[ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par PNJ le Lun 4 Juil 2016 - 13:57

Vétéran Baphles:


Le Vétéran Baphles était de mauvaise humeur, comme souvent. Il fallait dire que depuis qu’il avait été mis à la retraite pour cause “d’incapacité à opérer sur le terrain” - merci, au revoir -, on ne le voyait plus aussi motivé qu’avant à travailler pour son pays. Oh, ça ne l’empêchait pas de se donner à fond et d’être un excellent instructeur et examinateur d’épreuves de montée en grade, mais le tout était fait avec une dose minimale de bonne humeur et de politesse. Baphles fouilla dans ses papiers, assis à son bureau, à la lueur d’une bougie. Il cherchait le parchemin de convocation pour l’examen d’une apprentie Chevalier. Ses lunettes sur le nez, il déchiffra le nom et l’heure. Abigaël d’Alma. Oh, elle avait un paternel connu, elle. Et un grand-père consul. Que du beau monde… Le Vétéran se demanda un instant s’il n’y avait pas un peu de piston dans l’air. Bah ! De toute façon, fille à papa ou non, il faudrait que la gamine fasse ses preuves pour qu’il accepte de la recommander.

On vint lui annoncer que l’apprentie était là, et qu’on l’avait conduite, comme d’habitude, dans la salle de sport de la base. Excellent. Elle était à l’heure. C’était un bon point pour ce maniaque de la discipline. Baphles remercia le messager et se leva pour rejoindre la jeune femme. Il arriva dans la salle de sport où l’attendait la fameuse Abigaël et constata rapidement qu’elle avait au moins la tête de l’emploi. Il la salua prestement et se présenta.

- Vétéran Baphles, anciennement de l’ordre de Regirock. Je suis la personne chargée de vérifier aujourd’hui que vous avez les qualifications pour devenir Chevalier de Terros.

Blablabla. Baphles leva la tête de sa paperasse, parmi lesquels figuraient des informations sur son élève, et détailla la personne. Il essayait de la juger, de déterminer la première impression qu’il avait d’elle. Son instinct le trompait assez rarement et il parvenait généralement à se faire une idée proche de la réalité. L’homme souffla bruyamment et posa les questions d’usage.

- Vous avez des faits d’arme particulier à votre actif ? Des supérieurs qui vous recommanderaient ? Des motivations particulières dont vous tiendrez à me parler ? Je suis tout ouïe.

Le Vétéran était très visiblement déjà ennuyé par cette partie de l’examen, mais il ne la laissait jamais de côté, depuis qu’il était tombé sur un petit génie de Flamen qui s’était tout simplement trompé de pays pour monter en grade, ou un autre encore qui s’était aperçu, une fois en plein exercice, qu’il n’avait pas la moindre envie de rester dans l’armée plus longtemps. Baphles avait été alors tout à fait heureux pour la personne de voir qu’elle avait finalement trouvé comment s’épanouir dans sa vie. Il aurait juste préféré à ce moment-là que la révélation se fasse avant de lui faire perdre son temps.

[Ton épreuve se passe donc en intérieur, dans une base Omashuéenne de l'armée Wink]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1021

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par Abigaël d'Alma le Lun 4 Juil 2016 - 18:48

D’un geste assuré et expert, la Terrosienne tira d’un coup sec sur la sangle de son Drattak pour l’ajuster correctement, avant de sauter sur son dos sans autre forme de procès. Après s’être ébroué, le Dragon décolla, laissant Palma devenir une simple tache lointaine, pour filer vers Omashu.

Abigaël avait fini par perdre patience à la Nouvelle-Gilnéas et avait décidé de rentrer en allant au plus près, visant donc le port de Terros comme point d’arrivée. Après un temps d’attente bien trop long (au moins plein de jours, voire de semaines ! Rendez-vous compte !) d’une réponse pour sa demande d’épreuve, elle en avait conclu que ce serait toujours mieux de retourner dans son propre pays : quitte à s’entraîner, autant que ce soit chez elle, tant qu’à faire. Elle avait donc rejoint la ville portuaire, où elle avait retrouvé son père, mandaté là-bas pour une quelconque mission dont Abby n’avait pas obtenu les détails (confidentialité oblige), et elle avait repris ses exercices, sous la tutelle de Benedict, cette fois. Ce dernier avait constaté que sa fille avait fait d’énormes progrès, que sa maîtrise des armes s’était perfectionnée et même affinée, et qu’elle était désormais dans de bonnes dispositions, tant physiquement que mentalement, pour prétendre à un examen de Chevalier. Cela ne l’avait pas empêché d’être plus dur que jamais, toujours plus exigeant et toujours plus tranchant dans ses critiques. Il partait du principe qu’il n’avait pas à être tendre avec un soldat, encore moins de son niveau, surtout si ledit soldat était sa propre fille et qu’il prétendait accéder à un tel rang.

Enfin, la réponse tant attendue se manifesta sous la forme d’un courrier officiel frappé du sceau terrosien. Le rendez-vous était fixé à Omashu, dans une base de l’armée du pays, ce qui convenait très bien à la femme de haute extraction. Elle se serait bien sûr pliée à n’importe quel ordre, pourvu qu’on lui permette de prouver sa valeur, mais passer son évaluation à Terros, c’était encore mieux.

« Ne déshonore pas notre nom, et montre-toi digne de l’héritage qui est le tien. »

Les derniers mots de son père résonnaient encore à ses oreilles lorsqu’elle quitta Palma, plus déterminée que jamais.

-------------------------------------------

« C’est le bâtiment là-bas, descends. »

L’immense créature obéit et s’arrêta en vol stationnaire au-dessus de l’édifice désigné. Il lui était impossible de se poser, vu la configuration un peu particulière de la ville et la taille du Pokémon, il dut donc se contenter de se rapprocher au maximum pour satisfaire la demande de la patronne. La Terrosienne constata que le sol était néanmoins à plusieurs mètres en contrebas, elle se créa donc un pilier de terre qui jaillit vers elle pour la réceptionner. Une fois arrivée en bas, elle rappela son Drattak et laissa sa construction redevenir un simple tas de boue, puis pénétra dans le bâtiment militaire et s’annonça aux gardes. On la conduisit dans la salle de sport, où elle attendit, stoïque, qu’on vienne la chercher ou se présenter à elle. Son examinateur ne tarda pas : un homme grand et basané entra dans la pièce, et elle lui fit un salut militaire propre et automatique. Alors qu’il déclinait son identité, il scruta Abigaël de la tête aux pieds, cherchant à la sonder sans même se cacher. Ce genre d’examen aurait pu mettre quelqu’un mal à l’aise, mais cela ne dérangea absolument pas la Terrosienne, qui était habituée à être ainsi observée sous toutes les coutures par son père. Sachant qu’il avait toutes les informations qu’il voulait à sa disposition, la Maîtresse des Lames se présenta quand même, parce que c’était l’usage.

« Abigaël d’Alma, Private de Galon Deux de l’Ordre de Regirock. »

C’était laconique et lapidaire, mais l’essentiel était là. Elle se tut ensuite pour laisser son aîné reprendre la parole et poser ses questions, attendant, pour parler, d’y être de nouveau invitée, en bonne guerrière élevée pour servir et combattre au sein de la prestigieuse armée de Terros.

« J’ai été récompensée pour faits d’armes lors de la bataille des Piémonts Pluvieux, en 209, par un grade de Maîtresse des Lames accompagné d’une monture de guerre. Mon père fait partie de l’Ordre de Groudon, mais je n’ai jamais utilisé notre nom pour avoir un quelconque passe-droit. Il m’a toujours appris à prouver ma valeur par moi-même, comme n’importe quel autre soldat, c’est la raison pour laquelle je suis ici aujourd’hui. J’aspire à devenir Chevalier pour servir le pays, que ce soit pour protéger les civils ou pour défendre notre patrie contre tout ce qui pourrait constituer une menace envers elle. J’appartiens à l’armée, corps et âme, et devenir Chevalier me permettrait de défendre Terros au mieux. En tout cas, ce sont mes convictions. »

Droite, immobile et inflexible, Abigaël avait regardé son instructeur du jour dans les yeux, en toute franchise. Elle considérait qu’il était fort impoli de baisser les yeux lorsqu’elle s’adressait à un supérieur, quand ce dernier sollicitait une réponse de sa part, du moins. Il était évident pour elle qu’il ne fallait pas s’amuser à le défier quand elle était réprimandée, mais dans un contexte de dialogue et d’échange préalable à une épreuve...

« Contrairement à certains aspirants Chevaliers, je n’utilise pas de bouclier. Je préfère me battre avec une arme à deux mains. Ce n’était peut-être pas utile de le préciser, mais je préfère être franche et honnête avec vous. Je suis prête à commencer. »


[Voilà, c’est vu avec Kaé pour les détails de grade ^^ N’hésite pas à me contacter si quelque chose ne va pas.]

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

0 RP - 0 mission - 1 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 54
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par PNJ le Mar 5 Juil 2016 - 14:55

“Très bien, très bien” répondit distraitement Baphles en écoutant à moitié. Au moins, si cette jeune fille ajoutait les actes aux paroles, elle ne risquait pas de faire partie de ceux qui manquaient de motivation et d’idéaux. Ça ne faisait pas tout, mais c’était un début acceptable.

Le Vétéran s’étonna tout de même un peu du choix de l’aspirante en terme d’équipement, sans en faire la remarque à voix haute. C’était assez inattendu à ses yeux, sachant que les Chevaliers étaient des murs humains avant d’être des armes, mais c’est un choix qui pouvait avoir son intérêt. Cette femme comptait donc plus sur sa force que sur sa résistance, Baphles allait donc la tester là-dessus pour commencer.

“La franchise et l’honnêteté sont toutes à votre honneur, mais il va me falloir des actions pour leur donner du poids, maintenant.”

Le Vétéran exécuta quelques mouvements, et Abigaël se retrouva dans le noir complet. Le maître avait maîtrisé la Roche et l’Acier pour l’enfermer dans une cage de pierre, suffisamment grande pour qu’elle puisse se tenir et se déplacer un peu, mais probablement pas utiliser son arme dans des conditions optimales.

“Soldat d’Alma, vous êtes à présent coincée entre six murs de ma création, constitués d’un alliage particulièrement résistant. Cette construction n’a normalement pas de point faible, et si vous en trouviez un, je ne suis pas sûr que cela rendrait l’exercice plus facile pour autant. Je vais vous laisser le temps que vous désirez pour tenter de les détruire - je ne pense pas que vous y parviendrez - ou, au moins, les entamer un peu. Vous pouvez utiliser votre arme ou votre corps. Il est bien entendu interdit d’utiliser des techniques de maîtrise élémentale.

Vous pouvez demander à arrêter l’exercice quand vous le souhaitez pour que vous libère et que nous constations ensemble les dégâts que vous aurez fait subir à votre cellule.

Si tout est clair pour vous, vous pouviez y aller.”


Baphles se posta devant une des faces extérieures de la boîte rocheuse et retira ses chaussures pour avoir les pieds en contact avec le sol. Ainsi, même sans voir Abigaël avec ses yeux, il était capable de ressentir ses mouvements.

[Baphles ne s’attend pas à ce que tu réussisses à détruire le mur (et moi non plus), il ne s’attend même pas forcément à ce que tu réussisses à l’égratigner. Tu peux lui prouver qu’il a tort si tu le souhaites, mais le but de l’exercice n’est pas forcément de casser / d’abimer la boîte. On aura d’autres moyens de vérifier la puissance d’Abby ^^.

Le Vétéran va observer tout un tas de choses sur Abby pendant le prochain tour (réaction dans un environnement peu pratique, détermination, endurance, ingéniosité, force pure… etc etc etc), donc n’hésite pas à tenter des trucs, développer les sentiments, idées, réactions de ton personnage, prendre le temps dont tu as besoin. Et prendre des risques Razz]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1021

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par Abigaël d'Alma le Mar 5 Juil 2016 - 22:40

Le Vétéran sembla satisfait de la présentation d’Abby, et cette dernière n’ajouta rien, considérant que ça suffisait déjà comme ça. Elle ne déchiffra absolument pas l’étonnement de Baphles concernant la manière de combattre de la jeune femme, n’étant pas douée pour les relations avec les autres... Les gens auxquels elle tenait se comptaient sur les doigts d’une main, au bas mot, et il ne lui serait jamais venu à l’idée de faire l’effort de comprendre ce qu’ils pouvaient ressentir face à son comportement. De toute façon, elle n’était pas là pour ça, et ça tombait bien.

D’un geste presque nonchalant, Abigaël laissa sortir son Cizayox, qui fit un salut militaire à l’examinateur avant de se ranger sur le côté, docile. Il savait très bien qu’il n’aurait pas le droit d’intervenir, il se contenterait donc de regarder.

« Tâche d’apprendre un maximum de cette épreuve, et tires-en les enseignements que tu penses pouvoir te réapproprier à ta manière. »

L’ordre était simple, mais son interprétation était laissée à l’appréciation du Pokémon rouge. Il se frappa le torse avec sa pince, puis se figea, observant attentivement sa patronne. La fille du Duc décrocha dans la foulée son énorme claymore de son dos, l’empoigna fermement et attendit... Mais il ne fallut que quelques secondes pour que déjà, elle entre dans le vif du sujet, à savoir l’épreuve à proprement parler : Baphles l’emprisonna dans une cage d’acier et de roche, avant de s’adresser à elle pour lui donner les consignes. Pas de maîtrise élémentale, pas d’obligation de casser le mur pour sortir, juste une démonstration de force et d’ingéniosité, supposa-t-elle. Fort bien.

Avant toute chose, la jeune femme lâcha son arme d’une main, laissant la pointe effleurer le sol, pour appliquer sa paume sur l’édifice. Il n’était pas là question de chercher à faire quoi que ce soit en rapport avec l’earthbending, puisque son instructeur le lui avait formellement interdit. Elle voulait simplement savoir dans quoi elle allait taper, si c’était chaud, froid, solide, vivant ou inanimé, histoire de ne pas balancer sa claymore n’importe comment en fonçant dans le tas. Oh, habituellement, c’était sa méthode préférée, mais là, elle était en épreuve, pas chez elle ou sur un champ de bataille (même si les deux se confondaient parfois...). La concentration et la prudence étaient de mise, ici. Elle passa donc sa main sur la paroi, à plusieurs reprises, puis, satisfaite, prit de nouveau son arme à pleines mains, respira un grand coup, puis s’immobilisa.

Calme, Abby souleva sa claymore, puis lui fit racler le mur de manière horizontale, à environ un mètre du sol. Elle avait besoin de voir comment réagissait la construction au contact de son instrument mortel, qui était vraiment comme le prolongement de son bras, après avoir touché avec sa peau. Le passage de la lame laissa une infime trace grisâtre sur la paroi, à peine visible, comme la marque d’une craie tout juste appuyée sur un tableau. Quand elle eut fait le tour, elle revint à son point de départ, sereine. Heureusement pour elle, elle n’était pas claustrophobe pour un sou, et la seule chose qui la gênait dans le cas présent, c’était le manque de place pour donner toute l’amplitude nécessaire à ses mouvements, avec sa claymore titanesque. Le fait d’être enfermée de la sorte ne constituait pas un motif de stress ou d’agacement, et à vrai dire, elle préférait être à l’intérieur de la cage, piégée, plutôt qu’à l’extérieur et incapable d’y entrer. Elle se remémora sa rencontre avec sa mère, lors de la fameuse bataille où elle avait été promue, et se revit s’acharner sur le dôme de glace et d’eau qu’elle avait érigée pour l’empêcher de passer. Une vague de colère enfla en elle, mais redescendit tout aussi vite. Le contexte n’avait rien à voir, ici, le seul point commun se situant au niveau de la protection infranchissable pour elle. Ce n’était même pas le même élément qui entrait en jeu, là, elle n’avait aucune raison de s’emporter.

De nouveau posée, Abigaël décida de tester quand même la résistance du mur. Il lui fallait avant tout choisir un endroit en particulier : même si elle ne pouvait déterminer l’éventuel point faible de l’édifice, elle devait se focaliser sur un point « facile » pour elle. En l’état actuel des choses, la meilleure chose à faire était de jeter son dévolu sur un lieu pratique à atteindre avec les mouvements limités qu’elle imposait à sa claymore. Examinant les alentours en inspirant profondément, vu qu’elle ne voyait plus rien et qu’elle ne pouvait utiliser sa maîtrise pour se repérer, elle s’arrêta finalement sur un mur ni trop proche, ni trop éloigné de la pointe de sa lame, et elle leva son arme au maximum pour lui donner de l’élan et frapper fort. Elle eut l’impression de vibrer de la tête aux pieds, tant l’impact fut violent pour elle et pour le métal. Pourtant, les deux tinrent bon. Elle recommença son geste, plus précis et mieux calibré, et elle tapa à quelques centimètres du premier endroit. Une troisième fois, et elle fut un peu plus près, pour enfin entendre, au bruit que fit le quatrième coup, qu’elle était de nouveau sur le point de départ.

Bien. Visiblement, cela ne suffisait pas pour ne serait-ce qu’égratigner la cage d’acier. Devait-elle faire sauter son limiteur... ? Non, il était encore trop tôt pour ça, et bizarrement, peut-être par fierté mal placée, elle tenait à réussir SANS l’aide de Kira Kishô, sans compter que cela faisait sans doute partie des choses interdites pour un tel examen. Encore fallait-il en connaître l’existence... Mais elle se refusait à se servir de « ça ». Pas comme ça, pas ici. Mettant de côté cette stupide idée qui lui avait effleuré l’esprit, elle se reconcentra sur son objectif.

Si l’attaque frontale ne fonctionnait pas, elle allait devoir se creuser davantage les méninges pour s’en sortir. Et la base, alors ? Contente d’avoir trouvé une nouvelle piste, la Terrosienne fit glisser sa claymore jusqu’à ce que la pointe rencontre la jonction entre le sol et la cage, et elle fit jouer un peu la lame pour tâter le terrain. Elle n’avait rien à perdre à essayer de taper à cet endroit, et elle s’exécuta, déterminée à continuer ses expériences. La réponse de l’alliage fut quelque peu différente, mais elle n’obtint rien de concluant pour fissurer la construction. Décevant. Et si elle essayait en haut ? Prenant son élan, elle sauta, bras en l’air, arme au poing, ce qui était un petit exploit en soi si on appréhendait la taille et la masse de son équipement ! Hélas, cela ne donna rien de particulier, comme elle pouvait s’y attendre. Elle atterrit simplement par terre, consciente de la dangerosité de sa dernière action – et si tout l’édifice s’était effondré sur elle, hein ? Y avait-elle pensé ? – mais pas effrayée par les possibles conséquences de son test. Après tout, elle était aussi là pour apprendre, et elle ne laisserait passer aucune chance de résoudre l’énigme élémentale qu’était l’obstacle de roche et d’acier.

Elle réfléchit encore quelques instants, en arriva à la conclusion que sa meilleure carte restait celle qui consistait à fragiliser un point particulier, parcourut le mur de la pointe de sa claymore et s’arrêta quand elle eut remis la main – enfin l’épée – dessus. Alors, dans ce qui pouvait ressembler à de la résignation, mais qui était en fait la preuve d’une résolution certaine, Abigaël revint à la charge, balançant son outil de cauchemar là où elle avait déjà entamé le travail précédemment. Une fois, puis deux, puis dix, elle répéta inlassablement la même méthode, sans se fatiguer malgré la goutte de sueur qui perlait à son front. Elle avait été élevée et entraînée comme une véritable machine, et ce type d’exercice ressemblait fortement à ce que Benedict lui faisait subir à l’époque. Cependant, à la différence de Baphles, le Duc ne la délivrait jamais de sa prison. La dernière fois qu’elle avait eu à s’entraîner avec un dôme d’acier, elle avait mis près de deux jours à faire un tout petit trou, et ce avec une épée bien plus légère que celle qu’elle maniait actuellement. Alors, même avec un alliage pareil, et même limitée dans ses mouvements, elle ne se découragerait clairement pas devant la difficulté. Elle ne sut combien de temps elle passa à s’acharner, méthodiquement, automatiquement, sur ce point qui était devenu la cible à abattre pour elle, mais lorsqu’elle estima en avoir fait assez, elle lâcha simplement :

« Je suis prête à sortir. »


[Pas très passionnant, mais la nature de l’exercice ne m’a pas trop trop aidée à rendre ça intéressant, je pense ^^]

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

0 RP - 0 mission - 1 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 54
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par PNJ le Mar 26 Juil 2016 - 22:52

[J’ai trouvé ça très intéressant, au contraire. Et effectivement, Kira Kishô est interdite et je tiens même à ce qu’elle ne soit pas re-évoquée dans la suite.]

“Je ne crois pas vous avoir autorisé à appeler votre Pokémon”, fit remarquer le Vétéran en voyant le Cizayox apparaître et en haussant les épaules. Il ne répondit en tout cas pas au salut de la bête. Baphles avait toujours trouvé que c’était peut-être pousser le bouchon un peu loin que de dresser ces créatures jusqu’à en faire des soldats. Les Pokémon étaient des montures, des armes ou des protections, voire des compagnons, mais de là à essayer de les faire se conduire comme des humains… Enfin, tant que ce Cizayox ne faisait pas de mal, l’instructeur se fichait pas mal qu’il reste là ou non. De toute façon, maintenant qu’Alma était enfermée, elle allait avoir du mal à le rappeler.

L’homme resta là de longue minute, concentré sur sa maîtrise de la roche à travers ses pieds, qui lui permettait de sentir tous les mouvements d’Abigaël aussi clairement que si les murs avaient été transparents. Il constata donc qu’elle essaya diverses techniques pour savoir où taper ; par contre, il n’eut pas l’impression qu’elle prit le temps de réfléchir au comment. Elle commença aussi en limitant drastiquement les possibilités, puisqu’elle ne semblait se concentrer que sur ses points forts plutôt que sur les potentiels points faibles de l’adversaire. Baphles se fit ces constatations, à lui-même, sans les penser comme des reproches. Chaque soldat, surtout à partir d’un certain niveau de maîtrise d’arme, avait sa propre manière de se battre, forgée par des années d’entraînement et une solide conscience de ses propres capacités. L’élève tenta tout de même de trouver d’autres angles d’attaque, frappant le sol et le plafond. Mais les deux surfaces étaient faites du même alliage que les murs, et l’ensemble du cube ne formait qu’un tout uniforme. Elle pouvait s’amuser à creuser le sol, mais s’en prendre au plafond risquait de l’épuise inutilement.

Finalement, la nièce du consul en revint à ses premières tentatives, et se mit à frapper un point en particulier, cherchant à le fragiliser autant que possible. De l’extérieur, le fracas était quelque peu assourdi. Mais après une dizaine de minutes, comprenant que la femme avait maintenant trouvé son point d’attaque et n’en démordrait pas pendant un moment, Baphles prit congé pour ne pas subir le bruit métallique. Le Cizayox, mettant un point d’honneur à “apprendre de ce qu’il allait voir” (même s’il ne devait pas voir grand chose pour le moment), ne quitta pas la pièce.

Le Vétéran revint après une heure, avec dans sa main une tasse de café presque vide. Comme si elle n’avait attendu que son retour, mais surtout grâce à l'instinct très sûr du Terrosien qui était revenu quand il avait senti qu’il était temps, Abigaël demanda à être libérée. Effectuant de grands gestes, le maître de l’Acier ouvrit sa cage et en disposa les parois au sol. En lui laissant à peine le temps de se réhabituer à la lumière ambiante, Baphles lui fit signe de s’approcher pour qu’ils puissent examiner ensemble le résultat de son ouvrage. Dans le coin qu’avait frappé la femme, le mur s’était creusé. Le Vétéran utilisa aussi sa maîtrise de la Roche pour repérer les micro-fissures et les points sensibilisés qu’avait créés la claymore.

Pendant qu’il montrait tout cela à son élève, il en profita pour lui demander d’expliquer ce qu’elle avait ressenti dans la cage et quels avaient été ses stratégies et raisonnements pour l’exercice. Après tout, il avait pu observer, mais rien ne lui permettait de connaître l’état d’esprit de la jeune femme. Cependant, il précisa qu’il souhaitait une version résumée de son récit, ayant d’autres Miaouss à fouetter.

Prenant en compte ses propres conclusions et ce qu’y ajoutait les explications d’Alma, il réfléchit quelques instants pour mettre en place un nouvel exercice. Abigaël était endurante, déterminée, têtue peut-être. Elle n’essayait pas forcément de voir au-delà des limites et avait peut-être un peu tendance à se reposer sur ses acquis. En tant qu’apprentie Chevalier, on ne pouvait pas lui reprocher d’être le genre de personne à rester “campée sur ses positions”... Baphles décida de voir sa réaction s’il tentait de lui apprendre un petit truc, une fois qu’elle eut terminé sa réponse.

“C’est pas trop mal, on sent que vous avez de la détermination et que cette grosse épée n’est pas en pierre ponce… Il n’empêche que vous avez perdu du temps et de l’énergie pour un résultat assez médiocre. Et ça, c’est une chose qu’un Chevalier ne peut pas se permettre, en situation de crise. Voilà pourquoi il existe une technique pour gérer ce genre de situation...  Regardez.”


Le Vétéran attrapa un bâton d’entraînement, et rejoignit Abigaël et les plaques de métal. Il fit voir et toucher l’objet à la soldate ; l’arme était en bois, rabibochée à plusieurs endroits, solide, mais clairement pas particulièrement puissante, tranchante, perçante, ou quoi que ce soit. Aucune tricherie possible dans le bâton lui-même…

Pourtant, il commença à s’illuminer et à répandre autour de lui une forte chaleur. Baphles en posa une extrémité sur la plaque de métal abimée ; puis, d’un coup bref, força vers le sol. Il y eut un claquement, et lorsqu’il releva son arme, tous les deux purent constater qu’un impact et une fissure s’étaient dessinés sur la surface. Même le Vétéran fut surpris par sa propre force. Il essuya une goutte de sueur sur son front.

“Bah, peut-être que cela vient du fait que vous l’aviez déjà amochée avant. En tout cas, j’aimerais voir si vous montrez du potentiel pour maîtriser ce coup. Contrairement à vos assauts répétés de tout à l’heure, il s’agit de transférer de l’énergie à votre arme pour frapper extrêmement fort. Évidemment, plus la zone de frappe est petite - là, c’était le bout de mon bâton -, moins cela demande d’énergie. Faites-moi voir si vous arrivez à prendre le coup, private d’Alma, mais ne vous épuisez pas inutilement.”

Cette dernière remarque de Baphles était à prendre au sérieux. Même lui qui était habitué et n’avait mis qu’un petit coup montrait soudain des signes d’essoufflement.

[Les exercices : d'abord, résumer à l'oral la tactique qu'Abigaël a décidé de suivre pour l'exercice précédent, ainsi que les raisons. Baphles veut voir quel genre de stratège tu es.
Ensuite, tu peux t'entraîner à la décharge d'énergie sur les plaques de métal. Tu peux choisir de ne pas réussir pendant ce post, et on passera à autre chose, ou bien de vouloir tout de même continuer dans le post d'après ; la durée de l'exercice dépend donc de toi. J'insiste sur le fait que l'énergie que tu dépenseras sur cet entraînement sera de l'énergie que tu n'auras pas sur la suite de l'examination.]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1021

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par Abigaël d'Alma le Lun 22 Aoû 2016 - 23:31

Il était déjà trop tard lorsqu’Abigaël entendit la réflexion de Baphles au sujet du Cizayox. Effectivement, elle avait légèrement oublié ce petit détail, à savoir « demander la permission » ... Ce manquement n’était pas dû à des lacunes en matière d’éducation, mais bel et bien au sale caractère de la jeune femme, qui avait perdu l’habitude (l’avait-elle jamais eue ? Rien de moins sûr...) de vivre en société. En maudissant son faux pas, elle se reconcentra sur l’épreuve et sur l’exercice.

Quand elle indiqua qu’elle était prête à sortir, elle fut libérée de sa prison d’acier et de roche par le Vétéran, et elle plissa ses yeux fauves pour se réaccoutumer à la lumière un peu trop violente à son goût. Hagane, de son côté, n’avait pas bougé d’un iota, impassible. Il n’avait même pas réagi à la remarque de l’homme, pour ne pas enfoncer davantage la patronne dans son erreur. D’ailleurs, elle avait dû s’en rendre compte, la connaissant... Mais le mieux était encore de ne pas relever et de se taire, songea le Pokémon rouge. En silence, il observa les parois volontairement abattues et étendues au sol pour une meilleure visibilité. La Terrosienne, elle, rangea son arme à sa place, dans son dos, comprenant qu’on attendait d’elle qu’elle regarde sans agir, du moins pour le moment. Elle put alors voir que ses attaques concentrées en un point avaient bien endommagé le mur, pas autant qu’elle ne l’aurait espéré, bien sûr, mais assez pour créer une dépression dans le matériau pourtant solide. Elle ignorait néanmoins la durée de sa manœuvre réitérée à de nombreuses reprises, ce qui l’empêchait d’apprécier correctement son « travail ». Après avoir demandé l’autorisation, cette fois, elle effleura la zone d’impact pour sentir les creux et les bosses nés de son entêtement. Ce qu’elle avait fait en quelques dizaines de minutes, elle aurait mis une bonne demi-journée à l’accomplir, plusieurs années auparavant... Il y avait du progrès, mais ce n’était pas suffisant à ses yeux. Le Vétéran semblait penser la même chose, vu ce qu’elle croyait deviner dans son regard... Lorsqu’il lui demanda de lui résumer ce qu’elle avait tenté de mener à bien, elle prit quelques instants pour rassembler ses idées, avant de répondre :

« J’ai d’abord touché la paroi de mes mains pour en appréhender l’état par moi-même, avant de faire la même chose avec mon arme. Ensuite, j’ai testé la réaction du mur face à une simple attaque. J’ai cherché un point faible, en haut, en bas, puis à un endroit aléatoire, et finalement, j’en suis arrivée à la conclusion que le mieux à faire serait de tenter de fragiliser un endroit en particulier, faute de meilleure solution. Puisque je n’ai trouvé aucune faille, j’ai décidé d’essayer d’en créer une avec mes propres moyens. En temps normal, j’aurais utilisé ma maîtrise, mais j’avoue n’avoir aucun recours face à un élément qui m’est étranger, dans une telle situation, hormis mes Pokémon. »

Entendre Abby prononcer un aveu de faiblesse sans rechigner ni vociférer, cela valait son pesant d’or ! Les autres seraient verts de jalousie en apprenant ça ! Pourtant, aucune émotion ne passa sur la face de la créature d’acier... Tout comme sur le visage de la Maîtresse des Lames, quand elle dut évoquer son ressenti vis-à-vis de la situation. Plus difficile que prévu pour quelqu’un comme elle.

« Je n’avais aucune peur, aucune angoisse. Simplement de la frustration devant mon impuissance à sortir de là. Mais j’ai pris cet exercice comme un devoir, et un défi à relever. »

Assez lapidaire, comme réponse... Du Abby tout craché. Et puis, on lui avait demandé d’être brève, alors... Mais déjà, Baphles passait à la suite. Après quelques banalités ressemblant vaguement à des compliments, il enchaîna avec une mise en exergue de ce qui n’allait pas du tout dans la méthode du Private. Il lui proposa également une démonstration d’une technique inédite pour la Terrosienne, qui regarda attentivement... Mais quelle ne fut pas sa surprise lorsque le Vétéran attrapa un simple bâton d’entraînement, en bois, et rafistolé de partout ! Incapable de dissimuler une moue clairement dubitative, Abigaël consentit néanmoins à se prêter au « jeu » en tâtant l’arme de débutant, probablement pour s’assurer qu’il n’y avait aucune astuce ni « truc » dans le bâton. Bizarre, Père ne lui avait jamais fait part de l’existence d’un coup miraculeux réalisable avec un pauvre bout de bois. Soit c’était un truc propre à Baphles, soit... Soit une technique réservée aux seuls Chevaliers, auquel cas le silence de Benedict serait compréhensible. Bref.

Une lueur d’étonnement passa dans le regard de bête de la Terrosienne, qui plissa les yeux et fronça les sourcils devant le phénomène auquel elle assistait. Là encore, elle ne pouvait s’empêcher de penser que son père ne lui avait rien dit à ce sujet, et elle comprit qu’elle était véritablement en terrain inconnu, et elle en ressentit un mélange d’excitation et d’appréhension. Pour la première fois depuis son arrivée, elle réalisa que c’était son épreuve à elle, rien qu’à elle, et à elle seule, et elle en éprouva une étrange satisfaction. Tout cela se mêla à la surprise en elle, et lorsque le bâton soudain transformé en concentré d’énergie entra en contact avec l’acier, le claquement généré la fit légèrement tiquer. Ce n’était pas de la maîtrise élémentale, à n’en pas douter, il était question de capacités de Chevalier, ici, et rien d’autre... Pourtant, une crevasse trônait désormais fièrement sur la paroi, signe qu’un pouvoir certain avait circulé dans l’arme improvisée afin de l’endommager. Le regard fauve alla du bâton au mur, puis du mur à Baphles, pour finir par revenir sur la branche taillée pour le combat. Euh... What ? Là, elle était carrément perplexe, pour ne pas dire perdue. Elle lut le même étonnement (et le mot était faible) dans le regard de son acolyte, auquel elle jeta un coup d’œil très bref. Bon... Y’avait plus qu’à, comme on disait, hein... Et puis, elle devait faire confiance à son examinateur, quoi qu’il advienne. S’il lui assurait qu’elle avait une possibilité de maîtriser ce coup, c’était très vraisemblablement... Vrai.

N’osant pas réquisitionner l’arme de Baphles, elle empoigna un bâton en bois à son tour, qu’elle observa sous toutes les coutures avant de le montrer à son superviseur, histoire de ne pas être accusée de triche. Elle fixa alors intensément ce nouveau prolongement de son bras qui, il fallait le reconnaître, avait carrément moins de prestige ou d’allure que sa claymore favorite. Mais il faudrait faire avec ! L’homme avait parlé d’un transfert d’énergie en un point précis, probablement pour éviter de gaspiller des forces en les dispersant un peu trop. Soit. Mais comment était-elle censée faire, exactement ? C’était quoi, la nature ou l’origine de ce tour ? Magique, surnaturel, ou bien... ? Oh, ce style de combat, ce n’était pas complètement étranger à la jeune d’Alma, quelque part, mais elle refusa tout net de songer à ce processus. Une vague de puissance voulut la submerger, mais elle n’avait pas le droit de se servir de sa maîtrise élémentale. Non, la clé était ailleurs, une fois encore. Elle se força à se calmer, de crainte de rater l’exercice. Il y eut un flottement, signe qu’elle hésitait encore sur l’attitude à adopter face à ce défi d’un genre nouveau. Devait-elle rester immobile, comme le Vétéran ? A priori, l’inertie ne marchait pas des masses avec elle, aussi essaya-t-elle autre chose. D’un geste souple, mais empreint de force, elle effectua un moulinet avec son poignet, imprimant un mouvement à son bâton, par la même occasion. Mais là aussi, le résultat fut loin d’être concluant... Cherchant à déverrouiller le mécanisme, elle testa à nouveau la méthode qui la clouait au sol, alors qu’elle concentrait toute son attention et son flux de pouvoir sur l’extrémité de cette curieuse arme. Mais déjà, elle commençait à ressentir le contrecoup de cette fixation, et elle se souvint de la goutte de sueur qui avait perlé sur le front de l’homme expérimenté qu’était Baphles. Si un Vétéran peinait à exécuter ce tour, il n’y avait rien d’étonnant à ce qu’Abigaël, malgré sa dextérité et ses années d’entraînements dès son plus jeune âge, y voie un obstacle difficile à surmonter. Malgré tout, les efforts de la Terrosienne ne se soldèrent pas par un échec total : autour du bâton, une chaleur certaine et diffuse se manifestait, timide, par de légers ondoiements de l’air. En résumé, elle effleurait le « truc » du bout des doigts, mais elle n’y était pas encore. Trop verte, sans doute.

La jeune femme de haute extraction renonça à prolonger l’essai, préférant préserver ses forces pour la suite, surtout qu’elle ignorait ce que le Vétéran lui avait réservé.

« Je crois que je commence à comprendre, mais je suis forcée d’admettre qu’il me faudra plus qu’un exercice improvisé au cours d’une épreuve pour maîtriser toutes les ficelles de ce processus. »


[J’ai donc choisi d’abréger, estimant qu’Abby n’a pas toutes les clés en main pour maîtriser la décharge d’énergie sans préparation plus poussée.]

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

0 RP - 0 mission - 1 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 54
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par PNJ le Jeu 8 Sep 2016 - 11:09

Baphles souffla du nez lorsque la soldate lui rendit son bâton d’entraînement. Evidemment qu’il lui faudrait plus qu’un seul exercice pour maîtriser complètement une telle technique ! Néanmoins, elle allait quand même devoir se rendre compte qu’il lui faudrait *rapidement* en acquérir les bases. Terros était pleine d’aspirants Chevalier comme elle, et l’armée pouvait facilement se passer de ceux qui n’avaient pas toutes les capacités requises pour le job. Commencer à comprendre n’était pas suffisant, mais c’était la bonne voie. Le Vétéran voulait voir si la guerrière pouvait aller plus loin, maintenant.

“Examen suivant. Placez-vous au centre de la salle… voilà, ici. Le Cizayox, tu recules. Aucune intervention de ta part ne sera tolérée.”

Le Terrosien attendit quelques secondes, le temps qu’Abigaël et son Pokémon se mettent en place. Il réfléchit quelques instants sur le niveau de difficulté qu’il devait donner à cette épreuve… Fallait-il y aller tout de suite à fond, ou bien augmenter le challenge graduellement ? Il préférait cette deuxième solution. Cela permettrait de faire durer le plaisir… Et être Chevalier nécessitait une bonne endurance. Il n’avait lui-même aucun doute sur sa propre capacité à tenir la durée.

“Arme en main… Bien. Vous allez subir l’assaut répété d’adversaires qu’il vous faudra repousser, de la façon de votre choix. L’exercice se terminera quand je l’aurai décidé ou quand vous serez tombée dans les pommes, selon ce qui arrive en premier. Vous pouvez vous déplacer dans toute la salle, vous pouvez utiliser les techniques de votre choix, défensives comme offensives, mais vous ne devez frapper que les adversaires. Pas l’environnement, pas moi, pas vous.”

Des fois qu’elle soit prise d’envies de suicide en cours de route…

“Prête ?”

Baphles attendit la réponse de l’examinée… Et frappa le sol de son pied. Trois piliers de roche d’un mètre de hauteur sortirent du sol, puis, spontanément, s’effritèrent pour laisser apparaître des silhouettes humanoïdes. Les créatures se tournèrent vers leur Invocateur, attendant les ordres.

“Here comes!”

Les trois esprits de roche s’élancèrent vers leur cible désignée.

[Cet exercice se fera en plusieurs étapes (probablement au moins 3 ? Pas encore complètement défini). Chronologiquement parlant, il sera très long - Baphles ne plaisante pas quand il dit qu’il est prêt à attendre qu’Abby tombe dans les pommes.
Il s’agit donc de survivre à une charge d’esprits mineurs élémentaires de roche. Pour le moment, ils sont trois, mais Baphles va en invoquer encore et encore et encore, pour chercher à noyer Abby sous le nombre (même si au début il va commencer doucement). Les trois premiers vont combattre à main nue, mais il pourra en arriver des qui seront armés. Abby peut contrer, esquiver ou les détruire, ce qui compte c’est la façon dont elle gère son énergie.]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1021

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par Abigaël d'Alma le Lun 19 Sep 2016 - 18:21

La Terrosienne perçut un certain agacement dans la réponse physique et sonore de Baphles à sa conclusion au sujet de la décharge d’énergie. Elle ne pouvait pourtant décemment pas s’inventer des capacités qu’elle n’avait pas encore... Même si elle savait pertinemment qu’elle devrait maîtriser ce tour un jour, et le plus tôt possible, de préférence.

Elle fut sommée de se placer au centre de la pièce, et elle s’exécuta sans broncher. Néanmoins, elle sentit son Cizayox un poil agacé par la remarque du Vétéran : les règles avaient été fixées dès le départ, et s’il était interdit d’intervention, il n’était pas stupide au point de songer à rompre les clauses de l’épreuve en plein milieu... Un peu déçu par le manque de confiance de l’homme, il obéit quand même et recula encore, jusqu’à se retrouver adossé au mur. Au moins, là, il ne pourrait pas aller plus loin, à moins de traverser carrément la paroi... La patronne lui jeta un regard sans appel : elle SAVAIT pourquoi il avait tiqué, mais à la moindre connerie, il serait rappelé et sévèrement sanctionné par la jeune femme après l’épreuve, quel que soit le résultat de cette dernière. Connaissant son humaine, Hagane était parfaitement lucide sur le traitement qu’elle lui avait d’ores et déjà réservé s’il faisait ne serait-ce que mine de se rebeller. Il ne releva pas, mais ne baissa pas les yeux. Message reçu, visiblement.

Baphles donna ensuite ses consignes pour la suite, et Abby fronça les sourcils. Il était sérieux, là ? Jusqu’à ce qu’elle perde connaissance ? Avec sa saloperie de fierté mal placée, la Terrosienne se mit en tête de ne céder sous aucun prétexte. La lueur de défi qui passa dans son regard fit comprendre ce qu’elle venait de décider au Cizayox, qui retint un soupir d’exaspération de justesse. Il était le premier à clamer qu’un guerrier devait avoir de l’honneur et de la ténacité, mais si c’était pour se rendre malade et risquer sa vie, ça tournait au ridicule... Mais son avis importait peu, et il le savait. Elle était si lunatique, si versatile ! Elle qui avait avoué son impuissance quelques instants auparavant...
La voix monotone d’une inhabituelle froideur, même pour Abby, résonna dans la pièce.

« Ready. »

Claymore au poing, la jeune femme observa attentivement le Vétéran, qui fit jaillir trois silhouettes humanoïdes du sol, constituées uniquement de roche. La première, grande et élancée, était d’un gris tout à fait banal, sans particularités ni traits remarquables. La seconde, un peu plus petite, était un peu plus claire, tirant vers le blanc, et semblait agitée. La dernière, enfin, trapue et large, était d’un noir de jais qui attirait l’œil, avec une excroissance sur le dos qui lui donnait des airs de bossu. Un raté, peut-être, dans la conception ou l’invocation. Se fondant sur son ressenti, qui lui soufflait que celle-là était plus intéressante (et donc, dans sa tête, plus dangereuse), elle décida d’en faire sa première cible, de manière totalement arbitraire, d’un point de vue extérieur. De toute façon, d’un point de vue plus global, hormis leur différence de taille (minime) et de couleur, rien ne les distinguait vraiment les unes des autres...

Puisqu’elle faisait face à seulement trois ennemis, Abigaël choisit d’observer et d’analyser, dans un premier temps, ce qui se précipitait sur elle. La trajectoire du premier, linéaire, ne lui poserait visiblement pas de problème ; celle du second était déjà un peu plus erratique, et donc susceptible d’être modifiée à tout moment. Le troisième, lui, était dissimulé derrière ses deux congénères, plus lent, elle ne distinguait donc pas clairement ce qu’il faisait. Dommage, elle allait devoir changer ses plans. Tant pis. Avisant le plus banal des trois, elle attendit tout simplement qu’il soit à portée de son arme, puis effectua un grand mouvement diagonal de tranche pour le découper en deux. Elle avait vu juste : probablement fragile à cause de son invocation rapide, l’esprit rocheux s’émietta sans grande résistance. Mais ce n’était que le premier, et Baphles, d’après ce qu’elle avait cru deviner de lui, augmenterait le challenge et la difficulté à mesure qu’il convoquerait des élémentaires. Elle ne devait donc pas se réjouir trop vite, et elle se concentra sur le second dans la foulée.

Celui-ci, comme elle l’avait compris, avançait vite, mais en zigzaguant comme un pochtron qui aurait un peu trop abusé sur la boisson. Était-ce volontaire ? Abby l’ignorait, mais peu importait. De la pointe de la lame, elle l’effleura tout en reculant et, sentant quelque chose d’un poil plus coriace, s’éloigna par quelques pas sur le côté, reportant son attention sur le noir. Celui-là était carrément plus vicieux, puisqu’il avait profité de la couverture offerte par les deux autres pour tenter une approche lente, mais furtive. Elle eut tout juste le temps de pivoter sur sa droite et de s’écarter pour ne pas prendre un coup de poing rocheux dans les côtes. Elle se résolut à le neutraliser pour l’instant, réalisant qu’il serait plus embêtant à détruire que le gris, sans surprise. Elle se pencha donc et le faucha sous les pieds pour le faire basculer en arrière et tomber, puis s’éloigna d’un bond et, profitant de la gravité, leva son arme bien haut pour l’abattre sur le presque blanc. Calculant sa trajectoire pour la calquer sur celle de son opposant, elle laissa la claymore entrer en contact avec la pierre, qui se fendit, mais ne cassa pas. Shit happens. Au moins, cela eut le mérite de ralentir l’esprit, ce qui laissa le temps à la Maîtresse des Lames de retomber prestement au sol, de se remettre en position et de réfléchir à autre chose. Mais déjà, le noir s’était remis sur ses pieds « caillouteux » et lui fonçait dessus. Elle constata qu’elle était pile entre les deux et, partisane du moindre effort, surtout au vu de ce qui l’attendait, si elle en croyait Baphles, elle attendit le dernier moment pour glisser vers la gauche, laissant les deux esprits se percuter violemment. Le choc fut fatal pour le clair, qui s’effrita, alors que le foncé, légèrement sonné, s’était immobilisé. Abby le contourna, puis s’élança pour le prendre par surprise et taper dans sa bosse. Déstabilisé, l’esprit semblant fait de basalte tournoya sur lui-même, offrant à la jeune femme l’ouverture qu’elle attendait pour l’achever proprement, d’un coup de taille. Alors qu’il s’écroulait, elle jeta un œil à sa lame, qui n’avait visiblement pas souffert de la rencontre avec la roche, mais qui aurait probablement plus d’entailles à la fin de l’exercice...

Pour l’heure, la Terrosienne était plutôt satisfaite de ses résultats, mais elle savait que cela ne faisait que commencer : déjà, de nouveaux élémentaires se dessinaient non loin du Vétéran, au nombre de cinq, cette fois, et parfaitement identiques en tous points, empêchant à la jeune femme d’émettre des hypothèses sur leur constitution. Contrairement aux précédents, ils avançaient en rang serré, comme si un même esprit avait été démultiplié et dont le comportement aurait été défini sur « avancer, taper, ensemble ». Un peu plus complexe à gérer, du coup. Cela ne découragea pas Abigaël pour autant : estimant qu’elle aurait plutôt intérêt à attaquer, et sur le flanc, contrairement à ce qu’elle avait fait pour le premier trio, elle leva son arme et chargea.


[Voilà, je commence doucement, et je me suis permis de faire pop les cinq suivants en leur mettant un comportement basique « par défaut », puisqu’il y en aura de toute manière de plus en plus à chaque vague. N’hésite pas à me dire si quelque chose ne convient pas.]

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

0 RP - 0 mission - 1 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 54
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par PNJ le Lun 10 Oct 2016 - 22:34

Cinq nouveaux esprits basiques de Roche venaient de s’élever du sol, aussitôt que le private d’Alma avait achevé le dernier membre de la première vague. Comme un seul homme, ils se mirent au pas, avançant comme un mur en direction de la cible. Alors qu’ils atteignaient Abigaël, Baphles créa immédiatement l’adversaire suivant de la soldate : un colosse de deux mètres de haut et de large. Contrairement à ses premiers compères, celui-ci était armé de deux lames… Evidemment, il ne s’agissait toujours que de pierre, les armes étaient donc plus contondantes que tranchantes. Néanmoins, ces deux vagues risquaient de donner plus de fil à retordre à l’examinée que la première : plus résistantes, plus determinées - si on pouvait évidemment parler de détermination pour de la roche…

Enfin, elles n’étaient pas impassables, loin de là. Baphlès n’avait aucun doute sur la capacité de la private à trouver une parade pour se débarrasser des adversaires d’ici une dizaine de minutes, et était donc déjà en train d’imaginer les prochaines enveloppes pour ses esprits mineurs. Mais en attendant, ces modèles feraient l’affaire.

[Baphlès va t’envoyer donc deux types de vagues : le mur de 5 esprits, des créatures pas très grande ou très offensives (elles se contentent de t’avancer dessus) mais difficilement séparables et assez solides, et les colosses, qui sont grands gros bien solides et armés (je te laisse la description des armes x)). Tu ne pourras avoir qu’une vague de chaque en même temps (là pour commencer tu as donc le mur puis le colosse, Baphlès recréera un mur quand tu auras fini avec le premier - ou un colosse si tu commences par lui pour une raison ou une autre !). Le nombre d’éléments dans la vague pourra progressivement augmenter (donc mur de 5, puis 7, puis 10, et un colosse, puis 2, puis 3…), mais jamais plus de 10 éléments pour le mur et 3 pour les colosses (pour des raisons logistiques, ça ne rentrera plus dans la salle après).
L’examinateur va t’envoyer au moins dix vagues en tout (donc 5 colosses et 5 murs).]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1021

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par Abigaël d'Alma le Dim 23 Oct 2016 - 16:38

La Terrosienne entra violemment en collision avec la vague, et le premier contact se résuma à décapiter proprement le membre le plus à gauche de la formation, de son point de vue à elle. Néanmoins, un second problème, et de taille, en plus, vint ajouter de la difficulté à l’exercice : un colosse d’une hauteur respectable apparut dans la pièce, doté de deux lames longues et effilées de la même composition que son corps. Gros ennuis en perspective, donc. La jeune femme fit un pas de côté pour esquiver « l’ordre de flanquer » de la vague de quatre esprits, puis s’avança vers le colosse pour essayer de l’observer et de trouver une faille. La première chose qu’elle remarqua fut sa lenteur : contrairement aux plus petits modèles, celui-là était désavantagé par son gabarit, mais il devait frapper probablement beaucoup plus fort. Notant l’information dans un coin de sa tête, Abby le regarda lever son bras droit pour tenter un coup de taille, qu’elle esquiva sans mal en reculant simplement. Le coup manqué laissa une large balafre dans le sol, que la Maîtresse des Lames se promit d’exploiter.

Les quatre compères, eux, revenaient à la charge, et l’un d’eux trébucha et tomba grâce au creux causé par le titan. Satisfaite de voir qu’elle n’avait même pas eu à les attirer dedans, Abigaël en profita pour l’achever d’un coup rapide qui le découpa en deux dans le sens de la largeur, et elle se baissa de justesse pour éviter de se faire couper la tête à son tour par celui qu’elle décida de nommer Titan I. Les trois autres notèrent la raison de la chute de leur camarade, et firent bien attention à ne pas reproduire la même erreur en contournant le trou. Zut. Si en plus les esprits s’adaptaient, ça allait pas être de la tarte...

Remarquant subitement que Titan I était bêtement resté coincé dans le sol (enfin, plus précisément, c’était son épée de roche qui s’était fichée dans la terre), Abby sauta sur l’occasion et sur sa cible en prenant appui sur le bras tendu de la créature. Celle-ci essaya bien de tuer l’humaine en abattant son bras libre et armé dans sa direction, mais elle n’était déjà plus là, atteignant l’épaule en quelques instants. Titan I se coupa donc magistralement le bras droit avec le gauche, et Abby leva sa claymore bien haut pour l’introduire dans le cou du colosse de toutes ses forces. Titan I s’effondra, réduisant en poussière les trois autres esprits dans sa chute. Mais alors que la Terrosienne accompagnait le mouvement, un nouveau colosse jaillit des restes des précédents, et elle se retrouva directement perchée sur son épaule. Heureusement pour elle, celui-là portait deux lames courtes. Se laissant glisser le long du bras gauche de Titan II, elle le libéra de sa main au passage, jouant de sa vitesse pour donner de la force à son coup. Demi-manchot, Titan II laissa échapper un cri de rage et tenta de taillader son adversaire avec sa main restante, mais celle-ci lança :

« Par là, mon gros ! »

Piqué au vif, Titan II se tourna vers Abby, qui avait remarqué l’apparition d’une vague d’esprits de roche, toujours au nombre de trois. Tentant le tout pour le tout, elle se précipita parmi eux et gagna un joli bleu au bras au passage, mais sa manœuvre eut l’effet escompté : Titan II balança sa lame dans le tas et en faucha deux, qui se disloquèrent dans la seconde. Furieux, le colosse s’agita, tournant sur lui-même pour suivre les mouvements de la Terrosienne qui tentait de semer le dernier petit esprit, et finit par perdre l’équilibre en tombant à la renverse. D’un pas en arrière, la jeune femme évita de se faire écrabouiller de justesse, utilisa la balafre du sol pour s’accroupir et éviter le dernier petit esprit, puis le neutralisa en lui balançant la claymore par en-dessous pour l’empaler. Titan II essaya de se relever, mais Abby ne lui en laissa pas le loisir : en hurlant, elle bondit et lui ficha le prolongement de son bras dans la bouche. Plus prudente, cette fois, elle s’écarta, alors que Titan III et ses homologues miniatures sortaient de terre. Elle constata que ce colosse-là, plus trapu, était muni d’un gourdin de roche. Plus bourrin, sans doute. Elle décida de se focaliser sur celui-là, mue par son instinct.

Elle fit bien : Titan III abattit son arme vers elle, et cette fois, ce fut une véritable crevasse qu’il laissa derrière lui. Néanmoins, elle n’eut pas le temps d’observer le résultat, car l’un des trois esprits se jeta sur son arme et s’y accrocha fermement. Prenant le parti de se servir de cet augment comme d’un bonus de force, Abigaël souleva sa donneuse de mort en acier et frappa fort, projetant son passager clandestin contre les deux autres qui, pris de court, furent détruits en même temps que lui sous la violence du choc. Restait donc le fou au gourdin, ainsi que la quatrième vague, cette fois composée de cinq éléments. Là, ça se corsait pas mal... Pour le moment Abby s’en tirait avec un gros hématome, mais elle avait compris dès le début qu’elle ne sortirait pas indemne de cet exercice. Qu’importe, elle n’était pas là pour enfiler des perles.

Le club des cinq avança d’un air déterminé vers la jeune femme, qui essaya de réitérer l’une de ses précédentes manœuvres. Mais cette fois, ses adversaires semblaient un peu plus futés, puisqu’ils ne mordirent pas à l’hameçon et ne la suivirent pas dans la balafre du terrain. Réfléchissant à toute vitesse, elle changea de direction et courut vers Titan III, qu’elle feinta d’un mouvement sur le côté pour aller lui passer entre les jambes, non sans avoir éraflé ses genoux et laissé un cadeau fait à l’acier là où un humain aurait eu une zone particulièrement sensible. Contre toute attente, Titan III, fragilisé par ces assauts, tomba à genoux, et Abby se dissimula derrière lui pour prendre par surprise les cinq inséparables. Elle s’élança en tournoyant lorsqu’elle les entendit arriver, puisqu’ils étaient à sa recherche, à présent, et elle réussit à les isoler pour en détruire trois, avec une tempête de lames dont elle était le centre. Les deux autres reculèrent, puis se remirent côte à côte, avant de charger la Terrosienne, qui para le double coup, puis se dégagea d’un mouvement rapide du poignet pour les tailler tous les deux. Derrière elle, Titan III se relevait avec peine, mais Abby lui fit une entaille là où aurait dû se trouver le tendon d’Achille pour l’immobiliser à nouveau. Comme elle le craignait, une cinquième vague sortit de terre, également composée de cinq créatures, et elle choisit de mettre fin aux souffrances de Titan III en le contournant pour aller lui infliger un coup d’estoc mortel. Immédiatement, il fut remplacé par un colosse qui semblait désarmé, mais qui fit en réalité jaillir une lame rocheuse de sa paume. Cette fois, même en se décalant, Abigaël ne put l’éviter totalement, et une estafilade sanglante vint se superposer à son bleu. C’était douloureux, mais encore tolérable. Elle s’inquiéta toutefois plus à cause de la drôle de capacité de Titan IV, qui le rendait imprévisible... Surtout qu’il y avait encore cinq gus qui, étonnamment rapides, se précipitèrent vers elle, les bras tendus en avant. Une nouvelle idée en tête, la Guerrière se mit à courir de manière apparemment erratique, son fan club décérébré à ses trousses, tout en sautant et en se décalant pour éviter les traits rocheux envoyés par Titan IV. Lorsqu’elle estima que le timing était parfait, elle s’arrêta soudain, comme si elle voulait leur laisser une chance de l’attraper, permettant également à Titan IV de viser correctement. La Terrosienne esquissa un sourire carnassier : le colosse, bien trop pris par son envie d’annihiler la mortelle, fit jaillir sa lame de roche vers elle, mais empala les cinq petits esprits dans un strike digne des plus grands champions de bowling. D’un bond, Abby laissa l’arme lui passer dessous, puis atterrit dessus et se laissa emmener quand Titan IV rétracta sa pique. Avec la vitesse, elle fut projetée en avant lorsque son appui disparut dans la paume du colosse, et elle n’hésita pas à planter sa claymore droit dans le « cœur » de Titan IV. Lorsqu’il s’effrita, l’apprentie Chevalier se réceptionna sans mal, mais le souffle court. Un court instant, le terrain resta dégagé, et elle put voir les dégâts occasionnés, mais le répit fut de courte durée.

Malheureusement pour elle, en plus de la désormais habituelle vague de cinq, Titan V fut accompagné dans son apparition par Titan VI. Comme des jumeaux, leurs mouvements étaient parfaitement synchronisés, et ils avaient chacun une lame, l’un dans la main gauche, l’autre dans la main droite. Comme un seul homme, ils marchèrent vers elle, et abattirent leur bras en même temps. Comprenant aux deux lignes parallèles par terre qu’elle avait vraiment tout intérêt à les esquiver, elle décida de recommencer quelque chose qu’elle n’avait pas fait de cette manière depuis un moment. Elle avait déjà perdu la notion du temps, mais cela n’avait plus d’importance pour elle. Zigzaguant entre leurs pieds, elle entraîna dans son sillage ses cinq nouveaux fanatiques. Les Titans jumeaux, agacés par ce fourmillement à leurs pieds, commencèrent à les lever pour écraser la gêneuse. Ce faisant, ils transformèrent deux esprits en crêpes, donnant ainsi un joli coup de main (enfin, de pied) à leur assaillante. Se retournant brusquement, Abigaël prit l’un de ses poursuivants par surprise et le plaqua du plat de la lame contre la jambe de Titan V, avant de l’empaler dans la foulée, occasionnant dans le même temps une jolie blessure au colosse. Elle joua à cache-cache avec les trois derniers, en tuant un en le faisant trébucher sur le bout de sa lame (il finit broyé par le pied de Titan VI), projetant le second au loin d’une pirouette accompagnée d’un sifflement et se débarrassant du troisième après avoir paré son coup et l’avoir fait basculer sur le dos, dans l’énorme crevasse, où il lui fut facile de lui donner le coup de grâce. Les deux colosses, eux, se tranchèrent mutuellement le bras armé, dans un mouvement synchrone, et eurent un instant de surprise fatal pour eux. La Terrosienne en profita en effet pour sauter sur la paroi de la pièce pour y prendre son élan, avant de brandir sa claymore pour faire un trou dans l’abdomen de Titan VI. Titan V entra dans une rage folle digne d’un Berserker, devenant ainsi bien moins précis ; s’appuyant sur le cadavre en pleine destruction de Titan VI, elle sépara Titan V en deux jolies moitiés, sentant dans sa manœuvre la roche vibrer dangereusement et transmettre l’onde à son arme.

Secouée par son dernier « meurtre » à cause de la violence de l’impact, Abigaël constata avec une certaine angoisse que la vague suivante était désormais faite de sept esprits caillouteux qui ne demandaient qu’à la taper. Les colosses, hélas, étaient encore au nombre de deux, mais ils étaient cette fois armés d’une masse chacun. Ne se décourageant pas pour autant, la jeune femme raffermit sa prise sur sa claymore et prit le parti de servir à nouveau d’appât. Constatant que cette fois, Titan VII et VIII avançaient en miroir, elle les laissa s’approcher l’un en face de l’autre, non sans surveiller les sept fantastiques qui se dirigeaient vers elle, puis calcula le moment où elle allait devoir se faire la malle et esquiva : Titan VII asséna son coup de masse dans le vide, déséquilibré lorsque son arme s’enfonça dans la crevasse en l’agrandissant au passage, et Titan VIII, emporté par son mouvement, abattit son instrument létal sur la tête de Titan VII, le tuant sur le coup. Analysant rapidement la situation, Abigaël sut qu’elle avait intérêt à profiter de cette chance pour élaguer un peu les esprits. Les trois premiers ne lui offrirent pas vraiment de résistance, elle lutta contre le quatrième qui voulait lui faire un gros câlin, et parmi les trois derniers, deux d’entre eux s’acharnèrent à l’attaquer par la droite, ce qui lui donna la possibilité de les prendre par la gauche. Le dernier finit en vol plané sur Titan VIII qui, contrarié de s’être fait rouler, s’en débarrassa d’un coup de masse sans préavis.

La vague suivante, avec sept membres, encore une fois, fit ressentir à Abigaël une immense lassitude. Non pas qu’elle était déjà à bout de forces, mais elle commençait à trouver l’exercice un peu répétitif et, même si elle ne l’aurait avoué pour rien au monde, elle sentait venir la fatigue. Néanmoins, elle ne baissa pas les bras et laissa Titan VIII éclaircir les rangs des esprits d’un coup de massue perdu. De sept, ils passèrent à trois, et la Terrosienne sauta sur l’opportunité pour se défaire définitivement de Titan VIII, qu’elle laissa courir droit devant lui pour s’emplâtrer dans le mur, passant à quelques centimètres seulement de l’humaine. En le contournant, elle lui entailla la jambe de bas en haut, puis fit un bond en arrière pour aller lui flanquer sa claymore dans le dos. Aussitôt, Titan IX et X s’élevèrent pour remplacer leur prédécesseur, et l’un des deux, en naissant, mit fin à la vie d’un esprit mineur en le propulsant contre le plafond. Ces deux-là portaient carrément des copies conformes de la claymore de la fille du Duc, dont ils n’hésitèrent pas à se servir dans la foulée. En voulant les esquiver, cependant, elle n’anticipa pas à temps la charge d’un des deux esprits de roche restants, et elle fut renvoyée en arrière. Titan X en profita pour lui envoyer un coup de pied qui la propulsa dans les airs, mais elle parvint à se retourner et, prenant appui sur le mur à un endroit où il était encore intact, alla transpercer Titan IX en plein front. Quand Titan X se retourna pour aider son camarade déjà disparu, Abby pivota et atterrit droit sur le petit modèle qui venait de la charger pour le réduire à néant. Le dernier essaya de fuir, mais la Terrosienne, galvanisée par sa dernière réussite, l’empoigna carrément par le bras pour aller le faire voler droit sur la claymore de Titan X. Incrédule, ce dernier se laissa avoir par l’humaine, qui le délesta de ses pieds en coupant au niveau des chevilles. En s’écroulant, il s’effrita de lui-même, au grand soulagement de la Private.

La même configuration lui fit alors face, et la première chose qu’elle fit fut d’observer rapidement ce que portaient Titan XI et XII. L’un d’eux portait un bouclier, mais pas d’arme, ce qui intrigua la jeune femme, tandis que l’autre brandissait fièrement une énorme hache. Ayant déjà vu que les précédents colosses avaient tendance à ne pas trop faire attention à ce qu’ils faisaient entre eux, elle testa une attaque frontale sur celui au bouclier, qui la repoussa sans mal, comme prévu. Dans son dos, elle entendit Titan XI, celui à la hache, qui levait son arme dans un déplacement d’air ne tenant plus du sifflement, à ce stade, et lorsqu’il l’abattit, il ne rencontra que le bouclier de roche de son compagnon. La protection vola en éclats : l’un des projectiles alla se flanquer dans la gorge de Titan XI, tandis que les autres morceaux se dispersaient un peu partout dans la salle, annihilant deux des sept esprits. Le troisième fut fiché dans le mur, cloué au niveau du ventre, et mourut lentement en perdant du sable, comme s’il « saignait ». Les quatre rescapés, eux, prirent le parti de se protéger derrière Titan XII, qui ne leur offrit pas le bouclier « vivant » escompté. Lorsque sa hache toucha le sol, devant lui, elle produisit un tremblement tel qu’Abby en manqua de perdre l’équilibre. Opportunistes, les quatre esprits se ruèrent sur elle, l’un allant finir bêtement sa course contre l’arme encore ancrée dans la terre, les trois autres rencontrant le fil de la lame de la jeune femme. Occupé à essayer d’extraire sa hache de sa prison, Titan XII tenta bien de chasser Abigaël, qui lui tournait autour, mais il disparut dans un gargouillis sinistre après un coup de taille particulièrement bruyant.

Titan XIII et XIV, impassibles, entrèrent en scène, accompagnés de dix modèles réduits. La fille de Benedict se mordit la lèvre, sous le regard inquiet du Cizayox. Même pour Abby, ça commençait à faire beaucoup. Elle avait récolté plusieurs bleus et une vilaine coupure, ce qui, en soi, n’était pas bien grave, mais ses réserves étaient dans l’orange, menaçant de passer dans le rouge. Lors de la guerre, elle avait affronté beaucoup d’ennemis, mais avait fait un carnage majoritairement parmi les soldats peu qualifiés. Et puis, elle avait eu avec elle Kira Kishô, désormais définitivement scellée, et privée de son soutien, elle avait moins d’endurance. Malgré tout, son entraînement lui avait permis de rester debout jusque-là, et sa volonté ne faiblissait pas. Le premier des dix esprits qui osa s’aventurer trop près d’elle prit un revers de lame en pleine poire, et le suivant, sur ses talons, connut le même sort peu enviable. Derrière, Titan XIII et XIV, armés d’un bâton simple, mais toujours de roche, avancèrent chacun de leur côté, essayant de prendre Abby en tenaille. Mauvais plan pour elle, d’autant plus qu’elle savait que les priver d’une partie de leur arme n’allait pas suffire. Surprise par la vitesse des deux géants, elle ne put qu’encaisser le double coup en parant avec sa claymore. Mais ayant déjà compris qu’elle aurait du mal à rivaliser avec un seul des monstres, elle ne résista pas à leur puissance combinée et fut projetée en arrière. Tombant droit dans la crevasse, elle évita de justesse de se faire éclater le crâne en se hissant jusqu’au rebord, puis en faisant une roulade sur le côté, toujours par terre. Le terrain accidenté et plein de gravats lui ouvrit la peau en plusieurs endroits, au visage, et un caillou se logea même dans l’une de ses plaies, la faisant grimacer. Elle se remit avec peine sur ses pieds, sans avoir lâché son arme, et elle réussit à dévier, d’extrême justesse, une fois encore, le bâton de Titan XIII avec son instrument létal, qui fusa sur deux esprits restés ensemble dans leur assaut. Plus que six, songea-t-elle, haletante. Mais après le duo de colosses, combien en restait-il encore ? C’était sans fin, et la très désagréable impression qu’elle tomberait la première lui effleura enfin l’esprit.

Quelque chose de sauvage et de bestial s’installa dans son regard fauve alors qu’elle slalomait entre les esprits mineurs, récupérant un bleu, une boule au niveau de l’autre bras et une nouvelle coupure à la jambe. L’un des « obstacles » eut le malheur de la saisir par les cheveux et, comme folle, elle le découpa frénétiquement en plusieurs morceaux, alors que sa lame commençait à accuser sérieusement le coup. L’action eut le mérite de réduire le nombre de petits ennemis à cinq, tout en réveillant quelque chose de dangereux chez Abigaël, à la fois pour ses adversaires et pour elle. Plantant son épée dans le bâton de Titan XIII, tandis qu’il l’abaissait vers elle, elle resta suspendue se donna de l’élan pour kicker un petit modèle un peu trop téméraire. Le coup de talon, d’une puissance inouïe, lui fut fatal. Avec l’impulsion, elle se propulsa sur le dessus de la tige longiligne, récupéra son arme comme un roi aurait tiré la sienne d’un rocher, puis se retourna et, féroce, courut le long du bras de Titan XIII, qu’elle ne parvint pas à décapiter proprement, arrêtée dans son geste par la solidité de l’élément. Malgré tout, il se disloqua, entraînant la Terrosienne dans sa chute. Mettant à profit ce voyage inattendu, elle envoya d’un geste rapide du sable et des gravats dans la tête de Titan XIV pour l’aveugler, ou au moins le distraire. Ravie de le voir lâcher son bâton l’espace d’un instant, elle se jeta dessus, comme une bête sauvage sur sa proie, pour lui refaire le torse à sa manière.

Malgré tous ses efforts, les abysses infernales semblèrent se matérialiser pour elle sous la forme de trois géants de pierre, dont le premier récupéra le bâton abandonné par Titan XIV quelques instants auparavant en sortant de terre la main la première. Hagane eut un regard paniqué pour sa patronne. Celle-là, c’était la vague de trop, et elle oscillait déjà dangereusement entre une santé encore correcte et une folie meurtrière. Un nouveau changement s’opéra en elle, et elle se rua sur Titan XV, avec une frénésie telle que de multiples balafres apparurent sur son corps. Avant même d’avoir pu bouger, il tomba en miettes... Mais le seizième des géants, en retrait à l’arrière, utilisa une attaque inédite jusqu’alors : avec un arc fait de pierre, mais étonnamment souple au niveau de la corde faite de sable, il décocha la plus grosse flèche qu’il ait été donné de voir à la Terrosienne. Par chance, elle tomba à côté d’elle, mais cela ne lui empêcha pas d’être projeté en l’air comme une vulgaire poupée de chiffon. Titan XVII put alors la cueillir sans mal d’une véritable gifle monumentale en pleine tête qui la fit valdinguer contre le mur et, incapable de se défendre, elle entra violemment en collision avec la paroi, qui en fut zébrée et craquelée tout autour du point d’impact. Sérieusement sonnée, Abigaël réussit à parer le coup de poing, toujours encastrée dans le mur, et elle tua Titan XVII alors qu’il fondait sur elle dans le but avoué de l’avaler vivante. Elle entendit les quatre survivants mineurs s’agiter en contrebas, alors qu’un épais nuage de poussière et de sable lui bouchait une vue déjà bien brouillée par les coups subis et par la fatigue. Lorsqu’il se dissipa, elle aperçut, au loin, Titan XVIII bander à nouveau son arc démesuré et, dans un dernier éclair de lucidité, leva sa claymore qui devait décidément être maudite pour avoir résisté à une telle quantité de chocs. Le trait partit et heurta le mur, à quelques centimètres de sa tête, provoquant un éboulement autour de la Private qui paraissait avoir fusionné avec la paroi. Avec l’impression que son corps tout entier vrombissait à un point tel qu’il allait se briser en morceaux, Abigaël sombra.


[Abby est donc inconsciente à la fin du post, et prise dans l’éboulement du mur, accessoirement :-x En espérant que t’as prévu un truc pour qu’elle soit pas enterrée vivante... xD]

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

0 RP - 0 mission - 1 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 54
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par PNJ le Dim 23 Oct 2016 - 20:55

La situation tournait mal pour la private. N’ayant aucune envie de tuer une de ses compatriotes, Baphlès renvoya tous les esprits encore présents dans leur monde et construisit une protection sommaire autour de la jeune femme. L’éboulement s’éparpilla autour d’elle sans l’écraser, tandis que la soldate tombait au sol, inconsciente.

“Allons bon”, grommela l’examinateur tout en s’avançant vers la zone dévastée. “Eh, toi”, appela-t-il le Cizayox. “Attrape sa claymore, on va la conduire à l’infirmerie.”

Le Vétéran attrapa Abigaël aussi facilement que si elle ne pesait rien. Malgré ses airs et paroles bourrus, il y alla avec une grande douceur.

****

Lorsque la jeune femme se réveilla, elle était allongée sur un lit et un Guérisseur s’occupait d’elle. L’homme était souriant.

“Ah, vous êtes réveillée. Vous vous sentez bien ? Normalement, on a réparé, nettoyé et soigné tout ce qui était abimé, et il n’y a pas trop de casse, mais ça ne m’étonnerait pas que vous subissiez un gros contrecoup de fatigue.”

Il était assez clair que l’homme tentait de distraire la Terrosienne en évitant de parler de choses comme le résultat de son épreuve… Enfin, elle pouvait s’en douter seule, vu qu’elle s’était évanouie en plein milieu. Malgré tout, son supérieur lui avait demandé de transmettre un message. Le Guérisseur se fit donc l’annonceur de mauvaise nouvelle, et il eut la décence de prendre un air gêné pour le faire.

“Concernant votre épreuve, le Vétéran Baphlès a demandé à ce que vous le rejoigniez dans son bureau quand vous serez prête… Si vous vous sentez prête. Vous pouvez vous reposer aussi longtemps que nécessaire ici. N’hésitez pas à m’appeler en cas de besoin.”

****

Dans son bureau, l’ancien combattant attendait effectivement son élève. Lorsqu’elle arriva, il était à son bureau à fouiller des rouleaux de parchemin. Il la laissa attendre, silencieux, au milieu de la pièce, et mit plusieurs minutes avant de lever les yeux vers elle.

“Bien, Private d’Alma. J’avoue que je ne m’attendais pas à vous voir vous effondrer comme ça en plein exercice, alors que l’épreuve n’était pas encore finie. Je suis rassuré de vous voir sur pieds.”

Il se disait rassuré, mais son expression n’aurait pas pu être plus à l’opposé de cette prétendue inquiétude qu’il avait eue. En fait, il avait l’air assez peu intéressé par son état, et en même temps agacé par quelque chose.

“Vous voyez, vous êtes la fille de quelqu’un. Et autant j’ai rapidement annoncé à mes collègues que vous n’aviez pas le niveau pour devenir Chevalier puisque vous aviez raté votre épreuve, autant certains d’entre eux m’ont… convaincu… de vous laisser une autre chance. M’ont bien expliqué des choses comme quoi vous étiez un élément extrêmement prometteur issu d’une famille qui sert particulièrement bien notre pays. Qu’il serait extrêmement dommage de ne pas vous avoir dans nos rangs de Chevalier pour un simple exercice raté.”

Baphlès ne se cacha même pas pour lever les yeux vers le ciel.

“Certes, votre famille indique que vous êtes probablement un élément très prometteur tant en terme de loyauté que de capacités. Mais cela vaut aussi dans l’autre sens. Je ne peux pas me permettre d’être laxiste, d’autant plus qu’on attend de vous de grandes choses.

Donc, j’accepte de vous donner une seconde chance de faire vos preuves, mais il faudra faire mieux que ce que j’ai vu tout à l’heure. Comprenez bien qu’un Chevalier qui s’évanouit sous le nombre pendant l’exercice de ses fonctions, ça fait un peu tâche.”


Le Terrosien insista bien sur ce dernier mot pour faire comprendre à la jeune femme que, apprentie ou non, elle ne pouvait être Chevalier si elle se révélait incapable de résister à la pression - physique autant que morale. Puis, aussi surprenant que cela puisse sembler, sa voix se radoucit et il regarda Abigaël dans les yeux - la regarda réellement.

“Private d’Alma, l’armée de Terros vise l’excellence. Vous avez fait preuve de beaucoup de qualités durant les précédents exercices, c’est indéniable. De l’endurance, de l’ingéniosité… De la puissance aussi. Mais ce n’est pas ce que nous attendons de nos Chevaliers - non pas qu’ils soient des brutes sans cervelle et sans réflexion, merci pour eux. Ce que j’ai besoin de voir, c’est que vous êtes capable d’encaisser. D’être un mur. Et de garder le contrôle.”

En faisant cette dernière précision, Baphlès signalait d’ailleurs qu’il n’avait pas manqué de voir que la jeune femme avait eu un coup de sang durant son combat. Ce genre de chose étant généralement plus source de danger que de succès, il préférait être sûr que son élève savait se tenir.

“Ça ne m’intéresse pas que vous pouvez courir partout pour forcer mes golems à se détruire les uns les autres si vous tombez au premier choc. Ça, c’est bon pour nos rangs d’assassins.

Donc, nous allons reprendre l’épreuve, si vous êtes sûre de votre vocation (parce qu’au pire je peux toujours vous recommander à un autre superviseur si finalement vous voulez devenir Samourai, honnêtement ça ne me dérangerait pas), et ce sera votre dernière chance. Votre décision ?"


[Petit tour d'entracte ^^ Je ne m'attendais pas à ce que Abby tombe dans les pommes aussi vite, j'avais encore plein de choses à te faire faire Surprised Prends le temps de te reposer comme il faut, on repart sur les exercices (évidemment si Abby est toujours d'accord Razz) juste après Very Happy]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1021

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par Abigaël d'Alma le Lun 14 Nov 2016 - 1:23

Lorsqu’Abigaël s’effondra, Hagane fit un pas en avant, mais n’intervint pas, soumis aux ordres de la patronne plus qu’à ceux de Baphles. Il se tendit quand l’examinateur attrapa la jeune femme, mais relâcha la pression en constatant qu’il voulait simplement l’aider et l’emmener en lieu sûr. Hochant simplement la tête, l’insecte saisit l’arme cauchemardesque, puis la traîna avec peine pour accompagner l’homme.

La jeune femme ouvrit un œil, puis l’autre, avec difficulté, cependant. Tout son corps lui faisait mal, mais elle ressentit par-dessus tout une vague de lassitude qui l’empêcha de se lever dans la foulée. Elle découvrit alors un type assis à côté d’elle, souriant et avenant, qui s’inquiéta de son état. Cette fois, elle puisa dans ses ressources pour se redresser, dans un premier temps, mais elle ne dit rien, laissant le Guérisseur parler. Toutefois, quand il évoqua le Vétéran, qui l’attendait dans son bureau, elle tendit la main vers son Cizayox, adossé au mur sans bouger.

« Hagane. »

En voyant son geste, on aurait pu croire qu’elle demandait de l’aide à son Pokémon pour sortir du lit, mais pas du tout : le Pokémon, l’air grave, amena à sa patronne, comme il le put, sa gigantesque claymore posée contre le mur, qu’elle empoigna fermement pour s’en servir comme appui. Sa tête tourna, mais elle serra les dents et laissa la créature rouge l’attraper par les épaules pour la secouer. La manœuvre eut le mérite de lui remettre les idées en place et d’interrompre la rotation du monde autour d’elle. En grognant, elle hocha la tête pour remercier le médecin, puis sangla son arme dans son dos, à sa place, avant de se diriger vers le bureau de Baphles.

Celui-ci, occupé à farfouiller dans sa paperasse, ne fit pas attention à elle tout de suite, mais elle n’en prit pas ombrage. Silencieuse, comme une véritable pierre, elle attendit, immobile, alors que le Cizayox se tenait derrière elle, un peu en retrait.

Le Vétéran se lança alors dans des banalités sur son état, auxquelles Abby ne répondit pas, occupée à scruter le visage de son examinateur. Lorsqu’il évoqua les arguments appuyés de ses collègues pour ne pas recaler la Terrosienne au nom de sa famille, elle plissa les yeux, toujours silencieuse, dans une expression indéchiffrable. Entendait-il qu’elle ne passait cette épreuve que parce qu’elle était assurée de la réussir, juste parce qu’elle s’appelait d’Alma ? Qu’elle avait eu un traitement de faveur à cause (ou grâce) de son nom ? Comme la terre immuable avant un tremblement, quelque chose s’agita en elle, quelque chose qu’Hagane, connaissant sa patronne par cœur, perçut tout de suite. Non, Abby, ne lui rentre pas dedans, ne l’insulte pas, il n’a pas insulté ton père, pitié, reste cool.

« Si c’est en vertu de mes origines que vous m’accordez une seconde chance, cela ne m’intéresse pas. Mon nom n’est pas un passe-droit, il est ce qu’il est, c’est tout. Par contre, si vous pensez vraiment que j’ai encore de quoi vous prouver ce que je vaux, c’est différent. »

Angoissé et tendu, Hagane pria très fort pour que ces réflexions ne soient pas assimilées à une forme d’insolence. Bon sang, mais à quoi pensait-elle, pour sortir ça comme ça ? Pour une fois, ne pouvait-elle pas mettre sa putain de fierté à dix pieds sous terre et être reconnaissante pour ce qu’il lui proposait ? Mais quelque chose d’infime changea dans le regard fauve de la femme, comme si elle s’interrogeait vraiment sur un sujet très sérieux. Son expression avait changé quand Baphles lui avait expliqué les attentes de l’armée concernant un Chevalier... Comme si elle s’apercevait soudain qu’elle n’avait jamais totalement embrassé la définition de ce qu’était réellement un Chevalier. Elle qui n’avait eu que son père pour modèle, elle ne concevait pas ces capacités autrement que telles qu’elles étaient incarnées par Benedict. Hagane se rendit compte qu’elle avait vraiment pensé bien faire lors de l’exercice précédent, et que ces propos la déstabilisaient. Bien sûr qu’elle était capable d’encaisser, sans souci ! Mais elle avait voulu faire comme à la guerre, décimer les rangs ennemis et les clairsemer au point de ne plus en voir un seul debout. Allait-elle devoir changer sa stratégie, lors de la prochaine bataille ? Qu’est-ce qui n’allait pas, exactement ? Devait-elle se contenter de se laisser tabasser simplement ? C’était ça, survivre et être Chevalier ? Devinant sans mal la tempête intérieure à laquelle elle était en proie, le Pokémon Acier se sentit clairement impuissant. Il ne pouvait rien faire pour l’aider, sinon prier de toutes ses forces pour qu’elle trouve sa voie, et ce qu’elle désirait faire au plus profond de son âme.

Lorsque le Vétéran prononça le mot « Samourai », Abigaël parut revenir à la réalité, comme sonnée par un électrochoc. Non, elle n’avait pas appris ça, et Samourai, elle ne savait pas faire. Elle ne voulait pas le faire, non plus. La Terrosienne baissa les yeux sur sa claymore après l’avoir détachée, fixant l’arme comme si elle attendait une réponse de sa part. Contre toute attente, cette contemplation lui donna ce qu’elle cherchait, et elle releva la tête, plus déterminée que jamais.

« J’ai été élevée et formée dans le seul but d’être Chevalier, et renoncer à cette voie serait renoncer à tout ce que j’ai vécu jusqu’à présent. Je pense avoir compris ce que vous attendez. Je continue. »


[« C’est ton destin » xD]

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

0 RP - 0 mission - 1 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 54
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par PNJ le Lun 12 Déc 2016 - 19:26

L’élève prit à peine quelques secondes pour lui répondre d’une voix claire et déterminée.

“J’ai été élevée et formée dans le seul but d’être Chevalier, et renoncer à cette voie serait renoncer à tout ce que j’ai vécu jusqu’à présent. Je pense avoir compris ce que vous attendez. Je continue.”

Baphlès leva un sourcil, et le baissa l’instant suivant. Entre ce que la jeune fille venait de dire, et ce qu’elle avait montré jusqu’à présent, il se mit à repenser aux rumeurs qui couraient, concernant Benedict d’Alma, quelques années auparavant… Comme quoi il aurait plus ou moins élevé et créé un petit soldat sans âme, une machine à tuer, qu’il avait gardé chez lui des années durant… Que cette créature avait été soudainement lâchée au milieu de la bataille de Mizuhan, et qu’elle y avait fait d’immenses dégâts… Est-ce que cette femme, Abigaël, était la création du Général ? “J’ai été élevée et formée dans ce seul but”, disait-elle… Enfin, très honnêtement, il n’était pas du genre à se renseigner sur les potins, mais voir apparaître la preuve d’une rumeur vieille de quelques années sur un de ses collègues était assez… intéressant. Est-ce que cette fille était un monstre sans émotion ? Est-ce qu’elle était à prendre en pitié ? Sincèrement, sans connaître son nom, le Vétéran ne se serait pas arrêté plus longtemps sur son cas, elle n’aurait été qu’une apprentie comme une autre. Il avait imaginé autre chose que ça, les rares fois où il avait prêté attention aux ragots.

En tout cas, elle avait dit qu’elle continuait, donc qu’à cela ne tienne. Le Terrosien se leva, posa sur la table les lunettes qu’il avait mises sur son nez pour son travail de paperasse et se massa pensivement l'arête du nez. Que lui faire faire… Ca aurait été plus simple qu’on ne le force pas à poursuivre cette épreuve et qu’il puisse lui dire “désolé pas désolé, vous êtes pas au niveau, revenez un autre jour (où je ne serai pas là)”, plutôt que de lui demander de réfléchir à un moyen de tester cette apprentie, sachant que la première partie avait quand même dû un peu taper dans ses réserves d’endurance. Enfin. D’un autre côté, les Chevaliers n’étaient pas non plus au maximum de leurs capacités en permanence, et pourtant on leur demandait toujours de faire leur boulot.

Cette réflexion lui prit environ une minute, durant laquelle il se tint debout et silencieux face à la soldate. Puis, il rouvrit les yeux et la regarda.

“Nous y retournons alors. Suivez-moi.”

Les deux humains reprirent la route vers la salle d’entraînement. Il croisèrent quelques autres membres de l’armée, de grades variés, qui saluèrent plus ou moins poliment Baphlès. Il n’y avait pas qu’Abigaël pour subir son mauvais caractère. Les deux Terrosiens entrèrent dans la salle, qui avait été remise en état et semblait presque comme neuve, malgré le combat de titans qui avait eu lieu un peu plus tôt. L’homme parcourut le terrain du regard, puis s’avança au centre et s’assit, faisant signe à l’apprentie d’en faire de même, et de lâcher son arme - même de l’éloigner d’elle.

“Vous n’allez avoir qu’un seul exercice pour me montrer que vous êtes aussi capable d’encaisser que de tout casser. Mais je vais vous aider un peu, au début. Vous vous souvenez de la tentative de transfert d’énergie dans le bâton de tout à l’heure ? On va repartir sur cette base-là, mais pour la défense."

L’homme inspira profondément… puis expira, se tenant le dos le plus droit possible, l’expression neutre, en position méditative. Même assis, il restait grand et imposant.

“Bien. Si vous êtes une maîtresse élémentale, vous allez peut-être avoir plus de facilité pour ça, parce que la sensation est un peu la même… Ou alors vous allez avoir plus de difficultés parce que vous n’allez pas réussir à distinguer la différence entre l’énergie de votre élément, que vous êtes habituée à maîtriser, et celle de votre corps. Ça dépend des gens. Si vous vous retrouvez avec une armure de cailloux, c’est que vous vous plantez. Bref. L’idée est de transférer une partie de son énergie corporelle à travers sa protection - donc armure, ou vêtements - pour la rendre plus solide. Le mieux est d’atteindre l’invulnérabilité, mais ça demande de l’entraînement. Sauter cette étape risquerait de vous tuer ou de vous laisser handicapée.”

Ce qui, pour Baphlès, entraînerait des conséquences pires que simplement dire “non, cette fille n’a pas le niveau”. On voulait donc éviter ça. Il sortit de sa poche un mouchoir, un peu miteux, mais propre.

“Commencez à en déchirer un peu. Pas beaucoup, juste une ouverture dans le tissu. Vous inquiétez pas, je n’y tiens pas spécialement.”

Il laissa la jeune femme commencer à tirer sur le tissu, qui craqua facilement.

“Stop, voilà, pas plus.”

Il se demanda, en ricanant intérieurement, si elle pensait qu’il se moquait de lui. Il n’en était rien, mais c’était drôle de lui faire croire le contraire.

“La suite va se faire en plusieurs étapes. Rien de bien folichon, mais il faut bien commencer par les bases. D’abord, vous allez méditer un bon coup pour tenter de ressentir votre énergie corporelle. Vous allez voir que ça va peut-être être encore moins facile que l’exercice avec le bâton, pour lequel vous aviez un point sur lequel vous concentrer et dans lequel vous pouviez transmettre votre force. Quand vous pensez que c’est bon, vous visualisez cette énergie, et vous l’envoyez dans le mouchoir. Et une fois que ça, c’est fait, vous continuez de déchirer… Si ça marche, vous devriez ressentir une résistance, voire ne plus pouvoir aller plus loin.”

Pour illustrer son propos, il tira un bout de sa tunique, puis se concentra intensément et fit un signe au Cizayox de venir tenter sa chance pour découper l’habit. L’animal put tenter autant qu’il le souhaitait, mais il ne parvint pas à agrandir la déchirure. Baphlès se tourna de nouveau vers la jeune femme, tandis que son Pokémon retourna à sa place, contre le mur.

“Une fois cette étape réussie, vous ferez pareil avec votre tenue. Et si vous ne parvenez pas à atteindre cet objectif, eh bien vous reviendrez un autre jour. Vous n’avez pas de limite de temps, mais vous n’aurez qu’un seul mouchoir.”

[Atelier découpage ! Un exercice pas très dynamique mais mine de rien un peu compliqué… Evidemment il a fallu que je le poste avant ma V1 sur les flux -_- (lecteurs, si vous voyez pas de quoi je parle, c’est normal). Si Abby arrive jusqu’au bout, c’est-à-dire parvient à transmettre son énergie à sa tenue complète après avoir réussi avec le mouchoir (même sans forcément atteindre l’étape indéchirable), on passera au dernier exercice.]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1021

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par Abigaël d'Alma le Sam 24 Déc 2016 - 1:50

Immobile et droite, Abigaël laissa retomber le dernier écho de sa voix. Elle ne chercha pas à le rattraper pour empêcher le silence de s’installer, non plus. Elle savait très bien, sans pouvoir expliquer pourquoi, néanmoins, que rajouter quelque chose gâcherait sa dernière chance (et la seule qu’elle avait, aussi). Elle se contenta donc de scruter Baphles sans ciller, alors qu’il posait ses lunettes pour réfléchir. Lourd, pesant, le mutisme dans lequel les deux soldats s’étaient enfermés par la force des choses fut enfin rompu. Se pliant à l’ordre, elle emboîta le pas à son examinateur, suivie par Hagane comme par son ombre. Sur sa poitrine, enfouie sous les vêtements et l’armure, Kurux s’éteignit.

Alors qu’ils avançaient vers la salle d’entraînement, Abby remarqua que l’accueil réservé à Baphles n’était pas toujours très cordial. Elle constata également que certains de ses pairs la saluaient avec une espèce de crainte qui l’agaça. Ben quoi, ils n’avaient jamais vu une femme aux yeux jaunes ? Ce qu’elle décela dans le regard de l’un d’entre eux lui donna la clé de cette attitude. Peur des représailles, tout ça. Il y avait de la curiosité peinte sur le visage d’une partie d’entre eux, aussi. Pour une grande majorité, ils voyaient celles que les rumeurs nommaient « la poupée du Duc » pour la première fois, peu de monde ayant osé l’approcher lors de sa furie sanguinaire, en 209. Nombre d’ennemis étaient tombés sous ses coups meurtriers, mais serait-elle à la hauteur, en ce jour où on lui demandait de faire ses preuves autrement que sur un champ de bataille ?

En entrant dans la salle, elle eut un temps d’arrêt. Tout avait été remis en état, en l’espace de quelques heures. Plutôt impressionnant. Baphles s’assit alors au centre de la pièce, intimant à la Terrosienne de venir le rejoindre, sans son arme, toutefois. Sans se poser de question, elle détacha sa claymore de son emplacement habituel et la déposa contre le mur, avant d’aller s’asseoir en face de son examinateur. Elle l’écouta attentivement, le fixant de ses yeux fauves, légèrement agacée. Non pas qu’elle rechignait à la tâche, mais revenir sur un exercice qui lui avait semblé hors d’atteinte pour le moment ne l’enchantait guère. Malheureusement pour elle, on ne lui donnait pas le choix. Ce truc était la clé pour pouvoir atteindre son objectif, elle devrait donc passer par là.

Lorsqu’il lui tendit son mouchoir, elle eut un regard en biais pour le soldat, qui signifiait clairement « are you pulling my leg, dude ? ». Une fois de plus, elle ne réfléchit pas et saisit le tissu pour obéir.

« OK. »

Elle eut un mouvement un peu brusque qui provoqua un grand craquement, et elle s’arrêta, mortifiée. Baphles intervint pour l’interrompre, et il donna ensuite la totalité des consignes. Euh... Bon. Elle n’avait pas de limite de temps, mais comme la jeune femme n’était pas exactement quelqu’un de patient... Autant ne pas traîner en passant trois heures sur cet exercice qui ne plaisait décidément pas du tout à la fille de Benedict. Le Cizayox un peu dépité de n’avoir rien pu infliger à ce malheureux bout de tissu s’éloigna, et Abby ferma les yeux. À présent que sa Bête était définitivement scellée en elle, elle avait moins de risques de se laisser déborder par ce pouvoir élémental trop grand pour ce corps, et incompatible avec sa propre maîtrise. Elle n’avait donc rien à craindre de ce côté-là. En revanche, pour trouver cet autre flux de vie en elle... Ça se corsait.

Pour ne pas dériver de son but, Abigaël se força à réfléchir à ce qui lui permettait de se mettre en mouvement et de manipuler son arme de titan. Difficile, car elle faisait ça d’instinct, et son enfance associée à ses débuts de guerrière était loin désormais. Elle essaya de se raccrocher à un souvenir plus proche, et la vision qui s’imposa à son esprit fut celle du carnage sans fin de la Bataille des Piémonts. La sensation de puissance bouillonnante l’envahit à nouveau, mais ce n’était pas bon, c’était celle de Kira Kishô qui prenait possession de son corps et de son esprit. Et puis, sa réminiscence se troublait, à cet endroit-là, c’était flou. Elle devait se souvenir de l’instant d’avant, de ce qui l’animait avant de s’abandonner à la Bête. Elle n’avait pas besoin de cette dernière pour bouger son corps ou son arme. Elle puisait dans sa force de vie à elle, et dans rien d’autre.

Avec ce constat, une vague enfla dans sa poitrine. Identifiant immédiatement cette manifestation comme une occasion rêvée d’arriver à ses fins, elle projeta sa volonté sur cette sensation pour la décharger dans le mouchoir. Une sensation de picotement traversa ses doigts, puis la quitta aussi vite qu’elle était venue. Hésitante, elle eut un moment de flottement fugace, puis décida de tenter le tout pour le tout et osa tirer sur le tissu. À sa grande surprise, rien ne se passa, signe qu’elle avait réussi ce qu’elle voulait faire. Elle eut beau insister, rien n’y fit. C’était déjà ça...

Posant le mouchoir au sol, Abigaël réfléchit à un moyen de transmettre cette énergie sur sa propre armure. Plus facile à dire qu’à faire... Son équipement était fait d’un matériau déjà bien solide, hérissé de pointes par endroits, de surcroît, et ne comportait que très peu de parties en tissu. Mais elle choisit de commencer par ces faiblesses, d’une part parce qu’elles ressemblaient beaucoup à ce à quoi elle venait d’insuffler cette énergie, et d’autre part parce qu’elle songea que ce serait la première chose à faire pour se défendre en cas d’agression. Renforcer les potentielles failles pour ne laisser aucune ouverture à l’ennemi, puis insister sur ce qui était, de base, plus solide, en gros. Persuadée d’être parfaitement ridicule, elle empoigna l’étoffe à mi-chemin entre le bleu et le vert et mobilisa ses forces comme si elle voulait soulever sa claymore. La même impression de bouillonnement l’envahit, mais elle ne se trompa pas de circuit et emprunta correctement le chemin intérieur voulu par la jeune femme.

Ce fut comme si le tissu s’était changé en pierre dure. Elle crut même, à un moment donné, que ce qu’elle touchait du doigt allait carrément se désintégrer, tant l’afflux était violent. Mais heureusement pour elle, l’étoffe résista à sa tentative de déchirure. Tant mieux, car elle n’aurait pas aimé se retrouver avec un bout d’armure en morceaux. Le plus dur, maintenant, serait de réitérer le processus avec les parties en plaques écailleuses de sa tenue...

Un peu incertaine, elle testa les résistances de son équipement d’un noir de jais en tapotant dessus et en l’effleurant parfois pour y détecter d’éventuelles aspérités ou impacts. Elle y trouva quelques creux, sentit un enfoncement, et elle trouva même un trou minuscule. Les séquelles laissées par son combat contre les titans étaient minimes, contre toute attente, soulignant l’exceptionnelle qualité de l’armure d’Abigaël. Mais c’était là-dessus qu’elle devait se concentrer en priorité. Elle s’imagina en train de courir, arme au poing, pour abattre un ennemi, et une sorte de chaleur circula dans ses membres pour aller se stocker en s’agglutinant dans ses mains, au niveau des paumes. Cela démangeait un peu et ça menaçait de saturer sa peau et son organisme, en fait ! Elle s’empressa alors de décharger ce trop-plein dans les défauts de l’armure, puis recommença, encore et encore, comblant les inégalités en équilibrant la répartition de ce flux. Avec des images et des convocations de sensations précises, c’était tout de suite plus facile. Elle se sentit idiote de ne pas y avoir pensé plus tôt.

Finalement, après un instant de doute (devait-elle faire pareil avec les pointes ?), la Terrosienne inspecta le tout et, estimant qu’elle ne pouvait rien faire de plus sans apporter du superflu, se releva. Elle eut la surprise de faire plusieurs kilos en plus, du moins en eut-elle le sentiment au premier abord, mais elle ne laissa rien paraître sur son visage et resta de marbre.

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

0 RP - 0 mission - 1 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 54
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par PNJ le Ven 20 Jan 2017 - 19:54

Baphlès observait du coin de l’œil les progrès de la femme. Elle parvint assez rapidement à gérer le mouchoir, puis son armure, qui prit un peu plus de temps. Elle finit par se lever, hésitant une seconde sur ses jambes, rien de surprenant vu ce qu’elle venait de tenter. Le Vétéran s’approcha, et demanda à la Private s’il pouvait tester la résistance du vêtement sur un échantillon. Il essaya de plier le métal sur un avant-bras avec sa maîtrise, sans trop forcer, juste pour constater que la résistance attendue était bien là. Satisfait du résultat, il fit craquer ses doigts avant d’annoncer l’exercice final.

“Pas mal. Le test final va vous rappeler des trucs. Ca va être la même chose que tout à l’heure, j’invoque des golems, et vous devez tenir… et cette fois…”

L’homme hésita un instant en “mmmh”-ant. Est-ce qu’il laissait son arme à la jeune femme ? La laisser désarmée était peut-être un peu exagéré, surtout compte tenu du fait qu’elle allait probablement atteindre rapidement ses limites d’endurance. La journée avait été longue, après tout.

“... cette fois, donc, vous devez éviter au maximum de les détruire. Vous pourrez utiliser la batte d’entraînement de tout à l’heure pour les repousser si vous êtes dépassée par le nombre, mais le but de la manoeuvre est de parvenir à maintenir la surpuissance de votre armure pour ne sentir aucun des coups que vous allez recevoir. En tout cas, ne pas trop les sentir.”

Baphlès tendit l’arme en bois à la jeune femme.

“L’idée, c’est : vous êtes Chevalier, et c’est votre vie qu’il faut défendre aujourd’hui, coûte que coûte, et avec les moyens du bord. Autre chose, n’allez pas jusqu’à l’épuisement comme tout à l’heure. Si vous vous évanouissez, vous ne pouvez pas vous protéger ; donc, si vous sentez que vous faiblissez, appelez à l’aide.”

Le soldat laissa la femme reprendre ses marques, et retourna lui-même à sa place. Bon, eh, il n’était pas vache non plus. Il comptait invoquer des golems désarmés majoritairement, cette fois. Et peut-être de temps en temps, quelques uns qui auraient de quoi taper un peu plus fort, histoire d’être sûr qu’elle ne se laissait pas aller pour autant.

“Ready when you are.”

C'était pas tout ça, mais il avait hâte que cette journée se finisse.

[Dernier exercice : une redite du passage avec les golems, mais avec une autre approche, beaucoup plus défensive. On met à l'épreuve le résultat du post précédent ! Concernant les golems qui vont être envoyés, ils seront moins dangereux que les premiers, peut-être un peu moins agressifs aussi (Baphlès en a marre aussi, hein xD) et il y en aura beaucoup moins qui auront des armes (comme tu n'es pas censée trop les détruire, on va éviter de te recouvrir de quarantes golems armés jusqu'aux dents x)), mais ceux-là ne seront pas à prendre à la rigolade Wink Je compte sur toi pour de la sueur et de l'épique !]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1021

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Comme un roc [Épreuve Chevalier Abigaël]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum