[ Clos ] Échec et mat [Soriu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Échec et mat [Soriu]

Message par Lehna le Sam 16 Avr 2016 - 18:59

La princesse s’arrêta devant le bâtiment, le contemplant. Enfin, elle était enfin rentrée à la maison. Après toutes ces épreuves, toutes ces difficultés, tous ces challenges, elle pensait ne jamais pouvoir remettre les pieds ici. En s’avançant, elle constata que les travaux suite à l’attaque des animaux fous étaient terminés, et que tout était enfin arrangé comme elle l’avait souhaité – ou presque, à quelques détails près, mais elle pourrait toujours revenir sur ces éléments plus tard. Émeline l’accueillit joyeusement en lui souhaitant un bon retour, et en lui disant qu’elle espérait qu’elle avait fait un agréable voyage. Lehna ne lui répondit qu’avec un sourire, et quand sa secrétaire commença à lui faire la liste de tout ce qui s’était passé à l’arène depuis son absence, elle lui indiqua qu’elle allait se reposer dans ces quartiers, et s’occuperait dès demain de chaque dossier un par un, par priorité. La femme acquiesça puis se retira pour retourner à l’entrée de l’arène, laissant la maîtresse des lieux reprendre le contrôle de son environnement.

Lehna commença par se rendre dans les jardins où elle retrouva tout le petit monde qu’elle avait laissé derrière. En particulier, Glaçon avait grandi et était maintenant capable de se déplacer seul, et c’est en dandinant qu’il reçu ma maman, tout réjouit de la savoir de retour. La noble le prit dans ses bras, puis présenta à tous leur nouveau compagnon, qui était encore en train de se crêper le chignon avec Givre. Finalement, elle se rendit dans sa chambre, et profita de toutes ses installations pour enfin se mettre à l’aise et confortable. Après un repas copieux, un long bain et une séance de « makeover » aidée par ses suivantes, elle s’installa dans son lit.

Malgré l’allégresse d’être enfin rentrée, elle ne trouva pas immédiatement le sommeil, son esprit étant dérangé par des pensées distrayantes. Après le cauchemar qu’elle venait de vivre, il était hors-de-question qu’elle quitte à nouveau son confort avant un bout de temps, sans compter qu’elle avait maints dossiers à reprendre en main. Il lui faudrait donc trouver une solution pour éloigner à nouveau son père de son cas, et ce avant qu’il ne sache qu’elle était rentrée, sous risque qu’il vienne la visiter directement. La dernière fois qu’elle l’avait confronté, elle avait trouvé comme excuse une fausse grossesse pour justifier son nouveau départ en voyage. L’excuse la plus évidente pour expliquer qu’en plus d’un an elle n’avait toujours pas de bambin était de feinter un avortement... Peut-être qu’en notifiant cela comme une « expérience traumatisante », et en disant qu'elle ne voulait en parler à personne, son père ne se sentirait pas obligé de venir la voir. Réconfortée par cette solution encore un peu bancale qu’elle peaufinerait demain, elle se laissa s’endormir.

***

Le lendemain matin, Lehna se sentait bien plus fraîche et en forme que ce qu’elle avait pu être depuis longtemps. Personne n’était venu la lever, et elle avait dormi plus d’une dizaine d’heure sans arrêt. De bonne humeur, elle enfila ses vêtements, demanda un petit déjeuné et se rendit ensuite à l’accueil, pour demander à Émeline de la rejoindre dans son bureau, afin qu’elle puisse enfin traiter les dossiers qu’elle avait en retard.

Toutefois, une mauvaise surprise la guetta à son arrivée dans le hall d’entrée. Son père, Oyu, la personne qu'elle ne voulait pas voir, était au comptoir en train de converser avec sa secrétaire. Lehna se figea, ne sachant absolument pas quoi faire ni dire. Son esprit s’embrouilla d’un nombre de questions auxquelles elle n’arrivait à trouver aucune réponse ou mensonge convenable. Une main se posa sur son épaule, alors qu’une voix qu’elle connaissait lui murmura quelques paroles « rassurantes » à l’oreille. Ne t’inquiète pas, je m’occupe de ça.

Cassiopée s’avança jusqu’au comptoir, et se posa, bras croisés, devant l’intrus. Que fais-tu ici, toi ? lui cracha-t-elle, sans aucune forme de respect quelle qu'elle soit envers l'homme de la cour.

J’avais demandé à être prévenu au retour de la Championne ; quand j’ai entendu la nouvelle ce matin, j’ai accouru… expliqua-t-il avec un ton un peu hésitant, pris de court par l’attitude sauvage de son interlocutrice.

On ne veut pas de toi ici. Va-t-en, rétorqua Cassiopée pour toute réponse.

Arrête ! répliqua Lehna en s’avançant, n’appréciant pas du tout la tournure que prenait les événements. Cassiopée lui la stoppa nette, en saisissant son poignet et en le tordant pour la mettre au sol.

Mais… et l’enf… tenta Oyu.

Il n’y a jamais eu d’enfant, rétorqua Cassiopée, avant même qu’il ne puisse finir. Lehna crispa la mâchoire, non pas sous la douleur de son agression, mais n’arrivant pas à croire que cette vipère avait tout révélé ainsi. Tout ça a été inventé pour que tu arrêtes enfin de te mêler de ce qui ne te regarde pas.

Elle ment, tenta de justifier Lehna, jamais je n’aurais désiré cela, Père. J’ai juste… eu du retard, rien de grave, j'ai... j'ai juste ma interprété certains signe, je… Sa présence était complètement effacée par celle de la femme à la peau d’ivoire et à la chevelure d’ébène ; Oyu ne semblait pas entendre un mot de ce qu’elle disait, trop troublé par les paroles acerbes de Cassiopée.

Je… je comprends… Je… je vais m’en aller… dit le pauvre homme, abattu corps et âme. Il ne savait pas quoi dire ou comment réagir, et de ce fait, pour le moment, la seule chose qui pouvait faire était de respecter les volontés de sa fille. D’un pas lourd, il fit demi-tour et quitta le bâtiment.

Cassiopée se tourna vers elle, lui fit un sourire signifiant « de rien ! » puis indiqua qu’elle allait se rendre en cuisine, la faim au ventre. Lehna serra la dents... Si son père se mettait à la haïr, elle pouvait dire adieu à tous ses bonus et tous avantages. Cette peste n'avait vraiment rien compris à ce qu'elle tentait de faire et avait anéanti tous ses efforts en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Suivant les pas de son père, elle le rattrapa rapidement. Père ! Je suis désolée ! lança-t-elle un peu désespérément. L'homme se retourna, posa sa main sur la joue de sa fille, et avec les larmes aux yeux, lui répondit lentement. C'est pas grave mon chaton, murmura-t-il avec toute la tristesse et l'angoisse du monde. Sans un mot de plus, il se retourna, et reprit sa route.

Lehna cligna des yeux et ne dit rien, n’arrivant pas à croire que les méthodes de cette gredine avaient fonctionnées. Était-elle enfin débarrassée de ce boulet ? Elle se retourna vers Émeline, qui avait une pile de dossiers sur son bureau, et se souvint de la raison de sa venue. Avec un dernier coup d’œil en direction de la grande porte d’entrée où était sorti son père, elle demanda à sa secrétaire de la suivre, indiquant qu’il était temps de se mettre au travail.


Là c’est Cassiopée qui est dans le « corps » de Lehna, les interventions de la « vraie Lehna » sont donc tout que dans sa tête. Pour une personne extérieur, ils voient juste Lehna dire des méchancetés à son papa ^^’ À partir du moment où Cassiopée s'en va pour aller manger, c'est à nouveau la « vraie Lehna » qui interagit avec le monde extérieur.

_________________
- La beauté n'est qu'un piège tendu par la nature à la raison -
~ Puppet Master ~




avatar
Lehna
Informations
Nombre de messages : 345

Fiche de personnage
Points: 38
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Échec et mat [Soriu]

Message par Soriu Tiadramat le Mer 20 Avr 2016 - 0:13

Il ne savait pas exactement ce qui se passait avec Lehna. Il n'en avait aucune idée même. Simplement, le fait que Lehna soit ... perturbée depuis quelques temps, plus vraiment elle-même, fatiguée, usée, lessivée ... et enfin, ils sont revenus après tout ce temps. Sauf que voilà, d'abord, il doit la laisser avoir une discussion avec son père. Elle doit lui dire la vérité et aussitôt que ça sera résolu, ils seront alors entre de bonnes dispositions pour pouvoir communiquer. Mais bon ... Les minutes passent et il n'a pas l'impression que tout s'arrange. En fait, il a même l'impression que c'est le contraire. Il entend des paroles, des pas mais ne lisait pas dans les pensées. Néanmoins, il remarqua alors bien vite le vieil homme, le père de Lehna. Et en vue de la mine abattue, il était convaincu d'une chose : ce n'était pas que la vérité qui l'avait mis dans cet état. Qu'est-ce que Lehna avait ENCORE fait pour que ça se passe ainsi ? Comment est-ce qu'elle pouvait martyriser un homme aussi sympathique et gentil que ça ? Il commença à faire les pas vers lui, s'approchant du vieil homme comme pour signaler sa présence. Celui-ci leva les yeux vers lui, cherchant à faire un petit sourire mais le coeur n'y était pas.

"Bonjour messire Oyu ... Je vois que vous avez eut une discussion avec Lehna."

"Bonjour, Soriu. Le coeur n'y est pas ... Mon sourire est feint. Ma fille m'a avoué ... la vérité ... au sujet de son ventre. Tout était faux ... Mais ... je ne voulais que son bonheur. Elle est tout ce qu'il me reste mais ... je crois que je l'importune plus que je ne le pensais."

"Vous êtes un père formidable mais surtout, vous êtes la seule famille de Lehna. Celle-ci a du mal à concevoir l'importance que vous avez à ses yeux. Elle ne comprend pas très bien ... Elle a du mal à se rapprocher des autres, vous savez ? Mais je vous promets une chose : tant que je suis là, elle continuera à être en sécurité."

"J'ai cru comprendre que tu es devenu Chevalier. Mes félicitations. Tu as déjà une famille à servir ? La tienne ?"

Hahaha ... L'homme changeait de sujet mais il ne pouvait pas lui en vouloir. Soriu parut un peu gêné, se grattant la joue avant de dire d'une voix amusée :

"Je suis le dernier membre de ma famille. Avec moi, ma lignée s'éteindra sûrement. Mais bon, oui, je suis devenu Chevalier. Pour reprendre, par rapport à ... Lehna, j'ai remarqué dernièrement qu'elle était assez tête en l'air, voire un peu ailleurs. Peut-être qu'elle avait le mal du pays ? Qui sait ? Elle doit être aussi très fatiguée et ne pense pas ce qu'elle dit. Néanmoins, je vous conseilles de ne pas trop vous en faire à son sujet, d'accord ? Je peux toujours continuer mon rôle si vous le désirez."

"Si vous le voulez bien ... Mais ma fille ne vous cause pas trop de tort ? Il s'agit de la prunelle de mes yeux et ... je ne voudrais pas vous déranger."

"Elle m'en cause plus que nécessaire mais je savais dans quoi je m'engageait. Et ne vous en faites pas, je continues de croire que Lehna a juste beaucoup de mal à extérioriser ses sentiments, comme beaucoup de personnes. Surtout lorsque l'on est issue d'une famille aussi prestigieuse que la vôtre. Vous devez comprendre que certains doivent porter un masque en permanence, oubliant parfois de le retirer auprès de leurs êtres chers."

"Je commence à comprendre pourquoi vous êtes aussi un maître de l'esprit, Soriu Tiadramat. Oui, je me suis un peu renseigné sur vous ... pendant votre absence et ... aussi au sujet de votre famille. Je suis désolé pour vous ... et merci pour tout. Je vous confies encore la main de ... la garde ma fille. Pardonnez-moi, je suis encore un peu secoué."

Il n'avait pas à s'excuser. Le jeune homme acquiesca d'un mouvement de la tête, faisant un léger sourire au vieil homme avant de l'accompagner quelques minutes puis de se séparer de lui. Et bien, visiblement, il avait encore beaucoup à faire avec Lehna.

[Et zou, petit passage personnel mais fini aussi !]

_________________
avatar
Soriu Tiadramat
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1741

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 28
Pokémon sur soi:

Contact
http://www.chibi.jdr-legendes.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum