Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Sylver Belister le Mer 15 Fév 2017 - 18:46

« Et voilà ! Me lança gaiment Layla ! Nous sommes arrivés.
-Je connais cette ville »,
répondis-je d’un ton froid, histoire de doucher l’enthousiasme de ma geôlière. Mais ce fut loin d’être suffisant :

« Oh je sais très bien que tu la connais, tu y étais pendant le festival des lumières. Moi aussi j’y étais figure-toi et je t’ai vu. Ah, et j’ai vu ta sœur aussi ! Vous étiez si proches l’un de l’autre et pourtant vous vous êtes manqués… C’est bête, hein ? »

Et elle m’offrit son plus adorable sourire. Je dus alors lutter contre une terrible envie de serrer très fort mes mains autour de son joli cou. Finalement, ce ne fut pas la galanterie qui me retint mais la certitude que jamais je n’aurais jamais le dessus sur un maître du sang comme elle.

Mais Layla n’en avait pas fini avec moi : son regard redevint sérieux et elle se mit à me parler comme à un gamin :

« Réfléchis un peu trois secondes et oublie un peu ta petite personne. Tu te souviens de la raison pour laquelle ce festival a eu lieu, pas vrai ? Donc tu sais très bien que tu n’étais pas le seul ici à avoir perdu un être cher ! »


Alors comme ça elle aussi était venue dans ce village pour se recueillir ? Vérité ou bluff visant à m’attendrir ? Au moins, la jeune femme eut la décence de ne pas jouer la carte des larmes devant moi. La voir pleurer n’aurait suffi qu’à exacerber ma fureur. Elle se contentait de poursuivre son rôle de maîtresse d’école chapitrant un garnement. Mais j’étais moi-même bien trop vieux pour qu’on me fasse la leçon.

« Je ne suis peut-être pas le seul à avoir perdu un être cher lors de l’attaque de Mewtwo, mais ici et maintenant, je pense être la seule personne de cette ville à y être venue contre sa volonté, et sans même savoir pourquoi  ! »

Layla ne répondit pas, se contentant de me fixer, comme si elle évaluait la validité de ma réponse. Puis finalement, elle décida de laisser tomber cet affrontement verbal et le sourire reparut sur son visage lorsqu’elle me déclara :

« Oh mais tu verras, tu ne regretteras pas le voyage ! Et tu as raison, tu as le droit de savoir pourquoi nous sommes ici. Tu connais Gilnéas ?
-C’est là où nous sommes en ce moment, répondis-je dans un soupir, lassé par la stupidité de cette question.
-Non, ça c’est la NOUVELLE-Gilnéas. »


Et elle n’ajouta rien, attendant que je pose ma question. Elle adorait jouer à ce jeu avec moi. Sans doute parce que cela lui permettait de prouver qu’elle avait toujours un ascendant sur moi. Mais cette fois-ci, je ne lui ferais pas ce plaisir. Fouillant dans ma mémoire, je réussis à me remémorer l’histoire de ce lieu :

« Gilnéas est situé… Quelque part au nord d’ici, si je me souviens bien. C’est un village qui a été complètement rasé lors de l’attaque de Mewtwo il y a trois ans. Il n’en reste absolument plus rien, même pas des ruines. Cette ville a été construite à la place par les rescapés de l’attaque du dieu fou. Avec le temps, et surtout depuis le festival des lumières de l’an dernier, il est même devenu le symbole de cette catastrophe, ainsi qu’un lieu de recueillement et de pèlerinage.
-C’est ça. »


Layla marqua une pause puis reprit sur un ton posé, qui avait perdu sa jovialité.

« Je suis originaire de Gilnéas. J’y suis née, j’y ai grandi et j’y ai vécu jusqu’à il y a trois ans. Bien sûr, j’ai pas mal voyagé au cours de ma vie, mais j’ai toujours considéré cette ville comme mon chez moi parce que c’est là que j’ai passé la plupart du temps en compagnie de la femme qui m’a élevé et qui m’a appris tout ce que je sais. C’est pour lui rendre hommage que nous sommes ici.
-Encore un membre de votre gang ?
-Elle était bien plus que ça. C’était une mère pour moi ».


J’avais envie de lui répondre vertement. De lui demander quelle mère au monde pouvait apprendre à ses protégés à tuer, à menacer et à faire chanter les gens. Bien qu’elle soit moins mauvaise que ces collègues, je n’ignorais pas que Layla avait elle-même sa part de sang sur les mains. Elle intervenait rarement en personne, mais elle s’était vantée devant moi d’avoir déjà tendu un piège mortel à ma sœur, ainsi que d’avoir fait dévaster un petit village nalcien simplement pour trouver une personne.

Mais sa vision du monde était tellement éloignée du sens commun que c’était peine perdue. Contrairement à M et Greystone, qui étaient de vrais psychopathes, Layla avait ses moments d’humanité. Elle pouvait se comporter de manière tout à fait normale voire amicale pendant un moment et l’instant d’après, ordonner un meurtre sans sourciller. Et chez elle, ce phénomène était bien trop calculé, bien trop rationnel pour qu’il s’agisse d’une simple folie meurtrière. Je me méfiais d’elle, je ne l’appréciais pas et parfois elle me tapait sur les nerfs au point que j’ai envie de m’en débarrasser. Mais contrairement à ses deux acolytes, je ne m’étais jamais promis de la tuer à la première occasion où elle me tournait le dos !
Actuellement, elle était dans une de ses phases de « bonté », comme je les appelais, car elle me déclara d’un ton joyeux :

« Je vais aller voir quelques amis à moi qui vient encore ici. On a qu’à se donner rendez-vous ici dans deux heures ? Tu n’as qu’à en profiter pour visiter la ville ! Tu verras, elle a pas mal changé en deux ans ! »

Curieusement, je sentis qu’elle disait la vérité. Elle avait vraiment des amis ici et était vraiment heureuse de les revoir. Tout comme elle semblait sincèrement intéressée par ce pèlerinage qu’elle m’avait imposé, et qui concernait son ancien mentor.

J’acceptai sa proposition d’un signe de tête, tout en sachant très bien qu’elle pouvait toujours s’introduire dans l’esprit de Lucy pour m’espionner à travers ses yeux, et commençai à déambuler dans la ville au hasard des rues, guidé par les maigres souvenirs que j’avais de mon précédent passage. Je m’étais retrouvé mêlé à une histoire d’encre toxique qui dégageait une fumée qui plongeait ceux qui la respiraient dans le coma. C’était d’ailleurs à cette occasion que j’avais rencontré pour la première fois Aisling, complètement par hasard.

Même de jour, le lieu me semblait toujours assez sinistre. Peut-être était-ce l'aspect dépareillé des maisons, pour la plupart construites à la va-vite qui créait cette impression de sécurité ? Peut-être était-ce le souvenir des événements qui avaient troublé la fête ? Ou peut-être était-ce la faune fantomatique du lieu qui était la source de ma méfiance ?

A l’inverse, Lucy semblait parfaitement à l’aise au milieu des spectres. Trop timide pour oser les approcher directement, elle leur faisait toutefois de petits signes de la main tout en restant prudemment perchée sur mon épaule. Certains lui répondaient, ce qui la faisait pousser de petits cris de joie. Bah, au moins, ces ectoplasmes ne semblaient pas agressifs.
Soudain, la Funecire lança d’un ton envieux :

« Oh, des bougies ! Elles sont belles ! On entre ? »


Perdu dans mes pensées, je n’avais même pas réalisé que j’étais arrivé sur la même place où j’avais récupéré ma lanterne deux ans plus tôt. Les stands ambulants n’étaient plus là bien sûr, mais on y trouvait maintenant des magasins. Dont un qui vendait, comme l’avait dit Lucy, des bougies et autres candelabres. A travers la vitrine, je reconnus les deux vendeurs qui étaient en train de s’occuper d’un client au comptoir. La grand-mère et un de ses petits fils. Eux ne me reconnaîtraient probablement pas si j’entrais… Mais quel besoin avais-je d’une chandelle ? J’en avais une en permanence sur l’épaule !

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Kahlida Haurchefant le Ven 17 Fév 2017 - 19:10

Son arrivée a la Nouvelle-Gilnéas fut remarquable. Kahl était également abasourdie par toute cette populace qui grouillait. Déjà qu'ils l'avaient vu venir des airs, il ne s'était pas imaginé à autant de gens. Pour être franc, il n'avait pas eu spécialement d'idée sur la ville, il ne connaissait même pas l'histoire complète des lieux, seulement que lui avait dits Aaron durant leur pause dans la plaine. La Nouvelle-Gilnéas était une ville qui avait été construite après les ravages qu'ils y avaient eus après le passage d'un Pokémon du nom de Mewtwo. C'était il y a plusieurs années, la ville semblait très bien s'en sortir et avait vécu sans laisser montrer la faiblesse de ce temps. D'accord, il fallait avouer, que la présence d'autant de Pokémon de type spectre était un peu déstabilisant, mais Aliphyr vivait bien entouré de Pokémon du type vol. Il savait qu'il avait encore beaucoup de choses à apprendre, mais son regard émeraude dévorait tout le paysage qui se trouvait autour de lui. À vrai dire, depuis leurs arrivé se sur Érasia qu'il observait les paysages, même s'il avait été en hauteur.

L'endroit où ils s'étaient posés était un peu plus en retraite de la ville, leur permettant de laisser leurs montures. Il était à peine midi passé quand ils avaient mis pieds à terre, ils leur restaient donc le restant de la journée pour profiter de la ville. Ils étaient arrivés plus tôt que prévus et ils ne pouvaient que rencontrer leur acheteur le lendemain. Le lieu en question était de grandeur respectable, un bâtiment à deux étages aux tons de bleus et de noir. Il y avait une grande étable pour accueillir plusieurs spécimens de montures dont certaines attirèrent l'attention, mais avant même qu'il puisse poser des questions, la voix d'Aaron l'interpellait ;

‘' Kahl, va t'amuser et profitent un peu de commodités de l'endroit. Je m'occupe des papiers et on se retrouve ce soir à l'auberge du Brocélôme Dormeur. L'affiche de l'endroit représente un petit être flottant dans le vent avec deux branches en guise de cornes. Si tu ne trouves pas, tu pourras toujours demander aux passants, nous n'avons quand même pas pratiqué ton Français pour rien. ‘' Termina Aaron  
‘' Tu es sûr. Je ne voudrais pas t'abandonner s'il y a beaucoup de travail à faire. ‘' Souligna Kahl.  
‘' Une t'inquiète pas Kahl, va apprendre et je m'occupe du reste. ‘' Dit l'ainée.

L'apprenti marchand ce ne le fit pas dire deux fois, il offrit un large sourire à son père adoptif avant de s'éloigner calmement. De ses poches, il tira deux Pokéball, de l'une d'entre elles sortie Loki qui s'étira les ailes en laissant une délicate odeur de baie s'échapper. Il était heureux d'être enfin sorti de sa sphère et de profiter de l'air frais de la ville. Le plumage blanchit du Cornèbre brilla sous le soleil, ce qui attira le regard de certains passants. Le Cornèbre vient rapidement prendre sa place sur son épaule, gardant la décence de ne pas prendre place sur sa tête, peut-être était-il gêné ?

Ensuite, Kahl appela Sif. La petite Rondoudou aux couleurs particulières et au grand vert apparut dans les bras de l'humain. Elle poussa un cri silencieux qui se voulu joyeux, l'expression de son visage ne démontrait que ceci et aussi rapidement que l'avait été Kahl, elle était absorbée par le décorer. Le jeune homme sourit tranquillement à Sif et lui montra le son capuchon. Le regard de la petite boule rose s'illumina et un sourire timide s'étira sur ses lèvres, pendant qu'elle se hissa sur l'épaule et ensuite dans le capuchon pour apprécier le perchoir que venait de lui offrir son nouvel ami. Loki s'ébrouait le plumage tout en observant son nouvel ennemi. Il ne détestait pas la petite boule rose, mais n'appréciait pas non plus toute l'attention qu'elle recevait. Il était simplement jaloux. Il croassa de mécontentement, feignant de bouder dans son coin. Kahl sourit devant l'expression de son Pokémon oiseau. L'humain tendit la main, caressant le bec de l'animal. Kahl se remit ensuite en marche, observant silencieusement chaque toile de la ville qui se dessinait sous ses yeux.

Il s'intéressa davantage à la marchandise et à la populace, la culture générale était un sujet qui l'intéressait assez. Il s'arrêta devant plusieurs boutiques, écoutant les ventes et transactions qui pouvaient arriver. Sa marche l'avaient rapidement menée dans la partie la plus achalandée du marché, où les petits kiosques se transformaient en boutique de marchandises plus intéressantes. Kahl était comme Aaron, un passionné d'objets rares et uniques en son genre. Cependant, tout ceci ne l'empêchait pas de pouvoir s'intéresser aux objets moindres et d'écouter attentivement.

Pourtant, une personne attira l'attention de Kahl au travers la foule grouillante. Un homme se tenait droit, observant au travers la vitre d'une boutique de candélabre. Il semblait perdu, mais en même temps il n'était pas sûr si c'était le bon terme pour décrire la situation et puis, il y avait ce tout petit Pokémon sur son épaule qui ressemblait à une… Chandelle ? Avait-il bien vu une chandelle à la flamme mauve ? Ce n'était pas la première fois qu'il remarquait cette étrange petite créature, il prit donc la liberté d'aller lui demander doucement, mais déjà Loki semblait avoir remarqué la petite créature et aussi curieux que son maître s'envola dans les airs pour aller inspecter le Pokémon.

‘' Loki, reste tranquille. ‘' L'interpella immédiatement Kahl.

Cependant, le Pokémon noir et blanc c'était déjà posé sur la tête de l'homme et observait, la tête penchée le Pokémon cire. Il vient essaya de picorer la flamme mauve dans le but de la volée avant de réaliser que la flamme brûlait. Il croassa de surprise, reprenant son envole pour venir se poser sur la tête de Kahl qui arrivait au même moment.

‘' Je suis désolé qu'il vous ait importunité, il est parfois d'une curiosité déplacée. ‘' Déclara calmement Kahl. ‘' J'espère que votre Pokémon n'a rien… ‘' Termina le jeune homme aux traits androgynes toujours calme.


Dernière édition par Kahlida Haurchefant le Jeu 23 Fév 2017 - 11:43, édité 1 fois

_________________
avatar
Kahlida Haurchefant
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 18 étés
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Sylver Belister le Sam 18 Fév 2017 - 9:17

« Et celle-là, elle est magnifique ! J’aimerais beaucoup lui ressembler ! «

Je restai de marbre face à l’enthousiasme de ma bougie. Qu’elle s’extasie devant ses semblables si ça lui chantait. Pour ma part, je n’avais aucune raison de m’attarder plus longtemps devant cette vitrine et encore moins d’entrer… Eh ! C’est quoi ce truc !

Quelque chose s’était posé au sommet de mon crâne, quelque chose de pointu que je n’avais pas senti venir… Pas plus que Lucy dont le rôle était pourtant de surveiller mes arrières ! Cette négligence de sa part eut le don de me mettre en colère, mais pas assez pour me faire cracher des flammes. Inutile que je me brûle le crâne par accident !
Je donnai donc de violents coups avec mes bras pour chasser… La chose qui était perchée sur ma tête. Tournant vivement la tête pour tenter de la déloger, je vis un bec s’approcher dangereusement de Lucy… Bec qui ne rencontra que la flamme violette de la bougie.

L’oiseau poussa alors un cri de douleur et décolla enfin. Je pus alors voir qu’il s’agissait d’un Cornèbre au plumage particulièrement blanc. L’instant d’après un jeune homme… - Ou bien était-ce une jeune femme ? – d’une vingtaine d’années se précipita vers moi, s’excusa pour son Pokémon et me demanda s’il ne m’avait pas trop importuné.
Pouvais-je lui dire que si lui-même, qui semblait être le dresseur du passereau, ne s’était pas montré, j’aurais déjà tenté de carbonisé son volatile un peu trop agressif à mon goût ? Lucy tremblait de tout son petit corps, mais mon regard noir lui fit comprendre que je n’étais absolument pas prêt à la réconforter ! Elle aurait dû voir venir l’attaque et me prévenir ! Tel était son rôle, afin que je puisse utiliser mes pouvoirs de défenseur pour bloquer la menace. Mais elle était tellement obnubilée par ses bougies qu’elle en avait oublié sa mission ! A la place, je répondis d’un ton acerbe au jeune homme, dont l’accent trahissait une origine midgardienne :

« Faites donc un peu plus attention à votre Pokémon. Ici, les Cornèbre n’ont pas bonne réputation, et on en a tué pour moins que ça… D’autant plus que ses plumes sont assez inhabituelle. Une telle couleur blanche devrait avoir une bonne valeur sur le marché noir. Mon Pokémon va bien. A votre place, je m’inquiéterais plutôt de savoir si le Corps Ardent de ma Funécire n’a pas brûlé votre oiseau… La curiosité peut être un bien vilain défaut… »

Cette dernière remarque énoncée sur un ton pensif par moi-même me concernait également. Si je n’avais pas été aussi inutilement curieux sur le meurtre de ma famille… Bref. Inutile de ressasser le passé. Mon conseil était bien évidemment une menace à peine voilée. Volontairement ou pas, rien n’indiquait que le corbeau n’allait pas me blesser ou blesser Lucy s’il réattaquait. Et je n’avais aucune intention de prendre ce risque.

Sous la colère, ma main droite, cachée dans la poche de ma veste, se crispa. Cet homme restait si calme… N’avait-il donc aucune crainte concernant les activités stupides de son Pokémon ? Après quelques secondes, mon ire retomba et je fis volte-face et me dirigeai vers la première rue adjacente, histoire de me mettre à l’abri de la foule et des oreilles indiscrètes.

« Je suis désolée… » souffla alors Lucy.

Je ne lui répondis pas. Actuellement, la dernière chose dont j’avais envie était d’entendre une voix dans ma tête. La bougie le compris et elle garda le silence. Hélas, ce dernier ne dura pas longtemps…

« Monsieur, monsieur ! Attendez ! »


Un homme petit, chauve et assez gros me courait après. Vu là d’où il venait, il avait dû admirer ma fierté se faire picorer par le corbeau. Si jamais il se moquait de moi…

« Monsieur, ce Cornèbre sur votre tête… C’était le vôtre ? Je vous en fait un bon prix ! Cinq cent pièces d’or ! »

Cinq cent… L’homme espérait donc pouvoir en retirer au moins deux mille à la revente.

« Vous perdez votre temps,
lui répondis-je sans aménité. Ce n’est pas mon Pokémon. Demandez donc au jeune homme qui était avec moi. C’est le sien. »

L’homme me remercia puis revint sur ses pas à la recherche du dresseur du Cornèbre. Je remarquai alors un curieux écusson représentant une tête de Rattata brodée au dos de sa veste. Il portait donc une sorte d’uniforme. En dessous du logo se trouvait une inscription : Animalerie Fei-Yan.

Quelques pas de plus dans la rue m‘apprirent que l’homme venait tout juste de sortir de sa boutique, dont il n’était apparemment qu’un simple employé, vu que plusieurs hommes portant une tenue similaire s’activaient à travers la vitrine pour s’occuper à la fois des clients, et de leurs Pokémon à vendre. Intrigué, j’y entrai malgré quelques protestations de Lucy qui semblait effrayée par les Pokémon à l’intérieur.

Mais encore rancunier de sa trahison de tantôt, je méprisai ses protestations. Ma colère laissait peu à peu place à une sorte de curiosité. Avais-je bien estimé le prix auquel ces hommes revendraient éventuellement le Cornèbre, où devais-je enterrer mon sens des affaires avec tout ce que j’avais déjà perdu de mon passé ?

Bien entendu, aucun Cornèbre à plumes blanches ne se trouvait dans la boutique, mais on y trouvait en revanche quelques Pokémon apparemment chromatiques vendus entre deux mille et cinq mille pièces la créature. Un Goupix, un Tortipouss et un Axolotto, tous de couleurs inhabituelles. Intrigué, je laissai on regard dériver sur ces créatures. Avais-je besoin d’un autre partenaire en plus de Lucy ?

Non, réalisai-je en secouant la tête. Je possédais déjà deux Pokémon extrêmement puissantes à mes côtés. Je n’avais pas besoin d’un guignol bariolé en plus.

« Je peux vous aider monsieur ? » Me demanda alors une vendeuse.
« Non merci. Répliquai-je. Je ne fais que regarder pour le moment. »

Quoi qu’il en soit, il me restait encore plus d’une heure à tuer avant de retrouver Layla. Je décidai donc d’attendre un peu ici pour voir si le dresseur de « Loki », comme il l’avait appelé, allait venir. Rien ne permettait de l’affirmer, mais s’il se montrait, sa conversation avec le vendeur m’offrirait une petite distraction.

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Kahlida Haurchefant le Lun 20 Fév 2017 - 2:29

La réponse de l'homme avait été rapide, sèche et avant même que Kahl puisse souffler le moindre mot pour une excuse sur le comportement déplacé de Loki, il avait tourné les talons en s'éloignant rapidement. Kahl n'offrit qu'une expression très calme, observant la démarche rapide de son interlocuteur. Le regard qu'il avait jeté à son Pokémon n'avait pas passé inaperçu, encore moins l'expression de peur de la petite bougie. Elle lui avait semblé si terrifier, Kahl hésitait encore si cette émotion venait de l'action surprise de Loki ou du regard de son maitre. C'était peut-être un mélange des deux. Pourtant, malgré l'inquiétude qu'il ressentit à l'égard de la petite chose de cire, Kahl comprit rapidement que l'homme avait des soucis personnels. Ce n'était pas qu'il s'inquiétait pour l'homme, il lui avait semblé bien plus compétent que lui-même. Vers la fin de sa tirade, l'homme lui avait semblé pensif, avait-il reproché à son oiseau d'être trop curieux où était -ce à lui-même ? Tout le monde avait ces problèmes et il respectait ceci.

Maintenant seul, au milieu de cette rue ambulante, l'apprenti marchand, sourit doucement avant de lever les yeux vers Loki qui avait trouvé refuge sur sa tête. La corneille savait très bien qu'elle avait mal agi, mais il en subissait maintenant les conséquences. Kahl tendit le bras et la Cornèbre sauta sur le bras tendu et évita le regard de ce dernier quand il le ramenait au niveau de son visage. Kahl observa le bec qui avait été légèrement brûlé par la flamme, mais il ne semblait pas avoir davantage de dégâts. Avec le bout de son doigt, Kahl vient délicatement caresser le bec de la créature quand une voix l'interceptait.

Un homme un peu gras s'approchait rapidement de lui, les yeux rivé sur son Cornèbre. Loki sautait immédiatement sur son épaule, jetant un rapide coup d'œil à Sif qui lui offrait un timide sourire. Le Cornèbre croassa en direction du Rondoudou, avant de porter son regard au loin. Pour ça part, Kahl porta son regard sur le petit homme qui s'empressait de le rejoindre.

‘’ Je vous achète cette créature ! Cinq cents pièces d’or ! C’est l’une des meilleures offres que vous aurez dans tout le coin ! ‘’ Déclara l’homme confiant de son action.
‘’ Si la créature était à vendre, j’en tirerais davantage que cette offre. ‘’ Répliqua calmement Kahl.
‘’ Vous ne trouverez aucun autre meilleur acheteur que moi dans les environs, je fais parti de la meilleure boutique… ‘’
‘’ Il suffit mon brave, la créature n’est pas à vendre et aucun de vos mots ne me fera changer d’idées.’’ Le coupa lentement Kahl.
‘’ Ne me dites pas ça, venez au moins voir notre boutique, nous avons plusieurs créatures exotiques qui pourraient vous intéresser. Qui plus est, je vois que vous posséder une deuxième créature aussi particulière que la première, les yeux de ce Rondoudou brillent autant qu’une émeraude au soleil !’’

Kahl devait admettre qu'il avait la langue bien pendue. Il remontait déjà à cheval après qu'il l'est retourné. Jamais au grand jamais, il ne vendrait pas l'un des siens. Il tenait énormément à Loki – surtout que la bête n'avait pas réellement cette couleur – et même s'il avait rencontré Sif que depuis peu il tenait déjà beaucoup à elle. Cependant, il était curieux de voir les ‘'spécimens dit exotiques " de la Nouvelle-Gilnéas. Peut-être que son regard rencontrerait de nouveaux spécimens dont il n'avait pas la chance d'avoir à Tenkei.

‘’ Je veux bien vous suivre jusqu’à votre boutique, mais ils ne sont pas à vendre. ‘’ Déclara calme, mais fermement Kahl.
‘’ Bien, venez, suivez le chemin du guide et je vous garantis que vous quitterez la boutique avec une nouvelle créature. ‘’ Déclara l’homme confiant qu’il avait gagné.

L'homme en uniforme la guida jusqu'à une boutique du nom de : Animalerie Fei-Yan. C'était une boutique à l'allure impressionnante aux couleurs riches. Il était clair qu'ils étaient habitués à marchander avec un style en particulier de clients et Kahl ne faisait pas partie de cette clientèle. Il était clair, que l'homme – du nom d'Ustave - s'attendait à un échange ‘'équitable " ou il serait le plus gagnant, mais il était dommage pour lui que Kahl connaissait ce genre de tactique. L'apprenti marchand n'était peut-être pas du coin, mais il était tout de même familier avec ce genre d'agissement. Kahl pénétra l'endroit le regard curieux, se remplissant l'esprit d'images de Pokémon qu'il n'avait jamais vu avant maintenant. Plusieurs attiraient son attention tendit qu'il marchait les ranger. Son regard aussi vert et brillant que Sif – la seule chose qui trahissait l'émotion sur son visage toujours calme – scrutait le pelage brillant d'un renard à six queues.

Sif prit ce moment pour se hisser sur son épaule, mais trébuchait en tombant vers l'avant. Kahl la rattrapa dans ses bras pour la soutenir. La sphère rose sourit gaiment en venant se caler confortablement dans le creux de son bras.

‘’ Ah je vois que votre regard est tombé sur cette superbe créature. Elle est connue sous le de Goupix, mais comme vous pouvez le voir son pelage est plus brillant qu’une bête normale. Il est très docile et ferait un très bon accompagnateur. Je vous l’accorde pour mille sept cents pièces d’or, un prix d’ami. ‘’
‘’ Quel genre de Pokémon est-il ? ‘’ Demanda-t-il en ignorant l’offre.
‘’ Un Pokémon du type feu qui évolue grâce à une pierre, si vous en cherchez une, je crois que nous en avons en stock. Je vous ferais également un prix d’ami !’’

Kahl l'ignora, continuant sa route dans l'aller suivi par le petit homme gras. La bête devait avoir un quelconque défaut ou était peut-être plus ‘'commune " qu'elle en avait l'air. Au détour d'un couloir, il tomba face-à-face avec un grand aquarium au décore enchanteur. Il était clair que c'était un Pokémon de type eau, la petite n'aurait pas pu mentir sur ses origines. Par contre, la couleur de peau de la petite chose était particulière, surtout que la petite chose ressortait énormément au travers les siens. Il était le seul à être rose pâle, les autres avaient une peau bleutée. C'était tout de même triste de les voir prit dans cette cage de verre à attendre que quelqu'un vous adopte. L'homme lui parlait encore, essayant de lui vendre cette créature qui devait avoir le nom d'Axoloto, de type eau et terre, il était plutôt rare, surtout de cette couleur, mais Kahl ne lui prêtait déjà plus l'oreille. Sif posa les yeux sur lui, affichant toujours un grand sourire en pointant le sol.

Kahl la déposa lentement et elle partit à la découverte de la boutique. Kahl sourit calmement suivant au travers le dédale la sphère rose qui pointait plusieurs objets de ses petites mains. Loki était silencieux et attentif de tout ce qui se passait, mais étrangement, il restait calme et paisible sur l'épaule de son ami. La destination finale de la petite se retrouva à être une rangée d'accessoire, non loin de l'étranger qu'avait aperçu Kahl. Même s'il l'avait reconnu – il n'avait pas rencontré des tonnes d'homme et une chandelle sur l'épaule – il l'ignora, il ne voulant pas donner l'impression qui l'avait suivi jusqu'ici, mais en même temps, c'était quand même une belle coïncidence…

La petite boule rose, semblait avoir jeté son dévolu sur un ruban vert avec un délicat grelot. Elle observait l'objet avec de grands yeux brillant, poussant un cri silencieux en jetant un regard à Kahl.


Dernière édition par Kahlida Haurchefant le Mar 21 Fév 2017 - 0:42, édité 1 fois

_________________
avatar
Kahlida Haurchefant
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 18 étés
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Sylver Belister le Mar 21 Fév 2017 - 0:12

Stratégiquement placé dans un coin, j’avais vue sur l’intégralité de l’intérieur de la boutique. Mon attention était sans cesse distraite par les jeux des Pokémon à vendre, les conversations des clients ou encore les lourds bruits de pas de ce vendeur qui manœuvrait une lourde caisse dans le fond de la boutique. Pourtant, au milieu de toute cette cohue, un bruit en particulier captait toute mon attention à chaque fois qu’il retentissait : le tintement de la cloche placée à l’entrée, qui avertissait de l’arrivée d’un nouveau client. Allait-il se montrer ?

Finalement, il apparut dans l’encadrement de la porte. Là où j’étais, il ne pouvait pas me manquer, mais je ne cherchais pas spécialement à être discret. La pièce était bien trop petite pour que je puisse m’y cacher et de toute façon, je n’avais aucune raison de le faire.

Lucy maintenant avoir réalisé que ces Pokémon aux couleurs inhabituelles n’étaient pas plus dangereux que les autres, et elle les observait avec curiosité. En sus de leur aspect brillant, leurs espèces intriguaient également la petite bougie qui n’avait jamais quitté son cimetière natal avant de me rencontrer. Mais je me désintéressai bien vite d’elle pour me reconcentrer sur le dresseur de Loki.

Il était en pourparlers avec le vendeur que j’avais croisé dans la rue, qui lui vantait les mérites de divers Pokémon de son animalerie. Mais le jeune ne semblait pas vraiment intéressé par les Pokémon. Donc il ne se laissait pas piéger par le bagout du marchand… Finalement, l’homme au Cornèbre finit par aller admirer une collection de grelots sur l’insistance de sa Rondoudou… Rondoudou dont les yeux avaient eux aussi une allure inhabituelle.

Dans son dos, le vendeur poussa un soupir que je ne manquais pas de remarquer. Très mauvais. Rédhibitoire même. Un bon négociateur, comme un bon guerrier, ne devait jamais paraître découragé s’il voulait l’emporter. Jamais.
Mais je compris définitivement que le marchandage n’était pas tout à fait son fort lorsqu’il abandonna le Midgardien pour venir vers moi et me dire :

« Eh bien, votre ami est dur en affaires ! »

S’il supposait que nous étions amis, pourquoi venir me livrer des informations que je pourrais ensuite transmettre à mon compagnon pour l’aider dans ses négociations ? Crétin de vendeur ! Il ne manquerait plus qu’il commence à me raconter sa vie pour espérer m’attendrir…

« Au fait, je ne crois pas m’être présenté ! Veuillez m’en excuser. Je m’appelle Ustave et je suis vendeur ici depuis que nous avons ouvert, il y a presque deux ans. Malheureusement, nous sommes arrivés trop tard et toutes les places de la grande place marchande étaient déjà prises, mais je pense que nous ne sommes pas trop mal situés quand même ! En fait, les affaires marchent bien, peut-être un peu trop même depuis que nous nous sommes spécialisés dans la vente de Pokémon Shinies. »


Il baissa la voix pour la suite, s’assurant de n’être entendu que par moi seul :

« Les gens se les arrachent, surtout les riches ! Certains viennent même d’Arkhan pour nos spécimen ! Malheureusement, ces Pokémon chromatiques sont tellement rares que nous avons du mal à nous réapprovisionner. »

Eh bien ! Il devait être vraiment nul en affaire pour me lâcher autant d’informations compromettante en si peu de phrases. Sa boutique avait des fonds, donc il ne pouvait pas prétendre ne pas payer. Sa clientèle était aisée donc s’il ne payait pas assez pour ce que je pourrais lui vendre, je pourrais toujours aller demander directement à ses clients. Mais j’avais compris son petit manège. En Flamenois, il existait une multitude de dictons concernant le monde du commerce. L’un des plus connus disait : « Si tu ne sais pas bien vendre tes produits, achète un meilleur vendeur »

« J’ai vu que vous n’avez pas manqué une miette de notre discussion, vu là où vous étiez. Mais cet homme ne semble pas vous connaître… C’est la négociation qui vous intéresse ? Si c’est le cas, je peux vous proposer quelque chose… De rémunéré bien entendu."

Il n'était donc pas aussi étourdi qu'il en avait l'air... Méfiance...

"Qu’est-ce qui vous fait croire que j’y arriverais mieux que vous ou un de vos collègues ?
-Nous avons tous essayé, sans succès. Notre directeur a alors songé à cette méthode pour réussir. Nous embauchons temporairement des « extras » qui touchent un pourcentage sur la vente s’ils réussissent ! Et si vous échouez, nous vous offrons quand même l’accessoire de votre choix ! Qu’en dites-vous ?
-En quoi consiste la mission ?
-Au cours de mes pérégrination à la nouvelle Gilnéas, j’ai repéré deux Pokémon Shiny dans les rues. Un Miaouss et un Piafabec. J’ai essayé de les attraper mais tous les deux se sont enfuis dans des maisons. En fait, ils sont apprivoisés. Et je ne suis pas un voleur. J’ai donc demandé à leurs dresseurs respectifs s’ils souhaitaient me les céder, mais même en réduisant la marge, 0 succès. Cela vous intéresse ? »


Je compris alors pourquoi il faisait appel à moi. J’étais indépendant, et non apparenté à son animalerie. Par conséquent, il minimisait le risque que le client perçoive son forcing. De plus, les dresseurs, dans l’hypothèse peu probable où ils vendraient, feraient plus confiance à un dresseur comme moi qu’à un revendeur. Car après tout, rien ne m’obligeait à leur révéler qui m’employait.

Je regardai alors l’heure sur la pendule de la boutique. Encore une heure et quart à tuer. Après tout, pourquoi pas ? D’après Ustave, les clients potentiels n’étaient pas très loin d’ici. Et la commission pouvait m’être utile… Et c’était aussi l’occasion de voir si j’avais tout perdu u non. Mais j’avais tout de même deux choses à discuter avec lui avant d’accepter :

« Vous comptez également faire cette proposition au dresseur du Cornèbre, je présume ? Si c’est le cas, j’aimerais autant que nous y allions ensemble »

En mettant en place un scénario de vente entre nous, il nous serait plus facile d’emporter l’adhésion du client ou au moins de ne pas commettre d’impairs.

« On ne peut rien vous cacher… Autre chose ?
-La rémunération. Combien ?
-Eh bien, vu que ce sont de grosses sommes, 2%. Un pour chacun d’entre vous.
-Vous plaisantez ?! Quinze me semble un chiffre bien plus adéquat. »


En commençant par là, je pouvais espérer faire monter le chiffre jusqu’à 5. En passant derrière moi, le midgardien, s’il était aussi doué que le pensais Ustave et s’il acceptait bien sûr, pourrait obtenir un 8 ou un 9 voire plus s’il savait s’y prendre. De quoi gagner un petit paquet d’argent qui me serait utile pour mon évasion future.

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Kahlida Haurchefant le Jeu 23 Fév 2017 - 12:41

Kahl pliait les genoux en tendant la main vers le ruban en question. Il vient caresser le tissu vert, c'était de la soie. Le grelot tinta délicatement sous le toucher de l'apprenti, attirant l'attention de Sif. La petite Rondoudou étirait ces petits bras vers la manche pour si accrocher. Kahl laissait un sourire tendre s'étirer sur ses lèvres, pendant qu'il détachait le ruban de soie verte et l'accrocha avec délicatesse à la petite frange du Rondoudou.

‘' La couleur se marie parfaitement à la couleur de tes yeux. ‘' Murmura-t-il doucement.

La petite boule rose souriait encore plus et son regard sembla s'illuminer davantage pendant que Kahl la soulevait du sol. Le midgardien observait ensuite autour de lui, réalisant que le marchand qui l'avait suivi tout depuis le début n'était plus là. Il le trouvait un peu plus loin, en compagnie de l'étranger qu'il avait croisé dans la rue. Ils semblaient discuter d'un sujet qui ne semblait pas immédiatement intéresser le dit étranger. Sif bougeait la tête au même moment, faisant sonner la petite clochette sur sa tête.

L'action attirait l'attention de Kahl et de Loki qui avait baissé la tête vers elle. Il poussait un croassement d'intérêt et pencha un peu plus la tête vers la sphère. Le délicat grelot doré semblait avoir attiré l'attention de la corneille. Au moment où ce dernier allait attraper entre son bec la cloche d'or, Kahl attrapa son bec, laissant échapper un petit sifflement. L'expression toujours calme du jeune homme, ne trahissait en rien la situation actuelle. Loki tirait sur son bec, désirant se libérer, mais le regard de son maître le retient de tout mouvement.

‘' Une lui fait jamais mal et encore moins lui faire de la peine… C'est un nouveau membre de la famille et il faudra l'accepter. Me suis-je bien fait comprendre ? ‘'
‘' Mur… Krow… ‘' Laissa échapper l'oiseau.
‘' Bien, je suis content que tu acceptes. ‘' Déclarait-il en relâchant son emprise sur le bec?

Sous le regard intrigué de Sif, l'oiseau prit immédiatement son envolé, allant bouder dans son coin de la boutique. Il était ni trop loin pour perdre de vu son maitre, mais pas assez proche pour se faire toucher. Il boudait un instant avant que son attention soit attirée par un Pokémon et qu'il décide d'aller taquiner les Axolotto. Kahl n'était pas particulièrement inquiète, il connaissait le caractère de son Pokémon et il savait que la bête aurait presque tout oublié dans une minute ou deux.

Malgré la distance – qui n'était pas si longue que ceci – il pouvait entendre quelque bride de la conversation. Ainsi donc, il y avait d'autres créatures à l'apparence particulière. C'était un fait intéressant, elle reconnaissait le nom du Piafabec, mais le ‘' Miaouss ‘' lui était inconnu. Quel genre de Pokémon était-il ? Son imagination s'emballa rapidement, il imaginait déjà plusieurs apparences, toutefois, quelqu'un d'autre désirait son attention.

Kahl revient ensuite à Sif qui semblait avoir remarqué quelque chose d'intérêts. Il la glissait dans son capuchon où elle trouvait refuge tout en observant l'objet de son intérêt. Kahl jetait un dernier coup d'œil autour de lui, s'assurant qu'il n'y avait plus rien qui pourrait l'intéresser et décidait d'aller payer le ruban. Il passait proche d'Ustave et de l'autre homme, entendant le restant de la conversation. Une proposition ainsi d'un pourcentage d'argent ? Si Ustave pensait qu'il pouvait acheter Loki, il se trompait grandement, mais à voir l'autre homme, il doutait que ce soit aussi simple. Ils se mirent à parler pourcentage et au final, Kahl s'invita gentiment dans la conversation.

‘' Si je peux me permettre, vous désirez acheter des Pokémon chromatiques. C'est une pure curiosité, avez-vous pensé à envoyer une demoiselle discutée avec les potentiels clients ? D'ordinaire l'effet d'une douce voix et apparence a davantage de chance surtout si le client est un homme. Si vous désirez réellement que nous convainquions les possesseurs des Pokémon – une tâche qui pourrait être difficile s'ils tiennent moindrement à eux – il faudra donner une offre plus généreuse. ‘'

Kahl sembla réfléchir un instant, laissant le peu de parole mijoter dans le cerveau du directeur. Sif s'étirait quelque peu, posant son regard vert sur l'étranger et puis sur la petite bougie flottante à qui elle fit un petit signe de main.

‘' Si je comprends bien la situation, vous-même avez essayé de les convaincre de les acheter, sûrement à un très bon prix – sans oublier que vous avez probablement essayé avec votre ‘' meilleur ‘' vendeur, mais sans succès. Et maintenant vous demander de l'aide de parfaits étrangers. Je comprends donc que ce n'ait pas non plus la première fois que vos faites ce genre d'offre qui explique le pourcentage très bas - . Alors, je demanderais au moins 12% chacun, pour notre temps, notre patience et tous les problèmes qu'occasionnera votre demande. ‘' Termina Kahl toujours l'expression calme.
‘' 5% chacun ‘'
‘' 10% ‘' reprit calmement Kahl.
‘' 7%, vous êtes quelqu'un de dur ! ‘' S'exclama Ustave.
‘' 9% chacun, je ne suis que réaliste. ‘' Souligna Kahl toujours calme.
‘' D'accord, 8% et c'est ma dernière offre, je n'irais pas plus haut. Vous pouvez être fier d'avoir gagné cette manche sur le directeur des lieux et n'oublier pas que vous toucherez cet argent seulement s'ils acceptent de vendre. ‘' Termina le directeur en tendant la main.
‘' Il fut un plaisir de faire affaire avec voir Directeur. ‘' Terminait Kahl en attrapant la main et la serrant dans la sienne.

Kahl laissa un sourire s'étirer sur ses lèvres, venant caresser la tête de Sif qui s'émerveilla toujours de la bougie. Sif fermait un instant les yeux, appréciant la caresse avant de pousser un nouveau cri silencieux. Le jeune Midgardien levait ensuite les yeux vers l'étranger à l'expression sévère et toujours avec l'expression calme il demanda :

‘' Tout vous conviant ? '' Demandait elle en tendant la main vers lui et ce présentant en même temps : ‘' Vous pouvez m'appeler Kahl et vous. ‘'


(Pardon du délai, je voulais te répondre hier, mais j'ai eu un imprévu. Si quelque chose te dérange dans mon poste, ne te gêne pas de me le dire.)

_________________
avatar
Kahlida Haurchefant
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 18 étés
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Sylver Belister le Ven 24 Fév 2017 - 19:26

Je hochai tout simplement la tête lorsque le jeune homme me demanda si j’étais satisfait. J’étais doublement satisfait en fait. D’une part parce qu’il avait accepté ma proposition, d’autre part parce qu’il s’était révélé aussi doué en marchandage que je le pensais. Je pouvais donc faire équipe avec lui.

J’attendis quelques instant avant de serrer la main qu’il me tendait, histoire de jauger sa réaction, même si je présumais qu’il resterait aussi calme que de coutume.

« Sylver » répondis-je simplement d’un ton neutre. Il ne m’avait pas donné son nom, je n’avais pas de raison de lui donner le mien – ou plutôt d’en inventer un, ordre de Layla. Je remarquai en la serrant que sa main était très fine, comme celle d’une femme. Cet homme devait être habile de ses doigts…

Ustave nous souhaita bonne chance après nous avoir rappelé les adresses où nous devions nous rendre et l’itinéraire à emprunter pour y arriver. Je lui signifiai d’un signe de tête que j’avais compris, puis je sortis de la boutique, précédant Khal.

La première rue que le directeur nous avait conseillé de prendre pour arriver à destination était très calme, si bien que je mis à profiter ce trajet pour discuter avec mon partenaire. Sa vie, son histoire ne m’intéressaient pas. Il avait des compétences en négociation, c’était tout ce que je voulais savoir. Autant entrer dans le vif du sujet tout de suite et discuter stratégie de vente et détails de l’opération :

« Autant commencer par la dresseuse du Piafabec, c’est celle qui habite le plus près d’ici. D’après Ustave, il s’agit d’une vieille femme assez aisée, mais il n’a pas pu m’en dire plus. Le directeur est prêt à mettre jusqu’à deux mille pièces d’or pour acheter son Pokémon, ce qui est une assez belle somme. »

Pour autant, continuai-je en pensée, l‘affaire était loin d’être gagnée. Si cette femme était suffisamment riche pour vivre dans l’opulence, deux mille pièces risquaient de ne pas suffire. De plus, ce genre de personne était souvent attaché à ses Pokémon, parfois même de manière irrationnelle. Comme l’avait relevé Khal dans la boutique, jouer sur l’aspect psychologique pourrait être un atout dans ces circonstances. Mais je m’avançais trop. Mieux valait d’abord savoir à qui j’avais à faire avant d’opter pour une stratégie précise… Ce qui n’empêchait pas de déterminer à l’avance une approche générale, un canevas qui nous servirait à tous les deux pour notre argumentaire.

« Alors ? » Demandai-je tandis que nous arrivions au bout de la première rue. «  Vous avez une idée sur la manière de procéder ? Vous préférez que nous dévoilions que nous venons de l’animalerie Fei-Yan ? D’une autre animalerie ? Ou bien que nous sommes des éleveurs indépendants ? Des collectionneurs ? Alliés ou rivaux en affaires ? »

En soi, chacun de ces scénario était viable, avait ses avantages et ses inconvénients. Se faire passer pour des rivaux pouvait donner à notre client l’illusion qu’il pourrait essayer de se jouer de nous en profitant de nos « dissensions ». Ce serait donc un bon moyen d‘endormir la méfiance d’un chaland un peu trop gourmand. A l’inverse, si nous apparaissions comme des collègues, le client se sentirait en infériorité seul contre deux. Cette tactique était donc plus efficace sur une personne assez timide et relativement malléable. Quant au rôle que nous étions censés jouer… Tous étaient viables quoi que certains étaient plus durs à « incarner » que d’autres : révéler que nous venions de la part de Fei-Yan ne serait pas forcément à notre avantage, mais cela serait malgré tout une marque de franchise, valeur prisée par certains clients.
En fait, ce qui m’intéressait surtout sur ce dernier point, c’était de savoir ce que Khal allait choisir comme option. S’il souhaitait que nous soyons honnêtes, je le suivrais sans discuter. Contrairement à une idée très répandue, il existait des Marchands parfaitement honnêtes qui étaient loin d’être les plus mauvais de leur profession. En fait, c’était même tout le contraire : ces gens étaient suffisamment malins pour jouer avec les règles et obtenir gain de cause sans jamais les trahir. Si Khal se révélait être un de ces négociants experts, cette négociation serait très intéressante. Sinon, j’étais quand même très curieux de voir ce qu’il allait choisir.

Finalement, nous arrivâmes après un petit quart d’heure de marche devant une maison cossue, gardée par un grand portail de bois blanc. D’après le directeur, c’était là que vivait la dresseuse du Piafabec à tête verte.

« Je pense qu’il vaut mieux que ce soit vous qui sonniez à cette cloche »
Proposai-je alors au jeune Midgardien. Vous donnez une meilleure première impression que moi. A moins que vous ne souhaitiez absolument que je le fasse ? »

Je n’avais aucune honte à reconnaître que le jeune homme paraissait bien plus accueillant que moi. De nous deux, il était celui avait les « voix et apparences les plus douces » comme il l’avait dit lui-même. Et à moins de tomber sur une femme jalouse, ces caractéristiques passeraient mieux auprès de n’importe quel client que mon ton cordial mais néanmoins strict. Quoique la présence de Lucy sur mon épaule me conférait un certain atout charme…

« C’est vrai ? Tu me trouves charmante ? Me demanda la bougie en rougissant.
-On en parle plus tard », répondis-je d’un ton pressé, désireux de la faire sortir de ma tête.

A cet instant, je voulais être totalement concentré sur la vente à venir, mais Lucy parut satisfaite de ma réponse qui lui laissait entrevoir des explications dans un futur proche et elle sortit de mon esprit non sans avoir ri de mon compliment malgré lui.


Dernière édition par Sylver Belister le Sam 25 Fév 2017 - 22:50, édité 1 fois

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Kahlida Haurchefant le Sam 25 Fév 2017 - 20:06

Kahl observa toujours l'homme calmement, même après qu'il l'est fait attendre pour la salutation.. C'était souvent une expression mal interprétée, on croyait qu'il riait des gens, ou était condescendant, voire même qu'il se foutait de tout. Pourtant, c'était toute autre chose qui se cachait derrière. Kahl a été élevé dans un environnement sévère qui ne lui permettait pas de beaucoup s'amuser. D'un côté il avait un père très contrôlant qui avait désiré qu'il soit parfait, l'entraînant sur plusieurs domaines dans le but que le gamin lui ressemble le plus. C'était plutôt ironique, parce qu'à la base, le ‘'gamin " était une gamine, mais ce fait n'avait pas semblé ralentir son père d'un faire un petit soldat.

De l'autre côté, même si sa mère n'avait jamais été aussi sévère et contrôlant que son époux, elle était une personne  fanatique et manipulatrice. Elle avait un grand penchant pour la religion et pensait que c'était une connaissance indispensable dans la vie d'un enfant. Cette dernière avait tout de même mieux accepté sa fille, ne la forçant pas à porter des vêtements d'homme pour ne pas être malaisé par sa présence ou même ce berné dans l'illusion que son premier enfant est réellement un garçon. Sa mère l'avait sincèrement aimée, jamais Kahl n'avait jamais douté de ce sentiment, mais il avait toujours pensé qu'elle l'avait un peu trop aimé.

L'homme lui rendait finalement sa poignée de main. Pendant une fraction de seconde, Kahl eut l'impression que l'homme, maintenant connu sous le nom de Sylver, le testait. Sa poignée de main était ferme sans pour autant être douloureuse. Kahl lui rendait de son mieux cette poigne ferme, mais il ne détenait pas une force extraordinaire, il était plus habile avec la vitesse et l'agilité.

‘' Enchanté Sylver. ‘' Déclara lentement Kahl.

Après un rapide échange avec Ustave, Kahl rappelait Loki qui vient la rejoindre en quelques battements d'ailes. Ensuite, ils quittèrent la boutique sans même jeter un regard derrière. Par la suite, Kahl du attendre que Sylver prendre la route, il ne connaissait pas la ville, encore moins l'emplacement du lieu où ils commençaient. En chemin, Kahl était légèrement distraite par le nouvel environnement qui s'étira devant lui. Les lieux avaient leurs propres charmes, sans oublier cette étrange populace Pokémon qui habitait les rues ou les coins sombres de la ville. Il observait distraitement un petit Pokémon à la forme noirâtre, aux grands yeux bleus et jaune, sans oublier qu'il avait une pointe au-dessus de la tête.

Ce fut la voix de Sylver qui le tira de ses songes et observations. Kahl offrait immédiatement son attention à l'homme, tournant son visage vers le sien. Il l'écouta en silence, réfléchissant en même temps à la situation et aux questions.

‘' Humm, je suis d'un penchant pour l'honnêteté. A-lui que nous avons été recrutés pour l'animalerie Fei-Yan. De toute façon, je doute qu'elle soit si stupide, recevoir la visite d'autres marchant après celle du directeur n'est pas rien. Je vous propose de rester discret et d'observer la situation. Profité-en pour l'étudier et peut-être trouver un point faible chez elle qui pourrait nous être utile. ‘' Commença-t-il toujours un peu pensif. ‘' Premièrement, il faudrait commencer à apprendre qui sera notre adversaire – je me doute que vous connaissez déjà tout ceci -‘' Souligna-t-il avec un sourire en coin.

Il se tut par la suite, écoutant son compagnon. Il assimilait les informations offertes avant de se mettre à réfléchir à nouveau. Il en profitait pour observer encore un peu les environs et le décore, posant les yeux sur un autre Pokémon au corps élancé pâle, aux pulpes roses qui montaient vers le ciel. Il ressemblait à un champignon tout heureux de sa situation actuelle. Après une marche plaisante, où ils discutèrent affaires ou simplement dans un silence qui ne dérangea aucunement Kahl, ils arrivèrent à ce qui semblait être la destination finale. Le lieu était d'une richesse visible, un grand portail distingué encadrait le chemin de briques rouges qui menaient vers un jardin joliment décoré et ensuite vers la porte d'entrée. Kahl observa quelques secondes le décore de l'endroit avant de rapporter son attention sur la voix de Sylver.

‘' Ça ne me dérange pas, si vous croyez que j'aurais plus de facilité avec cette vieille femme, je veux bien commencer. Vous semblez déjà plus expérimenté que moi, alors aussi bien vous offrir le bénéfice du doute. ‘' Sourit-il lentement.

Kahl s'avançait ensuite sur le chemin de briques vermillons. Du jardin bien entretenu, des effluves des fleurs viennent taquiner ses narines. Pourtant, il ne se laisse pas distraire par l'environnement presque féérique. Il montait lentement les marches, se préparent mentalement à frapper à la porte à l'entrer. Pendant un instant, il ressentait de la nervosité, mais il resta tout de même déterminer à son idée, quoi qu'il arrive, tout ceci serait une merveille expérience à vivre.

Il levait la main et frappa à la porte de bois. Quel genre de femme serait elle ?

_________________
avatar
Kahlida Haurchefant
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 18 étés
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Sylver Belister le Dim 26 Fév 2017 - 13:44

Les yeux rivés sur la porte, je guettai son ouverture et demandai à Lucy :

« Tu sens le Piafabec quelque part autour de nous ? Un oiseau à tête verte et aux ailes orange.
-… Non…
-Bien. »


Avant même que la silhouette de la cliente ne se dessine, sa voix retentit. Curieusement, sa voix me fit penser à de la confiture : quelque chose de sucré et relativement aigu mais qui devenait vite très très lourd si on en abusait, comme plongé dans la masse visqueuse. Une voix qui était l’alliance parfaite de l’aigu et du rauque. Vite écœurante donc.

« J’arrive, j’arrive ! » lança-t-elle à travers la porte entrebâillée.

La silhouette de notre estimée acheteuse était en accord avec sa voix : assez petite avec une taille qui n’atteignait pas le mètre soixante, son corps semblait boursouflé et étrangement large, comme si un géant avait appuyé sur sa tête pour répartir la masse qui constituait normalement la hauteur dans la largeur. Un détail me revint alors mémoire. La maison devant laquelle nous nous trouvions semblait assez luxueuse… Mais elle devait également être très récente, puisque la Nouvelle-Gilnéas n’avait que deux ans. Par conséquent, plus de doute possible, cette femme avait les moyens de payer.
Pour le reste de sa physionomie, ses cheveux reflétaient sa cinquantaine déjà bien entamée et était un curieux mélange de blanc et de noir qui donnaient à l’ensemble des reflets bleutés. Elle portait une robe rouge simple mais dont le tissu était indubitablement précieux, et des bijoux aussi chers que brillants.

Je notai ensuite qu’elle semblait relativement heureuse d’avoir de la visite. Femme qui vivait seule et avait besoin de compagnie ou mondaine qui adorait s’entourer et ne supportait pas de passer une heure sans quelqu’un à qui parler ? Les deux étaient possibles.

Elle se déplaça jusqu’au portail avec une démarche étonnamment rapide pour quelqu’un de sa corpulence, même si sa course frénétique était plus proche du Psykokwak désorienté que du gracieux Arcanin. Finalement, elle se plaça à moins d’un mètre de nous sans pour autant ouvrir le portail.

« Oui, messieurs ! Demanda-t-elle d’une voix mielleuse. Que voulez-vous ? »

Puisque Khal m’avait plus ou moins laissé la main, c’était à moi d’ouvrir le bal, en respectant ses consignes. Je fis alors une des révérences dont j’étais coutumier autrefois. Si je ne me trompais pas, ce genre de cliente était sensible à cette marque de respect.

« Bien le bonjour, chère madame ! Je me présente, Sylver Bindiya, pour vous servir ! J’appartiens à l’animalerie Fei-Yan, et il me semble que vous avez déjà rencontré notre directeur ? Sachez madame qu’il a beaucoup apprécié l’entrevue qu’il a eu avec vous.
-Enchantée monsieur !"
Et la dame me fit un sourire qu’elle pensait probablement charmant. Puis son regard se couvrit à l’évocation d’Ustave. Génial. Je n’avais plus qu’à prier Sulfura pour que notre employeur temporaire n’ait pas lui-même saboté sa propre vente.

J’attendis ensuite quelques secondes histoire de voir si la femme souhaitait nous en dire plus à ce sujet ou si j’allais devoir relancer l’échange. Finalement, ce ne fut pas nécessaire :

« Oui, répondit-elle d’un ton méfiant, j’ai vu votre directeur. Il était très intéressé par mon Piaffy ! Il est vrai que la couleur inhabituelle de mon Piaffy lui donne une valeur inestimable, mais je ne suis pour ainsi dire pas prête à le vendre. Je l’aime comme une mère aime son enfant ! »

Super. Le pire cas de figure. Vu la richesse apparente de la femme et son attachement à son Pokémon, il y avait très peu de chances qu’elle accepte de vendre… Pourtant, elle avait eu l’air assez heureuse de nous voir au début, et me parler ne m’avait pas paru la déranger. Etait-ce parce que… Oh non… Non non non … Et en même temps… Avais-je une autre solution pour éviter que cette vente ne devienne un fiasco ?

« En ce cas madame, pourrais-je au moins le voir et l’étudier ? Rassurez-vous, aucun mal ne lui sera fait, mon collègue et moi-même, mais en ce moment, les Pokémon Chromatiques comme votre cher Piaffy sont très à la mode, et il nous serait très utile d’en savoir plus sur eux pour mieux vous satisfaire par la suite, si jamais vous décidez d’adopter un autre compagnon ?  Contre un petit cadeau de notre boutique, bien entendu.»

Cette stratégie était risquée car je demandais plus ou moins à la femme de nous faire rentrer chez elle : vu comment elle semblait attachée à son oiseau et vu qu’il n’était pas visible dehors et que même Lucy ne l’avait pas repéré, il devait probablement vivre en intérieur.

La femme répondit à ma proposition par un autre sourire charmeur, et elle ouvrit enfin le portail avant de nous guider vers sa maison, nous faisant passer par une allée fleurie, dans laquelle je crus discerner un Pifeuil, à moitié caché dans un buisson.

Finalement, devant sa porte, elle me dit avec un grand sourire :

« Entrez, entrez, Sylver ! Vous permettez que je vous appelle Sylver ? Venez admirer mon petit Piaffy. Et vous aussi monsieur… Monsieur ? Oh, je m’excuse mais il ne me semble pas connaître votre nom…»


Cette remarque me fit grincer des dents. J’avais pensé à ce problème, et c’était ma faute s’il n’avait pas pu se présenter. Mais je n’avais pas pu le faire moi-même, faute de connaître son nom de famille. Et lui-même n’aurait pas pu mieux faire puisqu’il ignorait le mien. Le mieux était encore de le laisser se présenter lui-même.

Après la réponse de Khal, la madone se retourna vers moi, me fit un troisième sourire et lança :

« Allons-y Sylver, par ici ! »

Désormais, je n’avais plus le moindre doute. Si elle nous avait fait entrer, c’était moins pour écouter notre offre, nous montrer son Piaffy ou recevoir un cadeau de la boutique Fei-Yan que pour le… Plaisir… De passer plus de temps en ma compagnie ! La vieille en pinçait pour moi ! Il n’était pas très correct de parler de vieille puisque mathématiquement, nous devions avoir le même âge, mais j’espérais quand même que je n’avais jamais paru aussi vieux, même quand mon corps présentait son âge le plus avancé !

Entrant à la suite de notre cliente, qui ne nous avait pas confirmé son nom mais dont Ustave nous avait dit qu’elle s’appelait Anastasia Petrova, je fis quelques signes de main dans mon dos à l’attention de Khal derrière moi. Désormais, c’était à lui de mener cette négociation. Pour ma part, j’étais grillé. Si je continuais à parler, la discussion serait focalisée sur ma personne au détriment de la vente… Même si ma présence allait plus être un boulet qu’une aide pour Khal, je pouvais toujours essayer de réduire les dégâts…

Histoire de m’achever et de me convaincre que j’avais raison, Lucy, que Anastasia semblait ne pas avoir remarquée, me demanda dans mon esprit :

« Et dis, elle aussi tu la trouves charmante ? Parce que elle, elle t’aime bien ! »

… Etait-ce de la jalousie que je percevais dans sa voix ? En tout cas, il me semblait nécessaire que nous ayons une petite discussion, mon Pokémon et moi, afin que je lui explique à ma mesure comment fonctionnaient les sentiments humains.

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Kahlida Haurchefant le Jeu 2 Mar 2017 - 0:48

Pour la première étape, Kahl restait silencieuse, observant le bout de femme qui s'approchait d'eux. Il devait admettre qu'il était curieux de comment agirait Sylver. Il ignorait si ce dernier était lui-même un marchand, mais il avait démontré des attitudes bien plus que de simple novice. Plus rapidement que l'aurait pensé le jeune homme, Sylver prenait la conversation, ce présentant à la vieille femme. Ils discutèrent un peu et Kahl se contentait d'observer, écoutant les moindres paroles qui sortaient de la bouche des deux personnes.

Pourtant, il remarquait rapidement l'attention que portait Loki aux bijoux de la femme et dans un souci de protéger la femme d'un potentiel vol et la Cornèbre à devoir être puni, il le rappela. La corneille rouspéta un peu avant de disparaître. Ensuite, Kahl tendit la Pokéball à Sif qui – toujours installée dans son capuchon – l'attrapait joyeusement et la serra contre son ventre rond. Une fois le danger en sécurité, Kahl ramena son attention sur la discussion.

Au moins, maintenant nous savions que la dame tenait énormément à son Pokémon, la tâche serait plus corsée, sans oublier qu'Ustave semblait avoir fait des dommages encore plus importants. Kahl espérait seulement que le directeur n'avait rien fait d'irréparable et qu'ils pourraient au moins discuter avec la dame. Ah, encore une fois, Sylver le surprenait, allait-il réussir à amadouer la dame avec une telle technique ? L'étude et cadeau semblaient faire bon ménage, par contre Kahl douta pendant un instant. Et si la femme refusait immédiatement. Qu'allaient-ils faire ? Abandonner et aller au suivant ou insister un peu. Pourtant, il doutait que l'option d'insister soit la bonne, mais Sylver démontra qu'il avait bien la situation en main.

Il avait avec le temps appris - comme son compagnon de fortune – à observer et juger le personnage qui serait son ‘'adversaire". La maison, l'habillement ou même les accessoires luxueux que portait la dame en disait long sur elle. Sa voix avait été encore plus frappante aux oreilles du jeune homme, lui rappelant les sucreries qu'on abusait trop. C'était une comparaison étrange, mais combien véridique et elle se mariait avec une perfection dérangeante à son apparence.

Pourtant, Kahl remarquait immédiatement le changement de la dame après que Sylver est discuté avec elle. Il était vrai que l'homme était en soi séduisant. Du moins, malgré son expression fermée, il paraissait bien, mais de là à ce que la vieille dame tombe sous le charme… À moi que… Kahl gardait son calme, mais devait avouer que la situation était drôle. Il baissait la tête un peu, observant pendant un instant ses pieds pour cacher son visage. S'ils jouaient bien leurs jeux, ils pouvaient utiliser ceci à leur avantage. Dans le marchandage, tout pouvait être bon. C'est sûr qu'il y avait une certaine logique dans ceci, Kahl n'osera jamais utiliser une information à mal, mais celle-ci était amusante.

En quelques paroles, la femme était charmée et elle les invitait à l'intérieur pour de la causette et du thé. Kahl était fascinée par la technique de Sylver et malgré son silence, il apprenait énormément en ce moment. Il était réellement heureux d'avoir accepté cette demande. Ah, encore une fois, il avait réussi à amadouer la femme, qui ouvrait le portait en les invitants à la suivre. Sylver passait le premier et Kahl le suivi en silence. Quelque peu curieux, il observait un peu le jardin, profitait de l'odeur fleurit offert par les fleurs et remarqua rapidement un mouvement dans l'un des buissons. Cependant, il n'eut pas de chance de voir ce que c'était.

Une fois à la porte, elle les invitait à rentrer dans la maison. Elle devient rapidement familière avec Sylver et elle lui demanda son nom :

‘' Kahl Maraduck, je suis enchanté de faire votre connaissance, Madame. ‘' Déclarait calmement le jeune homme en penchant la tête et le haut du corps dans une timide révérence.

… Et il était à nouveau relayé au placard. Décidément, Sylver savait faire bonne impression sur les femmes d'un certain âge. Ils marchèrent encore un peu et Kahl remarquait le discret mouvement de Sylver. L'agitation des doigts en disait long sur son état et il comprit que c'était à lui de commencer. Tout en suivant la femme jusqu'à son salon, Kahl s'exprima sereinement :

‘' Madame Petrova ? À moins que vous préfériez que nous vous appelions Anastasia. J'irais avec ce qui vous plaira le mieux. ‘'  Commença-t-il pour attirer l'attention de la femme. ‘' Comme vous la gentiment soulignez mon compagnon présent, nous sommes marchands – pour le moment à la solde de l'animalerie Fei-Yan - mais d'ordinaire sommes des gens indépendants. Nous faisons affaire avec un grand nombre de clients qui ont tous des besoins différents. Nous marchons de différentes manières, que ce soit avec de l'argent ou même de l'échange. Notre spécialité est de tout simplement rendre nos clients heureux en réussissant à trouver et où a comblé leurs attentes… Quelle que soit la demande.'' Terminait-il plus lentement pour bien se faire comprendre et en jetant un regard en coin à Sylver, espérant que la femme comprendrait ce qu'il sous-entendait. ‘' Je suis sûre que nous allons trouver un terrain d'entente qui plaira à tous… Mais je vous propose de commencer par la présentation de votre cher Piaffa, je suis sûr que c'est une agréable créature. ‘' Reprenait-il pour détourner un peu l'attention et embarquer dans un sujet qui lui ferait plaisir.


HRP : Pardon du temps de réponse, je voulais le faire hier, mais mon copain m'attendait avec une belle surprise qui m'a pris toute la soirée ! C'était ma fête et il avait invité des gens ! Hihihi, j'espère que ma réponse te plaira sinon tu n'as qu'à me le dire et je le modifie.

_________________
avatar
Kahlida Haurchefant
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 18 étés
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Sylver Belister le Jeu 2 Mar 2017 - 20:18

La vieille parut ravie de nous montrer son oiseau. En fait, dès que Khal le mentionna, elle s’exclama en tournant la tête vers une porte ouverte qui se trouvait derrière elle :

« Piaffy ? Viens ici mon petit chéri ! Il y a deux messieurs avec moi qui sont venus ici spécialement pour toi ! Mais venez-vous asseoir, je vous en prie ! Je vais demander qu’on nous apporte des rafraîchissements »


Et Anastasia désigna alors de ses doigts boudinés un large canapé en cuir pour nous deux, probablement du Tauros, tandis qu’elle-même prenait place sur un fauteuil en face de nous. Elle prit ensuite une clochette qui reposait sur le large accoudoir de son siège.

Une domestique apparut alors et nous demanda si nous désirions boire après que sa maîtresse lui eut expliqué qui nous étions. Pour ma part, je me contentai d’un verre d’eau tandis que notre hôtesse demanda un jus de fruit.

La domestique venait juste de repartir de la pièce lorsqu’un bruit de battement d’ailes se fit entendre. L’instant d’après, le Piaffabec aux couleurs uniques se montrait enfin.

« Ah Piaffy, enfin ! Tu as failli nous faire attendre ! Ce n’est pas bien de… »

Elle ne termina pas sa phrase, et pour cause, l’oiseau vint se poser non pas sur le bras tendu de sa dresseuse qui l’attendait, mais… Directement sur mon crâne. Je dus alors produire un effort surhumain pour ne pas exploser de rage. C’était la DEUXIEME fois aujourd’hui qu’un oiseau décidait sans me consulter, bien sûr, de nicher sur ma tête !

Intérieurement, je maudis encore une fois Layla, qui était responsable de ma coiffure actuelle, soi-disant « très à la mode ». A la mode pour les oiseaux en recherche de maison, oui ! Et puis d’ailleurs, pourquoi n’allait-il pas se poser dans la chevelure de Khal, hein ? Lui aussi avait après tout une dense chevelure blanche, comme la mienne. Encore heureux qu’il ait pensé à rappeler son oiseau, d’ailleurs. Belliqueuse comme l’était la corneille, ma tête aurait vite viré au champ de bataille.

Mais contrairement à Loki, Piaffy ne semblait pas agressif. Il remarqua Lucy, toujours sur mon épaule, mais ne l’attaqua pas et se contenta de se coucher dans les cheveux en repliant ses pattes.

« Oh ! S’exclama alors dame Petrova, attendrie. Regardez-le, il vous aime déjà ! On pourrait presque croire que c’est un signe, n’est-ce pas ? »

Et j’eus de nouveau droit à son horrible gloussement auquel je répondis par un sourire faussement amusé. Mais tandis que par devant, je donnai le change, par derrière, mes doigts s’activaient. Profitant de la largeur du canapé, je fis passer discrètement mon bras gauche derrière mon corps, pointant rapidement l’oisillon sur ma tête.

Une seule personne pouvait sans problème remarquer mon geste : Lucy. Intriguée, la bougie lut dans mes pensées pour savoir ce que je voulais, et ma psyché à ce moment-là était très claire et se résumait en deux phrases :

Va jouer avec lui ! Fais-le sortir de ma tête !

La domestique revint alors avec les boissons demandées en faisant un effort notable pour ne pas éclater de rire à ma vue. Mais la présence de sa patronne la dissuada de manifester son hilarité.

Tout sourire, Lucy lévita alors jusqu’au sommet de mon crâne avant d’entamer une conversation mentale probablement animée avec l’oiseau, ce que sa maîtresse ne manqua pas de souligner :

« Oh ! Vous avez vu comme ils sont adorables ! Je dois vous avouer, mon cher Sylver, que je ne suis pas forcément très à l’aise avec les Funécire. Il y a beaucoup de ces bougies dans nos rues, et la plupart ne sont que de vilains petits plaisantins ! Mais la vôtre a l’air d’une bien gentille créature !
-Elle l’est madame, elle l’est ».

J’arrêtai là ma phrase afin de couper court pour permettre à Khal de reprendre la main. Merde, cette animation imprévue allait nous faire perdre l’attention de la cliente ! Comment faire pour qu’elle s’intéresse au dresseur de Loki…
Finalement, je n’eus rien à faire pour qu’Anastasia se concentre de nouveau sur mon partenaire, puisque Piaffy se chargea de détourner son attention dans la bonne direction. En effet, il finit par redécoller pour jouer dans les airs quelques instants avec ma Funécire… Avant d’aller se reposer, non pas sur ma tête mais sur celle de Khal !
Lucy rit quand elle le vit faire, puis elle m’expliqua :

« Oui, je t’ai entendu tout à l’heure quand tu t’es plaint que ça n’arrivait qu’à toi alors que Khal aussi avait de longs cheveux blancs. Et puis tu as dit qu’il fallait que la dame se concentre sur lui et plus sur toi alors j’ai pensé à ça… J’ai juste dit à Piaffy que plus les cheveux des humains étaient longs, plus ils étaient doux ! Lui, il m’a raconté qu’il n’aimait pas ceux de sa dresseuse parce qu’ils étaient trop raides, mais il a trouvé les tiens tout fins et tout doux ! Alors ceux de Khal… Bah on dirait qu’ils ont l’air de lui plaire ! J’ai bien fait hein ? »


Je fis un rapide hochement de tête que probablement seule Lucy comprit. Les autres penseraient que je chassais probablement une poussière importune. Elle était encore jeune et pénible, mais l’un dans l’autre, j’aimais bien cette petite qui aurait droit à des remerciements dignes de ce nom plus tard.

« Ca alors Khal ! Commenta alors la cliente, manquant de s’étrangler avec son jus. Mais c’est que mon Piaffy vous aime vous aussi ! Bon, il est vrai que dans cette position, il ne vous est pas très facile de le voir, mais vous ne pouvez plus douter de sa gentillesse ! N’est-il pas mignon ? Un Pokémon aussi gentil ! Il est comme un fils pour moi. Hors de question que maman te laisse partir, même contre beaucoup d’argent, n’est-ce pas mon Piaffy ? »

Mais l’oiseau ne répondit pas. Yeux fermés, pattes repliées, il semblait tout simplement s’être endormi. Eh bien voilà qui rendait à Kahl la monnaie de sa pièce pour avoir suggéré à demi-mots tout à l’heure qu’Anastasia pouvait m’acheter moi ! Blague à part, cela le plaçait mine de rien dans une excellente position puisque la femme avait à présent la preuve que le Piaffabec appréciait cet humain. Et il y avait peut-être un autre élément à prendre en compte.

Vu sa dernière intervention, Anastasia semblait plus intéressée par l’aspect « câlin » de son Pokémon que par sa rareté, ce qui était logique puisqu’elle nous avait déclaré tout à l’heure dès notre arrivée qu’elle considérait l’oiseau comme son enfant. Pourtant, Piaffy avait fait bien peu de cas de sa dresseuse depuis son arrivée dans la pièce… Il y avait peut-être là une carte à jouer. Mais bien évidemment, je ne pouvais pas simplement en avertir Khal avec la cliente à moins de deux mètres de nous. Il allait devoir se débrouiller seul, avec ce plan ou un autre… A moins que Lucy ne soit justement en train de lire mon esprit et qu’elle puisse lui transmettre ce message ?

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Kahlida Haurchefant le Sam 4 Mar 2017 - 15:08

Le Rondoudou - qui était toujours installé dans son capuchon – observa la scène avec un grand intérêt. La sphère rose sembla énormément attirée par le Piaffy aux couleurs particulières. Elle serra contre elle la Noigrume verte. Celle de Sif était d'une couleur différente, un cadeau offert par Aaron quand ils étaient arrivés ici. L'homme d'un âge mûr l'avait laissé quelques minutes, rentrant à l'intérieur du ranch qui les accueillait pour la nuit. Il était ressorti quelques minutes plus tard avec une Noigrume rose. Il lui avait tendu la sphère à Kahl, déclarant que sa nouvelle petite amie aurait bien besoin d'un endroit pour se reposer. La petite chose était heureuse, elle se sentait comblée et très appréciée depuis qu'elle était tombée sur cet humain aux cheveux blancs.

L'humain en question, observait maintenant la vieille femme, écoutant et réalisant bien vite qu'elle ne l'avait écouté à moitié ou qu'elle jouait la carte de l'indifférence. Ce cas serait bien plus difficile que l'imaginait l'apprenti-Marchand. Cependant, il apprécia la difficulté du marchandage, il pouvait ainsi apprendre de cette situation. Pendant qu'il réfléchissait à la situation, ils furent interrompus par l'arrivée d'une servante. Elle demanda s'ils désiraient quelque chose comme le breuvage, Anastasia demanda un jus de fruit, Sylver un simple verre d'eau et Kahl demanda une de l'eau avec un zeste de citron. Il remerciait gentiment la jeune servante en inclinant la tête un peu avant de rapporter son attention sur la vieille femme.

Pourtant, les secondes qui suivirent furent… Hilarantes.

Quand l'animal se montrait enfin, Kahl l'observa pour étudier ses couleurs et surtout il avait une curiosité à remplir. Il s'attendait à ce que le volatile se pose sur le bras de sa maîtresse, à la limite sur l'accoudoir ou même le dossier, mais certainement pas ça. Pour l'une des rares fois, Kahl du faire preuve d'un très grand sang-froid pour ne pas éclater d'un rire franc. Il fallait dire, que Sylver avait soit une chance avec les oiseaux ou une malchance hilarante. Kahl penchait la tête un peu, portant la main à son visage pour cacher un peu sa bouche et le sourire en coin qui s'y trouve. Même la servante eut toutes les difficultés du monde à garder son sérieux quand elle revient quelques minutes plus tard avec les boissons.

‘' Je suis d'accord avec vous Madame. Dans l'une des tribus sur est sur Midgard, si vous êtes appréciée des oiseaux, vous êtes en quelque sorte bénie et faites pour devenir un puissant chevalier ailé. ‘'

Il était vrai qu'à Aliphyr, le jeune homme aurait été populaire, mais malheureusement pour lui il n'était pas originaire de l'endroit, mais les étrangers n'étaient pas non plus refusés. Encore pensif sur Aliphyr, Kahl perdit son sourire, prenant le verre d'eau citronné en offrant un sourire à la jeune servante. Il murmurait un faible ‘'merci " avant de prendre une gorgée d'eau. Il la savourait un instant avant de déposer son gobelet sur le sous-verre de verre soufflé coloré. Il tournait la tête vers Sylver, souriant un peu pour essayer de détendre l'atmosphère. Lucy prenait ce moment pour s'élever et attirer l'attention du Piafabec. Ils s'envolèrent pour offrir un petit spectacle qui fut grandement apprécié par Anastasia qui louangea encore une fois Sylver. Il allait reprendre la conversation quand l'oiseau vert et orange se déposait sur sa propre tête.

Il fallait si attendre et étrangement, Kahl avait la certitude que Sylver y était pour quelque chose. La tête toujours tournée vers ce dernier, il gardait une expression calme. Il ramenait son attention sur son breuvage citronné, prenant le verre pour en boire une autre gorgée pendant que la vieille femme s'exclamait. Kahl avait l'habitude d'être le ‘'porte " oiseau, Loki lui avait si souvent fait le tour que ça ne le dérangeait plus. Cependant, il remarquait que le Piafabec était plus lourd que Loki, à moins que ce soit Loki qui soit léger comme Pokémon ? Il se pouvait très bien, Kahl avait toujours compris que le Cornèbre était différent.  

Il but tranquillement, ignorant l'étrangement d'Anastasia. Il offrait un sourire à la vieille femme en déposant son verre avant de déclarer à son tour :

‘' Mon père me répète toujours que j'ai un don avec les animaux, je crois plutôt que c'est mon calme exemplaire qui les apaise. J'ai moi-même un oiseau qui adore venir se poser sur ma tête. Je comprends parfaitement le sentiment d'appartenance et d'amour. Par contre, si je peux me permettre, j'ai cru remarqué que votre cher Piaffy était une créature très indépendante de vous, j'aurais pensé que vous les aimiez plus attachés à vous. À moins que ce soit ainsi que vous l'avez habitué. ‘' Demanda-t-il finement. Il laissait une longue minute s'écouler, buvant une autre gorgée d'eau avant de reprendre la parole. ‘' Si vous cherchez quelque chose de plus dépendant de vous, qui cherchera votre attention et des câlins – sans oublier l'aspect mignon – je connais quelques Pokémon qui pourraient vous intéresser et qui seraient heureux de vous rendre votre amour. Les Étourmi et les Poichigeon sont des oiseaux agréables, si vous cherchez quelque chose de différent, il y a également les Pijako qui sont une race qui adore chanter et qui ont une apparence exotique. Sinon, je connais de nom d' autres Pokémons qui pourraient vous intéresser et être aussi câlin. Je vous conseille un Snubbull, j'imagine très bien un Ponchiot installé confortablement sur vos cuisses ou si vous n'appréciez pas les canins, il y a toujours un petit Skitty qui serait un bon choix. ‘' Termina-t-il subtilement.

Si après cette conversation la femme continuait à l'ignorer, il utiliserait une dernière technique, celle du désintéressement et indiquerait son manque d'intérêt et quitterait les lieux sans un regard en arrière. Il serait bien dommage de quitter, mais malheureusement il savait que parfois une cause ne pouvait pas être aussi facilement gagnée. Pendant qu'il attendait et réfléchissait à la manœuvre à suivre, il levait lentement la main, venant caresser la bec du Piafabec.

D'ordinaire, ce genre de spécimen – du moins Loki et plusieurs spécimens qu'il avait côtoyés à Linaëwen – appréciait se faire gratter sur le poitrail. Même les yeux clos, ces petites bêtes étaient toujours alertes, alors il suspendit son geste au niveau de son bec, le frôlant un peu pour trouver l'endroit et lui faire savoir son intention. Il sentait le souffle chaud sur sa peau et senti aucune morsure venir. Il prenait ceci pour une acceptation et vient glisser les doigts sur le duveteux plumage de sa poitrine. Il avait toujours apprécié de caresser les plumes des oiseaux, c'était un exercice agréable et calmant.

_________________
avatar
Kahlida Haurchefant
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 18 étés
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Sylver Belister le Lun 6 Mar 2017 - 0:00

« Oui, répondit Anastasia avec un soupçon de tristesse, je vois ce que vous voulez dire, Kahl. Il est vrai que Piaffy n’est pas aussi attaché à moi que moi à lui. Votre idée de prendre un autre Pokémon est intéressante mais… Je sais que vous êtes ici pour acheter mon Piaffy, comme votre patron avant vous. Simplement… Je ne peux pas vous le vendre. Tout simplement parce qu’il n’est pas à moi. Il est à mon mari. Et si j’y suis attachée… C’est parce que mon époux est très souvent en voyage loin de notre foyer. Et que Piafy est le dernier cadeau qu’il m’ait fait. »

Temps mort, pensai-je aussitôt. On arrête tout. Si le Pokémon n’était pas à elle, même si elle acceptait de nous le céder contre de l’argent, Ustave pouvait toujours avoir des ennuis si le mari, de retour de son voyage, découvrait que son épouse avait disposé de SON Pokémon dans son dos et exigeait de le récupérer. Depuis le début, nous nous adressions à la mauvaise interlocutrice, et bien évidemment, ce cher monsieur Fei-Yan n’avait pas été assez loin dans ses propres négociations pour le découvrir ! Bien joué ! Maintenant, le mieux à faire était peut-être de proposer à la cliente d’acheter un nouveau Pokémon à l’animalerie. Ce n’était pas un Shiny, mais cela serait toujours mieux que rien. Et pourtant… La femme semblait bien moins exubérante tout à coup, comme si elle était réellement mélancolique en parlant de son mari. Pourtant, un peu plus tôt, elle m’avait semblée bien intéressée par ma personne… Je dus reconnaître que j’étais intrigué, et relançai donc la conversation pour inviter notre hôte à parler :

« Donc c’est votre mari qui a capturé ce Pokémon ? Les chromatiques sont très rares, il doit être un dresseur de talent… »

Si elle tenait vraiment à son mari, un peu de flatterie ne pouvait pas faire de mal !

« Oui, il est un dresseur très réputé. Un professionnel même. C’est grâce à l’argent de ses victoires que nous avons pu acheter cette maison. A cause de cette horrible catastrophe, les terres ne valaient plus rien, ici… Mais mon mari n’a jamais voulu racheter des quartiers ou la ville entière, cette maison lui suffit, pour passer paisiblement nos vieux jours, voyez-vous…

Mais alors que nous avions enfin acheté et aménagé cette maison et que je pensais que mon mari allait enfin se poser au lieu de courir de tournoi en tournoi, il a réalisé qu’il serait bientôt trop vieux pour voyager. Il est plus âgé que moi, voyez-vous. Et donc il est reparti faire une ultime tournée. Il y a deux mois, il était à Terros où il a remporté la victoire ! Le grand prix n’était autre que Piaffy. Il me l’a fait parvenir parce qu’il sait que je lui manque… Pour que je pense à lui… Mais… Même si ce Piaffabec est très calme et plutôt affectueux, il ne s’est pas attaché à moi, je le reconnais volontiers…

C’est drôle Sylver, mais vous me faites penser à mon époux. Vous avez les mêmes cheveux blancs, et le même charme… Ne prenez pas mal ce que je vais vous dire, ni l’un ni l’autre, mais vous avez, Sylver, la même allure, le même charme plein de sagesse que mon mari. Un charme que d’habitude seuls l’âge et l’expérience apportent… C’est drôle n’est-ce pas ? Après tout, je vous traite de vieux mais vous devez avoir la moitié de son âge ! »


Elle rit de nouveau, mais cette fois-ci son rire sonnait vrai et mélancolique, et non plus comme un horrible gloussement.

« Ne vous croyez pas en reste Khal, vous êtes vous aussi un jeune homme charmant ! Simplement, vous me rappelez moins mon mari. Messieurs, je suis désolée d’avoir abusé de votre temps, mais… Même si Piaffy n’est pas l’oiseau le plus heureux d’Erasia avec moi, il est bien traité et il est le souvenir le plus marquant que j’ai de mon mari. Tant qu’il ne sera pas de retour… J’espère que vous comprenez… »

Je comprenais parfaitement. Tant que son mari ne serait pas de retour, elle refuserait de vendre à la fois pour des raisons légales et sentimentales. Son mari lui manquait vraiment, elle me semblait tout à fait sincère, et cette mélancolie expliquait son attitude bienveillante et spéciale à mon égard. Ce n’était pas une cougar qui courrait après des hommes plus jeunes. C’était simplement une dame de mon âge un peu perdue qui vivait une vie assez solitaire sans la présence de son mari. Lui prendre son meilleur compagnon à l’heure actuelle sans lui proposer de contreparties me semblait très cruel.

Mais de toute façon, ce n’était plus à moi de parler. Si j’utilisais ma ressemblance avec son mari pour l’influencer, ce qui avait des chances de marcher, je ne ferais que blesser d’autant plus la cliente lorsqu’elle – ou son mari – se rendraient compte de la manipulation. Et puis, j’avais laissé depuis le début l’écriture des grandes lignes de notre scénario de vente à Kahl, et il avait été très clair : nous devions privilégier l’honnêteté. Donc pas question d’utiliser des manipulations visant à me faire passer pour quelqu’un que je n’étais pas !

Je bus alors une nouvelle gorgée d’eau de mon verre qui reposait jusque-là sur la petite table qui nous séparait d’Anastasia pour me laisser le temps de réfléchir à la suite. Même si la vente immédiate de l’oiseau semblait compromise, il y avait toujours la possibilité de revenir la voir plus tard, lorsque son mari serait de retour. Nous pouvions également lui vendre un nouveau compagnon en attendant, histoire qu’elle se sente moins seule et que l’animalerie Fei-Yan reste dans ses bonnes grâces le temps que la transaction soit possible. Ou encore tout à fait autre chose. Le dernier mot revenait à Kahl.

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Kahlida Haurchefant le Sam 11 Mar 2017 - 17:31

Par Reshiram, venait-elle de dire que le Pokémon appartenait à son mari et non à elle ? La situation venait de devenir délicate. Pourtant, Kahl restait calme, continuant d'écouter l'histoire de la vieille femme qui avait une aura plus lourde. Ainsi donc, elle était laissée seule dans cette grande maison parce que son mari désirait encore profiter de la vie et du voyage… D'une certaine manière, Kahl trouvait l'homme égoïste, mais en même temps n'avait-il pas lui-même tout abandonné ? Kahl pencha la tête un instant, avant de la hocher silencieusement sous les paroles de la vieille femme. Qu'il avait le cœur tendre, il ignora si cette femme disait la vérité et pourtant, il avait l'impression qu'elle était sincère. Elle n'était qu'une femme d'âge mûr qui cherchait à combler un vide.

Intérieurement, il soupira. Il ne regrettait pas cette discussion, ni même le temps qu'il venait de prendre pour cette femme. Pour lui quelques minutes de son temps étaient peut-être des heures de bonheur pour elle. Sylver reprenait un peu la conversation et une nouvelle fois, Kahl le laissait faire, il désirait également avoir la confirmation sur le réel propriétaire du volatil. La confirmation vient assez rapidement, ainsi qu'une tranche de vie sur l'homme et la femme. Un dresseur professionnel ? C'était donc cette passion qui poussait l'homme à continuer à voyager. Kahl comprend un peu mieux d'où venait cette luxure. Pourtant, il fut agréablement surpris de savoir que les couples étaient restés avec des goûts simples, malgré tout l'argent qu'ils possédaient.

Pour la toute première fois qu'ils se trouvaient ici, Kahl eut l'impression de voir enfin la vraie Anastasia. Il n'y avait plus aucune manière, aucun masque qui cachait ça vraie petite personne. Kahl sourit tendrement, venant chercher sur sa tête le Piaffy qui s'était presque endormi. Avec ses mains, il vient attraper de chaque côté de ses ailes, les gardant replier sur le corps duveteux de l'oiseau. Ses doigts vinrent se porter sous le corps de l'animal, portant un certain appui à ces pattes. Ce simple geste lui rappela énormément quand il s'occupait des jeunes oiseaux à Aliphyr. Il déposa lentement la bête sur ses cuisses, continuant ensuite de la caresser pour la garder calme.

Tout en l'écoutant, il réalisa que la femme avait raison, Sylver avait un petit quelque chose de différent. Il lui avait fait le même effet quand ils s'étaient rencontré pour la toute première fois, à peine deux heures plus tôt. Il dégageait un charme mystérieux et son regard parlait d'une sagesse ancestrale et pourtant son apparence disait le contraire. Kahl hochait simplement la tête, la secouant un peu pour rassurer Anastasia dans ces derniers dires.

‘' Une vous en faites pas, je vous trais bien ce que vous voulez dire Anastasia. Sylver a quelque chose de mystérieux que seul lui connaît le secret. ‘' Termina-t-il doucement. ‘' Pour ce qui est de votre Piaffy, il est une magnifique bête en santé, son plumage est aussi soyeux que la soie, sans parler que ces griffes et son bec sont en parfait état et très bien entretenu, signe que vous en prenez soin de lui. ‘' Continuait-il un instant avant de se taire et de réfléchir un peu.

Il reprit le Piafabec en main avant de se lever lentement. Il fit le tour de la table base ou était leurs breuvages. Il attrapait au passage un coussin de plume et vient le déposer sur les cuisses de la maîtresse de maison. Il déposa ensuite le Piafabec qui avait ouvert les yeux, observant silencieusement les humains. Kahl déposait un genou au sol, continuant de gratter doucement le côté de la tête de l'animal et il reprit d'une voix terrible calme.

‘' Je ne suis pas un expert en oiseau, mais les Piafabec sont une race un peu singulière et parfois difficile à gérer. Pourtant, comme n'importe quel Pokémon, une fois que nous avons montré notre amour et notre attachement, souvent ils deviennent loyaux envers leur maître. Assurez-vous de toujours vous-même le nourrir le matin, de lui offrir une gâterie quand vous l'interpellez et qu'il vous répond. Sinon, offrez-lui une caresse, montrez-lui qu'il a une valeur sentimentale et que malgré l'indépendance qu'il vous montre, vous tenez quand même à lui. ‘' Déclarait-il en venant délicatement chercher la main de la vieille femme et la guider pour venir gratter avec douceur la tête de l'animal. ‘' Même si vous vivez ensemble, vous êtes comme deux étrangers, il sera peut-être long et difficile de vous approcher de lui, mais je vous garantis que le sentiment de réussite sera gratifiant quand il vous aura accepté comme tel. Votre mari à gagner ce Pokémon, mais c'est avec vous qu'il vit maintenant. ‘' Termina doucement le jeune homme en se levant et en reculant doucement pour laisser faire la femme.

Il observait quelques secondes la femme avant de retourner à sa place et de boire lentement une gorgée. Il gardait le silence un instant, lui laissant apprécier le sentiment d'appartenance qu'il venait peut-être de lui offrir. Il savait que trop bien combien c'était dur de se faire à un nouvel environnement ou même de se sentir différent. Pourtant, il reprit la parole assez rapidement pour ne pas faire croire qu'il avait complètement abandonné :

‘' Une vous en faites pas, même s'il est dommage de ne pas pouvoir faire l'acquisition du Pokémon rare, j'ai eu l'agréable opportunité de vivre autre chose, l'argent ne fait pas toujours tout et sinon c'est quand même de l'expérience acquise. Je me dis toujours que j'aurais peut-être plus de chances à la prochaine transaction et rassurez-vous, rien n'a été perdu et en vain. Si la tâche de vous faire adopter par le volatil est trop pénible, voire difficile, nous vous invitons à passer à la boutique pour trouver une créature plus docile. ‘' Termina-t-il avec un sourire franc. Kahl tournait ensuite la tête vers Sylver et déclara : ‘'Je crois que j'ai terminé, à moins bien sûre que l'un de vous deux désire parler encore un peu. ‘'



HRP : Pardonne-moi du temps de réponse, j'ai eu une très grosse semaine... Si quelque chose te dérange, fais-moi signe ! =D

_________________
avatar
Kahlida Haurchefant
Informations
Nombre de messages : 114

Fiche de personnage
Points: 22
Âge du personnage: 18 étés
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Sylver Belister le Sam 11 Mar 2017 - 20:13

Quelques conseils sur les oiseaux et la manière de s’occuper des Pokémon et rien de plus ? Pas de tentative subtile pour vendre un autre Pokémon ? Juste un simple conseil ? Soit. C’était son choix après tout.

« Je n’ai rien de plus à ajouter, conclus-je à la suite de Khal. Un de nos collègue viendra peut-être s’entretenir avec votre mari au sujet de ce Piaffabec lorsqu’il sera de retour, mais en ce qui me concerne, je ne vois aucune raison de le faire changer de propriétaire, même contre une belle somme. Je vous remercie pour votre hospitalité madame. »
Après un échange d’adieu, je me levai, fit une révérence et sortit dans la rue. Il était temps de nous rendre à la deuxième adresse que m’avait donné Ustave, là où vivait le fameux Miaouss chromatique. Si cette vente n’avait pas été aussi fructueuse, elle m’avait toutefois permis d’en apprendre beaucoup sur mon partenaire, puisque je l’avais laissé mener la vente de bout en bout.

Premier constat, il ferait un piètre vendeur pour l’animalerie Fei-Yan. Son attitude et sa manière de parler étaient tout à fait correctes pour un marchand, mais sur la fin de la négociation, il avait montré de manière très évidente qu’il était du genre à écouter ses sentiments, y compris face à un client. Un tel comportement n’était à mon avis pas incompatible avec le marchandage en lui-même, mais tout à fait impossible pour qui travaillait dans une entreprise hiérarchisée telle que l’animalerie, car si Khal avait refusé de profiter de la situation de faiblesse d’Anastasia pour la rouler – ce qui était à son honneur – mon petit doigt me disait que Ustave, aussi bonhomme qu’il fut, n’aurait pas eu les mêmes scrupules.

Le comportement de Kahl, plutôt atypique pour un marchand, le destinait plutôt à travailler en solitaire, et plus de manière nomade que sédentaire… Mais peut-être était-ce simplement ses origines midgardiennes qui me donnaient cette impression.

Quant à moi… Autrefois je n’aurais moi non plus jamais accepté de profiter de la faiblesse de cette femme, qui plus et s’il y avait des risques d’illégalité. Aujourd’hui, je n’avais personnellement absolument rien à gagner à mener cette vente à bien. A part de l’argent pour financer mon éventuelle évasion, mais cela restait une hypothèse, et la réussite de cette mission ne me permettrait de toute manière pas d’empocher assez de pièce d’or pour assurer mon éventuelle fuite. Même si toutes les occasions étaient bonnes à prendre, celle-ci était loin d’être exceptionnelle. Et puis, j’avais en revanche beaucoup à perdre si jamais la vente s’avérait illégale et que la garde remontait jusqu’à moi. Layla ne les verrait pas débarquer d’un bon œil…

Un son de cloche me tira de mes pensées. C’était l’horloge de la ville. Nous marchions depuis vingt minutes et il restait moins d’une heure avant le rendez-vous fixé par ma geôlière… Par pure coïncidence, sa Gardevoir, Shiny elle aussi, se téléporta devant moi.

Elle remarqua immédiatement la présence de Khal qu’elle fixa un instant avant de se tourner vers moi :

« Layla m’a chargé de te dire qu’elle a fini ses visites plus tôt que prévu, Sylver. Elle t’attend au point de rendez-vous et veut bien patienter jusqu’à l’heure convenue mais elle souhaiterait beaucoup que tu ne sois pas en retard
-Très bien, dis-lui qui je serais à l’heure. »


Saki sourit gentiment, nous salua tous les deux et se téléporta à nouveau. Je suppose que je devais quelques explications à Kahl… Et quelques précisions aussi.

« Ce Pokémon appartient à une amie à moi. Et bien évidemment, elle n’est pas à vendre. Elle est venue me prévenir que je devais bientôt les rejoindre, nous ferions mieux de nous dépêcher.

Ah, un petit détail… Tout à l’heure, vous avez dit à Anastasia que j’avais mes propres secrets… Si vous tenez à la vie, n’essayez pas de les découvrir. Ce n’est ni un conseil, ni une menace. C’est un fait. »


Inutile de lui préciser que ma famille avait été décimée justement à cause de ce secret et que Laya verrait d’un aussi bon œil Khal fureter partout que la garde débarquer. Après, si le jeune homme avait les foies suite à ma déclaration et qu’il désirait ne plus me revoir, cela aurait été sage de sa part.

En soi, ce n’était pas le fait qu’il avait compris que je cachais quelque chose qui me gênait. Je n’étais pas forcément convaincant dans mon rôle de jeunot, puisque je n’en étais objectivement plus un depuis un moment. Mais il avait commis l’erreur d’en parler devant une tierce personne, à savoir Anastasia, si bien que sans le savoir il avait fait planer une menace sur elle.

Bien sûr, il y avait peu de chances que Layla s’intéresse à mon ex-cliente ou à Khal simplement parce que je les avais rencontrés. Mais en multipliant les révélations, il y avait toujours le risque de tomber sur une personne plus fouineuse que les autres qui se mettrait alors en danger. S’il voulait vraiment savoir qui j’étais, qu’il commence donc par attendre que nous ne soyons plus dans la même ville !

Pour le reste, je n’avais pas spécialement envie de discuter avec mon compagnon. Après tout, notre tournée n’était pas terminée… Nous finîmes par arriver à l’adresse indiquée par Ustave. La maison qui s’y trouvait était jolie et son jardin semblait bien entretenu, mais elle semblait toutefois moins luxueuse que celle du couple Pétrova.

Bien, puisque Kahl avait mené la négociation précédente, il me paraissait équitable que je mène celle-ci, d’autant plus que j’avais tout de même accepté cette mission pour avoir une nouvelle fois l’occasion de marchander comme au « bon vieux temps ». Sans convenir au préalable d’un scénario avec Khal, je saisis la cordelette de la cloche et la tirai vigoureusement trois fois.

A mon sens, définir une stratégie pour cette vente n’était pas utile, tout simplement parce que Ustave nous avait donné bien moins d’indications concernant ce client potentiel que pour Anastasia. Apparemment, le dresseur du Miaouss était mal luné ce jour-là et il avait chassé le directeur de l’animalerie en moins d’une minute sans même écouter sa proposition. Il n’y avait plus qu’à espérer que nous aurions plus de chances aujourd’hui !

« Tu vas voir une autre dame ? »
me demanda Lucy, intriguée, tandis que la cloche cessait de sonner.

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1729

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: Problème marchand [Kahlida/Sylver]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum