[ Clos ] La chasse au leurre [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] La chasse au leurre [Solo]

Message par Trellia Farron le Mar 6 Déc 2016 - 17:37

Contrainte n°9 : Insister sur un sentiment particulier.


ccoudée  à un bureau, Trellia fixait le vide avec un regard lointain, presque morne. Elle semblait en proie au désarroi et à l’inactivité. Il n’en était rien, la jeune femme réfléchissait, tentant de refaire le puzzle de toute cette affaire. Elle revoyait aussi les reproches, sur le visage du jeune homme qu’elle avait rencontré dans la plaine. Les gens étaient drôles, ils vous disent que n’êtes pas obligés de les aider et quand vous ne le faite pas, vous êtes le pire des monstres. Seulement Trellia était militaire, il aurait fallut être aveugle pour ne pas le comprendre et elle ne faisait pas ce qu’elle voulait. Elle avait envoyé des renforts et une escorte, ce qui n’était déjà pas mal. Mais le sort des Pokémon lui était indifférent, il y avait bien plus grave. Le cadavre avait été retrouvé. Le cadavre et non la jeune femme. Cela, Trellia s’y était attendu… Mais elle s’était aussi attendue à trouver son assassin. Vu l’état des lieux, cela faisait des jours que la victime était sur place, assez pour lui laisser le temps de mourir de faim. Attachée dans une cave.

Le moral de l’équipe était au plus bas. Ils s’étaient fait menés en bateau. Aussi Trellia repensait inlassablement à ce qu’ils avaient découvert jusque-là, la liste des victimes et tout ce qu’ils savaient à leur sujet et la journée où elle avait été si proche de l’attraper. Ou de le tuer, elle ne lui aurait pas laissé la chance de s’enfuir. Atterrés par ce qu’ils avaient trouvé, parce que le spectacle n’était pas beau à voir, personne ne savait quoi faire à présent. Trellia ruminait. Elle revoyait la scène, lui devant, s’enfonçant dans les ruelles, habillé en blanc, on ne pouvait pas dire que c’était discret ! Et aux portes de la ville, plus rien. Des traces de passages, une étoffe coincée dans un buisson d’épine et une silhouette loi, très loin dans les plaines. Elle se revoyait sortir Sara et partir à sa poursuite. Comment avait-elle pu le perdre ? Il n’y avait pas de quoi se cacher dans les plaines de Chantepluie, pourtant, il lui avait échappé. Est-ce qu’elle aurait dû retourner en ville ? Bien sûr que non ! Il s’enfuyait devant elle !

C’est en haut d’une colline qu’il avait disparu, le temps d’y arriver à son tour… Ses collègues sur le lieu du crime, elle pouvait le poursuivre, mais pour finir, elle s’était dirigée, de dépit, là où il y avait encore de la vie. De la vie, mais pas de tueur. Trellia ne cessait de se poser la question, comment avait-il pu s’évanouir dans la nature de la sorte ? Qu’aurait-elle pu faire d’autre, qu’aurait-elle faire d’autre ? En revanche lui, s’était octroyé le luxe de lui laisser un message ! Du haut de la colline, elle aurait dû le voir. Elle ne pouvait plus penser à autre chose, ne cessant de se demander si elle n’avait pas laissé d’autres options plus profitables, si elle avait fait le bon choix. Mais Trellia ne pouvait s’empêcher de penser que n’importe quel garde normalement constitué l’aurait poursuivit… Que devait-elle faire maintenant ? Elle l’avait mis en colère, c’était sûr… La veille, on leur avait apporté la nouvelle, trois autres victimes et des mots qui lui étaient adressés sur chacun d’entre-eux. Il lui en voulait personnellement, mais pourquoi le faire payer à d’autres ? Et ces mots n’avaient aucun sens…

Si elle le prenait au mot, il l’« aidait » à voir la vérité et l’ « empêchait » de se plonger dans le mythe du songe. Ca n’avait aucun sens. Quel mythe ? Quel songe ? Elle ne savait plus du tout. Si c’était son plan… De l’embrouiller assez pour l’empêcher d’agir et de réfléchir, il s’y prenait très bien ! C’était toutes ses questions et ce malaise qu’elle ressentait en lisant chacun des billets, qui l’empêchait d’y voir clair. Malgré tout, il y avait quelque chose dans ses écrits, qu’elle tenait pour réel et ne sortant pas d’une imagination malade. Mais quoi ? Où ? Pourquoi elle ? Simplement parce qu’elle s’était jetée à sa poursuite ? Elle avait un peu de mal à le croire. Et alors maintenant ?

*Et maintenant ?*

Trellia passa une main fébrile sur sa nuque. Tant bien que mal, elle essaya de chasser ses idées noires. Une sensation étrange l’assaillit. Dans sa mémoire, des paroles sortirent subitement de la brume noire qui constituait une bonne partie de sa vie. Pendant sur sa poitrine, l’Aile-Esprit se mit à briller, pour la première fois devant elle. Trellia resta coi.

*« On a toujours une raison de se battre. C’est ce qui anime les gens, soldats, mercenaires, assassin, martyrs… rebelles. Donne une arme à un paysan et tu as un soldat, donne lui une cause à défendre et c'est un templier que tu dois affronter.
Ces bandits ne sont rien d’autre qu’une mafia et ils se prennent pour des Croisés… »
*

Immobile, alors que ces paroles résonnaient dans sa tête, Trellia sentit le reste de la conversation, qu’elle savait non achevée,  lui échapper. Incapable de prendre une décision, elle essayait de remettre au clair ce qu’elle savait déjà et ce souvenir. Si c’en était un (mais que pouvait-il être d’autre ?). Où est-ce qu’ils devaient chercher maintenant ? Et chercher quoi ? Ils ne pouvaient quand même pas suivre les cadavres comme on fait suivre un leurre à des lévriers… Submergée par les idées et les images, Trellia se prit la tête entre les mains.

Et maintenant ?
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 138

Fiche de personnage
Points: 155
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La chasse au leurre [Solo]

Message par Trellia Farron le Jeu 29 Déc 2016 - 18:35

u bureau, Trellia se prenait la tête avec un rapport, pour finir, elle le déchira et recommença. Comme elle grognait depuis un moment, toujours insatisfaite, l’un de ses collègues se leva de son bureau et l’accosta.

« Hé Farron, t’as pas envie de prendre l’air ? »
« Je dois finir… »
« Pour l’instant, c’est la réserve de papier que tu fini. »


Il n’avait pas tord. Un autre de ses collègues revint dans les bureaux et leur déposa leur dîner. Trellia attrapa le sien au vol et dégagea juste à temps la zone d’atterrissage. Les bavardages commencèrent, entre les bouteilles et les pains garnis, les bouches pleines, à la bonne érasienne. L’ambiance ne déplaisait pas à Trellia, qui y était habituée depuis longtemps. La conversation tourna vite sur l’affaire qu’ils n’arrivaient pas à résoudre. La Terrosienne aurait préféré un autre sujet, mais elle écouta attentivement tout en restant silencieuse. Les théories et les idées les plus farfelues et rocambolesques furent échangées et évidemment rien qui ne retint son attention. Leurs idées étaient bien trop bizarres ! Pourtant, elle avait la sensation qu’il y avait quelque chose de vrai dans cet étalage de bizarreries ;  elle avait l’impression de reconnaître une méthode, une procédure et pourtant… L’élément le plus important de cette procédure y était absent…

*« Il y a toujours une raison, dans certains, elle sort de notre dimension parce que nous ne pouvons pas la comprendre ou parce qu’elle ne fait pas partit de notre réalité »*

Trellia fixait son bloc à papier, ses plumes et ses encres quand cette bribes de conversation, une conversation lointaine qui n’avait rien à voir avec Érasia lui revint. Elle s’immobilisa un instant et chercha dans sa mémoire en quoi cette phrase jusque là oubliée, lui parlait. Elle avait la sensation que ce n’était qu’un détail et pourtant… C’est en lisant les journaux, survolant le titre et son commentaire : « Cauchemar ou Réalité, la garde, incapable de résoudre l’affaire. » Sur son bureau, des titres plus vieux s’étalaient, toujours mordants. On ne pouvait pas vraiment leur en vouloir… Les gens commençaient à s’inquiéter. Trellia aussi s’inquiétait, elle avait conscience que plus le temps passait, plus le tueur de Seian leur échappait. Et soudain, elle reposa brutalement son dîné sur la table.

« Quelle imbécile je suis ! »  s’exclama Trellia. « C’ était pourtant très clair ! »

Elle ouvrit brutalement un tiroir, saisit un papier et s’échappa dans les couloirs. Quand elle rejoignit le bureau où les preuves pièces à conviction étaient entreposées et gardées, elle fouilla dans le coffret frénétiquement. Suivie du reste de son équipe, qui déboula derrière elle, la tête en point d’interrogation.

« Ce que je peux être lente d’esprit. » Maugréa t-elle. « C’était sous notre nez depuis le début, tellement évident… »

Elle saisit les billets que le tueur de Seian avait laissés derrière lui et les plaça devant l’une des torchères. Ses collègues eurent tous le même mouvement affolé envoyant le papier si près de la flamme.

« Regardez ! »

A la lumière le papier laissait entrevoir une impression différente, sous l’encre, comme s’il était différent à cet endroit précis et suivait un symbole. Ces lignes, Trellia en avait remarqué es courbes, dès la première victime. Cependant, l’absence de cohérence et la méthode persistante ajoutée à l’accumulation des corps le lui avait fait oublié. Un détail, un minuscule détail. Survoltée, elle se retourna brusquement, manquant de mettre sa main fermée sur le papier dans le visage de Mc Jee. Sans s’en émouvoir, elle plongea littéralement dans le coffre et en ressortit un portrait de la victime, des marques qu’on lui avait faite. Elle entraîna par la suite ses collègues chez le Guérisseur légiste. Entre les derniers jours et celui-ci, un nouveau corps avait été retrouvé et prêt pour l’enterrement. Trellia entra comme une forcenée et se retrouva avec ses collègues devant le corps, un homme cette fois-ci.
Avec la permission du Guérisseur légiste, ils retournèrent le corps et Trellia s’intéressa à la nuque du cadavre, juste sous une tignasse de cheveux épais.

« C’est là qu’il a frappé Ducky ? »
« En effet, vous pouvez encore voir les marques, des phalanges… »
« Et d’une chevalière… »
« Grands Dieux… »


Un silence de mort tomba dans la salle froide. Sur les dessins des autres victimes, elle n’était visible nulle part, sauf sur la numéro deux. Sur le dessin, une légère marque était visible, redessinée au même endroit. Ce n’était pas très précis, mais ils avaient là un point commun. Les quelques traces sur la nuque du corps et celles sur le papier étaient très similaires, à défaut d’être plus précis. Cela aurait pu s’arrêter là.

« Je connais ce symbole, je l’ai vu à Tenkei. » Affirma Trellia. « Je l’ai vu sur la Place Ivoire, un monument dédié à l’un de leurs Dieux, Reshiram. »
« Alors nous avons un fanatique en liberté, retrouvez-le. »


Une voix calme et directe fusa de l’entrée de la salle. Tous les soldats se retournèrent d’un même mouvement. Leur supérieur venait d’arriver, un homme d’un certain âge, les cheveux grisonnants, le visage impassible.

« Tout de suite patron. »
« Tibbs, il y a peut-être des adorateurs de Zekrom ici. C’est une divinité bannie chez eux. »
Lui dit Trellia, se précipitant dehors à la suite des autres.

Maintenant, Trellia savait quoi chercher.

« Farron, ne rentrez pas sans ce type ! » Cingla la voix de l’agent Tibbs.
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 138

Fiche de personnage
Points: 155
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La chasse au leurre [Solo]

Message par Trellia Farron le Sam 31 Déc 2016 - 1:12

Contrainte n°7: Se projeter dans le futur.

iNarro mit un grand coup d’épaule dans la porte qui s’ouvrit à la volée. Trellia le couvrait et Mc Jee entra à son tour. A eux trois, ils couvrirent la maison. Grâce à Giselle, ils découvrirent des traces fraîches d’un départ précipité. Grâce aux traces de contusion et aux billets qu’il avait laissé derrière lui, l’équipe le suivait de près. DiNarro leur donna le feu vert, et Mc Jee et Trellia entrèrent, prudents. La jeune femme lâcha Giselle qui fonça au deuxième. Trellia et Mc Jee la suivirent et virent le blaireau attaquer un meuble et commencer à le détruire à coup de crocs et de griffes. Attaquant frénétiquement, Giselle parvint à arracher la planche du bas du meuble, dissimulant un écart, comme un tiroir. Le Zigzaton alla s’y enfouir avant de revenir avec un papier, percé par ses crocs. Trellia le lui prit.

« Notre fanatique n’as pas de mémoire… C’est une liste. Et des adresses, des heures et des dates. »

Giselle sautait à nouveau sous le meuble et en ressortit avec un petit objet dans la gueule. Trellia la saisit ; c’était une chevalière noire avec un symbole que Trellia ne connaissait pas, mais elle était certaine qu’il s’agissait de celui de Zekrom… Trellia tourna son regard vers ses collègues et fit sentir la liste et la chevalière à Giselle.

« On compte sur toi maintenant. »

Le blaireau partit comme un éclair.

« Grouilles-toi Mc Jaipasletemps ! » Lança DiNarro à Mc Jee, qui contrôlait l’arrière de la maison.

Il le suivit et Trellia en-tête, ils rejoignirent Tibbs. Giselle les emmenaient dans un coin reculé de la ville. Pas précisément à l’écart, mais en périphérie. Trellia avait hâte que cette histoire soit terminée. Elle vivait au jour le jour, mais pour une fois, elle songeait que les jours suivants seraient meilleurs. Elle ne pensait pas précisément à tourner la page sur son passé, elle avait toujours besoin de savoir, mais avec cette affaire, elle pensait que sans Giselle, ils seraient passés à côté de bien des choses… Pour une fois, elle pensa que les Pokémon pouvaient, en quelques occasions, se rendre utile. Elle savait aussi avoir été très proche du monde animal par le passé. Mais ses sentiments étaient à présents diffus et partagés. Au fond, elle songeait que Giselle avait bien des réponses à donner. Dans un futur proche, elle songeait à affûter le flair de la Zigzaton. Elle était douée pour retrouver les choses ? Et bien tant mieux ! Sur la route, alors qu’ils poursuivaient le tueur, Trellia imaginait, le premier Zigzaton policier.

Grâce à Giselle, non pas qu’elle se voyait ou qu’elle espérait, mais la perspective de penser qu’il était possible de retrouver nombre de choses perdues et de résoudre quelques mystères avec son flair et sa capacité à ramasser un peu tout et n’importe quoi lui donnait envie d’essayer. Que serait-elle, lorsqu’elle aurait retrouvé sa mémoire ? Aurait-elle une nouvelle identité ? Au final, elle n’était pas certaine de grand-chose, « Trellia » ne serait peut-être pas son véritable nom… Elle était moins imaginative qu’active, et elle avait du mal à se visualiser une famille, des amis, des connaissances, même un village natal. En revanche, elle pouvait facilement voir qu’elle resterait avec Giselle (ainsi que Sara) et que la recherche d’objets perdus façon Flamendia Jones pouvait devenir son quotidien. Elle avait beaucoup aimé sa recherche au mémorial avec les flux étranges sortant de la terre… Même si elle ne connaissait pas sa la sienne, l’Histoire l’avait toujours intéressée, parce qu’il y avait toujours des réponses. Et toujours des questions à poser. Retrouver des objets, des objets importants, des reliques. Un peu comme celle qu’elle portait autour du cou et qui lui rendait occasionnellement un souvenir.

La jeune femme n’attendait pas grand-chose de l’avenir, si ce n’était de pouvoir se réveiller le lendemain. Mais à ce moment précis, elle aurait pu souhaiter qu’à l’avenir, son patron adopte une conduite un peu plus souple. Non elle n’espérait pas grand-chose, mais l’une de ses craintes était de ne pas se réveiller le lendemain, ou pire, de se réveiller sans avoir conscience d’avoir dormi ou d’avoir vécu juste avant. N’était-ce pas ce qu’elle avait déjà vécu une fois ? Sans dire qu’elle en rêvait, Trellia pensait que lorsque Giselle lui aurait révélé tous ses secrets, ses souvenirs ne la quitteraient plus. Il y avait peu de chance pour qu’elle oublie toute sa vie une seconde fois non ? Cette idée germa, si elle demandait à Giselle de retrouver ce qu’elle avait perdu !. Elle devrait donc s’intéresser d’un peu plus près aux capacités des Pokémon.

A quoi ressemblerait-elle quand elle aurait retrouvé sa famille ? Elle se l’imaginait, un peu comme si elle changerait de visage. Qu’une famille riche ou pauvre l’attende… A ce moment-là, elle serait peut-être encore monté en grade. Ou peut-être pas. En revanche, il y avait de bonne chance pour que les Pokémon soient un peu plus présents dans sa vie. Disons de manière plus… Plus active, c’était le mot. Une équipe peut-être plus importante, pour lui permettre de mieux retrouver les objets perdus, ou pourquoi pas, des personnes. Des trésors aussi. Mais il lui faudrait alors une équipe forte, capable de parer à tous les problèmes. Elle entendait souvent parler des « équipes idéales », pour contrecarrer toutes les « faiblesses de types ». Etait-ce utile pour rechercher des objets ? Quelques images lui vinrent, une espèce de dragon d’eau (Hypotruc là…) ou le chien, certes, tout moche, mais qui semblait être un cauchemar à combattre. Et une espèce d’anguille gluante électrique. Une équipe magnifique pour contrecarrer tous les cinq sens oui ! Un truc moche pour la vision, gluant pour le toucher… Il ne manquait plus qu’un Pokémon malodorant et un Pokémon brailla pour bien te casser les… oreilles. Pour le reste, elle n’avait pas l’intention de prévoir quoi que ce soit ! Belle équipe à montrer à sa famille, oui ! Trellia effaça cette image. Giselle et Sara étaient très bien.

« Hé Farron c’est pas le moment de s’endormir ! » Lança DiNarro.

Trellia allait répliquer, sortie de ses pensées, quand l’agent Tibbs donna un grand coup de rênes, les chevautruches bifurquèrent violemment et DiNarro, Mc Jee et Trellia s’écrasèrent les uns sur les autres, à l’arrière de la voiture. Maugréant et grognant, les trois soldats se redressèrent et sortirent de l’attelage. Tibbs les avaient devancés.

avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 138

Fiche de personnage
Points: 155
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La chasse au leurre [Solo]

Message par Trellia Farron le Sam 31 Déc 2016 - 1:15

e patron fit un signe de la main et ils bougèrent. La maison était silencieuse… Pourtant, elle n’augurait rien de bon. Son équipe avançait, se couvrant mutuellement, mais il n’y avait rien ici, rien qu’une maison déserte… Le bois craquait, les rayons du soleil filtraient entre les interstices des planches, sous la forme de colonnes de poussières lumineuses. Cette maison mit Trellia mal-à-l’aise… Elle était lourde d’hostilité et avait pourtant le calme et le vide d’une maison abandonnée. Ils firent le premier étage, puis le deuxième, mais sans succès. Au rez-de-chaussée, DiNarro trouva une porte, donnant probablement dans un sous-sol, Trellia se positionna pour le couvrir, mais lorsque la porte s’ouvrit, ils virent le salon. Trellia tiqua, alors que son collègue rangeait son arme.

« Non attends… »

C’était la même chose que dans l’île… Ce n’était pas normal. Elle entendit un léger grincement et se tourna, en cherchant l’origine. Mais rien. Encore une fois, elle avait la sensation d’être trompée sur ce qu’elle poursuivait. Son équipe s’interpellait et elle était visiblement la seule à être persuadée que cette maison n’était pas normale. Mais quand le patron l’appela, elle fut bien forcée de rengainer et de suivre le mouvement. Cependant, au moment où elle passa la porte, elle crut voir un voile noir, elle se retourna vivement et un mouvement à peine perceptible la fit charger. A tout hasard, Trellia donna un grand coup de pommeau là où elle pensait avoir vu bouger. Aussitôt, tout changea. La maison vide se chargea soudain de meubles couverts de tissus blancs, le sol se couvrait de traces qui faisaient penser à un corps qu’on aurait traîné. Mais surtout, une espèce de grand Feunard noir, inanimé au sol. Trellia l’avait frappé à la tête.

Ses collègues se placèrent et Tibbs fut le premier à entrer. La porte menait à un sous-sol, en réalité, plongé dans le noir. Seuls quelques paroles leur parvinrent. Un homme faisait un long monologue, ne parlant que de réalité, de choses impies, de purification… Le cœur de Trellia se mit à battre plus fort. Lorsqu’ils furent assez près, en bas des escaliers presque, la jeune femme se faufila par-dessus la rambarde pour tomber sur le sol de terre battue, retombant en silence comme un Léopardus. En face d’elle, se tenait l’homme. Trellia fit un signe de tête affirmatif à son patron. C’était lui. Aussitôt, il l’interpella. Surprit, l’homme se retourna et saisit sa victime, mais Trellia qui l’attendait, avait déjà sortit ses chakrams et les lança. L’homme retomba, gorge tranchée. La victime, une femme, ne cessait de hurler. L’équipe descendit les escaliers en trombe. Tibbs se précipita vers la femme pour la délivrer de ses liens et la rassurer, Trellia s’assurait que l’homme était bien mort. Les autres fouillaient la cave.
* * *


Trellia s’étira, au-dessus de son rapport. Après des semaines de dingue, elle avait bien dormi. Elle laissa tomber sa plume et commenta, à voix haute.

« Avec un Zoroark, il aurait pu nous balader encore longtemps… C’est pour ça qu’il s’est envolé des collines de Chantepluie. Il n’y a jamais été. » Elle se prit la tête entre les mains.

« Mais comment faisait-il pour savoir qui adorait Zekrom ? » Demanda Mc Jee.
« Grâce à son Mushana… Il les voyait dans leurs rêves. J’avais entendu parler de ce Pokémon quand je voyageais à Tenkei. J’ai jamais trouvé ça utile comme don... J’imagine que de savoir que des adorateurs de Zekrom pouvaient vivre tranquille ici l’a rendu dingue. »
« Où alors il l’était déjà et il a décidé de continuer sa purge ici. »
fit remarquer DiNarro.

Tibbs entra dans les bureaux et Trellia se leva pour lui remettre son rapport.

« Désolée patron, j’aurais dû le voir, j’ai eu un soupçon et je connaissais ce Pokémon, mais je … »

Le quarantenaire la regarda comme s’il attendait quelque chose de particulier. La phrase de Trellia mourut avant la fin.

« Règle numéro six Farron. »

Il prit son rapport et sortit. Trellia le fixa jusqu’à ce qu’il ressorte, attendant une explication quelconque.

« Ne vous excusez jamais, c’est un signe de faiblesse. » dit-il finalement, avant de disparaître.

Trellia secoua la tête, et sourit.

avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 138

Fiche de personnage
Points: 155
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La chasse au leurre [Solo]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum