[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Invité le Mer 15 Oct 2008 - 16:02

Nina VS Tristan


Champion géré par : Iryel
Badge en jeu : Ambre
Nombre de Pokémon par dresseur : Un (?)
Pokémon du champion : Rhinocorne

[Je me permet de choisir une photo pour voir un peu à quoi ressemble le champion xD]


[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Img-154050e0dw2



L’astre solaire finissait de décliner dans le ciel et ses derniers rayons mourraient derrière les nuages rosés lorsque le champion de l’arène de Seian revint de son entraînement à la montagne, plus précisément une des montagnes de la chaîne Célosia. Déjà l’obscurité gagnait les cieux et l’on commençait à allumer les lampadaires le long des rues. Sur son passage, les allumeurs se retournaient pour le saluer d’un chaleureux geste de la main, et il leur répondait de même, avec un sourire respectueux sur les lèvres. Il était aimé par les habitants de la cité qui le tenaient en haute estime ; comme tout champion digne de ce nom d’ailleurs, peut-être un peu plus à cause du charisme qu’il dégageait.
Il était accompagné d’un immense Rhinocorne dont les pas lourds faisaient trembler le sol. Le pokémon n’était pas plus grand qu'un autre, mais plutôt imposant par sa stature colossale qui inspirait la prudence. Le champion savait qu’il devait faire très attention avec son pokémon, car malgré le lien très fort qui les unissait, le danger demeurait : même par jeu, le pokémon pouvait très bien lui casser une côté, pire, l’écraser. Les gens avaient tendance à ne pas prendre cette remarque au sérieux et à en rire.  

"Bien souvent ils sous-estiment les capacités des pokémons et leur puissance physique par rapport à celles des humains. C’est une imprudence qui pourra leur coûter cher un jour." pensa le jeune champion.

Le grognement satisfait de son Rhinocorne le tira de ses rêveries ; ils avaient atteint la porte de l’arène. Le pokémon pourrait enfin profiter d’un peu de repos, et le champion d’une bonne douche. L’entraînement à la montagne avait été des plus rudes, surtout depuis la récente défaite du jeune homme. Le champion de Seian était peut-être quelqu’un de bien, mais il avait des défauts comme tout le monde et le sien, commun à la plupart des dresseurs ; se nommait l’orgueil. Pour lui cette défaite était le signe que lui et son équipe n’étaient pas encore assez forts, et sa frustration était telle qu’il en demandait parfois trop à son propre corps et à ses pokémons, au risque de mettre leur vie en danger, mais surtout la sienne.
Ses efforts n’étaient jamais satisfaisants à son goût et ses proches lui reprochaient ce perfectionnisme qui devenait limite obsessionnel.

« Tu es un champion, tu n'as pas à défendre ta place comme au conseil des 4, car si tu deviens invincible, plus personne ne pourra avoir ton badge. Cependant si tu t’entêtes à vouloir devenir plus fort, tu peux toujours aller battre les autres champions et tenter ta chance à la ligue ! »

Le champion maugréait ou haussait les épaules en guise de réponse, mais il ne pouvait ignorer ces paroles ô combien vraies et qui semaient le trouble dans son esprit.
Le jeune homme était déjà rentré dans l’arène et se dirigeait maintenant vers une table non loin de la porte, où il se saisit d’une gourde d’eau ; son imposant pokémon lui, alla boire à sa gamelle. Le regard ocre du champion détailla la salle ; celle-ci était grande et vaste, d’énormes caisses s’entassaient contre les murs, et en son centre se dressait un mini chapiteau dont la bâche noire était tendue par un crochet fixé au plafond. Le garçon était en nage après cette journée d’effort, même en ayant enlevé son t-shirt; et il avait hâte d’aller prendre une douche dans les vestiaires, quand soudain la porte à double battant de l’arène s’ouvrit, laissant entrer le souffle frais de la nuit.
Il reposa sa gourde sur la table, et son regard mordoré vint se poser sur le nouvel arrivant, ou plutôt la nouvelle arrivante. Il fut légèrement surpris, d’abord parce qu’il ne s’attendait pas à une demoiselle, bien que les dresseuses n’étaient pas rares ; et surtout pas à cette heure-ci. Néanmoins son étonnement se changea bientôt en un sentiment de sérénité. Il acceptait n’importe quel défi, l’heure et l’adversaire importaient peu, surtout si le match qui allait suivre (car il était évident que cette demoiselle n’était pas venue le trouver ici pour jouer à la dînette) lui permettait de voir si les efforts qu’il avait fourni dans la journée avaient porté leurs fruits.

Tout en pensant à cela, il continuait de dévisager la jeune fille devant lui, sans un mot. Dans son regard orangé, il pouvait lire la détermination et le désir de vaincre, et il sut alors qu’il ne fallait pas la sous-estimer. Si un champion devait respecter une règle, ne serait-ce que dans son propre intérêt, c’était bien de ne jamais sous-estimer ses adversaires. Les filles n’étaient pas une exception à cette règle, au contraire, il fallait encore plus s’en méfier.
Ses lèvres s’étirèrent en un petit sourire ; cela ne ferait que pimenter le combat. Son Rhinocorne aussi semblait enthousiasmé ; il défiait la nouvelle venue du regard, la fixant de ses yeux rouges, et à présent il se tenait fièrement sur ses 4 pattes, sa carapace de roche luisant à la lumière. Le champion n’avait échangé aucune parole avec la jeune fille, et sûrement par décence - puisque je le rappelle, il était toujours torse nu -  il attrapa un t-shirt qui se trouvait sur le table, l’enfila puis s’approcha à pas lents de la bâche du chapiteau et commença à défaire les nœuds qui la retenaient au sol.



[Voilà, c'est un peu fait à la va-vite, donc bâclé et plus court que ce que je fais d'habitude. J'espère que ça ira quand même, je me suis tuée à le faire hier soir --"' *crevée*]
Anonymous
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty Re: [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Nina Wang le Mer 15 Oct 2008 - 19:54

Nina venait de sortir de l'auberge où elle était et où elle avait croisé Elena. Elle avait passé une journée dans la ville à faire des provisions et à laisser ses Pokémon se reposer. A présent, elle se dirigeait vers l'arène de Seian pour pouvoir le défier et obtenir le badge Ambre.

Elle se trouva enfin devant la lourde porte à double battant. Elle les poussa sans difficulté et pénétra dans l'enceinte de l'arène. Un jeune homme torse nu tourna le regard vers elle, puis enfila un tee-shirt et entreprit de défaire les noeuds retenant la bâche du chapiteau. Nina l'observa sans rien dire, attendant qu'il ait fini. Elle se sentait épiée par l'imposant Rhinocorne du dresseur, mais elle ne se démonta pas et planta son regard ambré dans celui, rouge, du Pokémon cuirassé. Elle ne détourna le regard que pour se présenter, une fois que le champion eut fini.


"Je suis Nina, et je viens de Mizuhan. Je suis là pour gagner le badge Ambre."

Elle descendit la main vers sa ceinture et prit la Super Ball, bleue et rouge, qui y était accrochée.

"Je demande un match à un seul Pokémon. Voilà mon partenaire."

La Super Ball s'ouvrit avec un bruit sec, et le rais de lumière qui en jaillit se dessina peu à peu pour former un Pokémon de type hybride entre le félin et le canin. Il avait de longues oreilles, des excroissances longues et fines sur les joues, un corps longiligne terminé par une longue queue à deux branches et un pelage soyeux.

"Genki, je compte sur toi."

Le Mentali acquiesca. Tout comme sa maîtresse auparavant, il défia Rhinocorne du regard. Avec le caractère des deux challengers, le match promettait d'être intéressant.

"Allons-y."

On pouvait difficilement être aussi laconique. Pourtant, Nina savait que toute parole autre aurait été superflue. Il ne servait à rien de discuter. Le combat et les armes parlaient, selon elle, d'eux-mêmes.


[T'inquiète, il est très bien ton post =) ]

_________________
Inochi wa... Tatakai.

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan 42221_s
Spoiler:
[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan 690a62114a47702a34fe6a3ac88ad3ae8c663911

« Approche, Princesse des Glaces, tranche l'Eau de tes lames, fends l'Air de ton corps et fais jaillir l'Or Blanc du plus profond de ton être pour voler vers la victoire et la demeure des Célestes. Entends l'appel de la voix qui gronde en toi, ne la refuse pas, mais fais-en ton Alliée pour l'ultime explosion dans une transfigurante Métamorphose. »
1 RP - 0 mission - 0 event - 0 match
Nina Wang
Nina Wang
Modo' • Respo Mizuhan
Informations
Nombre de messages : 4080

Fiche de personnage
Points: 11
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty Re: [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Invité le Dim 19 Oct 2008 - 19:01

Le jeune homme aurait très bien pu rester torse nu, de plus il avait beaucoup transpiré et devoir enfiler un t-shirt le mettait mal à l’aise, mais il se sentait obligé car il ne voulait pas embarrasser Nina avec sa tenue indécente. Ce n’était non pas par galanterie ou par complaisance pour la jeune fille, comme on aurait pu le croire, mais bien une façon implicite de se moquer d'elle. Ce petit stratagème visait avant tout à la mettre mal à l’aise. En effet, le champion de Seian aimait exercer une certaine pression sur ses adversaires, et les voir perdre tous leurs moyens devant lui était assez jouissif. Il jouait aussi bien sur la provocation que sur l’intimidation, et ceux qui avaient le moins de sang-froid fonçaient tête baissée dans son piège. Ainsi ils étaient déjà énervés avant même d’arriver au combat, or justement le meilleur moyen de ne pas faire de bêtise, c’était de garder la tête froide. Bien entendu, notre champion n’était pas assez stupide pour miser uniquement sur cette manoeuvre, il avait bien d’autres tours dans son sac, mais au moins cela lui permettait de faire un tri entre les dresseurs de seconde zone et ceux qui avaient peut-être un avenir devant eux. Il se doutait bien qu’il en faudrait plus pour impressionner Nina, elle semblait avoir un caractère bien trempé et ce n’est pas un garçon torse nu qui la déstabiliserait. Intérieurement, il se promit d’utiliser au mieux sa ruse pendant le combat qui allait suivre.
Il prenait tout son temps pour défaire les nœuds et ne paraissait nullement pressé. Une fois encore, c’était une manière de tester la patience de Nina. Et pour ne rien laisser au hasard, il parlait d’une voix très tranquille, comme s’il l'avait invitée à prendre le thé :


« Je préfère te prévenir, ce n’est pas parce que tu es une fille - avec un joli minois de surcroît - que je ne retiendrai pas mes coups »

Il leva alors les yeux vers elle, et ses lèvres s’étirèrent en un sourire pour le moins provocateur. Puis il se présenta à son tour, de manière tout aussi brève mais néanmoins courtoise.

« Enchanté, Nina de Mizuhan, je me nomme Tristan, et comme tu dois le savoir, je suis le champion de Seian »

Il pouvait sentir le regard orangé de la jeune fille sur lui, scrutant le moindre de ses gestes dans l’attente qu’il termine enfin sa besogne. Cela ne le troublait pas de savoir que l’on attendait plus que lui pour commencer, au contraire, et ses doigts habiles continuaient de délier les cordages avec le même rythme, sans se presser.
Le vent froid qui s’engouffrait par la porte avait rafraîchi l’air de la salle, si bien que l’on pouvait distinguer des petits nuages de vapeur blanche qui se dégageaient des narines du Rhinocorne, un peu à la façon des taureaux, signe révélateur de leur énervement ou du trouble violent les agite juste avant qu’ils ne chargent. Le pokémon était, certainement un peu comme son maître, contrarié de voir ses projets remis à plus tard, mais son mécontentement manifeste tranchait avec le calme serein de son dresseur.
Et quelle ne fut pas sa colère – car Dieu sait comme les Rhinocornes sont des créatures irascibles et s’emportent facilement – quand en plus cette gamine osa soutenir son regard ! Ce qui amusait le dresseur offensa le fier pokémon, et cela ne fit qu’attiser son tempérament belliqueux et son empressement quant à l’approche du combat. Car la violence qui couvait en lui ne demandait qu’à être libérée par les coups de corne meurtriers et les charges destructrices qui, tous deux dresseur et pokémon l’espéraient ; mettraient le pokémon de Nina K.O.
Cependant il y avait aussi derrière ce caractère farouche un instinct ‘animal’ qui poussait le colosse à vouloir défendre son territoire, et donc par conséquent de montrer à cette intruse que c’était lui le maître des lieux. Mais il était aussi animé par le désir de faire de son mieux par amour pour son maître.
L’on pouvait interpréter les pensées du pokémon sous cet angle, non seulement à cause de sa nature hargneuse qu’on lui prêtait, mais aussi parce que depuis un certain moment son souffle se faisait plus rapide et bruyant, pareil au bruit d’une locomotive, et qu’il grattait nerveusement le sol de ses pattes. Il ne s’arrêta que lorsque son maître le rappela d’une voix ferme. Le pokémon accourut alors vers lui, non sans faire trembler l’arène au passage. Juste à ce moment, le champion finissait de défaire les nœuds et soit à cause d’une force invisible, soit à cause d’un courant d’air, la porte de l’arène se referma dans un grand bruit. Puis soudain un sifflement strident fendit l’air : le jeune homme avait arraché la bâche noire de sa puissante main, ce qui projeta violemment le crochet au plafond, et ce dans un fracas métallique infernal pour les oreilles. N’importe qui se serait senti mal à l’aise à cet instant, car l’ambiance pesante donnait l’impression qu’un piège se refermait sur Nina ; à présent il était trop tard pour reculer. La bâche noire s’envola quelques mètres plus loin dans un froissement de tissu, dévoilant ainsi un terrain. Pas n’importe quel terrain, ce n’était pas l’habituelle pokéball aux couleurs vives qui ornait la plupart du temps le dallage des arènes, non, il s’agissait d’un tout autre terrain de combat : un désert en miniature, empli de sable et parsemé ça et là de rocs menaçants aux tailles démesurées. Il avait la forme d’un cercle et devait occuper au moins la moitié de l’espace de l’arène. En somme, un terrain qui représentait tout à fait l’élément du champion. Celui-ci s’était accroupi devant son pokémon et lui souriait affectueusement tout en lui caressant la tête.


« Tu veux y aller, n’est-ce pas ? »

Le pokémon grogna doucement en guise de réponse.

« Bien, alors allons-y »

Le jeune homme vint se placer face à Nina, derrière les kilomètres de sable qui les séparaient, pendant que le pokémon du dresseur pénétrait déjà l’enceinte du terrain, un petit nuage de poussière apparaissant à chacun de ses pas, soulevé par le choc de cette lourde masse contre le sable.
Lorsque le Mentali sortit de la Superball, le champion ne put s’empêcher d’arquer un sourcil. Etrange, de la part d’un Mizuhanais, il s’attendait plus à un pokémon aquatique qu’à un pokémon psy, enfin… D’un autre côté, ce n’était pas un mauvais choix, les attaques psy étaient plus efficaces que les attaques de type normal face à un pokémon de roche. Il observa plus attentivement le Mentali. C’était un beau pokémon, il semblait beaucoup aimer sa dresseuse et avoir une grande confiance en elle.
Il savait aussi par ailleurs, mais le gardait pour lui, que les Mentalis avaient une attaque spéciale assez développée et qu’ils étaient très rapides, ce qui pouvait jouer en sa défaveur, étant donné que les Rhinocornes étaient des pokémons à la vitesse très limitée. En revanche, leur peau de pierre leur conférait une attaque et une défense plutôt bonnes. Tout se jouerait à la puissance des attaques.
Le manque de conversation de Nina ne sembla pas le gêner, de toute façon lui aussi en avait assez d’attendre. La pression était à son comble, les lumières braquées sur eux, et l’on pouvait déjà sentir l’ombre de la tempête qui planait sur l’étendue de sable et de rochers.
Finalement, il lâcha d’une voix forte dont l’écho retentit à travers la salle silencieuse :


« Que le combat commence !! »


Dernière édition par Iryel le Dim 19 Oct 2008 - 20:11, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty Re: [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Nina Wang le Mar 21 Oct 2008 - 20:22

Nina n'aimait pas la façon de faire du champion. Il se moquait d'elle, elle le sentait. Elle détestait les humains, et par-dessus tout ceux qui la prenaient pour une idiote. Mais loin d'être mal à l'aise, Nina leva un sourcil en le regardant se rhabiller. Elle qui avait vu ses compagnons d'infortune se faire maltraiter voire violer, elle qui avait subi de telles tortures mentales qu'elle en garderait une trace indélébile, elle n'était pas le moins du monde impressionnée ou gênée par la vue d'un jeune homme torse nu. A travers son comportement, Nina devinait de la part de Tristan un désir d'imposer sa volonté à ses adversaires, de les écraser par sa présence et ses désirs. Mais il avait frappé à la mauvaise porte. La jeune fille n'était pas du genre à se laisser faire, par qui que ce soit. Et encore moins par des hommes. Même si, pour une raison qui la hantait encore, elle avait miraculeusement échappé au supplice de la perte violente de la virginité, alors que la quasi-totalité de ses camarades y avaient été soumis, elle ressentait un dégoût profond pour cette race qui ne voyait en la femme qu'un être inférieur et méprisable.
La lenteur calculée dont il faisait preuve rappela à Nina des bribes de souvenir qu'elle croyait oubliés. Le geôlier ouvrait la porte, les gonds grinçaient. Un rais de lumière s'infiltrait dans la pièce exiguë où elle se terrait avec la petite fille arrivée quelques jours plus tôt. Le Machopeur du gardien s'écartait pour laisser passer son maître, qui se dirigeait vers Nina. Elle se recroquevillait, terrorisée. Mais au dernier moment, l'homme se détournait de sa cible initiale et attrapait la nouvelle par les cheveux, la soulevait et l'emmenait dehors alors que Machopeur faisait gonfler ses muscles et souriait d'un air mauvais.
La voix du champion, elle l'entendit à peine. Il la prévenait qu'être une jolie fille ne lui épargnerait pas de recevoir des coups. Il ne les retiendrait pas. Alors, le visage de Nina se ferma complètement, et elle lança d'une voix grave :


"Je ne crains pas les coups. Un gars dans ton genre, c'est du menu fretin, comparé à ceux que j'ai connus. Et méfie-toi, car je suis tout à fait apte à rendre les coups qu'on me donne. Seulement, c'est comme pour tout : il y a des intérêts...je te laisse imaginer ce que je veux signifier par là."

Le champion se présenta alors. Il se nommait Tristan et crut bon de lui faire revenir en mémoire le fait qu'il était le champion de Seian. Nina ne releva pas. Paroles inutiles, encore une fois. Son regard ne se détachait pas de l'homme, qui avait visiblement l'habitude de déstabiliser le sexe faible. Mais Nina était forte, malheureusement pour lui. Elle attendait avec une patience à toute épreuve que le seigneur des lieux ait fini de préparer l'arène.
Nina frissonna en sentant l'air frais qui avait envahi la salle. Cependant, son corps était habitué à des températures bien plus fraîches que celles-ci, et elle se régula immédiatement. Genki, quant à lui, sentit ses poils se dresser, puis retourner à leur état initial. Le Mentali "sourit", et ce de manière bien visible afin d'énerver davantage le Rhinocorne, qui perdait patience en face d'eux. Le calme du Pokémon Psy tranchait avec la gradation manifeste de la colère de la bête dotée de plaques mobiles en roche. Genki agitait sa queue de gauche à droite, imperceptiblement, alors que le fier Pokémon grattait le sol, prêt à en découdre. Il courut vers son maître quand celui-ci l'appela. Alors, la porte d'entrée se referma dans un claquement sec et sonore, et le crochet qui retenait la bâche heurta le plafond dans un bruit de fin du monde. Genki, qui avait senti l'évènement avant qu'il ne se produise, ne bougea pas d'un pouce. Nina, elle, sursauta par pur réflexe. Elle ne craignait rien. L'ambiance qui régnait était certes pesante, mais la jeune fille ne se sentait pas menacée. Le piège qui venait de se refermer sur elle n'avait aucune commune mesure avait celui dont elle avait bien cru ne jamais ressortir : le trafic d'enfants, les viols, les meurtres, les voyages épuisants, les mauvais traitements, les tortures mentales, toute cette vie de misère et de souffrance ne pourraient jamais être égalés. Le piège dans lequel elle se trouvait maintenant, elle s'y était délibérément jetée, et savait qu'elle s'en échapperait une fois le match fini.
Nina observa le terrain qui s'offrait à elle. Comme elle s'y était attendue, il se composait d'une étendue de sable hérissée de pics rocheux d'une taille respectable.
Evidemment, ce fut Rhinocorne qui fut choisi par Tristan. Genki, qui se trouvait là depuis un petit moment, marcha tranquillement vers l'entrée du terrain. Il s'assit, attendant un mot, un ordre, peu importait, pourvu qu'il vînt de sa chère maîtresse. C'était leur premier combat d'arène, et il comptait bien ne pas la décevoir. Il se battrait jusqu'à l'épuisement pour lui offrir ce badge qu'elle convoitait tant.
Le champion lança enfin la phrase tant attendue. Nina se tendit et commença par lancer :


"Genki, Prescience !"

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Cuteespeon7ui5

Aussitôt, le Mentali réagit et, sans se lever, il passa à l'attaque. Ses yeux en amande luisirent, et rien d'autre ne se produisit. Sans plus attendre, elle continua à le guider.

"A présent, cours vers le second rocher le plus proche de toi !"

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Espeonanixm1 (faut imaginer qu'il court très vite hein u_u")

Genki obéit et se leva sur-le-champ. Il se mit alors en mouvement, et les suppositions de Tristan furent vérifiées.
En effet, le Mentali courait à une vitesse hallucinante, comme s'il glissait sur le sable. Alors que la tempête se préparait, il ne s'en formalisa pas et fut très vite arrivé à l'endroit que Nina lui avait désigné. Sans même avoir besoin d'un troisième ordre, il sut qu'il devait sauter sur le promontoire. De là, il ne bougea plus, attendit que sa maîtresse lui indique une nouvelle fois la marche à suivre et fixa son adversaire.


Dernière édition par Nina Wang le Sam 18 Avr 2009 - 19:53, édité 1 fois

_________________
Inochi wa... Tatakai.

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan 42221_s
Spoiler:
[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan 690a62114a47702a34fe6a3ac88ad3ae8c663911

« Approche, Princesse des Glaces, tranche l'Eau de tes lames, fends l'Air de ton corps et fais jaillir l'Or Blanc du plus profond de ton être pour voler vers la victoire et la demeure des Célestes. Entends l'appel de la voix qui gronde en toi, ne la refuse pas, mais fais-en ton Alliée pour l'ultime explosion dans une transfigurante Métamorphose. »
1 RP - 0 mission - 0 event - 0 match
Nina Wang
Nina Wang
Modo' • Respo Mizuhan
Informations
Nombre de messages : 4080

Fiche de personnage
Points: 11
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty Re: [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Invité le Dim 26 Oct 2008 - 20:03

Tristan se moquait de Nina, oui mais pas sincèrement. En temps normal, le jeune homme, très respectueux, ne se serait jamais permis de se moquer de qui que ce soit, même s’il ne pensait pas ce qu’il disait. Cependant, pour ce qui était du champion, c’était une autre affaire. Oui, car il y avait le Tristan de tous les jours, et le champion Tristan, celui qui devait maintenir une certaine image de lui-même, une image qui faisait honneur à son rang, mais qui forgeait aussi sa réputation et son prestige. Ce n’était pas tout d’être champion, il fallait aussi s’en montrer digne.
Pour toutes ces raisons, se construire une image était quelque chose de primordial (du moins tel était le point de vue du jeune homme), mais aussi capital pour être pris au sérieux. Quoi de plus honteux pour un champion, par exemple, de se faire rabaisser par le premier venu ? On pourrait assimiler cela à l’arrivée d’un nouveau professeur : la première impression est toujours décisive pour la suite.
Enfin, le fait de jouer un rôle lui permettait d'avoir un certain recul par rapport au combat : il s'impliquait beaucoup moins dans le match, ce qui empêchait ses émotions d’entraver sa lucidité. Un champion qui se prendrait un peu trop de sympathie pour son adversaire, cela pouvait jouer en sa défaveur, car il serait ensuite très facile de le désarçonner. Encore une fois, Tristan avait un avis très carré et pompeux sur de la chose, trop même pour le simple petit champion qu’il était. Il chassa très vite ces mauvaises pensées qui commençaient à l’envahir.
La façon méprisante avec laquelle il regardait Nina de haut était donc tout ce qu'il y a de plus faux. En plus d’une stratégie, c’était ce qu'exigeait son rôle. Et cela marchait, même si lui n’en était pas certain. La jeune fille avait mordu à l’hameçon et s’imaginait maintenant qu’il était un vrai salaud, ne le cachons pas. Bah, ce n’est pas lui qui affirmerait le contraire, même s’il faisait semblant, puisque c’est justement ce qu’il voulait : qu’elle le méprise, que son mépris se transforme en colère, et que celle-ci finisse par l’aveugler, et là, seulement à cet instant, il pourrait frapper. Il ne s’y prendrait pas d’une manière hautaine et cruelle -c’était un jeu, il ne fallait pas trop exagérer non plus- mais plutôt de façon sournoise et moqueuse.
Par ailleurs, il savait très bien que son petit numéro ne l’avait pas affectée le moins du monde, et il s’y attendait. C’était évident, en la regardant on devinait bien qu’elle n’était pas fille à se laisser marcher sur les pieds et que ces vantardises n’avaient pas d’effet sur elle.
En revanche, ce que Tristan ne savait pas, c’était que l’aversion de Nina pour les êtres humains avait des racines bien plus profondes que ce qu’il pouvait soupçonner. Et s'il avait sû ce qu'avait enduré Nina, il aurait regretté sa plaisanterie de mauvais goût.


"Je ne crains pas les coups. Un gars dans ton genre, c'est du menu fretin, comparé à ceux que j'ai connus. Et méfie-toi, car je suis tout à fait apte à rendre les coups qu'on me donne. Seulement, c'est comme pour tout : il y a des intérêts...je te laisse imaginer ce que je veux signifier par là."

Le jeune homme commenta par un simple sourire ce qui sembla être une véritable déclaration de guerre. Chose étonnante car dans ses propos elle l’insultait ouvertement et sans vergogne. Cette perspective le fit sourire encore plus, pas vexé pour un sou, mais amusé pour être plus exact. Il prenait même cela comme un compliment !

*Cette petite a vraiment du caractère, je ne vais pas m’ennuyer avec…*

Même s’il n’avait pas commenté l’expression qui l’avait réduit à un adversaire de bas envergure, il n’allait sûrement pas laisser cet affront impuni. Il lui prouverait que s’il se trouvait ici dans cette arène, c’était bien parce qu’il n’était pas du menu fretin.


« Et méfie-toi, car je suis tout à fait apte à rendre les coups qu'on me donne »

« C’est ce que j’avais cru comprendre, et d’ailleurs c’est tant mieux, je suis rassuré… » souffla-t-il d’une voix douce, presque cajoleuse, et de ce fait carrément déplacée avec ton grave qu’avait pris Nina.

*De toute manière, que tu les craignes ou non, ou que tu sois apte à me les rendre ou pas, cela n’y aurait rien changé* pensa-t-il.

Il lui ferait regretter ses paroles en temps voulu. Enfin, il termina :

« … Mais méfie-toi toi aussi de ce que tu appelles 'le menu fretin'. »

Si le champion était amusé par une telle effronterie, son Rhinocorne en revanche bouillonnait de rage. Il avait très bien saisi qu’on se moquait de son dresseur, et cela l’avait mis hors de lui. Son maître était tout pour lui, c’était lui qui l’avait recueilli dans la montagne, alors qu’il venait de naître et que sa mère cruelle s’apprêtait à s’en débarrasser ; il était trop souffreteux et donc un poids supplémentaire pour cette mère qui devait déjà s’occuper d'une portée nombreuse. Les plaques du petit bébé pokémon avaient tardé à apparaître, laissant sa peau nue à la merci du froid, il était bien vite tombé malade. Mais ce garçon, malgré son handicap et sa croissance défectueuse, il l’avait quand même choisi… Et ça il ne l’oublierait jamais. Il savait que derrière l’apparence provocatrice de son maître, se cachait un véritable cœur d’or, alors oui, il était en colère, et il se battrait jusqu’au bout pour lui.
Sous l’effet de la colère, ses yeux étaient d’un rouge luisant, et son armature de roc semblait agitée par une brise invisible qui ne présageait rien de bon. Ses narines ne soufflaient plus et il avait arrêté de gratter le sol. Il était à ce point irrité qu’il ignora le sourire provocant du Mentali. Toutefois, la voix de son maître le rappela à l’ordre : le ton qu’il avait employé signifiait qu’il s’agissait d’un ordre auquel il fallait se plier immédiatement. Cet ordre eut l'effet d'une douche froide pour le Rhinorcone qui se calma aussitôt, mais il fut rassuré aussi du même coup. Il pensait qu'il valait mieux se fier à son dresseur et lui obéir.
Tristan préférait, d’abord parce que s’ils perdaient, ce serait uniquement de sa faute, et non celle de son pokémon qui aurait fait de son mieux; mais aussi parce que le champion arriverait plus à canaliser la force de son pokémon que celui-ci. Le colosse en avait conscience, et c’est d’ailleurs pour cela qu’il plaçait une très grande confiance en son maître.
Pourtant, le jeune homme savait que son propre jugement n’était pas fiable à 100% et que parfois il fallait lâcher la bride à bon escient pour laisser le pokémon agir à sa guise, l’intuition des pokémons étant plus forte que celle des humains.
A présent, le Rhinocorne avait cessé tout grognement ou gestes manifestant son agacement et paraissait aussi paisible que son dresseur.
Tristan écoutait attentivement les ordres que Nina donnait à son Mentali. L’attaque Prescience… Oui, il connaissait cette attaque, cependant, et assez rapidement pour que cela fût crédible; il feignit de ne pas comprendre ce qui se passait. Dubitatif, il observa le Mentali, un sourcil levé.

« C’est ça ton attaque ? Je m’attendais à mieux… »

Au fond de lui, il pensait tout le contraire et était admiratif quant à la tactique de Nina. Commencer par une attaque indirecte, c’était plutôt bien trouvé. Mais maintenant il s'agissait de trouver une parade au plus vite, car il n’avait que deux tours devant lui… Et mieux encore, trouver un moyen de tirer cette attaque à son avantage.
Pour commencer, il fallait pallier la vitesse de Genki, pour ne pas désavantager son Rhinocorne… Il avait de la force et de la défense, mais il était trop lent, s’il n’arrivait pas à toucher son adversaire, cela ne servirait à rien…
Il fut stupéfait par le dernier ordre de Nina. Le jeune homme scruta le pokémon qui surplombait le terrain du haut de son perchoir. Qu'est-ce que cela voulait dire ?
Le Rhinocorne lui aussi fut étonné, mais pas pour les mêmes raisons que son dresseur. Il était surpris du temps que mettait son maître à lui donner un ordre, mais il comprit ce qu'il cherchait à faire, étant habitué à combattre à ses côtés. Le champion, pour éviter que ce laps de temps ne paraisse trop suspect, lança d’une voix forte :

« Rhinocorne, dirige-toi vers son rocher !! »

Le signal de départ fut donné, et comme si la gigantesque masse de pierre avait été emprisonnée dans le sable, le pokémon se mit à traverser le terrain aussi vite que ses pattes le lui permettaient, soulevant d’énormes vagues de sable et ébranlant le terrain rocheux de ses pas lourds. Il se stoppa à quelques mètres du rocher où se trouvait le Mentali, répandant autours de lui des flots de sables. Il leva alors ses yeux rouges vers le pokémon félin, le fixa quelques instants, puis tout à coup ses yeux louchèrent et son énorme gueule s’ouvrit toute grande, exhibant de puissants crocs, jusqu’alors cachés sous la carapace de roche : c'était une attaque grimace qui allait réduire la vitesse du Mentali.
Anonymous
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty Re: [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Nina Wang le Mer 29 Oct 2008 - 14:26

[Post soumis à la contrainte 5 : faire intervenir un objet particulier]

Nina savait pertinemment que ce type en face d'elle faisait tout ce qu'il pouvait pour l'énerver. Mais visiblement, il avait compris qu'elle n'était pas du genre à prendre la mouche tout de suite et, pour cela, lui lança un avertissement quant au terme de "menu fretin" qu'elle avait utilisé pour le qualifier. Plus qu'un combat Pokémon, cette confrontation était également un duel de mots. Nina avait de la ressource, et elle avait déjà pris tant de coups dans la vie qu'elle était déjà plus adulte que la plupart des humains de son âge. Elle avait grandi trop vite et se comportait déjà comme une personne qui aurait vécu plusieurs décennies - ce qu'on aurait juré en voyant l'expression de son visage, lorsqu'elle s'adressait au jeune champion. Elle n'avait que 17 ans mais, déjà, les aléas de l'existence et les malheurs que toute personne "normale" ne voit lui tomber dessus qu'au fil des années avaient rendu la jeune fille trop mature pour son âge. La confiance naturelle qu'accorde un jeune enfant aux adultes qui l'entourent, Nina l'avait perdue si vite qu'elle ne savait même plus si elle l'avait donnée un jour. Le seul homme qui était digne d'attention, à ses yeux, était celui qui l'avait sauvée sans se poser de questions, qui l'avait adoptée sans tenir compte de ses supérieurs et qui l'avait aimée sans se soucier des rumeurs qui avaient longtemps couru à Fla'Or sur le "major incestueux".

Nina reporta son attention sur le match. Tristan venait de faire mine de s'étonner de l'attaque que Nina avait ordonné à Genki de lancer, à savoir Prescience. Mais en plantant son regard ambré dans celui du champion, elle sut qu'il avait compris. Cependant, elle était impatiente de voir quelle parade il allait employer pour contrer cette redoutable attaque qui, une fois le combat engagé, avait tendance à se faire oublier pour mieux surprendre et frapper de manière absolument inattendue. Il avait demandé à son Rhinocorne, à présent calmé, de courir vers Genki, toujours assis sur son rocher. Le Pokémon cuirassé utilisa alors une attaque Grimace qui surprit Nina. Elle s'était laissée avoir, mais elle savait pertinemment que son Mentali avait toujours un bel avantage qur le lourdeau en face niveau vitesse. Elle sourit et lança :


"Quelle horrible Grimace que voilà ! Il ferait peur à n'importe qui, ton Pokémon. Mais..."

Genki, bien qu'ayant senti la modification primaire de ses statistiques de vitesse, n'avait pas bougé d'un poil. Il avait une confiance absolue dans sa maîtresse. Celle-ci, sans quitter le terrain des yeux, sortit rapidement de sa poche un petit pendentif qu'elle déplia où se trouvait, sur une partie, un dessin très réaliste fait par un peintre spécialisé dans les miniaturisations humaines et qui représentait Nina et son père ; elle regarda un instant ce petit morceau de sa vie qu'elle emportait partout, et elle sentit son coeur se gonfler d'allégresse. Si Sergei était là, assistant à son match d'arène, il voudrait que sa fille adoptive le remporte haut la main. Alors, comme s'il avait été présent dans l'immense salle qui ressemblait désormais plus à une prison, Nina serra son poing "libre" et cria à son Pokémon :

"Genki, attaque Queue de Fer !"

Malgré le ralentissement de ses mouvements, le Mentali restait rapide. Il bondit et, pivotant vers la gauche, abattit une queue argentée luisante et solide sur la face du Rhinocorne. L'attaque avait touché à bout portant, et le Pokémon Roche recula sous l'impact, aveuglé un instant. Nina mit à profit ce laps de temps, précieux pour un Pokémon aussi lent que ce Rhinocorne, pour enchaîner.

"Maintenant, Onde Folie !"

En faisant un bond en arrière d'environ trois mètres, le Mentali fit briller l'orbe rouge sur son front et créa une onde qui toucha le Rhinocorne en plein visage, une fois de plus. Assez loin pour pouvoir éviter une éventuelle attaque découlant de la folie du Pokémon, Genki attendit alors patiemment le prochain ordre de sa dresseuse. Nina regarda une fois de plus le dessin de son père et se retint de sourire. C'était une certitude : tant qu'il serait là, dans son coeur, elle pourrait réaliser l'impossible.


Dernière édition par Nina le Sam 15 Nov 2008 - 23:51, édité 1 fois

_________________
Inochi wa... Tatakai.

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan 42221_s
Spoiler:
[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan 690a62114a47702a34fe6a3ac88ad3ae8c663911

« Approche, Princesse des Glaces, tranche l'Eau de tes lames, fends l'Air de ton corps et fais jaillir l'Or Blanc du plus profond de ton être pour voler vers la victoire et la demeure des Célestes. Entends l'appel de la voix qui gronde en toi, ne la refuse pas, mais fais-en ton Alliée pour l'ultime explosion dans une transfigurante Métamorphose. »
1 RP - 0 mission - 0 event - 0 match
Nina Wang
Nina Wang
Modo' • Respo Mizuhan
Informations
Nombre de messages : 4080

Fiche de personnage
Points: 11
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty Re: [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Invité le Dim 2 Nov 2008 - 14:24

Tristan non plus n’était pas du tout impressionné par Nina. S’il perdait contre elle, au fond ce n’était pas grave. Elle aurait son badge, lui devrait redoubler d’efforts et poursuivre ses entraînements à la montagne, c’est tout.
Il avait déjà vécu des combats bien plus graves, avec des adversaires plus redoutables qu’elle, et avec en jeu autre chose de plus important qu’un simple badge.



Un jeune garçon d’environ 14 ans traînait dans les rues par une journée d’automne. Il portait des vêtements sales et déchirés, pleins de poussière et couverts de tâches, rongés par les mites; ses cheveux châtains en bataille étaient tout emmêlés. Il errait d’un pas alerte à travers le chantier de ce qui allait être plus tard l’arène de la cité de Seian. Il s’arrêta au milieu d’une pile de caisses, et s’assit sur la plus basse. Il tenait dans ses bras un sac de toile. Le jeune garçon affichait un sourire triomphant en défaisant le cordon poussiéreux : du fond de la besace s’élevait un petit tintement clair produit par les chocs d’une cinquantaine de pièces d'or… Il s’esclaffa. Ces abrutis, il les avait plumé pendant toute la partie ! Et sans tricher en plus ! Il avait une chance inouïe avec les cartes… Il fit tinter encore une fois le sac d’or, tout joyeux car avec ça ils étaient au moins assurés pour une semaine, ils pourraient manger à leur faim matin midi et soir pendant quelques jours… Allongé sur la caisse, les bras croisés derrière la tête, il contemplait le ciel avec un sourire heureux, remerciant sans doute les dieux de cette chance qu’il n’avait pas toujours eu dans la vie… Sans se méfier des ombres inquiétantes qui le suivait depuis un moment, il se leva d’un coup et sauta à pieds joints du haut de la pile.

« Bon, je ne dois pas tarder, sinon elle va se faire du souci… »

Il fit quelques pas en avant, mais se retourna instinctivement, mal à l’aise. Il avait cru entendre du bruit… Mais il n’y avait rien. Il haussa les épaules.
Sans qu’il comprenne ce qui lui arrivait, on le plaqua violemment à terre et le choc dans ses entrailles le fit crier, et sa bouche alors ouverte contre la terre aspira la poussière.

-Tu croyais quand même pas que t’allais t’en tirer à si bon compte ?

Un coup de pied dans les côtés lui arracha un nouveau cri de douleur. C’était les types de tout à l’heure. Ils n’avaient pas vraiment apprécié la défaite ; mais surtout de perdre autant d’argent qui plus est face à un gosse.

-NON !! Rendez-le moi !!

On lui arrachait la besace des mains, et cette fois un coup de pied à la figure le fit taire. Le jeune garçon sentait le goût du sang dans sa bouche, et des larmes de rage vinrent se mêler à la terre. Sa voix tremblante articula :

-S’il vous plait… J’ai besoin de cet argent… Pour nous nourrir moi et ma…
-LA FERME !!

Puis, tous les quatre se mirent à le tabasser, à le rouer de coup, sans considération pour le pauvre enfant qu’il était. Par réflexe, il se protégea le visage et heureusement il eut seulement quelques égratignures à la figure, mais sa lèvre saignait, sa tête était touchée, ses côtes brisées, il ne sentait plus ses jambes et son estomac, peu musclé, le faisait se tordre de douleur. Un des hommes, poussé dans son sadisme, lui piétina la main avec un sourire de dément, mais le garçon, les lèvres serrées, était bien décidé à ne pas crier -à ne pas s’avouer vaincu- et le scrutait de ses yeux dorés remplis de rage. L’homme le prit très mal et le souleva brutalement par les cheveux.

-Hé, les gars, attendez un peu ! Vous trouvez pas qu’il a plutôt une jolie gueule, malgré sa sale tignasse ?

Le jeune garçon, hébété, écarquilla les yeux et regarda l’homme qui lui tirait les cheveux. Non, il n’était pas sérieux… ? Son vis-à-vis sourit en voyant l’air ahuri du gosse. Visiblement le petit avait compris de quoi il parlait et ce qui allait lui arriver…

-Laisse tomber, on a pas le temps.
-Ca ne prendra que quelques minutes…

Le pauvre petit ne pouvait pas se débattre, ses bras couverts de bleus lui faisaient trop mal. En revanche, sa mâchoire n’avait rien et il n'hésita pas une seconde à s'en servir sur la sale patte rougeaude qui était en train de le déshabiller. Il serra les dents si fort dans la chair que du sang lui gicla à la figure ; l’autre poussa un hurlement à en réveiller les morts, même ses compagnons furent secoués d’un frisson d'horreur. Dans sa panique pour retirer sa main -car le garçon ne lâchait pas prise et mordait de plus belle- l'homme frappa violemment le gosse à la figure et celui-ci fut projeté avec une telle force contre la pile de caisse qu’il s'y fracassa comme une poupée de chiffon. Son nez se mit à saigner et les caisses s’abattirent sur son pauvre corps. Il ne bougeait plus.
Il n’allait sûrement pas tarder à mourir… Mais il ne voulait pas… Elle, elle avait besoin de lui… Comment elle s’en sortirait, toute seule… ? Il ordonna à ses bras de bouger, peine perdue. Ils étaient comme figés dans du ciment… C’était la fin.

« SALE PETIT COOOON !!! » brailla l'homme. Ses veines sortaient de son front et ses yeux injectés de sang ne demandaient qu’à voir le cadavre de cette charogne réduit en bouillie. Les trois autres ne bougeaient pas, eux-mêmes terrifiés par la transformation de leur camarade, ils n’osaient pas s’interposer. Le monstre s’approchait du tas de caisses à grands pas, animé par une folie meurtrière, quand soudain un éclair rouge l’aveugla. Il n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit qu’une énorme corne lui perça les entrailles, déversant sur le sol un flot de sang. Les autres hommes n’esquissaient toujours pas le moindre mouvement, tant l’effroi était immense. Ils auraient dû pourtant. De toute façon c’était déjà trop tard.

Le jeune garçon se réveilla, installé sur une masse dure et inconfortable. Le sang qui avait coulé le long de ses tempes et sur ses yeux lui obstruait un peu la vue, mais il reconnut son Rhinocorne. Sa tête, trop lourde, roula contre l’ossature de pierre, emportée par le sommeil. Le pokémon tenait dans sa gueule le sac de pièces tâché de sang, tout comme sa corne d’où pendaient quelques petits lambeaux de chair agités par le vent, et ses pattes laissaient derrière elles des traces vermeilles, témoins d’un massacre sans nom où crânes, tripes, bras, jambes, avaient été écrasés et broyés sans aucune pitié.




Tristan ne garde de ce jour que le souvenir de ses pleurs à elle (de sa vie jamais il ne l’avait vu autant pleurer) lorsqu’il revint chargé sur son Rhinocorne, en piteux état ; celui de l’odeur du sang et quelques légères cicatrices sur son corps… Le médecin avait plutôt bien fait son travail, et l’ironie du sort voulut qu’il soit payé avec l’argent que Tristan s’était tué (car c’était bien le mot) à protéger, mais le vieil homme, touché par le triste sort des deux enfants, refusa tout paiement. C’était grâce à lui si le jeune homme avait pu se remettre de ses blessures, il ne l’oublia pas et bien plus tard il paya sa dette, malgré les protestations du gentil médecin.

Et c’était grâce à son Rhinocorne s’il était toujours vivant.


Oui, au final, s’il perdait, ce n’était pas la fin du monde. Mais ce n’était pas pour cela qu’il ne se battrait pas jusqu'au bout, de toute façon il ne pouvait en être autrement. Par fierté de dresseur, de champion, d’homme, et aussi parce que trop de gens avaient confiance en lui pour qu'il les déçoive de la sorte.

Le combat s’annonçait des plus électriques, car aucun des deux adversaires ne semblaient prêt à abandonner.

Lorsque Nina planta son regard orangé dans le sien, il se fit aussi dur et insensible que la pierre, afin de ne rien laisser paraître. En vain, elle avait compris, mais qu’importe, il savait ce qu’il allait faire maintenant. Il ne fit pas attention à l’objet que portait Nina, mais en profita plutôt pour établir son plan d’attaque dans sa tête. L’attaque Prescience servirait à ‘ça’, la vitesse du Mentali avait baissée, le ralentissant, maintenant il avait plus de chance de le toucher, mais ce n’était pas suffisant, il fallait trouver autre chose… Ce pokémon était peut-être rapide et prévoyait peut-être aussi certaines attaques, mais il avait certainement une faille ! Il n’était sûrement pas intouchable. Tristan sourit. Elle ne continuerait pas à l'attaquer de loin, tôt ou tard il y aurait un contact physique entre les deux pokémons, c’est à ce moment précis qu’il devrait agir. Il avait déjà trouvé comment.
Au moment où la queue argentée allait s’abattre sur la face de son pokémon, le jeune homme cria :

« Rhinocorne, protège-toi !! »

Malgré sa lenteur le pokémon bougea juste à temps, de telle sorte qu’il fut touché sur sa partie la plus cuirassée donc moins vulnérable que sa face. Sous l’effet du choc, il recula un peu, soulevant des nuages de sable, mais il était trop lourd pour être projeté loin. Cependant, il ne put éviter l’onde folie qui le toucha de plein fouet.
Tristan se mordit la lèvre. Il ne s’attendait pas à ça… Ses plans se trouvaient maintenant contrariés… Que faire ? Tant pis, il attaquerait quand même. Il ordonna à son pokémon de charger, à tort, car au lieu de charger son adversaire, le pokémon cuirassé alla frapper dans les énormes rocs qui s’écroulèrent, réduits à des tas de pierres. Finalement il retrouva ses esprits, mais déjà le Mentali bondissait à nouveau pour l’attaquer.

« Rhinocorne, maintenant !!! » cria le champion.

Au moment où son opposant aller le frapper à nouveau d’une queue de fer, le pokémon eut tout juste le temps de se retourner et d’envoyer une énorme vague de sable dans les yeux du Mentali. Il était trop proche de lui à cet instant pour que le sable ne l’atteigne pas, ce qui réussit à l’aveugler pour un moment. Tristan n’attendait que ça.

« Vite, enchaîne avec Bélier !!! »

De toute façon le Mentali ne pouvait pas reculer, trop occupé à essayer d’enlever le sable qui entravait sa vue, et rapidement le Rhinocorne le chargea avec force; le choc fut tel qu'il le projeta plusieurs mètres plus loin. Le gros pokémon était à bout de souffle, mais fier d’avoir pu rendre le coup qu’il avait reçu. Tristan l’était aussi. Nina était prévenue, il ne la laisserait pas gagner aussi facilement. Maintenant, ils étaient tous deux à égalité.


[désolée, je t'ai emprunté Mentali, mais fallait bien que je riposte un peu quand mêmeuh u__u]
Anonymous
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty Re: [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Nina Wang le Dim 2 Nov 2008 - 23:21

[Post soumis à la contrainte numéro 1 : description des lieux et des personnages]

L'Onde Folie avait fait mouche. Le Rhinocorne avait foncé comme un gros bêta sur un tas de rochers. Les pierres furent réduites en miettes, non sans causer quelques dommages au destructeur. Nina eut un petit sourire en voyant le Rhinocorne secouer la tête : sa force était tellement concentrée et brutale qu'elle avait réussi à modifier la topographie du terrain...plusieurs blocs rocheux venaient de s'écrouler, ce qui donna une idée quelque peu vicieuse à la jeune fille. Elle reporta son attention sur son Pokémon, bien plus agile que son adversaire. Cependant, Genki ne put éviter le Jet de Sable qu'il venait de lancer et oublia un instant que sa vue n'était pas importante. En effet, il atterrit et commença à se frotter les yeux avec ses pattes. Ce court instant de répit fut mis à profit par Tristan, qui ordonna à son Pokémon cuirassé de lancer un Bélier. Nina n'eut pas le temps de parler à son Mentali : celui-ci vola dans les airs. Il venait de recevoir de gros dégâts physiques, et Nina serra les dents. Elle ne voulut pas s'emporter contre son ami, mais elle lui cria fermement :

«Debout ! Tes yeux sont inutiles, tu es un Pokémon Psy, je te rappelle ! Il va falloir l'assimiler, et vite ! Utilise les yeux de l'esprit, si tes yeux sont aveugles, bon sang !»

L'invective de Nina eut l'effet d'une claque sur le Pokémon mauve. Son ennemi soufflait comme une forge, il l'entendait de là où il était. Ses yeux le piquaient, mais il obéit à sa dresseuse et agita rapidement la queue de gauche à droite. Le frisson caractéristique parcourut son beau pelage alors qu'il gardait les yeux fermés, activant son pouvoir mental. La poussière qui s'était doucement déposée sur son poil jaillit, comme repoussée par une force invisible. Un halo violet entoura Genki alors qu'une nouvelle vision du terrain qui l'entourait s'offrait à lui.

En face de lui, une énorme masse aux contours pointus et agressifs bougeait rapidement de haut en bas. C'était donc le Rhinocorne, qui haletait toujours. Plus loin, une autre forme à la silhouette humaine s'avéra être Tristan. Genki distingua rapidement les battements de coeur des deux entités ennemies. Autour, le terrain sablonneux se dessina, avec son relief rocheux quelque peu...modifié par la violence de l'attaque du Rhinocorne. Enfin, derrière, Genki sentit la présence rassurante et chaleureuse (qui aurait pu croire cela de Nina) de sa dresseuse. Son coeur battait vite, mais pas de manière désordonnée et précipitée. Son esprit guidait toujours sa conduite.
Rassuré, le Pokémon solaire entra en communication mentale avec Nina. Celle-ci n'eut même pas besoin de parler afin de lui transmettre son idée : en utilisant sa «vision», Genki pouvait se brancher sur les connexions neurocérébrales de la jeune fille. Une myriade d'images défila dans les deux esprits. Petits rochers tournoyant, yeux en amande luisants, tornade.


«Vas-y.»

Genki s'assit et utilisa un Choc Mental sur le Rhinocorne. Il ne put pas le soulever, mais il réussit à le pousser violemment jusqu'à l'endroit où se trouvaient les rochers de tailles différentes résultant de la charge précédente du Pokémon cuirassé. Genki changea rapidement de cible, et les rochers volèrent, lévitant tout autour de l'adversaire. Ils se mirent à tournoyer autour de lui, de plus en plus vite, certains rasant le sol, créant ainsi une tempête sableuse et rocheuse. Plus vite, toujours plus vite. Abîmer, érafler, attaquer, gêner, blesser. Genki sentait les grains de sable quitter peu à peu ses yeux meurtris, mais il s'en moquait, désormais. Il «regardait» le lourd Pokémon se faire emprisonner dans une attaque Tempêtesable personnalisée par sa dresseuse. Celle-ci fixait la scène, les yeux vides. Elle voyait, elle aussi, mais avec les yeux de l'esprit de son compagnon de route. Elle ressentait la même satisfaction sadique que lui en voyant le Rhinocorne se débattre avec une attaque efficace contre lui et créée par un Pokémon sûrement très gênant et dont on n'attendait pas qu'il soit capable de lancer des capacités de type Sol.

*Plus vite. Encore plus vite.*

La pensée de Nina se concrétisa. Bientôt, le tourbillon devint si rapide que le Pokémon en son centre - mais pas tout à fait pour qu'il ne soit pas protégé dans ce qu'on nommait communément «l'oeil du cyclone» - fut invisible de Tristan. Seuls ses ennemis pouvaient encore percevoir, de la même manière, le compagnon cuirassé du champion qui souffrait de recevoir de tels dégâts et s'affaiblissait lentement, mais sûrement. Comme un poison, le sable pénétrait ses interstices rocheux, jointures entre les plaques solides dont il était si fier et qu'il pensait sans doute impénétrables. Les petits cailloux arrivaient parfois même à se glisser entre elles, le paralysant peu à peu. Pour finir, les coups répétés des pointes plus ou moins tranchantes des rocs lévitants commençaient à entamer l'épaisse carapace du Rhinocorne.

Enfin, la communication mentale se rompit. Genki ouvrit les yeux, à présent capable de voir physiquement. Il fit cesser son attaque sur le dernier ordre mental de sa maîtresse. Celle-ci murmura :


«Prodigieux...Genki...cette vision...»

Nina et Genki regardèrent la tempête se calmer lentement. Les rochers retombèrent un à un autour de leur cible, certains déviant en rebondissant un peu sur la carapace éraflée du Pokémon avec un bruit mat pour finir par rouler au loin dans le terrain sablonneux, que Nina avait su retourner à son avantage. Le Rhinocorne allait sûrement riposter, malgré son état, trop fier pour renoncer. Mais un sourire carnassier s'étala sur le visage de la jeune Mizuhanienne : l'attaque Prescience allait faire effet d'ici peu de temps. Le coup qu'avait osé porter ce gros balourd de Rhinocorne à son précieux Mentali lui avait été rendu au centuple. Elle se demanda comment il allait se mouvoir, avec tout ce sable et ces cailloux dans son corps. Déjà lourd, il allait avoir du mal à ne serait-ce que faire un pas. Il restait les attaques comme Séisme, mais Nina s'y préparait. De plus, quoi qu'il tente, Prescience allait le couper dans son élan. Elle n'était pas déjouable, selon Nina. La jeune fille vit, sur le visage de son opposant, une colère similaire à celle qu'elle avait éprouvée lors du vol plané de SON Genki. Oeil pour oeil, dent pour dent, telle était la devise de l'orpheline. Cependant, à sa sauce, le retour à l'envoyeur faisait toujours très mal. Quel qu'en soit le prix.


Dernière édition par Nina le Sam 15 Nov 2008 - 23:55, édité 1 fois

_________________
Inochi wa... Tatakai.

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan 42221_s
Spoiler:
[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan 690a62114a47702a34fe6a3ac88ad3ae8c663911

« Approche, Princesse des Glaces, tranche l'Eau de tes lames, fends l'Air de ton corps et fais jaillir l'Or Blanc du plus profond de ton être pour voler vers la victoire et la demeure des Célestes. Entends l'appel de la voix qui gronde en toi, ne la refuse pas, mais fais-en ton Alliée pour l'ultime explosion dans une transfigurante Métamorphose. »
1 RP - 0 mission - 0 event - 0 match
Nina Wang
Nina Wang
Modo' • Respo Mizuhan
Informations
Nombre de messages : 4080

Fiche de personnage
Points: 11
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty Re: [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Invité le Ven 14 Nov 2008 - 22:20

[Voilà la première partie, le reste viendra après, il y a deux posts]

Tristan savait qu’il avait fait une grosse erreur de stratégie en ordonnant à son pokémon de charger, mais il l’avait fait délibérément et en toute connaissance de cause. Son pokémon en revanche souffrait un peu de cette charge violente dans les rochers ; sa tête était couverte d’une fine pellicule de poussière et sa corne légèrement fissurée lui faisait mal, mais il se reprit très vite et oublia sa blessure pour se concentrer à nouveau sur le match. Grâce à sa peau de pierre les dégâts n’avaient pas eu d’impact direct sur lui, à vrai dire pour le moment il ne ressentait qu’une légère douleur à la tête, mais le lendemain la migraine allait empirer… Néanmoins cette attaque avait eu l’avantage de faire cesser l’onde folie, et aussi de contribuer à son plan. En effet depuis longtemps le champion avait en tête l’idée de modifier le terrain, afin de pouvoir lancer ensuite une attaque spéciale, mais il ne pouvait pas prévoir que Nina allait le devancer sur ce point.
Cependant comme le jeune homme s’y attendait, Genki eut le réflexe de se frotter les yeux après ce puissant jet de sable qui lui avait ôté la vue. Tristan sauta aussitôt sur l’occasion : cette imprudence servit d’ouverture à son pokémon qui put enfin frapper son adversaire que la vitesse rendait jusqu’alors intouchable, égalisant du même coup les dégâts que s’étaient infligés mutuellement les deux pokémons. C’était l’attaque Queue de Fer qui avait le plus déstabilisé le Rhinocorne, les dégâts accessoires causés par l’Onde Folie et le Bélier eux avaient mieux été parés par sa cuirasse rocailleuse.
Le pokémon cuirassé observa la chute du Mentali avec un calme imperturbable, silencieux, mais intérieurement satisfait d’avoir pu rendre le coup qu’on lui avait porté. Son dresseur quant à lui appréciait beaucoup moins le spectacle et exprimait son désappointement en fronçant les sourcils. Il n’était pas vraiment enthousiasmé à la vue du pauvre pokémon blessé. A vrai dire, qu’il s’agisse de pokémons ou d’hommes, il n’aimait jamais frapper, mais dans un cas comme celui-ci où les circonstances l’obligeaient à riposter, il ne pouvait faire autrement, même si cela ne lui plaisait pas. Il comprenait un peu Nina, lui non plus n’aurait pas apprécié que l’on s’en prenne de la sorte à son ami, mais en combat la gentillesse et la pitié sont des faiblesses qu’il vaut mieux éviter dans son propre intérêt. De toute manière, Nina n’aurait certainement pas eu de pitié pour lui, alors il n’en aurait pas pour elle.
Tandis que le Rhinocorne en profitait pour reprendre son souffle, n’étant pas habitué à la rapidité avec laquelle il avait dû enchaîner les attaques ; le pokémon psy lui se remettait du violent assaut qu’il avait reçu et se relevait avec peine. Il faut dire que les hématomes sur son corps devaient le faire atrocement souffrir et ne lui rendaient pas la tâche facile, ses yeux aveuglés par le sable ne devaient rien arranger non plus. Toutefois la réplique de Nina ne se fit pas attendre :


«Debout ! Tes yeux sont inutiles, tu es un Pokémon Psy, je te rappelle ! Il va falloir l'assimiler, et vite ! Utilise les yeux de l'esprit, si tes yeux sont aveugles, bon sang !»

Tristan se reconnut dans le ton qu’utilisa la jeune fille pour secouer son Mentali, il employait le même lorsque son Rhinocorne était en difficulté et qu’il fallait se reprendre au plus vite. Et en général, l’attaque qui suivait pouvait faire très mal. Aucune importance, il en fallait plus pour effrayer le jeune homme.
Il eut été inexact et présomptueux de dire que cette riposte ne l’impressionna pas, néanmoins cela ne l’étonna pas outre mesure, car le coup d’envoi de la jeune fille avait désamorcé sa surprise et maintenant il pouvait s’attendre à tout venant de la part d’un pokémon psy, encore plus lorsqu'auparavant il avait attisé la colère de sa dresseuse…
Etrangement, et alors que cette belle occasion se présentait à lui, Tristan ne chercha pas à attaquer lorsque Genki activait et testait les effets de sa vision mentale. Attaquer à ce moment là eut été un acte inconsidéré et dangereux, de plus cela lui aurait fait perdre des points de vie inutilement. Il se doutait bien que son adversaire aurait facilement évité n’importe quelle attaque, directe ou indirecte : soit il se serait servi de sa vitesse ou de ses pouvoirs mentaux dans le cas d’une attaque de front, esquivant ou lui renvoyant son attaque ; soit il aurait lévité grâce à ses capacités psychiques dans le cas d’une attaque indirecte comme séisme.
Il était pris au piège, il fallait se rendre à l’évidence. Se débattre ne ferait qu’empirer les choses, il ne pouvait pas non plus s’enfuir, la seule issue qu'il lui restait était la défense.
Le jeune homme se mordit la lèvre en regardant son Rhinocorne se faire projeter contre l’amas de pierres, totalement impuissant face à la situation. Son Rhinocorne était complètement figé par cette force invisible. Incapable de bouger, il se laissa choir contre le tas de roches, sans avoir pu esquisser le moindre mouvement de lutte. Le choc de la collision le fit gémir, cependant il fut plus surpris que blessé. Mais bientôt ce gémissement se changea en longue plainte : il s’aperçut avec effroi que les cailloux commençaient à tournoyer autours de lui, qu’ils tournaient de plus en plus vite, jusqu’à former une tempête d’une violence prodigieuse et qui ne tarda pas à l’englober entièrement, se refermant sur lui tel un étau de fer. La bête cuirassée gémit de plus belle, comme pour appeler son dresseur à l’aide. Ce dernier, qui jusqu’alors était resté absent, serra les dents dans mouvement de rage. Il souffrait face à la détresse de son compagnon mais encore plus à l’idée qu’il ne pouvait rien faire pour lui venir en aide. Les lamentations du pokémon redoublèrent : les rocs le meurtrissaient considérablement et l’affaiblissait à petit feu, dégradant lentement sa carapace rocheuse.
Les muscles de Tristan se tendirent et sa mâchoire se crispa, non pas pour manifester sa colère, comme on aurait pu le croire ; mais pour prendre sur lui : il fallait à tout prix garder la tête froide et ne pas se laisser aveugler par la rage. Si lui-même montrait des signes d’animosité, jamais il n’arriverait à calmer son pokémon. Bien qu’il fût devenu invisible aux yeux de celui-ci, il parla d’un ton fort et ferme, sans une once de colère, pour lui rappeler qu’il était toujours là et qu’il ne l’abandonnait pas :

« Rhinocorne, écoute-moi ! Ne te laisse pas déstabiliser, tu peux te protéger de cette attaque. J’ai confiance en toi, je sais que tu peux y arriver ! »

La créature, jusque là complètement paniquée et dépassée par les évènements, écouta attentivement la voix qui l’encourageait ; maintenant qu’elle savait que son maître ne l’avait pas oubliée et qu’elle avait son soutien, son angoisse baissa d’un cran et docilement elle se replia sur elle-même à la façon d’un tatou, formant ainsi une énorme boule de roc. La tempête la frappait toujours, mais en adoptant cette position de défense elle limitait les dégâts. Elle était coriace, il en faudrait plus pour venir à bout de son armure. Les parties les plus sensibles de son corps étaient à présent protégées, seul son dos restait exposé à la violence de la tempête, et c’était certainement l’élément le plus résistant de toute sa cuirasse. Le pokémon attendit patiemment que le cyclone se calme, et lorsque ce fut fait, il se déroula aussi facilement qu’il s’était rétracté et se secoua pour faire tomber le sable et les cailloux de son dos. Mais une partie restait coincée entre ses plaques écorchées ; les grains s’étaient infiltrés tant et si bien qu’ils avaient atteint la peau fragile du Pokémon. Ses plaques remuèrent frénétiquement, comme prises de tics nerveux, mais rien n’y faisait, il avait toujours cette sensation de gêne, et quoi de plus frustrant que de ne pas pouvoir s'en débarrasser ? Anxieux, le Rhinocorne tourna la tête vers son dresseur et poussa un petit gémissement inquiet.

« Ne t’en occupe pas, reste concentré. »

En voyant le visage de son maître se durcir, l’expression du pokémon changea du tout au tout ; l’appréhension face à la suite des évènements que l'on pouvait lire dans ses yeux disparut aussitôt et ceux-ci retrouvèrent l’impassibilité de la pierre. Dans l’attente d’un nouvel ordre, il se campa fermement sur ses quatre pattes, de nouveau droit et fier, prêt à repartir à la charge.
Mais c’était précisément ce que Tristan ne voulait pas. Il vit le sourire malveillant de Nina, et bien qu’il feignit de l’ignorer, il n’en pensait pas moins. Il aurait pu demander à son Rhinocorne de se protéger à nouveau comme il l’avait fait dans l’œil du cyclone ; mais Abri ne pouvait pas être utilisé deux fois de suite. Son poing se serra. Quoi qu’il fasse, il recevrait l’attaque Prescience. Son pokémon attendait toujours. Le jeune homme desserra son poing et ferma les yeux dans un geste de résignation, puis les rouvrit brusquement et articula d’une voix monocorde, qui dissimulait en réalité l’inquiétude qui le rongeait :

« Rhinocorne, lance Empal’Korne »

Le pokémon eut à peine le temps de lever une patte que quelque chose le percuta de plein fouet avec une force écrasante, l’expulsant à l’autre bout terrain comme s’il s’était agi d’un vulgaire poids plume. Il alla choir contre un bloc de pierre et la douleur fut telle qu’il hurla. Un craquement sonore se détacha du silence qui suivit cet effroyable vacarme : les armatures de pierre s’étaient brisées en milles morceaux et les fragments, en plus du sable et des cailloux déjà présents sous ses plaques, lui transpercèrent la peau, si bien que lorsque son pauvre corps glissa contre la paroi rocheuse, l'on put apercevoir de longues traînées de sang. La bête poussa une dernière plainte avant de s’immobiliser totalement, et il sembla à Tristan que son cœur éclata, de la même façon que la carapace de roche avait volé en éclats. Son sang se glaça dans ses veines, il devint aussi raide qu’une statue et son teint pâlit en contemplant, interdit, la carcasse de son Pokémon. Avant que Nina ne prenne la parole, le jeune homme articula précipitamment et hachant ses mots, comme possédé :

« Debout… Relève-toi … DEBOUT !!! »

Silence. Le champion était déconnecté de la réalité. Il n’y croyait pas. Il ne voulait rien savoir. Il serrait ses poings si fort que ses bras en tremblaient.

« RELÈVE-TOI !! RHINOCORNE !!!!! »

Il ne parlait plus. Il hurlait. La raison d’un tel déchaînement n’était pas tant dans la surprise d’un K.O. aussi facile, mais dans la vue du sang. C’était comme si l’on venait de massacrer un membre de sa famille sous ses yeux. C’était le cas. Nina ne pouvait pas comprendre, aussi grande que pouvait être sa complicité avec Genki. Le lien qui unissait Tristan à son Rhinocorne n’était pas du même ordre. Ils avaient passé bien plus de temps ensemble et avaient traversé beaucoup plus d’épreuves qu’eux ; ils n’avaient plus de secret l’un pour l’autre. Le pokémon n’ignorait rien du douloureux passé de son maître, puisqu’il avait pu le voir de ses propres yeux et que leurs enfances respectives étaient semblables. Il était aussi le seul à connaître toute la noirceur et la détresse que Tristan cachait au plus profond de lui-même, et le jeune homme n’exposait sa faiblesse que devant son Rhinocorne.
Il y avait plus qu’un simple rapport de dresseur à pokémon entre eux. Ils auraient pu vivre seuls et isolés de tous, ils se seraient suffis à eux-mêmes.
Lorsque l’on savait tout ça, on pouvait comprendre la réaction de Tristan. Voir son Rhinocorne ainsi l’avait anéanti, à tel point que les responsables -à savoir Genki et sa dresseuse- n’avaient plus d’importance à ses yeux. Ce qui comptait, ce qu’il voulait, là maintenant, immédiatement, c’était qu’il se relève : qu’il lui montre qu’il était vivant. Un pokémon, même K.O., aurait remué ou se serait relevé. Mais là, il ne bougeait plus du tout.

« RELÈVE-TOI !!!!!! »


**

Il était dans le noir complet. Il ne sentait ni n’entendait, hormis le souffle glacé du vent sur sa peau nue et un bourdonnement lointain… Soudain, il sentit qu’on le soulevait dans les airs et qu’on l’installait sur quelque chose de dur et de lisse. Qu’est-ce que c’est ? Ca vibre en dessous… Non, ça ne vibre pas, ce sont des petits coups réguliers… Ca dégage aussi beaucoup de chaleur… C’est agréable… Bien plus que la terre froide et rugueuse dans laquelle on l’avait laissé… On lui introduit quelque chose dans la bouche ; il n’aime pas ça, alors il tente de recracher cette chose, quand tout d’un coup un liquide chaud et sucré se répand dans sa bouche. C’est délicieux, meilleur que le lait de maman, ça a le goût de vanille… Et qu’est-ce que ça réchauffe ! Finalement, il apprécie et se met à téter goulûment.

« Qu’est-ce que tu lui donnes, Nii-san ?
-Du lait. Pas n’importe lequel, du lait d’Ecremeuh. Ca va l’aider à guérir mais il va aussi grandir plus vite avec ça. »


Qui parle ? Ca doit être une personne très tendre, car sa voix est douce et maternelle… Bien plus que ne l’ait jamais été celle de sa mère… … Il veut savoir à qui appartient cette voix, maintenant qu’il a assez de force pour ouvrir les yeux.
D’abord, tout est flou, puis progressivement, les contours se font plus nets… Il peut maintenant distinguer les couleurs, et voir ces deux petites billes d’or pur qui le regardent avec amour. C’est la toute première chose qu’il voit depuis est né. Il émet un petit bruit, peut-être pour manifester de la reconnaissance ou de l’amour lui aussi, qui sait ? Mais ce n’est encore qu’un petit cri imperceptible, semblable au miaulement d’un chaton. Pourtant, le petit garçon au-dessus de lui semblait avoir entendu, parce que sur ses lèvres se dessina un sourire affectueux -son premier sourire.

Mais les images se brouillent, rapidement il replonge dans le noir, et ne perçoit plus que des échos dans le lointain…

« De… Ré… toi … … Deb… »



**

Son Rhinocorne ne bougeait plus, le match était fini et pourtant Tristan criait toujours. Il ne renoncerait pas à l’appeler, il crierait toute la nuit s’il le fallait, mais il DEVAIT se relever, ne serait-ce que pour lui prouver qu’il n’était pas mort.
Nina quant à elle commençait à montrer des signes d’agacement, visiblement pressée, elle avait sûrement d’autre chose à faire.


« C’est inutile, il ne se relèvera pas. Le combat est terminé, maintenant donne-moi le badge Am… »

Brusquement, une lumière blanche jaillit de nulle part et emplit la salle toute entière, aveuglant les deux dresseurs et le Mentali par la même occasion. Elle était si puissante que même en se protégeant les yeux, Tristan n’y voyait rien ! Enfin, petit à petit, la lumière perdit de son éclat et s’évanouit lentement, de telle sorte que l’on put remarquer qu’elle émanait du Rhinocorne… qui n’en était plus un !!
Il se tenait debout sur ses deux pattes arrière, ses plaques s’étaient volatilisées, il n’y avait plus aucune trace des fragments de pierre ni même de sang ; à la place, une peau mille fois plus dure, d’une résistance telle que ni la chaleur ni la lave ne pouvaient en venir à bout. La corne sur son front avait doublé de volume, prenant l’apparence menaçante d’un foret prêt à percer n’importe quoi.
Le jeune homme s’était tu à la vue de son pokémon évolué. Il venait de recevoir un énorme choc, lui qui croyait que son Rhinocorne n’évoluerait jamais.
Anonymous
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty Re: [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Invité le Sam 15 Nov 2008 - 22:42

[JE SUIS LIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIBBREEEEEE !!!! FINITO !! ENFIN T___T]



**

Un homme se tenait devant lui, accroupi près de son Rhinocorne. C’était un éleveur, le meilleur de la région, et Tristan venait souvent lui demander conseil à propos de ses pokémons. Il savait qu’il pouvait avoir confiance en lui et que ce n’était pas un charlatan, comme il y en avait dans Seian. Cependant l’angoisse le gagna lorsque son vis-à-vis prit un air grave et se releva en soupirant. Il allait lui demander des explications lorsque l'éleveur lui coupa la parole :

« A-t-il eut des problèmes de croissance quand il était petit ?
-Oui… Enfin, ses plaques avaient tardées à apparaître et sa mère l’avait abandonné, mais je l’ai nourri avec du lait et il a vite guéri…
-Il ne pourra jamais évoluer. »


Ce jour là, le Rhinocorne n'avait pas tout comprit, pourtant il sût qu’il s’était passé quelque chose de grave. Son maître avait détourné les yeux, mais il avait remarqué que son regard était triste… Il comprit bien plus tard la raison de cette tristesse, en voyant évoluer les autres Rhinocornes. Lui n’évoluait toujours pas, bien qu’il fût au niveau 44. Il était différent des autres… Est-ce pour cela que son maître allait l’aimer moins ? Est-ce qu’il allait l’abandonner lui aussi, comme sa mère l’avait fait ? Il n’en fût rien. L’idée de l’abandonner ne vint jamais à l’esprit de Tristan. Le jeune homme ne l’aima pas moins, au contraire, il était toujours le même avec lui. Il y avait toujours entre eux cette complicité privilégiée que Tristan n’avait pas avec ses autres pokémons, pas même avec Luxray, son rival de toujours…


**

« C’est… C’est impossible, comment as-tu pu… ? »

Evoluer. Ce qui remettait en cause le diagnostic formel de l’éleveur. Mais le fait était là, il avait réussi. Comme son maître, il était parvenu à vaincre ce sois disant « handicap » avec lequel on lui avait ôté tout espoir de vie normale.
Malgré tout, cela n’expliquait pas comment il avait réussi à se relever, même en évoluant… Car il y a encore à peine quelques minutes, il était gravement blessé et gisait inanimé sur le sol…
Mais maintenant qu’il n’y avait plus la charpente de roc pour cacher les pattes du pokémon, Tristan put apercevoir un bandeau rouge et jaune noué autours du bras de son Rhinoféros. Un éclair de lucidité le frappa. Il se souvenait à présent...

"Nii-san !"

Une jeune demoiselle de 15 ans se tenait devant lui pendant qu’il était en train de lire, assis dans un fauteuil. Elle avait une longue chevelure blonde, ses mèches rebiquées étaient retenues par des barrettes argentées, et elle portait une tenue peu commune pour les jeunes filles de son époque ; un t-shirt blanc à manches longues, avec par-dessus une salopette de cuir noir et des collants rayés blanc et gris. Elle portait aussi des gants en daim et une casquette assortie à sa salopette. Elle souriait et toisait Tristan de son regard d’eau glacée. Celui-ci leva les yeux de son livre.

« -Mh ? Qu’y a-t-il Léda ?

-Tiens, c’est pour toi, dit-elle avec un ton espiègle, caractéristique de son tempérament de chipie. Je l’ai gagné à un concours, mais il ne m’est d’aucune utilité. Je sais que tu en auras bien plus besoin que moi. »

Au creux de ses petites mains, se trouvait le fameux bandeau coloré.

« A quoi sert-il ? » demanda-t-il en posant le livre sur ses genoux et en se saisissant du bout de tissu.

La demoiselle sourit malicieusement et lui fit un clin d’œil.

« Tu verras bien si tu le donnes à porter à ton Rhinocorne.
-Toi alors, il faut toujours que tu fasses des mystères.
-Si t’en veux pas, j’le reprends.
-Mais non, je plaisante ! Merci soeurette. »
dit-il en riant, la rammenant contre lui pour l’embrasser sur le front.



Après s’être remémoré cette scène intriguante, il saisit enfin à quoi servait ce bandeau : une fois tenu, il empêchait un pokémon de tomber K.O. et lui laissait un PV. C’était pour cela que Rhinoféros s’était remis en selle, malgré ses blessures.
Ce dernier, magnifique dans sa nouvelle puissance, se tourna vers son dresseur. Il dût deviner sa surprise, car il eut pour lui un sourire radieux.
Depuis un moment, il agitait sa puissante queue de gauche à droite, balayant ainsi d’énormes quantités de sable ; et sans que son maître lui ordonne quoi que ce soit, encore trop abasourdi pour réagir, il s’élança en courant vers Genki. Ce n’était plus des nuages de sable qu’il déclenchait sur son passage, mais de véritables tsunamis !! Et cette fois ce ne fut pas un jet de sable qui se déversa sur le Mentali, mais un immense torrent de sable et de roche que même sa vitesse et ses pouvoirs psychiques ne purent esquiver. Il avait acquéri une force telle que tout le terrain fut plongé dans un épais brouillard de sable. Tristan ne pouvait savoir ce qu’il advenait de Nina, mais de son côté lui ne pouvait plus guider son pokémon, ni même parler : le sable s’infiltrait partout, lui piquait les yeux s’il tentait de les ouvrir et le faisait tousser s’il ouvrait la bouche pour parler.
Alors qu’il essayait de comprendre ce qui se passait, une secousse d’origine inconnue ébranla l’arène toute entière et lui fit perdre l’équilibre. Le vent qui se changea en bourrasque l’immobilisa à terre, et il renonça à se relever en sentant un rocher lui frôler la tête. Il cria comme il put à l’adresse de la jeune dresseuse :

« Nina !! Mets-toi à l’abri, c’est dangereux !! »

Effectivement, c’était un véritable cataclysme qui s’abattait sur l’arène de Seian ; la table près de la porte fut projetée contre le mur et se brisa, toutes les caisses furent renversées et Tristan eut peur que le verre de la porte à double battant ne cède sous la force du vent et n’éclate lui aussi, de plus ils étaient bombardés par d’énormes boules de roc de tout côté. Il eut un autre tremblement, plus terrible celui-ci, et le jeune homme crut vraiment que le ciel allait leur tomber sur la tête. Fort heureusement, l’ouragan finit par se calmer, le bombardement de rochers cessa, et le brouillard commença à se dissiper. Le terrain aussi avait subi les affres de la tempête : la totalité des rochers avaient été réduits en poussière et il y avait du sable absolument partout ! Tristan se redressa rapidement, voulant vérifier s’il n’y avait pas de blessé, et au loin il discerna trois silhouettes ; celle de Nina, visiblement elle n’avait rien ; et celles des deux pokémons. Il n’avait aucune idée ce qui avait bien pu se passer, mais Genki était désormais aussi blessé que Rhinoféros, même peut-être un peu plus. Les deux ennemis se faisaient face, tous deux semblaient à bout de force, mais aucun des dresseurs n’auraient pu dire ce qui s’était passé durant cet interlude, ni comment s’était déroulé le combat.

« Rhino… »

Tristan s’interrompit, son pokémon avait tourné la tête presque aussitôt et le regardait intensément. Le jeune homme plongea ses yeux dans les siens, dans l’espoir de pouvoir déchiffrer ce que voulait bien vouloir dire ce regard. Ses yeux n’étaient plus pareils… Ils n’avaient plus cette fierté méprisante, mais au contraire ils luisaient d’une aura étrange et noble, identique à la sienne…

Le temps paraissait s’être suspendu. Sa chute se fit lente, si lente que chacun de ses mouvements fut décomposé, du moment où il bascula en avant à celui où il toucha le sol et s’effondra dans le sable. Il était K.O. pour de bon.
Tristan accourut auprès de son Rhinoféros, esquivant les monceaux de pierre avec une agilité et une rapidité déconcertante ; en quelques sauts seulement il fut au chevet de son pokémon.

« Rhinoféros ! »

Ce dernier ouvrit ses yeux rouges, mais détourna tout de suite le regard, trop déçu et honteux de ne pas avoir gagné le match. Pourtant son dresseur n’en était pas le moins du monde affecté, en fait il s’en fichait complètement, et à la grande surprise de son pokémon, il le serra dans ses bras.

« Je suis si content que tu aies pu évoluer, je n’y croyais plus… »

Oui, la défaite n’avait aucune importance, puisque Tristan était encore plus heureux que s’il avait remporté ce match. En plus il était tout simplement ravi de la nouvelle apparence de son pokémon, il le trouvait éblouissant comme ça.
Le Rhinoféros se contenta de sourire et de pousser un petit rugissement, trop faible pour répondre à l’étreinte de son maître. Celui-ci se leva et sortit une balle rouge et blanche de la poche de son short qu’il pointa ensuite devant son pokémon.

« Repose-toi, tu l’as bien mérité. »

Un éclair rouge, et le Rhinoféros disparut. Tristan sourit une dernière fois en regardant la pokéball dans le creux de sa main. Il la rangea puis leva les yeux vers Nina et Genki, son visage se fermant instantanément. Il s’approcha d’eux à pas lents, martelant le sol de sa démarche lourde, comme si sa colère jusque là emmagasinée allait éclater. Le jeune homme se stoppa à quelques mètres seulement de Nina, la toisant de toute sa hauteur, son regard froid planté dans le sien. Sans un mot, sa main se tendit vers elle. Dedans, un petit objet en fer, plat et étincelant à la lumière.

« Je suis heureux de te remettre le badge Ambre. Félicitations, c’était un très beau match. »

Il n’avait plus cet air glacial, en fait il voulait juste faire un peu peur à Nina, et il arborait à ce moment un très grand sourire.

«En fait, ça fait longtemps que je n'ai pas vu un combat aussi remarquable, merci.»
Anonymous
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty Re: [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Nina Wang le Sam 15 Nov 2008 - 23:11

[Post soumis à la contrainte : retourner dans son passé]

Le Rhinocorne de Tristan venait d'évoluer. A présent sur ses pattes arrière, il semblait prêt à se battre de nouveau. Alors que Nina tentait de se redonner une contenance, la surprise passée, elle sentit une tempête se lever et attaquer non seulement son Pokémon, mais aussi Tristan et elle-même. Elle se protégea le visage avec sa main droite, qui fut éraflée par un morceau de rocher réduit en miettes, certes, mais suffisamment gros pour la faire saigner. Elle serra les dents tandis que les gouttelettes de sang perlaient et se dispersaient dans l'air rempli de sable tournoyant. Quand la tempête se calma, Genki était sérieusement blessé, mais le Rhinoféros l'était plus encore, et il tomba K.O., au grand soulagement de Nina. Elle regarda la scène se dérouler en face d'elle, insensible - seulement en apparence. Elle se rapprocha de Genki et lui caressa la tête de sa main intacte en lui murmurant un merci, puis, elle le rappela et regarda sa Ball.

_____________________________
Un flash la fit sursauter. Elle était chez elle, chez Sergei. Elle venait d'avoir 14 ans. Elle courait pour rejoindre son père dans le salon. Il lui parlait, lui souriait...


«Tu sais que nous sommes le 7 septembre, aujourd'hui. C'est l'anniversaire de notre rencontre. Ton anniversaire, Nina. Alors...voilà ton cadeau.»

Elle saisissait la Ball bleutée marquée de rouge que lui tendait son père. Impossible...pas un...

La Ball s'ouvrit. Un rais de lumière blanche éblouissante en jaillit, puis forma un petit Pokémon à la fourrure beige et au collier blanc, comme le bout de sa queue touffue. Ses longues oreilles s'agitaient tandis qu'il saluait sa nouvelle maîtresse d'un cri enjoué. Nina n'osait pas l'approcher...il était si joli, si rare, si précieux...à la place, elle avança vers Sergei, les larmes aux yeux.


[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan 9-81

«Tanjôbi omedetô, Nina.»

Les larmes roulèrent sur les joues de la jeune fille. Ses yeux ambrés fixèrent le visage de leur sauveur et héros à jamais. A cet instant, elle exprimait sa reconnaissance comme elle ne l'avait jamais fait. Son père avança vers elle et la prit dans ses bras, lentement, après avoir entendu un «Arigatô...gozaimas» étouffé et atténué par l'émotion. Genki regardait la scène, sans comprendre - pas pour longtemps, en fait. Car sa maîtresse, il l'apprendrait peu à peu, n'avait d'yeux que pour celui qui l'avait tirée de cette vie de misère et de fuite perpétuelles. Son cher Otoosama...

______________________________


« Je suis heureux de te remettre le badge Ambre. Félicitations, c’était un très beau match. En fait, ça fait longtemps que je n'ai pas vu un combat aussi remarquable, merci.»

Nina revint brusquement à la réalité. Tristan lui tendait le badge Ambre. Les yeux de Nina, qui avaient été vides pendant le temps où le souvenir avait occupé son esprit, brillèrent tandis qu'elle rangeait sa Ball et prenait le petit objet de sa main gauche. Sa main droite saignait toujours, mais elle s'en moquait éperdument. Son premier badge...
Elle leva les yeux vers le jeune homme et, chose incroyable, lui sourit.


«Merci à toi...ce match...c'était mon premier combat d'arène, et il sera inoubliable. Ton Pokémon s'est bien battu.»

Elle entendait par là que lui aussi, mais jamais elle ne le lui aurait dit directement, bien trop fière pour cela. Cependant, elle savait qu'il comprendrait. Un sentiment étrange lui serra la poitrine un instant, de manière fugace, et elle le mit sur le compte de l'émotion du match - en creusant un peu, elle aurait découvert autre chose de bien plus profond et honorable, mais elle ne se le serait jamais avoué. Elle se détourna, tout simplement, et ouvrit la porte de sa main blessée. Elle s'apprêtait à partir lorsqu'elle se tourna une dernière fois vers le champion.

«Ano ne...peut-être...peut-être que nous nous reverrons...Tristan.»

Elle ne lui avait pas dit adieu, ce qu'elle faisait en principe. Décidément, Tristan était spécial. Oui, vraiment. C'est le coeur léger qu'elle laissa la lourde porte se refermer derrière elle, son badge en poche et des souvenirs plein la tête...


FINI !  :^.^':

_________________
Inochi wa... Tatakai.

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan 42221_s
Spoiler:
[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan 690a62114a47702a34fe6a3ac88ad3ae8c663911

« Approche, Princesse des Glaces, tranche l'Eau de tes lames, fends l'Air de ton corps et fais jaillir l'Or Blanc du plus profond de ton être pour voler vers la victoire et la demeure des Célestes. Entends l'appel de la voix qui gronde en toi, ne la refuse pas, mais fais-en ton Alliée pour l'ultime explosion dans une transfigurante Métamorphose. »
1 RP - 0 mission - 0 event - 0 match
Nina Wang
Nina Wang
Modo' • Respo Mizuhan
Informations
Nombre de messages : 4080

Fiche de personnage
Points: 11
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan Empty Re: [ Clos ] Match d'arène n°2 : Nina VS Tristan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum