[ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Sylver Belister le Mar 5 Avr 2016 - 22:15

Nous attendions dans une clairière à l'entrée de la forêt depuis une petite vingtaine de minutes, mes Pokémon et moi, lorsque, probablement lassé par l'attente, Tétrocruchamoule prit la parole de son ton dédaigneux habituel :

« Encore des élèves, marmonna le T. Quels bras cassés allons-nous récupérer cette fois-ci ? » Me demanda-t-il tandis qu’il découvrait en même temps que moi la missive officielle que je venais de recevoir de la part du gouvernement de Flamen
-Vous connaissez déjà l’une des deux personnes. Il s’agit de mademoiselle Aisling, que nous avons rencontrée à la Nouvelle-Gilnéas.
-Bien sûr que je m’en souviens ! Vous me prenez pour qui ? Un humain ? Si je me souviens bien, ce qui est toujours le cas, c’est la gamine inutile qui avait été contaminée et qui était restée tout le temps sur le dos de votre Arcanin…

-Vous non plus, vous n’étiez pas au meilleur de votre forme, » répliquai-je.

Vexé, le Zarbi se tut pendant quelques secondes avant de reprendre :

« Et l’autre ?
-Un jeune homme originaire de Terros prénommé Hugo.
-Magnifique. Et je suppose que vous allez leur apprendre à fouiller dans les ordures avec leurs appendices difformes ?
-Tout le monde n’a pas la chance de naître avec des pouvoir psychiques si bien qu’il nous est parfois nécessaire de ramasser au sens physique du terme. Si jamais je tombe sur des déchets, je ne manquerai pas de vous les faire parvenir, puisque ce mot revient si souvent dans votre discours…
-Et gnagnagna… »

Et sur cette réponse fort peu mature, il coupa sa communication avec moi. Vingt minutes plus tard, Hugo arriva auprès de moi, puis ce fut le tour de la jeune Aisling. Mais avant que j’aie pu la saluer, Yuko s’était déjà jetée sur elle, reconnaissant sa vieille amie. Quant à BlackJack, elle regardait Hugo avec intérêt. Kaiser lui, chassait dans les nuages. Il ne reviendrait qu’à mon appel. Mais il était temps pour moi de me présenter. Je demandai à Tétro de traduire ce que j’allais dire en Midgardien pour qu’Aisling puisse me comprendre

« Bien, vous êtes tous les deux-là, nous allons pouvoir commencer. Tout d’abord, mademoiselle Aisling, sachez que je suis très heureux de vous revoir ! »

Et j’ajoutai un sourire à ma présentation.

« Puisque nous nous connaissons déjà, souffrez que je prenne quelques instants pour me présenter auprès de ce jeune homme. Jeune homme, je me présente, je me nomme Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant originaire du Cosmo Canyon en Flamen. Je suis accessoirement Défenseur et, chose qui nous intéresse aujourd’hui, Ramasseur. Enchanté de faire votre connaissance. »

Je me fendis d’un salut et d’un sourire puis repris, à l’attention de mes deux élèves :

« BlackJack et Yuko, que vous voyez ici, sont mes compagnes de recherche, et leurs talents me sont très utiles pour repérer et récupérer des objets divers et variés. Avant toute chose, en tant que futurs ramasseurs, je vais vous demander de me présenter qui sera votre partenaire de recherche pour toute la durée de cette épreuve. »

Si je ne connaissais pas encore tous les Pokémon d’Hugo, j’avais dans l’idée qu’Aisling choisirait son Polichombr, un Pokémon notoirement connu pour ses qualités de ramasseur, et accessoirement celui qui semblait être le starter de la jeune fille.

Une fois le choix fait, je m’assis au sol et invitai mes élèves à en faire autant tandis que j’attrapai quelques baies dans mon sac que je leur fis passer. Autant nous mettre à l’aise, car j’avais prévu une petite introduction pour cette épreuve qui allait prendre un certain temps. Mais la patience n’était-elle pas la qualité première d’un bon Ramasseur ?

Une fois tous assis, je pris la parole en Erasien, Tétro assurant la traduction :

« Bien, pour commencer, je vous prie de me passer la légère déformation professionnelle à laquelle vous allez avoir droit maintenant. Bien sûr, je pourrais vous lancer tout de suite sur les traces de trésors, mais je pense que la motivation première d’un Ramasseur est de savoir ce qu’il cherche et pourquoi il le cherche. Votre épreuve toute entière va tourner autour de la recherche des mystérieux « Yeux de la mort ». Ce sont deux émeraudes parfaites, et parfaitement identiques que j’ai dissimulé quelque part dans ces bois. Ou du moins, il s’agit de copies des émeraudes « originales ».

Ces joyaux sont assez célèbres, dans notre profession, car ils sont liés à une légende concernant un jeune ramasseur talentueux. Cette légende sert de présentation mais aussi d’avertissement pour les néophytes ramasseurs. Je vous saurai gré d’écouter attentivement cette légende qui nous aiguillera pour la suite. »

J’attendis quelques instants pour ménager mon effet puis repris :

« Il était une fois un jeune ramasseur talentueux mais fougueux dénommé Horz Leddigton. Cet homme avait montré dès son plus jeune âge des dispositions toutes particulières pour l’exercice du ramassage. On raconte qu’il avait trouvé une antique pièce d’or seul et sans aide à l’âge de quatre ans seulement, et avec le temps, sa renommée ne fit que croître.

Son partenaire était un Linéon. Entraîné avec soin et amour par son dresseur, les deux amis ramenaient chaque jour de plus en plus de merveilles, ce qui ne manquait pas d’attirer l’admiration des gens de son village. L’admiration, mais également la convoitise et la jalousie : un jour, alors que contrairement à son habitude, il était rentré bredouille chez lui, il découvrit que la cache secrète où il stockait ses trouvailles avait été pillée. Lui qui menait une vie aisée se retrouva du jour au lendemain sans le sou.

N’étant pas un guerrier, il ne songea même pas à se battre pour récupérer ses biens, qu’il ne retrouva jamais. Il s’enfuit au contraire le plus loin possible du village qui l’avait trahi. Hélas, une fois son voyage commencé, il fut comme maudit : lui qui jusqu’ici était si prolifique dans ses recherches ne trouvait désormais plus la moindre petite pépite. Un jour, alors qu’il n’avait plus aucun désir de vivre, il entendit parler d’une grotte secrète, cachée au plus profond des Monts Cenosia.

A l’intérieur de cette grotte, lui dit-on, se trouvait la mort en personne, et cette dernière acceptait parfois de passer un pacte avec des mortels, à condition que ce dernier inclût des richesses. Rendu fou par le désir de revivre sa gloire passée, Horz chercha pendant des jours et des jours la fameuse grotte. Au bout de dix jours d’intenses recherches, alors qu’il manquait de défaillir de faim, son fidèle Linéon trouva enfin l’entrée de la grotte, qui était plus sombre que la nuit.

Là, la Mort lui parla et lui demanda quel était son souhait. Horz lui répondit qu’il souhaitait trouver des richesses afin de revivre sa gloire passée. La Mort accepta sa proposition et, sans rien lui demander en échange, lui fournit une boussole d’argent ensorcelée : en effet, cette dernière indiquait où se trouvaient les joyaux les plus proches à partir du moment où elle était touchée par un élémental. Or, le jeune homme possédait effectivement une maîtrise. Horz, aveuglé par la cupidité ne s’étonna même pas de ce marché bancal.

Ragaillardi par sa trouvaille, il quitta la grotte avec son Pokémon et commença à faire le tour des tavernes en quêtes de légendes concernant des trésors perdus qu’il pourrait trouver grâce à sa boussole. Il finit par entendre parler de deux Emeraudes parfaites mais maudites qui était cachées au fin fond d’une forêt. Il ne ménagea alors pas ses efforts et s’y rendit d’une traite, mais, alors qu’il avait enfin trouvé la première pierre, il s’écroula au sol de fatigue juste avant d’avoir pu la saisir alors que son Linéon poussait des grognements.

Lorsqu’il se réveilla dans la clairière ou reposait le joyau, ce dernier avait disparu, mais il n’y avait personne d’autre que son Linéon autour. Alors Horz devint fou et chassa son Pokémon qu’il croyait responsable des vols, manquant de peu de le tuer après avoir échoué à le faire avouer où il avait caché ses larcins.

Horz était un jeune homme intelligent mais trop avide, et il manquait en revanche singulièrement de combativité : pas une seconde il n’envisagea que son Pokémon n’était peut-être pas coupable des rapines dont il l’accusait, et il préféra se concentrer sur la deuxième émeraude. Mais sans son Pokémon pour le guider, même avec la boussole, les recherches furent longues et difficile à tel point que Horz dut revenir à son point de départ afin de tracer un plan de la forêt pour se guider et éliminer méthodiquement de sa liste les endroits qu’il avait déjà visités.

Enfin, après une journée entière d’errance, avec l’aide de son plan, il trouva le deuxième joyau, mais alors qu’enfin, il allait le saisir, on le frappa par derrière, et il s’évanouit. Lorsqu’il reprit connaissance quelques instants plus tard, le caillou précieux avait disparu, mais devant lui se tenait un Ténéfix aux yeux verts qui ricanait. Lorsque ce dernier lui parla mentalement, Horz reconnut la voix de la « Mort » qui lui avait parlé dans la caverne.

Hilare, le Ténéfix lui dévoila la vérité : De son vivant, il était un alchimiste de renom mais cupide, et avant de mourir, il avait mis au point quatre boussoles en argent censées repérer les joyaux et faire de lui l’homme le plus riche au monde. Hélas, il était mort avant d’avoir pu les utiliser, et la boussole nécessitait une maîtrise élémentaire pour être activée, chose qu’il ne possédait plus sous sa nouvelle forme de spectre. Il avait alors répandu des légendes au sujet de la grotte de la Mort, afin d’attirer à lui de talentueux ramasseurs pour qu’ils mènent les recherches à sa place. Depuis sa renaissance sous forme d’esprit, il était encore plus avide de joyaux, car ils représentaient sa principale nourriture.

Ayant entendu parler du talent d’Horz, il s’était rendu dans sa cachette dans son ancien village en lisant son emplacement dans son esprit afin d’y dévorer ou d’y détruire tous les trésors présents, ce qui avait obligé le jeune homme à prendre la route, et finalement à le conduire jusqu’à sa grotte.

A l’époque, Horz était un garçon trop honorable et trop respectueux de sa profession pour se fier à un simple objet magique pour trouver des trésors, si bien que le Ténéfix l’avait privé de sa richesse et de sa gloire pour l’affaiblir moralement et le rendre plus perméable à sa proposition. Quant à se faire passer pour la Mort, expliqua-t-il, c’était un très bon moyen de dissuader ceux qu’il avait roulés de chercher vengeance. Après tout, qui pouvait vaincre la Mort elle-même ?

Horz lui demanda alors pourquoi il s’était montré et pourquoi il lui avait révélé tout cela. Avec un horrible sourire, le Ténéfix lui révéla que son Linéon avait senti sa présence lorsqu’il avait volé la première émeraude, ce qui compromettait son secret. Il avait donc décidé de tuer le Linéon, et son dresseur afin de les faire taire à jamais. Et après avoir dit cela, il se jeta sur le jeune ramasseur. Ce dernier ne pouvait même pas toucher le Spectre, et il se résigna donc à attendre la mort tout en éprouvant du regret pour avoir chassé et fait du mal à son meilleur ami à tort.

Il n’eut la vie sauve que grâce à l’intervention de son Linéon qui, ayant de nouveau pisté le Ténéfix grâce à son flair, engagea le combat avec lui. Horz se libéra de l’étreinte du spectre, mais hélas, le Linéon, comme son dresseur, n’était pas un combattant et le fantôme finit par prendre le dessus et par le tuer.

Guidé par son instinct, Horz s’enfuit, mais le spectre le pourchassa, et il gagnait du terrain, lorsqu’il fut soudain arrêté par une puissante attaque spectrale. Effrayé, Horz ferma les yeux, et lorsqu’il les rouvrit, un Branette se trouvait devant lui, en train d’affronter le Ténéfix. Ce dernier restait le plus fort, mais le Branette était résistant, et la Malédiction qu’il avait lancée eut finalement raison du monstre aux joyaux, dont l’esprit damné repartit vers l’autre monde. Une autre version veut que son esprit fut finalement enfermé dans ses deux yeux.

Horz mit un bon moment avant de réaliser que le Branette n’était autre que son ancien Linéon, qui n’avait pas hésité à se damner afin de revenir vers son dresseur pour pouvoir le protéger. Certains disent que c’est parce que Horz l’avait momentanément rejeté qu’il choisit cette apparence. Quoiqu’il en soit, le jeune homme passa le reste de sa vie à rechercher et à détruire les trois autres boussoles maudites. On raconte qu’il s’éteignit le lendemain du jour où il réussit à détruire la dernière boussole, et depuis, il veillerait, sous forme d’esprit en compagnie de son Branette, sur les jeunes ramasseurs, les empêchant de s’approprier des trésors maudits, comme les Emeraudes de la mort.

Je vous rassure tout de suite, les deux émeraudes que vous allez chercher ne sont que des copies. En fait, il est fort probable que ce récit ne soit que pure fiction, mais au fil des siècles, il a inspiré nombre de bijoutiers de renom qui ont tenté de recréer ces émeraudes parfaites. La réalité qui dépasse la fiction si vous voulez. Ce sont un de ces nombreuses paires de copies qui vont nous intéresser aujourd’hui. Mais avant de chercher ces cailloux, il va d’abord vous falloir trouver le matériel adéquat.

Il se trouve que j’ai caché non loin de nous, à l’orée de cette forêt, deux boussoles en argent. Il y en a une pour chacun. Votre première tâche sera de les trouver. Vous pouvez vous faire aider par votre Pokémon pour cela. Pour les trouver, voici deux indices : elles réfléchissent particulièrement bien la lumière, et produisent un son cristallin au moindre petit choc. Revenez me voir quand vous aurez trouvé votre instrument, et nous passerons à la suite. Rassurez-vous, elles ne sont pas maudites ! Bonne chance, jeunes gens ! »


[Un premier exercice facile : vous avez simplement une boussole à trouver qui se trouve quelque part dans la petite clairière pas devant vous ! Servez-vous des deux indices de papy pour trouver une piste et localiser les boussoles. Vous pouvez utiliser votre Pokémon ramasseur pour vous aider, n'oubliez pas de le présenter d'ailleurs ^^ Revenez devant papy avec votre trouvaille et nous passerons à la suite^^]

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Hugo le Dim 17 Avr 2016 - 19:48

« Vous aussi, ça vous fait bizarre de revenir ici ? Après tout ce temps… »

Hugo s’adressait à ses deux plus vieux compagnons qui le talonnaient de près. À trois, ils avaient déjà foulé ce sol, déjà emprunté ces sentiers, déjà ressenti cette atmosphère apaisante et céleste qui se dégage de la forêt d’Agata. C’était-il y’a si longtemps qu’Hugo ne pouvait donner un nombre d’années exact... Le blond se retourna ensuite vers le plus jeune membre de l’équipe qui restait, une fois n’est pas coutume, en retrait. Ce dernier détourna le regard quand Hugo posa le sien sur son lui. L’élémancien haussa les épaules et décida de quand même s’adresser à l’Hélionceau. Il ne voulait peut-être pas croiser son regard, mais peut-être qu’en apprenant à connaître un peu son dresseur, l’enfant du feu finirait par s’ouvrir un peu plus.

« Il y’a de ça plusieurs années, j’ai quitté ma ville natale. J’habitais sur une île de Terros avant que je devienne itinérant. Cette île, c’était celle d’I’maï. J’y suis né, j’y ai grandi pour ensuite tout y perdre. Un peu comme toi. On n’est pas si différent que ça l’un de l’autre tu sais, nous avons chacun vécu des choses horribles qui font que nous sommes ce que nous sommes aujourd’hui. Toujours est-il que la première destination sur laquelle j’ai mis le cap après avoir quitté l’île d’I’maï fut cette forêt. J’y ai fait une rencontre très spéciale. J’étais jeune, je n’avais pas dix-sept quand j’ai découvert le corps inanimé d’une jeune fille. Après de longues minutes d’acharnement, elle a fini par s’en sortir. Cette jeune fille, c’est Miku. J’espère que tu auras la chance de la rencontrer. Elle est la gentillesse incarnée. Cette rencontre a bouleversé ma vie et m’a fait comprendre que j’avais ma place dans le monde, que je pouvais être utile, et que surtout, j’avais le droit d’avoir de l’espoir dans le futur. Toi aussi, tu as droit d’en avoir, que tu envisages le tien à mes côtés ou pas. »

Hugo finit par se taire, la gorge nouée par le tourbillon d’émotions qui l’assaillirent d’un coup. Un terrible mélange d’espoir, de tristesse et de mélancolie lui tiraillait les entrailles. Bien sûr, les lieux étaient pour beaucoup. Après tout, chaque arbre présent avaiet été témoin de la renaissance du jeune homme. C’était pour cette raison qu’il ressentait l’absence de lien avec son lionceau comme un véritable échec. Il s’était promis à lui-même d’être bon et tolérant, mais pourquoi ne comprenait-il pas ce qui bloquait le plus jeune membre de son équipe ? Le blond s’efforça à retenir les larmes qui lui picotaient les yeux et se contenta d’avancer toujours plus à travers la forêt d’Agata.

Violette et Hugo s’y était rendu dans le cadre de leur périple à travers Terros. Hugo tenait à présenter à sa moitié chaque endroit qui avait marqué sa vie avant leur rencontre. C’était donc tout naturellement qu’après leur passage au festival de la Lune, les deux amoureux avaient mis les voiles  sur cet endroit si particulier.

Cependant, une autre raison avait poussé le jeune homme à vouloir remettre les pieds dans ce gigantesque écrin de verdure. En effet, il avait soumis il y’a de ça quelques jours, une demande de de passage d’épreuve afin de devenir ramasseur auprès des autorités locales de l’île de la Lune. Le maître de la terre s’était énormément concentré sur lui-même ces derniers temps, il voulut donc faire plaisir à ses Pokémon en s’inscrivant sur la liste d’attente des ramasseurs. Il y voyait là un moyen d’évoluer, ce poste débouchant sur des métiers très intéressant, mais surtout, il y voyait une nouvelle activité à faire en collaboration avec ses Pokémon. C’est ce dernier point qui le poussa véritablement à déposer sa demande.

L’élémancien reçut une réponse très rapidement, ce qui le surprit quelque peu. La missive lui donnait rendez-vous deux plus tard, à l’entrée de la forêt d’Agata. Là, un ramasseur reconnu lui ferait alors passer un examen d’admission. Le Terrosien s’y était alors rendu avec Violette, qui avait alors gentiment accepté de l’accompagner. La Nalcienne avait cependant décidé de rester hors de la forêt pour s’entraîner au combat, en attendant qu’Hugo passe ce à quoi il était convoqué.

Le couple était cependant arrivé bien en avance sur les lieux de l’examen. C’était pour cette raison qu’Hugo ne croisa personne quand il traversa la première clairière de la forêt. Et c’était pour cette même raison qu’il s’enfonçait toujours plus à travers la forêt, à la recherche d’un endroit bien précis…

Après quelques minutes de marche supplémentaire, l’élémancien tomba nez à nez avec un arbre à la silhouette singulière. Cet arbre courbé avait une énorme signification pour le jeune homme. Il sentit une larme unique  dégringoler le long de sa joue, avant d’être stoppée par sa barbe de trois jours. Pourquoi pleurait-il ? Il n’en n’avait aucune idée lui-même. Un surplus d’émotions que son corps décida d’extérioriser, sûrement. Cet arbre, c’était celui sur lequel il s’était appuyé lorsqu’il trouva Miku inanimée il y’a de ça plusieurs années. À l’époque, il avait profité de la courbure vertigineuse de l’arbre pour s’y asseoir, afin d’entreprendre le sauvetage de celle qui devint une prêtresse.

En caressant l’écorce du bout des doigts, Hugo vit quelques bourgeons éclore, rendant l’arbre encore plus somptueux qu’il ne l’était déjà. Une myriade de pétales roses s’ouvrit simultanément, faisant sourire doucement le tout nouveau maître des plantes. Il était prêt. Le jeune homme se retourna ensuite vers ses trois Pokémon.

« Allons, ne soyons pas en retard. Je ne sais pas si vous pouvez tous être présent lors de l’examen, alors dans le doute, je vous dis à toute à l’heure. » fit le jeune homme avant de les rappeler chacun à leur tour dans leurs sphères.

Le jeune homme revint alors sur ses pas à vive allure, requinqué par l’expérience qu’il venait de vivre. Cet arbre avait une grande importance pour le jeune homme, et sa visite avant l’épreuve était une évidence pour Hugo. Il s’empressa cependant à retourner en vitesse à la première clairière, pour ne pas faire attendre son professeur.

-

Quand Hugo arriva finalement sur les lieux désignés par la missive qu’il avait reçue quelques jours auparavant. Dans la clairière, le jeune homme fit la rencontre d’un homme grisonnant, dont l’âge devait avoisiner la cinquantaine d’années. Avant que le jeune homme ne puisse s’introduire plus formellement, il vit un majestueux Arcanin passer à toute allure sous son nez pour se jeter sur une jeune fille dont l’âge devait être sensiblement le même que celui de Violette. Alors qu’Hugo écarquilla légèrement les yeux devant cette démonstration baveuse de joie, il sentit qu’un regard le fixait avec insistance. Quelle ne fut pas sa surprise quand il découvrit qu’aux pieds de son professeur se trouvait un magnifique Persian. Il sourit alors à l’animal avant de relever brusquement la tête quand le doyen se mit à parler.
Visiblement, les deux autres personnes présentes se connaissaient déjà. Cela expliqua alors la réaction du chien de feu à la vision de la plus jeune. Hugo sourit poliment, sans s’en formaliser plus que de raison. Il écouta alors la présentation de son professeur du jour et sourit de nouveau quand il apprit que ce dernier était défenseur. Il n’était donc pas rare que des personnes diversifient leurs talents… Aussi idiot que cela puisse paraître, le fait que son examinateur soit également un élémental rassura le jeune homme. Sylver présenta ensuite ses Pokémon avant de demander aux examinés d’en faire pareil.

Par galanterie et également par curiosité, Hugo invita Aisling à commencer. Après que la jeune fille présenta ses compagnons de ramassage, le blond hésita sur le choix du Pokémon à libérer. Sophos tout comme Irémia présentaient des bonnes dispositions au ramassage… Cependant, l’expérience et la sagesse du fauve convainquirent le dresseur à l’utiliser.

« Tout d’abord, je tiens à me présenter un peu plus formellement. Je m’appelle Hugo, et je viens de l’île d’I’maï de Terros. Enfin… J’y suis originaire, mais je suis constamment à travers le pays. Je tenais à vous remercier de prendre de votre temps pour nous faire passer cette épreuve. » fit le blond, s’inclinant légèrement. « Ensuite, je vous présente Sophos, qui est mon Persian. Il est mon premier Pokémon, et je pense que comme beaucoup de membres de son espèce, il possède de nombreuses qualités nécessaires au ramassage. »[/i] finit-il avec un sourire. Au vu des compagnons de Sylver, ce n’était pas ce dernier qui le contredirait.

Le jeune obéit ensuite à l’invitation du Flammenois et s’assit en tailleur aux côtés de son Pokémon qui lui s’était couché, posant sa lourde tête sur les cuisses de son dresseur. Le blond caressait le pelage beige de son Pokémon tout en mangeant une des baies proposées par le conteur. Ce dernier se mit alors à raconter une bien étrange légende mettant en scène un prodigieux ramasseur et son Pokémon. Le jeune homme, dans un silence religieux, leva un sourcil quand l’histoire toucha à sa fin. Il n’était pas vraiment effrayé, juste curieux de connaître la véracité de cette histoire. C’est d’ailleurs un brin de déception qu’il ressentit quand il apprit que cette histoire était probablement fictive. Cependant, le jeune homme se remit rapidement de ses émotions et resta admiratif du don qu’avec Sylver pour mettre immerger les personnes dans son monde narratif.

Le duo Hugo/Sophos finit par se relever tout en écoutant leur première mission. Trouver une imitation des fameuses boussoles utilisées dans l’histoire. Deux exemplaires étaient dissimulés dans la clairière, ne demandant qu’à être retrouvées par les deux apprentis ramasseurs. Hugo souhaita bonne chance à Aisling et se mit à fouiller du regard la zone herbeuse dans laquelle ils se trouvaient. Selon le conteur, les boussoles reflétaient le soleil et émettaient un son au moindre contact…

Bien sûr, si l’instrument d’orientation était en contact avec le sol, il sera aisé au maître de la terre de la retrouver en utilisant sa perception terrestre. Cependant, le jeune homme n’en fit rien, ayant bien compris qu’il devait travailler en collaboration avec son compagnon de ramassage. Après plusieurs longues minutes de recherche à l’aveugle, le duo se mit à maudire la pluie qui était tombée sur la Forêt d’Agata il y’a de cela plusieurs heures. En effet, l’eau tombée du ciel avait mouillé l’herbe, la rendant légèrement brillante, rendant par la même occasion inutile leurs propriétés à refléter la lumière… Retrouver cette boussole s’avérait un peu plus difficile que prévu…

Hugo eut envie de monter dans les arbres afin d’obtenir une vision plus globale de la clairière, mais se retint. N’étant pas sûr de ce qu’il pouvait et ne pouvait pas faire, il finit par se concerter avec son Pokémon à la recherche d’une marche à suivre à adopter. Un léger blanc s’installa entre les deux quand le Persian -ci se mit à s’agiter subitement, cherchant à faire passer un message à son dresseur.  Le blond inclina légèrement sa tête, se demandant ce que son premier Pokémon voulait lui dire. Le fauve se mit à gratter frénétiquement le sol de sa patte gauche avant d’enfouir sa truffe dans le petit creux.

« Mais oui ! » pensa l’humain.

Si la vue ne leur permettait de trouver ce qu’ils cherchaient, leurs autres sens étaient à disposition ! Le jeune homme fouilla dans le fond de sa poche avant d’en ressortir quelques pièces de petite valeur. Elles n’étaient peut-être pas en argent pur comme l’étaient les boussoles, mais la monnaie devait en contenir assez pour que le félin puisse en déterminer l’odeur.

Sophos se mit alors à renifler frénétiquement l’argent de son maître avant de plaquer sa truffe au sol, respirant bruyamment. Le félin se mit alors à avancer, raide, concentré durant quelques instants pour finalement se détendre et se mettre à battre de la queue.

« Tu as une piste ? Je te suis ! »

Un ronronnement rauque s’éleva dans les airs, confirmant ce qu’Hugo croyait. Le fauve beige avançait alors frénétiquement avant de s’arrêter en face d’un arbuste d’une soixantaine de centimètres. Les griffes du pisteur se mettaient alors à luire quand le Terrosien intervint.

« Allons, on ne va pas déchiqueter ce buisson. On va la trouver à la main. » fit le dresseur à l’adresse de son compagnon qui lâcha un râle bruyant.

Le jeune homme écarta alors les branches avec ses mains, en ayant bien sûr pris la peine d’enfiler une paire de gants au préalable. N’y voyant rien, le blond secoua vigoureusement l’arbuste. De nombreux cliquetis cristallins se firent alors entendre, preuve que la boussole était bien dissimulée dans le talus. L’instrument se mit alors à dégringoler de branches en branches avant de se figer dans le sol, à côté du tronc. Hugo récupéra le trésor du conteur, congratula son Pokémon et s’empressa de retourner vers son professeur.

« Je pense que nous avons trouvé ce que vous vouliez. » fit-il, une légère pointe de fierté dans la voix.

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Aisling Hops le Mer 20 Avr 2016 - 20:23

Sur l’Île I’o Maï…

« J’ai ma réponse ! Je vais passer une épreuve de ramasseur, une épreuve OFFICIELLE !! »

La porte de la chambre s’ouvrit dans un fracas pas possible puisqu’en l’ouvrant, elle s’était cognée contre le mur. Les résidents de l’auberge soupiraient : encore une tempête ? Car depuis leur arrivée sur l’île, le temps changeait beaucoup, à la fois à cause des marées, des heures de la journée mais aussi des vents maritimes. Bref, une rouquine dévala les escaliers de l’auberge pour se rendre dans la salle principale du lieu de repos afin d’y retrouver quelques membres de son groupe de Midgardiens, notamment son grand frère qui nettoyait son arc tranquillement (et en silence). La gamine plaqua alors la missive sur le nez de Lefay qui râla sur le moment ;

« Sérieux, tu es obligée de crier comme ça ? On n’est pas tout seul… »

Les quelques voyageurs présents regardèrent alors les jeunes gens, tous étonnés avant de reprendre leurs activités tout en rigolant silencieusement. Aisling haussa les épaules et se redressa. Elle s’en fichait puisqu’elle ne les connaissait pas, leurs rires moqueurs ne la dérangeaient pas puisqu’elle ne les reverrait plus. Mais elle reporta son attention sur sa lettre :

« Oublie. Regarde, j’ai reçu une réponse positive, je vais passer une véritable épreuve qui fera de moi un Ramasseur ! Enfin Ramasseuse... » se rattrapa-t-elle avant que Ming ne se manifeste.

Lefay déposa son arme sur la table et prit la lettre pour la lire attentivement. C’était écrit en Midgardien, le commanditaire ayant pris le temps de tout traduire pour les étrangers. En effet, l’épreuve allait se dérouler du côté de Terros, dans la forêt d’Agata.

« Ce Sylver… Il me dit quelque chose…

- C’est le monsieur que j’ai rencontré à la Nouvelle-Gilnéas. Il semblerait qu’il soit un Ramasseur officiel et peut faire passer des épreuves. Tant mieux, il est vraiment gentil.

- C’est une épreuve Aisling… Ton examinateur ne sera sûrement pas clément. Il est là pour tester tes capacités. Alors même si tu le connais, il ne fera pas dans la gentillesse… méfie-toi. Tu sais comment y rendre ?

- Ne t’en fais pas, je vais me débrouiller. Kircheis va m’aider à traduire mes paroles en érasien. Et puis, je vais devoir me débrouiller toute seule maintenant, cesse d’être toujours derrière moi… soupira la gamine

- D’accord. Nous allons rester ici jusqu’à ce que tu passes ton épreuve. Nous repartirons sur Midgard une fois celle-ci terminée, et qu’importe si tu la réussis ou pas. Compris ? »

Les érasiens présents dans la pièce écoutèrent alors la discussion des deux jeunes gens mais évidemment, ils ne comprenaient pas un traitre mot. Sauf si certains savaient parler le midgardien mais ce n’était pas d’un intérêt majeur pour la suite de leur vie (palpitante ?). Pendant ce temps, la rouquine soupira mais accepta le deal de son frère. De toute façon, elle allait tout faire pour réussir son épreuve et se rapprocher un peu plus de son métier rêvé ! Ainsi, elle prépara ses affaires pour son voyage et reçut tous les conseils et bénédictions du groupe pour qu’elle réussisse.

Le voyage en bateau se passa dans le calme le plus total, aucune tempête ne s’était déclarée pendant toute la traversée. Aisling descendit au port de Palma et grâce à l’aide de Kircheis, on lui indiqua le chemin pour se rendre sur le lieu du rendez-vous. On lui proposa alors de faire une partie du voyage sur une charrette lorsqu’elle croisait des paysans acceptant de l’aider mais la plupart du temps, elle devait s’y rendre à pieds. Et puis finalement, elle y arriva !

« Nous y voici ! Bon, faut maintenant trouver notre examinateur ! »

La traversée fut rapide puisque le point de rendez-vous n’était pas non plus au centre de la forêt. Aisling arriva donc après l’autre élève, un peu honteuse d’arriver dernière pour le coup… Mais elle fut rapidement rejointe par Yuko, la magnifique Arcanin de Sylver qui la reconnut tout de suite. La chienne se jeta sur elle, effrayant à la fois Kircheis qui lévita bien au-dessus de sa maîtresse (loin de l’imposante bête) et Panyar qui pour le coup alla se cacher dans la capuche de la veste, toute tremblante. La rouquine accepta les léchouilles de Yuko tout en la caressant et lui disant qu’elle aussi, elle lui avait manquée ! Une fois les câlineries faites, Aisling rejoignit Sylver et le jeune homme qui allait aussi passer l’épreuve en même temps qu’elle. Hugo était son nom et physiquement, c’était un beau jeune homme blond. Mais rapidement, la gamine se reprit et repensa aux mots de Lefay : concentration et attention. Avant que l’épreuve ne commence réellement, Sylver demanda alors aux jeunes apprentis qui seront leur Pokémon partenaire. La rouquine pourrait demander l’aide de Panyar mais étant trop jeune, elle fit sortir Voodoo.

« Je choisis Voodoo, mon premier Pokémon et fidèle ami. Mais aussi, je tenais à vous présenter Kircheis, mon Zarbi traducteur. Je l’ai capturé sur Midgard et il m’est d’une grande aide pour me faire comprendre. Evidemment, il n’arrive pas à la cheville de Tétro’ ! » lâcha-t-elle en souriant et faisant un clin œil au Zarbi T. « Il n’a aucun don dans le ramassage mais si jamais votre Zarbi fatigue à tout traduire, le mien pourra prendre le relai. »

Une fois les présentations faites, l’examinateur s’assit et invita les élèves à faire de même. Avant que l’épreuve même ne commence, Aisling fit rentrer Panyar dans sa balle ainsi que Kircheis. Puis Voodoo s’installa entre les jambes de sa maîtresse, écoutant lui aussi l’histoire du conteur. Son conte était prenant, du début jusqu’à la fin, à tel point qu’Aisling eut des frissons à chaque passage angoissant ! Même Voodoo préférait se blottir contre sa dresseuse, espérant que ses bras pourraient le protéger mais en vain. Mais lorsque Sylver mentionna que le Branette n’était autre que le Linéon de Horz, la tension redescendit.

L’histoire finie, Sylver commença enfin à parler de l’épreuve et ce que les deux jeunes gens devraient chercher. Evidemment, les deux émeraudes n’étaient que des fausses. De pâles copies des vraies, ce qui rassura Aisling, y croyant dur comme fer à ce genre de contes. Mais avant tout, il fallait qu’ils se préparent et pour premier exercice, ils allaient devoir trouver une boussole en argent. Indices sur la mission : la boussole reflétait la lumière et émettait un petit son cristallin au moindre choc.

Sur ce coup-ci, Aisling était seule, enfin elle pouvait compter sur son Pokémon. Elle se leva, épousseta ses vêtements et souhaita également bonne chance à Hugo. Une fois cela fait, elle se mit à la conquête de la boussole d’argent. Pour le moment, Aisling n’alla pas bien loin, préférant réfléchir calmement au lieu de foncer tête baissée et se louper. D’après les dires de Sylver, elle n’était pas si loin que ça donc pas non plus au centre de la forêt ce qui limitait les déplacements (et éviter de se perdre…).

« Bon faisons le point. Tu es de type Spectre et tu as les capacités d’un Pokémon de Ramasseur. Maintenant, reste à savoir comment on va pouvoir utiliser cet atout afin de dénicher cette boussole. Tu sais, c’est un objet de forme arrondie et plat avec une aiguille en son centre. Mon père en a dans son bazar. Mais celle-ci reflète la lumière et émet un petit son cristallin lorsqu’on cogne dessus… Une boussole quoi. » lâcha-t-elle en rigolant, histoire de détendre l’atmosphère.

Voodoo lévita autour de sa dresseuse qui cherchait comment réussir à trouver un tel objet puis pour attirer son attention, la poupée violette passa devant sa dresseuse et recula toujours en plongeant ses yeux jaunes dans ceux d’Aisling. La gamine suivit son Pokémon qui soudain, traversa un tronc d’arbre ! La gamine écarquilla les yeux, s’approcha de l’arbre afin de le toucher tout en rappelant son Pokémon, vraiment inquiète. Puis, la créature réapparut à moitié, le reste de son corps étant toujours dans le tronc.

« Wouah ! Je ne savais pas que tu pouvais faire ça. Mais du coup, si tu traverses un arbre, tu peux traverser la terre ! Alors Voodoo, plonge dans le sol à la recherche de la boussole ! »

Qui sait, peut-être qu’elle était enterrée quelque part, pas non plus à des kilomètres de profondeur mais cela valait le coup d’essayer. Pendant que son Pokémon fouillait sous terre, laissant dépasser sa petite corne du sol afin qu’Aisling puisse le voir, cette dernière fouilla les environs des fois qu’elle verrait un reflet de lumière. Elle ne s’occupa pas d’Hugo et de sa façon de chercher puisqu’il utilisait un autre type de Pokémon.

Le Polichombr dévala rapidement la petite clairière à la recherche de la boussole, essayant de faire son maximum pour éteindre sa « vision ». Puis soudain, son corps traversa quelque chose qui le dérangea un peu. Voyons la corne immobilisée pendant plusieurs secondes, Aisling accourut vers son Pokémon et s’accroupit :

« Y’a un souci Voodoo ? »

Peut-être était-il tombé sur un Pokémon vivant sous terre et le fait de s’être fait traverser l’avait dérangé. Aussitôt, la tête de son Pokémon sortit et il émit un petit cri suivi d’un un sourire. La gamine releva les yeux et vit un gros caillou juste devant elle. D’après sa créature, la boussole pourrait s’y trouver. Quittes à essayer. Aisling posa alors ses mains de chaque côté du roc et le souleva d’un geste rapide en ayant bien sûr plié ses genoux pour ne pas se faire mal au dos. De la terre mais aussi de petits cailloux tombèrent et un bruit peu commun se fit entendre. Lorsqu’elle posa la pierre à côté, les deux compères virent avec émerveillement la fameuse boussole.

« Trouvée ! »

La gamine prit la boussole dans sa main et de son autre main, retira la poussière afin de lui rendre son éclat Une fois cela fait, elle s’empressa de rejoindre Sylver mais aussi Hugo qui avait trouvé la sienne avant la rouquine. Bah, ce n’était pas une course et pour elle, se précipitait n’était pas une très bonne chose.

« Me revoilà ! » dit-elle avec un large sourire, montrant alors sa boussole.


_________________

> <
avatar
Aisling Hops
Informations
Nombre de messages : 120

Fiche de personnage
Points: 2
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Sylver Belister le Mer 20 Avr 2016 - 21:12

« Regardez-les, non mais regardez-les fouiller à la recherche de ces foutues boussoles ! On dirait des Tadmorv qui se vautrent dans la crasse. Seigneur Belister, je vous interdis à l’avenir de vous mettre dans des postures aussi dégradantes. Mon honneur ne supporterait jamais un dresseur aussi peu soigneux. Et dire que cette fille a l’honneur d’avoir un Zarbi pour compagnon… Inférieur à moi, certes, mais quand même ! Il vous faut absolument apprendre à maîtriser les pouvoirs télékinétiques pour vos recherches. Prenez donc exemple sur moi. Vous verrez que je suis un professeur très strict mais très compétent. Extrêmement compétent. J'oserais même dire que nul n’est plus compétent que moi pour ce qui est de transmettre des connaissances car nul n’a plus de connaissances que moi.

Ah mais j’oubliais… Avec vos pauvres yeux humains, vous ne devez pas voir grand-chose de l’activité de vos élèves… Ahlalala… »


Le T finit par pousser un long soupir de résignation psychique puis il se tut enfin. Je dois avouer que j’étais justement un peu trop concentré sur « l’activité de mes élèves » pour prêter réellement attention à ses propos que je n’avais entendus qu’à moitié. Ce premier exercice se voulait facile, les boussoles n’étaient pas très difficiles à trouver, mais cela me montrerait comment mes deux élèves se débrouillaient déjà pour chercher un objet, et surtout comment ils collaboraient avec leur Pokémon. Ce dernier point allait leur être très utile pour la suite.

J’échangeai alors un regard avec mes autres Pokémon présents. J’avais personnellement caché les boussoles dans la zone forestière qui nous entourait mais Yuko et Blackjack savaient toutes les deux où elles étaient. Avec leurs yeux animaux, elles suivaient beaucoup mieux ce qui se passait que moi – Tétro avait hélas entièrement raison sur ce point.

Yuko ne disait rien mais elle remuait régulièrement la queue, signe que tout se passait bien. Quand à BlackJack, elle fixait les deux apprentis comme elle aurait fixé une proie, complètement immobile. Néanmoins, lorsqu’elle capta mon regard et ma question muette, elle hocha brièvement la tête, ce qui confirma mes soupçons. Malgré une méthode relativement… Originale, Hugo avait réussi sans trop de mal à trouver sa boussole, et Aisling avait accompli sa tâche grâce aux pouvoirs de son fantôme. Bien, bien. Aisling et Hugo possédaient les bases pour devenir de bons Ramasseurs. Parfait ! Mais il était maintenant temps d’approfondir quelque peu lesdites bases…

J’attendis que les deux jeunes gens reviennent vers moi avec leur trouvaille, puis je leur déclarai avec un sourire :

« Félicitations à tous les deux, vous avez réussi la première étape ! Désormais, vous pouvez considérer que vous avez obtenu votre boussole de la part de la Mort, pour reprendre le déroulé du conte. Rassurez-vous, elles ne sont pas maudites, vous ne risquez absolument rien à les manipuler. Maintenant, la prochaine étape va être, comme elle l’a été pour le légendaire Horz, de retrouver la première émeraude grâce à la boussole mais aussi grâce aux compétences de votre Pokémon. Pour cet exercice, réflexion faite, je vais vous laisser la possibilité d’utiliser un autre Pokémon ramasseur que celui qui vous a apporté votre aide jusqu’ici. Mais attention, vous ne pourrez plus changer de partenaire pour les deux exercices à venir. Choisissez donc avec sagesse. Alors, qui va vous accompagner ? »

Une fois le choix fait, je leur expliquai enfin en quoi consistait leur tâche suivante :

« Le reste de l’épreuve va se dérouler sur une zone d’environ trois kilomètres carrés, que Tétrocruchamoule a gentiment accepté de délimiter avec des orbes noires, comme celles-ci. »

Théâtralement, le Zarbi s’avança alors devant moi et utilisa ses pouvoir pour générer une Puissance cachée des ténèbres sous la forme d’une orbe unique de couleur noire. Puis il lança aux apprentis :

« Ces globes servent non seulement à délimiter la zone de recherche mais aussi à vous rappeler à l’ordre le cas échéant ! Si jamais vous ou vos Pokémon avez envie de partir faire un tour hors des limites en plein milieu de cette épreuve, ces boules vous fonceront dessus jusqu’à ce que vous réintégriez le droit chemin ! »

Devant cette dernière déclaration, qui n’était pas du tout prévue au programme, BlackJac jeta un regard noir au Zarbi, qui recula d’un bon mètre, par précaution. Pour rassurer les deux jeunes, je repris :

« Merci bien Mister T, mais je pense que cela ne sera pas nécessaire, Hugo et Aisling n’ont aucune raison de fuir de cette épreuve. Pour le reste, repris-je à leur intention, ne vous inquiétez pas, ces orbes flottent à environ un mètre de hauteur au-dessus du sol et elles émettent une sorte… D’éclat obscur, si je puis m’exprimer ainsi, il vous sera impossible de passer à côté, et vous ne risquez rien si vous sortez de la zone. Mais venons-en à l’exercice en lui-même ».

Je marquai une pause, le temps de sortir de ma poche une aiguille qui semblait être constitutée du même matériau que la boussole. J’expliquai ensuite à mon auditoire :

« Vous l’avez peut-être déjà remarqué, mais les boussoles que vous avez en main n’indiquent pas le nord. En fait, elles ont été enchantées par un alchimiste dans un tout autre but. Elles réagissent à la présence d’aiguilles d’argent telles que celles que j’ai en main. »

J’approchai alors la pointe métallique de la boussole d’Aisling, mais cette dernière restait inerte.

« Comme vous pouvez le voir, elles ne réagissent pas comme un détecteur de métaux. Etre à proximité des aiguilles ne suffit pas à les repérer. En fait, elles marchent comme ceci. Mademoiselle, puis-je ? » ;

J’empruntai alors la boussole de la jeune fille, pris l’aiguille et la fit glisser verticalement contre le dos de l’objet. Aussitôt, le pointeur s’excita et indiqua une direction bien précise après trois tours de cadran.

« Telle que vous la voyez, cette boussole indique la localisation d’une autre aiguille et elle bougera de sorte à toujours indiquer sa direction, cachée quelque part dans la forêt. Hugo, je vais faire de même avec la vôtre. »

Je frottai l’aiguille contre la boussole et le pointeur se mit lui aussi à tourner tout seul. Mais au final, il indiqua une autre direction que celui d’Aisling.

« Vos boussoles ne sont pas identiques, expliquai-je, et elles ne vous indiqueront pas les mêmes aiguilles. Pas au début du moins. Il s’agit là de l’objectif de votre deuxième exercice. Vous devrez remonter la piste des aiguilles jusqu’à me retrouver moi. Quand vous en avez trouvé une, frottez la comme je viens de le faire, elle indiquera alors le chemin de la suivante. Reposez ensuite l'aiguille à sa place. Je me trouverai à l’emplacement de la troisième aiguille que vous indiquera la boussole. Les deux premières aiguilles indiquée par vos boussoles ne seront pas les mêmes pour vous deux, mais la troisième, si, de sorte que l’on peut voir cette épreuve comme une sorte de course entre vous.

Rassurez-vous, il n’y aura pas de vainqueur et de perdant, votre unique but est de parvenir jusqu’à moi. J’ai simplement imaginé ce format pour respecter l’esprit du conte des yeux de la Mort : à la base, c’est l’ambition et le sens de la compétition qui ont poussé Horz à chercher ces émeraudes. Je ne vous demande pas de vous considérer vraiment comme des adversaires pour cette chasse au trésor, mais si jamais vous vous croisez par hasard dans la forêt, il vous est interdit de coopérer.
-Et j’y veillerai ! Intervint le Zarbi.
-Je veux voir ce que vous valez par vous-même, juste vous et votre Pokémon, repris-je. Justement, parlons un peu d’eux maintenant. Vous vous demandez peut-être quel sera leur rôle puisque les boussoles indiquent seules l’emplacement des aiguilles ? En fait, elles indiquent approximativement la zone où ces dernières se trouvent. Quand vous l’aurez atteinte, l’aiguille de la boussole se mettra à tourner sur elle-même sans s’arrêter. Cela voudra dire qu’elles sont situées à environ cinq mètres de vous maximum. Oui, ces objets ne sont pas très précis. Ce sera donc à votre Pokémon de prendre le relais et de localiser la pointe en argent.

Malgré leur petite taille, toutes les aiguilles sont situées à hauteur d’yeux, plantées dans le tronc d’un arbre ou encore posées sur une large branche. Néanmoins, seuls, vous aurez beaucoup de mal à les trouver, et il vous faudra compter sur vos Pokémon pour cela. Ces aiguilles, comme les boussoles, sont enchantées de sorte qu’elles dégagent une faible aura élémentaire que des Pokémon psy ou spectre peuvent ressentir, et bien sûr, elles brillent à la lumière du soleil et tintent si on les percute. J’imagine aussi que puisque je les ai gardées un bon moment sur moi, elles sont imprégnées de mon odeur. J’ajouterai que j’ai choisi pour fixer les aiguilles des arbres relativement vieux. Mais bien sûr, j’ai pris garde à ce qu’il n’y ait pas qu’un seul arbre centenaire dans les zones concernées. L’exercice serait sinon trop facile. Ah, un dernier détail, essayez de mémoriser l'emplacement des aiguilles.  Bien, à moins que vous n’ayez des questions, je vous souhaite bonne chance, jeune gens ! »

Je sifflai alors Kaiser qui m’amena en quelques battements d’aile à l’endroit où se trouvait la troisième aiguille. J’étais prêt à recevoir mes élèves lorsqu’ils se montreraient. J’ y avais également prévu une collation pour eux et leurs Pokémon. Le soleil tapait surprenamment fort en ce début de printemps !

[La base de cet exercice est la même que le précédent mais ici vous avez obligation de varier les modes de détection : la vue, l’ouïe, l’odeur, l’aura à chaque aiguille. Insistez aussi sur la description de votre environnement, notamment lorsque vous arrivez pas loin des aiguilles, vous ne pouvez pas les trouver « tout de suite », il vous faudra fouiller un peu et observer les arbres. Enfin, vous devrez aussi collaborer avec votre Pokémon lors des fouilles et bien sûr décrire vos trajets ensemble. C’est une sorte de « version complète » de l’exercice précédent, avec plus de choses à raconter. Ah, et que le meilleur gagne… Même si ya rien à gagner ! Je vous laisse voir entre vous qui arrive en premier, de toute manière ça changera pas grand-chose^^]

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Hugo le Jeu 12 Mai 2016 - 19:15

Alors que l’aîné félicita ses élèves, Hugo ne put s’empêcher de constater, avec amusement, le trouble qu’exerçait la Persian femelle de l’examinateur sur le sien. Assis, le dos bien droit, le port de tête noble, Sophos faisait tout pour paraître sous son meilleur aspect, arrachant un furtif sourire à son dresseur. Il était rare de voir l’éternel blasé troublé.

Lorsque le défenseur proposa aux élèves de changer de Pokémon, Hugo se demanda si il ne devait pas faire participer Irémia à l’épreuve. Après tout, l’oursonne aussi était intéressée par le ramassage, peut-être même plus que le félin. Cependant, voyant l’hésitation qui habitait son dresseur, le puma lui adressa un regard noir qui pouvait se traduire par “ne t’avise même pas de me rappeler.” Une nouvelle fois, Hugo se contenta de sourire et de  répondre par une caresse sur le haut du crâne.

« Je vais continuer avec mon Persian » indiqua alors le Terrosien tandis qu’il s’avançait vers Sylver pour récupérer sa boussole ainsi que la première aiguille.

Cette dernière se mit alors à s’affoler et à tourner sur elle-même lorsqu’Hugo la prit en main avant de finalement se mettre à pointer plein nord. Bien. Le duo Hugo-Sophos se mit alors une nouvelle fois en route non sans avoir souhaité bonne chance à Aisling au préalable. Le Terrosien n’avait pas l’esprit de compétition. Il était plutôt du genre à se réjouir des exploits et victoires de chacun plutôt que de les envier. Si la Midgardienne arrivait avant le blond jusqu’à Sylver, ça serait tant mieux pour elle.

Obéissant à la boussole mystique, Hugo marchait d’un bon pas, talloné de près par son compagnon d’épreuve. Le jeune se mit à réfléchir à des techniques qui leur permettraient de découvrir l’emplacement des aiguilles une fois arrivés dans le périmètre des cinq mètres carrés. Les yeux rivés sur la boussole, l’esprit dans ses pensées, le Terrosien fut rappelé à l’ordre quand il sentit les crocs de son puma s’enfoncer légèrement dans sa peau rosée de son mollet. Stoppé par la surprise, il jeta un regard rempli d’incompréhension à son Pokémon qui se contenta de répondre d’un signe de la tête horizontal.

Se tournant alors, Hugo constata avec surprise qu’un fossé de deux mètres de profondeur se trouvait à ses pieds et qu’il s‘apprêtait à y foncer tête baissée. L’élémancien remercia alors son Pokémon qui lâcha un grognement innofensif avant de traverser le fossé d’un grand saut gracieux.

« Bah… Merci hein, tu aurais pu traverser avec moi! »

« Siahaan! » répondit le félin, amusé de voir son dresseur réfléchir à la façon dont il traverserait le fossé.

« Tu as oublié que j’étais maître de la terre peut-être, gros malin? » fit Hugo tandis qu’il traversait le pont de terre qu’il avait construit d’un coup de pied. « Allez Sophos, on y retourne. » Fit-il une nouvelle fois, n’attendant pas la réponse de l’intéressé pour avancer.

Hugo et son compagnon finirent par arriver dans une nouvelle clairière où une douce chaleur régnait. Une fois arrivés au milieu de cette dernière, l’aiguille de la boussole qui était jusque là immobile se mit à s’affoler et à tourner à nouveau sur elle-même. Une aiguille se cachait tout près…

Le maître de la terre fit alors cinq grand pas avant de revenir sur ces derniers. Comme il le craignait, le périmètre englobait une bonne partie des arbres qui encadraient la clairière. Ils allaient devoir prendre leur mal en patience.

« Cherchons déjà les grands arbres, ceux qui paraissent plus vieux que le reste. Sylver avait annoncé qu’il avait planté les aiguilles à hauteur d’yeux dans des arbres centenaires… »

Mis d’accord sur la marche à suivre, les deux accolytes se mirent alors à déterminer quels arbres étaient susceptibles d’être âgé de plus d’une centaine d’années. Vraiment pas spécialistes dans ce domaine, le duo finit par inclure une vingtaine d’arbres dans la case centenaire. Probablement deux fois trop, mais ces derniers n’en savaient rien.

Après avoir décidé de quels arbres seraient potentiellement porteur d’aiguille, le binome se mit à les examiner un à un. Hugo se mit alors à fouiller, tâter, gratter, scruter les écorces, la moindre parcelle de bois, sans résultat. Le soleil tapait sévèrement sur la peau laiteuse du jeune homme qui commençait à ressentir une légère sensation de brûlure au niveau de la nuque… Se passant une main dans la zone irradiée pour se protéger comme il le pouvait des rayons de l’astre solaire, un éclair de lucidité le traversa.

« Sophos, on va utiliser le soleil! Mais regarde moi pas comme ça, fais moi confiance! Utilise queue de fer! Voilà, maintenant qu’elle est métallique, utilise la pour refléter les rayons du soleil sur les arbres qu’on n’a pas encore examiné. »

Obéissant, le puma orienta alors sa queue de façon à ce que les faisceaux lumineux soient projetés sur les différents arbres antiques. Rien ne semblait avoir brillé jusqu’au dernier arbre où la lumière du soleil fut une nouvelle fois refletée par une minuscule surface métallique. La queue du Persian eut à peine le temps de retrouver son état de base qu’il se dirigeait déjà vers le dernier arbre analysé. Posant ses deux pattes avant sur le tronc, il finit par trouver en même temps que son dresseur, une petite aiguille de couture pas plus longue que cinq centimètres plantée profondément dans l’écorce.

Le Terrosien s’empressa alors d’arracher la petite tige métallique de sa prison forestière et la frotta sur son instrument de navigateur comme le conteur lui avait montré quelques instants auparavant. L’aiguille de la boussole se mit alors à pointer le nord-ouest. Tout en relogeant le premier indice dans l’arbre, le jeune homme se tourna vers son Pokémon.

« Bon bah… C’est parti! En espérant qu’on trouve la deuxième facilement. »

Suivant toujours aveuglément la direction indiquée par sa boussole, Hugo finit par arriver en quelques minutes dans une partie un peu plus boisée de la forêt d’Agata. Les arbres étaient si haut qu’ils consituaient un plafond de feuilles à travers lequel le soleil ne passait pas. L’air y était plus humide et le sol était légèrement boueux.

« Urgh… Génial. Pas de soleil pour cette fois-ci. » Fit le dresseur à l’adresse de son compagnon.

Bien que sa maîtrise des plantes lui aurait permis d’écarter le plafond feuillu en un rien de temps, Hugo décida de se plier aux volontés de son examinateur. Si l’aîné avait décidé de placer la tige métallique à cet endroit précis, c’était pour une raison bien précise, bien qu’inconnu du fils de la Terre. Le jeune homme se mit alors se remmémorer les caractéristiques des aiguilles. Elles brillaient quand illuminées par la lumière du soleil, c’était avéré, mais pas très utile dans ce cas-ci. Elles s’étaient probablement imprégnées de l’odeur de l’itinérant, mais vu les odeurs très fortes que dégageaient certaines plantes du mini-marécage, le dresseur doutait que son Pokémon arrive à la localiser de cette façon. Il restait alors l’ouïe. Les aiguilles faisaient du bruit quand on les touchait.

Hugo et Persian recommencèrent alors à essayer de déterminer quel arbre était centenaire et lequel ne l’était pas. Heureusement, bien que plus fournis, les arbres étaient moins nombreux que dans la clairière, probablement à cause du manque de lumière. Tant mieux, pensa le blond, cela limiterait un peu leur champ d’action. En tout, six arbres étaient potentiellement porteurs d’aiguille.

Le duo d’apprentis ramasseurs se remit alors à scruter chacun des six arbres pendant trente bonnes minutes. À portée d’yeux humains, Hugo comme Sophos firent chou blanc. S’efforçant à ne pas céder à la panique et à l’énervement, le jeune homme ferma les yeux, essayant de se remémorer chacune des paroles du moustachu.

« Malgré leur petite taille, toutes les aiguilles sont situées à hauteur d’yeux, plantées dans le tronc d’un arbre ou encore posées sur une large branche. »

« Mais oui ! »
pensa Hugo.

Ils s’étaient tellement concentrés sur les troncs qu’ils avaient complètement négligé les grosses branches ! S’agrippant alors à l’une d’elle, Hugo finit par renouer avec son passé d’adolescent des bois et se mit à sauter d’arbres en arbres, utilisant sa maîtrise des plantes pour appeler à lui des lianes quand la distance à traverser s’avérait trop grande. Après avoir fouillé les deux branches principales d’un arbre qu’ils avaient qualifié de centenaire, le Tarzan du dimanche s’apprêtait à rappeler à lui une corde végétale quand un « Persian » bien sonore résonna dans le petit marécage.

Redescendant immédiatement au sol, Hugo vit son félin, le nez au sol, grattant le sol toutes griffes dehors, la queue immobile. Reniflant bruyamment, le puma finit par se retourner et pointer le sol d’une de ses pattes. En atterrissant, le blond ne fut s’empêcher de constater que son Pokémon avait bel et bien mit la patte sur la deuxième pointe métallique qui était couchée sur le sol. Le Terrosien avait probablement dû la faire tomber lorsqu’il était arrivé sur la branche sur laquelle elle reposait et le félin avait dû entendre le tintement cristallin qu’avait produit l’aiguille lors de sa chute.

« On a la deuxième, beau boulot Sophos ! Frottons là et allons voir où elle nous mène. »

Le jeune homme réitéra alors l’exercice et frotta énergiquement l’aiguille contre sa boussole avant de la redéposer sur la branche dont elle était tombée. La boussole changea alors encore une fois de direction et se mit à indiquer l’ouest. Si le duo avait bien respecté toutes les consignes données par le ramasseur aguerri, mettre cap sur l’ouest permettrait aux apprentis ramasseurs de tomber sur l’endroit où le Ptéra avait emmené le défenseur. Très vite, Hugo et Sophos se mirent en route, suivant les indications de la boussole. Ils se dépêchaient, ne voulant pas faire attendre Sylver.

Les compagnons d’épreuve s’aventuraient hors des sentiers battus et durent enjamber plusieurs troncs d’arbre, fendus et couchés sur le sol. Les deux compagnons se montraient d’une extrême prudence et regardaient toujours à deux fois là où ils mettaient les pieds. Alors qu’ils s’enfonçaient toujours plus dans la forêt, Hugo marcha sur un Trompignon, qui, à la fois énervé et effrayé, relâcha une flopée de spores volatiles. Tout en retenant leur respiration, les deux examinés se mirent alors à courir. La priorité n’était plus de se faire discret mais bien d’arriver à la destination finale sans s’évanouir.

Les branches craquaient sous leurs pas lourds, les Mimitoss fuyaient sur leur passage. Après quelques minutes de course effrénée, le blond et son Pokémon finirent par arriver dans une petite clairière plus ou moins similaire à celle de départ où l’attendait Sylver, tout comme Aisling. Les yeux d’émeraudes du garçon se posèrent instinctivement sur sa boussole qui s’affolait effectivement. Transpirant à grosses gouttes, tout en ayant ses mains sur ses genoux, le jeune homme essaya de récupérer son souffle, une contenance, et sa dignité avant de s’adresser aux deux personnes.

« J’ai trouvé les deux aiguilles… Enfin… Mon Persian les a trouvées. On espère avoir réussi l’exercice… »  

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Aisling Hops le Mar 17 Mai 2016 - 12:05

Aisling rejoint alors Hugo qui avait fait équipe avec son magnifique Persian et Sylver qui attendait ses deux apprentis revenir avec leur trouvaille. Cette dernière tendit l’objet dans ses deux mains vers l’examinateur toute contente d’avoir réussi cette première partie de l’épreuve. Voodoo lévita à ses côtés, lui aussi ravi d’avoir trouvé cette boussole ! Sylver n’hésita pas à complimenter les deux élèves de leur réussite et ne manqua pas de faire une petite blague concernant « les boussoles de la mort ». Aisling eut un léger frisson lui traversant tout le corps mais quand elle vit le Flamenois sourire, elle se détendit, une nouvelle fois. Puis la suite des évènements : tout comme le protagoniste du conte, Hugo et Aisling allaient devoir retrouver la première émeraude. Avant de continuer, il fallait déterminer leur prochain partenaire : Sylver proposait sûrement ce choix car Hugo comme Aisling devaient posséder un second Pokémon ramasseur. La demoiselle se mit à réfléchir : est-ce que Panyar voudrait essayer ? Pourquoi mais la petite Fouinette était encore jeune et puis bon, elle ne voyait pas aussi bien. Qui sait quel genre d’épreuve elle allait devoir subir ? Non, c’était encore trop tôt ; Aisling n’utiliserait les dons de ramasseur de Panyar que quand elle aurait obtenu son titre.

« Je vais continuer avec Voodoo. »

La poupée violette accepta le choix de sa dresseuse et vint se positionner non loin d’elle, au niveau de son épaule droite, toujours à l’écoute des directives que l’examinateur allait leur donner. Prochain terrain de jeu : une vaste zone de la forêt délimitée par des sortes de globes générés par le Zarbi T. Ainsi, ils ne pourraient quitter le « jeu » sans que ce dernier le sache. De toute façon, ce n’était pas leur but puisqu’ils étaient là pour réussir l’épreuve. Mais Aisling voyait surtout ça comme une aide, plutôt que de se perdre dans la forêt et forcément, perdre du temps dans l’exercice. Elle ne put s’empêcher de sourire à l’attention du Zarbi qui finalement, prenait cette épreuve très au sérieux. Mais revenons à l’exercice ; Sylver sortit une aiguille de sa poche et fit remarquer que les boussoles trouvées n’indiquaient pas le Nord, chose curieuse, surtout pour une boussole.

Pour expliquer leur fonctionnement, Sylver prit gentiment la boussole d’Aisling et leur montra alors comment la faire fonctionner. En mettant l’aiguille derrière, l’aiguille présente dans la boussole se mit soudainement à bouger ! Devant cette curiosité, Aisling ne put s’empêcher d’être émerveillée ; comment était-ce possible ? Sylver fit la même chose avec celle d’Hugo mais cette dernière ne pointa pas la même direction. Leur but était donc de retrouver deux autres aiguilles pour les conduire à une troisième commune : Sylver. Mais quelque chose chagrina la rouquine : une course entre eux ? Aisling regarda alors Hugo et se sentit désavantagée par rapport à lui. Il semblait bien connaître la forêt alors qu’elle, non. Evidemment puisqu’elle avait toujours vécu au-dessus des nuages alors dans une forêt… Non, elle ne devait pas partir défaitiste ! Le résultat ne devrait sûrement pas compter, tant qu’ils y arrivent !  

Contrainte : la boussole n’indiquerait pas totalement la position de l’aiguille cherchée. Ainsi, les Pokémon ramasseurs pourraient aider leur dresseur en cherchant le fameux objet si petit. Sylver donna énormément de détails et de renseignements qu’Aisling faillit se perdre. Et lorsqu’il annonça le début du second exercice, il s’envola sur le dos de son Ptéra, laissant alors les apprentis ramasseurs commencer. Hugo souhaita bonne chance à Aisling avant de se diriger vers la seconde aiguille. La rouquine mit un certain temps pour lui répondre mais cria pour que ce dernier puis l’entendre. Ce n’était clairement pas le moment de se laisser abattre !

« Bon, on va y arriver ! Allez Voodoo, direction, l’aiguille perdue ! »

Aisling prit alors la direction que pointait sa boussole. Evidemment, elle avait les yeux rivés dessus et elle ne faisait pas attention où elle mettait les pieds. Plusieurs fois, elle manqua de tomber en se prenant les pieds dans des racines qui dépassaient, perdant quelques instants son équilibre, ou bien en fonçant dans des arbustes trop petits pour qu’elle ne puisse les voir… Voodoo avait essayé à plusieurs reprises de lui faire comprendre qu’elle devait faire attention mais rien n’y faisait, elle ne retirer ses yeux de la boussole sans aucun prétexte. En ayant marre, le Pokémon se déporta légèrement sur la gauche et laissa alors sa dresseuse foncer sur un tronc d’arbre.

Les fesses à terre, elle cligna plusieurs fois des yeux pour comprendre ce qu’il venait de se passer. Voodoo vint auprès d’elle et lui fit comprendre qu’elle devait aussi faire attention à l’environnement qui l’entourait. Un peu honteuse de s’être comportée ainsi, elle s’excusa auprès de son ami et lui promit de faire plus attention. Ainsi, le duo reprit leur marche en quête de la première aiguille. Aisling marchait à un rythme régulier, alternant entre regarder la boussole qui lui indiquait la direction de sa prochaine étape mais aussi à son environnement, des fois qu’elle croiserait des Pokémon sauvages. Au bout d’un petit quart d’heure, la rouquine arriva devant une sorte de petit marécage, enfin c’était plus joli qu’un véritable marécage tout boueux. Non, il s’agissait en fait d’un petit bassin d’eau naturel avec des plantes aquatiques et certains arbres prenaient racine dedans. Avec le soleil qui éclairait cet endroit, l’eau scintillait, c’était vraiment magnifique. Les deux compagnons prirent quelques secondes pour observer ce lieu qui leur semblait magique. C’est alors que la boussole se mit soudainement à tourner comme une folle.

« Oh regarde ! Une aiguille doit être dans le coin ! » dit-elle en regardant son objet s’affoler. Puis vers son Polichombr, « D’après les informations de Sylver, l’aiguille peut se trouver sur un vieil arbre. Voodoo, tu vas chercher sur ceux qui baignent dans le bassin, moi aux alentours. » et avant qu’ils ne se séparent, « C’est quoi un vieil arbre ? Enfin, on le différencie comment d’un jeune ? » dit-elle sur le coup puis rigolant, « bah, on cherche, on va bien trouver ! »

Elle haussa les épaules et vit son Pokémon scruter les arbres dont les racines étaient dans le bassin d’eau. Elle ne voulait pas s’y risquer et de tomber. Bien qu’il fasse beau en cette belle journée d’épreuve, ce n’était pas encore les grandes chaleurs et elle ne voudrait pas tomber malade. Elle lança quelques regards vers son Pokémon des fois qu’il attirerait l’attention de Pokémon sauvages… Et tout en le regardant, elle tata quelque chose d’un peu visqueux. Enfin ce n’était pas dur comme l’écorce des arbres…

« Tiens… ? Aaaahhh !!! »

Aussitôt elle retira sa main et vit un Chenipan sur le tronc. L’insecte regarda la gamine et n’aimant clairement pas d’avoir été « touché » par une inconnue, ce dernier lança une attaque Sécrétion sur son visage qui ne put esquiver le coup. Ayant complètement le visage recouvert, elle ne voyait plus grand-chose et Voodoo vint à sa rescousse mais Aisling lui interdit d’attaquer l’animal sauvage car c’était de sa faute. Le Chenipan quitta les lieux et Aisling partit aussitôt se rincer le visage. Eh bah… Heureusement que ce c’était qu’une petite attaque Sécrétion !

« Bon, je suis désolée pour ce petit contretemps. Remettons nous à la conquête de cette aiguille ! »

Voyant l’enthousiasme qu’elle débordait, le Polichombr sourit et se remit à « flairer » l’aiguille car d’après les dires du Conteur, certaines étaient enchantées et permettait ainsi de mieux les localiser. N’ayant pas cette faculté, Aisling dût scruter les troncs d’arbre et autres éléments naturels comme des arbustes à hauteur des yeux pour la trouver. Puis Voodoo vint à émettre des sons pour interpeller sa dresseuse. Il l’avait trouvée ! Mais n’ayant pas de bras, il ne pouvait pas la récupérer maos grâce à ses capacités de Pokémon Spectre, il avait ressenti l’aura qu’elle émanait…

« Eh bah… Il a de l’humour ! Bon, je peux peut-être grimper sur un arbre adjacent et récupérer l’aiguille. Allons-y ! »

En effet, l’aiguille qui brillait légèrement à la lumière se trouvait sur un des arbres se trouvant au centre du bassin d’eau. Fort heureusement, il y avait un arbre situé à la périphérie du bassin dont une grosse branche arrivait non loin du tronc où se trouvait l’aiguille. Ainsi, Aisling grimpa dessus et s’allongea sur la branche pour venir jusqu’au tronc. C’était délicat car elle devait à la fois faire attention à ne pas tomber mais aussi récupérer l’aiguille sans ça, elle ne pourrait pas continuer l’épreuve.

« Allez, j’y suis presque… encore un petit effort… » s’encouragea-t-elle en tendant sa main.

Elle y était presque… Et puis soudain, la branche cassa (sous son poids) et la rouquine se retrouva dans le bassin d’eau. Voodoo vint rapidement tourner autour de sa chute, complètement paniqué. Il cria, vola comme un dératé, jusqu’à ce qu’Aisling en ressorte, la main levée en l’air tenant fermement l’aiguille ;

« JE L’AI !!!! »

Ah tiens, elle avait pieds. En fait, ce n’était qu’un petit abreuvoir pour les Pokémon vivant ici. Elle sortit rapidement de l’eau pour rejoindre ses affaires. Elle était trempée de la tête aux pieds mais elle s’essuya partiellement et se mit alors à frotter l’aiguille contre sa boussole.

« Notre prochaine étape ! »

Le duo reprit sa route en quête de la seconde aiguille qui pointait vers l’Est cette fois-ci. « Atchoum ! » eh oui, Aisling avait attrapé froid en tombant dans le bassin d’eau. Sous les conseils de Voodoo, elle se changea rapidement, et s’occupera de son linge mouillé plus tard. Tout ce qu’elle voulait, c’était un bon lit bien chaud mais elle était encore loin d’en avoir terminé avec cette épreuve. Encouragée par son Pokémon, ils arrivèrent dans un espace légèrement clos par des arbres dont le feuillage filtrait les rayons solaires.

« L’aiguille de la boussole tourne à nouveau, notre aiguille magique doit se trouver dans le coin. »

Avant qu’ils ne se mettent à la recherche, Aisling prit le temps d’observer les lieux ; l’herbe était haute dans ce petit espace et il y avait bien de grosses pierres taillées mais abimées par l’érosion et les années. Il y régnait une drôle d’atmosphère dans ce lieu ce qui fit légèrement angoisser la rouquine. Ce lieu était en réalité les vestiges de l’ancienne guerre mais ça, elle ne le savait pas. Peut-être il y’avait-il des cadavres de soldats morts au combat ? Inquiète, elle se mit à la recherche de l’aiguille en n’ayant pas spécialement envie de rester dans le coin. Voodoo scruta les arbres qui servaient de rempart à cet espace tandis que sa dresseuse cherchait plus au centre de la place. Sylver avait bien dit que l’aiguille était plantée sur un vieil arbre mais des Pokémon sauvages auraient très bien la faire tomber par inadvertance.

Un peu désespérée, Aisling vint s’assoir sur une des pierres recouvertes de mousse et soupira. Elle se sentait complètement anéantie, comme si elle avait perdu toute volonté de poursuivre l’épreuve. Voodoo s’approcha de sa dresseuse et se frotta contre sa joue pour l’encourager. Ils en avaient trouvé une, il manquait plus que celle-ci, elle ne pouvait pas abandonner ainsi ! Dans cet endroit légèrement sinistre, il semblerait que Voodoo ne puisse ressentir l’aura et sans lumière, impossible de la voir briller.

Soudain, le feuillage en face d’eux se mit à gigoter. Sur la défensive, Aisling se redressa. Un Pokémon sauvage ? C’est alors qu’un magnifique Tropius fit dépasser sa tête. L’animal observa l’humaine et la jugeant non agressive, de même pour son Pokémon, il se mit à manger des baies Willia dont certaines tombaient sur le sol, écrasées par ses imposantes pattes. Une fois son repas fait, il se frotta contre l’arbre qui se balançait de droite à gauche. La rouquine ne put s’empêcher de sourire en voyant ainsi le Pokémon traiter les arbres. Et soudain, quelque chose brilla quand elle passa dans le petit filet de lumière. Aisling et Voodoo se mirent rapidement debout ce qui apeura le Pokémon qui quitta les lieux.

« Tu as vu ce que j’ai vu ? »

Le Polichombr fit « oui » et aussitôt les deux amis se mirent à chercher dans le périmètre. Malheureusement, l’aiguille était tombée dans l’herbe. Voodoo tenta d’user de ses capacités spectrales pour mieux la localiser mais il se sentait pas bien dans ces vestiges, aussi il dût utiliser ses yeux pour la chercher. Aisling tâta le sol à sa façon, se servant de ses mains comme « outil ». D’ailleurs, l’herbe était fraiche et c’était agréable au toucher. Elle se mit même à sourire devant son insouciance. C’était bien la première fois qu’elle prenait le temps de découvrir le « monde » qui l’entourait.

« Aïe ! »

Lorsqu’elle redressa sa main blessée, l’aiguille était plantée dans sa peau. Elle montra alors l’objet à son Pokémon et ils se mirent à rire aux éclats. Puis elle se rapprocha de ses affaires, récupérera la boussole et fit la même manœuvre. L’objet pointa vers le Nord cette fois-ci. Aussitôt, ils prirent cette direction, ils devaient rejoindre Sylver au plus vite ! Le chemin se déroula comme un début, trop pressée de les retrouver, elle manqua à plusieurs reprises de se prendre les pieds dans des racines. Voodoo était exaspéré de l’attitude de sa dresseuse mais d’un côté, il aimait la voir ainsi plutôt que déprimée comme toute à l’heure. Ils croisèrent différentes espèces de Pokémon sur leur passage mais ils n’avaient clairement pas le temps de les observer, ils étaient attendus, et qui sait, depuis un bon moment !

« Me voilà ! »

Lorsqu’elle arriva sur les lieux, Sylver était seul enfin accompagné de ses Pokémon. La rouquine cessa de courir et observa les lieux se demandant alors où se trouvait Hugo car bon, elle avait mit pas mal de temps pour récupérer les deux objets… Lui aussi avait-il eu quelques soucis ? Aisling s’approcha alors de Flamenois et lui tendit la boussole des fois qu’il voudrait vérifier qu’elle avait bien utilisé les deux aiguilles cachées pour arriver ici. Mais quelques instants après, Hugo arriva un peu essoufflé. Ils avaient réussi à retrouver leur examinateur. Maintenant, il ne restait plus que le verdict…

[ Hrp : désolée pour la longueur mais disons qu'Aisling m'inspire x) et j'espère que ça ira ! ]

_________________

> <
avatar
Aisling Hops
Informations
Nombre de messages : 120

Fiche de personnage
Points: 2
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Sylver Belister le Mar 17 Mai 2016 - 21:49

Bien, très bien même ! Aisling était déjà arrivée et voilà qu’Hugo se montrait. Parfait. Tous deux avaient donc réussi cet exercice. Il était donc temps pour moi de les féliciter, ce que je fis avec un grand sourire :

« Très bien, bravo à tous les deux ! D’après Tétrocruchamoule, qui vous a surveillé grâce à ses pouvoirs pendant cette épreuve, vous vous en êtes tous les deux très bien sortis ! »


En réalité, les propos exacts du Zarbi avaient été : « On a évité de justesse la catastrophe ». Mais comme il avait tendance à sur-dramatiser, j’avais supposé qu’en réalité tout s’était très bien passé. Nous allions donc pouvoir passer à la suite.

« Très bien, enchaînai-je, nous allons maintenant passer aux choses sérieuses. Comme vous pouvez le voir, je ne suis pas ingrat, l’émeraude que je vous avais promise se trouve juste derrière moi. »

Effectivement, le joyau se trouvait dans mon dos, au pied d’un arbre, brillant de mille feux. Mais il n’était pas tout seul. En effet, Blackjack se trouvait au pied de l’arbre, une de ses pattes avant posée sur l’émeraude, ce qui signifiait clairement que l’objet lui appartenait. Et vu la tête qu’elle affichait, il était suicidaire de tenter de la lui reprendre.

A vrai dire, son expression avait des accents de sincérité et pour cause : en tant qu’ancienne voleuse, ma Persian détestait par-dessus tout qu’on la vole elle. La dernière personne qui avait fait ça avait hélas péri dans un incendie… Mais il était temps pour moi d’annoncer la suite :

« Concernant le prochain exercice, le but sera le même que pour votre tâche précédente, à savoir atteindre l’émeraude. Mais pour cela, il vous faudra passer son gardien. BlackJack joue ici le rôle de la Mort elle-même, en quelques sortes. Si vous apportez la bonne offrande, elle vous laissera passer.

Mais permettez-moi de vous donner quelques précisions concernant ma Persian. Tout d’abord, je vous déconseille très fortement d’essayer de vous emparer directement du bijou. Si jamais vous essayez, elle ne vous attaquera pas mais son Grincement sera si puissant qu’il vous forcera à lâcher la pierre pour vous boucher les oreilles. Et même si vous essayez d’y aller en combinant vos talents à ceux de vos Pokémon, méfiez-vous. Je dis cela sans aucune volonté de vous blesser, mais je ne pense pas qu’aucun de vos Pokémon ait le dessus sur elle en combat… Et ses feintes sont redoutables. Mais de toute manière, il s’agit d’une épreuve de Ramasseur, pas d’un match d’Arène, et vous n’avez donc pas à combattre.

En effet, pour obtenir l’émeraude, vous devrez convaincre ma Persian de vous laisser l’approcher. Et pour cela, la méthode est très simple : elle a faim, et il lui faut donc de la nourriture. Comme nous autres humains, les Persian sont omnivores, par conséquent, il va lui falloir de la viande, mais aussi des végétaux pour son repas. Mademoiselle Aisling, vous êtes arrivée la première, je vous laisse donc la partie la plus « facile » : vous vous occuperez de lui apporter des racines ou d’autres plantes comestibles.

Hugo, il vous faudra vous charger de la viande, ce qui implique de chasser. Mais d’un autre côté, vu que vous possédez vous-même un Persian, ce ne sera pas un problème, j’imagine… D’ailleurs, à ce sujet, je dois vous prévenir. Il ne m’étonnerait pas BlackJack, sachant que vous avez comme partenaire un membre de son espèce, se montre encore plus exigeante quant à ce que vous allez lui apporter.

Les deux tâches que je vous ai confiées jusqu’ici relevaient plus de compétences propre à un apprenti marchand ou à un archéologue novice. Mais bien entendu, je me dois, afin de vous offrir une formation complète, de vous initier aux travaux du chercheur, qui requièrent avant tout une bonne connaissance des Pokémon en général.

Réfléchissez donc bien à ce que vous allez lui apporter. Observez-la, parlez-lui si ça peut vous aider. Vous pouvez même la toucher, du moment que vous ne tentez pas de vous emparer de l’émeraude par la force ou par la ruse, il n’y a aucun problème. En fait, elle ne le paraît pas ainsi, mais elle aime beaucoup les caresses ! Votre partenaire sur cette épreuve sera le Pokémon qui vient de vous aider à arriver jusqu'ici, soit votre Persian pour vous, Hugo, et votre Polichombr pour vous, mademoiselle. Sur ce, je crois vous avoir tout dit ! Vous avez une heure. Je vous attends ici avec vos trouvailles ! Bonne chance, jeune gens ! »


Et après un ultime sourire, je les laissai partir en quête de nourriture pour le chat.

« En fait tu aimes vraiment que l‘on s’occupe bien de toi, n’est-ce pas ? demandai-je avec un sourire amusé à ma chatte qui ne s’était toujours pas départie de son expression féroce, s’approcha alors de moi, et pour toute réponse, elle miaula avant de venir se frotter à mes jambes.
« La nourriture ne te suffit pas ? Tu veux aussi des caresses ?  Demandai-je en éclatant de rire.
-Vieillard sénile ! Stupide chatte !... »
Cracha alors le Zarbi qui n’avait rien perdu de la scène.

Mais il n’eut pas le temps de nous insulter davantage car BlackJack lui jeta alors un regard meurtrier qui le réduisit aussitôt au silence. Ma chatte avait beau être d’un naturel calme et gentil depuis son évolution, la vie difficile qu’elle avait menée avant notre rencontre lui avait appris à toujours se tenir sur ses gardes, et elle pouvait laisser s’exprimer sa nature sauvage en moins d’une seconde…

[Le prochain exercice consiste donc à présenter vos offrandes au tout puissant dieu chat cat Pas de nourriture, pas de grade pour vous ! Pour cet exercice, insistez bien sur la "récolte de la nourriture" et ce en trois étapes :
1/La recherche de l'objet en question : où cherchez vous et quoi  ?
2/ L'analyse de l'ingrédient trouvé : pourquoi selon vous cet ingrédient convient à BlackJack ? Avancez donc quelques explications physiologiques/physiques/Wathelese.
3/La collecte de l'aliment, ou comment vous le récupérez.
Je rappelle que c'est plantes pour Aisling et viande pour Hugo.
Bonne chance Wink ]

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Hugo le Mar 14 Juin 2016 - 17:29

Aisling et Hugo avaient réussi l’exercice, ou du moins c’est ce que le grisonnant leur avait dit. Bien que sûr de rien, Hugo préféra le croire. L’émeraude de la légende était alors à portée de vue des deux apprentis ramasseurs. Cependant, un dernier obstacle leur barrait l’accès à la pierre précieuse. En effet, la Persian de l’examinateur s’était approprié la sphère verdâtre, empêchant ainsi les humains de s’en emparer, et pour espérer que BlackJack les laisse s’approcher du joyau, les examinés avaient une mission.

La tâche, bien que simple, souleva un léger sentiment de malaise et de gêne chez Hugo. En effet, ce dernier avait l’habitude de laisser chasser son Pokémon seul, n’étant pas particulièrement à l’aise avec la mise à mort d’un animal. Bien sûr, le Terrosien savait qu’il ne s’agissait que du cycle de la vie, de la hiérarchie animale, mais même en ayant tout cela en tête, il ne pouvait pas s’empêcher d’envier la jeune fille de « là-haut » qui n’avait « qu’à » récupérer des plantes.

Enfin… Le jeune homme finit par se donner du courage en se disant que cette épreuve serait le moyen de dépasser ses limites. Si son puma avait l’habitude de chasser seul, c’est ce dernier qui ferait le plus gros du travail, le dresseur étant là pour accompagner et encadrer son compagnon. Hugo finit par s’approcher de la gardienne, passant une de ses mains dans la robe beige du félin. Grattant derrière l’oreille du Pokémon du Flammenois, le blond remarqua à quel point les deux Pokémon étaient similaires.

Bien sûr, ils avaient leurs différences, la couleur de leur fourrure et joyau n’étant pas parfaitement identique, et Hugo distinguerait les deux Pokémon sans soucis, mais quand même… Le jeune homme se rassura alors, se disant qu’ils devaient dès lors avoir probablement les mêmes goûts pour la nourriture.

Hugo prit alors congé des deux autres humains et se mit à s’enfoncer un peu plus profondément dans la forêt. Il avait une heure. Une heure pour trouver la pièce de viande de rêve pour la Persian femelle. Le Terrosien se mit alors à parler distraitement à son premier compagnon.

« Tu as déjà repéré des potentielles cibles quand nous sommes arrivés dans la forêt ? »

En réponse, le blond ne reçut qu’un léger râle affirmatif, tandis que son Pokémon adoptait une démarche chaloupée. Les clavicules du Pokémon dansaient sur son dos, ses griffes se plantaient dans le sol meuble et sa queue était droite, immobile. L’instinct bestial du Pokémon du Terrosien ressortait et ce dernier était entré en chasse.

L’élémancien s’efforçait de ne pas utiliser sa perception élémentale durant cette épreuve. Ainsi, il ne pouvait deviner l’emplacement de Pokémon sauvage qu’avec ses cinq sens pour seule aide. Au bout de cinq minutes de marche, Hugo tressaillit de surprise. Les branches des arbres qui formaient le plafond végétal qui surplombait le duo se mirent à bouger, tandis qu’un petit primate semblait swinguer de branches en branches. Le Terrosien reconnut alors tout de suite l’animal qu’il identifia comme étant un Capumain, un petit Pokémon très facétieux mais inoffensif. Le géokinésiste se retourna alors vers Sophos qui hocha sa tête horizontalement. Ce Capumain allait vivre.

La faune était particulièrement dense dans cette forêt, mais rare étaient ses habitants qui correspondaient à l’alimentation d’un Persian. En effet, celui d’Hugo ne prit même pas la peine de s’arrêter sur toutes les créatures qui s’apparentaient de près ou de loin aux insectes ou aux plantes. Probablement pas assez de viande à l’intérieur, ou tout simplement pas digne de sa congénère ? Le blond n’en n’avait aucune idée mais suivait son compagnon dans sa recherche.

Le félin était silencieux, furtif et rapide. Il utilisait chacun de ses muscles pour contrôler le moindre de ses mouvements, se rendant le plus invisible et inaudible possible. Hugo essayait d’en faire tout autant, mais sans sa maîtrise de la terre, l’humain était bien moins discret. Faisant quand même bien attention à l’endroit où il posait le pied, Hugo se débrouillait tant bien que mal à suivre Sophos.

Le duo finit par déboucher près d’un arbre où un terrier semblait être creusé à sa base. Hugo ne l’aurait probablement pas remarqué si son Pokémon ne s’était pas arrêté subitement, les poils se trouvant sur sa nuque s’hérissant. Il avait repéré un Pokémon. Le blond se demanda alors de quelle espèce il pouvait bien s’agir jusqu’à ce que sortit un gros rat à la fourrure brune et sale et aux dents disproportionnées. Le Pokémon était dodu, assez gros pour son espèce, et il semblait être au goût du chasseur étant donné que ce dernier était presque couché sur le sol, les muscles bandés, prêt à bondir sur sa cible.

Hugo était prêt à détourner les yeux quand sans le vouloir, il ressentit des présences derrière le Rattatac. Comprenant de quoi il s’agissait, Hugo ordonna à son Pokémon de ne pas bouger. Devant le regard noir que lui jeta Sophos, le blond lui somma de regarder sa cible. En effet, derrière le gros rat se trouvait une demi-douzaine de jeunes, tous au pelage clairsemé et violet. Si le rongeur était aussi gros, c’est parce qu’elle venait de mettre bas. Et en prenant le compte que la moitié des bébés semblaient être encore aveugle, leur venue au monde devait dater d’il y’a moins de deux semaines. En tuant la mère, le jeune homme se rendrait responsable de la mort de toute cette portée, et il n’était pas prêt.

Le Terrosien quitta alors les lieux, talonné de près par son Pokémon. Hugo jeta un sourire à son Pokémon, remerciant Arceus pour lui avoir donné un compagnon aussi obéissant. Depuis qu’il avait évolué, il avait toujours fait preuve d’une loyauté sans faille et d’une obéissance à toute épreuve, et le fait qu’il n’attaque pas le Rattatac en était une nouvelle preuve. Le blond jeta alors un sourire au félin, le bousculant légèrement du genou.

« Ne t’inquiètes pas, on trouvera un autre moyen d’impressionner madame Persian. » fit le blond à son Pokémon qui leva les yeux au ciel.

Après une bonne bonne quinzaine de minutes de marche, les apprentis ramasseur aperçurent un cervidé qui s’abreuvait à un point d’eau au loin. Le Cerfrousse était imposant, recouvert d’une robe beige uniforme et ses bois mesuraient plus de soixante centimètres. Hugo se mit alors à envisager d’en faire la proie de son Persian quand ce dernier s’en détourna immédiatement. Surpris, le dresseur demanda à son Pokémon pourquoi il refusait d’abattre l’imposant cerf. Le puma se lécha alors le flanc droit. Le blond regarda immédiatement à ce même niveau chez le Cerfrousse pour y remarquer qu’une large plaque sans poils se dessinait sur le Pokémon Maxi Corne.

« Il est malade, c’est ça ? »

Hugo eut pour seule réponse un « Pers » tranché. Pas question donc, de ramener de la viande avariée. Le jeune homme commençait à perdre légèrement patience. Soit la bête ne correspondait pas aux goûts de l’espèce, soit elle avait toujours quelque chose qui n’allait pas. Le Terrosien était perdu, comme souvent, dans ses pensées quand il buta sur son compagnon. En baissant les yeux, il remarqua que son allié s’était arrêté. Alors qu’il reprenait la même position qu’il avait adopté face au Rattatac, le maître de la terre s’abaissa à son tour.

Un autre rat fit alors son apparition dans le champ de vision du blond. Cette fois-ci, il était plus filiforme. Sa fourrure était d’une jolie teinte prune et brillait légèrement au soleil tandis que les quelques cercles dessinés sur ses poils étaient vert mentholé. Les grands yeux du Miradar avaient quelque chose d’hypnotisant et Hugo se douta rapidement que son compagnon devra éviter de croiser le regard de sa proie. Le blond montra alors ses yeux d’émeraude à son Pokémon afin de lui faire passer le message silencieusement. Le jeune homme aurait aimé ajouter « ne le fais pas souffrir » mais son Pokémon avait déjà bondi prodigieusement sur le Miradar paniqué.

Le blond avait détourné les yeux et les reposa sur son Pokémon quand ce dernier revint, le rat psychédélique pendant mollement dans sa mâchoire. À voir le cadavre de l’animal sauvage, une grosse morsure au niveau de la nuque avait suffi à l’abattre. Le Terrosien prit une profonde inspiration, essayant de faire disparaître cette sensation de dégoût qui lui tordait les tripes. Si Sophos l’avait choisi, c’était car il était certain qu’il plairait à BlackJack. Finalement, le jeune homme se résigna.

« Allez, on y retourne. » fit l’humain à son compagnon.

Hugo prit alors une dizaine de minutes pour retourner à l’endroit où il avait laissé Sylver. Cette dernière marche se fit dans le silence, Hugo regardant la plupart du temps le sol. Une fois arrivé dans la plaine, Sophos alla déposer le cadavre du Miradar aux pieds de la gardienne d’émeuraude et retourna ensuite auprès de son maître.

« Comme convenu, la viande que vous avez demandée… J’espère qu’elle plaira à votre Persian… »

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Aisling Hops le Ven 24 Juin 2016 - 17:18

Les deux jeunes gens attendirent le verdict concernant cette épreuve d’orientation avec la boussole magique. Et les résultats furent convaincants ! Ils avaient donc tous les deux réussi ce second exercice et ils pouvaient ainsi continuer l’épreuve ! Pour continuer sur le thème de l’Histoire de Horz, Sylver montra aux jeunes apprentis l’émeraude tant convoitée mais très bien gardée par la Persian ! Voodoo eut un léger frisson lui traversant le « corps » et il partit se cacher derrière sa dresseuse : la jolie chatte ne semblait pas être en clin à leur laisser la pierre précieuse au vu de son regard. C’est alors que le Flamenois intervint à nouveau pour expliquer la prochaine étape : il leur fallait donc offrir une offrande convenable pour que BlackJack les laisse accéder à la pierre. Car évidemment, la féline, représentant la Mort dans le Conte, n’allait pas les laisser passer aussi facilement et Sylver ne manqua pas de mentionner les différentes ripostes que les deux apprentis pourraient recevoir s’ils s’en emparaient par la force.

Aussi, Aisling était prédisposée à aller récupérer des végétaux comestibles tandis qu’Hugo devrait s’occuper de la viande. Visiblement, elle avait la « partie » la plus facile mais ce n’était pas de son avis. Elle allait devoir trouver des herbes comestibles tout en évitant ainsi les mauvaises herbes et franchement, elle n’était pas jardinière ou encore herboriste… Mais d’après les dires de Sylver, cette étape était très importante puisqu’elle se rapprochait de la voie du Chercheur ; en effet, connaître le Pokémon était une chose obligatoire pour poursuivre dans cette voie. Alors ils n’auront qu’une heure pour mettre à l’épreuve leurs connaissances et capacités.

Aisling laissa Hugo commencer avec la Persian, préférant voir comme il allait faire avec étant donné qu’il avait le même félin (avec des différences évidemment) et que la rouquine ne savait pas trop comment s’y prendre. Lorsqu’il eut terminé avec la chatte, Hugo prit congés pour partir à la chasse. Aisling le regarda alors puis avec une petite hésitation, elle s’approcha de la Persian qui se léchait la patte avant gauche. La gamine s’accroupit tout en regardant la chatte faire qui s’arrêta en voyant la demoiselle, sûrement sur la défensive et prête à protéger son trésor. Aisling tendit son bras pour tenter une caresse puis finalement la retira doucement, regardant dans la paume de sa main :

« C’est vrai… J’ai caressé Yuko avant l’épreuve et son odeur est sûrement restée sur mes mains… Bien que j’ai pris un bain sauvage ! » termina-t-elle en riant.

La rouquine regarda alors la Persian pendant quelques minutes, essayant de savoir quels genres de plantes elle pouvait bien ingurgiter. N’avait-elle pas lu quelque chose sur les Pokémon félins dans son enfance ? Tout en fouillant dans ses souvenirs, le regard de la rouquine se perdit sans pour autant quitter des yeux le Pokémon de Sylver. Puis, un peu « ailleurs », elle tendit sa main vers le chat pour tenter une éventuelle caresse. La créature se laissa faire contre toute attente et un peu surprise, Aisling continua tout en cherchant les endroits qu’elle aimait qu’on caresse. Elle se prit au jeu, oubliant que cela faisait bien cinq bonnes minutes que l’épreuve avait commencé.

« Tiens… ? »

Aisling remarqua que la chatte avait une brindille d’herbe de coincer entre ses crocs. Elle hésita à le lui enlever mais n’ayant pas envie de se faire griffer, elle laissa ça de côté. Elle offrit des caresses de sa main droite, occupant ainsi le félin tout en observant les brindilles coincées entre ses crocs. Aisling pencha sa tête légèrement sur le côté ; les félins mangeaient de l’herbe ? Mais impossible de la récupérer car la chatte pourrait interpréter ça comme un moyen de s’emparer de la pierre verte…

« Ok, j’y vais ! » dit-elle, les yeux illuminés.

Elle cessa d’un coup les caresses pour se mettre en quête des herbes comestibles ! Elle avait perdu assez de temps. Mais oui, les herbes à chat ! Evidemment, c’était un bon moyen pour que les Pokémon félins se purgent !! Tout en courant dans la forêt, elle veilla à ne pas oublier la forme, la couleur et l’aspect des herbes. Au bout d’une petite course, Aisling s’arrêta pour reprendre son souffle puis se tourna vers Voodoo qui lévitait toujours à ses côtés :

« Ok alors ça me revient. Les Pokémon félins se purgent. » Voyant l’incompréhension se lire dans les yeux de son Pokémon, la rouquine continua. « En fait, quand ils font leur toilette, ils avalent des poils et ça peut être dérangeant pour leur digestion… Enfin, avoir des poils ou des cheveux dans la bouche est toujours dégoûtant ! » lâcha-t-elle puisque Voodoo affichait toujours la même tête. « Evidemment toi tu fais pas ta toilette donc tu n’as pas ce problème… encore heureux. » termina-t-elle en murmurant. « Bref, ça les aide à éliminer ces poils parasites. Du coup, on va devoir chercher ce type d’herbe ! Il doit bien y en avoir dans cette forêt vu qu’elle en avait dans sa gueule... Après, il va falloir être très prudent et ne pas se tromper car il se peut qu’il y ait des herbes toxiques ressemblant fortement à ce type d’herbe. »

En gros : pas de précipitation car ce serait vraiment ballot qu’elle se trompe en donnant de mauvaises herbes et que BlackJack meure dans d’atroces souffrances. Evidemment, ce ne serait pas aussi facile que de chasser puisque des herbes, il y en avait des tonnes dans cette forêt ! Et Sylver osait appeler cette partie « facile » ? Aisling soupira une nouvelle fois mais se reprit rapidement, l’air déterminé… le Flamenois était quelqu’un de fiable et à qui on pouvait lui faire confiance, il n’irait pas choisir un lieu où ce qu’il demande n’existe pas !

Aisling marcha délicatement, tentant de trouver des pousses d’herbes à félins. Voodoo lui était indispensable pour ratisser le sol afin de mieux distinguer les différences entre les herbes. Une bonne quinzaine de minutes s’écoula et toujours rien. Aisling essaya de garder son calme car ce n’était pas le moment de flancher, ils étaient si près du but ! Elle s’autorisa une petite pause pour reprendre son souffle quand Voodoo se mit à « hurler ». Le voyant léviter d’une étrange façon, sa dresseuse accourut pour le rejoindre :

« Alors, tu les as trouvées ? »

Le Pokémon fit « oui » de la tête tandis qu’Aisling se penchait en avant pour voir ça de plus prêt. Euh, ça n’y ressemblait pas vraiment mais la rouquine arracha la touffe d’herbe assez facilement pour se rendre compte qu’il y avait un bulbe au bout. En fait non, puisque ça bougeait ! C’était un Pokémon sauvage et n’appréciant pas qu’on l’ait dérangé, il s’agita pour se défaire de l’emprise de la gamine qui lâcha tout. Le Mystherhe gronda contre l’humaine mais préféra déguerpir avant de s’attirer des ennuis. Un peu secouée, Aisling mit un peu de temps à se remettre :

« OK… C’était pas ça… Bon ça va pas ! Faut vraiment qu’on s’y mette et sérieusement ! C’est de l’herbe pour chats donc le mieux serait qu’on en trouve là où il y a des Pokémon chats ! »

Voodoo acquiesça et aussitôt, ils se remirent à la conquête des herbes à chat. Elle pouvait le faire, elle pouvait réussir cette épreuve. Doucement, le décor changea, les arbres étaient beaucoup plus hauts que ceux rencontrés plus tôt. Aisling découvrit alors de nouveaux paysages.

« Je crois qu’on s’est un peu trop éloignés… »

Devant l’inquiétude de sa dresseuse, Voodoo lui fit comprendre que grâce à ses pouvoirs spectres, il allait pouvoir localiser la position du Zarbi de Sylver. La créature se voulant rassurante, Aisling lui afficha un sourire ; elle devait faire confiance en son partenaire. Le duo continua sa recherche d’herbe alors que les minutes passaient. Aisling leva les yeux en l’air en se demandant si Hugo avait déjà fini sa chasse. Peut-être… Du coup, elle devait sûrement les faire attendre. Voodoo continua de ratisser le sol quand ce dernier apparut subitement devant sa dresseuse : il avait repéré quelque chose.

Cachés derrière un buisson, la rouquine et son Pokémon observèrent alors la scène : une maman Persian était tranquillement allongée dans l’herbe tandis que trois petits Miaouss jouaient ensembles près d’une carcasse de Rattatac bien consommé. La gamine ne put s’empêcher d’être émerveillée par ce spectacle (sauf le cadavre hein ça c’était pas tip top) et soudain, elle vit la mère mâchouiller de l’herbe. La même que celle qu’avait BlackJack ! Mais comment faire pour s’en procurer ? Elle ne pouvait pas non plus s’approcher d’eux et récupérer l’herbe comestible comme ça… Et tenter une approche pourrait les effrayer et qui sait comment la mère réagirait pour protéger ses petits.

Voodoo se détacha délicatement de sa dresseuse mais cette dernière le retint à la dernière minute, faisant réagir la mère qui inspecta les environs. Aisling se cacha et fit comprendre à son Pokémon que ce n’était franchement  pas une bonne idée de tenter une communication. Le Pokémon s’excusa de son élan et soupira qu’ils ne puissent pas trouver de meilleure solution pour en récupérer. Et s’ils attendaient trop, le délai allait bien tôt se terminer…

Puis soudain Aisling eut une idée qu’elle murmura à l’oreille de son Pokémon. Ce dernier lui fit signe et disparut dans le sol, se dématérialisant. La gamine écarta doucement quelques branches pour observer la scène. Voodoo fit seulement dépasser sa petite corne tout près des chatons qui ces derniers la virent et se mirent à lui courir après. Comme convenu, les trois matous suivirent le Pokémon qui les éloigna du lieu et la mère fit de même, inquiète pour ses petits. Elle-même tenta de chasser cette gêne sans réel succès. Aisling en profita pour sortir de sa cachette et s’approcha des touffes d’herbes.

« Parfait et… vraiment désolée… » dit-elle en direction des félins.

Elle se dépêcha d’en cueillir un maximum tout en laissant quelques unes pour pas que la Persian ne se doute de quelque chose bien que l’odeur de l’humaine soit présente, mais ça Aisling n’y pensa pas directement. Elle regagna sa cachette et s’en éloigna doucement. Elle fut rejointe par Voodoo qui avait complètement disparu dans le sol, laissant des chatons et une mère surpris. La rouquine veilla cependant à ce que cette petite manœuvre ne les ait pas dérangés plus que ça et la petite famille reprit son activité comme si de rien n’était.

« Dépêchons-nous de rejoindre les autres avant que la mère ne nous pourchasse. »

Elle sourit à son Pokémon qui ce dernier prit la tête pour guider sa dresseuse dans la forêt jusqu’au point de rendez-vous. Ils se dépêchèrent sur le retour car le temps leur manquait ! Lorsqu’elle arriva, Hugo était déjà là et avait déjà présenté sa trouvaille à la Persian. Aisling se rapprocha de Sylver et s’excusa si elle avait du retard, la tête baissée en avant, les joues rouges de honte (et à cause de son effort aussi). Puis comme convenu, elle s’approcha de BlackJack. La rouquine laissa deux mètres entre elle et la chatte, tendit sa main contenant les herbes. Faites que cela lui convienne, répéta-t-elle plusieurs fois dans sa tête …  

[ Hrp : j'espère que ça plaira à Madame Chat =3 ]

_________________

> <
avatar
Aisling Hops
Informations
Nombre de messages : 120

Fiche de personnage
Points: 2
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Sylver Belister le Sam 25 Juin 2016 - 11:02

Après presque une heure de recherches, mes deux apprentis du jour étaient de retour. Hugo et son Pokémon transportaient la carcasse encore fraiche d’un Miradar tandis qu’Aisling avait ramené de grosses poignées d’herbes… D’herbes à chat, si je ne me trompais pas. Je ne fis aucun commentaire, me contentant d’indiquer en souriant l’endroit où BlackJack était toujours couchée.

Les deux jeunes gens déposèrent leurs trouvailles devant ma chatte, qui s’avança et commença par renifler ce qu’on lui proposait, laissant l’émeraude derrière elle. Bien entendu, il n’était pas recommandé de profiter de cette diversion pour tenter de la récupérer. BlackJack était suffisamment rapide pour revenir sur ses pas avant que quiconque ne s’en empare. Finalement, elle jeta son dévolu sur le rongeur, qu’elle dévora rapidement. Puis elle fit passer le tout avec les herbes que la jeune Aisling avait apporté. Puis, comme si cela n’avait plus aucune importance pour elle, elle retourna auprès de l’émeraude et d’un coup de patte, la projeta en avant, bers nous, pour bien montrer que cette breloque ne l’intéressait plus. J’allai alors récupérer la pierre, puis je me tournai vers mes deux élèves avec un nouveau sourire :

« Félicitations jeunes gens ! On dirait que vos offrandes ont beaucoup plu à BlackJack. Vous avez su choisir la nourriture appropriée et croyez-moi, cela peut vous être très utile pour calmer un Pokémon en colère. Bien, si vous le permettez, je vais conserver cette émeraude qui ne vous servira pas pour l’exercice suivant. Je vous la rendrai le moment venu. Maintenant, nous allons regagner notre point de départ, là où nous étions un peu plus tôt. Je vous expliquerai la suite des événements dès que nous y serons »

Et je pris le chemin de l’orée de de la forêt, en direction de notre point de rencontre, suivi par mes élèves, mais aussi Tétro et BlackJack qui n’avaient aucune raison de rester dans les bois. Yuko nous attendait et elle me sauta dessus dès qu’elle me vit. Je lui offris quelques caresses et elle consentit à s’éloigner. Maintenant, il était temps de dévoiler l’exercice suivant.

« Bien, jeunes gens, reprenons l’histoire, voulez-vous. Vous venez de trouver la première émeraude. Mais souvenez-vous, après avoir trouvé cette émeraude, Horz, aveuglé par l’avidité, se brouille avec son Pokémon si bien qu’il doit continuer ses recherches seul. Après avoir perdu du temps, il décide d’élaborer un plan de sa zone de recherche afin de marquer les endroits déjà visité et donc d’être plus efficace.

Rassurez-vous, je ne vais pas vous demander de vous brouiller avec votre Pokémon, loin de là ! En revanche, vous allez effectivement devoir travailler à partir du plan que voici. »

Et je sortis de ma sacoche deux feuilles sur lesquelles étaient tracé un quadrillage qui contenait le plan de la forêt.

« La zone de recherche, qui est délimitée par les fameuses orbes noires de Tétrocruchamoule est délimitée sur ce plan par les ronds rouges et les lignes bleue. Toutes les épreuves que vous avez passées jusqu’à maintenant ont eu lieu dans cette zone, et c’est également là que se trouvent toutes les aiguilles d’argent. J’ai également découpé la zone de recherches en douze zones, plus ou moins grandes pour vous aider à les différencier. Et comme vous pouvez le voir, d’après l’échelle, un centimètre sur la carte correspond à deux mètres dans la réalité. Cette information vous sera très utile.

Mais passons maintenant au but de cette épreuve : tout à l’heure, vous avez localisé chacun trois aiguilles dont une dernière commune, ce qui fait en tout cinq. En tout, il en existe douze comme celle-ci »


Et je sortis une aiguille de la poche intérieure de ma veste.

« Or, comme vous pouvez le constater, la zone de recherche est limitée en douze zones, et il se trouve qu’une des aiguilles est ici avec moi. Par conséquent, vous l’avez peut-être deviné, la deuxième émeraude se trouve dans la zone dépourvue d’aiguille, et votre but va être, comme précédemment, de la récupérer.
Mais cette fois-ci, vous n’aurez pas droit aux boussoles. Nous allons procéder différemment. Veuillez chacun choisir un Pokémon pour vous épauler dans cet exercice. Bien. Tétro, je vous prie
-Grmble, ces rustres ne méritent même pas la visite de mon auguste esprit dans le pois chiche qui leur sert de cerveau ! Mais soit ! »


Et le Zarbi s’approcha des Pokémon d’Hugo ET d’Aisling puis il lança à l’adresse des deux dresseurs :

« Hé vous ! Dites à vos bêtes de ne pas bouger ! Je n’ai pas envie que cette fumisterie dure plus longtemps que nécessaire !
-Rassurez-vous,
intervins-je, il ne leur fait pas de mal, il est simplement en train de transmettre des informations par télépathie à vos Pokémon, à savoir la localisation de toutes les aiguilles. Mais bien sûr l’épreuve n’est pas aussi simple. Vos Pokémon connaissent leur localisation, mais inconsciemment. Si vous leur demandez de se rendre là où se trouvent les aiguilles, ils le feront mais ils sont par exemple incapables de vous le communiquer directement. Vous allez donc avoir droit à un indice pour les trouver. Tétro je vous prie… »

Le Zarbi se concentra et généra deux orbes avec ses pouvoirs, une rouge, l’autre bleue.

« La rouge,
expliqua-t-il, est liée à l’esprit du Polichombr. La bleue à celui du Persian. »

A ce moment-là, le Persian d’Hugo avança légèrement vers l’orbe mais cette dernière avança légèrement dans la même direction que lui, comme si elle s’éloignait.

« Les orbes reproduisent la direction prise par vos Pokémon, expliquai-je. Vous l’avez oc peut-être compris, ce sont eux qui vont aller dans la forêt à la recherche des aiguilles, dont ils vont facilement trouver l’emplacement, tandis que votre tâche sera de rester ici et de marquer avec les plumes que voici les endroits où ils ont trouvé une aiguille et donc où l’émeraude ne se trouve pas.

Toutefois, j’attire votre attention sur deux difficultés : d’abord, l’orbe indique la direction prise par vos Pokémon mais pas leur vitesse. Pour déterminer où ils sont, vous allez donc devoir leur demander de se déplacer à vitesse constante sous peine de perdre leur trace. Cela va me permettre de juger si vous connaissez suffisamment bien les Pokémon qui vous accompagnent pour le ramassage. Croyez-moi, il est important de connaître les limites de ses Pokémon.

L’autre difficulté concerne l’étendue de la zone. Pour retrouver l’émeraude, vous avez une heure. C’est donc trop court pour tout explorer surtout si vos Pokémon ne peuvent pas accélérer. Vous allez donc devoir vous partager le travail et décider qui ira explorer quelle zone, sachant qu’il y en a six chacun, et même moins si vous vous pouvez déterminer avec exactitude l’emplacement des aiguilles que vous avez déjà trouvées, et communiquer ces directives à vos Pokémon. Bien sûr, il vous faudra partager vos résultats.

Je vous recommande de prendre dix minutes avant de commencer pour élabore rune stratégie commune et expliquer à vos Pokémon ce qu’ils devront faire et comment. Une fois que vous aurez localisé la zone où se trouve l’émeraude, vous rejoindrez votre Pokémon en vous servant de la carte pour vous guider et vous la chercherez ensemble. Comme pour toute les aiguilles, elle n’est pas située trop en hauteur et est assez facilement repérable. De plus, comme vous avez pu le remarquer avec celle de BlackJack, elle brille beaucoup.

Bien, je crois que tout est dit. Bonne chance jeunes gens, vous avez une heure. »


Et je m’assis au sol non loin de Yuko, et tous deux, nous regardâmes Aisling et Hugo se mettre à l’œuvre.

[Les étapes :
1/ Décider qui d'entre vous fera quelle zone, il y en a 6 (?) chacun
2/Expliquer à vos Pokémon ce qu'il devront faire
3/Envoyer vos Pokémon en forêt et reporter leur progression sur le plan. Vous devez décrire vos persos qui regardent l'orbe et estiment les distances mais n'oubliez pas de raconter aussila progression du point de vue de votre Pokémon. N'oubliez pas d'échanger vos informations ! (Horz l'a pas fait et ça a tué son Pokémon alors attention !)
4/ Une fois la zone de 'émeraude localisée, rejoignez votre Pokémon en vous aidant du plan. Il peut aussi vous retrouver en forêt pour vous emmener dans la bonne zone.
5/ Trouvez l'émeraude de la même manière que vous avez trouvé la première aiguille (cette étape est facile).

Bonne chance ^^]

plan de la forêt:


Je m'excuse, je sui nul en paint ! ^^


_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Hugo le Lun 1 Aoû 2016 - 22:34

Hugo tenta de rester de marbre quand le félin de l’aîné se mit à dévorer la bête que son propre compagnon avait abattu. Fuyant cette scène du regard, Hugo le posa alors sur Aisling, et pour la première fois de l’épreuve, prit un peu de temps pour l’observer avec un peu plus de précision. Un peu plus petite que Violette, celle qui venait d’en haut était assez menue, et paraissait assez fragile. Voyageait-elle seule ou avait-elle quelqu’un pour la protéger en cas d’agressions ? La paix régnait entre les différents pays, et Erasia n’était pas entré en guerre avec Tenkeï, mais cela n’empêchait pas certaines personnes d’avoir peur de l’inconnu. Et l’on savait tous ce qu’apportait la peur… De plus, Aisling paraissait jeune, sans connaître son âge précis, Hugo ne lui donna pas plus de dix-huit ans. En cause, son visage poupin, son nez mutin, ses yeux semblables au ciel d’été, le tout encadré par une chevelure auburn.

Mais trêve d’observation, le professeur, ou du moins sa Persian, semblait satisfait des offrandes que venait de leur offrir les deux élèves. Hugo reporta alors son attention sur BlackJack qui semblait entrer phase de digestion à l’aide des herbes à chat amené par l’Alyphiroise. Le conteur proposa alors aux deux plus jeunes de les suivre, et très rapidement, le trio se retrouva à l’orée de la forêt.

Attentif, Hugo écoutait silencieusement la suite de l’histoire. Une grande quantité d’informations devaient être assimilée en peu de temps, demandant toute la concentration des apprentis ramasseurs. Le blond et l’auburn reçurent pour commencer une carte quadrillant la totalité de la zone délimitée par les orbes de Tétro ainsi qu’une plume avec un peu d’encre. Le blond caressa ensuite le col de son compagnon quand ce dernier se tendit après avoir ressenti une intrusion mentale en provenance du Zarbi. Les doigts du jeune homme se mêlaient alors au pelage de la bête tandis que cette dernière pressait sa tête contre le genou de son maître.  Sophos n’aimait que peu cette sensation de bourdonnement et la succession de flashs qui défilèrent devant ses yeux le fit légèrement tanguer. Finalement, au bout de quelques minutes, toutes les informations furent transmises à l’animal tandis que ce dernier commençait à les assimiler.

La création de l’orbe fascina au plus au point le blond. En effet, la sphère pointait la direction que prenait le félin sans pour autant indiquer la distance parcourue. Bien. Le jeune homme se retourna alors vers Aisling après que Sylver leur ait conseillé de prendre leurs aises pour appréhender l’exercice qui leur était demandé.

Le Terrosien s’assit alors en tailleur tandis qu’il déposait la carte que le conteur leur avait transmis auparavant. Hugo se mit alors à mémoriser la carte, son compagnon à ses côtés.

« Quand on a commencé la recherche des aiguilles, on a été plein nord, tu te souviens ? » fit-il à l’adresse de son Pokémon. Alors que son Pokémon opinait du chef, Hugo capta le regard d’Aisling et lui demanda si elle était d’accord de diviser le territoire à sonder. Alors que la jeune femme ne vit pas d’inconvénients à ce que le maître de la terre et son Persian s’occupent de la partie nord de la forêt, le Terrosien se retourna et se mit alors à appréhender l’orbe représentant les mouvements de son compagnon.

Ces sphères qui lévitaient dans les airs grâce au pouvoir du Zarbi traduisaient la direction que prenaient les Pokémon qui y étaient associés. Hugo et Persian firent alors plusieurs essais pour appréhender la représentation de la forêt à l’échelle imposée par Sylver. Le blond était quelque peu dérouté par tout ce qui leur était demandé, et n’était pas sûr de pouvoir traduire correctement les mouvements de son Pokémon à travers l’orbe. Il mit alors au point un plan d’action avec son compagnon à quatre pattes.

« Apparemment, tu sais où se trouvent les aiguilles. Pas consciemment, mais si on en croit Sylver, une fois que tu te seras mis à leur recherche, tu parviendras à les retrouver sans problème. Du coup, tu devrais être capable de ne pas t’arrêter et marcher sans arrêt jusqu’aux aiguilles. Enfin, là où je veux en venir, c’est quand tu trouves une aiguille, il faut que tu t’arrêtes pendant une minute là où tu es. L’orbe arrêtera aussi de bouger, et comme ça, je sais que tu as trouvé une aiguille, et que ce n’est pas juste une pause que tu prends pour tes besoins ou pour toute autre raison, ça te va ? » Le puma se content d’hocher la tête, sa queue enroulée balayant mollement l’air. « Tu commenceras par la partie en haut à gauche de la forêt, et tu la ratisseras de gauche à droite. »

Les deux compagnons finirent par établir une vitesse de croisière que Persian devrait maintenir toute au long de ses recherches, et une fois tous les préparatifs terminés, l’animal se mit en route.

Hugo était toujours en tailleur quand Persian disparut de son champ de vision en entrant dans la forêt sans son dresseur. Le blond était quelque peu stressé et ne quittait pas l’orbe qui pointait le nord-ouest des yeux. Le puma était dans la bonne direction et après une dizaine de minutes, l’orbe revint en arrière et finit par s’y stabiliser une minute…
*
De son côté, Persian venait de dénicher sa première aiguille. Sans vraiment savoir comment, il avait trouvé l’arbre dans lequel était planté le petit ustensile de couture. Une fois arrivé à l’extrémité de la forêt, c’était tout naturellement qu’il s’était dirigé vers cet arbre précis, et avait trouvé l’aiguille qui y résidait. Il n’y’avait pas à dire, les Pokémon psy étaient pourvus de dons hors du commun. Le puma s’assit alors au pied de l’arbre et attendit qu’une minute passa. Enfin… Une minute, un peu plus ou un peu moins, hein. Les Pokémon n’avaient pas le sens de la ponctualité comme les humains pouvaient l’avoir, après tout ! Enfin, c’est après un laps de temps qu’il jugea suffisamment long que le félin de remis en route, en espérant que son dresseur ait noté la case A1 d’une croix.
*
« Persian a trouvé la première ! » fit Hugo tout haut, à moitié fier, à moitié désireux de partager chaque information qu’il obtenait avec Aisling. « Et il se remet en route pour la suivante… »

Effectivemment, le saphir volant se mit à pointer l’est, signe que le félin s’était remis en chasse à l’aiguille. Hugo fixait la carte et espéra que l’aiguille, si elle se trouvait dans cette zone, se trouvait dans la partie gauche, et non la droite. Dans le cas contraire, le Persian devrait faire un sacré détour pour reprendre ses recherches.
*
Persian marchait à son rythme vers la prochaine aiguille. Avançant plein est, il finit par arriver à la limite des bois. N’ayant pas d’autres possibilité, la bête prit la décision de redescendre vers le sud pour contourner le renfoncement de la forêt. Sur son chemin, il retomba sur la première clairière dans laquelle le duo avait trouvé sa première aiguille. Sans grande surprise, le Persian se dirigea alors vers l’arbre porteur de la tige métallique, et s’assit, pour encore une fois indiquée sa direction.
*
Hugo remarqua alors que la sphère venait de s’arrêter alors qu’elle s’était mise à pointer le sud quelques minutes auparavant. Persian venait de trouver une nouvelle aiguille, ce qui permit à Hugo d’inscrire avec certitude une nouvelle croix sur la case B2. Une minute après, la sphère se remit en mouvement.
*
Persian avançait alors machinalement, contournant le renfoncement de la forêt d’Agata. Au plus il avançait, au plus il s’éloignait de la zone marécageuse dans laquelle il venait de s’aventurer. Avec grand soulagement, la terre redevenait plus ferme sous ses pattes, et l’air n’était plus empreint de toute cette humidité qui lui hérissait les poils. Toujours au même rythme, il finit par remonter au nord et se dirigea tout simplement vers un arbre creux dans lequel une cavité à portée d’yeux s’était créé au fil du temps. À l’intérieur de celle-ci se trouvait un tapis de feuilles, de la mousse, quelques plumes et surtout, une aiguille semblable à toutes les autres. Satisfait de sa trouvaille, le félin s’assit une nouvelle fois et entreprit une courte toilette.
*
Hugo venait d’indiquer une troisième croix dans la partie droite de la case A2 quand, en s’étirant de satisfaction, il demanda à Aisling comment son Polichombr s’en sortait. Un spectre immatériel devait être bien plus rapide qu’un Pokémon terrestre, mais la jeune fille avait dû probablement demander à son esprit de ralentir pour qu’elle puisse suivre avec certitude l’avancée de ses recherches. Du coup, elle ne devait pas avoir validé beaucoup plus de zones que le blond… Du moins c’était ce qu’il espérait. Il ne voulait pas être un poids mort pour le binôme.
*
À peine remis en route vers l’est que Persian retrouva sa quatrième aiguille. En effet, les arbres étaient tellement rapprochés qu’il fallut moins de deux minutes de marche pour que ce dernier la trouve. La quatrième aiguille était posée à la base d’une branche d’arbre sur laquelle était juchée un Cornèbre qui regardait avec fascination l’objet brillant. Le félin décida de laisser la corneille vaquer à ses occupations, et pour une énième fois, s’allongea sur le dos, fixant le ciel bleu.
*
« Et de 4… Parfait, Sophos est vraiment performant ! » fit le jeune homme, satisfait de la progression de l’exercice. Il traça alors une large croix à l’encre noire sur la case A3, réduisant progressivement le champ de recherches du puma. Si la zone où était cachée l’émeraude était dans sa partie de territoire, il ne tarderait pas à le découvrir. De son côté, Aisling avançait également, et traçait à son rythme les croix sur les zones où sa poupée vaudou trouvait une aiguille. Les deux binômes n’en n’avaient plus pour longtemps.
*
Après avoir rêvassé quelques instants, Sophos décida de s’étirer avant de se remettre en route, direction plein sud. Il s’enfonçait à travers la forêt, sans réelle motivation. Etrangement, aucun flash, aucune information subliminale ne lui vinrent à l’esprit quand au bout de cinq bonnes minutes de marche. Conformément au plan fixé par Hugo, le félin avait encore deux zones à inspecter, mais ce dernier en était certain. Aucune aiguille ne se trouvait à un kilomètre à la ronde… Cette zone était donc celle dans laquelle se trouvait l’émeraude ! Ne pouvant plus se fier aux informations subliminales injectées dans son esprit par le Zarbi, le félin se mit à fouiller la zone du regard, sans pouvoir mettre la patte sur la sphère verte. Se disant qu’un coup de main serait le bienvenu, Persian se mit à faire les cent pas en rond.
*
L’orbe bleu qu’Hugo fixait des yeux depuis près d’une demi-heure se mit à s’affoler, alertant tous les sens du jeune homme. Il observait le mouvement circulaire que formait la sphère en lévitation et finit par en conclure que son Persian avait trouvé quelque chose, ou dans ce cas-ci, n’avait justement rien trouvé. Se relevant aussitôt, le blond secoua ses jambes et estima la distance qui le séparait de son Pokémon.

À vue de nez, le Persian était dans la zone B3. Toujours suivant les calculs du Terrosien, le puma avait pénétré dans cette zone quelques minutes auparavant. En fermant un œil, Hugo traça un petit périmètre se trouvant à un kilomètre et demi au nord-est. Avertissant Aisling que Sophos avait déterminé le périmètre dans lequel se trouvait l’émeraude, les deux compères se mirent en route. La première étape était de trouver le Persian.

Le maître de la terre filait droit, toujours en fixant du regard la direction qu’il avait fixé. Au bout d’un petit quart d’heure, les deux apprentis ramasseurs finirent par arriver dans la zone la moins accueillante de la forêt d’Agata.

Et pour cause, des troncs jonchaient le sol et de nombreuses toiles de Migalos étaient tissées entre les arbres. Hugo, fort peu impressionnable, se hâta et pressa le pas. Suivant le plan, dans moins de deux-cent mètres il trouverait sur son compagnon. Coup du sort, c’est justement quand le maître de la terre leva son regard de la feuille qu’il tomba nez à nez avec son animal qui l’attendait bien sagement sur un tronc déraciné.

« T’as fait du bon boulot ! Tu es certain que l’émeraude se trouve ici ? »

Pour seule réponse, Hugo obtint un geste de la tête vertical. Bien. La zone qui n’était pas très grande fut tout naturellement divisée en deux entre Aisling et Hugo, chacun scrutant avec attention le moindre détail de sa parcelle de terrain. L’émeraude ne devait pas être loin, et était bien plus repérable que les petites tiges métalliques.

« Utilise queue de fer, on va recommencer comme toute à l’heure. »

La queue de félin se mit alors à luire d’une lumière métallique tandis que le soleil commença à s’y réfléchir. Le quadrupède passa alors en revue toute la végétation environnante à l’aide de la lumière du jour et finit par retourner sa queue à la normale. Aucun artéfact ne s’était mis à briller plus intensément, ce qui voulait dire que l’émeraude était peut-être mieux cachée que les aiguilles.

Le Terrosien se mit alors à tâter chaque arbre qu’il trouvait, cherchant une surface plane qui trahirait la présence d’une pierre précieuse incrustée. Sans succès, le jeune homme ne se découragea pas et se mit à fouiller ensuite chaque crevasse, à jeter un coup d’œil dans plusieurs nids de Pokémon, mais rien n’y faisait, la pierre précieuse semblait introuvable… Du moins pour lui.

Après de longues minutes de recherche, la voix de l’Alyphiroise s’éleva dans les airs, indiquant alors à l’Erasien qu’elle avait trouvé la fameuse émeraude de l’examinateur. Hugo offrit alors un sourire des plus chaleureux à sa cadette qu’il accompagna d’un « high five » des plus amicaux. Sans plus tarder, ils se remirent alors en route pour découvrir le reste de l’épreuve…

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Aisling Hops le Jeu 11 Aoû 2016 - 11:13

La Persian s’était levée de son trône pour venir renifler les trouvailles des deux apprentis. L’émeraude était ainsi facile d’accès pour eux mais Aisling ne préféra pas s’y frotter tout comme Hugo, la chatte pourrait se retourner et les attaquer sauvagement. Et puis, rien ne prouvait qu’ils avaient réellement réussi l’épreuve ! Elle se jeta en premier sur la bestiole qu’Hugo avait ramenée, la dévorant à pleines dents. Ce n’était… pas très charmant à regarder et ça coupait l’appétit mais visiblement, le Terrosien venait de réussir cette étape de l’épreuve. Lorsque BlackJack s’approcha des herbes que la rouquine avait ramenées, la tension monta d’un cran : est-ce que cela allait lui plaire ? D’abord, elle les renifla, sûrement méfiante de ce qu’on lui avait apporté et finalement, les dévora. Ouf. Enfin, il fallait attendre de voir si cela lui convenait du début à la fin car la bête pouvait très bien recracher son repas parce que les herbes ne lui plaisaient pas ! Mais la Persian retourna auprès de son trésor qu’elle jeta dans la direction des humains.

Sylver félicita donc les deux apprentis ramasseurs de leur réussite puis il les ramena au point de départ de l’épreuve pour la suite des choses. Sur le chemin, la rouquine prenant le temps d’observer la forêt, n’avant clairement pas eu le temps de le faire. Cette petite marche calme et apaisante lui fit du bien puisqu’ils n’étaient pas obligés de courir pour se rendre sur le prochain endroit. Une fois arrivés, Sylver continua son histoire avec Horz qui, après une grosse dispute avec son Pokémon, avait dû retrouver la seconde émeraude, seul. Aisling échangea un regard légèrement inquiet  avec Voodoo : allaient-ils devoir se disputer pour la suite des évènements ? Bien sûr que non !

Le Flamenois sortit de sa poche deux feuilles quadrillées représentant une parcelle de la forêt d’Agata. Aisling regarda le « plan », essayant de trouver l’endroit de l’envers mais laissa ça de côté et écouta les consignes pour cette nouvelle étape. Des consignes un brin complexes et farfelues. Tant d’informations venaient d’êtres dites qu’Aisling sentit comme un début de migraine. Rapidement, elle remit ses idées au clair : il y avait ainsi douze zones à « ratisser » dont une ne contenant pas d’aiguille ; c’était là où se trouvait la seconde émeraude. Voodoo et Sophos iraient chercher les aiguilles dans la parcelle de forêt délimitée par les orbes du Zarbi T et les humains devraient reporter leurs « trouvailles » sur la carte. Mais pour que les jeunes gens puissent suivre leur Pokémon dans leur aventure solitaire, deux orbes (une rouge pour Aisling et une bleue pour Hugo) se trouvant en face des apprentis ramasseurs permettraient de suivre leur progression.

Aisling jeta un regard vers son Pokémon après que Trétro’ lui ait enraciné dans son esprit la localisation des aiguilles magiques. Totalement inconscient, son Pokémon allait se diriger vers une aiguille et ce serait à Aisling de marquer la carte d’une croix pour signaler à son compagnon Hugo que l’objet magique se trouvait dans cette zone et non pas l’émeraude. Voodoo ne semblait pas inquiet et se frotta contre sa dresseuse pour la rassurer. Finalement, ça semblait pas si difficile que ça mais Sylver rajouta deux contraintes : la vitesse de l’orbe ne reflétait en rien la vitesse réelle du Pokémon et ils avaient une heure pour retrouver la seconde émeraude.

Aussi, le conteur leur accorda dix minutes pour se familiariser avec la vitesse de l’orbe et celle du Pokémon mais aussi le temps de pouvoir discuter quelles parcelles ils allaient prendre et de la façon dont ils allaient communiquer l’emplacement des aiguilles trouvées. Hugo préféra alors s’assoir en tailleur et commença alors à communiquer avec son Pokémon. Aisling le regarda, puis tourna son attention vers Voodoo. Evidemment, ils devaient communiquer avec leur Pokémon ! La rouquine posa alors sa main sur son Polichombr, lui offrant des caresses amicales :

« Ok, cette fois-ci, tu seras seul à te promener dans la forêt. Enfin pas totalement puisque je surveillerai tes mouvements grâce à cette orbe rouge. ».

Puis Hugo proposa alors à la gamine de diviser la parcelle de forêt, ce qu’elle approuva. Il fallait qu’ils se mettent d’accord dès le début sinon, leur Pokémon allait empiéter sur le territoire de l’autre et cela pourrait amener à des complications. Cet exercice devait se réaliser à quatre et non pas, deux chacun de leur côté. Et ce même si le trésor cherché était unique.. Comme il leur restait du temps avant le début officiel de cette partie de l’épreuve, Aisling, tout comme Hugo le faisait depuis quelques secondes maintenant, essaya de se familiariser avec cette orbe rouge représentant son Pokémon. Elle demanda alors à Voodoo d’aller vers le Nord ; le Pokémon avait bien fait cinq mètres alors que la balle psychique n’avait pratiquement pas bougé mais elle était allée vers le Nord.

Cependant, quand Pokémon ne bougea plus, l’orbe revint à sa place initiale. Aisling en déduit que lorsque le Pokémon cessait d’avancer et gardait une position d’arrêt, la boule rouge (ou bleue) revenait au point de départ. Elle profita de quelques minutes pour mieux appréhender ce phénomène. Discrètement, elle dessina grosso-modo la clairière et les déplacements de Voodoo pour se faire une première approche de la vitesse de son Pokémon, celle de l’orbe mais aussi dessiner la trajectoire de sa créatures sur son croquis. Ca commençait à rentrer un peu dans sa petite tête. Une fois cet « entraînement » terminé, Voodoo revint près de sa dresseuse, l’air souriant.

« Bon, je commence à saisir le truc. Alors, tu sais où se trouvent les aiguilles. Inconsciemment mais tu sais grâce à la magie de Tétro. Le souci c’est que je n’ai que cette boule pour connaître tes déplacements. Je serais donc en quelque sorte aveugle et je devrais me fier aux déplacements de l’orbe magique… ». Elle marqua une pause et écouta Hugo parler avec Sophos. Elle trouva son idée de faire une pause d’une minute lorsque son Pokémon avait trouvé une aiguille intéressante et facile à interpréter. Aussi, elle demanda à son camarade si elle pouvait utiliser cette méthode (elle ne voulait pas lui piquer son idée de génie et voulait son accord). Le Terrosien lui accorda. « L’idée d’Hugo est géniale ! Lorsque tu trouveras une aiguille, tu ne devras plus bouger pendant une minute. Hein ? Bah une minute c’est euh… Enfin tu ne bougeras plus pendant un petit instant, d’accord ? »

Voodoo hocha la tête en avant, preuve qu’il avait saisi le truc. Une fois ceci mit en accord, Aisling lui montra alors la zone qu’ils allaient devoir ratisser, soit la partie Sud de la carte puisqu’Hugo et Sophos allaient s’occuper de la partie Nord. Heureusement pour Aisling, son Pokémon n’allait pas forcément rencontrer d’obstacles puisqu’il avait la capacité de traverser toute matière. Aussi, elle demanda alors à son Pokémon de ne pas chercher d’ennuis ou de l’éviter avec les créatures sauvages de la forêt, lui expliquant que ce serait une perte de temps et que cela pourrait amener à des renseignements erronés pour la gamine.

Bien, il était temps pour les apprentis de commencer l’épreuve. Comme convenu, Hugo et Sophos se dirigeaient vers le Nord, tandis qu’Aisling et Voodoo iraient vers le Sud. Lorsque son Pokémon entra seule dans la forêt, la gamine sentit sa poitrine se resserrer à tel point qu’elle avait l’impression d’étouffer. Sûrement cette appréhension de laisser son Pokémon seul dans la forêt. Mais elle devait lui faire confiance. Elle inspira un grand coup tout en fermant les yeux, puis relâcha la pression en expirant et porta son attention sur l’orbe qui se dirigeait doucement mais à vitesse constante vers le Sud-Est.

-

Comme s’il avait toujours été ainsi, le Polichombr lévita dans la dense forêt d’Agata en ayant le regard légèrement vide d’émotions, oubliant ainsi le monde extérieur pour se concentrer sur sa mission. Quelques Pokémon sauvages l’aperçurent, n’ayant jamais vu une telle créature dans ce lieu. Mais cela ne semblait guère les déranger puisque Voodoo ne faisait que « passait » au-dessus d’eux. Il ne chercha pas vraiment à dévier les obstacles et les traversa sans difficulté, complètement absorbé par sa tâche. Comme pour le second exercice, Voodoo trouva sa première aiguille sur un vieil arbre, planté à mi-hauteur. Comme convenu, il fixa l’objet en question et cessa de bouger pendant une minute.

Pendant ce temps, Aisling ne quitta pas la sphère des yeux, la regardant alors prendre la direction du Sud-Est. Vu la régularité de son déplacement, la rouquine en déduit que Voodoo n’avait aucune difficulté à se faufiler dans la flore de la forêt. Elle traça de son doigt le cheminement de son Pokémon sur sa carte. Quand soudain, Hugo s’exclama comme quoi Sophos avait trouvé sa première aiguille. Légèrement déstabilisée parce qu’elle était trop absorbée à tracer mentalement le chemin de son Pokémon, elle détacha doucement son regard de la carte pour féliciter Hugo et son compagnon de leur trouvaille. Et lorsqu’elle reporta son attention sur la sphère, elle la vit rejoindre son point initial et ne bougea plus. Elle déduit que Voodoo avait lui aussi trouvé une aiguille !

« Voodoo en a trouvé une également ! », s’exclama-t-elle aussi tout en pointant son doigt sur le carré C1 et traça une croix dessus comme quoi elle validait la position de l’aiguille.

-

Voodoo estima qu’il avait suffisamment attendu et se remit en quête d’une nouvelle aiguille. Comme possédé par un autre, il continua son cheminement vers le Sud cette fois-ci, le regard toujours vide mais concentré sur sa tâche principale. La poupée spectrale évita le plus possible d’enter en « collision » avec des bêtes sauvages, n’ayant clairement pas envie de se battre et de perdre inutilement du temps. Il pouvait toujours les traverser mais cela pourrait entraîner une gêne chez les créatures. Evidemment, se faire « entrer dedans » vraiment, c’était sûrement désagréable. Jusqu’à présent, il n’avait rencontré aucune difficulté et tant mieux. Cependant, Voodoo s’arrêta net puisqu’il se trouvait à la limite de la zone délimitée par le Zarbi T. Il resta quelques secondes à essayer de ressentir l’aura de l’aiguille et lorsqu’il la sentit de nouveau, il se dirigea vers l’Est. Il trouva la seconde aiguille plantée sur le tronc d’un arbre et lévita devant l’objet pendant une minute.

Aisling continua de suivre le chemin qu’empruntait son Pokémon via la sphère rouge en traçant une ligne imaginaire avec son doigt. Par contre, elle eut comme un petit bug quand la sphère s’était subitement arrêtée alors qu’elle se dirigeait plein Sud. Mais la gamine comprit rapidement en retira doucement son doigt : la délimitation. Aussitôt, l’orbe prit direction plein Est avec une allure soutenue et ainsi, Aisling en conclut qu’il ne s’agissait pas d’une aiguille. Puis la boule revint à son point de départ et resta ainsi pendant une minute. Et une autre ! Elle marqua fièrement une croix sur la case D1.

-

Après sa petite pause, la poupée violette repartit. Il continua son chemin en direction de l’Est et se retrouva alors dans une zone bien humide puisqu’il y avait une petite marre. Un lieu où Pokémon venaient s’abreuver. La créature spectrale lévita doucement pour ne pas effrayer les Cerfrousse venus se désaltérer. Certains redressèrent leur tête en ayant ressentit la présence d’une créature spectrale et regardaient la bête léviter au milieu du petit étang. Voodoo ressentait l’aiguille mais il n’arrivait pas à la localiser réellement. Et pour cause puisqu’un Cerfrousse s’était frotté contre le tronc d’arbre et ainsi l’aiguille s’était prise dans ses cornes. Le spectre avait beau s’en approcher, le Pokémon sauvage hennissait un mécontentement et limite voulait attaquer le gêneur. Contraint, le Polichombr quitta le troupeau et décida alors d’attendre un peu plus à l’Est derrière un tronc d’arbre. Tout ce qu’il espérait, c’était que ce contretemps ne fasse pas du tord à sa dresseuse.

Toujours aussi concentrée, Aisling traça le chemin de son Pokémon en observant les mouvements de la sphère. Apparemment, son Pokémon se trouvait en D2 mais quelque chose semblait la déranger. Pourquoi l’orbe faisait autant de mouvements indécis ? Voodoo avait-il des difficultés ? L’angoisse commença à l’envahir ; et si son Pokémon se faisait attaquer ?! Cette incertitude dura pendant quelques minutes, la sphère allant du Nord vers le Sud sur quelques centimètres, faisant des tours sur elle-même. Puis doucement, elle prit une direction vers l’Est et s’arrêta deux secondes pour revenir au milieu. Aisling lâcha un long soupire et traça une croix sur la case D2.

« Et de trois… J’ai eu peur à un moment. » dit-elle en rigolant, pour calmer sa peur.

Elle avait un léger retard sur Hugo mais comme il ne s’agissait pas d’une course et qu’ils devaient travailler en équipe, elle n’en prit pas compte.  Le but était de retrouver l’émeraude en trouvant les onze aiguilles.

-

Voodoo ne tarda pas à trouver la quatrième aiguille en remontant doucement vers le Nord. Cette dernière était bien plantée dans l’arbre et aucun Pokémon ne l’avait récupérée. Ouf songea le Pokémon qui s’arrêta devant l’objet. Un peu fatigué de parcourir autant de distances et surtout d’avoir cette pression sur ses « épaules », la créature s’accorda une petite pause en se laissant descendre doucement vers le sol. Il avait une minute pour récupérer, le temps que sa dresseuse capte qu’il s’agissait d’une aiguille.

Du côté des humains, Hugo confirma alors que Sophos avait trouvé sa quatrième aiguille. Décidément, le félin progressait bien et vite aussi ! Aisling ne put s’empêcher de féliciter le Terrosien de leur performance et lorsqu’elle reporta son attention sur la sphère toujours en mouvement constant vers le Nord, une angoisse resurgit. Et si jamais ils n’y arrivaient ? Non, elle devait avoir confiance en son Pokémon ! Ce n’était pas le moment d’avoir des pensées négatives, Voodoo faisait de l’excellent travail.

« Et voilà la quatrième de mon côté ! »

Aisling traça une nouvelle croix sur la case C2. Elle regarda alors fièrement sa carte marquée de ses croix mais aussi de celle d’Hugo. Ils progressaient vraiment bien et il ne restait plus beaucoup de cases pour découvrir l’emplacement du trésor, soit deux cases chacun.

-

Une fois sa pause faite, Voodoo se remit en quête des aiguilles perdues. Le Pokémon ne s’en rendit pas compte mais il pénétra dans une zone qui l’alerta plus qu’avant. L’aura des aiguilles lui semblait être amplifiée. Il se dirigea un coup vers le Sud et elle s’estompa doucement mais était toujours présente. Une fois vers le Nord, toujours la même. Il ne savait pas par où aller ! Il devait se décider avant que sa dresseuse ne mette une croix alors qu’il n’y avait pas d’aiguilles devant lui ! Ou bien qu’elle interprète cela comme étant l’endroit où se trouvait l’émeraude !! Bon, pris d’un élan, il prit la direction du Sud-Est. Voodoo arriva alors dans une sorte de marécage un peu nauséabond et croisa la route de Balignon accompagnés de Chapigon usant de leurs spores pour affaiblir leurs proies. Le pauvre spectre dut faire plusieurs mouvement en zigzagant afin d’éviter d’être touché. Heureusement, l’aiguille était facile d’accès et légèrement en hauteur, lui permettant alors d’échapper aux spores paralysants des assaillants. Voodoo s’assit sur la branche et attendit une minute.

De son côté, Aisling haussa un sourcil quand la sphère rouge prit plusieurs directions, comme si son Pokémon semblait incertain quant au chemin à prendre. Elle pensa alors à l’émeraude mais son hypothèse s’envola vite quand la boule prit la direction du Sud-Est ; Voodoo était entré dans la zone D3. À nouveau, la sphère semblait vibrer mais reprit son point initial pendant une minute. Aisling mit une croix sur la case appropriée et alors qu’elle allait s’exclamer d’avoir trouvé une cinquième aiguille, le comportement d’Hugo l’alerta.

Ce dernier s’était vivement redressé après que son orbe se soit agitée pendant… Aisling n’en avait aucune idée puisqu’elle n’avait pas posé son regard du côté de son acolyte depuis un petit moment. Après de bonnes minutes de réflexions, Hugo conclut alors que l’émeraude se trouvait dans la zone B3.

« C’est fort possible. Voodoo a eu un petit bug quand il a reprit son chemin vers la cinquième aiguille. Ici regarde. » dit-elle en pointant son doigt sur la jonction entre les cases C2, C3, D2 et D3. « Il a dû ressentir la présence de deux aiguilles et il ne savait pas dans quelle direction aller. »

Ni une ni deux, les deux élèves prirent la direction de la zone où se trouvait Sophos. Voodoo lui continua son cheminement vers la sixième aiguille mais malheureusement pour lui, Aisling n’était plus devant sa sphère pour confirmer… Quinze minutes de course et ils arrivèrent enfin dans la zone. Maintenant, il restait plus qu’à trouver le trésor. Pour le moment, Aisling était seule et espérait que son Pokémon viendrait dans cette zone. Hugo ouvrit la route et rassura la gamine qui avait une horreur des Pokémon araignées. Ils ne tardèrent pas à retrouver Sophos, Hugo félicitant alors son Pokémon. Voodoo ne tarda pas non plus à rejoindre sa dresseuse, se jetant dans ses bras.

« Bien joué Voodoo ! Sophos a localisé la zone où se trouve l’émeraude, maintenant faut la chercher ! »

La zone fut divisée en deux. Aisling s’occupa alors de son côté, aidée de Voodoo. Le Pokémon traversa tout ce qu’il pouvait traverser, guidant ainsi sa dresseuse qui regarda plus en l’air. Le temps défilait et toujours rien. Combien de temps leur restait-il ? Pourvu qu’ils y arrivent à temps… Ils ne pouvaient pas échouer alors qu’ils étaient arrivés aussi loin et… Un large sourire s’afficha sur le visage de la rouquine. Voodoo venait de trouver l’objet en question, bien caché sous un tas de bois formant une sorte petite cabane. Elle étira son bras pour la saisir et lorsqu’elle l’attrapa, elle leva fièrement son bras en l’air :

« JE L’AI TROUVEE !!!!! »

Aussitôt, elle retrouva Hugo et lui présenta alors la pierre précieuse. Elle prit la main de son compagnon et lui donna l’émeraude :

« Tiens, tu la mérites. » dit-elle en souriant.

Bien, il était temps pour eux de retrouver maître Sylver. Voodoo resta dans les bras de sa dresseuse, fatigué de cette épreuve. Il méritait bien une pause.

_________________

> <
avatar
Aisling Hops
Informations
Nombre de messages : 120

Fiche de personnage
Points: 2
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Sylver Belister le Jeu 11 Aoû 2016 - 18:45

Je rejoignis les deux jeunes gens alors qu’ils venaient tout juste de mettre la main sur l’émeraude. Bien evidemment, je savais où elle était cachée puisque je m'était chargé personnellement de la dissimuler

« Félicitations à vous deux. J’ai conscience que cet exercice était bien plus difficile que les précédents, mais vous vous en êtes bien tirés, et dans les temps. Vous l’avez peut-être compris, mais je ne vous évaluais pas sur votre capacité ou non à trouver l’émeraude. Ou du moins, ce n’était pas là l’objectif principal de cet exercice. Evaluer votre capacité à trouver des objets, j’ai déjà pu le faire lors des exercices précédents.

Mon objectif était surtout de vérifier votre aptitude à mettre au point des stratégies et un plan d’action, non seulement avec vos Pokémon mais aussi avec votre camarade. Hugo, si votre collaboration avant de partir en recherche n’a pas été parfaite vis-à-vis d’Aisling, vous vous êtes rattrapé sur la suite et avez pensé à lui communiquer vos découvertes, ce qui vous a permis d’avancer tous les deux. Mademoiselle Aisling, vous vous en êtes également très bien sorti.

J’espère que cet avant-goût du travail de coopération qui peut exister entre plusieurs ramasseurs vous donnera les clés pour accomplir un encore meilleur travail d’équipe avec vos collègues plus tard. Ou en tout cas, je vous ai donné cet exercice avec cette idée en tête. »


Je me tus soudain, interrompit par un bruit de souffle très caractéristique. Calicot venait de se téléporter à mes côtés. La jeune fille aux nattes blondes d’une quinzaine d’années, que j’avais rencontrée en la percutant à Seian, souriait jusqu’aux oreilles et semblait aussi joyeuse qu’à son habitude.

« Calicot au rapport, monsieur, plaisanta-t-elle. Les deux Pokémon se sont très bien débrouillés pour retrouver les aiguilles. De toute façon, ils auraient pas pu arriver jusqu’ici sinon ! Mais bon, vu leur manière de se déplacer assez particulière, je pense qu’ils ont très bien compris et suivi les ordres de leurs dresseurs respectifs ! »

Voyant que Calicot n’en ajoutait pas davantage à son sujet, j’en conclus qu’elle attendait que je fasse les présentations, ce qui était plutôt logique au fond :

« Mademoiselle Aisling, Hugo, je vous présente Calicot, une demoiselle que j’ai rencontrée à Seian et qui a décidé de voyager à avec moi jusqu’à Nalcia. Calicot, voici Aisling et Hugo. Mais j’imagine que vous savez déjà de qui il s’agit…
-Tu peux me tutoyer papy tu sais ? Enfin bref, salut tous les deux ! En fait, j’ai des pouvoirs psychiques, comme les Soporifik et ça fait un moment que je vous observe par la pensée. Enfin, pas de trop près parce que sinon, le Zarbi, il… »


Tétro, qui était jusqu’ici en profonde méditation, sembla soudain réaliser la présence de la jeune fille. Aussitôt, il beugla :

« Qu’est-ce qu’elle fait ici la sous-fifre ? Je croyais qu’on s’était mis d’accord, seigneur Belister, j’acceptais de vous aider dans cette épreuve ridicule à partir du moment où cette GAMINE n’intervenait pas !
-Ben c’est ce que j’ai fait, gros Nonoeil grognon, j’ai absolument rien dit ni rien fait à ses deux-là, j’ai fait que les regarder de loin
-Espèce de gamine mal élevée ! »
Se plaignit le T. Voyant que je restais neutre dans ce débat, il finit par couper la communication et se retira dans le mutisme, probablement pour bouder.

-Bref, reprit Calicot, j’ai des pouvoirs psy – on appelle ça un Lieur, c’est ça ? – mais je les maîtrise pas encore très bien, et un jour, j’étais avec mon ami, enfin mon Pokémon quoi, et j’ai voulu tenter avec lui la téléportation longue distance… Mais ça a pas très bien marché… Ou plutôt ça a trop bien marché : on était dans les landes nalciennes, je voulais me téléporter jusqu’à Alfen et revenir, mais on a dû mettre trop de puissance, et du coup j’ai atterri à Seian. Et comme j’ai pas envie de retenter l’expérience pour le voyage retour et que de toute façon mon Pokémon est resté à Nalcia et ne peut pas m’aider à me téléporter, papy Sylver a été assez gentil pour me raccompagner là-bas ! Et c’est tout je crois ! Je te laisse leur raconter la suite papy !
-Merci Calicot. Bien, jeunes gens, il est temps de passer à la dernière épreuve ! »

Dès qu’elle entendit ces mots, Yuko jappa et se rapprocha de moi pour demander des caresses. Elle savait déjà que ce serait elle la vedette pour la suite !

« Vous avez déjà triomphé de l’épreuve imposée par ma Persian, la suivante vous confrontera donc à mon Arcanin. Bien entendu, ce ne sera pas un combat. Le but de cette épreuve n’est pas de tester vos capacités martiales. Nous allons maintenant reprendre le cours de notre histoire. Après avoir finalement vaincu la « mort » et récupéré les émeraudes, Horz décida de récupérer les autres trésors maudits avec l’aide de son Branette afin de les mettre à l’abri des convoitises. Depuis, la légende prétend que lui et son Pokémon veillent sur tous les chercheurs de trésors.

Votre ultime tâche sera donc de faire comme lui et de mettre les émeraudes à l’abri. Il est assez aisé de trouver des objets dignes d’intérêt, il l’est moins de déterminer leur valeur. Mais certains objets parmi les plus précieux ou les plus dangereux que vous pourrez trouver au cours de votre carrière se doivent d’être protégés.

Je vais donc vous laisser vingt minutes pour vous préparer et trouver une cachette pour vous, votre Pokémon et votre pierre. Je vais en effet confier à chacun d’entre vous une émeraude »


Je tendis la première émeraude en ma possession à Aisling puis poursuivis :

« Passé ces vingt minutes, vous devrez tenir vingt autres minutes avec votre Pokémon sans vous faire repérer par Yuko. Il vous faudra donc bien vous dissimuler, mais ce n’est pas tout. Comme tous les Arcanin, elle possède un excellent flair, une ouïe fine et une bonne vue. Il vous faudra donc prendre ces trois facteurs en compte lorsque vous vous cacherez. Vous pouvez choisir de vous cacher au même endroit ou non, je laisse cela à votre discrétion.

Enfin, je vous autorise à utiliser votre maîtrise et autres pouvoirs mystiques pour vous aider à vous cacher, ou à vous déplacer à condition que vous ne vous reposiez pas uniquement là-dessus. Je vous interdis donc de disparaitre purement et simplement sous le sol ou dans les ombres par exemple, d’autant plus que cela ne suffira pas à vous dissimuler du flair de Yuko. Vous ne pouvez utiliser vos pouvoirs qu’en conjonction avec l’environnement. C’est lui qui vous fournira votre cachette principale, que vous pourrez éventuellement améliorer avec vos capacités, mais ce n’est pas l’essentiel. Enfin, vous n’avez pas le droit de sortir de la zone délimitée par les cartes.

Bien, je crois que tout est dit ; vous avez vingt minutes à partir de maintenant ! Bonne chance, jeunes gens !

-Bonne chance ! »
Répéta Calicot. Puis elle fit un clin d’œil aux deux jeunes gens avant de se téléporter de nouveau dans un bruit de souffle. Yuko attendait patiemment à mes côté le signal de partir en chasse.

[Le principe du cache-cache, mais vous devez penser à masquer votre odeur et à rester silencieux. Vous avez chacun une émeraude. N’abusez pas de vos pouvoirs élémentaux et décrivez votre cachette et la manière dont vous l’aménagez Durant ces vingt minutes de traque, Yuko passera forcément à proximité de votre cachette à moment donné. Vous devrez alors décrire les réactions de votre perso et de son Pokémon pour ne pas se faire prendre. Dernier exercice, bonne chance Wink ]

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Hugo le Mar 30 Aoû 2016 - 0:06

Hugo observait avec surprise la nouvelle venue quand cette dernière se… téléporta aux côtés de Sylver. En effet, une jeune femme, voire même jeune fille, venait de surgir de nul part, provoquant au passage une énième colère de l’être psychique. Le blond fronça les sourcils devant cette nouvelle déclamation du Zarbi, digne des meilleurs dramaturges antiques, avant de finalement hausser les épaules. Le conteur avait définitivement un Pokémon haut en couleur.  Le blond reporta alors son attention sur la prénommée Calicot et ne pouvait s’empêcher de trouver que quelque chose clochait chez elle. Sans n’avoir aucune idée de ce que cela pouvait être, il trouvait qu’elle dégageait quelque chose… D’étrange.

Enfin, l’adolescente n’était juste qu’une assistante dans l’épreuve, et le Terrosien s’en délaissa bien vite. Le blond écouta alors à nouveau l’aîné, la dernière épreuve allait pouvoir commencer. Le blond croisa les bras sur sa poitrine légèrement musclée avant d’afficher un léger sourire, le dernier exercice semblait un peu plus ludique que les précédents, et surtout, il pouvait y utiliser ses pouvoirs élémentaux. Le jeune homme passait sa main dans la nuque de son compagnon quadrupède avant de s’éloigner, pour, il espérait la dernière fois, émeraude en main, à la recherche d’une cachette adaptée.

Le Terrosien s’enfonça d’une dizaine de mètres dans la forêt avant de s’adosser à un arbre afin de réfléchir à une cachette hypothétique au calme, sans les râles du Zarbi. Hugo se mit alors à penser méthodiquement. Il devait réfléchir à une cachette permettant d’échapper aux trois sens surdéveloppés du loup de feu.

Hugo se remémora alors immédiatement la zone marécage de la forêt d’où se dégageait un mix d’effluves végétales très odorantes, parfait pour brouiller même la plus fin des odorats. L’enfant de la terre sut instinctivement que cet endroit était le mieux adapté à l’exercice et s’y rendit sans perdre une seconde. Le blond espérait ne pas croiser Aisling sur le chemin, en effet, si l’Arcanin n’avait que vingt minutes de recherche, il valait mieux que cette dernière soit assez éloignée de lui.

Le blond se mit alors à courir, faisant de grandes foulées, et arriva rapidement au cœur de la zone la plus tropicale de la forêt d’Agata, talonné par Sophos. Une multitude de Pokémon insecte grouillait un peu partout, certain virevoltant un peu trop près du visage de l’élémancien qui balaya plusieurs fois l’air à l’aide de ses mains.

Une véritable biosphère semblait s’être développée au sein d’une plus grande, totalement différente. Bien sûr, Hugo se doutait que le marécage était l’idée la plus évidente, et que l’Arcanin y passerait forcément, mais il comptait sur son ingéniosité pour remédier à ce problème.

Le Persian dévoila légèrement les crocs quand il comprit la première étape du plan. Comme tout bon félin qui se respecte, Sophos n’appréciait guère être sale, et encore moins être mouillé. Deux chose qu’il s’apprêtait à être dans les secondes qui viennent. En effet, le félin regardait avec méfiance son dresseur qui venait de retirer ses chaussures avant de s’enfoncer jusque mi mollet dans l’eau stagnante du marécage. L’élémental utilisait alors ses dons élémentaux pour soulever des grandes quantités de boue qu’il fit léviter au-dessus de lui-même, avant de relâcher toute maîtrise. Les cheveux d’or du dresseur se transformèrent alors en une masse brunâtre tandis qu’il étalait de la boue sur ses avant-bras.

« Come on Sophos, tu sais très bien que la boue permettra de dissimuler nos odeurs. » fit Hugo quand il vit la réticence de son Pokémon. « Allez, dès que c’est fini, je m’arrangerai pour retirer toute la terre de ton pelage, fais pas ton Léopardus ! »

Le félin, loyal, finit par s’avancer et trempa une de ses pattes avant dans l’eau du marécage avant de la retirer immédiatement. Ne laissant guère le choix au jeune homme, le Persian se mit à faire un vol plané avant d’atterrir dans le bassin d’eau.

« Quoi ? Si je ne te poussais pas, tu ne serais jamais venu ! Allez, roule-toi. Personne n’aura à te voir ainsi. »

Le Persian finit par s’effectuer. De mauvaise grâce, certes, mais en quelques instants, celui qui veillait constamment à avoir un pelage immaculé se retrouva tout simplement dégueu de la tête aux pattes. Le dresseur ne put s’empêcher de sourire devant la mine renfrognée de son Pokémon, dévoilant par la même occasion un sourire qui paraissait encore plus éclatant à cause du contraste entre la boue et son émail.

« Fais pas cette tête, je te promets que c’est juste le temps de l’exercice. » conclut le dresseur avant de s’agenouiller et de poser son front sur celui de son Pokémon.

L’apprenti ramasseur fouilla ensuite dans sa poche et y extrait la pierre précieuse qu’il recouvrit de boue avant de faire la faire sécher en une fraction de seconde, dévoilant alors une sphère terrestre parfaitement ronde. Le jeune homme ne savait pas si les pierres précieuses retenaient les odeurs, mais se dit que Horz aurait été capable de prendre de telles précautions.

Le blond, ou plutôt le brun pour le coup, tourna sur lui-même, essayant de trouver une cachette, ou du moins une idée de planque. Le jeune se serait bien enterré sous terre, même sous le marécage si besoin il y’avait, mais la pratique avait été formellement prohibée par le professeur. Le jeune homme se dit qu’à défaut d’utiliser sa maîtrise de la terre pour se créer une cachette, il avait toujours d’autres pouvoirs.

Le blond ressortit alors du marécage tandis que le masque de boue qu’il avait formé sur son visage commençait à durcir et à le démanger. Le dresseur dut alors se retourner et interdire à son Pokémon de se gratter. Devant le regard que lui lança Sophos, Hugo fut bien content que l’exercice ne durait que vingt minutes. D’ailleurs, l’Arcanin allait bientôt se lancer à la poursuite des deux duos. Il n’y avait plus de temps à perdre.

Le blond envisagea alors en premier lieu de se cacher en hauteur, mais il n’arriva pas à penser à une façon de se camoufler efficacement ainsi. Il prit alors la décision de rester au sol, son premier allié.

La nature avait tous les droits dans cette forêt, et l’aspect sauvage qu’elle présentait en était la preuve. Des arbres déracinés, des matelas de feuilles en décomposition au sol… Là où les gens normaux y voyaient un capharnaüm, les maîtres de la terre y voyaient un vaste terrain de jeu. Hugo décida qu’il utiliserait alors sa maîtrise des plantes pour se confectionner un abri, une cabane, une cachette.

L’élémancien se rapprocha alors d’un arbre à moitié éventré dont les innombrables racines sortaient et entraient du sol par intermittence, créant tas de nœuds de lianes végétales. Le jeune homme parvint à s’allonger aux milieux des imposantes racines avec son Pokémon à ses côtés et il se mit à utiliser ses compétences nouvelles acquises en phytokinésie pour combler les trous à l’aide d’autres racines que le jeune homme fit émerger du sol. Le cocon n’était ni net ni imperméable, mais le jeune homme espérait que cet abri improvisé leur permettrait de se soustraire à la recherche du chien de feu…

Combien de temps restait-il avant la fin de l’exercice ? Difficile à dire. Le jeune homme commença à croire qu’il était allongé depuis des heures, avant de se ressaisir. Non, si c’était le cas, le conteur se serait débrouillé pour qu’il le sache. Le blond caressait alors la fourrure maintenant devenue dure de son Pokémon quand il ressentit des vibrations dans le sol. Le maître de la terre sentit alors tous ses sens entrer en alerte. Quelque chose se rapprochait. Cette chose était encore loin, mais se déplaçait vite, très vite, d’un pas lourd. La vitesse de la créature se rapprochant ne laissait aucun doute sur son origine, Yuko était là.

Les pas ralentirent quelques instants, sûrement la chienne n’était-elle pas enchantée par l’atmosphère lourde et humide de cette partie moins reluisante de la forêt. Hugo n’avait pas pensé à ce détail, mais doutait que la pisteuse bâcle son travail pour autant. Bien qu’il ne puisse pas voir à l’extérieur du dôme végétal qu’il avait créé, le Terrosien pouvait suivre avec une précision chirurgicale l’avancée de l’Arcanin… Quand il sentait qu’elle commençait à devenir un peu trop proche, le jeune homme prit une profonde respiration avant d’entrer méditation et en apnée.

Bien sûr, Hugo ne demanda pas à son Pokémon de faire de même, mais le Persian se mit à respirer bien plus silencieusement de lui-même. Le temps parut interminable. Il faisait étouffant au niveau du sol. La terre avait dorénavant durci et démangeait la peau sensible du jeune homme. Le cœur du Terrosien rata d’ailleurs un battement et laissa un peu d’air s’échapper quand l’Arcanin se mit à renifler les racines qui les surplombaient.

Hugo planta son regard, à travers l’obscurité, dans celui de son Pokémon qui ne semblait pas plus rassuré que lui. La force, habituellement tranquille ne l’était plus vraiment. Une pointe de panique pouvait être perçue dans le regard si expressif du félin. Ses vibrisses frissonnaient frénétiquement à chaque fois que le chien de feu reniflait un peu plus fort ou qu’il se mettait à gratter les racines. L’élève, sous le stress et la pression, dut réprimer un rire nerveux qui commençait déjà à lui tirailler la gorge. Le jeune homme ne pouvait pas se demander si son compagnon était vraiment paniqué à l’idée d’être découvert, ou s’il avait peur de s’être sali pour rien.

Après avoir tourné autour de la cachette pendant quelques instants, la semi-légende fit demi-tour et quitta la zone. Hugo se mit alors à chercher désespérément de l’air, après avoir passé presque deux minutes sans respirer. Le jeune homme sourit à moitié à son Pokémon et attendit encore une dizaine de minutes supplémentaires avant d’estimer que les vingt minutes réglementaires s’étaient écoulées.

Le blond écarta alors les lianes végétales et les quitta telle une momie quittant son sarcophage. À l’aide de ses pouvoirs élémentaux, il put retirer jusqu’au dernier gramme de terre de la fourrure de son compagnon, mais celle-ci gardait un aspect charbonneux.

« Désolé pour ça… ça finira bien par partir. » fit le jeune homme en s’excusant.

Les cheveux d’Hugo subirent le même traitement, et là où ses cheveux avaient gagné une teinte plus foncée, sa peau, habituellement si blanche, avait rougi à plusieurs endroits. Se grattant frénétiquement le bras, Hugo se rendit vers l’entrée de la forêt d’où Sylver n’avait pas bougé. L’élémancien fut rassuré en voyant que Yuko était bien retournée auprès de son dresseur. Le blond resalua une nouvelle fois son professeur d’un signe de la tête avant d’attendre le verdict de ce dernier.


Dernière édition par Hugo le Sam 10 Sep 2016 - 23:57, édité 1 fois

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Aisling Hops le Ven 2 Sep 2016 - 11:23

Peu de temps après la découverte de la seconde émeraude, Sylver rejoignait les deux apprentis ramasseurs. Hugo et Aisling avaient réussi cet exercice qu’il jugea bien plus difficile que les précédents, un exercice qui avait pour but d’évaluer leur capacité à élaborer une stratégie à plusieurs. En effet car le jeune homme et la demoiselle avaient dû mettre en commun leurs informations trouvées par leur Pokémon lors de leur « promenade ». Heureusement, ils s’entendaient plutôt bien depuis le début et cela était un atout précieux. Sylver apporta des résultats individuels et quand il félicita la gamine, cette dernière se mit à rougir légèrement gênée d’une telle attention de sa part. Mais soudain, une jeune femme aux nattes blondes apparut aux côtés du Conteur, attirant l’attention de tous. Cette soudaine apparition fit sursauter Aisling qui ne s’attendait pas à ça et visiblement, elle connaissait Sylver puisqu’elle lui confirma de vive voix que les deux Pokémon s’étaient très bien débrouillés pour cette épreuve.

Calicot était son prénom et elle ne semblait pas méchante, bien au contraire. Lorsque le Conteur présenta ses élèves à la nouvelle venue, Aisling ne put s’empêcher de sourire et de la saluer d’un petit geste de la main. Contrairement à son camarade d’épreuve, cette demoiselle ne semblait guère intéresser Hugo. Quoi, ce n’était pas son style de fille ? Aisling se mit à rire intérieurement mais se reprit rapidement quand Sylver aborda la suite de l’épreuve. Bah oui, ils étaient encore en évaluation et ce n’était pas le moment de se relâcher !!

Prochain « adversaire », Yuko. Pas de combats mais le but de cette nouvelle épreuve était de mettre en lieu sûr les émeraudes afin que l’Arcanin ne les trouve pas. Les apprentis avaient donc vingt minutes pour se cacher dans la forêt d’Agata et ils devaient par la suite tenir vingt bonnes minutes sans que la chienne ne puisse les repérer. Sylver leur remit alors une émeraude chacun. Tout en l’écoutant, Aisling déposa son regard sur la pierre précieuse et vit son reflet dessus. Elle y était presque… La suite se présentait comme une partie de cache-cache mais pour le coup, la demoiselle n’avait que son Pokémon pour l’aider et son imagination. Car les deux jeunes gens pouvaient user de leur pouvoir élémentaire sauf qu’Aisling ne maîtrisait absolument pas l’air contrairement à son frère aîné…

Une fois les règles et limites imposées, Sylver annonça le début de l’exercice. Hugo partit en premier laissant la gamine un peu angoissée de la suite. Elle partait avec un désavantage pour le coup et c’était son point de vue. Voodoo sentit que quelque chose n’allait pas et s’empressa de rassurer sa dresseuse. Oui, ce n’était clairement pas le moment de se morfondre, elle avait une épreuve à terminer ! Elle y était arrivé jusque là, ce n’était pas le moment d’abandonner parce qu’elle se sentait moins avantagée ! L’air déterminé, Aisling se dirigea enfin vers la forêt. Elle avait vingt minutes pour trouver une cachette, vingt misérables minutes pour trouver un moyen de masquer son odeur et d’éviter de se faire chopper par Yuko.

Après une bonne centaine de mètres, la gamine s’arrêta et regarda alors son compagnon. La poupée lévita en face d’elle, sans trop comprendre son comportement. Les règles étaient très strictes, elle ne pouvait se servir des capacités de son Pokémon qu’un court instant, le but étant que ce soit elle qui trouve le moyen de se cacher de la chienne. Elle ne pouvait pas non plus disparaître dans la nature et quitter les limitations établies par le Zarbi T. Et si Sylver avait proposé d’user de leurs autres habilités à savoir la maîtrise élémentale, c’était qu’Hugo était un maître élémental.

« Ok alors si on récapitule le truc : Yuko possède un flair du tonnerre, une ouïe d’enfer et une vue à faire rougir un Guériaigle. ». Voodoo plissa légèrement les yeux, un peu dépité par les mots employés par sa dresseuse. « Dans tous les cas, il faut qu’on masque nos odeurs, qu’on se taise et qu’on soit super bien cachés. »

Aisling repensa alors au petit bassin qu’elle avait trouvé un peu plus tôt lorsqu’elle recherchait les aiguilles. L’eau pourrait masquer son odeur mais elle ne pourrait pas rester en apnée aussi longtemps. Et malheureusement, elle ferait des bulles  dévoilant sa présence. Puis soudain, elle eut une idée ! Elle claque des doigts et commença à retirer son foulard orange. Voodoo ne comprit pas sur le moment et regarda alors sa dresseuse l’attacher sur une branche.

« Quoi ? Tu saisi pas ? » un sourire s’afficha sur les lèvres de sa dresseuse. « On va créer des leurres ! »

Voodoo resta un peu sceptique quand à cette alternative mais laissa sa dresseuse se déshabiller au fur et à mesure qu’ils progressaient dans la forêt. Et fort heureusement, elle était plutôt bien vêtue, aussi elle ne se retrouverait pas en petite tenue ! Une fois ceci fait, elle devait alors trouver une cachette et ce, rapidement car le temps s’écoulait !

« Bon maintenant, faut qu’on trouve de quoi masquer notre odeur et… »

Un peu plus loin, elle vit un Cerfrousse se soulager. Voodoo comprit où sa dresseuse voulait en venir et s’interposa pour lui faire comprendre que là, ce n’était pas possible ! Certes, c’était plus que dégueu et pas du tout hygiénique mais avaient-ils vraiment le choix ? Cet exercice  n’était qu’un entraînement mais si jamais elle était poursuivie, elle devrait faire en sorte que ses opposants ne la retrouvent pas ! Aisling ne maîtrisait aucun élément et même si elle avait pu, comment aurait-elle fait ? Si, elle aurait pu se servir de l’air pour créer des effluves de son odeur afin de leurrer la chienne mais là, impossible parce qu’elle n’avait pas ce pouvoir ! La rouquine s’approcha alors du tas de fumier et tira une tronche de dégoût pas possible. Ca ne sentait clairement pas la rose mais franchement, c’était pour la réussite de l’épreuve ! Elle était déterminée et voulait absolument y arriver, quittes à pourrir son honneur en faisant ça.

« Ok… J’y vais… »

Avec une certaine hésitation, elle plongea un doigt dans la « chose » et commença à tracer une ligne sur ses bras. Voodoo tira la langue, impuissant devant la détermination de sa maîtresse. Elle ne manqua pas de dessiner approximativement le symbole des guerriers d’Aliphyr sous une joue, preuve de sa détermination pour réussir à tout prix cette épreuve. Bon maintenant qu’elle s’était tartinée de caca mélangé à des feuilles et de la terre, elle s’approcha de Voodoo qui refusa.

« Fais pas ta chochotte ! Il faut absolument que tu t’en tartines aussi sinon on va foirer cette épreuve ! Allez, après on ira prendre un bon bain ! Oui ok, on en prendra même plusieurs !! »

Finalement, le Pokémon se laissa faire parce qu’il n’avait pas d’autres choix. C’était supportable mais uniquement parce qu’Aisling était déterminée, sinon y’aurait longtemps qu’elle aurait vomi ! Elle en tartina aussi sur l’émeraude parce qu’à force de la toucher, cette dernière finissait par sentir le Aisling. La cachette maintenant ! Un peu plus en bas de la petite dune de terre, elle vit un tas de bois morts et des arbres complètement arrachés du sol, comme si un imposant Pokémon avait piétiné cet espace. Voodoo signala alors qu’ils n’avaient plus vraiment le temps de chercher une autre cachette.

Aisling s’engouffra entre les troncs, s’aidant des pouvoirs de son compagnon. Puis elle demanda alors à Voodoo de l’aider à rassembler un tas de feuilles mortes et de brindilles pour recouvrir sa cachette mais également elle à cause de ses cheveux roux qui étaient bien trop visibles. C’était maintenant que tout allait se jouer, espérant alors que s’être tartinée de bouse de Cerfrousse allait marcher. Les vingt minutes étaient sûrement déjà bien écoulées et Yuko devait être sur la poste des émeraudes. Aisling, complètement allongées sous les troncs morts qui étaient un sacré poids à supporter, serra le sésame contre elle, Voodoo à ses côtés. L’angoisse et l’appréhension d’être démasqués à tout moment montait d’un cran à chaque respiration.

Aisling ferma les yeux, serrant de plus en plus le trésor contre sa poitrine. Elle espérait que les leurres marcheraient et que la chienne ne viendrait pas directement ici. Après tout, la rouquine s’était tartinée de bouse après avoir éparpillé ses vêtements mais avant d’avoir trouvé cette cachette, donc normalement, le chemin qu’elle avait pris pour y parvenir ne serait pas donné par sa propre odeur. Un crépitement de brindille la fit légèrement sursauter. Son rythme cardiaque s’accéléra et machinalement, elle mit une de ses mains sur sa bouche pour stopper sa respiration. Voodoo ferma les yeux, cherchant à faire pareil que sa dresseuse.

Etait-ce réellement Yuko qui était dans les parages ou bien un Pokémon sauvage ? Impossible de le savoir et Aisling n’avait nullement envie de voir ça. Le moindre faux mouvement pourrait tout gâcher. Elle était curieuse de voir ce qu’il se tramait « dehors » mais non, elle retint sa respiration et essaya de se dire que non, il ne fallait pas qu’elle bouge. « Ne regarde pas, ne regarde pas…. S’il te plait… ». Quelque chose se passait en elle et la rouquine n’avait jamais connu cette étrange sensation qui l’envahissait.

Tout son corps tremblait d’excitation. De l’excitation ? Mais pourquoi ?! Ce n’était pas du tout excitant d’être recherchée de la sorte alors pourquoi elle ressentant ça à un tel moment ? Et par-dessus tout, elle avait peur, terriblement peur de se faire prendre. Cet exercice lui semblait tellement réel pour le coup qu’elle commença à avoir les larmes aux yeux. Comme si la Chienne allait la dévorer une fois découverte. Non, ce n’était pas le but… Elle retint alors sa respiration une nouvelle fois, entendant des brindilles se casser à chaque pas posés sur le sol. Elle entendit également la respiration essoufflée de l’Arcanin. Yuko était là ! La chienne de Sylver était tout près et chercha la gamine. Oui, les leurres n’avaient pas marché et elle tout près de la gamine…

Tout comme sa dresseuse, Voodoo plissa les yeux et pria pour que leur plan marche. Il ne s'était pas tartiné de merdouille de Cerfrousse pour rien quand même ! Son honneur était en jeu là ! Mais lui aussi ressentait cette étrange sensation, cette soudaine adrénaline qui lui montait au cerveau. Ce sentiment étrange qui l'envahissait et qui lui faisait ressentir l'envie de déguerpir d'ici le plus rapidement possible. mais impossible, sinon il se ferait prendre. Non, il devait rester auprès de sa maîtresse, ne plus bouger et ne penser à rien... Il entendait parfaitement le souffle essoufflé de la chienne qui avait dû parcourir une grande distance en si peu de temps pour parvenir jusqu'ici. Son poids imposant sur le tas de bois était un calvaire aussi bien pour lui que pour la jeune fille. Mais ils devaient subir ça.

« Tout va bien se passer, tout va bien se passer… ». Les secondes s’écoulèrent et Aisling eut l’impression qu’il se passa une éternité. Puis soudain, il eut un sifflement brisant alors le silence de la forêt et la gamine entendit alors Yuko s’éloigner de sa cachette, du moins c’était son interprétation personnelle. Ce n’était pas pour autant qu’elle allait relâcher la pression. La bête avait une ouïe surdéveloppée comparée aux humains donc le moindre mouvement pourrait tout faire foirer. Elle resta alors une, deux… plusieurs minutes dans cette position, reprenant doucement son souffle. Elle était épuisée, fatiguée d’avoir subi de tels efforts.

Voodoo prit l’initiative de sortir de sa cachette afin de vérifier que Yuko n’était plus dans le coin. Le Pokémon spectre ne ressentit aucune autre présence dans les environs hormis celle de sa dresseuse. Il retourna alors vers Aisling et lui fit comprendre que l’exercice était terminé. La rouquine sortit alors de sa cachette, rejetant les troncs d’arbre en puisant dans ses dernières forces. Une fois à l’air libre, elle mit un certain temps à reprendre ses esprits. Pendant plus de vingt minutes, elle avait été confrontée à une peur incontrôlable et cela l’avait considérablement affaibli. Mais il fallait qu’elle retourne auprès de son examinateur pour le verdict final.

« Oui… J’arrive mais avant, lavons-nous veux-tu ? On pue carrément là… »

Au moins, elle n’avait pas perdu son humour. Aisling regagna alors le bassin. Ni une ni deux, elle retira ses derniers vêtements et se jeta dedans. Voodoo n’attendit pas et fit comme elle. Malheureusement, l’odeur allait rester tant qu’elle n’aurait pas de quoi bien frotter tout ça. Puis elle vit des Mystherbe ; elle demanda alors à son Pokémon de tenter une communication avec eux pour qu’ils déversent de leur Doux Parfum afin de parfumer l’eau. Ce n’était pas méchant et ils acceptèrent. Elle en profita également pour ses vêtements qu’elle avait sur elle au moment de son tartinage.

« Voilà, on sent le parfum mais ne t’inquiètes pas, il y a un village pas loin et on prendra une nuit à l’auberge pour bien se laver. »

Au passage, elle récupéra ses affaires qu’elle avait laissées comme leurre et reprit le chemin pour rejoindre Sylver. Ce dernier n’avait pas bougé et Yuko était présente à ses côtés. Hugo aussi. Comment avait-il fait pour échapper à la traque de l’Arcanin ? Il ne s’était pas fait prendre quand même ? Aisling vint se mettre aux côtés de son acolyte et attendit le verdict.

[ Hrp : ma pauvre Aisling TT, promis je te ferai plus jamais subir ça ! ]

_________________

> <
avatar
Aisling Hops
Informations
Nombre de messages : 120

Fiche de personnage
Points: 2
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Les émeraudes de la Mort [Épreuve Ramasseur] [Hugo/Aisling/Sylver]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum