[Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Message par PNJ le Sam 29 Oct 2016 - 0:59


"L'Hiver approche ... Le froid glacial gèle nos os ...
La chaleur de nos coeurs ... réchauffe nos âmes au plus profond.
Nous serons jamais seuls ... entourés par les êtres qui nous estiment.
Nos coeurs seront à jamais reliés par un je t'aime."


Une jeune femme aux cheveux violets, perdue sur la banquise enneigée. Le froid ne semblait pas la déranger bien qu'elle ne semblait pas chaudement habillée. Elle semblait patienter, attendant quelqu'un non-loin de là. Cet endroit était fragile, comme certains personnes, certains êtres. Un mauvais pas et voilà que la glace pouvait se briser sous leurs pieds, emportant alors le malheureux dans un abysse dont il ne pouvait se réchapper. Et pourtant, elle était là, comme si de rien n'était, sourire aux lèvres, sourire qui se voulait tendre et chaleureux. Elle était là, juste amusée ... comme pour patienter. Elle voulait simplement que la personne qu'elle attendait se présente à elle. Elle avait été choisie comme guérisseuse, comme maîtresse d'épreuve. C'était son devoir que d'apprendre à une autre personne les arcanes de la guérison parmi les soigneurs de Mizuhan. Un arcane relié à l'élément aqueux sous toutes les formes pour permettre des soins en douceur. Chaque élément avait sa façon de soigner, celle du feu consistait à cautériser les blessures les plus graves ... mais celle de l'eau avait la particularité de se faire de façon claire et limpide ... comme de l'eau. Ainsi, généralement, ceux qui avaient besoin de soins mais qui n'étaient pas dans un état proche de la mort, préféraient se rendre à Mizuhan.

Pendant qu'elle attendait, la jeune femme aux cheveux violets s'amusait tout simplement à faire des mouvements de la main à travers les flocon de neige. Ainsi, comme si elle était maîtresse d'un orchestre symphonique, ses doigts se mouvaient inlassablement, donnant l'impression qu'elle faisait écouter à ceux qui voulaient l'entendre le son d'une symphonie d'hiver. Et dire que la saison n'était pas encore arrivée. En même temps, un peu d'eau glacée sortait des fissure de la banquise, prenant la forme de quelques petites statuettes de glace représentant quelques pokémon aqueux ou maniant justement le froid hivernal. Et tout cela, elle le faisait encore en chantonnant ! Mais bon, ce n'était pas tout, elle devait aussi réfléchir à ce qu'elle allait faire ... passer comme épreuves. Guérir, ce n'était pas seulement soigner une personne ou un pokémon, c'était aussi connaître le corps de ces derniers. Or, autant, chez un être humain, chaque chose se trouvait à peu près à la même place malgré les différents humain, autant les pokémon étaient autant d'espèces différentes. C'est pourquoi il valait mieux pour cette jeune personne qui allait passer l'épreuve qu'elle ne s'attende pas simplement à du soin basique ... Non ! Elle allait avoir fort à faire pour se faire valoir et réussir ces épreuves ! D'ailleurs, si elle avait choisi cette partie de la banquise, c'était pour une bonne raison. Ici, quelques créatures allaient avoir besoin d'aide ... Oh ... Mais attention, aide à cause des actions humaines ou pokémon.

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 925

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Message par Juliette Sevaltico le Lun 31 Oct 2016 - 17:01

« C’est l’heure, il faut que tu y ailles si tu ne veux pas être en retard. »

« … J’ai peur. »

« Je sais… Je le sais bien… Mais ce n’est plus le moment d’avoir peur. Vas-y. Et bonne chance. »

Ce sont sur ces mots froids et une accolade pourtant chaleureuse que se séparèrent Léanne et Juliette. Ce jour d’hiver promettait d’être le plus important de la vie de la jeune femme, et pour cause… C’était en cette journée qu’elle allait passer l’épreuve pour laquelle elle s’entraînait depuis plusieurs mois.

Tout en ajustant les sangles de la selle en cuir autour du poitrail du Roucarnage de sa mentor, Juliette observait le jour qui commençait à se lever au loin, à l’horizon. La ville d’Arkan était encore endormie et rares étaient les Pokémon qui osaient s’aventurer hors de leur terrier givré en cette heure si matinale. La blonde n’avait pas énormément dormi cette nuit-là, trop anxieuse pour réussir à fermer l’œil plus d’une heure, et elle espérait que ça ne lui porte pas préjudice, plus tard, durant l’épreuve.

« Allons-y Roucarnage, direction la banquise. » fit la blonde, d’une voix fluette, à l’oreille du rapace.

Les gigantesques ailes aux plumes dorées de l’oiseau se mirent à battre l’air tandis que Juliette s’éloignait progressivement du sol. Quelques minutes de vol plus tard et le duo avait déjà quitté la ville avant de s’aventurer sur les plaines immaculées de Mizuhan.

La journée était froide, et le vent glacé fouettait le visage de la blonde. Les joues rosies, Juliette plissait les yeux pour scruter l’horizon, à la recherche de son examinateur. Ne voyant personne, la blonde finit par déduire que celui ou celle qui avait été dépêchée pour lui faire passer son épreuve l’attendait au cœur de la banquise. Heureusement que Juliette était partie en avance car une heure de vol supplémentaire lui serait nécessaire.

Pendant que le rapace avalait la distance qui les séparaient du lieu de rendez-vous, Juliette se perdit dans les méandres de sa mémoire. La blonde se remémora le nombre incroyable d’aventures qui, de fil en aiguille, l’avaient poussé à devenir guérisseur.

Tout commença quand elle fut prise en charge par cette ancienne militaire, Alexia, qui l’initia à la maîtrise de l’eau, il y’a plusieurs années de cela… Sans elle, Juliette n’aurait peut-être jamais apprivoisé ce don que la nature avait décidé de lui offrir. La rencontre véritablement décisive fut cependant celle avec le colonel Wang, et son soldat sacrifié. À partir de ce moment-là, Juliette s’était faite la promesse de devenir plus forte, de ne plus se contenter de ses capacités et de sans cesse chercher à progresser. C’était dans cette optique qu’elle avait demandé à passer une épreuve de défenseur, qu’on lui accorda aux monts étoilés. Après une nuit très éprouvante, elle et Anthère avaient obtenu le grade tant convoité de défenseur élémental de l’armée de Mizuhan. Mais cela ne suffisait pas Juliette, qui, conformément à sa promesse, avait décidé de ne pas se reposer sur ses acquis. Elle se mit alors immédiatement à la recherche des meilleurs guérisseurs du pays et finit par tomber sur Léanne qui accepta de la prendre en tant qu’apprentie.

Sans Léanne, Juliette ne savait pas où elle en serait. Oh bien sûr, belle, appliquée et déterminée comme elle est, elle aurait, dans tous les cas, fini par trouver un professeur. Elle aurait fini par entamer une formation de guérisseur, mais serait-elle aussi prête à passer l’épreuve qu’elle l’était actuellement ?

Bien sûr, elle avait peur. Peur d’échouer, peur de devoir annoncer à sa mentor qu’elle avait été un mauvais investissement, qu’elle avait perdu son temps en tentant de la faire progresser. Mais malgré tout, malgré cette peur qui la paralysait progressivement, Juliette savait qu’elle était prête, qu’elle ne pourrait pas l’être plus qu’elle ne l’était actuellement, et qu’elle avait toutes les capacités pour réussir.

Sous ses pieds, des kilomètres de banquise vierge de toute présence humaine se succédaient. Parfois, elle croisait une famille d’Obalie ou de Stalgamin qui l’observait avant de retourner vaquer à leurs occupations. Le soleil était maintenant levé, mais encore un peu timide. Les rayons orangés se reflétaient sur la neige encore fraiche, faisant briller le sol neigeux.

« Prends de la hauteur. » ordonna doucement Juliette au rapace qui gagna immédiatement en altitude.

La température devenait de plus en plus fraiche au fur et à mesure que l’aigle s’élevait, mais la maîtrise élémentale de Juliette lui apportait une résistance au froid légèrement supérieure à la moyenne. La blonde donna alors un cap à la monture qui lui obéit, diminuant de plus en plus l’écart entre les deux humaines.

Au bout d’une dizaine de minutes de vol à vitesse constante, Juliette resserra ses jambes autour du Roucarnage brillant qui ralentit instantanément. Celle aux yeux vairons la ressentait. Cette présence humaine. Une aura semblait l’appeler au loin, et mue par cet appel, Juliette indiqua la direction à suivre à l’oiseau.

Après quelques minutes supplémentaires de vol, la chevaucheuse finit par apercevoir son examinatrice, au loin. Elle semblait si petite, vue d’ici. La blonde ordonna à la monture de faire du sur-place le temps de quelques instants et en profita pour lui caresser les longues plumes frontales, tout en prenant une grande inspiration. La noble cherchait à profiter des derniers instants de répit qu’on lui accordait. Une fois qu’elle aurait atterri, elle n’aurait plus aucune certitude. Tout ce qu’elle vivra aura pour but de la tester, elle ne devrait pas l’oublier.

Après ces derniers moments d’accalmie, Juliette indiqua au chromatique qu’elle était prête. Le rapace lâcha un « Rouuuuu » sonore avant d’amorcer un atterrissage en spirale. Quelques secondes plus tard, Juliette posa le pied sur la banquise du Pôle Nord. Rappelant le Pokémon de Léanne dans sa Pokéball, elle s’approcha de celle qui était certainement son examinatrice.

« Bonjour, je suis Juliette. Vous devez être mon examinatrice ? Enchantée de faire votre connaissance. »

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 113

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Message par PNJ le Mar 8 Nov 2016 - 21:24

"C'est exact. C'est bien moi. Je m'appelle Sélestia, je serai votre maîtresse d'épreuve en tant que Guérisseuse expérimentée. Vous vous appelez Juliette, c'est donc bien le nom que l'on m'avait donné. Si vous voulez bien me suivre, je vais pouvoir vous guider à la zone de votre première épreuve. En vue de votre flux, j'ai le sentiment que vous êtes aussi de Mizuhan. Vous ne semblez pas craindre le froid, c'est pourquoi cette épreuve a lieu dans une telle zone. Généralement, sauf précision de la part du candidat, nous évitons de faire que l'épreuve se passe dans un endroit où il est difficile à ce dernier de donner son maximum. Néanmoins, cela ne veut pas dire que l'épreuve sera facile en soi."

Une simple précision alors que la jeune femme avançait avec douceur jusqu'à la première partie de cette épreuve. En quoi est-ce que cela allait consister ? Et bien, ce ne fut pas très difficile à savoir puisqu'elles arrivèrent jusqu'à ce qui semblait être un Iceberg. Dessus, il était possible de voir du sang, beaucoup de sang ... mais aussi de nombreux corps d'Otaria dans un bien triste état. La raison ? Certains avaient bien une partie de leur flanc qui était tout simplement absent, comme si quelqu'un avait réussi à arracher cela à pleines dents. La jeune demoiselle se tourna vers Juliette, disant doucement :

"Ces pokémon sont condamnés à mourir si vous ne faites pas attention. Votre but va être de tout simplement les sauver en utilisant vos pouvoirs aqueux. Vous allez devoir vérifier lesquels sont les plus proches de la mort, établir une liste des priorités et faire de votre mieux pour leur permettre de vivre quelques jours de plus. Attention, si vous voulez plonger dans l'eau pour pouvoir profiter de vos pouvoirs, vérifiez que des Sharpedo ne sont pas dans les environs. Un banc de ces pokémon traine dans les environs. Bonne chance !"

Un banc de Sharpedo ? C'était exact. Elle ne cachait pas du tout la vérité. A Juliette de voir si son examinatrice mentait ou non car il était vrai que les Sharpedo, ce n'était pas dans leurs habitudes que de visiter la banquise. Peut-être qu'ils avaient été obligé de se rendre par là ? Néanmoins, l'heure n'était pas aux questions mais plus au travail. Il y avait bien une dizaine d'Otaria et autant dire que cela n'allait pas être facile. Certains allaient succomber, d'autres n'osaient plus bouger, ensanglantés, c'était tout simplement un spectacle horrible ... mais l'examinatrice avait donné cela dès le départ pour une bonne raison : En tant que guérisseur, il n'y avait rien d'anormal à ce que pendant un combat à mort, sur un champ de bataille, il faille soigner des amputés, des êtres dont le corps était criblés de trous et d'entailles ensanglantées. Si Juliette ne supportait pas un tel spectacle, autant dire que sa carrière de guérisseuse allait très vite s'achever. Donc, elle allait devoir retrousser ses manches et mettre ses mains dans les intestins ... ou faire au moins que les Otaria puissent mourir en paix ? Qui sait ?

[Première épreuve : Une dizaine d'Otaria qui ont survécu à peine à une attaque de Sharpedos. Y a des blessés légers, des blessés grave, des quasi-morts, autant dire qu'il va falloir faire attention à toi ... et bien définir ton ordre. C'est très laid comme spectacle mais c'est ce que Juliette risque d'avoir un jour si elle devient Guérisseuse ! Bonne chance pour les soins !]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 925

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Message par Juliette Sevaltico le Dim 5 Fév 2017 - 23:26

Une aura neutre se dégageait de celle qui s’avérait se nommer Selestia. N’ayant pas totalement réussi à cerner le personnage qui se dressait en face d’elle, Juliette se contenta de sourire poliment quand cette dernière détermina son origine. De toute façon, seuls les Mizuhaniens étaient aptes à passer une épreuve dans le désert de glace. La blonde suivit en silence le sillon créé par l’examinatrice et marcha pendant plusieurs minutes, avant d’observer les premières flaques de sang, tâchant par la même occasion le paysage alors immaculé.

Au plus les jeunes femmes avançaient, au plus complainte sonore que l’on pouvait entendre au loin se transforma en un véritable brouhaha. Et pour cause… Un véritable massacre avait eu lieu quelques instants auparavant. Que dire… C’était une véritable boucherie !

Une multitude de petits phoques à la fourrure blanche comme la neige étaient entassés, tous plus mutilés les uns que les autres. Le cœur de Juliette se serra, mais sans s’en rendre compte, ses yeux commençaient à analyser la situation et envoyaient une multitude de données à son cerveau.

Il devait y’avoir une dizaine de blessés. Certains étaient à l’agonie, une partie de l’abdomen déchirée, les organes à l’air, d’autres étaient plus légèrement blessés, mais en état de choc. Elle estima aussi la situation dans sa globalité, et la réalité ne l’enchantait vraiment pas… Elle ne pourrait pas tous les soigner un à un, du moins pas pour les plus critiques. L’exercice avait dépassé le cadre de la simple épreuve, elle était en condition réelle, pour la première fois livrée à elle-même face à la brutalité de la nature. Inspirant largement, elle finit d’écouter Selestia.

« Des Sharpedo donc… ? D’accord. »

Juliette repensa au poisson de la jeune femme qu’elle avait sauvé de la dérive il y’a de ça plus d’un an. Cette dernière n’avait qu’un Carvanha, la forme pré-évoluée du requin, mais ce dernier lui avait suffi pour avoir un aperçu la hargne dont pouvait faire preuve cette espèce. Elle se promit donc de rester vigilante.

Juliette se mit en marche et s’approcha du lieu du massacre. Un gémissement plaintif s’échappait de la gorge de chaque petite bête présente, même des épargnées… Juliette se demanda comment un banc d’Otaria pouvait avoir été attaqué sans avoir été défendu par un ou plusieurs Lamantine, avant de penser à ce qui avait dû arriver à ces derniers… Les carnivores s’étaient délaissés des petits pour se concentrer sur les plus gros. Sûrement la seule raison pour laquelle certains d’entre eux étaient encore vivant.

« Faisons-en sorte que les sirènes ne soient pas mortes pour rien… » pensa Juliette.

La priorité pour Juliette était de s’assurer que les Sharpedo ne reviennent plus à la charge quand elle se mettrait à soigner les jeunes phoques. Les requins étant attirés par le sang, il était presque certain que ces derniers finiraient par revenir… Il n’y avait alors que deux solutions : soit elle déplaçait tous les phoques, ce qui était impensable vu leurs états… Soit elle déplaçait tout le sang présent dans la glace…

Bien sûr, les Otaria continueraient à saigner, mais sans sang présent dans la glace, leur présence serait déjà nettement moins remarquable. Juliette se mit alors à faire danser ses poignets, ses doigts valsant entre eux tandis que le sang présent à la surface de la banquise se mit à s’élever dans les airs en de minces filets rouges. Juliette n’arriva pas à épurer totalement les alentours, mais elle réunit une grosse partie du sang en une sphère d’une cinquantaine de centimètres de diamètres qu’elle lança de toutes ses forces au loin.

« Les Sharpedo se repèrent grâce à l’odeur du sang, il vaut mieux s’occuper de les éloigner un maximum de cette zone. » fit-elle pour expliquer son geste qui pouvait paraître étrange pour Selestia.

Sans attendre de voir si l’examinatrice approuvait ou pas cette méthode peu orthodoxe, Juliette se retourna et franchit alors la distance qui la séparait des blessés. À chaque pas qu’elle faisait, l’horreur devenait de plus en plus insoutenable. Il fallait avoir le cœur bien accroché pour affronter ce spectacle sans tourner de l’œil. Arrivée au premier Otaria, Juliette se baissa et se mit à observer ses blessures. Visiblement, ce petit père faisait partie des plus chanceux. En effet, une trace de morsure était visible sur son flan, mais Juliette n’y décelait aucune hémorragie interne. Pas une priorité à soigner.

Elle continua à avancer et se mit à analyser chaque Otaria, essayant de déterminer lesquels avaient de bonnes chances de survie, lesquels étaient dans un état le plus critique. Elle dût en porter plusieurs, leur arrachant parfois des cris de douleur, mais finit par créer trois castes de blessés. Les blessés critiques, les modérés, et les blessures superficielles. Autant dire que cette dernière n’étaient malheureusement pas très remplie.

Cela pouvait sembler très risqué de prendre le temps de faire un premier tri parmi les blessés, après tout, ce n’était pas comme si Juliette en avait énormément… Mais il était primordial de s’occuper de ceux occuper de mourir en premier.

La première catégorie était composée de trois individus. Pour ceux-là, et sans les analyser, Juliette n’avait que peu d’espoir. L’un d’entre eux n’avait plus de nageoires, pour les deux autres, des organes leur manquaient. Il lui faudra faire des choix, et ne pas avoir peur de mettre fin à la vie de certains de ses jeunes Otaria pour en abréger les souffrances si nécessaire… En analysant les alentours, Juliette remarqua un endroit où la couche de glace avoisinait les deux mètres de largeur. Vu les quantités inquiétantes de sang qui se dégageaient des blessures béantes, Juliette fit appel à une grosse quantité d’eau qu’elle transforma en mini siphon qu’elle vit tournoyer à une vitesse folle sur lui-même et l’utilisa comme foreuse pour créer un bassin de soin. La couche de glace serait un bon moyen d’atténuer l’odeur du sang, gardant toujours loin les requins.

La jeune femme ne maîtrisait pas la glace, et cette absence de maîtrise s’avérait parfois handicapante dans le soin. Pour pallier à cette lacune, la jeune femme avait mis au point quelques méthodes, comme celle-ci. Une fois la glace forée, elle avait un bassin de moins d’un mètre de profondeur pour deux de largeur. Elle relâcha le siphon d’eau dans le bassin qui était alors remplie. Juliette se leva et prit alors dans ses bras avec la plus grande douceur chacun des trois grands blessés et les plongea chacun à leur tour dans le bassin dont l’eau commençait déjà à luire d’une douce lumière.

Les cris plaintifs diminuèrent d’intensité pour deux d’entre eux, preuve que l’eau démontrait déjà ses vertus apaisantes. Malheureusement, un petit phoque ne semblait trouver de répit en l’eau de Juliette. N’étant pas familière avec les Otaria, la blonde se retourna, ferma les yeux quelques secondes qui lui suffirent pour analyser l’anatomie d’un des rescapés entiers…

« Un des Otaria ne survivra pas. Celui sans nageoire aura plus de mal mais continuera à vivre. Il est même possible qu’elle réapparaisse quand il évoluera. Celui à gauche saigne beaucoup mais les hémorragies ne sont pas mortelles… Le dernier par contre… »

Juliette s’agenouilla et caressa la tête du petit mammifère qui semblait souffrir plus que jamais.

« Il ne survivra pas. Les Sharpedo ont arraché une partie de ses organes vitaux. Il n’a plus assez d’intestin pour en recréer un, son foie est déchiqueté et un de ses poumons est perforé… Je suis désolé, Selestia, mais… même mon mentor ne pourrait rien pour lui… C’est fini pour lui. »

La blonde finit sa phrase tandis que le petit phoque ferma ses yeux pour la dernière fois de sa vie… Elle lui avait injecté une bulle d’air qui était remontée jusqu’au cœur, le faisant alors rendre son dernier battement. Il s’était bien battu, mais telle était la vie. Il y’avait des proies, et des prédateurs. Être guérisseur ne lui permettrait jamais de renverser cette logique naturelle et immuable, elle l’avait accepté il y’a bien longtemps.

La noble sortit alors le cadavre du phoque qu’elle posa aux abords de son bassin et se remit immédiatement au travail sur les deux autres. Elle était peut-être éprouvée par la mort de l’otarie, elle n’avait pas le temps de s’apitoyer sur elle-même. Remontant les manches, il lui fallait stopper l’hémorragie de celui qui avait encore sa nageoire. Elle l’attira vers elle et entoura ses mains d’une fine membrane aqueuse et prit une couleur verdâtre à son contact. Elle posa alors sa main aux différents trous dont était criblés son intestin. De la matière fécale s’en dégageait et il était essentiel de changer l’eau du bassin régulièrement afin d’éviter toute infection. Trou par trou, Juliette faisait coaguler le sang essayant de créer des croutes de sang épaisse en attendant que les tissus se remettent à s’étendre.

Elle s’attarda alors sur le second blessé grave. Pas d’organes en jeu, juste une nageoire manquante. Malheureusement pour la bête, toutes les articulations, tendons et nerfs reliés à l’appendice avait été déchiré du corps en même temps que le reste. Encore une fois, Juliette apposa les mains sur la blessure et stoppa les saignements, essayant de rendre la plaie la plus propre possible. Une fois la blessure nettoyée, elle se retourna, fit quelques pas en arrière et sortit une large bande de tissu du sac qu’elle avait emmené.

Juliette entoura la bête de son bandage qu’elle avait auparavant aseptisée avec une lotion d’une même couleur que l’eau qui entourait les mains du défenseur.

« Je ne peux créer de peau comme bon me semble. Il faudrait recoudre la blessure mais je n’ai pas le nécessaire pour. En attendant, le pansement appliqué est imbibé d’une lotion désinfectante qui en même temps stimule les cellules cutanées. D’ici quelques jours, la plaie devrait être propre et fermée. »

Les deux bêtes soignées étaient devenues calmes, soulagées de la pression qui les tiraillait. Juliette les sortit alors du bassin et l’Otaria à la nageoire manquante traina son corps jusqu’au mort, et frotta son nez contre celui désormais froid de son congénère.

« Je suis désolé… Ses blessures étaient bien trop importantes pour que je puisse y faire quoi que ce soit. Il ne souffre plus, maintenant… » fit elle à celui en deuil avant de lui caresser le crâne.

Juliette essuya la larme qui dévala sa joue pour se retourner et plonger les quatre créatures qu’elle avait jugé comme blessés modérés. Ici, rien d’aussi grave, quelques blessures qui nécessitaient un bon nettoyage, mais les bêtes retrouveraient leur énergie après une journée de repos. Les dernières créatures que Juliette n’avaient pas prises en charge n’étaient pas blessés physiquement, mais on lisait un profond choc dans leur regard. Juliette se retourna et s’adressa aux plus chanceux.

« Je sais que ce que vous avez vécu est horrible, mais vous devez être fort. Fort pour protéger vos blessés. Ils ont besoin de vous pour survivre. »

Les mots de la blonde semblèrent résonner dans l’esprit des Otaria rescapés vu que ces derniers s’agitèrent et allèrent s’enquérir de l’état de santé de leurs congénères blessés. Un des plus chanceux sembla prendre ce nouveau statut de leader tellement à cœur qu’il s’entoura une aura blanche avant de se transformer en un éclair blanc en un imposant Lamantine. Ainsi, il serait plus capable de protéger son banc. Juliette sourit au lamantin avant de se retourner vers Selestia.

« Je n’ai pas pu tous les sauver. »

Elle savait qu’elle comprendrait. Selestia devait savoir qu’un humain ne pouvait pas toujours gagner son combat contre la mort. Juliette savait qu’elle avait fait de son mieux. Mais faire de son mieux était-il suffisant ?

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 113

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Message par PNJ le Mar 7 Mar 2017 - 14:03

"Bien bien bien ... Je te laisses donc accomplir cette tâche."

Et c'était ainsi qu'elle observait Juliette accomplir ses différentes oeuvres. Lentement mais sûrement, elle cherchait à sauver un maximum d'Otaria sans pour autant y arriver. Et oui, certains étaient destinés à mourir depuis le début. Même elle, sans une concentration optimale et autre, n'aurait rien put faire. Inciter les Sharpedo à aller voir ailleurs n'était pas une mauvaise idée, loin de là et ainsi, elle pouvait être aisément tranquille. Vue son idée, la jeune demoiselle avait simplement fait quelques mouvements dans l'eau pour les éloigner encore un peu plus, attendant la fin de tout ce que Juliette avait accompli. Lorsqu'elle revint vers elle, elle l'écouta longuement mais sûrement avant de dire d'une voix calme :

"Certaines vies sont vouées à disparaître. D'autres non. On peut se reprocher autant de fois que l'on veut certains évènements, ce n'est pas ça qui les modifiera. C'est pourquoi il faut accepter pleinement ce qui s'est passé et ne jamais regretter ce qui s'est déroulé. Maintenant, nous allons passer à la suite ... d'ici une bonne heure, le temps que tu puisses te reposer."

Car oui, après autant d'efforts, elle n'était pas aussi cruelle au point de lui demander d'aller aussitôt dans la dernière épreuve, n'est-ce pas ? D'ailleurs, à ce sujet ... Elle était visiblement en train de sourire, comme amusée parce qu'elle allait produire. Néanmoins, comme convenu, elle la laissa se reposer pendant une heure, semblant préparer différents bols devant elle, contenant des mixtures et autres. Lorsque l'heure finit de s'écouler, la jeune femme à la chevelure violette reprit la parole :

"Voici ta seconde épreuve. Une guérisseuse est capable qui est apte à pouvoir soigner les blessures d'autrui grâce à son élément ... Mais cela n'empêche pas que certains blessés auront un rejet par rapport à ce dernier. Dans une telle situation, comment vas-tu réagir ? Est-ce que tu vas abandonner cette personne qui n'accepte pas tes soins basiques ? Le métier de guérisseur interdit une telle réflexion. Ces différents bols sont remplit de différents substances mais il manque quelques ingrédients qui sont juste à côté, mélangés. Il va falloir que tu trouves les ingrédients correspondants aux bols ... sachant que ces bols permettent un soin spécifique dans une région donnée ... entre soigner une fièvre, une grippe, un anesthésiant et autres ... Les compositions sont bien différentes, n'est-ce pas ? Voilà donc ta prochaine épreuve. J'ai été gentille, je t'ai quand même donner une information pour que tu puisses savoir ce que tu dois préparer."

Trois bols ... Il n'y avait que trois bols. Comme signalé, il y avait une petite feuille de papier devant chacun d'entre eux. Sur la première, il était écrit : Anesthésiant. Sur le second : Somnifère. Sur le dernier enfin : Cataplasme. Ainsi, il s'agissait de trois baumes bien différents à préparer. A côté ? Des herbes, des graines, tout cela avait été mis sur de belles feuilles qui pouvaient être aussi utilisées comme ingrédients, c'était à voir. Pour sûr, rien ne disait ... qu'il ne fallait pas voir aussi dans les alentours pour plus d'ingrédients ? Ou alors, peut-être que la demoiselle avait déjà tout mis devant Juliette ? C'était à cette dernière de juger par elle-même.

[Seconde épreuve : Autre style de guérison ! On a la guérison par l'élément, c'est quand même le but d'un guérisseur élémental ... Mais ça n'empêche pas qu'il faut aussi connaître d'autres méthodes pour soigner des gens ou des pokémons. A toi de me montrer comment tu prépares différents types de soins, que ça soit en macérant, écrasant, réduisant en poudre, bouillir, tremper ... Bref ... Je te laisses imaginer les ingrédients et les méthodes !]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 925

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Message par Juliette Sevaltico le Dim 26 Mar 2017 - 23:24

Le silence qui régnait entre les deux femmes était régulièrement entrecoupé par les gémissements des animaux marins. Juliette était tentée de se retourner pour s’occuper des Otaria mais la blonde préféra attendre le verdict de son examinatrice. Cette dernière ne lui apporta finalement que peu de réponses et ne fit que lui répéter ce qu’elle savait déjà : que toutes les vies avaient vocation à disparaître tôt ou tard et que quand l’heure était arrivée, elle ne pouvait rien y faire. Sélestia lui indiqua ensuite qu’elle avait droit à une heure de répit avant de passer à la suite des exercices composant son épreuve. Juliette, stoïque, ne montra rien de son soulagement… Soulagement car après tout, si l’examinatrice souhaitait continuer l’épreuve, c’était que cette dernière estimait que Juliette avait plus ou moins bien géré la première partie.

Il lui fallait maintenant attendre une heure… Là… Sur la banquise... Heureusement que la maîtrise de l’eau de Juliette lui apportait une légère résistance au froid supplémentaire et qu’elle était habillée chaudement, sinon elle ne donnait pas cher de sa peau ! Juliette fouilla dans les poche de son long manteau et y sortit une paire de gants en cuir fourrés qu’elle enfila avant de retourner voir les otaries.

La blonde vérifia le bandage qu’elle avait fait au plus blessé et la plaie semblait toujours assez propre. Elle avait fait du bon boulot sur ce cas, du moins elle le croyait. La blonde dispensa quelques caresses sur quelques crânes blanc avant de leur souhaiter une bonne continuation. Le banc se dispersa presque immédiatement sous la couche de glace qui recouvrait la banquise, les plus fort escortant les plus faibles. Seul le cadavre de l’Otaria décédé restait à la surface du désert blanc. La défenseure hésita quelques instants avant de le prendre dans ses bras et de le déposer dans l’eau. Un Pokémon aquatique comme un Otaria ne devrait reposer nulle part ailleurs que dans l’océan.

Juliette sortit ensuite ses deux Pokémon de leur Pokéball. Si elle avait près d’une heure à tuer, autant qu’elle le fasse en bonne compagnie. Elle posa au sol le petit sac en tissu qu’elle avait emmené et s’assit dessus, s’enfonçant légèrement dans le sol. Goupix sauta immédiatement sur ses genoux, profitant pour se coller à elle tout en lui irradiant une agréable chaleur. Ramoloss, quant à lui, se mis en marche pour arriver à sa droite. Juliette ferma les yeux, bercée par ses présences familières et réconfortantes et entra en méditation comme elle apprit à le faire lors de son séjour au temple de l’air boréal.

Sa transe était si profonde que son Pokémon rose dut lui envoyer une légère décharge psychique pour lui indiquer que l’heure accordée par Sélestia venait de s’écouler et que celle-ci l’attendait, plus loin, avec la deuxième étape de l’épreuve au point.

Le deuxième exercice consistait à composer avec les ingrédients disposés sur de larges feuilles. Elle devait faire un anesthésiant, un somnifère et un cataplasme.

Juliette hocha la tête à la fin des explications de celle aux cheveux violets et s’accroupit pour observer de plus près les ingrédients mis à sa disposition. Il y’avait de tout, des herbes, des graines, des végétaux et diverses substances provenant de divers Pokémon, … Juliette se saisit du premier bol devant lequel il était inscrit anesthésiant. Par quoi commencer… ?

La blonde se saisit de presque tous les liquides à sa disposition, ouvrit tous les flacons, respirant à chaque fois les effluves qui s’en dégageait… Alors qu’elle humait un énième flacon, une expression de dégoût se dessina sur son visage. Une odeur vraiment distincte s’engouffra dans ses narines et pour cause, dans la fiole en verre se trouvait de l’acide digestif issu de la famille des Chetiflor. Si l’odeur n’avait eu que pour effet de dégoûter la blonde, cette dernière, paradoxalement, se mit à sourire. Très acide, ce liquide pouvait être neutralisée avec de l’eau, tout gardant toutefois ses caractéristiques antiseptiques, et un anesthésiant se devait également être antiseptique, au cas où il était utilisé dans le but de préparer une opération.

Juliette vida alors sans hésitation le contenu du flacon dans le bol en bois qui commençait à être rongé par le liquide avant d’immédiatement y ajouter de la glace qu’elle ramassa avec ses mains. L’ajout de la glace qui fondit immédiatement eut pour effet d’arrêter l’érosion du contenant en bois. Le froid, ajouté par la glace, n’était pas nécessaire, mais toujours le bienvenu, le froid insensibilisant quelque peu la peau. Une fois la première étape faite, elle devait trouver quelque cho… Bingo ! La blonde venait de sortir un carnet dans lequel était griffonné une multitude de dessins et venait de comparer quelque chose qui ressemblait à une plante avec un dessin. En réalité, il ne s’agissait pas de plantes, mais bien d’une excroissance de Kravarech. Ce Pokémon, récemment découvert par les chercheurs, empoisonne et annihile toutes terminaisons nerveuses chez sa proie afin qu’elle ne puisse pas lui échapper. À petite dose, elle ne détruisait pas les terminaisons nerveuses, mais les endormait pour un temps plus ou moins long selon la quantité. Juliette estima à vue de nez la quantité dont elle avait besoin, déchira la membrane tout en protégeant ses mains à l’aide de ses gants et déposa le morceau qu’elle jugea nécessaire dans le premier récipient. Il faudra laisser la préparation macérer une petite demi-heure afin que la membrane relâche tout son poison.

La défenseure se concentra alors sur sa deuxième mission, la création d’un somnifère ! Cette préparation lui semblait déjà un peu plus aisée, ayant elle-même l’habitude d’en utiliser sur ses patients. Si la famille des Chetiflor avait été son allié pour la première préparation, celle des Mystherbe le serait pour la deuxième ! Et pour cause, des graines qui se trouvent habituellement incrustées dans les pétales de Rafflesia se trouvait sur les feuilles-présentoir. Juliette en prit une petite poignée qu’elle jeta dans le fond de son deuxième bol avant de se munir d’un mortier et de les concasser. Les graines de Rafflésia étaient de sérieux somnifères mais qui, pures, étaient très mal tolérées par l’organisme humain qui avait tendance à directement vomir pour l’éliminer. Il lui fallait donc trouver quelque chose avec quoi mélanger la poudre obtenue. Fouillant parmi tous les options proposées, Juliette finit par se décider par un peu de miel d’Apitrini qu’elle ajouta à la poudre juste après avoir ajouté des pétales de pavot séchés. L’examinée prit alors une petite quantité de la mixture obtenue entre ses doigts et la roula entre ces derniers pour en faire une petite boule qu’elle présenta à Sélestia. C’est par la voie orale qu’elle administrait le somnifère au besoin.

La noble s’attaque pour finir à la dernière préparation mais pas des moindres, le cataplasme. Juliette se gratta rapidement l’arrière du crâne tandis qu’elle inspectait les ingrédients qui lui restait. Clairement, Sélestia en avait mis beaucoup plus que nécessaire, lui permettant ainsi une grande marche de manœuvre. Pour cette dernière mixture, qui était peut-être celle le plus sujette aux variations, la blonde décida d’en composer une exclusivement végétale. Elle prit alors en main une poignée d’herbe. N’ayant pas de quoi extraire leur jus, Juliette se muni du couteau mis à sa disposition et se mit à hacher très finement l’herbe qu’elle déposa au fond de son bol. Elle y ajouta une poignée de terre qui, selon les petites pousses que Juliette put détecter grâce à sa maîtrise aquatique, paraissait être en bonne santé et pleine de minéraux. Elle ajouta par la suite de l’eau et créa un petit tourbillon à l’intérieur du récipient afin de s’assurer une bonne homogénéité du mélange. Malheureusement, Juliette avait mis un peu trop d’eau mais au lieu d’en retirer, elle décida d’ajouter une quantité non négociable de poudre d’argile verte, mis encore une fois à sa disposition par Sélestia. La mixture commençait alors à avoir une texture intéressante, bien épaisse. Cependant, il manquait une dernière chose pour que cela convienne à la blonde qui ne voulait pas prendre le risque de faire un faux pas…

Fermant les yeux, elle passa alors en revue les environs grâce à sa maîtrise élémentale. Il faisait froid sur la banquise, mais Juliette savait que le soleil qui tapait fort sur cette partie du globe permettait à certaines algues de quand même se développer sous la glace. Se concentrant, elle finit par en localiser à un kilomètre de sa position. De là où elle était, elle ferma les yeux et les enferma dans une sphère aquatique et ramena cette dernière à elle, la faisant passer par le trou des Otaria. Une fois la sphère arrivée à ses côtés, elle relâcha l’emprise qu’elle avait dessus, récupérant les quelques plantes repérées quelques instants auparavant. Utilisant une nouvelle fois sa maîtrise, elle retira toute l’eau se trouvant dans les algues, les rendant facilement friables avant de les incorporer à la mixture. Elle avait une couleur inqualifiable, peu ragoutante, mêlant le marron de la terre au verre des plantes. Mais la couleur de sa préparation était le dernier de ses soucis, le principal restait ses vertus thérapeutiques. Juliette passa deux de ses doigts à l’intérieur du bol, satisfaite de la texture obtenue.

Finalement, après près de trente minutes d’essais et de touillages, Juliette prit appui sur ses genoux pour se relever, son dos craquant légèrement. A Sélestia de décider si ces mixtures étaient dignes d’un guérisseur ou pas.

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 113

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Message par PNJ le Dim 30 Avr 2017 - 16:08

"L'heure de voir ce dont tu es réellement capable alors, n'est-ce pas ? Voyons voyons ..."

La jeune femme avait fini par se lever. Vu le temps passé à attendre qu'elle termine, elle tapota doucement son fessier comme pour bien signaler qu'elle avait pris ... peut-être un peu trop de temps ... Mais après, les décoctions, certaines nécessitaient pas seulement des minutes mais des heures voire des jours de préparation. Et oui ! Mais sauf que là, on parlait d'une décoction prête à l'emploi sur les minutes qui suivent ... en pleine séance de guerre. Bref ... C'était sûrement un mauvais point mais maintenant, il fallait voir l'allure qu'avait ses nombreuses préparations. Si celles-ci étaient réussies, elle pouvait passer outre tout ça et donc donner quelques points sur ceux perdus.

Bon le cataplasme, le somnifère et tout ... Hum ... Le mieux était de tester directement sur soi-même. Sans aucune hésitation, la jeune femme se tailla un peu le bras avant de prendre l'anesthésiant. C'est bien ... Elle ne ressentait plus la douleur. Cataplasme ? Son efficacité n'était pas à mettre en doute à ce sujet. Quant au somnifère, rien que l'odeur lui donnait envie de dormir. Bref, les résultats étaient plus que corrects et elle vint se soigner sans difficultés ensuite, reprenant la parole :


"Les trois préparations sont parfaites ! Par contre, attention à ne pas prendre trop de temps. Suivant les situations, cela peut être mortel que de mettre trop de temps à préparer ... et donc tu peux causer la mort d'autrui ou toi-même. Bon ... La dernière épreuve ... et oui, nous y sommes, j'espère que tu es prête. Nous allons voir ce que tu vaux maintenant en situation réelle ... Tu vas devoir me combattre mais pas seulement. Mon but ne sera pas de te donner la victoire ou de te la prendre, loin de là ... mais de voir comment tu es capable de gérer le stress, de surveiller tes alentours, de te défendre et de te soigner. J'espère que tu es prête ... car je serais d'aucune pitié. D'ailleurs, je vais être sympathique, je vais te laisser quelques minutes pour reprendre ton souffle et te préparer."

Et de son côté, elle allait faire de même.  Nonchalamment, la femme s'éloigna de Juliette, comme si de rien n'était. Avec visiblement des idées bien placées en tête, elle avait déjà opté pour deux pokéballs. Du côté de Juliette, il n'y avait aucune restriction sur le nombre ... Mais il valait mieux se méfier. En plus, elle semblait préparer quelques ... objets étranges sur le sol. A croire que c'était bientôt un futur champ de bataille. Peut-être que la situation réelle ... allait l'être beaucoup trop ? Et ça ne serait pas forcément une bonne chose si Juliette ne se préparait pas à la confronter avec tout ce qu'elle avait. Bon ... D'ailleurs, qu'est-ce qu'elle allait sortir comme pokéball ? La première vint tomber au sol, dévoilant un imposant Mammochon ... puis la seconde fit de même, montrant ensuite ... un colossal Blizzaroi. Ah oui, avec ça, il n'y avait pas forcément besoin de plus de pokémon. D'ailleurs, c'était Juliette ou la neige commençait à tomber ?

[3eme épreuve pas encore commencée mais on la prépare ! A toi de voir comment tu vas faire ... mais fais attention et prends tes précautions ! Au prochain post, "l'assaut" sera lancé ! Tu peux faire tout et n'importe quoi ... mais bon, ça serait risqué. Tu peux pas l'attaquer encore, par contre, bien entendu ^^]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 925

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Message par Juliette Sevaltico le Lun 8 Mai 2017 - 0:32

Juliette fut surprise par la franchise avec laquelle son examinatrice se tailla le bras. La blonde sentait ses sens s’agiter tandis que le sang s’écoulait de la blessure pour dévaler sur l’avant-bras de celle aux cheveux violets. Avec la plus grande des confiances, Sélestia plongea ses doigts dans les mixtures préparées auparavant par la jeune femme. Elle semblait ressentir un peu de soulagement lorsqu’elle étala l’anesthésiant sur sa coupure avant de la recouvrir du cataplasme. Bien entendu, elle ne testa pas le somnifère directement sur elle-même, mais Juliette devina qu’elle avait l’expérience nécessaire afin d’établir l’efficacité d’une potion sans devoir l’utiliser directement sur elle-même.

Après avoir conseillé à Juliette d’augmenter la vitesse à laquelle elle réalisait ses mélanges, Sélestia annonça la couleur du dernier test de l’épreuve. La blonde s’était préparée psychologiquement à devoir affronter son examinateur à un moment ou l’autre de son épreuve, cela ne la pris donc pas trop au dépourvu.

En revanche, elle n’avait pas imaginé que ce dernier libèrerait deux bêtes de glace afin de l’épauler durant cette partie de l’exercice. Juliette observa les deux Pokémon à tour de rôle. D’un côté, l'élémentale ne semblait pas trop se formaliser du Mammochon. Après tout, même si ce dernier se révèlerait être extrêmement puissant, faisant démonstration d’une force pure impressionnante, il restait vulnérable à l’eau. Et dans un désert de glace comme celui-ci, il s'agissait d'un paramètre à ne pas perdre de vue. Non… Ce qui l’embêtait un peu plus était la présence de ce Blizzaroi qui dépassait les deux mètres. Et pour cause, le type plante de ce colosse lui conférait une certaine résistance à l’eau. Juliette devrait rester sur ces gardes et faire en sorte de ne jamais le quitter des yeux.

Malgré cette analyse détaillée des deux Pokémon de son « adversaire », le regard de Juliette finit par revenir sur Sélestia. Sous ses airs de poupée de porcelaine, Juliette devinait un incommensurable pouvoir, et qui, une fois déchainé, équivaudrait probablement à ceux de ses deux Pokémon réunis. Peut-être cette dernière n’irait pas à fond ? Qui sait…

Juliette prit alors congé de son examinatrice et marcha quelques mètres, bien décidée à faire le vide avant le dernier exercice. L’air froid lui brûlait les poumons tandis qu’elle porta ses doigts à son nez, tentant d’en réchauffer le bout. Elle lâcha un long soupir avant de fouiller dans le fond de ses poches et d’y libérer, pour la deuxième fois de l’épreuve, ses Pokémon.

Ramoloss lévitait à quelques centimètres du sol, évitant de rentrer en contact avec la neige tandis que la couche de glace commençait à doucement fondre autour des pattes du renard de feu. Leur dresseur leur adressa un sourire chaleureux avant de s’adresser à eux très simplement.

« C’est le dernier exercice ! Et si je le réussis, je deviens officiellement guérisseuse ! On va faire un exercice de défense, et j’ai le droit de vous utiliser, vu qu’elle aussi elle utilise ses Pokémon. Partants ? »

Goupix émit un glapissement, traduisant son enthousiasme tandis que l’hippopotame semblait plus réservé. Il se montrait plus préoccupé que d'habitude tandis que son regard ne pouvait pas quitter le Mammochon et le Blizzaroi. Ce dernier se tourna alors finalement vers la renarde, qui inclina sa tête à plusieurs reprises alors qu’elle l’écoutait parler dans son esprit. Finalement, l’enfant du feu finit par hocher, l’air grave.

« Dites donc, qu’est-ce que vous mijotez vous deux ? » fit Juliette, amusée par la scène, naïve.

Elle n’avait aucune idée de ce qu’il se tramait tandis que deux artéfacts que Juliette possédait dans son sac à dos et trimballait partout tels des grigris se mirent à léviter, entourées d’une aure rose, jusqu’aux deux Pokémon. La couronne de roche que Juliette avait trouvé dans le mont des étoiles à la suite de son épreuve de guérisseur se posa sur le crâne de son Pokémon psychique tandis que la pierre précieuse aux reflets orangés qu’elle avait reçu de la part de Léanne entra en contact avec Goupix.

D’un même souffle, les deux Pokémon que Juliette connaissait depuis des années disparurent, engloutis dans un bain de lumière aveuglante. Elle ne put observer le spectacle tant la lumière lui agressait les yeux, mais quand cette dernière se dissipa, deux nouveaux Pokémon lui faisaient face.

Choquée, prise de court, Juliette en tomba à genoux, portant ses mains fébriles aux visages des deux créatures qui lui faisaient face. Des larmes coulèrent le long de ses joues, sans vraiment savoir pourquoi. L’évolution faisait partie de la vie d’un Pokémon, et elle devrait s’en réjouir, mais tout cela était si... soudain.

Goupix, son premier Pokémon, partenaire depuis maintenant plus de dix ans n’était plus. À sa place, un magnifique renard d’or à neuf queues… Juliette tourna ensuite son regard vers son Ramoloss, qui était maintenant un être bipède dont la tête était ornée par une véritable couronne de pierre. Juliette attira ses deux Pokémon contre elle, faisant ainsi redoubler ses larmes.

« Pourquoi avez-vous fait ça… Maintenant ? »

« Parce que tu as besoin de nous, plus que jamais. »


Surprise, Juliette brisa l’étreinte d’un mouvement brusque, fixant la source de cette voix.

« Mon évolution m’a permis de démultiplier mes pouvoirs psychiques. Je peux maintenant communiquer avec toi. Enfin… Avec des mots, je veux dire. Nous voulions que tu saches qu’il s’agissait d’une décision commune avec Goupix, et nous étions tous les deux d’accord qu’il était temps pour nous d’évoluer. Nous n’aurions jamais pu t’être d’une quelconque utilité dans nos formes précédentes face à de tels adversaires. Sèches donc tes larmes, nous sommes toujours les mêmes. Et puis, nous avons une épreuve à finir. »

Alors que Roigada mettait un terme à leur première communication mentale, Feunard s’avança et plaça sa tête dans le creux du cou de la blonde. Elle devait leur faire confiance… Balayant les quelques larmes qui restaient sur ses joues d’un revers de main, Juliette se releva, le visage rouge, affichant un sourire mal-assuré, mais sincère.

« Nous sommes prêts ! » fit-elle à Sélestia, alors qu’elle se retourna pour leur faire face.

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 113

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Message par PNJ le Dim 4 Juin 2017 - 18:47

"Hum ..."

Elle était restée là, les bras croisés, observant tout simplement la scène qui se déroulait devant ses yeux. Cette étape était primordiale dans la vie d'une possible future guérisseuse. Il n'y avait alors rien d'anormal à ce que certains évènements ... se démarquent des autres. C'est pourquoi elle n'avait pas pris la parole lorsqu'elle avait tout simplement remarqué l'évolution des deux pokémon de Juliette. Oui ... Cela allait rendre le match bien plus intéressant mais attention à ne pas oublier que le but n'était pas la victoire ... à tout prix. Non, elle allait devoir sûrement faire bien plus qu'un simple combat, oh que oui. Attendant de voir que Juliette annonce qu'elle soit prête, la jeune femme aux cheveux violets releva son visage vers elle, faisant un petit sourire amusé avant de déclarer :

"Bien alors, n'est-ce pas ? Commençons tout de suite. Alerte Neige s'il te plaît, Blizzou"

Elle leva une main en direction du Blizzaroi, celui-ci poussant un hurlement avant que la neige qui avait commencé à tomber devint de plus en plus importante. A force, elle avait même réussi à aveugler le terrain, le rendant presque méconnaissable. C'était à peine s'il était possible de reconnaître les ombres sous la neige, comme si tout cela avait été rendu presque inconcevable. Et ce n'était pas vraiment la voix de la jeune femme qui était des plus rassurantes en prime :

"Maintenant que c'est fait ... Blizzou ... Glaciation."

N'avait-elle pas dit de prendre cela très au sérieux ? Tout autour de la zone de combat, des pans entiers de glace sortirent du sol, donnant l'impression qu'ils venaient de rentrer dans une nouvelle ère glaciaire. Heureusement, les pokémon de Juliette ou même cette dernière n'étaient pas ciblées par l'attaque mais le but était là ... Faire monter le stress, lui faire commettre des erreurs, comprendre lorsque la situation était grave et désespérée ... Et ce n'était que le début de ce qu'elle avait prévu pour Juliette. Elle se tourna finalement vers la Mammochon, sourire invisible aux lèvres avant de dire :

"Mammou ... A ton tour donc. Envoie donc un Blizzard."

Oui, encore une fois, elle n'y allait pas avec le dos de la cuillère. Qu'est-ce qu'elle avait comme but en agissant de la sorte ? Difficile de savoir car Juliette n'était pas dans la tête de son adversaire. Pour autant, c'était maintenant une pluie de glace et de grêle qui vinrent s'abattre sur la zone. Toutes les créatures qui n'étaient pas adeptes du grand froid allaient tout de suite commencer à souffrir, qu'importe leurs constitutions. Et le combat ne faisait que commencer ... Ce n'était pas très réjouissant, loin de là, il fallait s'en douter et rien n'était fait pour permettre à Juliette la moindre lueur d'espoir. N'avait-elle pas prévenu qu'elle comptait l'écraser ? Tout en lui signalant que la victoire n'était pas si importante ... pour elle ? Ce qui voulait dire plusieurs choses mais c'était à Juliette et ses pokémon de le découvrir. D'ailleurs, dans un murmure, elle a presque l'impression d'entendre des gémissements malgré la tempête de neige, comme si une créature blessée était présente.

[Début du combat ! A toi de résister à cette première vague d'assaut ... qui est très très violente comme tu peux le remarquer. D'ailleurs, si Juliette s'intéresse aux gémissements, elle pourra les localiser peut-être ... et voir qu'il s'agit de statuettes de glace représentant des pokémon blessés à divers endroits et qu'il s'agit du vent glacial qui fait ce bruit ! Bonne chance !]
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 925

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Message par Juliette Sevaltico le Lun 19 Juin 2017 - 20:08

Juliette esquissa un sourire lorsqu’elle entendit le surnom du Pokémon de Selestia. « Blizzou… » pensa-t-elle, amusée par le nom donné à un tel colosse. Cependant, elle ravala sa moquerie presque immédiatement quand le vent se mit à se lever. Oh oh… Cela n’augurait rien de bon.

Rapidement, de gros nuages de cotons gris se formèrent dans le ciel laiteux tandis qu’ils déversaient une quantité impressionnante de flocons. Même pour Juliette, pourtant installée à Fla’Or depuis près d’un an, la rapidité à laquelle le temps s’était gâté était impressionnante. Une vraie tempête enneigée se forma et Juliette, accompagnée de ses deux Pokémon fraîchement évolués, était dans son œil. L’apprentie se mit alors à relativiser.

« Si ce n’est que ça, je peux tenir. » pensa-t-elle, sûre d’elle-même.

Cependant, Sélestia dévoila rapidement que son plan n’était pas que… « ça ». La neige avait étouffé la voix de l’examinatrice, ce furent donc les sens élémentaux de Juliette qui la prévint de l’émergence de pans de glace de plusieurs mètres de haut. Rapidement, une sensation d’étouffement se mit à tirailler la blonde. Pas spécialement claustrophobe en temps normal, cette neige qui lui entravait la visibilité, couplée à ce vent, la rendait vraiment sensible à cette sensation des plus désagréables.

La tempête de neige continua à s’accentuer suite à l’attaque du mammouth. La température commençait à vraiment chuter et à devenir dangereusement négative, Juliette se mit alors à chercher une connexion avec Roigada.

« Feunard gère bien la situation, elle augmente sa température interne. Le froid a peu d’impact sur elle. » répondit la créature psychique à l’appel silencieux de Juliette.

La noble fut rassurée de savoir que sa première des amies était en sécurité, du moins pour le moment. C’était toujours ça de moins à gérer. Cependant, un autre cas la préoccupait.

« J’ai un peu plus de mal, je l’avoue… J’essaie de me protéger avec mes pouvoirs psychiques mais les Pokémon de Sélestia sont fort. Leurs attaques passent à travers mes protections. »

Sa dresseuse devint pâle. En tant que maîtresse de l’eau, elle connaissait les risques d’une exposition trop prolongée au froid et à la glace. Elle connaissait les conséquences qui en découlaient, et l’amputation d’un membre, aussi bien pour elle que pour son Pokémon, ne l’enchantait guère. Le seuil de tolérance au froid de l’humaine qui était un peu plus haut que celui d’humains lambda finirait par ne plus suffire pour la prévenir d’engelures.

Juliette se mit alors à avancer vers son Pokémon rose. Il avait besoin de son aide, et rester en mouvement lui éviterait de subir des morsures du froid trop profondes. Au bout de quelques mètres, qui semblèrent interminables dans ces conditions, Juliette arriva au niveau de son compagnon. Elle posa ses mains au niveau ses épaules, détaillant la circulation sanguine du roi.

Mauvaise nouvelle… Le sang commençait déjà à se rétracter vers le cœur, laissant les extrémités moins irriguées. Juliette ferma les yeux sans plus attendre, et grâce à sa maîtrise du sang et à des mois d’apprentissage, elle relança la circulation dans les parties privées de sang. Elle dut fortement plisser les yeux pour apercevoir les pattes de son Pokémon rosir à nouveau.

Appliquée dans sa tâche, Juliette ne vit pas le pic de glace de plusieurs centimètres de long qui se dirigeait vers elle et qui lui entailla le bras. Instinctivement, l’examinée fit venir à elle suffisamment d’eau pour créer un gant autour de sa main et la passer sur sa blessure, qui disparut directement sans laisser de cicatrices.

La grêle se fit de plus en plus violente, faisant de plus en plus mal à ceux qui se trouvaient au cœur de la tempête. Pour se protéger des dégâts, la jeune défenseuse créa une fine pellicule d’eau qu’elle posa sur elle à la manière d’une combinaison moulée sur mesure. Bien que très fine, cette combinaison aquatique amortissait le choc des grêlons. De plus, si malgré cela, elle réussissait à être légèrement blessée, l’eau se mettait à luire au niveau de l’impact afin de la soigner rapidement.

Juliette dut cependant se rendre compte que sa technique avait des failles. La première était qu’elle ne pouvait se contenter de se soigner elle-même pour valider l’épreuve, la seconde était qu’elle n’était pas en mesure de contrôler deux armures aqueuses… Elle devait absolument protéger Roigada autrement.

Après quelques secondes de réflexion, elle appela à elle une grande quantité d’eau et demanda à son Feunard, qui n’était pas si loin que ça, d’utiliser son attaque Lance-Flammes sur la poche d’eau qu’elle maintenait en lévitation. Immédiatement, au contact du feu, l’eau se transformait en vapeur chaude que la blonde monopolisait pour former un dôme protecteur. La température de la vapeur, fugace, l’obligeait à recommencer régulièrement l’exercice, mais la chaleur faisait fondre tout flocons qui s’approchaient trop près d’eux.

Juliette finit par se décider qu’il était temps pour eux de rappliquer. Après tout, Sélestia avait bien précisé qu’il s’agissait d’un combat, pas juste une succession d’attaques à déjouer… Alors que ses bras, endoloris par le froid, tournaient en l’air pour continuer à brasser son air chaud, Juliette ferma les yeux pour tenter de déterminer la position de ses assaillants. Très rapidement, elle put, dinstinguer grâce à ses sens élémentaux, des constructions en glace très probablement construites par Sélestia, mais surtout, deux énormes silhouettes à travers la tempête.

Juliette indiqua alors les directions à viser à sa renarde à neuf queues avant de lui ordonner de faire feu à pleine puissance, espérant qu’elle touche au moins une des deux cibles. De larges jets de flammes, bien plus impressionnants que ceux que Goupix savait générer, sortirent de la gueule acérée du quadrupède, fonçant à travers le rideau de neige qui les entourait.

« Faites qu’elle en touche un, faites qu’elle en touche un… »
espéra la blonde.

_________________
avatar
Juliette Sevaltico
Informations
Nombre de messages : 113

Fiche de personnage
Points: 17
Âge du personnage: 22 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Guérisseur] Brûlure et Gelure [Juliette]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum