu’il n’était pas un oiseau ? Bah elle avait sûrement une raison, Aisling ne la forcerait pas, loin de là.

« Oui, on n’oublie pas facilement « Bouboule » d’Aliphyr, hein ? » lâcha-t-elle en rigolant. « À l’époque, je me faisais malmener par d’autres enfants mais plus maintenant. Depuis que j’ai eu mon premier Pokémon et que j’ai commencé à quitter la tribu pour découvrir de nouveaux lieux, on m’a un peu oubliée et tant mieux. »

Lorsqu’Aisling eut fini de parler, elle ressentit comme une pointe de tristesse dans la voix de sa camarade de tribu. Il s’était passé quelque chose aux Monts d’Obsidienne ? Mais Catarina ne lui laissa pas le temps de le lui demander qu’elle enchaîna. Même si elle avait horriblement envie de savoir, Aisling ne pouvait se permettre de s’initier dans la vie privée des autres, surtout qu’elles ne se connaissaient que depuis peu…

« Ce que je fais ici ? Eh bien… Comme j’ai plus ou moins fugué pour me rendre à Erasia au moment du festival sans prévenir personne, j’ai été sévèrement punie. Mais mon frère m’a dit que j’avais l’autorisation de me promener dans Aliphyr et évidemment, je ne peux aller plus loin… Du coup, je suis revenue sur le promontoire car avant j’avais l’habitude de venir ici quand… » doucement, sa voix se fit plus basse, comme si sa gorge se resserrait. « Les autres m’embêtaient… Mais bon, c’est de l’histoire ancienne ! Et toi alors ? Tu venais faire quoi ici ? Désolée, je parle beaucoup. » lâcha-t-elle en souriant.

Et pendant que les deux jeunes femmes discutaient entre elles, Kircheis ressentit comme une étrange sensation un peu plus en bas. Il décida alors de les quitter puisqu’il n’était plus le centre d’attention et entreprit de « descendre » doucement la montagne vers ce qui l’intriguait tant. En tant que Pokémon, il pouvait ressentir des choses que les humains ne pouvaient. Lorsqu’il longea la montagne, il tomba sur un groupe d’individus bien étranges et aux allures peu communes aux Aliphyriens. Tiens, pourquoi ils avaient de grands sacs et ils y fourraient des Roucouls dont les pattes étaient attachées ? C’est alors qu’un Coatox sortit de nulle part et donna des coups sur le Zarbi qui les évita de justesse.

« Hein ? Qu’est-ce qu’il y a Coati ? Et mais c’est quoi ce truc lévitant ?! Les gars, choppez moi ça avant que cela n’alarme la tribu ! »

Kircheis évita les mains que deux sbires levaient pour tenter de l’attraper. C’est alors que la bestiole volante quitta les lieux et se dépêcha de rejoindre sa dresseuse qui discutait toujours avec la jeune guerrière. Le Pokémon alla directement se faufiler sous le t-shirt de sa dresseuse (à même la peau) et trembla de peur. Rougissant et honteuse que son Pokémon lui fasse ça, Aisling hurla :

« Nan mais oh ! Tu dégages de là !! C’est une propriété privée !!! »

Aussitôt, la rouquine retira son Pokémon de ses vêtements mais ce dernier continua de se coller contre elle, complètement tremblant. La gamine cessa alors de l’embêter et se demanda même ce qu’il avait pour se mettre dans un tel état. C’est alors qu’un peu plus au loin, un des sbires avait pris l’initiative de suivre le Pokémon sans se rendre compte qu’il était rentré dans le périmètre de la tribu.

« Hein ? Oh merde ! »

Malheureusement pour lui, il avait été aperçu par les deux jeunes femmes qui sur le coup n’avaient pas du bien comprendre son comportement. Aisling se retourna et regarda dans la direction qu’avait pris le fuyard.

« Drôle de personnage celui-là… Et quel drôle de langage aussi… Sérieux, on est si affreuses que ça ?! » demanda-t-elle à Catarina.

La « rencontre » fut rapide mais elles avaient du apercevoir qu’il n’avait pas l’attirail typique des Aliphyriens et que son Midgardien n’était pas aussi correct que cela. C’était sûrement un étranger, un Erasien peut-être mais pourquoi avoir pris la fuite aussi subitement ? C’est alors que Kircheis quitta les bras de sa dresseuse pour léviter en face d’elle. Il tenta de lui faire comprendre que ce type n’était pas quelqu’un de bien mais il était difficile de comprendre cela, surtout venant d’un Pokémon avec pour seul « organe » un œil… Voyant que sa maîtresse ne comprenait rien, le Zarbi passa alors derrière elle et la poussa dans la direction où l’étrange type était parti.

« Quoi ?! Roh dommage que tu ne saches pas t’exprimer comme un humain… » puis à Catarina, « Je crois que Kircheis voudrait qu’on le suive. Il réagit bizarrement et cet inconnu avait vraiment un comportement étrange… »

Le Zarbi repassa devant les humaines et leur montra le chemin. Evidemment, puisque c’était dans les montagnes, il était difficile de bien se mouvoir et il fallait surtout faire attention à ne pas tomber dans le vide mais les demoiselles étaient originaires des montagnes, cela ne leur posait donc pas un problème (même pour Aisling). Après quelques péripéties, les deux jeunes filles arrivèrent enfin dans un coin où elles purent voir facilement ce que ces brigands faisaient : ils capturé des Pokémon de la région et les mettaient dans des sacs. Des braconniers ! Bien cachée, Aisling murmura à Catarina :

« Il faut faire quelque chose… Mais on est que deux et eux, ils sont trois et sûrement mieux armés que nous. Désolée, je fais pas d’escrime comme toi… Peut-être devrions-nous aller chercher de l’aide au village ? »

En tout cas, il fallait faire quelque chose, ces hommes semblaient bien être des braconniers et ils avaient une bien étrange façon de « capturer » des Pokémon. Aisling le pensait ainsi car ils avaient le physique typique de ce gens là (ah les histoires pour enfants…).

Alors que les demoiselles voulaient jouer les héroïnes, des Chevaliers Ailés d'Aliphyr déboulèrent du côté opposé, prenant au vif les braconniers qui stoppèrent rapidement leur activité. Une main se posa alors sur l'épaule de la rouquine qui se retourna vivement pour voir son frère aîné. Ce dernier lui expliqua que comme elle était toujours punie et la connaissant parfaitement bien, il l'avait suivie. Heureusement car il avait pu prévenir ses compagnons d'armes qui allaient maintenant s'occuper des braconniers et libérer les Pokémon sauvages. Aisling soupira de soulagement car elle se voyait pas leur sauter dessus et avant qu'elle ne regagne sa demeure, elle salua une dernière fois Catarina et lui souhaita bonne chance pour son avenir et espérait bien la revoir avant de quitter le pays...

[ Hrp : et woilà ! Deux choix s'offrent à nous : foncer dans le tas ou bien demander de l'aide. Je te laisse choisir ^^ ]

[ Edit du 18 mars 2016 : Aisling désengagée. Je remercie Catarina pour ce rp, dommage qu'on ait pas pu le terminer :/ ]

_________________

> <
avatar
Aisling Hops
Informations
Nombre de messages : 141

Fiche de personnage
Points: 37
Âge du personnage: 20 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Une journée sans vent [Pv. Aisling]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum