[ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Velusia Varam le Lun 18 Jan 2016 - 22:51

Velusia lâcha un éclat de rire. Lumière venait de se faire avoir par Sorcha, qui venait de lui envoyer un jet d’eau dans les yeux. L’hippocampe se tenait sur Ascendance et Velusia sur Tara, Siel transportant Mesa.  La fine équipe s’était levée aux aurores, pour un entraînement musclé dans la montagne, chacun ayant ses propres lacunes à combler. Siel devait apprendre à écouter son cavalier, si discret et léger qu’il soit, Mesa à être moins trouillarde de tout, Tara avait la fâcheuse habitude à discuter les ordres. Pour les autres, c’était surtout un manque de technique, même si cela faisait des mois maintenant qu’ils avaient été domestiqués, ils étaient les plus jeunes recrues de Velusia. Pour avoir une équipe efficace, il était absolument nécessaire de vivre ensembles, de s’entraîner ensemble, afin de s’optimiser ils étaient donc rarement dans leur balle maintenant. Avec la capture de Lumière, les desseins du chevalier s’affinaient. Lumière justement... Le dragon ne volait pas, ce qui était curieux pour un dragon avec des ailes, mais Velusia voulait lui offrir ce genre de sensations, pour la rendre meilleure combattant, s'il savait par la suite comment ses adversaires appréciait cette troisième dimension. Mais pour se faire, la guerrière était forcée e concentrée une partie de ses pouvoirs pour le porter, ce qui n'était pas vraiment une mince affaire. Son vent magique lui donnait l'illusion de voler, mais mieux valait qu'il ne s'y habitue pas trop. Elle entraînait chaque jour ses talents de chevalier et d’ailleurs, ses montures sortaient en armure complète, ainsi que ceux d’élémentaliste. Sa présence à Aliphyr suscitait un intérêt respectueux, la présence d’une caste élevée de l’autre continent, qui maniait le même élément que les natifs de la ville semblait être bien appréciée. En retour, Velusia appréciait de prendre l’air et de partager de temps en temps, un entraînement avec un autre chevalier, d’Aliphyr. L’ambiance n’était pas la même qu’à Nalcia, parfois trop endormie et elle trouvait ces gens-là plus guerriers dans leur façon d’être. Même les femmes et les enfants ne se laissaient pas facilement impressionner, c’était plutôt agréable.

L’air frais du matin cédait sa place à celui, beaucoup plus chaud, du midi. Comme il était temps de rentrer, Velusia serra la bride et emmena Tara. D’un mouvement lent, Siel fit demi-tour et un mouvement brusque d’air fit sentir à Velusia que Lumière avait changé de direction pour les suivre. Les dragons rugirent et la jeune femme pressa le mouvement, sentant arriver un ‘intrus’ au-dessus d’elle, légèrement en retrait. Elle savait déjà de qui il s’agissait. Sans se retourner, elle pressa Tara en se penchant en avant, qui poussa un cri strident, auquel répondit un Gueriaigle. Derrière elles, précisément. Velusia fonça entre les pics, rasant les falaises avec une promptitude que l’imposant avait du mal à suivre. Elle n’avait aucun mal à croire qu’ils étaient tant d’excellente montures aérienne que de Pokémon de guerre, sa monture cependant, n’avait pas seulement été élevée depuis sa naissance pour cela, elle était aussi plus rapide et le port de son armure ne changeait rien à cela, avec l’entrainement, elle avait appris à la supporter et à garder son agilité. Et mieux, s’entrainant des heures durant avec une armure lourde, elle n’en était devenue que plus rapide sans. Velusia était donc certaine de pouvoir battre à plate couture l’Aliphyrois qui la filait. Maligne, Tara s’aida d’un vent arrière particulièrement bien placé, profitant d’un couloir formé par des falaises, elle s’y engouffra en piqué, déployant ses larges ailes en prenant la faille de biais. Le rapace, trop large, dû se contenter de les survoler, perdant du terrain en se relevant.

Velusia entendait le vent siffler à ses oreilles, ses vêtements claquer au vent et ses joue s’engourdir, elle n’y voyait d’ailleurs presque plus rien, les falaises formant des tâches brunes, les ravins des traits bleus entre des tâches marrons sur un fond d’étendues vertes. Tara suivait la courbe du ravin par lequel elle s’était engouffré. Un peu a devant, il y avait un minuscule passage dirigé vers le bas et les prairies formaient une sorte de pont. Velusia lui fit prendre de la hauteur et pressa les genoux. Tara s’éleva puis replia ses ailes, se jetant dans le trou minuscule. Velusia baissa la tête, se collant contre sa monture. Filant à travers le trou, elle sentit et entendit les plumes de Tara crisser contre  la pierre. Une fois de l’autre côté, Tara étendit ses ailes pour reprendre un vol normal. Velusia risque un coup d’œil derrière, mais ne vit personne, jusqu’à ce qu’un coup d’aile, un mouvement et sa propre recherche de l’oiseau en question, n’attire son attention. Au-dessus, devant. Désireuse de battre son adversaire, elle mit les gaz. Rattrapant peu à peu son adversaire et Aliphyr, Velusia faisait corps avec sa monture, un fin sourire se dessinant sur son visage. Filant comme des flèches, Tara fini par rattraper le Gueriaigle. A l’approche de la ville, la course se serrait entre les deux oiseaux et appréciant le spectacle, quelques villageois s’étaient rassemblés où avaient cessé leurs activités pour voir lequel des deux gagnerait cette course.

La plus grande des places étaient en vue et les spectateurs se décalaient, comprenant l’intention des deux coursiers : elle allait servir de piste d’atterrissage. Ventre à terre, si l’on pouvait dire, les deux oiseaux s’alignèrent. La piste n’était plus qu’à une centaine de mètres, des cris s’élevaient un peu partout, Velusia et l’un des guerriers d’Aliphyr échangèrent un coup d’œil, avant de se recentrer sur la piste. Ils arrivaient à toute allure ! Et au dernier moment, le cavalier tira sur la bride, retenant son Gueriaigle, tandis que Velusia attendit les tout derniers mètres avant de faire de même, soulevant des nuages de poussières au sein du village. Des cris, des sifflements, des applaudissements retentirent un peu partout et finalement, la foule se dispersa avec la poussière. Le cavalier fit descendre le rapace en douceur et se posa sans heurt. Il avait l’air ravi, Velusia esquissait un sourire en coin.

-Je n’aurais jamais osé prendre autant de risque.
-C’est pour ça que j’ai gagné.

Elle lui avait répondu tranquillement, le cavalier eut une moue amusée, lui donna une tape à l’épaule et s’en alla. Velusia passait les guides par-dessus la bride, pensant que bientôt, elles seraient inutiles. Plus loin une énorme explosion se fit entendre, attirant la vigilance du chevalier et des soldats de la ville. D’immenses rochers volaient en éclats, laissant apparaître un dragon bleu et au-dessus, beaucoup plus haut Siel. Il y eut quelques rires, visiblement, Lumière avait tenté de suivre Tara, sans se douter qu’il ne passerait jamais soit sans rester coincé, soit sans détruire le pic.


Dernière édition par Velusia Varam le Sam 27 Fév 2016 - 11:17, édité 1 fois

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Yuu le Mar 19 Jan 2016 - 17:30

[Juste pour être sûr, ton Drakkarmin vole par lui-même ou bien il est perché sur le dos d'un autre de tes Pokémon ? ]

Après bien des hésitations, Yuu s'était finalement décidée à retourner sur Tenkei. Abigail lui avait signifié qu'il lui restait quelques leçon à recevoir, et bien que son épreuve n'ait toujours pas été programmée, la jeune Mizuhanienne voulait se tenir prête. Mais comme elle n'était pas non plus prise par le temps, elle avait décidé de voyager un peu afin de parfaire son entraînement. De toute manière, si elle s'était rendu directement dans la forêt de Dyrinn à chacune de ses arrivées sur Tenkei, cela aurait fini par attirer l'attention, et fréquenter celle que les gens taxaient de "sorcière" était très mal vu dans le coin. Mieux valait donc débarquer ailleurs et finir le chemin à pieds.

Après en avoir discuté avec Jalousie, les deux amies avaient choisi Alyphir comme point d'arrivée sur Tenkei. Ni l'une ni l'autre ne connaissait la ville, et la pirate espérait trouver des adversaires à sa mesure parmi les chevaliers, pour son propre "entraînement".

Mais leur premier arrêt fut non pas dans une caserne, mais bien dans le bar le plus proche, où Jalousie enchaîna sans sourciller quatre pintes de rhum. Yuu avait depuis longtemps cessé de s'étonner sur la résistance à l'alcool de sa compagne. Certaines personnes étaient tout simplement des forces de la nature. Mais cette halte devait se prolonger, et pour cause : à peine entrée dans le bar qu'elle avait choisi, Jalousie apprit qu'un tournoi de lutte clandestin allait bientôt y avoir lieu... d'ici moins de trente minutes.

Enthousiaste, elle se fit expliquer les règles, forts simples : le tout se déroulait dans le sous-sol de ce bar, dans une cave reconvertie pour l'occasion en ring géant. Les concurrents - jusqu'ici il y avait une bonne trentaine d'inscrits - s'affrontaient dans un premier temps dans une battle royale, qui cessait lorsqu'il ne restait plus que huit participants en lice. Ensuite, les huit restants s'affronteraient deux par deux, jusqu'à la finale, et le vainqueur empocherait la coquette somme de mille pièces d'or.

Yuu doutait fortement que cette récompense ait été acquise de manière légale, mais Jalousie était tellement emballée par l'idée de se battre que la jeune fille ne songea même pas à la raisonner. Elle posa tout de même quelques question au propriétaire concernant l'organisation du tournoi. Ce dernier chercha à la rassurer.

Ces tournois, bien que pas vraiment encouragés par la garde de la ville et théoriquement interdits, étaient tolérés par les chevaliers à partir du moment où ils se déroulaient dans un lieu privé, à l'abri des regards profanes. En outre, il était également formellement interdit de faire de la publicité en public pour ce genre d'événement. Ainsi, les seuls qui étaient au courant de l'existence du tournoi qui allait avoir lieu étaient les clients du bar, et ceux que ces derniers avaient informé via le bouche à oreille. De plus, les maîtrises étaient autorisées mais pas les armes, et il était formellement interdit de mutiler ou de tuer son adversaire sous peine de disqualification. En bref, le patron conclut son discours de présentation en ces termes :

"C'est assez sévère par ici, mais c'est pas Linaewen non plus !"


Au départ, comme elle n'avait aucune idée d'entraînement à expérimenter dans le coin, Yuu avait prévu de rester et d'"observer" Jalousie, à défaut de l'encourager dans ses travers, les rixes et la boisson. Mais elle changea vite d'avis lorsqu'elle se rendit compte, en visitant le fameux ring, que la cave entière était dédiée au combat : la surface de combat couvrait toute la pièce, ne laissant aucun espace pour les éventuels spectateurs ! La jeune aveugle comprit bien vite qu'hormis le patron, lui-même combattant chevronné, qui servirait d'arbitre, tous ceux qui viendraient ici s'y rendraient pour se battre, chose dont la jeune fille n'avait vraiment pas envie. Elle alla donc se promener en ville, après avoir convenu avec Jalousie qu'elles se retrouveraient dans quatre heures, au niveau de la compagnie de Pokénavettes qui les avaient déposées à Alyphir.

Yuu visitait donc la ville depuis une petite vingtaine de minutes sans la voir, ce qui ne l'empêchait pas d'apprécier son ambiance. Le vent qui soufflait en permanence lui indiquait quelle voie suivre au travers des habitations afin de gagner une partie un peu moins peuplée et un peu plus sauvage de la montagne.

Mais alors qu'elle empruntait un chemin ascendant, elle remarqua que Luppy s'agrippait plus fort que d'habitude à sa chevelure. Sa dresseuse comprit alors qu'elle n'aimait pas particulièrement l'altitude, et elle caressa son hippocampe pour la calmer. Au contraire, Aquino n'arrêtait pas de faire des bonds hors de sa sphère aquatique, comme si elle souhaitait rejoindre le ciel. Yuu fut alors prise de mélancolie... Kéo aussi aimait beaucoup le ciel... Presque autant que l'eau...
Mais la jeune sentait bien que l'enthousiasme de la placide Aquino était dû à autre chose que la splendide étendue qui se trouvait au dessus et en dessous d'elle. Pour qu'elle s'agite à ce point, il devait y avoir quelque chose dans les environs, quelque chose que sa dresseuse ne voyait pas, mais qui avait suscité l'intérêt de son Pokémon.

C'est alors qu'elle les perçut grâce à sa maîtrise. Plusieurs Pokémon de grande taille étaient en train d'évoluer dans le ciel, et au vu de ce qu'elle percevait de leur morphologie, Yuu était presque certaine que certains d'entre eux étaient des dragons : leurs ailes étaient trop irrégulières pour des ailes d'oiseau, et le reste de leurs corps ne ressemblait pas à celui des volatiles. Ainsi, c'était ces créatures qui fascinaient son poisson rouge.

Mais Yuu n'eut pas le temps de réfléchir là-dessus davantage, car soudain, une grosse explosion retentit, comme si un éboulement venait de se déclencher. Et vu la source du bruit, il devait être tout proche. Yuu se savait potentiellement en danger, pourtant elle n'était pas inquiète : bien que ce soit son premier séjour à Alyphir, ce n'était pas sa première excursion dans les montagnes Alyphiroises.

Luppy glapit alors pour lui signaler un danger, et Yuu leva calmement sa main droite vers le ciel, paume ouverte. Il ne restait plus qu'à attendre le signal, qui retentit une seconde plus tard. Luppy était non seulement excellente pour savoir quand tirer mais aussi pour savoir quand une tierce personne devait tirer sur une cible mobile, ici un rocher. Yuu, guidée par son Pokémon, fit mouche, et le petit rocher qui aurait dû lui entailler la tête fut repoussé dans le vide par une projection d'eau, sans causer le moindre dégât. Apparemment, il y avait pas mal de Pokémon par ici, et des humains aussi. Un match ? Dans tout les cas, mieux valait ne pas déranger, aussi Yuu battit prudemment en retraite, tout en s'interrogeant sur l'identité des mystérieux dragons...
avatar
Yuu
Informations
Nombre de messages : 173

Fiche de personnage
Points: 19
Âge du personnage: ? (15 ans en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Velusia Varam le Sam 6 Fév 2016 - 12:36

(Mesa est sur le dos de Siel parce que c’est la seule à ne pas pouvoir voler, mais les autres se débrouillent bien sûr Smile )

Une ombre immense assombrit une partie de la ville. Rien d’alarmant cependant, ce n’était que Siel qui avec sa stature immense, ne faisait que passer devant le soleil. A cette distance, Mesa était invisible sur son dos, mais Velusia le savait, cramponnée à sa monture. En dessous un éclair rouge fondait sur la ville, Ascendance prenait un piqué, Sorcha enroulée autour d’elle pour ne pas tomber. D’un coup d’œil, Velusia, par élimination, en déduisit que l’explosion venait du Drakkarmin. Les villageois en avait déduit la même chose, ou avait carrément vu le dragon s’encastrer dans la montagne, sans se douter qu’entre sa stature et celle de Tara, il y avait un monde… Un sourire amusé aux lèvres, Velusia secoua la tête. Le dragon avait comme quelques soucis d’appréciation de sa propre corpulence ou bien, il se faisait de douces illusions en se penchant aussi fin qu’un oiseau ! Ce n’était pas un mauvais Pokémon, bien que bagarreur, il restait obéissant et Velusia n’avait pas trop de mal à le contenir. De toute son équipe, ce n’était pas celui qui offrait le plus de résistance à être maitrisé… Elle leva son regard vers Siel, qui planait et restituait sa lumière à Aliphyr, portant sa main en visière. Il y avait plus difficile oui. Pourtant, ça allait, encore.

Soudain, il y eut des exclamations et des doigts pointés vers la montagne. Alerte, la jeune femme se retourna et vit alors l’origine des expressions de surprise : les éclats de la montagne venaient tout droit vers la ville ! Des gardes de la ville se mettaient déjà en selle sur leurs Guerriaigle et Velusia en fit tout autant, resserrant d’un coup les sangles de Tara. D’un cop sec, elle mena l’oiseau en hauteur et vers la montagne, jetant un regard circulaire sur la ville. Un peu plus bas, dans l’un des ruelles exposées à la falaise, une jeune fille essayait d’échapper à une pluie de rochers qui allait s’écraser sur elle. Son Pokémon avait réussi à en faire dévier un de petit taille, mais vu ce qui s’amenait, presque une pluie de météorites ! Velusia imagina mal le minuscule Pokémon, semblable à Sorcha, pouvoir protéger la demoiselle. Sans hésiter, elle se tourna vers la garde et signifia ses intentions. D’un signe de tête approbatif, le capitaine la laissa gérer les abords de la ville, tandis que lui et son unité s’occuperaient de dévier les roches plus lointaines. Velusia engagea donc Tara vers la ruelle. Zane, son « rival » fit son apparition, alerté. D’un regard, Velusia lui indiqua le danger et le jeune homme se rua sur sa monture, pour protéger avec elle la ville.

C’était la première fois depuis longtemps qu’une réelle situation de crise frappait et Velusia, aussitôt, ressentit le besoin de réussir quelque chose. Elle et Tara foncèrent, le regard presque farouche. Non loin de la jeune fille, entre elle et la montagne, le chevalier fit faire une sorte de demi-tour, faisant face au danger. Alors, elle envoya plusieurs rafales de vent pour dévier les rochers, mais rapidement, elle se rendit compte que ce sort-là ne suffirait pas. Prenant donc les devant, elle généra une tornade à bonne distance, censée piéger les éclats de la montagne en son centre, de son côté, Tara se mit à utiliser ses propres pouvoirs, mais hélas, faire du sur-place n’était pas pour l’aider. Quelques gros rochers parvinrent jusqu’à eux. Velusia, très concentrée, leva la main et généra une sorte d’arme. Bien sûr, la chose, invisible, n’avait aucune consistance. C’était en fait un courant, formé de pression et de vitesse qui en faisait une sorte d’épée massive faite de vent, un peu comme les lames d’air que Tara savait créer. De temps en temps, Tara éloignait vers la montagne les projectiles brisés qui risquaient de passer leurs défenses. Dans le ciel, un rugissement se fit entendre, mais le chevalier l’ignora, il valait mieux ne pas utiliser ses autres Pokémon pour l’aider, Siel n’avait rien de délicat et Ascendance, malgré son bon entraînement, risquait de se blesser à cause de sa taille.

Finalement, comme la destruction du pic n’était pas éternel, la garde revint bientôt vers la ville, Zane disparut à son tour et Velusia fit atterrir Tara non loin de la jeune fille. D’un bruissement d’ailes léger, Ascendance atterrit à son tour aux côtés de Velusia. La présence imposante des dragons se fit sentir peu après, Siel choisissant un pic, car sa taille ne lui permettait pas de se poser où que ce soit en ville et Lumière, maladroit, sur un plateau à quelques mètres. Il envoya un cri, bref, sourd, qui ne se voulait ni hostile, ni amical. Il ressemblait plus à une aspiration d’ailleurs. La nalcienne pour sa part, se dirigeait vers la jeune fille, pour s’assurer qu’elle n’avait rien en premier lieu, et pour lui présenter quelques excuses quant au désagrément causé par le Drakkarmin. Sa nouvelle armure brillant au soleil Velusia se déplaçait d’un pas sûr.

-Tout va bien, vous n’êtes pas blessée ?

Sur le côté, venant de la ville, un Lion de Feu sautait de talus en promontoire. Cocoon avait assisté au spectacle depuis la ville et pour autant qu’il sache, il n’y avait pas eu de blessé. L’incident n’avait pas vraiment courroucé les villageois. Les accidents arrivaient et sa compagne de voyage se montrait prompte à réagir, comme elle n’était pas non plus du genre à se cacher de ses fautes ou de ses responsabilités, ils ne lui en tenaient pas rigueur. D’autant que l’humaine se montrait plutôt prudente, elle prenait soin de s’entraîner loin des habitations. Mais cette fois, ce n’était pas de chance et Lumière n’avait pas fait semblant.

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Yuu le Sam 6 Fév 2016 - 19:06

L'éboulement dura encore plusieurs seconde, durant lesquelles Yuu entendit les rochers s'écraser sur le sol. Il y eut ensuite une grosse agitation - apparemment, plusieurs personnes convergeaient vers le lieu de l'explosion, puis repartirent vaquer à leurs affaires.

Yuu entendit alors un oiseau se poser près d'elle, et une voix féminine lui demanda ensuite si elle allait bien.
"Oui, je vais bien". Sa réponse, prononcée sur son ton froid habituel, se voulait franche et directe. Inutile de provoquer de l'inquiétude chez les cavaliers. Et puis, la jeune fille en avait vu d'autre, comme la fois où elle s'était retrouvée face à ce trio de Polagriffe en pleine montagne. Ces derniers, de mauvais poil, l'avaient pourchassée.

Heureusement, cette fois-là, sa maîtrise l'avait sauvée en lui révélant l'entrée d'une grotte dans la paroi sur laquelle se trouvait un énorme paquet de neige. Il lui avait suffi de faire s'effondrer avec un jet d'eau bien placé le rocher qui retenait cette grosse masse blanche afin d'obstruer l'entrer de sa cachette improvisée. Elle avait ensuite renforcé ses défense en érigeant des murs d'eau que la température ambiante polaire avait rapidement solidifié.

Les ours blancs s'étaient acharnés pendant quelques minutes sur la porte improvisée, mais s'étaient heureusement révélés incapables de franchir la barrière de neige, et ils s'étaient éloignés. Yuu était repartie le lendemain en empruntant une autre sortie, et heureusement pour elle, elle n'avait plus fait de mauvaise rencontre.

Aurait-elle pu survivre à cet éboulement sans aide ? Après avoir dévié le premier rocher, elle avait reculé par conséquent elle s'était éloignée du point le plus critique de l'éboulement. Mais quand même, si cette femme avait pris a peine de s'enquérir de son état, les rocs ne devaient pas être passés loin d'elle... Elle retourna cette question dans sa tête quelques secondes supplémentaires, puis décida finalement que la réponse n'avait pas d'importance.

Après tout, les éboulements étaient monnaie courante en montagne, quelle que soit leur origine, et ce n'était pas la première fois qu'elle en réchappait. Elle avait donc une petite expérience dans le domaine, mais même des alpinistes chevronnés se faisaient parfois surprendre. Pour une fois, elle décida de ne pas s'en prendre à elle même. Cet accident n'avait rien à voir avec une quelconque faiblesse de sa part, et ce n'était pas en se montrant plus prudente qu'elle éviterait ce genre d'incident, mais en devenant plus puissante ! Et c'était justement dans ce but qu'elle était venue ici.

Cette façon de raisonner était nouvelle pour la jeune fille, et elle s'en rendait compte. D'habitude, elle était du genre perfectionniste, toujours à trouver à redire sur sa propre conduite, trop "faible" à son goût, mais là... Ne venait-elle pas de relativiser une situation potentiellement mortelle ? Potentiellement mortelle oui, mais hélas, pas unique. Et ici, il ne s'agissait pas d'un homme qui souhaitait personnellement la tuer, mais d'un bête rocher qui lui était tombé dessus par hasard. Si un incident aussi improbable pouvait la tuer, alors autant craindre de se lever le matin... Ou ne rien craindre du tout. Et Yuu étant Yuu, elle n'allait pas se laisser arrêter par une phobie infantile. Elle décida donc qu'en ce qui la concernait, l'incident était clos.

Mais en allait-il autant pour la femme qui lui faisait face ? Y avait-il eu des blessés ? Y avait-il quelque chose à faire ? Il fallait qu'elle sache !

"Excusez-moi, reprit-elle, mais... Y-a-t-il eu des blessés ? Vous avez besoin d'aide ?"

L'oiseau qui lui faisait face était bien plus gros que ceux qu'elle avait l'habitude de percevoir, et il semblait plus musclé aussi. Sauf erreur de sa part, la jeune aveugle pensait donc être devant une monture de guerre. Ce qui signifiait que la femme qui lui faisait face était probablement un des chevaliers d'Aliphyr. Cet hypothèse collait également avec le fort vent que Yuu avait senti se lever juste après l'éboulement. De fait, la jeune fille ne se proposait pas pour des tâches physique, consciente qu'elle était loin d'être capable de dégager les rocs de la voie, par exemple. Mais peut-être y-avait-il d'autre tâches importantes à faire, comme annoncer la nouvelle aux autorités ? A moins que cela n'ait déjà été fait...

Soudain, Yuu entendit des bruits de pas dans sa direction. Ou plutôt de pattes, car il y en avait quatre qui foulaient le sol simultanément sauf quand l'animal bondissait. Et pour la première fois de sa vie, Yuu se trouva face à un être que sa maîtrise ne pouvait déchiffrer. D'habitude, en sentant les courants d'eau et d'autres fluides qui circulaient dans un corps, Yuu pouvait avoir une vision grossière de la forme de ce corps, ce qui lui permettait de savoir si elle avait à faire à un petit ou à un gros organisme, bipède ou quadrupède, ect. Mais là... Elle entendait la bête se mouvoir non loin d'elle, et pourtant, sa maîtrise ne lui dévoilait rien du tout. Pourtant, cette dernière captait toujours les présences de Luppy et de Kéo, qui elles aussi fixaient le nouvel arrivant.

Serait-il alors possible que Yuu ait à faire à un corps complètement dépourvu d'eau ? Mais cela pouvait-il simplement exister ? L'hypothèse la plus probable qui lui effleura l'esprit était celle d'un Pokémon élémentaire, uniquement constitué de son élément. Par exemple, il était difficile d'imaginer la moindre trace d'eau chez des légendaires tels que Sulfura ou Regirock. Mais aucun de ces deux Pokémon ne pouvaient vraisemblablement se trouver sur Tenkei ! Il n'y avait donc qu'un seul moyen de savoir.

"Dites-moi, quelle est la créature qui vous accompagne ? Je n'en avais jamais rencontré de pareille avant...".
Mais la femme chevalier n'eut pas le temps de lui répondre qu'un nouvel arrivant se manifesta. Il s'agissait d'une grosse créature aviaire, mais Yuu ne pouvait en dire plus, si ce n'est qu'elle transportait deux humains. L'un dit alors à l'autre :

"Là, c'est là que j'ai entendu l'explosion !
- D'accord,
répondit l'autre, mais ça prouve rien, des éboulements y'en a en permanence dans cette montagne !
- C'est toi le maître de la terre non ? Et tu m'avais pas dit que d'après tes calculs, il était probable qu'il y en ait par ici, mais que t'étais pas assez puissant pour l'extraire de toute cette roche ? Bah figure toi que grâce à ce gros BOUM, on va avoir l'occasion de fouiller un peu plus profond dans la montagne !
-Ca... Ca alors,
répondit le maître de la terre. JE LE SENS ! Mes calculs était exacts ! Tu avais raison ! Là où le rocher a explosé, il y a... C'est de l'or !
- HOURRA ! NOUS SOMMES RICHES ! ET VOUS LA ! Cria le premier homme depuis les airs lorsqu'il aperçut Yuu et le chevalier, ce filon est à nous ! N'y touchez pas ! Allez ouste ! Sinon, mon Aéroptéryx vous apprendra à essayer de vous emparer de ce qui ne vous appartient pas !
-Euuuuuuh, Esteban..."


Apparemment, le premier des deux hommes, Esteban, semblait tellement obnubilé par son or qu'il n'avait même pas remarqué que la femme qu'il venait de menacer était chevalier... Ou qu'elle était accompagnée de féroces dragons, au contraire de son comparse géokynésiste qui semblait bien plus inquiet. La situation fit sourire intérieurement la jeune aveugle.

Yuu abandonna alors son idée première d'interroger la femme sur l'élevage des Pokémon dragon. En effet, celle-ci allait avoir fort à faire dans peu de temps... Car même si ces deux explorateurs ne semblaient pas constituer une menace sérieuse, la présence d'or non loin de cette ville était le type d'événement propre à drainer dans la région toute une clique d'individus peu recommandables. Heureusement, ladite ville était gardée par de puissants chevaliers. Yuu préféra donc se taire et laisser son interlocutrice parler en premier. Après tout, c'était elle qui représentait l'autorité ici, non ?

[Yuu est aveugle donc elle n'a aucun moyen de voir l'éventuel blason de Nalcia qu'arborerait Velusia, d'où le fait qu'elle pense que c'est une guerrière alyphiroise. J'espère que cette tournure de scénario te plaira, MP si souci^^ ]
avatar
Yuu
Informations
Nombre de messages : 173

Fiche de personnage
Points: 19
Âge du personnage: ? (15 ans en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Velusia Varam le Jeu 25 Fév 2016 - 18:34

D’un coup d’œil rapide, Velusia estima l’étendue des dégâts, sur la fillette. Celle-ci ne semblait pas s’être blessée avec ces débris de rochers. Rassérénée, surtout en l’entendant lui confirmer que c’était le cas, Velusia se montra moins tendue. La jeune fille ne semblait pas choquée outre-mesure, elle n’était pas d’Aliphyr, c’était sûre et son regard était étrangement fixe. Mais peut-être n’osait-elle pas la regarder dans les yeux, ça arrivait parfois, car Velusia avait un regard direct et pénétrant. Un mouvement d’aile attira l’attention d dragon, qui tourna la tête. Velusia fit de même.

-Hey ! Ca va ?

Une voix d’homme avait crié. Sa voix, faible, venait de très loin et plus encore que pouvait l’imaginer la jeune fille, car sa silhouette était minuscule. Il avait fait porter son cri par le vent. Velusia, qui n’était pas du genre à crier, leva le poing et fit un signe de tête. Evidement, de là où elle se trouvait, son signe de tête ne serait sans doute pas visible, mais son signe, oui. En outre, avec son attitude fixe sur l’instant, il comprendrait vite qu’il n’y avait pas matière à s’inquiéter. Et ce fut exactement comme elle le pensa, car quelques secondes à décoder son geste et l’homme repartit en direction de la ville, laissant Velusia là où elle était. Siel se rapprocha.

Elle resta immobile quelques secondes, observant à son tour celui qui l’avait interpelée.  Si elle en jugeait par le glissement calme de sa monture, il ne la pressait pas à rentrer, alors elle en déduisit que tout allait bien. Elle savait reconnaître les vols pressés, frénétiques, furieux à ceux qui étaient cames, posés ou attentif. Des choses parmi d’autres qu’elle avait appris au contact des aliphyrois. Tandis qu’elle avait les yeux rivés sur le Guerriaigle, la petite fille la questionna. Velusia était plutôt étonnée, elle n’avait jamais vraiment entendu des enfants proposer leur aide pour assister les guerriers de la ville, ce qui serait plus ou moins perçu comme une insulte, ou pas loin, car ce serait considérer qu’ils ne savaient pas y faire… Non cette fille ne venait pas du coin et si elle n’avait pas été blessée, il n’était pas certain qu’elle aurait pu se passer de son intervention, en quoi pouvait-elle donc aider ?  Velusia échangea un regard avec Cocoon, qui se rapprochait. Plus ça allait, plus elle ressemblait à ses hôtes… Elle s’en rendit compte.

-Non, les guerriers de la ville se sont occupés de tout.

Elle répondit franchement, comme toujours. Par cette phrase, anodine, elle venait peut-être d’indiquer ne pas véritablement appartenir à cette ville et par la même, occulté son rôle. Cocoon arriva à leur hauteur et s’assit près de Siel, se gardant bien d’émettre le moindre son. Depuis une mésaventure qui lui avait valu d’être enfermé comme animal de foire, il se montrait très prudent face aux humains et parlait rarement en présence d’étrangers. D’un commun accord avec Velusia, qui le faisait passer généralement pour un simple Pokémon. Mais Yuu demandant alors  quel était le Pokémon qui l’accompagnait et qui semblait être comme subjuguée, Velusia n’eut aucun moyen de savoir duquel en particulier elle parlait. Dans son esprit, ce ne pouvait être Cocoon, puisqu’il n’était justement pas un Pokémon, mais vu la taille du dragon, il lui semblait normal qu’elle lui parlait de Siel, d’autant que les Ptéra n’étaient pas des créatures communes. Ignorant les capacités de la fillette, elle ne pouvait se douter d’où lui venait cette question, hors la nature même du Ptéra pouvait facilement confondre les deux créatures.

- C’est un Ptéra.

Lequel tourna la tête vivement, en flairant bruyamment. Siel poussa un cri bref. Une fois encore, alertée par son dragon, Velusia tourna la tête et vit le vol lent d’un Pokémon. N’étant pas un maître en la matière, elle ne reconnu pas le Pokémon en question, aux ailes bigarrées, mais aperçut deux hommes sur son dos. Vu la distance, elle ne voyait pas vraiment leur visage, mais cela n’avait pas vraiment d’importance : ils pouvaient bien aller là où ils voulaient. Qu’ils soient ou non de la ville, cela n’était pas son problème en réalité. Aussi se rapprocha t-elle de Siel, pour lui flatter le cou, la rassurant sur la créature qui venait de lui apparaître subitement.  Le dragon géant n’était pas d’un naturel craintif, bien au contraire et c’était tout le problème. Vive, réactive, belliqueuse au possible, elle donnait du mal à Velusia, dangereusement d’ailleurs et ce n’était pas au hasard qu’elle était entravée la plupart du temps. Mais cela bien sûr, à part les habitants de la ville qui la connaissaient bien maintenant, un étranger n’avait aucun moyen de le savoir.

Velusia allait ajouter qu’il s’agissait d’un dragon plutôt rare, quand l’un des deux hommes, dont la monture s’était rapprochée vers elle, les interpella, de manière plutôt agressive. Pardon ? Velusia haussa à peine un sourcil. Alors d’accord, il n’y avait pas écrit ‘chevalier’ sur son front, mais elle était en armure, assez typique du coin. En armure au moins et accompagnée d’une monture légèrement plus grande qu’elle et d’un dragon. Ils n’avaient pas un peu l’impression d’être ridicules ? Aux yeux de Velusia, ils l’étaient tellement d’ailleurs, qu’elle ne leur accorda pas la moindre petite importance. Elle n’était pas sanguine, ni le tempérament à chercher des ‘explications’ à la moindre interpellation un peu vive. Ce que pouvait sentir la fillette en revanche, c’était le calme de son interlocutrice et de ses Pokémon. Siel, qui sentait dans l’air une once d’hostilité, fixait intensément de ses yeux de reptile, la monture et ses deux cavaliers. Pour sa part en revanche, elle serait ravie de se montrer sanguine et de laisser libre court à son propre tempérament.

-C’est un dragon, un peu hors normes.

Ainsi, Velusia reprit leur conversation, ne s’inquiétant absolument pas des deux hommes, laissés au second plan.

-Qu’est-ce que vous faites ici toute seule ? Vous êtes perdue ?

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Yuu le Dim 6 Mar 2016 - 15:50

La femme lui demandait si elle était perdue... A son ton, elle semblait surprise de la trouver ici, mais pas agacée. La vérité était que Yuu était incapable de répondre à cette question. Pour se diriger vers la sortie de la ville, elle avait surtout fait confiance à Luppy dont la vision quasi infaillible lui avait permis de trouver le chemin le plus court jusqu'à la montagne. Yuu était donc sûre de se rendre là où elle le souhaitait. Mais il était tout à fait possible que son hippocampe, sans le savoir, l'ait fait passer par une zone réservée à l'entraînement des chevaliers... Mais si tel était le cas, un garde aurait logiquement dû l'arrêter bien avant... Aussi elle répondit de sa voix glacée :

"Je ne suis pas perdue. Je me dirige simplement vers la montagne".

Et puisque la femme lui avait parlé des "chevaliers de la ville" qui avaient pris leurs disposition pour aider les éventuels sinistrés, cela montrait bien qu'elles se trouvaient en dehors de ladite ville, non ? A moins que la femme ait signifié par là qu'elle n'appartenait pas à la garde d'Alyphir, mais qu'elle était une simple chevalier errant ? Dans les deux cas, Yuu n'avait rien fait de répréhensible, aussi elle savait qu'elle ne risquait pas grand chose.

Non, ce qui l'intéressait davantage, c'était la fameuse créature insensible à ses sondes hydorkinétiques qu'elle avait senti un peu plus tôt. Ce n'était pas le Ptéra de cette femme pour la bonne raison qu'elle avait entendu le dinosaure pousser ses cris dans les airs alors que la créature mystérieuse n'était pas encore arrivée. Et au bruit que cette dernière produisait lorsqu'elle courait, elle était indubitablement quadrupède. Normalement, elle était capable d'identifier tous les Pokémon qu'elle connaissait en examinant la course de leur fluide dans leurs corps et leurs cris. Donc soit elle était en face d'une espèce qu'elle ne connaissait pas, soit... Si elle avait dû avancer une autre explication, elle aurait dit qu'elle était en face d'un Pokémon modifié par quelque puissance mystique afin qu'il perde toute l'eau qui se trouvait dans son corps dans un but qui restait totalement flou pour la jeune fille. Dans tous les cas, mieux valait détailler ce qu'elle ressentait concernant ce Pokémon mystérieux.

"Non, je ne parlais pas de votre Ptéra. C'est vrai que sa taille est supérieure à la moyenne, si j'en juge d'après le bruit de ses pas, mais la créature dont je parle est quadrupède, et elle est arrivée parmi nous après que le rocher ait éclaté. Je suis aveugle, et pour identifier les Pokémon, j'ai l'habitude de combiner ce que je reconais de leur cri avec mon hydrokinésie. En étudiant le trajet des fluides dans leurs corps, je peux à coup sûr déterminer la taille du Pokémon et très souvent son espèce. Mais celui dont je parle a un cri que je ne connais pas, et je ne sens pas d'eau émaner de lui. Voyez-vous de qui je parle ?"

Bien que très intéressée par la réponse à sa question, Yuu se méfiait quand même de ce qui se passait autour d'elle. Cela faisait bien dix bonnes minutes que les deux chercheurs d'or étaient partis, leur enthousiasme douché par la présence de la femme, non sans proférer quelques paroles d'exaspération.... Et son histoire personnelle offrait à la jeune aveugle un bon exemple de l'extrémité jusqu'à laquelle les hommes étaient prêts à aller par cupidité...

Elle écouta attentivement la réponse de la femme, lorsque soudain, un brouhaha qui provenait de derrière elle la fit instinctivement tourner la tête. Apparemment, de ce qu'elle entendait, un groupe d'une quinzaine de personnes marchaient vers elles. Et parmi ces dernières, elle reconnut les voix d'Esteban et de son compagnons. Et toutes les voix évoquaient la même chose : l'or, l'or, l'or, l'or ! Décidément, les nouvelles allaient bien vite par ici... Rassembler autant de prospecteurs en moins d'un quart d'heure ! A moins, songea Yuu, qu'il ne s'agisse de chercheurs d'or professionnels. S'ils appartenaient à une même corporation, cela pouvait expliquer comment ils s'étaient tous rassemblés en si peu de temps, et pourquoi les deux hommes n'avaient pas gardé leur secret pour eux.

Alors que les sources des voix n'étaient plus qu'à cinq mètres des femmes, tous les hommes se turent tandis qu'un d'entre eux prenait la parole. A sa voix chevrotante, Yuu en déduisit qu'il devait s'agir d'un vieil homme. Ce dernier se présenta :

"Je suis Olivera Desdémone, directeur de la guilde des prospecteurs d'Aliphyr. Selon les règles de notre corporation, la première personne qui trouve un gisement à l'extérieur des frontières de la ville peut en réclamer la propriété pour lui seul, et selon le cadastre officiel, nous nous trouvons ici même tout juste à la sortie de la ville. Or, il se trouve qu'Evo et Esteban sont venus me trouver en se plaignant que vous les aviez chassés d'ici sans raison valable. Pourriez-vous m'expliquer, je vous prie ?"


Yuu fut rassurée par les propos du vieillard. Si elle n'avait pas encore confiance en sa corporation, au moins leur chef ne semblait pas être un barbare assoiffé de richesses. Il lui faisait plutôt penser aux négociants qu'elle avait rencontré lors de ses voyages en bateau. Desdémone pouvait être dangereusement compétent, mais seulement grâce à son intelligence et à son art oratoire, pas par sa capacité à hacher des gens menu. En d'autres circonstances, elle aurait apprécié d'échanger et de débattre avec lui, mais ici, mieux valait laisser un chevalier mener la discussion, même si elle avait son mot à dire.

Elle réfléchit alors à ce qu'il s'était passé en détail. Lorsque le rocher avait été broyé par le dragon, Yuu avait levé la tête par réflexe afin de localiser la source du bruit. Du coup, même si on ne pouvait pas dire qu'elle avait vu l'or en premier puisqu'elle était aveugle, elle avait bien posé les yeux dessus. Et comme elle ne doutait pas que les propos du chef de la guilde reflétaient exactement un obscur texte de loi, ce petit détail avait son importance. D'un autre côté, la femme chevalier, qui était dans les airs au moment de l'explosion avait probablement regardé en dessous d'elle ce qui se passait. Donc elle aussi avait possiblement posé ses yeux sur l'or. Quand à Esteban et son complice géokinésiste -Yuu savait maintenant qu'il s'appelait Evo - il ne faisait aucun doute qu'ils cherchaient ce gisement bien avant son arrivée sur les lieux, et peut-être même bien avant que la guerrière ne vienne chevaucher par ici, ils avaient sans doute aperçu l'or ensuite. Par conséquent, ils étaient assez culottés de l'accuser elle de vol et de les avoir menacés. Autant elle préférait laisser la femme, qui était sans doute une représentante de l'autorité mener la discussion, autant elle souhaitait tout de même donner son point de vue, puisque Désdémone le lui avait demandé. Aussi, elle fit de nouveaux entendre son timbre hivernal :

"Je ne sais pas qui a posé ses yeux en premier sur cet or, je ne l'ai pas vu faire pour la bonne raison que je suis aveugle. Mais personne ici n'a menacé vos deux corporatistes ou leur a demandé de s'en aller. Cet or ne m'intéresse pas".

Ce dernier point, quoi que difficile à croire, était tout à fait sincère. Yuu ne souhaitait absolument pas s'attirer la jalousie et la convoitise de cette guilde, surtout qu'elle n'avait pas besoin de ces richesses, vu sa fortune familiale. Mais elle ne chercha pas à se justifier plus en avant, attendant plutôt avec intérêt que la femme chevalier donne son point de vue sur toute cette histoire.
avatar
Yuu
Informations
Nombre de messages : 173

Fiche de personnage
Points: 19
Âge du personnage: ? (15 ans en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Velusia Varam le Dim 20 Mar 2016 - 19:33

Les accidents de montagne, parmi les plus graves, n’étaient pas rares. Bon nombre de personnes se perdaient facilement, ne se préparaient pas, prenaient des risques inutiles. Mais si cette demoiselle savait où elle allait, tout allait bien. Vers la montagne était un peu vague dans une région montagneuse, mais elle n’avait peut-être aucune envie de partager ses projets de voyage et c’était son bon droit. Comme elle n’était ni perdue, ni blessée, elle n’avait donc pas besoin d’elle. N’étant pas du genre à tergiverser inutilement, Velusia allait la laisser et rentrer. Mais la jeune fille visiblement, s’intéressait plus à son équipe, qi avait atterrit depuis. Ses explications cependant, n’éclairèrent pas beaucoup le chevalier. Il lui semblait d’ailleurs, qu’elle ne parlait pas vraiment de l’un d’entre-eux, rien dans sa description ne leur correspondait. L’explication cependant, de ses réactions, un peu étrange, arriva vite. Cette fille était aveugle. Voilà pourquoi, peut-être, elle avait l’air d’errer et n’avait pas semblé réagir à l’éboulement provoqué par Lumière.

-Pas vraiment non. Probablement un Pokémon sauvage, il y a beaucoup de galeries dans la montagne.

Les seuls à se montrer bruyants étaient les dragons et Siel en particulier correspondait seule à sa description. Elle avait dû « capter » la présence d’un autre. Dans la montagne, il y avait bon nombres de Pokémon et pas seulement à la surface mais aussi et surtout, dans des galeries. Ne comprenant donc pas de qui elle voulait parler, Velusia abandonna l’idée, qui selon elle, n’avait pas beaucoup d’importance. Velusia attrapa Siel et déplia les entraves, des sortes de plaques métalliques élégantes, destinée à empêcher le dragon de voler. La bête émit un grognement de protestation, mais se laissa faire et se retrouva rapidement handicapé. Ce faisant, Velusia attrapa une bride qu’elle imposa à Lumière. Celui-ci se laissa faire sans protester, aillant accepté la suprématie de l’humaine depuis leur première rencontre, où elle l’avait vaincue avec une sauvagerie digne d’un de leurs. Occupée à régler les lanières, Velusia se retourna également quand une agitation se fit largement entendre. Le plus surprenant, c’est qu’une troupe de personne arrivait droit sur elles. Rapidement, elle fit le lien avec les deux hurluberlus qu’elle avait ignoré.

Un homme âgé menait une troupe agitée, se présenta de manière très officielle et aussi très pompeuse. Velusia reconnut dans leur regard la fièvre de l’or. Visiblement, Lumière avait mis à jour un gisement et maintenant que cela avait été remarqué, ils venaient tous se précipiter, se jeter dessus en affirmant qu’ils étaient les premiers… Ridicule ! L’avaient-ils bien regardée ? Avait-elle de se soucier de ce genre de préoccupation matérielle ? Elle était chevalier, elle n’était pas mercenaire, mot qui lui résonnait comme une insulte grave. Cet homme-là prenait des grands airs et ne pseudo-autorité qui l’irritait. C’était risible et il n’allait probablement pas apprécier la manière de répondre de Velusia, qui n’était qu’un reflet de ce qu’elle était. L’or n’avait aucune importance pour elle, elle vivait et respirait son rang social durement acquis au long d’une vie de service et de dévouement envers son pays. ‘était plutôt les conséquences à suivre qui attirait son attention. Les envieux n’allaient pas tarder à arriver, si tant est qu’elle ne les avait pas déjà en face d’elle. Peut-être devrait-elle déposer la jeune fille dans un endroit sûr. Les rassemblements de ce genre de motivateurs puissants ne lui inspiraient que la méfiance. Devant l’or et la richesse, les humains perdaient très vite tout sens commun.

Velusia fronça les sourcils, dans une attitude sévère.

-Velusia Varam, Chevalier et Inquisiteur, vous n’avez rien à exiger, partez.

Ils n’étaient pas sans savoir qu’ils risquaient de commettre une faute grave, face à un haut gradé de l’armée, car elle était reconnue depuis longtemps maintenant parmi ceux d’Aliphyr. Velusia restait d’apparence calme, quoique rigide, mais pas moins prête à réagir si les choses dérapaient et un coup d’œil vers ce qui se trouvait derrière elle devait, s’ils étaient doués de bon sens, plutôt les inciter à ne pas insister. Velusia était d’une considération égale que ses collègues d’Aliphyr et elle le savait très bien. La jeune femme ne manquerait pas d’ailleurs de parler de ce petit incident, car il risquait fort maintenant, de se propager à d’autres. L’or rendait les gens fous. La jeune fille donna sa propre version et avait au moins le l’intelligence de ne pas s’intéresser à ce genre de futilité matérielle. Velusia n’en voulait pas à des gens pauvre de vouloir s’enrichir pour se faciliter la vie et trouver de quoi subsister, mais ce genre de campagne n’avait rien de bon. Combien d’homme et de femmes étaient retrouvés assassinés et volés ? Combien ‘engageait dans une entreprise hasardeuse où ils perdaient tout et mourrait dans la misère la plus insupportable ?


En aucune façon, Velusia n’essaya de se justifier, pour la simple et bonne raison qu’elle n’avait pas à le faire. Cet homme n’avait aucune autorité. Par contre, elle ne put que remarquer que le mensonge et l’agressivité avait déjà fait son chemin… les premiers signe de la folie de l’or sans aucun doute possible, car loin de s’occuper des deux chercheurs d’or, elle ne leur avait même pas répondu. Et ce ton employé… La situation ne tarderait pas à dégénérer, d’une manière ou d’une autre. Velusia était loin d’être quelqu’un de matérialiste. A Alfen, elle vivait dans ses appartements de fonction, spartiate et ne subsistait qu’avec sa paye et le vivait très bien. Le profit, la richesse étaient autant de concept qui lui étaient étranger que la cupidité. Aussi la suite d’événements qui les avaient conduits jusqu’ici, à savoir le filon mis à jour par Lumière, ne l’intéressaient absolument pas. Derrière elle, Siel gagnait en nervosité, sentant la tension et surtout la méfiance que nourrissait Velusia envers ces Aliphyrois. Elle était prête à bondir et à ne faire qu’une bouchée d’eux. Quand Velusia l’avait droite comme ‘un peu hors normes’ à Yuu, elle s’était gardée de dire que celle-ci faisait presque six mètres de haut et presque le double d’envergure. Lumière se montrait attentif, d’avantage aux réactions de Velusia qu’à ces gens. Tara et les autres, attendaient la suite avec une certaine tranquillité.

Bien que la réponse que donna la jeune fille soit satisfaisante et ne prêtait à aucune confusion, Velusia discernait déjà sr les visages de la colère. Autant qu’elle, Yuu avait été claire. Velusia instinctivement, se rapprocha de la jeune aveugle, pour lui servir de bouclier, car elle sentait la tension monter. Le chevalier était certes un peu rigide et directe et c’est peut-être précisément ce qui ‘était pas apprécié. Elle entendait déjà des remarques, murmurées à peine, qui l’accusaient déjà de profiter et d’abuser de son pouvoir. Rien que ça… Parce que sa réponse et non moins vérité ne leur convenait pas ? Ou bien parce que la paranoïa et la fièvre s’emparait déjà d’eux ? Elle n’aimait pas ça du tout, mais elle n’en montra rien.

- Je te suggères que nous partions.

Elle avait murmuré simplement, très calme, en se retournant vers la jeune et ses propres Pokémon, tout en surveillant ses arrières. Elle ne voulait pas les soupçonner ouvertement de ne plus se maîtriser, mais il n’y avait rien à ajouter à ce qu’elles venaient d’entendre. Se sentant sans doute fort ‘en bande’, les deux personnes qu’elle avait ignoré se montrèrent de nouveau, riant et affirmant avec insistance et agressivité qu’il s’agissait bien des deux personnes qui leur avait interdit de prendre leur or, qui les avait chassés et volés. D’un geste en cas de besoin, Velusia pouvait retirer les entraves du dragon, mais pour l’instant, elle se préparait plutôt à les planter là, avec leur bêtise.

(fight or not ?)

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Yuu le Dim 20 Mar 2016 - 23:08

La réponse de la femme, brève et cassante, ne laissait planer aucun doute sur ses intentions. Il était clair qu’elle ne parlerait pas davantage de cette histoire d’or. Sa réaction ne surprit pas Yuu Après tout, plus on parlait d’or, plus cela risquait de causer des troubles. Et le but d’un chevalier d’Alyphir était justement de prévenir lesdits troubles avant qu’ils n’éclatent en ville. La jeune aveugle nota donc dans un coin de sa tête était bien chevalier d’Alyphir, ou du moins affiliée à eux, et non pas un simple chevalier errant comme elle l’avait pensé un peu plus tôt.

Desdémone ne répondit rien à ce camouflet verbal et se contenta de lisser sa barde quelques secondes avant de répondre :
« Fort bien, nous ne désirons pas causer d’ennuis. Mon but était simplement de faire la lumière sur cette affaire, et je ne vous impose rien. Mais je vous remercie néanmoins d’avoir écouté ma requête, madame. »

Yuu ne ressentait pas dans sa voix l’obséquiosité propre aux courtisans avides. Cet homme pensait ce qu’il disait. Pour autant, il se gardait bien de dévoiler son jeu. En réalité, Yuu vit bien qu’il était rompu aux arts de la négociation : afin que ses propos ne soient pas remis en doute, il se contentait de phrases simples, qui en révélaient le minimum sur ses pensées et son opinion véritable. Immédiatement, il avait compris que la chevalier ne plaisantait pas et qu’il n’obtiendrait rien d’elle. Mais choisirait-il d’interroger ses associés sur place, quitte à les mettre en difficulté face à une soldat manifestement irritée ? Ou bien préférait-il laver son linge sale en famille ? Quel choix allait-il faire ? La réponse intéressait beaucoup la jeune aveugle qui n’eut pas longtemps à attendre.

Quelques secondes plus tard, Desdémone reprit :
« Evo, Esteban, qu’avez-vous à répondre à tout ceci ? Ces personnes ont une version radicalement différente de la vôtre. Seriez-vous prêt à engager votre honneur et celui de la guilde en portant plainte contre une représentante de l’autorité de cette ville ? »

En disant cela, l’homme monta d’un cran dans l’estime de Yuu. Du cran, justement, il en avait, et de la jugeotte aussi. Il n’hésitait pas à confronter ses propres hommes à leur mensonge devant les personnes qu’eux-mêmes accusaient. Yuu appréciait cette franchise.

Les deux compères bredouillèrent des paroles incompréhensibles avant de laisser un « non » à peine audible franchir leurs lèvres.

« Bien, reprit Desdémone d’un ton toujours aussi tranquille, voilà qui je suppose clos le débat. Je vous prie de nous excuser pour la gêne occasionnée… Nous allons vous laisser. Madame, Mademoiselle »

Il s’inclina tour à tour devant la jeune femme, puis devant la mizuhannienne puis repartit avec sa troupe. Au sein de cette dernière, certain ne mâchaient pas leurs mots mais fort heureusement, la situation n’avait pas dégénéré. Portant, elle pouvait sentir la tension ambiante, notamment lorsque la guerrière s’approcha d’elle, probablement pour la défendre en cas de danger. Elle suggéra ensuite qu’elles quittent les lieux, ce que Yuu accepta. Elle comptait faire la même proposition de toute façon...

«Ce coin risque de ne plus être très sûr sous peu. Apparemment, ces hommes écoutent et respectent leur chef, mas ils ont l’air de bien trop aimer le métal jaune… Je ne pense pas que s’en prendre à nous en plein jour en masse soit leur genre… Ils n’ont pas les tripes pour ça. Par contre je les vois bien revenir par ici de nuit en essayant de récupérer l’or avant tout le monde… Et bien sûr, tous se muniraient d’un couteau, au cas où… »

Yuu ne faisait pas uniquement ce commentaire pour elle-même. Vu la réponse qu’elle avait fournie au chef des prospecteurs, elle n’était pas du genre à accepter directement une théorie qu’elle n’approuvait pas. Mais en revanche, la jeune aveugle pouvait toujours émettre un avis en sa présence. La chevalier en ferait ce que bon lui semblerait, cela ne la regardait pas, mais au moins, elle aurait donné son opinion sur le sujet et prévenu les autorités de ce qu’elle pensait inéluctable.

Tandis qu’elles cheminaient vers la ville, Yuu faisant mentalement une croix sur sa randonnée, elle entendit une personne courir vers eux. En se rapprochant, cette dernière cria son nom et la jeune aveugle la reconnut : Jalousie !

« Yuu ! Yuu ! Tout va bien ? »

La pirate ignora superbement Vélusia, et Yuu croyait savoir que ce n’était pas uniquement parce qu’elle était inquiète pour son amie : la capitaine n’aimait pas vraiment tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un soldat…

« Oui pourquoi ? Demanda Yuu de sa voix glacée.
-Ya eu un problème au bar, pendant le tournoi. Alors que j’allais entrer en lice lors des phases finales, des mecs sont entrés et ont gueulé qu’ils avaient trouvé de l’or, mais qu’à cause d’un chevalier et d’une aveugle, ils n’avaient pas pu le récupérer. Et ils se sont rassemblés. Quand ils ont parlé d’une aveugle, j’ai eu peur que… Enfin bref, tu vas bien, c’est le principal. Ils ne doivent pas être très loin d’ici… Et à partir de maintenant, je reste avec toi que ça te plaise ou pas ! Après tout, je suis ton garde du corps !
-Bien ». Yuu n’avait pas envie de polémiquer, surtout que la présence de Jalousie allait peut-être s’avérer nécessaire.

Elle ajouta simplement de sa voix glacée à l'intention de la guerrière :
« Je vous présente Jalousie, une garde du corps, et une amie. »

Finalement, les cris de la foule en colère attirèrent les deux mizuhannaise non loin du poste de garde : apparemment, les hommes présents, dont un bon nombre étaient membre de la guilde des prospecteurs, si Yuu se fiait à leurs voix, était en train de manifester devant le poste de garde, exigeant que « l’armée leur rende leur or ! »

« Jalousie, ces gens ne te connaissent pas. Tu peux approcher et me dire si tu vois un vieil homme parmi eux ? »
La pirate avança d’une dizaine de mètres à découvert et répondit :

« Négatif. Mais fais-moi penser à tabasser le patron du bar, quand tout ça sera terminé.
-Pourquoi ?
-Le tournoi de cette enflure a été interrompu, vu que tous les participants se sont cassés pour aller chercher de l’or. Du coup, je suis gagnante par forfait mais cette raclure a refusé de me donner mes gains !
-Je vois. J’y penserai. »

Yuu avait dit ça plus pour avoir la paix qu’autre chose. De toute manière, elle doutait fort que la femme chevalier la laisse faire si elle l’avait entendue… Elle se résuma la situation. Donc des membres de la guilde des prospecteurs, menés ou non par leur chef, elle n’aurait su le dire, avaient ameuté la partie la plus avide de la population de la ville pour une manifestation improvisée… Et ils pensaient que l’armée était derrière cette interdiction… Parce que la femme avait précisé qu’elle était chevalier et inquisiteur avant de leur dire de décamper ? Au moins, jusqu’ici, ils ne s’étaient pas montré très violents… Mais mieux valait tout de même rester prudent, aussi recula-t-elle avec Jalousie jusqu’à la limite de la portée des voix. Ici, elle pourrait entendre la suite des événements en sécurité. Toute cette histoire l’intriguait de plus en plus…
avatar
Yuu
Informations
Nombre de messages : 173

Fiche de personnage
Points: 19
Âge du personnage: ? (15 ans en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Velusia Varam le Lun 28 Mar 2016 - 15:39

En effet, Velusia n’avait pas l’intention de discuter plus longtemps sur le sujet. Elle savait par expérience que ce genre de conversation ne menait nulle part, elle savait aussi que la convoitise échauffait les esprits et que par conséquent, cela ne faisait qu’envenimer la situation. On se disait souvent, après coup, que si on avait su saisir le moment où elle s’aggravait pour laisser tomber ce qui, au final, ne valait pas le coup d’avoir pris tant de risque. Ce moment décisif, Velusia sentait que c’était celui-là. En partant et en ne s’accrochant pas de plus près à cette affaire, elle montrait très clairement à quel point cela lui était égal, même qi elle avait conscience que parfois, cela ne suffisait pas. Il y avait toujours quelqu’un pour insister. Elle ne montra rien de particulier, quand le vieil homme fit comme si lui aussi, n’insisterait pas. Mais ce ton ne trompait pas Velusia. Il espérait peut-être qu’en voyant les deux bougres en prendre pour leur grade, qu’elle n’oublie tout le reste ? C’était ne pas la connaître et en effet, ils ne la connaissaient pas. La fourberie accompagnait toujours la cupidité et ‘était bien là un incident dont elle parlerait à ses collègues de la ville. Quand bien même Velusia était bien acceptée ici, ce n’était pas à elle de mener des investigations. Elle ne ferait donc rien de plus. Du moins pour le moment.

Dès que ce petit monde tourna le dos, Velusia fit de même, sortit un calepin qui avait connu de meilleurs, ainsi qu’une plume, sur une des sacoches que portait Siel. Elle était petite. Mais très utile. S’appuyant sur le dragon, elle griffonna quelques mots rapides. On ne s’imaginait pas à quel point il était utile d’avoir sur soi le nécessaire pour envoyer des messages. Les Roucool, en temps de guerre, s’étaient montrés essentiels sur les lignes de défenses. Velusia en gardait un souvenir assez vif. Elle roula le morceau de parchemin, puis l’enferma dans une capsule qu’elle alla attacher à la patte de l’oiseau de feu. Discret et rapide, il serait le messager parfait. La Nalcienne prit soins de faire descendre l’hippocampe venimeux de son dos. Elle n’avait rien dit de plus, se taisait depuis un moment et jeta un regard furtif en direction de la foule. Ascendance arriverait avant eux et elle adressait son message à quelqu’un à qui ils auraient du mal à parler en priorité, contrairement à elle. Ce simple message relatait de l’incident qui venait de se produire et du court entretient, avec ce prospecteur. Ni plus, ni moins et rien que les faits, en vérité.

-Ascendance, porte ça au Capitaine.

Dans un bruissement de plume, l’oiseau de flamme s’envola vers la city. C‘est alors que la jeune fille acquiesça. Cette jeune fille, quel que soit son âge, avait la tête plus froide que ces personnes, ce qui était assez rare, surtout chez les jeunes. Elle se montra même extrêmement méfiante, annonçant par là un événement que Velusia n’avait pas envie de voir se réaliser.

-Le Capitaine de la garde d’Aliphyr est prévenu.

Comme pour rassurer l’enfant, ces mots avaient plus ou moins devancés sa pensée. De toute façon, pour le moment, elles ne pouvaient rien faire de plus. Il n’y aurait que l’avenir pour dire, si oui ou non, le dessin funeste qu’avait prédit la fille se réaliserait ou non. Jugeant qu’il était préférable de faire rentrer ses Pokémon, Velusia les rappela un à un. Alors qu’Ascendance s’envolait à tire-d’aile, une voix féminine interpella la jeune fille, dont elle savait enfin le nom. Ainsi que celui de la nouvelle venue. Velusia ne prenait qu’indifféremment d’être ignorée, cela ne la touchait pas. Pas mal de personnes se sentaient mal-à-l’aise devant un uniforme et espéraient faire passer cette indifférence pour de l’assurance, ou tout autre sentiment. Mais cela lui était indifférent et comme elle n’essaya pas d’intervenir, cela lui permis d’en apprendre un peu plus sur les activités disons, disponibles, à Aliphyr. Évidemment il ne faudrait pas que Yuu s’étonne de la présence de garde dan ce fameux endroit. Velusia ne pouvait pas laisser ça, en revanche, elle ne comptait pas spécialement faire arrêter Jalousie. Ce n’était pas son rôle ici, elle n’était pas là pour ça et du reste, elle n’avait aucune preuve matérielle.

D’un coup d’œil sur l’horizon déchiré par les montagnes ; elle vit Cocoon qui avait suivit discrètement le messager et avec qui elle avait échangé un regard. Le Lion de Feu n’était pas elle, n’obéissait qu’à lui-même et en tant que spectateur passionné, volait certainement en savoir plus long sur ce que ferait cette foule de personne en colère. Aucun d’eux ne l’avait remarqué, le prenant doute pour un Pokémon. Cela n’avait rien d’extraordinaire, puisqu’on ne les croisait qu’au Cosmo Canyon, tout petit village situé à Flamen. Il y avait donc une chance infime pour que l’un d’eux ne sache ce qu’il était vraiment. Et bien qu’il voyageait à ses côtés, il se montrait d’une discrétion absolue et ne parlait qu’en présence de Velusia ou des rares personnes à qui ils avaient accordé leur confiance. Mais s’il faisait une découverte, ce serait toujours cela de prit. Comme il avait entendu cette conversation, il ferait également un petit tour où Velusia lui avait demandé, d’un simple regard. Certes ce n’était pas son travail ici, mais il y avait des choses qu’on ne pouvait pas laisser passer. Les activités clandestines étaient toujours dangereuses. Elle avait choisi comme sacerdoce de rendre le monde plus sûr, pour tous.

-Velusia Varam

Le chevalier se présenta, sans en dire plus, puisque sa fonction était connue, elle n’avait aucune raison d’en faire plus, d’e faire trop même. Comme elles se dirigeaient vers la ville, elles rattrapèrent finalement les chercheurs d’or. La première que pu constater Velusia, était bien sûr les cris. Jalousie se rapprocha et infirma les soupçons de Yuu. Voilà, c’était exactement le genre de complications qu’elle avait voulu éviter. Manifester devant le poste de garde c’était ridicule. Premièrement parce qu’ils allaient se faire chasser comme il se devait et ensuite parce que la garde ne s’occupait pas des affaires de l’armée. Ils « n’étaient » qu’une milice, rien de plus. Velusia ne méprisait pas pour autant leur fonction, mais le fait est qu’elle s’arrêtait au maintien de l’ordre publique. La femme hésitait sur l’attitude à adopter, à Alfen, elle n’aurait pas hésité à disperser la foule, mais ici, elle n’avait pas vraiment autorité pour le faire, elle n’était pas réellement chez elle… Se mêler un peu plus de cette affaire risquait d’inciter ces personnes, justement à s’entêter, insister et au pire des cas, aggraver la situation. Peut-être valait-il mieux ne rien faire.

Ainsi, elle s’éloigna, tout en réfléchissant. Oui, mais elles n’allaient pas éviter de rentrer à Aliphyr tout le temps que ces gens-là y seraient. Par contre, elles pouvaient emprunter une autre route. Il n’y avait qu’une auberge dans la ville après tout. L’idée était surtout de rester discret pour l’instant et éviter l’émeute. Velusia rattrapa à grande enjambées les deux amies.

-Il y a une autre route pour rentrer à Aliphyr, le mieux serait d’éviter la proximité avec ces gens. Et rester tranquille en ville quelques jours. Le temps que les esprits se calment.

Où que l’émeute éclate. Dans tous les cas, une seule garde du corps ne pourrait rien contre une foule et Yuu n’était visiblement pas capable de se défendre dans de pareilles circonstances. C’était l’éternel problème du surnombre. Au moment où les cris s’intensifiaient, Ascendance sortit du bureau de poste par la fenêtre. Il monta en altitude et chercha Velusia qu’il découvrit un peu plus loin, s’engageant sur un chemin annexe. Le Pokémon manqua alors de délicatesse. Comme il ne connaissait que peu les conflits et moins encore la diplomatie, aussi il la rejoignit sans se douter qu’il venait d’ouvrir la piste vers son groupe. Voyant le Pokémon du chevalier qui les avaient ‘’dépouillés’’, et cette même personne qui ‘’s’enfuyaient’’, la fureur monta. C’était sans compter sur Cocoon, qui lui avait pris soin de rester en retrait. Utilisant les pics, les monts et les rochers pour se dissimuler, il vit la foule en colère abandonner le poste pour rattraper Velusia et la jeune fille. Il se mit alors à galoper, bondissant dans la montagne très à l’aise. Il rattrapa en peu de temps les femmes et pour la première fois, consentit à prendre la parole. Il ne savait pas précisément s’il pouvait leur faire confiance, mais il leur offrait le bénéfice du doute, dans sa sagesse, il préférait prévenir d’un danger, avant qu’il ne leur arrive dessus.

-Velusia, la foule en colère arrive sur vous, ils ont vu Ascendance.

Ascendance était arrivé avant lui et Velusia s’était retournée en entendant la voix grave et ronronnante du Lion de Feu.


(Ca te convient ? On peu faire une partie de cache-cache dans la montagne si tu veu, mais si tu as une autre idée !)

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Yuu le Lun 28 Mar 2016 - 21:59

[Va pour le cache-cache !]

Tandis que les trois femmes fuyaient la foule en colère qui malheureusement semblait les avoir repérées, Yuu entendit soudain la fameuse présence que son hydrokinésie ne détectait pas dans son dos. Et celle-ci se mit à parler. Mais ce n’était pas de la télékinésie. La jeune fille entendait sa voix comme si un homme d’un certain âge et d’une immense sagesse se trouvait juste derrière elles. Et elle connaissait cette impression. Elle avait déjà entendu voix semblable et ressenti pareille sensation. Un flash de son passé lui revint en mémoire. Une image pour être précis, qui représentait grand lion à la peau rouge.

Elle connaissait ses lions, elle les avait déjà vus, que ce soit en illustration ou dans leur habitat naturel Comme tout ce qui avait trait à son passé, elle ne pouvait expliquer comment exactement, mais elle se souvenait d’avoir déjà vu ces lions au Cosmo Canyon, dans leur habitat centenaire. Vu que sa famille était originaire de la région, cela ne semblait pas impossible. Elle comprit ainsi pourquoi Vélusia – elle venait d’apprendre le prénom de la chevalier – n’avait pas pensé à lui lorsque Yuu lui avait fait part de son incompréhension. La jeune fille lui avait parlé d’un Pokémon particulier. Or, à proprement parler, le lion n’en était pas un.

Mais la jeune aveugle n’avait pas le temps d’étudier plus en avant les implications de tout ceci. Apparemment, c’était l’oiseau de Vélusia qui avait mené la foule furieuse sur leur piste… Soit. Une réaction aussi violente surprenait la jeune aveugle, mais elle étudierait plus tard les conséquences de ce mouvement de foule. Pour le moment, il fallait fuir, car Yuu ne leur donnait à elles trois pas plus de quelques minutes d’avance sur leurs poursuivants.

Elles furent vite de retour à l’entrée de la montagne, où Jalousie désigna un chemin relativement praticable quoiqu’assez étroit. Etant donné qu’il était loin d’être le seul sentier empruntable dans les environs, cela leur fournirait un bon moyen de se cacher. Quant au retour, elles n’auraient avec un peu de chance nul besoin de revenir sur leurs pas. Il suffirait de demander gentiment à la femme chevalier de les ramener en plaine, mais si possible loin d’Aliphyr.

Alors qu’elles avançaient, Yuu sentit le ruissellement de gouttes d’eau sous ses pas, ce qui confirma ce que lui laissaient penser ses foulés : elles progressaient sur un chemin pentu qui montait de plus en plus en tournant légèrement à chaque mètre. Elle eut lors l’idée d’un plan pour ralentir ses poursuivants. Un plan que Jalousie lui avait enseigné, et que la pirate utilisait souvent pour ralentir des agresseurs en terrain escarpé comme celui-ci.

Elle demanda alors à son amie si elle avait pensé à mettre en place sa « stratégie de ralentissement », comme elle l’appelait.

« Je pourrais le faire, mais là je t’avoue que j’ai pas le temps de jauger la puissance, lui répondit la pirate en continuant à avancer à vive allure. Donc si je transforme le chemin rocheux derrière nous en patinoire, il risque d’y avoir des stalagmites partout. Bref, ça indiquera à ces gusses par où nous sommes passés mais s’ils choisissent malgré tout de nous suivre, ce sera à leur riques et péril parce que ce sentier sera devenu un piège mortel. »

Yuu n’avait pas pensé à ça mais elle écarta cette idée : avec sa puissance de Vandale, si la glace de la pirate s’infiltrait dans une des crevasses qui couraient sous leurs pieds, elle risquait tout simplement de faire exploser le chemin et de les précipiter dans le vide. Mais il y avait une autre solution un peu moins brutale. Après tout, Yuu était amplificatrice désormais ! Elle n’avait pas autant de puissance élémentale que son amie, mais en revanche, elle savait bien mieux jauger la sienne. Elle dit donc à la femme eux cheveux bleus :

« Contente-toi de faire couler de l’eau derrière nous. Je me charge de la glace.
-Ok mais je peux savoir pourquoi tu veux renforcer nos arrières ? Faudrait être devin pour savoir quel chemin on a pris, y’en a une bonne dizaine. »

Yuu savait déjà que son amie plaisantait à moitié. La vraie raison qu’elle avait de ne pas vouloir utiliser de subterfuges était qu’elle voulait que leurs adversaires les suivre, pour qu’elle puisse ensuite les exterminer, par exemple en faisant tomber un rocher sur eux. Mais elle savait aussi que Yuu désapprouvait ce genre de comportements violents, et qu’ils ne seraient certainement pas du goût de la chevalier qui les accompagnait. Finalement, la pirate s’exécuta, mobilisant sa maîtrise pour faire couler une aire d’eau le long de la piste qu’elles venaient juste d’emprunter. Yuu la sentit s’infiltrer dans les lézardes du chemin, puis, délicatement, elle utilisa ses propres pouvoirs pour changer l’eau en glace. Il s'agissait surtout de ne pas y aller trop fort, sinon la glace ferait éclater la roche et risquait de faire s'écrouler ce sentier. Mais elle réussit sans trop de mal. Le chemin qu’elles avaient emprunté était maintenant devenu un toboggan glissant et potentiellement mortel. Elle répondit néanmoins :

« Je sais avec certitude qu’ils ont au moins un géokynésiste avec eux. Lui peut nous pister et trouver sans faillir le bon sentier du premier coup. »

Un instant, elle songea à demander à Jalousie d’ériger un symbole en glace à l’entrée de la pente pour prévenir leurs poursuivants de la dangerosité de ce chemin, mais elle se ravisa presque aussitôt. Premièrement, elle n’avait pas le temps. Et deuxièmement, outre le fait qu’elle n’était même pas sûre que les excités de l’or feraient preuve d’autant de merci à leur égard, elle se rappela que ces gens étaient des Alyphirois, donc des montagnards. Ils sauraient anticiper les dangers d’une voie verglacé et avec un peu de chance, abandonneraient la poursuite et leur ficheraient la paix.

Quant au géokynsiste, s'il essayait de briser la glace avec ses pouvoirs, il prendrait également le risque de déterriorer le chemin. Avec ça, elles allaient gagner un peu plus de temps.

« Dis, demanda alors Jalousie, si on retournait là où ya l’or et qu’on le leur donnait, tu penses que ça arrangerait les choses ?"

Yuu sentit bien à son ton que la pirate ne croyait pas à sa proposition mais elle répondit quand même à voix basse, à l'intention de son amie, mais aussi de Vélusia :

-Non. Vu leur état actuel, ces prospecteurs s’étriperaient entre eux. Dès que nous nous serons suffisamment éloignés d’ici pour ne pas être repérées au décollage, nous pourrons peut-être fuir par la voie des airs… »

Tout en disant cela, la jeune fille réfléchissait intensément. Elle s’était trompée en pensant que les chercheurs d’or n’attaqueraient pas sur le champ, en plein jour. Pourtant, elle croyait encore en son postulat de base disant que ces hommes étaient trop lâches pour tenter quelque chose d’eux-mêmes. Il y avait donc dans cette foule vociférante probablement quelqu’un qui attisait leur haine envers les « voleuses ». Et a priori, ce n’était pas le vieux Desdémone, puisqu’il ne faisait pas partie de la foule qui avait protesté devant le poste de garde… Pour la jeune aveugle, le mieux à faire était maintenant de trouver qui menait cette révolte. Mais ce n’était pas elle qui commandait ici…

« Une idée concernant la suite des opérations ? »
Demanda-t-elle alors à Velusia tandis qu’elle continuait sans relâche de gravir le sentier.
avatar
Yuu
Informations
Nombre de messages : 173

Fiche de personnage
Points: 19
Âge du personnage: ? (15 ans en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Velusia Varam le Sam 9 Avr 2016 - 15:21

Velusia ne savait pas vraiment si elle devait être surprise de cette hystérie collective. Dans le fond, c’est ce à quoi elle s’était attendue. Battre en retraite  n’était pas un mauvais plan, quand ils seraient harassés de fatigue à courir inutilement dans la montagne, en décidant finalement de rentrer chez eux, ils se rendraient alors compte de la bêtise et de l’inutilité de la chose. Se battre contre des paysans n’avait rien de glorieux et puisqu’ils n’étaient pas assez raisonnables pour écouter le bon sens… Autant les laisser se fatiguer. Velusia fit rentrer le Braisillon. L’animal n’était pas expérimenté et capturé pendant sa retraite, il y avait certaines choses qu’elle ne lui avait jamais apprises. Et qu’elle ferait dans les prochains jours, pour chacun de ses autres Pokémon. Non, tout ça était de sa faute. De nouveau dans la montagne, Cocoon ouvrait le chemin. Depuis le temps qu’ils vivaient ici, il avait eu le temps de vagabonder et d’explorer le coin, sans compter que la montagne était naturellement son terrain de prédilection. Il n’avait donc aucun mal à se déplacer en silence, se dissimuler et au final, passer totalement inaperçu.

-Non, inutile de provoquer un éboulement, n’oubliez pas qu’Aliphyr est tout prêt.

Intervenant calmement, Velusia n’aurait pas laissé faire un coup aussi aléatoire que dangereux… Elle fixa un moment Jalousie, puis Yuu intervint à son tour. Un géokynesiste… Leurs pas sur le sol, les vibrations qu’ils induisaient pouvaient effectivement les mettre sur la voie. Il ne suffirait pas d’une flaque pour brouiller les pistes et faire une patinoire ne ferait que les retarder. Une nouvelle fois, Velusia allait intervenir. Cette fille était un festival de mauvaises idées ! Mais Yuu fut la plus rapide et partageait son avis, inutile de leur donner une raison de se déchaîner, ils seraient capables de croire qu’elles essayaient de prendre l’or ! Cette histoire commençait à l’irriter. Velusia voulait à tout prix éviter un bain de sang. Ce qu’elles ne devaient pas oublier, c’est que ces gens là étaient de la région et donc parfaitement chez eux. La montagne était sans aucun doute connue d’eux tous, ce ne serait donc pas facile de les avoir à l’usure. Il suffirait peut-être simplement de disparaître de leur vue, mais comment s’ils pouvaient les pister efficacement ? Comment brouiller les pistes ? La maitrise de la terre, ce n’était pas son domaine… Mais tout en y pensant, elle songea comme elle avait du mal à interprêter les vents, quand des courants contraires se déplaçaient de toute part. Des vents contraires… La solution était peut-être là.

-Ils sont chez eu, on ne les trompera pas aussi facilement. Ils nous pistent et ils connaissent la région. Mais ils ne sont pas des soldats, aucun d’eux n’a jamais combattu. On peut les avoir à l’usure, avez-vous assez d’endurance pour tenir le coup ?

C’était une véritable question, autant elle, elle savait qu’elle pouvait tenir les privations et la fatigue pendant des semaines au bas mot, s’il le fallait. Mais même si l’objectif n’était pas de vire comme en état de guerre pendant des jours, aller crapahuter à travers la montagne à un rythme soutenue n’était pas donné à tout le monde. Il y avait peu de chance que ces deux filles tiennent le coup, même si elles disaient le contraire… Il faudrait alors trouver un abri, trouver la forêt qui cacherait l’arbre. Ce serait le plus efficace, conserver leurs forces, pendant que les autres s’épuiseraient inutilement et abandonneraient. Et s’ils pouvaient les perdre en route, elles n’auraient alors plus qu’à rentrer à la city. Pour gagner du temps, elle devait leur en faire perdre. Velusia prenait le temps et même si la distance mise en elles et leurs poursuivants s’amenuisaient, elle ne se pressait pas et allait jusqu’au bout de sa réflexion, mettant un plan rapide en place. Dans ces montagnes, il y avait un nombre important de Pokémon sauvages. Autant en profiter.  Velusia saisit ses Pokéball, une idée assez précise en tête. Ses propres Pokémon allaient mettre leur entrainement à profit.

-Profitons de l’environnement, si vous avez des Pokémon, utilisez-les, ils pourront attirer d’autres Pokémon sauvages. Si nous les dispersons, ils auront plus de mal à savoir si les  vibrations que nous émettons en nous déplaçant viennent des Pokémon ou de nous.

Cocoon redescendit de ses perchoirs.

-Il y a beaucoup de chemins, nous avons de quoi les envoyer vers de fausses pistes.

Il décrivit les différents chemins qu’il avait pu voir. Songeuse, Velusia attendit un moment avant d’exposer son plan dans son ensemble.

-Sorcha, tu vas te glisser sous une couche de glace et creuser une mare. Quand ils traverseront, tu feras comme pour défendre ton territoire. Yuu, ce sera plus crédible je pense si ton Pokémon se joint au mine, ils sont de même nature. Tara, reste dans le coin au cas où, ils seront démuni hors de l’eau, si jamais la marre ne tenait pas. Ai l’air de vivre ta vie, mais de loin, il y a suffisamment de rapaces ici pour qu’on ne te reconnaisse pas trop. Lumière… Toi tu vas creuser et aller vers le chemin au nord, la seule suspission d’un nid de Drakarmin devrait leur hôter l’envie de passer par là. Hors c’est le chemin que nous prendront pour rentrer.

On va prendre le chemin de l’ouest et les éloigner. Là-bas le chemin se divise en deux, Ascendance, tu iras sur celui du nord. On va leur donner l’illusion de vouloir les contourner rapidement. Ils vont foncer sur toi quand ils te verront, mais quand ils verront que c’est un leurre, ils seront derrière nous. On va les balader dans la montagne. S’ils tombent dans le piège, ils vont en faire des kilomètres… Nous, on ira le plus loin possible, le chemin tourne vers le sud,  puis l’est et il y a une fissure à flanc de falaise. C’est là que Siel nous emmènera. Il y a une caverne qui débouche par le chemin que défendra Lumière, elle est assez grande pour Siel.

S’ils ne prennent pas le chemin que nous suivront, ils en auront encore pour un bout de temps. Dans tous les cas, ils ne vont pas s’attendre à une retraite aérienne… Par le sous-sol. Tara, je te charge de réunir tous le monde au moment où nous sortirons de la caverne. Si on se loupe, trouvez un refuge pour la nuit. J’enverrais Lumière vous chercher.

Cela vous convient-il ?


Son plan pouvait paraître compliqué, ais avec des années de manoeuvres militaires, elle était sûre de pouvoir le sortir de ce mauvais pas. Elle les regarda à tour de rôle, essayant de déceler la moindre réaction de peur ou de doute. C’était aussi sans compter sur la présence des Pokémon sauvages, qui allaient peut-être se mêler à leur plan. En tout cas, elles en avaient pour quelques heures et entre la difficulté du terrain, la fatigue, la faim et la soif, cette randonnée allait être pénible. D’après Cocoon, le chemin qu’elles ne prendraient pas pouvait mener très loin dans la montagne. C’est qu’il y en avait bon nombres d’autres. Mais une fois rentrée en ville, Velusia irait quand même les signaler au poste de garde, leur envoyer des secours, au cas où justement, ils ne retrouveraient pas leur chemin ou qu’un incident interviendrait. Il ne devait pas y avoir de blessé. Ce n’était pas le but de la manoeuvre. Et qui, ils pourraient commencer à faire preuve de bon sens en voyant venir les secours… Les échanges n’en seraient que meilleurs pour la suite et cette aventure leur servirait de leçon. Elle ne voulait pas tirer de conclusions hâtives, mais elle ne voulait écarter aucune possibilité.

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Yuu le Dim 10 Avr 2016 - 22:00

Yuu écouta attentivement le plan proposé par Vélusia. Même si elle était persuadée que la foule en colère, parce qu’ils étaient natifs de ces montagnes, comme l’avait souligné Vélusia, avaient d’autres moyens de les pister que la géokinésie, multiplier les sources de vibrations les égareraient un moment et leur ferai gagner du temps. La jeune fille souscrivait à la totalité du plan de la chevalier, à l’exception d’un point précis.

En effet, lorsqu’elle entendit son nom et ce qu’on attendait d’elle, Luppy commença aussitôt à trembler et se réfugia dans l’imposante chevelure de sa dresseuse. Yuu comprenait sa réaction et ne lui en voulait pas. Elle se contenta donc de répondre à Vélusia de son ton glacial :

« Je suis d’accord avec vous, va pour votre plan. En revanche, Luppy n’est pas du tout à son aise dans ces montagnes et elle n’a pas l’entraînement au combat de votre Pokémon. Rester ici loin de moi la terrifie. Dans cet état, elle sera plus une gêne qu’un allié pour votre Sorcha. Elle restera avec moi.
Quant à mon autre Pokémon, il s’agit d’une Magicarpe, elle nous est inutile ici. »


Yuu caressa ensuite son poisson pour la rassurer. Luppy ne voulait pas, et il était hors de question pour sa dresseuse d’envoyer au combat un Pokémon non préparé. Elle ne commettrait plus jamais cette erreur. Plus jamais !

-Moi aussi j’ai un Pokémon aquatique, renchérit Jalousie, et lui non plus, la montagne, c’est pas son truc. Par contre, en faisant tomber quelques paquets de neige dans le coin, on devrait pouvoir rajouter quelques vibrations à la cacophonie. J’ai vu un coin pas loin en hauteur où on peut faire s’effondrer pas mal de neige et c’est pas loin. On sera de retour dans cinq minutes, continue tout droit et on te rattrapera. Yuu, tu viens avec moi, j’ai besoin ton aide ! »

Et elle agrippa sa jeune amie aveugle par le bras avant de l’entraîner un peu plus loin, en hauteur, hors de portée d’oreille. Elle scruta les alentours pendant une bonne minute avant que Yuu ne l’interrompe :

« Ils sont trop loin pour nous entendre, elle et ses Pokémon. Ma maîtrise me le confirme. Si tu ne vois pas un lion de feu dans les parages, alors on sera bien à l’abri des oreilles indiscrètes. Mais franchement, tu n’avais pas une excuse plus crédible pour m’amener à l’écart ?
-Pas de trace du lion… On devrait avoir la paix. Bon déjà, je sais que tu le sais déjà, mais cette nana, je peux pas la piffrer. Comprenons-nous bien, je n’aime pas tout ce qui porte un uniforme en général, c’est un fait. Mais elle, je l’aime encore moins que la moyenne de ses petits camarades. Ya un truc chez elle qui me revient pas. Du coup, je préfère qu’elle soit pas là quand je parle de mon « passé ».
-Je t’écoute, répondit simplement Yuu.
-Tu sais, les gars qui nous pourchassent… Plus j’y pense, et plus ils me font penser à mon ancien équipage. J’veux dire, je les ai un peu observés, ils ont pas l’air d’être des bandits, juste des citoyens ordinaires, de même que la plupart de mes gars n’étaient pas de mauvais bougres… Pour des pirates. Mais si on passait trop de temps en mer sans ramener un butin, les esprits s’échauffaient et il suffisait d’un petit malin qui jette de l’huile sur le feu pour envenimer les choses et provoquer des mutineries et autres. Je suis d’accord avec ton analyse de tout à l‘heure, mais je pense aussi que ces gens n’ont pas vu depuis longtemps la couleur de l’or et ça les a rendus nerveux. »

Yuu réfléchit un instant à l’analyse de Jalousie. Elle était plausible, d’autant plus qu’elle complétait parfaitement la sienne. Hélas, pour l’attester, il leur faudrait revenir en ville… Et pour cela, mieux valait s’en remettre à Vélusia. Jalousie fit s’écrouler en vitesse quelques paquets de neige situés sur les monts voisins proches, histoire d’appuyer son « excuse », puis elles redescendirent et rejoignirent la chevalier.

« C’est fait, annonça alors Yuu. On vous suit. »

Et elles se mirent en route. Globalement le plan se déroula comme la chevalier l’avait prévu, et une fois sorties, Yuu insista pour retourner en ville. Après tout, argumenta-t-elle, si tout avait fonctionné comme prévu, alors c’était le dernier endroit où les acharnés de l’or iraient les chercher.

***

De retour en ville, la jeune fille demanda à Jalousie de la conduire rapidement au poste de garde où l’émeute avait éclaté. Les gardes seraient un bon point de départ pour en apprendre plus sur cette fameuse guilde de prospecteurs. Mais alors qu’elles arrivaient à proximité du bâtiment, elles entendirent une discussion mouvementée entre deux voix masculines. L’une d’entre elles n’était autre que celle du vieux maître de la guilde :

« Mais puisque je vous dis que nous courons un grave danger ! Vous devez me croire ! »

Desdémone ne ressemblait plus au négociant serein que Yuu avait croisé un peu plus tôt. L’inquiétude rongeait sa voix et il semblait extrêmement mal à l’aise.

« C’est ça oui, répliqua l’autre homme, probablement un garde. Arrêtez vos simagrées Olivera ! C’est à cause de votre bande de rapaces que ces deux femmes sont en danger, et on a déjà assez à faire pour les calmer sans que vous ne veniez jeter de l’huile sur le feu ! A l’heure actuelle, des gardes quadrillent la montagne à la recherche de vos Ponchien enragés ! S’ils ne se calment pas très vite, il leur en cuira ! »

Le vieil homme essaya bien de protester mais rien n’y fit. Le garde ne voulait plus lui parler. Yuu s’avança alors qu’il s’éloignait du bâtiment et lui lança :

« Un problème monsieur ?
-V… Vous ! Vous êtes… ici… Vous avez survécu, Reshiram soit loué ! Je vous en supplie, suivez-moi Vous devez écouter ce que j’ai à vous dire avant d’aller parler aux soldats ! Les gardes vous écouteront vous, et surtout votre maie la chevalier…
-Pas si vite, trancha alors Jalousie. Son amie c’est MOI, et je ne porte pas l’uniforme, mais cette gamine n’ira nulle part sans moi !

-Soit. Suivez-moi je vous prie. »

Et le vieil homme les mena chez lui, où il les invita à s’asseoir sur de confortables fauteuils. Les dernières craintes de Yuu s’évaporèrent. Il ne leur proposa pas de boisson, donc il ne pouvait pas avoir empoisonné ces dernières. Et la jeune fille savait que Jalousie veillait au grain.

« Laissez-moi deviner, attaqua la jeune fille. Vos séides sont en colère après nous parce que cela fait longtemps qu’ils n’ont pas trouvé la moindre pépite ? »

Le vieil homme ne répondit pas tout de suite, occupé à caresser machinalement la tête d’un magnifique Absol qui était venu les rejoindre. Luppy, intriguée par le loup, le regardait intensément.

-C’est exact, finit-il par répondre. Et c’est là l’origine de toute cette histoire. Je suis entré dans la guilde des prospecteurs il y a un peu plus de cinquante ans. J’en avais alors quinze. A l’époque, l’or se trouvait encore dans la montagne. Mais plus pour très longtemps hélas. Les derniers filons présents et facilement exploitables en pleine montagnes se sont épuisés il y a environ quarante ans, ce qui a provoqué une grave crise au sein de la guilde, qui était au bord de l’implosion. Finalement, pour la sauver, le chef d’alors décida de forer à proximité de la ville, là où personne n’avait jusqu’ici voulu creuser car il était de notoriété publique qu’il n’y avait pas d’or à proximité de la ville. Mais notre chef provoqua par mégarde un éboulement qui détruisit un quartier entier d’Alyphir. La soif de l’or l’avait poussé à la folie… Il fut destitué et la guilde dissoute pour un temps Je perdis de vue mes anciens collègue, mais pas ma passion et me convertit alors en chasseur de gemmes. Je suis originaire de Dyrinn et ma puissante maîtrise de la terre m’a permis de découvrir la vérité sur l’or dans les monts d’obsidienne… Il n’en reste quasiment plus dans les zones facilement accessibles, sauf à proximité de la ville.
-Dans ce cas, intervint Yuu, il est logique de penser que la présence de cet or devait rester secrète… Parce que sinon, les forages effectués pour le récupérer auraient provoqué des éboulements qui auraient détruit une bonne partie d’Alyphir.
-Précisément. Je suppose que des gens avant moi ont découvert ce secret, mais qu’on les a fait taire pour éviter que cette information se propage et que la ville soit menacée… Mais je vous jure sur tout ce que j’ai de plus cher que je n’ai jamais eu l’intention de récupérer cet or. Après la dissolution de la guilde, je me suis adonné à mon autre passion, la gemmologie. Malgré tout, ce secret m’obsédait car le danger encouru par cette ville où je vis depuis mes quinze ans était réel. Et puis il y a deux ans, j’ai capturé cet Absol sur Erasia et j’ai eu l’idée de reformer la guilde, mais dans un autre but que la recherche d’or.

J’ai alors passé un marché avec les autorités. Les dirigeants de la ville savaient eux aussi pour l’or, mais jusqu’ici, ils avaient fait taire tous ceux qui avaient découvert le secret de l’or. J’ai risqué ma vie en allant les trouver mais néanmoins ma proposition les a intéressés.

-Vous utilisez vitre Absol pour localiser les éboulements à proximité de la ville et vérifier s’il n’y a pas d’or dedans ?

-Précisément. Vous êtes perspicace mademoiselle. Le cas échéant, j’ai reçu pour ordre de jeter cet or dans le ravin le plus proche. Je suis également chargée de la surveillance de la montagne. Enfin, en échange de l‘aide d’un maître de la terre de mon envergure, les autorités ont accepté que je recréée la guilde des prospecteurs mais dans un but bien précis : celui de former ces membres, des gens qui seraient intéressés par l’or donc éventuellement capable de découvrir un jour le secret, à la gemmologie afin d’endormir leur soif de ‘or et de la remplacer par celle des pierres. Ca avait marché avec moi m’étais-je dit, donc cela pouvait fonctionner avec autrui… Et ce fut le cas pendant un temps. Jusqu’à ce qu’Ignigo nous rejoigne. C’est un prospecteur très doué mais hélas il est également avide et dépourvu de la moindre patience. Lui n’en démord pas. Il se moque des pierres qui sont « planquées au fin fond de grottes inaccessibles ». Il veut de l’or. Et il a rallié des gens à sa cause. Fort heureusement, aucun géokinésiste dans la guilde excepté moi n’est assez puissant pour repérer cet or à proximité de la ville avec certitude. Il est situé trop bien mélangé à la roche qui l’entoure.

Hélas, l’incident provoqué par ce Drakkarmin un peu plus tôt n’était pas un désastre naturel, aussi mon Pokémon ne l’a pas senti arriver et je n’ai pas pu agir à temps. J’ai alors essayé de convaincre les miens qu’il ne s’agissait que d’une découverte isolée d’une faible quantité d’or mais mes efforts n’ont pas suffi. Ignigo leur a tous monté la tête, il a écouté le récit d’Esteban et a juré qu’il allait récupérer leur or des mains des voleuses…

-Ya un truc que je comprends pas, intervint alors Jalousie. Vous dites que les autorités sont au courant pour l’or. Dans ce cas, pourquoi étiez-vous en train de brailler devant le poste de garde pour qu’on vous écoute ?

-Quand je dis « les autorités », je veux dire les hauts dignitaires de la ville. La plupart des soldats ne sont pas au courant. Ce secret ne peut plus rester caché. Le seul moyen d’éviter une catastrophe c’est de révéler la vérité aux chercheurs d’or. Hélas, aussi bien l’armée que les membres de ma guilde refuseront de me croire. Mais vous, les soldats vous écouteront parce que c’est vous qui avez découvert l’or. Et puis, si vous arrivez à convaincre la femme chevalier qui était avec vous dans la montagne peut-être qu’elle pourra persuader ses collègues ? Je vous en prie, vous devez m’aider… »

La terreur se lisait dans les yeux du veillard. Il ne bluffait pas. Yuu ne réfléchit qu’un instant avant de lui répondre :
« J’accepte de vous aider mais cela ne va pas être facile. Déjà, je risque ma vie si je dévoile la présence de cet or, et même si les sodats nous croient et arrêtent vos hommes, cela n’éteindra pas leur soif de l’or. Et vous n’avez pas réussi à transformer leur soif pour l’or en soif pour les gemmes en deux ans. Il n’y a donc que deux solutions. Soit ils emportent le secret dans leur tombe.

-NON ! Refusa catégoriquement Desdémonne.

-…Soit il faut faire disparaître cet or des esprits. Définitivement.
-Mais comment voulez-vous faire ? Nous avons tous vu cet or lorsque nous sommes venus à votre rencontre un peu plus tôt !
-Moi je ne l’ai pas vu.". Etelle garda le silence.

Yuu connaissait une solution à ce problème. Hélas, elle était incapable de la mettre en œuvre seule. Elle ne maîtrisait pas encore l’alchimie. En revanche, elle savait négocier. Mais le moment n’était pas encore venu d’agir. Pour le moment, elle voulait connaître la réaction de Vélusia à cette histoire. Cela lui donnerait un bon indicateur sur la réaction du soldat. Et la guerrière aurait peut-être une idée là-dessus à laquelle elle n’avait pas pensé. Mieux valait envisager toutes les hypothèses avant qu'elle ne mette en oeuvre son plan

[Je te laisse développer la fuite à travers la montagne, je n'avais pas vraiment plus à dire que ce que ton plan là-dessus, j'ai donc développé l'histoire. Pour le retour en ville, je reste volontairement vague sur la position de Vélusia, elle peut être au poste de garde, avec Yuu chez Desdémonne ou ailleurs, mon post ne donne aucune indication là-dessus, c'est toi qui vois bien sûr Wink De toute façon, si tu n'as pas eu vent de l'histoire de l'or dans ton post, Yuu te la racontera au suivant.
avatar
Yuu
Informations
Nombre de messages : 173

Fiche de personnage
Points: 19
Âge du personnage: ? (15 ans en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Velusia Varam le Jeu 28 Avr 2016 - 18:46

Les deux filles avaient trop peur de se séparer de leur Pokémon ou alors, elle n’avait pas compris son plan. C’était cela, elles n’avaient absolument pas compris. Pourtant, elle n’avait rien dit de très compliqué… Les Pokémon étaient juste censé faire comme s’ils vivaient dans le coin, Velusia n’avait parlé de les faire combattre ou quoique ce soit d’autre. Qu’à cela ne tienne, comme à l’accoutumée, elle ne se fierait donc qu’à elle-même. Elle était, de toute façon, la seule qualifié dans cette montagne pour ce qu’elle comptait faire Elle n’aurait qu’à s’assurer d’une manière ou d’une autre, qu’elles suivent. Et a son rythme, sans quoi son plan ne servirait pas à grand-chose. Velusia prit donc la tête du groupe, en adoptant une allure de marche forcée, soutenue, malgré le terrain difficile et qui dans quelques minutes, se révèlerait probablement fatiguant, éreintant dans quelques heures pour les deux filles. Cela n’inquiétait pas Velusia, elle les aiderait à avancer plus vite s’il le fallait. Cocoon se plaça en amont, ouvrant la voie, furetant, et disparaissait parfois. Il allait sans doute jeter un œil dans les environs, discrètement, pour voir où en étaient leur poursuivant. D’eux tous, il était celui le plus à l’aise dans ce genre d’environnement, identique à celui de son pays natal. Le chemin abrupt et dont la pente était forte, allait leur donner du mal. Plusieurs fois, Velusia se retourna pour s’assurer de ne pas semer ses protégées, elle les forçait à prendre une allure soutenue et ce n’était que le début.

Quelques dizaines de minutes avant, elle avait fait sortir Sorcha de sa Pokéball, elle ne s’était pas vraiment inquiétée, ni même intéressée à l’absence un peu soudaine de Yuu et de Jalousie.  Tout en libérant Sorcha, elle lui avait recommandé la chose suivante, d’avoir l’air le plus naturel possible, de prendre un air de Pokémon sauvage. Ce qui ne lui serait pas compliqué, car elle avait connu la vie sauvage. Le visage de Hua Jin lui était revenu, c’est lui qui lui avait capturé. Cela faisait longtemps qu’ils ne s’étaient plus revus. Sorcha avait, à sa manière, acquiescé, mais surtout, elle avait parfaitement compris ce qu’on attendait d’elle. Velusia avait ajouté, que puisqu’elle était seule, d’utiliser son attaque Reflet, pour donner l’illusion d’être en banc. Pour parfaire son idée, Sorcha avait prit sur elle de lancer un Brouillard dans l’eau. Comme le trou n’était pas très profond,  en rendre le fond insondable donnerait l’illusion qu’une vraie étendue d’eau avait été creusée. Avec les risques d’éboulements, des Pokémon sauvages capable d’en faire autant, il n’y avait rien de très étonnant à voir ce genre de choses apparaître. Sorcha s’était donc fondu dans les fausses profondeurs de son nouvel habitat, pour quelques heures, en compagnie de ses multiples tout aussi illusoires. Après le départ de Velusia, Sorcha n’avait pas dû attendre très longtemps. En effet la foule en colère arrivait à l’étang. Certains avaient courrus et la petite pente en avait déjà calmés d’autres.

Comme elle Velusia s’y était attendue, ils ne montrèrent aucune précaution, ni même un peu de bonne manière et certains entrèrent dans l’étang, sans se soucier de savoir ce qui y vivait. Sans avoir mauvais caractère, son banc n’aurait pas du tout apprécié d’être envahit de la sorte, avec si peu de prévenance ! Faignant donc de mal réagir, Sorcha émergea. Quelques-unes des personnes firent un bon de côté et l’hippocampe draconique attendit quelques secondes. Faisant apparaître suivre ses double, elle sema le doute, la plupart des personnes s’écartèrent. Sauf les meneurs de la bande qui eurent la mauvaise idée de vouloir la dégager d’un coup de pied. Ce geste mit réellement Sorcha en colère. Parce qu’elle était petite de taille, ils se sentaient le droit de la piétiner ? Puisque ce grossier bonhomme avait sa jambe juste à côté d’elle, Sorcha réagit immédiatement et répliqua par une Queue-Poison, avant de s’enfoncer dans son étang et d’en ressortir, mais derrière lui. Pour dissuader la foule, elle lanca une Bomb-Beurk. Le bonhomme tomba à la renverse et, sans doute en ayant peur de se boire la tasse dans cet ‘étang’, il se jeta sur le côté pour se rattraper au abord, en prenant soin d’éviter les autres Venalgue. Sentant qu’il allait se rendre compte rapidement de la supercherie, Sorcha noya le poisson, elle envoya un Brouillard et attaqua au hasard à coup d’Ecume, afin de rendre son faux banc crédible, au moins pour permettre à Velusia de prendre de l’avance.

Grâce au petit jeu de Sorcha, la foule s’était dispersée, dans la panique, plusieurs des personnes étaient tombées dans l’eau et avaient poussés des hurlements, peur de se noyer et d’être rossés par les Venalgue qu’ils avaient dérangés. Mais bien vite, ils s’aperçurent que non seulement l’eau leur arrivaient aux genoux, mais que l’étang était vide. Posée entre des pierres grises, qui lui conféraient un excellent camouflage, Tara n’avait rien perdu.  Comme le Brouillard allait se dissiper, elle décida qu’il était temps de récupérer sa collègue. La faisane déploya ses ailes et poussa un cri lointain. Sorcha la reconnu sans mal et se prépara. Tara n’était pas bien loin et arriva en quelques seconde et fonça comme une flèche, étira ses serres et attrapa Sorcha qui s’enroula autour d’elle. Pour éviter de percuter l’un des humains, Tara donna de grands coups d’ailes pour exécuter un demi-tour sur place et s’envoler entre les rochers, à l’insu de tous. Elle fit plusieurs fois un cercle, pour s’assurer de couvrir sa fuite et surtout, de n’être ni repérées ou suivies. Le champ libre, Tara alla se poster plus loin, à l’ouest pour l’instant. La prochaine étape se serait pour Lumière ou Ascendance. Tout dépendrait du chemin que les humains comptaient prendre… Cela n’avait pas trop d’importance, généralement le seul fait d’être un grand Pokémon rendait les gens beaucoup plus respectueux… Si en plus on tablait sur du dragon, il y avait peu à parier qu’ils prendraient le risque de le contrarier.

S’orientant grâce au soleil et au sens de l’orientation sans faille de Cocoon, Velusia menait Yuu et Jalousie à travers les montagnes. Il y avait des sillons principaux et une multitude de petits chemins, qui se rejoignaient les uns les autres où finissaient en cul-de-sac après avoir fait prendre plusieurs directions à ceux qui les empruntaient. Cependant en restant sur le chemin principal, il n’y avait pas trop de risque de se perdre. Velusia se montrait prudente et bien que son visage restait impassible, elle se mit rapidement à utiliser ses autres capacités, pas seulement pout s’orienter, mais pour percevoir la présence des autres êtres vivants. En vérité, ce n’était qu’une présence en particulier qui l’intéressait et cette idée l’avait effleurée. Autant Lumière devait jouer au dragon sauvage, autant elle n’aimerait pas tomber par hasard sur une colonie… Il lui sembla alors très important de pouvoir les éviter. Pour ce faire, elle voulait tenter d’imiter la personne la plus talentueuse et qu’elle avait eu le privilège de rencontrer… Naturellement, Velusia n’escomptait pas égaler le maitre des dragons en une après-midi, mais si elle pouvait, comme lui, sentir ne serait-ce qu’une parcelle de leur aura, elle pourrait éviter de mener Yuu et Jalousie dans la gueule du dragon. Le chevalier savait depuis longtemps avoir un don dans ce domaine, mais elle s’était surtout évertuée à le réprimer : elle ne voulait pas de Pokémon.

Le vénérable Lion de Feu lui avait pourtant assuré et prouvé qu’elle avait le talent. Durant le conflit entre Dialga et Palkia, les effets étaient tels que personne n’aurait pu nier qu’elle posséda les pouvoirs d’un dragonnier. Mais ces pouvoirs s’étaient dissipés, tout comme son grand âge, quand le temps était redevenu normal. Mais même avec cette preuve flagrante, elle avait fait preuve d’une mauvaise foi hors du commun. Ca ne lui faisait pas plaisir d’être forcée de le reconnaître, mais maintenant que le dressage de Siel était bien avancé, très poussé même, que son équipe de Pokémon dont elle ne voulait pas comptait deux autres dragons… Combien de temps encore allait-elle fermer les yeux et ne pas vouloir regarder les choses en face ? Elle était mal partie pour ne plus avoir de Pokémon. Entre les dragons, Tara et Mesa qu’on lui avait donné, Sorcha aussi d’ailleurs, Ascendance que Cocoon lui avait conseillé. Ca devenait difficile. Le plus difficile n’était pourtant pas encore dans la présence de ces Pokémon… De ses Pokémon. Mais Velusia coupa court à ses pensées. Puisqu’elle savait comment repérer, pister et sentir Siel sans la voir, ni l’entendre… Non seulement elle allait étendre ce savoir aux deux autres dragons, mais elle allait l’utiliser maintenant, pour les dragons sauvages. Cette fois, ce n’était pas comme manier une arme où il suffisait de s’entraîner et d’acquérir des réflexes conditionnés, ni un élément, où il suffisait de se concentrer. Bizarrement, ce pouvoir était instinctif.

Aussitôt, elle sentit la présence de Siel, à l’abri dans sa Pokéball. Pendant qu’elle essayait de faire taire ses pensées, mais qu’elle devait mener tout le monde sur le bon chemin et sans encombre, il ne lui était pas évident d’essayer percevoir d’autres dragons. Et par ailleurs, la présence de Lumière lui était invisible. Il était probablement trop loin. Il fallait espérer que cela signifie simplement à une absence de dragons sauvages autour d’eux… Le chemin de montagne plein de rochers, de sable et de cailloux, accompagnés par la chaleur du soleil rendait leur ascension difficile. Elles marchaient depuis longtemps déjà et plusieurs fois, Velusia était revenue sur ses pas, après avoir jeté un coup d’œil en amont, ou simplement pour les encourager à avancer et ne pas ralentir l’allure.  Se dirigeant donc vers l’ouest, Velusia délaissa celui qui partait nord et continua son chemin, rapidement et certainement vers l’ouest et sans trop attendre, vers le sud. Plusieurs heures s’étaient écoulées, quand d’un simple chemin, cette portion de montagne se changea en un plateau, débouchant sur des canyons. C’est là qu’elle libéra, après avoir obtenu le feu vert de Cocoon, Ascendance. Comme les chercheurs d’or le connaissait, elle était certaine qu’ils se jetteraient dessus. Tout en libérant son oiseau et lui recommandant de ne pas attendre de trop pour s’enfuir vers la position de Lumière, Velusia pensa à Sorcha. Elle espérait que tout se soit bien passé.

A leur grand soulagement, le terrain commençait enfin à descendre. Rendant le terrain enfin un peu moins difficile. Elles marchaient depuis des heures maintenant, mais la route ne leur permettait toujours pas de se relâcher, car elles approchaient de la falaise, que la piste était très glissante avec ses cailloux et qu’une chute pourrait les blesser gravement. Bien consciente que le terrain était plus que difficile, d’autant plus que Velusia les forçait à marcher vite, elle ne manqua pas de les encourager, certes dune façon très militaire et masculine, mais la fraternité était une chose extrêmement importante dans l’armée et c'était peut-être le seul moment où elle parut plus humaine. Elle pouvait, du coup, paraître moins rude et distante. Même ces conditions n’avaient rien à voir, qu’elles n’étaient pas sur un champ de bataille, Velusia ne le faisait pas pour elle-même. Cocoon surgit alors, les invitant à se dépêcher. Perché sur une crête, il avait aperçut quelques cavaliers, lançant à pleine vitesse leur monture sur la route que Velusia, Yuu et Jalousie avaient suivie. Voyant voler Tara au loin et devinant que Sorcha était sur son dos, formant une petite bosse derrière sa tête, il devina sans trop de mal ce qui avait pu se passer. Cependant, ce groupe de cavalier était bien moins nombreux que toute la foule qui avait quitté Aliphyr en début d’après-midi. Ils s’étaient peut-être scindés en plusieurs groupes et il espérait que dans le fond, la plupart d’entre-eux se soit résigné à rentrer et faire demi-tour.

Sans trop de tact, Velusia poussa alors ‘sa troupe’ à accélérer. Plusieurs fois, elle manqua de perdre l’équilibre, tant le terrain glissait avec tous ces cailloux, mais  elle fut soulagée, sans le montrer, de voir que la piste bifurquait enfin vers l’est. Elle connaissait cette route. Elle prit donc les devant, ayant la force de courir, malgré la journée de marche forcée, son entrainement du matin et son armure et libéra enfin Siel sur un pic à quelques mètres. Enfin, les deux filles arrivèrent. Comme elles purent le voir, ou le sentir, le dragon était loin d’être discret, ce qui expliquait pourquoi elle ne l’avait pas sortit plus tôt. Avec ses six mètres de haut et ses huit mètres d’envergure, il pourrait porter sans aucun problème trois personnes. Velusia sauta au-dessus du vide sur le dos du dragon, se raccrochant aux sangles. De là, elle défi les entraves du dragon qui étendit ses ailes avec plaisir. Velusia lui demanda d’allonger son aile, pour permettre à Jalousie et Yuu de la monter, sans risquer de tomber dans le vide. Pour plus de sécurité, Velusia fit passer Yuu devant, à la place la plus confortable,  car elle était calée sur le dos du Ptéra, elle pouvait se tenir à l’excroissance sur son dos. Dès que les cavalières furent installées, le dragon déployer ses ailes et se laissa tomber dans un piqué vertigineux. Velusia se contenta de lui donner des instructions sommaires. Cocoon lui, disparut dans les montagnes. Il ne lui faudrait que deux ou trois heures pour rejoindre Aliphyr.

Alors que le Ptéra emmenait le groupe dans les souterrains, les cavaliers atteignirent la grande bifurcation. Suivant les conseils avisés de Velusia, il s’envola à tire d’ailes, tout en leur laissant une chance de le voir. Les cavaliers en tête le pointèrent du doigt et reconnaissant le Pokémon du chevalier, s’empressèrent de le pourchasser. Leur groupe s’était en effet séparé. Une partie de leurs acolytes avaient ait demi-tour après l’attaque « des » Venalgue, ceux qui n’avaient pas voulu démordre d’avoir vu un banc de dragons déchaînés. Les autres avaient continués, mais devant le nombre de chemins et Lumière ayant parfaitement rempli son office en brouillant les pistes par le sous-sol, ils avaient décidé de prendre, par petits groupes, autant de route que possible. Mais après des heures de marche, les moins vaillant avaient fait demi-tour, pendant que d’autres s’étaient posés, décidant de rentrer plus tard, trop épuisés pour continuer. Les plus furieux avaient fait sortir leurs montures, habituées à la montagne. Le groupe qui avait prit le nord était tombé nez-à-nez avec Lumière, qui prit un malin plaisir à effrayer et à poursuivre ce petit groupe de malins en claquant férocement des mâchoires. Il s’était bien amusé et les Pokémon avait aussitôt fait marche arrière, avec ou sans leur cavalier. Se retrouvant rapidement seul, il vit arriver Tara qui vint cacher Sorcha dans ses galeries. Elle-même put prendre un peu de repos, sous la protection du dragon des cavernes.

L’autre groupe était donc à la poursuite d’Ascendance. Volant à tire d’aile, il remarqua vite que ce groupe là était rapide et lui collait au train. L chemin qu’il suivait était sinueux, mais relativement plat et exempt d’obstacle, pour le desservir. Heureusement, dans la pénombre qui commençait à gagner les gorges, il vit le croisement décrit par Cocoon, celui où, il l’espérait, Lumière attendait. Il fit ne embardée en prenant la route du sud et poussa un cri de surprise, en voyant la silhouette du dragon émerger soudainement. Lumière avait sentit le galop des cavaliers. Il regarda à l’intérieur de sa caverne et Tara se leva. Ascendance alla le rejoindre. A lui de jouer maintenant. Entrant à l’entrée de sa caverne il se mit à creuser, il comptait leur couper la route et jouer au dragon sauvage en leur collant une sacré trouille ! Il ne s’inquiétait aucunement d’être reconnu, il y avait des centaines de frères de race par ici, il n’y avait donc aucun risque. En déboulant dans le cayon sans crier gare, les montures eurent exactement la même réaction que celle des autres croisées quelques heures auparavant. Ils pilèrent à s’en casser les pattes et ceux qui pouvaient se mettre debout pour éviter un coup de griffes de Lumière le firent. Deux d’entre-ex firent tomber leur cavalier et repartirent dans le sens opposé. Les autres se mirent en tête de braver la colère du dragon. Est-ce qu’ils étaient aventureux ou simplement convaincu d’être tombé dans un traquenard ?

A quelques kilomètres à peine, Siel sortait enfin des souterrains et se dirigea vers Aliphyr. Velusia la mena vers une piste aménagée pour les guerriers de la ville, une des plus grande et le seul endroit en ville où le dragon pouvait attérir sans détruire tout ce qui se trouvait à dix mètres à la ronde. L’attérissage fut un peu rude, mais elles étaient arrivées en un seul morceau. Le chevalier rappela son dragon lorsque ses cavalières descendirent et conduisit Yuu et Jalousie dans l’enceinte de la ville. Elle s’assura qu’elles allaient bien, et leur recommanda de rester discrètes dans les jours à venir. Elle les laissa là, les saluant et prétendant avoir des choses à finir, bien que la nuit soit tombée. Les filles allaient bien dormir c’était sûr… Mais en attendant, elle avait effectivement un travail à terminer et se rendit au poste de garde. Elle allait parler très sérieusement de cet incident et du conflit qui avait failli éclater. Sans compter qu’elle allait donner la position possible de personnes égarées, on ne savait jamais… Elle savait que Cocoon les rejoindraient bientôt et Tara aussi aurait certainement quelques informations supplémentaires à rapporter. Pourtant, durant cette entrevue, Velusia eut des informations qu’elle n’attendait pas, ainsi qu’ne tâche qu’elle n’avait pas vraiment prévue… Elle n’était sous les ordres de personne ici, mais elle savait qu’il serait de bon ton, malgré son grade d’Officier, de répondre favorablement avec ce qu’on lui demandait.



-Un nouveau filon ?
-Pas vraiment, ce sont plutôt des restes de veines qui ont déjà été exploitées, mais l’appât du gain et ce que vôtre dragon à révélé donne l’illusion qu’il existe encore des gisements.
-Je vois. Qu’est-ce que vous me suggérez ?
-Que ce soit clair, je ne vous donne aucun ordre, aucune mission. Mais c’est vous qui avez fait apparaître le problème. Faites-le disparaître. La manière m’importe peu et je ne veux pas savoir de quelle façon vous allez vous y prendre.
-Je comprends. De quoi puis-je disposer ?
-Je ne veux pas le savoir. Sachez toutefois que vous devez être accompagnée, il est hors de question de laisser une étrangère faire sa loi ici, à Aliphyr.

Sans rien répondre, Velusia se dirigea vers la porte. Quoiqu’il se passe réellement, le capitaine ne voulait pas laisser la folie gagner sa ville, mais il était pieds et poings liés. Elle savait donc que les événements qui suivraient seraient donc plus qu’officieux… Ils ne se seraient jamais produits et personne n’en serait la cause. Elle posa la main sur la poignée.

-Bonne chance soldat.

Sans se retourner, Velusia sortit. Elle savait qui choisir, pour être surveillée. Mais elle n’avait aucune idée quant à comment arranger les choses.

(Ca te convient ? Je sais déjà ce que va faire Velusia prochainement, mais je garde ça pour le prochain message. Elle va aller directement là où Lumière a provoqué l’accident, en furtif évidemment. On peut se rejoindre plus loin une fois qu’elle aura fini !
Et sinon il n’y a pas d’accent à Velusia.)

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Yuu le Ven 29 Avr 2016 - 21:38

La jeune aveugle ressortit de la maison du vieux chercheur d’or avec déjà un plan en tête. Ils voulaient de l’or ? Elle allait leur en donner. Et plus que de raison. Oh oui…

« J’aime pas du tout quand tu fais cette tête, déclara alors Jalousie. Quand tu as l’air encore plus sérieuse que d’habitude, c’est que tu prépares un mauvais coup. Et quand je dis mauvais, je veux dire mauvais pour toi ! Je peux savoir ce que tu as en tête ?
-Je vais aller parler à ces prospecteurs, tout simplement.
-Tu ne veux pas m’en dire plus hein ? Très bien, je n’y vois aucun inconvénient, et tu peux aller les voir si tu veux… A condition que je vienne avec toi ! »


Yuu sourit intérieurement. Comme elle s’y attendait, elle n’avait même pas atteint les chercheurs d’or qu’elle devait déjà commencer à négocier ! Et Jalousie n’était pas moins coriace qu’eux. Peut-être même l’était-elle plus…

« Non. J’ai besoin d’être seule avec eux, au moins au départ. Suis-moi si tu veux mais ne te montres pas avant que je te le dise. »

En lui donnant à peu près ce qu’elle voulait, la jeune fille évitait des débats inutiles et chronophages.

« D’accord, finit par grogner la pirate. Mais si y’en a un qui fait ne serait-ce que mine de te regarder de travers, je rapplique et je me retiendrai pas, compris ?
-Très bien.
-Et tu vas où comme ça ?
-Au poste de garde. Si je veux parler à ces types, il faut d’abord que je les retrouve.
-Logique… »

Jalousie s’éloigna de sa protégée, en restant prudemment à vingt mètres derrière elle et en se mêlant à un groupe de badauds qui passaient par là sans pour autant perdre de vue la jeune aveugle. Cette dernière se dirigea de mémoire vers le bâtiment officiel qu’elle avait laissé un peu plus tôt. A deux reprises, elle eut besoin des indications de Luppy pour s’orienter mais pour le reste, son parcours se déroula sans difficultés.

Une fois sur place, elle entendit e nouveau les slogans rageurs des protestataires, mais ils semblaient moins nombreux. Elle s’enquit alors auprès d’un des soldats de la raison du départ d’une partie de la troupe. Ce dernier lui déclara simplement qu’ils étaient partis s’emparer eux-mêmes de « leur » or, mais que des renforts armés avaient été mandatés pour les contenir. En résumé, conclut le garde, qui avait reconnu Yuu comme étant une de celles qui avaient « trouvé » le trésor, elle ne risquait plus rien. Ceci dit, l’Aliphyrois lui conseilla tout de même de se montrer prudente : si la plupart des prospecteurs avaient convergé vers la sortie de la ville, quatre d’entre eux s’étaient au contraire dirigés vers les habitations du centre-ville. Mieux valait donc pour elle qu’elle évite ces quatre personnes tant que les choses ne s’étaient pas calmées.
Yuu remercia le garde… Et sourit intérieurement. Elle était aveugle, par conséquent, elle doutait fort de reconnaître ces quatre personnes si elle les croisait… Heureusement, Jalousie n’était pas loin. De plus, dans le centre-ville – qu’elle venait de quitter – ne se trouvaient que deux points d’intérêt pour les membres de la guilde : le siège de leur association et… Mieux valait commencer par le second lieu car contrairement à la guilde, il n’était pas désert à l’heure actuelle et les choses risquaient de mal tourner là-bas !

Elle revint donc à toute allure sur ses pas jusqu’à la maison de Desdémone Olivera. Elle n’était qu’à dix mètre de la maison du vieux maître lorsqu’elle entendit des éclats de voix, et fut surprise de reconnaître deux d’entre elles : Esteban et son compère géokynésiste. De ce qu’elle comprenait, ils étaient en train de menacer le vieil homme afin qu’il leur explique pourquoi il avait voulu les éloigner de l’or un peu plus tôt, mais ce dernier ne leur répondait pas.

Yuu craignit alors d’arriver trop tard, mais alors qu’elle franchissait la porte et que Jalousie, qui la suivait toujours, se plaçait en embuscade de l’autre côté, elle entendit enfin le vieil homme, à son grand soulagement. Contrairement à ses interlocuteurs, il avait gardé son sang-froid et sa voix calme habituelle était facilement couverte par les vociférations des quatre autres. Ainsi, les « quatre personnes » dont lui avaient parlé le garde étaient bien venues ici.

Lorsqu’elle pénétra dans la maison, tous les regards convergèrent vers elle et les quatre chercheurs d’or redirigèrent bien vite leur ire :

« TOI ! Aboya Esteban ! Rends-nous cet or, tout de suite ! Tu vas gentiment aller trouver la garde et leur dire que tu as involontairement pénétré sur une concession qui ne t’appartenait pas, sinon… »

Concentrée sur ses perceptions, Yuu sentit le sol trembler légèrement sous ses pieds. Une menace… Mais de qui envers qui ? Le maître de la terre qui souhaitait la faire céder, ou Dédémonne qui enjoignait ses séides à garder leur calme ? Quoi qu’il en soit, dans une telle situation, Yuu n’avait aucun intérêt à s’excuser de quoi que ce soit, et surtout d’un vol qu’elle n’avait pas commis, aussi elle préféra passer à l’attaque de son ton glacial :

« Puisque vous insistez, je veux bien vous rendre votre or. En fait, je vais même faire mieux que ça. Je vais vous révéler où se trouve un autre filon ».

Et avant que les hommes aient fait le moindre geste, elle fit demi-tour, ressortit et fit signe à Jalousie, dont elle captait les fluides corporels, d’approcher. La pirate n’avait plus de raison de se cacher désormais.

Lorsqu’ils l’aperçurent, les quatre hommes, dont la joie de trouver un trésor avait en partie dissipé la méfiance, furent à nouveau sur leurs gardes, puis Esteban, qui semblait diriger la petite troupe, lança :

« Je vois ! C’est un piège, hein ?
-Vous êtes quatre, et nous ne sommes que deux, tempéra Yuu. Et encore, je suis aveugle. Et quand bien même nous vous attaquerions, je vous assure que nous n’avons pas du tout envie d’avoir tous vos collègues à dos.
-Mouais. Avancez !»


Elle se dirigea ensuite vers Jalousie et lui demanda, sur un ton audible par tous :

« Tu veux bien les guider dans le quartier pauvre de la ville ? Tu sais, là où il y à ce gros rocher qui surplombe les habitations.
-Ok. »


Jalousie n’avait peut-être pas encore compris le plan de son amie, mais elle était une bonne bluffeuse et s’adaptait vite. Alors que tous se mettaient en route, Yuu entendit Desdémone verrouiller sa maison et les suivre. Soit. Sa présence ne faisait aucune importance.

Esteban exigea que les deux filles passent avant lui et ses hommes, pour qu’ils puissent les surveiller. Yuu fut ravie d’obtempérer, elle se plaça donc à cinq mètres devant les prospecteurs, au même niveau pour la pirate, et en profita pour lui souffler :

« On va dans le quartier pauvre. Trouve un endroit où la montagne surplombe la ville, sans habitation autour.
-Ok
-Eh là ! Qu’est-ce que vous vous racontez toutes les deux ! Pas de coup fourrés hein ? Sinon…
-Mon amie me demandait juste des précisions sur l’endroit où nous avons trouvé le filon.
-Ouais, c’est ça… Et ton autre copine, la chevalier, elle est où, hein ? Je te préviens, si tu pensais pouvoir faire diversion en nous entraînant sur une fausse piste pendant que ta copine aux dragons irait récupérer l’or pour vous, c’est raté ! Tout le reste de notre troupe est allé récupérer cet or qui NOUS appartient ! Et puis d’abord, comment tu fais pour donner des indications en étant aveugle ?
-Je suis aveugle,
expliqua Yuu en rebondissant sur la dernière question, mais je n’ai pas pour autant perdu le sens de l’orientation. Il existe d’autres moyens de s’orienter que la vue. »

Et sur cette réponse énigmatique, elle désigna une direction probable à Jalousie pour appuyer ses dires. Heureusement, les deux filles étaient arrivées à Alyphir en passant par le quartier le plus défavorisé de la ville, et puisque la pirate, comme tout bon capitaine marin, était pourvue d’un excellent sens de l’orientation, elles n’avaient pas de risque de se perdre.

Après quinze bonnes minutes de marches, Jalousie attrapa Yuu par la main. L’aveugle connaissait la signification de ce geste : elles étaient arrivées à destination.

« Alors, il est où cet or ? Demanda Esteban, impatient.
-Juste là, dans le gros rocher à côté. D’ailleurs votre ami maître de la terre peut le sentir, non ?
-C’est vrai ça ! Alors ?
Demanda Esteban à son collègue.
-Ben euuuh chais pas trop… Peut-être bien oui, je sens quelques traces, mais y’en a pas beaucoup… Chuis pas sûr, il en faudrait plus pour que…
-Raaaah mais tu sers à rien !
-Je vais vous prouver moi, qu’il y a de l’or.
Reprit Yuu. Mon amie va faire éclater ce rocher, comme ça, vous pourrez tous voir ce qu’il y a à l’intérieur ! »

La pirate eut un sourire malicieux. Elle avait enfin compris ce que son amie attendait précisément d’elle. Quelque chose qu’elle savait très bien faire… Inspirer la peur ! Convoquant ses pouvoirs de vandale, la capitaine pirate détacha le rocher de la montagne en insérant un gros coin de glace dans une des lézardes qui parcourait le gros caillou. Elle aurait pu continuer histoire de débiter le mégalithe en petits gravats. Mais ce n’était pas assez selon la pirate. Afin d’être sûre de maximiser le potentiel dramatique de la scène qui se jouait, elle laissa le rocher venir à elle et jeta un coup d’oeil furtif à Esteban. Là, elle eut la satisfaction de le voir crever de trouille. Puis, devant l’imminence de l’impact, elle généra son espadon de glace, sauta et trancha la pierre géante en deux d’un seul coup de taille. Lorsqu’elle retoucha le sol, elle eut le plaisir d’entendre les genoux des quatre hommes jouer des castagnettes.

Pour s’amuser, et parce que ce n’était pas toujours à Yuu de clore une discussion, elle leur lança alors en riant : « Alors, vous le prenez toujours cet or ? Il est là, dans ces gros rochers, près de la ville. Bon, c’est super risqué et vous avez de bonne chance de détruire la moitié d’Aliphyr lors de vos excavations, mais vous pourrez toujours vous consoler en vous disant que dans le pire des cas, vous serez enseveli sous un pierre tombale qui contient de l’or ! »

Puis elle redevint sérieuse et leur cracha tout le mépris qu’elle éprouvait pour eux :

« Tout à l’heure, mon amie a failli finir écrasée lorsque le rocher qui contenait de l’or s’est détaché. Et sans moi, c’est ce qui se serait produit ici aussi ! Vous voulez cet or ? Prenez-le, personne ne vous en empêchera. Mais personne ne sera là pour vous pleurer non plus, bande d’abrutis ! »

Devant la figure effrayante de la pirate et l’effrayant spectacle qu’elle venait de leur offrir, la charge émotionnelle fut trop forte et ils détalèrent. Pour le moment, la peur de cette femme impitoyable avait pris le pas sur leur soif d’or. Lorsqu’ils se seraient un peu calmés, Yuu estimait qu’il y avait de bonnes chances qu’ils se montrassent un peu plus raisonnables…

« Joli démonstration, mademoiselle ! Complimenta alors Desdémonne qui n’avait rien loupé du spectacle.
-Merci,
répondit Jalousie. Et maintenant, Yuu ? C’est quoi la prochaine étape ?
-Ca a marché sur eux parce qu’ils n’étaient pas très courageux et coupés de leur chef. Je pense qu’ils y réfléchiront à deux fois avant de vouloir récupérer de l’or en ville. Mais maintenant, il va falloir stopper celui qui est à l’origine de cette révolte… Tu n’as pas vu Velusia aux alentours du poste de garde, Jalousie ?
-Non…
-D’après ce que m’a dit le soldat que j’ai rencontré là-bas, il y a de bonnes chances qu’elle fasse partie des forces envoyées un peu partout en ville pour contenir l’émeute.
-Mais alors elle peut être n’importe où à Alyphir ! T’es sûre que ça vaut le coup de la chercher ?
-Oui, elle peut être n’importe où, mais c’est une femme d’action, et son Pokémon est responsable de l’éboulement qui a provoqué toute cette affaire.
-Donc tu penses qu’elle est retournée là-bas ?
-Comme une bonne partie des prospecteurs s’y trouve encore, c’est très plausible. »


Elle aurait pu laisser la chevalier s’occuper de tout ça seule… Mais d’un autre côté, elle avait fait une promesse au vieil homme…

« Alors on y va ?
Demanda Jalousie, résignée à l’idée de revoir la militaire.
-On y va », répondit la jeune fille de son ton hivernal.
avatar
Yuu
Informations
Nombre de messages : 173

Fiche de personnage
Points: 19
Âge du personnage: ? (15 ans en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Velusia Varam le Lun 6 Juin 2016 - 1:07

-Alexandre…

Le jeune homme, qui avait dirigé le groupuscule contre Velusia le matin même, ne bougea pas. Ce que lui demandait la jeune femme était difficile, cependant, il ne se souciait pas trop de sa hiérarchie et l’émeute en cours était un problème bien plus grave que d’agir… Comme ils allaient le faire. On ne pouvait pas certes dire qu’ils seraient hors-la-loi, mais c’était tout de même très limite… Aucune permission pour rien, mais ils allaient agir quand même. Pourtant, Alexandre pensait que parfois, pour agir juste, il fallait… Faire autrement. Velusia c’était différent, elle n’avait pas le choix. Ou celui de déshonorer son nom. Quel choix en effet !

-On a pas intérêt à foirer notre coup.

Sous des mèches châtain, il regardait Velusia dans les yeux, qui n’était pas très surprise de cette petite lueur de rébellion qu’elle lui trouvait. Alors, sous le couvert de la nuit, les deux soldats se faufilèrent, loin des rues, loin de l’émeute qui commençait à éclater, laissant leurs collègues se charger de les calmer. Ils avaient intérêt à se dépêcher, car ils devraient retourner en ville : leur présence, après leur absence, signifierait simplement que le Capitaine de la Garde pourrait disperser les forcenés… Et la rumeur de nouveaux filons d’or. Ils s’assurèrent surtout de ne pas être suivit, et sûrs d’êtres absolument seuls, ils attendirent quelques instants. Dans le silence nocturne de cette partie de la montagne, Velusia attendait ses Pokémon. Ils n’avaient pas rendez-vous spécifiquement ici, mais elle souhaitait les récupérer au plus vite… Dans le ciel, par bonheur assez clair, ils virent trois formes se distinguer, se rapprochant d’eux, prenant des détours, volant en cercle, se dispersant, si bien que Velusia se demanda si cela rimait à quelque chose ou s’il s’agissait tout simplement de Pokémon sauvages. CE n’est que lorsqu’ils furent près d’eux qu’elle reconnut le vol agile de Tara et la forme bossue sur son dos, ne devait être que Sorcha. Pour brouiller d’éventuels poursuivants, elle confia ses Pokéball à Alexandre. Ils se séparèrent, attenant d’être cachés par un arbre, une roche, ou un nuage passant devant la lune, pour rappeler un à un Tara,  Sorcha et Ascendance. Ne manquait plus que Lumière, qui avait sans doute préféré la voie souterraine. Mais ils ne pouvaient pas l’attendre.

Alexandre et Velusia se rejoignirent bien plus loin. La montagne que Lumière avait chargé n’était plus très loin. En fait, les deux soldats étaient quasiment à ses pieds. A un ravin près. Alexandre fit sortir son Guerriaigle, et tous le deux en selle, ils se hissèrent vers la cime, ou ce qui en restait. En tournant autour, Alexandre remarqua une entrée de grotte dans un creux. Le Guerriaigle n’eut aucun mal à y entrée, dans un léger piqué. L’intérieur ressemblait à ce que l’on est en droit d’attendre à une grotte, à la différence que celle-ci était titanesque, avait autant de stalagtites que de stalagmites et semblait briller, quand la lune n’était pas couverte. Alexandre descendit de son Pokémon le premier.

-On ira pas plus loin en vol. Tu as une torche ?
-Cocoon est resté derrière la ville.

Alexandre eu un rire bref.  Ils se mirent en route. Au départ, il n’était pas très difficile d’avancer, il y avait de nombreuses aspérités proches de la surface et l’entrée n’était pas très loin, mais très vite, ils s’arrêtèrent, essayant d’examiner pour la troisième fois, un des piliers de roche.

-On n’arrivera a rien sans torche… T’aurais dû y penser.
-C’est toi qui tient absolument à te perdre dans les galeries.
-L’or se trouve rarement ailleurs tu sais ? Et ton Braisillon ?
-Il s’est déjà bien donné aujourd’hui, il ne va pas cracher des flammes toute la nuit. Plus maintenant.
-Il sert a rien quoi.
-Sors-nous un truc utile Mr-le-malin !

Alexandre porta la main à sa ceinture et Velusia lui jeta un regard de travers.

-Me regarde pas comme ça, c’est toi la trouble-fête, c’est toi qui trouves la solution !

De sa ceinture, Alexandre sortit une Pokéball, dont il fit sortir une forme immense et sinueuse. Des roches agglutinées les unes au autres, en forme de serpent, Velusia y reconnu un Onix. Malgré la pénombre, elle pu voir que ses rochers étaient noirs et très polies. Le serpent de roc grogna.

-Guide et expert en roche et minéraux, métal et tout ce qui se trouve sous terre.
-En éboulement également ?

Alexandre l’ignora et sauta sur le serpent. Pendant que le soldat lui murmurait ce qu’il cherchait, Velusia fit de même et sauta sur le corps onduleux du Pokémon. Se déplacer de la sorte n’était pas trop désagréable, le Pokémon ne risquait pas de les perdre au moins et son flair seraient bien meilleur que leurs maigres observations. On entendait plus que le frottement du corps de l’Onix, sur la roche de la montagne. Parfois, la créature attrapait une stalagmite dans sa gueule et la broyait, ou un rocher. Mais aucune ne semblait lui plaire. Ils restèrent longtemps sous terre et à la longue, Velusia trouvait l’air de plus en plus chaud et difficilement supportable. Cette atmosphère confinée commençait à lui taper sur les nerfs. Finalement, l’Onix s’arrêta en grognant. Alexandre et Velusia sautèrent à terre. A ce moment, un mur explosa et une forme se déplaçait, se jetant sur le serpent. Leurs yeux s’étaient habitués à l’obscurité, mais Velusia mit un certain temps à se rendre compte. La chose qui avait surgit du mur avait ouvert grand la gueule et attrapé le serpent juste derrière la tête. Le chevalier le reconnu.

-Lumière !

Le dragon rugit, lâchant le serpent et attendit. Derrière lui, une lueur éclairait le tunnel d’où il venait, formant une ombre immense sur le mur opposé de la grotte. La lueur devint une lumière très nette, du feu, tandis que Velusia se demandait ce qui se passait exactement. Cocoon apparut alors à sont tour.

-Nous avons préféré un chemin plus discret.

Parlant le plus simplement du monde, Cocoon secoua sa fourrure et l’en débarassa d’un nuage de poussière. Velusia lui accorda un signe de tête et se tourna vers le trou immense.

-On devrait reboucher, on ne sait jamais, si on vous a suivit, on les mènera tout droit…
-Où il ne faut pas.

Détachant ses syllabes, Alexandre avait un sourire. Il ne leur fallut pas plus de quelques minutes pour reboucher avec des pierres, l’entrée creusée par Lumière. L’Onix et le Drakkarmin, se chargeant du travail. Cocoon reprit la parole :

-Qu’est-ce qu’on cherche ?
-De l’or… Ce qu’il en reste, ou ce qui y ressemble. On a croisé des éclats de métal tout le long du chemin, mais pas de l’or.

Sans un mot de plus, le Lion de Feu prit la tête du cortège, éclairant la grotte efficacement. Velusia fit rentrer Lumière, qui avait causé assez de dégâts pour ce jour et attrapa la main tendu par Alexandre, qui avait reprit sa place sur le serpent. Beaucoup plus loin, plus profondément dans la grotte, et certainement à une profondeur incroyable, Cocoon s’arrêta soudain. En arrivant à sa hauteur, l’Onix s’ébranla et les deux soldats eurent la même réaction de surprise. A la lueur de la flamme du Lion de Feu, les murs de la grotte étaient tapissés de reflets orangés à jeune, luisants de toute part. Cette grotte était faite d’or pur ! Velusia sauta du dos de l’animal, qui se jeta littéralement sur le métal pour le dévorer à grande bouchée, l’air absolument ravi. Velusia pour sa part, n’en revenait pas, jamais elle n’avait entendu parler de tant d’or au même endroit. Alexandre pour sa part, était saisi d’un doute. Il alla examiner de plus près les parois, assisté de Cocoon.

-C’est sans conteste la plus belle grotte que j’ai jamais vu.
-Tu m‘étonnes !
-Sauf que… C’est pas de l’or.
-Comment tu le sais ?
-Parce que ça, s’en est.

Suite au regard interrogateur et à la question de Velusia, Alexandre sortit d’une poche une pépite. Pour être honnête, le chevalier ne voyait aucune différence, jusqu’à ce qu’Alexandre l’incite à se rapprocher et à mieux regarder la pépite et les parois. Même à la lueur de Cocoon, Velusia devait admettre qu’il y avait une différence marquée. La pierre d’Alexandre avait un jaune bien plus franc et lumineux que les parois de la grotte, dont le métal était aussi plus anguleux et les reflets plus pâles.

-Regarde.

Alexandre saisit deux morceaux de la paroi, tombées des bouchées de l’Onix et les frappèrent l’une contre l’autre. Elles firent des étincelles.

-Depuis quand  l’or fait des étincelles ?
-Depuis jamais. C’est de la pyrite, une forme de fer.
-Voilà qui devrait résoudre le problème.
-Il va falloir leur expliquer très lentement que leur cher or… Ne vaut rien.

Velusia rendit son or à Alexandre.

-S’ils veulent l’entendre… Ils sont persuadés que s’en est et que je cherche à le voler. Plusieurs d’entre-eux m’ont déjà vu avec vous, ça ne m’étonneraient pas qu’ils s’en fassent tout un conte, du genre d’un complot.
-C’est possible. Ils doivent donc assister à sa destruction.
-On ne doit laisser aucune preuve de notre passage.
-Honnêtement, il est possible qu’il reste des traces d’or, il y en a eu autrefois, mais maintenant, il reste surtout du fer et, on dirait du graphite.
-Tu me fait un dessin ?

Avec humour, ce qui était assez rare chez elle, Velusia cherchait surtout à comprendre ce qu’il avait en tête.

-Tu sais ce qu’on obtient quand on mélange beaucoup de fer avec beaucoup moins de graphite ?
-Tu vas me le dire…
-De l’acier.
-Tu en sais des choses sur les métaux.
-Mon grand-père était forgeron. Mais mon père à préféré m’apprendre à manier les armes, qu’à les fabriquer.
-Je ne vois pas comment on va pouvoir faire ça, faire fondre ces métaux à l’intérieur même de la montagne et sans qu’elle s’effondre ? Même Jirachi ne pourrait pas accorder ce vœu.
-Jiraqui ?
-Laisse tomber.
-C’est pas un vœu qu’on va faire, c’est une évolution.

Velusia arqua un sourcil. Elle n’était pas très partante, c’était elle qui devait arranger les choses, mais elle trouvait qu’Alexandre prenait un peu trop de plaisir à mener lui-même les opérations. Elle ferait peut-être mieux de le surveiller lui ! Mais trop ravi, Alexandre sortit prestement un autre Pokémon, une drôle de créature au pelage rouge, affûblé de deux bosses montagneuses sur le dos.

-Alexandre, qu’est-ce que tu fais ?
-Montez sur Onix !

Velusia hésita, mais Cocoon avait déjà sauté sur le Pokémon, aussi Velusia fit-elle de même, quand elle vit le Pokémon de roche s’éloigner. Se tournant vers le soldat, Velusia eut tout juste le temps de voir une lumière blanche venir du Pokémon, qui évolua instantanément. Sa fourrure cacha ses pattes, une collerette ornait son cou et un énorme volcan se trouvait à présent sur son dos. Déjà plus grand que son maître, ce qui devait ramener sa taille à environ deux mètres, il avait bien prit cinquante centimètres de plus. L’Onix filait à pleine vitesse, mais ce plan serait-il suffisant ? Velusia fit sortir Lumière et lui ordonna de creuser autant de galeries qu’il le pourrait, tout en fuyant le plus vite possible de cette montagne. La course se poursuivit à un rythme effrené et c’est avec une certaine appréhension, qu’elle vit une lueur rouge les poursuivre un moment dans les tunnels. Du magma… Ce type avait craqué ! Il avait littéralement fait exploser les Pokémon ‘volcan’, on dirait, ceci afin de changer la nature du métal. S’il restait encore de l’or, ça n’avait désormais plus aucune importance, il serait noyé dans le fer et le graphite.

Velusia n’aurait su dire combien de temps s’était écoulé, quand l’Onix creusa enfin la sortie de toute cette folie. Le magma ne les avaient pas suivit partout, ce qui était une bonne chose, car elle avait craint de mourir ensevelit dans la lave à plusieurs reprises. Bien plus tard encore, elle s’était éloignée de la montagne, en compagnie de Cocoon et du Pokémon serpent. Mais Alexandre ne les rejoignit qu’après que Lumière, ne la rejoigne à son tour. Le dragon avait eu moins de chance, brûlé à plusieurs endroits, mais rien de gravissime ou qui ne puisse être soigné. Elle le fit rentrer immédiatement. Alexandre avait le visage aussi sale que le sien et il lui sembla que son Guerriaigle avait perdu quelques plumes. Il sauta de son dos, tout sourire.

-Tu devrais te soucier un peu plus de ta hiérarchie.
-Tu trouves ?
-Je t’assure.
-Regardes, de la pyrite. Pour les convaincre.
-Si ça marche.
-Ils pourront toujours aller creuser l’acier si ça les chantes.
-Et comment on va expliquer qu’une montagne de pyrite vient de se changer en acier ?
-Je crois que j’ai vu un énorme Camérupt exploser.
-Un Camérupt ?
-Les Pokémon ont mystérieux !

Lançant un regard circonspect à Alexandre,  Velusia tenta de trouver une meilleure façon d’expliquer comment ils n’étaient pas intervenus et ne s’étaient pas occupés de ce problème… Le Capitaine serait, à coup sûr, ravi de ne rien en savoir. Une fois encore, Alexandre porta la main à sa ceinture. D’abord, il ramena l’Onix et le Guerriaigle, puis, il fit sortir deux Zeblitz.

-Je les ai empruntés à la caserne, je me suis dis qu’il valait mieux éviter dragons et rapaces…
-Bonne idée, on ne nous a jamais vus avec ces montures.

S’essuyant le visage et profitant de l’air frais de la nuit, après la fournaise, Velusia enfourcha le cheval rayé. Les deux soldats prirent le galop et rentrèrent vers la ville. Ils empruntèrent l’un des nombreux chemins qui menaient vers Aliphyr. Velusia, de nouveau tendue, écoutait et des cris lui parvinrent. Combien de temps s’était-il écoulé depuis leur départ ? L’émeute avait-elle été contenue ? D’un commun accord, ils décidèrent de prendre par le flanc de la ville. L’entrée était bouchée de monde et plus lion derrière, le combat menaçait d’éclater. C’était le seul chemin à peu près tranquille. Lancé au galop, les Zeblitz se cabrèrent lorsqu’ils manquèrent de piétiner les eux seules personnes qu’ils croisèrent.


(Je suis désolé de ce retard, j’ai vraiment tardé
Je n'ai pas précisé du coup, qui a vu ou pas l'éruption provoqué par le "gros" Camerupt au pied de la montagne... Vu le truc, ça s'est vu de l'extérieur et de loin, mais la montagne est toujours debout et plus costaud que jamais ! L'éruption s'est arrêtée dans la montagne, ça n'a pas débordé)

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Deviendrais-je une chevaucheuse de vent ? [Privé Yuu]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum