[ Clos ] Évolution [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Évolution [Solo]

Message par Mariza le Lun 24 Oct 2016 - 23:45

[Contrainte : faire intervenir des Pokémon étrangers]

Assise dans la chaise à bascule, je fixai paresseusement le feu dans la cheminée, caressant le Pyroli qui dormait sur mes genoux et me servait de bouillote et de gardien. Je lui avais pourtant clairement fait comprendre, de très nombreuses fois et avec plus ou moins de douceur que je n’avais ni l’envie ni le besoin d’être surveillée en permanence comme une petite chose fragile, mais le Pokémon revenait tous les jours à la charge à grands coups de câlins. Et il fallait avouer que, ces derniers temps, mon état se faisait vraiment ressentir. J’étais fatiguée du lever au coucher, malade les trois quarts du temps, passablement déprimée. Cette compagnie imposée me réchauffait autant le coeur que l’âme, finalement.

Dehors, le vent soufflait, faisant craquer les murs. Derrière moi, la porte s’ouvrit. Je n’eus pas besoin de me retourner pour savoir de qui il s’agissait.

“Namaste, Rajeev.”

“Tadaima, Mari.”


Le Flamenois rentrait d’une bonne semaine de “balade”. Enfin, il ne s’était pas promené à proprement parler, il avait probablement pas mal chassé, fait deux trois trucs pour l’armée de Flamen en bon chien de la Nation qu’il était, bref, pas mal de trucs dont je n’avais rien à faire tant que j’avais un toit, un lit, et à manger. Et tout ça gratuitement. La vie de femme enceinte était éreintante, mais elle avait pas mal d’avantages.

Entendant son maître rentrer, le renard de Feu se secoua et s’étira sur mes genoux, avant d’en descendre pour aller réclamer des câlins à Rajeev. Le soldat gratta le Pyroli derrière les oreilles, puis s’approcha de moi pour me faire un pichenette sur la tête. C’était le seul genre de gestes qui était autorisé entre nous.

“Tu nous as ramené quoi ? Et rends-moi ma bouillotte.”

“De la viande. Ce soir, c’est jour de fête !”

“Allons bon. On fête quoi ?”


Levant les yeux au ciel, je m’apprêtais déjà à l’entendre m’annoncer que Gareth allait venir nous rendre visite. Pitié, non. Mais la réponse du Flamenois fut beaucoup plus simple.

“Je ne sais pas. Rien du tout ? Le plaisir d’être ensemble ?”

“De “vivre sous le même toit par la force des choses”, Rajeev.”

“C’est pareil.”

“Pas pour moi.”


Ce fut au tour de mon hôte de lever les yeux vers le plafond, mais en souriant. L’homme avait appris à faire avec mes humeurs, qui ne s’étaient pas vraiment arrangées avec les hormones.

Ca remontait à plusieurs mois. Après la course poursuite face aux sbires d’Illumino, et le combat face aux trois gamines, je m’étais retrouvée empoisonnée et j’étais tombée dans les pommes. En plein coin paumé, dans la neige. Démanta avait bien tenté de me sauver en me portant aussi loin qu’elle avait pu, à la recherche de quelqu’un pour s’occuper de moi, mais il ne fallait pas non plus trop compter sur un miracle. Et pourtant, le miracle avait eu lieu, en la personne de Rajeev. Enfin, surtout de son Pyroli. Ils passaient justement dans le coin et m’avaient trouvée, inconsciente et en sérieuse hypothermie. Je n’aurais plus été de ce monde sans l’aide de Bouillotte. Et de son dresseur dans une moindre mesure. Le Flamenois m’avait portée jusqu’à sa “cabane”, un chalet de fortune dans lequel il s’était installé et surveillait la frontière entre Terros et Mizuhan.

Le hasard avait fait que cet homme était aussi un ami proche de mon frère. Il avait été extrêmement choqué d’apprendre qui j’étais, et j’avais été extrêmement désagréablement surprise d’apprendre que, même perdue au milieu de nulle part, mes liens de sang me rattrapaient indéniablement. Lasse de me sentir ainsi le jouet du destin, j’avais fugué cette nuit-là, surestimant largement mes forces. Cette fois encore, c’était Pyroli qui m’avait retrouvée et sauvée. Sauvée du froid et de la folie. Je n’aurais jamais pu croire qu’un Pokémon puisse avoir un tel pouvoir sur moi, mais il était parvenue à me calmer, et m’avait convaincue de revenir en sécurité au chalet, malgré la présence du Flamenois.

Exactement de la même façon que lorsque Gareth m’avait sauvée d’Illumino, j’étais longtemps restée prostrée et silencieuse, ignorant Rajeev la plupart du temps, ne passant mon temps qu’avec Bouillotte. Je me sentais encore faible, et je me sentais mal d’être redevable à quelqu’un. Et par dessus tout, je me sentais perdue et malheureuse. Plus à ma place dans ma tribu, et pas à ma place ailleurs dans le monde. Dem avait aussi été d’un grand soutien pendant cette période.

Songeant que peut-être, cela pourrait être une bonne de me faire voir une figure connue (NON), Rajeev avait invité (à l’insu de mon plein gré) mon frère à lui rendre visite. Ce jour-là, j’avais explosé et vidé mon sac. Puisqu’il tenait tant à tout savoir, je lui avait parlé de Calypso, de comment nous serions, elle et moi, bannies de notre tribu pour peu que je revienne enceinte chez moi, comment sa simple existence avait rendu ma vie impossible, au moins autant que l’existence de son père et d’Illumino… Rajeev, Pyroli, Dem et son Doudou étaient tous sortis rapidement, nous laissant seuls, pendant que je crachais mon venin, encore et encore, jusqu’à n’avoir plus de voix et de colère en moi, juste une grande lassitude. Gareth avait paru blessé, vraiment blessé, mais en même temps sa gentillesse à deux sous l’avait poussé à me répondre qu’il espérait que cela m’avait fait du bien de parler. Évidemment. Je ne pouvais pas lutter face à tant de d’attention, à un moment de ma vie où j’en avais autant besoin. J’avais donc cédé et accepté qu’on s’occupe de moi, pour une fois.

Gareth était donc reparti après s’être assuré que je ne me sauverai plus sans prévenir, et j’avais repris ma petite vie avec Rajeev. Ensemble, vivant sous le même toit par la force des choses. Comme il passait pas mal de temps en extérieur et que j’en faisais de même, la cohabitation n’était pas trop difficile. Supportable, on dira. Bouillotte l’accompagnait de nouveau dans ses sorties (et je me rendis compte qu’il avait été bien gentil d’accepter de faire son boulot en me le laissant pendant presque un mois). De mon côté, ça m’avait forcé à me bouger seule de nouveau, et à prendre plus soin de Dem. Et de Doudou.

Après quelques jours ou semaines, Rajeev avait tenté d’avoir une discussion avec moi.

“Hm… quand Gareth est venu, vous avez parlé d’un truc... “

J’avais levé la tête, peu intéressée par ce qu’il avait à raconter, mais toujours un peu sensible à ce sujet.

“... À propos d’avoir besoin de trouver un mec pour… enfin un père pour… Enfin tu vois.”


J’avais d’abord pensé à lui mettre une bonne baffe pour lui apprendre à me faire ce genre de propositions comme si j’étais une bonne occasion. Et puis je m’étais finalement dit qu’après tout, pourquoi pas. J’avais parcouru le monde pendant 5 ans sans trouver le bon, peut-être qu’il était temps de revoir mes critères à la baisse et de me contenter du premier qui passait.

“Ok”.

“... Et donc je… ok ?”

“Ouais. Ok. Il me faut quelqu’un, tu es là, tu feras l’affaire.”

C’était un jour de Mai. L’affaire fut faite sans tambour ni trompette, Et j’eus la chance de ne pas avoir à passer dix fois à la casserole avant d’avoir les symptômes caractéristiques d’une grossesse. Rajeev s’était mis en tête de s’occuper encore plus de moi qu’avant et de me dorloter, mais j’avais très très vite mis le holà. J’en avais profité pour confirmer que l’enfant ne serait jamais le sien, et il avait réussi à me convaincre de faire une exception s’il s’agissait d’un garçon. L’idée d’être père ne le bottait pas plus que ça, mais la découverte de nos coutumes tribales en matière de sacrifice humain l’avait suffisamment effrayé pour l’être vivant à venir. Je pouvais bien lui accorder ça, vu mes propres origines. Mais s’il s’agissait d’une fille… Elle n’aurait jamais de père. Je refusais d’infliger à ma descendance ce que j’avais moi-même dû subir.

Durant les mois qui suivirent, la présence de Bouillotte devint de plus en plus indispensable, tant la grossesse fut rude. Douleur, fatigue, montées et descente incontrôlable de mon moral, une chose était en tout cas certaine, cette tentative serait la seule que je ferais. Mais le Pyroli me soutenait à chaque instant, tandis que, dans un échange de bons procédés, Rajeev faisait ses opérations avec Démanta et Doudou. J’appris par le Flamenois que Bouillotte, de son vrai nom Mahatva, était en fait une femelle qui avait perdu son petit un peu plus tôt, ce qui l’avait rendue extrêmement protectrice. J’appréciai alors d’autant plus sa présence et sa chaleur, même si je n’aimais pas être surprotégée, ou protégée tout court.

Ce qui nous ramenait à aujourd’hui, de longs mois plus tard. Puisque Bouillotte semblait plus intéressée parce qu’avait rapporté son maître, je me levai de ma chaise pour la rejoindre. Ma silhouette s’était pas mal transformée, et j’apprenais encore à l’apprivoiser. Rajeev me jeta un oeil avant de se concentrer sur sa tâche de découpage du dîner.

“Il fait très beau en ce moment. Ce sont nos derniers beaux jours à Terros. Il y a encore des caravanes qui passent le col et des bateaux qui font la navette vers Mizuhan. Après, pendant l’hiver, ça risque d’être plus compliqué de voyager.”


Il s’interrompit dans sa tâche pour me regarder.

“Il serait peut-être temps que tu commences à y réfléchir sérieusement. Pas que je te vire de la maison, hein.”

“Je sais.”

“Mais si tu traînes plus, je vais être obligé de t’accompagner.”

“Pitié, non.”


“Voilà.”

Rajeev reprit sa corvée, souriant. Je savais bien qu’il avait raison et qu’il allait être temps de retourner sur l’île du Poisson. La fin du deal était proche, mais je redoutais le retour. Je voulais continuer à vivre seule et voyager et je n’étais pas sûre que cette requête soit vue d’un très bon oeil. D’un autre côté, il y avait la vie de ma mère dans la balance. Je ne pouvais pas me permettre de la laisser être exilée (au mieux) de notre groupe. J’attrapai Bouillotte avant de répondre.

“Demain.”

Le Flamenois faillit en lâcher son couteau.

“Hein, quoi ? Si vite ?! Je pensais pas te mettre autant la pression, hein !”


“Je sais, mais à moment, il faut que je me bouge.”


“Mais dans ton état… Ca va aller ?”

Je grimaçai un sourire moqueur.

“Je suis enceinte, pas en sucre, tombeur. Ca ira, j’ai connu pire.”

Le soldat avait l’air assez peu convaincu et s’apprêtait à proposer qu’on demande à Gareth de m’escorter - je finissais par le connaître assez bien pour anticiper ce genre de choses. Je le coupais donc avant.

“Demain. Fin de la discussion. Et ce soir, on fête mon départ !”

Rajeev hésita un instant, puis fit semblant d’accepter cet état de fait et de reprendre un air enjoué pour préparer notre festin. Je voyais bien qu’il était tracassé, mais, très sincèrement, ce n’était pas son état qui m’inquiétais.

Le lendemain matin, j’étais donc prête à repartir. Les adieux au jeune homme furent brefs. Il se contenta de me rappeler ma promesse si jamais l’enfant à venir n’était pas une fille, et je répondis en secouant négligemment la main. Ce n’était pas comme si il avait un moyen de savoir que j’avais tenu mon serment ou pas, de toute façon. Puis je m’agenouillai pour me mettre au niveau de Bouillotte, et je lui frottai le dos. La créature semblait savoir que quelque chose se passait, elle était plus agitée que d’habitude. Anxieuse presque. Je lui murmurai des mots rassurants, d’abord bateaux et vides de sens, puis ils devinrent plus sincères au fur et à mesure que je réalisai qu’elle allait réellement me manquer, que je m’en voulais un peu de lui faire du mal en l’abandonnant. J’attrapai la boule de fourrure dans mes bras pour un dernier adieu.

“Ca va aller, Mahatva. Ca va aller. Je te remercie pour tout ce que tu as fait pour moi. On se reverra, peut-être. Tu vas me manquer, ma toute belle. Prends soin de toi.”

Il fallut bien la laisser, à un moment. Elle ne pouvait pas venir avec moi, c’était admis depuis le début. Rassemblant mes affaires et mes compagnons qui me serviraient de gardes du corps (ou non), je me mis en route vers mon île natale.

_________________
En cours :
1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mariza
Informations
Nombre de messages : 89

Fiche de personnage
Points: 4
Âge du personnage: 29 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum