[ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Juliette Sevaltico le Dim 20 Mar 2016 - 14:09

Un mois s’était écoulé depuis le retour de Juliette à la cité d’Arkan. L’exploration du temple du golem protecteur de Mizuhan avait profondément marqué la jeune femme qui dut prendre quelques temps pour récupérer. Bien que très éprouvante émotionnellement, Juliette était heureuse d’avoir pris part à cette mission et surtout, la blonde était heureuse d’avoir rendu service à sa nation.

Mais la réalité avait vite repris ses droits, et Juliette avait désormais renoué avec la routine. Le défenseur avait retrouvé Léanne qui continuait à lui enseigner l’art ancestral de la guérison. Depuis son retour, Juliette avait encore accompli de nombreux progrès, ce qui n’avait pas échappé à l’œil aguerri de la cinquantenaire. En voyant son apprentie apaiser un patient mal en point, Léanne commença à réfléchir à la possibilité d’introduire une demande d’épreuve pour Juliette dans les jours suivants… Mais avant ça, la grisonnante avait un dernier défi à adresser à la noble.

Un soir, alors que les deux femmes partageaient un repas, Léanne demanda à Juliette pourquoi cette dernière voulait devenir guérisseur. Cette question surpris un peu la plus jeune qui dut prendre quelques instants pour mettre en place les idées confuses qui se bousculaient dans sa tête.

« Je n’y ai jamais vraiment pensé, à vrai dire. C’est… C’est juste comme ça, c’est un besoin que je ressens. Je veux pouvoir sauver des vies, je veux pouvoir retirer la douleur de quelqu’un qui souffre, je veux pouvoir apporter la paix à ceux qui en ont besoin. Lors de la folie de Mewtwo, j’ai rencontré une militaire, générale je crois, qui devait lutter contre une meute de Méga-Démolosse. J’ai essayé de me rendre utile, mais je n’étais même pas défenseur, à l’époque. Bref, je m’en sortais pas trop mal, j’évitais un maximum le danger tout en essayant d’en neutraliser certains. Tout se plaçait plutôt bien jusqu’à ce qu’un Méga-Démolosse me prenne pour cible. Un soldat que je ne connaissais pas m’a défendu, avant de se faire embrocher par la queue d’une de ces créatures, en face de moi. Il était mort dans d’atroces douleurs pour m’avoir défendu, et je n’ai rien pu faire pour l’aider. Je n’ai rien pu faire pour le sauver. Je me suis senti tellement… Impuissante, rien que d’en parler j’ai les larmes qui me montent aux yeux. Tout ça pour dire que je veux devenir plus puissante, je veux devenir une faiseuse de miracles. »

Léanne écoutait son apprentie dans un silence de plomb. Elle n’avait jamais entendu parler de cette anecdote mais elle comprit et capta immédiatement la souffrance que Juliette avait ressentie lors de ce jour funeste. La cinquantenaire détacha sa crinière d’argent et prit les mains de la blonde dans les siennes.

« Bien ma petite, bien. Il faut que tu saches que tu ne dois pas t’en vouloir pour la mort de ce soldat. Malheureusement, ce sont des choses qui arrivent et contre lesquelles nous ne pouvons lutter, je le crains… »

Juliette senti l’étreinte que Léanne exerçait autour de ses mains se raffermir à ces mots. La blonde pensa alors au fils de son professeur, mort suite à des blessures de guerre mal soignées. Ce jour-là, Léanne était morte, elle aussi. Son seul fils était mort loin d’elle, traité pour des simples brûlures alors que des traumatismes internes eurent raison de lui. Il était mort, et elle n’avait rien pu faire pour l’aider. C’est en l’honneur de son fils qu’elle avait enchaîné les épreuves élémentales avec brio afin de devenir guérisseuse. Elle s’était jurée à elle-même que plus jamais elle ne verrait des jeunes gens pouvant être sauvés mourir.

Un silence lourd s’installa entre les deux jeunes femmes, et plusieurs larmes solitaires dévalèrent leurs joues. À travers Juliette, Léanne avait trouvé un moyen de faire survivre ses connaissances. Mais la grisonnante avait surtout trouvé une amie, une sœur et une fille. La guérisseuse aguerrie brisa alors le silence après avoir séché dignement ses larmes.

« Reprenons-nous, reprenons-nous… » reprit difficilement Léanne avant de souffler un bon coup. « Je sais que tu es douée Juliette. Tu présentes de très bonnes dispositions pour devenir guérisseur, mais ça, tu le sais déjà. C’est pour cette raison que j’envisage sérieusement à envoyer une lettre à l’armée mizuhanienne dans laquelle je recommande vivement qu’on mette à ta disposition un superviseur afin de te  faire passer une épreuve de guérisseur. »

Juliette eut un mouvement de recul quand elle entendit Léanne évoquer une épreuve de guérisseur. Après tout, elle n’était passée défenseur il n’y a de ça quelques mois ! La blonde était extrêmement gênée et à la fois flattée par la proposition de son professeur.

« Mais tu es sûre de toi ? Je veux dire… Je suis devenu défenseur il n’y a de ça quelques mois. J’ai entrepris ma formation il y’a peu… Tu penses vraiment que j’ai le niveau pour ? »

« Sûre et certaine. Puis tu as besoin de découvrir d’autres façons d’apprendre, je n’ai pas envie que tu viennes une seconde moi, mais que tu sois une guérisseuse à part entière. Cependant, toujours est-il qu’avant d’envoyer une demande à l’armée, j’ai une dernière épreuve à te faire passer. »

« Hm ? De quel genre ? »

« J’ai reçu une lettre récemment. Une demande de passage d’épreuve défenseur. L’armée voudrait que je sois l’examinatrice de la demandeuse, mais je veux que tu y ailles à ma place. »

« Quoi ? Tu veux que moi, je sois examinatrice ? »


Juliette se remit alors à repenser à sa propre épreuve et à son examinateur, Masento. L’homme totalement fou les avait poussées, elle et Anthère, dans leur retranchement, n’hésitant pas à mettre en danger ses propres Pokémon. Un frisson parcourut l’échine de la blonde. On ne pouvait pas vraiment considérer cette soirée comme un de ses meilleurs souvenirs.

« Exact. Je veux que tu le sois et que tu détermines si la personne a le niveau pour devenir défenseur ou pas. Je sais que c’est effrayant, ce sont de lourdes responsabilités et ce n’est jamais évident la première fois, mais tu devras faire confiance à ton instinct car l’instinct ne se trompe jamais. L’épreuve se déroulera dans une semaine, ce qui te laisse le temps de déterminer ce que tu vas faire faire à ton examiné. Je te laisse choisir le lieu de ton choix. »

« Ça sera les Piémonts pluvieux. » finit par répondre Juliette, après un moment d’hésitation.

Ça y’est. Elle aussi allait maintenant transmettre son savoir.

-

Le jour J arriva plus vite que prévu. Juliette partit à dos du Roucarnage brillant de Léanne qui était désormais devenue sa monture préférée. La blonde avait revêtu une de ses plus belles robes, crée à partir de la soie violette la plus précieuse. Elle avait sur elle les deux Pokéball de ses Pokémon. Elle gagna les plaines mizuhaniennes en à peine deux heures, ce qui lui permit d’arriver un peu plus tôt que prévu sur le lieu de l’examen. Bien, arriver avant le candidat était toujours une bonne chose.

Elle choisit un endroit où plusieurs petites mares étaient présentes, ce qui permettait une maîtrise de l’eau plus aisée. Le soleil était à son zénith mais ne tapait pas trop chaudement. L’air était frais et brûlait légèrement les bronches à chaque respiration. Toutes les conditions étaient présentes pour faire passer une bonne épreuve.

L’heure du rendez-vous allait bientôt être atteinte et Juliette se mit à faire élever des trombes d’eau hautes de plusieurs mètres dans les airs. Avec l’aide de ses bras graciles, la fille de l’eau fit valser ses créations aqueuses. Un ballet aquatique et élégant se déroulait alors au milieu de ces terres si inhospitalières. La présence de ces lianes d’eau étaient sensée indiquer la présence de Juliette à son examinée.

Au bout de plusieurs minutes, la blonde vit une femme d’une trentaine d’années s’avancer vers elle. Juliette salua l’inconnue au cache-œil d’un hochement de tête.

« Vous devez être Mako, n’est-ce pas ? Je suis Juliette, et je serai votre examinatrice lors de cette épreuve. Avant de commencer, présentez-vous brièvement, et expliquez-moi les raisons qui vous poussent à vouloir devenir défenseur. »

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Mako le Dim 20 Mar 2016 - 19:51

Nous étions le soir et Mako se préparait à souper, seule dans sa hutte avec son Pokémon. Cela faisait maintenant quinze jours que Luce était partie après avoir passé son épreuve, afin de revoir sa mère, à Seian, et la jeune femme avait plus de mal que prévu à s’habituer au départ de la petite. Bien sûr, elle ne le montrait pas, mais elle devait reconnaître qu’elle s’était habituée à sa présence, à ses questions incessantes et à sa bonne humeur. Sans elle, son foyer lui paraissait bien terne…

Pourtant tout s’était bien déroulé : Luce avait réussi ses épreuves de ninja, et par la même occasion, elle avait permis à Mako de devenir une kunoïchi confirmée aux yeux du village, qui avait formé avec succès sa propre disciple. Mais si la petite semblait disposer d’une quantité infinie d’objectifs à atteindre – et surtout de l’énergie nécessaire pour les accomplir, ce n’était pas le cas de Mako. Bien sûr, la jeune femme continuait à soigner des blesser et à mener diverses missions pour le village, mais elle avait laissé une sorte de routine dans son quotidien depuis le départ de Luce, et cela commençait à la lasser, bien qu’elle accomplissait ses devoirs envers le village toujours avec la même dévotion.
Tandis qu’elle allait retirer du feu le chaudron de soupe qu’elle avait mis à cuire, on toqua à sa porte et elle alla ouvrir. C’était sa mère.

« Bonsoir mon enfant, se présenta cette dernière. Je ne te vois plus beaucoup à l’intérieur du village ces derniers temps et quand tu t’occupes avec moi de l’infirmerie, tu ne parles presque pas. Y-a-t-il un problème ? »

Avec le temps, Mako avait appris à connaître Suzu, et elle se doutait que malgré sa question, l’ancienne avait une idée très précise de la raison de l’état de sa fille. Mais elle voulait que Mako l’explique elle-même, avec ses propres mots.

« Ce n’est rien, répondit la jeune kunoïchi. C’est juste que… Je crois que finalement, j’ai fini par prendre goût à mon rôle de professeur… Et à cette petite. C’est lié… à mon passé. Avec elle, j’ai enfin pu réussir quelque chose que j’ai échoué de manière vraiment lamentable il y a dix ans… Je pense qu’une part de moi doutait toujours de mes capacités à transmettre un savoir, jusqu’à ce que Luce réussisse. J’étais tellement heureuse pour elle… Mais maintenant qu’elle n’est plus là… J’ai l’impression que tout est à recommencer, que cette victoire ne prouve absolument rien…
-Tu t’inquiètes donc uniquement pour ta propre personne ?
-Non, non, bien sûr que non… Luce me manque. Sa joie de vivre m’a fait le plus grand bien je crois… Et sans elle, je n’aurai pas rencontré Léo…
-Je ne vois pas pourquoi tu te mets dans un tel état. La petite t’a promis de revenir non ? Et la connaissant, je suis sûre qu’elle reviendra. De plus, n’oublie pas que le succès de ton apprentie est aussi le tien. Tu es maintenant une kunoïchi à part entière. Tu as accompli la première partie de ton contrat qui te lie à LoukaÏ, devenir une ninja. Maintenant… Il ne te reste plus qu’à devenir une médecin digne de ce nom… Et ce que j’ai ici pourrait t’y aider. »

Elle sortit une lettre de sa poche.

« Que voulez-vous dire ?
-Tu ne devines pas ? C’est une invitation officielle du gouvernement de Mizuhan à participer à ton épreuve de Défenseur…
-Comment… Mais je n’ai jamais fait la moindre demande… Vous… ? »

Suzu hocha la tête.

« Comme je te l’ai dit, former une apprentie n’était que la conclusion de la première étape. Au soir même de l’épreuve de Luce, j’ai introduit une demande à ton nom. Tu es attendue dans les Piémonts Pluvieux dans trois jours. Je crois que tu connais le chemin… »

Mako ne répondit rien et se contenta de la regarder pendant un moment. Sa détermination coutumière était de retour dans son regard. Luce lui manquait, c’était vrai, mais elle savait qu’elle pourrait la revoir assez vite. Non, ce qui la minait jusque-là, c’est qu’avec le départ de son apprentie, elle avait accompli son objectif principal et se sentait désormais vide, comme si elle errait sans but. Mais comme venait de lui rappeler sa mère, la mission d’un ninja envers Loukai ne connaissait jamais de fin. Elle avait de nouveau un but. Et elle était plus que prête pour se mettre en route.

Remarquant le regain d’énergie de sa fille, Suzu hocha la tête puis lui remis le document et la laissa après lui avoir souhaité bonne chance pour son épreuve à suivre. Boostée par la perspective d’un challenge, Mako expédia son repas et passa le reste de la soirée à préparer son voyage.

Elle partit finalement pour les piémonts le lendemain dès l’aube. Sa mère lui avait bien proposé de prendre un Ponyta pour se rendre plus vite sur les lieux de son épreuve, mais en fière kunoïchi, elle avait refusé. Ce long voyage à pieds qui lui prendrait environ deux jours faisait partie intégrante de son épreuve. La lettre qu’elle avait reçue n’étant pas extrêmement précise sur le lieu de son épreuve, la jeune femme tourna en rond pendant plus d’une heure  sans succèsavant de constater qu’elle n’employait pas la bonne méthode. Elle s’assit donc au sol, yeux mi-clos et médita tandis que Léo sautait de son épaule pour lui laisser le champ libre.

Ce n’était pas à elle de débusquer son examinateur. Comme c’était lui qui allait mener le bal, il était logique qu’il la contacte lorsqu’il le jugerait bon. A moins qu’il ne fut tout simplement pas encore arrivé ? Après tout, a lettre parlait seulement de se rendre dans une certaine zone des Piémont « en début d’après-midi » … Un moyen de tester la patience des candidats, sans doute, et Mako comprenait tout à fait ce petit test.

Enfin, après seulement vingt minutes d’attentes, sa maîtrise lui confirma que l’eau s’agitait non loin d’elle. Elle ouvrit des yeux et vit des figures aquatiques évoluer à travers le ciel. Elles étaient jolies, mais Mako retenait moins leur beauté que leur degré de sophistication. Elle-même se savait incapable de produire de telles figures et surtout de les contrôler avec un tel doigté… Pour le moment.

Elle se dirigea vers le ballet aqueux et y trouva une jeune fille blonde vêtue de violet. En la voyant, Mako pensa à une doctoresse de village douce simple et compétente. Alors qu’elle approchait sans chercher à se dissimuler, la jeune fille la salua, se présenta, et lui confirma qu’elle était bien son examinatrice. Ensuite, elle lui demanda de se présenter et d’exposer les raisons qui la poussaient à demander cette épreuve.

Mako prit une seconde pour réfléchir avant de répondre. Elle comptait dire la vérité à son professeur, mais jusqu’à quel point… Peut-être… Peut-être le moment était-il venu d’évoquer son passé… De commencer à l’accepter, malgré l’horreur qu’il représentait… Elle finit par dire :

« Enchantée, je suis Mako, et ce Grenousse se nomme Leonardo. Je suis une kunoïchi du village caché de Loukai et apprentie médecin. C’est à ce titre que je suis ici. Je souhaite devenir Guérisseuse pour achever ma formation de soigneuse. Mais avant tout, il me faut devenir défenseur. Dans ma vie, j’ai déjà exercé un métier qui me demandait de protéger les autres. On me demandait davantage de les défendre avec arme et bouclier que de les soigner mais… Au final, cela vise au même objectif, préserver la vie…

Mais à ma grande honte, je dois avouer que je me suis… Fourvoyée au point de trahir la confiance de ceux qui comptaient sur moi dans un moment d’égarement. C’est ainsi que je me suis retrouvée à moitié morte dans la forêt enneigée, et les ninjas ont été assez bons pour me soigner et me garder avec eux à une condition : que je devienne médecin afin de pouvoir guérir mes semblables. Devenir défenseur est donc pour moi un moyen de commencer à rembourser ma dette, mais aussi une sorte de rédemption. Je veux me prouver que je suis capable d’aider autrui, de faire quelque chose de bien. »


Son discours fini, elle baissa humblement la tête face à Juliette. Ce geste n’était pas un geste de honte, mais bien d’humilité. Elle était consciente de son échec passé, consciente qu’il lui restait beaucoup à apprendre pour devenir un bon médecin. Par ce geste, elle reconnaissait qu’elle avait fini de jouer les professeurs. Désormais, elle allait endosser un rôle qu’elle n’avait plus joué depuis près de vingt ans… Celui de l’élève.

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 70

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Juliette Sevaltico le Jeu 24 Mar 2016 - 18:37

Juliette écoutait patiemment la présentation de son élève. Cette dernière semblait avoir traversé de nombreuses épreuves dans la vie, et celle que Juliette s’apprêtait à lui faire passer n’en n’était finalement qu’une de plus. Celle qui faisait face à la noble dégageait une certaine prestance, un certain charisme. En plus de l’humilité dont elle faisait preuve, ce qui n’était pas pour déplaire à Juliette, Mako devait être expérimentée. De ce fait, l’épreuve n’en serait que plus intéressante. La blonde secoua alors la tête à intervalle régulier lors du discours de son apprentie, et un léger sourire, quasiment imperceptible, se dessina sur ses lèvres quand elle entendit les motivations de la ninja. Elle allait évaluer une défenseur qui se destinait, elle aussi, à la guérison.

« Bien. Je vois que vos intentions sont bonnes et sincères. De plus, vous semblez partager les valeurs emblématiques du village de Loukaï, à savoir l’honneur et la loyauté. Nous allons donc pouvoir commencer l’épreuve. Avant toute chose, je me dois de demander à votre Pokémon de ne pas intervenir lors de l’épreuve. Seules vos capacités élémentales seront jugées. Je vais également vous présenter mon compagnon de travail. »

À la fin de sa phrase, Juliette plongea la main dans une poche dissimulée dans un des plis de sa robe victorienne et en ressortit une Pokéball miniaturisée. La sphère grossit immédiatement et s’ouvrit, laissant se matérialiser le Ramoloss de la maîtresse de l’eau à ses pieds. Le Pokémon psychique avait été longuement briefé la veille, et le duo avait travaillé les quelques exercices que Juliette jugeaient pertinent dans le cadre d’une épreuve de défenseur. Le Pokémon rose battait mollement de la queue. Il arborait toujours son regard perdu, devenu caractéristique au fil des années, mais l’aura qui se dégageait de l’hippopotame démontrait une vraie vivacité d’esprit. Juliette adressa un sourire à son compagnon d’exercices qui répondit en s’entourant d’une lueur rosée.

Derrière le Pokémon, des dizaines de pierres, allant du gravât au rocher de la taille d’une pomme, répondirent à l’appel du télékinésiste et se mirent à léviter, toutes entourées de la même aura rose.

« Votre premier exercice est basique. Ramoloss maintient les roches en l’air grâce à ses pouvoirs psychiques. Dans exactement… » La jeune femme marqua une brève pause, cherchant un délai qui lui semblait correct. « Dans exactement trentes secondes, les projectiles seront progressivement projetés dans votre direction. Vous devrez alors tous les arrêter. »

Juliette savait qu’ériger un bouclier aquatique était la façon la plus rapide et la plus facile pour réussir l’exercice. Et si ce dernier pouvait paraître d’une facilité affligeante, la blonde se rappela à quel point réaliser un premier bouclier pouvait être éprouvant pour un apprenti défenseur. C’est pour cette raison qu’elle accorda un délai minimum de préparation à son élève. Juliette mit à profit les trente secondes pour analyser les gestes de Mako. Cette dernière présentait de bonnes bases, il lui manquait peut-être un peu de fluidité, mais rien qui n’empêcherait une réussite d’épreuve. La blonde fixa ensuite le ciel qui était d’un bleu radieux quand la fin du compte à rebours retentit mentalement.

Comme prévu, les premières salves de pierres étaient gentillettes. Les roches étaient de taille ridicule et leur projection plutôt lente. Mais peu à peu, le rythme s’accélérait et devenait plus soutenu. De plus, la taille des projectiles tout comme la force mentale qui les faisait voltiger était démultipliées. Juliette observait Mako riposter, essayant de respecter les consignes de l’exercice. Juliette balaya la scène du regard avant de le poser sur le Grenousse de l’examinée. Une idée germa dans la tête de la blonde mais elle laissa quelques instants supplémentaires à Mako pour prendre ses aises avec l’exercice.

Quand Juliette estima le temps d’adaptation nécessaire écoulé, cette dernière se racla la gorge et ordonna calmement à son Ramoloss de changer de cible, et de prendre le Grenousse de la kunoïchi  en chasse. Aussitôt, les pierres changèrent abruptement de direction et se dirigèrent à pleine vitesse sur la petite grenouille bleutée. La blonde croisa alors ses bras sous sa poitrine et observa comment allait réagir l’examinée sous la surprise. Allait-elle avoir les bons réflexes ? C’est tout ce que se demandait Juliette à cet instant précis.


[Premier exercice très simple, comme tu peux le constater. Léo peut, par réflexe, éviter la première salve de pierres. Il faudra cependant que par après, ce soit Mako qui l'en protège. On va dire que la première étape de l'épreuve dure environ cinq minutes, et que la partie où les attaques sont focalisées sur Léo durent plus ou moins la même durée. N'hésite pas si tu as des question n_n]

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Mako le Jeu 24 Mar 2016 - 22:44

Donc la jeune fille voulait qu’elle bloque les pierres... Autrement dit, il allait falloir qu’elle utilise un bouclier élémentaire pour les arrêter. Mako avait souvent vu sa mère en utiliser un pour se protéger de certains de ses patients animaux, que la souffrance ou les blessures avaient rendus agressifs, mais jusqu’ici, elle avait plus utilisé sa maîtrise de l’eau dans le cadre de ses missions de ninja que dans celui de ses devoirs de soigneuse, aussi la création d’une protection aquatique était une nouveauté pour elle. Au départ, elle songea à créer un bouclier assez grand pour arrêter la totalité des pierres, donc qui faisait approximativement la taille de sa tête, mais elle se ravisa bien vite. Elle ne pouvait pas créer quelque chose de stable et d’aussi grand en seulement trente secondes… Mais après tout, ce n’était peut-être pas nécessaire, car Juliette avait bien dit que les pierres arriveraient progressivement…

Elle se contenta donc pour débuter de créer une bulle d’eau qui faisait la moitié de sa paume, puis elle la comprima et l’aplatit pour obtenir une sorte de disque fin mais aussi large que sa main. Grâce à ses réflexes de combattante, elle n’eut pas trop de difficulté à bloquer la première pierre, qui visait son visage. Elle n’était décidément pas très rapide pour générer ses défenses mais sa vivacité au combat compensait heureusement cet handicap… Ce qui n’était pourtant pas satisfaisant ! Bientôt, très bientôt, il y aurait plus de pierres et elle savait pertinemment qu’avec une protection de cette taille, elle ne pourrait pas parer toutes les pierres. Il fallait absolument qu’elle fasse grossir sa défense aquatique. Puisant dans ses souvenirs, elle revit alors en pensée les gestes que faisait sa mère pour agrandir son bouclier. Des gestes très précis, effectués avec les doigts de la main qui était en train de manipuler l’eau, qui créaient de grosses gouttes qui allaient ensuite s’agglomérer à l’extrémité du disque de protection, le faisant ainsi grossir.

Elle se débrouilla plutôt bien pour bloquer les premières pierres, mais passé les trois premières minutes, le rythme s’accéléra encore et son bouclier, qui faisait approximativement deux fois la taille de sa paume ne suffisait plus car désormais, quatre ou cinq pierres de la taille d’une pomme fondaient sur elle en même temps. C’est alors qu’elle se rendit compte de son erreur : jusqu’ici, elle faisait tout pour maintenir un bouclier parfaitement circulaire… Mais ce n’était pas nécessaire. L’important n’était pas l’aspect esthétique de ses défenses mais leur efficacité. Elle devait atteindre l’objectif que Juliette lui avait fixé. Elle commença alors à agiter ses doigts plus vite pour agglomérer plus d’eau, négligeant les gestes finaux, responsables des finitions, dont faisait partie la forme de l’ensemble.

Avec ça, la structure serait stable et de plus en plus grosse, c’était tout ce qui comptait. Avec cette nouvelle tactique, elle parvint à trouver relativement vite un rythme de croisière mais au bout d’une minute, sa professeur, qui s’était visiblement rendue compte que Mako s’était habituée à ses exigences, demanda à son Pokémon rose de changer son angle d’attaque. Les pierres fusèrent alors sur Léo, qui était non loin de sa dresseuse. Ce dernier tenta alors d’en dévier une avec un Vibraqua. Il réussit à toucher la pierre avec sa boule d’eau, mais cette dernière se contenta de valser de quelques décimètres sur la gauche avant de se reprendre et de fuser de nouveau sur sa cible. Constatant que ses attaques étaient sans effet, Léo prit la fuite.

Cela n’arrangea pas les affaires de sa dresseuse, qui commença à courir pur le rattraper. Mais si cette dernière était plus rapide que son Pokémon, le Grenousse, pour essayer de feinter les pierres, passait son temps à changer de direction et à bondir de droite à gauche. Si ses diversions n’avaient aucun effet sur les pierres, qui le suivaient à la trace, elles l’éloignaient de plus en plus de Mako, qui avait du mal à prévoir les déplacements de Léo. Habituée aux trajectoires de projectiles plus « naturels », sa formation jouait contre elle pour anticiper les déplacements des cailloux, qui étaient mus par une force surnaturelle.

Afin d’avoir une meilleure vision de la situation, elle s’arrêta et observa son Pokémon. Comme elle s’y attendait, le Grenousse avait lui aussi son propre plan : avant de bondir à gauche, il levait sa patte avant et indiquait la droite, ceci dans le but de tromper un éventuel agresseur. Cette ruse n’aurait probablement aucun effet sur un Pokémon psychique comme le Ramoloss, mais elle permettait tout de même à Mako de voir où il allait. En silence, elle se maudit de ne pas l’avoir remarqué plus tôt. Mais elle n’avait pas le temps de s’en vouloir davantage. Elle avait un plan. Calculant la trajectoire de son batracien, elle chercha à détacher le bouclier de sa main pour le lancer comme un chakram. Si elle avait bien calculé, il devrait intercepter les pierres… Hélas, elle avait sous-estimé la maîtrise nécessaire au maintien d’une telle forme aussi grande et aussi loin de son corps : arrivé au-dessus de la grenouille, le bouclier était quasi désagrégé si bien qu’il ne protégea même pas son Pokémon, qui dut de nouveau accélérer pour éviter d’être frappé.

Déjà les pierres reprenaient de l’altitude et allaient s’abattre à nouveau. Mako réfléchit à toute vitesse. Puisqu’elle ne pouvait pas amener son boucler jusqu’au pierre, elle allait attendre qu’elles arrivent jusqu’à lui, ce qui lui permettrait de… Oui, il y avait un moyen de prévoir la trajectoire des cailloux. Il fallait les manipuler ! Mais elle devrait faire vite… Alors que les pierres allaient frapper une nouvelle fois le Grenousse, elle ordonna ensuite à sa grenouille de ne plus bouger. Pas rassuré mais ayant malgré tout confiance en sa dresseuse, Léo obtempéra. Elle généra alors un nouveau bouclier d’eau, bien plus long et fin que le précédent, semblable à une fine planche courbée faite d’eau, assez longue pour faire la jonction entre le Pokémon et sa dresseuse sans trop s’éloigner de cette dernière. Au dernier moment, elle positionna sa création sur la zone d’impact des pierres, protégeant de fait son Grenousse. Agissant comme une rampe courbée, son bouclier redirigea les pierres droit dans les airs, ce qui lui fit gagner du temps et lui permis de se rapprocher un peu de son Pokémon. Mais pas assez.

Elle était trop loin pour le rejoindre avant l’impact, mais ce n’était pas son but. Elle avait renvoyé les pierres dans les airs de là où elles venaient, aussi elle connaissait leur position, et elle généra une grosse bulle d’eau. Il ne s’agissait pas d’une plaque d’eau comme elle l’avait fait jusque-là mais d’une véritable sphère aquatique en trois dimensions qu’elle projeta dans les airs le plus près possible des pierres. Assez gros, le globe aquatique fut pourtant traversé par les projectiles rocheux, mais il remplit parfaitement son rôle en les ralentissant juste assez : ce changement de milieu les ralentit juste assez pour permettre à la jeune femme de se jeter devant son Pokémon, faisant écran de son corps… Si bien que les rochers, qui avaient traversé son bouclier sphérique, fonçaient maintenant sur elle. Elle n’avait pas le choix, elle allait devoir construire un bouclier encore plus grand… Elle croisa alors les bras, paumes ouvertes, devant sa poitrine et refit ses gestes de conjuration de l’eau non pas avec une mais avec ces eux mains, ce qui généra deux bouclier jumeaux qui fusionnèrent vite en un seul tandis qu’ils grossissaient. Sa création avait à présent un diamètre égal à la longueur de sa coudée soit une quarantaine de centimètres.

En théorie, bien que pas tout à fait rond, il était assez grand pour bloquer toute ces pierres. Mais Mako priait Artikodin pour qu’il résiste aux multiples chocs qui n’allaient pas tarder à déferler. Une éternité sembla s’écoule lorsqu’enfin les chocs cessèrent tandis que son bouclier était encore plus informe qu’avant, mais toujours plus ou moins intact. Mais avait-elle réussi ?

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 70

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Juliette Sevaltico le Jeu 7 Avr 2016 - 23:06

Juliette jetait un coup d’œil plutôt inquiet vers son compagnon d’épreuve. Si la blonde avait une confiance aveugle en la capacité de son Pokémon à maintenir le rythme, celle qu’elle portait en son examinée fondait comme neige au soleil. La brune se déplaçait trop. Elle ne prenait pas le temps nécessaire pour créer un bouclier… Le rôle de défenseur, tout comme celui de guérisseur nécessitait de prendre le temps pour analyser une situation dans son ensemble afin d’y trouver la solution la plus adapté… Certes, il fallait agir vite, mais toujours en ayant un plan d’action bien défini. Peut-être était-elle trop exigeante envers Mako ? Alors qu’elle observait l’examinée courir après son Pokémon, Juliette se perdit dans les méandres de ses pensées tandis que des brides de souvenirs de son épreuve défilaient devant ses yeux…

La cage métallique électrifiée, les Pokémon feu ensevelis sous terre, la fatigue qu’elle avait ressenti ce jour-là… La blonde finit par émerger de ses pensées en se disant que finalement, son épreuve était des plus justes. La noble se remit à fixer attentivement les progrès de son élève. Cette dernière courrait toujours après son Pokémon quand elle prit finalement le temps de créer un instrument aqueux. Bien, la fille aux yeux varions avait commencé à croire qu’elle enseignait la course à pieds… Juliette observait alors la création de la rampe incurvée, en se demandant bien ce que la ninja avait derrière la tête… Elle jeta un bref coup d’œil à son Pokémon psychique dont la lueur s’intensifiait progressivement, preuve qu’il était encore en pleine possession de ses moyens. La rampe détourna alors la trajectoire des pierres que Ramoloss maintenait en lévitation.

« Pourquoi pas. » pensa Juliette, pas franchement convaincue.

La professeure eut cependant un vrai sourire qui s’étira sur son visage quand elle vit la candidate créer rapidement une sphère aquatique qu’elle projeta dans les airs. L’adrénaline commençait à se faire ressentir, boostant les capacités élémentales de la ninja. La défenseur fit un signe discret de la main à son Pokémon pour que ce dernier ralentisse la progression de ses boulets de terre lors de leur passage à travers la prison aquatique avant de lui indiquer qu’il pouvait s’y remettre à fond quand ces derniers en ressortirent. Les projectiles de terre fonçaient désormais droit vers Mako qui s’était interposée entre ces derniers et son Pokémon. Bien, c’était ce que Juliette voulait voir.

Un sens du dévouement sans égal, voilà ce qui fait la différence entre un défenseur et le reste de la population. Un défenseur n’a pas peur de faire barrage de son corps pour protéger ceux sous sa garde, et c’était exactement ce que la borgne s’apprêtait à faire. Juliette encouragea son Pokémon à donner tout ce qu’il avait et l’hippopotame, obéissant, ferma les yeux, puisant dans ses plus profondes ressources pour détruire le bouclier aquatique qu’avait formé l’examinée.

Juliette observa alors les rocs entrer en collision avec le bouclier, faisant trembler et déformer ce dernier. Malgré tout, Mako tenait bon, tout comme sa protection. À tour de rôle, les boulets de terre se mirent à tomber mollement au sol, marquant la réussite de ce premier exercice. La blonde fit alors un large mouvement de bras pour convier Mako à la rejoindre.

« Bien. Je tiens à te féliciter, tu as réussi à créer ton premier bouclier aquatique. Comme tu l’as compris, dans des situations stressantes comme celle que tu viens de vivre, tu te dois d’aller à l’essentiel et de ne pas te préoccuper de détails comme la beauté de tes créations. Celle-ci viendrait avec l’expérience. »

La blonde joignit la parole aux actes et d’un large mouvement circulaire du bras, elle créa dans les secondes qui suivirent un large bouclier qui faisait près d’un mètre de large. Elle ne voulait pas faire étalage de ses capacités, juste prouver à Mako que même si aujourd’hui, cette dernière avait eu du mal à le réaliser, la pratique était la clé de l’amélioration.

« Au lieu de courir dans tous les sens, j’aurais préféré que tu te poses quelques instants pour réfléchir à ce que tu allais faire, mais tu t’es vite ressaisie. Tu es vive, et tu fais preuve de beaucoup de ressources. » utilisa l’examinatrice pour conclure ses remarques.

Juliette se demandait intérieurement si elle n’en faisait pas trop ? Le rôle de professeur ne la rendait-elle pas ridicule, à vouloir absolument faire de belles phrases pleines de sens ? « Boh, après tout il y’a plus grave. » finit-elle par se dire à elle-même pour se rassurer. La blonde allait passer à la suite de l’épreuve quand une sensation de panique la prit subitement à la gorge. La blonde sentit son visage blêmir et se crisper alors que deux secondes auparavant, elle faisait tout pour arborer un sourire qui se voulait encourageant et bienveillant. Jetant à regard vers la seule créature présente dans les environs  pouvant lui communiquer ses émotions aussi rapidement, Juliette découvrit son Pokémon de type psy tremblant de ton son être.

« Qu’il y’a-t-il Ramoloss ? Qu’est-ce que tu essaies de me dire ? »

Juliette ne s’attendait pas à une réponse verbale, son Pokémon n’ayant jamais communiqué de la sorte avec elle. A la place, des flashs se succédèrent devant ses yeux, et ce qu’elle vit lui glaça le sang.

« Ok Mako, nous allons bientôt avoir de la compagnie, pour le deuxième exercice, il va falloir se dépla-… »

Juliette n’eut pas le temps de finir sa phrase que deux roues grises débarquèrent dans son champ de vision, soulevant de larges volutes de poussière. Les deux créatures se mirent immédiatement à tourner autour des deux jeunes femmes. De plus, de grandes défenses faites d’ivoire dépassaient des roues qui encerclaient les deux maîtresses de l’eau, anéantissant ainsi tout espoir de fuite. Juliette n’avait nullement envie de finir poignardée par une de ces armes blanchâtre.

« Bon… » commença-t-elle à dire, tandis que les Donphan avaient repris leur forme quadrupède, grattant frénétiquement le sol de leurs pattes avant.

« Changement de programme. Mako, tu t’occupes de celui-ci qui te fait face, je m’occupe de l’autre. Tu dois le neutraliser sans le blesser, j’assure tes arrières… Bon courage. » finit Juliette, tandis que deux fouets aquatiques se formèrent instinctivement dans le creux de ses mains.

[Bon, comme tu peux le voir, l’épreuve se gâte. Nos deux filles  sont encerclées par deux Donphan mâles qui les considèrent comme des intrus sur leurs territoires. Ton but est donc d’arrêter celui qui Juliette t’a attribué, mais tu devras utiliser toutes les capacités de Mako pour ne pas blesser le Donphan. Tu ne dois pas t’occuper de Juliette, qui elle se débrouillera plutôt correctement de son côté. L’exercice se déroulera en deux tours, je veux donc que tu sois encore occupée à la fin de ton message (même si je conseille de quand même bien l’attendrir). Si tu as la moindre question, n’hésite pas.]

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Mako le Ven 8 Avr 2016 - 22:12

Mako écouta attentivement les commentaires de son professeur. Effectivement, au départ, elle avait passé plus de temps à courir après son Pokémon qu’à réfléchir à une stratégie. Réfléchir tandis qu’on agissait était le mode d’action standard des guerriers ninjas. Mais pas de tous les ninjas. En tant que médecin, la jeune femme avait appris par sa mère à toujours réfléchir avant de soigner un patient. Mais en termes de combat, on lui avait seriné pendant longtemps, très longtemps que l’action était préférable à la réflexion. Et elle-même avait appliqué ce principe pendant des années sans faillir. Les ninjas étaient certes plus réfléchis que les soldats qu’elle avait côtoyés autrefois, mais les guerriers de Loukai, en plein cœur de la mêlées, comptaient plus sur leur intuition et leurs talents tactiques que sur une véritable stratégie élaborée sur le moment. Pourtant, la jeune femme venait d’avoir la preuve qu’une certaine prise de distance était parfois nécessaire pour résoudre un problème. Elle savait déjà le faire avec succès dans le cadre d’une infirmerie. Même lorsque ses patients hurlaient à la mort, elle savait garder son sang-froid. Il ne lui restait plus qu’à transposer cette attitude sur le champ de bataille…

« Merci pour ces conseils, je vois ce que vous voulez dire. » Répondit-elle simplement.

A peine avait-elle fini sa phrase que deux Donphan énervés firent leur apparition, et Juliette lui demanda alors de s’occuper de l’un d’entre eux tandis qu’elle se chargeait de l’autre. Très bien. Après les Tauros, les Donphan ! Décidément, il y avait toujours un Pokémon pour lui courir après sur ces plaines ! Mais cette fois-ci, il n’y avait pas de bois à proximité où se cacher… En revanche, elle disposait d’un nouveau moyen de défense, et cela tombait à pic !

Son premier mouvement fut de faire un geste en direction de Léo pour lui demander de ne pas intervenir. Elle ne craignait pas pour la sécurité de sa grenouille : malgré son jeune âge, il aurait pu lui être d’une aide très précieuse pour distraire le pachyderme. Mais Juliette avait été claire : c’était à elle et à elle seule de battre cet éléphant. Léo fit signe qu’il avait compris puis s’éloigna rapidement des deux adversaires. Mako savait qu’il respecterait sa décision, comme tout ninja l’aurait fait.

Elle fixa l’armure vivante quelques secondes. Cette dernière grognait tout en frappant le sol de sa massive patte arrière droite, signe qu’elle allait charger de nouveau, tout en toisant celle qui lui faisait face d’un regard agressif. Mako manqua finalement de se faire surprendre lorsque le Pokémon trapu se roula en boule et lui fonça dessus, et elle dut l’esquiver au dernier moment sans avoir le temps d’ériger un bouclier. Mais cette attaque lui avait permis de jauger son adversaire. Comme prévu, il était fort, très fort. Mais c’était la première fois que la jeune femme rencontrait un membre de son espèce et elle avait failli se faire surprendre par sa vitesse. A deux reprises. Cela était tout simplement inacceptable pour un ninja. Mais grâce à cela, la jeune femme savait déjà que son bouclier d’eau ne suffirait pas. Même celui qui avait arrêté la dernière pierre que lui avait envoyée le Ramoloss n’était pas assez puissant pour arrêter le Pokémon furieux. Du moins pas avec sa vitesse actuelle. Mais si elle le ralentissait… Profitant que l’éléphant se retournait pour la cibler de nouveau, elle invoqua un bouclier non pas vertical mais horizontal et le plaça au sol, entre elle et son adversaire. Sa création recouvrait quasiment toute la distance qui la séparait de son ennemi.

Comme prévu, ce dernier chargea de nouveau avec une Roulade, mais se retrouva assez rapidement embourbé dans le piège de Mako, ce qui le ralentit fortement. Comme la plupart des Pokémon sol, les Donphan n’étaient pas à leur aide dans l’eau. Mais Mako n’était pas naïve au point de croire que cela suffirait à le vaincre. Si ces éléphants vivaient sous ce climat pluvieux, ils devaient avoir appris à se jouer de tels pièges naturels depuis le temps…

Malgré tout, cette diversion lui offrit suffisamment de temps pour ériger un bouclier de bonne taille devant elle et lui. Il n’arrêterait pas indéfiniment le pachyderme, mais ce n’était pas le but de la jeune femme. Elle souhaitait simplement voir combien de temps elle pouvait gagner avec une telle ruse, car un autre plan commençait à se former dans son esprit.

L’éléphant heurta finalement le bouclier de plein fouet, malgré le fait qu’il soit ralenti par le sol détrempé. Mako mobilisa alors toute sa maîtrise de l’eau pour le contrer. Un, deux, trois, quatre… Au bout de cinq secondes, la pression devint trop forte et elle dut rapidement battre en retraite avant que son boulier ne vole en éclat, ou plutôt ne retourne à son état initial de flaque d’eau.

Cinq secondes… C’était peu, mais faisable malgré tout. Histoire de couvrir sa fuite, elle généra un écran de brume qui désorienterait le Donphan quelques instants. Ou du moins étais-ce qu’elle espérait. Elle profita de ce répit supplémentaire pour se rapprocher de l’objectif qu’elle avait repéré un peu plus tôt, un grand arbre solitaire qui présentait sur son tronc une grosse branche à deux mètres de hauteur environ. Elle repositionna une flaque d’eau au sol, de sa main droite ré invoqua son bouclier vertical pour contrer de nouveau la charge de l’Armure tandis qu’elle envoyait plusieurs boules d’eau de la gauche afin d’attirer la bête dans sa direction. Le piège était prêt.

Aveuglé par la brume, le Donphan ne vit pas la deuxième flaque et roula de nouveau dedans. Il fonça donc sur le bouclier de Mako au ralentit. Mais cette flaque était légèrement différente de la précédente : en effet, elle s’étendait non seulement jusqu’à la jeune femme mais aussi derrière elle jusqu’au tronc de l’arbre. De nouveau, Mako sentit la brute en rut percuter son bouclier et de nouveau elle mobilisa tout son pouvoir pour la contenir. Cependant, au lieu de simplement reculer comme précédemment, elle profita de l’abri du bouclier pour sauter en l’air et attraper le branche. Elle effectuait un rétablissement quasi parfait sur cette dernière lorsque la protection lâcha. L’éléphant percuta alors le tronc, mais la flaque géante le ralentissait toujours. Mako ressentit malgré tout la violente secousse qui ébranla l’arbre, mais elle tint bon malgré tout, couchée sur la branche qu’elle agrippait fermement avec ses mains et ses jambes.

Ses boucliers n’étaient pas assez résistants pour fatiguer le pachyderme à la longue, c’était une évidence. Pour cela, il lui aurait fallu être Gardien, ou au minimum capable de créer des boucliers plus solides, en glace par exemple. Mais en tant que future guérisseuse, la maîtrise du gel ne faisait pas partie de ses objectifs. L’étape suivante pour elle, c’était d’apprendre rapidement à maîtriser les plantes aquatiques une fois devenue Défenseur.

Enfin le tremblement cessa et l’éléphant fit alors ce qu’elle avait prévu : il recula de plusieurs mètres et sortit de l’eau. Il s’apprêtait à frapper de nouveau l’arbre de tout son poids en prenant un autre angle. Il lança alors un Rugissement puis fonça une nouvelle fois. Mais Mako s’était désormais habituée à sa vitesse, et elle allait maintenant expérimenter une nouvelle arme défensive aqueuse dont lui avait parlé sa mère.

Trois mètres… Deux… Un… Alors que le Donphan était sur le point de percuter sa cible, Mako se releva sur sa branche et généra avec sa maîtrise deux longues cordes aquatiques, chacune partant d’une de ses mains et visant une partie bien précise du corps de la créature : ses défenses, auquel les liens s’accrochèrent, comme prévu.

Lorsqu’elle devait maîtriser un patient que la douleur rendait violent, qu’il soit humain ou Pokémon, Suzu, la mère adoptive de Mako recourait principalement à sa maîtrise du sang ou de l’esprit pour calmer le trublion. Mais elle avait également montré à sa fille les gestes à effectuer pour créer les fameux liens d’eau. Bien que moins efficaces que la maîtrise du sang, ils étaient plus simples à produire et plus faciles à maîtriser et dans certaines situations comme celle-ci, plus efficaces qu’un bouclier. En effet, Mako savait très bien qu’elle n’avait aucune chance d’arrêter la charge de l’éléphant. Il était bien trop fort pour ça. Mais elle pouvait toujours la réorienter : manipulant ses cordes avec les gestes ninjas, elle tira dessus au maximum. Bien évidemment, elle n’espérait pas soulever le Donphan : elle était loin d’avoir la force nécessaire, qu’elle soit physique ou élémentale. Mais en revanche, elle réussit à forcer l’Armure vivante à lever la tête en tirant au maximum sur ses défenses. Tout ceci c’était déroulé en moins de deux secondes alors que le nouvel impact allait avoir lieu.

Alors qu’il allait toucher le tronc de l’arbre, l’éléphant, qui roulait jusqu’ici sur la terre ferme, se retrouva soudain à rouler à la verticale, le long du tronc, tandis qu’il forçait au maximum pour regagner le sol. Mako avait espéré que dans le meilleur des cas, il aurait décollé tel un Dodrio emporté par son élan et qu’il se serait assommé en retombant. Mais bien évidemment, les choses n’étaient jamais aussi simples. Elle allait devoir tenir pour le fatiguer le plus possible, mais elle savait déjà que cette technique ne suffirait pas pour le vaincre. Si elle voulait garder suffisamment de forces pour la suite, elle ne devrait pas donner son maximum, simplement tenir jusqu’à user un peu la résistance de la bête.

De grosses gouttes de sueurs commencèrent à apparaître sur le visage de la jeune femme qui serrait les dents, les traits crispés. Sa seule force physique avait depuis longtemps abandonné face à la puissance brute du pachyderme et c’était désormais grâce à la seule puissance de son hydrokinésie qu’elle le maintenait à la verticale. Si jamais sa concentration flanchait, elle était finie.

Elle réussit à tenir ainsi plus de trente secondes, mais elle dut cligner des yeux, fatiguée de toujours fixer le même point. Hélas, cette distraction affaiblit aussitôt la résistance de ses cordes, qui menaçaient à présent de céder. Elle n’avait plus le choix. En dernier recours, elle sauta de la branche du côté opposé à celui où se trouvait le Donphan, ses liens d’eau toujours en main. Ses cordes lui permirent d’atteindre le sol en position debout sans problème, mais elles ne purent soulever son adversaire, même légèrement : à peine avait-elle touché terre que les cordes, fragilisées par cette élongation supplémentaire, cédèrent et retombèrent sur le sol à l’état de gouttes d’eau.

Mako eut juste le temps de temps de voir la bête renâcler en soufflant bruyamment avant que la chape de brume qu’elle venait d’invoquer ne la fasse disparaître de son champ de vision. Elle était certes fatiguée par l’effort fournie, mais l’éléphant semblait avoir dépensé une encore plus grosse part de son énergie à tenter de regagner le sol, car la jeune femme n’était que légèrement essoufflée, contrairement à son adversaire. Cependant elle n’était pas dupe et savait qu’elle n’en avait pas fini avec lui.

Tandis qu’elle cherchait du regard tout en courant un terrain profitable où elle pourrait utiliser ses liens pour neutraliser pour de bon le Donphan, elle aperçut Juliette qui affrontait son propre adversaire. Mais se souvenant des consignes de son professeur, elle resta prudemment à bonne distance, comme Léo l’avait fait avec elle, tandis qu’elle sondait les alentours à la recherche du moindre signe montrant que le Donphan qui l’avait pris pour cible avait retrouvé sa proie…

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 70

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Juliette Sevaltico le Mar 26 Avr 2016 - 23:44

Juliette n’était pas particulièrement rassurée à l’idée d’affronter un Donphan à elle seule. Bien sûr, ces mastodontes étaient désavantagés face à l’élément que maîtrisait la blonde, mais elle doutait sincèrement que cet avantage soit décisif dans leur lutte. La jeune femme allait devoir faire preuve d’intelligence, et d’un sens de l’analyse très poussé. Son adversaire finit de tourner pour se positionner face à elle, prêt à charger. Ne voulant vraiment pas prendre le risque que le Donphan qui lui était assigné finisse par se rallier à son compagnon pour charger Mako, Juliette utilisa un de ses fouets d’eau pour l’enrouler autour d’une branche d’un arbre non loin. Swinguant alors sur sa liane improvisée, Juliette permit de mettre un peu de distance entre les deux humaines, gardant malgré tout une certaine proximité… Juste « au cas où ».

Juliette faisait alors face au Donphan qui l’avait pris en charge. Quand la blonde se réceptionna au sol, l’éléphant bondit prodigieusement dans les airs avant d’atterrir en boule, se dirigeant à pleine vitesse sur l’examinatrice. En quelques secondes, Juliette fit sortir son Ramoloss de sa balle et lui ordonna de lui fournir de la matière à manipuler. Cela pouvait paraître ridicule pour des personnes extérieures à la scène. Pourquoi demandait-elle à son Ramoloss de lancer un Pistolet à O quand elle avait les mares caractéristiques des Piémonts pluvieux à proximité ? Mais la réponse était simple. Le Ramoloss étant à ses côtés, la dresseuse gagnait du temps, n’ayant pas à faire parvenir à elle l’eau des mares qui se trouvaient pour la plupart à plusieurs mètres. Puis… Sans pouvoir se l’expliquer, Juliette se sentait plus à elle avec l’eau provenant de son Pokémon, comme si le liquide était imprégné d’une magie invisible.

Après cette rapide mise en place, le duel Pokémon versus humain allait pouvoir enfin commencer. Il est vrai que Juliette aurait eu plus de faciliter à mettre le Pokémon hors d’état de nuire si elle ne s’interdisait pas de blesser l’animal. Mais la jeune femme était intransigeante à ce niveau, et si Mako n’avait pas le droit d’utiliser ses pouvoirs pour faire preuve de violence, alors l’examinatrice serait tout autant pacifique.

Juliette forma alors un large bouclier aqueux d’un bon mètre cinquante devant elle. Le Donphan, prit de vitesse, percuta de plein fouet la barrière défensive érigée par l’élémentale. Juliette lâcha un bref cri de douleur, prise au dépourvu par l’onde de choc qui traversa son corps de part en part. Le bouclier tenait toujours en place, tremblant, pulsant au même rythme que le sang de la blonde. La bête aux défenses d’ivoire tournait toujours sur lui-même, cherchant désespérément à transpercer la protection de celle qu’il considérait comme une intruse.

Cependant, à force de rouler sur lui-même, le Donphan finit par s’embourber profondément dans le sol humide des piémonts, rendant ses mouvements plus limités. Quand l’animal fut à moitié à l’arrêt, Juliette retira toute l’eau contenue dans la boue qui entravait le pachyderme. La boue, devenue alors sèche et beaucoup plus résistance, était devenue une véritable prison dont l’animal essayait de s’échapper, sans succès.

Juliette profita alors de cette légère accalmie pour observer Mako. La ninja semblait en pleine possession de ses moyens et pleines de ressources. Juliette fut impressionnée par la faculté que la jeune femme avait pour former de la vapeur d’eau. Bien que basique, la blonde avait pris de nombreux mois pour assimiler cette maîtrise. Aussi, Juliette était rassurée qu’elle cherche à fatiguer quelque peu la bête avant de s’y frotter, évitant ainsi une confrontation trop inégale. Mako semblait avoir confiance en ses capacités et connaître ses limites. Deux qualités indispensables pour espérer évoluer dans la voie de la maîtrise élémentale.

Juliette revint alors à ses moutons, ou plutôt à son éléphant. En effet, le mastodonte de roche avait enfin réussi à se dégager de l’écrin de pierre dans lequel il s’était fait prendre au piège. Le pachyderme barrit bruyamment avant de reprendre sa course effrénée vers la blonde. Juliette prit alors appui sur un de ses fouets aquatiques pour s’élever deux mètres dans les airs et éviter la charge du colossale animal avant de se refaire charger quand elle atterrit une nouvelle fois au sol. Juliette bondit alors une nouvelle fois pour éviter la roulade qui menaçait de l’écraser sur place. Elle devait réfléchir, et vite ! Elle ne pouvait pas se contenter d’éviter les attaques de son adversaire en espérant le fatiguer, elle devait riposter.

Alors qu’elle effectuait un énième saut pour éviter de se faire percuter par le pachyderme, Juliette eut une idée. Un peu couillue, si on pouvait se le permettre, mais qui valait la peine d’être tentée. La blonde était alors dans les airs quand la boule vivante passa sous elle, à pleine vitesse. La défenseur prit exemple sur son élève et matérialisa un mur de brume autour de l’animal. Espérant troubler l’éléphant suffisamment de temps pour mettre en place son plan, Juliette alla claquer son fouet aquatique gauche sur le flan du Donphan.

Ce dernier se mit à voir rouge et se remit à foncer vers la défenseur, toujours plus déterminé à la rayer de la carte du monde. Effectuant un énième saut, Juliette enroula ses fouets autour des deux défenses d’ivoire. Le pachyderme lança un cri enragé tandis qu’un rapport de lutte acharnée s’installa entre les deux. Juliette faisait face au derrière de l’animal, essayant de le maintenir dans cette position tandis que ce dernier se débattait férocement pour se retourner. Juliette se crispa, concentrant toute son attention et tout son pouvoir dans le maintien de l’animal. Ramoloss qui rejoignit sa dresseuse en lévitant se mit à lui offrir toujours plus d’eau, afin de renfoncer ses liens. Une fois ces derniers assez gros… Juliette entreprit de soulever le Pokémon.

Le sang se mit à affluer subitement dans les tempes de la jeune femme, sa vue se troublait tandis que ses mains se mirent à trembler. Elle repoussait les limites de ses pouvoirs et n’avait aucune idée de l’état dans lequel la laisserait cet exercice. Mais la blonde continua désespérément à focaliser son attention sur ses liens aquatiques, tirant dessus de toutes ses forces. Une de ses jambes se mit à flancher quand son compagnon psychique l’aide à la tenir debout à l’aide de ses pouvoirs psychiques.

L’adversaire de Juliette était toujours entravé dans ses mouvements par les deux lianes qui le maintenaient en place, sans qu’il ne puisse rien faire. Il continuait à se débattre mais l’emprise que la blonde avait sur les liens faits d’eau ne cessait de se renforcer, le privant peu à peu de la moindre marche de manœuvre. L’éléphant se mit à barrir toujours plus fort quand il sentit ses pattes avant détacher du sol d’une dizaine de centimètres. D’abord dix, puis vingt, ensuite trente. Le Pokémon sol se sentit partir en arrière petit à petit avant de quitter définitivement le sol et de voltiger dans les airs avant de s’écraser au fond d’une mare de piémonts.

Juliette venait de mettre hors de combat son adversaire, mais cette prestation venait de la vider de la moindre particule d’énergie que conservait son corps. Se sentant fléchir, la jeune femme demanda de l’aide à son partenaire d’épreuve.

« Ramoloss, aide-moi s’il te plait… Amène-moi près de l’arbre où se trouve Mako, j’ai besoin d’être là pour l’aider, au cas où elle n’y arrive pas seule. »

L’hippopotame obéit alors à sa dresseuse et se mit à la faire léviter dans les airs, l’entourant d’une aura rosée. La blonde fit alors transporter dans les airs en même temps où le Donphan sortit de la mare, véritablement affaibli après cette immersion involontaire dans l’eau. Juliette finit par atterrir à un mètre de l’arbre où se trouvait Mako quand son adversaire entama une ultime roulade vers la défenseur. Pokémon comme humaine étaient épuisés par cette confrontation, et celui qui gagnerait cette manche, gagnerait le combat.

L’armure vivante s’approchait alors toujours plus près de la jeune femme.

« Je… Je suis épuisée. » lâcha-t-elle.

Vidée, à plat. La jeune femme avait même peiné à prononcer cette simple phrase. Elle avait cru que le plongeon aurait suffi à calmer la bête, elle s’était trompée. La roue n’était désormais plus qu’à quelques centimètres d’elle quand elle tendit le bras, ralentissant la course de l’éléphant. Même sa maîtrise du sang ne lui permettait plus de stopper son assaillant. Ressentant la détresse de sa dresseuse, Ramoloss s’interposa entre les deux adversaires. Rassemblant toutes ses forces psychiques, l’hippopotame arriva à finalement stopper le pachyderme.

Juliette eut alors le temps de rassembler le reste des pouvoirs qui lui restait et plaqua l’éléphant exténué au sol. Essayant de se donner une contenance, la défenseur avança jusqu’au perdant de ce duel.

« Tu as perdu. Pars, maintenant. » fit-elle avant de relâcher la pression qu’elle exerçait sur l’enfant de terre qui repartit alors dans la direction par laquelle il était arrivé.

« Mako » fit-elle à son élève. « … Bonne chance. »

[2ème partie de l'exercice, donc. Rien n'a vraiment changé, si ce n'est que tu as Juliette qui peut te filer un coup de main en cas de besoin. Comme tu le vois, elle n'est pas au mieux de sa forme : soulever le Donphan l'a un peu mise KO. Ton Donphan doit être neutralisé à la fin de ton post, n'hésite pas à faire étalage de toutes tes capacités, il te les faudra pour venir à bout de ton adversaire. On entamera le dernier exercice après celui-là.]

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Mako le Mer 27 Avr 2016 - 23:25

Elle entendit le sol trembler avant même que l’éléphant ne soit à nouveau visible. Juste au moment où Juliette venait de lui laisser ce dernier après avoir lévité jusqu’à son élève et lui avoir souhaité bonne chance… Donc maintenant Mako aurait à la défendre en plus d’elle-même ? Soit. Elle ne se formalisa pas de cet imprévu : d’une part, cela faisait partie de l’épreuve et d’autre part la voie des ninjas lui avait appris à se concentrer en priorité sur les solutions et non sur les problèmes eux-mêmes. Et des solutions, elle en avait une pour aider Juliette.

Elle généra donc une chape de brume autour de la jeune fille, qu’elle renforça dans un premier temps par une barrière d’eau. Puis elle renvoya ses boules d’eau sur le pachyderme pour l’attirer sur elle plutôt que sur son examinatrice, tout en se mettant à courir vers un autre arbre situé vingt mètres plus loin. Son objectif était clair : vaincre le Donphan fatigué avant que son propre épuisement ne l’achève elle. Et pour cela, elle allait utiliser une variante de sa technique précédente.
Cette fois-ci, l’éléphant était un peu plus lent qu’elle si bien qu’elle réussit à atteindre l’arbre et à grimper sur une branche accessible deux bonnes secondes avant l’impact. Désormais, les deux adversaires avaient largement dépassé l’arbre où se trouvait Juliette, aussi Mako relâcha sa concentration sur le mur d’eau de Juliette. Elle allait avoir besoin de toute son énergie restante pour vaincre. La violence du choc secoua à nouveau cet arbre en entier, amis cette fois-ci, al ninja avait anticipé les mouvements de l’armure vivante : alors qu’il avait percuté l’arbre sous forme de roue, il fut obligé de reprendre sa forme normale pour faire marche arrière.

Puisque faire monter l’éléphant jusqu’à elle ne marchait pas, cette fois-ci, elle allait tout simplement descendre jusqu’à lui et essayer de le fatiguer… au corps à corps ! Elle invoqua donc ses cordes d’eau alors qu’elle était encore sur sa branche, puis sauta en contrebas en plein sur le dos de son assaillant. Bien entendu, ce dernier ne se laissa pas faire et se secoua dans tous les sens tout en essayant de se remettre en boule pour éjecter sa passagère indésirable.
Heureusement, sa stratégie précédente avait montré le point faible du Pokémon sol, qui permettait –partiellement – de le contrôler : ses défenses. Alors que la formation sphérique du mastodonte était presque achevée, Mako se maintint de son mieux en équilibre sur le dos qui se courbait, et alors que la roue était presque complète, ce qui rendait sa posture encore plus instable, elle lança ses liens d’eau –un dans chaque main – chacun sur une défense du monstre.

Hélas, l’éléphant bondit au même moment pour la faire partir de son dos. Il était loin d’avoir renoncé à vouloir éjecter la jeune femme. Au final, seul le lien droit atteint sa cible tandis que le gauche racla le sol à cinq centimètre de sa cible. Agissant par pur réflexe, la ninja tira le plus fort qu’elle pouvait sur le lien encore valide, ce qui eut pour effet de stopper l’enroulement de l’éléphant. Hélas, il se mit à secouer de plus belle, et bien qu’elle réussit en mobilisant ses dernières forces et en serrant la corde valide des deux mains à rester debout sur sa « monture » en équilibre, elle savait qu’elle ne tiendrait pas très longtemps…

Dans ces circonstances, elle ne pouvait pas se permettre de perdre du temps à essayer de recréer le lien de gauche. Au contraire, cela pouvait même l’aider de n’en avoir qu’un seul. En tirant au maximum, elle parvint à « convaincre » l’éléphant de se tourner vers la droite. Comme ce dernier souhaitait de toute manière se détourner de l’arbre pour charger de nouveau, la chose ne fut pas trop difficile. En revanche, ce rodéo n’était décidément pas très concluant, quoiqu’il avait réussi à fatiguer un peu plus l’lélphant, dont le ruades étaient désormais moins vigoureuses. Malgré tout, mieux valait y mettre fin et passer tout de suite à la phase finale de son plan avant que son propre piège ne l’épuise elle…

Alors que la créature partait dans une embardée plus violente que les précédente, puisant dans ses ultimes forces, Mako sut qu’elle n’y résisterait pas. Aussi, alors qu’elle sentait qu’elle allait lâcher, elle passa à l’action, rallongeant son lien d’eau au maximum. Elle sauta alors de sa monture le plus loin possible, toujours attachée à elle par la corde qu’elle avait générée. Les deux combattants se trouvaient maintenant à moins de dix mètres l’un de l’autre, face à face, le deuxième arbre en périphérie de leur champ de vision. Elle calcula à toute vitesse l’angle nécessaire… Vingt, non, trente degrés, ce serait parfait.

Les deux belligérants étaient dans un état de fatigue comparable, et le Donphan pouvait choisir de faire volte-face et de briser le lien qui la reliait à la jeune femme, cette dernière n’avait plus assez de force pour l’arrêter. En fait elle doutait même en avoir jamais eu assez. Mais malgré l’épuisement, l’armure vivante n’avait aucune envie de fuir, comme la kunoïchi ‘avait prévu : le Pokémon était bien trop énervé pour se contenter d’une retraite. Il voulait en finir avec son adversaire. En finir maintenant. Aussi, il fit exactement ce que cette dernière avait prévu : mobilisant ses dernières forces, il se remit en boule et lui fonça dessus.

Mako érigea alors un bouclier d’eau devant elle en croisant les bras devant sa poitrine, le plus gros qu’elle ait invoqué jusque-là. Mais outre sa taille –il était quasiment aussi haut que l’éléphant- il possédait deux autres particularités qui le différenciait de ses prédécesseurs : tout d’abord, il n’était pas érigé juste devant le corps de celle qui l’avait généré mais légèrement incliné par rapport à elle et surtout, son but n’était pas de bloquer le Pokémon massif. Au contraire.
Dès que ce dernier fut à moins d’un mètre de sa cible, Mako exécuta un ultime signe ninja de sa main qui eut pour effet de mettre en mouvement l’eau contenue dans son bouclier. Contrairement aux précédentes, celle-ci ne venait pas de sa mère adoptive, mais de ses propres constatations : si affronter de front le Donphan ne marchait pas mais qu’il était toujours possible d’orienter ses mouvements, alors c’est ce qu’elle devait faire, mais pas avec de simples liens. Elle devait viser plus grand.

Un violent courant qui se dirigeait vers l‘endroit où se trouvait l’arbre s’anima alors dans la structure défensive alors même que l’éléphant s’apprêtait à le frapper de tout son poids. Affaibli, il n’eut pas la force nécessaire pour briser le bouclier et se contenta de suivre malgré lui la direction imposée par le courant tout en continuant de rouler, ce qui le fit violemment terminer sa course contre l’arbre où il s’arrêta net non sans avoir provoqué un effroyable craquement.
Mako entendit plus qu’elle ne vit ces derniers événements, car la fatigue l’avait forcée à se mettre au sol, à quatre pattes, où elle essayait difficilement de reprendre son souffle. Elle avait utilisé ses dernières forces pour maintenir le bouclier et son mouvement interne tandis que le pachyderme le percutait. Pendant un moment, elle avait vraiment cru que sa défense allait céder et elle avec. Mais elle avait tenu bon. A quel prix…

Il lui fallut une bonne minute pour rassembler assez de force pour éponger de sa manche la sueur qui coulait sur son visage, puis une de plus pour se relever et voir le résultat du combat : le Donphan, groggy, semblait complètement perdu. Il finit par s’effondrer de fatigue sur le sol, au pied de l’arbre à moitié arraché. L’apprenti médecin savait que sa sieste durerait un bon moment, tout comme celle qu’elle aurait aimé faire. Mais elle se dirigea plutôt en chancelant vers l’endroit où elle avait laissé Juliette, et d’un geste de la main, elle dissipa le masque de brume. S’appuyant sur le premier arbre d’une main afin d’être sûre de conserver son équilibre, elle indiqua simplement en regardant la jeune fille :

« J’ai réussi. Le… Le Donphan est… Neutralisé. »

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 70

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Juliette Sevaltico le Sam 14 Mai 2016 - 20:13

Juliette vit son champ de vision entravé par un rideau de brume qui l’entoura. Ayant l’impression d’être à l’intérieur d’un nuage, Juliette ferma les yeux quelques instants. Chacun de ses muscles la faisaient souffrir et le repos qu’elle leur offrait leur fit le plus grand bien. Sans même bouger, Juliette ouvrit le nuage de Mako en deux, mais uniquement de quelques centimètres, histoire d’avoir juste assez pour observer son élève.

Cette dernière s’en sortait plutôt bien, mis à part le fait qu’elle paraissait très fatiguée.  Juliette ne s’en formalisa pas, ressentir de la fatigue dans ce genre d’affrontement était inévitable. Seul un gardien extrêmement doué pourrait se prétendre assez puissant pour neutraliser un tel adversaire sans difficulté. La noble continua alors à observer son examinée, toujours tapie dans le brume, décortiquant chacun de ses faits et gestes.

Bien qu’habituellement souriante et confiante dans les capacités de la ninja, Juliette écarquilla ses yeux vairons quand elle comprit que l’élémentale avait prévu de travailler le mastodonte au corps à corps. Ayant récupéré quelques forces, la blonde voulut intervenir, s’interposer et lui éviter ainsi de se faire rouler dessus par son adversaire. Se frotter physiquement sans garder une distance de sécurité était tout simplement de la folie. Se redressant alors doucement, Juliette s’avança d’un pas hésitant, prête à quitter la sphère brumeuse qu’avait crée Mako.

Cependant, la professeur d’un jour finit par s’arrêter, elle avait été trop lente. Mako était déjà sur le dos de sa cible, la lutte finale venait d’être engagée. Ne lâchant pas des yeux son élève, Juliette priait silencieusement pour que la ninja vienne à bout du pachyderme. Dans le cas contraire, cette dernière risquait gros. Et Juliette ne pensait pas uniquement à l’échec de l’épreuve.

Droite comme un I, la benjamine assistait passivement au rodéo de Mako. La brune se faisait malmener par le Pokémon sol mais Juliette se doutait que la borgne avait un plan derrière la tête. Quelle ne fut pas sa surprise quand l’ancien chevalier créa à son tour des cordes aquatiques. La blonde n’avait jusque là uniquement testé ses boucliers. Avait-elle eu cette idée en l’observant ou bien sortait-elle cette technique d’un passé enfoui? La blonde n’aurait probablement jamais la réponse à cette question.

Toujours est-il que Mako finit par reprendre le dessus sur son adversaire et quelques secondes plus tard, ce dernier finit par foncer droit dans un arbre. Complètement assomé, l’animal finit par abandonner tout espoir de victoire. Lui aussi, il avait perdu.

Mako finit par retourner d’un pas chancelant vers Juliette. L’examinatrice était impressionée de la prestation de son aînée. Elle avait réussi à faire preuve de puissance et de vivacité d’esprit. Elle était venue à bout de son adversaire sans le blesser, tout en se protégeant correctement. Mako était douée, cela ne faisait aucun doute.

« J’ai vu. Je pense que là, il est parti pour dormir un bon moment. Tu as très bie – »

Juliette n’eut pas le temps de finir son compliment qu’un cri de douleur s’échappa de sa gorge. Portant instinctivement ses mains graciles sur ses côtes, elle vit, horrifiée, sa robe être tâchée de rouge. Un petit point rouge qui finit par s’étendre, jusqu’à former un cercle aux bords troubles d’une vingtaine de centimètres. Elle ne pouvait pas s’être fait blesser sans le savoir, si ? Non… Ce n’était pas elle… En plus de ressentir une profonde douleur aux côtes, Juliette ressentait simultanément un profond sentiment de culpabilité. Un ressenti exacerbé, quasiment inhumain. Une telle supplication de pardon ne pouvait définitivement pas provenir d’un humain.

Tournant vivement la tête, la blonde aperçut avec horreur son Ramoloss couché au sol, la respiration saccadée, une entaille légèrement sanguinolente d’une trentaines de centimètres sur le flanc. Comme toujours, le petit hippopotame avait mis du temps à ressentir la douleur, et comme à chaque fois qu’il souffrait, il se connectait à sa dresseuse sans le vouloir, partageant avec elle sa douleur. Juliette tomba à genoux et observa la plaie, manipulant son Pokémon psychique avec milles précautions.

Bon, la plaie était nette et peu profonde, probablement causée par une des défenses du Donphan. Rien de bien difficile à soigner. Le Ramoloss ne cessait de s’excuser mentalement, mais toujours sans un mot. La blonde caressa le sommet du crâne de son Pokémon, lui adressant un sourire bienveillant tout en lui murmurant un « ça va aller » mental, avant de se retourner et de s’adresser à Mako.

« Tu m’as dit que tu veux devenir médecin, n’est-ce pas ? Viens ici. Comme tu le vois, mon Ramoloss est blessé. Je te rassure, il n’a rien de trop grave. J’aimerai voir comment tu te débrouilles face à une blessure de ce genre ? Que recommandes-tu ? Penses-tu pouvoir le soigner ? Tu l’as peut-être deviné, je partage la douleur de mon Ramoloss en ce moment-même, donc je serai en mesure de te dire si ce que tu fais est efficace.»

[ Bon, dernier exercice ! Comme tu l’as lu, mon Ramoloss est blessé, il a du se prendre un coup sans que Juliette ne le remarque… (et lui non plus, d’ailleurs xD) Ce n’est, heureusement, rien de trop grave ! Il s’agit « juste » d’une plaie à désinfecter et d’une douleur à apaiser, rien d’impossible pour ton personnage ! Smile Montre-moi ce que Mako a appris à Loukaï ! Wink Bon courage ! ]

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Mako le Sam 14 Mai 2016 - 22:55

Mako était en train d’éponger avec sa main la sueur qui coulait encore sur son visage lorsque Juliette sortit de la brume et l’informa que l’exercice était réussi. Mais il y avait un problème : la jeune fille n’avait pas terminé sa phrase qu’elle poussa un hurlement en portant sa main aux côtes. Ce cri généra chez la femme médecin une poussée d’adrénaline qui balaya la fatigue pour quelques secondes. Que se passait-il encore ? En tout cas, cela semblait bien trop réel pour faire partie du scénario écrit à l’avance d’une épreuve. La Mizuhanaise se tenait la main comme le faisaient les ninjas de Loukai qui recevaient une flèche ou un coup de taille au flanc, comme si elle essayait de refermer une plaie avec ses mains… Une plaie que Mako ne voyait pas ! La fatigue lui embrumait donc l’esprit à ce point ?

Mais avant que la ninja n’ait pu demander ce qu’il se passait, la jeune fille releva soudain la tête de sa poitrine et fixa un point un peu plus loin. Mako suivit son regard et remarqua enfin la cause de cette souffrance : le Ramoloss de la jeune fille, prostré non loin de là, avait une longue plaie sanguinolente sur le flanc. La Mizuhannaise se précipita alors auprès de son Pokémon, la kunoïchi sur ses talons. Que cela fasse partie de l’épreuve ou non, elle était avant tout médecin, et ne pouvait manquer à son devoir.

Finalement, Juliette se retourna vers son élève, lui fit un rapide diagnostic de l’état de son Pokémon blessé et du sien puis lui expliqua sa dernière tâche : soigner la blessure du Ramoloss. Ainsi, elle avait inclus cet incident dans l’épreuve. Pourquoi pas après tout, c’était une bonne idée et cela cadrait avec ce qu’on pouvait attendre d’un Défenseur, du moins selon l’idée que Mako s’en faisait. Elle se rapprocha du Pokémon, mais avant de commencer, elle prit une bonne minute pour méditer et se reconcentrer, oubliant ainsi les effets de la fatigue pour quelques précieuses minutes. Heureusement, une épidémie au sein du troupeau des Ponyta de Loukai cet hiver lui avait appris à rester sur la brèche et à soigner efficacement ses patients même en état de fatigue avancée… Malgré tout, les risques d’erreurs étaient plus grand que si elle était reposée, elle devait donc se montrer encore plus vigilante.

Du coin de l’œil, elle aperçut Léo qui revenait vers elle. Sans doute s’était-il aperçu que le combat était terminé. Elle lui demanda de rester aux côtés de Juliette. Si elle était psychiquement reliée à son Pokémon, comme elle l’avait dit, et si l’état de ce dernier empirait, alors Juliette risquait elle aussi de se trouver mal, et concentrée sur le Pokémon rose, la jeune médecin risquait de ne pas la remarquer…

Elle observa elle-même la blessure du Ramoloss. La forme, quoiqu’allongée, était assez irrégulière. Elle n’avait pas été causée par une lame, mais par un objet plus… Perforant que tranchant, qui avait déchiré et non découpé les chairs. Ce qui était logique après tout, la plaie n’avait pas été causée par un scalpel, mais plus probablement par les défenses du Donphan que Juliette avait combattu. Pour ce type de blessure, celle-ci était d’une gravité assez faible, mais malgré tout d’une certaine profondeur. Elle allait donc devoir adapter sa technique de guérison à ces caractéristiques.

Tout d’abord, désinfecter puis refermer les chairs. Ensuite, elle verrait pour supprimer la douleur. En tant que médecin, sa mère adoptive lui avait appris que son art reposait sur un équilibre entre l’utilisation de remèdes, pour la plupart à base d’herbes, et celle de sa maîtrise. Une novice comme elle se reposait beaucoup plus sur sa connaissance des plantes que sur celle de l’hydrokinésie, avec laquelle ses compétences étaient bien plus limitées. Mais aujourd’hui, pour son épreuve, elle allait devoir montrer justement de quoi elle était capable. Par conséquent, elle allait devoir utiliser plus l’eau que les remèdes qu’elle transportait.

Finalement, elle porta la main à sa sacoche et en sortit une espèce de savon, de couleur verte qui dégageait une odeur florale assez agréable. En fait, il s’agissait bien d’un savon fabriqué à base de plantes, mais en plus de nettoyer les graisses, il contenait des agents antiseptiques naturels qui éliminaient les parasites végétaux habituels et purifiaient le sang, d’après ce que Suzu lui avait expliqué. Ce savon était recommandé pour les blessures de gravité faible à modérée, et selon Mako, cela correspondait parfaitement au cas du Ramoloss. Elle invoqua donc sa maîtrise sur le bloc de savon qui faisait la taille de son poing, et mélangea environ dix centilitres d’eau avec la pâte verdâtre avant d’envoyer le liquide chargé du remède directement dans la plaie de son patient rose. Mieux valait ne pas toucher directement le Pokémon avec le savon pour ne pas lui faire mal, d’autant plus qu’il était tellement lent pour sentir la douleur que Mako ne saurait qu’elle lui avait fait mal Via Juliette que quelques précieuses secondes trop tard. Et puis, dilué dans l’eau, l’antiseptique se diffusait mieux.

Mais son travail ne s’arrêtait pas : en effet, le savon n’était qu’un simple outil d’assistance car la première chose qui devait diffuser le remède et détruire les chairs abîmées pour permettre à des saines de repousser, c’était bel et bien son eau. Elle localisa donc avec sa maîtrise la forme et la profondeur précise de la plaie avant d’envoyer lentement mais surement son eau en faire les contours, eau qui transportait le remède extrait du savon, en veillant à ne pas envoyer l’eau en dehors de la zone blessée. Pour cela, elle utilisait ses gestes ninja habituels, hérités de sa mère adoptive. D’après les spécialistes, ils faisaient perdre de leur puissance aux jets d’eau, mais permettaient en revanche de mieux en contrôler la direction, ce qui convenait parfaitement à Mako.

Elle espérait simplement que les petits bruits qu’elle entendait derrière elle provenaient de la pluie ou du vent, et non des gémissements de douleur de Juliette. Mais elle ne pouvait pas se tourner pour vérifier sous peine de perdre sa concentration. Et puis, elle n’avait pas entendu d’avertissement de la part de Léo… N’est-ce pas ?

Enfin elle termina de diffuser son remède dans la plaie. Il restait maintenant à refermer cette dernière. Heureusement, pour cela elle avait une technique aquatique toute trouvée, qu’elle avait déjà bien utilisée aujourd’hui : elle invoqua ainsi une version miniature de son bouclier d’eau, et lui donna, après quelques manipulations, la forme et la taille de la plaie.

Cela servirait de pansement temporaire, le temps qu’elle prépare les bandages qu’elle avait dans son sac avec l’antiseptique, en les humidifiant avec ce dernier mélangé à de l’eau. Une fois que ce fut prêt, elle enroula le linge blanc autour du membre blessé du Ramoloss. Le pansement pris aussitôt une teinte rougeâtre, mais le Ramoloss ne semblait pas trop en souffrir. Encore qu’avec lui, elle ne savait pas à quoi s’attendre, vu qu’il était très long à réagir à la douleur. Et Juliette réagissait de manière plus visible que son Pokémon, mais était-elle capable de sentir quand celui-ci avait al avant même qu’il ne ressente la douleur ? Mako n’en savait rien, mais dans tous les cas, mieux valait calmer le mal. Et vite, car la ninja se savait à la merci d’une attaque psychique incontrôlée causée par la douleur… Et vu son état physique actuel, elle n’était pas sûre d’y résister.

Elle réfléchit donc quelques instants. En temps normal, elle aurait simplement demandé à Léo d’utiliser sa Léchouille sur le membre endolori du Ramoloss. En dosant la prpriét paralysante de l’attaque, l’attaque du Grenousse, que Mako avait spécialement entraîné pour cela, pouvait anesthésier la douleur et immobiliser le membre endolori. Mais ici, ce n’était pas une bonne idée. Vu l’épuisement du Pokémon, et son type faible à l’attaque Spectre qu’était Léchuille, Mako craignait de le mettre KO pour de bon avec cette attaque. Elle avait également dans son sac des décoctions de Spores qui pouvaient endormir un Pokémon, mais cela ne ferait que déplacer le problème : si elle ne faisait rien de plus, une fois réveillé, le Ramoloss aurait de nouveau mal…

Finalement, elle ne pouvait rien faire de mieux que d’utiliser les vertus apaisantes de l’eau : utilisant une nouvelle fois une variante de son bouclier aquatique, elle généra une couche d’eau claire sur la peau abîmée du Ramoloss mais aussi sur le membre entier. Avec un peu de chance, cette sensation de fraîcheur atténuerait la morsure de la douleur le temps que l’antiseptique et les bandages aient produit leur effet et isolé le corps meurtri de tout ce qui provoquait la douleur… Cette dernière resterait présente mas serait normalement tout à fait supportable que ce soit pour le Ramoloss ou pour sa dresseuse. Et puis… Il s’agissait malgré tout d’une partie de son épreuve, Mako devait donc se focaliser en priorité sur l’utilisation de l’eau pour soigner son patient, et non sur ses remèdes végétaux. Et pour une blessure comme celle-ci qui n’était pas trop grave son hydrokinésie était tout aussi efficace. Du moins, c’est ce qu’elle espérait. Il était maintenant temps de s’en assurer.

« Ca va mieux ? » demanda-t-elle avec une pointe d’appréhension dans la voix une fois qu’elle eut terminé à Juliette, qui pouvait répondre pour elle-même et son Pokémon.

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 70

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Juliette Sevaltico le Dim 29 Mai 2016 - 23:05

La douleur vrillait la tête de la blonde. Bien que plutôt résistante physiquement, du moins pour son gabarit, Juliette ne faisait pas preuve d’une extrêment tolérance à la douleur. Adossée contre un arbre, la défenseur tentait de focaliser son attention sur les gestes de Mako. En fixant un point fixe, elle réussirait à ne plus penser à cette sensation de déchirement…

L’examinatrice prit alors toute l’attention nécessaire pour analyser chacun des gestes de l’élève. La brune était minutieuse sans être lente, réfléchie sans être hésitante, sûre d’elle sans être brusque. Mako semblait avoir trouvé le fragile équilibre entre agressivité et passivité que nécessitait le rôle de défenseur. Juliette sourit légèrement, satisfaite, bien que son visage soit régulièrement déformé par un rictus disgracieux provoqué par la douleur lancinante.

Elle n’était pas celle qui avait été touché mais pourtant, elle ressentait chaque geste qu’effectuait Mako comme si la ninja les effectuait à même sa propre peau. Comment un tel lien avait-il pu s’établir? Ramoloss ne créait pas ce lien intentionnellement, Juliette le savait, jamais il ne la ferait souffrir volontairement. Mais pourquoi n’arrivait-il pas à se déconnecter de sa dresseur alors que la maîtrise qu’il a sur ses pouvoirs en temps normal est irréprochable? De toute façon, ce n’était pas aujourd’hui qu’elle aurait ces réponses.

Juliette se cogne légèrement la tête contre l’écorce de l’arbre, laissant échapper un gémissement de douleur dûe à la douleur qui lui tirallait le flanc  gauche. En baissant le regard, elle vit du coin de l’oeil la grenouille de la ninja qui semblait attendre une défaillance de sa part.

Alorsq qu’elle sentait ses jambes défaillir, Juliette commença à ressentir une pointe de soulagement. Le regard de Ramoloss n’était pas trompeur et lui aussi commençait à ressentir les bienfaits de la médication de la ninja. Elle n’était pas encore défenseur qu’elle montrait une grande prédisposition à la guérison. Bon, elle utilisait peut-être un peu trop d’éléments autre que la simple eau mais même Juliette n’avait pas encore le niveau pour ne pouvoir que compter sur sa maîtrise élémentale.

Les idées de la jeune femme se remirent progressivement en place au fur et à mesure que la sensation de fraîcheur soulageait l’esprit embrumé de la jeune femme. Elle lâcha un long soupir, les yeux mi-clos, appréciant les gestes de la jeune femme. Cette dernière finit par créer un petit pansement aquatique qu’elle appliqua délicatement sur la plaie désormais bien désinfectée. Mako se releva alors, demandant d’une voix hésitante si Juliette se sentait mieux. Et c’était le cas. Le blonde se sentait vraiment mieux, comme si le poids qui lui oppressait la poitrine s’était envolée.

« Oui, merci. »

Juliette s’abaissa alors au niveau de son petit hippopotame rosé et lui caressa lui caressa le haut du crâne. Des gants aquatiques se formèrent à même la peau de la blonde qu’elle posa sur la peau meurtrie du blessé.  Mako avait fait du bon boulot, Juliette se contentait juste d’être certaine que le cataplasme de l’aîné tienne jusqu’au retour de la troupe à Arkan. Juliette se releva alors gracieusement, gardant toujours cet air de ballerine, avant de s’adresser à celle qui devait attendre son verdict.

« Tout d’abord, je tiens à te remercier pour l’aide que tu m’as apporté, que ce soit pour gérer les Donphan ou Ramoloss. L’épreuve n’était pas sensée se dérouler de cette façon… J’avais même prévu des exercices, des exercices plus… Classiques, mais peu importe, j’ai vu ce dont j’avais besoin. Je pense que tu es d’accord si je t’annonce que l’épreuve est terminée ? Nous avons tous les deux atteint nos limites je pense, et connaître ses limites et les respecter est un critère primordial pour nous, les défenseurs… Félicitations, Mako de Loukaï. Tu as triomphé avec brio des exercices que je t’avais imposé. »

Juliette marqua une pause tandis qu’elle cherchait l’aigle scintillant du regard. A son apparition, la blonde rappela son Ramoloss et rassembla ses affaires avant de continuer :

« Je m’occuperai de toutes les paperasses administratives. Sur ce, je retourne à Arkan. J’aurais directement accès à la caserne militaire de Mizuhan, tu devrais donc recevoir une confirmation de réussite dans les jours qui viennent ! J’espère vous revoir un jour, soldat ! »

A la fin de sa phrase, Juliette embarqua sur le Roucarnage de Léanne avant de décoller à pleine allure.

-

La blonde relia les piémonts pluvieux et Arkan en à peine quelques heures de vol. Juliette se laissait bercer par les vents qui lui caressaient le visage et faisaient onduler ses cheveux dorés. La nuit commençait à tomber et la fatigue prit Juliette d’assaut. La défenseur prit alors la décision de se rendre immédiatement chez son mentor qui l’accueillit le nez plongé dans un recueil d’alchimie.

« Tu es déjà rentrée ? Ça s’est bien passée ? » fit la cinquantenaire, sans quitter l’ouvrage scientifique des yeux.

« Oui. L’élève était douée. Elle a réussi haut la main… »

« Seigneur ! Juliette, c’est quoi ce sang sur ta robe ? Tu es blessée ? »
fit la guérisseur, pâle comme un linge après avoir vu l’imposante tâche rouge sur la robe de la blonde.

« Longue histoire, mais je vais bien. »

« C’est ton Ramoloss qui a été blessé, c’est ça ? »

« hmm hmm »
se contenta de répondre la plus jeune, acquiesçant.

« Laisse-moi le voir. » ordonna alors l’aînée.

Celle qui venait de retrouver sa place d’élève obéit alors immédiatement, laissant son Pokémon aux bons soins de la grisonnante. La professeur inspecta alors la plaie, hochant plusieurs fois la tête dans le vide, faisant la moue par moment et fronçant ses sourcils à plusieurs reprises.

« Ce n’est pas parfait. C’est toi qui l’a soigné ? » demanda alors Léanne, sa voix trahissant une légère sévérité.

« Non, c’est Mako, l’élève à qui j’ai fait passer l’épreuve. »

« Elle est douée, pour quelqu’un qui vient de passer défenseur. Avec un bon professeur, vous aurez bientôt le même niveau. »

« Je n’en doute pas, Léanne. »
répondit laconiquement la jeune femme, complètement épuisée par la journée qui venait de se dérouler.

« Je suis désolée Juliette, tu dois être morte de fatigue ! Laisse-moi Ramoloss pour que je m’assure de son état de santé et vas dormir. Tu me raconteras tout en détails demain matin, rien ne presse. Je t’aiderai avec les formulaires à remplir pour ton élève, et comme convenu, j’introduirai ta demande, à toi aussi. »

« Merci, Léanne, pour tout. »


Juliette grimpa alors les escaliers non sans avoir au préalable souhaité une bonne nuit à son Pokémon. Elle ouvrit la porte de la chambre qui lui était dédiée pour les jours comme celui-ci, défit sa robe et glissa sous les draps, Goupix dans ses bras. Epuisée, elle ne tarda pas à plonger dans un sommeil profond. Une chose était sûre, elle n’allait pas être examinatrice tous les jours…

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Mako le Lun 30 Mai 2016 - 21:42

Bon, Juliette allait bien, et c’était le principal. Mako fut amusée de voir à quelle vitesse sa posture de médecin reprenait le pas sur celle de simple candidate : normalement, elle aurait dû s’inquiéter à propos de son nouveau grade, mais là… Visiblement, comme la jeune fille venait de le lui conformer, tout ne s’était pas passé comme prévu. La jeune femme s’en était doutée, mais heureusement, personne n’était grièvement blessé.

Juliette lui confirma ensuite sa réussite. Extérieurement, Mako ne laissa transparaître aucun sentiment. Mais à l’intérieur d’elle-même, elle sentit quelque chose se dénouer, comme si on venait de la libérer d’un fardeau. Elle avait remboursé la première partie de sa dette envers le village. Les ninjas n’auraient donc aucune raison de se débarrasser d’elle. Tant mieux. Mais presque aussitôt, un nouveau nœud se reforma. L’exercice de guérison était réussi… Mais elle n’avait pas réussi à protéger le Ramoloss !

Quelques fois, dont aujourd’hui, Mako se demandait si elle risquait vraiment la mort en cas d’échec… Tout ce temps qu’elle avait passé à discuter avec ses parents adoptifs… Tous ces moments passés ensemble… Cette relation qui prenait forme entre eux… Ne représenterait-elle donc rien si jamais la kunoïchi venait à échouer ? Mako finissait toujours par tomber invariablement sur une seule réponse : tous les ninjas de Loukai étaient impitoyables au premier sens du terme. La pitié leur était inconnue. Et Mako se devait de l’être aussi, non seulement envers ses ennemis mais aussi envers elle-même. Il n’y avait que comme ça qu’elle pourrait réussir et survire… Comme elle venait de le faire aujourd’hui.
Soudain, elle s’interrogea : quelle formule convenait le mieux pour exprimer sa gratitude ? C’était la première fois qu’elle passait une épreuve de ce type. Par le passé, ses instructeurs à l’armée s’étaient chargés de tout et avec eux, elle savait comment réagir. Mais là… Finalement, elle opta pour une formulation très classique :

« Je vous remercie pour tout ce que vous m’avez appris aujourd’hui. Sachez que je suis honoré de recevoir ce grade de votre part. J’espère que vous et votre Pokémon vous rétablirez vite. Je crains malheureusement de ne pas être assez compétente en Guérison pour vous soigner complètement. A bientôt, je l’espère ! »

Elle s’inclina devant la jeune mizuhanienne pour la saluer puis elle signifia à Léo le signal du départ d’un bref sifflement. Objectif accompli, patient suffisamment rétabli pour survivre jusqu’aux soins suivants. Telle était la méthode de réflexion, brute mais efficace, que Suzu lui avait inculquée en tant que future ninja médecin. Pourtant, elle aurait aimé être réellement certaine que Juliette et son Pokémon étaient parfaitement rétabli. Bien qu’elle sache que rationnellement, son raisonnement ne tenait pas, elle s’estimait en partie responsable de ces blessures : elles avaient été causées durant son épreuve, et par des Pokémon qu’elle n’avait pas su arrêter à temps.

Le mode de pensée ninja lui dictait, suivant la raison, que ce n’était pas sa faute : elle n’avait pas choisi le lieu de l’épreuve et avait fait son possible pour réparer les dégâts. En revanche, il lui dictait également qu’elle s’était montrée trop faible lors de cette épreuve. Vu son niveau de compétence, cette faiblesse s’expliquait aisément : après tout, elle n’était pas encore guérisseuse. Mais si elle voulait mériter le titre de ninja, alors elle allait devoir travailler deux fois plus dur pour combler cette lacune…

Le voyage de retour jusqu’à Loukai se déroula sans incident notable. Arrivée dans sa cabane, Mako constata que sa mère adoptive l’y attendait. Connaissant les puissants pouvoirs psychiques de la vieille dame, cela n’avait rien d’étonnant. Elle avait dû la sentir arriver.

Mako s’inclina devant elle comme elle l’aurait fait devant n’importe quel ancien, releva la tête, puis resta coite, attendant qu’on l’autorise à parler. Habituellement, sa mère la dispensait de ce protocole assez lourd, mais cette fois-ci, elle avait spontanément décider d’y souscrire, pour bien montrer qu’elle avait quelque chose d’important –d’officiel même – à déclarer. Ce qui n’échappa pas à Suzu.

« Vu tes salutations, j’en déduis que tu as une grande nouvelle à m’annoncer ?
-J’ai réussi, mère. »
Répondit simplement Mako. Les effusions de joie n’étaient pas son fort et n’étaient de toute façon pas très bien vues à Loukai. Quant aux détails, si l’ancienne désirait les connaître, elle les lui demanderait.
« Qui était ton examinateur ? Demanda finalement la vielle dame
-Une jeune Mizuhanaise d’une vingtaine d’années. Juliette Selvatico.
-Hum, elle est bien trop jeune pour que je la connaisse. Mais son nom de famille ne me dit rien… Dis-moi, en quoi a consisté ton épreuve ?
-J’ai dû bloquer des pierres propulsées par télékinésie, calmer un couple de Donphan furieux et soigner un Ramoloss blessé.
-Oui, je vois. Des épreuves basiques mais qui couvre la totalité de ce qu’on peut attendre d’un défenseur novice : il doit savoir protéger autrui, calmer et soigner. Ta spécialisation viendra avec le temps. Bien. Il est temps pour toi de t’essayer à des missions un peu… différentes…
-Plus dures vous voulez dire ?
-Non pas forcément. Je veux dire que tes missions pourront désormais t’emmener au-delà de Mizuhan. Et c’est d’ailleurs ce que je vais te demander maintenant. Tiens. »


Elle tendit à sa fille adoptive un parchemin.

« Dessus se trouve une liste d’herbes que l’on trouve dans la forêt d’Agata à Terros. Tu devras donc te rendre là-bas et me les rapporter.
-Bien.
-Bonne chance, mon enfant. Cette mission ne sera pas très difficile pour toi, mais elle pourrait se révéler assez… Spéciale.
-Oui mère. Je pars tout de suite. »


Mako attendit que sa mère fut sortie de chez elle pour déplier le rouleau et le lire. A sa grande surprise, elle connaissait déjà les fleurs inscrites sur le papier. Plus étrange encore, si elles poussaient bien dans la forêt terrosienne, il était possible de s’en procurer chez n’importe quel herboriste de Fla’Or… Pourquoi sa mère l’avait-elle donc envoyée aussi loin ? Pour qu’elle en profite pour voir du pays ? Bah, après tout elle n’était pas en position pour discuter ‘ordre d’une ancienne. Et puis, elle aurait tout le temps d’y réfléchir par la route. Le voyage serait long jusqu’à Terros.

[Merci pour l'épreuve Wink]

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 70

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Transmission de savoirs [Épreuve Défenseur, Mako]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum