Sara Imphylan ~ Tailor's Princess

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sara Imphylan ~ Tailor's Princess

Message par Sara Imphylan le Mer 23 Mar 2016 - 16:55

Vous

Pseudonyme : Skriff
Âge : Entre 15 et 18. Par là.
Loisirs : Ecriture, Lecture, Dessin, Jeux-Vidéos.
Autres remarques : J'ai hésité et j'ai craquéééé.
Comment avez-vous connu le forum ? J’avais fait une demande de partenariat avec mon site Corporation. Puis comme dit un peu plus haut, j’ai craqué lors du changement de thème, j’ai eu une inspiration éphémère et depuis je ne me suis pas arrêté d’écrire...
Quelle est la couleur du chat ? Validée avec une baffe parce que... Parce que nan mais oh !, parce qu'il n'a pas d'âme mwéhéhé.


Votre Personnage

CivilitéPrénom : Sara
Nom : Imphylan (se prononce “Imphaÿlane")
Sexe : Féminin
Âge : 34 ans
Date de naissance : 14 février
Pays : Terros
Classe de base : Dresseuse & Coordinatrice
Si Élémental, quelle maîtrise : Pas Élémentaliste
Classe envisagée : Aucune, Sara ne sait que faire.

Biographie Fille unique de deux Terrosiens de situation aisée, Sara avait tout pour elle. Elle avait hérité de l'intelligence de sa mère et de la beauté de son père. Sa mère était une figure modèle, qui voulait le meilleur pour sa fille. Son père, un coureur de jupons pas très futé, mais autoritaire et gentil. Ils firent en sorte de lui faire suivre des études dans un célèbre établissement, et de lui faire rencontrer de nombreux jeunes hommes "de bien". Tandis qu'elle ne trouvait aucun intérêt dans l'amour porté par ces autres personnes, elle réalisa qu’elle avait un grand goût pour la mode et pour la création de vêtements. A l’âge de six ans, elle créa sa première tenue, qui impressionna ses parents.
Il s'avéra, lorsqu'elle eut huit ans, que sa mère était devenue stérile. Elle était donc seule fille, à la tête d'un héritage plus que considérable. Ce fut là que ses libertés commencèrent à être coupées. Son père s'absentait régulièrement, mais aussitôt qu'il revenait, les ordres pleuvaient. Sa mère, une grande savante, passait son temps à lire et à écrire, mais était toujours là pour la réconforter si son père haussait la voix. Elle était passive devant son absence, voir même presque parfois soulagée. Il manquait parfois à Sara, mais quand elle le voyait partir pour ne pas revenir avant le lendemain, elle se demandait vraiment ce qu'il faisait.
Ses talents ne cessèrent d’augmenter si bien qu’elle commença à devenir, progressivement, une tailleuse réputée dans le village. Naturellement timide et craintive, elle n’osait pas trop se mettre sous la lumière, mais elle y était bien forcée lorsque les gens venaient à la queue hyèna hyèna pour lui demander des tenues. Elle commença à bien gagner sa vie alors qu’elle n’était même pas majeure, et réalisant qu’elle avait de l’avenir dedans, arrêta ses études pour pleinement s’y consacrer. Son père, y voyant un grand bénéfice, la fit travailler de plus en plus dur, et l’empêchait même de sortir. Elle ne s’en plaignait pas vraiment, au fond.
À 16 ans elle obtint un peu de répit : son père partait pour Mizuhan, pour une durée d'environ deux ans. Sa mère voulut partir avec lui, mais s'y refusa, de peur que sa fille ne supporte pas le brusque changement de température, étant devenue assez fragile et dépendant énormément de la nature à proximité. Cependant, cette apparente fragilité cachait autre chose : son attristement à l'idée qu'elle doive peut-être arrêter de faire des tenues, pour commencer à envisager de se trouver un mari pour son héritage. Elle passait ses journées cachée dans le sous-sol, échangeant des bouts de tissus contre des deniers, en cachette, avec des enfants du village, auxquels elle offrait même des tenues.
Un jour elle voulut, par curiosité, aller à la fête de son village. Sa mère l’y autorisa, et elle porta l’une des robes qu’elle avait confectionnée ; elle était sublime, resplendissante. Bien qu’étant intimidée par les regards qu’on portait sur elle, elle s’amusa beaucoup cette nuit-là. Seulement, quand elle voulut rentrer, des jeunes filles jalouses l’attaquèrent avec leurs Pokémon. Au début simplement pour l’embêter, cela devint un véritable matage étant donné que sa mère la retrouva évanouie, gravement blessée et à demi-nue dans la rivière. Ils déménagèrent et partirent à l’opposé de leur village d’origine. Elle n’exprima jamais ce qu’elles avaient fait précisément mais elle en tira une peur atroce du monde extérieur et du fait de montrer ses tenues.
Lorsque son père revint, il ne fut plus le même. Il était froid envers sa fille, distant, ne lui prouvant plus aucune forme d'amour. Les disputes entre lui et sa mère pleuvaient sans qu'elle ne puisse comprendre, parfois. Ils parlaient d'une autre femme, d'une autre famille, d'un autre enfant... Elle voulait comprendre ce qui se passait, pourquoi son père lui en voulait tant, pourquoi, parfois, même, il voulait qu'elle parte... Et jamais elle n'arrivait à faire le lien entre tous ces éléments. Elle se renfermait de plus en plus, et progressivement, ne vécut que plus que par la procuration de ses tenues.
Dans leur nouveau village, son père fit la rencontre d’un jeune homme du nom de Gérald Stroms. C’était apparemment, selon lui, « un homme de bien, riche et intelligent, et un très bon marchand ». Elle fit sa rencontre ; il était laid, il était brutal, il était rustre avec les femmes. Elle ne l’aimait pas et le fit comprendre à son père, mais il était résolu à la marier à lui. Elle approchait de ses dix-huit ans et il ne la voyait qu’en couple avec lui, malgré ses refus. Il coupa une fois de plus ses libertés jusqu’à ce qu’elle ne puisse même plus sortir de chez elle. Finalement, elle céda à son obligation et épousa Gérald.
Il s’avéra que peu après son emménagement, la tension entre ses deux parents était montée d’un cran. Sa mère avait refusé de la marier, mais son père l’y avait forcée ; les cris étaient tels que parfois, quand Sara allait leur rendre visite, la maison semblait aussi silencieuse qu’un cimetière, et sa mère pleurait. Un jour elle réalisa que son père s’était mis à la battre. Mais elle ne dit rien, se contentant de soutenir celle qui lui avait donné la vie, et supportant quotidiennement son lassant et détestable mari quand elle rentrait dans son nouveau « chez-elle ».
Sa mère mourut dans des circonstances assez mystérieuses. Elle ne put même pas assister au mariage car elle déménagea une troisième fois, forcée par Gérald. Son père disparut. Elle apprit quelques temps plus tard, par son mari, qui l’annonça au milieu d’un repas, qu’il était parti vivre à Mizuhan avec sa nouvelle famille. En effet, il avait eu un fils caché il y a longtemps. Quand elle lui demanda comment il savait, il répondit que tous savaient sauf elle, et se rit même de ce qu’il qualifiait de bêtises. Sous la rage de cette insulte, et son chagrin d’avoir été trahie, elle décida de quitter la maison.
Il la battit pour la première fois.
Alors elle sembla prendre une autre identité. D'apparence, elle semblait vide ; ses yeux observaient le vague, comme pour y déceler l'once d'un espoir. Obligée d'apprendre la cuisine, de faire le ménage, de gérer une maison qu'elle haïssait, qui n'est pas la sienne ; d'embrasser cet homme qu'elle ne pouvait même pas regarder dans les yeux, qui chaque semaine tenait de lui faire un enfant, sans qu'elle ne réussisse à l'accepter ou à y prendre goût. Mais elle n’avait nulle part où aller, nulle part où s’enfuir. Elle avait si peur de lui ; il avait tissé une véritable emprise, l’avait enfermée dans une cage d’acier dont elle pouvait s’enfuir.
Cela dura pendant huit ans. Huit ans où elle travaillait pour lui, sans sortir. Lorsqu’il découvrit ses talents de couturière, il revendit toutes les tenues qu’elle créa, sans exception, sans lui laisser que celle qu’elle portait, qui était l’unique à laquelle elle avait accès. Et si elle se plaignait, il la frappait. Alors elle se taisait, elle acceptait. Personne dans le village ne semblait l’entendre dans son désespoir. Il les avait aussi emprisonnés à sa manière, grâce à ses talents de marchand. Il soudoyait par-ci, par-là, et les cris du soir étaient très rapidement oubliés. La vie de Sara devint un enfer au quotidien. Mais elle l’accepta. Autant que les bleus et les cicatrices quand il frappait trop fort.
Une nuit, elle déchira par accident une tenue que son mari lui avait demandé de toute urgence pour une ambassadrice. Alors qu’elle était devant, en train de pleurer, il était arrivé, s’était énervé, et l’avait poussée contre son atelier. Elle ne savait plus quoi faire, il était furieux, plus furieux qu’elle ne l’avait jamais vu. Ses traits étaient déformés, il semblait si monstrueux, comme s’il avait perdu toute son humanité. Elle avait alors remarqué le couteau qu’il portait. Et s’était rappelée sa mère. Alors son subconscient parla en premier.
Elle agrippa son ciseau de tailleuse et d’un coup rapide, lui trancha la gorge.
Il tomba au sol et s’étala dans une mare de sang. Elle poussa un cri strident, complètement paniquée. Mais c’était trop tard, il était déjà mort. Elle venait d’assassiner son mari. Elle allait mourir. Ils allaient l’exécuter pour meurtre. Elle ne pouvait pas rester là. Sans réfléchir, sans rien prendre d’autre que son ciseau qu’elle essuya contre un torchon, elle s’enfuit, se décidant à fuir vers un autre pays avant qu’on ne la retrouve. Son instinct parla avant elle, et elle s’enfuit à toutes jambes vers le Sud, la frontière la plus proche : Mizuhan.
Elle courut sans s’arrêter durant plusieurs heures, et lorsqu’elle arriva devant la frontière, se présenta comme une marchande de vêtements qui se rendait en Mizuhan pour vendre ses tenues. Ne semblant pas suspecte outre-mesure excepté le fait qu’une femme aussi frêle et sans Pokémon cherchant à traverser les frontières puisse paraître étrange, ils la laissèrent passer, et elle se retrouva ainsi en Mizuhan, seule, mais vivante et en sécurité. La police ne viendraient pas la chercher jusqu’ici. Elle avait perdu à tout jamais son pays de naissance, mais elle ne risquait plus l’exécution, et c’était tout ce qui comptait à ses yeux.
Elle fit la rencontre de Skriff peu après. C’était alors qu’elle marchait vers un village, affaiblie par la faim et le manque de sommeil, qu’elle décida de se laisser tomber contre un arbre et de dormir. A son réveil, un Seviper se trouvait près d’elle, prêt à l’attaquer. Ne connaissant pas vraiment le Pokémon mais terrifié de part son aspect, elle tenta de se défendre tant bien que mal. Le Mangriff surgit alors, sorti de nulle part, et la défendit. L’autre battit en retraite très vite et le jeune Pokémon à fourrure, blessé, s’apprêta à repartir. Cependant Sara le retint et le soigna.
Ils commencèrent à se suivre et à voyager ensemble ; petit à petit ils tissèrent une grande amitié et devinrent bien plus que des compagnons de voyage. Ils étaient des alliés, de véritables amis qui affrontaient les difficultés ensemble. Elle n’était plus seule, et lui non plus d’ailleurs. Elle ne le captura pas avec une Pokéball ; elle ne le considérait pas vraiment comme « son » Pokémon, et inversement Skriff ne semblait pas vraiment la considérer comme sa dresseuse. Ils étaient libres, l’un et l’autre, mais restaient ensemble parce qu’ils s’entendaient bien.
Depuis, tous deux, ils vont de village en village à Mizuhan, lui en quête de combats et d’amélioration constante, pour la protéger, et elle pour gagner de l’argent et espérer s’installer un jour durablement, pour, plus tard, commencer une véritable vie paisible et repartir sur des bases saines.

DescriptionCaractère : La vie entière de Sara est menée par la crainte. Depuis qu’elle est toute jeune, elle a peur du monde extérieur, de tous les gens qui l’entourent ; elle a l’impression que chaque personne est là pour lui mettre un coup bas, pour l’enterrer six pieds sous terre plus qu’elle ne l’est déjà. Elle n’a aucune force de caractère, aucune volonté. Elle est juste naïve, soumise, se cachant dès qu’il y a une difficulté, suivant simplement les ordres qu’on lui donne sans rechigner, si bien qu’elle en a perdu sa personnalité. Tout est devenu fade, tout est devenu répétitif. Elle ne sait plus vraiment ce qu’elle est, elle se cherche, elle a peur.
Sara déteste parler d’elle-même. Elle préfère se mettre dans un coin et se faire gentiment oublier. Être sous les feux des projecteurs, devenir une célébrité, être quelqu’un de reconnu et de remarqué, ce n’est pas trop son truc. Œuvrer dans l’ombre et se contenter d’être remerciée par ceux qui la remplacent au premier rang est une chose beaucoup plus facile. Elle est distante, silencieuse, secrète ; dès qu’il y a une dispute, elle peut fondre en larmes, n’ayant ni confiance en elle, ni aucune contenance. Si elle réagit, c’est souvent grâce à la panique ou à un instinct primaire enfoui. Sa conscience semble avoir détruit toute autonomie de sa part.
Derrière ces apparences fragiles, Sara est en réalité une femme frustrée, aux rêves tués par la rage. Parfois, lorsqu’un éclair de lucidité frappe sa conscience, elle devient d’un coup plus agressive, plus sincère, plus fière. Mais ces moments ne durent qu’un instant. Elle se mue dans le silence, elle reprend le rôle de ce qu’elle a toujours été, ou du moins, de ce qu’elle a toujours voulu qu’on soit : une personne qui travaille dans les coulisses pour contribuer à la gloire des autres, étouffée par la peur qu’on lui a insufflée et par le fait qu’on lui ait répété, durant des années, qu’elle ne serait jamais capable de faire quoi que ce soit toute seule.
La nuit, quand elle se retrouve seule et que son esprit divague jusqu’à retrouver les souvenirs de l’homme avec lequel elle avait tant vécu, elle se met à pleurer. Non pas parce qu’elle l’aimait, ou quoi que ce soit, mais bel et bien parce qu’elle le haïssait. Elle a été forcée de le tuer -ou du moins c’est ce dont elle se persuade-, et maintenant, elle est obligée de fuir sa patrie, contrainte à une vie de crainte, pire que celle qu’elle avait avant qu’il ne meure. Tant de fois elle a souhaité sa mort ; mais maintenant qu’elle est dehors, quasiment seule, incapable de faire quoi que ce soit. Au final elle se demande, de temps en temps, si elle n’aurait pas préféré rester enfermée « chez elle ».
Cependant, elle est capable de faire du mal aux autres si cela implique pour elle de s’en sortir. Après tout ce qu’elle a traversé, elle considère que toute personne lui posant problème doit être écarté de son chemin. Il est ainsi possible que, si vous vous opposiez à elle, elle devienne brutalement plus sombre et nettement moins peureuse, allant même jusqu’à la témérité. Sa volonté de survivre quel qu’en soit le prix se ressent. D’ailleurs, bien que n’utilisant pas d’élémentalisme, elle combat au corps à corps avec ses ciseaux de tailleuse, qu’elle maîtrise aussi bien que Skriff le fait avec ses griffes. Certains disent même que leur manière de combattre est similaire.
La seule passion dans la vie de Sara, et celle avec laquelle elle continue de gagner de quoi vivre malgré sa fuite, c’est bien la couture et la mode. Elle a un don naturel avec ce domaine ; imaginer, créer, habiller, coudre, c’est son domaine. Elle a toujours une aiguille à proximité, toujours un bout de fil pour faire des miracles en l’espace de quelques heures. Elle ne s’en lasse jamais, capable de trouver une idée et de tout faire dès que l’inspiration lui vient. Et tout, je dis bien tout, peu l’inspirer. D’un combat tendu à un paysage agréable, dès que ça lui vient, elle ressent un besoin irrépressible de s’y mettre. D’ailleurs ses pièces portent bien souvent le nom d’où elle en a tiré l’idée.
En dépit du fait qu’elle soit naïve, Sara est extrêmement curieuse et cultivée. Elle est astucieuse, sait bien réfléchir. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est une intellectuelle, mais elle est futée et elle sait faire deux plus deux, et c’est bien l’une des rares choses qu’on lui demande. Elle réfléchit beaucoup, en continuelle introspection, comme si la moindre rencontre, la moindre chose, lui donnait matière à comprendre. Maintenant qu’elle touche la liberté physique, elle veut atteindre la liberté mentale. Paradoxalement elle en a peur, car elle dit souvent que c’est son innocence qui l’a toujours protégée jusque là.
Sara, bien qu’elle ait peur des gens, est une personne sincère et amicale. Elle adore quand les gens remarquent son travail et la félicitent, bien qu’elle ait tendance à paraître gênée. Prouver qu’elle compte à vos yeux est le meilleur moyen de gagner sa confiance… Et bien souvent les gens ont tendance à en abuser. Elle n’aime pas faire confiance, craignant de se faire manipuler, mais elle déteste être seule et se sent terriblement mal lorsqu’elle voit quelqu’un dans le besoin. Elle se dit toujours que, peut-être, « cette fois-ci sera différente ».
Sa relation avec Skriff est très particulière. Elle le considère un peu comme la seule personne qui puisse le comprendre, et a une totale confiance en lui. Il est un peu comme son animal de compagnie, et cela se voit : elle ne lui donne jamais d’ordres lorsqu’il combat, et inversement, il ne semble pas vraiment la considérer comme sa dresseuse. Ils sont relativement indépendants l’un de l’autre, mais semblent pourtant sur la même longueur d’onde constamment, ce qui a tendance à déstabiliser leurs adversaires qui n’arrivent jamais à prévoir leur prochain mouvement, tant ils sont capables de se coordonner sans rien se dire.
C’est donc un profil très complexe que celui de Sara. Elle est à la fois soumise, peureuse, sans volonté, sanguine, secrète, silencieuse, fataliste et sans confiance en elle ; et d’un autre côté, elle est sincère, amicale, curieuse, talentueuse, créative, astucieuse, empathique et investie dans tout ce qu’elle fait. Instable mentalement, fragile physiquement, seul l’avenir nous dira si elle évoluera en bien ou en mal ; dans tous les cas, il est certain que ce n’est pas voué à durer.
Physique : La silhouette fine et pure de Sara est clairement distinguable des autres. Son corps, comme taillé dans une sorte de glace par un artiste doté de pouvoirs surnaturels, fait d'elle une véritable pierre précieuse. Bien avant qu'elle aille à Mizuhan, elle était déjà pâle ; mais y vivre a rendu sa peau aussi claire que de la neige, lisse et équilibrée comme si c'était un ange vivant. Au delà de cette apparente fragilité, sa peau est bien tonique, renforcée par le froid et par la rudesse de la météo. Ses formes sont délicates, féminines, et bien que partiellement cachées car elle en a honte, elles sont bien présentes. Si on soulève ses vêtements, on remarque cependant des cicatrices ; coupures, bleus, et autres jonchent sa peau. Elles aussi, elle les dissimule, mais pour des raisons bien différentes.
Le visage de Sara est gracieux. C'est probablement son plus grand avantage si l'on exclut son corps fin. Lui aussi tracé avec une dextérité hors-pair, elle a deux grands yeux bleus, aux longs cils soignés, des lèvres pulpeuses et un nez aquilin. Son visage est triangulaire, anguleux. Ses cheveux sont d’un doré charmant, qui s’accorde à merveille avec ses iris ; lisses et toujours coiffés, elle les accompagne d’un ravissant nœud rose que sa mère lui avait offert plus jeune. Ses souvenirs, accordés en couleur à sa coupe, sont aussi fins que des tiges de blé. Elle a toujours cette expression perdue, ce regard dans le vague qui la rend pareille à une roche ; mais il y a toujours un moment brusque où elle se réveille, et où s’étend sur son visage un large sourire. Elle porte un collier avec une bague attachée.
Sa tenue n’est sans doute pas l’une de ses plus belles pièces, mais elle en est également très heureuse. Il s’agit d’un haut en tissu blanc, avec des épaulières rosées et de la dentelle au bout des manches. Sur ses avant-bras sont comme enroulés des liens de couleur roses et bleues, semblables aux rubans d’un Nymphali. Elle a une ceinture de travail qui la maintient, avec de nombreuses pochette pour y ranger ses affaires, le tout relié par un autre ruban à nœud rose. Du côté droit arrière de sa hanche est attaché un grand ciseau de tailleur d’un gris acier profond, extrêmement tranchant, si bien qu’il n’est pas visible quand on la voit de face.
Elle a également une jupe tailleur en tissu blanc, personnalisée par ses soins et attachée, à l’avant, avec de grands boutons en bois. Celle-ci est raccordée une nouvelle fois à de la dentelle. Elle porte, pour finir, une paire de bottes marron clair et beiges, qu’elle avait achetées il y a longtemps de cela et améliorées grâce à ses talents de tailleuse et un peu de cordonnière, pour en faire de véritables chaussures de marche, à la fois élégantes, raffinées et efficaces pour faire ce qu’on faisait avec, c’est-à-dire marcher. En général elle prend extrêmement soin de ses vêtements, chacun étant une pièce unique ; cependant si l’un d’eux vient à s’abîmer, elle ira le réparer ou même le refaire.
Elle marche à petits pas, toujours un peu recroquevillée sur elle-même, comme si elle craignait les agressions extérieures. En présence de son Pokémon elle semble un peu plus courageuse, réussissant même, parfois, à se remettre droite. Cependant elle conserve ce petit regard craintif dans les yeux, comme si elle était prête à s’effondrer au moindre coup. Elle sait courir et n’hésite pas à le faire. Généralement elle dégage une impression de faiblesse, de peur constante du monde, et bien qu’elle essaye de la dissiper, cela demeure pour toutes les personnes qui la croisent.
Image : Je la dessinerai sous un délai de deux semaines, si tout se passe bien.
Particularités : Sara est souvent comparée à un Nymphali, qui est son Pokémon spirituel.

Premier PokémonEspèce : Mangriff
Surnom : Skriff
Sexe : Masculin
Âge : 15 ans
Image Pareil que Sara, ce sera dessiné quand je pourrais :c
Autres remarques : Aucune ne me traverse spécifiquement l'esprit, si ce n'est que Sara est inspiré d'un de mes personnages du même nom de ma fiction, Corporation, uhuh. Egalement, le personnage de Skriff sera plus développé à l'avenir car il a également un mental et une histoire bien à lui. ~


Dernière édition par Sara Imphylan le Mer 23 Mar 2016 - 20:50, édité 1 fois (Raison : Ajout de l'esquisse de la tenue)
avatar
Sara Imphylan
Informations
Nombre de messages : 38

Fiche de personnage
Points: 16
Âge du personnage: 34 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://corporation-fanfiction.e-monsite.com/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Sara Imphylan ~ Tailor's Princess

Message par Mizuki Ana le Mer 23 Mar 2016 - 17:05

Sara a écrit:Sara est souvent comparée à un Nymphali, qui est son Pokémon spirituel.
Un rapport avec le fait que son nom en soit un anagramme ? x)

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2200

Fiche de personnage
Points: 66
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Sara Imphylan ~ Tailor's Princess

Message par Sara Imphylan le Mer 23 Mar 2016 - 17:11

... C'est en effet une forte possibilité !

En vrai j'ai pas d'idée pour les noms alors je vais au plus simple. Quand vous voyez un de mes persos, suffit de bouger les lettres et vous trouvez lequel est son Pokémon spirituel.

_________________
Toutes ses aventures sur Érasia.
Toute sa vie.

Sara est intimidée en Dark Pink (#e573b8)
avatar
Sara Imphylan
Informations
Nombre de messages : 38

Fiche de personnage
Points: 16
Âge du personnage: 34 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://corporation-fanfiction.e-monsite.com/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Sara Imphylan ~ Tailor's Princess

Message par Mizuki Ana le Mer 23 Mar 2016 - 17:24

Je regarde ta fiche ce soir Wink

Édit : Hihi j'ai menti ._. Demain, première heure, promis.

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2200

Fiche de personnage
Points: 66
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Sara Imphylan ~ Tailor's Princess

Message par Sara Imphylan le Mer 23 Mar 2016 - 23:39

Je le savais ! Je le savaaaais /ZBAFF/
Je plaisante, prends ton temps, c'est une longue fiche en même temps. xD

_________________
Toutes ses aventures sur Érasia.
Toute sa vie.

Sara est intimidée en Dark Pink (#e573b8)
avatar
Sara Imphylan
Informations
Nombre de messages : 38

Fiche de personnage
Points: 16
Âge du personnage: 34 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://corporation-fanfiction.e-monsite.com/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Sara Imphylan ~ Tailor's Princess

Message par Mizuki Ana le Jeu 24 Mar 2016 - 14:17

Allez, à toi.

J'ai beaucoup aimé ta fiche, mais je vais quand même faire deux petites remarques de forme qui m'ont un peu gênée à la lecture :
1) utilise un peu moins de pronoms, ça fait beaucoup de elle elle elle elle et à certains endroits on sait plus trop de qui ça s'agit (Sara ? Sa mère?)
2) saute des lignes de temps en temps, là on repère bien les paragraphes mais ça fait quand même très gros à lire.

Et voilà :3 Ensuite, j'ai trouvé le côté mode très intéressant, c'est un talent qu'on n'a pas beaucoup vu ici, donc ça change Smile Les descriptions sont super, on comprend vraiment tout ce que ce petit bout de femme peut nous faire ressentir en la voyant.

J'ai une proposition à te faire, aussi : souhaites-tu avoir une affiche Wanted ? Cela voudrait dire que Sara est officiellement recherchée pour meurtre à Terros, et que les autres joueurs que tu rencontreras pourront faire intervenir cet aspect. Ca n'a rien d'obligatoire, c'est juste pour ajouter du contexte Smile

Dans tous les cas, excellent travail ! 15 points de fiche + 5 points de départ qui font 20 points Smile

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2200

Fiche de personnage
Points: 66
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Sara Imphylan ~ Tailor's Princess

Message par Sara Imphylan le Jeu 24 Mar 2016 - 15:20

Merci beaucoup t'abord /o/
Euuuh, ensuite... Par rapport à la remarque 1), j'avoue que c'est problématique. Et pour la 2), ça par contre c'était parce que sinon ça multipliait la taille par 2 et je trouvais que ça avait un affreux rendu. owo"

Sinon pour l'affiche Wanted, en fait je comptais demander car c'était précisément mon idée.

Merci encore !

_________________
Toutes ses aventures sur Érasia.
Toute sa vie.

Sara est intimidée en Dark Pink (#e573b8)
avatar
Sara Imphylan
Informations
Nombre de messages : 38

Fiche de personnage
Points: 16
Âge du personnage: 34 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://corporation-fanfiction.e-monsite.com/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Sara Imphylan ~ Tailor's Princess

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum