[ Clos ] Conjonction familiale [Luciano]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Conjonction familiale [Luciano]

Message par Andromède di Neralitha le Lun 14 Mar 2016 - 21:40

Dyrinn avait complètement disparue dans l'immensité de la forêt et le brouhaha caractéristique des villes s'évanouissait dans la nature. Andromède était désormais en route pour Torcan, ville la plus proche des vestiges d'ébène dont il avait entendu parler deux jours plus tôt au détour d'une taverne. L'homme lui ayant vendu la mèche était plutôt petit, trapu, pourvu d'une barbe rousse et irrégulière. Bien sûr, le garçon ne pouvait pas voir ce dernier détail à cause de la nature de sa malédiction. Le gaillard avait visiblement déjà beaucoup bu lorsqu'il engagea la conversation avec Andromède. Ce fut tout d'abord des bavardages sans intérêts, l'homme demanda au garçon d'où il venait et enchaîna rapidement sur le sujet du bras manquant du maudit. Le jeune dresseur ne divulgua pas les vraies circonstances de la perte de son membre. Aux yeux de l'éponge à alcool Andromède se l’était fait arracher lors d'une attaque de Bargantua alors qu'il se baignait dans le lac Lazuli, fin de l'histoire.

 Mais très vite, la discussion dériva sur un sujet bien plus intéressant aux yeux du garçon.  L'homme, qui enchaînait les pintes de bière, mentionna l'existence de ruines au milieu du Salar de l'Oubli, endroit qu'il avait apparemment visité dans sa jeunesse. Ce désert meurtrier, véritable fournaise le jour et toundra glaciale la nuit, abritait en son centre des vestiges sombres contrastant avec l'environnement  monochrome qui les entouraient. L'ivrogne avoua ne pas les avoir visités car le lieu était une ancienne structure dédiée à Zekrom, l'hérétique de Tenkei. Et même si l'homme était seul, il n'est jamais bon de s'intéresser aux tabous du pays.

La mention du nom de la divinité capta l'attention d'Andromède qui, il est vrai, commençait à s'ennuyer. Némésis écoutait elle aussi très attentivement ce qui se passait autour d’elle, cherchant du regard son dresseur lorsque les paroles de l’homme leur devenaient profitables. En prenant soin de ne pas éveiller les soupçons des autres personnes présentent dans la taverne, Andromède réclama plus de détail sur ce lieu. Hélas, l’homme n’en savait pas plus.  Le garçon avait enfin une piste après des années d’errances en dehors d’Abyan. Et même si il n’avait que peu d’indications quant à la nature du lieu, il était bien décidé à se rendre aux vestiges.

Le maudit marchait déjà depuis plusieurs heures dans la canopée accompagné par les chants de la nature. Némésis avançait à ses  côtés  et, malgré sa petite taille, arrivait plus ou moins à tenir la cadence.  L’humidité était telle que sa fourrure s’épaississait à vue d’œil jusqu’à lui donner l’apparence d’un Mastouffe. Andromède manqua à plusieurs reprises de trébucher sur les racines jonchant le sol ce qui lui aurait valu une chute mémorable, son bras manquant l’amputant de sa capacité à se réceptionner convenablement. Les yeux azurs d’Andromède contemplaient l’infinité du paysage, il se sentait tout petit face aux colosses sylvains qui se tenaient fièrement tout autour de lui. On aurait dit que rien n’aurait pu les ébranler, pas même la colère des génies des cieux. C’est au milieu de ce dédale de verdure que les deux vagabonds s’arrêtèrent pour prendre une pause.

Chaque parcelle du corps du garçon demandait grâce, il est vrai que depuis son départ de Dyrinn il n’avait fait aucune pause. Mais il espérait pouvoir quitter cet endroit avant de tomber à cours de rations alors il ne fallait pas traîner. Andromède s’adossa à un tronc et fût rapidement rejoint pas son Pokemon à la fourrure toujours aussi épaisse. Après plusieurs minutes de silence et de sérénité, Némésis demanda grâce à ses pouvoirs psychiques :


« Tu crois que c’est vrai ? je veux dire toute cette histoire de ruines au milieu de l’endroit le plus inhospitalier du continent. »

Le maudit haussa son épaule valide. Ce n’est pas comme si ils avaient le choix, c’était la seule piste qu’ils avaient et qui tenait la route.

« Même si cette histoire est fausse, il faut bien qu’on aille quelque part. » Rétorqua le garçon.

Némésis acquiesça. Cependant, même si c’était là leur seule destination possible, il fallait à un moment ou à un autre qu’ils se ravitaillent dans une autre ville. La région aride était loin et ils ne tiendraient pas longtemps avec ce qu’ils avaient pu emporter de Dyrinn. Andromède aurait pu choisir d’aller chercher des informations à Linaewen plutôt qu’à Torcan, mais les vestiges ne se trouvaient pas dans la même région et il était perplexe quant à la capacité des habitants à lui fournir ce qu’il cherchait. De plus, la ville était connue pour son éducation guerrière ainsi que la fierté de ses combattant. Un infirme comme lui ferait tache et peu de personne se montreraient coopératives. Son bras manquant serait plus sources de moqueries que de compassion dans une ville où la capacité à se battre était si importante.

Après une dizaine de minutes de repos, le maudit et son Psystigri reprirent la route. Il devait être aux alentours de midi car le soleil était à son Zénith. L’agencement de la Canopée ainsi que l’humidité omniprésente piégeaient la chaleur, ce qui avait pour effet de rendre l’ambiance plus qu’étouffante. Il allait devoir utiliser plus d’eau que ce qu’il avait prévu. De toute façon il n’avait pas le choix, si il ne s’hydratait pas vite il allait tourner de l’œil dans moins d’un quart d’heure.  




Dernière édition par Andromède di Neralitha le Mer 13 Avr 2016 - 5:27, édité 5 fois

_________________
avatar
Andromède di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 38

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Conjonction familiale [Luciano]

Message par Luciano di Neralitha le Mar 15 Mar 2016 - 17:22

Avec un sourire sadique, Luciano agita ses doigts de pianiste dans les airs, alors que le spectre qui lévitait à côté de lui devenait soudain bien plus petit et tout ratatiné. Un nouveau mouvement de l’humain, et le Viskuse gonfla, cette fois, ressemblant plus à un ballon de baudruche sur le point d’exploser qu’à une méduse aqueuse. Le fin sourire du maudit s’étira, et il fit un geste nonchalant pour libérer Sachiel de son emprise. Pas mécontent de retrouver l’usage de son corps, le Pokémon s’éloigna en flottant, avec une trajectoire un peu erratique. Sérieusement, il allait faire joujou avec lui tous les jours, comme ça, maintenant qu’il était Amplificateur ? Il avait déjà donné de son vivant, pas question qu’il serve de cobaye au maître dans la mort, hein !

De son côté, Leliel marchait d’un bon pas pour suivre l’allure rapide de l’Abyanais, non sans se gausser devant le manège auquel il venait d’assister. Fort heureusement, n’étant pas un Pokémon aquatique, il échappait à l’emprise ô combien difficile de Luciano, mais en songeant qu’il n’était pas à l’abri d’une petite douche improvisée si son humain se laissait aller aux sautes d’humeur dont il était coutumier, il se renfrogna légèrement et se fit discret. Avec l’instabilité permanente du maudit, mieux valait ne pas jouer avec le feu, enfin, avec l’eau, en l’occurrence !

Subitement, Luciano s’arrêta net, perdu dans ses pensées. Craignant les prémisses d’un de ses terribles emportements, comme si c’était le calme avant la tempête, l’Absol se figea, une patte en l’air, n’osant même pas finir son mouvement. Un peu plus loin, Sachiel aussi s’était arrêté, comme suspendu dans la Canopée par un fil invisible. Les deux créatures échangèrent un regard plein d’angoisse... Et la sentence tomba.


« Au fait, c’est quoi la prochaine étape ? »

Alors là... Chapeau l’artiste ! Bravo le veau ! Non seulement il n’avait aucune idée de la direction à prendre, mais cela ne lui était même pas venu à l’idée de réfléchir UNE seconde pour se mettre d’accord avec son égo surdimensionné sur la suite des opérations ?! Interloqués, les deux compagnons d’infortune se mirent à penser à toute vitesse à une solution qui les sauverait d’une galère qui s’annonçait monstrueuse. Parce que, bien sûr, à tous les coups, ce serait de leur faute à eux si Môssieur ne pensait qu’à ses pouvoirs, ses ambitions, sa belle gueule et sa bi... Son membre de prédilection ! Tiraillés entre une peur panique et une sombre colère, Leliel et Sachiel se rapprochèrent instinctivement l’un de l’autre, espérant probablement qu’un tel geste aurait un impact sur le déluge d’insultes qui allait leur tomber dessus. Et bien évidemment, ils ne purent que courber l’échine (enfin, si on considérait qu’un spectre avait une échine, mais bon, bref, ce n’était absolument pas la question ici) quand les jurons d’une élégance rare se mirent à pleuvoir. Le maudit tempêta pendant ce qui sembla être une éternité, avant de mettre un point final à son déchaînement d’un magnifique :

« FAIT CHIER ! »

Pour achever le tableau, Luciano décocha un coup de pied monumental dans l’arbre le plus proche, ce qui généra une douleur telle qu’il redoubla de cris et de jurons. Probablement ébranlé par cette secousse aussi soudaine qu’inattendue, un insecte disgracieux tomba d’une branche, s’étalant sur le sol avec une grâce qui eut le mérite de faire éclater de rire l’Abyanais. Son envolée lyrique n’était déjà plus qu’un mauvais souvenir, et il lança :

« Alors, la terre est basse, hein ? Pas trop dur, l’atterrissage ? Avec ça, ton exploration de cette fichue Canopée doit être complète ! Tiens, pour la peine, t’as gagné un aller simple avec moi vers la Secte de Zekrom ! »

Joignant le geste à la parole, l’aristocrate jeta une Ball vide sur la créature avec une force telle que Leliel et Sachiel furent convaincus de l’évanouissement de la pauvre bête. Si sa chute ne l’avait pas assommée, la sphère qui était devenue sa prison avait assurément fini le travail...

Satisfait d’avoir passé ses nerfs, Luciano ramassa la Ball, la rangea dans ses affaires et continua son chemin. Il n’eut cependant que quelques pas à faire avant de tomber nez à nez avec un jeune homme, plutôt pas mal au demeurant, accompagné d’un félidé qui rappela à l’Abyanais la chatte de sa gueuse de cousine Victoria. Sans se soucier de la portée de ses paroles, le noble le héla :


« Hé, toi ! Je cherche des infos sur Zekrom et sa clique, t’aurais pas quelque chose de croustillant à me lâcher à ce sujet ? »

Les deux Pokémon écarquillèrent les yeux, puis dévisagèrent le maître d’un air estomaqué. L’épreuve qu’il venait de passer devait l’avoir fatigué un peu plus que prévu : depuis quand il alpaguait le premier venu en le questionnant ouvertement sur l’Hérétique ?! Il voulait finir au bûcher ou quoi ? Avec une certaine anxiété, le loup blanc se prépara mentalement à mettre fin à la vie de ce pauvre type qui n’avait rien demandé, s’il avait le malheur de menacer le grand et le beau Luciano di Neralitha. Après tout, effacer les preuves, nettoyer et s’assurer que le maître n’aurait pas à se salir les mains autrement qu’au lit, c’était son travail, non ?


[Je te présente Luciano, dans toute sa politesse, sa grâce et sa splendeur XD Désolée x)]

_________________

1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Luciano di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 38

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Conjonction familiale [Luciano]

Message par Andromède di Neralitha le Sam 19 Mar 2016 - 0:56

L’écho d’un bruit sourd, comme un corps s’écrasant à terre, se diffusa dans la forêt avant de disparaître lentement. Le maudit fit volte-face mais la densité de la végétation l’empêchait de voir distinctement ce qui avait provoqué tout ce grabuge. Andromède distinguait bien quelque chose entre les arbres mais sa vision était tellement obscurcie par cette mer de racines qu’il lui était impossible de différencier un morceau de bois d’une silhouette.

Une multitude de facteurs auraient pu expliquer l’origine du bruit et c’est pourquoi le garçon n’y prêta pas plus d’attention. Quand bien même une autre personne se serait trouvée non loin de là, il y aurait eu peu de chance pour qu’elle soit hostile. Némésis s’arrêta net, scrutant le environs de ses grands yeux. Elle était persuadée qu’un détail aurait pu échapper à son dresseur et qu’elle était en mesure d’identifier la nature de l’entité présente dans la forêt avec eux. Mais rien. Les géants des dryades lui barraient sont champs de vision.  

Les deux vagabonds se remirent en route dans ce dédale infernale. La beauté du lieu était meurtrie par l’atmosphère cuisante qui y régnait. Lorsqu’Andromède regardait au loin, la chaleur était telle que l’espace semblait osciller au dessus du sol, donnant l’impression que l’horizon n’était qu’un leurre destiné à les duper. Comme un mirage qu’on retrouverait dans un désert, une oasis verdoyante et magnifique, joyau de vie inestimable et véritable havre de paix. Le garçon suait à grosse goutte et devait s’hydrater en permanence si il ne voulait pas tourner de l’œil. Bien évidemment, l’eau n’était pas ce qui manquait dans cet environnement et la peur d’en être à cours quitta vite l’esprit du garçon.

Alors qu’Andromède était perdu dans ses pensées à contempler la cime lointaine des arbres, Némésis avait perçu quelque chose. Un homme d’une vingtaine d’année s’approchaient d’eux accompagné par deux Pokemon. L’étranger était de taille moyenne et était, il est vrai, un peu gringalet. Ses longs doigts semblaient n’être qu’os tant la peau était en osmose avec son squelette. L’homme caressa le dos d’un de ses compagnon d’un geste long qui sembla durer une éternité. Ses doigts ressemblaient à des instruments, de véritables archets pouvant faire vibrer les cordages de l’épiderme. Son teint blafard était irréel, contrastant avec la palette de couleurs présente en ce lieu.

Son visage était plutôt fin, des lèvres rosées et parfaitement dessinées soulignaient la finesse d’un nez sculpté dans du marbre. Son œil, l’autre étant dissimulé sous un cache,  était de la même couleur que ceux d’Andromède. Un bleu flirtant avec l’ivoire, les reflets miroitaient dans le creux de leur Iris donnant au regard une toute autre dimension. Ce n’était plus de simples organes permettant la vision, c’était des chefs d’œuvres, de véritables cristaux nichés dans leur crâne. Némésis avait toujours admiré les yeux de son dresseur et les découvrir sur un visage totalement différent de celui qu’elle connaissait lui donnait une étrange impression.


« Hé, toi ! Je cherche des infos sur Zekrom et sa clique, t’aurais pas quelque chose de croustillant à me lâcher à ce sujet ? »

La voix de l’étranger brisa le silence et eu pour effet de sortir Andromède de son état second. Némésis resta bouche bée devant ce qu’il venait de dire. Son dresseur, lui, se retourna incrédule et il ne sut pas ce qui le choquait le plus: le fait qu’un homme crie haut et fort son intérêt pour Zekrom ou le fait que son visage lui était totalement perceptible. Chaque courbure, chaque ombre, chaque élément était visible. Ce n’était plus un simple linceul de peau étiré, c’était là un portrait en relief qui se présentait devant lui. Un tableau des plus merveilleux dont la pièce maîtresse était un œil d’un bleu étincelant qui partageait une troublante similitude avec celui du maudit.

A mesure que l’étranger approchait, une angoisse inconnue montait en lui. Son sang martelait ses tempes, sa déglutition devint difficile et douloureuse, sa respiration était haletante et prendre une inspiration relevait de l’exploit. Le garçon avait peur de cet étranger. Qui était-il pour pouvoir être perçu par les deux globes profanes du garçon ? Que faisait-il ici ? Et surtout : Pourquoi diable avait-il hurlé ça ?

Némésis, voyant que l’homme s’approchait de plus en plus d’eux, se mis devant son dresseur comme pour le protéger. Sa petite frimousse ne faisait sûrement pas peur aux deux Pokemon de l’étranger, leur regard était animé par une flamme noire et malfaisante. Regarder dans leurs yeux était comme plonger dans un océan de douleur. La joie et le bonheur semblait disparaître, le soleil était comme éteint et les plantes perdaient de leur éclat. C’est cette lueur chaotique qui terrorisait le pauvre petit Psystigri qu’elle était. Même leur dresseur, sous ses allures d’ange, semblait cacher une âme encore plus noircit et tourmentée que celle de ses compagnons.

Mais ça bien sûr, Andromède ne le perçu pas. Il resta coi, toujours à contempler le visage de l’arrivant. Son regard d’ordinaire fuyant était désormais fixe, analysant chaque axe et chaque courbe dessinant le portrait de l’individu. Le maudit en oublia même de répondre à la question de l’homme. C’était donc à ça que ressemblait les autres ? Bien sûr qu’il se doutait que les visages des autres personnes seraient similaires au sien, mais qu’est-ce que c’était réconfortant d’en avoir la preuve.


«  Bon..Bonjour nous sommes aussi à la recherche d'informations sur Zekrom. » marmonna Andromède en reprenant doucement ses esprits.

Némésis lui jeta un regard noir. Il ne se rendait clairement pas compte de quel type de personne ils venaient de rencontrer. Elle-même ne le savait pas, mais elle avait une petite idée sur la question.
Aucune personne saine d’esprit n’aurait avoué sa dévotion pour Zekrom, et encore moins à un inconnu. D’un autre côté, si il était lui aussi à la recherche d’informations sur la divinité, il pourrait s’avérer être d’une grande aide dans leur quête. Mais elle préféra dissiper cette idée de sa tête tant il lui faisait peur. Le maudit détacha enfin son regard de la peau cristalline de l’homme. Il redevint fuyant, évitant tout contact avec le visage de la personne qu’il avait en face de lui. Une habitude pour le garçon même si il n’avait pas à faire à la vision d’un monstre au visage de chaire.

Ce qui se tenait devant lui était bien pire. Il était le contenu de la boîte de pandore, la damnation condamnant le destin du monde, le chaos détruisant l’ordre établi par les dieux et la folie, pécheresse infâme rongeant au plus profond l’âme des hommes. Alors pourquoi se ressemblaient-t-ils autant ?

_________________
avatar
Andromède di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 38

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Conjonction familiale [Luciano]

Message par Luciano di Neralitha le Lun 21 Mar 2016 - 1:02

Au beau milieu de la Canopée, quelque chose sembla se figer, comme si le temps, le son et le monde étaient en suspension. Les deux groupes s’arrêtèrent à quelques mètres l’un de l’autre, les Pokémon jaugeant le manchot et la chatte ne quittant pas Luciano des yeux. Une étrange alchimie dont le maître-mot était « vue » se créa dans l’air humide et solennel, alors que l’ambiance changeait du tout au tout. Autour d’eux, les immenses arbres parurent se refermer sur les protagonistes de cette drôle de pièce, comme s’ils étaient prêts à garder un terrible secret avec la promesse de ne jamais l’ébruiter.

Le maudit s’aperçut alors de plusieurs choses à propos de son nouvel interlocuteur, la première étant l’absence flagrante de l’un de ses bras. Par Zekrom, comment avait-il fait pour louper ÇA ? Quand même, ça se voyait, hein ! Il capta ensuite le mélange de fascination, de curiosité et d’horreur qu’il suscitait chez le jeune inconnu, avant de remarquer qu’il avait des cheveux d’un noir de jais et des yeux bleus... Exactement comme lui. Une étrange sensation naquit dans la poitrine de l’Abyanais, et cela n’avait rien à voir avec une quelconque affection en devenir. Non... Ce garçon lui semblait... Familier. Il aurait pourtant juré qu’ils ne s’étaient jamais rencontrés auparavant... Alors, d’où lui venait cette projection de sens si troublante ?

Leliel et Sachiel échangèrent un regard, comprenant qu’il y avait un léger problème, mais incapables d’appréhender, pour le moment, l’ampleur des dégâts à venir, avec si peu d’éléments. Oh, pourtant, ils avaient déjà tellement de choses sous les yeux ! Le physique, l’aura, le reste, cet étranger qui n’en était pas vraiment un leur amenait une tornade d’informations sur un plateau d’argent si étincelant qu’ils durent se détourner, non pas pour éviter d’être éblouis, mais pour bien mesurer tous les tenants et les aboutissants de cette rencontre du destin...

La Psystigri, craignant probablement un comportement dangereux chez Luciano (et qu’elle avait raison !), s’avança pour se mettre entre son maître et le groupe de damnés. En guise de réponse, plus troublé que jamais, Luciano porta la main à son cache-œil, effleurant le tissu sombre comme s’il avait la possibilité d’y trouver des réponses. Un murmure s’échappa de ses lèvres, ténu.


« Sachiel, ses yeux. Je veux savoir. »

Docile, le Spectre s’exécuta, flottant avec une nonchalance feinte vers l’obscur inconnu, alors que l’Absol, d’un simple geste, indiqua à la chatte qu’elle n’avait pas à avoir peur – ce qui pouvait paraître dérisoire, voire faux, mais qui était pourtant on ne peut plus vrai dans le cas présent. La méduse lévita doucement autour du jeune homme, scrutant avec un soin tout particulier le visage du bel éphèbe, avant de se laisser porter vers son torse... Pour passer au travers de l’humain. L’opération ne généra aucune douleur, imprimant simplement une sensation de douche froide éclair et passagère dans le corps de l’étranger lors du « contact » avec le Viskuse. Ce dernier, interloqué, revint à toute vitesse vers son maître, puis pointa le cache-œil de son bras immatériel, avant de hocher la tête frénétiquement. Un fin sourire se dessina sur les lèvres du maudit, qui lâcha :

« Alors toi aussi... »

L’Abyanais fit alors un geste totalement improbable dans le contexte dans lequel il se trouvait, à savoir « en présence d’un parfait inconnu dont il ne savait apparemment rien » : d’un mouvement délicat, il délia le nœud qui maintenait sa protection contre les pires bassesses de l’être humain. Avec lenteur et minutie, il plaqua sa paume contre son œil maudit pour récupérer le tissu, révélant d’abord une paupière parfaitement close. À cet instant précis, il hésita : et s’il était sensible à l’autre ? Après tout, son déchet de frère, Agrippa, avait le malheur d’avoir un effet néfaste sur son aîné, aîné qui, en retour, impactait la santé mentale de celui qui était né dans la douleur. En d’autres termes, les frères damnés se blessaient mutuellement lorsque leurs regards se croisaient... Alors pourquoi serait-ce différent avec lui ? Victoria pouvait utiliser son fardeau sur Luciano, alors quelle garantie avait-il de sortir indemne de cette confrontation ?

Et puis, l’héritier envoya valser toutes ses appréhensions quelque part dans les tréfonds de la Canopée. L’Absol et le Viskuse, figés, le souffle coupé, n’osaient plus bouger, s’attendant à absolument tout et n’importe quoi dans cette rencontre de l’impossible. Luciano, le cœur battant, se décida à ouvrir l’œil, révélant sa pupille maudite marquée d’un symbole ésotérique. Le pentagramme luisit brièvement... Avant de s’éteindre et de disparaître comme s’il n’avait jamais existé. Une vague de soulagement envahit l’Abyanais lorsqu’il constata que sa propre malédiction était neutralisée face à ce type qui, il en avait désormais la conviction, appartenait à son illustre famille. Il l’observa alors quelques instants, avant d’en arriver à une seconde conclusion : celle de l’autre ne lui faisait rien non plus. Là, c’était clairement une bonne nouvelle qui lui ouvrait tout un tas de possibilités ! D’un air satisfait, le noble rangea son cache dans une poche intérieure de son vêtement, avant de décréter, ravi :


« Étonnant ! Dire qu’avec mon abruti de frère, c’est l’Enfer, jamais j’aurais pensé croiser un jour un cousin complètement neutre ! Nous partageons le même sang, toi et moi. Je suis Luciano di Neralitha, et je viens d’Abyan, branche principale de la famille. Et toi ? Tu es d’Abyan aussi, ou tu viens d’ailleurs sur le continent ? À moins que tu ne viennes du monde d’En Bas ? »

Flippant, mais il était presque agréable, le Luciano... Son comportement avait changé de manière radicale, et ça n’était pas pour rassurer ses Pokémon, qui ne savaient guère quelle conduite adopter. D’un geste dédaigneux, le noble désigna ses deux compagnons.

« Leliel et Sachiel, mais pour le moment c’est pas ce qui nous intéresse. Tu cherches aussi des informations sur Zekrom ? Non seulement t’es de la maison, mais en plus on a les mêmes intérêts, je t’aime déjà ! Je te propose un marché : tu me dis ce que tu sais, et je te raconte ce que j’ai pour l’instant sur la Secte, ça te va ? »

De pire en pire. Après le voyage à l’aveugle (enfin, à la borgne, mais passons), la capture d’un pauvre insecte qui avait juste eu la malchance de se trouver là et la rencontre avec un autre maudit (c’était déjà le second depuis son départ de chez lui !), voilà qu’il se lançait dans des deals douteux... Comprenant qu’ils n’avaient plus aucun contrôle sur la situation, les deux Pokémon prirent le parti de laisser le maître n’en faire qu’à sa tête. Après tout, avaient-ils jamais eu le choix ?


[« Euh coucou la famille, ça te branche, des expériences et du troc ? » XD]

_________________

1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Luciano di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 38

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Conjonction familiale [Luciano]

Message par Andromède di Neralitha le Sam 2 Avr 2016 - 17:50

Les Pokemon de l'individu étaient restés en retrait tout le long du phénomène. Comme si ils craignaient cet œil, ce globe sillonné d'un pentagramme précédemment dissimulé sous un cache. Ils retenaient leur souffle et furent grandement soulagé lorsque tout se termina. Le symbole s'estompa dans la pupille bleutée du garçon comme si il n'avait jamais existé. L'étranger rangea le morceau de tissus dans sa poche et sembla tout aussi adouci que ses compagnons. Sa voix perça le silence et atténua la tension qui s'était installée dans la Canopée :

«Étonnant ! Dire qu’avec mon abruti de frère, c’est l’Enfer, jamais j’aurais pensé croiser un jour un cousin complètement neutre ! Nous partageons le même sang, toi et moi. Je suis Luciano di Neralitha, et je viens d’Abyan, branche principale de la famille. Et toi ? Tu es d’Abyan aussi, ou tu viens d’ailleurs sur le continent ? À moins que tu ne viennes du monde d’En Bas ? »

Andromède se figea. Ce Luciano était de la même famille que lui, de la même famille que ce père qui avait fermé les yeux sur les atrocités qui se tramaient dans sa propre maison. Ce père empli de rancoeur envers un fils dont le seul crime avait été d'être né.  Ce père dont les péchés avaient été expiés dans la lueur pourpre d'un brasier incontrôlable. Le garçon n'était pas supposé exister, pour tous il était mort à la naissance. Son paternel s'était assuré que tout Abyan soit au courant de la mort tragique de sa femme en couche ainsi que de son fils. Il ne savait pas si il devait dévoiler la vérité à son cousin ou alors inventer un mensonge.

Le maudit était un très mauvais menteur et quelque chose chez ce Luciano lui laissait penser que, si il venait à apprendre la supercherie, ne serait pas du genre à le laisser filer. Némésis attendait la réponse de son dresseur en lui faisant comprendre que, cette fois-ci, il devrait faire attention à ce qui sortirai de sa bouche. Elle, bien sur, aurait voulu qu'il mente pour les préserver tous les deux. C'est vrai quoi ? C'était un étranger, même si Andromède et lui partageaient le même sang.

«  Je viens aussi d'Abyan, je m'appelle Andromède di Neralitha et voici Némésis, mon pokemon. »

Son pokemon soupira, exaspérée. Chouette ! Il allait maintenant devoir expliquer toute son histoire et plus particulièrement comment, elle et lui, ont fait périr sa famille dans les flammes.


« Leliel et Sachiel, mais pour le moment c’est pas ce qui nous intéresse. Tu cherches aussi des informations sur Zekrom ? Non seulement t’es de la maison, mais en plus on a les mêmes intérêts, je t’aime déjà ! Je te propose un marché : tu me dis ce que tu sais, et je te raconte ce que j’ai pour l’instant sur la Secte, ça te va ? »  Enchaîna Luciano.

Une secte ? De quoi parlait-t-il ? Andromède n'avait jamais entendu parler d'une quelconque secte. La voix de Némésis résonna dans la tête du maudit :

«  Tu penses que c'est une sorte d'organisation affiliée à Zekrom ? Si oui, il faut qu'on en sache plus. »

Le cousin du garçon s'avérait être une rencontre de plus en plus intéressante. Bon, il est vrai qu'il y avait quelque chose de dérangeant dans son aspect, il semblait trop immaculé pour être vraiment honnête. Le fait qu'il ai crié haut et fort à un inconnu sa dévotion pour la déesse d'ébène témoignait qu'il était impulsif et totalement imprévisible.

Némésis semblait avoir mis sa crainte de côté, les deux vagabonds avaient erré  depuis tellement longtemps à la recherche d'informations qu'ils ne pouvaient pas laisser passer cette chance. Luciano semblait posséder un bon nombre de renseignements sur la divinité et Andromède n'en avait presque aucun. A part que, peut-être, les vestiges d'ébènes pourraient renfermer quelque chose  d'intéressant. Le maudit, ayant du mal à affronter le regard de Luciano, partagea le peu de chose qu'il savait :


«  Nous sommes en route pour Torcan dans le but de rejoindre les Vestiges d'ébène. J'ai entendu dire qu'ils contenaient des traces de cultes dédiés à Zekrom. Je pensais que ça aurait été un bon endroit pour commencer mes recherches.»

Andromède espérait que la maigreur de ces informations n'allaient pas décevoir son cousin qui, vraisemblablement, en savait beaucoup plus que lui.

La chaleur devenait insupportable. Elle n'avait fait que monter crescendo depuis qu'ils se trouvaient dans ce dédale sylvain. Même l'eau, qui inondait le lieu, était devenue bouillante. Elle était sûrement encore potable, enfin potable était un bien grand mot vu toutes les saletés qui se trouvaient à l'intérieur, mais l'idée de boire une eau chaude, stagnante, le rebutait un peu. Il allait donc bien manquer d'eau. Ce Luciano possédait peut-être des rations qui leur permettrait de survivre un peu plus longtemps, si bien sur il acceptait de les partager. Andromède pressa son cousin :


«  L'ambiance devient beaucoup trop étouffante. Je… enfin… je pense qu'il faudrait qu'on se dépêche de sortir d'ici si nous ne voulons pas tomber raide mort de déshydratation. Et… à ce propos… aurais-tu de l'eau pour nous ? Ça me gêne de te le demander mais nous pensions pouvoir boire celle présente dans la canopée. Vu son état je ne pense pas que ce soit la meilleure idée. En tout cas si on veut rester en bonne santé… tu vois ? »

Son expression était confuse et manquait de conviction. Luciano devait déjà le prendre pour quelqu'un de faible et Andromède ne voulait pas renvoyer cette image à ce qui semblait être la seule personne en qui il pouvait avoir une once de confiance. Il se força à affronter le regard de son cousin en dépit de toutes ses appréhensions. Leurs yeux azures, d'une pureté singulière, se faisaient face dans cet enfer de verdure. Et quelque chose le frappa. Il se demanda même comment il n'avait pas pu se poser la question plus tôt. Quelle était la nature de la malédiction de son cousin ? Il en avait vaguement parlé tout à l'heure en disant que sur certains membres de la famille elle se révélait pire, mais qu'est-ce que c'était ? Que voyait-il ? Qu'est ce que ce pentagramme lui permettait de faire ?

Le garçon balaya vite toutes ces interrogations de son esprit. Pour l'heure, il devait se concentrer sur les informations que lui dévoileraient Luciano. Cette fois-ci, Andromède n'était plus seul dans sa quête . C'est même cette famille, qu'il avait détesté pendant toute ces années, qui allait être son compagnon et en qui il devrait faire confiance si il voulait atteindre ses objectifs.


Quelle ironie.


Dernière édition par Andromède di Neralitha le Lun 11 Avr 2016 - 1:59, édité 1 fois

_________________
avatar
Andromède di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 38

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Conjonction familiale [Luciano]

Message par Luciano di Neralitha le Jeu 7 Avr 2016 - 18:04

Lorsque le presque inconnu se présenta, Luciano haussa un sourcil, stupéfait. Bon sang, d’abord Victoria, puis Andromède ! Ils venaient tous les deux d’Abyan, comme lui, et il ne les connaissait pas ? Comment avaient-ils fait pour passer entre les mailles de son filet ? Y’avait-il des membres des di Neralitha dont l’existence demeurait cachée, pour une quelconque raison ? En repensant à Agrippa, il se dit que finalement, il ne devait pas y avoir grand-monde qui savait que Luciano, vedette des soirées mondaines et redoutable prédateur sexuel, avait un frère cadet enfermé dans une cave et torturé plus que de raison. Avec un intérêt limité, il regarda la fameuse Némésis, qui ne semblait pas spécialement emballée par le déballage, justement, de l’identité véritable de son maître. Cette réaction confirma les doutes du maudit : cet Andromède devait avoir été dissimulé à la vue de tous... Et soudain, quelque chose fit tilt dans son esprit torturé : il avait entendu parler de la mort d’une di Neralitha en couches, et elle avait emporté l’enfant dans son tragique destin... Enfant qui avait été nommé « Andromède », avait-on murmuré dans la ville aquatique. Alors comme ça, il était vivant, et il se tenait là, devant Luciano, en chair et en os. Bon, il avait un bras en moins, et c’était fort dommage pour lui et pour la renommée de la famille, mais pour l’heure, ce n’était qu’un détail.

Le cousin manchot expliqua ensuite qu’il faisait route vers Torcan dans l’idée de se rendre aux Vestiges d’Ébène afin d’en savoir plus à propos de l’Hérétique. De nouveau, l’Abyanais haussa un sourcil, étonné du peu d’informations dont le duo disposait et du manque flagrant de sens de l’orientation d’Andromède – ce qui, venant de lui, était clairement du foutage de gueule !


« Euh... Tu sais que les Vestiges, c’est plutôt vers le nord, genre en plein Salar ? Torcan, c’est à l’est de Midgard, hein. Bon, je vois que je sais plus de choses que toi au sujet de la Secte, donc je te propose de te raconter, à condition que tu m’accompagnes jusqu’aux Vestiges, parce que faire la route tout seul, c’est sympa deux minutes, mais on se fait vite chier. »

Euh, quoi ? Depuis quand le maître rejetait la solitude (relative, en plus, vu qu’il avait ses Pokémon) ? Il avait une idée derrière la tête, pour dire des trucs pareils ?

« Dis donc, c’est quoi, ce Pokémon qui est avec toi ? J’en ai jamais vu dans le coin, ni nulle part ailleurs, en fait. »

Wow. Luciano le pro du changement de sujet express avait encore frappé. Il fallait avoir envie de le suivre, et y arriver, en plus, celui-là. Alors qu’il se tournait déjà pour repartir, sans s’assurer que son parent le suivait (il partait du principe qu’il avait automatiquement accepté sa proposition, car il n’avait nullement l’habitude qu’on lui refuse quoi que ce soit), il se fit interpeler : Andromède lui demandait de l’eau parce qu’il était complètement à sec ! Ahuri, il fit volte-face et lança :

« Attends, t’es Abyanais et t’as pas d’eau ? Non mais allô quoi ! Bien sûr que j’ai de l’eau. Sors ta gourde, je vais t’en filer. »

Empoignant son propre récipient, Luciano usa de sa maîtrise pour en extraire une petite quantité de liquide, qu’il amplifia ensuite avec ses tout nouveaux pouvoirs. D’un simple filet d’eau, il fit de quoi remplir l’équivalent de trois bols de bonne taille, avant de l’introduire directement dans la gourde de son cousin.

« Tiens, voilà. Alors, on parlait de la Secte, c’est ça ? Alors, avec une autre cousine à nous, on a trouvé une carte qui nous a conduits à Linaewen, puis dans une vieille cabane dans les montagnes, et en fin de compte on a vu que pour intégrer la Secte, l’un des meilleurs moyens, c’était de prouver sa valeur. Du coup, je me suis débrouillé pour passer une épreuve élémentale, et va falloir que je trouve un moyen de les contacter et de rentrer chez eux, maintenant. Et toi ? Pourquoi la Secte t’intéresse ? C’est parce que tu es un di Neralitha aussi, je suppose, non ? Oh, tiens, y’a un genre de tour là-bas au loin. Je connais pas, mais peut-être qu’on pourrait y faire un tour – ah, la bonne blague – pour chercher des informations sur Zekrom ? Ah, au fait, si tu veux manger un truc, j’ai encore de quoi. »

Luciano devait avoir complètement débloqué, pour parler comme ça... Résignés, Leliel et Sachiel lui emboîtèrent le pas.


[Je vais me diriger vers la Tour de l’Éternité pour une capture, si tu préfères que je fasse un solo et qu’on se retrouve après n’hésite pas à me le dire Wink]

_________________

1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Luciano di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 38

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Conjonction familiale [Luciano]

Message par Andromède di Neralitha le Lun 11 Avr 2016 - 1:29

Un filet d'eau, manipulé par les doigts experts de Luciano, virevolta dans les airs. Le liquide, marionnette sans âme à la merci de son maître, entama une valse parfaitement exécutée avant d'atterrir dans la gourde d'Andromède. L'hydrokinésiste usa une nouvelle fois de ses aptitudes pour multiplier la quantité de boisson présente dans le récipient. En une demie seconde, la gourde était remplie à ras bord. Ce garçon était décidément plein de ressources. Raison de plus pour le garder à leurs côtés le plus longtemps possible.

Némésis était toujours aussi méfiante à propos du cousin mystérieux de son dresseur. Ce qu'il dégageait était plus noir que la déesse exilée. Cependant, il semblait manifester une réelle « affection » , si on peut appeler ça comme ça, pour sa famille. Une sorte d'amour par défaut qu'il semblait respecter. Comme si seuls les membres de la maison di Neralitha étaient dignes d'être traités comme des égaux ou du moins ce qui s'en rapprochait.

Luciano avait questionné le maudit sur la race de son Pokemon. Il est vrai que certaines espèces étaient rares, que ce soit sur Tenkei ou sur le monde d'en bas.


«  C'est… C'est une Psystigri. Mon père me l'a offerte il y a de ça quelques années. C'est un Pokemon aux grandes capacités psychiques. D'ailleurs, ils sont connus pour… Pour ne pas contrôler leurs pouvoirs. Ils ont des marques sous les oreilles qui renferment une grande puissance et c'est pour cela qu'ils les cachent. Voilà… »

La locution d'Andromède était plus fluide mais on sentait un certain malaise dans sa voix. Il ne s'était pas encore accommodé avec le fait qu'une personne de sa famille se tenait là, devant lui. Il avait une image faussée des di Neralitha. En même temps, son père n'avait pas été le meilleur exemple possible.

Luciano avait déjà commencé à s'éloigner, faisant comprendre aux deux vagabonds qu'ils allaient devoir le suivre. Le maître de l'eau semblait être habitué à ce que les autres se plient à sa volonté, famille ou non. Sans avoir trop le choix, ils cédèrent aux caprices du noble qui avait déjà prit de l'avance sur eux. Avant même qu'Andromède ne puisse ouvrir la bouche pour questionner son cousin, Luciano reprit la parole une nouvelle fois. Le discours qu'il déballa était chargé d'informations et le garçon ne savait pas quoi répondre.

Bon, apparemment une cousine à eux était dans le délire Zekrom sectaire tout ça tout ça. Ils avaient trouvé une carte dans la cabane abandonnée près de Linaewen et avaient découvert que, pour intégrer la secte, il fallait prouver sa valeur. Apparemment, Luciano avait passé une épreuve de maîtrise élémentaire pour prouver qu'il était digne d'intégrer la secte et n'avait plus qu'à les contacter.

Ses pouvoirs d'amplificateur étaient donc tout récents ? Il avait pourtant l'air de déjà bien se débrouiller avec ses nouvelles aptitudes. L'hydrokinésiste posa une question à Andromède en supposant la réponse et, avant même que le garçon ne puisse répondre, son cousin était déjà passé à autre chose. Son attention était maintenant captée sur la tour de l'éternité qu'on pouvait voir d'ici et, apparemment, elle l'attirait. Il exprima son désir de s'y rendre et semblait avoir oublié qu'il venait juste de questionner son cousin. N'attendant pas de réponse particulière, il se remit en route pressant le pas de temps en temps, laissant derrière ses compagnons.

Totalement désorientés, le maudit et son Pokemon accélérèrent à leur tour pour tenir la cadence et pour ne pas finir seuls, des kilomètres entre le noble et eux. Luciano changea une nouvelle fois de sujet et leur proposa à manger sur un ton laissant penser que cette question était d'une importance capitale. Leliel et Sachiel, les Pokemon de Luciano, se stoppèrent net, dévisageant leur dresseur, incrédules. Même eux semblaient perdus sous le flot de paroles qui venait d'être expulsé de sa bouche, dans un laps de temps aussi court. Andromède, confus et un peu gêné, balbutia :

«  Non non… J'ai pas très faim merci. »

Némésis fit signe que, elle non plus, n'était pas intéressée par de la nourriture. Il était bon de savoir que leur partenaire possédait des vivres. Luciano apparaissait comme un sauveur inespéré pour les deux vagabonds. Il possédait des informations plus qu'intéressantes sur Zekrom, était bien fourni au niveau des rations et semblait plus ou moins digne de confiance. La Psystigri ne baissa cependant pas sa garde. Elle avait bien analysé le garçon et son état mental n'était pas des plus net.

On aurait dit que les écrous de son esprit avaient subi un grand choc et que le mécanisme complet avait été déréglé. Elle pouvait sentir que quelque chose ne tournait plus rond dans son esprit. Ses changements de sujets témoignaient d'un manque de cohérence dans ses paroles et étaient vraisemblablement liés à son psychisme accidenté. Ou alors il était juste un peu simplet. Mais de toute évidence, Luciano était quelqu'un d'intelligent. D'une grande intelligence. Et même si Andromède ne voyait pas tout ce qu'elle pouvait voir grâce à ses capacités psychiques, elle savait qu'il ne serait pas assez naïf pour croire aveuglément un parfait inconnu, même de sa propre famille. Surtout de sa propre famille.


[ Bon bah voilà. Némésis est super méfiante et espère que son dresseur restera sur ses gardes aussi. Andromède ne sait pas trop quoi penser de tout ça. On se retrouve à la tour de l'éternité ! ]

_________________
avatar
Andromède di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 38

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Conjonction familiale [Luciano]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum