[ Clos ] Je suis maître de mon avenir [ Contrainte - Solo - 2/2 ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Je suis maître de mon avenir [ Contrainte - Solo - 2/2 ]

Message par Elvira Tertia le Mer 6 Avr 2016 - 2:05

Maitre de son avenir.


Solo/Contrainte

Contrainte n’7 : Se projeter dans le futur.

Quelques années plus tard.

Malgré le temps qui s'était écoulé, malgré le vent qui avait poussé le sable et érodé les pierres orangés qui entouraient le village, rien n'avait changé. La vagabonde reconnaissait les tentes aux couleurs enjouées, les habitants dans leurs habits du désert, ou même les chasseurs préférés de ce village du désert, les Caninos. L'architecture en soi n'avait pas changé, même si elle crut y voir de nouveaux bâtiments. Creusé à même, la pierre, des bâtiments s'élevaient dans des tours orangés, ou des pans de tissus colorés offraient des rideaux volatils. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas mis les pieds ici. À quoi ressemblait donc maintenant le Dojo ? Était-il toujours debout ? Quelqu'un d'autre l'avait-il repris ? Elle ne connaissait aucun autre membre de famille et à sa connaissance personne n'était venu leur rendre visite. Cette douce jeunesse passée à prendre des coups d'épée en bois sur les doigts, à apprendre à manier ses lames jumelles tant adorés. Mais il y avait bien plus, cet endroit était le lieu dans lequel elle s'était sentie le plus à l'aise. Elle ne pouvait pas dire qu'elle avait connu le village en soit, elle n'y était allée que pour faire les emplettes pour le Maitre, mais elle croyait que les habitants ne c'étaient à peine habitués à elle.

Et maintenant ?

Allaient-ils la reconnaître ? Qu'allaient-ils faire ? L'ignorer ? La pointer du doigt ? Chuchoter dans son dos ? Rire, grogner, marmonner peut-être même la chasser du village pour avoir abandonné le Dojo. Tel une ombre silencieuse, elle observait la populace qui grouillait autour de l'oasis. Le pelage caractéristique des Caninos se détachait facilement, bougeant avec une aisance presque surnaturelle. La guerrière ne pouvait quitter des yeux les couples et duos qui allaient et venaient entre les tentes du marché et l'extérieur sauvage. De son perchoir, elle dégustait la vie qui se dégageait de ce village. Avec les années, son regard brillant de curiosité n'avait pas changé, sa posture nonchalante et désintéressée avait été remplacée par une posture plus sereine. Son visage autrefois si froid dégageait une certaine gaieté ou un doux sourire flottait presque en permanence. Elle avait fait un avec elle-même, elle avait accepté ses forces et ses faiblesses. Elle avait réussi avec l'aide de ses amis, ses Pokémon et beaucoup de travail personnel à accepter sa différence. Surtout qu'elle n'était pas bien différente que d'autre être humaine. Oui, il était que tous avaient un petit quelque chose d'unique, mais sur la base tous se ressemblaient, le ‘'squelette'' était le même.

Le dos droit, la femme d'un âge mûr passa une main dans sa longue chevelure de flamme, les tirant complètement du foulard qui protégeait une partie de son visage. L'ombre d'un Cizayox se dessina sur le sol, enveloppant la femme. Dans le dos de la femme, le corps d'un Dimoclès prenait place, aillant remplacé il y a bien longtemps les lames jumelles qui n'étaient plus qu'un vieux souvenir, brisé dans l'une de ses aventures. Les deux billes mauves qui faisaient office d'yeux au Pokémon observaient silencieusement le Cizayox. Les foulards mauves et rose qui entouraient le cou et les épaules de la guerrière n'étaient nuls autres que l'allonge du Pokémon glaive. Elle vient doucement attraper la partie qui camouflait encore un peu son visage, le serrant dans une chaleureuse caresse.

‘'Nous sommes de retour à la maison''Souffla-t-elle doucement aux deux êtres présents. Le Dimoclès retourna la caresse et le Cizayox se rapprocha, frôlant le corps de sa compagne et de l'autre Pokémon. Il vient prendre dans l'une de ses imposantes pinces la main libre d'Elvira. Le Pokémon pince avait réussi à trouver un équilibre avec sa colère et son impulsivité. Il était toujours aussi paranoïa, mais le démontrait beaucoup moins et écoutait beaucoup plus les ordres. Elvira finit par faire un pas, invitant Sören à la suivre.

‘'Allons voir le Dojo, je suis sûre qu'il y aura beaucoup à faire'' Dit-elle en les guidant sur le chemin de terre battue qui descendait vers le village. Son arrivée ne passa pas inaperçue, aucun ‘'étranger'' ne pouvait passer inaperçu, mais Elvira n'en avait que faire. Elle observait de son regard mauve les regards curieux ou froids, jusqu'à ce qu'une vieille femme semble la reconnaître.
‘'Oh ! Mais vous étiez bien la gamine qui s'occupait du maître Vito ? Il y a bien longtemps qu'on ne vous a pas revu dans le coin.''
‘'Je suis surprise de voir que vous vous rappelez de moi'' Souffla Elvira avec un sourire.
‘'Et bien, je ne peux quand même pas oublier le visage timide d'une gamine. Sans parler que tu étais la seule qui faisait le voyage entre le marché et le Dojo du maître Vito.''
‘'J'espère que vous pardonnez mon absence…''
‘'Pourquoi t'excuses-tu? Tu ne nous devais rien et tu très proche de Vito, certains comprennent que sa disparition t'affecte. C'est un petit village ici, tout le monde connaissait ton histoire et ta famille.''
‘'Vraiment ?''
‘'Même si tu t'es toujours prise pour une étrangère, à nos yeux, tu es une villageoise de cet endroit. Aller viens ici et prend de mes produits, cadeau pour féliciter ton retour parmi nous. Et tu auras bien besoin d'énergie pour remettre de l'ordre dans ce Dojo, depuis ton départ personne n'y à remit les pieds.''
‘'Merci beaucoup Moana.'' Déclara Elvira en prenant les deux sacs que lui donnait la vieille dame.
‘'Bon retour à la maison.'' Termina la vieille marchande.

En ce moment même, elle ressentait un sentiment de joie, un bonheur qui semblait partagé avec Sören et Belén. Elle salua la vieille femme une dernière fois et reprit le chemin qui traversait le marcher. Pourtant, sa surprise ne s'arrêta pas là, plusieurs stands l'interpellèrent en lui offrant des produits locaux et bientôt mêmes Sören se retrouva les deux pinces pleines. Plusieurs avaient reconnu la timide demoiselle qu'elle avait été. Elle fut tellement heureuse, qu'elle finit par laisser couler quelques larmes de joie, ce qui fit rire plusieurs villageois. La nouvelle de son retour sembla se rependre comme une traînée de poudre qu'on avait allumée. Elvira ne comprenait pas très bien tout ceci, elle qui avait toujours cru avoir passée inaperçue ou encore avoir été oublié de leurs souvenirs et pourtant tout était l'inverse. On lui déclara qu'on lui ferait livrer d'autres matériels au Dojo, qu'elle en aurait bien besoin. On l'avertit que l'endroit avait dépéri et que certaines réparations devraient être faites.

Elvira s'attendait à ce qu'il y aille des problèmes, des ‘'complications'' avec le Dojo, mais certainement pas à ce qu'une partie du toit soit effondrée et d'un deuxième désert est pris forme dans la salle d'entraînement. Au moins la partie ‘'maison'' avait été épargné par la fragilité de la maison et elle put si installer.

Le lieu n'avait pas changé depuis toutes ces années. La décoration, les meubles, les couleurs, tout étaient restés à la même place que quand elle avait quitté. Il n'y avait que cette épaisse couche de poussière qui les recouvrait. La poussière ne serait pas la plus dure à chasser et elle appréhendait déjà les réparations du toit. Sans oublier qu'elle devrait chasser le sable du Dojo. Elle avait pris la peine d'ouvrir toutes les fenêtres de la maison, laissant le vent pénétrer la place pour commencer à chasser la poussière. Sören préféra aller s'étendre au soleil, profitant des rayons du soleil et Belén ne quitta pas sa place habituelle, mais il enroula ses foulards autour des épaules d'Elvira pour s'accrocher solidement et utiliser le restant des longueurs pour attraper des torchons à son tour et donner un coup de main. Ils terminèrent en soirée, juste à temps pour s'installer sur le balcon et observer avec un repas le coucher du soleil.

‘'J'ignore combien de temps nous allons rester ici, mais je crois que je vais reprendre la place… Il serait bien d'avoir un chez soi qui nous accueillerait. L'endroit est beau et qui sait ce que nous offrirons l'avenir ? Peut-être que je pourrais reprendre le poste de Maitre du Dojo ? Offrir mon art à d'autres élèves bien motivés ?'' Termine-t-elle la voix enjouée. Sören ne souffla aucun son, observant la boule de lave se coucher, mais l'idée de s'installer ne lui déplaisait pas. Pour Belén, elle irait quelle que soit la destination de sa maîtresse. Elle lui devait une fière chandelle et respecterait toujours la décision d'Elvira. Ils ne se couchèrent pas très tard, s'endormant tous les trois près de l'antre, laissant les flammes les tenir au chaud.

À suivre...
Code by Joy


Dernière édition par Elvira Tertia le Mer 20 Juil 2016 - 15:39, édité 2 fois

_________________
Peace is a lie, there is only passion...
avatar
Elvira Tertia
Informations
Nombre de messages : 1028

Fiche de personnage
Points: 39
Âge du personnage: 21 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Je suis maître de mon avenir [ Contrainte - Solo - 2/2 ]

Message par Elvira Tertia le Sam 16 Juil 2016 - 2:51

Maitre de son avenir.


Solo/Contrainte

Contrainte n’7 : Se projeter dans le futur.

Quelques jours plus tard.

Un vent chaud soufflait sur Otaï, le sable oranger roulait paresseusement sur le sol coloré de la petite ville. Les habitants de la petite ville avaient rapidement accepté la gamine qui avait quitté autre fois, soufflant un vent de confiance dans le cœur de la femme. Sören portait un large panier d'osier dans son dos, portant les victuailles pour leurs futurs repas. Les gens réagissaient normalement, certains semblaient plus heureux que d'autre que la petite fille de Vito soit revenue pour reprendre le Dojo et d'autre ne semblait pas affectés. Parfois, certains marchants lui offraient de leur produit, cadeau de ‘'bienvenu'' ou de ‘'retour'' comme ils disaient si bien. Elle avait eu peur au début d'être rejetée, mais maintenant, elle ne doutait plus. Sören était maintenant plus calme depuis leur dernier incident, mais maintenant, il allait très bien. Le Cizayox à la peau-rouge vive posa son regard sur le Dimoclès qui lui-même des yeux doux. C'est deux derniers étaient devenus inséparables depuis le temps de leur rencontre. Les épées tendirent leurs foulards colorés et vinrent s'accrocher au Pokémon pince.

Elvira ne soufflait aucun mot, maintenant habituée au signe d'affection qu'ils avaient un envers l'autre. Elle était même bien heureuse, cette relation les avaient tous les deux sauvés et c'était tout ce qui comptait aux yeux de L. Attrapant un fruit bien juteux, elle l'observait un instant puis elle fit signe à la vieille dame qu'elle en prendrait plusieurs. Avec un sourire chaleureux, mais marqués par les rides, elle lui offrit même un prix d'ami. La rouquine essayait de gentiment refuser, mais elle ne gagna pas contre la vieille femme. Une fois le tout terminé, tous les trois retournèrent sur leurs pas en direction de leur maison. Sur leur chemin, ils eurent droit à une parade de Caninos, les enfants du village semblaient, encore une fois, avoir ouvert l'enclos et s'amusaient avec eux. Avec un doux sourire, elle continuait son chemin, s'approchant de l'oasis, elle appréciait les odeurs des épices qui se mélangeaient dans l'air. C'était un des meilleurs lieux pour ce restauré en épice. Elles étaient fraîches et goûteuses et même après avoir fait le tour du monde, elle trouvait que c'était toujours les meilleurs.

Plus rapidement, elle refit son stock, la salle qui servait de cuisine avait été remit en état et le sable avait été poussé à l'extérieur. C'était l'une des rares pièces qui n'avaient pas été saccagée par le temps. Sur le chemin du retour, L croisa le charpentier ainsi que le menuisier, deux hommes de hautes statures marquer par l'âge, mais toujours en pleine forme au fait de leur travail respectif.

‘' Ah si ce n'est pas la gamine ! On te cherchait justement. ‘'
‘' Que puis-je fais pour vous Messieurs ? ‘' Demanda-t-elle incertaine.
‘' Et, on a voulu aller jeter un coup d'œil à la maison pour les futures rénovations, mais un énorme monstre nous est tombé dessus. ‘' Déclarait le charpentier.
‘' Oh ? Ce doit être Elijah, il est très protecteur et territorial. Il faut lui pardonner, il ne laisse que rarement les étrangers s'approcher de son nid. Mais pourquoi me parler-vous de rénovation ? ‘'
‘' Parce que tu ne vas quand même pas vivre dans une maison autant détruite ‘'
‘' Je peux très bien…''
‘' Tu t'y connais peut-être en structure de maison ? ‘'
‘' Je… Non… Vous me direz votre prix alors. ''
‘' Arf… Oublie le prix, c'est déjà bien que quelqu'un reprend la place. Quel est le style que tu désires pour le Dojo ? ‘'
‘' Original, je le veux comme il était avant mon départ. ‘'

Elvira comprit rapidement qu'il ne servait à rien de répliquer. Elle savait qu'elle ne gagnerait pas contre eux. Sur le restant de la route, les deux hommes lui posèrent beaucoup de questions sur son voyage et sur les projets qu'elle désirait faire avec le Dojo. Elle avouait qu'elle désirait le remettre à neuf pour rouvrir ces portes, mais surtout pour retrouver un lieu qu'elle pourrait appeler maison et pouvoir y revenir n'importe quand si elle retournait en voyage. Elle rassurait rapidement les hommes ensuite, déclarant qu'elle ne désirait pas retourner immédiatement en voyage. Pendant qu'ils gravissaient les marches de pierre qui menaient au Dojo, une large ombre passait au-dessus d'eux. L levait la main, saluant le monstre bleu et mauve qui poussait un cri de joie. Une fois tout en haut, l'imposante créature vint ce posé au sol, soulevant un nuage de sable.

Le Bruyverne masculine s'approchait ensuite rapidement de la jeune femme, cherchant son attention en ignorant les visiteurs. Il semblait bien différent qu'à leur première rencontre, venant frotter son visage contre celui de L. Elijah poussa un petit cri de plaisir puis portait son regard derrière elle, ou Sören et Belén passèrent proche d'eux pour aller à l'intérieur. Sur le porche, se trouvait un Mentali au regard pensif et rêveur. La chatte rose se faisait bronzer par le dur soleil et elle levait paresseusement les yeux vers sa maîtresse quand cette dernière passa tout prêt. Elle poussa un faible miaou pour réclamer une caresse qui vint. Une fois satisfaite, elle retourna à sa contemplation imaginaire. Le Bruyverne reprit son envol rapidement, retournant faire ce qu'il faisait avant son retour.

‘' Faites comme chez vous, si vous me cherchez, je serais à la cuisine si vous avez besoin de quelque chose. J'ai la nourriture à placer. Elijah ne vous donnerait plus de problèmes qu'il vous a vus avec moi, alors vous êtes libre d'allez où vous voulez. ‘'
‘' Parfait, on va simplement faire le tour pour voir et prendre des mesures. On voulait savoir les étendues des dégâts et le matériel dont auraient besoin. ‘'
‘' Parfait, faites-moi signe s'il y a quelque chose. ''

Les jours qui suivirent furent éprouvants pour la petite famille. Elvira ne s'était certainement pas attendu a voir autant de gens débarqués chez elle pour apporter son aide. En moins d'un mois, les plus grosses rénovations avaient été terminées et dans un autre mois, la maison avait été nouvellement meublée et elle avait repris de ces couleurs, donnant l'impression qu'elle n'avait jamais dépérir. Elle était identique au jour où elle l'avait quitté. Elvira se sentait reconnaissante envers ces habitants qui lui avaient été si généreux. Elle avait maintenant un lieu qui lui était sien, qui pourrait reprendre du service. Il lui faudrait faire de la publicité, mais elle pouvait très bien se contenter de ceci.

Elle était confortablement installée sur son balcon, le haut du corps du Mentali installer sur ses cuisses, encadrées par le Cizayox et le Bruyverne qui ronronnait de plaisir. Il ne restait plus que le Dimoclès qui vint les rejoindre quelques minutes plus tard, venant s'enrouler autour de son amoureux. Tous ensemble, ils observèrent le soleil se coucher, puis la lune et les étoiles se lever dans le ciel. Pour la toute première fois, Elvira avait un lieu bien à elle, un endroit où elle pourrait toujours revenir et ce, simplement sentiment était satisfaisant.
Code by Joy


_________________
Peace is a lie, there is only passion...
avatar
Elvira Tertia
Informations
Nombre de messages : 1028

Fiche de personnage
Points: 39
Âge du personnage: 21 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum