[ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Miku Hatsune le Mar 23 Fév 2016 - 23:18


« Là où les vents se rejoignent. »


C’était la dernière phrase figurant sur la missive que Miku avait reçue, alors qu’elle était encore à Loukaï. À peine était-elle sortie du mystérieux Sillage, avec tous ses dangers et ses secrets, qu’un discret Nirondelle était venu se poser sur elle, avec délicatesse, pour lui délivrer son courrier, avant de repartir rapidement pour fuir le froid glacial du pays de l’Eau. Calmement, la Nalcienne avait décacheté la lettre avant de découvrir, surprise, le nom de quelqu’un qu’elle n’avait pas vu depuis bien longtemps...

« Velusia ? »

En effet, le Chevalier y était mentionné, et la Prêtresse avait été ravie d’avoir de ses nouvelles. Elle avait appris, par la même occasion, que la Nalcienne résidait sur Tenkei depuis près d’un an, et qu’elle voyageait suite à sa mise à pied à cause des troubles qu’elle avait causés lors d’une mission particulièrement périlleuse. La jeune femme avait été particulièrement étonnée : lors de leur rencontre, Velusia avait été un bon soutien, et son aide avait été précieuse, alors comment avait-elle pu se retrouver dans cette situation ? Néanmoins, Miku n’étant pas sur place au moment des faits, elle ne pouvait pas savoir ce qu’il s’était passé, même si elle tentait d’imaginer, sans succès, toutefois.
En poursuivant sa lecture, elle n’avait pas manqué d’écarquiller les yeux devant la demande un peu particulière relayée par le Temple de l’Air Boréal ! Velusia s’étant plus ou moins installée à Aliphyr, l’équivalent d’Alfen sur le continent flottant, elle s’était si bien intégrée au clan qu’ils lui avaient proposé de lui faire passer une épreuve, comme à tout invité apprécié à sa juste valeur. Mais, n’étant pas originaire de la capitale de l’Air de là-haut, elle ne pouvait prétendre à un examen dont le superviseur serait aliphyrois... La tribu de Tenkei avait donc envoyé une missive à Nalcia pour solliciter leur aide afin que le pays leur envoie quelqu’un d’accrédité et d’habilité, pour faire ce qu’ils n’avaient pas eux-mêmes la permission d’organiser pour une étrangère. Alors, au Temple, on avait pensé à Miku, parce que la jeune Marcheuse avait raconté son aventure à la Tour du Vent, là où elle avait rencontré Velusia. Le Chevalier souhaitait devenir Défenseur, et la Prêtresse avait un niveau suffisamment élevé pour s’en occuper, alors pourquoi pas ?


« Nebula, tu penses que j’en suis capable ? Tu penses que je vais arriver à lui enseigner quelque chose, à elle, alors que c’est déjà une grande Guerrière avec bien plus d’expérience que moi ? »

L’Altaria avait hoché la tête avec force, accompagnant son geste d’un léger coup de tête dans l’abdomen de sa dresseuse, avant de désigner le tatouage rituel sur son épaule. Mince, elle était Marcheuse, reconnue et acceptée par les membres du Temple de l’Air Boréal, en plus, alors si elle n’était pas capable, personne ne l’était ! Alors certes, ce serait la première fois qu’elle évaluerait quelqu’un, mais elle connaissait la personne qui demandait à passer cet examen, il n’y avait aucune raison que ça se passe mal. Et puis, ce serait une bonne occasion pour découvrir les habitants de Tenkei, leurs coutumes et leur mode de vie, et ce serait également une opportunité d’apprendre de gens qui maniaient le même élément qu’elle sans être originaires de Nalcia.

« Tu as raison, je vais faire de mon mieux. Merci, Nebula. »

Alors, elles s’étaient préparées pour le voyage, la Prêtresse avait envoyé sa réponse directement à Tenkei, puis, après avoir salué les habitants du village caché en les remerciant pour leur hospitalité, le duo était parti en direction du continent d’au-delà des nuages...


**************************************


Le trajet fut long, mais aussi agréable pour le Pokémon que pour sa maîtresse. Depuis qu’elle avait évolué en Altaria, elle multipliait les escapades aériennes avec la Nalcienne, et elle devait avouer qu’elle était fière de pouvoir transporter Miku partout où elle le désirait. Ce fut donc avec une pointe de déception qu’elle aperçut le sommet de la montagne où était bâtie la ville d’Aliphyr. Amorçant sa descente en piqué, le Dragon échangea un regard avec sa cavalière qui, d’un sourire doux, lui confirma qu’elle pouvait y aller.


**************************************


La créature de coton se posa lentement à l’entrée de la ville, alors que de nombreux soldats montés encerclaient les étrangères. Avec des gestes lents, sans faire de mouvements brusques, Miku tendit la lettre qu’elle avait reçue, accompagnée de la plume de Gueriaigle qu’elle avait découverte avec la missive, en guise de présentation. Aussitôt, les Guerriers s’écartèrent pour la laisser passer, comprenant que c’était la fameuse Nalcienne qui avait accepté de se déplacer spécialement pour Velusia. Puisqu’elle ne parlait pas la langue du pays, la Prêtresse libéra son Xatu, dont les yeux se mirent à rosir légèrement alors qu’il utilisait ses capacités pour traduire les propos de la jeune femme.


« Je suis Miku Hatsune, Marcheuse nalcienne et Prêtresse du Temple. Je suis ici pour Velusia Varam, qui souhaite devenir Défenseur. En tant qu’étrangère, je me plierai à vos coutumes et à vos exigences, tant que vous n’intervenez pas dans le déroulement de l’épreuve, en échange. Par conséquent, je peux vous confier mon arc si vous le désirez, mais je dois garder la plupart de mes Pokémon avec moi, car je pourrais avoir besoin d’eux pendant l’examen. »

Autour d’elle, des murmures s’élevèrent, avec un sentiment de surprise générale : les Nalciens étaient-ils tous aussi polis et respectueux des coutumes locales ? Rapidement, on se concerta et on lui fit savoir qu’elle pouvait garder ce qu’elle jugerait nécessaire pour le bon déroulement de l’épreuve, et qu’elle pouvait entrer dans la ville pour se reposer du long voyage qu’elle venait de faire. La Prêtresse s’inclina donc devant ses hôtes et se laissa guider vers le cœur d’Aliphyr, admirant les lieux et les particularités de l’endroit, mais en cherchant Velusia du regard malgré tout.

[Premier post pour introduire le cadre et le contexte, on va d’abord s’occuper de ça avant toute chose. Dans ton post, tu devras expliquer pourquoi tu veux devenir Défenseur, et tu peux parler de ton parcours jusque-là depuis ta dernière rencontre avec Miku si tu le souhaites. La véritable épreuve commencera normalement au prochain tour. ^^]

_________________
Et le Rêve s'ouvrit à ToiTaihei

1 RP -  0 mission - 0 event - 0 épreuve

Spoiler:

Service de vente de Pokémon d'Élevage : c'est par ici !
avatar
Miku Hatsune
Informations
Nombre de messages : 359

Fiche de personnage
Points: 146
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Velusia Varam le Jeu 25 Fév 2016 - 16:53

Le quotidien de Velusia était rythmé par des entraînements intensifs, en solitaire avec ses Pokémon, ou bien avec quelques amis aliphirois qu’elle avait pu se faire au cours des mois qui comme elle, appartenaient à la caste des guerrier. S’il ne pouvait y avoir aucune forme de formation officielle, les confrontations et défis amicaux en revanche étaient bien tolérés. Par ailleurs, Velusia n’avait pas la prétention de former qui que ce soit. Constamment en mouvement, elle se levait généralement quelques heures avant l’aurore et ne revenait en ville que lorsque celle-ci respirait la quiétude nocturne depuis longtemps. Elle partait parfois très loin et il n’était pas aisé de la retrouver, elle ne prévenait jamais, car elle n’avait pas de compte à rendre, à la ville, personne n’estimait qu’elle n’avait à le faire. On retrouvait parfois la nalcienne dans les montagnes, d’autres fois, elle sillonnait les cieux et demeurait introuvable. Comme aujourd’hui. Du moins, Comme à son habitude, Velusia s’était levée avant l’aube. La ville était encore tranquille quand elle la quitta, escaladant l’un des pics pour rejoindre l’un des versants Est. Là, elle observa un moment le sommeil apaisé d’Aliphyr. Après un instant de contemplation, elle libéra Tara qui se secoua et étira ses ailes avec plaisir, s'ébrouant. Depuis l’épisode du piton fracassé, elle imposait au dragon des leçons de 'conduite' pour ainsi dire.

En effet, lors d’une confrontation de vitesse entre Velusia et l’un des jeunes combattants de la ville, Lumière, volant en liberté avait cru pouvoir suivre Tara, mince et agile, à travers un trou naturel dans lequel elle s’était faufilée avec sa cavalière. Velusia avait cru bon lui offrir ce genre de sensation grâce à sa maitrise du vent, pensant qu'il ferait un meilleur combattant. Le résultat, évidement… Plus imposant et plus lent, Lumière avait tenté de s’engouffrer dans l’ouverture, qui s’était révélée trop petite. Il avait donc purement et simplement défoncé le piton ajouré, qui s’était effondré sur lui-même, projetant une pluie de pierre vers Aliphyr. Il n’y avait eu ni casse, ni blessé et les habitats avaient même trouvé l’accident cocasse. Lumière, lui, avait la tête trop dure pour s’être blessé ou renoncer à suivre Velusia dans ses courses effrénées. Pour éviter d’autres incidents de ce genre, Velusia prenait donc Lumière en main, l’entraînant aux randonnées longue distance, comme courtes distances, mais surtout, lui faisant prendre conscience de sa masse, ce qui n’était pas une simple affaire. Il était obéissant, mais sa nature belliqueuse l’emmenait à toujours vouloir se confronter à tout et n’importe quoi, et surtout n’importe quoi ! Pour autant, le dragon bleu et rouge ne lui donnait pas autant de fil à retordre que Siel. Celle-ci était entravée depuis longtemps maintenant et  la jeune femme pouvait presque en penser qu’elle avait réussi à la matter, mais elle s’en méfiait encore, bien qu’elle soit son meilleur Pokémon.

Velusia enfourcha l'oiselle qui n’était pas harnachée. Elle serra les genoux, et dans un élan souple et confortable, Tara arc bouta le dos, donna un coup d’aile et s’envola, secouant son cavalier. Ce matin là cependant, Velusia n’était pas la seule à s’être levée de bonne heure, suivit par deux autres personnes, elle s’en alla, comme à son habitude, vers les cieux, vides de toutes terres. Loin des terres errantes de Tenkei, il ne fallut pas longtemps à Velusia pour remarquer la présence de ses poursuivants, qui ne pouvaient plus compter sur la montagne et ses anfractuosités pour se dissimuler. Les deux cavaliers ailés étaient montés sur des Guerriaigle, la monture habituelle des aliphirois. Un fin sourire se dessina sur son visage, comprenant par là qu’on souhaitait probablement la défier. Un défi à deux contre un ! Acceptant pleinement cette bravade, elle fit faire à Tara un demi-tour aussi sec et serré que possible,  l'oiseau cligna des yeux, trouvant l’exercice extrêmement simple, mais s’exécuta. Elle vit alors enfin les deux oiseaux-guerriers et son caractère hautain commença dès lors à s’exprimer, par une force qu’elle voulait exerçer contre sa cavalière, elle voulait être lâché. Pour une fois, son tempérament allait servir à Velusia, qui se détendit. L’effet fut immédiat, la Déflaisan bondit en avant.

Depuis, le soleil s’était levé, quoique pour les trois cavaliers volants, il faisait jour depuis des heures, illuminant Aliphyr et ses environs d’une vive lumière. Au nord du continent errant, Velusia menait son oiseau, sans avoir besoin de le stimuler. Au départ, les deux cavaliers ne prirent pas la charge au sérieux, mais alors que Tara était presque sur eux, ils s’éparpillèrent comme une envolée de Poichigeon. Tara filait bon train, et menée par Velusia, continuait tout droit. Cette dernière avait comme idée de les faire courir un peu en premier lieux. Elle savait qu’elle ne réussirait pas à rendre Tara plus endurante que les Guerriaigle, en revanche, elle était plus légère et rapide. Très rapidement, elle fut prise en chasse et ils survolaient de nouveau les montagnes aliphiroises. Au-dessus de la ville, ils offraient un nouveau spectacle. Brusquement, Tara passa d’un vol rapide à un vol quasiment sur-place et se retourna vers l’un des guerriers, tentant d’attraper le Guerraigle au passage. Velusia, qui était très près du cavalier, le bourra à l’épaule, tandis que le deuxième l’accostait par-dessus, légèrement en retrait. Elle décida de faire confiance à Tara. D’un geste souple et calculé, elle attrapa violemment la base de l’aide du Guerriaigle et faucha son cavalier. Déséquilibré, il tomba, pour une chute vertigineuse dans un vide d’une hauteur incalculable.

Tara bifurqua, permettant ainsi à Velusia de sauter sur son dos et elle envoya avec un vent puissant pour porter Tara. La Déflaisan, qui ne ressemblait qu'à une tâche grise à cette altitude, devint bientôt un simple trait, fonçait comme une flèche vers le cavalier en chute libre. En bas, les spectateurs retenaient leur souffle. La Flèche rattrapa le guerrier, puis le dépassa et étendit ses ailes, le recevant dans une douceur relative. Elle cessa son piqué et reprit un vol plus horizontal. Un sauvetage accueillit par des cris du spectateur. Bientôt, le guerrier fut rattrapé par sa propre monture, il sauta sur son dos d’un bond agile, pendant que son collègue les rejoignait. Ils avaient beaucoup perdu en altitude et étaient maintenant beaucoup plus visibles, de même que Velusia put apercevoir l’un des plus hauts gradés de la caste guerrière d’Aliphyr. Tous les trois descendirent du même mouvement, Tara suivant derrière. Essoufflés mais satisfaits, ils attérirent. Les trois cavaliers se lancèrent un regard entendu, les aliphirois ne s’avouaient pas vaincu et à vrai dire, Velusia avait hâte d’en venir aux mains la prochaine fois… Velusia s’approcha alors, saluant, à la manière aliphiroise, le haut-gradé. Elle reconnu la jeune fille à ses côtés, pas tant par sa bonne mémoire que parce que leur rencontre coïncidait avec le jour où Velusia avait reçu Tara, après une intense séance de dressage de future monture de l’armée, il y avait cela trois ans précisément. Elle la salua, à la nalcienne cette fois.

-Velusia, nous voulons te faire l’honneur d’être reconnue par notre caste. Comme tu le sais, ta valeur ne peut être reconnue officiellement sans épreuve, et nos traditions nous interdisent de t’y confronter, car tu n’es pas aliphiroise. Mais elles n’interdisent pas de faire intervenir un Officier d’un autre clan.

Velusia n’en montra qu’une infime partie, mais à vrai dire, elle était surprise de recevoir un tel honneur.

-Je te présente donc Miku Hatsune, qui se chargera de te confronter. Nous n’avons rien à t’apprendre en maniement d’arme, aussi nous avons choisi… La maitrise élémentale.  Nous espérons que tu ne trahiras pas la confiance que nous t’accordons, en te permettant cette officialisation.

D’abord, Velusia afficha une certaine surprise, ou une surprise certaine, si Miku devait lui faire passer une confrontation, elle ne voyait comment cette frêle jeune fille, dont elle se souvenait, entièrement opposée à la moindre forme de combat, en maniement des armes ! Ensuite, quand il devint évident qu’il ne s’agirait pas de cela, elle se demanda qu’elle type d’épreuve le conseil avait choisi… Intérieurement, elle redoutait que cela ait un rapport avec les Pokémon. Et finalement, elle fut soulagée, bien qu’elle essaya de rester impassible, en apprenant qu’il ne s’agissait ‘que’ de maitrise élémentale… Pour toute réponse, Velusia le salua avec un respect marqué. Les habitants ne s’effacèrent pas du tout et avaient hâte d’assister à cette tâche. Velusia se tourna alors vers Miku. Velusia ne se souvenait pas vraiment de ce qu’était la jeune fille quand elles s’étaient rencontrées, mais il était certain qu’elle avait prit du grade. Le plus dur pour Velusia maintenant, confier ses aspirations. Elle n’était pas une personne qui se confiait. Néanmoins, elle était devenue plus sociable depuis qu’elle vivait à Aliphyr. L'homme s'en alla, les laissant seules, ou presque.

-Alors, tu as pris du galon ? Félicitation…

Assez gênée, quoique impassible au possible, Velusia se montrait quelque peu hésitante. Il y eu un blanc.

-Le Conseil connaît mes aspirations, mais je ne pensais pas qu’il me ferait un tel honneur.

Tout en parlant, le regard de Velusia avait glissé sur l’horizon déchiré par les montagnes.

-Tu vas vite le comprendre, nous sommes le même genre de personne, la protection de notre patrie nous importe, tout comme l’honneur et la gloire au combat.


(Moi qui avait peur de faire trop court…… Velusia étant ce qu’elle est, j’espère que ça convient comme entrée en matière, sur ses motivations ! Sinon pour le ‘combat’ aérien, ils ne sont pas vraiment au dessus de la ville, mais très haut, donc, très visibles)

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Miku Hatsune le Dim 13 Mar 2016 - 18:51


« Perspectives nouvelles »


Alors qu’elle se laissait guider par ses hôtes, Miku fut étonnée de les voir s’arrêter pour lever les yeux au ciel. Imitant les Aliphyrois, la jeune femme comprit rapidement la raison de ce changement soudain de comportement, et elle observa la joute aérienne sans mot dire, se contentant de suivre les belligérants du regard. Calmement, elle posa son regard d’un bleu limpide et cristallin sur sa compatriote, qui lui fit un salut propre à leur pays. Fidèle à sa formation et à son Temple, la Prêtresse s’inclina, ses longs cheveux cyan allant presque effleurer le sol étranger. Elle assista alors à un échange plutôt étrange qui lui fit comprendre que la demande ne venait pas directement du soldat en personne, mais bel et bien des membres de la Tribu de l’Air de Tenkei. Loin d’être un désir émanant de Velusia, c’était une faveur que les habitants du continent flottant souhaitaient lui accorder qui était à l’origine de la venue de Miku... Silencieuse, la Nalcienne laissa ses yeux aller du haut gradé au Chevalier, et elle ne manqua pas de remarquer la surprise qui s’afficha sur le visage de son aînée. Il était vrai qu’imaginer la Prêtresse en tant que professeur était plutôt chose malaisée, et l’examinatrice elle-même avait du mal à se voir dans ce rôle, mais maintenant qu’elle avait accepté, elle entendait bien faire de son mieux pour s’en montrer digne !

Lorsque les Aliphyrois laissèrent les deux Nalciennes seules, Velusia sembla gênée, et elle félicita sa cadette pour sa promotion. D’abord étonnée, Miku comprit qu’elle faisait probablement une analogie avec les grades qui existaient au sein de l’armée, et elle sourit, alors qu’elle sentait une douce chaleur émaner de son tatouage rituel et onirique.


« Oui, merci... Je suis Marcheuse, maintenant. Il me reste quand même beaucoup à apprendre, et je n’aurai pas fini d’explorer les Rêves le jour où je mourrai, mais c’est quelque chose qui me tenait particulièrement à cœur, un peu comme toi avec les armes et l’honneur. »

C’était assez succinct, comme discours, mais cela suffisait pour répondre aux mots de Velusia. Miku se tut de nouveau, imitant l’Officier en se perdant dans la contemplation de l’horizon. Un son léger et bref la ramena toutefois à la réalité, et elle passa distraitement la main dans les ailes de coton de son Altaria.

« Si tu séjournes ici depuis longtemps, j’imagine que vous vous ressemblez et que vous vivez bien ensemble, en effet. »

Échangeant un regard discret avec son Dragon, la jeune femme s’écarta un peu, attendit un moment, puis éleva la voix, quand le vent lui fut favorable.

« Puisque les Aliphyrois estiment que tu as des capacités en maîtrise élementale, nous allons commencer. Tu connais ma philosophie et ma spécialité, je vais donc orienter cet échange (car je préfère le voir ainsi plutôt que comme un examen) dans une direction que je connais bien. Pas de développements offensifs, pas d’amplification ou de modifications élémentales, mais tout le reste, ce qui nous laisse quand même une bonne marge de manœuvre. »

La Prêtresse parlait sur un ton calme et posé, comme à son habitude. Elle tenait à éviter de mettre la pression à son aînée, surtout qu’elle était là pour l’aider, pas pour la dévaloriser ou la conduire à l’échec, et que sa mise à pied n’avait pas dû être facile à accepter. Autant la mettre à l’aise et en confiance en lui expliquant la teneur de l’épreuve et en la rassurant : lors de leur première rencontre, Velusia lui avait semblé plus sûre d’elle qu’en ce jour où sa venue avait l’air de susciter une angoisse certaine, ce qui conforta Miku dans sa démarche.

La Prêtresse porta la main à ses cheveux, là où Tenbuki demeurait la plupart du temps quand elle ne s’en servait pas. En appuyant sur le mécanisme de la barrette, la Nalcienne déplia son long bâton de métal, qui vrombissait légèrement sous l’effet du pouvoir de sa propriétaire.


« Velusia, tu n’es pas sans savoir que Nebula et moi avons fait un long voyage pour venir jusqu’ici. Si je te parle de l’épreuve, c’est que je suis en condition physique pour la lancer tout de suite, mais je vais profiter des circonstances pour te demander ton premier effort. Utilise l’élément qui est le nôtre pour nous insuffler de l’énergie et nous redonner de la vitalité. Tu peux tout à fait te concentrer sur Nebula ou sur moi, ou bien répartir ton pouvoir entre nous deux, fais comme tu le souhaites. Ne crains pas de nous blesser, nous sommes toutes les trois affiliées au vent, et même si tu envoies un surplus de courants aériens, je le dissiperai autour de nous ou le stockerai dans mon Tenbuki sans aucun problème. Je ne te demande pas de mettre toute ta puissance dans la manœuvre, mais tu dois doser ton effort, pour te ménager pour la suite, tout en estimant et en évaluant notre état. Pour ce faire, tu es libre d’utiliser notre élément à ta guise, mais tu as interdiction de te servir de tes armes de Chevalier ou de tes Pokémon.

Nous sommes prêtes, tu peux commencer quand tu te sentiras disposée à le faire. »

L’Altaria étira longuement ses ailes duveteuses avant de les replier paresseusement, alors que sa maîtresse s’asseyait en seiza, sereine comme jamais. La Miko ancra son regard dans celui de sa compatriote, sans un mot, la laissant libre de se lancer quand elle jugerait les vents propices et favorables à son exercice.

[Premier exercice, tu dois utiliser l’air pour insuffler de l’énergie et de la vitalité à Miku, à Nebula ou aux deux. Il s’agit de les faire récupérer de leur fatigue avec ton pouvoir, pas d’amplifier le leur, vu que c’est une épreuve de défenseur ^^ Tu peux te servir du vent comme tu le veux : dialoguer avec, rester en mode silencieux, utiliser tes propres méthodes... L’exercice se fera en un tour, mon prochain post annoncera le suivant. Si tu as des questions, n’hésite pas à me MP sur Prosopon. Bon courage ^^]

_________________
Et le Rêve s'ouvrit à ToiTaihei

1 RP -  0 mission - 0 event - 0 épreuve

Spoiler:

Service de vente de Pokémon d'Élevage : c'est par ici !
avatar
Miku Hatsune
Informations
Nombre de messages : 359

Fiche de personnage
Points: 146
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Velusia Varam le Dim 20 Mar 2016 - 20:38

Marcheur de Rêves hein ? Ce n’était pas une branche de la maîtrise élémentale qu’elle connaissait bien et elle avait tendance à penser qu’il ne s’agissait là que d’une sous-orientation, histoire de pouvoir classer les pauvres bougres qui n’étaient ni bon en attaque, ni en défense. Une pensée plutôt répandue d’ailleurs et Velusia s’était plutôt rangée dans le même moule que ses frères d’arme. Oui un moule, c’est bien ce qu’on leur apprenait dans l’armée, à faire partit du même moule. D’ailleurs, elle n’avait jamais vu aucun ‘vrai’ soldat embrasser cette voie… Par contre, les meilleurs devenaient Gardien ou Vandale en général. Loin de faire dans l’originalité, c’était la première option à laquelle la jeune femme se destinait. Le chevalier ne fit cependant aucune remarque, ne partageant certainement pas ce point de vue. Un soldat ne donnait pas son avis, il exécutait les ordres. Et il n’était probablement pas une idée judicieuse de vexer la personne qui avait été dépêchée à l’honneur qu’on lui faisait… Soldat peut-être, mais pas sans intelligence et pour l’instant, elle ne pouvait pas se targuer d’être plus puissante que Miku, dans cette voie. Revenant de sa surprise, elle arbora son air habituel, relativement impassible et calme. Mais bon, si sa vi lui plaisait comme ça… Velusia avait parfois du mal à comprendre des principes qui ne correspondait pas aux siens, ce qi expliquait qu’elle n’était jamais vraiment à l’aise qu’avec d’autres soldats.

Avec un peu de cérémonie et de délicatesse, loin de ses manières directes et un peu abruptes, Miku annonça donc qu’elles allaient commencer. Si cette dernière justifia être en parfaite forme physique, mettre en avant la longueur u voyage lui laissa à penser cependant que la fatigue s’était accumulée. Elle lui demanda alors de leur redonner des forces. En fait, ce n’était pas un exercice auquel elle se serait attendue, d’une part parce qu’elle n’avait pas l’intention de devenir médecin et ensuite parce qu’un soldat ne se plaignait pas et aurait encaissé sans rien dire. Oui mais, Miku n’était pas un soldat et n’avait pas reçu le difficile entraînement que Velusia vivait depuis son enfance, chaque jour en plus de celui qu’elle s’imposait depuis autant de temps. Oublier que les autres humains n’étaient pas comme elle la rendait distante et avec sa mentalité plutôt rigide, l’un de ses défauts. Cette difficulté à prendre les gens comme ils étaient creusait un fossé entre elle et le reste du monde. C’était donc à ce propos que cet exercice n’allait pas être simple, elle se serait plutôt imaginer contrôler les éléments pour des techniques plus… Plus orientées dans ce qu’elle était. Velusia maniait le vent comme elle maniait les armes, ce qui en général, ne surprenait personne.

Elle savait ‘saisir’ l’élément. En vérité, elle ne trouvait pas de terme plus approprié. C’était un acte difficile à décrire, femme plutôt réelle, lorsque l’on approchait des domaines dont le talent nécessitait ne certaine délicatesse, ne appréhension du monde dans une autre forme, elle avait besoin de pouvoir se concentrer. Mais avec le temps, elle avait su trouver comme un compromit. Mais orienter ce pouvoir vers un domaine qui n’était pas le sien… Encore un bouclier. Mais elle n’était pas infirmière. Mais elle avait reçu un ordre et sans mot dire, disciplinée, Velusia commença donc son exercice. Elle ne pouvait saisir le vent comme elle faisait d’habitude, risquant de blesser l’une ou l’autre de ses cibles… C’était une méthode sans doute trop dirigiste, trop invasive. Elle devait à la place, se faire plus discrète et amener son élément vers Miku sans trop le pousser. Difficile d’imaginer à quoi cela pouvait ressembler… Mais ce n’était qu’une technique qu’elle n’avait jamais essayé, dès qu’elle l’aurait trouvé… Velusia était un bon soldat, elle retenait sans difficulté. Ainsi, elle se mit à la recherche de courants, laissant de côté ceux qui étaient les plus vifs. C’était un peu comme chercher des individus invisibles, informes, comme une certaine entité. Il lui arrivait de penser que ses armes avaient une personnalité, il lui était logique de penser que si le vent en devenait une, elle pouvait donc posséder une âme.

Comme une main invisible, son esprit attirait à elle un courant qu’elle aurait qualifié de mou, voir atrophié, du moins, s’il avait eu un corps. Comme un individu paresseux, mais elle n’était pas sans savoir que cela n’existait pas dans le monde éthéré. Le regard fixe, Velusia semblait avoir l’esprit ailleurs. Elle était en fait très concentrée et tentait de pousser le courant de quiétude vers elle. Velusia le sentait lent, comme l’essence d’une petite brise… Elle avait en elle la naissance d’une petite chaleur, rien d’écrasant, mais qui lui fit penser que ‘était bien ce qu’elle cherchait, une présence, plutôt une existence de quelque chose qui apportait avec lui des sensations positives. Elle ‘était pas une femme très portée sur les sentiments, aussi il dit était difficile de mettre des mots ou des pensées dessus. Néanmoins, quand il passa près d’elle, le courant se révéla être comme une bouffée d’air à celui qui en manque, un vent chaud pour celui à froid. Il fallait maintenant espérer qu’il serait par la même occasion, porteur de force pour celui qui sentait la faiblesse. Comme ce n’était pas son cas… Elle le dirigea donc, lui insufflant sa propre puissance pour le dynamiser et le diriger vers Miku et son Nebula. Dans une section, on devait se serrer les coudes et aucun n’était à privilégier par rapport à un autre… Pourtant, elle sentit une forme d’énergie la frôler, sans toutefois la rendre droguée non plus, ce qui n’était pas possible de toute façon. Puisant dans les ressources telluriques et ses propres forces, Velusia s’appliqua à soigner la jeune fille et son Pokémon.

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Miku Hatsune le Dim 20 Mar 2016 - 22:35


« Choc des visions »


Malgré les efforts de la femme soldat pour paraître impassible, Miku perçut sans mal un certain trouble dans son regard. Comme elle le pensait, Velusia semblait surprise de la requête que sa compatriote venait de lui adresser, requête qui avait le mérite de faire partie intégrante de l’évaluation pour laquelle on avait sollicité la jeune Prêtresse. En Chevalier aguerri, elle n’était probablement pas habituée à exécuter de telles tâches, orientées vers autrui, et non pas pour protéger les gens, mais pour réparer des blessures ou des coups déjà occasionnés... La Nalcienne avait une déjà une petite idée de ce vers quoi s’orienterait son aînée si elle obtenait sa qualification de Défenseur mais en formatrice disciplinée et rigoureuse, elle se devait de l’initier à toutes les voies et à toutes les spécialisations qui s’offriraient à elle le moment venu.

Toutefois, une fois installée, ce fut parfaitement confiante qu’elle s’en remit à la militaire en lui confiant le soin de la remettre d’aplomb avec leur élément commun. Miku sentit une sorte de malaise autour de Velusia dans les courants, comme si elle cherchait par quel bout prendre le vent qui circulait à Aliphyr – et c’était probablement ce que la Nalcienne faisait à ce moment-là. La Marcheuse n’était pas là pour laisser son « élève » temporaire dans sa zone de confort, cependant, et elle la laissa faire sans intervenir, se sachant parfaitement apte à rattraper la situation si elle venait à dégénérer.

Au bout d’un temps qu’elle ne chercha pas à quantifier, la Prêtresse perçut une légère modification dans la manière dont les courants évoluaient dans son espace vital, et elle sourit lorsqu’elle commença à recevoir des ondes positives et bienfaisantes qui l’encerclaient et la revigoraient. Velusia avait mis un peu de temps à trouver sa technique et son rythme, mais elle s’était rapidement adaptée à l’exercice demandé, et ce qui affluait désormais dans le corps de la Miko confortait la fille chérie des vents dans sa démarche et ses hypothèses. Quelque chose de difficilement descriptible l’envahit, comme une vague de bien-être et de quiétude, et elle ressentit une sorte de soulagement similaire à celui qu’éprouverait un voyageur épuisé qui poserait ses bagages et s’allongerait sur un lit moelleux après un long parcours semé d’embûches, ce qui n’était pas loin d’être son cas, en vérité. La jeune femme n’eut pas besoin d’ouvrir les yeux pour savoir qu’à ses côtés, Nebula recevait une attention semblable et un soin équivalent aux siens. Elles appartenaient toutes les trois au vent, et le lien qui existait entre l’Altaria et sa maîtresse, renforcé par cette maîtrise commune, suffisait à faire comprendre à l’humaine que Velusia avait choisi de répartir ses efforts de manière équitable entre ses deux cibles. C’était un choix acceptable, puisque Miku le lui avait proposé, et il n’étonna pas l’examinatrice...


« Ça suffit. »

Rompant la quiétude et le silence, la Prêtresse se leva avec lenteur, se dépliant comme si elle était restée assise pendant des heures. Elle était néanmoins loin d’être engourdie, et elle ne souffrait d’aucun mal, mais elle avait autre chose en tête.

« Nous avons assez récupéré, et nous t’en remercions. »

Laissant entendre par là que le premier exercice était réussi, la Marcheuse n’afficha toutefois aucune émotion particulière. Au lieu de cela, parfaitement sereine, elle dévisagea Velusia, sans faire le moindre geste... Avant de se mettre subitement en branle. En l’espace de deux secondes, deux infimes secondes, la Guerrière avait laissé l’adrénaline circuler dans ses veines, sa maîtrise de la vitesse booster ses mouvements et sa technique de tir à l’arc parler, combinant le tout dans une attaque aussi rapide qu’inattendue. La flèche qu’elle décocha siffla, dans une course fulgurante, vers le Chevalier en face. Mettant en joue son aînée, la Prêtresse, qui n’avait plus rien d’une calme jeune femme dévouée au bien-être d’autrui, lâcha d’un ton pourtant égal :

« À présent, repousse-les avec ta maîtrise. »

Alors, pour illustrer ses propos, Miku se lança dans un assaut rapide où les projectiles s’enchaînaient toujours plus vite et de plus en plus rapprochés. L’arme de la jeune femme était peut-être légère et aérienne, à l’image de celle qui le maniait, mais la puissance de la Guerrière restait tout à fait correcte, voire plutôt surprenante pour quelqu’un de son gabarit. Un feu nourri s’abattit sur Velusia, jusqu’à ce que les tirs, toujours plus précis, commencent à prendre des trajectoires complètement aléatoires, déviés et manipulés par les capacités psychiques du Xatu qui se tenait en retrait, un peu à l’écart.

« Hayaku... Hayaku*... »

Peu à peu, tout s’accélérait et se mêlait, l’empennage des flèches devenait flou, alors que les couleurs se brouillaient quand les projectiles se croisaient, dansaient et virevoltaient vers Velusia. Miku avait changé d’exercice, et elle songeait déjà à la prochaine étape de leur échange...

[* Plus vite... Plus vite...
Premier exercice réussi, on passe au second. Miku attaque Velusia par surprise à coups de flèches, tu dois donc repousser l’assaut uniquement à l’aide de ta maîtrise. Tu as le droit d’utiliser deux fois tes capacités de Chevalier pour échapper à une attaque qui te paraîtrait difficile à contrer ou à esquiver, mais pas plus, et toujours pas de Pokémon. L’exercice se fera en deux posts chacune. Bon courage !]

_________________
Et le Rêve s'ouvrit à ToiTaihei

1 RP -  0 mission - 0 event - 0 épreuve

Spoiler:

Service de vente de Pokémon d'Élevage : c'est par ici !
avatar
Miku Hatsune
Informations
Nombre de messages : 359

Fiche de personnage
Points: 146
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Velusia Varam le Jeu 31 Mar 2016 - 17:07

Ce premier exercice n’avait pas été très difficile, il n’était pas fatiguant, mais avait nécessité un peu de recherche et de concentration de sa part. Jusque là, Velusia n’avait pas vraiment chercher à soigner avec ses pouvoirs, elle ne se destinait pas au métier de Guérisseur. Non elle se dirigeait d’avantage vers une maîtrise proche de ce qu’elle faisait déjà. Sans surprise, elle se dirigeait vers la dure discipline du Gardien. A l’image de son caractère. Velusia avait pour elle d’apprendre vite et d’avoir une excellente mémoire, un plus indéniable dans son métier. En tout cas, son travail sembla assez satisfaisant à Miku. Elle aurait pu continuer plus ou plus fort, là n’était pas le problème, même si, elle s’en était rendu compte, diviser ses forces était moins efficace que de les diriger sur une seule personne. Mais sacrifier une personne pour n’en sauver qu’une autre n’était pas dans sa façon de faire. Miku fini par se lever, sous le regard attentif de Velusia, qui ne bougea pas. Elle l’a dévisagea. Pour autant qu’elle se souvienne, ce n’était pas trop son genre. Dans tous les cas, Velusia sentit venir le coup.

C’était pourtant simple, peut-être n’était-elle pas la mieux placer pour contrôler parfaitement son élément, mais elle était une guerrière aguerrie, des années d’entraînement rude, de vie à la dure et de guerre. Elle ne pouvait pas se laisser surprendre aussi facilement, non seulement parce qu’elle ne baissait jamais sa garde, mais surtout parce Miku n’était pas elle-même une guerrière. Elle n’en avait pas le tempérament. Et cacher ses émotions était une preuve qu’il se passait quelque chose. Sans compter que se sachant en épreuve… Ainsi, Velusia, forte d’une vie passée au combat, d’n conditionnement au combat, réagit comme une militaire. D’un geste efficace et précis, elle para la première salve de flèche. Non elle n’était pas surprise, Miku lui avait mis la pce à l’oreille et elle était trop expérimentée, trop blessée aussi, pour baisser sa garde et se laisser surprendre. Avant de se souvenir qu’il s’agissait de ses pouvoirs, que c’était eux, qui étaient évalués, en quelques sortes. A sa décharge, Velusia aurait pu dire que son conditionnement avait contribué à ses réactions. Mais elle n’en fit rien et comme la salve pleuvait toujours, elle leva la main gauche.

Un vent immédiat et relativement fort, presque violent se leva. Les deux femmes ne jouaient pas dans la même cour, c’était vrai autant dans le maniement des armes que de l’air. Maintenant, elle devait faire ce qu’elle s’entrainait depuis des mois. Cocoon, Lion de Feu et ami, l’avait beaucoup aidé, pas seulement sur sa propre maîtrise, mais sur celle des autres, principalement à comprendre leur origine et leur source. Puisant dans les courants ascendants de la montagne, nombreux et tumultueux, Velusia les aspira vers elle, utilisant sa propre énergie pour les redirigier, les canaliser. Et les utiliser de la manière dont elle le souhaitait. Ce n’était jamais vraiment simple, dans la mesure où le vent était un élément capricieux, furtif et rapide. Elle avait réagi en une seconde pour sortir son épée de son fourreau et bloquer les flèche, puis constatant son erreur, Elle avait, la seconde suivante, levé le vent, se contentant d’une prise rapide, comme s’il lui échappait des mains pour créer une rafale, afin de simplement dévier les flèches suivantes, également le temps de rengainer. Elle savait avoir commis une erreur. Et Velusia n’acceptait pas de commettre des erreurs.

Par la suite, elle pt mieux se concentrer et mieux saisir le vent environnant, plus appliquée cette fois, c’était comme si elle avait mieux agrippé son arme, ressérer son étreinte dessus. Alors seulement, entre deux salves, elle retourna l’élément contre les flèches, ralentissant une partie d’entre-elle. La différence, c’est que les flèches étaient des armes aérodynamiques, elles fendaient l’air et le vent qu’utilisait l’autre nalcienne ne renforçait que leur force d’estoc, forçant le passage. Si Velusia devait l’imager, elle aurait dit que cela ressemblait à une charge, quand on se retrouvait au corps et que le plus fort repoussait le plus faible. Il n’y avait jamais de force équivalente, pour un tas de raisons. Se sentant donc repoussée, du moins, sentant que sa propre énergie l’était, elle envoya un peu plus de puissance, puisant dans ses forces un peu plus franchement. C’était une sorte de ralentit, les flèches étaient freinées et Velusia vit précisément le moment où sa propre force prit le dessus sur elles. Pour les autres… Elle devait se concentrer sur plusieurs cibles à la fois, elle ne pouvait pas se contenter de les prendre l’une après l’autre. Elle ne craignait pas d’être blessée, son armure aliphiroise la protégeait.

Mais elle savait diriger son énergie sur plusieurs cibles, entre autre pour s’y être légèrement échauffé juste avant. C’est alors que les flèches partirent dans tous les sens. Ca au moins, elle n’y avait pas pensé. Elle ouvrit légèrement la bouche et leva les yeux au ciel, suivant une partie des trajectoires folles mais seulement l’espace d’un instant. A la surprise, son regard les avait accrochées. La partie qu’elle ne regardait pas directement se rapprocha très dangereusement, pour éviter de se retrouver avec un demi-carquois dans le bras, elle fit une roulade sur le côté et contre-attaqua avec une tornade. Un vent tourbillonnant se leva, un pouvoir qu’elle avait déjà utilisé sur des ennemis, qui avait surtout le don de le désorienter. Dans le cas des flèches évidemment, cela consistait surtout à dévier leurs trajectoires, quitte à ce que certaines se perdent ou même, fassent dévier à leurs tour d’autres flèches.

(J’ai pas très bien compris à quel moment se ferait le deuxième message, j’ai donc opté pour laisser l’attaque aléatoire en deuxième partie !
Voilà, sinon, ne prend pas mal que Velusia ne se laisse pas surprendre, elle est conditionnée pour ne jamais baisser sa garde et encore moins quand elle sait qu’elle va devoir se défendre, j’ai trouvé ça normal. Par contre, conditionnement oblige, elle s’est défendue avec son arme !)

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Miku Hatsune le Mar 19 Avr 2016 - 17:44


« Pression »


Sans surprise, Velusia para la première salve sans problème, et la Nalcienne aurait même été déçue, quelque part, qu’elle se laisse avoir. Miku était Tireuse, elle savait manier son arc comme une vraie Guerrière qu’elle était, mais ses vrais talents étaient ailleurs, et elle savait pertinemment que ce ne serait pas à elle, Miku Hatsune, d’atteindre le summum de son art en matière de tir, mais à son double, plus à même de le sublimer et d’en découvrir les subtilités.

La manière dont son élève temporaire contra l’assaut ne fut pas non plus une découverte en soi : Velusia était Chevalier, et le premier réflexe naturel de quelqu’un était de se défendre quand on l’attaquait, avec la main et l’arme de prédilection de l’intéressé, en principe. Toutefois, la Prêtresse ne lui en tint pas rigueur, préférant attendre de voir ce que Velusia allait lui proposer par la suite.

Lorsqu’un vent d’abord relativement doux à ses yeux se leva, elle se contenta de continuer à tirer, calmement, appréhendant avec sa propre maîtrise le niveau et la méthode de son aînée. Elle semblait déjà prendre un peu plus le pli, ce qui n’était pas pour lui déplaire, au contraire, et elle se mit à dévier la trajectoire des projectiles tout en les ralentissant. Quand Miku accéléra la cadence et changea de pas de danse avec l’aide de son Xatu, par contre, elle capta la surprise de Velusia, qui put heureusement réagir à temps avec une roulade suivie d’une tornade destinée à perdre les flèches dans un tourbillon défensif. Pourquoi pas ? Chacun avait ses propres techniques, et tant qu’elle mettait en avant ses dons d’Élémentale, et non de Guerrière, que la jeune Nalcienne n’était de toute manière pas apte à juger, cela lui convenait.

Promantis reprit alors le contrôle des flèches qui avaient perdu leur chemin, tandis que ses yeux se teintaient de bleu. Miku, elle, tira encore, avec plus de puissance, cette fois, mais quelque chose changea autour d’elle, comme si l’atmosphère se transformait doucement. Peu à peu, des déformations dans l’air apparurent, accompagnées de vrombissements d’abord légers, puis suffisamment forts pour être désagréables, voire dérangeants. Des trous d’air tordirent l’espace avec force, alors que des vibrations devenues gênantes parcouraient les lieux.


« ... »

La maîtresse du son, couverte par un fond sonore particulièrement lourd et bruyant, se volatilisa soudain, soustraite à la vue de Velusia par ce qui ressemblait à une entité psychique ou occulte. Mais elle réapparut un peu plus loin, sur le flanc gauche de la Nalcienne, à bonne distance, néanmoins, et elle tira, vive et rapide, avant de décoller de nouveau. Propulsée par l’air sous ses pieds, elle redevint visible à droite, cette fois, décochant une nouvelle flèche avant de se dérober une fois encore. Grâce à sa maîtrise avancée de la vitesse couplée à celle du son, elle donnait l’impression de disparaître réellement, comme si elle se téléportait, alors qu’elle bougeait simplement bien plus vite que la normale avec ses impulsions multiples.

Elle s’échappa une fois de plus, pour se retrouver là où elle était le mieux, dans les airs, au milieu des vents qui la berçaient et la suivaient. Alors, de là-haut, elle inspira profondément, en suspension dans les cieux, à quelques mètres du sol et au-dessus du Chevalier.

L’air qu’elle expulsa de ses poumons et l’utilisation poussée de ses cordes vocales produisit un son à la limite du supportable. Vrillant l’espace et les tympans, le cri de Miku se propagea en une onde puissante qui ondula, presque visible et palpable, jusqu’à la Nalcienne, en bas. Après le feu nourri de flèches, les projectiles aléatoires et les assauts guidés par l’oiseau psychique, la Prêtresse infligeait à Velusia une autre forme d’attaque, fondée sur la vitesse, la surprise et le son, son meilleur atout dans tous les domaines. Si elle chantait pour aider et soutenir, en temps normal, elle savait également, en de rares occasions, transformer sa belle voix en une arme atroce pour les nerfs et pour la santé mentale d’autrui. Même si elle ne frappait jamais pour tuer, elle savait que d’autres maîtres de l’Air étaient spécialisés dans le maniement des éléments pour blesser, et elle tenait à ce que son aînée sache se protéger et se défendre contre des assauts de ce type-là. Elle mit donc toute sa force et toute sa puissance dans ce dernier mouvement, prête à s’arrêter et à interrompre l’exercice si le besoin s’en faisait sentir.


[Navrée pour le retard, j’étais en IRL avec des amis et j’ai totalement oublié de prévenir, my bad Mad
Second exercice de défense pure, tu dois continuer à te protéger des flèches, mais avec un nouveau paramètre : la vitesse, avec des accélérations difficiles à suivre à l’œil nu, et le son, qui est la spécialité de Miku. Décris dans un premier temps comment Velusia réagit et réplique aux attaques ciblées et imprévisibles (ou n’hésite pas à décrire comment elle peut capter la présence de Miku avec la maîtrise de l’air), et insiste ensuite sur la défense ou le contre qu’elle érige face au « Bang Sonique + Ultrason » de Miku.
N’hésite pas si tu as des questions. Bon courage !]

_________________
Et le Rêve s'ouvrit à ToiTaihei

1 RP -  0 mission - 0 event - 0 épreuve

Spoiler:

Service de vente de Pokémon d'Élevage : c'est par ici !
avatar
Miku Hatsune
Informations
Nombre de messages : 359

Fiche de personnage
Points: 146
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Velusia Varam le Jeu 28 Avr 2016 - 10:56

La seconde salve fut bien moins prévisible, chaque flèche décrivait une trajectoire, comme Velusia ne manqua pas de le remarquer, totalement aléatoires. Le Chevalier était plus prompt à monter au contact à l’hostilité, mais le fait est qu’en ne pouvant se servir de ses armes de prédilections, elle ne pouvait utiliser son bouclier pour avancer contre la pluie de flèche qui lui tombait dessus. Elle avait souvent pensé, et appliqué, l’adage qui disait que la meilleure des défenses était l’attaque, mais cette fois… Elle ne pouvait pas attaquer une flèche ou ses deux copines, sans prendre le risque d’être blessée par toutes les autres. En un coup d’œil exercé, elle en vint facilement à la conclusion que si elle ne pouvait attaquer, elle n’avait plus qu’à ériger des fortifications autour d’elle. La jeune femme se contentait rarement du minimum et elle devait aussi se souvenir qu’il ne s’agissait pas de mettre Miku K.O… Ses conditionnement étaient mis à mal et la frêle jeune fille risquait de ne pas pouvoir supporter une charge au bouclier, mieux valait éviter donc. Tuer les petites filles, ça n’était pas son genre (même en admettant qu’elle ait une bonne chance tout à fait infime de s’en sortir).

Après sa première esquive de survie, Velusia se redressa, le visage impassible et décidé. Malgré sa réactivité, il lui restait un handicap légèrement oublié. Son œil. Blessé depuis plusieurs années, elle l’avait tenu bandé pour le protégé, suite à une brûlure grave, ce n’était que récemment qu’elle l’avait retiré et si extérieurement il était intact, sa vue était brouillée et cet œil là était moins vif que l’autre, car non sollicité depuis longtemps. Comme un muscle, non utilisé, il s’atrophie. Elle ne vit pas venir un groupe de flèche par sa droite et ce n’est qu’au dernier moment, et trop tard, qu’elle prit conscience de leur présence. La flèche en tête lui frôla la pommette, laissant une petite entaille. Du mieux qu’elle put, Velusia leva la main et envoya une ogive de vent, écartant les flèches de part et d’autre de son sillage. Mais elle n’en oubliait pas les autres pour autant. Elle fit un quart de tour sur elle-même et tendit le bras. Des vents violents se levèrent alors, d’abord devant elle, puis sur les côté et dans son dos. Ses cheveux, soulevés par les vents tourbillonnant donnaient une idée de leur direction, comme une sort de spirale, émanant de la Nalcienne, empêchant les flèches, ou tout autre objet, de l’atteindre, en les réexpédiant à l’extérieur de cette armure de zephyr.

Le Pokémon de Miku reprit finalement le contrôle des flèches égarées, mais alors que la seconde salve mourrait vers l’armure de zephyr, l’air changea ostensiblement. Les flèches eurent plus de mal à être détournée, et Velusia donna à son tour plus de puissance à son armure, pour résister à la pénétration dans l’air des projectiles, un bras de fer, s’engagea, quoique relativement court. Ce que Velusia avait perçu quelques secondes plus tôt se manifesta avec plus d’évidence, le chevalier ressentit une sorte de vide, comme lorsqu’on se trouvait au bord d’une falaise. Mais surtout, elle remarqua un bourdonnement. Comme cela attira son attention, elle sut dès lors que Miku lui préparait quelque chose. Sur ses gardes, Velusia attendit d’en savoir plus avant de prendre une décision. Aux aguets, elle fut relativement surprise quand Miku disparu, mais pas prise au dépourvu, d’un geste rapide, Velusia la chercha et se tourna sur sa gauche. Une chance qu’elle ait choisi le côté où Velusia voyait le mieux ! Comme elle, la jeune fille devenait être Lieur, et elle devait l’avouer, elle pensait en priorité à la maitrise de l’esprit, qui collait le mieux avec sa personnalité, pour ce qu’elle savait. Ses impression se concrétisèrent, Miku lui décocha une flèche, mais d’un simple mouvement, Velusia la bloqua. La pointe de vent qu’elle leva contre elle la ralentit, jusqu’à la faire stopper, déforma le bois et brisa la flèche sur elle-même en plusieurs endroits.

Ce n’est que lorsque Miku se déplaça encore et se souleva du sol que Velusia commença à comprendre. Velusia ne chercha pas trop à échapper aux flèches, car son armure de zephyr se montrait efficace. Puis, encore une fois, Miku s’échappa. Par les déplacements d’air, qui commençaient à devenir compliqués avec leur petit jeu, Velusia sentit son absence. Elle s’était éloignée, plus que tout à l’heure… Mais ce n’est que lorsqu’un cri strident et qu’elle aurait qualifié d’inhumain, que Velusia la retrouva. Suspendue dans le ciel à quelques mètres au-dessus d’elle, Miku venait de tirer sa carte suivante, Velusia évitant de penser que c’était peut-être sa dernière… Mais sa réaction fut immédiate, baisser la tête pour éviter le danger. Réflexe somme toute naturel, mais personne ne pouvait échapper aux sons. L’onde sonore lui vrillait les tympans et après quelques instants, elle se demanda combien de temps un humain pouvait tenir ce genre d’attaque, qui commençait déjà à lui faire mal à la tête. Dans ses recherches sur la maitrise de l’air, elle avait entendu des récits effrayants sur ce que les grands maîtres pouvaient en faire. Cette fois, il faudrait peut-être monter au contact et retrouver sa zone connue.

Cette arme-là n’était pas banale, autant une flèche était un adversaire physique, autant là… Il était facile de déterminer une trajectoire, et même les intentions d’un guerrier au combat, il lui suffisait d’observer et de calculer la réponse la plus logique, le déplacement du corps, l’attitude et souvent, lire sur le visage d’un adversaire pouvait suffire à déjouer ses passes. C‘était le cas quand un adversaire essayait de lui « mentir » sur ses intentions silencieuses, son visage le trahissait toujours. Même s’il ne lui était pas possible, à chaque fois, de percevoir cette fraction de seconde où la vérité était bien visible de tous. Mais une voix. Elle n’allait pas lui tordre le cou pour la faire taire, encore que ce serait le moyen le plus simple et le plus direct. Par contre, elle se rendit compte qu’elle connaissait déjà peut-être la réponse. Dans les manœuvres militaires, il était de bon ton de se méfier de l’environnement, car tout pouvait s’y cacher et lors des sièges, on appréciait particulièrement les lendemains de pluie. Velusia se souvenait très bien de son premier siège. La veille, il leur avait été impossible de localiser leurs envahisseurs et pour ne rien arranger, une pluie torrentielle avait presque innonder la région. Mais le lendemain, ils les avaient entendus venir, bien avant de les voir et ils avaient pu monter des défenses efficaces. A l’époque, tout jeune gamine, elle avait trouvé ça incroyable, mais surtout, elle s’était demandé pourquoi la veille, avant la tempête, ils avaient eu autant de mal à percevoir quoique ce soit, alors que le lendemain, toute la vallée semblait soudain extrêmement bruyantes.

Velusia ne faisait pas de comparaison, mais la seule constante était le son. Il faisait un temps magnifique aujourd’hui, comme la veille du siège. Le chevalier mit le doigt dessus : la pression atmosphérique. N’était-ce pas le vent lui-même qui, s’il était bien tourné, pouvait emmener les sons à des kilomètres de son lieu d’origine ? Où qui pouvait étouffer le moindre hurlement en pleine tempête ? Son regard changea, elle passa de la réserve à la certitude. Et il était temps, ce bruit était insupportable ! Velusia tomba son armure du zephyr, elle changea de posture, prête à attaquer. D’un geste ‘intérieur’ elle saisit un courant au vol et l’envoya se percuter contre l’écho. Sons déplacement, sa façon de se vriller, de retomber très légèrement vers le sol lui indique la démarche à suivre. Velusia voulait étouffer ce son, dans un premier temps. Elle rassembla alors sa force et généra d’elle des courants puissants, rapidement, elle les amena à faire front à Miku. Dans un premier temps, elle du solidifier leur trajectoire, ce qui n’avait rien de très concret dans ce genre de maitrise ! Le seul témoin en était peut-être la variation dans l’intonation du cri de Miku. Largement échauffée à reprendre et relâcher les vents, Velusia n’eut aucun mal à puiser dans ses réserves et s’aider de ceux qui, naturellement, étaient présents dans la montagne.

Alors, le chevalier entra en action. Elle leva ses vents, mais au lieu de les prendre à hauteur, pour ainsi dire, de son adversaire, elle fit tout le contraire, elle n’essaya pas non plus de la dominer. Non, elle fit s’élever les vents du sol, vers les ondes sonores. C’est là qu’elle puisa dans sa force physique pour donner de la puissance à sa maîtrise, de manière à rendre les vents au sol extrêmement violents, autant qu’elle le pouvait à ce stade de son apprentissage. Par ce faire, elle essayait de décoller les ondes qui naturellement, se rabattait vers le sol. En les faisant aller contre le vent et en remontant cette trajectoire naturelle de déplacement, elle cherchait à atténuer la propagation, la vitesse et si elle le pouvait, à l’étouffer. Elle poussa encore, donnant une sorte d’élan pour tenter de gagner en vitesse, elle devait au moins pouvoir faire ça pour rivaliser avec les ondes sonores de Miku. Même si elle lâcha un cri de résistance, entre le hurlement et le mugissement des vents, il aurait été difficile de l’entendre. Mais peu importe. Soudain, elle sentit ses vents se relever. Si le vecteur des ondes sonores pouvaient être imaginés, Velusia le sentait vers elle et vers le sol, jusqu’à ce que ses vents ne commencent à faire trembler cet axe. Avec l’impression de porter un poids d’une salle d’arme, bien que mental, Velusia souleva l’aquilon, comme un objet lourd, pesant, mais dont le levier fit alors basculer les choses.

Elle sentait l’attaque sonique moins puissante, ou simplement, moins bien dirigée sur elle. Signe que son plan réussissait. Elle sentait les ondulations se ralentir, s’écarter et remonter. Velusia faisait ainsi dévier l’axe de l’onde sonore vers le ciel et non plus la laissait se courber vers le sol. Les flèches de leurs coté, que Velusia n’avait pas ignorées pour autant, avaient été prises dans les vents et du moment que le chevalier les faisaient tourner autour d’elle et les laisser suivre le flot vers le ciel, elle n’eut plus réellement à s’en inquiéter, jusqu’à ce qu’elles disparaissent. Dans cet exercice, les deux femmes avaient levés un véritable Foehn sur la zone… Ou peut-être surtout Velusia dont la manière d’exercer restait musclée et assez éloignée de la subtilité pacifique de Miku. La femme chevalier, opposant sa force et sa résistance à la puissance de Miku, voulait, plus que simplement dévier son attaque, à la retourner contre elle. Elle essayait donc d’emprisonner les ondes dans des vents violents et de les retourner contre Miku, si cela était possible. Le poids de cet effort, qui n’était pourtant pas physique entamait ses forces. Mais Velusia en avait vu d’autres. Elle aimait assez opposer sa force à celle des autres. A bien y réfléchir, elle avait été formée à cela, n conditionnement qui commandait à chaque parcelle de son corps de s’opposer, de combattre et d’abattre sa puissance pour éclater les défenses de son adversaire.


(J’ai compris que les flèches étaient en premiere phase de l’attaque sonore.
Je le dis au cas ou, Velusia va au contact en faisant changer le direction des ondes sonores pour les atténuer voir les retourner contre Miku)

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Miku Hatsune le Sam 7 Mai 2016 - 17:26


« Guérison »


Sans ciller, Miku vit l’une de ses flèches frôler la joue de Velusia, créant une entaille rouge vif qui tranchait avec le teint du Chevalier. La jeune femme ignorait si c’était dû à une mauvaise appréhension de son environnement ou à un handicap quelconque chez la Guerrière, mais cela ne constituait en rien un échec ou une pénalité. Il était normal de ne pas avoir un taux de réussite parfait, et personne, hormis un monstre ou une créature boostée de manière artificielle, n’était capable d’un tel prodige lors d’une épreuve d’apprentissage et de vérification de niveau.

Quand la Prêtresse augmenta la cadence et se fit assister de Promantis, Velusia répondit en levant des vents plus violents, améliorant son contrôle et sa maîtrise sur eux. L’oiseau plissa soudain les yeux en fixant le Chevalier, comme s’il avait entendu ou capté quelque chose d’inaudible pour l’humaine. Mais Miku ne vit pas son expression changer, et heureusement pour le bon déroulement de l’épreuve, compte tenu de ce qu’il avait cru percevoir... Concentrée sur ses tirs et sur son maniement du vent, elle commença donc tranquillement à déformer l’air et les sons, de manière progressive, toutefois, car son but était d’enseigner et de tester, ce jour-là. Velusia parut surprise, ou plutôt intriguée, aux aguets, devant cette transformation de l’atmosphère, mais elle brisa la flèche que son professeur temporaire lui décocha. Quand Miku fut de nouveau soustraite à sa vue, elle parut sentir qu’elle était encore ailleurs, mais elle ne s’attendait sans doute pas à ce que la Prêtresse se serve d’une autre arme plutôt inhabituelle...

D’abord immobile, Velusia répliqua ensuite en faisant tourner les vents de manière à étouffer le son atroce produit par la jeune femme, faisant ce qui s’apparentait à des tests ou à des expériences dans un premier temps pour trouver un moyen de contrer cette arme qui était ordinairement le vecteur de soin et d’apaisement de la Nalcienne. Suspendue dans les airs, la jeune femme perçut les courants aériens qui percutaient les ondes qu’elle produisait, et elle songea que l’idée était bonne, pour le coup. Quand elle vit que son adversaire temporaire essayait de retourner ses propres vagues soniques contre elle, néanmoins, la Marcheuse ne chercha pas à les repousser, ayant vu ce qu’elle voulait voir dans ce domaine précis. S’entourant d’une sphère d’air, Miku modula ses ondes pour les atténuer d’elle-même, avant de les laisser s’échouer sur sa protection solide et transparente. Comme des bulles, elles vinrent éclater sur la paroi, certaines en douceur, d’autres plus violemment, mais sans ébranler le dôme de la Nalcienne, d’une part parce qu’elles revenaient vers leur créatrice, qui en avait encore le contrôle, et d’autre part parce que la puissance de Velusia n’était pas suffisante pour briser le mur érigé par un Défenseur d’un niveau avancé. Même si Miku s’était spécialisée dans la Marche dans les Rêves, elle restait avant tout une Mystique de l’Air dévouée à la protection et au soin d’autrui, et elle avait déjà de nombreuses années de pratique derrière elle, années qui faisaient la différence dans cette confrontation malgré son jeune âge relatif – elle avait tout de même vingt-deux ans, et il y avait longtemps qu’elle n’était plus une enfant, même si elle demeurait assez frêle en apparence.

Les derniers sons se dissipèrent dans l’air, comme si l’atmosphère les avait absorbés sans un bruit. Un silence de plomb s’installa dans la zone, silence qui tranchait avec le vacarme que les deux Nalciennes avaient fait jusqu’à présent. Assise en tailleur dans sa sphère, Miku flotta jusqu’au sol et dispersa sa protection d’un simple geste délicat du poignet. Avec un sourire, elle lança à Velusia :


« Ça va ? Tu n’as pas trop mal à la tête ? Je sais combien la maîtrise du son peut être désagréable à subir. Faisons une pause. »

La maîtresse du son fit revenir à elle les flèches qui avaient été épargnées directement dans son carquois, puis rangea son arc et posa sa main sur son Xatu, qui fixait quelque chose dans les airs. Soudain, les yeux de l’oiseau se teintèrent de rose, et il se figea. La Nalcienne échangea un regard avec son Altaria, avant d’attendre patiemment en regardant dans la même direction que son compagnon prophète. La raison de la manifestation de sa prescience ne se fit pas attendre : haut dans le ciel, un point noir se changea rapidement en un Roucool qui battait frénétiquement des ailes, poursuivi par une nuée de Piafabec particulièrement virulents. Sans un mot, Miku fit un signe de la tête à Nebula, qui décolla pour s’interposer entre les chasseurs et le chassé. D’abord hésitants, les oiseaux s’éloignèrent dans un concert de cris et de plaintes, contrariés par cette empêcheuse de tourner en rond qui les avait privés de leur victime préférée.

Le Dragon tournoya autour du Roucool en chantonnant, puis se dirigea vers le sol. La petite créature emprunta son sillage aérien et suivit, puis se posa à côté de son sauveur en tremblant comme une feuille. Rapidement, Miku s’assura que la pauvre bête n’était pas blessée, mais lorsqu’elle l’effleura, elle provoqua un sursaut, presque un spasme, qui la renseigna sur l’état mental du Roucool. Le traumatisme était évident, mais au vu de sa réaction, il ne datait pas d’hier... La Prêtresse allait s’occuper du Pokémon lorsqu’elle s’arrêta soudain, avant de se tourner vers Velusia.


« Comme tu dois le savoir, la voie du Défenseur peut se décliner en plusieurs spécialisations. J’ai ma petite idée sur celle que tu comptes emprunter, mais je voudrais voir comment tu t’en sors pour réparer, au moins en partie, des dégâts infligés à la psyché d’un être vivant. Ce Pokémon a visiblement été persécuté et harcelé par les autres, et ce de manière régulière, j’ai donc conscience que ce ne sera pas une tâche aisée. Je resterai en retrait pour surveiller et pour intervenir si les choses tournent mal, alors vas-y. Utilise ta maîtrise et ce qui te semblera utile (comme des mots, par exemple) pour l’aider. Comme nous avons déjà fait d’autres exercices avant, je vais t’ouvrir une voie vers ses Rêves, car ce n’est pas ta façon d’accéder à ce monde qui m’intéresse, cela te prendrait trop de temps et ce Pokémon a besoin de nous pour aller mieux. Je te guiderai si nécessaire, et je te garantis que tu ne te perdras pas, je suis là pour veiller sur toi. Nebula, Promantis, je compte sur vous. Si tu arrives à aider ce Pokémon, je considèrerai ton examen comme réussi. Prête ? On y va. »

Canalisant son pouvoir avec son Tenbuki, la Prêtresse érigea un dôme aérien solide semblable à celui qu’elle avait utilisé auparavant, mais elle le renforça en le dotant de trois niveaux, chacun étant d’une épaisseur convenable. À l’extérieur, les deux oiseaux, eux, montaient la garde, veillant à ce que personne ne vienne les déranger dans leur voyage onirique. Calmement, agenouillée, Miku se mit à chanter, retrouvant sa douceur habituelle pour accomplir ce qu’elle faisait de mieux : quelques instants lui suffirent pour plonger l’autre Nalcienne dans une sorte de torpeur étrange et, alors que leurs corps s’affaissaient, elle l’emmena avec elle, à la fois pour lui faire découvrir le monde des Rêves et pour lui permettre de voler au secours de l’oiseau terrifié. Le Roucool s’endormit profondément à son tour, sans un bruit. L’expérience serait probablement très étrange pour Velusia, et certainement inédite, mais Miku tenait à lui montrer qu’un Défenseur n’avait pas toujours que des corps physiques à protéger...

[Dernier exercice ! Pour celui-là, Miku emmène Velusia dans le monde onirique pour qu’elle ait directement accès à l’âme du Roucool terrorisé – pour lequel de simples mots rassurants n’auraient de toute manière pas suffi. Il est rare que je powergame les gens, mais je devais le faire ici pour les besoins de l’épreuve. À partir du moment où Velusia quitte son enveloppe charnelle, tu es libre de tes mouvements et de tes actions dans l’autre monde. Tu dois te familiariser avec ton environnement et l’aider à se libérer de ce qui paralyse son âme, avec tout ce que tu jugeras utile (hormis tes armes, bien sûr xD), mais en plaçant ta maîtrise au centre du post. Velusia doit être réveillée et consciente à la fin du post. Si tu y arrives, l’épreuve sera officiellement réussie. N’hésite pas à me contacter en envoyant un MP à Prosopon, comme d’habitude. Bon courage, tu es presque au bout Wink]

_________________
Et le Rêve s'ouvrit à ToiTaihei

1 RP -  0 mission - 0 event - 0 épreuve

Spoiler:

Service de vente de Pokémon d'Élevage : c'est par ici !
avatar
Miku Hatsune
Informations
Nombre de messages : 359

Fiche de personnage
Points: 146
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Velusia Varam le Dim 5 Juin 2016 - 21:00

Il y eut un flottement, durant lequel le monde sembla en suspension. Velusia sentait les courants se dirigeaient contre Miku, tout en se détachant les uns des autres  à l’image de filaments, se disperser, s’étirer et se diluer. C’était là les seuls mots qu’elle pouvait mettre sur ce qui se produisait  l’instant. Mais le chevalier n’était pas très étonnée de ne pas pouvoir briser la protection de Miku, son domaine de prédilection se situait dans la maitrise des armes, elle n’avait pas le même niveau dans la maitrise des vents. Pourtant, le silence retomba, tout comme la Nalcienne. Velusia apprécia grandement ce silence retrouvé et enfin, les sensations d’avoir la tête prise d’un étau, prête à éclater, les tympans vrillés, disparurent. Son mal de tête naissant avec, elle se sentit presque instantanément libérée. Si parfois le brouahaha de la ville, de la capitale de Nalcia, Alfen, était parfois envahissant, c’était la première fois que Velusia avait affaire à un tel pouvoir, dans son genre. Une expérience désagréable qu’elle allait soigneusement mettre de côté dans sa mémoire. Velusia acquiesça, le visage impassible. A la voir, tout cela n’avait été qu’une simple formalité et elle n’avait pas souffert des ondes stridentes. Comme tous les autres soldats de Nalcia, et du Monde en général, elle était formée pour encaisser la douleur. La torture, également. Alors même si elle avait vraiment souffert de ces attaques, Velusia n’aurait rien dit. Mais pour l’instant, ça allait. Cependant, elle se demandait jusqu’où pouvait aller la puissance des sons, si ils étaient utilisés sans aucun contrôle, ou au contraire, avec la volonté de blesser. Jusqu’à quel point les sons pouvaient-ils être une arme ? Ce n’était pas tant la question que la réponse qu’elle imaginait, qui  était effrayante…  Velusia n’avait pas envie d’y penser, pour l’instant en tout cas, elle n’était concentrée que sur son objectif personnel. Elle aurait bien le temps d’y repenser et tout comme dans son pays natal, il y avait bien des experts ici aussi. En attendant, pour confirmer à Miku qu’elle était prête à poursuivre tout de suite, elle leva la main, d’un signe affirmatif, accompagnant son mouvement de tête précédent.

Mais Miku décida de faire une pause, dont elle avait sans doute besoin. De son côté, Velusia avait libéré une grande quantité de son énergie « magique », par rapport à ce qu’elle faisait d’habitude, mais elle constatait que les sentir s’épuiser, ne la fatiguait pas, du moins, pas physiquement. Ou peut-être pas comme elle en avait l’habitude, à moins qu’elle  n’était pas encore capable de le sentir, à son stade de maitrise. Enfin, pas avant de piocher, comme elle venait de le faire, dans sa propre résistance « physique », cette fois. Elle ne savait pas expliquer ce phénomène, elle savait seulement qu’elle pouvait forcer sur cette résistance pour libérer plus de puissance magique, même si elle se disait que cela devait se payer. En combat réel, il ne serait probablement pas prudent d’échanger de la puissance magique contre sa propre santé. Grossièrement parlant. C’était une chose qui se vivait plus qu’elle ne s’expliquait. Enfin, les anciens eux, avaient sans doute des mots à coller nettement sur cette situation, qu’ils avaient eu le temps d’étudier en une vie. Les flèches furent toutes récupérées, Velusia fixant Miku et suivant son regard. Celle-ci regarda son Pokémon, de la même manière que Velusia échangeait un regard avec Cocoon, parfois. Le chevalier, suivit leur regard et aperçut à son tour un minuscule oiseau, chassé par un vol d’autres oiseaux, une véritable harde. Ces oiseaux étaient commun en ville, aussi Velusia reconnu t-elle un Roucool, victime des Piafabec. Les deux espèces ne pouvaient pas se voir. L’oiseau de Miku s’éleva, pour porter assistance à la victime. Velusia n’aurait pas attendu pour faire de même, s’il avait été humain. Mais voilà, Velusia estimait sa priorité aux humains, elle n’était pas dresseur, ni quoi que ce soit de ce genre.  Non pas qu’elle n’ait pas de pitié pour les bêtes, mais elle s’était engagée pour la défense de son pays et de son peuple et les animaux n’étaient pas vraiment prioritaires. Et elle était peut-être du genre à penser aussi que, les Pokémon sauvages étant justement sauvage, il leur appartenait de se débrouiller seuls.

Mais Miku semblait croire le contraire ou au moins, dans sa vision des choses, se vouait autant aux Pokémon. Velusia ne se vouait nullement à être vétérinaire, mais cela ne durerait que le temps de cette évaluation. Elle n’aima pas tellement non plus ce que lui préparait Miku, car elle n’était pas non plus psychologue, bien qu’elle n’en montrât absolument rien, refusant de laisser passer la moindre émotion, et si du moins, elle devait avoir un avis… A quoi s’attendait-elle, à ce qu’elle lui fasse la conversation au moineau ? Ce n’est qu’à l’évocation du mot ‘rêve’, qu’elle afficha un semblant d’humanité, à travers un air circonspect. Avait-elle bien compris ? Elle devait lui chanter une berceuse maintenant ? Elle ne comprit pas vraiment la suite, ne comprenant pas vraiment de quoi lui parler la jeune fille, ni où elle voulait vraiment en venir. Mais reprenant rapidement un visage neutre, Velusia acquiesça une fois de plus, sans rien dire. Elle avait cependant la très désagréable impression d’entrer dans un piège particulièrement bien ficelé et Velusia se prépara, avec plus de méfiance que jamais. Les rêves… Le cauchemar de Velusia. Un endroit sombre, qui vous enferme dans votre propre tête et vous êtes incapable d‘agir. Instinctivement, Velusia fit tout pour y résister, mais ses défenses dans ce domaine, n’étaient pas aussi entraînées que dans le simple maniement des armes. Contre sa volonté, Velusia s’endormit.

Dans le monde des rêves, Velusia se retrouva dans un décor sombre aux allures apocalyptiques. On aurait dit la fin des temps, le sol n’était que de la poussière, des monticules de roches grises s’élevaient ça et là et au loin, des montagnes du même genre. Le ciel était noir, même si elle pouvait distinguer des nuages. Il ne faisait pas nuit, mais c’était comme si le temps s’était arrêté, comme la fin des temps, le jour n’existait plus. Mais le plus saisissant, c’était que cet endroit n’était pas tout à fait un rêve, ou peut-être. Velusia se sentait comme en réalité, c’était difficile à dire. Il n’y avait pas un brin d’herbe, pas un souffle de vent. Cet endroit était une vraie terre de cauchemar. Maintenant, elle devait retrouver ce Roucool. Rien de moins simple, Ce Pokémon était minuscule et aussi gris que ces terres.

Velusia marcha un moment dans les landes désolées, jusqu’à ce qu’une sorte de nuage noir attire son attention. Instinctivement, elle savait que ce nuage n’était pas naturel, entre autre parce qu’il semblait tourner sur lui-même, que des volutes s’échappaient de leur côté, mue d’une volonté propre, pour ensuite rejoindre la masse sombre qu’il formait. C’était probablement là qu’elle devait aller. C’était aussi le seul endroit où il se passait quelque chose. De plus près, la masse était énorme et d’un geste réflexe, elle porta la main à sa garde… Oui, sauf que quoi que soit cette chose, elle ne craignait probablement aucune arme. Cette logique imparable lui fit lâcher son arme. Ce n’est qu’en se rapprochant d’avantage qu’elle perçu des cris stridents, mais pas seulement. Les volutes, denses, filaient autour d’elle et se jetaient sur un même point. Passant une main prudente à travers la masse noire. Elle put sentir alors la peur, comme on peut sentir une fumée d’incendie. Sur ses gardes, elle avança d’avantage et aperçut difficilement les contours de la silhouette du Pokémon. Paralysé sur place, c’état lui qui faisait un tapage extraordinaire, en essayant d’esquiver sans grand résultat le nuage noir. Dans la brume, il ne semblait même pas l’avoir vue. L’idée lui vint, est-ce que ça pouvait être la peur qu’il ressentait dans le vrai monde qui se matérialisait là ? Il fallait avouer que ça facilitait les choses, il pouvait passer à l’attaque et la repousser, ce qui était difficilement le cas dans le vrai monde, pourtant, le Roucool ne bougeait pas. Petit à petit, Velusia remarquait que la forme noire se resserrait autour du Roucool, mais ne emblait pas pouvoir l’atteindre, elle. Tout le temps qu’elle ne se laissait pas approcher en tout cas. Le visage désespérément sérieux, elle se rapprocha de l’oiseau.

-Et maintenant, il faut te battre.

Elle avait parlé sans hausser le ton et posa sa main sur l’oiseau tremblant. Velusia se releva et d’un air décidé, comme d’habitude, elle se plaça légèrement devant le Pokémon. Le chevalier n’aimait pas ce monde, il était plat et vide, elle avait l’impression d’être désincarnée, dans un vide environnant. C’est cette impression, d’être trimballée sanas son libre arbitre qui l’incitait d’autant plus à lutter et surtout dans ce genre de circonstances, elle ne pouvait compter que sur elle-même. Un veux Lion de Feu lui avait dit autrefois, qu’il y avait un monde qui ne faisait pas partit du monde physique, celui-là même qui permettait à certains êtres vivants de faire bouger les éléments. Il lui avait affirmé que si elle le voulait, il était évident qu’elle possédait ce don. Évidemment à l’époque, ça avait été difficile de le contredire. Mais elle n’avait jamais prit les événements de l’Horloge du Temps comme une prévision de l’avenir. Il semblait en tout cas, qu’elle était au beau milieu de ce monde que le physique ne pouvait pas toucher.

Ne trouvant aucun courant dans lequel prendre du pouvoir, Velusia puisa dans ses propres forces pour créer ce qu’elle désirait obtenir, ce qui était plus fatiguant et surtout, touchait à propre vitalité. Elle donna ce qu’elle avait et commença à créer des courants divers. Elle ne pouvait pas trancher ce nuage. Elle ne songea pas à se protéger elle-même, ce nuage ne lui inspirait pas la peur et en retour, il ne semblait pas trop sensible à sa présence, ce qui n’était pas le cas du Roucool. Tissant ses courants, elle les entrelaça autour du moineau, comme elle l’avait fait quelques heures avant pour elle-même. L’ayant déjà fait et plus qu’échauffée à présent par ces exercices, bien que cela lui demandait plus de force, elle trouvait plus simple de trouver comment former ses protections. En peu de temps, l’Armure Zéphyr tournoyait autour du Roucool et empêchait le nuage d’approcher, lui et ses volutes éparses. Velusia se figea sur ses jambes et d’un geste de la main, chassa le nuage qui tentait d’englober le Pokémon par derrière. Profitant de cela, le nuage tenta une incursion par le devant. Il fallait  faire mieux. Velusia, qui perdait patience, Puisa plus profondément dans ses réserves. Concentrant sa propre vitalité, elle fit monter les courants qu’elle créait pour les consolider ensemble. Dans sa tête, elle visualisait un mur de vent de tempêtes, aux courants fort, pour empêcher le nuage d’approcher. Il tenta bien quelques approches, mais il rebondissait dessus parfois ou ne parvenait pas à se glisser vers le Roucool. Velusia faisait mur.

Maintenant, il appartenait au Roucool de réagir. Velusia pouvait faire mur, autant de temps qu’elle restait envie, mais il s’agissait de la peur du Pokémon et il était le seul à pouvoir la surpasser. Voyant néanmoins qu’il n’était pas seul et qu’on faisait front avec lui, il pourrait peut-être prendre un peu sur lui-même et se battre également. Toute concentrée à ses protections, Velusia rassembla ses forces et l’expansa. D’une force invisible, le mur fit reculer encore le nuage, comme une charge, mais se maintenait encore. Peut-être galvanisé par la présence et la volonté de l’humaine à vouloir le protéger ou peut-être par cette masse immense qu’elle représentait pour un si petit oiseau, et qui la protégeait, le Roucool cessa de trembler. Opposant ses propres forces vitales et magiques, d’une dernière charge, Velusia sentit passer tout près d’elle une onde du même genre que sa propre magie. Elle la sentit passer à travers son mur et fendre les ombres. D’abord, la lame d’air se fit timide, puis Velusia la sentit se planter et exploser. Le nuage sombre se volatilisa, comme des brins efffilés.  En même temps, le sol redevint vert, les pierres grises plus brunes, le ciel devint bleu, les nuages plus blancs. Le paysage s’était instantanément transformé, en opposition avec seulement quelque secondes tout  juste avant. Gardant toujours le même visage fermé, Velusia regarda autour d’elle et observa les alentours. Elle remarqua ce détail : il n’y avait autour d’elle qu’une très légère aura sombre. Probablement sa propre perception du monde des rêves, pensa t-elle. Même avec ce nouveau visage, elle détestait ce monde et n’en avait pas moins la sensation de flotter.

Le réveil fut brutal, avec la sensation de tomber. Velusia eut le reflexe de se rattraper, se demandant si elle était réveillée pour de bon. Les mains crispées à la fois sur le sol et sur sa garde, elle vit devant elle le paysage brun et bleu des montagnes d’Aliphyr. Avec un certains soulagement, preuve qu’elle était bien réveillée, dans le vrai monde et bien en vie, elle ressentit une grande fatigue, celle des efforts fournis jusqu’à présent. Elle sentait son sang pulser aux tempes, aux poignets aussi et la chaleur se dégager de son corps. Elle avait transpiré et la fatigue musculaire qu’elle ressentait était la preuve de ce qui venait de se produire pour de vrai, dans le faux monde. Ainsi qu’une horrible douleur dans le dos, les rochers et les cailloux n’étaient pas confortables. Velusia se leva finalement et regarda le Roucool, puis Miku.

_________________
avatar
Velusia Varam
Championne du Colisée
Informations
Nombre de messages : 324

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Miku Hatsune le Mer 8 Juin 2016 - 14:47


« Rêves »


La jeune femme ne devina pas ce qui se tramait dans l’esprit du Chevalier, d’une part parce qu’elle n’en avait ni l’envie ni les capacités, et d’autre part parce qu’elle se moquait bien de l’avis que Velusia pouvait avoir en ce qui concernait l’exercice demandé. Pour Miku, le monde onirique était un endroit à la fois rassurant et bienveillant, même si elle savait pertinemment qu’il fallait toujours rester vigilant, sur un plan comme sur l’autre.

Le décor qui se déroula à leur arrivée n’avait rien d’un endroit de rêve, bien au contraire : tout y était sombre, amer et peu avenant, à l’image de la psyché du Roucool complètement recroquevillé sur lui-même et enfermé dans ses propres démons. L’avatar onirique de la Prêtresse se déplia totalement, révélant une silhouette forte et entourée d’un halo lumineux puissant. Dans sa main gauche, son bâton de métal, Tenbuki, était entouré par un serpent-dragon aux teintes de jade enroulé autour de l’artefact, offrant ainsi une vision du pouvoir de la Nalcienne et de ce qui le canalisait entière et véritable. Ainsi debout, le regard droit et l’attitude assurée, la frêle jeune femme qu’elle était donnait une toute autre impression, imprimant l’espace de ses dons et de toute la compassion dont elle était capable, irradiant d’une bonté et d’un aplomb qui tranchait avec son corps physique.

La Miko s’éleva dans les airs, légère, pour se diriger vers le nuage noir que Velusia avait déjà repéré, et elle s’immobilisa non loin de la fumée sombre, observant sans intervenir la manœuvre entreprise par le Chevalier pour aider l’oiseau prisonnier de ses propres peurs. L’élève d’un jour choisit de parler au malade, puis alla au contact, avant de se relever et de se poster devant le Pokémon comme un mur vivant. Sans aucun doute, cette femme était destinée à être Gardien, pas Guérisseur ou Marcheur de Rêves, car tout, dans son attitude, criait son ardent désir à s’interposer entre le danger et ses protégés. Mais Miku demeurait persuadée, au fond d’elle, que ce dernier exercice serait une épreuve formatrice et utile à l’autre Nalcienne, surtout parce que la jeune tatouée se doutait qu’elle n’aurait jamais tenté une chose pareille d’elle-même. Vu ce qu’elle connaissait de son caractère, ce n’était absolument pas son genre de s’aventurer dans un univers qui lui était inconnu en abandonnant son précieux corps, ses armes et sa liberté de mouvement, même si elle était parfaitement capable de bouger comme dans le « vrai monde », ici.

La maîtresse du son, calmement, regarda Velusia employer les mêmes techniques qu’auparavant, tissant et créant des barrières oniriques pour faire face aux peurs de l’oiseau. Lentement, peu à peu, le Chevalier consolida ses défenses, aidant ainsi le Pokémon à reprendre pied et à transformer son paysage mental en quelque chose de solaire et de positif. Souriante, Miku laissa le Roucool décoller et voleter autour d’elle, et elle rit quand il se posa sur sa tête, songeant qu’il avait néanmoins choisi de se diriger vers celle qui avait été une spectatrice passive plutôt que vers l’actrice de son rêve... Elle remarqua l’aura grise qui entourait la Nalcienne et tiqua, mais elle ne dit rien, comprenant qu’elle n’était pas seulement liée à sa manière de voir les Rêves. Il y avait autre chose, mais cela ne lui appartenait pas de se risquer à faire une incursion intrusive dans la vie privée de son aînée, qui ne la regardait en rien. Peut-être arriverait-elle à gagner d’elle-même contre ce qui la hantait. Peut-être aurait-elle besoin d’aide. Mais ce n’était certainement pas à Miku de s’imposer, et elle la Prêtresse la savait parfaitement capable de se juger et de prendre les décisions adéquates si par malheur ses démons prenaient trop d’importance et dépassaient sa limite à elle. On avait sollicité Miku pour une épreuve d’entraînement et d’évaluation, et elle avait répondu à l’appel. Son travail s’arrêtait là.

Ce fut une Miko sereine et souriante que Velusia retrouva à son réveil, le bras tendu en avant pour accueillir l’oiseau parfaitement rétabli. La créature gazouilla et communiqua en pépiant gaiement, puis, après quelques virages près des deux humaines, s’éloigna dans les cieux pour regagner son domaine en toute tranquillité. Le Xatu et l’Altaria, fidèles au poste, accueillirent le retour de leur maîtresse avec joie, de manière plus ou moins démonstrative. La Prêtresse prit alors la parole, calmement.


« Ta manière de traiter les choses dans le monde onirique ressemble fort à celle que tu utilises ici, mais l’essentiel, ce sont les résultats, et cela a fonctionné. Je n’ai donc rien à redire à ce sujet. Tu es, à mes yeux, qualifiée pour être Défenseur de Nalcia, même si tu as encore du travail avant de pouvoir être parfaitement efficace. Mais cela ne relèvera plus de mon domaine, je suis Marcheuse, alors que tu as plutôt des inclinations vers la voie du Gardien. Je te félicite, Velusia, et je te laisse apprécier ton nouveau statut avec les Aliphyrois, qui seront probablement ravis d’apprendre que tu as réussi. »

La jeune femme tendit la main, faisant souffler une brise apaisante et revigorante autour de son aînée, puis s’inclina légèrement, avant de se diriger vers la ville pour retrouver les habitants et passer la soirée avec eux. Elle était curieuse d’en apprendre plus à leur sujet et de parler de l’élément qu’ils avaient en commun, convaincue qu’ils avaient beaucoup à lui enseigner en la matière. Ne disait-on pas que l’on continuait à apprendre toute sa vie durant ?

[Et voilà, épreuve terminée et réussie. Je te laisse conclure si tu le souhaites et faire la demande de notation. À bientôt en RP ^^]

_________________
Et le Rêve s'ouvrit à ToiTaihei

1 RP -  0 mission - 0 event - 0 épreuve

Spoiler:

Service de vente de Pokémon d'Élevage : c'est par ici !
avatar
Miku Hatsune
Informations
Nombre de messages : 359

Fiche de personnage
Points: 146
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Pampero, Zonda et Shamal [Épreuve Défenseur, Velusia]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum