[ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Eeva Slanzar le Mer 4 Jan 2017 - 23:57

Dans la chambre, de lourds rideaux tamisaient l’éclat du soleil qui aurait baigné toute la pièce s’ils n’avaient pas été tirés. Dans cette chambre, quelqu’un dormait profondément dans le lit.  Une silhouette mince se devinait sous les draps et la femme à qui elle appartenait avait la peau pâle et les cheveux roux. La Championne de Fla’or dormait profondément depuis plusieurs jours. Sa présence ici était directement liée à quelques événements datant de deux ou trois semaines. Pour commencer, elle s’était octroyé une pause dans sa vi de championne et de chercheur, après qu’un stagiaire ait fait flamber une partie de la pension et qu’il fallut engager des travaux de réparation. Elle était donc partie en mer, avait croisé Peter et ensemble, ils avaient essuyé l’attaque de braconniers plutôt bien organisés. Par la suite, ils avaient jeté l’encre à Comodo et s’en était suivi tune rencontre un peu opportuniste. Ils avaient rencontré un militaire qui les avait pris pour d’autres et avaient dû affronter un Méga-Laggron. Dans ce combat, Eeva et Peter avaient vu deux de leurs Pokémon évoluer, mais pas sans difficulté.

En effet, comme lors des évènements dus à la chute de la météorite, les Pokémon avaient momentanément perdu la raison et avaient attaqués leur dresseur. Eeva avait été assez gravement blessée, même si elle avait enduré la douleur sans le montrer. Peter lui avait prodigué des soins de bases et elle aurait sans doute dû, à ce moment-là, prendre du repos. Mais elle n’en avait rien fait. Tut au contraire, elle s’était envolée vers le Canyon Cosmo à Flamen, puis elle avait fait un crochet par les plages de Comodo avant de filer, sur un coup de tête puéril, vers Tenkei en vue d’une grande course aérienne. C’était cette course qui lui avait fait sacrifier ses dernières forces. Elle avait été longue et éprouvante, surtout lorsqu’elle avait essayé une tempête provoquée par les Dieux. Si elle avait su à ce moment que la tempête n’avait rien de naturel, elle n’aurait jamais tenté de le traverser, par défi. Mais c’était un tout, si elle avait été raisonnable, jamais elle n’aurait fait cette course.

Seulement, Eeva n’était pas –et n’avait jamais été- quelqu’un de raisonnable. La rousse bougea légèrement, se tenant sur le côté. Elle se mit à flotter entre deux mondes, à mi-chemin entre le monde onirique et la réalité. Eeva avait l’impression de ne pas être où elle aurait dû, elle sentait que le lit n’était pas dans le bon sens, que les draps ne lui donnaient pas la même sensation au toucher que les siens. Elle n’entendait pas non plus l’activité normale de sa pension, car ses appartements se situaient au-dessus de la serre… A ce stade, elle n’arrivait pas non plus à rassembler ses souvenirs. Pourquoi se sentait-elle aussi fatiguée ? Elle avait un sentiment étrange, celui d’avoir oublié de faire ou d’oublier quelque chose. Elle remua, et se tourna de l’autre côté, face à la porte. Elle se rendormit profondément, sans pouvoir éclaircir ses idées, ni résister à la lassitude qui l’assommait, littéralement.

Il était bien plus tard quand Eeva bougea à nouveau. Cette fois, son esprit se fit soudainement plus clair. Elle entr’ouvrit les yeux, aveuglée par la faible lueur qui filtrait à travers les rideaux. Incertaine, elle regarda un moment la chambre dans laquelle elle se trouvait et qui n’était pas la sienne. La chambre était vaste et d’un tout autre style que ce qu’elle avait connu dans sa vie jusque là. Sans comprendre, Eeva se releva, laissant glisser les draps de ses épaules dénudées. Difficilement, elle essaya de rassembler ses souvenirs. Qu’avait-elle fait hier ? Le combat contre Pyracantha et Paeony lui revint en mémoire. Mais non, elle savait que ce n’était pas ça. Non, elle se revoyait partir pour le Village Cosmo et puis, dans les airs, chevauchant Dictame et narguant Peter. Ah oui, la course. En revanche, elle ne se souvenait pas de la manière dont elle s’était terminée.  Oh elle se souvenait a peu près d’avoir fait quelques acrobaties, puis d’avoir passé la ligne d’arrivée, mais… Un vague flash lui revint, celui d’avoir murmuré à Peter à un moment, que ce n’était « que la chance du débutant ». Mais c’était tout. Où était-elle maintenant ?

Égale à elle-même, la rouquine se leva, le corps endoloris et jeta un regard vers une chaise. Il y en avait trois, dans cette chambre et un fauteuil, mais aucun qui ne portaient ses vêtements. Elle se dirigea alors vers l’armoire et l’ouvrit. Des vêtements, il y en avait… Mais ce n’était clairement pas des vêtements de femme et surtout pas les siens. Tant pis. Elle enfila ce qu’elle trouva à sa taille, un mélange de vêtement qui lui donnait un air garçonne. Un pantalon blanc près du corps, une veste bleue aux allures de redingote rehaussé d’un col dans les tons jaunes et des bottes, quasiment des cuissardes sur elle. Eeva sortit de la chambre et chercha une trace de vie dans ce qui commença à se présenter comme un immense manoir.
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 406

Fiche de personnage
Points: 201
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Peter le Dim 15 Jan 2017 - 16:41

La matinée était déjà bien avancée, mais exceptionnellement, Peter n’était pas dehors à s’entraîner avec ses Pokémon. Assis dans un confortable fauteuil, détendu mais concentré, il était penché sur une feuille qu’il noircissait consciencieusement, tantôt en griffonnant, tantôt en s’appliquant avec minutie. Au-dessus de son épaule, Kairyuu observait attentivement le dessin qui prenait forme, en fronçant parfois les sourcils.

« Alors, t’en penses quoi ? Tu penses que je devrais songer à faire plus grand de ce côté ? »

Le Dracolosse hocha la tête, posa sa patte sur le croquis et tapota un endroit précis. Le Champion sourit.

« Oui, tu as raison. »

Le Dragonnier gomma son trait, puis en traça un nouveau plus ample. Un léger frisson lui parcourut l’échine, et il se tourna vers le Dracaufeu roulé en boule près de l’âtre.

« Hakkatsu, s’il te plaît. »

Le saurien eut un léger soupir, puis souffla sur le bois de la cheminée pour raviver les flammes dormant sur les braises paresseuses. Le Nalcien, lui, croisa le regard admiratif de la petite Sonistrelle, qui fixait avec un intérêt non dissimulé la coupe posée au-dessus du foyer, près du portrait de Polydora. Un sourire bienveillant se peignit sur son visage.

« Ne t’inquiète pas, tu auras ton moment de gloire toi aussi, quand le moment viendra. »

Satisfaite, Om bomba le torse et reporta son attention sur un duo bagarreur qui troublait la tranquillité des lieux. En effet, le Coupenotte narguait le Tylton qui, d’abord timide, se révéla un peu plus vindicatif que prévu et envoya valser Nozdormu d’un coup d’ailes bien placé. Fascinée, Om décida d’encourager les deux belligérants chacun à son tour, jusqu’à ce qu’ils fassent une alliance improbable et se mettent à attaquer Atramédès, jusqu’alors profondément endormi près du Dracaufeu. Surpris et courroucé, le Diamat réussit à mettre ses deux têtes d’accord pour se répartir la tâche. La première essaya de mordre Malygos, alors que la seconde couvrait sa camarade en faisant barrage contre Nozdormu. Du coin de l’œil, Peter les surveillait mais, ne voyant rien qui nécessitait son intervention, il les laissa à leurs jeux. Ces moments de loisir et d’amusement pouvaient se révéler fort utiles, car les plus jeunes de ses Dragons apprenaient à réfléchir et à élaborer des stratégies, même innocentes au premier abord, et ce qu’ils tireraient de ces jeux pourrait leur servir en match, ou lors de crises majeures.

Le Nalcien se remit au travail, et il avança dans son croquis jusqu’à ce qu’il sente un fumet délicat parvenir à ses narines. Plutôt content de sa progression, il posa son crayon et dit à voix basse :


« Tiens, elle a déjà commencé à faire à manger. »

Il se leva et s’étira, avant de se diriger vers la cuisine. Il y trouva effectivement sa Draco en pleine préparation d’un plat typique de Mizuhan, un de ceux dont Polydora avait le secret. Une vague nostalgie traversa le Champion, et il murmura simplement :

« Merci. »

La Gijinka ne se retourna pas, mais le message, assurément, était passé. Entendant un bruit de pas en provenance d’un couloir proche, Peter tourna les talons pour se diriger vers l’entrée de la cuisine.

« Notre Jirachi à l’Étoile Dormante est réveillée, on dirait. »

Dans un bruissement d’ailes, Om vint se poser sur l’épaule de son maître, curieuse. Lorsqu’Eeva apparut dans l’encadrement de la porte, Peter fut surpris de la voir habillée avec ses vêtements à lui, mais comprit rapidement que ceux de la Championne n’étaient pas encore secs, et donc impossibles à enfiler. Il la détailla de la tête aux pieds, sans la moindre gêne, par jeu, puis lui lança :

« Ça te va plutôt bien. »

Laissant un léger silence planer, il fit un signe de tête pour désigner la Draco aux fourneaux, avant de reprendre, un doux sourire aux lèvres :

« Elle est meilleure que moi dans ce domaine, la plupart du temps. Tu te joins à nous ? »

_________________
L'homme-Dragon - Carnet de Vol



1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Peter
Champion de la Course Pokémon Aérienne
Informations
Nombre de messages : 297

Fiche de personnage
Points: 121
Âge du personnage: 35 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par PNJ le Ven 20 Jan 2017 - 14:42

[ Message d’intervention du PNJ suite à la demande de Peter ici ]

Dans un étage supérieur du Temple de l'Air, une prêtresse observa l'extérieur par une fenêtre. Elle venait de voir un mouvement dans le ciel qui avait attiré son attention. Il s'agissait d'un reflet sur le plumage métallique d'un Airmure, qui planait majestueusement. La femme l'observa un moment, puis en revint à ses tâches quotidiennes. La vie, pour elle, était telle qu'elle l'avait toujours été, dans ce temple aérien.

[Il n'y avait aucun nouveau Pokémon à trouver au Temple de l'Air Boréal.]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1021

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Eeva Slanzar le Jeu 2 Fév 2017 - 20:58

Se dirigeant vers une fenêtre, Eeva regarda au dehors, plissant les yeux à cause de la lumière trop forte. En fait, le décor était loin de ce qu’elle s’attendait à trouver. Elle devinait que les toitures en contrebas appartenir au même manoir d’où elle se trouvait, et elle voyait très bien la montagne aussi. Mais surtout de nombreux pics, des ravins, dont la silhouette sombre semblait déchirer le ciel d’un bleu pur. Elle estima être trop loin pour distinguer une route, s’il y en avait une et les détails se noyaient dans les ombres. Les pics étaient visiblement très hauts ou les ravins très profonds. Mais cette suite de montagnes et de vide ne lui disait rien du tout. Dans ses souvenirs, ils se trouvaient dans la région montagneuse d’Aliphyr, il se pouvait donc qu’ils n’en soient pas très loin. Le plus étonnant, c’est que quelle que soit la fenêtre par laquelle Eeva tentait d’identifier les lieux, c’est qu’elle y trouvait le même paysage. En fait, Aliphyr aurait dû se trouver quelque part à l’horizon, mais aucun sommet ne se détachait et la région n’était pas si étendue que cela. Et si c’était quand même le cas, la savane n’était pas visible non plus, ni les nombreux îlots flottants. Ni le ciel d’Erasia.

Eeva se sentit soudainement très lasse, elle n’était pas debout depuis très longtemps, mais elle avait la sensation d’avoir fait une longue randonnée. Elle marchait depuis un moment dans les couloirs vides. Les pièces, nombreuses, dont Eeva ouvrait les portes pour trouver quelqu’un la troublaient. N’aurait-elle pas dû tomber depuis longtemps sur les occupants de ce manoir ou au moins, les serviteurs ? Sans parler d’inquiétude, Eeva ne parvenait pas à se souvenir ce qui avait pu arriver entre la fin de la course, dont elle ne se souvenait pas vraiment et son réveil. Elle fut contrainte de marcher encore un moment, de changer d’étage, d’ailes et probablement de planète quand elle trouva une salle à la porte ouverte. Il y avait de la lumière orangée qui s’en échappait et elle sentait une vague de chaleur. Elle pensa tout de suite à un feu, ça sentait le bois brûlé. La prote était tout juste entr’ouverte, mais elle s’approcha en s’attendant à trouver le maître des lieux.

Eeva poussa la porte et vit une sorte de salon. Vu l’état des autres salles qu’elle avait visité, ce salon semblait être une des seules pièces habitées. A côté d’un crayon, il y avait un carnet à dessin, d’une certaine taille. Eeva reconnu un croquis, mais de quoi… Les traits suggéraient une sorte de cuve, le décor, des éléments extérieurs. Eeva pensait à un bassin, elle-même en avait fait construire et réparer pour son Arène. C’est en pensant à elle qu’elle se demanda où était Peter d’ailleurs… Mais des cris et des claquements de mâchoires attira son attention. Jusque là, elle n’était pas assez entrée pour les voir, mais la porte cachait en partie toute une flopée de Pokémon, tous des dragons. Elle ne connaissait pas toute l’équipe de Peter, mais il lui sembla soudain assez évident qu’il était dans les parages. C’est en fait en apercevant le Dracolosse et le Dracaufeu qu’elle se demanda comment elle ne les avait pas vu en entrant… Au même moment, une agréable odeur vint lui chatouiller les sens, lui rappelant par la même occasion, qu’elle était affamée. Une idée amusante lui vint à l’esprit, est-ce qu’elle devait s’attendre à voir Peter avec un joli tablier de cuisinière ?

Sûre de le trouver, elle suivit tout simplement le fumet qui se dégageait de la cuisine. Elle la trouva un peu plus loin, en poussant une énième porte. Dans une posture habituelle, elle fut surprise de voir de dos une femme aux fourneaux, à l’aspect un peu étrange, sans trop savoir pourquoi et Peter à ses côtés. Ah, ce n’était donc pas lui qui portait le tablier ! Elle ne savait pas si elle devait être déçue ou non, d’un côté, elle aurait pu garder dans sa mémoire une image amusante capable de tuer toute sa crédibilité de champion bodybuildé, d’un autre, il était peut-être très mauvais cuisinier… Enfin, ça ne serait jamais pire qu’elle ! Mais c’était peut-être mieux comme ça. Elle nota en tout cas, que Peter avait l’air surprit. Sa réaction était un peu curieuse, elle se demanda un peu pourquoi. Mais sa tenue en effet un peu originale, c’était de vêtements d’homme, mais qui soulignaient sa féminité par cet air un peu garçonne, même si pour sa part à elle, il ne s’agissait que de vêtements qu’elle avait pu trouver et enfiler (et qui lui allaient). Il y eu un moment de suspend, où Eeva attendit une remarque, mais la phrase que prononça Peter, n’était pas du tout celle qu’il aurait pu dire. Bizarre.

Le regard d’Eeva croisa celui de Peter, qui, clairement, la reluquait ! La rouquine eut une expression d’un fraction de seconde, elle agrandit les yeux et pencha la tête sur le côté d’un millimètre, le regard à la fois interrogateur et amusé. Mais cette expression interrogative disparu aussi vite qu’elle était apparue.

« Je suis ravies que tes vêtements te plaisent… » dit-elle en maintenant un faux air neutre, l’ombre d’un sourire sur les lèvres qui ne laissait pas deviner ses pensées. Mais tout en parlant, elle songea que c’était peut-être d’avantage ce qui s’y trouvait qui lui plaisait…

« Qu’est-ce qu’on mange ? » demanda t-elle soudainement, passant du Galifeu au Tiboudet.

C’était aussi la seule phrase qu’elle était capable de prononcer dans une cuisine. Elle s’était avancée vers Peter, pour regarder les casseroles et le feu vif qui brûlait en dessous. Sans toutefois vraiment le quitter du regard ; elle était d’ailleurs, toujours légèrement tournée vers lui.
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 406

Fiche de personnage
Points: 201
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Peter le Lun 27 Mar 2017 - 18:14

Sans se détourner de sa tâche, la Gijinka s’affairait, pas gênée par l’irruption d’Eeva dans la pièce. Elle sentit un léger trouble chez son maître, néanmoins, et elle s’écarta pour permettre à leur hôte d’observer à loisir ce qu’elle leur préparait.

« Tu verras, c’est un plat de Mizuhan, l’une des spécialités de ma mère. Je crois que tu n’en trouveras pas de meilleurs, même là-bas. C’est vraiment bon, en tout cas. »

Laissant les deux femmes seules, Peter emporta le couvert pour mettre la table, surveillant au passage ses plus jeunes Dragons. Rien ne l’inquiéta dans leurs jeux, il n’intervint donc pas et retourna à la cuisine, sans se priver de jeter un coup d’œil appuyé à Eeva.

« Comment tu te sens ? Pas trop courbaturée ? La course a été rude, sans compter qu’on a eu la visite des Génies de Tenkei, pour couronner le tout... Ah, et la femme au Drattak a été arrêtée, au fait. Trop dangereuse. »

Passant la tête par-dessus l’épaule de sa Draco, frôlant la rouquine au passage, il inspecta ce qui mijotait et échangea un regard avec la cuisinière, qui hocha la tête.

« On te laisse dresser et l’amener tranquillement. »

Invitant Eeva à l’accompagner, le Champion la laissa passer devant, alors que la Sonistrelle perchée sur son épaule tendait le cou pour humer la Mizuhanienne d’un air curieux. C’était qu’avec les vêtements du maître, elle sentait drôlement bon le Dragon, maintenant ! Bien sûr, ils avaient été soigneusement lavés et pliés, mais une vie entière passée aux côtés de ces créatures finissait par imprégner chaque parcelle de la peau...

« Ça fait quelques jours que tu dors, je n’ai pas cherché à te réveiller parce que tu en avais besoin. Je n’ai pas touché à tes Pokémon non plus, hormis ceux qui se sont manifestés d’une manière ou d’une autre. Parce qu’ils avaient faim, par exemple. »

La Gijinka entra alors dans la pièce, amenant des plats fumants et appétissants. Une fois les humains servis, elle se détourna pour aller partager son repas avec les autres Pokémon du Nalcien, en reprenant sa forme d’origine. Comprenant qu’elle préférait les laisser seuls, Peter lui adressa un regard indescriptible, mais qu’elle comprit avant de se consacrer à ses camarades.

« Eh bien, après toi. »

Après avoir goûté le plat, le Champion se souvint soudain d’un détail qui avait son importance. S’il avait été un jeune garçon d’une quinzaine d’années, il aurait sans doute rougi en évoquant ce fameux « détail », mais l’homme qu’il était désormais se contenta d’ajouter sur un ton détaché :

« Ah, au fait, tes vêtements sont en train de sécher. Elle a réparé ce qu’elle a pu et elle a recousu le plus gros, mais à certains endroits, ils étaient trop abîmés. Il faut dire aussi que tu n’as pas été exactement la plus prudente des concurrentes. »

Un coup d’œil furtif à la rousse lui donna un sourire léger, non pas parce qu’il se moquait d’elle, mais parce qu’il se souvenait de ce qu’elle lui avait dit quand elle avait franchi la ligne d’arrivée en tombant dans les pommes. Il ne lui fit pas l’affront de lui montrer la coupe trônant fièrement au-dessus de la cheminée, toutefois. Il ne pouvait pas se targuer de la connaître par cœur, mais il en savait déjà suffisamment pour se douter qu’elle l’avait probablement déjà vue.

« Après le repas, on ira voir si j’ai d’autres vêtements qui t’iraient, si tu veux. »

Le Champion du Temple se tut alors, laissant la parole à son hôte. Après tout, il avait assez parlé, et elle avait peut-être des choses à lui dire ou des questions à lui poser, après tout.

_________________
L'homme-Dragon - Carnet de Vol



1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Peter
Champion de la Course Pokémon Aérienne
Informations
Nombre de messages : 297

Fiche de personnage
Points: 121
Âge du personnage: 35 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Eeva Slanzar le Jeu 13 Avr 2017 - 17:09

La chaleur étouffante de la pièce la rendait à peine supportable, espérant y échapper, Eeva déboutonna sa veste jusqu’à se sentir beaucoup plus à l’aise. Elle avait horreur de se sentir confinée. Elle jeta un coup d’œil à la mixture qui frémissait dans les casseroles, sans faire de commentaire. En cuisine, elle savait tout juste empiler tranche de pain et tranche de viande, c’était Benji qui s’occupait de tout. Peter disparu un instant, pendant lequel Eeva alla s’appuyer négligemment contre un meuble quelconque, elle regardait fixement la Draco, perdue dans quelques pensées. Elle resta concentrée sur la Gijinka, elle avait conscience de l’observer avec insistance et ne s’en sentait pas gênée le moins du monde, cela ne la dérangeait pas non plus de mettre mal-à-l’aise ceux qu’elle regardait de la sorte ; quand elle voyait tout, prenait note de tout et analysait ce qu’elle regardait. Elle avait cet air imperturbable, dont on ne savait pas s’il était lointain ou au contraire très présent. Peter revint presque tout de suite. Il lui posa quelques questions auxquelles Eeva ne répondit pas tout de suite, mais son regard jusque là ancré sur la Draco, se fixa sur lui quelques secondes. Il était passé si près d’elle qu’il l’avait frôlé. A ce moment, Eeva avait ce même regard posé sur Peter.

« Mais pas du tout. » dit-elle. En une fraction de seconde, elle avait abandonné cet air étrange et inhabituel. L’instant de flottement avait totalement disparu. « Hmm tant mieux. »

Elle se souvenait très bien de cette dresseuse. Elle aurait bien aimé l’affronter en duel, pas en match, mais se confronter seule à seule contre elle. De toute façon, elle lui avait subtilisé le cerceau, elle l’avait donc emporté sur elle. Même si elle n’avait pas manqué de se mettre sérieusement en danger pour ça. L’évocation des Génies célestes la fit frémir. Ça, elle ne risquait pas de l’oublier. Mais pour sa défense, dans la masse nuageuse, plus épaisse que jamais, elle n’avait vu aucun des Pokémon. C’est bien trop tard qu’elle les avait apperçu… c’est avec un frisson glacé lui parcourant l’échine qu’elle se demanda si il ne serait pas trop risqué de retourner à Tenkei maintenant. Si c’était la course qu’ils avaient mal pris, que devaient-ils penser de son intrusion dans leur aire ?

*Comme un défi.* se dit-elle.

C’était fini heureusement et l’assurance qu’il ne descendrait pas spécialement pour venir lui dire deux mots, dissipa son malaise. Surtout s’ils ne savaient où chercher. Elle réalisa alors qu’elle avait potentiellement disparu de la circulation. Ça n’avait pas beaucoup d’importance, elle rentrerait dans peu de temps. En attendant, elle allait pouvoir profiter de sa liberté. Au moins pour quelques jours. Dsitraite, elle se demanda sans vraiment comprendre ce qu’elle avait entendu, ce qu’il comptait dresser avec sa Draco ? Cela lui était égal de sauter des repas, ça serait loin d’être la première fois, mais pour cette fois, elle avait une faim tenace. Mais Peter l’invita à la suite, ce qu’elle fit en se décollant du vaisselier sans grande classe. Elle passa devant lui, avant de se faire littéralement renifler par son espèce de peluche en poils de Sonistrelle. Elle préféra ne rien dire, tout en pensant qu’il serait peut-être temps de prendre un bain ! Eeva passa devant le Pokémon en lui adressant des gros yeux. Elle n’avait pas intérêt à cafter ! Peter l’emmena dans le salon, où le couvert était mit.

Alors comme ça, elle avait dormi plusieurs jours d’affilé ? Ça pouvait expliquer –c’était même la seule explication- pour qu’elle ne se souvienne pas précisément de la fin de la course. Son corps lui rappelait en tout cas à chaque seconde, que ça n’avait pas été de tout repos. Elle avait mal partout, pas seulement les courbatures, mais quelques blessures aussi. La Gijinka revint avec les plats, Evve, elle, voyait le perchoir. Elle regardait Dictame, suspendu fermement, entièrement dissimulés par ses ailes membraneuses. Lui aussi avait particulièrement été éprouvé par cette course, il avait eu le droit à quasiment tout ce qu’il n’aimait pas. Elle le sentait profondément endormit, il ne devait pas avoir bougé de ce perchoir depuis qu’ils étaient là. Ses autres Pokémon en revanche, et bien elle n’avait même pas vérifié leur présence. Peter reprenait le fil de la conversation, jusque là, elle n’avait pas été bavarde. Eeva confronta son regard avec celui de Peter, un sourire en coin quasiment invisible.

« Mais… Les vêtements ça s’enlève. » dit-elle soudainement. « Et ça se change. » termina t-elle, un ton un peu plus bas. Le sort de ses vêtements lui importait peu, après tout, elle pouvait en racheter des neufs.

« Où sont mes autres Pokémon ? Mes balles sont vides je crois. » Reprit-elle d’un ton léger.
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 406

Fiche de personnage
Points: 201
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Peter le Lun 8 Mai 2017 - 22:45

La Sonistrelle ouvrit de grands yeux jaunes devant le regard de la dame rousse. Quoi, c’était pas sa faute à elle si elle sentait le Dragon maintenant, hein ! Et puis quoi encore ?! Elle souffla dans ses naseaux d’un air fâché et Peter, n’ayant pas suivi l’échange silencieux, ne put que constater la mine courroucée de son Pokémon. Il éclata de rire, avant de suivre Eeva et de s’installer à table à son tour.

Quand la Championne fit remarquer que les vêtements s’enlevaient et se retiraient, le Nalcien haussa les sourcils, sans interrompre son repas.


« Eh bien, jusqu’à preuve du contraire, et étonnamment, oui. »

Regardant son homologue mizuhanienne avec un intérêt non dissimulé, il se tut, avant de répondre à sa question.

« Certains de tes Pokémon sont dans la pièce (parfois un peu à l’écart), comme ton Nostenfer, que tu as déjà dû apercevoir. D’autres sont sur la terrasse avec certains des miens. Quant à tes Pokémon aquatiques, je n’ai pas vraiment pu leur donner le loisir de se dégourdir les pattes... Le plan d’eau dont je dispose est beaucoup trop petit. D’ailleurs, j’envisage de creuser un bassin en condamnant quatre pièces dont je ne me sers jamais. Cet endroit est bien trop grand pour quelqu’un qui vit seul avec ses Pokémon, de toute façon. »

Quand le repas fut terminé et la table débarrassée, le Champion du Temple se dirigea vers ses jeunes compagnons assoupis. Épuisés par leurs jeux, ils se relevèrent néanmoins tous pour quémander de l’attention. Malygos voleta jusqu’à l’épaule du Dragonnier pour s’y jucher, Nozdormu essaya de grimper sur la jambe de son maître avec un succès relatif, et les deux têtes d’Atramédès se disputèrent pour avoir la faveur de Peter, qui rit de bon cœur.

« Allez allez, il y en aura pour tout le monde. »

Quand il se redressa, il vit que la Gijinka avait repris son apparence animale et l’observait d’un œil bienveillant. Il eut un sourire doux et, après un dernier regard vers les recrues de nouveau endormies, s’adressa de nouveau à Eeva.

« Si tu veux visiter les lieux, fais comme chez toi, mets-toi à l’aise. Ah, et si tu veux aller voir tes Pokémon sur la terrasse, elle t’y accompagnera. Les sanitaires sont par là, et n’hésite pas à te servir à la cuisine si tu as besoin de quelque chose. J’ai du travail pour le moment, je vais essayer d’avancer mon croquis, mais tu peux me solliciter quand tu le souhaites. »

La Draco le fixa pendant quelques instants, intérieurement désolée. Elle avait toujours admiré sa capacité à travailler sans relâche, mais elle déplorait également sa difficulté à lâcher prise, surtout quand il le fallait. Sentant le regard insistant de son amie de toujours, le Champion du Temple releva la tête et ajouta :

« Enfin, sauf si tu veux m’aider, bien sûr, auquel cas je suis preneur de tout conseil. Je suis loin d’être expert en Pokémon aquatiques ou en architecture, et je m’étais pour l’heure contenté d’emmener mon Léviator au Lac tout proche, mais là... J’ai vraiment besoin d’un plan d’eau dédié pour eux. »

Bon, c’était un peu mieux, même si la Draco aurait souhaité qu’il se montre plus avenant avec la rouquine. Enfin, après tout, elle ne pouvait pas lui en vouloir, il côtoyait si peu les humains qu’il en avait presque oublié les bonnes manières. Elle n’avait plus qu’à espérer qu’Eeva n’était pas trop à Galopa sur tous ces codes qui, franchement, ne servaient qu’à mettre des barrières entre les gens, à ses yeux.

« Tu veux boire quelque chose ? »

_________________
L'homme-Dragon - Carnet de Vol



1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Peter
Champion de la Course Pokémon Aérienne
Informations
Nombre de messages : 297

Fiche de personnage
Points: 121
Âge du personnage: 35 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Eeva Slanzar le Mar 9 Mai 2017 - 1:48

Le Sonistrelle renâcla, regardant Eeva de ses yeux globuleux. Alors que Peter passait devant elle en riant, Eeva capta le regard du mini-dragon et pour compléter le tableau comique, lui mima un geste en articulant silencieusement « Je te surveille ». Eeva n’aimait pas les cafteurs…. Un léger sourire en coin, elle suivit Peter, qui s’attabla. Le séjour promettait d’être amusant. C’est quand elle se mit à manger, que la rousse se rendit compte qu’elle était affamée, comme si elle n’avait pas mangé depuis des lustres. Ce qui était exactement le cas, en fait. Parmi tous les couverts mis à disposition (et ne comprenant pas très bien pourquoi il y en avait autant, quel intérêt), Eeva saisit les premiers qui lui tombèrent sous la main et entama le repas. Elle crevait tellement de faim qu’elle aurait dévoré n’importe quoi, mais elle devait reconnaître que le plat du Gijinka n’était pas mal. Même si elle n’avait aucune idée de ce que c’était. C‘était bon et cela la réchauffait de l’intérieur, tout en lui redonnant de nouvelles forces, elle le sentait à chaque bouchée et essayait avec difficulté de ne pas trop se jeter dessus. Et de ne pas trop montrer qu’elle n’avait… aucune éducation.

Parce qu’elle n’était pas bête, elle voyait bien, vu la tête de la maison, que Peter n’était pas vraiment un gamin de la rue. Il y avait même fort à parier, pensait-elle, que gamin, il ne savait pas à quoi pouvait ressembler une rue. Un gosse de riche quoi. Suivant cette réflexion, elle se rappela sans mal qu’à une époque, elle n’aurait pas supporté de se retrouver dans une maison qui puait le fric. Elle n’aurait sans doute jamais adressé la parole à Peter étant gamine : elle ne supportait pas les gosses de riches, par pure jalousie. Elle avait même pu leur faire quelques misères, en les attendant à la sortie de leurs belles maisons immaculées et si parfaites… Ça avait l’air loin tout ça. Tout en y repensant, elle finissait son assiette pour la troisième fois. Ils discutaient, mais Peter ne la quittait pas du regard, elle trouvait même qu’il la regardait étrangement. Elle ne dirait pas qu’il y avait de l’avidité dans son regard, elle se pencha un peu sur la question en le lui rendant. Non il avait l’air intéressé. Par quoi, c’était la question. A moins qu’il n’ait quelque chose à lui demander, ce qui pourrait expliquer pourquoi il l’avait ramenée ici et pas chez elle.

Eeva, pourtant, ne lui posa la moindre question et plus elle attendait ce que Peter, selon elle, avait à lui demander, et moins il semblait à même de le faire. Un peu bizarre comme attitude. Il lui confirma que certains de ses Pokémon se baladaient ans le domaine, tandis que d’autres restaient tranquille. A l’évocation du Nostenfer, Eeva jeta un coup d’œil par la fenêtre. Pas étonnant, elle ne l’avait pas vraiment épargné, Dictame était en pleine récupération… Pourtant, ses entraînement étaient réputés violents, alors c’était dire l’épreuve qu’ils avaient passé ensemble dans cette course ! Quant à ses Pokémon aquatiques, Campanule et Silvius devaient en avoir marre d’être enfermés depuis plusieurs jours. Visiblement, Peter ne possédait rien d’autre qu’une petite marre. Pour Silvius, le temps de rentrer, ça pouvait aller, mais évidement pour la méduse ou le dragon aquatique, évidement, beaucoup moins. Et vu le caractère du monstre rouge, elle imaginait bien que le sortir dans un lac publique était un problème. Construire un bassin n’était pas idiot, en revanche, l’idée de le faire en intérieur et surtout, la manière dont le déclara Peter, lui parut étrange.

Eeva se contenta de le regarder sans rien dire, essayant de déchiffrer ses paroles. C’était bizarre, est-ce qu’il n’aimait pas cette maison et n’avait aucun scrupule à en démolir plusieurs pièces, ou bien n’aimait-il pas y vivre ? Elle aussi vivait seule dans l’Arène, mais, elle sentait que ce n’était pas pareil… Est-ce qu’il le regrettait ? Eeva sentit comme un flottement, mais le repas étant terminé, ils étaient à table depuis une bonne heure au moins, Peter se leva et lui tourna le dos pour se diriger vers ses Pokémon. Eeva trouva un nouveau changement. Elle se faisait des idées ou Peter avait encore changé d’attitude ? Il lui parut beaucoup plus naturel, soudainement. Mais quand même, c’était bizarre. Puis il se tourna de nouveau vers elle, en l’invitant à faire comme chez elle. Bien que cette invitation lui parut mécanique et qu’elle serait visiblement sous surveillance pour aller sur la terrasse. Est-ce qu’il craignait quelque chose de particulier ? Eeva ne se vexa pas le moins du monde. Il la lâchait dans son manoir, sans trop se soucier d’elle, mais semblait vouloir donner les… Manières d’usages ? C’était comme tout à l’heure, plutôt mécanique, pas vraiment chaleureux.

Notez qu’elle s’en foutait, elle-même était très froide –et ce n’était pas que sa réputation-, n’avait aucune manière, n’était même pas polie et n’invitait jamais personne à rester, ni même à entrer chez elle. Tout en laissant le silence s’installer, pour une fois, Eeva se taisait et analysait un peu. Se taire n’était pas sa spécialité. Sentir les choses par contre, par leur présence ou leur absence… C’était bizarre comme les deux semblaient s’entre-mêler. La rousse se rendit compte alors, que depuis qu’ils s’étaient rencontrés, pour ainsi dire, elle s’intéressait à lui, à chaque fois sur des petits détails, qui pouvaient paraître comme insignifiants. Ça aussi, c’était bizarre. Et nouveau. Cette révélation lui donna sans doute un air étrange, mais elle s’en rendit compte et répondit enfin à Peter.

« J’ai vu assez d’eau pour un bon bout de temps. » dit-elle, faisant référence à la tempête des dieux qu’elle avait essuyée avec Dictame. « Mais je veux bien quand même. »

Si elle n’avait pas mangé depuis plusieurs jours, c’était à peu près la même chose pour l’eau. Elle alla se servir elle-même, saisit une bouteille. Sans se soucier de ses manières, elle ramena la dite bouteille en revenant vers Peter et but au goulot, tout en jetant un œil sur le dessin de Peter.

« Hmm c’est pas mal. Mais bon, ça, c’est une piscine. Ça ne fait pas assez naturel pour ressembler à un espace de vie. Les Pokémon aquatique aiment nager évidement, mais ils aiment aussi se cacher, explorer. La plupart sont des proies, ils n’aiment pas être à découvert. Tu as prévu quoi pour la végétation ? »

Elle-même avait aménagé le bassin de la pension, qui ne ressemblait pas beaucoup à autre chose qu’un chaos de roches et de glace, pour le bassin d’hiver et une véritable forêt sous-marine pour l’autre. Enfin, elle avait fait ce qu’elle avait pu avec les locaux qu’on lui avait laissé… Elle avait assez de moyens, aujourd’hui, pour tout refaire, mais les locaux tenaient encore debout et tant que personne ne viendrait les détruire consciencieusement au cours d’un match, elle n’avait aucune raison de gaspiller son argent dans de nouveaux aménagements. Eeva posa la bouteille au sol et désigna le fauteuil près du feu, pour travailler sur le dessin. Elle-même prit place sur le bras du fauteuil, toujours sans se soucier de ses manières, de sa familiarité, ni même si elle pouvait le gêner dans sa façon de se comporter. Maintenant qu’il lui parlait de Pokémon, elle s’absorbait dans ce travail de consultation, elle ne portait aucune attention à ses manières. Et puis, après tout, il l’avait invitée à se mettre à l’aise non ? (tant pis pour lui !). Tout en soumettant une question d’ordre technique à Peter, Eeva releva la tête pour le regarder dans les yeux, après s’être penché pendant de longues minutes sur le plan.
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 406

Fiche de personnage
Points: 201
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Peter le Sam 24 Juin 2017 - 10:15

Constatant que son hôte était véritablement affamée, Peter la laissa manger autant qu’elle le voulait. C’était bien normal, après tout, elle s’était plus que dépensée dans cette course et elle avait tellement dormi qu’il était même étonnant que son corps n’ait pas plus souffert de la privation. Cette réflexion amena Peter à penser qu’il ne connaissait pas grand-chose d’elle. Peut-être avait-elle eu une enfance difficile. Il n’en savait rien. Pour sa part, il n’avait jamais eu à se plaindre de quoi que ce soit, jusqu’à ses treize ans, du moins. Le basculement d’une vie à l’autre, d’un foyer aimant et chaleureux à la rue hostile et impitoyable avait été d’une cruauté telle qu’il s’était toujours engagé à corps perdu dans toutes ses luttes ultérieures. La bande de malfrats qu’il avait rejointe par la suite avait trouvé en lui un jeune garçon sauvage, perdu et animé d’une rancune contre le monde entier. Et Eeva, où se situait-elle dans ce prisme déformant de cette société inégalitaire au possible ? Il l’ignorait, comme beaucoup d’éléments de la vie de la rousse avant leur rencontre.

Quand il la vit se lever pour aller attraper une bouteille et y boire directement, le Dragonnier eut un sourire, amusé par le comportement de son homologue et pas choqué le moins du monde. Il était même plutôt content qu’elle soit aussi à l’aise chez lui, non pas comme une invitée, mais comme quelqu’un qui vivrait ici. Ce n’était même pas comme un bon ami qui passerait à la maison et qui se servirait dans le garde-manger tout à fait naturellement, c’était encore autre chose. La sensation de retrouver, l’espace d’un instant, la chaleur des jours heureux désormais si lointains étreignit brièvement sa poitrine, avant d’être chassée doucement par le professionnalisme habituel du Champion du Temple.

S’installant à son tour sur le fauteuil, Peter prit en compte les remarques d’Eeva, quelque peu surpris, mais admettant volontiers qu’il n’y connaissait rien en matière d’aménagement d’habitat aquatique. Effectivement, en y regardant de plus près, son dessin ressemblait à un bassin de compétition pour des courses quelconques, et non pas à un environnement naturel avec ses recoins et ses irrégularités. En entendant le mot « proie », l’image d’Akairos, immense et dominant, s’imposa à son esprit, et il eut un rire moqueur.


« Je ne crois pas que mon Léviator puisse être considéré comme une proie... Mais concernant Sindragosa par exemple, en effet, ça se tient. »

Apportant quelques modifications sur son croquis en suivant les indications de la rousse, il resta perplexe devant la nouvelle mouture. Cela n’avait déjà plus grand-chose à voir avec le plan initial, mais après tout, pourquoi pas ? C’était elle la spécialiste, il lui faisait confiance. La question sur la végétation lui fit froncer les sourcils d’un air soucieux.

« Hm... Déjà, avant toute chose, je ne sais pas vraiment si je dois reproduire un habitat d’eau douce, un habitat d’eau de mer ou un mélange des deux... À moins de faire deux bassins séparés ? Pour le moment, je n’ai que des Dragons qui vivaient en haute mer, mais rien ne dit qu’un jour, je ne doive en accueillir un venant d’un lac d’eau douce... Et la végétation ne serait pas du tout la même, du coup... Je vois à peu près les types de plantes sous-marines qu’on peut observer en mer ou au Lac de la Liberté, mais bon sang, je n’y connais rien ! D’un côté, ça a quelque chose de plaisant, de découvrir son ignorance totale d’un sujet, mais il y a vraiment du travail. Je n’aurais pas cru qu’un jour, je serais aussi content d’être confronté à une telle nouveauté. »

Enthousiaste, le Champion observa un instant son dessin, avant de retrouver son sérieux.

« Enfin, tout ça ne me dit pas ce qu’il faut mettre comme plantes dans ce bassin... Je crois que je vais avoir besoin de tes conseils, sur ce coup-là. »

Relevant la tête, il tomba nez à nez avec Eeva, qui venait de lui poser une question assez pointue et à laquelle il réfléchissait déjà. C’était la première fois qu’il avait l’occasion de la voir d’aussi près : lors du voyage retour, après la course, il était bien trop préoccupé par l’idée de la mettre à l’abri et de lui offrir un repos mérité chez lui pour s’attarder sur ses traits ou sur la forme de son visage. Maintenant qu’elle était sereine et en meilleure forme, il découvrait réellement une femme dont la peau blanche contrastait avec sa chevelure flamboyante, comme un feu dormant sous la glace. Elle avait un regard d’un bleu particulier, qui analysait tout en riant intérieurement, qui observait en jaugeant et qui portait un jugement professionnel sans être trop sévère non plus. En bref, Peter avait devant lui une femme belle et libre, avec un certain caractère, néanmoins, comme il avait déjà pu le constater !

Ce cheminement de pensée ne lui prit pas plus de quelques secondes, alors qu’il sembla interminable. Non pas qu’il n’ait pas compris avant à qui il avait affaire, il n’était pas non plus idiot ou novice en la matière, loin de là. Mais il venait de saisir quelque chose de durable et d’éphémère à la fois, un de ces instants où le temps se suspendait comme pour jouer un mauvais tour à ceux qui étaient pris dedans, qui déformait la réalité autour tout autant qu’il révélait les choses les plus évidentes sous un angle totalement nouveau.

Le Nalcien réalisa alors qu’il avait perdu le fil de la conversation, et lorsqu’il le retrouva, au prix d’un effort inhabituel, il se rappela la complexité du propos, et l’étendue de ses lacunes dans le domaine pourtant primordial de l’aménagement de l’habitat de ses nouveaux Pokémon. Avec une certaine philosophie, il en conclut qu’il n’avait tout simplement pas la réponse à la question d’Eeva, et cela le fit sourire, comme si l’éventualité d’un vide dans ses connaissances était une très bonne chose à ses yeux... Surtout quand cette lacune pouvait être comblée sans mal par l’expertise de son homologue de Mizuhan. L’idée d’une complémentarité des savoirs, d’une personne à l’autre – et même d’un Champion à l’autre – amusa le Nalcien, dont le sourire s’élargit. Le regard ocre rouge de Peter soutint celui d’Eeva, non pas dans une attitude de défi, mais plutôt avec une curiosité mêlée à quelque chose d’indéchiffrable, comme un jeu ni tout à fait anodin, ni tout à fait sérieux.

Finalement, le Dragonnier haussa les épaules, avant de lâcher, sans détourner le regard :


« Je n’en ai aucune idée ! Après tout, c’est toi la spécialiste, non ? »

_________________
L'homme-Dragon - Carnet de Vol



1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Peter
Champion de la Course Pokémon Aérienne
Informations
Nombre de messages : 297

Fiche de personnage
Points: 121
Âge du personnage: 35 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Eeva Slanzar le Ven 30 Juin 2017 - 23:55

Lorsque Peter releva la tête, ils se retrouvèrent nez-à-nez.  Ça n’avait rien d’étonnant en soi, ils étaient à quelques centimètres l’un de l’autre, discutaient et pourtant, Eeva était un peu surprise. Il y avait peu de gens qui osaient la regarder dans les yeux et en général, ils ne soutenaient pas son regard très longtemps. Elle ne savait pas trop si elle leur faisait peur ou si elle les mettait juste très mal-à-l’aise… C’était peut-être pour ça qu’elle se sentait surprise, visiblement ce n’était pas le cas de Peter, puisqu’il la dévisageait. Elle n’en était pas gênée et attendait simplement la suite des événements, écoutant attentivement les remarques de ce dernier. Alor qu’il appréciait la vue, Eeva réfléchissait à ce qu’il venait de lui confier. Elle ne savait pas si elle était une experte en Pokémon aquatique, mais le fait est que les Pokémon de glace partageaient souvent le type eau. Elle est était donc quasiment tout le temps confrontée.  Eeva plongea son regard dans celui de Peter. Ils avaient une teinte chaude. Il avait une sorte d’élégance désinvolte qu’il était difficile d’imiter.

La rousse releva les sourcils d’un millimètre et sa bouche s’élargit imperceptiblement. Sourire, pas sourire ? Il venait de perdre le fil de la conversation, se traduisant par un silence après son dernier commentaire. En laissant s’afficher un sourire un peu plus grand, Eeva se rejeta un peu en arrière.  Est-ce qu’elle comprenait bien ce qu’elle croyait avoir saisit ? Elle n’en était pas certaine… Quand elle le regarda à nouveau, il souriait. Il lui était difficile de savoir si c’était parce que lui aussi avait cru voir quelque chose (la même chose qu’elle ?) ou s’il savait qu’elle savait. C’était un petit jeu très amusant dans le fond, même si elle n’en avait pas vraiment l’habitude… Cet instant là ne dura qu’une seconde. Elle attendait la suite du jeu, quand Peter répondit enfin. Mais Eeva  ne l’avait pas quitté des yeux, elle non plus. C’était elle la spécialiste hein ? Son sourire s’élargit, mais elle ne pensait pas vraiment aux plantes sur le moment… Dans une position à la fois stable et suspendue, elle attendait de savoir comment réagir. Mais comme  Peter semblait attendre une réponse d’elle, Eeva céda.

« Depuis le temps, je, j’y réfléchis. » se reprit-elle.

Les plantes, évidemment.

« Tu peux faire les deux. Avec une rivière reliant les deux bassins. Un bassin d’eau douce en amont, d’eau de mer en aval. Ça éviterai, si tu fais l’inverse, que le bassin d’eau douce devienne saumâtre… Certaines espèces ne le supportent pas, mais d’autres en ont besoin pour le développement de leurs petits, mais tu ne compte pas faire d’élevage ?

L’eau de mer c’est surtout de la roche, des grandes algues et des coraux. L’eau douce c’est autre chose. Vu la taille du bassin, tu pourras y mettre n’importe quoi.  Pour les hauts fonds, des plantes comme de la Crinum Thaianum, ses feuilles sont longues et étroites, elles mesurent jusqu’à près de deux mètres, avec d’autres du genre Vallisneria Géante… Pour la mi-hauteur, des Cryptocorynes, Apogoneton Capronii, Hygrophila Corymbosa pourraient former des ensembles intéressants, avec des buissons d’Eusteralis species, des Hygrophila Difformis. Elles sont intéressantes, leurs feuilles prennent une forme différentes suivant qu’elles soient immergées ou émergées. De la Sagittaria Subutala, des Echinodorus Aflame… Des Lotus aussi, elles sont très lentes à pousser, mais leurs feuilles sont très belles. Peu de gens les aiment, mais je te conseille de mettre des flottantes, que ce soit Ceratophyllum, Limnobium, Pistia ou Salvinia… Elles ont l’avantage d’offrir de l’ombre et d’éviter les apparitions d’algues… Qui pourraient devenir un véritable fléau. »
récita Eeva, en ayant l’air d’avoir avalé une encyclopédie. Elle fit une pause.

« L’important, c’est d’en planter beaucoup. Certaines mourront, d’autres non, mais au final, le bassin doit atteindre un équilibre. Plus il y aura de plantes différentes et mieux ce sera. » Elle e tut un instant et reprit.

« Par contre, au bas mot, vu la taille d’un Léviator et comme il ne sera pas tout seul, ainsi que ceux que tu pourras accueillir dans le bassin d’eau douce, soit jusqu’à trois mètres… Heu au bas mot,  le bassin marin fera environ cinq cents mètres cube et l’autre, seize. Ça doit faire quelque chose comme… un bassin de sept cent cinquante mètres et l’autre deux cent cinquante mètres… »

Eeva passa la main dans ses cheveux et prit sont croquis à Peter. Elle lui vola également son crayon et fit quelques traits grossiers, mais très clairs, synthétiques.

« Vu la taille des travaux… Tu pourrais ouvrir ces pièces-là et faire une sorte de terrasse ou de véranda, fait sauter le toit et remplace le par des panneaux en verre, soit tu sacrifie une partie du château, soit tu fais une partie du bassin dans la vallée. Je peux te proposer une rivière ou une cascade qui se jette en contrebas, en creusant la roche,  on peut faire le bassin marin en dessous. Il sera alimenté par le bassin d’eau douce, lui-même accessible de la maison. Ça ferait une chouette terrasse et une piscine naturelle sympa… »

Elle lui rendit son crayon et son bloc, en ayant l’étrange impression qu’il la dévisageait depuis tout ce temps.

Ce projet l’emballait, mais Eeva sentit vite qu’elle n’était pas en état de faire quoi que ce soit. Peu de temps après cette conversation, elle s’écroulait de fatigue et elle ne fut pas plus en forme le lendemain. Il lui fallut plusieurs jours de repos et de repas réguliers et consistants pour reprendre des forces. Durant son séjour, Eeva passa du temps avec Peter, quand il n’était pas appelé par ses devoirs. Les semaines passèrent et pour ne pas mentir, Eeva appréciait de jour en jour la compagnie de Peter. Seuls dans la Vallée des Dragons, elle ressentait une forme de liberté, similaire à ce qu’elle ressentait lorsqu’elle se retrouvait sur un bateau. Reprenant peu à peu des forces, elle avait décidé de rester pour voir la construction des bassins.

* * *

Eeva ouvrit une porte, qui donnait sur l’un des nombreux balcons. Elle connaissait bien le domaine et elle voulait pour l’instant apprécier les lieux d’un point de vue plus élevé que le  rez-de-chaussée. Le soleil l’éblouit et elle mit quelques temps à s’habituer à la clarté du midi. En contrebas, il y avait les dragons, mais surtout, il y avait Peter. De là où elle était, elle avait une vue imprenable sur les bassins, qui n’étaient –pour l’instant- que deux trous béants. Les travaux avaient pas mal avancés et sans elle, comme elle le constatait. Au milieu d’un des deux fossés, Peter s’affairait. Il ne portait plus sa cape habituelle, qui n’aurait été qu’une gêne dans ce genre d’exercice. En fait il était vêtu de manière plutôt banale, ce qui lui paraissait étrange. Eeva le fixa un long moment. Elle ne pouvait pas le nier, la vue était vraiment pas mal d’ici, vraiment pas mal… Il faisait vraiment chaud aujourd’hui.

Elle était assez loin pour voir l’ensemble des travaux, mais pas assez pour ne pas pouvoir en effet profiter du moindre détail de l’environnement. Elle le vit poser une pelle et s’attaquer à une pierre particulièrement volumineuse, l’attrapant de part et d’autre, ce qui lui sembla déjà un exploit vu ses dimensions (la pierre, pas Peter) et essayer de l’arracher de la terre. Intéressée, Eeva pencha la tête en écarquillant les yeux, la bouche close, relevant très légèrement les sourcils.  Eeva apprécia alors particulièrement ce… Joli paysage… Toutes ces montagnes de… Vraiment appréciable. Nalcia était vraiment pas mal comme pays ! Un léger sourire en coin, Eeva savourait du regard, avec un intérêt non dissimulé, Peter se démener et soulever cette roche, sans esquisser le moindre geste.


* * * Flash Back * * *

Pour un premier jour après son réveil, elle ne se sentait pas si mal. Le repas du midi lui avait redonné des forces et emportée par le projet de construction, elle avait  voulu voir les pièces de la « maison » que Peter comptait sacrifier. Le versant de cette partie du domaine était avantageux pour la construction de futurs bassins… Il était très bien exposé et même si un travail colossal les attendait, ils partaient sur les bonnes bases, ce qui était essentiel. La question lui semblait plutôt urgente, les Léviator n’étaient pas les dragons les plus stables et les moins dangereux, mais un dragon aux réactions incertaines… Plus tôt ils commenceraient et mieux ce serait pour tout le monde.

Dans les vêtements qu’elle avait empruntés à Peter, Eeva commença à chercher quelques outils. Bien que les Pokémon pouvaient les aider avec leurs griffes ou même, leurs pouvoirs, il était de question qu’elle creuse à mains nues ! Pelles, pioches, brouettes… Marteaux, piquets et ficelles entre autres, envahirent rapidement les lieux. Pour commencer et sous les indications du maître des lieux, Eeva définit la zone à creuser, une vaste zone qui recueillerait cinq cents mètres cube d’eau. Autant dire qu’ils avaient du pain sur la planche, ce serait des milliers de tonnes de terre et de pierres qu’ils devraient dégager de cette zone… Eeva avait conscience de l’ampleur de la tâche… Cela ne lui faisait pas peur, mais à vrai dire, si elle était sûre d’elle, ce n’était pas toujours une qualité. Après une heure à planter sa pelle et retirer la terre pour en remplir la brouette, elle retira la longue veste qui ressemblait presque à une cape sur elle. Un peu plus à l’aise dans son habit sans manche, elle s’essuya le front, ruisselant de sueur. Il n’y avait pas d’ombre à cette heure de la journée et la chaleur était écrasante.

Après une ou deux pelletés de plus, Eeva se sentit envahit par la chaleur. Elle repoussa ce sentiment, jusqu’à ce que le sol emble commencer à bouger sous ses pieds. Sa première pensée fut pour Silvius. Qu’est-ce qu’il fabriquait ? Il était parfois zélé. Le sol, très bancal soudainement, sembla l’attirer à elle. Eeva avait les mains crispées sur le manche en bois, sans vraiment parvenir à se rétablir.
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 406

Fiche de personnage
Points: 201
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Peter le Dim 3 Sep 2017 - 1:13

Aspiré dans ce jeu de devinettes, de suggestions et de non-dits, Peter nota néanmoins les conseils que lui donnait Eeva, prenant bien garde à ne pas manquer le moindre mot. L’ampleur des travaux était telle que le Champion se demanda s’ils parviendraient à les achever un jour, mais il se sentait étrangement confiant. Amusé par le très léger trouble qu’il avait décelé chez elle, il ne releva pourtant pas et se contenta de la frôler sciemment en quittant son fauteuil, tout en donnant l’impression qu’il n’attachait pas d’importance à ce contact physique mais fugace. Il était tellement détaché, d’habitude, qu’il n’eut pas besoin de faire beaucoup d’efforts pour feindre l’indifférence, mais il était persuadé qu’Eeva voyait clair dans son jeu de dupes, et cela lui plaisait bien, en fin de compte...

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Emportés par leur élan, les deux Champions se lancèrent rapidement dans un tour de contrôle poussé et fouillé des pièces qui seraient sacrifiées dans la construction des bassins XXL. Voyant que son enthousiasme était contagieux, le Nalcien entreprit de creuser avec l’aide de ses Pokémon, comptant sur leur force ou leur adresse pour lui prêter main-forte dans sa tâche. Du coin de l’œil, il surveillait quand même la Mizuhanienne, qui mettait également la main à la pâte, considérant qu’il n’était peut-être pas ultra conseillé – ni prudent – de se jeter à corps perdu dans un tel travail en sortant à peine de sa convalescence. Plus elle creusait, et plus Peter songeait que ce n’était pas l’idée du siècle que de l’avoir laissée se joindre à lui dans l’immédiat...

Et en effet, il fut bien inspiré de ne pas la lâcher des yeux : lorsqu’elle s’essuya le front avec un manque de vigueur inquiétant, il interrompit son geste et planta sa pelle dans le sol, sentant que quelque chose n’allait pas, et c’est en la voyant tanguer dangereusement en se cramponnant au manche de son outil de travail qu’il se précipita vers elle. En quelques foulées, il fut à sa portée, juste à temps pour la rattraper in extremis pour l’empêcher de tomber.


« Je crois qu’on a vu un peu trop grand un peu trop vite. »

Quelque peu inquiets, les Pokémon du Champion s’étaient tournés vers le duo, attendant de savoir si l’état d’Eeva était réellement préoccupant ou si elle ne souffrait que de vertiges passagers. D’un signe de tête, Peter leur signifia qu’ils pouvaient continuer et qu’il se chargeait d’elle, avant de la soulever dans ses bras avec une délicatesse surprenante pour un homme de sa carrure.

« On va remettre ça à plus tard, c’est plus sage. »

Après avoir vérifié qu’Eeva avait simplement surestimé ses réserves et l’avancée de son rétablissement, Peter se dirigea vers l’intérieur du domaine et franchit le seuil de la chambre qu’occupait son hôte pour déposer cette dernière sur le lit.

« Je reviens. »

D’un pas rapide, il s’éclipsa, avant de revenir avec une bouteille d’eau et une grande bassine remplie. Doucement, il s’assit sur le bord du lit, trempa le tissu qu’il avait amené dans le récipient et l’essora, avant de l’appliquer sur le front de la rousse.

« Ça va te faire du bien et te rafraîchir. Il fait particulièrement chaud, aujourd’hui. »

Prévenant, le Nalcien servit à boire à Eeva, déposa le verre sur la table de chevet et mouilla à nouveau le tissu déjà quasiment sec. Avisant le haut qu’elle portait, un vêtement cintré et près du corps, il défit le premier bouton pour lui éviter d’être serrée et lui accorder un peu d’air. Eeva sembla respirer, comme libérée d’un environnement étouffant. Peut-être que Peter se faisait des illusions, mais il lui parut qu’il ne s’était pas trompé. Dans la pénombre, la Championne lui parut plus fragile que jamais, mais loin d’être vulnérable, en pleine possession de ses capacités de réflexion et de sa volonté. Cela le conforta dans son élan. D’un geste doux, il effleura son front avec sa main, avant d’y déposer un baiser. Puis, répondant à l’invitation silencieuse, il descendit, jusqu’à ce que ses lèvres rencontrent les siennes.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Sous un Soleil écrasant, le Champion du Temple se démenait pour avancer son projet de construction. Lorsqu’il avisa l’énorme rocher qui bloquait sa progression, il estima rapidement que oui, c’était faisable, retira son haut pour être plus libre de ses mouvements et le jeta sur la pelle plantée non loin de là. Désormais un peu moins encombré, il souleva le (très) gros caillou et le décala de quelques mètres pour le placer à sa convenance. En soufflant, il regarda le résultat et, satisfait, s’essuya le front avant de s’asseoir sur ledit obstacle pour siffler une bouteille d’eau en entier. À présent qu’il était moins concentré sur sa tâche, il sentait le regard d’Eeva, et il fit mine de l’ignorer quelques instants, avant de lui décocher un sourire charmeur, plus par plaisanterie que par réel jeu de séduction, encore qu’ils étaient tous les deux très forts à ce petit jeu-là. Après s’être arrosé, il se releva pour rejoindre la rousse et lui effleurer la joue.

« Comment tu te sens, aujourd’hui ? Tu es d’attaque, ou tu es en mode spectatrice ? »

La Mizuhanienne lui avait déjà prouvé que l’exercice physique ne l’effrayait pas le moins du monde, et il la savait assez bravache (et fière, aussi) pour le prendre au mot par pur défi. Néanmoins, il n’était pas non plus là pour la forcer à participer tous les jours – ou à participer tout court – aux travaux, même si elle était à présent plus qu’une simple invitée, et elle savait qu’il ne lui en tiendrait pas rigueur si elle décidait de buller pour profiter des paysages nalciens.

_________________
L'homme-Dragon - Carnet de Vol



1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Peter
Champion de la Course Pokémon Aérienne
Informations
Nombre de messages : 297

Fiche de personnage
Points: 121
Âge du personnage: 35 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Eeva Slanzar le Ven 15 Sep 2017 - 15:28

Quand elle commença chavirer, la Championne tenta de se ressaisir, de se rattraper, mais sa volonté se retrouva surpassée. Consciente, mais incapable d’agir, elle sentit qu’on la retenait et entendit parler, sans comprendre le sens des mots. La voix qu’elle entendit était lointaine, cependant, elle eut conscience qu’on la soulevait, qu’elle ressentait un contact chaud. Elle eut l’impression de s’endormir aussi, puis de se réveiller des heures plus tard. En réalité, il ne s’était passé que quelques minutes, pendant lesquelles Peter l’avaient simplement déposée sur son lit. L’esprit embrumé, mais comprenant peu à peu ce qui s’était passé, elle cligna plusieurs fois des yeux, aveuglée par le soleil. Il venait de lui parler, elle en était presque certaine, mais n’avait pas vraiment comprit. Où alors, elle avait rêvé. Ne faisant pas la différence entre les deux, Eeva abandonna l’idée et constata que sa veste, en réalité celle de Peter et qu’elle s’était permise de prendre dans l’armoire de la chambre, était plié sur le dossier de la chaise, près du lit.

Elle était toujours habillée, signe qu’elle n’avait peut-être pas dormi aussi longtemps qu’elle le pensait. Elle était seule en tout cas. Eeva s’était un peu redressée, voyant la porte ouverte, mais elle fini par se laisser tomber sur les oreillers, épuisée. Elle se rendit compte qu’elle avait vraiment chaud, son débardeur lui collait à la peau, légèrement étroit (à vrai dire il n’était pas vraiment taillé pour une femme…), mais Eeva ne se sentait pas la force de bouger. Elle sentait même la chaleur s’échapper de ses joues, c’était dire ! La Championne ferma les yeux en espérant s’endormir rapidement. Elle se sentait aussi contrariée… N’étant pas le genre « petite nature », elle se sentait comme trahie par son propre corps. Quand elle pensait à tout ce qu’elle avait pu vivre dans sa vie, pourtant pas si longue, c’était bien pire ! Il suffisait d’un tout petit effort au soleil pour qu’il n’y ait plus personne. Eeva en était fâchée. Devant un collègue en plus, devant Peter. Elle avait horreur de passer pour quelqu’un de faible et ce petit incident la contrariait franchement.

Eeva n’était pourtant pas le genre à se soucier de l’avis des autres, ni de leurs regards ; elle était bien connue pour ça ! Pourtant, bizarrement, c’était un peu le cas avec son collègue de Nalcia. La rousse ferma les yeux qu’elle avait de la peine à garder ouverts. Qu’est-ce qu’il lui prenait ? Est-ce qu’elle n’était pas en train de tourner la carte ? Cette question, même en pensée, resta sans réponse. Ou bien elle ne l’avait pas, ou alors, elle n’osait pas y répondre. Ça aussi c’était nouveau ! Elle « n’osait pas » ! Dans un geste de colère largement affaibli, elle se frotta les joues, comme pour effacer leur rougeur ou l’excuser. Bien  sûr que si, elle osait ce qu’elle voulait, c’était ridicule et pour l’instant, elle cuisait à petit feu dans sa tenue, mais restait sans volonté. C’est alors que Peter apparut dans l’encadrement de la porte, une bassine à la main. Même si c’était évident, elle se laissa dire qu’il l’avait portée du « jardin » jusque-là. Même dans les choux, elle était suffisamment consciente pour savoir –et ne pas se mentir-, elle avait apprécié tant le geste que le contact.

Eeva le vit s’avancer avec la bassine et la cruche et venir lui appliquer un linge sur le front. Si c’était à ce point là alors, le reste passerait totalement inaperçu. Néanmoins, moins que la gêne, c’était la nouveauté du geste. Jamais dans sa vie, un être humain ne s’était inquiété de savoir comment elle allait, si elle était malade ou autre chose. C’était à la fois inédit et très bizarre. Elle ne chercha pas à bloquer Peter dans ses gestes, elle n’en avait pas la force de toute façon, mais cette histoire-là ne lui était pas familière du tout.

« Je vois pas ce que tu veux dire, je pète le feu. » dit-elle d’une voix beaucoup plus faiblarde que ce qu’elle aurait voulu. Elle essaya, sans succès de la rendre plus assurée.

Eeva tenta aussi de se redresser, se contractant un maximum pour cacher les tremblements de ses bras et de ses mains. Elle attendit que Peter détourne le regard pour abandonner la partie, alors qu’il revenait déjà lui appliquer le linge une deuxième fois. Sa tête lui tournait et il lui sembla qu’elle pouvait à tout moment sombrer, ce qui la contrariait d’autant plus qu’elle venait de contredire Peter et que son corps l’avait elle-même contredite. Réprimant un juron, Eeva se laissa aller contre les coussins et ferma les yeux un moment. Les rideaux avaient été tirés. Repartant vers le monde onirique, elle sentit la présence de Peter et resta sans réaction. Jusqu’à ce qu’un long frisson lui parcoure l’échine, lorsqu’elle sentit ses doigts l’effleurer quelque part vers sa poitrine. Sans aucun doute elle sentit la libération soudaine du débardeur. A la fois surprise et méfiante, elle rouvrit les yeux et vit Peter penché légèrement au-dessus d’elle. Elle planta son regard dans ses yeux acajou. Eeva eu un doute, un instant. Est-ce qu’elle avait les idées claires ou… ? Elles étaient peut-être très claires, justement, tout à coup.

Le contact, c’était sûrement ça, se dit-elle. Elle chercha ses doigts, attrapa ses mains pour l’attirer vers elle. « Attirer » était un bien grand mot, mais l’idée était là. Guidant le maître des dragons jusqu’à elle,  il lui embrassa le front et le laissa se poser légèrement contre elle. Le cœur battant d’émotion, elle chercha à se presser contre Peter et scella ses lèvres sur les siennes. Son corps s’enflamma soudain et ça n’avait rien à voir avec le climat ou la fièvre.


***   Fin du Flash Back  ***



Ne cherchant absolument pas à faire connaître sa présence, Eeva  s’accouda au balcon en silence. Sur son perchoir, elle regarda avec intérêt Peter saisir une bouteille d’eau et s’affairer. Elle descendit après un moment, cachée dans l’ombre du manoir et malgré le trou béant qu’ils avaient fait dans la toiture. Peter lui tournait le dos et ne semblait pas se rendre compte de sa présence, ou bien et c’est ce qu’elle pensa quand elle le vit arborer un sourire. Il savait très bien qu’elle était là, il faisait semblant de rien c’est tout. Elle répondit par un fin sourire à la fois malicieux et hautain. Franchissant la limite entre l’ombre et la lumière, Eeva s’étira élégamment, pivotant légèrement vers les montagnes. Peter la rejoignit et elle se retourna.

« Mmm, je ne sais pas, j’en ai assez de ne rien faire, mais regarder travailler les autres en admirant le paysage, c’est pas mal non plus. » Répondit-elle un peu taquine.
« Le paysage nalcien est pas mal par ici finalement. »

« J’aurais jamais cru… » Dit-elle un peu plus bas.

Eeva le regarda un peu du coin de l’œil, avant de lui planter un regard profond dans le sien.

Ce petit jeu de silence dura quelques secondes où Eeva ne démordait pas. Mais en sentant un truc venir se coller contre sa jambe, un peu gluant, elle baissa les yeux, un peu surprise. C‘était Silvius, qui venait s’enquérir de son état. Elle s’abaissa et tendit le bras vers le Sancoki, qui vint ramper jusqu’à elle.

« Tout va bien Général Silvius. » dit-elle en caressant le corps moite du Pokémon. « Vous avez bien avancé. » Constata t-elle en regardant les deux futurs bassins, dont la taille et la profondeur s’étaient considérablement élargis.
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 406

Fiche de personnage
Points: 201
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Peter le Lun 6 Nov 2017 - 21:06

La nuit avait été fraîche, suffisamment fraîche, en tout cas, pour éviter à Eeva de cuire, tant à cause de sa faiblesse passagère que de la fièvre bien particulière qui s’était emparée d’eux ce jour-là. Par la suite, ils apprirent à mieux se connaître, et il sembla à Peter que la Championne guérissait bien plus vite depuis ce moment précis. Oh, c’était peut-être présomptueux de sa part, mais pour la première fois de sa vie, il songea qu’il était responsable du bien-être de quelqu’un, de quelqu’un qui appréciait sa compagnie et qui n’était pas un Pokémon. Étonnamment, ce constat le fit sourire, un soir où Eeva dormait déjà profondément, blottie dans ses bras, et il déposa un baiser léger sur son front avant de se laisser aller au sommeil à son tour.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Amusé par sa réponse et sa pirouette, le Nalcien se rapprocha d’Eeva et soutint son regard, les yeux rieurs et pétillant de malice. Lancés dans un duel visuel, l’un de leurs jeux favoris, ils ne virent pas arriver le Sancoki qui se glissa près de la rousse, probablement inquiet et préoccupé par l’état de santé de sa maîtresse. En voyant que cette interruption lui avait fait gagner la joute, Peter ne dit rien, même s’il n’en pensait pas moins, et laissa venir son Tylton jusqu’à lui. Posé sur sa tête, l’oiseau quémanda quelques caresses, qu’il obtint facilement.

« Oui, on a presque terminé celui-là, je pense que je vais m’interrompre sur le second pour me concentrer sur le premier. Avoir une partie du travail finie devant soi, c’est toujours motivant, même si j’ai d’autres moyens de trouver l’inspiration et le courage nécessaires pour ces tâches... »

Laissant un faux doute planer avec ce sous-entendu très explicite, le Champion du Temple se retourna pour contempler l’avancée des travaux, et Malygos s’envola pour rejoindre ses camarades Dragons dans les airs.

« On va manger ? Je vais aller prendre une douche pendant la cuisson, et je pense m’entraîner cet après-midi. Si tu veux te joindre à moi... »

Prenant les devants, la Draco s’éclipsa à l’intérieur, sans doute déjà dans la cuisine pour préparer le couvert. Le Nalcien fit mine de partir, avant de se retourner et de voler furtivement un baiser à la rousse. Avec un sourire en coin, il s’éloigna à son tour pour rentrer, laissant là ses pierres et ses pelles en vrac. Après tout, personne ne rentrait jamais dans le domaine du Dragon Master, farouchement défendu par les créatures qui vivaient là et dans la vallée autour. Personne ne risquait donc de se prendre les pieds dans un caillou ou une pelle, enfin...

« Graaa... »

Enfin, normalement. C’était sans compter le Diamat aveugle et parfois distrait qui s’entêtait à venir « voir » comment se passaient ces trucs bruyants et encombrants que les humains appelaient « travaux ». Avec un soupir, le Champion jeta un coup d’œil derrière lui, mais en apercevant Galakras près d’Atramédès, il se ravisa. Le Drakkarmin était plutôt bienveillant avec son confrère qui venait de Felagund, tout comme lui, et sans le diriger, il lui était toujours d’un grand secours quand il se cognait un peu trop fort ou se prenait les pattes dans un obstacle nouveau ou non détecté. Avec douceur, le Drakkarmin empoigna le Dragon bicéphale pour le remettre d’aplomb, et il fut remercié par l’une des têtes, tandis que l’autre l’engueulait copieusement dans un langage propre aux Dragons.

« Eh ben… Quelle patience. »

Une fois à l’intérieur, Peter se mit en tête de préparer à manger, tout en demandant à Eeva ce qui lui ferait plaisir. Quand il eut suffisamment avancé, il confia la suite à sa Gijinka, avant de lancer à la rousse :

« Je suis trempé, il faut vraiment que j’aille me laver, ça devient urgent si je ne veux pas que ça devienne tragique. »

Après avoir lancé cette phrase sur un ton volontairement théâtral, en insistant bien sur l’horreur présumée de la situation, le Dragonnier s’éclipsa discrètement, laissant Eeva avec leurs Pokémon respectifs. Oh, bien sûr, il avait bien parlé d’une douche, mais il n’avait jamais précisé qu’il devait impérativement rester seul dans la salle d’eau… Le Champion laissa donc volontairement la porte entrouverte, juste au cas où.

_________________
L'homme-Dragon - Carnet de Vol



1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Peter
Champion de la Course Pokémon Aérienne
Informations
Nombre de messages : 297

Fiche de personnage
Points: 121
Âge du personnage: 35 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Eeva Slanzar le Mar 7 Nov 2017 - 22:50

Laissant Silvius se poster sur son épaule, Eeva glissa son regard vers les basins. Ce n’étaient pour l’instant que deux grandes fosses, mais plus pour longtemps. Eeva était un bourreau de travail, maintenant qu’elle avait commencé cette construction…

« Ne te fais pas d’illusion, tu n’as pas gagné du tout. » Marmonna t-elle à l’intention de Peter, sans changer d’attitude. Avec toutefois un très léger sourire en coin…

Comme pour clore la discussion, si c’en était une, elle fit quelques pas vers les fosses. Pour sa part, elle n’aurait laissé de côté aucune des deux parties… Mais elle n’avait aucune mesure t ne savait pas s’arrêter. Eeva se retourna vivement, dès que Peter lui parla de motivation, un sourcil légèrement relevé.

« Aah, je ne vois pas du tout de quoi tu parles ! »

Ce qui était un énorme mensonge bien sûr et un petit jeu. Elle lui jeta un regard qui se voulait innocent, mais ne l’ayant jamais été de sa vie… Elle ne pouvait pas garantir de l’effet ou du résultat. Mais il fallait avouer que depuis qu’ils avaient appris à se connaître plus en détails… Les choses avaient vite changées. Le Tylton passa devant elle, mais Eeva ne le vit pas vraiment. Ce n’est que lorsque Peter apparut brusquement devant elle pour lui dérober un baiser qu’elle revint au présent. Non mais ! C’était elle la voleuse ! Eeva lui attrapa le bras pour l’empêcher de s’éloigner et lui reprit son bien, tout en insistant bien sur le fait, que non, la voleuse, c’était elle ! Bien que Peter ne puisse s’en douter. Sa propre plaisanterie silencieuse lui dessina un sourire sur le visage. Il allait avoir des problèmes s’il jouait à ça ! Elle le lâcha et le suivit. Il avait parlé de manger non ? D'un geste de la main, Eeva envoya ses Pokémon chercher des choses intéressantes dans les environs.

Sans faire sa mademoiselle fragile, elle mourrait de faim… Mais un « bing » sonore les retint encore un peu à l’ombre du manoir. Le Diamat se tenait un peu raide, la patte posée sur un outil, planté bien droit et la Championne était presque sûre de voir le manche vibrer encore. En se retenant de ne pas éclater de rire devant ce gag improvisé, elle ne put s’empêcher de commenter, rieuse :

« Ça, ça doit faire mal ! »

En tout cas, ce dragon avait la tête dure ! Eeva n’avait jamais eu de Pokémon aveugle… Mais c’était parfaitement drôle et elle préféra se retourner, un grand sourire aux lèvres. Elle n’avait pas peur de vexer le dragon… Mais elle ne voulait pas avoir l’air de se moquer. Enfin, si, quand même. Un peu. Mais comme le Drakkarmin prit sous son aile le Diamat, ils purent le les laisser se débrouiller.

A l’intérieur dans la salle à manger, la rousse laissa faire le Dragonnier, elle qui savait à peine mettre une assiette droite… Tout en haussant les épaules à sa question. N’importe quel plat lui conviendrait, du moment que c’était comestible. A la maison, c’était Benji qui s’occupait de ça et généralement, elle se contentait de manger sur le pouce, soit perdue entre des milliers de lignes dans d’épais volume, de ses propres notes ou durant les longues journées d’entraînement de ses Pokémon ou de ses pensionnaires. Pendant qu’il s’affairait, elle regarda par la fenêtre, apercevant de temps en temps un dragon traverser le ciel. Il n’avait probablement aucun pensionnaire… Elle voyait mal un dresseur en difficulté crapahuter jusqu’ici pour confier son Pokémon… Quoique, elle-même ne savait même pas à quoi ressemblait la route pour venir jusque là. Elle n’avait toujours aucun souvenir de la fin de la course aérienne… Ça n’avait sans doute aucune importance, mais il était possible qu’elle ne s’en souvienne jamais. Ce qui lui donnait un excellent prétexte pour ne pas reconnaître la soit disant victoire de Peter.

Reconnaissant les pas qui se rapprochaient, Eeva se retourna et resta un moment sans répondre. Quand il tourna le dos, Eeva vérifia que personne ne la voyait et tira sur son propre débardeur. Il faisait tellement chaud qu’en n’ayant rien fait, elle était en nage. Mais moins que Peter… D’ailleurs, elle ne se gêna pas le moins du monde pour vérifier discrètement, du bord de la fenêtre, si son état était aussi tragique que ça. Quand la Draco Gijinka apparut dans la pièce à son tour, Eeva changea net d’attitude et bondit presque de sa fenêtre.

« Bonne idée, je vais faire pareil ! » dit-elle à la cantonade. « Mais heu, c’est jamais dramatique chez moi… » Laissa t-elle filer. Fallait pas déconner quand même ! Tout en pensant qu’elle pouvait après tout… Superviser pour éviter le drame ?

Eeva laissa Peter entrer le premier, faisant mine de se diriger vers sa propre salle de bain. Attendant que la porte se ferme, sans trop de conviction d’après ce qu’elle perçut, qu’elle entra à sont tour. Eeva laissa glisser ses yeux sur lui, sans se priver et sans rougir et lui adressant un regard et un sourire explicite. Elle se tourna de trois quart et saisit le bas de son débardeur.
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 406

Fiche de personnage
Points: 201
Âge du personnage: 33 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ][Manoir de Peter] « Impossible ! »

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum